Paroles de Dieu quotidiennes | « L’essence de la chair habitée par Dieu » | Extrait 102

0 |4 juillet 2020

L’essence de la chair habitée par Dieu (Extrait)

Le premier Dieu incarné n’a pas achevé l’œuvre de l’incarnation ; Il n’a achevé que la première étape de l’œuvre qu’il fallait que Dieu fasse dans la chair. Ainsi, afin de terminer l’œuvre d’incarnation, Dieu est revenu dans la chair une fois de plus, vivant dans toute la normalité et la réalité de la chair, c’est-à-dire manifestant la Parole de Dieu dans une chair tout à fait normale et ordinaire, achevant ainsi le travail qu’Il n’a pas terminé dans la chair. La seconde chair incarnée est par essence semblable à la première, mais elle est encore plus réelle, encore plus normale que la première. En conséquence, la souffrance que la seconde chair incarnée a endurée est plus grande que celle de la première, mais cette souffrance est le résultat de Son ministère dans la chair, qui est différente de la souffrance de l’homme corrompu. Elle provient aussi de la normalité et de la réalité de Sa chair. Parce qu’Il accomplit Son ministère dans une chair complètement normale et vraie, la chair doit faire face à beaucoup de difficultés. Plus cette chair est normale et réelle, plus Il souffrira dans l’accomplissement de Son ministère. Dieu travaille dans une chair très ordinaire, qui n’est pas du tout surnaturelle. Parce que Sa chair est normale et doit également assumer le travail consistant à sauver l’homme, Il souffre à un degré encore plus grand qu’une chair surnaturelle ne pourrait supporter – toute cette souffrance découle de la réalité et de la normalité de Sa chair. De la souffrance qu’ont subie les deux chairs incarnées dans l’accomplissement de Leurs ministères, on peut voir l’essence de la chair incarnée. Plus la chair est normale, plus Il doit endurer les souffrances dans la réalisation de l’œuvre ; plus réelle est la chair qui accomplit le travail, plus les idées que les gens ont sont dures, et plus Il est exposé aux dangers. Et pourtant, plus la chair est réelle, et plus la chair possède les besoins et le sens complet d’un être humain normal, plus Il est capable de se charger de l’œuvre de Dieu en chair. C’est la chair de Jésus qui a été clouée sur la croix, Sa chair qu’Il a donnée en offrande expiatoire ; c’est par une chair avec une humanité normale qu’Il a vaincu Satan et sauvé complètement l’homme de la croix. Et c’est comme une chair entière que le second Dieu incarné accomplit l’œuvre de conquête et vainc Satan. Seule une chair complètement normale et réelle peut réaliser l’œuvre de conquête dans son intégralité et faire un puissant témoignage. C’est-à-dire que l’œuvre de l’homme conquérant est rendue effective par la réalité et la normalité de Dieu dans la chair, et non pas par des miracles surnaturels et des révélations. Le ministère de ce Dieu incarné consiste à parler, et donc à conquérir et à perfectionner l’homme ; en d’autres termes, l’œuvre de l’Esprit accomplie dans la chair, le devoir de la chair, c’est de parler et donc de conquérir, d’exposer, de perfectionner et d’éliminer complètement l’homme. Et c’est donc dans l’œuvre de conquête que l’œuvre de Dieu dans la chair sera accomplie en entier. Le travail rédempteur initial n’était que le début de l’œuvre d’incarnation ; la chair qui fait l’œuvre conquérante achèvera toute l’œuvre de l’incarnation. En genre, l’un est masculin et l’autre féminin ; en cela le sens de l’incarnation de Dieu a été complété. Il dissipe les idées fausses de l’homme sur Dieu : Dieu peut devenir à la fois mâle et femelle, et le Dieu incarné est par essence sans genre. Dieu a fait l’homme et la femme, et Il ne fait pas la différence entre les genres. Dans cette étape de l’œuvre, Dieu ne fait pas de signes et de prodiges, de sorte que l’œuvre atteindra Ses résultats à l’aide des paroles. De plus, cette fois l’œuvre du Dieu incarné n’est pas de guérir les malades et de chasser les démons, mais de conquérir l’homme par la parole, c’est-à-dire que l’aptitude naturelle de cette chair incarnée de Dieu est de parler et de conquérir l’homme, mais non de guérir les malades et chasser les démons. Son travail dans l’humanité normale n’est pas de faire des miracles, ni de guérir les malades et de chasser les démons, mais de parler, et ainsi aux yeux des gens, la seconde chair incarnée semble beaucoup plus normale que la première. Les gens voient que l’incarnation de Dieu n’est pas un mensonge ; mais ce Dieu incarné est différent de Jésus incarné, et bien qu’Ils soient tous deux le Dieu incarné, Ils ne sont pas tout à fait les mêmes. Jésus possédait l’humanité normale, l’humanité ordinaire, mais il était accompagné de nombreux signes et miracles. Dans ce Dieu incarné, les yeux de l’homme ne verront ni signes ni prodiges, ni la guérison des malades, ni la chasse aux démons, ni la marche sur la mer, ni le jeûne pendant quarante jours. Il ne fait pas le même travail que Jésus, non pas parce que Sa chair est par essence différente de celle de Jésus, mais parce que ce n’est pas de Son ministère de guérir les malades et de chasser les démons. Il ne détruit pas Son propre travail, ne perturbe pas Son propre travail. Puisqu’Il conquiert l’homme par Ses vraies paroles, il n’est pas nécessaire de le réduire aux miracles, et donc cette étape consiste à achever l’œuvre de l’incarnation. Le Dieu incarné que tu vois aujourd’hui est complètement de chair, et il n’y a rien de surnaturel en Lui. Il tombe malade comme les autres, a besoin de nourriture et de vêtement comme les autres, tout en étant de chair. Si cette fois-ci, Dieu incarné manifestait des signes et des prodiges surnaturels, s’Il guérissait les malades, chassait des démons ou pouvait tuer d’une seule parole, comment l’œuvre de conquête pouvait-elle se réaliser ? Comment l’œuvre pourrait-elle être répandue parmi les nations païennes ? Guérir les malades et chasser les démons c’était l’œuvre de l’âge de la Grâce, la première étape de l’œuvre rédemptrice, et maintenant que Dieu a sauvé l’homme de la croix, Il n’accomplit plus cette œuvre. Si au cours des derniers jours un « Dieu » semblable à Jésus est apparu, Celui qui a guéri les malades, chassé les démons et a été crucifié pour l’homme, ce « Dieu », bien qu’identique à Celui dont la description était faite dans la Bible et que l’homme a facilement accepté, ne serait pas, dans son essence, la chair portée par l’Esprit de Dieu, mais par un esprit mauvais. Car c’est le principe de l’œuvre de Dieu de ne jamais répéter ce qu’Il a déjà accompli. Et ainsi l’œuvre de la seconde incarnation de Dieu est différente de l’œuvre de la première. Dans les derniers jours, Dieu réalise l’œuvre de conquête dans une chair ordinaire et normale ; Il ne soigne pas les malades, ne sera pas crucifié pour l’homme, mais Il dira simplement des paroles dans la chair, Il conquiert l’homme dans la chair. Seule une telle chair est la chair incarnée de Dieu ; seule une telle chair peut achever l’œuvre de Dieu dans la chair.

Extrait de « La Parole apparaît dans la chair »

Nous sommes déjà dans les derniers jours. Savez-vous comment faire pour accueillir le Seigneur et être enlevés jusqu’au royaume des cieux? Contactez-nous dès maintenant pour en discuter.
Contactez-nous
Contactez-nous par Whatsapp

Laisser un commentaire

Partager

Annuler