« Dieu Lui-même, l’Unique III » | Extrait 127

Croire au destin ne peut pas se substituer à une connaissance de la souveraineté du Créateur

Après avoir été un disciple de Dieu pendant tant d'années, y a-t-il une différence substantielle entre votre connaissance du destin et celle des gens de ce monde ? Avez-vous vraiment compris la prédestination du Créateur et vraiment appris à connaître la souveraineté du Créateur ? Certaines personnes ont une compréhension profonde, vraiment intensément ressentie de l'expression « c'est le destin », mais elles ne croient absolument pas dans la souveraineté de Dieu, ne croient pas que le destin humain est arrangé et orchestré par Dieu et ne sont pas disposées à se soumettre à la souveraineté de Dieu. Ces personnes sont comme à la dérive sur l'océan, ballottées par les vagues, flottant avec le courant, sans autre choix que d'attendre passivement et de se résigner à leur destin. Pourtant, elles ne reconnaissent pas que le destin humain est soumis à la souveraineté de Dieu ; elles ne peuvent pas venir à connaître la souveraineté de Dieu de leur propre initiative, et ainsi reconnaître l'autorité de Dieu, se soumettre aux orchestrations et aux arrangements de Dieu, cesser de résister au destin, et vivre sous les soins, la protection et la direction de Dieu. En d'autres termes, accepter le destin n'est pas la même chose que de se soumettre à la souveraineté du Créateur ; la croyance au destin ne signifie pas que l'on accepte, reconnaisse et connaisse la souveraineté du Créateur ; la croyance au destin n'est qu'une reconnaissance de ce fait et de ce phénomène extérieur, ce qui est différent de comprendre comment le Créateur régit le destin de l'humanité, de reconnaître que le Créateur est la source de la domination sur le destin de toutes choses, et encore plus de se soumettre aux orchestrations et aux arrangements du Créateur pour le destin de l'humanité. Si une personne croit simplement au destin – en a même un profond sentiment –, mais, pour autant, n'est pas en mesure de connaître, de reconnaître, et d'accepter la souveraineté du Créateur sur le destin de l'humanité, ni de s'y soumettre, alors sa vie sera néanmoins une tragédie, une vie vécue en vain, du néant ; elle sera toujours incapable de se soumettre à la domination du Créateur, de devenir un être humain créé dans le sens le plus vrai de l'expression, et de jouir de l'approbation du Créateur. Une personne qui connaît vraiment et expérimente la souveraineté du Créateur devrait être dans un état actif, et non passif ou impuissant. Tout en acceptant que toutes les choses soient conduites par le destin, il lui faut posséder une définition précise de la vie et du destin : que chaque vie est soumise à la souveraineté du Créateur. Quand on regarde en arrière sur la route que l'on a parcourue, quand on se rappelle toutes les étapes de son voyage, on voit qu'à chaque étape, que sa route ait été ardue ou facile, Dieu guidait son sentier, le planifiait. Ces méticuleux arrangements de Dieu, Sa planification ordonnée, ont conduit l'homme, inconsciemment, jusqu'à ce jour. Être en mesure d'accepter la souveraineté du Créateur, de recevoir Son salut, quelle grande fortune ça représente ! Si l'attitude d'une personne envers le destin est passive, cela prouve qu'elle résiste à tout ce que Dieu a arrangé pour elle, qu'elle n'a pas une attitude de soumission. Si l'attitude de l'homme envers la souveraineté de Dieu sur le destin humain est active, quand il regarde en arrière sur son parcours, quand on comprend vraiment la souveraineté de Dieu, on désirera plus ardemment se soumettre à tout ce que Dieu a arrangé, on aura plus de détermination et de confiance pour laisser Dieu orchestrer son destin, pour cesser de se rebeller contre Dieu. Car on voit que lorsque l'on ne comprend pas le destin, quand on ne comprend pas la souveraineté de Dieu, quand on avance consciemment à l'aveuglette, en chancelant et en titubant à travers le brouillard, le voyage est trop difficile, trop pénible. Donc, quand les gens reconnaissent la souveraineté de Dieu sur le destin humain, les plus intelligents choisissent de le connaître et de l'accepter, de dire adieu aux jours douloureux alors qu'ils essayaient de se façonner une bonne vie de leurs propres mains, au lieu de continuer à lutter contre le destin et de poursuivre leurs soi-disant objectifs de la vie à leur manière. Quand on n'a pas Dieu, quand on ne peut pas Le voir, quand on ne peut pas reconnaître clairement la souveraineté de Dieu, chaque jour est vide de sens, sans valeur, misérable. Partout où l'on est, quel que soit son travail, ses moyens de subsistance et la poursuite de ses objectifs n'apportent que du chagrin sans fin et de la souffrance affligeante, au point que l'on ne peut pas supporter de regarder en arrière. Ce n'est qu'en acceptant la souveraineté du Créateur, en se soumettant à Ses orchestrations et arrangements, et en cherchant la vraie vie humaine, que l'on se libérera progressivement de toute peine et de toute souffrance et que l'on éliminera tout le néant de la vie.

Extrait de « Dieu Lui-même, l'Unique III »

Nous sommes déjà dans les derniers jours. Savez-vous comment faire pour accueillir le Seigneur et être enlevés jusqu’au royaume des cieux? Contactez-nous dès maintenant pour en discuter.
Contactez-nous
Contactez-nous par Whatsapp

Contenu connexe