Paroles sur l’accomplissement d’un devoir (Extrait 38)

Que se passe-t-il lorsque certains sont trop dépourvus de connaissances professionnelles pour accomplir leurs devoirs et qu’ils ont beaucoup de difficultés à apprendre quoi que ce soit ? La raison en est qu’ils sont de calibre médiocre. La vérité est hors d’atteinte pour les personnes de calibre excessivement faible, et elles n’apprennent pas facilement. La plupart d’entre elles ont des lacunes fatales ; non seulement elles n’ont pas de conscience ou de raison, mais elles n’ont pas non plus de place pour Dieu dans leur cœur. Leurs yeux sont sans vie et ternes, et elles sont dans la stupeur, tout comme les animaux. Elles ne savent que manger, boire et s’amuser, et elles n’étudient pas et n’ont aucune compétence. Elles n’apprennent les choses qu’à un niveau superficiel et pensent qu’elles ont compris alors qu’elles n’ont fait qu’effleurer la surface. Lorsque d’autres essaient de fournir plus d’explications, elles refusent d’écouter, estimant que ce n’est pas nécessaire. Elles n’écoutent ni n’acceptent rien de ce que les autres disent, et par conséquent, elles ne peuvent rien accomplir et sont fondamentalement inutiles. Le fait d’être de calibre médiocre est, en soi, fatal. Si l’on a également un mauvais tempérament, qu’on manque de moralité, qu’on n’écoute pas les conseils, qu’on ne peut pas accepter les choses positives et qu’on n’est pas disposé à apprendre et à accepter de nouvelles choses, on est alors inutile ! Ceux qui accomplissent leurs devoirs doivent avoir une conscience et une raison, connaître leur propre mesure et leurs propres défauts, et comprendre ce qui leur manque et ce qu’ils doivent améliorer. Ils doivent toujours sentir qu’il leur manque beaucoup de choses, et que s’ils n’étudient pas et n’acceptent pas de nouvelles choses, ils risquent d’être éliminés. S’ils ont le sentiment d’une crise imminente dans leur cœur, cela leur donne la motivation et la volonté d’apprendre des choses. D’un côté, il faut s’équiper de vérités, et de l’autre, il faut acquérir des connaissances professionnelles liées à l’accomplissement de ses devoirs. En pratiquant de cette façon, ils peuvent faire des progrès, et l’accomplissement de leurs devoirs donnera de bons résultats. Ce n’est qu’en accomplissant bien ses devoirs et en vivant à la ressemblance humaine que sa vie peut avoir de la valeur. Ainsi, l’accomplissement de ses devoirs est la chose la plus significative. Certains ont un mauvais tempérament, et ils sont non seulement ignorants, mais également arrogants. Ils pensent toujours que les autres les mépriseront et qu’ils perdront la face s’ils recherchent en toutes choses et écoutent toujours les autres, et que se comporter de cette manière manque de dignité. En réalité, c’est le contraire. Être arrogant et suffisant, ne rien apprendre, être à la traîne et être dépassé en tout, et manquer de connaissances, de perspicacité et d’idées, c’est ce qui est vraiment embarrassant, et c’est à ce moment-là que l’on perd son intégrité et sa dignité. Certaines personnes ne peuvent rien faire de bien, ont une compréhension rudimentaire de tout ce qu’elles apprennent, se contentent de comprendre seulement quelques doctrines et pensent qu’elles sont compétentes. Mais elles ne parviennent toujours pas à accomplir quoi que ce soit, et elles n’ont pas de résultats tangibles. Si tu leur dis qu’elles ne comprennent rien et qu’elles n’ont rien accompli, elles ne sont pas convaincues et défendent en permanence leur point de vue. Mais quand elles font des choses, elles les font mal, et elles manquent de sens commun. N’est-on pas inutile si l’on ne parvient à bien gérer aucune tâche ? N’est-on pas bon à rien ? Les personnes d’un calibre excessivement faible ne peuvent même pas gérer les tâches les plus simples. Elles sont bonnes à rien et leur vie n’a aucune valeur. Certains disent : « J’ai grandi à la campagne, sans instruction ni savoir, et mon calibre est médiocre, contrairement à vous, gens de la ville, qui êtes éduqués et instruits, et pouvez donc exceller en tout. » Cette déclaration est-elle correcte ? (Non.) En quoi est-elle incorrecte ? (Le fait qu’une personne puisse réussir des choses n’a rien à voir avec son environnement. Cela dépend principalement de sa capacité à faire des efforts pour apprendre et s’améliorer.) La manière dont Dieu traite les gens ne dépend pas de leur niveau d’instruction, ni du type d’environnement dans lequel ils sont nés, ni de leurs talents. Au contraire, Il traite les gens en fonction de leur attitude vis-à-vis de la vérité. À quoi cette attitude est-elle liée ? Elle est liée à leur humanité, et aussi à leurs tempéraments. Si l’on croit en Dieu, il faut être capable de manier correctement la vérité. Si tu as une attitude d’humilité et d’acceptation de la vérité, alors, même si tu es d’un calibre légèrement médiocre, Dieu t’éclairera et te permettra de gagner quelque chose. Si tu es d’un bon calibre mais que tu es toujours arrogant et présomptueux, que tu penses constamment que tout ce que tu dis est juste et que tout ce que les autres disent est faux, que tu refuses toutes les suggestions des autres, et même, que tu n’acceptes pas la vérité, et que tu lui résistes en permanence, quelle que soit la manière dont elle est partagée, alors une personne comme toi peut-elle gagner l’approbation de Dieu ? Le Saint-Esprit œuvrera-t-Il sur une personne comme toi ? Non. Dieu dira que tu as un mauvais tempérament et que tu n’es pas digne de recevoir Son éclairage, et si tu ne te repens pas, Il t’enlèvera même ce que tu avais autrefois. Voilà ce que c’est que d’être révélé. Les gens comme ça mènent des vies pathétiques. À l’évidence, ils ne sont rien et sont inaptes dans tous les domaines, pourtant ils continuent de penser qu’ils sont plutôt bons, et qu’ils sont meilleurs que tous les autres à tous égards. Ils ne parlent jamais de leurs défauts ni de leurs lacunes devant les autres, ni de leurs faiblesses et négativité. Ils feignent toujours d’être compétents et donnent toujours aux autres une impression fausse, leur faisant croire qu’ils sont habiles en tout, dépourvus de points faibles, qu’ils n’ont pas besoin d’aide, qu’ils n’ont pas besoin d’écouter les opinions des autres et qu’ils n’ont pas besoin d’apprendre de leurs points forts pour compenser leurs propres lacunes, et qu’ils seront toujours meilleurs que quiconque. De quel tempérament s’agit-il ? (De l’arrogance.) D’une telle arrogance ! Ces gens-là mènent une vie pathétique ! Sont-ils réellement capables ? Peuvent-ils réellement accomplir des choses ? Ils ont fait beaucoup d’erreurs dans le passé, et pourtant, ils continuent de penser qu’ils peuvent tout faire. N’est-ce pas vraiment déraisonnable ? Quand les gens sont dépourvus de raison à ce point, ils sont des gens à l’esprit confus. Ces gens-là n’apprennent pas de nouvelles choses et n’acceptent pas de nouvelles choses. Intérieurement, ils sont asséchés, étroits d’esprit et appauvris, et quelle que soit la situation, ils ne parviennent pas à concevoir et saisir les principes ni à comprendre les intentions de Dieu, et ils ne savent que s’en tenir aux règlements, prononcer des paroles et des doctrines, et se vanter devant les autres. Il en résulte qu’ils ne comprennent aucune vérité et ne possèdent pas la moindre parcelle de vérité-réalité, et pourtant ils continuent d’être très arrogants. Ils sont simplement des gens à l’esprit confus et sont profondément imperméables à la raison, et ils ne peuvent qu’être éliminés.

Lorsque vous coopérez avec d’autres pour accomplir vos devoirs, pouvez-vous être ouverts aux opinions divergentes ? Êtes-vous capable de laisser parler les autres ? (Je le suis un peu. Avant, la plupart du temps, je n’écoutais pas les suggestions des frères et sœurs et j’insistais pour faire les choses à ma manière. Ce n’est que plus tard, lorsque les faits ont prouvé que j’avais tort, que j’ai vu que la plupart de leurs suggestions étaient correctes, que c’était la solution dont tout le monde discutait qui était en fait appropriée, qu’en me fiant à mes propres opinions j’avais été incapable de voir clairement les choses et que j’avais été déficient. Après avoir vécu cela, je me suis rendu compte à quel point une coopération harmonieuse était importante.) Et que pouvez-vous constater à partir de cela ? En faisant cette expérience, avez-vous bénéficié de certains avantages et compris la vérité ? Croyez-vous qu’il existe quelqu’un de parfait ? Aussi forts, capables ou talentueux que soient les êtres humains, ils ne sont pas parfaits. Il faut l’admettre, c’est un fait, et c’est l’attitude que les gens devraient avoir pour aborder correctement leurs propres mérites et forces ou leurs propres défauts ; voilà la rationalité que l’on devrait posséder. Avec une telle rationalité, tu peux composer correctement avec tes points forts et tes points faibles tout comme avec ceux des autres, et cela te permettra de travailler harmonieusement à leurs côtés. Si tu as compris cet aspect de la vérité et si tu parviens à entrer dans cet aspect de vérité-réalité, tu arriveras à vivre en harmonie avec tes frères et sœurs, tirant parti de leurs points forts pour compenser les quelconques faiblesses que tu peux avoir. De cette manière, quel que soit le devoir ou la tâche que tu accomplis, tu les feras toujours de mieux en mieux et tu auras la bénédiction de Dieu. Si tu penses toujours que tu es bon et que les autres ne sont pas aussi bons que toi, et si tu veux toujours avoir le dernier mot, ce sera problématique. C’est un problème de tempérament. Ces gens-là ne sont-ils pas arrogants et suffisants ? Imagine que quelqu’un te donne de bons conseils, mais que tu penses que si tu les acceptes, il pourrait te regarder de haut et penser que tu n’es pas aussi bon que lui. Donc tu décides simplement de ne pas l’écouter. Au lieu de cela, tu essaies de lui faire de l’ombre avec de nobles et belles paroles pour qu’il te tienne en haute estime. Si tu interagis toujours avec les gens de cette façon, peux-tu coopérer avec eux harmonieusement ? Non seulement tu échoueras à atteindre l’harmonie, mais il y aura aussi des conséquences négatives. Au fil du temps, tous te percevront comme étant quelqu’un de trop malhonnête et malin, quelqu’un qu’ils ne peuvent pas comprendre. Tu ne pratiques pas la vérité, et tu n’es pas honnête, donc les autres sont rebutés par toi. Si tous sont rebutés par toi, est-ce que ça ne signifie pas qu’on te rejette ? Dites-Moi, comment Dieu traiterait-Il quelqu’un que tout le monde rejette ? Dieu détesterait aussi ce genre de personne. Pourquoi Dieu déteste-t-Il ces gens-là ? Même si leurs intentions dans l’accomplissement de leurs devoirs sont authentiques, Dieu déteste leurs méthodes. Le tempérament qu’ils révèlent et chacune de leurs pensées, de leurs idées et de leurs intentions sont malveillantes aux yeux de Dieu, et ce sont des choses que Dieu déteste et qui Le dégoûtent. Quand les gens utilisent en permanence des stratagèmes méprisables dans leurs paroles et dans leurs actes afin d’être tenus en haute estime, il s’agit là d’un comportement que Dieu déteste.

Quand les gens font leur devoir ou tout autre travail devant Dieu, leur cœur doit être pur : il doit être comme un bol d’eau fraîche – clair comme de l’eau de roche, sans impureté. Donc quel genre d’attitude est correct ? Quoi que tu fasses, tu es capable d’échanger avec les autres de tout ce qu’il y a dans ton cœur, peu importent les idées que tu peux avoir. Si quelqu’un dit que ta manière de faire les choses ne fonctionnera pas et qu’il propose une autre idée, et si tu as l’impression que c’est une idée plutôt bonne, alors tu renonces à ta propre façon de faire et tu fais les choses conformément à ce qu’il pense. Ce faisant, tout le monde voit que tu es capable d’accepter les suggestions des autres, de choisir le bon chemin, d’agir selon les principes, et avec transparence et clarté. Il n’y a pas de zone sombre dans ton cœur et tu agis et parles avec sincérité, en t’en tenant à une attitude d’honnêteté. Tu appelles un chat un chat. Si c’est ça, c’est ça, et si ce n’est pas ça, ce n’est pas ça. Pas de stratagème, pas de secret, juste une personne très transparente. N’est-ce pas là un type d’attitude ? C’est une attitude envers les gens, les évènements et les choses, et c’est représentatif du tempérament d’une personne. Au contraire, les gens ne s’ouvriront peut-être jamais aux autres et ne communiqueront peut-être jamais avec eux au sujet de ce qu’ils pensent. Quoi qu’ils fassent, ils ne consultent pas les autres. Au lieu de cela, ils gardent leur cœur fermé aux autres, paraissant être constamment sur leurs gardes vis-à-vis des autres, à chaque instant. Ils dissimulent autant qu’il est possible de le faire. N’est-ce pas là une personne malhonnête ? Ils ont une idée qui leur paraît ingénieuse, par exemple, et se disent : « Je vais la garder pour moi pour l’instant. Si je la partage, vous pourriez l’utiliser et me voler la vedette, et ça ne ferait pas l’affaire. Je vais la taire. » Ou s’il y a quelque chose qu’ils ne comprennent pas très bien, ils vont se dire : « Je ne vais pas m’exprimer maintenant. Si je le fais, et que quelqu’un dit quelque chose de plus subtil, est-ce que je ne passerai pas pour un idiot ? Tout le monde verra clair en moi et verra ma faiblesse dans ce domaine. Je ne dois rien dire. » Ainsi, indépendamment des considérations, indépendamment de la motivation sous-jacente, ils craignent que tout le monde les perce à jour. Vis-à-vis de leur devoir, des gens, des évènements et des choses, ils adoptent toujours ce type de point de vue et d’attitude. Quel genre de tempérament est-ce là ? Un tempérament tortueux, malhonnête et malveillant. En apparence, ils semblent avoir dit tout ce qu’ils croyaient pouvoir dire aux autres, mais sous la surface, ils retiennent certaines choses. Que retiennent-ils ? Ils ne disent jamais les choses qui touchent à leur réputation et à leurs intérêts, ils pensent que ces choses sont privées et ils n’en parlent jamais à personne, pas même à leurs parents. Ils ne disent jamais ces choses-là. C’est ça le problème ! Tu penses que si tu ne dis pas ces choses, Dieu n’en saura rien ? Les gens disent que Dieu sait, mais peuvent-ils avoir la certitude dans leur cœur que Dieu sait ? Les gens ne se rendent jamais compte que « Dieu sait tout, que ce que je pense dans mon cœur, même si je ne l’ai pas révélé, Dieu scrute en secret, Dieu sait absolument. Je ne peux rien cacher à Dieu, je dois donc en parler, échanger ouvertement avec mes frères et sœurs. Peu importe si mes pensées et mes idées sont bonnes ou mauvaises, je dois en parler honnêtement. Je ne peux pas être malhonnête, trompeur, égoïste ou méprisable. Je dois être une personne honnête. » Si les gens peuvent penser de cette manière, c’est la bonne attitude. Au lieu de chercher la vérité, la plupart des gens ont leurs propres intentions mesquines. Leurs propres intérêts, leur image et la place ou la position qu’ils occupent dans l’esprit des autres sont pour eux d’une grande importance. Ce sont les seules choses qu’ils chérissent. Ils s’y accrochent de toutes leurs forces et les considèrent comme leur propre vie. Et la manière dont Dieu les voit et les traite revêt une importance secondaire. Pour le moment, ils l’ignorent. Pour le moment, ils se demandent seulement s’ils sont le chef du groupe, si on les respecte et si leurs paroles ont du poids. Leur premier souci est d’occuper cette position. Presque tous les individus, lorsqu’ils sont dans un groupe, recherchent ce genre de position, ce genre d’opportunités. Quand ils sont très talentueux, ils veulent, bien sûr, être les meilleurs. Si leurs capacités sont dans la moyenne, ils voudront toujours occuper une position plus élevée au sein du groupe. Et même s’ils occupent une position inférieure dans le groupe, étant de calibre et de capacités moyens, ils voudront eux aussi que les autres les admirent, ils ne voudront pas que les autres les méprisent. Leur image et leur dignité, voilà où ils tracent la limite : ils doivent s’accrocher à ces choses. Ils pourraient n’avoir aucune intégrité et ne pas avoir l’approbation ni l’acceptation de Dieu, mais dans un groupe, ils ne peuvent absolument pas perdre le respect, le statut ou l’estime pour lesquels ils ont lutté : c’est là le tempérament de Satan. Mais les gens n’en ont pas conscience. Leur conviction est qu’ils doivent s’accrocher jusqu’au bout à cette image insignifiante. Ils ne se rendent pas compte que ce n’est que lorsque ces choses vaines et superficielles seront complètement abandonnées et mises de côté qu’ils deviendront de vraies personnes. Si une personne conserve comme étant la vie ces choses qui devraient être écartées, leur vie est perdue. Ils ne savent pas ce qui est en jeu. Et donc, quand ils agissent, ils retiennent toujours quelque chose, ils essaient toujours de protéger leur propre image et leur propre statut, ils les mettent en premier, ne parlant que pour leurs propres fins, pour leur propre défense fallacieuse. Tout ce qu’ils font, c’est pour eux-mêmes. Ils se précipitent vers tout ce qui brille, faisant savoir à tout le monde qu’ils y ont contribué. En réalité, ils n’y sont pour rien, mais ils ne veulent jamais être laissés pour compte, ils ont toujours peur que les autres les méprisent, ils ont toujours peur que les autres disent qu’ils ne sont rien, qu’ils sont incapables de quoi que ce soit, qu’ils n’ont aucune compétence. Tout cela n’est-il pas dirigé par leurs tempéraments sataniques ? Lorsque tu pourras te débarrasser des choses comme l’image et le statut, tu seras beaucoup plus détendu et libéré ; tu auras pris le chemin de l’honnêteté. Mais pour beaucoup, ce n’est pas facile à réaliser. Lorsque la caméra apparaît, par exemple, les gens se précipitent sur le devant de la scène. Ils aiment avoir leur visage devant la caméra : plus on les voit, mieux c’est. Ils ont peur de ne pas obtenir une couverture suffisante et ils paieront n’importe quel prix pour avoir la chance de l’obtenir. Et tout cela n’est-il pas dirigé par leurs tempéraments sataniques ? Ce sont leurs tempéraments sataniques. Donc, tu obtiens une couverture, et alors ? Les gens ont une haute opinion de toi, et alors ? Ils t’idolâtrent, et alors ? Est-ce que tout cela prouve que tu as la vérité-réalité ? Rien de tout cela n’a de valeur. Quand tu pourras surmonter ces choses, quand tu deviendras indifférent à elles et que tu cesseras de les trouver importantes, quand le souci de l’image, la vanité, le statut et l’admiration des autres ne contrôleront plus tes pensées ni ton comportement, et encore moins ta façon d’accomplir ton devoir, alors ta façon d’accomplir ton devoir deviendra de plus en plus efficace et de plus en plus pure.

Cliquez sur le bouton pour nous contacter, et de bonnes nouvelles de Dieu viendront à vous et à votre famille !

Contactez-nous par WhatsApp