Paroles de Dieu quotidiennes | « L’œuvre de Dieu, le tempérament de Dieu et Dieu Lui-même II » | Extrait 60

0 |8 juillet 2020

L’œuvre de Dieu, le tempérament de Dieu et Dieu Lui-même II (Extrait)

Job est béni une fois de plus par Dieu et n’est plus jamais accusé par Satan

Parmi les déclarations de l’Éternel Dieu, il y a les paroles : « vous n’avez pas parlé de moi avec droiture, comme l’a fait mon serviteur Job. » Qu’est-ce que Job avait dit ? C’est ce dont nous avons parlé précédemment, ainsi que des nombreuses pages de paroles du livre de Job, contenant les paroles de Job. Dans toutes ces nombreuses pages de paroles, pas une seule fois Job a-t-il des plaintes ou des appréhensions au sujet de Dieu. Il attend simplement le résultat. C’est cette attente qui est son attitude d’obéissance, grâce à laquelle et grâce aux paroles qu’il a dites à Dieu, Job a été accepté par Dieu. Quand il a enduré des épreuves et souffert des difficultés, Dieu était à ses côtés, et bien que ses difficultés n’aient pas été atténuées par la présence de Dieu, Dieu a vu ce qu’Il souhaitait voir et a entendu ce qu’Il souhaitait entendre. Chacune des actions et des paroles de Job a atteint les yeux et les oreilles de Dieu ; Dieu a entendu et Il a vu, c’est un fait. La connaissance que Job avait de Dieu et ses pensées au sujet de Dieu dans son cœur en ce temps-là, pendant cette période, en fait n’étaient pas aussi spécifiques que celles des gens d’aujourd’hui, mais dans le contexte de l’époque, Dieu a quand même reconnu tout ce qu’il a dit, parce que son comportement et les pensées dans son cœur, et ce qu’il a exprimé et révélé, suffisaient pour satisfaire Ses exigences. Pendant que Job était soumis à des épreuves, ce qu’il pensait dans son cœur et résolvait de faire démontrait à Dieu un résultat satisfaisant pour Dieu et, ensuite, Dieu mit fin aux épreuves de Job, Job émergea de ses ennuis et ses épreuves étaient disparues et ne lui sont plus jamais arrivées. Parce que Job avait déjà été soumis à des épreuves et avait tenu bon pendant ces épreuves et complètement triomphé de Satan, Dieu lui a donné les bénédictions qu’il méritait si justement. Comme rapporté en Job 42:10,12, Job a été béni une fois de plus, et a été béni davantage que la première fois. À ce moment-là, Satan se retira et ne dit ni ne fit plus rien et, depuis lors, Satan n’interféra plus avec Job ni ne l’attaqua, et Satan ne fit plus d’accusations contre les bénédictions de Dieu pour Job.

Job passe la dernière moitié de sa vie dans les bénédictions de Dieu

Bien que Ses bénédictions de ce temps-là se soient limitées aux brebis, au bétail, aux chameaux, aux biens matériels, etc., les bénédictions que Dieu souhaitait accorder à Job dans Son cœur étaient beaucoup plus grandes. À ce moment-là, avait-on mentionné le genre de promesses éternelles que Dieu souhaitait accorder à Job ? Dans Ses bénédictions de Job, Dieu n’a pas mentionné ou fait allusion à sa fin, et peu importe l’importance ou la place que Job occupait dans le cœur de Dieu, en somme Dieu exerçait du discernement dans Ses bénédictions. Dieu n’a pas annoncé la fin de Job. Qu’est-ce que cela signifie ? En ce temps-là, alors que le plan de Dieu n’avait pas encore atteint le stade de la proclamation de la fin de l’homme, le plan n’était pas encore entré dans la phase finale de Son œuvre. Dieu ne mentionna pas la fin, accordant simplement des bénédictions matérielles à l’homme. Ce que cela signifie, c’est que la seconde moitié de la vie de Job fut vécue parmi les bénédictions de Dieu, ce qui le rendait différent des autres, mais, comme eux, il vieillit et, comme toute personne normale, le jour vint où il fit ses adieux au monde. Ainsi, il est rapporté que : « Et Job mourut âgé et rassasié de jours » (Job 42:17). Quel est le sens de : « mourut […] rassasié de jours » ici ? Dans l’ère avant que Dieu proclame la fin pour les gens, Dieu a fixé une espérance de vie pour Job et quand cet âge fut atteint, Il a permis à Job de quitter naturellement ce monde. De la deuxième bénédiction de Job jusqu’à sa mort, Dieu n’a pas ajouté d’autres difficultés. Pour Dieu, la mort de Job était naturelle et aussi nécessaire, elle était quelque chose de très normal, et ni un jugement ni une condamnation. Pendant qu’il était vivant, Job adorait et craignait Dieu ; en ce qui concerne sa fin après sa mort, Dieu n’a rien dit et n’a fait aucun commentaire à ce sujet. Dieu est judicieux dans ce qu’Il dit et fait, et le contenu et les principes de Ses paroles et de Ses actions sont conformes avec l’étape de Son œuvre et avec la période dans laquelle Il œuvre. Quel genre de fin quelqu’un comme Job avait-il dans le cœur de Dieu ? Est-ce que Dieu avait pris une quelconque décision dans Son cœur ? Bien sûr ! Seulement, c’était inconnu de l’homme ; Dieu ne voulait pas le dire à l’homme et Il n’avait aucune intention de le dire à l’homme. Et ainsi, parlant superficiellement, Job mourut rassasié de jours et telle fut la vie de Job.

La valeur vécue par Job au cours de sa vie

La vie de Job avait-elle une valeur ? Où était la valeur ? Pourquoi dit-on qu’il a vécu une vie de valeur ? Pour l’homme, quelle était sa valeur ? Du point de vue de l’homme, il représente l’humanité que Dieu souhaite sauver, en portant un témoignage retentissant pour Dieu devant Satan et les gens du monde. Il a accompli le devoir censé être accompli par une créature de Dieu, et a donné l’exemple et a servi de modèle pour tous ceux que Dieu souhaite sauver, permettant aux gens de voir qu’il est tout à fait possible de triompher de Satan en se fiant à Dieu. Et pour Dieu, quelle était sa valeur ? Pour Dieu, la valeur de la vie de Job se trouve dans sa capacité à craindre Dieu, à adorer Dieu, à témoigner des actes de Dieu et à louer les actes de Dieu, apportant à Dieu du réconfort et quelque chose duquel jouir ; pour Dieu, la valeur de la vie de Job était aussi dans la façon dont, avant sa mort, Job a subi des épreuves, a triomphé de Satan et a rendu un témoignage retentissant à Dieu devant Satan et les gens du monde, glorifiant Dieu parmi les hommes, réconfortant le cœur de Dieu et permettant au cœur désireux de Dieu d’observer un résultat et de voir de l’espoir. Son témoignage a établi un précédent concernant la capacité de tenir bon dans son témoignage pour Dieu et le pouvoir de couvrir Satan de honte au nom de Dieu dans l’œuvre de gestion de l’humanité par Dieu. N’est-ce pas la valeur de la vie de Job ? Job a apporté du réconfort au cœur de Dieu, il a donné à Dieu un avant-goût du plaisir d’être glorifié et a fourni un merveilleux début au plan de gestion de Dieu. Et dès lors, le nom de Job est devenu un symbole pour la glorification de Dieu et un signe que l’humanité a triomphé de Satan. Ce que Job a vécu au cours de sa vie et son triomphe remarquable de Satan sera toujours chéri par Dieu, et son intégrité, sa droiture et sa crainte de Dieu seront vénérées et imitées par les générations à venir. Il sera toujours chéri par Dieu comme une perle impeccable et lumineuse, et il est aussi digne d’être chéri par l’homme !

Extrait de « La Parole apparaît dans la chair »

Nous sommes déjà dans les derniers jours. Savez-vous comment faire pour accueillir le Seigneur et être enlevés jusqu’au royaume des cieux? Contactez-nous dès maintenant pour en discuter.
Contactez-nous
Contactez-nous par Whatsapp

Laisser un commentaire

Partager

Annuler