Comment poursuivre la vérité (13) Partie 3

Outre t’élever et te fournir de la nourriture, des vêtements et une éducation, qu’est-ce que ta famille t’a donné ? Tout ce qu’elle t’a apporté, ce sont des ennuis, n’est-ce pas ? (En effet.) Si tu n’étais pas né dans une telle famille, les divers effets conditionnants que ta famille a sur toi n’auraient peut-être pas existé. Le conditionnement opéré par ta famille n’aurait pas existé, mais les effets conditionnants de la société existeraient, malgré tout, tu ne peux pas y échapper. Quel que soit le point de vue duquel on examine les choses, que les effets conditionnants en question émanent de la famille ou de la société, ces idées et ces opinions proviennent fondamentalement de Satan. Simplement, chaque famille accepte ces divers dictons qui émanent de la société avec différents degrés de conviction et en insistant sur différents points. Puis ces familles utilisent des méthodes adaptées pour éduquer et conditionner la génération suivante. Chacun fait l’objet de toutes sortes de conditionnements, à des degrés divers, selon la famille dont il vient. Mais en réalité, ces effets conditionnants émanent de la société et de Satan. Simplement, ces effets conditionnants sont profondément instillés dans l’esprit des gens par l’intermédiaire des paroles et des actes très concrets des parents, à l’aide de méthodes directes qui rendent les gens plus ouverts à ces effets, de sorte que les gens acceptent ce conditionnement et qu’il devient les principes et les manières avec lesquels ils font face au monde, et qu’il devient aussi la base sur laquelle ils considèrent les gens et les questions, et se comportent et agissent. Par exemple, l’idée et l’opinion dont nous venons de parler – « Quand quelqu’un frappe un gong, écoute le son que ce gong produit. Quand quelqu’un parle, écoute sa voix » – constituent également un effet conditionnant qui provient de ta famille. Quel que soit le genre d’effet conditionnant que leur famille a sur eux, les gens envisagent cet effet en tant que membres de la famille et ils l’acceptent donc comme une chose positive, et comme leur talisman personnel, qu’ils utilisent pour se protéger. La raison en est que les gens pensent que tout ce qui vient de leurs parents est le résultat de la pratique et de l’expérience de leurs parents. Parmi toutes les personnes au monde, seuls leurs parents ne leur nuiraient jamais, et seuls leurs parents veulent qu’ils aient une vie meilleure et veulent les protéger. Par conséquent, les gens acceptent diverses idées et opinions qui viennent de leurs parents sans faire preuve du moindre discernement. Ainsi, ils acceptent naturellement le conditionnement opéré par ces diverses idées et opinions. Une fois que les gens ont été conditionnés par ces diverses idées et opinions, ils n’en doutent jamais ou ne les discernent jamais pour ce qu’elles sont réellement, parce qu’ils entendent souvent leurs parents dire de telles choses. Par exemple, « Les parents ont toujours raison. » Alors, que signifie ce dicton ? Que tes parents aient raison ou tort, ce dicton signifie que, fondamentalement, parce que tes parents t’ont donné naissance et élevé, à tes yeux, tout ce qu’ils font est bien. Tu ne peux pas juger s’ils ont raison ou tort, et tu ne peux pas non plus les rejeter, et encore moins leur résister. C’est ce que l’on appelle la piété filiale. Même si tes parents ont commis un méfait, même si certaines de leurs idées et de leurs opinions sont dépassées ou erronées, ou si la façon dont ils t’éduquent, et les idées et les opinions avec lesquelles ils t’éduquent ne sont pas correctes ou positives, tu ne dois pas en douter ou les rejeter, parce qu’il y a un dicton à ce sujet : « Les parents ont toujours raison. » Quand il s’agit de tes parents, tu ne dois jamais discerner ou évaluer s’ils ont raison ou tort, parce qu’en ce qui concerne les enfants, leur vie et tout ce qu’ils possèdent viennent de leurs parents. Personne n’est au-dessus de tes parents, de sorte que si tu as une conscience, tu ne dois pas les critiquer. Même si tes parents ont tort, même s’ils sont inconvenants ou imparfaits, ce sont malgré tout tes parents. Ce sont les gens qui sont les plus proches de toi, qui t’ont élevé, les gens qui te traitent le mieux, et les gens qui t’ont donné la vie. Tout le monde n’accepte-t-il pas ce dicton ? Et précisément parce que cette mentalité existe, tes parents pensent qu’ils peuvent te traiter sans scrupules, utiliser diverses méthodes pour t’amener à faire toutes sortes de choses et t’inculquer diverses idées. Voyant les choses de leur point de vue, ils pensent : « Mes motivations sont correctes, c’est pour ton bien. Tout ce que tu as, c’est moi qui te l’ai donné. Tu es né grâce à moi et tu as été élevé par moi, alors quelle que soit la façon dont je te traite, je ne peux pas avoir tort, parce que tout ce que je fais, je le fais pour ton bien, et jamais je ne te ferais du mal ou ne te nuirais. » Du point de vue des enfants, est-il bon que leur attitude envers leurs parents soit basée sur ce dicton : « Les parents ont toujours raison » ? (Non, ce n’est pas bon.) Ce n’est assurément pas bon. Alors, comment dois-tu discerner ce dicton ? Grâce à combien d’aspects pouvons-nous disséquer l’inexactitude de ce dicton ? Si nous envisageons les choses du point de vue des enfants, leur vie et leur corps viennent de leurs parents, qui ont également la bonté de les élever et de les éduquer, de sorte que les enfants devraient obéir à leurs moindres paroles, remplir leurs obligations filiales et ne pas critiquer leurs parents. La portée cachée de ces paroles est que tu ne dois pas discerner tes parents pour qui ils sont vraiment. Si nous analysons les choses de ce point de vue, cette opinion est-elle correcte ? (Non, elle est erronée.) Comment devrions-nous traiter cette question conformément à la vérité ? Quelle serait la façon correcte de le formuler ? Le corps et la vie des enfants leur sont-ils donnés par leurs parents ? (Non.) Le corps charnel d’une personne naît de ses parents, mais d’où vient la capacité des parents à avoir des enfants ? (Cette capacité est donnée par Dieu et vient de Dieu.) Qu’en est-il de l’âme d’une personne ? D’où vient-elle ? Elle vient également de Dieu. Donc, à la racine, les gens sont créés par Dieu, et tout cela a été prédéterminé par Lui. C’est Dieu qui a prédéterminé que tu naisses dans cette famille. Dieu a envoyé une âme à cette famille, et puis tu es né de cette famille, et tu as cette relation prédestinée avec tes parents, cela a été prédéterminé par Dieu. En raison de la souveraineté de Dieu et de la prédétermination par Dieu, tes parents ont pu t’avoir et tu es né dans cette famille. C’est là examiner les choses à la racine. Mais que se serait-il passé si Dieu n’avait pas prédéterminé les choses de cette façon ? Alors tes parents ne t’auraient jamais eu et tu n’aurais jamais eu cette relation parents-enfant avec eux. Il n’y aurait eu aucun lien du sang, aucune affection familiale et pas le moindre rapport entre vous. Par conséquent, il est faux de dire que la vie d’une personne lui est donnée par ses parents. Un autre aspect de la question est que, lorsqu’on examine les choses du point de vue de l’enfant, ses parents appartiennent à la génération précédente. Mais si on considère l’intégralité des êtres humains, les parents sont comme tout le monde, en ceci qu’ils font tous partie du genre humain corrompu, et que tous ont les tempéraments corrompus de Satan. Ils ne sont pas différents des autres et pas différents de toi. Même s’ils t’ont physiquement donné naissance, et, qu’en ce qui concerne vos liens de chair et de sang, ils sont de la génération précédente, néanmoins, en termes de tempérament-essence humain, vous vivez tous sous l’emprise de Satan, vous avez tous été corrompus par Satan et possédez des tempéraments corrompus et sataniques. Vu que les gens ont tous des tempéraments corrompus et sataniques, les gens ont tous la même essence. Quelles que soient les différences en termes d’ancienneté ou d’âge, ou la façon dont on est venu au monde, que ce soit précocement ou tardivement, les gens ont fondamentalement le même tempérament-essence corrompu, ce sont tous des êtres humains qui ont été corrompus par Satan, et ils ne sont pas différents, à cet égard. Que leur humanité soit bonne ou malfaisante, parce qu’ils ont des tempéraments corrompus, ils adoptent les mêmes perspectives et points de vue quand il s’agit de considérer les gens et les questions, et d’aborder la vérité. En ce sens, il n’y a pas de différence entre eux. De plus, tous ceux qui vivent au sein de ce genre humain malfaisant acceptent les diverses idées et opinions qui abondent dans ce monde malfaisant, que ce soit en termes de paroles ou de pensées, que ce soit en termes de forme ou d’idéologie, et ils acceptent toutes sortes d’idées issues de Satan, que ce soit par le biais de l’enseignement public ou du conditionnement par les mœurs sociales. Ces choses ne sont pas du tout conformes à la vérité. Il n’y a aucune vérité en elles et les gens ne comprennent certainement pas ce qu’est la vérité. De ce point de vue, les parents et leurs enfants sont égaux et ont les mêmes idées et opinions. Simplement, tes parents ont accepté ces idées et ces opinions vingt ou trente ans plus tôt, alors que tu les as acceptées un peu plus tard. Autrement dit, avec les mêmes origines sociales, tant que tu es une personne normale, tes parents et toi avez accepté la même corruption issue de Satan, le conditionnement par les mœurs sociales et les mêmes idées et opinions qui découlent des diverses tendances malfaisantes de la société. De ce point de vue, les enfants sont du même type que leurs parents. Du point de vue de Dieu, en ne tenant pas compte du postulat qu’Il prédétermine, prédestine et choisit, aux yeux de Dieu, les parents comme leurs enfants sont semblables, en cela qu’ils sont des êtres créés, et qu’ils soient ou non des êtres créés qui adorent Dieu, ils sont tous connus collectivement comme des êtres créés, et ils acceptent tous la souveraineté, les orchestrations et les arrangements de Dieu. De ce point de vue, les parents et leurs enfants ont en réalité un statut égal aux yeux de Dieu, et ils acceptent tous la souveraineté et les arrangements de Dieu de manière semblable et égale. C’est là un fait objectif. S’ils sont tous choisis par Dieu, ils ont tous des chances égales de poursuivre la vérité. Bien entendu, ils ont également des chances égales d’accepter le châtiment et le jugement de Dieu, et des chances égales d’être sauvés. Les similitudes évoquées ci-dessus mises à part, il y a une seule différence entre les parents et leurs enfants, c’est que le rang des parents au sein de la soi-disant hiérarchie familiale est plus élevé que celui de leurs enfants. Que signifie leur rang dans la hiérarchie familiale ? Il signifie qu’ils sont seulement plus âgés d’une génération, de vingt ou trente ans, ce n’est rien de plus qu’une grande différence d’âge. Et en raison du statut spécial des parents, les enfants doivent faire preuve d’amour filial et remplir leurs obligations vis-à-vis de leurs parents. Voilà la seule responsabilité qu’une personne a vis-à-vis de ses parents. Mais comme les enfants et les parents font tous partie du même genre humain corrompu, les parents ne sont pas des modèles moraux pour leurs enfants, pas plus qu’ils ne sont des références ou des exemples pour ce qui est de la poursuite de la vérité de leurs enfants, et ils ne sont pas non plus des modèles pour leurs enfants en termes d’adoration de Dieu et de soumission à Dieu. Bien sûr, les parents ne sont pas l’incarnation de la vérité. Les gens n’ont pas l’obligation ou la responsabilité de considérer leurs parents comme des modèles moraux et des figures auxquelles il faut obéir de manière inconditionnelle. Les enfants ne devraient pas avoir peur de discerner la conduite, les actes et le tempérament-essence de leurs parents. Autrement dit, quand il s’agit de faire face à leurs propres parents, les gens ne devraient pas respecter des idées et des opinions telles que « Les parents ont toujours raison. » Cette opinion est basée sur le fait que les parents ont un statut spécial, en cela qu’ils t’ont donné naissance sous la prédétermination de Dieu, et qu’ils ont vingt, trente, ou même quarante ou cinquante ans de plus que toi. C’est seulement du point de vue de cette relation de chair et de sang, en termes de statut et de rang dans la hiérarchie familiale, qu’ils sont différents de leurs enfants. Mais à cause de cette différence, les gens considèrent que leurs parents n’ont pas le moindre défaut. Est-ce exact ? C’est faux, irrationnel, et ce n’est pas conforme à la vérité. Certains individus se demandent comment on doit traiter ses parents, étant donné que parents et enfants ont cette relation de chair et de sang. Si les parents croient en Dieu, ils doivent être traités en conséquence, en tant que croyants. S’ils ne croient pas en Dieu, ils doivent être traités en conséquence, en tant que non-croyants. Quel que soit le genre de personnes qu’ils sont, les parents devraient être traités conformément aux vérités-principes correspondantes. Si ce sont des démons, tu dois dire qu’ils sont des démons. S’ils n’ont aucune humanité, tu dois dire qu’ils n’ont aucune humanité. Si les idées et les opinions qu’ils t’enseignent ne sont pas conformes à la vérité, tu n’as pas à écouter ces choses ou à les accepter, et tu peux même les discerner pour ce qu’elles sont et les exposer. Si tes parents disent : « Je le fais pour ton bien », qu’ils piquent une colère et en font toute une histoire, t’en soucieras-tu ? (Non, je ne m’en soucierai pas.) Si tes parents ne croient pas, contente-toi de les ignorer, et restes-en là. S’ils font toute une histoire, tu verras qu’ils sont des démons, et rien de moins. Ces vérités concernant la foi en Dieu sont les idées et les opinions que les gens ont le plus besoin d’accepter. Ils ne peuvent pas les accepter ou s’y faire, alors quel genre de choses sont-ils donc, exactement ? Ils ne comprennent pas les paroles de Dieu, ils sont donc non-humains, n’est-ce pas ? Tu dois penser ainsi : « Même si vous êtes mes parents, vous n’avez aucune humanité. Étant né de vous, j’ai vraiment honte ! Maintenant, je peux vous discerner pour qui vous êtes vraiment. Vous n’avez pas d’esprit humain en vous, vous ne comprenez pas la vérité, vous ne pouvez même pas écouter des doctrines aussi évidentes et simples, et pourtant vous faites malgré tout des commentaires irréfléchis et vous dites des choses diffamantes. Je comprends cela maintenant, et j’ai fait une rupture nette avec vous dans mon cœur. Mais en apparence, je dois encore vous faire plaisir et je dois encore assumer certaines de mes responsabilités et de mes obligations en tant que votre enfant. Si j’ai les moyens de le faire, je vous achèterai des produits de santé, mais si je n’en ai pas les moyens, je reviendrai vous rendre visite, et c’est tout. Je ne réfuterai pas vos opinions, quoi que vous disiez. Vous êtes absurdes, et je vous laisserai simplement le rester. Qu’y a-t-il à dire à des démons tels que vous, qui êtes imperméables à la raison ? Par considération pour le fait que vous m’avez donné naissance et pour toutes les années que vous avez passées à m’élever, je continuerai à vous rendre visite et à prendre soin de vous. Sans quoi, je ne vous accorderais aucune attention et je ne voudrais pas vous voir, aussi longtemps que je vivrais. » Pourquoi ne veux-tu pas les revoir ou avoir quoi que ce soit à voir avec eux ? Parce que tu comprends la vérité et que tu as percé à jour leur essence et les diverses idées et opinions fallacieuses qu’ils ont, et grâce à ces idées et opinions fallacieuses, tu perçois leur stupidité, leur intransigeance et leur malveillance, tu vois clairement qu’ils sont des démons, donc tu éprouves de l’aversion à leur égard et ils te dégoûtent, et tu ne veux pas les voir. C’est seulement du fait de cette parcelle de conscience en toi que tu te sens obligé d’assumer certaines de tes responsabilités et certains de tes devoirs filiaux en tant que fils ou fille, de sorte que tu rends visite à tes parents au Nouvel An ou les jours fériés, et tu en restes là. Tant que tes parents ne t’ont pas empêché de croire en Dieu ou de faire ton devoir, rends-leur visite quand tu en as le temps. Si tu n’as vraiment pas envie de les voir, contente-toi de les appeler pour leur demander comment ils vont, envoie-leur de l’argent par la poste de temps en temps, et achète-leur quelques objets utiles. Qu’il s’agisse de prendre soin d’eux, de leur rendre visite, de leur acheter des vêtements, de se soucier de leur bien-être ou de s’occuper d’eux quand ils sont malades, tout cela n’est qu’assumer ses obligations filiales et satisfaire ses propres besoins pour ce qui est de ses sentiments et de sa conscience. Ce n’est que cela, et cela ne revient pas à pratiquer la vérité. Peu importe à quel point ils te dégoûtent ou à quel point tu peux percer à jour leur essence, tant qu’ils sont en vie, tu dois remplir tes obligations en tant que fils ou fille, et assumer les responsabilités nécessaires. Tes parents ont pris soin de toi quand tu étais petit, et quand ils deviennent vieux, tu dois prendre soin d’eux tant que tu as les moyens de le faire. Laisse-les te critiquer s’ils en ont envie. Tant que tu n’écoutes pas les idées et les opinions qu’ils essaient de t’inculquer, que tu n’acceptes pas ce qu’ils disent et que tu ne les laisses pas te perturber ou te contraindre, alors cela ne pose aucun problème, et cela prouve que ta stature s’est développée et que, déjà tu restes ferme dans ton témoignage devant Dieu. Il ne te condamnera pas parce que tu prends soin de tes parents et Il ne dira pas : « Pourquoi es-tu aussi sentimental ? Tu as accepté la vérité et tu la poursuis, alors comment peux-tu encore prendre soin d’eux ? » Voilà les responsabilités et les obligations les plus élémentaires en fonction desquelles tu devrais te comporter, ce qui revient à remplir tes obligations tant que les conditions le permettent. Cela ne signifie pas que tu te montres sentimental et Dieu ne te condamnera pas pour cela. Bien entendu, en ce monde, outre tes parents, qui sont les personnes vis-à-vis desquelles tu dois assumer tes obligations et tes responsabilités, tu n’as aucune responsabilité, aucune obligation vis-à-vis de qui que ce soit d’autre, ni vis-à-vis du reste de ta fratrie, ni vis-à-vis de tes copains ou de tes oncles et tantes. Tu n’as pas l’obligation ou la responsabilité de faire quoi que ce soit pour leur plaire, ou pour leur lécher les bottes ou les aider. N’en est-il pas ainsi ? (Si.)

Ce que J’ai dit à propos de l’affirmation « Les parents ont toujours raison » était-il clair ? (Oui.) Ces parents, qui sont-ils ? (Des êtres humains corrompus.) C’est exact, les parents sont des êtres humains corrompus. Peut-être que tes parents te manquent parfois et que tu penses : « Comment se portent mes parents, depuis deux ans ? Est-ce que je leur manque ? Ont-ils pris leur retraite ? Ont-ils des difficultés dans la vie ? Ont-ils quelqu’un pour s’occuper d’eux quand ils sont malades ? » Disons que tu penses cela et que tu te dises aussi : « Les parents ont toujours raison. Autrefois, mes parents me battaient et me grondaient parce que cela les exaspérait que je ne sois pas à la hauteur de leurs attentes, et parce qu’ils m’aimaient avec beaucoup de zèle. Mes parents valent mieux que tous les autres, ce sont eux qui m’aiment le plus au monde. Maintenant que je pense aux défauts de mes parents, je ne les vois plus comme des défauts, parce que les parents ont toujours raison. » Et plus tu y penses, plus tu as envie de voir tes parents. Est-ce une bonne chose de penser de la sorte ? (Non.) Non, ce n’est pas une bonne chose. Comment devrais-tu penser ? Tu y réfléchis : « Mes parents m’ont battu, ils m’ont grondé et ils ont froissé mon amour-propre quand j’étais enfant. Ils ne m’ont jamais dit un mot gentil ni encouragé. Ils m’ont forcé à faire des études, et aussi à apprendre à danser et à chanter, et à préparer les Olympiades de mathématiques, autant de choses que je n’aimais pas. Mes parents étaient vraiment pénibles. Maintenant, je crois en Dieu et je suis libéré. J’ai quitté la maison pour accomplir mon devoir avant même d’avoir terminé mes études. C’est Dieu qui est bon. Mes parents ne me manquent pas. Ils m’ont empêché de croire en Dieu. Mes parents sont des démons. » Puis tu y réfléchis de nouveau : « Ce n’est pas exact. Les parents ont toujours raison. Mes parents sont les personnes dont je suis le plus proche, il est donc bien normal qu’ils me manquent. » Est-il bon de penser ainsi ? (Non, c’est mal.) Alors, quelle est la bonne façon de penser ? (Autrefois, nous pensions que quoi que nos parents fassent, ils le faisaient par considération pour nous, qu’ils étaient bons avec nous dans tout ce qu’ils faisaient, et qu’ils ne nous feraient jamais de mal. L’échange de Dieu, à l’instant, m’a fait comprendre que mes parents sont aussi des êtres humains corrompus, qui ont accepté diverses idées et opinions issues de Satan. Sans le savoir, nos parents nous ont inculqué de nombreuses opinions sataniques, ce qui nous a amenés à vraiment nous éloigner de la vérité dans notre comportement et dans nos actes, et à vivre selon des philosophies sataniques. Maintenant que j’ai acquis un certain discernement quant à ce qui se trouvait dans le cœur de mes parents, ils vont beaucoup moins me manquer et je vais penser à eux bien moins souvent.) Quand tu fais face à tes parents, tu dois d’abord t’extraire rationnellement de ces liens du sang et discerner tes parents en utilisant les vérités que tu as déjà acceptées et comprises. Discerne tes parents en te basant sur leurs pensées, leurs opinions et leurs motivations concernant la conduite, et sur leurs principes et leurs méthodes de conduite, ce qui confirmera qu’ils sont, eux aussi, des personnes corrompues par Satan. Considère-les et discerne-les du point de vue de la vérité, au lieu de penser constamment que tes parents sont nobles, désintéressés et gentils avec toi, car si tu les examines de cette façon, tu ne découvriras jamais quels problèmes ils ont. Ne considère pas tes parents du point de vue de tes liens familiaux ou de ton rôle en tant que fils ou fille. Sors de cette sphère et examine comment ils font face au monde, à la vérité et aux gens, aux évènements et aux choses. En outre, plus spécifiquement, examine les idées et les opinions que tes parents t’ont conditionné à avoir en ce qui concerne la façon dont tu devrais considérer les gens et les choses, et dont tu devrais te comporter et agir : c’est ainsi que tu dois reconnaître et discerner tes parents. De cette façon, leurs qualités humaines, et le fait qu’ils ont été corrompus par Satan, deviendront clairs, petit à petit. Quel genre de personnes sont tes parents ? Si ce ne sont pas des croyants, quelle est leur attitude vis-à-vis des gens qui croient en Dieu ? S’ils sont croyants, quelle est leur attitude vis-à-vis de la vérité ? Sont-ils des personnes qui poursuivent la vérité ? Aiment-ils la vérité ? Aiment-ils les choses positives ? Quelle est leur vision de la vie et du monde ? Et ainsi de suite. Si tu peux discerner tes parents en te basant sur ces choses, tu en auras une idée claire. Quand ces questions seront claires, le statut élevé, noble et inébranlable que tes parents ont, dans ton esprit, changera. Et quand ce statut changera, l’amour maternel et paternel dont font preuve tes parents, ainsi que leurs paroles et leurs actes spécifiques, et cette image noble que tu as d’eux, ne seront plus profondément gravés dans ton esprit. Le désintéressement et la grandeur de l’amour que tes parents ont pour toi, ainsi que leur dévouement pour ce qui est de prendre soin de toi, de te protéger et même de t’adorer, cesseront, de façon imperceptible, d’occuper une place importante dans ton esprit. Les gens disent souvent : « Mes parents m’aiment tant. Chaque fois que je ne suis pas à la maison, ma mère me demande sans cesse : “As-tu mangé ? Manges-tu à heures régulières ?” Mon père me demande sans cesse : “As-tu assez d’argent ? Si tu n’as pas d’argent, je vais t’en envoyer un peu.” Et je dis : “J’ai de l’argent, ce n’est pas la peine.” Alors mon père répond : “Non, ça ne suffira pas, même si tu dis que tu as de l’argent, je vais t’en envoyer, malgré tout.” » Le fait est que tes parents vivent de manière frugale et qu’ils rechignent à dépenser de l’argent pour eux-mêmes. Ils se servent de leur argent pour t’aider, pour que tu aies un peu plus d’argent de poche quand tu n’es pas à la maison. Ton père et ta mère te disent sans cesse : « Vis de manière frugale à la maison, mais emporte de l’argent en plus quand tu voyages. Emportes-en un peu plus quand tu es de sortie. Si tu n’as pas suffisamment d’argent, dis-le-moi, simplement, et je t’en enverrai ou j’en ajouterai sur ta carte de crédit. » Le souci désintéressé de tes parents, leur considération, leur attention, et même le fait qu’ils te couvent et te dorlotent seront toujours la marque indélébile de leur dévouement désintéressé, à tes yeux. Ce dévouement désintéressé est devenu un sentiment puissant, chaleureux au fond de ton cœur, qui noue la relation entre toi et eux. Cela te rend incapable de les abandonner et t’amène à t’inquiéter pour eux, à continuer à te faire du souci pour eux, à ce qu’ils te manquent constamment, et cela te rend même constamment disposé à être pris au piège de ce sentiment et à être victime du chantage de leur affection. De quel genre de phénomène s’agit-il, exactement ? L’amour de tes parents est effectivement désintéressé. Peu importe à quel point tes parents tiennent à toi, et peu importe s’ils se serrent la ceinture et économisent simplement pour te donner de l’argent à dépenser, ou pour t’acheter tout ce dont tu as besoin, c’est peut-être une bénédiction pour toi maintenant, mais ce ne sera pas une bonne chose pour toi à long terme. Plus ils sont désintéressés, mieux ils te traitent, plus ils se soucient de toi, et moins tu peux te détacher de cette affection et l’abandonner ou l’oublier, et plus tes parents te manquent. Quand tu n’assumeras pas tes devoirs filiaux ou que tu ne rempliras pas tes obligations vis-à-vis d’eux, tu seras encore plus désolé pour eux. Dans ces circonstances, tu n’auras pas le cœur de les discerner, ou d’oublier leur amour, leur dévouement et tout ce qu’ils ont fait pour toi, ou de considérer tout cela comme indigne d’être mentionné, voilà l’effet que ta conscience aura. Ta conscience représente-t-elle la vérité ? (Non, pas du tout.) Pourquoi tes parents sont-ils comme ça avec toi ? Parce qu’ils ont de l’affection pour toi. Alors, la gentillesse dont ils font preuve à ton égard peut-elle représenter leur humanité-essence ? Peut-elle représenter leur attitude vis-à-vis de la vérité ? Non. C’est exactement comme les mères qui disent sans cesse : « Tu es ma propre chair et mon propre sang, j’ai sué et trimé pour t’élever. Comment puis-je ne pas savoir ce que tu penses dans ton cœur ? » Tes parents sont bons avec toi du fait de ces liens familiaux étroits et de cette relation de chair et de sang, mais sont-ils vraiment en train d’être bons avec toi ? Est-ce vraiment là leur véritable visage ? S’agit-il d’une véritable expression de leur humanité-essence ? Pas nécessairement. Comme tu es lié à tes parents par le sang, ils pensent qu’ils doivent être bons avec toi par sens du devoir. Mais toi, en tant que leur enfant, tu penses qu’ils sont gentils avec toi par bonté, et tu te sens incapable de leur rendre la pareille. Si tu ne peux pas leur rendre leur bonté intégralement, ou même leur en rendre une infime fraction, ta conscience te condamnera. Le sentiment que tu éprouves quand ta conscience te condamne est-il en accord avec la vérité ? En d’autres termes, si tes parents n’étaient pas tes parents, mais au contraire des gens ordinaires qui interagissent normalement avec toi au sein d’un groupe, te traiteraient-ils de cette façon ? (Non.) Ils ne le feraient très certainement pas. S’ils n’étaient pas tes parents et s’ils n’avaient aucun lien de sang avec toi, leurs manières et leur attitude vis-à-vis de toi seraient différentes de diverses façons. Ils ne se soucieraient certainement pas de toi, ils ne te protégeraient pas, ne te couveraient pas, ne s’occuperaient pas de toi ou ne te consacreraient pas quoi que ce soit de manière désintéressée. Alors, comment te traiteraient-ils ? Peut-être qu’ils te tyranniseraient, parce que tu es jeune et sans aucune expérience sociale, ou que tu serais victime de discrimination de leur part en raison de ton niveau de vie et de ton statut inférieurs, et qu’ils te parleraient sans cesse sur un ton bureaucratique et essaieraient de t’éduquer. Ou peut-être penseraient-ils que tu as une allure ordinaire, et si tu leur parlais, peut-être qu’ils ne t’accorderaient aucune attention et que tu ne pourrais pas être à leur hauteur. Ou peut-être qu’ils ne te trouveraient pas la moindre utilité et qu’ils refuseraient de te fréquenter ou d’avoir quoi que ce soit à voir avec toi. Ou peut-être qu’ils penseraient que tu es candide, de sorte que s’ils voulaient s’informer sur quelque chose, ils commenceraient toujours par t’interroger et essaieraient de te tirer les vers du nez. Ou peut-être qu’ils voudraient profiter de toi indument, d’une façon ou d’une autre. Par exemple, chaque fois que tu ferais une bonne affaire, ils voudraient toujours que tu partages avec eux, ou ils voudraient en prendre une partie. Ou peut-être que si tu tombais dans la rue et que tu avais besoin de leur aide pour te relever, ils ne te regarderaient même pas, et au contraire, ils te donneraient un coup de pied. Ou peut-être que, lorsque tu monterais dans le bus, si tu ne leur cédais pas ta place, ils diraient : « Je suis vraiment âgé, pourquoi ne me laisses-tu pas ta place ? Pourquoi es-tu un jeune aussi ignorant ? Tes parents ne t’ont-ils donc pas appris les bonnes manières ? » Et ils te passeraient même un savon. Dans ce cas, tu dois examiner si l’amour maternel et paternel caché au fond de ton cœur est une véritable révélation de l’humanité de tes parents. Tu es souvent ému par leur dévouement désintéressé à ton égard et par leur formidable amour maternel et paternel, et tu es très attaché à tes parents, ils te manquent et tu veux constamment leur rendre la pareille en payant de ta personne. Quelle en est la raison ? Si tout cela est simplement engendré par ta conscience, alors le problème n’est pas très profond et il peut être corrigé. Mais si tout cela est engendré par ton affection pour tes parents, alors c’est très problématique. Tu t’y embourberas de plus en plus profondément et tu ne pourras pas en sortir. Tu seras souvent embourbé dans cette affection et tes parents te manqueront, et parfois, tu iras jusqu’à trahir Dieu afin de rendre à tes parents leur bonté. Par exemple, que ferais-tu si tu apprenais qu’ils sont gravement malades à l’hôpital, ou que quelque chose de grave leur est arrivé et qu’ils ont des difficultés dont ils ne parviennent pas à sortir et sont angoissés et ont le cœur brisé, ou si tu apprenais que tes parents sont sur le point de mourir ? Il est impossible de savoir si, à ce moment-là, ton affection dominerait ta conscience ou si la vérité et les paroles que Dieu t’a enseignées amèneraient ta conscience à prendre une décision quelconque. L’issue de ces questions dépend de la façon dont tu as tendance à considérer la relation entre parents et enfants, de la mesure dans laquelle tu es entré dans la vérité quant à la façon de traiter tes parents, de la mesure dans laquelle tu peux les percer à jour, de la mesure dans laquelle tu as une compréhension quant à la nature-essence de l’humanité, et de la mesure dans laquelle tu as une compréhension quant au caractère et à l’humanité-essence de tes parents, et en ce qui concerne leurs tempéraments corrompus. Surtout, l’issue de ces questions dépend de ta façon de traiter les relations au niveau familial et des opinions correctes que tu devrais avoir : voilà les diverses vérités dont tu devrais t’équiper avant de te retrouver face à l’une ou l’autre de ces questions. Tous les autres individus, membres de la famille et amis, oncles et tantes, grands-parents et autres personnes tierces, peuvent facilement être abandonnés, car ils ne jouent pas un rôle important dans l’affection que l’on éprouve. On peut facilement abandonner ces individus, mais les parents font exception. Les parents, et eux seuls, sont les membres de la famille les plus proches au monde que les gens ont. Ce sont les personnes qui jouent un rôle important dans la vie des gens et elles ont un impact significatif au cours de la vie des gens, de sorte qu’il n’est pas aisé de les abandonner. Si, aujourd’hui, tu as gagné une compréhension claire des diverses pensées qu’engendre le conditionnement opéré par ta famille, cela pourra t’aider à abandonner ton affection vis-à-vis de tes parents, parce que les effets conditionnants que ta famille a sur toi, globalement, équivalent seulement à des affirmations intangibles, alors que le conditionnement le plus spécifique provient en réalité de tes parents. Une seule phrase prononcée par tes parents, ou leur attitude pour ce qui est de faire quelque chose, ou les méthodes qu’ils emploient pour faire face à quelque chose, voilà les façons les plus précises de décrire comment tu es conditionné. Quand tu auras discerné et reconnu de différentes façons et de manière spécifique les idées, les actes et les dictons que tes parents ont conditionnés en toi, tu auras une évaluation et une connaissance précises de l’essence du rôle joué par tes parents, de leur caractère, de leur vision de la vie et de leur façon d’agir. Quand tu auras cette évaluation et cette connaissance précises, imperceptiblement, la perception que tu as du rôle joué par tes parents changera peu à peu, passant de positive à négative dans ton esprit. Quand tu percevras que le rôle joué par tes parents est entièrement négatif, alors tu pourras progressivement abandonner tes béquilles sentimentales, ton attachement spirituel et les diverses sortes d’amour immense qu’ils ont pour toi. À ce moment-là, tu sentiras que l’image que tu avais de tes parents au fond de ton cœur était autrefois vraiment noble, un peu comme dans la nouvelle intitulée « La Silhouette vue de dos », que tu avais étudiée dans ton manuel scolaire, ou comme dans cette chanson populaire datant de nombreuses années, « Maman est la meilleure du monde », qui était la musique du générique d’un film taïwanais et qui avait eu beaucoup de succès dans toutes les sociétés de langue chinoise. Voilà les façons dont la société et le monde éduquent l’humanité. Lorsque tu ne te rends pas compte de l’essence ou du vrai visage de ces choses, tu as l’impression que ces méthodes éducatives sont positives. En se basant sur ton humanité actuelle, elles te permettent d’avoir une plus grande reconnaissance de l’immensité de l’amour que tes parents ont pour toi et d’avoir une plus grande croyance en l’immensité de cet amour, et par conséquent, elles te donnent l’impression, au fond de ton cœur, que l’amour de tes parents est désintéressé, immense et sacro-saint. Donc, peu importe à quel point tes parents sont mauvais, leur amour reste désintéressé et immense. Pour toi, il s’agit là d’un fait incontestable, que personne ne peut nier, et personne ne peut dire quoi que ce soit de mal sur tes parents. Par conséquent, tu ne veux pas discerner ou exposer tes parents, et en même temps, tu veux aussi leur garder une certaine place au fond de ton cœur, parce que tu crois que l’amour parental est à jamais au-dessus de tout le reste, qu’il est parfait, immense et sacro-saint, et que personne ne peut nier cela. Voilà le minimum requis de ta conscience et de ton comportement. Si quelqu’un dit que l’amour parental n’est pas immense ou parfait, tu lui opposeras une résistance désespérée, ce qui est irrationnel. Avant que les gens comprennent la vérité, l’influence de leur conscience les poussera à s’accrocher à certaines idées et opinions traditionnelles, et également à engendrer de nouvelles idées et opinions. Cependant, si l’on examine les choses du point de vue de la vérité, ces idées et opinions sont souvent irrationnelles. Quand tu comprends la vérité, tu peux faire face à ces choses dans le cadre de la rationalité normale. Par conséquent, l’humanité des gens possède à la fois conscience et raison. Si la conscience ne peut pas atteindre ces choses ou être à leur hauteur, ou si ces choses ne sont pas régulées ou rendues positives par les effets de la conscience, alors les gens peuvent utiliser la rationalité pour les réguler et les corriger. Donc, comment les gens parviennent-ils à la rationalité ? Ils doivent comprendre la vérité. Quand les gens comprennent la vérité, ils traitent tout, choisissent tout et discernent tout avec davantage de précision et d’exactitude. Ainsi, ils parviendront à la véritable rationalité et atteindront le stade où la raison transcende la conscience. C’est là une manifestation de ce qui se passe après qu’une personne est entrée dans la vérité-réalité. Vous ne comprenez peut-être pas vraiment ces paroles maintenant, mais tu pourras les comprendre quand tu auras acquis une véritable expérience et que tu comprendras la vérité. Le dicton « Les parents ont toujours raison » est-il issu de la rationalité ou de la conscience ? Il n’est pas rationnel, il émane de l’affection des gens sous l’influence de leur conscience. Ce dicton est-il donc rationnel ? Non, il est irrationnel. Pourquoi est-il irrationnel ? Parce qu’il émane de l’affection des gens et qu’il n’est pas en accord avec la vérité. Alors, à quel stade seras-tu capable de considérer et de traiter tes parents rationnellement ? Quand tu comprendras la vérité et que tu auras percé à jour l’essence et la racine de cette question. Quand tu auras fait cela, tu ne traiteras plus tes parents en fonction de l’influence de ta conscience, et ton affection ne jouera plus aucun rôle, pas plus que ta conscience, et tu pourras considérer et traiter tes parents conformément à la vérité. C’est là être rationnel.

Ai-Je été clair en échangeant sur ce problème qui concerne la façon de traiter les parents ? (Oui.) Cette question est importante. Les membres d’une famille disent tous : « Les parents ont toujours raison », et tu ne sais pas si c’est vrai ou non, de sorte que tu te contentes de l’accepter. Ensuite, chaque fois que tes parents font quelque chose de déplacé, tu réfléchis et tu te dis : « Les gens disent “Les parents ont toujours raison”, alors comment puis-je dire que mes parents n’ont pas raison ? Ce qui se passe au sein de la famille reste au sein de la famille, n’en parle pas aux autres, contente-toi de le supporter. » Outre ce dicton incorrect aux effets conditionnants – « Les parents ont toujours raison » – il y a un autre dicton : « Ce qui se passe au sein de la famille reste au sein de la famille. » Alors tu penses : « Qui est à blâmer pour mes propres parents ? Je ne peux pas parler à des étrangers de cette chose honteuse. Je dois tenir ça secret. À quoi bon prendre mes parents au sérieux ? » Ces effets conditionnants opérés par la famille sont omniprésents dans la vie quotidienne des gens, dans leur chemin de vie et au cours de leur existence. Avant que les gens comprennent la vérité et gagnent la vérité, ils considèrent les gens et les choses, et se comportent et agissent, en se basant sur ces diverses idées et opinions que leur famille les conditionne à avoir. Ils sont souvent influencés, perturbés, contraints et pieds et poings liés par ces pensées. Ils sont même guidés par ces pensées, ils jugent souvent mal les gens, ne font pas ce qu’il convient de faire, et aussi, ils enfreignent fréquemment les paroles de Dieu et la vérité. Même si les gens ont écouté de nombreuses paroles de Dieu, et même si, souvent, ils lisent les paroles de Dieu en priant et échangent à leur sujet, comme ces opinions que leur famille les a conditionnés à avoir sont profondément enracinées dans leurs pensées et dans leur cœur, ils n’ont aucun discernement quant à ces opinions, ni aucune capacité à leur résister. Même pendant qu’ils reçoivent les enseignements et l’approvisionnement des paroles de Dieu, ils restent influencés par ces pensées, qui guident également leurs paroles, leurs actes et leur mode de vie. Par conséquent, sous la direction inconsciente de ces pensées que leur famille les conditionne à avoir, les gens ne peuvent souvent pas s’empêcher d’enfreindre les paroles de Dieu et les vérités-principes. Et pourtant, ils pensent malgré tout qu’ils pratiquent la vérité et qu’ils poursuivent la vérité. Ils ne se doutent pas que ces divers dictons que leur famille les conditionne à suivre ne sont tout simplement pas en accord avec la vérité. Ce qui est encore plus grave, c’est que ces dictons que les gens sont conditionnés à suivre par leur famille les conduisent au chemin qui consiste à enfreindre la vérité, encore et encore, et pourtant, ils ne le savent pas. Par conséquent, si tu veux poursuivre la vérité et entrer dans la vérité-réalité, tu dois d’abord discerner et reconnaitre clairement les divers effets conditionnants qui proviennent de ta famille, puis faire l’effort de te débarrasser de ces diverses pensées que ta famille te conditionne à avoir. Bien entendu, on peut assurément dire que tu dois rompre avec ce conditionnement opéré par ta famille. Ne pense pas que, parce que tu viens de cette famille, tu dois faire comme elle ou vivre à sa façon. Tu n’as ni la responsabilité ni l’obligation d’hériter des traditions de ta famille ou d’hériter de ses diverses façons de faire les choses et d’agir. Ta vie vient de Dieu. Aujourd’hui, tu as été choisi par Dieu, et l’objectif que tu veux poursuivre est celui du salut, de sorte que tu ne peux pas utiliser les diverses idées que ta famille te conditionne à avoir comme base de tes opinions sur les gens et les choses, de ton comportement et de tes actes. Au contraire, tu dois considérer les gens et les choses, et te comporter et agir, en te basant sur les paroles de Dieu et sur Ses divers enseignements. C’est seulement de cette façon que tu pourras atteindre le salut, au bout du compte. Bien entendu, les effets conditionnants de la famille ne se limitent pas à ceux qui ont été énumérés ici. Je n’en ai mentionné que quelques-uns. Il y a de nombreuses sortes différentes d’éducations familiales, qui proviennent de différentes familles, de différents clans, de différentes sociétés, de différentes ethnies et de différentes religions, et qui conditionnent les pensées des êtres humains de toutes sortes de manières. Peu importe de quelle ethnie ou de quelle culture religieuse ces divers conditionnements de la pensée sont issus, à partir du moment où ils ne sont pas en accord avec la vérité et où ils ne viennent pas de Dieu, mais des gens, alors ils doivent être abandonnés et ce sont des choses avec lesquelles les gens devraient rompre. Les gens ne devraient pas y adhérer, et encore moins en hériter. Tout cela, ce sont des choses que les gens devraient abandonner et dont ils devraient se débarrasser. C’est seulement de cette façon que les gens peuvent vraiment se lancer sur le chemin de la poursuite de la vérité et entrer dans la vérité-réalité.

Ces dictons, sur lesquels nous avons échangé, et qui viennent du conditionnement opéré par la famille des gens, sont, dans un sens, représentatifs. Dans un autre sens, les gens en discutent souvent. Quant à certains dictons particuliers et non représentatifs, nous n’en parlerons pas maintenant. Que pensez-vous de notre échange au sujet de la famille ? Vous a-t-il été bénéfique, d’une façon ou d’une autre ? (Oui.) Est-il nécessaire d’échanger sur ce sujet ? (Oui.) Tout le monde a une famille et est conditionné par sa famille. Les choses que la famille t’inculque sont toutes des poisons et de l’opium spirituel, et elles te font âprement souffrir. Quand tes parents t’ont inculqué ces choses, à ce moment-là, tu t’es senti vraiment bien, un peu comme si tu avais pris de l’opium. Tu t’es senti complètement à l’aise, comme si tu avais pénétré dans un monde merveilleux. Mais au bout d’un moment, les effets se sont estompés, de sorte que tu dois maintenant continuer à rechercher ce genre de stimulation. Cet opium spirituel te vaut des tas d’ennuis et de perturbations. À ce jour, il t’est vraiment difficile de t’en débarrasser, et ce n’est pas quelque chose dont on peut se débarrasser rapidement. Si les gens veulent abandonner ces idées et ces opinions conditionnées, ils doivent y consacrer du temps et de l’énergie pour pouvoir les identifier, lever le voile sur elles afin de les reconnaître clairement et de les percer à jour. Ensuite, chaque fois que des questions apparentées surgissent, ils doivent être capables d’abandonner ces choses, de se rebeller contre elles et de ne pas agir selon les principes qui régissent de telles idées et opinions, et au contraire, être capables de pratiquer et d’agir conformément à la voie que Dieu enseigne aux gens. Ces quelques mots semblent simples, mais il faut parfois aux gens vingt ou trente ans, ou même toute une vie, pour les mettre en pratique. Il se peut que tu passes toute ta vie à lutter contre les idées et les opinions engendrées par ces dictons qui te sont inculqués par ta famille, à rompre avec ces idées et ces opinions, et à t’en détacher. Pour cela, tu dois dépenser tes sentiments et ton énergie, et aussi subir certaines souffrances physiques. Tu dois également avoir un immense désir de Dieu et une volonté qui a soif de la vérité et qui la poursuit. C’est seulement en possédant ces choses que tu pourras peu à peu parvenir au changement et entrer progressivement dans la vérité-réalité. Voilà à quel point il est difficile de gagner la vérité et la vie. Quand les gens ont écouté de nombreux sermons, ils comprennent certaines doctrines concernant la foi en Dieu, mais il ne leur est pas facile de parvenir véritablement à la compréhension de la vérité et d’être capables de discerner les effets conditionnants de la famille et des idées et opinions des non-croyants. Même si tu peux comprendre la vérité après avoir écouté des sermons, entrer dans la vérité-réalité n’est pas quelque chose qui a lieu du jour au lendemain, n’est-ce pas ? (En effet.) D’accord, ici se termine notre échange pour aujourd’hui. Au revoir !

25 février 2023

Cliquez sur le bouton pour nous contacter, et de bonnes nouvelles de Dieu viendront à vous et à votre famille !

Contactez-nous par WhatsApp