En quoi consiste la poursuite de la vérité (2) (Partie 1)

Lors de notre dernière réunion, nous avons échangé sur ce en quoi consiste la poursuite de la vérité. Commençons par un rappel : en quoi consiste la poursuite de la vérité ? Avez-vous une réponse à cette question ? Y avez-vous réfléchi après notre échange précédent ? Une fois que nous aurons fini d’échanger sur certains sujets, vous devrez y réfléchir, puis les expérimenter et les parcourir de façon concrète dans votre vie réelle. Ce n’est qu’alors que vous pourrez acquérir la vraie connaissance. Ce n’est qu’alors que vous pourrez vraiment comprendre et apprécier les sujets sur lesquels vous avez réfléchi. Ce n’est qu’alors que vous pourrez offrir une véritable expérience et de véritables connaissances. N’est-ce pas ? (En effet.) Alors, avez-vous réfléchi à cette question ? En quoi consiste la poursuite de la vérité ? Quels sont les éléments concernés par la poursuite de la vérité ? Quelles sont les principales choses qu’elle implique ? Avez-vous résumé ces choses ? (La dernière fois, Dieu a commencé par échanger sur les diverses idées, opinions et attitudes erronées qu’a l’homme concernant la poursuite de la vérité, puis Dieu a échangé en détail sur les cinq étapes de la poursuite de la vérité.) Notre dernier échange comportait essentiellement deux parties principales : certains états négatifs ou certaines opinions erronées que beaucoup de gens ont par rapport à la poursuite de la vérité, les malentendus de l’homme sur la poursuite de la vérité, ainsi que les excuses et les justifications que les gens donnent pour ne pas poursuivre la vérité : c’était la première partie principale. La seconde était l’échange sur la façon de poursuivre la vérité, laquelle consistait en cinq étapes. Bien qu’il n’y ait eu que deux parties, nous avons abordé de nombreux détails et spécificités dans chacune d’elles. J’ai révélé certaines connaissances et compréhensions fallacieuses de l’homme sur la poursuite de la vérité et J’ai également exposé plusieurs difficultés que l’homme rencontre dans la poursuite de la vérité, ainsi que certaines excuses, certaines justifications et certains prétextes que ceux qui sont dégoûtés de la vérité trouvent pour ne pas la poursuivre. Les attitudes et les cognitions négatives et passives que les gens affichent lorsqu’il s’agit de poursuivre la vérité correspondent aux modes de vie et aux poursuites auxquels ils adhèrent dans leur vie réelle, ainsi qu’aux attitudes qu’ils maintiennent vis-à-vis de la vérité : tout cela est en lien avec les comportements spécifiques et les effusions spécifiques des gens. Ensuite, sur la base des divers comportements de l’homme, J’ai proposé plusieurs méthodes et étapes de pratique spécifiques concernant le chemin de la poursuite de la vérité. Tout cela est-il clair pour vous ? (Oui.) Vraiment ? Pourquoi ne dites-vous rien, alors ? On dirait que ce n’est pas encore très clair pour vous : il y a encore des choses sur lesquelles nous devons échanger.

La plus grande affaire, dans la croyance en Dieu, est la poursuite de la vérité. En quoi consiste la poursuite de la vérité ? Lorsqu’il s’agit de poursuivre la vérité, toutes les manifestations des gens révèlent bon nombre de leurs problèmes et de leurs difficultés, et les gens trouvent toutes sortes de justifications et d’excuses pour ne pas poursuivre la vérité : les barrières sont tellement grandes. En raison de leurs diverses difficultés, les gens semblent extrêmement pressés et déconcertés lorsqu’il s’agit de poursuivre la vérité et ils pensent que c’est très difficile. En fait, à la question elle-même, « en quoi consiste la poursuite de la vérité ? », il est facile de répondre, alors pourquoi les gens ne peuvent-ils pas poursuivre la vérité ? Quelle en est la raison ? Chacun se vante d’avoir une conscience et du bon sens, de croire sincèrement en Dieu, de pouvoir remplir son devoir, d’être disposé à souffrir et prêt à payer un prix. Comment se fait-il qu’avec ces bons comportements comme fondement, ils soient incapables de s’engager sur la voie de la poursuite de la vérité ? Ils ont une si bonne humanité, une telle intégrité et une bonne réputation. Ils ont leur volonté, leurs aspirations et leurs souhaits concernant leur poursuite. Ils ont leurs efforts subjectifs, leur volonté d’endurer les difficultés et une attitude positive pour ce qui est de payer un prix. Leur attitude, qui consiste à aspirer à accepter la vérité, est active, positive et tournée vers le haut. Avec ces choses comme fondement, comment se fait-il qu’ils ne puissent pas être considérés comme poursuivant la vérité ? Pourquoi est-ce qu’ils ne peuvent pas réussir à poursuivre la vérité ? Où est la racine du problème ? (L’homme n’aime pas la vérité et en est dégoûté par nature.) C’est une réponse appropriée. La raison la plus fondamentale est que les gens ont des tempéraments corrompus. Le tempérament corrompu de l’homme est de Satan, et tout ce qui est de Satan est antagoniste envers Dieu et la vérité. Par conséquent, demander aux gens de poursuivre la vérité équivaut à leur demander d’abandonner leur vie et leurs attributs inhérents, ainsi que leur mode de poursuite et leur vision de la vie. Abandonner ces choses erronées, abandonner leurs préférences charnelles et plutôt poursuivre et pratiquer les paroles de Dieu et la vérité, que leur chair n’aime pas, qu’ils ne possèdent pas et qu’ils dédaignent, détestent et rejettent, voilà ce qu’ils trouvent difficile. Te demander de poursuivre la vérité équivaut à te demander de laisser tomber ta vie inhérente. N’est-ce pas la même chose que de donner ta vie ? (Si.) C’est toi qui donnes ta propre vie. Les gens donnent-ils volontiers leur vie pour des choses ? (Non.) Au fond de leur cœur, ils se disent « je ne le ferai pas », cent fois, mille fois, dix mille fois : « je ne le ferai pas ». Quoi qu’il en soit, il leur est difficile d’abandonner les choses inhérentes et sataniques qu’ils possèdent. C’est un fait, un fait que vous avez profondément et véritablement expérimenté. Du plus profond de leur cœur, les gens ne veulent pas abandonner la chair, ni abandonner leur vie, dont la nature et l’essence sont de Satan, ni abandonner leurs attributs sataniques inhérents, ni leur nature satanique, afin de poursuivre la vérité. Ainsi, concernant ceux qui ont une nature satanique, qui vivent selon des tempéraments sataniques, aimer et poursuivre la vérité va à l’encontre de leur volonté et ils hésitent à le faire. Quelle est la racine de cela ? C’est que les attributs à l’intérieur de l’homme sont de Satan et qu’ils sont intrinsèquement antagonistes envers Dieu. Ainsi, après que les gens ont entendu et compris la vérité, seuls ceux qui aiment la vérité, qui sont prêts à lutter pour elle et à payer un prix, qui ont cette volonté, cette aspiration et ce souhait, sont capables de mettre la vérité en pratique dès qu’ils la comprennent. Eux seuls sont capables de vivre selon la vérité et de vivre sa réalité. Beaucoup de gens sont prêts à pratiquer la vérité, mais sont entravés par leur nature et leurs tempéraments sataniques : ils sont incapables de pratiquer la vérité, même s’ils le souhaitent. Le fait est que dans la vraie vie, pratiquer la vérité est une chose très difficile à faire. C’est une chose de te demander d’abandonner tes vêtements et tes bijoux préférés, ou les choses que tu apprécies, ou le travail et la carrière que tu aimes, ou tes atouts et tes passe-temps, ou toute autre chose de ce genre. Tu pourrais abandonner un de ces éléments : il est facile de les lâcher. Mais te faire abandonner ta chair et ton tempérament satanique pour en venir à pratiquer la vérité et à te soumettre à Dieu, c’est beaucoup plus difficile. Pour le dire en utilisant une formule inexacte, ce serait comme forcer un canard à monter sur un perchoir ou faire grimper un taureau à un arbre : ces choses seraient bien trop éprouvantes pour eux. Maintenant, il serait facile de faire monter un félin dans un arbre : pour lui, c’est naturel. Mais il serait tout à fait impossible de lui faire manger du foin plutôt que de la viande. Si tu demandes à une personne de souffrir un peu, de payer un petit prix et de vivre humblement pour le reste de sa vie, c’est quelque chose que peut réaliser quiconque en a la volonté. En fait, aucune difficulté physique ne pose de gros problème à quelqu’un qui croit vraiment en Dieu et aspire à la vérité. Ne pas se livrer aux conforts charnels, par exemple, ou réduire chaque jour son temps de sommeil, ou vivre dans la rue dix ans d’affilée, ou se contenter d’une nourriture, de vêtements, d’un logement et d’un moyen de transport très modestes… de telles difficultés et de tels prix peuvent être supportés par n’importe qui, tant que la personne a la volonté de le faire, qu’elle est prête à poursuivre la vérité et qu’elle a un peu de maîtrise d’elle-même. Mais si tu demandes à quelqu’un d’abandonner la chair et Satan, d’agir en conformité totale avec les exigences de Dieu et sur la base de Ses paroles, de pratiquer selon la vérité et ainsi, d’atteindre la soumission à Dieu, n’importe qui trouverait cela difficile. C’est là que résident les difficultés de l’homme. Ainsi, en poursuivant la vérité, ce n’est pas comme si les gens pouvaient simplement prendre une résolution et l’essayer, ou faire preuve de retenue et suivre les règles, puis être capables de mettre la vérité en pratique et de posséder la vérité. Poursuivre la vérité est la chose la plus dure et la plus difficile à faire pour l’humanité corrompue. D’où provient la racine de ce problème ? (Cela provient du tempérament de Satan.) C’est vrai. Le tempérament de Satan est la plus grande difficulté de l’homme. On peut avoir un faible calibre, ou un mauvais caractère et une mauvaise personnalité, on peut ne pas avoir de points forts, de talents ou de dons à proprement parler : aucune de ces choses ne représentera une grande difficulté. En fin de compte, le problème trouve son origine dans le tempérament corrompu de l’homme. Un tempérament corrompu maintient les poings et les pieds des gens, leur esprit et leurs idées, leurs pensées, leur façon de raisonner et les profondeurs de leur âme sous l’emprise mortelle de son contrôle, de sorte que chaque centimètre franchi sur la voie de la poursuite de la vérité leur est difficile. On pourrait croire en Dieu depuis trois ou cinq ans sans rien gagner. Il y a même des gens qui ont cru pendant dix, vingt ou trente ans sans que cela leur apporte grand-chose. Et certains d’entre eux n’ont rien gagné du tout : comme ils sont pauvres et pitoyables, ces gens aux mains vides ! Ils croient en Dieu depuis trente ans, mais restent pauvres et aveugles, sans rien avoir obtenu en retour. Lorsqu’ils tombent dans la négativité, ils ne savent pas comment en sortir. Lorsqu’ils tombent dans des malentendus au sujet de Dieu, ils ne savent pas comment les dissiper. Confrontés à l’adversité, ils ne savent pas comment y faire face, ni comment résoudre ce genre de difficulté. Les problèmes peuvent-ils être résolus en utilisant une simple volonté subjective pour se réfréner ou en comptant sur sa patience pour persévérer sans fin ? Les gens peuvent traverser des situations étape par étape jusqu’à ce qu’elles soient passées, mais leurs tempéraments corrompus demeurent. Ils n’ont pas été résolus. Ils ont beau avoir maintes fois fait l’expérience de la négativité ou de malentendus à propos de Dieu, ou avoir eu des notions sur Dieu, ou avoir échoué, être tombés et avoir été faibles, ils restent incapables à ce jour d’offrir le moindre témoignage expérientiel et n’ont pas la moindre chose à dire sur leur connaissance, leur expérience ou leur exposition aux paroles de Dieu. Leurs cœurs sont vides ; les profondeurs de leurs âmes sont vides. Ils n’ont aucune compréhension expérientielle de la vérité, ils n’ont aucune véritable connaissance des paroles de Dieu et ils sont encore plus éloignés de la connaissance de Son œuvre et de Son tempérament. Ne sont-ils pas pauvres, aveugles et pitoyables ? (Si.) Si quelqu’un ne poursuit pas la vérité, alors quel que soit le nombre d’années depuis lequel il croit en Dieu, cela ne sert à rien. Pourquoi, alors, une personne se laisserait-elle en arriver là ? Où en réside la cause ? Ici aussi, le problème trouve son origine dans le tempérament corrompu de l’homme. C’en est la cause objective.

Nous avons déjà précisé quelle est la cause objective pour laquelle les gens ne poursuivent pas la vérité. Nous allons maintenant parler un peu de la cause subjective. La cause subjective est que bien qu’ils aient pu apprendre de l’œuvre de Dieu et de toutes Ses paroles, ou de leur vie réelle, qu’ils ont un tempérament corrompu, les gens ne s’évaluent jamais à l’aune des paroles de Dieu et de la vérité, ils n’acquièrent jamais la connaissance de leurs tempéraments corrompus et ne les abandonnent jamais, et ils ne pratiquent jamais selon les paroles de Dieu. C’est que bien qu’ils puissent faire beaucoup d’efforts et beaucoup se dépenser sur le chemin de la croyance en Dieu, bien qu’ils puissent travailler très dur, souffrir énormément et payer un prix bien souvent pour cela, ce ne sont là que des comportements extérieurs. Ils ne prouvent pas que la personne s’est engagée sur la voie de la poursuite de la vérité. Les gens qui ont le plus souffert sont ceux qui ont commencé à suivre Dieu dans les premiers temps, qui ont pris en charge leurs devoirs vers l’âge de vingt ans. Ces gens ont maintenant une cinquantaine d’années et sont toujours célibataires. On pourrait dire qu’ils ont consacré leur jeunesse à leur foi en Dieu et qu’ils ont renoncé à leur famille et au mariage. Est-ce un prix élevé ? (Oui.) Ils ont renoncé à leur jeunesse et ont offert toute leur vie, et qu’en est-il ? Le prix qu’ils ont payé était élevé, mais ce qu’ils gagnent à la fin n’est pas à la mesure de leurs dépenses. Quel est donc le problème ? Sur la base de l’attitude et de la résolution avec lesquelles ils paient un prix et de la durée, du montant et du degré de leurs dépenses, il semble qu’ils devraient comprendre la vérité et être capables de la pratiquer. Vous pourriez penser qu’ils doivent faire montre d’un témoignage et d’un cœur de révérence pour Dieu, qu’ils doivent avoir la connaissance de Dieu, qu’ils ont dû déjà s’engager sur le chemin de la crainte de Dieu et de l’éloignement du mal, qu’ils doivent déjà être entrés dans la réalité de la vérité. Mais en fait, ce n’est qu’une inférence : ces deux choses n’ont entre elles qu’un rapport logique, cela ne correspond ni aux faits ni à ce que ces gens vivent. Quel est le problème ? Ne devrions-nous pas le soumettre à enquête et à discussion ? N’est-ce pas un problème qui mérite une profonde réflexion ? (Si.) Parmi ceux qui ont accepté cette étape de l’œuvre de Dieu il y a deux ou trois ans, il ne manque pas de gens ayant de l’expérience et du témoignage. Ils témoignent de la façon dont les paroles de Dieu les ont changés et les ont fait devenir des gens honnêtes. Ils témoignent de la façon dont les paroles de Dieu leur ont permis de comprendre la vérité sur le chemin de sa poursuite. Ils témoignent de la façon dont les paroles de Dieu ont résolu leurs tempéraments corrompus, leur arrogance et leur malhonnêteté, leur rébellion, leur soif de statut, leurs ambitions et leurs désirs, etc. Ces personnes sont capables d’avoir de l’expérience et un témoignage au bout de seulement deux ou trois ans de croyance en Dieu. Elles ont une profonde compréhension expérientielle des paroles de Dieu, et elles peuvent ressentir la véracité de Ses paroles. Pourquoi donc certaines personnes croient-elles en Dieu depuis vingt ou trente ans et ont si souvent payé un prix, ont tant souffert et se sont tant démenées, alors que le fond de leur cœur et leur monde spirituel restent vides et creux ? Beaucoup de gens qui se trouvent dans ce genre de situation se sentent souvent perdus. Ils disent sans cesse : « Je suis vraiment perdu. » Je leur dis : « Tu crois en Dieu depuis vingt ou trente ans maintenant. Comment peux-tu encore être perdu ? Il est clair que tu n’as rien gagné. » À ce jour, certains sont encore négatifs et faibles. Ils disent : « Je crois en Dieu depuis tant d’années, et qu’y ai-je gagné ? » Souvent, lorsqu’ils sont négatifs et faibles, ou lorsqu’ils sont privés de leur statut et de leurs avantages, ou lorsque leur vanité n’est pas satisfaite, ils blâment Dieu et regrettent d’avoir cru en Lui pendant tant d’années. Ils regrettent en premier lieu d’avoir cru en Ses paroles, ils regrettent d’avoir résolument renoncé à leur travail, à leur mariage et à leur famille, à leur chance de pouvoir aller à l’université afin de suivre Dieu. Certains d’entre eux songent même à quitter l’Église. Ils sont maintenant tellement remplis de regrets à propos de leur foi : pourquoi s’en sont-ils même souciés en premier lieu ? Ils croient en Dieu depuis vingt ou trente ans, ils ont entendu beaucoup de vérités et ils ont beaucoup expérimenté l’œuvre de Dieu, pourtant les profondeurs de leur cœur sont encore vides et ils sombrent souvent dans des états de chaos, de confusion, de regret, de réticence, voire d’incertitude quant à leur avenir : quelle en est la cause ? Ces gens sont-ils dignes de pitié ? (Non.) Chaque fois que Je les vois, chaque fois que J’ai des nouvelles d’eux et que J’apprends leurs récentes activités, J’ai une prémonition à leur sujet. Une pensée Me vient à leur sujet. Comment se fait-il que leur situation et leur monde intérieur Me paraissent si familiers ? Ils restent même maintenant dans la maison de Dieu, à accomplir des devoirs : sur quoi s’appuient-ils donc ? Sur l’idée d’un salut par la grâce ? Sur l’idée que si quelqu’un suit Dieu jusqu’au bout, cela conduira inévitablement au salut ? Ou est-ce une mentalité basée sur la chance et le hasard ? Ce n’est rien de tout cela. Alors, qu’est-ce que c’est ? C’est exactement comme ce que disait Paul : « J’ai combattu le bon combat, j’ai achevé la course, j’ai gardé la foi. Désormais la couronne de justice m’est réservée » (2 Timothée 4:7-8). Pour analyser ce passage et pour le dire simplement, ces paroles ont un caractère transactionnel, il y a en elles une attitude, une idée et un plan pour conclure un accord et elles procèdent d’un désir et d’une ambition. Quel fait voyez-vous dans ces paroles ? Que poursuivent les gens dans leur croyance en Dieu ? (Une couronne et des bénédictions.) Oui. Ils poursuivent des bénédictions et une bonne destination. Et qu’échangeraient-ils contre cette bonne destination et ces bénédictions ? Qu’est-ce qu’ils donneraient en échange ? (Leur labeur et leur travail, leurs sacrifices et leurs dépenses, leurs souffrances et le prix qu’ils paient.) Pour reprendre les mots de Paul, ils ont combattu leur combat, ils ont achevé leur course. Ils croient qu’ils ont fait tout ce qu’ils étaient censés faire et qu’ils devraient donc gagner la bonne destination et les bénédictions que Dieu a préparées pour l’humanité. Ils pensent qu’il va sans dire que c’est ce que Dieu devrait faire – ce qu’il faut qu’Il fasse – et que s’Il ne le faisait pas, Il ne serait pas Dieu. Évidemment, il n’y a là aucune obéissance envers Dieu, aucune attitude de poursuite de la vérité, aucune attitude ni aucun plan pour accomplir le devoir d’un être créé. C’est juste le souhait d’échanger des choses qu’ils sont capables de faire contre les bénédictions que Dieu a promises à l’humanité. Ainsi, les gens dont nous venons de parler sentent souvent qu’il y a un vide dans leur monde intérieur et qu’ils n’ont rien sur quoi s’appuyer au plus profond de leur cœur, pourtant ils continuent comme ils l’ont toujours fait, en payant un prix élevé et en souffrant beaucoup, en persistant à mener leur combat et à poursuivre leur course. Sur quoi s’appuient-ils ? Ce sont ces citations de Paul auxquelles ils s’accrochent et auxquelles ils croient aveuglément qui soutiennent leur « foi ». Ils comptent sur leurs ambitions et leur désir d’être récompensés et couronnés. Ils comptent sur leurs rêves d’utiliser un échange transactionnel pour recevoir de grandes bénédictions. Ils ne s’appuient pas sur la compréhension de l’œuvre de Dieu ni sur l’expérience et les connaissances acquises en poursuivant la vérité tout en se dépensant pour Dieu. Ce n’est pas sur cela qu’ils comptent.

Si l’on regarde ce sur quoi nous venons d’échanger, on peut voir que bien qu’il y ait de nombreux défis pratiques sur le chemin de la poursuite de la vérité, ainsi que les entraves et les contraintes des tempéraments corrompus et un grand nombre de difficultés et d’obstacles, il faut croire qu’aussi longtemps qu’on a la vraie foi, en s’appuyant sur la direction des paroles de Dieu et l’œuvre du Saint-Esprit, on sera tout à fait capable de s’engager sur le chemin de la poursuite de la vérité. Pierre en est un exemple. Dans leur foi en Dieu, beaucoup de gens se concentrent uniquement sur le travail pour Dieu, ils se contentent de souffrir et de payer un prix, mais ils ne recherchent pas du tout la vérité. Résultat, ils n’ont pas une véritable connaissance de l’œuvre de Dieu alors qu’ils croient en Lui depuis dix ans, vingt ans, trente ans, et ils ne peuvent parler d’aucune expérience ou connaissance de la vérité ni des paroles de Dieu. Pendant les réunions, quand ils essayent de parler un peu de leur témoignage expérientiel, ils n’ont rien à dire. Ils ignorent totalement s’ils seront sauvés ou non. Quel est le problème ici ? C’est ainsi que sont les gens qui ne recherchent pas la vérité. Ils ont beau être croyants depuis des années, ils sont incapables de comprendre la vérité et encore plus incapables de la pratiquer. Comment quelqu’un qui n’accepte pas du tout la vérité pourrait-il entrer dans sa réalité ? Certains ne peuvent pas cerner ce problème. Ils croient que si les gens qui répètent les paroles et les formules de doctrines pratiquent la vérité, ils peuvent aussi entrer dans la réalité de la vérité. Est-ce correct ? Les gens qui répètent les paroles et les formules de doctrines sont intrinsèquement incapables de comprendre la vérité : alors comment pourraient-ils la pratiquer ? Ce qu’ils pratiquent semble ne pas violer la vérité et être de bonnes actions et de bons comportements, mais comment ces bonnes actions et ces bons comportements pourraient-ils être appelés la réalité de la vérité ? Les gens qui ne comprennent pas la vérité ne savent pas ce qu’est la réalité de la vérité : ils considèrent que leurs bonnes actions et leurs bons comportements sont la pratique de la vérité. C’est absurde, n’est-ce pas ? En quoi est-ce différent des pensées et des opinions des personnes religieuses ? Et comment de tels problèmes de compréhension fallacieuse peuvent-ils être résolus ? Les gens doivent d’abord comprendre la volonté de Dieu à partir de Ses paroles, ils doivent savoir ce qu’est la compréhension de la vérité et ce qu’est la pratique de la vérité, afin de pouvoir regarder les autres et les discerner pour ce qu’ils sont vraiment, et d’être capables de dire s’ils possèdent ou non la réalité de la vérité. L’œuvre de Dieu et Son salut de l’homme visent à faire comprendre et pratiquer la vérité aux gens ; ce n’est qu’alors que les gens pourront se débarrasser de leurs tempéraments corrompus, agir selon les principes et entrer dans la réalité de la vérité. Si tu ne poursuis pas la vérité et que tu es simplement satisfait de te dépenser, de souffrir et de payer un prix pour Dieu selon tes propres notions et ton imagination, est-ce que tout ce que tu feras reflétera ta pratique de la vérité et ta soumission à Dieu ? Cela prouvera-t-il que tu as changé ton tempérament de vie ? Cela reflétera-t-il le fait que tu possèdes une vraie connaissance de Dieu ? Non. Et donc, que représentera tout ce que tu fais ? Cela ne peut représenter que tes propres préférences, ta propre compréhension et tes propres vœux pieux. Ce seront purement des choses que tu aimes faire, que tu es prêt à faire : tout ce que tu fais n’est que la satisfaction de tes propres désirs, de ta propre volonté et de tes propres idéaux. De toute évidence, ce n’est pas poursuivre la vérité. Rien de tes actions ni de tes comportements n’a le moindre rapport avec la vérité, ni avec les exigences de Dieu. Toutes tes actions et tous tes comportements, c’est pour toi-même : tu ne fais que travailler, te battre et courir pour tes propres idéaux, ta propre réputation et ton propre statut. Cela ne te rend pas différent de Paul, qui a peiné et travaillé toute sa vie dans le seul but d’être récompensé, couronné et d’entrer dans le royaume des cieux. Cela montre que tu suis clairement le chemin de Paul. Certains disent : « Je peine et travaille de mon plein gré. Je n’ai pas essayé de conclure un accord avec Dieu. » Peu importe, d’une manière ou d’une autre, que tu aies ou non essayé de conclure un accord avec Dieu, que tu aies ou non dans ton esprit ou dans ton attitude une intention explicite de conclure un accord avec Dieu, que tu aies ou non un tel plan et un tel objectif, tu essayes d’échanger ton labeur et ton travail, tes difficultés et les prix que tu as payés contre les récompenses et la couronne du royaume des cieux. L’essence de ce problème est que tu essayes de conclure un marché avec Dieu : c’est juste que tu n’en as pas conscience. Quoi qu’il en soit, tant que quelqu’un subit des épreuves et paie des prix pour obtenir des bénédictions, l’essence de sa poursuite est la même que celle de Paul. En quoi sont-elles identiques ? Ce sont dans les deux cas des tentatives d’échanger ses bons comportements – son travail, les épreuves qu’il traverse, les prix qu’il paie, etc. – contre les bénédictions de Dieu, contre les bénédictions qu’Il promet à l’humanité. Ces choses ne sont-elles pas essentiellement les mêmes ? (Si.) Elles sont essentiellement les mêmes : il n’y a pas de réelle différence. Si tu ne souhaites pas suivre le chemin de Paul, mais celui de Pierre et que tu souhaites gagner l’approbation de Dieu, comment dois-tu pratiquer ? Il n’y a aucun doute : tu dois apprendre à rechercher la vérité. Tu dois être capable d’accepter la vérité, ainsi que le jugement et le châtiment de Dieu, et d’être émondé et traité. Tu dois te concentrer sur la connaissance de toi-même, apporter un changement dans ton tempérament et chercher à pratiquer l’amour de Dieu. Voilà ce que signifie suivre le chemin de la poursuite de la vérité et s’engager sur le chemin de Pierre. Pour suivre le chemin de Pierre, tu dois d’abord comprendre ce que Dieu attend de l’homme et quel chemin Dieu a indiqué à l’homme. Tu dois être capable de discerner le chemin de la croyance en Dieu qui mène au salut du chemin qui mène à la perdition et à la destruction. Tu dois vraiment réfléchir à la raison pour laquelle tu as pu suivre le chemin de Paul, et déterminer exactement quel tempérament te commande de suivre ce chemin. Tu dois discerner les choses les plus importantes et les plus évidentes qui se trouvent dans tes tempéraments corrompus, telles que l’arrogance, la malhonnêteté ou le mal. En partant de ces tempéraments corrompus, réfléchis, analyse et apprends à te connaître. Si tu peux atteindre la véritable connaissance de toi-même et la haine de toi-même, il te sera facile de te débarrasser de tes tempéraments corrompus et il te sera facile de mettre la vérité en pratique. Alors, comment cela doit-il être pratiqué, en particulier ? Échangeons simplement sur ce sujet, en utilisant l’exemple d’un tempérament arrogant. Dans ta vie quotidienne, lorsque tu parles, lorsque tu conduis et gères des affaires, que tu accomplis ton devoir, que tu échanges avec les autres, etc., quel que soit le sujet en question, où que tu te trouves, quelles que soient les circonstances, tu dois à tout moment te soucier d’examiner quel genre de tempérament arrogant tu as manifesté. Tu dois creuser toutes les effusions, pensées et idées qui découlent de ton tempérament arrogant dont tu as conscience et que tu peux percevoir, ainsi que tes intentions et tes objectifs, en particulier le fait de toujours vouloir sermonner les autres en les prenant de haut, de n’obéir à personne, de te considérer comme meilleur que les autres, de ne pas accepter ce que les autres disent, même s’ils ont raison, d’obliger les autres à accepter et à se soumettre à ce que tu dis, même lorsque tu te trompes, d’avoir constamment tendance à diriger les autres, d’être réfractaire et de présenter des justifications lorsque les dirigeants et les ouvriers t’émondent et te traitent, en les condamnant comme s’ils avaient tort, de toujours condamner les autres et t’élever toi-même, de toujours penser que tu es meilleur que tout le monde, de toujours désirer être quelqu’un de renommé et d’éminent, de toujours adorer te mettre en valeur afin que les autres t’estiment et te vénèrent… Grâce à la pratique de la réflexion et de l’analyse de ces effusions de corruption, tu peux découvrir à quel point ton tempérament arrogant est laid et tu peux te détester et t’abhorrer, et haïr encore plus ton tempérament arrogant. Tu seras alors disposé à réfléchir pour savoir si tu as ou non manifesté un tempérament arrogant dans tous les domaines. Il s’agit notamment de réfléchir aux tempéraments arrogants et suffisants qui se manifestent dans ton discours : aux choses vantardes, arrogantes et insensées que tu dis. Il s’agit, d’autre part, de réfléchir aux choses absurdes et insensées que tu fais en agissant selon tes notions, ton imagination, tes ambitions et tes désirs. Seul ce type d’autoréflexion peut produire la connaissance de soi. Une fois que tu as acquis une véritable connaissance de toi-même, tu dois rechercher les voies et les principes de la pratique pour être une personne honnête dans les paroles de Dieu, puis pratiquer, accomplir ton devoir, approcher les autres et interagir avec eux selon les voies et les principes indiqués dans les paroles de Dieu. Lorsque tu auras pratiqué de cette manière pendant un certain temps, peut-être un mois ou deux, tu ressentiras une vivacité d’esprit à ce sujet, tu en auras retiré quelque chose et tu auras un sentiment de succès. Tu auras le sentiment d’avoir un chemin pour devenir une personne honnête et sensée et tu te sentiras beaucoup plus enraciné. Bien que tu ne puisses pas encore parler d’une connaissance particulièrement profonde de la vérité, tu en auras acquis une certaine connaissance perceptive, ainsi qu’un chemin de pratique. Bien que tu ne puisses pas l’exprimer clairement avec des mots, tu auras acquis un certain discernement du mal qu’un tempérament arrogant fait aux gens et de la manière dont il altère leur humanité. Par exemple, les personnes arrogantes et vaniteuses disent souvent des choses fanfaronnes et exagérées et mentent pour tromper les autres. Elles prononcent des paroles retentissantes, crient des slogans et débitent de hautes harangues. Ne s’agit-il pas de diverses manifestations d’un tempérament arrogant ? N’est-il pas tout à fait insensé de manifester ces tempéraments arrogants ? Si tu es capable de vraiment comprendre que tu dois avoir perdu ta raison humaine normale pour déployer de tels tempéraments arrogants et que vivre selon un tempérament arrogant signifie que tu vis la diablerie plutôt que l’humanité, alors tu as vraiment reconnu qu’un tempérament corrompu est un tempérament satanique, et tu pourras haïr Satan et les tempéraments corrompus dans ton cœur. Au bout de six mois ou d’un an d’une telle expérience, tu seras capable d’une véritable connaissance de toi-même et si tu manifestes à nouveau un tempérament arrogant, tu en seras immédiatement conscient et tu pourras l’abandonner et y renoncer. Tu auras commencé à changer et tu seras en mesure de te débarrasser progressivement de ton tempérament arrogant et de t’entendre normalement avec les autres. Tu seras en mesure de parler honnêtement et avec le cœur : tu ne diras plus de mensonges ni de choses arrogantes. N’auras-tu donc pas un peu de bon sens et un peu l’air d’une personne honnête ? N’auras-tu pas gagné cette entrée ? C’est à ce moment que tu commenceras à gagner quelque chose. Si tu t’entraînes à être honnête de cette manière, tu seras capable de rechercher la vérité et de réfléchir sur toi-même, quel que soit le type d’arrogance que tu manifestes, et après avoir fait de cette manière l’expérience de l’honnêteté pendant un certain temps, tu comprendras inconsciemment et progressivement les vérités et les paroles pertinentes de Dieu sur l’honnêteté. Et lorsque tu utiliseras ces vérités pour disséquer ton tempérament arrogant, dans les profondeurs de ton cœur, il y aura l’éclairage et l’illumination des paroles de Dieu, et ton cœur commencera à se sentir plus éclairé. Tu verras clairement la corruption qu’un tempérament arrogant apporte aux gens et la laideur qu’il leur fait vivre, et tu pourras discerner chacun des états corrompus dans lesquels les gens se retrouvent lorsqu’ils manifestent un tempérament arrogant. Avec plus d’analyse, tu verras d’autant plus clairement la laideur de Satan et tu le détesteras encore plus. Il te sera ainsi facile de te débarrasser de ton tempérament arrogant. Lorsque ta connaissance atteindra cette mesure, les paroles pertinentes de Dieu et de la vérité te seront parfaitement compréhensibles, et tu sauras que tout ce que Dieu exige de l’homme est ce que les gens ayant une humanité normale devraient posséder et vivre. Avec cela, pratiquer la vérité ne te semblera plus difficile. Au lieu de cela, tu seras convaincu que la pratique de la vérité est ordonnée par le ciel et reconnue par la terre, que c’est ainsi que l’homme devrait vivre. À ce stade, ta pratique des paroles de Dieu et de la vérité sera entièrement spontanée, positive et proactive, et en même temps, tu aimeras encore plus la vérité. Le nombre de choses positives dans ton cœur augmentera, et la vraie connaissance de Dieu s’y élèvera progressivement. C’est ce que signifie véritablement comprendre la vérité. Tu auras une vision et une perspective correctes sur toutes les questions, et cette vraie connaissance et ces visions correctes prendront progressivement racine dans ton cœur. Voilà ce que signifie être entré dans la réalité de la vérité : c’est quelque chose dont personne ne peut te priver ni te déposséder. Après avoir accumulé petit à petit ces choses positives, tu te sentiras grandement enrichi au plus profond de ton cœur. Tu n’auras plus l’impression qu’il ne sert à rien de croire en Dieu, et le sentiment de vide dans ton cœur aura disparu. Lorsque tu auras ressenti à quel point il est merveilleux de comprendre la vérité et que tu auras vu la lumière de la vie humaine, la vraie foi naîtra en toi. Et lorsque tu auras la foi pour faire l’expérience de l’œuvre de Dieu et que tu verras à quel point la poursuite de la vérité et la réalisation du salut sont réelles et pratiques, tu pratiqueras et expérimenteras les paroles de Dieu de manière positive et proactive. Tu échangeras sur ton expérience et tes connaissances véritables, témoignant ainsi de Dieu et aidant davantage de personnes à connaître la puissance des paroles de Dieu et les avantages que la vérité apporte à l’homme. Tu auras alors plus de foi pour pratiquer la vérité et bien accomplir ton devoir – et avec cela, tu te seras vraiment soumis à Dieu. Lorsque tu parleras de ton véritable témoignage expérientiel, ton cœur deviendra de plus en plus brillant. Tu sentiras que tu as plus de chemin pour pratiquer la vérité, et en même temps, tu constateras que tu as beaucoup de lacunes, qu’il y a beaucoup de vérités que tu dois pratiquer. Un tel témoignage expérientiel n’est pas seulement bénéfique et édifiant pour les autres, tu auras toi aussi le sentiment d’avoir gagné quelque chose dans ta quête de la vérité et d’avoir vraiment reçu les bénédictions de Dieu. Lorsqu’une personne expérimente l’œuvre de Dieu de cette manière jusqu’à ce qu’elle soit capable de témoigner pour Lui, non seulement cela peut amener plus de gens à connaître leurs tempéraments corrompus, à se débarrasser des chaînes, des contraintes et de l’affliction de ces tempéraments, et leur permettre d’échapper à la puissance de Satan, mais cela peut aussi lui donner de plus en plus de foi pour emprunter le chemin de la poursuite de la vérité et être rendu parfait. Une telle expérience ne devient-elle pas un vrai témoignage ? Voilà ce qu’est le vrai témoignage. Une personne capable de rendre un tel témoignage pour Dieu aurait-elle l’impression que croire en Lui est ennuyeux, inutile ou creux ? Absolument pas. Quand une personne peut témoigner pour Dieu et quand elle a une véritable connaissance de Dieu, les profondeurs de son cœur sont remplies de paix et de joie et elle se sent enrichie et incroyablement enracinée. Quand les gens vivent dans une telle condition et dans un tel royaume, il est naturel qu’ils ne se forcent pas à souffrir, à payer un prix, à se retenir. Ils ne se contenteraient pas de se contraindre à discipliner leur corps et à abandonner la chair. Ce qu’ils feraient davantage, c’est d’acquérir une connaissance positive de leurs tempéraments corrompus. Ils rechercheraient également la connaissance du tempérament de Dieu, de ce que Dieu a et est, et comprendraient ce que l’on doit faire pour se soumettre à Dieu et Le satisfaire. Ils saisiraient ainsi la volonté de Dieu dans Ses paroles et trouveraient les principes de la pratique de la vérité, plutôt que de s’attarder sur leurs sentiments éphémères. Par exemple, ne pas être capable de se retenir quand les choses se produisent, faire montre d’un mauvais caractère, être de mauvaise humeur, s’être de nouveau mis en colère ce jour-là, avoir fait ce jour-là quelque chose de mal ou de pas idéal du tout, ou toute autre chose insignifiante. Tant que ces choses n’empêchent pas ta pratique de la vérité, il n’y a pas lieu de t’en inquiéter. Tu dois rester concentré sur la résolution de tes tempéraments corrompus et chercher comment pratiquer d’une manière qui satisfasse Dieu et s’accorde avec Sa volonté. Pratique la vérité de cette manière, et tu feras des progrès rapides dans la vie, et tu te seras engagé sur le chemin de la poursuite de la vérité et de la perfection. Ton cœur ne sera plus creux : tu auras une vraie foi en Dieu, tu seras toujours plus intéressé par les paroles de Dieu et la vérité et tu les chériras toujours plus. Tu comprendras de mieux en mieux la volonté de Dieu et Ses exigences. Quand on arrive à ce niveau, on est entièrement entré dans les paroles de Dieu et dans la réalité de la vérité.

Ce que beaucoup de gens pratiquent et ce dans quoi ils entrent maintenant n’est pas la réalité de la vérité, mais ils entrent dans une sorte de condition, dans laquelle ils affichent de bons comportements extérieurs, et ils sont prêts à payer un prix, et prêts à souffrir, et prêts à tout dépenser. Les profondeurs de leur cœur, cependant, restent vides, et ils n’ont rien pour les soutenir dans leur monde intérieur. Pourquoi n’ont-ils aucun soutien ? Parce qu’il leur manque un chemin quand il leur arrive quelque chose. Ils s’appuient sur des vœux pieux et n’ont pas les principes pour pratiquer la vérité. Lorsqu’un tempérament corrompu se dégage d’eux, ils ne peuvent que pratiquer la retenue, ils ne sont pas capables de rechercher la vérité pour le résoudre. Heureusement pour eux, leur vieille chair a une capacité instinctive : elle peut souffrir. Il y a un dicton parmi les incroyants qui dit : « Il n’y a pas de souffrance qui ne puisse être endurée, seulement des bénédictions qui ne peuvent être appréciées. » La chair de l’homme a une capacité innée et instinctive : elle ne peut pas profiter de trop de bénédictions, mais elle est capable de tout endurer, de le supporter et de se restreindre. Est-ce une bonne chose ? Est-ce une force ou est-ce un défaut, une déficience ? Ce dicton qu’ils ont est-il la vérité ? (Non.) Ce n’est pas la vérité, et si quelque chose n’est pas la vérité, c’est une absurdité. Ce dicton, ce ne sont que des mots vides de sens, il ne peut résoudre aucun de tes problèmes, ni résoudre tes difficultés pratiques. Pour le dire avec précision, il ne peut pas résoudre tes tempéraments corrompus. Donc, il ne sert à rien de le dire. Bien que tu puisses en avoir une certaine connaissance, en être conscient et en avoir fait l’expérience profondément, cela n’a cependant aucune utilité. Les incroyants ont aussi d’autres dictons, comme : « je n’ai pas peur de mourir, alors pourquoi avoir peur de vivre ? » et « quand l’hiver est déjà là, le printemps peut-il être loin ? » Ce sont des déclarations assez grandioses, non ? Assez inspirantes et philosophiques, n’est-ce pas ? Les incroyants appellent ces dictons « soupe au poulet pour l’âme ». Aimes-tu ce genre de dictons ? (Non.) Pourquoi ? Certains diront : « Nous ne les aimons pas, c’est tout. C’est ce que disent les incroyants. Nous, nous aimons les paroles de Dieu. » Alors, quelle partie des paroles de Dieu aimes-tu ? Quelle formule considères-tu comme la vérité ? Quelle formule as-tu expérimentée, pratiquée, pénétrée et acquise ? Il ne sert à rien de ne pas aimer les paroles de ces incroyants : tu ne les aimes peut-être pas, mais tu ne peux pas discerner clairement leur essence. Ces dictons sont-ils justes ? (Non.) Qu’elles soient justes ou non, les paroles des incroyants n’ont rien à voir avec la vérité. Même si les gens les considèrent comme bonnes et justes, elles ne sont pas conformes à la vérité et ne peuvent pas s’élever au niveau de la vérité. Toutes sont en violation de la vérité et en inimitié vis-à-vis d’elle. Les incroyants n’acceptent pas la vérité, il n’est donc pas nécessaire de discuter avec eux de ce qui est bien ou mal. Tout ce que nous pouvons faire, c’est traiter leurs paroles comme des absurdités confuses et en finir avec elles. Que veut dire « absurdités » ? Cela signifie que ces paroles ne sont pas du tout édifiantes ni précieuses pour les gens, pour leur vie, pour les chemins qu’ils suivent ou pour leur salut. Tous ces discours sont absurdes : on peut aussi les appeler des paroles creuses. Cela n’a rien à voir avec la vie et la mort des hommes ni avec les chemins qu’ils parcourent, et ce sont des absurdités qui ne peuvent avoir aucune fonction positive. Les gens entendent une telle formule et vivent leur vie comme ils veulent, comme ils l’ont toujours fait : une telle formule ne changera aucun fait, car ce n’est pas la vérité. La vérité seule est édifiante pour l’homme : elle est d’une valeur inestimable. Pourquoi est-ce que Je dis cela ? Parce que la vérité peut changer le destin des gens, leurs pensées, leurs opinions et leur monde intérieur. Plus important encore, la vérité peut dissiper les tempéraments corrompus de l’homme : elle peut changer les attributs d’une personne, transformer ses attributs sataniques en attributs de la vérité : elle peut transformer une personne qui vit selon ses tempéraments corrompus et en faire une personne qui vit selon la vérité et les paroles de Dieu. Quand une personne vit la réalité de la vérité, avec les paroles de Dieu comme base, sa vie n’est-elle pas ainsi changée ? Lorsque la vie d’une personne change, cela signifie que ses pensées et ses points de vue ont changé ; cela signifie que ses perspectives, ses attitudes et ses points de vue sur les gens et les choses ont changé ; cela signifie que sa position et ses opinions concernant les événements et les choses sont différentes d’avant. Ces dictons des incroyants ne sont que des paroles creuses et des absurdités. Ils ne peuvent résoudre aucun problème. Celui que Je viens de citer, « il n’y a pas de souffrance qui ne puisse être endurée, seulement des bénédictions qui ne peuvent être appréciées », n’est-ce pas une absurdité et des mots vides de sens ? (Si.) Tu peux souffrir : et alors ? Tu ne souffres pas pour obtenir la vérité, tu souffres pour jouir d’un prestige et d’un statut. Ta souffrance n’a absolument aucune valeur et aucune signification. Considère les faits : tu as beaucoup souffert et payé un prix très élevé, mais tu ne te connais toujours pas et tu ne peux même pas saisir les pensées et les idées qui découlent de ton tempérament corrompu, tu ne peux pas non plus les résoudre. Penses-tu alors pouvoir entrer dans la vie ? Ta souffrance a-t-elle une valeur ? Elle n’a aucune valeur. La souffrance de certaines personnes a de la valeur. La souffrance que les gens endurent pour gagner la vérité, par exemple, a de la valeur : quand on a gagné la vérité, on peut édifier et approvisionner les autres. Beaucoup de gens souffrent et paient un prix pour répandre l’Évangile, aider à étendre l’œuvre de l’Église et de la maison de Dieu, et répandre l’Évangile du royaume des cieux. À partir de cela, nous pouvons voir que quiconque souffre et paie un prix pour obtenir la vérité et satisfaire Dieu en retirera quelque chose. Ces gens rencontreront l’approbation de Dieu. Mais il y en a qui ne recherchent pas la vérité, et bien qu’ils puissent se dépenser et souffrir pour Dieu, et recevoir Sa bonté, cette bonté n’est rien de plus que la pitié et la tolérance de Dieu et un reflet de la faveur qu’Il montre à l’homme, ainsi que de la grâce qu’Il accorde à l’homme. Quelle sorte de grâce ? Quelques bénédictions matérielles, rien de plus. Est-ce ce que tu veux ? Est-ce ton objectif ultime dans ta croyance en Dieu ? Je ne pense pas. Depuis le jour où tu as commencé à croire en Dieu, as-tu seulement désiré Sa bonté, Sa protection et quelques-unes des bénédictions matérielles qu’Il accorde ? Est-ce que ce sont les choses que tu veux ? Est-ce ce que tu poursuis dans ta croyance ? (Non.) Ces choses peuvent-elles résoudre le problème de ton salut ? (Non.) Il semble que vous pensiez assez clairement. Vous comprenez ce qui est crucial et ce qui est important. Vous n’êtes pas confus. Vous savez ce qui a du poids et ce qui n’en a pas. Reste à savoir si vous pouvez vous engager sur le chemin de la poursuite de la vérité.

Cliquez sur le bouton pour nous contacter, et de bonnes nouvelles de Dieu viendront à vous et à votre famille !

Contactez-nous par WhatsApp