Comment poursuivre la vérité (14) Partie 4

En ce qui concerne le conditionnement familial, en dehors des pensées et des points de vue que nous avons mentionnés, y a-t-il autre chose ? S’il vous plaît, faites un résumé. Il y a beaucoup de choses qui viennent de la famille, et en Chine, les gens appellent ça « la culture de la table de la salle à manger. » Par exemple, à cette table, un enfant dira peut-être : « Notre déléguée de classe, la fille qui a trois bandes sur sa manche, elle vérifie toujours mes devoirs et dit toujours que je n’ai pas fini, même si j’ai fini. Elle s’en prend toujours à moi. » Les parents répondront peut-être : « Tu es un garçon et c’est une fille. Pourquoi te préoccupes-tu d’elle ? Concentre-toi sur tes études et rends ta mère fière. Quand tu deviendras le délégué de la classe, tu pourras vérifier ses devoirs et cela réglera les choses, n’est-ce pas ? » En entendant cela, l’enfant pensera peut-être : « Ils ont raison. Je suis un garçon et même si c’est elle la déléguée de classe, c’est tout de même une fille. Je ne devrais pas me préoccuper d’elle. Si elle recommence à m’embêter, je l’ignorerai simplement et ce sera tout. Plus elle m’embêtera, plus je travaillerai dur. Je la dépasserai et, au prochain semestre, je deviendrai le délégué de classe et c’est moi qui serai responsable d’elle. Voilà qui réglera les choses. » Ceci est un exemple de la culture de la table de la salle à manger. À cette table, si un garçon se met à pleurer, ses parents lui diront peut-être : « Retiens-toi ! Pourquoi tu pleures ? Bon à rien ! » Le fait de pleurer signifie-t-il que tu es un bon à rien ? Cela veut-il dire que les personnes qui ne pleurent pas sont prometteuses ? Est-ce que tous les garçons qui n’ont jamais pleuré sont des individus prometteurs ? Regardez toutes ces personnes prometteuses, ont-elles ou n’ont-elles pas pleuré et versé des larmes lorsqu’elles étaient jeunes ? Avaient-elles des émotions ? Ont-elles expérimenté la joie, la colère, la peine et le bonheur ? Elles ont expérimenté toutes ces choses. Que quelqu’un soit une personne éminente ou ordinaire, tout le monde a une fragilité humaine ou un instinct humain. À cause de l’éducation parentale et du milieu social, les gens perçoivent souvent cet aspect comme étant de la faiblesse, de la lâcheté, de l’incompétence, ou le signe d’une personne facilement intimidable. Elle n’ose jamais le révéler ouvertement, au lieu de ça, elle l’exprime secrètement dans un coin. Certaines personnes éminentes, lorsqu’elles traversent les moments les plus difficiles de leur carrière, sans personne pour les aider ou les soutenir, attendent parfois que tous les soldats, tous leurs subordonnés et les serviteurs autour d’eux se soient retirés. Ensuite, elles évacuent leurs émotions en hurlant à la mort tel un loup dans la baignoire. Après avoir crié, elles y réfléchissent : « Quelqu’un m’a-t-il entendu ? Me suis-je trop laissé aller ? Je ferais mieux de faire moins de bruit ! » Mais cela paraît insuffisant, alors ils couvrent leur bouche avec une serviette et continuent à hurler comme des loups. L’humanité normale requiert de laisser sortir et d’exprimer diverses émotions. Cependant, sous l’immense pression de cette société et l’oppression des diverses opinions publiques, personne n’ose exprimer ses émotions normalement. Parce que, à commencer par les enseignements et le conditionnement reçus dans la famille, on a inculqué à chaque individu certaines croyances erronées comme : « Un homme devrait être indépendant », « Il faut être fort pour forger le fer », « Si on est honnête, on n’a pas à se soucier des rumeurs » et « Si tu as la conscience tranquille, tu n’as pas à avoir peur que les fantômes viennent frapper à ta porte. » Il y a aussi : « Ceux qui sont gentils se font marcher dessus, tout comme le cheval le plus doux est celui qu’on monte », qui transmet l’idée selon laquelle il faut éviter d’être une cible facile, et plutôt être celui qui malmène les autres. Que veut dire « gentil » dans le contexte de « Ceux qui sont gentils se font marcher dessus, tout comme le cheval le plus doux est celui qu’on monte » ? Cela veut dire candide, simple, loyal, bon et intègre. Autrement dit, ce dicton suggère que tu devrais éviter d’être ce genre de personne, parce que ces gens-là sont des cibles faciles. Alors, que devrais-tu devenir à la place ? Tu devrais devenir un voyou, un gredin, une fripouille, un vaurien, une personne malfaisante, un truand, et à ce moment-là, personne n’osera s’en prendre à toi. Où que tu ailles, si le fait de raisonner ne fonctionne pas, tu dois te conduire comme un vaurien et être capable de faire une scène, de piquer des colères, de te montrer déraisonnable et de semer le chaos. Les gens qui se comportent ainsi prospèrent. Au travail ou dans les groupes sociaux, quels qu’ils soient, la plupart des gens craignent de tels individus et personne n’ose les provoquer. Ils sont comme un excrément puant de chien ou des insectes agaçants, une fois qu’ils sont sur toi, c’est difficile de s’en débarrasser. Tu dois devenir ce genre de personne. Ne laisse pas les gens penser que tu es une cible facile où qu’il est aisé de te provoquer. Tu devrais avoir des épines sur tout le corps. Si tu n’as pas d’épines, tu ne seras pas capable de t’établir dans la société. Il y aura toujours quelqu’un pour te malmener. L’éducation familiale te sert de guide sur ton chemin de vie, ainsi qu’un enseignement et une instillation spécifiques de principes sur la manière de te comporter. C’est-à-dire que les parents utilisent ces pensées et dictons pour t’éduquer sur la manière de te comporter, d’agir et de gérer les choses. Quel genre de personnes te disent-ils d’être ? En surface, certains parents disent peut-être des choses qui sonnent comme : « Il n’est pas nécessaire que mon enfant devienne éminent ou célèbre ; il suffit qu’il soit une bonne personne. » Cependant, ils disent aussi à leurs enfants des expressions telles que : « Une personne ne doit jamais chercher à faire du mal aux autres, mais doit toujours se préserver du mal que les autres pourraient lui faire », « Ceux qui sont gentils se font marcher dessus, tout comme le cheval le plus doux est celui qu’on monte » et « Un homme devrait être indépendant. » Alors, après avoir tant parlé, disent-ils à leurs enfants d’être de bonnes personnes ou autre chose ? (Ils encouragent leurs enfants à être féroces ou, au moins, à être capables de se protéger eux-mêmes.) Dis-Moi, la plupart des parents désirent-ils voir leurs enfants malmener les autres ou préféreraient-ils les voir être particulièrement honnêtes et marcher sur le bon chemin, mais en se faisant régulièrement malmener et en étant la cible d’exclusion ? Quel genre de personne devrait devenir l’enfant pour rendre ses parents les plus heureux, les plus fiers et que leur visage rayonne le plus ? (Les parents sont fiers lorsque leurs enfants sont capables de malmener les autres, mais ils considèrent cela comme honteux si leurs enfants sont souvent maltraités, alors qu’ils marchent sur le bon chemin.) Si tu marches sur le bon chemin, mais que tu es régulièrement maltraité, tes parents se sentiront tristes, peinés, ils auront le cœur brisé et ne voudront pas laisser faire ces choses. Qu’est-ce qui se trouve à la racine de cela ? Peu importent les raisons, tous les points de vue et pensées que les parents enseignent à leurs enfants sur la manière de se comporter et d’agir sont incorrects et contraires à la vérité. En bref, ces pensées et points de vue inculqués par tes parents ne te mèneront jamais à la présence de Dieu, et ils ne te guideront pas sur le chemin de la poursuite de la vérité. Bien sûr, les gens n’atteindront jamais le salut en étant guidés par de tels points de vue et pensées. C’est un fait indéniable. Alors, peu importent les intentions et les motivations de tes parents, peu importe l’influence qu’ils ont sur toi, si ce que tu vis contredit la vérité, s’oppose à la vérité et t’empêche de te soumettre à Dieu et à la vérité, tu devrais abandonner tout cela.

En ce qui concerne les diverses pensées issues du conditionnement familial qui ont constitué nos dernières sessions d’échange, même si ces pensées sont largement utilisées et très populaires parmi les gens, peu importe à quel point elles sont largement acceptées ou combien de personnes les adoptent, et peu importe à quel point les gens s’appuient sur elles, étant donné le mal qu’elles font aux individus, il est impératif que les gens abandonnent ces pensées et ces points de vue. Ils doivent réexaminer ou faire face aux différentes questions correspondant à ces pensées et points de vue, en cherchant les chemins de pratique corrects et les vérités-principes dans les paroles de Dieu, et entrer dans les vérités-réalités à condition d’abandonner ce conditionnement de la pensée, gagnant ainsi l’espoir du salut. À travers ces sessions d’échange sur les pensées et points de vue et sur divers dictons spécifiques à travers lesquels ta famille t’a conditionné, Je Me demande jusqu’à quel point vous avez reconnu les divers points de vue et pensées qui existent au fond de vos âmes. En bref, ces sessions d’échange devraient, quoi qu’il en soit, servir d’avertissement et fournir aux gens une compréhension nouvelle du concept de la famille, ainsi qu’un tout nouvel entendement et une toute nouvelle compréhension du conditionnement des proches, des pensées familiales et de la culture familiale, leur donnant ainsi une toute nouvelle méthode d’approche, ainsi que la capacité à adopter la bonne perspective et la bonne position par rapport à la manière d’aborder leur famille. Peu importe la manière extérieure dont tu abordes ta famille, en bref, en ce qui concerne les idées et les points de vue erronés au sujet de la manière de considérer les gens et les choses, de se comporter et d’agir à travers lesquels ta famille t’a influencé, tu devrais discerner chacun d’eux, et ensuite abandonner ces idées une par une, afin d’adopter avec une compréhension pure les points de vue et méthodes que Dieu enseigne aux gens, et d’accepter les divers points de vue et méthodes corrects que Dieu enseigne aux gens sur la manière de considérer les gens et les choses, de se comporter et d’agir. Voilà ce que devraient faire les individus qui poursuivent sincèrement la vérité.

L’un des points de vue et pensées importants inculqués aux gens par les familles, c’est qu’ils devraient être féroces et se servir de divers moyens pour se protéger. Si l’on se penche sur la manière dont les gens protègent leurs intérêts, leur chair et leur sécurité personnelle après avoir appris leurs moyens et méthodes pour aborder le monde à travers le conditionnement des divers points de vue et pensées, quel est le premier objectif pour lequel les familles inculquent ces pensées à leurs enfants ? C’est pour protéger les individus contre le fait d’être malmené. Examinons maintenant l’essence du fait d’être malmené. Est-ce une bonne chose d’être malmené ? Est-ce possible de l’éviter ? Existe-t-il quelqu’un qui n’a jamais été malmené ? Qu’est-ce que cela implique d’être malmené ? En plus d’espérer que leurs enfants puissent s’intégrer à la société et s’établir normalement, les parents ont aussi constamment peur que leurs enfants soient malmenés. Ainsi, tes parents te donnent souvent certains moyens et astuces pour aborder le monde, utilisant ces méthodes pour te protéger et éviter que tu sois malmené. Parce que tes parents ne peuvent pas t’accompagner ou te protéger tout le temps, lorsque tu déploies tes ailes et que tu dois voler par toi-même, ils t’arment avec certaines pensées et certains points de vue pour s’assurer que tu ne sois pas malmené. Ces pensées et points de vue sont-ils corrects ? Avez-vous peur d’être malmenés ? Soutenez-vous cette pensée, ce point de vue : « Quand j’arrive dans la société et dans des groupes sociaux, et en particulier lorsque j’interagis avec des incrédules, j’ai peur d’être malmené, c’est ce qui me préoccupe le plus. Si je rencontre quelqu’un qui est plus ou moins mon égal, je peux encore me défendre. Mais si je rencontre quelqu’un qui est plus féroce que moi, je n’oserai pas résister. J’accepterai simplement d’être malmené. Je ne peux rien y faire. Ces individus ont des soutiens et des gens qui se tiennent dans les coulisses, et je serai obligé d’endurer cela. » S’agit-il là de l’idée et du point de vue prédominants chez la plupart des gens ? (Avant, j’avais de tels points de vue. Après avoir mis ma foi en Dieu, j’ai commencé à m’entendre de manière harmonieuse avec mes frères et sœurs. Lorsque j’interagis avec des incrédules, même si je suis malmené et persécuté, je sais que cela est permis par Dieu et qu’il y a une leçon que je dois en tirer. Alors, j’ai moins peur et au lieu de cela, j’ai appris à m’appuyer sur Dieu pour faire cette expérience.) Quel type de personne est particulièrement peureux ? (Celles qui n’ont pas foi en Dieu.) En dehors de ces individus, il y a aussi, entre autres, ceux qui sont particulièrement timides, ceux qui sont introvertis et qui ont une faible estime d’eux-mêmes, ceux qui sont faibles et fragiles, ceux qui sont physiquement moins attirants ou de stature plus petite, ceux qui viennent d’un milieu pauvre – en particulier ceux dont le milieu familial est ridiculisé ou discriminé –, ceux qui ont un statut social bas, ceux qui manquent de compétences ou d’expertise, ceux qui font un travail manuel et ceux qui ont des handicaps physiques. Toutes ces personnes sont plus susceptibles d’être malmenées et elles en ont peur. Être malmené est-il un problème très répandu dans la société ? (Oui.) Partout où il y a des gens, ces choses se produisent. Comment l’intimidation commence-t-elle ? (Quand les êtres humains ont été corrompus par Satan, ils sont devenus très malfaisants et ont voulu malmener les autres sans être malmenés eux-mêmes. Donc, ces cas d’oppression existent partout.) C’est là un aspect. Certaines personnes ne veulent pas être malmenées par les autres, alors elles prennent l’initiative de malmener les autres en premier et de les intimider, afin que personne n’ose les malmener. D’ailleurs, au fond d’elles-mêmes, elles ne veulent pas se comporter ainsi ; c’est fatigant pour elles aussi. Quand tu fais tomber tous les autres, n’es-tu pas fatigué, toi aussi ? Il y a un dicton qui dit : « Tue mille de tes ennemis et perds huit-cents de tes hommes. » Prends le porc-épic, par exemple : après avoir lancé ses piquants, son système nerveux n’est-il pas épuisé ? Il fait mal aux gens en les piquant et ensuite il est lui aussi fatigué. Alors, pourquoi le faire si c’est aussi fatigant ? C’est pour leur préservation ; le porc-épic doit faire des efforts pour se protéger. Parce que ce monde malfaisant manque de tout principe positif ou exact pour traiter les différentes personnes et que celles-ci sont classées en se basant sur la philosophie des relations mondaines de Satan et la hiérarchie sociale, des divergences et des hiérarchies surviennent parmi les gens en se basant sur ces principes et ces critères de division inégale. Lorsque cela se produit, les gens ne peuvent pas interagir de manière juste et harmonieuse. Ils s’affrontent pour être aux échelons les plus élevés, pour être les meilleurs parmi les meilleurs. Ceux qui sont au sommet peuvent dominer les autres, les malmener et les contrôler comme ils veulent. Parce que cette société est injuste, les principes pour traiter les gens sont injustes. Ainsi, les interactions entre les gens ne seront certainement pas harmonieuses, et les principes, méthodes et moyens pour permettre aux gens d’interagir deviennent tous injustes. Cette injustice signifie plus spécifiquement que les gens comparent leur puissance, leur milieu familial, leurs compétences, leurs capacités, leur apparence physique, leur taille, ainsi que leurs tactiques, complots et stratégies. D’où viennent toutes ces choses ? Elles ne viennent pas de la vérité ou de Dieu, elles viennent de Satan. Ces choses venues de Satan s’insinuent dans les gens et ils vivent selon elles, alors comment penses-tu que les gens vont interagir ? Vont-ils traiter tout le monde de manière juste ? (Non.) Absolument pas. Même le plus simple des principes d’élections dans la maison de Dieu peut-il fonctionner dans le monde malfaisant dominé par Satan ? (Non.) Pourquoi cela ne fonctionne-t-il pas ? C’est parce que ce monde malfaisant n’est pas dirigé par la vérité ; il est gouverné par des tendances malfaisantes, ainsi que par les diverses pensées de Satan et ses philosophies. Alors, il est évident que les gens vont se malmener et se contrôler les uns les autres, c’est la seule situation possible. Il est impossible d’éviter l’intimidation, c’est quelque chose de tout à fait normal. Parce que le monde n’est pas dirigé par la vérité ; dans ce monde malfaisant, lorsque les gens interagissent, si tu n’es pas quelqu’un qui malmène les autres, alors tu es celui qui se fait malmener. Tu ne peux avoir que l’un de ces deux rôles. En réalité, tout le monde malmène les autres et se fait malmener. C’est parce qu’il y a toujours des gens au-dessus de toi et en dessous de toi. Tu malmènes les autres parce que tu as un statut plus élevé que le leur, mais en même temps, tandis que tu les malmènes, il y a des gens qui ont un statut et une position encore plus élevés que toi, et ils te malmènent, et tu es obligé de supporter leur intimidation. Une catégorie de gens malmène une autre catégorie : les relations entre les gens sont comme ça, malmener et être malmené. C’est la seule relation. Il n’y a pas de véritable affection familiale, pas d’amour, pas de tolérance, pas de patience et pas de possibilité de traiter tout le monde de manière juste et équitable selon les principes. Parce que ce monde n’est pas dirigé par la vérité, mais par Satan, les relations qui se forment entre les gens ne peuvent être que des relations entre personnes qui malmènent et personnes malmenées, entre personnes qui se servent des autres et personnes utilisées. C’est inévitable et personne ne peut y échapper. Tu peux dire que tu es un patron de la pègre et que tu as de nombreux hommes de main et laquais, que tu malmènes et contrôles. Mais même un patron de la pègre a des supérieurs et il y a aussi le gouvernement. Bien que l’on dise que les fonctionnaires et les bandits sont une seule famille, parfois, le gouvernement cherche intentionnellement à causer des ennuis, fait pression et ne te laisse plus tranquille. Tu devras payer une somme aux policiers et les amadouer. Tu vois, même si un patron de la pègre a l’air impressionnant, lorsqu’il se rend dans un commissariat, il doit tout de même faire des courbettes, il n’ose pas se montrer arrogant. Comme le disent ces dictons chez les incrédules : « Pendant que le prêtre escalade un poteau, le diable en escalade dix » et « Il y a toujours un plus gros poisson. » Cela signifie que tout le monde malmène les autres et se fait malmener, et c’est l’essence et le phénomène même de cette intimidation.

En ce qui concerne le problème de l’intimidation, puisque c’est quelque chose que personne ne peut éviter, comment cela devrait-il être géré ? Au sein de l’Église, même si tu ne crains peut-être pas d’être malmené, est-ce que ce genre de chose existe ? Est-ce que ça peut arriver ? Lorsque tu interagis avec des non-croyants, il se peut qu’ils te malmènent. Alors, cela ne se produit-il pas dans l’Église ? (Si, cela se produit.) Cela se produit à divers degrés, parce que tous les gens sont corrompus par Satan. Avant que les gens n’atteignent le salut, ils révèlent souvent de la corruption, et l’un des aspects de ces révélations de corruption, c’est le fait de traiter les autres selon leur propre volonté, de ne pas les aborder de manière juste. Lorsque cette manière injuste de traiter les autres survient, cela conduit à malmener les autres et à se faire malmener. Alors, ces choses arrivent parfois et les gens ne peuvent pas y échapper ni les éviter. Quel est le principe correct pour faire face à ce problème et le gérer ? (En se basant sur les paroles de Dieu, en se basant sur les principes.) Cela est vrai en théorie. Qu’en est-il de la manière spécifique de mettre cela en pratique ? Comment comprends-tu le problème qui consiste à malmener et à être malmené ? Par exemple, disons que tu écris une lettre pour signaler des problèmes avec un faux dirigeant, et que le faux dirigeant veut te malmener en disant : « Si tu ne te comportes pas correctement, si tu continues à signaler mes problèmes aux supérieurs, à me dénoncer ou à écrire des choses négatives dans mes évaluations, je te tuerai ! J’ai le pouvoir de t’expulser. N’as-tu pas peur ? » Comment gérerais-tu cette situation ? Il te menace ; pour être plus précis, il te malmène. Il a le pouvoir, et tu es un croyant ordinaire, alors il te tourmente de manière arbitraire sans aucun principe ni ligne de base. Il te traite de la même manière que Satan traite les gens. Pour le dire en termes concrets, n’est-il pas en train de te malmener ? N’essaie-t-il pas de te tourmenter ? (Si.) Alors, comment gérerais-tu cela ? Ferais-tu des compromis ou t’en tiendrais-tu aux principes ? (Je m’en tiendrais aux principes.) En théorie, les gens devraient s’en tenir aux principes et ne pas avoir peur de ce faux dirigeant. Sur quoi cela se base-t-il ? Pourquoi ne devrais-tu pas avoir peur de lui ? S’il t’expulse réellement, auras-tu peur ? Parce qu’il peut vraiment t’expulser, tu n’oseras peut-être pas t’en tenir aux principes et il se peut que tu aies peur. À quel moment ce problème atteint-il une impasse ? Comment peux-tu avoir peur ? (J’ai peur parce que je ne crois pas que la maison de Dieu est dirigée par la vérité.) C’est un aspect des choses. Tu dois avoir cette foi et dire : « Tu es une personne malfaisante. Ne crois pas que tu as le pouvoir de m’expulser simplement parce que tu es un dirigeant aujourd’hui. Ce serait mal de m’expulser. Cela se saura tôt ou tard. La maison de Dieu n’est pas soumise à ta seule autorité. Si tu m’expulses aujourd’hui, tu seras un jour puni. Si tu ne me crois pas, attends de voir. La maison de Dieu est dirigée par la vérité, par Dieu. Les gens ne peuvent pas te punir, mais Dieu peut te révéler et t’éliminer. Quand tes méfaits seront exposés, alors tu feras face à ta punition. » As-tu cette foi ? (Oui.) Vraiment ? Alors, pourquoi ne pouvez-vous pas dire cela ? Il semble que tu seras en danger si tu te retrouves dans une telle situation ; tu manques de courage et de véritable foi. Lorsque tu feras réellement face à ce genre de problème, lorsque tu croiseras des personnes malfaisantes et des antéchrists qui sont aussi féroces et dont les méthodes pour tourmenter les gens sont comparables à celles du grand dragon rouge, que feras-tu donc ? Tu te mettras à pleurer en disant : « Oh, je suis de faible stature, je suis timide, j’ai toujours eu peur des ennuis, j’ai même peur qu’une feuille d’arbres me tombe sur la tête. J’espère vraiment ne pas avoir à faire face à de telles personnes. Que ferais-je si elles me malmènent ? » Cette personne est-elle en train de te malmener ? Elle n’est pas en train de te malmener ; c’est Satan qui te tourmente. En regardant les choses d’un point de vue humain, tu dirais : « Cette personne est impressionnante, elle a un statut et malmène les gens candides qui n’ont pas de statut. » Est-ce bien ce qu’il se passe ? Du point de vue de la vérité, ce n’est pas de l’intimidation ; c’est Satan qui fait souffrir les gens, les tourmente, les berne, les corrompt et les piétine. Comment devrais-tu gérer ces actions de Satan et y faire face ? Devrais-tu avoir peur ? (Non, je devrais faire un rapport sur cette personne et l’exposer.) Dans ton cœur, tu ne devrais pas avoir peur d’elle. Si ce n’est pas le moment approprié pour signaler ses problèmes et l’affronter, tu devrais temporairement la supporter et trouver le bon moment pour la signaler plus tard. S’il y a d’autres personnes perspicaces comme toi parmi tes frères et sœurs, vous devriez vous unir pour signaler et exposer ses méfaits. Si personne d’autre n’est perspicace et que, lorsque tu fais la démarche de la signaler, tout le monde te rejette, fais preuve de patience pour le moment. Lorsque les dirigeants supérieurs viendront dans votre église pour vérifier le travail et faire un suivi, trouve un moment approprié pour parler des problèmes de cette personne à ce dirigeant, énonce clairement ses méfaits en détail, et laisse les dirigeants la renvoyer. Est-ce sage ? (Oui.) D’un côté, tu dois avoir la foi et ne pas craindre les personnes malfaisantes, les antéchrists ou Satan. D’un autre côté, tu ne devrais pas voir leurs actions envers toi comme celles d’une personne qui en malmène une autre ; tu devrais voir qu’en essence, c’est Satan qui berne, tourmente et piétine les gens. Ensuite, selon la situation, tu devrais faire preuve de sagesse pour gérer leurs attaques, trouver le bon moment pour les exposer et les signaler et sauvegarder les intérêts de la maison de Dieu et du travail de l’Église. C’est là le témoignage dans lequel tu devrais tenir ferme et le devoir et l’obligation que tu devrais accomplir en tant que personne. Peu importe à quel point ces gens te malmènent ou te traitent injustement, ne le vois pas comme de l’intimidation. Ce ne sont pas eux qui te malmènent, c’est Satan qui berne, piétine et tourmente les gens. Dirais-tu que le grand dragon rouge te malmène lorsqu’il persécute les croyants en Dieu ? (Non.) Il ne te malmène pas. Pourquoi te persécute-t-il ? (Parce que son essence est de résister à Dieu.) Son essence est de résister à Dieu. Il voit Dieu comme un ennemi et voit toute l’œuvre de Dieu comme un clou dans son œil et une épine dans ses côtes. Il voit aussi les gens sélectionnés par Dieu comme étant ses ennemis. Si tu suis Dieu, il te haïra, tout comme il est dit dans la Bible : « Si le monde vous hait, sachez qu’il m’a haï avant vous » (Jean 15:18). Le grand dragon rouge déteste les gens, il déteste Dieu, il voit Dieu comme un ennemi, et, il voit d’autant plus comme des ennemis ceux qui suivent Dieu, en particulier ceux qui pratiquent la vérité. C’est pour cette raison qu’il veut te persécuter, te tuer, t’empêcher de suivre Dieu, t’obliger à l’adorer et à le suivre et te faire maudire Dieu. Tu diras peut-être : « Je ne Le maudirai pas. » Ensuite, il te menacera : « Si tu ne maudis pas Dieu, tu mourras ! » Il essaiera de te contraindre à dire « Le Parti communiste est bon », et tu répondras : « Je ne le dirai pas. » Alors il dira : « Si tu ne le dis pas, je vais te maltraiter, je te traiterai et te répondrai par de cruelles tortures. » Est-il en train de te malmener ? Non, ça, c’est Satan qui maltraite les gens. Est-ce que tu comprends ? (Je comprends.) Tu dois avoir une compréhension correcte lorsqu’il s’agit de faire face aux problèmes d’intimidation. Dans la société et parmi les groupes de gens, si tu regardes les choses d’un point de vue humain, chaque personne prend aussi bien le rôle de malmener que d’être malmené. Mais si tu regardes les choses du point de vue de la vérité, tu ne devrais pas les voir ainsi. L’essence du comportement de n’importe quelle personne cherchant à te malmener et à te contrôler n’est pas considérée comme de l’intimidation. Ce sont plutôt les duperies, la maltraitance, les manipulations, le piétinement et la corruption de Satan. Pour être précis, cela signifie que cette personne ne te traite pas selon des méthodes humaines et rationnelles, elle ne traite pas de manière juste, mais au contraire, elle adopte le point de vue et la position de Satan et utilise les pensées de Satan comme guide dans sa manière de te traiter, de te parler et d’interagir avec toi. Par exemple, suppose qu’une personne malfaisante et toi partagiez une chambre. Tu arrives le premier, donc tu devrais choisir en premier l’endroit qui te convient et tu choisis le lit du bas. Dès que l’autre arrive et voit cela, il dit : « Avais-tu le droit de choisir le lit du bas ? Je n’ai même pas encore choisi, est-ce ton tour ? Tu oses dormir sur le lit du bas en dépit de ma volonté ? Quelle audace ! Tu n’en as même pas discuté avec moi et tu as juste décidé de choisir de dormir dans le lit du bas. Monte donc dans le lit du haut ! » Tu réponds : « Pourquoi ne dormirais-tu pas dans le lit du haut ? Tu es arrivé après moi ; selon cet ordre, tu devrais dormir dans le lit du haut. » Il dit : « Cet ordre ? Je n’ai jamais suivi aucun ordre ! Je ne fais la queue nulle part ! Je ne ferais même pas la queue pour rencontrer le président ! As-tu pris la peine de savoir qui je suis ? Tu oses me parler d’ordre ? Quelle audace ! Tu veux mourir ? Monte dans le lit du haut ! » Alors, tu dois obéir et monter dormir dans le lit du haut. Cette personne est-elle en train de te malmener ? D’un point de vue humain, c’est ce qu’il semblerait. Elle te voit comme quelqu’un de candide, quelqu’un qu’elle peut manipuler. Elle déploie une intimidante démonstration de puissance pour commencer et t’enseigne une leçon pour que tu comprennes qui elle est. Ça, c’est lorsqu’on regarde les choses d’un point de vue humain ou du point de vue des sentiments humains ou de la chair. Mais si tu regardes cela du point de vue de la vérité, peux-tu le percevoir de la même manière ? Tu as choisi le lit du bas en premier, tout était en ordre, mais la personne a insisté pour que tu changes, elle t’a embêté jusqu’à ce que tu prennes le lit du haut. N’est-ce pas déraisonnable ? N’est-elle pas en train de te tourmenter ? Ne te traite-t-elle pas autrement que comme un humain ? Ne te manque-t-elle pas de respect ? N’agit-elle pas comme un chef en te traitant comme un serviteur ou un esclave ? Quelle est la logique derrière ses pensées ? Tous les gens qui ne sont pas aussi terrifiants qu’elle sont ses serviteurs, elle peut leur donner des ordres et les tourmenter. Du point de vue de la vérité, on ne peut pas appeler cela de l’intimidation ; il s’agit plutôt de tourmenter les gens. Qui est capable de tourmenter les gens ? Ceux qui sont malfaisants, les démons, les voyous, les hooligans, les fripouille, les gens déraisonnables, qui manquent d’humanité et n’ont de respect pour personne. Où qu’ils aillent, ces gens ne respectent pas les règles. Ils agissent comme s’ils étaient le chef, comme si tout ce qui était bon, avantageux ou bénéfique n’appartenait qu’à eux. Les autres n’ont pas le droit d’avoir la moindre part dans ces choses, ni même d’y penser. N’est-ce pas là une fripouille ? (Si.) C’est ce que font les fripouilles et les démons. Ils te tourmentent ainsi, alors ne te sentirais-tu pas effrayé ? Tu te dirais : « Oh, bon sang, il y a donc des personnes aussi impressionnantes, après tout ! Cette personne pense même que je n’ai pas le droit de dormir dans le lit du bas. Que se passe-t-il ? » Tu serais effrayé, et à partir de ce moment-là, lorsque tu parlerais à cette personne, tu devrais te montrer sélectif. Tu serais obligé d’y réfléchir et tu te dirais : « Je ne peux pas la contrarier et je ne peux pas la provoquer. Si je la provoque, elle va me faire passer un mauvais quart d’heure. » Si tu as ce genre d’état d’esprit, alors elle a atteint son but. Quel est son but ? Elle veut t’effrayer et que tu aies peur d’elle, elle veut créer une différence hiérarchique entre elle et toi dans laquelle elle a la position de chef et tu es le serviteur ; où que tu ailles, tu es obligé de l’écouter et de lui céder. N’est-ce pas là le principe à partir duquel Satan fait les choses ? Il faut que cette personne soit le chef et que tu sois son serviteur. Tu dois te laisser arbitrairement discipliner, te laisser diriger et manipuler par elle : tu dois lui céder en toute chose. Tu ne peux pas te placer comme son égal ; si tu veux être son égal, la seule possibilité serait qu’elle soit morte – tu ne mérites que d’être l’égal d’une personne morte. Dis-Moi, à quel point as-tu été malmené par cette personne ? Au fond de ton cœur, est-ce que ses méfaits et ses manières abusives t’effraient ? (Oui.) Tu as accepté ce fait, tu as fait des compromis, alors peut-on dire qu’en conséquence, tu as été corrompu par cette personne ? Elle te tient fermement sous son emprise ; lorsqu’elle agit mal et viole les principes, tu n’oses pas élever la voix, parce qu’un peu plus tôt, elle t’a fait passer du lit du bas à celui du haut par un unique coup de pied. Tu n’oses plus la provoquer ; quand tu la vois, tu la contournes et la simple mention de son nom te donne des sueurs froides. Cela ne veut-il pas dire que tu as peur d’elle ? Tu n’oses pas la traiter justement, selon les principes ; elle te tient fermement sous son emprise. Quelle est l’essence de cette emprise qu’elle a sur toi ? Cela signifie qu’elle te possède et te contrôle. N’est-ce pas le cas ? (Si.) Alors, comment les gens devraient-ils aborder cette situation pour éviter de se faire contrôler par cette personne ? Tu devrais considérer le problème des individus malfaisants qui malmènent les gens comme un phénomène à travers lequel Satan corrompt et maltraite les gens. Une fois que tu as perçu l’essence de cela, comment devrais-tu l’aborder ? Au fond de ton cœur, tu devrais abhorrer et rejeter les individus malfaisants, pas les craindre. Tu devrais te dire : « Oh, tu veux que je dorme dans le lit du haut ? D’accord, je vais dormir dans le lit du haut. Mais aujourd’hui, j’ai vu les actions d’une autre personne malfaisante, j’ai reconnu l’essence d’une personne malfaisante de plus, et à partir de maintenant, je serai à même de discerner un nouveau type de comportement que mettent en œuvre les personnes malfaisantes au cours de leur vie quotidienne et derrière le dos des gens. À partir d’aujourd’hui, je regarderai de près ce qu’elle dit et fait, et si elle se livre à la tromperie. Si la maison de Dieu l’utilise, je verrai si elle agit selon les principes, si elle préserve les intérêts de la maison de Dieu, si elle dilapide les offrandes et si elle tourmente encore les autres. » Tout au fond de ton cœur, tu devrais prier : « Dieu, je Te prie d’exposer cette personne malfaisante, aide-moi à discerner ses mauvaises actions et son essence. Aide-moi à rassembler des preuves de ses méfaits et donne-moi le courage, donne-moi la capacité de ne pas avoir peur des gens malfaisants et d’avoir la foi et la force pour les combattre. » Même si tu partages toujours une chambre avec cette personne, et que rien n’aura changé en surface, au fond de ton cœur, tu n’auras pas peur d’elle, parce que tout ce qu’elle fait, ce n’est pas de l’intimidation, c’est la révélation et l’exposition de sa nature satanique. Lorsque tu la percevras ainsi, auras-tu encore peur d’elle ? Avec chaque méfait qu’elle révèle et chaque parole absurde qu’elle prononce, tu la maudiras dans ton cœur en disant : « Tu es un démon, tu es Satan, tu fais le mal et tu résistes à Dieu, et un jour ou l’autre, tu seras maudit. Dieu ne te laissera pas t’échapper ; à la fin, tu seras exposé ! » Voilà comment tu devrais réagir face aux personnes malfaisantes. Tu dois avoir la foi et la force de te battre contre elles et tu dois prier Dieu, ainsi, ton cœur aura la force et tu n’auras pas peur d’elles. Alors, qu’en dis-tu ? Ces tactiques ne sont-elles pas efficaces ? (Elles sont efficaces.) Lorsque tu perçois ces personnes ainsi du point de vue de la vérité, n’est-ce pas plus concret que ce que tes parents t’ont appris : « Une personne ne doit jamais chercher à faire du mal aux autres, mais doit toujours se préserver du mal que les autres pourraient lui faire » ? Quel est l’utilité de se préserver ? Tu ne peux pas te préserver contre la maltraitance et la corruption de Satan. La corruption et la maltraitance de Satan envers toi ne sont pas des choses dont tu peux te préserver, elles sont partout. La corruption de Satan chez les gens n’est pas seulement en surface, elle n’est pas seulement externe ; il te corrompt aussi dans tes pensées. Peux-tu te préserver de cela ? Le plus important, c’est que tu t’équipes de la vérité et que tu t’appuies sur Dieu. Non seulement tu devrais discerner les actions des personnes malfaisantes, mais aussi leur essence, et en même temps, tu devrais discerner les divers points de vue et pensées exprimés par les personnes malfaisantes. Ensuite, équipe-toi de la vérité et utilise les paroles de Dieu et la vérité pour les exposer et les disséquer, afin que tes frères et sœurs puissent aussi acquérir du discernement. Ensuite, tout le monde peut se mettre debout pour les rejeter ensemble. Cela n’est-il pas formidable ? Si tu es toujours sur la défensive, toujours en train de te préserver, toujours en train de refuser ou d’éviter les choses, c’est un comportement lâche, ce n’est pas le comportement d’un vainqueur.

Après avoir échangé sur tout cela, est-ce que vous avez une nouvelle vision concernant les gens qui se font malmener ? L’intimidation est-elle une bonne chose ? (Non, ça ne l’est pas.) Quelle est la nature de l’intimidation ? (Ce sont des gens malfaisants qui tourmentent les autres.) En essence, ce sont des gens malfaisants et Satan qui tourmentent les autres et les bernent. À présent, quelle est la nature du fait de se faire malmener ? (C’est être faible, ne pas pratiquer la vérité, ne pas oser se mettre debout et résister.) C’est exact, avoir peur des gens malfaisants, craindre les forces du mal, manquer de foi pour combattre Satan, manquer de foi pour reconnaître, discerner et percer à jour la face hideuse de Satan et manquer de foi pour résister au piétinement et à la maltraitance de Satan – et n’est-ce pas la nature de cela ? (Si.) Ceux qui n’ont pas de foi ont toujours un nœud dans le cœur ; ils ont toujours peur et se disent : « Je ne dois pas me faire malmener par les autres. Je ne malmène pas les autres et je ne dois pas être malmené par les autres, comme l’a dit ma mère : “Une personne ne doit jamais chercher à faire du mal aux autres, mais doit toujours se préserver du mal que les autres pourraient lui faire.” » Il prie Dieu en disant : « Oh, Dieu, s’il Te plaît, ne me laisse pas croiser la route de personnes malfaisantes ; je suis timide, j’ai toujours été candide et simple. Je crois en Toi et je Te suis ; Tu dois me protéger ! » C’est vraiment être lâche. Tu as entendu tant de vérités et tu comprends tant de vérités. Tu n’as pas peur des démons et de Satan, alors as-tu peur des personnes malfaisantes ? Avez-vous peur du grand dragon rouge ? (Si je me fais attraper, j’aurai peur, mais je peux prier Dieu et m’appuyer sur Lui.) Cela signifie que tu n’as pas été effrayé par sa malfaisance. C’est aussi quelque chose qui ne se manifeste qu’avec une certaine base de foi. Certains disent : « Tu dis que j’ai peur du grand dragon rouge. Si j’avais peur du grand dragon rouge, serais-je arrivé jusqu’ici ? N’est-ce pas un fait ? Mais si tu me demandes de dire que je n’ai pas peur du grand dragon rouge, je crains encore un peu de le faire. Et si le grand dragon rouge en entend parler ? » Là, il y a encore de la peur. De telles personnes ont un peu peur de dire publiquement que le grand dragon rouge est malveillant et cruel ; elles manquent de foi et leur stature est encore trop petite. Je ne te demande pas de te battre ouvertement contre le grand dragon rouge ou de le provoquer. Mais au fond de ton cœur, au moins, tu devrais savoir que le grand dragon rouge, ce démon, traite les gens en les maltraitant, en les corrompant, en les bernant et en les piétinant, et ensuite il les dévore. Ce n’est pas de l’intimidation ; ce n’est pas comme s’il malmenait et tourmentait les croyants parce qu’ils sont candides, qu’ils suivent les règles et se soumettent à la loi. Cela n’a aucun sens, c’est une affirmation qui manque de compréhension spirituelle. Le grand dragon rouge te maltraite. Comment te maltraite-t-il ? Il te menace, t’intimide, te persécute et te torture. Quel est son but en te maltraitant ? Il veut te faire abandonner ta foi, te faire renier Dieu, abandonner Dieu, te compromettre avec lui, et pour finir, il veut que tu l’adores, le suives, que tu sois subjugué par lui, que tu acceptes ses diverses pensées et t’agenouilles en adoration devant lui. Il se délecte de cela ; c’est la raison pour laquelle il te persécute. Parce qu’il voit que tu suis Dieu et non lui, il devient jaloux et ne veut pas te laisser partir. Bien sûr, si tu ne suis pas Dieu, te laissera-t-il partir ? (Non, il maltraite aussi ceux qui ne croient pas en Dieu.) C’est exact, en termes familiers, il est simplement comme ça ; pour être plus précis, c’est sa nature-essence. Même ceux qui le suivent, ceux qui chantent ses louanges, se font tout de même maltraiter, berner et piétiner par lui, et après les avoir utilisés, il les jette et tue même certains d’entre eux pour les faire taire, finissant par les dévorer complètement. Dans tous les cas, les choses ne se terminent pas bien pour eux. Quoi qu’il arrive, les gens devraient voir clairement que le but ultime du conditionnement familial et de l’instillation de divers points de vue et pensées dans les gens n’est pas vraiment de les protéger ou de les mener sur le bon chemin. Au contraire, c’est d’éloigner les gens de Dieu, de les pousser à vivre selon les philosophies de Satan et de faire accepter aux gens, de façon répétée et cyclique, d’être piétinés par les diverses pensées et le conditionnement émanant des diverses tendances malfaisantes qui viennent de la société et de Satan. Quels que soient les intentions ou les objectifs initiaux des familles qui agissent ainsi, au final, cela ne peut pas mener les gens vers le bon chemin ou les conduire à entrer dans la vérité-réalité et finalement atteindre le salut. Ainsi, les divers points de vue et pensées qui viennent de la famille sont quelque chose que les gens doivent abandonner, quelque chose qu’ils devraient abandonner dans le processus et sur leur chemin de la poursuite de la vérité. Voilà, mettons un terme à notre échange pour aujourd’hui. Au revoir !

Le 4 mars 2023

Cliquez sur le bouton pour nous contacter, et de bonnes nouvelles de Dieu viendront à vous et à votre famille !

Contactez-nous par WhatsApp