On ne peut s’engager sur le bon chemin de la croyance en Dieu que si l’on résout ses notions (1)

Vous croyez en Dieu depuis toutes ces années, et bien que vous compreniez certaines vérités, chacun d’entre vous a dans le cœur ses propres interprétations, opinions et son imagination, et tout cela enfreint et contredit totalement la vérité et les intentions de Dieu. Que sont ces choses ? Ces choses sont les notions des gens. Même si l’homme ne détient absolument aucune vérité, son esprit est capable de produire de nombreuses notions et imaginations, toutes incompatibles avec la vérité. Tout ce qui est en désaccord avec la vérité relève des notions et de l’imagination de l’homme. Alors, comment apparaissent les notions de l’homme ? Elles ont de nombreuses causes différentes. Elles tiennent en partie au conditionnement de la culture traditionnelle, ainsi qu’à la manière dont les connaissances sont diffusées et inculquées, à l’impact des tendances sociétales et des enseignements familiaux, et ainsi de suite. En Chine, pays dominé par l’athéisme depuis des millénaires, quelle compréhension et définition les gens ont-ils de Dieu ? Bien que Dieu soit invisible et intangible, Il existe réellement, Il peut voler ici et là dans les airs, aller et venir sans laisser de trace, apparaître et disparaître subitement. Il est capable de traverser les murs, n’étant pas entravé par la matière ou l’espace, et avec de formidables capacités, entièrement omnipotent : ce sont là les notions et idées des gens au sujet de Dieu. Alors, comment l’imagination et les notions des gens apparaissent-elles ? Elles sont principalement liées à l’éducation et au conditionnement de la culture traditionnelle. L’enseignement de l’athéisme, présent en Chine depuis des millénaires, a semé depuis longtemps des graines athéistes au plus profond du cœur des gens. Durant cette période, Satan et toutes sortes d’esprits malfaisants ont accompli de nombreux signes et miracles parmi les gens afin de les induire en erreur et de les contrôler. Ces choses se sont largement répandues parmi les gens et elles ont un impact terrible. Ces esprits malfaisants agissent avec témérité pour induire les gens en erreur, les tromper et leur nuire, et ainsi, les gens ont-ils élaboré de nombreuses notions et une imagination au sujet de Dieu. Pour conclure, ces notions et cette imagination des gens viennent entièrement du conditionnement social et de l’endoctrinement malveillants de Satan. Des temps les plus reculés jusqu’à aujourd’hui, génération après génération, les gens ont été soumis à l’enseignement de Satan, à la diffusion et à l’endoctrinement de la culture et des connaissances traditionnelles, ce qui a produit toutes sortes de notions et de l’imagination. Même si ces choses n’ont pas eu d’impact direct sur le travail, les études et la vie normale des gens, ce sont ces notions et cette imagination qui, chez les gens, ont énormément fait obstacle à l’acceptation et à la soumission à l’œuvre de Dieu. Même si les gens ont accepté l’œuvre de Dieu, ces choses entravent encore fortement leur connaissance et leur soumission à Dieu, ce qui les amène à avoir très peu de foi, à se sentir souvent négatifs et faibles, et à avoir beaucoup de mal à rester fermes dans les épreuves, même après avoir passé de nombreuses années à croire en Dieu. Ce sont là les conséquences quand on entretient notions et imagination.

Les gens, pour la plupart, pensent que croire en Dieu signifie faire de bonnes actions et être une bonne personne. Ainsi, ils pensent que l’on ne croit en Dieu que si l’on fait l’aumône aux pauvres. Si une personne fait de nombreuses bonnes actions et qu’elle est louée par autrui, elle remercie Dieu de tout cœur et dit aux gens : « Ne me remercie pas. Tu dois remercier le Dieu qui est au ciel, car c’est Lui qui m’a enseigné à faire cela. » Après avoir été complimentée par les gens, cette personne se sent vraiment satisfaite et apaisée, et elle croit que la foi en Dieu est une bonne chose, que les gens l’approuvent en tant que personne et qu’elle sera certainement approuvée par Dieu également. D’où vient ce sentiment d’apaisement ? (De ses notions et de son imagination.) Le sentiment d’apaisement que cette personne éprouve est-il réel ou factice ? (Factice.) Mais pour elle, ce sentiment est réel, et elle a l’impression d’être très ancrée, concrète et réelle, parce qu’elle a poursuivi ce sentiment d’apaisement. Comment apparaît ce sentiment d’apaisement ? Cette fausse impression est apparue en raison de ses notions, et ce sont ses notions qui lui ont fait penser que c’était ainsi que la croyance en Dieu devait être, qu’elle devait être ce genre de personne, qu’elle devait agir de cette façon, que Dieu serait certainement content d’elle pour avoir fait ces choses, et qu’elle obtiendrait certainement le salut et, en fin de compte, qu’elle entrerait dans le royaume des cieux. D’où vient ce « certainement » ? (Des notions des gens.) Ce sont leurs notions et leur imagination qui leur donnent cette certitude et cette fausse impression, et qui les font se sentir aussi à l’aise. Et comment Dieu évalue-t-Il et détermine-t-Il réellement cette question ? Il ne s’agit que d’une forme de bon comportement, adopté conformément aux notions des gens et à la bonté humaine des gens. Un jour, cette personne fait quelque chose qui va à l’encontre des principes, et elle se fait émonder, puis elle découvre que les critères de Dieu pour évaluer les gens honnêtes ne sont pas ceux qu’elle croyait et que les paroles de Dieu ne disent rien de tel, et donc elle éprouve de la résistance et se dit : « Ne suis-je pas une bonne personne ? Pendant toutes ces années, j’ai été une bonne personne, personne n’a jamais dit que je n’étais pas une bonne personne. Seul Dieu dit que je ne suis pas une bonne personne ! » N’y a-t-il pas là un problème ? Comment ce problème est-il apparu ? Il est apparu à cause de ses notions. Quel est ici le principal coupable ? (Les notions.) Le principal coupable, ce sont les notions des gens. Les notions des gens les amènent souvent à ne pas comprendre Dieu, à avoir souvent toutes sortes d’exigences et à porter toutes sortes de jugements sur Dieu, et à avoir toutes sortes de critères pour évaluer Dieu. Elles amènent souvent les gens à utiliser certaines pensées et opinions incorrectes pour évaluer si les choses sont bonnes ou mauvaises, si quelqu’un est bon ou mauvais, et pour évaluer si quelqu’un est loyal à Dieu et a foi en Dieu. Quelle est la cause profonde de ces erreurs ? Ce sont les notions des gens. Il se peut que les notions des gens n’aient aucun effet sur leur alimentation ou sur leur sommeil, et il se peut qu’elles n’aient pas d’impact sur leur vie normale, mais elles sont bien présentes dans l’esprit des gens et dans leurs pensées, elles leur collent à la peau comme une ombre et les suivent en permanence. Si tu n’es pas capable de les résoudre à temps, elles prendront constamment le contrôle de ta pensée, de ton jugement, de ton comportement, de la connaissance que tu as de Dieu et de ta relation avec Lui. Le vois-tu clairement, maintenant ? Les notions que l’on se fait sont un problème majeur. Quand on se fait des idées sur Dieu, c’est comme si un mur se dressait entre soi et Lui, un mur qui empêche de voir Son vrai visage, Son véritable tempérament et Sa véritable essence. Pour quelle raison ? Parce que les gens vivent au milieu de leurs notions, au milieu de leur imagination, et parce qu’ils se servent de leurs notions pour déterminer si Dieu a raison ou tort et pour évaluer, juger et condamner tout ce qu’Il fait. Lorsqu’ils agissent de la sorte, ils sont plongés dans un certain état. De quel état s’agit-il ? Peuvent-ils vraiment se soumettre à Dieu quand ils vivent parmi leurs propres notions ? Peuvent-ils avoir véritablement foi en Lui ? (Non.) Même quand les gens se soumettent un peu à Dieu, ils le font en fonction de leurs propres notions et de leur imagination. Lorsque l’on se fie à ses notions et à son imagination, tout cela est entaché de choses personnelles qui sont de Satan et du monde, et c’est en contradiction avec la vérité. Les idées que se font les gens sur Dieu sont un grave problème : c’est un obstacle important entre l’homme et Dieu, auquel il faut remédier de toute urgence. Quiconque se présente devant Dieu apporte avec lui des notions et toutes sortes de doutes vis-à-vis de Dieu. Ou bien, on peut dire qu’il apporte une foule de méprises sur Dieu, concernant tout ce qu’Il lui donne à vivre, aux dispositions qu’Il prend et aux mesures qu’Il met en œuvre. Et que deviendra sa relation avec Dieu ? Les gens ne cessent de se méprendre à Son propos, de nourrir des doutes sur Lui, et ils s’appuient en permanence sur leurs critères personnels pour décider s’Il a tort ou raison, pour examiner chacune de Ses paroles et Son œuvre. De quel genre de comportement s’agit-il ? (De rébellion et de défi.) En effet, ce sont des gens qui se rebellent contre Dieu, qui Le défient et Le condamnent, et ce sont des gens qui jugent Dieu, blasphèment contre Dieu et rivalisent avec Lui, et dans les cas graves, ce sont des gens qui veulent poursuivre Dieu en justice et se livrer à une « lutte décisive » contre Lui. Quel est le niveau le plus grave que les notions des gens peuvent atteindre ? C’est de nier le vrai Dieu Lui-même, nier que Ses paroles sont la vérité et condamner l’œuvre de Dieu. Quand les notions des gens atteignent ce niveau, naturellement, ils nient Dieu, Le condamnent, blasphèment contre Dieu et trahissent Dieu. Non seulement ils nient l’existence de Dieu, mais ils refusent d’accepter la vérité et de suivre Dieu. N’est-ce pas effrayant ? (Si.) Ce problème est effrayant. On peut dire que les notions sont absolument néfastes aux gens, Sans aucun bénéfice. C’est la raison pour laquelle nous échangeons aujourd’hui et disséquons ce que sont les notions et quelles sont les notions que les gens nourrissent, c’est vraiment nécessaire. Ordinairement, quelles notions émergeront en vous ? Parmi vos pensées, compréhensions, jugements et points de vue, qu’est-ce qui concerne vos notions ? Cela ne vaut-il pas la peine d’y réfléchir ? Le comportement des gens ne concerne pas leurs notions, mais les pensées et opinions qui sous-tendent ce comportement sont directement liées à leurs notions. Les notions des gens n’échappent pas au cadre de l’œuvre de Dieu. En premier lieu, il y a les diverses notions des gens au sujet de la croyance en Dieu. Autrement dit, l’imagination et les différentes définitions des gens à propos de la croyance en Dieu, de ce qu’ils doivent gagner de leur croyance en Dieu, et du chemin qu’ils doivent suivre dans leur croyance en Dieu, et ainsi ils en viennent à avoir toutes sortes de notions. En second lieu, il y a les notions des gens à propos de l’incarnation de Dieu. L’imagination et les définitions des gens à propos de l’incarnation sont encore plus nombreuses, et ainsi, naturellement, ils en viennent à avoir de nombreuses notions qui sont liées entre elles. En troisième lieu, il y a les notions des gens à propos de l’œuvre de Dieu. L’imagination et les définitions des gens à propos de la vérité exprimée par Dieu, du tempérament que Dieu révèle et de la façon dont Dieu œuvre sont variées et différentes, et donc, ils en viennent à avoir de nombreuses notions. On pourrait diviser ces trois points de façon encore plus détaillée, mais ils couvrent, en gros, toutes les notions des gens, alors échangeons sur ces trois points, l’un après l’autre.

Maintenant, parlons du premier point : les diverses notions des gens à propos de la croyance en Dieu. Les notions de ce type ont une portée assez large. Que les gens soient étrangers à la croyance en Dieu ou qu’ils aient cru en Dieu auparavant, ils possèdent des tas de notions et de l’imagination quand ils commencent à croire en Dieu. Quand ils commencent à lire la Bible, leur cœur s’emballe et ils pensent : « Je vais être une bonne personne, je vais aller au ciel. » Ensuite, ils en viennent à avoir toutes sortes de définitions et de l’imagination ou des idées fixes sur la croyance en Dieu, et ils en viennent forcément à avoir différentes notions. Par exemple, les gens imaginent toutes sortes de choses quant au genre de personne qu’ils devraient être une fois qu’ils commencent à croire en Dieu. Certains disent : « Quand j’aurai commencé à croire en Dieu, je ne fumerai plus, ne boirai plus d’alcool et ne jouerai plus à des jeux d’argent. Je n’irai plus dans des lieux de perdition. Je vais parler poliment aux gens et arborer un sourire en permanence ». De quoi est-il question ? S’agit-il d’une notion ou est-ce de cette façon que les gens devraient se comporter ? (C’est la façon dont les gens devraient se comporter.) Il s’agit de l’expression d’une humanité normale et les gens devraient agir ainsi. Il ne s’agit pas d’une notion, pas plus que cela ne relève d’une imagination, cette façon de penser est parfaitement rationnelle et raisonnable. Un frère âgé dit : « Je suis vieux et je crois en Dieu depuis toutes ces années. Je devrais donner l’exemple aux jeunes par ma façon de parler et d’agir. Je ne devrais pas rire bêtement ni agir de manière inappropriée à mon âge. Je devrais avoir l’air digne et cultivé, et adopter l’attitude d’un gentleman raffiné. » De sorte que lorsqu’il parle à des jeunes gens, il prend un air sérieux et abuse de mots et expressions littéraires, et lorsque des jeunes le voient, ils sont mal à l’aise et ne veulent pas s’approcher de lui. Quand les frères et sœurs dansent et louent Dieu, lors des réunions, ce frère âgé pense qu’il doit contrôler le désir dans son regard, et il ne pose les yeux que sur ce qui est approprié, de sorte qu’il se retient de regarder, mais il marmonne toujours dans son cœur : « Ces jeunes gens vivent si librement, pourquoi est-ce que je vis en me sentant aussi contrarié ? Malgré tout, il est normal de se sentir un peu contrarié quand on croit en Dieu, car c’est Lui qui m’a fait devenir aussi vieux ! » Il dit qu’il ne doit pas regarder les danseuses, mais il jette quand même des regards furtifs, en continuant clairement à donner le change. Pourquoi ce simulacre ? Comment se fait-il qu’il soit dans cet état de gêne ? Parce qu’il s’imagine des choses quant au comportement et aux expressions qu’il devrait avoir dans sa croyance en Dieu et parce que, dominé par cette élucubration, ses paroles et ses actes deviennent furtifs et feints. Par exemple, quand certaines personnes chantent lors des réunions, elles frappent dans leurs mains tout en chantant, et elles se laissent aller, mais ce frère âgé est aussi engourdi et obtus qu’un mort, sans la moindre vitalité ni ressemblance humaine. Étant âgé, il croit devoir apparaître comme un vieil homme et ne pas agir comme un enfant naïf dont les gens se moquent. En somme, tout ce qu’il exprime n’est que simulacre et il se force simplement à se faire passer pour un caïd. Les autres sont-ils édifiés quand ils sont témoins d’un comportement aussi feint ? (Non.) Que ressens-tu quand tu vois cela ? D’abord, tu te dis qu’il est hypocrite et cela te met mal à l’aise. Ensuite, tu sens qu’il fait semblant, tu éprouves également de la nausée et du dégoût, et quand tu discutes avec lui, tu te sens étouffé et contraint, incapable de parler librement. Si tu ne fais pas attention, il te sermonne, en disant : « Regardez, jeunes gens, ce que vous êtes devenus. Vous êtes vraiment profondément corrompus ! Vous mangez bien et portez de beaux vêtements, vous mangez comme nous le faisions au Nouvel An et lors d’autres fêtes, et vous faites quand même les difficiles et vous êtes insatisfaits. Quand nous étions enfants, nous n’avions rien d’autre à manger que de la balle de blé et des plantes sauvages. » Il fait étalage de son ancienneté et sermonne les autres, et les jeunes l’évitent. Il ne comprend pas cela et va jusqu’à critiquer ces jeunes parce qu’ils ne respectent pas leurs aînés et se conduisent mal. Ces choses qu’il dit ne sont-elles pas chargées de notions et de volonté humaine, en désaccord avec la vérité et incapables d’édifier autrui ? Cependant, tout cela n’est que broutilles. L’essentiel, c’est ceci : peut-il comprendre la vérité en agissant ainsi ? (Non.) Est-ce utile et bénéfique à son entrée dans la vérité-réalité ? (Non.) En pratiquant et en se conduisant lui-même de cette manière, en vivant ainsi jour après jour, cela lui a-t-il permis de vivre devant Dieu ? S’est-il jamais demandé : « Ma compréhension de la croyance en Dieu est-elle conforme à la vérité et aux exigences de Dieu ? Qu’exige Dieu ? Quel genre de personne Dieu aime-t-Il ? N’y a-t-il pas une divergence entre ma compréhension et ce que Dieu exige ? » Il n’a certainement jamais réfléchi à ces questions auparavant. S’il l’avait fait, même s’il n’avait pas trouvé les réponses, il ne se comporterait pas de manière aussi stupide. Alors, quelle est la cause profonde qui le fait agir ainsi ? (Les notions.) Et quelle est la cause profonde qui lui fait avoir des notions ? C’est sa compréhension fallacieuse de la façon dont les gens qui croient en Dieu doivent se comporter et s’exprimer. Et comment cette compréhension fallacieuse est-elle apparue ? Quelle en est la source ? Il y a le conditionnement de la culture traditionnelle et les enseignements prodigués par les instituteurs. Par exemple, les jeunes doivent respecter les aînés et aimer les enfants, tandis que les aînés doivent agir en fonction leur âge, et ainsi de suite. Par conséquent, il adopte divers comportements étranges, agit parfois étrangement et use parfois d’étranges expressions, mais dans tous les cas, il n’a pas l’air complètement normal. Qu’il agisse étrangement ou use d’étranges expressions, tant qu’il ne comprend pas la vérité ou les exigences de Dieu, et qu’il ne cherche pas la vérité, alors sa façon d’agir sera certainement éloignée de la vérité. Face à une question aussi simple, un simple comportement extérieur, ce sont les notions enracinées dans le cœur des gens qui les font agir de façon aussi absurde. Quand les gens ne comprennent pas la vérité, qu’ils ne comprennent pas les paroles de Dieu et ne comprennent pas les intentions de Dieu, alors ils ne savent pas quelles sont les normes que Dieu exige des gens. Quand les gens âgés ne comprennent pas les normes que Dieu exige des gens, ils adoptent des comportements et des expressions étranges, et ils agissent de manière absurde. Quand les jeunes gens ne comprennent pas les normes exigées par Dieu et que leur croyance en Dieu est basée sur leur imagination et leurs notions, alors eux aussi adopteront certaines expressions et certains comportements incorrects. Quels comportements et expressions incorrects adoptent-ils ? Par exemple, certains jeunes gens voient dans les paroles de Dieu qu’Il exige des gens qu’ils vivent de façon pure et ouverte, avec fraîcheur et vitalité, comme des enfants, et ils se disent : « Nous serons toujours des enfants devant Dieu, nous ne grandirons jamais, alors nous devons marcher et parler comme des enfants. Je sais maintenant comment être l’un des élus de Dieu et un disciple de Dieu, et je comprends maintenant ce que c’est que d’être comme un enfant. J’étais quelqu’un de malhonnête, je paraissais très sophistiqué, tout en étant engourdi et obtus, mais à l’avenir, je dois agir avec davantage de fraîcheur et de vitalité. » Ensuite, ils observent la façon dont les jeunes gens agissent au sein de la société de nos jours, et une fois qu’ils savent comment agir, ils pratiquent de cette façon parmi les frères et sœurs, s’adressant à chacun avec une voix d’enfant, s’efforçant d’adopter un ton doux et enfantin quand ils parlent. Dans leur esprit, ils pensent que seul ce genre de voix est une voix d’enfant, alors qu’en même temps ils se livrent à certains gestes étranges qui embarrassent et mettent les gens incroyablement mal à l’aise. Ils n’ont pas compris ce que Dieu voulait dire quand Il parlait d’être pur et ouvert, d’avoir la fraîcheur et la vitalité d’un enfant, et tout ce qu’ils font relève seulement d’un comportement extérieur, faux-semblant, imitation et affectation. Les gens comme ça ont une compréhension déformée. Quel est ici le problème le plus grave ? Non seulement ils sont incapables de comprendre purement la signification des paroles de Dieu, mais au contraire, ils confondent les paroles de Dieu avec le comportement, les actes et les tendances des non-croyants. N’est-ce pas une erreur ? Ils ne viennent pas chercher devant Dieu, ils ne lisent pas les paroles de Dieu et ils ne cherchent pas la vérité. À la place, ils analysent et étudient les choses en faisant appel à leur cerveau, ou bien ils cherchent une base théorique parmi les non-croyants, dans la culture traditionnelle ou les connaissances scientifiques. N’est-ce pas une erreur ? (Si, en effet.) C’est l’erreur la plus grave. Où y a-t-il la moindre vérité dans les connaissances des non-croyants ? Si tu es à la recherche d’une base pour savoir comment te conduire, tu ne peux chercher la vérité que dans les paroles de Dieu. Dans tous les cas, quel que soit le niveau de compréhension auquel les gens parviennent, chacune des paroles de Dieu et chacune de Ses exigences vis-à-vis de l’homme sont concrètes et détaillées, et ne sont absolument pas aussi simples qu’elles le paraissent dans les notions et l’imagination de l’homme. Les exigences de Dieu vis-à-vis de l’homme ne servent pas à embellir son apparence extérieure, il ne s’agit pas de simples comportements, et encore moins de simples façons d’agir, mais elles constituent plutôt les normes que Dieu exige des gens. Il s’agit des principes et des normes selon lesquels l’homme doit se conduire et agir, et ces principes sont ce que les gens devraient maîtriser et posséder. Si Je n’échange pas clairement sur ces problèmes détaillés, alors les gens ne comprendront que quelques doctrines et ils auront du mal à entrer dans la vérité-réalité.

Nous venons d’échanger sur les notions et l’imagination des gens à propos de la croyance en Dieu du point de vue de leur comportement extérieur. À quoi d’autre pensez-vous, en termes de comportement extérieur ? Et en parlant de notions, les notions sont-elles bonnes ou mauvaises ? (Mauvaises.) Sont-elles positives ou négatives ? (Négatives.) Les notions vont clairement à l’encontre des exigences de Dieu et de la vérité, elles ne sont pas en accord avec la vérité. Que les gens les imaginent à partir de rien ou qu’elles reposent sur certaines bases, dans tous les cas, aucune d’entre elles n’a quoi que ce soit à voir avec la vérité. Alors, pourquoi échanger sur ces notions et les disséquer ? D’abord, pour faire prendre conscience aux gens de ce que sont les notions et, une fois qu’ils savent qu’il s’agit là de notions, pour leur permettre également de comprendre ce qu’est la vérité, avant d’entrer dans la vérité. Le but de tout cela est de permettre aux gens de comprendre l’essence de la vérité, qui est de venir réellement devant Dieu. Même si tes notions sont raisonnables ou si elles reposent sur des bases, elles restent toujours des notions, elles ne sont pas la vérité, et ne peuvent jamais remplacer la vérité. Si tu considères les notions comme la vérité, alors la vérité n’aura rien à voir avec toi, tu n’auras rien à voir avec la croyance en Dieu et ta foi n’aura aucune valeur. Tu auras beau travailler ou courir après Dieu, tu auras beau payer le prix fort pour Dieu, quel sera le résultat final si tu fais tout cela en te basant sur tes notions et sur tes élucubrations ? Rien de ce que tu feras n’aura quoi que ce soit à voir avec la vérité ou avec Dieu. Dieu le condamnera et ne l’approuvera pas, ce sont là les résultats bénéfiques et néfastes. Maintenant, vous devez comprendre à quel point il est important de résoudre ses notions et son imagination.

Quelle est la première étape pour résoudre tes notions ? Il te faut discerner et reconnaître ce qu’est une notion. Quand la maison de Dieu a commencé à réaliser des films, il s’est passé quelque chose de répugnant dans l’équipe de production cinématographique, quelque chose qui était lié aux notions des gens. J’aborde cette question pour la disséquer, non pas pour condamner quiconque, mais pour vous permettre de gagner en discernement, afin que vous puissiez vous souvenir de cette question, que vous approfondissiez votre compréhension des notions grâce à cette question et que vous sachiez à quel point les notions nuisent aux gens. Si Je ne parlais pas de cette question, vous risqueriez de penser qu’elle n’est pas importante. Cependant, quand Je l’aurai disséquée, vous hocherez certainement la tête et conviendrez que c’est important. Quand il s’agit de réaliser des films, se pose la question de savoir quelles couleurs et quels styles de vêtements choisir. Certaines personnes se montraient particulièrement conservatrices et utilisaient expressément du gris terne et du kaki. Cela M’a intrigué et Je me suis demandé de quoi il retournait. Pourquoi ces personnes choisissaient-elles des vêtements de cette couleur ? Ces couleurs, gris terne et kaki, rendaient la scène tout entière particulièrement sombre, et quand Je m’en suis aperçu, Je me suis senti très mal à l’aise. Pourquoi ces personnes n’avaient-elles pas choisi quelque chose de plus coloré ? J’avais dit auparavant que les vêtements devaient être colorés et d’un style convenable et élégant. Pourquoi les gens reléguaient-ils les paroles de Dieu et les exigences de la maison de Dieu dans un coin de leur tête, sans y prêter aucune attention, préférant choisir des tissus gris terne et kaki pour confectionner les vêtements ? Pourquoi se comportaient-ils ainsi ? Cela ne vaut-il pas la peine d’y réfléchir ? Quelle était la cause profonde de tout cela ? Les gens ne comprenaient pas la vérité, ils n’écoutaient pas ce qui était dit et ils ne se montraient pas soumis. La cause profonde était que les gens ont en eux une nature qui trahit Dieu. Quelle est cette nature ? Quel est ce tempérament ? Plus important que tout, les gens n’aiment pas la vérité et peuvent refuser d’accepter la vérité, et leur cœur est endurci. Les gens disent qu’ils sont prêts à se soumettre aux arrangements de Dieu et prêts à chercher la vérité, mais quand ils font quelque chose, ils se contentent de le faire en fonction de leurs propres préférences, pour atteindre leurs propres objectifs. S’il était question de ta vie personnelle, alors agir à ta guise ne serait pas grave, car cela ne concernerait que ta propre entrée dans la vie. Mais tu accomplis désormais ton devoir dans l’Église et les conséquences, en agissant ainsi, sont l’affaire de l’œuvre de Dieu et de la gloire de Dieu, et de la réputation de l’Église. Si les gens agissent imprudemment selon leur propre volonté, ils sont susceptibles de déshonorer Dieu. La maison de Dieu ne se mêle pas de la façon dont les individus s’habillent. Le principe est d’avoir une apparence convenable et correcte, pour que les autres soient édifiés quand ils te voient. Cependant, est-il approprié que quelqu’un propose de s’habiller entièrement en gris terne et kaki quand on tourne un film ? Quelle était l’essence de ce problème ? Il s’agissait là de gens qui agissaient en se fiant à leurs notions et en considérant le gris terne et le kaki comme le signe et le symbole de quelqu’un qui croit en Dieu et qui suit Dieu. On peut dire que ces gens définissaient ces couleurs comme étant en accord avec la vérité, avec les intentions de Dieu et avec les exigences de Dieu. C’était une erreur. Il n’y a rien à reprocher à ces couleurs en elles-mêmes, mais si les gens agissent en se basant sur leurs notions et font de ces couleurs une sorte de symbole, alors cela pose problème. Cette conséquence a été engendrée par les notions des gens et ces idées et pratiques étaient apparues parce que ces notions se trouvaient dans le cœur des gens. Les gens traitaient ces notions et leur imagination comme s’il s’agissait de la vérité, en considérant le gris terne et le kaki comme le symbole vestimentaire de ceux qui croient en Dieu, tout en mettant de côté la vérité, les paroles de Dieu et les exigences de Dieu, et en les excluant, pour les remplacer par les notions et les normes des gens : telle était la cause profonde du problème. En réalité, choisir des couleurs et des styles vestimentaires concerne des choses extérieures, qui n’ont rien à voir avec la vérité, mais ces choses absurdes sont arrivées du fait des notions des gens, et elles ont eu un certain impact négatif, de sorte que la vérité a été nécessaire pour résoudre cette question.

Pour ce qui est de la croyance en Dieu des gens, quelle que soit la question à laquelle ces gens sont confrontés, quel que soit le problème auquel ils font face, leurs notions émergent constamment et ils continuent à les utiliser. Ils sont sans cesse plongés dans leurs notions et ils sont contraints, dominés et contrôlés par leurs notions. De ce fait, leurs pensées, leur comportement, leur mode de vie, leurs principes de conduite, l’orientation et les objectifs de leur vie, ainsi que leur façon de traiter les paroles et l’œuvre de Dieu sont tous faussés par leurs notions, et ces gens ne sont pas du tout affranchis ni libérés par la vérité. En croyant en Dieu de cette façon et en s’accrochant en permanence à des notions, ces gens, au bout de dix ou vingt ans, jusqu’à aujourd’hui, ont des notions qui sont restées exactement les mêmes que celles qu’ils avaient au début. Personne n’a disséqué ces notions, les gens eux-mêmes ne les ont jamais examinées, et ils ont encore moins accepté d’être émondés, à aucun moment. Les gens n’ont jamais fait face à ces notions sérieusement, et donc, quel que soit le temps qu’ils ont passé à croire en Dieu, ont-ils obtenu des résultats ou non ? Ils n’ont assurément obtenu aucun résultat. La relation entre l’homme et Dieu s’améliore peu à peu grâce au processus qui consiste à constamment disséquer et comprendre les notions, puis à les résoudre. N’y a-t-il pas un aspect concret à tout cela ? (Si.) Cependant, si tes notions ne dépassent jamais le stade auquel elles se trouvaient quand tu as commencé à croire en Dieu, alors on peut dire que ta relation avec Dieu ne s’est pas du tout améliorée. Quand il s’agit de croire en Dieu, quelles autres notions, auxquelles vous vous fiez, n’avez-vous pas résolues ? Quelles sont les notions dont vous pensez toujours qu’elles sont justes, qu’elles sont en accord avec la vérité et qu’elles ne posent pas problème ? Quelles notions peuvent affecter ton comportement, ta poursuite et tes opinions sur la croyance en Dieu, et faire que ta relation avec Dieu soit constamment mitigée, ni proche ni éloignée ? Tu crois à tort que tu aimes beaucoup Dieu, que ta foi en Lui et ta loyauté à Son égard ont augmenté, que ta détermination à souffrir a augmenté, alors qu’en fait, pour Dieu, tu n’as pas la moindre vérité-réalité. Vous devriez tous disséquer cette question, et vous verrez que chacun d’entre vous a certainement de nombreuses notions auxquelles il se fie pour vivre, qui sont encore présentes, et qu’il n’a pas résolues. Il s’agit là d’un très grave problème.

J’ai donné trois exemples de notions que les gens ont au sujet de la croyance en Dieu. Alors, êtes-vous désormais plus conscients des notions que vous avez dans ce domaine ? (Oui.) Donc, dites-Moi, quelles autres notions et produits de l’imagination peuvent empêcher les gens de pratiquer la vérité et influer sur l’accomplissement de leur devoir et leur relation normale avec Dieu. Autrement dit, quelles notions peuvent empêcher les gens de venir devant Dieu et avoir un impact direct sur leur connaissance de Dieu ? (J’ai assez fortement la notion suivante : je crois que si je peux accomplir mon devoir normalement chaque jour, en croyant en Dieu de cette façon, je peux atteindre le salut.) Croire que l’on peut atteindre le salut en accomplissant son devoir est une notion et un produit de l’imagination. Alors, est-il important d’accomplir son devoir en respectant les normes ? Les gens qui n’accomplissent pas leur devoir en respectant les normes peuvent-ils atteindre le salut ? Si quelqu’un accomplit son devoir imprudemment, alors cela se rattache au fait d’interrompre et de perturber l’œuvre de Dieu. Quelqu’un qui fait cela peut non seulement ne pas atteindre le salut, mais il sera également puni. Vous n’êtes pas capables d’y penser, vous ne le comprenez pas et vous ne le voyez pas clairement, mais vous dites quand même des choses comme : « Tant que j’accomplis mon devoir, je peux atteindre le salut et entrer dans le royaume des cieux. » Est-ce conforme aux paroles de Dieu ? Cette idée, c’est prendre vos désirs pour des réalités. Comment pourriez-vous y parvenir aussi facilement ? Peut-on considérer que ne pas accepter la vérité, c’est avoir foi en Dieu ? Quelqu’un peut-il atteindre le salut sans se débarrasser de son tempérament corrompu ? Vous avez en vous tant de choses qui se rapportent aux notions et à l’imagination. Toutes les sortes d’imaginations, de compréhensions et de définitions qui ne sont pas en accord avec la vérité se rattachent aux notions. Quelles autres notions avez-vous ? (Je pense que plus le devoir que j’accomplis est important, plus je remporte des succès qui rendent témoignage à Dieu, et plus j’en tirerai du mérite, plus Dieu m’approuvera et plus mes bénédictions seront grandes à l’avenir.) Il s’agit également d’une notion. En bref, les notions sont toutes imaginées et déduites par les gens à partir de rien. Même si elles peuvent avoir certaines bases, elles n’en ont pas la moindre dans les paroles de Dieu ou la vérité, mais sont, au contraire, des idées qui reposent sur les illusions dont les gens se bercent et elles sont produites par leur désir d’être bénis. Quand les gens agissent en étant dominés par une telle pensée, ils font toutes sortes de choses et paient un prix élevé, avant de découvrir finalement qu’ils ont commis une erreur et qu’ils se sont opposés aux principes, que les choses ne sont pas comme ils les avaient imaginées, et donc, ils deviennent négatifs. Un jour, quand ils y repensent et qu’ils se rendent compte qu’ils suivent un chemin en se fiant à leurs notions et à leur imagination, ils s’aperçoivent qu’ils ont déjà perdu beaucoup de temps et veulent faire demi-tour, mais ce n’est pas possible. Quelles autres notions avez-vous que vous n’avez pas encore résolues ? (Puisque je crois en Dieu et que je me dépense pour Lui, je pense qu’Il devrait me bénir et m’accorder des avantages. Quand j’ai un problème et que je fais appel à Dieu, je pense que Dieu devrait m’ouvrir la voie, et parce que je crois en Dieu, tout devrait bien se passer pour moi. C’est la raison pour laquelle, quand j’accomplis mon devoir et que je me retrouve dans une situation difficile, je me méprends sur Dieu et je Lui en veux, et je pense qu’Il ne devrait pas laisser ces choses m’arriver.) La plupart des gens ont cette notion, c’est une sorte de compréhension que les gens ont en matière de croyance en Dieu. Les gens pensent que l’on croit en Dieu pour obtenir des avantages, et s’ils n’en obtiennent pas, c’est que ce chemin doit être le mauvais chemin. Alors, cette notion est-elle résolue, désormais ? As-tu commencé à la corriger ? Quand cette notion contrôle ton comportement ou affecte ta marche en avant, as-tu cherché la vérité pour la résoudre ? Les gens délimitent souvent la croyance en Dieu dans leur cœur, pensant que, puisqu’ils croient en Dieu, tout devrait se passer paisiblement, ou alors ils se disent : « Je me dépense et j’accomplis mon devoir pour Dieu, alors Il devrait bénir ma famille, bénir toute ma famille de Sa paix, faire en sorte que je ne tombe pas malade, et que toute ma famille soit heureuse. Et même si c’est moi qui accomplis mon devoir, il s’agit de l’œuvre de Dieu, c’est donc Lui qui devrait en assumer l’entière responsabilité et tout arranger correctement, et faire en sorte que je ne rencontre aucune difficulté, aucun danger, aucune tentation quand j’accomplis mon devoir. Si quoi que ce soit de tel se produit, alors peut-être que ce n’est pas du fait de Dieu. » Voilà toutes les notions que les gens ont. Les gens sont susceptibles d’avoir de telles notions quand ils ne comprennent pas l’œuvre de Dieu. Ces notions apparaissent-elles souvent quand vous accomplissez vos devoirs ? (Oui.) Si tu crois que tes notions et ton imagination sont simplement normales et raisonnables, que c’est ainsi que les choses doivent être, et que tu ne cherches pas la vérité pour les résoudre, alors tu ne pourras pas gagner la vérité et tu n’auras aucune entrée dans la vie. À tes yeux, la vérité n’aura aucune valeur, aucune signification, et ta foi en Dieu sera également dépourvue de sens. Dans leur croyance en Dieu, si les gens mangent et boivent souvent les paroles de Dieu, s’ils assistent aux réunions, écoutent des sermons et mènent une vie spirituelle particulièrement normale, mais qu’ils agissent, se conduisent et accomplissent leurs devoirs en se fiant à leurs notions, en basant tout sur leurs notions, et en utilisant ces notions pour évaluer le bien et le mal dans toutes sortes de domaines, alors ces gens et les gens comme eux ne vivent-ils pas dans les limites de leurs notions ? Quel que soit le nombre de sermons qu’ils écoutent et quelle que soit la quantité de paroles de Dieu qu’ils mangent et boivent, les gens qui vivent dans les limites de leurs notions peuvent-ils jamais changer le moins du monde ? Leur relation avec Dieu peut-elle jamais s’améliorer ? (Non.) Alors, Dieu approuve-t-Il ce genre de foi ? (Non.) Il ne l’approuve certainement pas. C’est la raison pour laquelle il est aussi important de disséquer les notions que les gens ont en eux.

La plupart des gens n’ont pas de notions quand ils ont mangé et bu à satiété, et que tout va bien, ou quand ils observent des cérémonies religieuses traditionnelles, mais quand Dieu accomplit Son œuvre et exprime la vérité, de nombreuses notions émergent. Les gens n’ont pas de notions quand ils n’ont pas encore accompli leur devoir et qu’ils ne font qu’assister normalement à des réunions, mais quand Dieu leur demande d’accomplir leur devoir ou lorsqu’ils rencontrent des difficultés dans leur devoir, alors de nombreuses notions émergent. Les gens n’ont pas de notions quand ils sont à l’aise du point de vue physique et qu’ils profitent de la vie, mais quand ils tombent malades ou font face à l’adversité, des notions émergent naturellement. Par exemple, avant de croire en Dieu, ils n’ont aucun problème dans leur travail et dans leur vie de famille, mais après avoir commencé à croire en Dieu, certaines choses se produisent, que ces gens n’aiment pas. Parfois, ils sont jugés, victimes de discrimination, malmenés, ou même arrêtés, torturés, et ils se retrouvent à souffrir d’affections durables, ce qui les met mal à l’aise, et ils se disent : « Pourquoi les choses ne se sont-elles pas bien passées pendant mes années de croyance en Dieu ? Je crois au vrai Dieu, alors pourquoi Dieu ne me protège-t-Il pas ? Comment Dieu peut-Il me voir être battu par des gens malfaisants et piétiné par des démons, et rester indifférent ? » Les gens n’en viennent-ils pas à nourrir ces notions ? Pour quelle raison en viennent-ils à nourrir ces notions ? Les gens pensent : « Puisque, désormais, je crois en Dieu, alors je Lui appartiens et Dieu devrait prendre soin de moi, se charger de mon alimentation et de mon hébergement, se soucier de mon avenir et de mon destin, ainsi que de ma sécurité personnelle, et de celle de ma famille, et garantir que tout se passera bien pour moi, que tout se passera paisiblement, sans incident. » Et si les faits ne correspondent pas à ce que les gens demandent et imaginent, ils se disent : « Croire en Dieu n’est pas aussi agréable ou aussi facile que je l’avais imaginé. Il s’avère que je dois encore endurer toutes ces persécutions et tribulations, et subir nombre d’épreuves dans ma croyance en Dieu. Pourquoi Dieu ne me protège-t-Il pas ? » Penser ainsi est-il une bonne ou une mauvaise chose ? Est-ce conforme à la vérité ? (Non.) Alors, cette façon de penser ne montre-t-elle pas que ces gens ont des exigences déraisonnables vis-à-vis de Dieu ? Pourquoi les gens qui pensent ainsi ne prient-ils pas Dieu ou ne cherchent-ils pas la vérité ? La bonne volonté de Dieu se trouve naturellement derrière le fait qu’Il amène les gens à faire face à de telles choses. Pourquoi les gens ne comprennent-ils pas les intentions de Dieu ? Pourquoi ne peuvent-ils pas coopérer avec l’œuvre de Dieu ? Dieu amène délibérément les gens à faire face à de telles choses pour qu’ils puissent chercher la vérité et gagner la vérité, et pour qu’ils vivent en se fiant à la vérité. Cependant, les gens ne cherchent pas la vérité, au contraire, ils évaluent toujours Dieu en utilisant leurs propres notions et leur imagination, voilà leur problème. C’est ainsi que vous devez comprendre ces choses désagréables : personne ne traverse l’existence sans souffrir. Pour certains, cette souffrance touche la famille, pour d’autres le travail, pour d’autres le mariage et pour d’autres encore la maladie physique. Tout le monde doit souffrir. Certains disent : « Pourquoi doit-on souffrir ? Ce serait tellement bien si on vivait toute sa vie en paix et dans le bonheur. Est-il possible de ne pas souffrir ? » Non. Tout le monde doit souffrir. La souffrance fait ressentir à chacun la multiplicité des sensations de la vie physique, que ces sensations soient positives ou négatives, actives ou passives. La souffrance engendre des sentiments et des réactions différentes, qui constituent ensemble toute ton expérience de la vie. C’est là un aspect, et c’est pour rendre les gens plus expérimentés. Si tu arrives à chercher la vérité et à comprendre l’intention de Dieu à travers cela, tu te rapprocheras sans cesse de la norme qu’Il exige de toi. Un autre aspect est que c’est la responsabilité que Dieu donne à l’homme. Quelle responsabilité ? Il s’agit de la souffrance que tu dois subir. Si tu peux subir cette souffrance et la supporter, alors c’est le témoignage, et non pas quelque chose de honteux. Quand certaines personnes tombent malades, elles craignent que les autres l’apprennent. Elles pensent que tomber malade est quelque chose de honteux, alors qu’il n’y a vraiment pas à en avoir honte. En tant que personne normale, si, face à la maladie, tu peux te soumettre aux arrangements de Dieu, endurer toutes sortes de souffrances, et que tu restes capable d’accomplir ton devoir normalement, d’achever les commissions que Dieu te confie, alors, est-ce une bonne ou une mauvaise chose ? C’est une bonne chose, cela témoigne de ta soumission à Dieu, cela témoigne du fait que tu accomplis loyalement ton devoir, et ce témoignage couvre Satan de honte et triomphe de lui. Et donc, chaque être créé et chaque élu de Dieu devrait accepter toute souffrance et s’y soumettre. Voilà comment tu dois comprendre les choses, et tu dois en tirer une leçon et parvenir à une véritable soumission à Dieu. Tout cela est conforme à l’intention de Dieu et il s’agit du souhait de Dieu. C’est ce que Dieu arrange pour chaque être créé. Que Dieu te mette dans ces situations et dans ces conditions équivaut à te confier une responsabilité, une obligation et une commission, que tu dois donc accepter. N’est-ce pas là la vérité ? (Oui.) Tant que cela vient de Dieu, tant que Dieu a une telle exigence vis-à-vis de toi et qu’Il a cette intention à ton égard, alors il s’agit de la vérité. Pourquoi dit-on qu’il s’agit de la vérité ? Parce que si tu acceptes ces paroles comme la vérité, tu pourras résoudre ton tempérament corrompu, tes notions et ta rébellion, de sorte que lorsque tu feras de nouveau face à des difficultés, tu n’iras pas à l’encontre des désirs de Dieu et tu ne te rebelleras pas contre Lui. Autrement dit, tu pourras pratiquer la vérité et te soumettre à Dieu. Ainsi, tu pourras rendre un témoignage qui couvrira Satan de honte et tu pourras gagner la vérité et atteindre le salut. Si tu suis tes propres notions et idées, en te disant : « Je crois en Dieu désormais, donc Dieu devrait me bénir. Je devrais être quelqu’un qui est béni », alors comment se fait-il que tu comprennes cette bénédiction ? La bénédiction que tu comprends, revient à avoir toute une vie de magnificence et de prospérité, à avoir tout ce que tu veux manger et boire, à n’avoir aucune maladie, à être né en ayant tout, à avoir tout à portée de la main et à profiter d’une riche vie matérielle sans avoir à travailler pour cela. Cela revient aussi à avoir une vie paisible, où tout se passe sans heurt, à vivre dans un confort exceptionnel, sans la moindre souffrance. Voilà ce qu’est la bénédiction selon toi. Mais, en examinant les choses maintenant, crois-tu qu’il s’agisse d’une bénédiction ? Il ne s’agit pas d’une bénédiction, mais d’une calamité. Suivre le chemin qui consiste à convoiter le confort charnel t’amènera à t’éloigner de plus en plus de Dieu et à sombrer de plus en plus profondément dans ce monde malfaisant, et tu seras incapable de t’en libérer. Quand le Créateur fait appel à toi, il y a de nombreuses choses auxquelles tu n’es pas prêt à renoncer, et tu es incapable d’abandonner ce confort charnel. Même si Dieu te donne une commission et te demande d’accomplir un devoir, tu te ménages trop : un jour, tu ne te sens pas bien, le lendemain, tu n’es pas de bonne humeur, tes parents te manquent, ton conjoint te manque, tu ne penses qu’à des choses charnelles chaque que jour, sans bien faire aucun devoir, mais tu veux prendre davantage de plaisir que les autres. Vivant comme un parasite, es-tu capable de mettre en pratique la vérité ? Peux-tu porter témoignage ? Non. Les gens s’imaginent tant de choses au sujet de la croyance en Dieu. Ils imaginent qu’après en être venus à croire en Dieu, ils auront la richesse et la paix pendant toute leur vie, que tous les membres de leur famille en profiteront avec eux, le regard brillant d’envie, qu’ils ne seront jamais pauvres, qu’ils ne seront jamais malades et qu’ils ne feront jamais face à aucune sorte de désastre. Une telle imagination amène les gens à avoir de nombreuses exigences déraisonnables vis-à-vis de Dieu. Quand tu en viens à avoir des exigences déraisonnables vis-à-vis de Dieu, ta relation avec Lui est-elle normale ou anormale ? Elle est certainement anormale. Alors, ces notions et cette imagination t’amènent-t-elles à te tenir aux côtés de Dieu ou à t’opposer à Lui ? Elles ne peuvent que t’amener à t’opposer à Dieu, à Le contester et à Lui résister, et même à Le trahir et à L’abandonner, et ces comportements deviennent de plus en plus graves. Autrement dit, une fois que les gens ont ces notions, ils ne sont plus capables d’avoir une relation normale avec Dieu. Quand les gens en viennent à avoir des notions au sujet de Dieu, leur cœur fait naître en eux des sentiments de rébellion et de négativité. À ce moment-là, ils devraient chercher la vérité pour résoudre ces notions. Quand ils comprendront la vérité, quand ils comprendront la commission que Dieu leur confie et les nombreuses exigences que Dieu a en ce qui concerne leur croyance en Lui, une fois qu’ils auront compris ces choses et qu’ils pourront se comporter et agir conformément aux exigences de Dieu, alors, de cette façon, leurs notions et leur imagination se trouveront résolues. Quand ils en viendront à comprendre la vérité, ils renonceront naturellement à leurs notions, et à ce stade, leur relation avec Dieu deviendra plus normale. Résoudre les notions équivaut à résoudre les incompréhensions au sujet de Dieu. En d’autres termes, ce n’est que lorsqu’ils abandonneront et résoudront leurs notions qu’ils comprendront ce qu’est la vérité et ce que sont les exigences de Dieu.

Quelles autres notions avez-vous dans le cœur qui peuvent influer sur l’accomplissement de vos devoirs ? Quelles notions vous influencent et vous gouvernent souvent dans votre vie ? Quand il t’arrive certaines choses qui ne te plaisent pas, tes notions émergent, naturellement. Et ensuite, tu te plains à Dieu, tu argumentes et tu rivalises avec Dieu, et ces notions entraînent une transformation rapide de ta relation avec Dieu : tu passes de la situation dans laquelle tu étais au début, quand tu disais aimer énormément Dieu, Lui être vraiment loyal et vouloir Lui consacrer toute ta vie, à une situation dans laquelle tu changes subitement d’avis, tu ne veux plus accomplir ton devoir ou être loyal envers Dieu, et tu regrettes de croire en Dieu, tu regrettes d’avoir choisi ce chemin, et tu te plains même d’avoir été choisi par Dieu. Quelles autres notions sont capables de provoquer subitement un changement dans ta relation avec Dieu ? (Quand Dieu arrange une situation pour me tester et me révéler, et que je sens que je n’aurai pas une bonne fin, je me mets à avoir des notions sur Dieu. Je me dis que je crois en Dieu et que je Le suis, que j’ai toujours fait mon devoir, et donc que tant que je ne renonce pas à Dieu, Il ne devrait pas m’abandonner.) Il s’agit là d’une sorte de notion. Avez-vous souvent de telles notions ? Quelle compréhension avez-vous du fait d’être abandonné par Dieu ? Pensez-vous que si Dieu vous quitte, alors cela signifie qu’Il ne veut pas de vous et qu’Il ne vous sauvera pas ? Il s’agit là d’une autre sorte de notion. Alors, comment une telle notion émerge-t-elle ? Vient-elle de votre imagination ou a-t-elle un fondement ? Comment sais-tu que Dieu ne te donnera pas une bonne fin ? Dieu te l’a-t-Il dit personnellement ? De telles pensées sont entièrement définies par toi. Maintenant, tu sais qu’il s’agit là d’une notion. La question essentielle est de savoir comment résoudre cette notion. En réalité, les gens ont de nombreuses notions sur la foi en Dieu. Si tu peux te rendre compte que tu as une notion, tu devrais savoir que cette notion est erronée. Alors, comment ces notions doivent-elles être résolues ? D’abord, tu dois comprendre clairement si ces notions proviennent de la connaissance, ou des philosophies sataniques, et à qui incombe la faute, à qui incombe le préjudice, et une fois que tu auras vu cela clairement, tu pourras naturellement abandonner cette notion. Cependant, ce n’est pas la même chose que si tu la résolvais complètement. Tu dois encore chercher la vérité, voir quelles sont les exigences de Dieu, puis disséquer cette notion conformément aux paroles de Dieu. Quand tu pourras clairement discerner que cette notion est erronée, qu’elle est absurde et qu’elle entre complètement en conflit avec la vérité, cela signifie que tu auras résolu essentiellement cette notion. Si tu ne cherches pas la vérité, si tu ne compares pas cette notion aux paroles de Dieu, tu ne pourras pas discerner clairement en quoi cette notion est erronée et donc, tu ne pourras pas y renoncer complètement ; même si tu sais qu’il s’agit d’une notion, tu ne seras pas nécessairement capable de d’y renoncer complètement. Dans de telles circonstances, quand tes notions entrent en conflit avec les exigences de Dieu, et même si tu te rends peut-être compte que tes notions sont erronées, mais que ton cœur s’accroche pourtant encore à ces notions, et même si tu es certain que tes notions sont en désaccord avec la vérité, mais que, dans ton cœur, tu crois encore qu’elles sont défendables, tu ne seras alors pas quelqu’un qui comprend la vérité, et les gens comme toi n’ont aucune entrée dans la vie et manquent par trop de stature. Par exemple, les gens sont particulièrement sensibles à leur propre fin et à leur propre destination, aux ajustements dans leur devoir et au fait d’être remplacés dans leur devoir. Certaines tirent souvent des conclusions hâtives et erronées à ce sujet, pensant que dès qu’ils sont remplacés dans leur devoir et qu’ils n’ont plus de statut, ou que Dieu dit qu’Il ne les aime plus ou qu’Il ne veut plus d’eux, alors c’en est fini d’eux. Voilà la conclusion qu’ils en tirent. Ils pensent : « Cela ne sert à rien de croire en Dieu, Dieu ne veut pas de moi, et ma fin est déjà établie, alors à quoi bon continuer à vivre ? » D’autres, en entendant de telles réflexions, pensent qu’elles sont raisonnables et dignes, mais de quel genre de réflexions s’agit-il, au juste ? Il s’agit de rébellion contre Dieu, d’abandon au désespoir. Pourquoi s’abandonnent-ils au désespoir ? Parce qu’ils ne comprennent pas l’intention de Dieu, parce qu’ils ne voient pas clairement comment Dieu sauve les gens et qu’ils n’ont pas une foi sincère en Dieu. Dieu sait-Il quand les gens s’abandonnent au désespoir ? (Oui.) Dieu le sait, et donc, comment traite-t-Il de telles personnes ? Les gens échafaudent un genre de notion à ce sujet et disent : « Dieu a payé un prix tellement élevé pour l’homme, Il a beaucoup œuvré en chaque personne et fait beaucoup d’efforts. Ce n’est pas facile pour Dieu de choisir et de sauver une personne. Dieu sera tellement blessé si une personne s’abandonne au désespoir et Il espérera chaque jour que cette personne pourra se ressaisir. » Voilà la signification, à un niveau superficiel, mais en fait, il s’agit également d’une notion de l’homme. Dieu adopte une certaine attitude envers de telles personnes : si tu t’abandonnes au désespoir et que tu n’essaies pas d’aller de l’avant, Il te laissera faire ton propre choix. Il ne te forcera pas à faire quoi que ce soit contre ta volonté. Si tu dis : « Je souhaite encore accomplir le devoir d’un être créé, faire tout ce que je peux pour pratiquer comme Dieu le demande et satisfaire l’intention de Dieu. J’utiliserai tous mes dons et tous mes talents, et si je n’arrive à rien, alors j’apprendrai à me soumettre et à être obéissant. Je n’abandonnerai pas mon devoir », Dieu dira : « Si tu es disposé à vivre ainsi, alors continues à Me suivre », mais tu dois faire ce que Dieu te demande, les normes exigées par Dieu et Ses principes ne changent pas. Qu’est-ce que cela veut dire ? Cela signifie que seuls les gens peuvent s’abandonner. Dieu n’abandonnerait jamais quelqu’un. Pour tous ceux qui peuvent, à terme, obtenir le salut et contempler Dieu, pour tous ceux qui établissent avec Lui une relation normale et qui peuvent se présenter devant Lui, il ne s’agit pas de quelque chose à quoi ils peuvent parvenir après un seul échec, ni en ayant été émondés ou jugés et châtiés une seule et unique fois. Avant d’être amené à la perfection, Pierre a été épuré des centaines de fois. Parmi ceux qui rendront service jusqu’au bout, il n’y en aura pas un qui ne sera pas passé huit ou dix fois par les épreuves et l’épuration avant d’atteindre le terme de son parcours. Peu importe le nombre de fois où quelqu’un est testé et épuré, ne s’agit-il pas là de l’amour de Dieu ? (Si, en effet.) Quand tu peux voir l’amour de Dieu, tu peux comprendre Son attitude envers l’homme.

Lorsque certaines personnes lisent les paroles de Dieu et voient qu’Il condamne les gens dans Ses paroles, elles nourrissent des notions et éprouvent des sentiments conflictuels. Par exemple, les paroles de Dieu disent que tu n’acceptes pas la vérité, donc Dieu ne t’aime pas ni ne t’accepte. Elles disent que tu es un malfaiteur, un antéchrist, qu’Il est contrarié rien qu’en te regardant et qu’Il ne veut pas de toi. Les gens lisent ces paroles et pensent : « Ces paroles me sont destinées. Dieu a décidé qu’Il ne voulait pas de moi, et puisque Dieu m’a abandonné, je ne croirai plus en Lui non plus. » Il y a ceux qui, lorsqu’ils lisent les paroles de Dieu, développent souvent des notions et des malentendus car Dieu expose les états corrompus des gens et dit des choses qui condamnent les hommes. Ils deviennent négatifs et faibles, pensant que les paroles de Dieu s’adressaient à eux, et que Dieu les abandonne et ne les sauvera pas. Ils deviennent négatifs au point de verser des larmes et ne veulent plus suivre Dieu. C’est en fait une incompréhension de Dieu. Lorsque tu ne comprends pas le sens des paroles de Dieu, tu ne dois pas essayer de délimiter Dieu. Tu ne sais pas quel genre de personne Dieu abandonne, ni dans quelles circonstances Il abandonne les gens, ni dans quelles circonstances Il met les gens de côté : il y a des principes et des contextes à tout cela. Si tu n’as pas une vision complète de ces questions détaillées, tu seras très sujet à l’hypersensibilité et tu te délimiteras en te basant sur une parole de Dieu. N’est-ce pas problématique ? Lorsque Dieu juge les gens, quel est le principal aspect qu’Il condamne chez eux ? Ce que Dieu juge et expose, ce sont les tempéraments corrompus et les essences corrompues des gens, Il condamne leurs tempéraments et leurs natures sataniques, Il condamne les diverses manifestations et conduites de leur rébellion et de leur opposition à Dieu, Il les condamne parce qu’ils sont incapables de se soumettre à Lui, parce qu’ils s’opposent toujours à Lui et parce qu’ils ont toujours leurs propres motivations et leurs propres objectifs : mais une telle condamnation ne signifie pas que Dieu a abandonné ceux qui ont des tempéraments sataniques. Si cela n’est pas clair pour toi, alors tu n’as aucune capacité de compréhension, ce qui fait que tu es un peu comme les gens qui sont malades mentalement, qui sont suspicieux de tout et interprètent Dieu de travers. De telles personnes sont dépourvues de vraie foi, alors comment pourraient-elles suivre Dieu jusqu’au bout ? En entendant une seule parole de condamnation par Dieu, tu penses que puisqu’Il a condamné les gens, Il les a abandonnés et ils ne seront plus sauvés, et à cause de cela, tu deviens négatif et tu t’abandonnes au désespoir. C’est mal interpréter Dieu. En réalité, Dieu n’a pas abandonné les gens. Ils ont mal interprété Dieu et se sont abandonnés eux-mêmes. Rien n’est plus critique que s’abandonner, comme le disent les paroles de l’Ancien Testament : « Les insensés meurent par défaut de raison » (Proverbes 10:21). Il n’y a pas plus stupide comme comportement que de s’abandonner au désespoir. Parfois, tu lis des paroles de Dieu qui semblent délimiter les gens : en réalité, elles ne délimitent personne, mais sont l’expression des intentions et des opinions de Dieu. Ce sont des paroles de vérité et de principe, elles ne délimitent personne. Les paroles prononcées par Dieu dans des moments de colère ou de rage représentent aussi le tempérament de Dieu, ces paroles sont la vérité et en outre, elles appartiennent au principe. Les gens doivent comprendre cela. En disant cela, Dieu a pour objectif de permettre aux gens de comprendre la vérité et de comprendre les principes, et absolument pas de limiter quiconque. Cela n’a rien à voir avec la destination ultime et la récompense des gens, et encore moins s’agit-il de la punition ultime des gens. Ce sont seulement des paroles prononcées pour juger et émonder les gens. Elles résultent de la colère vis-à-vis des gens qui ne vivent pas à la hauteur de Ses attentes, et elles sont prononcées dans le but de réveiller les gens, de les pousser, et ce sont des paroles émanant du cœur de Dieu. Et pourtant, certains chutent et renoncent à Dieu en raison d’une seule déclaration de jugement émise par Dieu. Ces gens-là ne savent pas ce qui est bon pour eux. Ils sont insensibles à la raison, ils n’acceptent pas du tout la vérité. Certains se sentent faibles pendant un certain temps puis viennent à nouveau devant Dieu en pensant : « Ce n’est pas correct, je dois continuer à suivre Dieu et à agir selon Ses exigences. Si je ne vais pas à la suite de Dieu ou si je n’accomplis pas bien mon devoir, alors ma vie sera inutile. Afin de pouvoir mener une vie pleine de sens, je dois suivre Dieu. » Alors, comment suivent-ils Dieu ? Ils doivent vivre l’œuvre de Dieu. Se contenter de dire que l’on croit en Dieu et ne pas vivre l’œuvre de Dieu, ce n’est pas cela, suivre Dieu. Ne pas avoir accompli son devoir loyalement et être réticent à accepter un peu d’émondage, est-ce là l’attitude que l’on doit avoir quand on accepte l’œuvre de Dieu ? Ne pas accepter d’être émondé, et se plaindre en permanence quand on souffre un peu, quel est ce genre de tempérament ? On doit réfléchir sur soi-même et voir ce que Dieu exige, et on doit agir selon Ses exigences. Si Dieu dit que vous n’êtes pas assez bons, alors vous n’êtes pas assez bons, et vous ne devriez pas utiliser vos notions et votre imagination pour limiter les choses ou vous opposer à Dieu. Vous devriez vous soumettre et reconnaître que vous n’êtes pas assez bons. N’avez-vous pas alors un chemin de pratique ? Peut-on encore quitter Dieu quand on est capable de pratiquer la vérité et de se soumettre à Dieu ? Non. Par moments, tu crois que Dieu t’a abandonné, mais en réalité, Dieu ne t’a pas abandonné, Il te met juste de côté pour que tu puisses réfléchir sur toi-même. Il se peut que Dieu te trouve détestable, et qu’Il ne veuille pas t’écouter, mais Il ne t’a pas vraiment abandonné. Il y a ceux qui font l’effort d’accomplir leur devoir dans la maison de Dieu. Toutefois, à cause de leur nature et des diverses choses qui se manifestent en eux, Dieu voit qu’ils n’aiment pas la vérité et n’acceptent pas du tout la vérité, et donc Dieu les abandonne pour de bon. Ils n’étaient pas véritablement élus, ils se sont contentés de rendre service quelque temps. Mais il y en a pour lesquels Dieu fait tout Son possible pour les discipliner, les châtier et les juger, et même les condamner et les maudire, ayant recours à différents moyens pour les traiter, qui vont à l’encontre des notions de l’homme. Certains ne comprennent pas l’intention de Dieu et s’imaginent que Dieu S’en prend à eux et qu’Il les blesse. Ils se croient indignes de vivre sous le regard de Dieu, ne souhaitent pas continuer à Le blesser et quittent l’Église. Ils s’imaginent même qu’agir ainsi est pourvu de raison, et de cette manière, ils tournent le dos à Dieu. Alors qu’en fait, Dieu ne les a pas abandonnés. Ces êtres n’ont pas idée de ce qu’est l’intention de Dieu. Ils sont trop sensibles et vont jusqu’à renoncer à Son salut. En ont-ils vraiment conscience ? Tantôt Dieu évite les gens, tantôt Il les met de côté pendant un temps pour leur permettre de réfléchir sur eux-mêmes. Mais Dieu ne les a pas abandonnés ; Il leur donne l’occasion de se repentir. Les seuls qu’Il rejette vraiment sont les gens malfaisants qui multiplient les actes malfaisants, les incrédules et les antéchrists. Certaines personnes disent : « Je ne me sens pas habité par l’œuvre du Saint Esprit et cela fait longtemps que Sa lumière n’est plus en moi. Dieu m’a-t-Il abandonné ? » Elles se trompent. Il y a également ici un problème de tempérament : les gens sont trop émotifs, ils suivent toujours leur propre raisonnement, ils sont toujours obstinés et sont dépourvus de rationalité : n’est-ce pas un problème de tempérament ? Tu dis que Dieu t’a abandonné et qu’Il ne te sauvera pas. A-t-Il définitivement décidé de ton issue ? Dieu t’a simplement dit quelques paroles de colère. Comment pourrais-tu dire qu’Il t’a abandonné, qu’il ne veut plus de toi ? Il y a des occasions où tu ne peux pas ressentir l’œuvre du Saint-Esprit, mais Dieu ne t’a pas privé du droit de lire Ses paroles, et Il n’a pas non plus déterminé ton issue, ni barré ton chemin vers le salut : alors pourquoi es-tu si bouleversé ? Tu es dans un mauvais état, il y a un problème avec tes motivations, il y a des problèmes avec ta pensée et ton point de vue, ton état d’esprit est tordu ; et pourtant tu n’essayes pas de réparer ces choses en cherchant la vérité. Au contraire, de manière constante, tu interprètes mal Dieu et te plains de Lui, et tu rejettes la responsabilité sur Dieu, et tu dis même : « Dieu ne veut pas de moi, donc je ne crois plus en Lui ». N’es-tu pas irrationnel ? N’es-tu pas déraisonnable ? Ce genre de personne sont trop émotives, dépourvues de tout bon sens, insensibles à toute raison. Elles sont les moins susceptibles d’accepter la vérité et ont beaucoup de difficultés à atteindre le salut.

Souvenez-vous de ces paroles : Pierre a été rendu parfait en ayant été épuré des centaines de fois. Dans vos notions et votre imagination, être épuré des centaines de fois, c’est vivre une vie spectaculaire remplie de difficultés indicibles pour suivre Dieu, et à la fin, être crucifié la tête à l’envers. Ce n’est pas le cas, c’est simplement une notion de l’homme. Pourquoi dis-Je que c’est une notion de l’homme ? Parce que les gens ne comprennent pas les épreuves de Dieu et que chaque épreuve est organisée et réalisée par la main de Dieu. Les gens ne comprennent pas l’expression « des centaines de fois » ni pourquoi Dieu a épuré Pierre des centaines de fois, ni comment ces « centaines de fois » ont été atteintes, ou quelle en a été la cause profonde. Les gens ne savent pas ces choses, au contraire, ils se reposent sans cesse sur leurs notions et leur imagination pour comprendre les choses, et le résultat, c’est qu’ils comprennent mal Dieu. Les gens sont incapables de comprendre certaines paroles de Dieu dont ils n’ont pas fait l’expérience. Dans la vie réelle, si Dieu bénissait, guidait chaque personne et lui parlait calmement, alors les épreuves ne seraient jamais que des paroles vides pour les gens, et elles ne seraient rien d’autre qu’une parole, une définition, un concept. Cependant, Dieu accomplit souvent cette œuvre en toi : ici en te faisant tomber malade, ici en te faisant rencontrer quelque chose de désagréable tout en te privant de ton courage et en te rendant faible, ici en te faisant affronter une situation difficile à laquelle tu as du mal à faire face et dans laquelle tu ne sais pas comment agir correctement. Que représentent ces choses pour toi ? Quand il s’agit de toutes ces choses désagréables, toutes ces maladies, difficultés ou souffrances, et même des tentations de Satan, si tu parviens toujours à les considérer comme des épreuves que Dieu t’a données, chacune étant une épreuve parmi des centaines, et si tu peux les accepter et y chercher la vérité, alors ton état subira une transformation et ta relation à Dieu s’améliorera. Toutefois, si quand tu es confronté à des épreuves, tu les rejettes, que tu essaies en permanence de t’en cacher, d’y résister et de t’y opposer, alors ces « centaines de fois » ne seront jamais que des paroles vides pour toi, et elles ne s’accompliront jamais. Prenons par exemple le cas de quelqu’un qui affiche une mauvaise attitude envers toi, et n’en sachant la raison, tu te sens malheureux. Si tu vis dans l’impétuosité et dans ta chair, alors tu as une excuse pour être toi aussi désagréable avec cette personne : œil pour œil, dent pour dent. Mais si tu vis devant Dieu et que tu acceptes d’être perfectionné et sauvé par Dieu, alors tu dois considérer tout ce à quoi tu fais face comme une épreuve de Dieu et tu dois l’accepter. En vérité, c’est l’une des différentes façons dont Dieu te teste. En échangeant ainsi, vous sentez-vous à présent beaucoup plus libérés et beaucoup plus soulagés dans votre cœur ? Si vous pouvez pratiquer conformément à ces paroles, comparer votre comportement et vos points de vue à ces paroles, cela vous aidera alors grandement quand il s’agira de vous soumettre aux orchestrations et aux arrangements de Dieu dans votre vie quotidienne.

Dans la discussion d’aujourd’hui, quels sont les principaux aspects des notions des gens à propos de la croyance en Dieu ? L’un de ces aspects est le comportement extérieur des gens aussi faux que celui des pharisiens, qui agissent avec beaucoup de raffinement et de délicatesse. Un autre de ces aspects est celui de l’alimentation, de l’habillement, du logement et des voyages. Un autre encore concerne ce que les gens comprennent de la croyance en Dieu : ils pensent qu’en croyant en Dieu, ils doivent être bénis et recevoir des avantages. Comment Job a-t-il vécu cet aspect ? Quand Job a été frappé par des épreuves, il a été capable de déceler qu’elles venaient de Dieu, qu’il n’avait rien fait de mal et qu’il ne s’agissait pas d’un châtiment de Dieu, mais que Dieu le testait et que c’était Satan qui le tentait ; c’est ce qu’il a compris. Et comment les amis de Job l’ont-ils compris ? Ils ont cru que cette calamité avait dû s’abattre sur Job parce qu’il avait fait quelque chose de mal et qu’il avait offensé Dieu. Le fait qu’ils puissent penser ainsi montre qu’ils avaient des notions au sujet de la croyance en Dieu. Pourquoi Job comprenait-il différemment des autres ? C’est parce que Job avait vu clairement ce qu’il se passait, et qu’il n’avait donc pas de notions à ce sujet. Tandis que Dieu accomplissait Son œuvre sur Job, celui-ci avait acquis de l’expérience et était parvenu à connaître l’œuvre de Dieu, et il n’avait plus ces notions et idées. Et donc, quand la main de Dieu s’est abattue sur Job, a-t-il mal compris ? (Non.) Il n’a pas mal compris et il ne s’est donc pas plaint ; il n’a pas mal compris et il ne s’est donc pas rebellé ; il n’a pas mal compris et il a donc pu se soumettre véritablement. N’est-ce pas juste ? (Oui.) Pourquoi est-ce juste ? Si les gens disent « Amen » aux paroles de Dieu dans leur cœur, considèrent les paroles de Dieu comme étant la réalité des choses positives, comme étant ce qui est juste, comme le standard, comme le suprême, et comme les principes qu’ils doivent mettre en pratique, alors ils se soumettront et comprendront correctement. Lorsque les gens comprennent mal les paroles ou les actes de Dieu, cela manifeste toujours quelque chose. Qu’est-ce que cela manifeste ? (Ils sont réticents à les accepter.) Et qu’est-ce qui est sous-jacent à cette réticence à accepter les paroles et les actes de Dieu ? C’est qu’ils ont leurs propres idées et que ces idées contredisent les paroles de Dieu et entrent en conflit avec elles, et alors, les gens comprennent mal Dieu et élaborent des notions à Son sujet, croyant que ce que Dieu dit n’est pas forcément correct. Parfois, même si les gens semblent l’accepter, ils font en fait semblant et ce n’est pas une véritable acceptation. En cherchant la vérité, on doit complètement penser conformément aux paroles et aux exigences de Dieu, et être d’accord dans son cœur avec les paroles de Dieu, et ce n’est qu’alors qu’on peut être compatible avec Dieu. Si tu n’acceptes pas ces choses-là dans ton cœur, que tu les comprends mal, que tu t’y opposes et que tu leur résistes même, cela montre alors qu’il y a quelque chose en toi. Si tu peux disséquer cette chose en toi et chercher la vérité, tes notions pourront alors être résolues. Si tu as une compréhension déformée, si tu n’as pas de compréhension spirituelle, ou que tu n’as pas de capacité de compréhension, si tu n’es tout simplement pas capable de comparer tes notions aux paroles de Dieu, de les connaître et de les disséquer, et si tu n’as pas conscience des notions lorsqu’elles émergent en toi, alors tes notions seront insolubles. Certains savent parfaitement qu’ils nourrissent des notions dans leur cœur au sujet de Dieu, et pourtant ils disent qu’ils n’en ont pas, craignant de perdre la face et d’être méprisés s’ils en parlaient. Si quelqu’un leur demande « Si tu n’as pas mal compris Dieu, comment se fait-il que tu n’arrives pas à te soumettre à Lui ? », alors ils répondent « Je ne sais pas comment pratiquer. » Quel est ce genre de manifestation ? Si tu n’as aucune compréhension spirituelle, si tu n’es pas capable de discernement, et que tu ne sais pas comment réfléchir sur toi-même quand tu as un problème, tu ne seras alors pas capable de résoudre tes notions ou tes incompréhensions au sujet de Dieu. Quand il se produit quelque chose qui n’est pas en rapport avec tes notions, tu te sens très calme, et on ne peut pas savoir que tu as un quelconque problème. Par contre, dès lors que quelque chose touche à tes notions, des sentiments conflictuels à l’égard de Dieu émergent en toi. Comment ce conflit se manifeste-t-il ? Parfois, il se peut que tu éprouves de l’amertume, et que le temps passe sans que ce sentiment ne soit résolu, alors, ton incompréhension de Dieu s’enracine de plus en plus et ton tempérament corrompu enfle, et tu vas commencer à épancher tes notions et à juger Dieu. Dès l’instant où tu juges Dieu, il n’est plus question d’un problème de pensée ou de comportement, mais plutôt de la révélation d’un tempérament satanique. Si quelqu’un, par pure ignorance, manifeste un peu de conflit ou manque de soumission dans son comportement, Dieu ne condamne pas cela. Si quelqu’un entre directement en conflit avec Dieu par son tempérament et entre volontairement en conflit avec Lui, cela lui causera des ennuis, et il défie Dieu. Quand quelqu’un défie Dieu volontairement, c’est une offense au tempérament de Dieu. Par conséquent, quand les gens ont des notions, ils doivent les résoudre. Ce n’est que lorsqu’ils ont résolu leurs notions qu’ils peuvent résoudre les incompréhensions entre eux-mêmes et Dieu, et ce n’est que lorsque les incompréhensions entre eux-mêmes et Dieu sont résolues qu’ils se soumettent vraiment à Dieu. Certains disent : « Je n’ai pas de notions, et les incompréhensions entre moi et Dieu ont été résolues. Je ne pense plus à rien. » Cela est-il suffisant ? Le fait de résoudre les notions a non seulement pour objectif de résoudre les notions, mais surtout de pratiquer conformément aux exigences de Dieu et à la vérité, de parvenir à se soumettre à Dieu, et de Le satisfaire. Certains disent : « Tant que je n’ai pas d’incompréhension au sujet de Dieu, c’est suffisant, tout ira bien et je serai en sécurité. » Ce n’est pas mettre véritablement la vérité en pratique, et ce n’est pas non plus de la vraie soumission ; le problème n’a pas encore été résolu. Si le problème était réellement résolu, alors non seulement les gens n’auraient pas d’incompréhension au sujet de Dieu, mais ils sauraient également ce que Dieu exige et quelles sont Ses intentions pour les choses qui leur arrivent. Non seulement ils seraient capables de disséquer leurs propres notions, mais ils seraient aussi capables d’aider les autres personnes qui ont des notions à apprendre comment chercher la vérité, pour qu’ils soient en mesure de pratiquer la vérité et de répondre aux exigences de Dieu. Alors, ne seraient-ils pas en accord avec les intentions de Dieu ? Le but ultime de la résolution des notions est de comprendre les intentions de Dieu et d’entrer dans la vérité-réalité ; voilà la clef. Tu dis que tu n’as pas développé d’incompréhensions sur Dieu, donc comprends-tu la vérité ? Si tu ne comprends pas la vérité, tu ne te soumets toujours pas à Dieu, même si tu n’as pas de notions ou d’incompréhensions à Son sujet. Ne pas avoir d’incompréhensions ne signifie pas que tu comprends Dieu, et encore moins que tu es capable de te soumettre à Lui. Les gens n’ont pas de notions ou d’incompréhensions au sujet de Dieu quand tout va bien, mais cela ne signifie pas qu’ils n’ont aucune notion ou incompréhension à l’égard de Dieu. Lorsqu’il leur arrive quelque chose qui concerne leurs intérêts personnels, leurs notions émergent alors naturellement et ils nourrissent des incompréhensions au sujet de Dieu et vont jusqu’à se plaindre. Les gens peuvent-ils se soumettre à Dieu quand ils considèrent que leurs intérêts personnels sont si importants ? Pourquoi, dès lors que quelque chose affecte les intérêts personnels de quelqu’un, cela entraîne l’émergence de ses notions et incompréhensions et il se rebelle contre Dieu et Le défie ? C’est ainsi chez les gens qui ont une nature satanique et un tempérament satanique. Lorsque quelque chose affecte leurs intérêts personnels, ils ne sont plus capables de se soumettre à Dieu, et ils ne peuvent pas non plus se soumettre à Dieu quand quelque chose va à l’encontre de leurs propres notions et de leur propre imagination. Les notions et les incompréhensions au sujet de Dieu émergent avec leur situation. S’ils ne sont pas capables de chercher et d’accepter la vérité, alors leurs notions ne seront jamais résolues et leur relation avec Dieu ne reviendra jamais à la normale. Ceux qui nourrissent des notions, mais ne cherchent pas la vérité pour les résoudre ne seront pas sauvés par Dieu, et ce peu importe depuis quand ils croient en Lui.

Le salut de l’homme par Dieu n’est pas une parole en l’air. Dieu exprime toutes ces vérités afin d’aborder les diverses choses qui, au sein de l’humanité corrompue, vont à l’encontre de la vérité (ses notions ou son imagination, sa connaissance, ses philosophies, la culture traditionnelle, etc.) En disséquant ces choses, Dieu permet à l’homme de comprendre ce qui est positif, ce qui est négatif, ce qui vient de Dieu, ce qui vient de Satan, ce qu’est la vérité et ce que sont les philosophies et la logique de Satan. Lorsque l’on est capable de voir les choses telles qu’elles sont, on est tout naturellement amené à choisir le bon chemin, on est capable de pratiquer la vérité, de faire ce que Dieu demande et de discerner ce qui est négatif. Voilà ce que Dieu exige de l’homme. C’est également le critère qu’Il suit habituellement pour amener les hommes à la perfection et les sauver. Certains s’insurgent : « Dieu examine les notions des hommes, mais je n’ai pas de notions. Ceux qui ont des notions sont généralement de vieux renards, ou sinon des théologiens et des pharisiens. Rien à voir avec moi. » Quel est le problème quand on est capable de dire pareille chose ? Ces gens ne se connaissent pas. Quelle que soit la façon dont on échange avec eux sur la vérité, ils sont incapables d’appliquer la vérité à leur propre cas, pensant qu’ils ne sont pas comme cela. C’est de l’ignorance, et ils n’ont aucune compréhension spirituelle. Seriez-vous capables de penser de cette façon ? Aujourd’hui, la plupart des gens ne pensent pas comme ça. Quand on a mangé et bu de nombreuses paroles de Dieu et que l’on peut comprendre certaines vérités, on est alors capable de voir clairement que tout le monde possède ces choses issues de notions et de l’imagination, et que tout le monde a un tempérament corrompu. Il n’y a rien de honteux à disséquer ces choses. Qui plus est, après avoir disséqué ces choses, les gens croient que cela aidera les autres à avoir davantage de discernement, et qu’eux-mêmes grandiront et seront capables de comprendre la vérité plus rapidement. C’est la raison pour laquelle ils sont tous capables de se disséquer eux-mêmes ouvertement. À quoi cela sert-il de disséquer les notions ? À mettre de côté ces notions, à dissiper les malentendus entre les hommes et Dieu, puis à permettre aux gens de se concentrer sur les exigences que Dieu a vis-à-vis de l’homme, de savoir comment s’engager sur le chemin du salut et ce qu’il faut faire pour pratiquer la vérité. En pratiquant souvent de cette façon, on parvient à l’effet souhaité, au bout du compte : un aspect est que les gens en arriveront à comprendre les intentions de Dieu et à être capables de se soumettre à Lui, tandis qu’un autre aspect est qu’ils seront immunisés et pourront rejeter nombre de choses négatives, comme les notions et l’imagination malfaisantes, ainsi que ce qui vient de la connaissance, et qu’ils pourront y résister. Lorsque tu as en face de toi un intellectuel religieux, un théologien, un pasteur ou un ancien, tu es capable de le percer à jour en parlant avec lui et tu arrives à utiliser la vérité pour réfuter ses multiples notions, son imagination, ses hérésies et idées fausses. Cela montre que tu es capable de repérer ce qui est négatif, que tu as compris certaines vérités, que tu as une certaine stature et, par conséquent, que tu n’es pas intimidé quand tu es confronté à ces figures et chefs de file religieux. Les connaissances, les études et les philosophies dont ils parlent (y compris leurs propres idéologies et théories) sont indéfendables, car tu as percé à jour les paroles et les doctrines, les notions et élucubrations de la religion, et tu ne peux plus être induit en erreur par ces choses. Mais vous n’êtes pas encore parvenus à ce stade. Quand vous êtes confrontés à ces maîtres en supercheries religieuses et à ces pharisiens, ou à toute personne quelque peu influente, vous êtes intimidés. Vous avez beau savoir que ce qu’ils disent est faux, que c’est un ramassis de notions et d’élucubrations engendrées par la connaissance, vous ne savez pas comment les réfuter, par où commencer pour les disséquer ni à quelles paroles exposer leurs auteurs. Cela ne montre-t-il pas que vous n’avez toujours pas compris la vérité ? (Si.) Donc, vous devez vous équiper de la vérité et, une fois que vous aurez compris la vérité, vous pourrez vous disséquer vous-mêmes et vous saurez comment discerner les gens. Quand vous aurez compris la vérité, vous pourrez voir les autres clairement, mais si vous ne la comprenez pas, vous ne pourrez jamais les voir clairement. Pour percer à jour les gens et les choses, il faut comprendre la vérité ; si la vérité n’est pas ton fondement, ta vie, tu ne pourras pas pénétrer profondément quoi que ce soit.

Lorsque l’on a dissipé diverses notions et élucubrations, on a la connaissance et l’expérience des paroles de Dieu. Et en même temps, on entre dans la réalité de Ses paroles. Lorsque les gens sont en train d’entrer dans la réalité de Ses paroles, les diverses notions et l’imagination qui entrent en jeu sont résolues une à une, et un changement survient dans leur connaissance de l’œuvre de Dieu, de Son essence et de Ses diverses attitudes envers les hommes. Comment ce changement se produit-il ? Il se produit quand on laisse de côté les diverses notions et conceptions imaginaires de l’homme, quand on laisse de côté les idées et points de vue divers engendrés par la connaissance, la philosophie, la culture traditionnelle ou le monde, et qu’à la place, on accepte les divers points de vue qui viennent de Dieu et sont reliés à la vérité. Quand les gens acceptent les paroles de Dieu comme leur vie, ils entrent également dans la réalité des paroles de Dieu, et ils sont capables de considérer et de réfléchir aux questions à l’aide de la vérité, et de résoudre les problèmes à l’aide de la vérité. Une fois que les gens ont résolu leurs diverses notions et incompréhensions au sujet de Dieu, ils peuvent immédiatement améliorer leur relation avec Dieu, tout en préparant le terrain en vue de leur entrée dans la vie. Quand les gens parviennent à de tels changements, que devient leur relation avec Dieu ? Elle devient une relation entre êtres créés et Créateur. Dans une relation de ce niveau, il n’y a ni rivalité ni tentation, et très peu de rébellion. Les gens sont bien plus soumis, compréhensifs, révérencieux, loyaux et honnêtes vis-à-vis de Dieu, et craignent véritablement Dieu. Voilà le changement provoqué dans la vie des gens quand ils ont résolu leurs notions. Si vous êtes capables de parvenir à ce genre de changement, êtes-vous alors prêts à résoudre vos notions ? (Oui.) Mais résoudre ses propres notions est très douloureux. Il faut se renier, mettre de côté ses notions, mettre de côté les choses que l’on croit être justes, les choses que l’on cherche avec obstination, ce que l’on croyait être correct et que l’on a poursuivi et désiré toute sa vie. Cela signifie que les gens doivent se rebeller contre eux-mêmes, qu’ils doivent mettre de côté les connaissances, les philosophies, et même le mode de vie qu’ils ont appris du monde de Satan, pour les remplacer par une autre manière de vivre, dont le fondement et la source sont la vérité. À cet effet, il faut endurer de grandes souffrances. Cette souffrance ne prendra peut-être pas la forme de la maladie physique ou des difficultés du quotidien, mais celle de souffrances occasionnées par le changement fondamental de toutes sortes de points de vue sur diverses choses et sur l’humanité, ou même celle d’un changement dans les divers aspects de ta connaissance de Dieu, où ce que tu croyais savoir du monde, de la vie humaine, de l’humanité et même de Dieu se trouve bouleversé.

Nous venons d’échanger sur les notions des gens concernant la croyance en Dieu et nous avons donné plusieurs exemples, afin que vous puissiez vous faire une idée de cet aspect de la vérité. Par la suite, vous pourrez y songer à nouveau et échanger à ce sujet entre vous, en tirer des conclusions et, peu à peu, réfléchir aux diverses notions qui concernent la croyance en Dieu, les comprendre et les disséquer, avant de les résoudre, étape par étape. Pour résumer, la croyance en Dieu fait l’objet de nombreuses notions et élucubrations chez les gens. Par exemple, qu’il s’agisse de leur vie, de leur mariage, de leur famille ou de leur travail, dès que des difficultés se présentent, ils conçoivent des notions sur Dieu, puis ils se plaignent de Lui et Le jugent, se disant constamment dans leur cœur : « Pourquoi Dieu ne me protège-t-Il pas ou ne me bénit-Il pas ? » C’est exactement comme ce que disent sans cesse les non-croyants : « Le Ciel est injuste » et « Le ciel est aveugle ». Mais ces choses ne se produisent pas accidentellement. Quand les gens ont une vie agréable et heureuse, ils n’adressent jamais un seul mot de remerciement à Dieu et ils peuvent même nier Dieu et douter de Son existence. Par contre, quand des désastres surviennent, ils en rendent Dieu responsable et ils se mettent à Le juger et à blasphémer contre Lui. Certains pensent même qu’ils n’ont plus à apprendre quoi que ce soit ni à travailler, une fois qu’ils croient en Dieu, que Dieu organisera tout pour eux le moment venu et que, s’ils ont la moindre difficulté, ils pourront prier Dieu et Lui confier le problème, et qu’Il le résoudra pour eux. Ils croient que, s’ils tombent malades, Dieu les guérira, que si des désastres surviennent, Dieu les protégera. Ils croient que lorsque le jour de Dieu arrivera, ils changeront tous de forme et que, si Dieu accomplit des signes et des prodiges, tout ira bien : voilà l’imagination et les notions dont les gens font preuve. Quant aux connaissances professionnelles liées aux devoirs, connaissances que les gens doivent acquérir, elles doivent être acquises conformément à ce qui est nécessaire à l’accomplissement de leur devoir. C’est ce que l’on appelle faire preuve de pragmatisme et de dévouement à sa propre tâche et on ne devrait pas se contenter de rêver et de se fier à son imagination. Ce que Dieu exige que les gens fassent, c’est ce que doivent faire les gens, ce sont les devoirs qu’ils doivent accomplir. Cela ne peut absolument pas être changé et doit être abordé consciencieusement. C’est en accord avec la vérité et c’est le point de vue que les gens devraient adopter vis-à-vis de leur devoir. Il ne s’agit pas là d’une notion, c’est la vérité, et c’est ce que Dieu exige. Il arrive fréquemment que Dieu fasse des choses qui sont en désaccord avec l’imagination des gens. Si les gens peuvent mettre de côté leurs notions, chercher les intentions de Dieu et chercher les vérités-principes, alors ils pourront dépasser ces choses. Si tu es entêté et que tu t’accroches obstinément à tes notions, cela revient à ne pas accepter la vérité, à ne pas accepter ce qui est juste et à ne pas accepter les exigences de Dieu. Si tu n’acceptes pas la vérité ou ce qui est juste, ne peut-on pas dire alors que tu t’opposes à Dieu ? La vérité et les choses positives viennent de Dieu. Si tu ne les acceptes pas et que tu préfères t’accrocher à tes notions, alors tu es clairement opposé à la vérité. Nous allons mettre fin maintenant à notre échange sur les notions des gens concernant la croyance en Dieu. Il ne vous reste plus qu’à appliquer tout cela à vous-mêmes, sur la base de ces principes et des paroles que nous avons échangées aujourd’hui. Les notions au sujet de la croyance des gens en Dieu sont les plus courantes et les plus élémentaires parmi les trois types de notions. Les vérités liées à ces notions ne sont en réalité pas très profondes et donc, il devrait être facile de résoudre ces notions.

Maintenant, nous allons échanger sur les notions des gens au sujet de l’incarnation, les gens ont aussi de nombreuses notions à ce sujet. Les gens conçoivent de nombreuses élucubrations quand ils n’ont pas vu Dieu incarné, n’est-ce pas ? Par exemple, ils croient que l’incarnation doit tout comprendre et tout voir clairement. Pour résumer, ils pensent que la chair incarnée de Dieu doit être d’une perfection absolue, que les gens comme eux ne sont pas à la hauteur de Dieu et qu’Il est inaccessible. Quand les gens n’ont pas rencontré Dieu, leurs élucubrations sont des notions, qui émergent en fonction de certains jugements, ou de leurs connaissances, de leurs croyances religieuses et de leur éducation culturelle traditionnelle. Une fois qu’ils ont rencontré Dieu, les gens se mettent à concevoir de nouvelles notions : « Alors, voilà à quoi ressemble Christ. Voilà la façon dont Il parle et voilà ce qu’est Son caractère. Comment peut-Il être différent de ce que j’imaginais ? Mon Dieu n’est pas censé être comme ça. » En réalité, les gens n’ont aucune idée de ce à quoi Dieu est censé ressembler, et ils ne peuvent pas l’expliquer. Alors que les gens conçoivent en permanence ces notions, ils se renient et s’émondent eux-mêmes également constamment, pensant avoir tort de nourrir notions et élucubrations, pensant que les choses que Dieu fait sont justes, mais ils ne peuvent pas les comprendre, malgré tout. Leurs notions se déversent continuellement et une bataille fait rage dans leur cœur, tandis qu’ils pensent : « Ce que Dieu fait est juste. Je ne devrais pas nourrir les moindres notions. » Mais ils ne sont pas capables de mettre entièrement de côté leurs notions et ils ne sont toujours pas convaincus, de sorte qu’il n’y a pas de paix dans leur cœur. Ils se disent : « Est-Il un être humain ou Dieu ? S’Il est Dieu, alors Il n’en a pas l’air, et s’Il est un être humain, il ne Lui serait pas possible d’exprimer de si nombreuses vérités. » Ils restent bloqués là-dessus. Ils veulent trouver quelqu’un avec qui échanger, mais ont du mal à en parler, ayant peur qu’on se moque d’eux ou qu’on dise qu’ils sont vraiment stupides, dénués de foi, ou que leur compréhension est déformée, et donc, tout ce qu’ils peuvent faire, c’est réprimer ce qu’ils ressentent. Dans tous les cas, que quelqu’un ait vu Dieu ou non, tant que des notions et des incompréhensions sur Dieu se forment dans son cœur, alors sa compréhension pose problème. Dieu exprime nombre de vérités et échange sur ces questions très clairement et avec beaucoup de lucidité, pour que les gens puissent être convaincus, dans leur cœur et par la parole. Quand les gens sont encore capables de concevoir des notions et des incompréhensions dans une telle situation, alors il ne s’agit plus d’un problème aussi simple. Certaines personnes ont des notions parce qu’elles sont dénuées de compréhension spirituelle. D’autres ont des notions du fait de leur compréhension déformée. Et d’autres encore conçoivent des notions parce qu’elles n’aiment pas la vérité et qu’elles ne la comprennent pas du tout. Quoi qu’il en soit, du moment que les croyances et les idées des gens ne sont pas conformes aux paroles de Dieu, à l’œuvre de Dieu et à l’essence de Dieu, et qu’elles empêchent les gens de croire en Dieu, de connaître Dieu et de se soumettre à l’œuvre de Dieu, ou bien si elles amènent les gens à avoir des opinions et des points de vue qui mettent doute, comprennent mal, nient Dieu et Lui résistent, alors ces croyances et idées sont toutes des notions et elles s’opposent toutes à la vérité.

Maintenant, Je vais utiliser quelques exemples concrets pour échanger avec vous. Peut-être que beaucoup d’entre vous ont entendu des histoires à Mon sujet. Quand tu as commencé à croire en Dieu, ou que tu t’es trouvé dans une certaine situation, quelqu’un t’a peut-être raconté des histoires qui ont fait que ton cœur a été submergé par l’émotion ou qui t’ont ému aux larmes. Par exemple, quelqu’un a raconté qu’un jour, au Nouvel An, tout le monde était rentré chez lui y passer le réveillon, pendant que Christ arpentait les rues seul, exposé au vent et à la neige, sans maison où aller. Après avoir entendu cette histoire, certaines personnes ont été extrêmement émues et ont dit : « Il est vraiment difficile pour Dieu de venir vivre dans le monde ! L’humanité est si corrompue et tout le monde rejette Dieu, c’est la raison pour laquelle Dieu souffre autant. Il semble que ce que Dieu a dit soit vrai : “Les renards ont des tanières, et les oiseaux du ciel ont des nids ; mais le Fils de l’homme n’a pas où reposer sa tête.” Ces paroles sont devenues réalité. Dieu est si grand ! » Ils croient que la grandeur de Dieu a émergé de cette histoire, et c’est la conclusion qu’ils tirent de cette histoire. Alors que vous êtes émus aux larmes après avoir entendu cette histoire, vous êtes-vous jamais demandé pourquoi les gens voulaient écouter de telles histoires ? Pourquoi sont-ils émus par de telles histoires ? Les gens ont une sorte de notion au sujet de la chair de Dieu, ils ont une sorte d’exigence au sujet de Sa chair, ils ont une sorte de norme pour évaluer Sa chair. Quelle est cette notion ? C’est que si Dieu vient dans la chair incarnée, alors Il doit souffrir. Dieu dit : « Les renards ont des tanières, et les oiseaux du ciel ont des nids ; mais le Fils de l’homme n’a pas où reposer sa tête. » Si ces paroles n’étaient pas devenues réalité, si les conditions de vie du Fils de l’homme n’avaient pas été ainsi, et s’Il n’avait pas souffert de cette façon, mais au contraire avait goûté au bonheur, alors les gens ne L’admireraient pas et ne se sentiraient pas motivés, ils ne voudraient pas accomplir leur devoir et ne seraient pas prêts à souffrir, même un peu. Les gens croient que Dieu doit souffrir et que ce n’est qu’en souffrant qu’Il peut servir d’exemple et de modèle à l’humanité. Ils croient que lorsque Dieu vient dans le monde, Il ne peut pas jouir d’une grande richesse ni d’un haut rang : ces choses appartiennent au monde. Dieu est venu dans le monde spécifiquement pour souffrir et ce n’est qu’après avoir souffert qu’Il peut faire en sorte que l’humanité reste sans voix, qu’elle soit émue par Ses souffrances et qu’elle L’admire, avant de Le suivre. Les gens nourrissent ce genre de notion au sujet de Dieu, c’est pourquoi ils s’identifient à de telles histoires et les trouvent faciles à accepter. Alors, aimeriez-vous savoir si cette histoire est vraie ? Espérez-vous qu’elle soit vraie ou qu’elle ne le soit pas ? Avez-vous du mal à répondre ? Si cette histoire était vraie, alors les gens la trouveraient tout à fait conforme à leurs propres notions. Si elle n’était pas vraie, cela détruirait-il l’exemple héroïque qui se trouve au plus profond de votre cœur ? Cela aurait-il un impact sur vous ? Cela serait-il un choc pour vous ? En réalité, peu importe que cela soit vrai ou non. Qu’est-ce qui importe ? Disséquer les notions des gens. Les gens ont tous une notion et une norme pour ce qui est d’évaluer Dieu incarné, Sa vie, Son environnement de vie, Sa qualité de vie, et Son alimentation, Ses vêtements, Son logement et Ses moyens de transport. Et la notion qu’ils nourrissent est que, maintenant que Dieu est venu, Il doit souffrir. De plus, dans le cœur des gens, Christ doit assurément être influent et digne d’être vénéré, admiré et adoré : Il doit être capable de lire extrêmement vite et ne jamais rien oublier de ce sur quoi Il a déjà posé le regard. Il doit avoir certaines aptitudes exceptionnelles, hors de portée des gens normaux, et Il doit même être capable d’accomplir des signes et des prodiges, ce qui Le rend alors digne d’être suivi et digne du titre de « Dieu puissant. » Si les notions et l’imagination des gens se réalisaient dans la vie réelle, ils seraient si pleins d’énergie et d’assurance dans leur foi. Si les choses qui se produisent réellement sont en désaccord avec leurs notions et leur imagination, par exemple s’ils voient Christ être encore poursuivi par les autorités en place, les gens pensent alors : « Dieu souffre encore d’être poursuivi, ce n’est pas le héros et le Sauveur que j’avais imaginé ! » Puis ils se disent que Dieu ne vaut pas la peine qu’on croit en Lui. Cela n’est-il pas dû à leurs notions ? Comment ces notions apparaissent-elles ? Un aspect est qu’elles émergent de l’imagination des gens, tandis qu’un autre aspect est que les gens sont influencés par l’idée qu’ils se font de personnages célèbres et éminents, ce qui les amène à élaborer des définitions incorrectes de Dieu. Les gens croient que la vie des personnages célèbres et éminents est simple, que pour eux, une brosse à dents peut durer vingt ou trente ans, et qu’un seul de leurs vêtements peut être raccommodé et même porté toute une vie. Pour eux, certains personnages célèbres et éminents mangent sans rien laisser se perdre, ils lèchent même leur bol après avoir fini leur repas, et ramassent et mangent le moindre morceau de nourriture tombé au sol, de sorte que les gens se font une idée extraordinaire de ces personnages éminents dans leur cœur, et qu’ils utilisent cette idée pour évaluer Dieu incarné. Si Dieu incarné ne correspond pas à l’idée qu’ils s’en font, alors ils conçoivent des notions, mais si Dieu incarné correspond exactement à l’idée qu’ils s’en font, alors il n’en conçoivent pas. Est-ce en accord avec la vérité que les gens comparent Christ à ces choses ? Ce que font les personnages célèbres et éminents est-il en accord avec la vérité ? Leur nature-essence est-elle celle de saints ? En réalité, ces personnages célèbres et éminents sont tous des démons et des rois démons, et pas un seul d’entre eux n’a l’essence de l’humanité normale. Même s’ils peuvent sembler avoir certains mérites quand on utilise des notions humaines pour les évaluer, pour ce qui est de leur nature-essence et de leurs actes, ce sont tous des démons et des Satans par essence. Quand on compare l’image des démons et des Satans à Dieu incarné, n’est-ce pas blasphémer contre Dieu ? Satans et démons sont toujours les meilleurs pour ce qui est de se déguiser. En apparence, tout ce qu’ils disent et font est en accord avec les notions et élucubrations des gens, et ils ne disent que des choses agréables à entendre. Cependant, tout ce qu’ils projettent dans leur cœur et tout ce qu’ils font en coulisse est honteux et démoniaque, et si personne ne les expose, alors personne ne peut les percer à jour. Tout ce que disent les Satans et les rois démons est hypocrite et induit les gens en erreur, et certaines personnes qui comprennent la vérité seront à même de le voir clairement. Certains comparent sans cesse l’image des démons et des personnages éminents à Dieu incarné, et quand il n’y a aucune correspondance entre les deux, ils sont mal à l’aise et conçoivent des notions, qu’ils n’abandonnent jamais. Y a-t-il beaucoup de gens comme ça ? Il y en a assurément un grand nombre. Certaines personnes s’inquiètent encore de savoir si l’histoire que Je viens de raconter était vraie ou non. Quand J’en ai entendu parler pour la première fois, J’ai été intrigué de ne pas savoir, Moi, la personne concernée, ce qui M’était censément arrivé. C’était une grosse plaisanterie et un gros mensonge. Ce n’était pas vrai. Dans cette situation, même s’il n’y avait pas beaucoup de frères et sœurs qui avaient accepté cette étape de la nouvelle œuvre, il y avait tout de même des gens qui, lorsque Dieu avait commencé à prononcer Ses paroles, avaient accepté cela. De plus, tous ceux qui en étaient venus à accepter cette étape de l’œuvre croyaient en Jésus. Ils étaient tous prêts à faire preuve d’amour et n’auraient absolument pas pu fermer la porte au nez à Christ. Ils n’auraient certainement pas pu le faire. Au Nouvel An, certaines personnes M’ont invité chez elles. En outre, avec autant de frères et sœurs, chez qui aurais-Je pu aller et ne pas être hébergé ? En racontant ces histoires, cela donnait l’impression que les frères et sœurs se montraient rebelles et que personne ne M’aurait hébergé où que ce soit. C’était une tentative de coup monté contre les frères et sœurs et répandre des rumeurs sur leur compte ! Tout cela était complètement infondé et clairement inventé par certaines personnes ayant des arrière-pensées, et pourtant vous y avez cru, malgré tout. Comment avez-vous pu y croire quand même ? Parce que les gens ont certaines notions sur l’incarnation, et qu’ils ont ces exigences pour ce qui est de leurs sentiments, de leurs désirs et de leur profil psychologique, de sorte qu’ils sont prêts à écouter de telles histoires. Certaines personnes ont saisi l’occasion d’inventer ces histoires et ensuite, elles ont fait tout ce qu’elles pouvaient pour les répandre et les disséminer, les embellir, puis en tirer des conclusions, et monter des choses de toute pièce. Finalement, de plus en plus de gens ont fini par entendre leurs inventions et considérer ces choses comme vraies. Si Je n’avais pas clarifié cette question, vous n’auriez jamais pu distinguer le vrai du faux de votre vivant. Comprenez-vous, maintenant ? Ce n’est tout simplement jamais arrivé.

Maintenant, Je vais vous dire certaines choses pour que vous compreniez, grâce à elles, quelles sont les notions qui existent au sujet de l’incarnation et de Christ. Quand cette étape de la nouvelle œuvre de Dieu a commencé, l’Église a dû composer des hymnes, et J’en ai écrit un, Moi aussi. À cette époque, il avait déjà été rendu témoignage à Dieu incarné. Après avoir lu Mon hymne, certains ont pensé qu’il était formidable, mais quelqu’un a dit quelque chose de très étrange : « Comment as-Tu pu écrire cet hymne aussi rapidement ? Comment as-Tu trouvé autant de mots ? » Entendre ça M’a beaucoup déconcerté, et J’ai pensé : « A-t-on besoin de mots pour écrire une chanson ? Faut-il être instruit ? Que sont donc toutes ces paroles que J’ai exprimées, selon cette personne ? » Cette personne avait une notion, une idée, et elle croyait que ces paroles exprimées par l’incarnation n’étaient que des mots et des articles, elle ne croyait pas, pas plus qu’elle ne comprenait, que ces paroles étaient la vérité. Elle trouvait très confus tout ce que l’incarnation faisait. Comme elle ne comprenait pas la vérité, elle utilisait les mots des non-croyants pour expliquer ces paroles, et les gens se sentaient mal à l’aise et dégoûtés en l’entendant. Cette personne n’avait pas de compréhension spirituelle, et l’on rencontre de telles personnes, encore aujourd’hui. Alors, à quel type de notions cette question se rattache-t-elle ? Cette personne ne niait pas l’incarnation ou Christ, elle utilisait une notion pour évaluer ce qui s’était passé. Elle croyait que Christ devait être instruit et cultivé, et qu’Il devait être capable de convaincre pleinement les gens quand Il Se trouvait parmi eux. Et que, même si Christ n’était pas très cultivé, Son calibre, Ses talents et Ses capacités devaient être supérieurs à ceux des autres. Autrement dit, Il devait être meilleur que les autres dans certains domaines ou être différent des autres par certains côtés, pour se montrer digne d’être Dieu et Christ. Cette personne croyait que Christ ne pouvait être Christ que s’Il était qualifié pour l’être. Elle ne croyait pas que Christ puisse être Christ en possédant seulement l’essence de Christ, et c’est pour cette raison qu’elle disait une chose pareille. Quel obstacle ce genre de notion fait-il à la croyance en Dieu des gens et à leur entrée dans la vie ? Les gens se servent de leur cerveau pour analyser les paroles de Dieu et analyser et étudier la chair de Dieu, et ils L’étudient sans cesse et pensent : « Ce que dit cette personne est-il logique ? Est-ce en accord avec une pensée normale ? Est-ce conforme aux règles grammaticales ? Où a-t-Elle appris cela ? » Ils ne cherchent pas la vérité dans les paroles de Dieu, ils ne comprennent pas les paroles de Dieu du point de vue de l’acceptation de la vérité, et ils n’acceptent pas les paroles de Dieu comme la vérité. Au contraire, ils utilisent leur cerveau et leurs connaissances pour analyser, étudier et mettre en doute. Quels que soient les points de vue ou les notions que les gens utilisent pour évaluer ou aborder cette personne, quel est le résultat final ? (Ils ne peuvent pas gagner la vérité.) Ils ne peuvent assurément pas gagner la vérité. Il y a un autre aspect que tu n’as pas compris, qui est que les gens ne sont pas capables d’établir si Dieu est l’incarnation ou pas. N’est-ce pas essentiel ? (Si.) Beaucoup établissent qu’Il est bien Dieu, que Ses paroles sont la vérité et la vie, et qu’elles viennent de Dieu, en écoutant les sermons qu’Il prononce et certains mystères qu’Il révèle. Cependant, si les gens étudient constamment Dieu avec leurs notions et n’acceptent jamais Ses paroles comme la vérité, alors quel sera le résultat final ? Ils douteront toujours de l’identité et de l’essence de cette personne, et de Son œuvre. Autrement dit, ils ne pourront pas vérifier si cette personne est un être humain ou Dieu, pensant que cette personne est peut-être un messager envoyé par Dieu, ou peut-être un prophète, parce que les êtres humains ne sont pas capables de dire les choses qu’Il dit. Certains ne reconnaissent pas que cette personne est Dieu parce qu’il y a en eux de nombreuses restrictions et entraves, et de nombreuses notions, qui ne correspondent pas à cette chair. Quand il n’y a pas de correspondance, ces gens ne cherchent pas la vérité, mais continuent à s’accrocher à leurs notions, de sorte qu’ils finissent dans une impasse. Quand tu dis à ces gens de faire un effort dans leur foi, ils nourrissent de nombreuses notions, qu’ils sont incapables d’abandonner, et quand tu leur dis de partir, ils se mettent à avoir peur de ne pas être bénis. Y a-t-il des gens comme ça ? Êtes-vous comme ça ? Même si la plupart d’entre vous ont confirmé que cette personne était bien Dieu incarné, en réalité, vous ne le confirmez qu’à 80 ou 90 pour cent, et il reste 10 ou 20 pour cent de doute et d’interrogations. On peut dire que vous l’avez confirmé pour l’essentiel, et que ce doute et ces interrogations ne sont pas des problèmes si urgents. La résolution de ces notions est à portée de main, mais si ces notions et ces interrogations ne sont pas résolues en temps opportun, cela peut être très problématique. En ce qui concerne vos notions, comment devrais-Je vous traiter pour que vous soyez satisfaits, pour que vous pensiez que tout cela est fait par Dieu et que c’est ainsi que Dieu est censé traiter les gens ? Devrais-Je parler avec douceur, puis être inquiet à votre sujet et M’occuper de vous dans tous les domaines ? Si un jour Je devais découvrir que certains d’entre vous ont fait quelque chose d’absurde et que Je vous réprimandais, vous exposais et vous jugeais sévèrement, et que Je froissais votre amour-propre, auriez-vous l’impression que Je ne suis pas comme Dieu ? Vous croyez que Dieu est le plus doux, le plus aimant, et que Dieu est plein de compassion, alors que puis-Je faire pour être le Dieu de vos notions et de votre imagination ? Si vous avez encore de telles exigences vis-à-vis de Dieu maintenant, alors vous êtes dépourvus de raison et ne connaissez vraiment pas Dieu.

Je vais vous dire autre chose à propos des notions qui portent sur l’incarnation. Il y a vingt ans, lorsque J’étais en Chine, Je n’avais pas encore vingt ans. À cet âge, les gens n’ont pas beaucoup d’expérience et ils ne sont pas très mûrs, dans leur discours comme dans leurs actes. Ils parlent et agissent comme des jeunes gens, ce qui est normal. S’ils parlaient et agissaient comme des gens âgés, c’est ça qui ne serait pas normal. Il est normal que les gens, quel que soit leur tranche d’âge, ressemblent aux gens de cette tranche d’âge. Dieu a créé l’humanité et a ordonné un modèle de croissance normal pour l’homme. Bien entendu, Dieu Lui-même dans la chair n’y fait pas exception, Il vit et fait l’expérience de la vie conformément à ce modèle, Lui aussi. Ce modèle vient de Dieu et Dieu ne l’enfreindra pas. Par conséquent, avant que Dieu incarné ait atteint l’âge de 20 ans, certains de Ses comportements étaient incontestablement ceux d’une personne jeune. Par exemple, un jour, en déménageant, des frères et sœurs ont laissé derrière eux des stylos et des carnets. Je Me suis dit qu’il serait dommage de les perdre, et que les frères et sœurs devaient aussi pouvoir prendre des notes, alors Je les ai emballés et partagés avec quelques sœurs. Quelqu’un a alors conçu une notion et dit : « Quiconque veut ces fournitures peut venir se servir. Tu agis comme un enfant en les distribuant ! » Voilà ce que cet individu a dit. S’agit-il d’une question importante ou mineure ? Si quelqu’un devait juger qu’une personne normale agit comme un enfant, alors il serait normal de dire cela, ce serait une simple expression, et personne n’y prêterait attention ou ne le prendrait au sérieux, personne ne penserait non plus que cette expression est une notion ou un point de vue, tout le monde se contenterait de prendre les choses comme elles sont. Cependant, en Me disant cela, quelle était la démarche de cet individu ? Quelle en était la nature ? Selon ses notions et son imagination, même si Dieu incarné n’avait pas encore atteint l’âge de vingt ans, Il devait tout de même agir comme une personne âgée, S’assoir chaque jour solennellement, Son regard fixé au loin, en ayant l’air d’une vieille personne, sage et pleine d’expérience, qui ne plaisante ou ne bavarde jamais, particulièrement réfléchie et posée. Dès que J’agissais ou faisais quoi que ce soit de contraire à ce qu’une personne âgée pourrait faire, comme lorsque J’avais partagé les stylos et carnets avec des sœurs, quelqu’un condamnait Mes actes comme étant ceux d’un enfant, pas ceux de Christ ni ceux du Dieu présent dans l’esprit de cet individu, parce que Dieu incarné n’est pas censé agir comme un enfant d’une quelconque manière. Cet individu ne définissait-il pas ainsi Dieu incarné ? Ce genre de définition est-il une forme de condamnation et de jugement, ou s’agit-il d’une sorte de reconnaissance et d’affirmation ? (Il s’agit de condamnation et de jugement.) Pourquoi est-ce une forme de condamnation ? Se pourrait-il qu’en disant que Dieu incarné était comme un enfant, cet individu niait Dieu ? En quoi avait-il tort de dire cela ? Quel était le cœur du problème dans sa conception de cette notion ? (Il niait l’humanité normale de l’incarnation, et niait la normalité et l’aspect concret de Dieu. C’est comme ce que Dieu vient de dire : l’incarnation est exactement comme l’humanité créée et suit un modèle de croissance normal. Cet individu, cependant, considérait Dieu comme étant particulièrement surnaturel et donc, il ne comprenait pas l’incarnation. La nature de tout cela, c’est le déni et la condamnation de Dieu, et c’est du blasphème.) En effet, son déni était l’essence du problème. Pourquoi niait-il Dieu incarné de cette façon ? Parce qu’il nourrissait dans son cœur une notion au sujet de Dieu incarné et qu’il se disait : « Tu es Dieu, donc Tu ne peux pas révéler Ton humanité normale conformément au schéma de croissance normal. Tu n’as pas encore vingt ans, mais Tu dois être aussi mûr et expérimenté qu’un quinquagénaire. Tu es Dieu, donc Tu dois vivre en enfreignant le schéma de croissance de l’humanité normale. Tu dois être surnaturel, Tu dois être différent de tous les autres, et seulement alors peux-Tu être Christ et le Dieu que nous avons à l’esprit. » Telle était sa notion. Et quelle était la conséquence de cette notion ? Cette notion aurait-elle été révélée si rien de tout cela n’était arrivé ? Personne ne le sait. Cet individu s’est tout simplement trouvé révélé par le biais de cette question. S’il avait eu une notion au sujet de cette question, mais qu’il avait pensé que les gens n’étaient pas capables de comprendre complètement ce que Dieu avait fait, et s’il n’avait pas parlé imprudemment, alors il aurait eu assez de latitude pour chercher, et tout cela aurait été excusable. Les gens ne comprennent pas la vérité, et il y a nombre de choses qu’ils ne sont pas capables de comprendre complètement. Cependant, même si les gens ne comprennent pas complètement ces choses, certains jugent et condamnent, tandis que d’autres ne parlent pas imprudemment et préfèrent attendre et chercher la vérité. N’y a-t-il pas une différence de nature ? (Si.) Alors, quelle était la nature de l’incapacité de cet individu à comprendre complètement ? Il était immédiatement passé à la condamnation, et c’est un problème grave. Une fois que les gens conçoivent des notions, le doute et même la condamnation et le déni émergent en eux au sujet de Dieu incarné, ce qui est extrêmement grave.

Je viens de donner trois exemples de notions sur l’incarnation. Ces trois exemples font apparaître certains problèmes, et vous devriez chercher quelle vérité il y a en eux. Quelle est la première notion ? (Les gens délimitent le Dieu incarné en se basant sur leurs définitions des personnages éminents, croyant que Dieu doit souffrir afin d’être un modèle pour l’humanité.) C’est là une notion qu’ont les gens. Leur notion est que Dieu incarné doit souffrir davantage et donner l’exemple, être un modèle pour l’humanité. Quelle est la deuxième notion ? (Les gens croient que Christ doit être instruit et cultivé, davantage que les gens ordinaires, et seulement alors est-Il Christ.) À l’heure actuelle, bon nombre de gens croient encore que les déclarations de Dieu et Son œuvre viennent de Ses connaissances et dons, ou de certaines choses qu’Il a maîtrisées et comprises, c’est une notion. Et quelle est la troisième notion ? (Les gens croient que Christ n’est pas censé avoir les moindres révélations de l’humanité normale.) Pour être plus précis, que Dieu incarné est censé être surnaturel, Il doit être différent de tous les autres et avoir des capacités surnaturelles. Si Christ était ordinaire et normal à tous points de vue, la foi des gens en Dieu serait faible, et ils douteraient de Dieu et iraient même jusqu’à Le nier, alors que tout le monde aime le Dieu surnaturel. Est-il bénéfique à votre compréhension de la vérité que Je vous raconte ces histoires ? (Oui.) Ce devrait être utile. Vous trouveriez sans doute abstrait que J’échange avec vous sur cet aspect de la vérité sans aucune base factuelle, et vous ne sauriez pas à quoi tout cela fait référence. Ce que Je vous ai donné, par contre, ce sont des exemples concrets et, en le entendant, vous les trouvez concrets et faciles à comprendre, et grâce à ces histoires, vous pouvez comprendre certaines vérités. Mais êtes-vous capables d’apprendre à utiliser la vérité pour évaluer et aborder d’autres choses quand vous les rencontrez ? Si vous pouvez mettre en application la vérité, alors cela montre que vous avez une compréhension spirituelle et que vous comprenez la vérité qui se trouve dans ces histoires. Dans le cas contraire, vous n’avez pas de compréhension spirituelle et vous n’avez pas compris la vérité qui se trouve dans ces histoires. Si, dans le cadre de ces histoires, tu peux découvrir leur vérité, savoir ce que sont les intentions de Dieu, savoir ce que tu devrais comprendre et disséquer, ce dans quoi tu devrais entrer, et quelles vérités tu devrais chercher et gagner, alors tu as une compréhension spirituelle. Si, quand J’ai fini de raconter ces histoires, tu en viens à vraiment t’intéresser à ces choses et que tu te t’en souviens, mais que tu mets la vérité de côté, alors tu n’as pas de compréhension spirituelle. Si vous comprenez réellement la vérité de ces histoires, alors Je ne les aurai pas racontées en vain. Du moment que cela vous aide à comprendre la vérité, Je vous donnerai des exemples concrets. Quelle que soit la question, Je la disséquerai. Tant que cela vous aide à être doués de compréhension, à être capables de comprendre la vérité et à voir les choses clairement, alors cela ne Me dérange pas de raconter autant d’histoires que vous voulez. En réalité, Je ne n’ai pas envie de vous dire ces choses et Je n’ai vraiment pas envie de vous raconter des histoires sur le vrai et le faux, mais si ces choses vous aident à entrer dans la vérité, alors Je vous les dirai. Du moment que cela vous aide à comprendre la vérité, cela ne Me dérange pas de parler un peu plus. Mais si vous n’aimez pas que Je bavarde sans arrêt, alors Je n’aurai d’autre choix que de parler moins.

Quelles notions devraient être résolues à partir des histoires que Je vous ai racontées ? D’abord, vous devez comprendre, en ce qui concerne la question du Dieu incarné, comment Dieu définit-Il fondamentalement l’humanité de cette chair ? Elle est ordinaire et normale, elle peut vivre au sein de l’humanité corrompue et s’adonner à toutes les activités de l’humanité normale, Elle n’est pas d’un genre différent. Elle peut aider, guider et diriger les gens. Qu’il s’agisse de son humanité normale, de sa divinité ou de son caractère, quel que soit l’aspect, Elle doit assurément être capable de gérer l’œuvre qu’elle entreprend et le ministère qu’Elle accomplit. Voilà la norme selon laquelle Dieu évalue Christ et l’incarnation. C’est la norme de Son œuvre et la norme de Sa définition. Quand le Seigneur Jésus a accompli Son œuvre, Son humanité, comparée à celle de l’incarnation actuelle, possédait certains aspects surnaturels. Il pouvait accomplir des miracles : Il pouvait maudire le figuier, réprimander la mer, calmer la mer et le vent, guérir les malades et chasser les démons, nourrir cinq mille personnes avec cinq miches de pain et deux poissons, et ainsi de suite. Néanmoins, en dehors de cela, Son humanité normale et Ses besoins fondamentaux semblaient tout à fait ordinaires et concrets. Il n’était pas né à l’âge de 33 ans et demi pour être alors crucifié. Il avait atteint l’âge de 33 ans et demi et Il avait vécu chaque jour et chaque année, minute après minute et seconde après seconde, jusqu’à être finalement crucifié et jusqu’à ce qu’Il achève ainsi l’œuvre de rédemption de l’humanité. Ce n’est qu’après avoir vécu 33 ans et demi dans ce monde que l’incarnation a achevé cette œuvre. N’est-ce pas concret ? (Si.) Voilà qui est concret. Quant à l’étape de l’œuvre que Dieu accomplit maintenant, tout ce qu’Il vous dit et toutes les vérités sur lesquelles Il échange, tout cela est basé sur votre stature, votre degré de développement dans la vie, et sur tout l’environnement arrangé par Dieu. Et donc, Je Me demande quelles vérités seront les plus appropriées pour échanger avec vous, et quelles vérités Je veux que vous compreniez. En apparence, il semble que cette chair réfléchisse à ces choses, quand, en fait, l’Esprit de Dieu agit simultanément. Tandis que cette personne coordonne, l’esprit de Dieu guide tout. Si tu examines les choses de cette façon, tu ne douteras pas de l’essence de cette chair ou de Son identité, tu ne remettras jamais cela en question. Les choses que Je fais avec vous et les exigences que J’ai à votre égard n’entrent jamais en conflit avec le plan de gestion complet de l’Esprit de Dieu. Elles progressent ensemble, elles vont dans la même direction et se soutiennent les unes les autres. Si l’Esprit de Dieu n’était pas revêtu de cette chair, Elle ne pourrait pas parler avec vous en personne, vous ne pourriez pas entendre ce qu’Elle dit, et vous ne pourriez pas comprendre ce qu’Elle exige de vous. Cependant, s’il n’y avait que cette chair et que l’Esprit de Dieu n’était pas en elle, cette chair pourrait-elle accomplir la moindre œuvre ? Certainement pas. Si Dieu n’était pas devenu chair, aucun être humain ne pourrait entreprendre cette œuvre. Par conséquent, cette chair normale doit vivre chaque jour, chaque mois et chaque année, vivre un instant après l’autre de cette façon, Son humanité mûrissant sans cesse, son expérience augmentant sans cesse, tout en s’efforçant constamment d’être capable d’entreprendre l’œuvre requise par le plan de gestion de Dieu. En accomplissant cette étape de l’œuvre, J’ai commencé à œuvrer dans l’Église alors que Je n’avais pas encore vingt ans, et Je suis entré en contact avec des frères et sœurs. J’ai commencé à assister à des réunions, à donner des échanges et à marcher parmi les Églises, et Je suis entré en contact avec toutes sortes de gens. Depuis cette époque jusqu’à maintenant, J’ai l’impression que Mes compétences linguistiques et Ma capacité à considérer les gens et les choses se sont constamment développées. En quoi ce développement de Mes capacités diffère-t-il de votre situation ? Vous devez expérimenter par le biais des paroles que Je prononce et des vérités sur lesquelles J’échange et, ce faisant, vous devenez peu à peu certains que les paroles que Je prononce viennent de Dieu, qu’elles sont la vérité, qu’elles sont justes et qu’elles sont des paroles qui peuvent vous permettre de parvenir à un changement de tempérament et d’atteindre le salut. Quant à Moi, alors que vous faites des progrès, Je deviens de plus en plus profond. Tandis que la compréhension que J’ai de vous continue à se développer, Je fais aussi constamment en sorte que les choses que Je veux dire soient à même de subvenir à vos besoins, pas à pas. Certains disent : « Tu veux subvenir à nos besoins, faire en sorte que notre stature se développe progressivement, nous permettre de changer et de progresser de plus en plus sur le chemin du salut, et que notre relation avec Dieu devienne de plus en plus étroite, alors comment vas-Tu procéder ? » Vous n’avez pas à vous en préoccuper. Je ne demande jamais rien, pas plus que J’ai à jeûner ou à prier, ou à demander quoi que ce soit comme si Je priais pour qu’il pleuve, afin que Dieu Me donne vite certaines paroles à vous fournir. Je n’ai pas à faire cela. Parce que cette chair est Dieu Lui-même et qu’Elle accomplit ce ministère, elle exprime donc la vérité à fournir aux gens, voilà la différence entre la chair de Dieu incarné et l’humanité corrompue. Par conséquent, Je n’ai pas mis un point d’honneur à comprendre ce dont vous avez besoin. Pour autant, ce que Je veux vous apporter et ce sur quoi Je veux échanger avec vous est assurément ce dont vous avez besoin. Vous devez simplement aller de l’avant, dans le sillage de Mes paroles et de Mon œuvre. Par là même, votre état commencera à s’améliorer et votre vie progressera également de plus en plus. En même temps, pendant que Je vous abreuve, l’Esprit de Dieu accomplira l’œuvre de la chair, en tandem avec elle. En fait, c’est l’Esprit de Dieu qui coopère avec Son humanité, et Son humanité coopère avec Sa divinité. Tout cela œuvre simultanément. Je suis ici à vous abreuver, et l’esprit de Dieu est parmi vous, œuvrant, vous éclairant et vous illuminant, puis arrangeant des situations et créant les conditions nécessaires pour que vous puissiez entrer dans diverses vérités. L’humanité et la divinité de la chair œuvrent ensemble de cette manière. Alors, y a-t-il aucun être humain qui puisse parvenir à cette collaboration entre la chair et l’Esprit ? Absolument pas. Par conséquent, si tu n’essaies pas de connaître tout le plan de gestion de Dieu et que tu n’abordes pas la chair du point de vue de cet aspect de la vérité, tu seras à jamais incapable de savoir exactement quelle est l’essence de cette chair, ce qu’est vraiment cette chair et comment elle œuvre, précisément. Si tu ne peux pas comprendre ces choses, alors tu ne sauras jamais avec certitude si cette chair est un être humain ou Dieu. Par contre, si tu peux voir ce niveau clairement, ou l’atteindre par le biais de ton expérience, et apprécier ce niveau, tu sauras alors que, pendant que la chair de Dieu, Christ, œuvre sur terre, le Saint Esprit œuvre en tandem et accomplit la même œuvre, et c’est là quelque chose que personne au sein de toute l’humanité ne peut accomplir. Et pendant que l’Esprit œuvre, la chair œuvre en tandem avec l’œuvre de l’Esprit. Les deux sont complémentaires, cohérents et jamais en contradiction l’un avec l’autre. Certains disent : « Parfois, quand je suis confronté à des épreuves, le Saint Esprit m’éclaire pour que j’en tire des leçons. Cependant, Toi, Tu exprimes d’autres vérités. Qu’est-ce que tout cela veut dire ? » Il n’y a simplement aucune contradiction, aucun conflit ici. Christ exprime la vérité progressivement et dans un ordre approprié, alors que le Saint Esprit guide chacun dans son expérience à différents degrés. Il n’y a pas d’approche identique pour tous. Christ prêche en donnant des échanges sur la vérité, en Se basant sur les questions essentielles qui se posent réellement au peuple élu de Dieu, et la direction du Saint Esprit est également basée sur les situations individuelles. Il n’y a ni contradiction ni conflit ici. Les gens ont des statures différentes à différents moments et à différents stades, alors que toute l’œuvre que Dieu accomplit se trouve dans la vérité qu’Il exprime, autrement dit, dans la vérité, la voie et la vie, telles que Dieu en parle. Son œuvre ne sort pas de ce cadre, elle est entièrement la vérité. Sur quoi sont basées les vérités grâce auxquelles le Saint Esprit t’éclaire, et la lumière qu’Il te permet de comprendre ? Elles sont basées sur ces vérités que Christ exprime désormais, autrement dit sur la vérité, la voie et la vie qu’Il te permet désormais de comprendre. Certains disent : « Nous n’avons pas besoin de Toi dans cette chair. Il nous suffit d’avoir le Saint Esprit pour nous éclairer et nous guider. Nous pouvons malgré tout avoir un nouvel éclairage et une nouvelle lumière, sans Toi. Nous pouvons de même entrer dans la nouvelle ère et atteindre le salut. » Est-ce défendable ? (Non.) Les gens religieux croient en Jésus depuis deux mille ans et le Saint Esprit les a guidés depuis deux mille ans, et qu’ont-ils gagné ? Seulement l’Évangile de la rédemption, et ils ont simplement profité de beaucoup de grâce de Dieu, mais ils sont incapables de gagner ces vérités que Dieu exprime dans les derniers jours. Par conséquent, si la chair de Dieu incarné n’était pas là dans les derniers jours pour exprimer autant de vérités, que seriez-vous capable de gagner ? Vous seriez exactement comme ces gens religieux, gagnant un grand éclairage du Saint Esprit et beaucoup de grâce, ou bien Dieu te choisirait et t’utiliserait, et tu pourrais être un prophète ou un apôtre, mais si tu n’acceptes pas ces vérités que l’incarnation de Dieu des derniers jours exprime, alors tu n’auras aucune possibilité d’être rendu parfait, d’entrer dans le royaume des cieux ou de recevoir l’approbation de Dieu.

Vous êtes désormais capables d’accepter l’incarnation, mais vous avez encore certaines notions concernant l’essence de l’incarnation, et vous n’êtes jamais sûrs que l’incarnation soit le Dieu concret. Si Je devais engager le dialogue avec vous maintenant et que vous découvriez que Moi non plus Je ne comprends pas certaines choses du monde extérieur, en concevriez-vous des notions ? Certains ne s’en remettraient pas et penseraient : « Tu ne comprends pas, Toi non plus. Ce n’est pas censé se produire. Tu es Dieu incarné, Tu devrais tout comprendre. Il ne devrait rien y avoir que Tu ne saches pas et rien que Tu ne puisses faire. Même si Tu ne peux pas être partout à la fois, Tu devrais quand même tout savoir ! » N’est-ce pas là une notion que possèdent les gens ? (Si.) Il s’agit là également d’une notion. L’humanité normale de l’incarnation est sous-tendue par quel concept ? Celui d’une logique humaine normale dans la façon dont pense l’incarnation ce n’est pas une façon surnaturelle, vague ou creuse. L’incarnation peut parvenir à ce qui est accessible à la pensée de l’humanité normale par l’étude, même s’il est possible qu’elle n’en sache pas nécessairement davantage sur de telles choses que quelqu’un qui a les compétences appropriées, ce qui est normal. De plus, elle parle et agit conformément à la logique et à la pensée de l’humanité normale, et non de manière surnaturelle. Par exemple, la pensée de l’humanité normale procède étape par étape, et c’est ainsi également que l’incarnation pense. Pourquoi son humanité normale est-elle ainsi ? Tout cela est-il raisonnable ? (Oui.) Pourquoi dites-vous que c’est raisonnable ? Combien de marches une personne normale franchit-elle à la fois quand elle monte des escaliers ? (Une.) Une marche à la fois, voilà la façon normale de monter des escaliers. Si je devais enjamber plusieurs marches d’un seul pas et pénétrer dans la maison immédiatement, seriez-vous capables d’en faire autant ? (Non.) Non, vous n’en seriez pas capables. Et si J’insistais pour que vous le fassiez, que feriez-vous ? Seriez-vous capables d’y parvenir ? (Non.) Non, vous n’en seriez pas capables. Tout cela repose sur les besoins de ceux à qui l’œuvre est destinée. J’échange sur la vérité de cette façon, en prenant un sujet et une question essentielle, puis en faisant tout Mon possible pour parler de manière précise et complète, en racontant des histoires, en donnant des exemples, en répétant les choses encore et encore, mais même en parlant de cette manière, bon nombre de personnes ne comprennent pas et passent à côté du problème. Donc, si Je ne parlais pas de façon aussi détaillée et que J’expliquais tout de manière profonde et générale, vous ne pourriez pas gagner ou comprendre quoi que ce soit, et cette œuvre serait vide et dépourvue de tout caractère concret. Vous pouvez progresser en gravissant une marche à la fois, donc Je vous guiderai en gravissant, Moi aussi, une marche à la fois et de cette façon, vous ne prendrez pas de retard sur Moi. Si Je devais franchir quatre marches à la fois, quel serait le résultat ? Vous ne pourriez jamais Me suivre. Si Ma pensée était d’un niveau supérieur et avançait à pas de géant, et que vous n’étiez pas du tout capables de l’atteindre, l’incarnation n’aurait aucun sens. Par conséquent, quels que soient la normalité et le caractère concret de cette chair, Elle peut même sembler ne pas avoir les capacités de l’Esprit de Dieu. Tout cela est lié aux besoins de l’humanité. Parce que les gens qui sont à présent approvisionnés par Dieu sont des gens qui ont été corrompus par Satan, qui ne comprennent aucune vérité et qui sont incapables de saisir la vérité, en devenant chair, Dieu doit posséder la pensée la plus basique de l’humanité normale. Quelle est cette pensée la plus basique ? Cela signifie que, lorsque Dieu parle, les gens de calibre moyen, et même ceux de calibre légèrement déficient, peuvent Le comprendre. Du moment que leur pensée est normale, tout le monde peut comprendre ce qu’Il dit et peut évoquer et comprendre les vérités qu’Il prêche, pour ensuite accepter la vérité. C’est seulement ainsi que chaque étape de l’œuvre que Dieu accomplit, et toutes les paroles qu’Il prononce, ont des effets et produisent des résultats. N’est-ce pas réaliste ? (Si.) Donc, si les gens s’accrochent aux notions et refusent de les abandonner, en disant : « Autrefois, certains empereurs étaient doués d’une mémoire extraordinaire et pouvaient lire dix lignes d’un seul coup d’œil. Dieu ne devrait-Il pas être comme ça ? Si Tu ne possèdes pas ces dons, nous ne pourrons pas Te suivre, parce que Tu es trop ordinaire. Ce serait formidable si Tu avais l’air d’une personne importante », que peux-tu en déduire ? Que les gens ont été corrompus par Satan au point d’en être irrémédiablement ignorants. Les gens qui ont assez de cœur pour suivre Dieu, et qui ont un peu de conscience et de raison, mis à part le fait qu’ils ont une certaine pensée humaine normale et un calibre normal, et que Dieu les a choisi et œuvre en eux, ne comprennent rien. Non seulement ils ne comprennent pas les moindres vérités, mais ils ne comprennent même pas ce qu’est l’humanité normale, ce que sont les tempéraments corrompus, comment les notions et élucubrations émergent, comment les résoudre, comment les gens devraient aborder Dieu, ou, à tout le moins, quelle conscience et quelle raison ils devraient posséder, et ainsi de suite. Quel que soit le langage facile à comprendre que Dieu utilise, les gens ne comprennent pas vraiment et n’ont qu’une compréhension superficielle. Dites-Moi, face à un groupe de personnes corrompues qui ne comprennent rien, qui s’opposent à Dieu, quel genre d’essence, quel genre d’humanité et quel genre de pensée humaine normale Dieu incarné devrait-Il posséder afin d’être capable de conduire de telles personnes devant Dieu ? Dites-Moi, que devrait faire Dieu ? Certains disent : « Dieu n’est-Il pas tout-puissant ? Pourquoi n’accomplit-Il pas des tas de signes et de miracles pour conquérir les gens ? » Voilà une notion que la plupart des gens ont dans le cœur. Ils ne remettent pas en cause le fait que les tempéraments corrompus puissent être révélés et résolus en accomplissant des signes et des miracles et par des moyens surnaturels. La vérité peut-elle être inculquée aux gens par des moyens surnaturels ? Cela convaincrait-il Satan ? (Non.) Que vous disiez « Non » maintenant est peut-être une sorte de doctrine, mais un jour, quand vous aurez acquis une certaine expérience, vous saurez exactement dans quelle mesure les gens sont engourdis et obtus, rebelles, intransigeants et malfaisants, et à quel point exactement ils n’aiment pas la vérité. Un jour, quand vous aurez acquis une certaine expérience, vous comprendrez que la chair de Dieu incarné, cette chair de l’humanité normale, est ce dont toute l’humanité a besoin. Par conséquent, si tu as encore toutes sortes de notions et d’élucubrations, en ce qui te concerne, c’est avoir une attitude irresponsable, et pour Dieu, c’est du blasphème. C’est nier et remettre en cause l’intention rigoureuse de Dieu de sauver l’humanité. Si tu penses : « Nous avons des connaissances, nous sommes instruits et nous avons de l’intelligence. Nous sommes nés dans les derniers jours et certains d’entre nous ont fait des études supérieures dans le monde et ont certains antécédents familiaux. Nous sommes des gens modernes, instruits, et nous avons des raisons de rejeter un Christ aussi excessivement ordinaire et normal, que tout le monde méprise. Nous avons des raisons de concevoir des notions à Ton sujet », alors de quel genre de problème s’agit-il ? Il s’agit de rébellion et de ne pas savoir la différence entre le bien et le mal ! Les gens peuvent résoudre leurs notions une fois qu’elles ont émergé, mais quand elles sont résolues, les gens continuent à refuser obstinément d’accepter l’incarnation de Dieu ou l’humanité normale de Christ, ce qui leur vaudra ensuite des ennuis et les empêchera d’atteindre le salut. Lorsque, un jour, tu auras acquis une certaine expérience, tu comprendras que plus l’incarnation de Dieu, plus Son humanité normale, plus tout ce qu’Il a et est, et plus ce qu’Il révèle, sont ordinaires, plus notre salut est grand et plus tout cela est ce dont nous avons besoin. Si l’incarnation de Dieu était surnaturelle, pas un seul de ceux qui vivent sur terre ne pourrait parvenir au salut. C’est précisément en raison de Son humilité, parce qu’Il est un Dieu caché et parce que ce Dieu, qui, en apparence, n’a rien de remarquable, est ordinaire et concret que l’humanité a la possibilité du salut. Comme la rébellion, les tempéraments corrompus sataniques et une essence corrompue habitent les hommes, cela produit toutes sortes de notions, de méprises et de conflits vis-à-vis de Dieu. Il arrive même que, du fait de ces idées, l’orgueil ou l’excès d’assurance amènent le gens à refuser ce Christ et à renier Son humanité ordinaire. C’est là une grave erreur. Si tu désires parvenir au salut, si tu souhaites recevoir le salut de Dieu, Son jugement et Son châtiment, il te faut d’abord mettre de côté tes diverses notions, ton imagination et tes définitions erronées sur l’humanité normale de Christ, tu dois mettre de côté tes diverses idées et opinions sur Christ et te demander comment faire pour accepter tout ce qui vient de Lui. Ce n’est qu’à ce prix que les paroles qu’Il délivre et les vérités qu’Il exprime trouveront peu à peu le chemin de ton cœur et finiront par faire partie de ta vie. Si tu souhaites Le suivre, tu dois tout accepter de Lui. Qu’il s’agisse de Son Esprit, de Ses paroles ou de Sa chair, tu dois tout accepter. Si tu L’as réellement accepté, tu ne dois pas t’opposer à Lui, te méprendre sans cesse sur Lui et te montrer rebelle envers Lui en te fiant à tes notions, et tu devrais encore moins t’accrocher à tes notions, douter sans cesse de Lui et même te montrer conflictuel envers Lui et Lui résister. Ce genre d’attitude ne fera que te nuire et ne te sera d’aucune utilité. Pouvez-vous accepter ce que Je dis ? (Oui.) C’est une bonne chose, alors maintenant, dépêchez-vous de chercher la vérité pour résoudre vos notions. Cette question se rapporte aux tempéraments corrompus, et si tu ne les résous pas, alors tu devras mourir de tes tempéraments corrompus.

Alors, en ce qui concerne la forme sous laquelle Dieu accomplit Son œuvre dans les derniers jours, même si certaines personnes font preuve d’une certaine imagination et de certaines notions à ce sujet, cette imagination et ces notions sont, pour l’essentiel, incapables de faire obstacle à leur foi en Dieu, et les gens ne diront pas avec désinvolture qu’ils ne croient pas en Dieu ou qu’ils nient Dieu. De quel phénomène s’agit-il ? C’est le résultat produit par les paroles de Dieu. Les gens ont été conquis par les paroles et l’œuvre de Dieu, et ils peuvent fondamentalement accepter Christ comme leur Dieu. En ce sens, les gens ont essentiellement posé des bases sur le vrai chemin, et ils en sont sûrs et certains. Quand ce résultat est atteint, les incompréhensions des gens au sujet de Dieu sont-elles alors résolues ? (Non.) Que leurs incompréhensions ne soient pas résolues prouve qu’ils font encore preuve de beaucoup d’imagination, d’exigences et de notions quant à la chair incarnée de Dieu et Christ. Ces notions peuvent orienter tes pensées, orienter la direction et les objectifs de ta poursuite, et elles peuvent aussi fréquemment influer sur ton état. Quand les questions auxquelles tu fais face ne sont pas en rapport avec tes notions, tu peux encore manger et boire les paroles de Dieu et accomplir ton devoir normalement. Mais dès que quelque chose heurte tes notions, va au-delà de tes notions, et que des contradictions apparaissent, comment résous-tu cela ? Laisses-tu libre cours à tes notions, ou les émondes-tu, les restreins-tu et te rebelles-tu contre elles ? Certaines personnes ont des notions quand il leur arrive quelque chose, et non seulement elles n’abandonnent pas leurs notions, mais elles vont les diffuser auprès des autres et trouvent l’occasion de leur laisser libre cours, de sorte que les autres en viennent, eux aussi, à avoir des notions. Certains argumentent également, en disant : « Vous dites que tout ce que Dieu fait est significatif, mais je ne pense pas que cet évènement particulier ait le moindre sens. » Est-il approprié de dire cela ? (Non.) Quel est le chemin correct à suivre ? Quand certaines personnes ont des notions au sujet de Dieu, elles peuvent se rendre compte que leur relation avec Dieu n’est pas normale, qu’elles se méprennent sur Dieu, et que cela deviendra très dangereux si elles ne résolvent pas leurs notions, qu’elles seront susceptibles d’entrer en conflit avec Dieu, de douter de Dieu et même de Le trahir. Alors elles prient Dieu et renoncent à leurs notions. Tout d’abord, elles renient leur propre point de vue incorrect, puis elles cherchent la vérité pour le résoudre. Ce faisant, elles parviennent facilement à se soumettre à Dieu. Si un individu conçoit des notions, mais croit quand même avoir raison, et s’il est finalement incapable d’abandonner ou de résoudre complètement ses notions, alors, au fil du temps, ces notions exerceront une influence sur son entrée dans la vie. Dans les cas graves, il pourra même se rebeller contre Dieu et Lui résister, et mieux vaut ne pas imaginer qu’elles en seront les conséquences. S’il s’agit de quelqu’un qui poursuit la vérité, qui comprend déjà certaines vérités et qui conçoit de temps à autre des notions, le problème n’est pas si grave, et ses notions n’auront pas une grande influence sur lui. Comme il a en lui la vérité, qui dirige ses pensées et son comportement, et qui le guide dans l’accomplissement de son devoir, ses notions n’auront aucun impact sur le fait qu’il suit Dieu. Un jour, peut-être, il écoutera un sermon ou un échange et il comprendra, et ses notions seront résolues. Certaines personnes ont des notions au sujet des orchestrations et des arrangements de Dieu, et par la suite, elles n’ont plus envie de faire leurs devoirs et ne font aucun effort quand elles les accomplissent. Elles sont sans cesse dans un état négatif et leur cœur est habité par le conflit, l’insatisfaction et le ressentiment. Ce comportement est-il correct ? Est-ce quelque chose de facile à résoudre ? Par exemple, imagine que tu te trouves intelligent, mais que Je dise que tu es stupide et que tu n’as aucune compréhension spirituelle. En entendant cela, tu te mets en colère et tu t’y opposes, et tu penses dans ton cœur : « Personne n’a jamais osé dire que je n’avais pas de compréhension spirituelle. C’est la première fois que j’entends ça et je ne l’accepte pas. Pourrais-je diriger l’Église si je n’avais aucune compréhension spirituelle ? Pourrais-je faire autant de travail ? » Une contradiction est apparue, n’est-ce pas ? Que dois-tu faire ? Est-il facile aux gens de réfléchir sur eux-mêmes quand ce genre de choses leur arrive ? Quel genre de personne peut réfléchir sur elle-même ? Quelqu’un qui accepte la vérité et cherche la vérité peut réfléchir sur lui-même. Si tu es doué de raison, tu dois d’abord te nier toi même quand ce genre de choses t’arrive. Se nier soi-même signifie reconnaître que l’on ne possède pas la vérité. Même si tu as certaines idées et certains points de vue, ils ne sont pas forcément exacts. Par conséquent, mettre en pratique le fait de se nier soi-même dans de telles circonstances est la chose correcte à faire, ce n’est pas s’abaisser. Après t’être nié toi-même, ton cœur sera apaisé, tu te comporteras bien mieux, et ton attitude sera corrigée. Quand tu entends Dieu dire que tu es stupide et que tu n’as pas de compréhension spirituelle, tu dois te calmer devant Dieu et accepter Ses paroles, dans un état d’esprit soumis. Même si tu n’as pas encore la moindre conscience ou la moindre compréhension des paroles de Dieu, et que tu ne sais pas si ces paroles sont justes ou non, dans le cadre de ta croyance, tu dois reconnaître ceci : « Dieu est la vérité, alors comment Dieu pourrait-Il dire quelque chose de faux ? » Même si ce que Dieu a dit diffère de ce que tu penses, tu dois accepter les paroles de Dieu en te basant sur ta foi. Même si tu ne les comprends pas, tu dois les accepter comme étant la vérité. Il est garanti qu’agir ainsi est correct. Si les gens n’acceptent pas les paroles de Dieu comme la vérité quand ils ne les comprennent pas, c’est vraiment être dépourvu de raison, et l’on doit faire honte à ces gens sur cette question. Donc, se soumettre à Dieu ne peut jamais être erroné. Ce n’est pas de la doctrine, c’est concret question, et ces paroles sont issues de l’expérience. Alors, quand tu es capable de prendre les paroles de Dieu comme la vérité et de les accepter, tu dois commencer à réfléchir sur toi-même. En accomplissant ton devoir et en interagissant avec autrui, non seulement tu découvriras que tu n’as pas de compréhension spirituelle, mais aussi que tu es incroyablement stupide et que tu as de nombreux défauts et insuffisances, et tu découvriras que tu as un grave problème. Cela ne veut-il pas dire que tu seras capable de comprendre et d’accepter ce que Dieu a dit ? Tu dois accepter ces paroles, d’abord en tant que règles, définition ou concept, puis, dans la vie réelle, tu dois penser au moyen de te comparer aux paroles de Dieu, de les comprendre et d’en faire l’expérience. Après avoir fait cela pendant un moment, tu disposeras d’une évaluation exacte de toi-même. Quand cela arrivera, auras-tu encore des incompréhensions au sujet de Dieu ? Refuseras-tu encore d’accepter l’évaluation que Dieu fait de toi s’il n’y a aucun désaccord entre toi et Lui à ce sujet ? (Non.) Tu seras capable de l’accepter et tu ne seras plus rebelle. Quand tu pourras accepter la vérité et comprendre entièrement ces choses, tu seras alors capable de faire un pas en avant et de progresser. Si tu n’acceptes pas la vérité, alors tu resteras toujours au même endroit et tu ne feras aucun progrès. Est-il important d’accepter la vérité ? (Oui.) Les gens doivent renoncer à leurs notions au sujet de Dieu et ils ne doivent pas avoir la moindre hostilité vis-à-vis de ce que Dieu dit, ni s’opposer à ce qu’Il dit, cela seul est une attitude d’acceptation de la vérité. Certains deviennent négatifs et faibles parce qu’ils ont été remplacés. Ils ne veulent pas accomplir leurs devoirs, ils sont constamment passifs et se laissent aller dans le travail. En apparence, il semble que c’est parce qu’ils n’ont aucun statut et qu’ils chérissent trop le statut, mais ce n’est en fait pas le cas. Ils se sentent faibles et négatifs simplement parce que l’évaluation que Dieu fait d’eux, ou celle que les frères et sœurs font d’eux, ne correspond pas à leur propre évaluation d’eux-mêmes, parce qu’elle est inférieure à leur évaluation et à leur compréhension d’eux-mêmes. C’est pour cette raison qu’ils ne sont pas convaincus et qu’ils sont mécontents, et en fin de compte, ils décident d’être négatifs et hostiles, et de se considérer comme nuls, pensant : « N’as-Tu pas dit que je n’étais pas assez bon ? Alors, je vais Te montrer, je ne vais rien faire du tout ». Résultat, ils provoquent des retards dans leurs devoirs, ils offensent Dieu, et leur propre entrée dans la vie s’interrompt brutalement. C’est une perte significative.

Certains disent : « Je ne peux pas accepter que Christ dise que je suis mauvais. Je l’accepterais si le Dieu dans le ciel disait que quelque chose ne va pas à mon sujet. Le Dieu incarné a une humanité normale, Ses jugements peuvent être erronés et ce qu’Il fait ne peut pas être correct à cent pour cent. Il y a quelques interrogations sur la question de savoir s’Il pourrait Se tromper dans Son évaluation et dans Sa condamnation des gens, ou dans Sa manière de S’occuper de faire des arrangements pour eux. Je n’ai donc pas peur de ce que Christ – le Dieu sur terre – dit à mon sujet, car Il ne peut pas me condamner ni déterminer ma fin. » Existe-t-il des gens comme ça ? C’est certain ! Quand Je les émonde, ils disent : « Le Dieu du ciel est juste ! » Quand Je M’occupe d’eux, ils disent : « Je crois en Dieu, pas en une personne ! » Ils utilisent ces paroles pour Me repousser. Or, que sont ces paroles ? (Elles sont un refus de Dieu.) En effet, elles sont un refus et une trahison de Dieu. Voici ce qu’elles signifient : « Cela ne relève pas de Toi, mais du Dieu du ciel. » À cause de leurs notions et de leur compréhension de Dieu, ces gens-là ne se rendront jamais compte de ce qu’est la relation entre Christ incarné et le Dieu dans le ciel, autrement dit, de ce qu’est la relation entre la chair et l’Esprit dans le ciel. À leurs yeux, cette personne insignifiante sur terre ne sera jamais qu’une personne, et peu importe combien de vérités cet homme exprime, combien de sermons Il prêche, Il reste un humain ; même s’Il rend certaines personnes complètes et leur apporte le salut, Il restera sur terre, Il restera une personne incapable de transcender le Dieu du ciel. Ainsi, ces gens-là croient que la foi en Dieu doit être la foi dans le Dieu du ciel ; pour eux, seule la croyance dans le Dieu du ciel est la vraie croyance en Dieu. Les gens comme ça croient de la façon qui leur plaît. Ils croient de la façon qui les rend heureux, quelle que soit cette façon, et ils imaginent que Dieu est tout ce qu’ils souhaitent qu’Il soit. Ils suivent également leur propre imagination en ce qui concerne le Christ incarné : « Si ce Dieu sur terre Se montrait un peu plus gentil à mon égard, s’Il S’assurait que tout aille bien pour moi, alors je Le respecterais et je L’aimerais. S’Il n’est pas bon à mon égard, s’Il trouve chez moi quelque chose à redire, s’Il a une mauvaise attitude envers moi et qu’Il m’émonde sans arrêt, alors Il n’est pas mon Dieu. Je choisis de croire au Dieu du ciel. » Les gens qui ont cette attitude ne sont pas minoritaires. Vous en faites partie, vous aussi, car J’ai déjà rencontré des gens comme ça. Quand tout va bien, ils sont très gentils avec Moi et ils Me servent avec attention, mais dès que Je les remplace, ils se retournent contre Moi. Donc, quand ils se montraient bons envers Dieu, croyaient-ils vraiment qu’il s’agissait de Dieu et de Christ ? Non : ce qu’ils lorgnent, c’est l’identité et le statut de Dieu, chacun de leurs faits et gestes n’est que flatteries pour le statut et l’identité de Dieu. À tout moment, ils n’identifient que le Dieu vague au ciel comme le vrai Dieu. Peu importe le nombre de vérités que ce Dieu sur terre exprime, ou combien Il Se montre édifiant et bénéfique pour l’homme, le simple fait qu’Il vive dans Son humanité normale et qu’Il ait un corps de chair veut dire qu’Il ne peut vraiment pas être le Dieu au ciel, et indépendamment de la manière dont ces gens flattent, servent et respectent ce Dieu sur terre, dans leur cœur, ils croient toujours que le Dieu du ciel est le seul vrai Dieu. Que pensez-vous de cette opinion ? Il est juste de dire que beaucoup de gens ont cette opinion au fond de leur cœur, qu’elle est profondément enfouie dans leur subconscient. Tout en acceptant la provision et la direction de Christ, ils observent, étudient et remettent en question Christ, également – tout en attendant également avec impatience le moment où le juste Dieu du ciel viendra juger tout ce qu’ils auront fait. Or pourquoi souhaitent-ils que le Dieu du ciel les juge ? Parce qu’ils veulent aller dans le sens de leurs notions et de leur imagination pour donner libre cours à leur désir de voir le Dieu du ciel – le Dieu de leur imagination – se comporter envers eux comme ils le souhaitent, alors que le Dieu sur terre ne ferait pas ça. Le Dieu sur terre ne fait qu’exprimer la vérité et énoncer les vérités-principes. Et ils pensent : « L’amour du Dieu du ciel pour l’homme est désintéressé, inconditionnel et sans limites, tandis que dès que tu dis ou fais quelque chose de mal et que le Dieu sur terre S’en aperçoit, Il fait de toi un exemple négatif dans Ses sermons et commence à te disséquer : les gens doivent donc être plus prudents, ils doivent davantage rester cachés et ils ne peuvent pas le Lui faire savoir quand il se passe quelque chose. » Dis-Moi, ne suis-Je pas capable de disséquer les choses que tu essaies de Me cacher ? Je n’ai pas à disséquer ce que tu fais. Je disséquerai tes tempéraments et tes états. Je n’ai pas à prendre comme exemple ce que tu fais. Je peux malgré tout échanger sur la vérité et donner des sermons pour résoudre les problèmes et Je peux quand même permettre aux gens de comprendre la vérité. Dans leur cœur, les incrédules croient que cette chair, ce Dieu, ne peut pas connaître les choses que Ses yeux ne voient pas, et encore moins connaître quoi que ce soit qui se rapporte au domaine spirituel ou à la vérité. Ils croient qu’Il ne peut même pas voir les choses que les gens sont capables de faire quand ils sont dominés par leurs tempéraments corrompus, et qu’Il ne peut vraiment pas comprendre complètement l’essence corrompue de l’homme. Voilà la logique et le raisonnement des incrédules. Ils abordent toujours Christ avec une attitude qui consiste à étudier, à douter et même à ne pas croire, et ils utilisent aussi les critères qui servent à évaluer l’homme, ainsi que les connaissances qu’ils comprennent et les choses qu’ils imaginent pour évaluer Christ. Par exemple, certaines personnes, quand elles parlent aux autres, croient qu’ils ne savent pas ce qu’elles ont dans le cœur ou le genre de tempérament qu’elles possèdent, et elles s’adressent à Moi aussi de cette manière, – elles Me traitent de cette manière comme elles le feraient avec une personne ordinaire, pensant que Je ne sais rien. Ne montrent-elles pas ainsi qu’elles ne connaissent pas Dieu ? Elles mentent aux autres et les autres s’en moquent, et elles mentent aussi à Moi de cette façon, en gloussant et en Me traitant comme leur égal, en voulant sans cesse Me traiter comme leur copain. Elles croient pouvoir agir ainsi parce qu’elles Me connaissent et pensent qu’il est possible que Je ne sache rien. N’est-ce pas là une notion humaine ? Il s’agit d’une notion humaine, il s’agit de l’ignorance humaine, et au sein de cette ignorance, se cache un tempérament malveillant satanique. C’est ce tempérament malveillant qui conduit les gens à concevoir des notions. Dis-Moi, dois-Je vivre avec quelqu’un et passer chaque minute à observer ses pensées et ses opinions, et comprendre totalement ses antécédents, pour exposer sa nature ou la percer à jour ? (Non.) Non, ce n’est pas nécessaire, mais vous ne seriez pas capables d’en faire autant. Même si vous fréquentez des gens et que vous vivez avec eux chaque jour, vous n’êtes pas capables, malgré tout, de percer à jour leur nature-essence. Quoi qu’il vous arrive, vous n’êtes capables que de percer à jour la surface des choses et non leur essence. Vous pourriez tout au plus avoir un peu de discernement au sujet de quelqu’un que si Dieu devait complètement révéler cette personne, sinon, vous ne seriez pas capables de la percer à jour, même si vous la fréquentiez depuis plusieurs années. Je peux être en contact avec quelqu’un pendant un jour ou deux, quelqu’un qui fait certaines choses, qui dit certaines choses et qui exprime certaines opinions, et ensuite, Je sais en gros de quel genre de personne il s’agit. Cependant, il y a certaines personnes qui n’ont encore rien fait, avec lesquelles Je n’ai pas interagi, ou avec lesquelles Je n’ai rien géré, pourtant Je m’interroge sur elles, et qui dès qu’elles rencontrent un problème et expriment une opinion, leur nature-essence se trouve immédiatement exposée. Beaucoup de gens disent : « Peux-Tu les percer à jour dès que leur nature-essence est exposée ? Sur quoi bases-Tu cette perspicacité ? Comment se fait-il que nous ne puissions pas les percer à jour ? » Si tu ne comprends pas la vérité, alors tu ne pourras pas prendre la mesure des gens et tu n’auras jamais les critères nécessaires pour le faire. Si tu n’as pas ces critères, tu ne pourras pas percer les gens à jour. Moi, par contre, J’ai ces critères. D’un côté, Je comprends la vérité, donc Je suis plus perspicace et plus rapide quand il s’agit de prendre la mesure de quelqu’un, et d’un autre côté, l’Esprit de Dieu est à l’œuvre. Certains pensent : « Quand des personnes ont vécu longtemps dans ce monde, elles sont capables de percer à jour les choses et les gens. » Il ne s’agit pas là de véritable perspicacité. Que percent-elles à jour ? Le genre d’escroqueries que l’on rencontre dans cette société, des escroqueries politiques, commerciales, financières, ou des escroqueries liées à la pornographie. Les gens qui ont davantage fait l’expérience et entendu parler de ces choses peuvent les éviter. Les gens qui ont moins subi et vécu ces choses sont souvent trompés, mais une fois qu’ils ont été dupés davantage, ils acquièrent de l’expérience et sont capables de les percer à jour. Voilà comment ils percent les choses à jour. Cependant, quand il s’agit de la corruption de l’homme, de sa nature, et de son essence qui a été corrompue par Satan, si les gens ne possèdent pas la vérité, alors ils n’auront jamais la sagesse suffisante pour percer ces choses à jour, et ils ne pourront jamais percer à jour les tempéraments que différentes sortes de gens révèlent par le biais d’un problème, ou la source de ce problème. Si tu ne peux pas percer à jour ces choses, alors tu ne sauras pas comment gérer le problème, ni les gens, les événements et les choses qui y sont liés. Tu n’auras aucun moyen de gérer tout cela et tu n’auras pas la sagesse nécessaire pour le faire. C’est pourquoi, quand tu rencontres de tels problèmes, tu te sens vraiment perturbé et inquiet, et tu as du mal à y faire face. Si tu comprends la vérité clairement, alors tu pourras percer à jour les tempéraments corrompus des gens et l’essence de leurs tempéraments corrompus. En perçant à jour les tempéraments corrompus qu’ils révèlent, tu en viendras à connaître leur essence et ensuite, tu sauras quel genre de choses ils sont, quel genre de personnes ils sont, tu sauras comment te méfier d’eux, comment les discerner, et tu sauras comment faire face à ce problème. N’est-ce pas là la source de la sagesse ? (Si.) Alors, Christ peut percer à jour l’homme et approvisionner l’homme. Quelle est la source de tout cela ? Pour dire les choses en termes doctrinaux, tout cela vient de l’esprit de Dieu. Pour dire cela en termes plus concrets, c’est parce que Christ possède la vérité qui vient de Dieu. Il en est ainsi. Un jour, quand vous posséderez la vérité-réalité comme votre vie, vous aurez alors la sagesse, et vous serez capables de percer à jour les gens.

Il existe un autre aspect concernant les notions humaines, et ce sont les notions que les gens développent à propos de l’œuvre de Dieu. Comment les notions des gens au sujet de l’œuvre de Dieu apparaissent-elles ? Certaines proviennent de leur ancienne manière de comprendre la foi et d’autres proviennent de ce qu’ils s’imaginent à propos de l’œuvre de Dieu. Par exemple, les gens s’imaginaient l’œuvre du jugement réalisée par Dieu comme étant un grand trône blanc dans le ciel, Dieu siégeant sur ce trône pour juger tous les peuples. Aujourd’hui, vous savez tous que de telles pensées ne sont pas réalistes : ces choses-là sont impossibles. Quoi qu’il en soit, les gens ont beaucoup d’imagination à propos de l’œuvre de Dieu, de Sa gestion et de Son traitement de l’homme, et la plupart de ces pensées proviennent de prédilections humaines. Pourquoi dis-Je cela ? Parce que les gens ne veulent pas souffrir. Ils cherchent toujours à suivre facilement Dieu jusqu’au bout, à profiter de Sa grâce abondante, à hériter de Ses bénédictions et à entrer ensuite dans le royaume des cieux. Quelle merveilleuse pensée ! L’idée la plus répandue et la plus extravagante que l’humanité corrompue se fait à propos de l’œuvre de Dieu est celle d’entrer dans le royaume des cieux assis sur chaise à porteurs. En plus, quand les gens rencontrent l’œuvre de Dieu, la plupart du temps, ils sont incapables de la comprendre ; ils ne savent pas la vérité qu’elle contient ou ce que Dieu a comme objectif en réalisant cette œuvre, ni pourquoi Dieu Se comporte ainsi envers l’homme. Par exemple, J’ai précédemment décrit l’amour de Dieu en utilisant les mots « vaste » et « immense », mais Je pense qu’il est probable que vous n’ayez jamais compris au juste ce que J’entendais par ces deux mots. Quel était Mon objectif en utilisant ces deux mots ? C’était d’attirer l’attention de tout le monde pour que vous alliez méditer à leur sujet. En apparence, ces mots semblent creux. Ils ont bel et bien un certain sens, mais les gens ont beau y réfléchir, tout ce qu’ils trouvent à dire est ceci : « Vaste, cela signifie aussi infini que le ciel. Cela veut dire que le cœur de Dieu est infini, qu’il n’y a aucune limite à Son amour pour l’humanité ! » L’amour de Dieu n’est pas le genre d’amour que l’esprit de l’homme peut imaginer. Les hommes sont incapables de s’imaginer cet amour, il ne faut pas qu’ils passent par l’étude et la connaissance pour interpréter ce mot, mais qu’ils procèdent autrement pour l’apprécier et en faire l’expérience. En fin de compte, tu en arrives à percevoir vraiment que l’amour de Dieu est différent de celui dont parlent les gens, que Son véritable amour ne ressemble à aucun autre amour, il ne ressemble pas à l’amour tel qu’il est compris par toute l’humanité. Alors, qu’est-ce donc que l’amour de Dieu, exactement ? Comment devrais-tu comprendre l’amour de Dieu ? Tout d’abord, il ne faut pas que tu l’envisages avec les notions et l’imagination des hommes. Prenons l’exemple de l’amour d’une mère : l’amour d’une mère pour ses enfants est inconditionnel, il est extrêmement protecteur et chaleureux. En ce moment, l’amour de Dieu pour les hommes que vous ressentez présente-t-il le même niveau de sensation et de signification que l’amour d’une mère ? (Oui.) Alors, c’est un problème. C’est faux. Il faut que tu distingues l’amour de Dieu de l’amour des parents, de celui d’un époux ou d’une épouse, de celui des enfants, des proches, ou de l’inquiétude que se font des amis, et que tu apprennes à connaître l’amour de Dieu sous un œil neuf. Qu’est-ce donc que l’amour de Dieu, au juste ? L’amour de Dieu est dépourvu de sentiments charnels et ne dépend pas des liens du sang. C’est l’amour, purement et simplement. Alors, comment doit-on comprendre Son amour ? Pourquoi en sommes-nous venus à parler de Son amour ? L’amour de Dieu se reflète dans l’œuvre de Dieu, pour qu’on le reconnaisse, qu’on l’accepte, qu’on en fasse l’expérience et, à terme, qu’on réalise que c’est l’amour de Dieu et que l’on reconnaisse que c’est la vérité, que l’amour de Dieu n’est pas des paroles en l’air, ni un mode de comportement de Sa part, mais la vérité. Quand tu l’accepteras comme étant la vérité, tu seras capable de reconnaître cet aspect de l’essence de Dieu grâce à cela. Si tu y vois un mode de comportement, tu auras du mal à le reconnaître. Qu’entend-on par comportement ? Reprenons l’exemple des mères : elles donnent leur jeunesse, leur sang, leur sueur et leurs larmes pour élever leurs enfants, et elles leur apportent tout ce dont ils ont besoin. Peu importe si leur enfant a bien ou mal agi, peu importe la voie ils prennent, une mère donne sans compter, répond aux besoins de ses enfants, elle n’aide ni ne guide jamais son enfant sur la manière de suivre le bon chemin, ni ne le lui enseigne. Elle se contente de s’occuper de lui, de l’aimer et de le protéger en permanence, à un degré tel qu’en fin de compte, il ne sait plus distinguer le bien du mal. Tel est l’amour d’une mère ou tout amour issu de la chair, des sentiments et des relations charnelles de l’homme. Alors que l’amour de Dieu, c’est tout le contraire : s’Il t’aime, Il l’exprime souvent en te châtiant, en te disciplinant et en t’émondant. Même si tes jours se passent dans l’inconfort, entre châtiment et discipline, une fois que tu auras vécu cela, tu découvriras que tu as beaucoup appris, que tu as du discernement, que tu fais preuve de sagesse dans tes échanges avec les autres et aussi que tu es parvenu à comprendre certaines vérités. Si l’amour de Dieu était pareil à celui d’une mère ou d’un père, tel que tu l’imagines, s’Il était aussi scrupuleux dans Ses soins et indulgent en toutes occasions, pourrais-tu acquérir ces qualités ? Non. Et donc, l’amour de Dieu que les gens peuvent comprendre est différent du véritable amour de Dieu dont ils peuvent faire l’expérience dans Son œuvre. Les gens doivent l’approcher selon les paroles de Dieu et chercher la vérité dans Ses paroles afin de savoir ce qu’est le véritable amour. Si une personne corrompue ne cherche pas la vérité, comment peut-elle avoir une compréhension, à partir de rien, de ce qu’est l’amour de Dieu, de l’objectif de Son œuvre en l’homme et de là où se trouvent Ses intentions méticuleuses. Les gens ne comprendraient jamais ces choses-là. C’est l’incompréhension la plus fréquente qu’ont les gens au sujet de l’œuvre de Dieu, et c’est l’aspect de l’essence de Dieu que les gens ont le plus de difficultés à comprendre. Les gens doivent en faire l’expérience profondément et personnellement, s’y engager de manière concrète et l’apprécier, afin d’être en mesure de comprendre cela. D’ordinaire, quand les gens disent « amour », ils veulent dire donner à quelqu’un quelque chose qu’il aime, et non pas lui donner quelque chose d’amer tandis qu’il veut quelque chose de sucré, bien que parfois, si on lui donne quelque chose d’amer, c’est pour traiter une maladie. En bref, cela implique l’égoïsme, les sentiments et la chair de l’homme ; cela implique des objectifs et des motivations. Mais peu importe ce que Dieu fait en toi, peu importe comment Il te juge et te châtie, te corrige et te discipline, ou comment Il t’émonde, même si tu Le comprends mal, et même si tu te plains de Lui dans ton cœur, Dieu continuera à œuvrer en toi avec une patience inlassable. En faisant cela, quel est le but ultime de Dieu ? Il Se sert de ce moyen pour te réveiller, pour qu’un jour tu puisses comprendre les intentions de Dieu. Mais quand Dieu voit le résultat, qu’a-t-Il gagné ? En réalité, Il n’a rien gagné. Et pourquoi est-ce que Je dis cela ? Parce que tout chez toi vient de Dieu. Dieu n’a pas besoin de gagner quoi que ce soit. Tout ce dont Il a besoin, c’est que les gens suivent correctement et entrent en accord avec Ses exigences pendant qu’Il accomplit Son œuvre pour qu’ils puissent en fin de compte vivre la vérité-réalité, vivre avec la ressemblance humaine, et qu’ils ne soient plus induits en erreur, séduits et tentés par Satan, qu’ils soient capables de se rebeller contre Satan, de se soumettre à Dieu et de Le vénérer. Alors, Dieu sera très satisfait et Sa grande œuvre sera accomplie. Que gagne Dieu ? Dieu te gagne et tu peux louer Dieu. Mais que signifie ta louange pour Dieu ? Dieu ne serait-Il pas Dieu si tu ne Le louais pas ? Si tu ne louais pas Dieu, ne serait-Il pas tout-puissant ? Si tu ne louais pas Dieu, cela changerait-il Son essence ou Son statut ? (Non.) Non. On peut seulement dire qu’il s’agit là de l’amour et de l’œuvre de Dieu. Y a-t-il cette signification dans votre compréhension de l’amour de Dieu comme étant vaste et immense ? (Non.) Votre compréhension n’a pas atteint ce stade. Même lorsque quelqu’un brise le cœur de Dieu, et que les autres pensent que Dieu ne peut en aucun cas le sauver, quelle est l’attitude de Dieu quand cette personne réfléchit sur elle-même, prend conscience de ses erreurs et se repent, met de côté le mal qu’elle a entre les mains et accepte Son salut ? Dieu accepte cette personne de la même façon. Tant que les gens emprunteront le bon chemin, Dieu ne tiendra pas compte de leurs transgressions. Tel est l’amour de Dieu. Quelle notion de l’homme doit être corrigée ici ? C’est la notion qui concerne la façon dont Dieu aime. Les gens doivent laisser derrière eux leurs diverses notions et leur imagination. Ils doivent chercher la vérité et comprendre la vérité afin d’être capables d’abandonner leurs notions. Il est facile de laisser ses notions derrière soi, mais changer complètement ses notions n’est pas facile. Si tu devais être confronté à un problème similaire à l’avenir et que tes notions réapparaissaient, de quel genre de problème s’agirait-il ? Cela prouverait que cette notion est profondément incrustée en toi. Même si, pour certaines choses, tu peux abandonner tes notions en échangeant sur la vérité, avec d’autres, tu n’en seras pas capable. Il peut être facile d’abandonner une notion vis-à-vis d’une chose, mais faire en sorte que les gens résolvent entièrement leurs notions n’est pas facile. Il faut comprendre beaucoup de vérités avant d’être capable de résoudre entièrement le problème de ses notions. Pour cela, il faut que les gens cherchent la vérité dans les problèmes qu’ils rencontrent, qu’ils expérimentent et apprécient l’amour de Dieu de manière concrète, et cela implique que Dieu accomplisse de nombreuses actions pour que les gens Le connaissent. Ce n’est que lorsque les gens connaissent Dieu que leur problème de notions et d’imagination au sujet de Dieu peut être complètement éliminé.

À présent, ce que vous devez disséquer, ce sont les notions sur l’œuvre de Dieu et quelles sont ces notions, et principalement, faire une synthèse des diverses choses que vous imaginez, de vos divers conflits et exigences au sujet de l’œuvre de Dieu, de la souveraineté et des arrangements de Dieu, et de la manière dont Dieu œuvre. Ces éléments peuvent t’empêcher de te soumettre aux orchestrations et aux arrangements de Dieu. Ils peuvent provoquer chez toi une incompréhension envers tout ce que Dieu a fait avec toi et te faire te sentir en conflit à ce sujet. De telles notions sont très graves et méritent d’être disséquées. Par exemple, certains lisent les paroles de Dieu qui jugent et condamnent les gens, et ils nourrissent des notions et disent : « Dieu dit qu’Il n’aime pas les personnes comme moi, donc peut-être qu’Il ne me sauvera pas. » N’est-ce pas là une notion ? Quelle en sera la conséquence ? Peu importe la corruption que tu as ou le genre de personne que tu es, tu sais que Dieu n’aime pas les gens qui se rebellent contre Lui. Alors pourquoi ne te repens-tu pas ? Si tu acceptes la vérité, que tu chasses ta corruption et que tu te soumets entièrement à Dieu, alors Dieu ne t’aimera-t-Il pas ? Pourquoi limites-tu Dieu en disant qu’Il ne te sauvera pas ? Ces pensées négatives que tu as t’empêcheront de suivre Dieu et de faire l’expérience de Son œuvre, elles te feront rester au point mort et t’abandonner au désespoir, et elles te feront même rejeter Dieu. Des antéchrists et des personnes malfaisantes apparaissent dans certaines églises et créent des perturbations, et ce faisant, ils induisent certaines personnes en erreur. Est-ce une bonne ou une mauvaise chose ? S’agit-il là de l’amour de Dieu, ou de Dieu qui joue avec les gens et les révèle ? Vous ne pouvez pas comprendre cela, n’est-ce pas ? Dieu intègre toutes choses dans Son service afin de perfectionner et sauver ceux qu’Il désire sauver, et ce que gagnent finalement ceux qui cherchent réellement la vérité et pratiquent la vérité, c’est la vérité. Toutefois, ceux qui ne cherchent pas la vérité se plaignent et disent : « Ce n’est pas juste que Dieu œuvre de cette façon. Cela me fait tellement souffrir ! J’ai presque rallié les antéchrists. Si cela est vraiment arrangé par Dieu, comment peut-Il permettre aux gens de rejoindre les antéchrists ? » Que se passe-t-il ici ? Le fait que tu ne suives pas les antéchrists prouve que tu as la protection de Dieu. Si tu rallies les antéchrists, alors tu trahis Dieu et Dieu ne veut plus de toi. Donc, est-ce une bonne ou une mauvaise chose que ces antéchrists et ces personnes malfaisantes créent des perturbations dans l’Église ? De l’extérieur, cela semble une mauvaise chose, mais quand ces antéchrists et ces personnes malfaisantes sont révélés, tu acquiers alors du discernement, ils sont purgés et tu grandis en stature. Quand tu rencontreras à nouveau des personnes de ce genre à l’avenir, tu les discerneras avant même qu’elles n’aient montré leur vrai visage, et tu les rejetteras. Cela te permettra d’apprendre des leçons et d’en tirer profit ; tu sauras comment discerner les antéchrists et tu ne seras plus induit en erreur par Satan. Donc, dites-Moi, n’est-ce pas une bonne chose qu’il y ait des antéchrists qui perturbent et induisent les gens en erreur ? Ce n’est que lorsque les gens ont expérimenté jusqu’à ce stade qu’ils peuvent voir que Dieu n’a pas agi conformément à leurs notions et à leur imagination, et que Dieu permet au grand dragon rouge d’occasionner frénétiquement des perturbations et qu’Il permet aux antéchrists d’induire en erreur le peuple élu de Dieu, afin qu’Il puisse utiliser Satan à Son service de sorte à perfectionner Son peuple élu, et ce n’est qu’alors que les gens comprennent les intentions minutieuses de Dieu. Certains disent : « Les antéchrists m’ont induit en erreur deux fois et je n’arrive toujours pas à les discerner. Si un antéchrist encore plus rusé arrive, je serai simplement à nouveau induit en erreur. » Alors, laisse cela se reproduire pour que tu puisses en faire l’expérience et apprendre la leçon ; Dieu doit faire les choses de cette manière afin de pouvoir sauver l’humanité de l’influence de Satan. On peut utiliser ici deux expressions pour décrire la manière dont Dieu œuvre, c’est-à-dire que les diverses voies par lesquelles Il œuvre sont extraordinaires et dépassent l’imagination des gens ordinaires. Pourquoi est-ce que Je définis l’œuvre de Dieu en utilisant ces deux expressions : « extraordinaire » et « dépassant l’imagination » ? C’est parce que l’humanité corrompue ne peut pas comprendre ces choses et ne comprend pas la vérité, la manière dont Dieu œuvre, ou la sagesse de Dieu dans Son combat contre Satan ; l’humanité tout entière fait chou blanc en la matière. Comment, alors, les gens peuvent-ils encore nourrir des idées et des notions ? C’est parce qu’ils acquièrent quelques connaissances, comprennent un peu de doctrine et ont leurs propres préférences, et donc, ils nourrissent certaines notions et s’imaginent certaines choses. Toutefois, lorsqu’il s’agit de questions liées au domaine spirituel et à l’œuvre que Dieu accomplit, ils ne comprennent pas du tout ces choses-là. Dans les derniers jours, le Créateur fait face à toute l’humanité et prononce Ses paroles. C’est la première fois que cela arrive depuis la création du monde. À savoir, Il fait face à toute l’humanité et agit ouvertement de cette manière, Il dévoile Son plan de gestion, et Il l’applique et le met en œuvre au sein de l’humanité. C’est la première fois que cela se produit. Les gens font chou blanc concernant la pensée de Dieu et y sont étrangers. Par conséquent, il est normal que les gens nourrissent des notions à propos de ces choses-là, mais cela ne signifie pas qu’ils sont en accord avec la vérité. Peu importe que les notions des gens soient normales, elles continuent d’aller à l’encontre de la vérité, elles ne se conforment pas aux paroles de Dieu et elles entrent en conflit avec les intentions de Dieu. Si ces notions ne sont pas résolues en temps voulu, elles représenteront alors un énorme obstacle à l’expérience des gens de l’œuvre de Dieu et à leur propre entrée dans la vie. Par conséquent, lorsqu’il s’agit des notions humaines, peu importe à quel point elles concordent avec l’imagination et les idées des gens, tant qu’elles ne se conforment pas à la vérité et aux paroles de Dieu, alors elles vont toutes à contre-courant de la vérité et sont en opposition avec Dieu, et elles ne sont pas compatibles avec Dieu. Peu importe dans quelle mesure les notions des gens peuvent être en adéquation avec leur imagination, ils doivent toujours essayer de les discerner ; ils ne doivent, en aucun cas, accepter leurs notions aveuglément. Que doit accepter l’humanité ? L’humanité doit accepter les paroles de Dieu, la vérité, et toutes les choses positives qui viennent de Dieu. Quant aux choses qui relèvent de Satan, peu importe à quel point les gens pensent qu’elles sont bonnes ou en adéquation avec leur propre imagination, ils ne doivent pas les accepter, mais au contraire, ils doivent les rejeter. Ce n’est qu’ainsi que les gens parviennent à se soumettre à Dieu et à répondre aux exigences du Créateur.

Ce n’est que par les paroles de Dieu et l’usage de la vérité que les notions des gens peuvent être résolues. Celles-ci ne peuvent être résolues par la prédication de la doctrine et l’exhortation ; ce n’est pas aussi simple que cela. Les gens ne s’engagent pas vis-à-vis des questions justes, mais ils sont susceptibles de s’accrocher à diverses notions ou à des choses mauvaises et déformées, qu’ils ont des difficultés à mettre de côté. Quelle en est la cause ? C’est parce qu’ils ont des tempéraments corrompus. Que les notions des gens soient étendues ou restreintes, graves ou non, s’ils n’ont pas de tempéraments corrompus, ces notions sont faciles à résoudre. En fin de compte, les notions ne sont qu’une manière de penser. Mais en raison des tempéraments corrompus des gens tels que l’arrogance, l’intransigeance, et même la méchanceté, les notions deviennent un fusible qui pousse les gens à entrer en conflit avec Dieu, à mal L’interpréter et même à Le juger. Qui peut encore se soumettre à Dieu et Le louer tout en nourrissant des notions à Son égard ? Personne. En nourrissant des notions, les gens sont juste en conflit avec Dieu, ils se plaignent de Lui, ils Le jugent et Le condamnent même. Cela suffit pour démontrer que les notions émergent à partir des tempéraments corrompus. L’apparition des notions est la révélation des tempéraments corrompus, et tous les tempéraments corrompus révélés sont rebelles et résistent à Dieu. Certains disent : « J’ai des notions, mais je ne résiste pas à Dieu. » C’est un discours trompeur. Même s’ils ne disent rien, dans leur cœur ils sont toujours en conflit et leur comportement est conflictuel. En étant ainsi, de tels individus peuvent-ils encore se soumettre à la vérité ? C’est impossible. Dominés par leur tempérament corrompu, ils s’accrochent à leurs notions, à cause de leurs tempéraments corrompus. Quand les notions sont résolues, il en va de même pour les tempéraments corrompus. Si les tempéraments corrompus sont résolus, de nombreuses pensées immatures et puériles (et même les choses qui sont déjà devenues des notions) ne sont plus un problème ; ce ne sont que des pensées, sans incidence sur l’accomplissement de ton devoir ni sur ta soumission à Dieu. Il existe un lien entre les notions et les tempéraments corrompus. Parfois, tu as une notion au fond de toi, mais elle ne dirige pas tes actes. Lorsqu’elle est sans effet sur tes intérêts immédiat, tu l’ignores. Or, l’ignorer ne signifie pas qu’il n’y a pas de tempérament corrompu dans ta notion et que quand quelque chose vient s’opposer à ta notion, tu t’y accroches avec une certaine attitude, dominée par ton tempérament. Ce pourrait être de l’intransigeance, ce pourrait être de l’arrogance, et ce pourrait être de la malfaisance. Cela t’amène à tirer sur Dieu à boulets rouges en disant : « Mon point de vue a été entériné plusieurs fois par les scientifiques. Cela fait des milliers d’années que l’on pense comme cela, alors pourquoi ne le puis-je pas ? Les choses que Tu dis qui sont en contradiction avec les notions humaines sont fausses, alors comment peux-Tu continuer à dire qu’elles sont la vérité, qu’elles surpassent tout le reste ? Ma perspective est la plus élevée de toute l’humanité ! » Une seule notion t’amène à te conduire ainsi, avec arrogance et insolence. Quelle en est donc la cause ? (Les tempéraments corrompus.) C’est vrai, ce sont les tempéraments corrompus. Il y a lien direct entre les notions et les tempéraments corrompus des gens, et les notions doivent être résolues. Une fois que les notions des gens sur la foi en Dieu ont été corrigées, il leur est alors facile de se soumettre aux arrangements de travail prévus par la maison de Dieu et de bien accomplir leur devoir plus paisiblement, sans prendre de chemins détournés, sans interrompre ni perturber, et sans rien faire qui déshonore Dieu. Si les notions et l’imagination des gens ne sont pas traitées, il devient facile à ces derniers de faire des choses qui provoquent des interruptions et des perturbations. Dans les cas les plus graves, les notions des gens peuvent produire en eux toutes sortes de conflit vis-à-vis de l’incarnation de Dieu. À propos des notions, elles sont certainement des points de vue erronés qui sont en contradiction avec la vérité, et elles peuvent engendrer chez les gens l’émergence de tous types de sentiments conflictuels envers Dieu. Ce conflit te fait remettre Christ en question et te rend incapable de L’accepter ou de te soumettre à Lui, et il affecte en même temps ton acceptation de la vérité et ton entrée dans la vérité-réalité. Dans des cas encore plus graves, les diverses notions des gens au sujet de l’œuvre de Dieu les amènent à nier l’œuvre de Dieu, la manière dont Dieu œuvre, ainsi que la souveraineté et les arrangements de Dieu. Dans ce cas, ils n’ont aucun espoir de salut. Quel que soit l’aspect de Dieu à propos duquel les gens ont des notions, derrière ces notions se cachent leurs tempéraments corrompus. Cela peut aggraver ces tempéraments corrompus, en donnant aux gens, par l’usage de leurs propres tempéraments corrompus, un prétexte supplémentaire pour approcher l’œuvre de Dieu, Dieu Lui-même, et le tempérament de Dieu. Cela ne les incite-t-il pas à résister à Dieu avec leurs tempéraments corrompus ? Voilà la conséquence des notions pour l’homme.

Même si, auparavant, nous avons souvent parlé des notions humaines, nous n’avons jamais échangé de manière systématique et détaillée sur les aspects et les questions au sujet desquels les gens nourrissent des notions, ni sur le type de notions qu’ils développent. En échangeant et en disséquant point par point de cette manière, aujourd’hui, Je vous ai donné une ligne claire à suivre afin que vous sachiez quel genre de notions vous avez et que vous puissiez alors avoir un chemin pour les résoudre, une par une. Si les gens peuvent résoudre ces notions, les unes après les autres, tous les aspects de la vérité deviendront de plus en plus clairs pour eux. Ainsi, le chemin devant eux deviendra également de plus en plus clair, et le chemin qu’ils empruntent dans leur foi en Dieu deviendra de plus en plus assuré et lumineux, aussi loin qu’ils iront.

Le 20 septembre 2018

Précédent: Comment identifier la nature-essence de Paul

Suivant: On ne peut s’engager sur le bon chemin de la croyance en Dieu que si l’on résout ses notions (2)

Cliquez sur le bouton pour nous contacter, et de bonnes nouvelles de Dieu viendront à vous et à votre famille !

Paramètres

  • Texte
  • Thèmes

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Interligne

Largeur de page

Contenu

Chercher

  • Rechercher ce texte
  • Rechercher ce livre

Contactez-nous par WhatsApp