5.1 Connaître l’œuvre de Dieu

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 141)

Connaître l’œuvre de Dieu aujourd’hui, c’est, pour l’essentiel, connaître ce qu’est le ministère principal de Dieu incarné dans les derniers jours et ce qu’Il est venu faire sur terre. J’ai déjà mentionné dans Mes paroles que Dieu est venu sur terre (au cours des derniers jours) pour créer un modèle avant de partir. Comment Dieu crée-t-Il ce modèle ? Il le fait en prononçant des paroles, et en œuvrant et en parlant dans tout le pays. C’est l’œuvre de Dieu dans les derniers jours ; Il parle seulement pour que la terre devienne un monde de paroles, que chaque personne soit approvisionnée et éclairée par Ses paroles et que l’esprit de l’homme soit réveillé et que ses visions deviennent claires. Pendant les derniers jours, Dieu incarné est venu sur terre principalement pour prononcer des paroles. Quand Jésus est venu, Il a répandu l’évangile du royaume des cieux et Il a accompli l’œuvre de la rédemption par la crucifixion. Il a mis fin à l’ère de la Loi et aboli tout ce qui était ancien. L’arrivée de Jésus a mis fin à l’ère de la Loi et a inauguré l’ère de la Grâce ; l’arrivée de Dieu incarné des derniers jours a mis fin à l’ère de la Grâce. Il est venu surtout pour prononcer Ses paroles, pour utiliser des paroles afin de perfectionner l’homme, pour illuminer et éclairer l’homme, et pour supprimer la place qu’occupe le Dieu vague dans le cœur de l’homme. Ce n’est pas l’étape de l’œuvre que Jésus a accomplie quand Il est venu. Quand Jésus est venu, Il a accompli de nombreux miracles, Il a guéri les malades et chassé les démons et Il a fait l’œuvre de la rédemption par la crucifixion. Par conséquent, dans leurs notions, les hommes croient que c’est comme cela que Dieu devrait être. Car, quand Jésus est venu, Il n’a pas fait l’œuvre consistant à enlever l’image du Dieu vague du cœur de l’homme ; quand Il est venu, Il a été crucifié, Il a guéri les malades et chassé les démons, et Il a répandu l’évangile du royaume des cieux. Dans un sens, l’incarnation de Dieu dans les derniers jours supprime la place qu’occupe le Dieu vague dans les notions de l’homme, de sorte qu’il n’y a plus l’image du Dieu vague dans le cœur de l’homme. En utilisant Ses paroles et Son œuvre concrètes, Ses déplacements à travers tous les pays et l’œuvre exceptionnellement réelle et normale qu’Il réalise parmi les hommes, Il fait en sorte que l’homme connaisse la réalité de Dieu et que le Dieu vague n’ait plus de place dans le cœur de l’homme. Dans un autre sens, Dieu utilise les paroles prononcées par Sa chair pour rendre l’homme complet et pour accomplir toutes choses. C’est l’œuvre que Dieu accomplira au cours des derniers jours.

Ce que vous devez savoir :

1. L’œuvre de Dieu n’est pas surnaturelle et vous ne devez pas entretenir de notions à son sujet.

2. Vous devez comprendre la principale œuvre que Dieu incarné est venu réaliser cette fois.

Il n’est pas venu pour guérir les malades, pour chasser les démons, ou pour opérer des miracles, et Il n’est pas venu pour répandre l’évangile de la repentance ou pour accorder la rédemption à l’homme. C’est parce que cette œuvre a déjà été accomplie par Jésus, et Dieu ne répète pas la même œuvre. Aujourd’hui, Dieu est venu mettre un terme à l’ère de la Grâce et rejeter toutes les pratiques de l’ère de la Grâce. Le Dieu concret est surtout venu pour montrer qu’Il est réel. Quand Jésus est venu, Il a prononcé peu de paroles ; Il a surtout opéré des miracles, réalisé des signes et des prodiges, et Il a guéri les malades et chassé les démons, ou encore Il a énoncé des prophéties pour convaincre les gens et leur faire comprendre qu’Il était vraiment Dieu, et qu’Il était un Dieu impartial. En fin de compte, Il a achevé l’œuvre de la crucifixion. Le Dieu d’aujourd’hui ne manifeste pas de signes et de prodiges, et ne guérit pas non plus les malades ni ne chasse les démons. Quand Jésus est venu, l’œuvre qu’Il a réalisée représentait une partie de Dieu, mais cette fois, Dieu est venu pour réaliser l’étape de l’œuvre qui est prévue, car Dieu ne répète pas la même œuvre ; Il est le Dieu qui est toujours nouveau et jamais ancien, et donc, tout ce que tu vois aujourd’hui, ce sont les paroles et l’œuvre du Dieu concret.

Extrait de « Connaître l’œuvre de Dieu aujourd’hui », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 142)

Le Dieu incarné des derniers jours est venu principalement pour proclamer Ses paroles, pour expliquer tout ce qui est nécessaire dans la vie de l’homme, pour indiquer ce en quoi l’homme devrait entrer, pour montrer à l’homme les actes de Dieu et pour montrer à l’homme la sagesse, l’omnipotence et la splendeur de Dieu. À travers les nombreux canaux par lesquels Dieu parle, l’homme voit la suprématie de Dieu, la grandeur de Dieu et, en plus, l’humilité et l’effacement de Dieu. L’homme voit que Dieu est suprême, mais qu’Il est humble et caché et peut devenir le plus petit de tous. Certaines de Ses paroles sont prononcées directement du point de vue de l’Esprit, d’autres, directement du point de vue de l’homme, et d’autres encore, du point de vue d’une troisième personne. En cela, on peut voir que la manière dont se réalise l’œuvre de Dieu est très variable, et c’est à travers les paroles qu’Il permet à l’homme de le voir. L’œuvre de Dieu dans les derniers jours est à la fois normale et réelle et, par conséquent, le groupe de personnes dans les derniers jours est soumis à la plus grande de toutes les épreuves. En raison de la normalité et de la réalité de Dieu, tous les hommes prennent part à ces épreuves ; que l’homme soit descendu affronter les épreuves de Dieu relève de la normalité et de la réalité de Dieu. Pendant l’ère de Jésus, il n’y avait pas de notions ou d’épreuves. Parce que le gros de l’œuvre accomplie par Jésus concordait avec les notions de l’homme, les gens Le suivaient et ils n’avaient aucune notion à Son sujet. Les épreuves d’aujourd’hui sont les plus grandes que l’homme ait jamais subies et, quand il est dit que ces gens ont réussi à se sortir de la grande tribulation, c’est de cette tribulation qu’il est question. Aujourd’hui, Dieu parle pour engendrer la foi, l’amour, l’acceptation de la souffrance et l’obéissance en ces personnes. Les paroles prononcées par Dieu incarné des derniers jours sont prononcées conformément à l’essence de la nature de l’homme, au comportement de l’homme, et à ce en quoi l’homme devrait entrer aujourd’hui. Ses paroles sont à la fois réelle et normale : Il ne parle pas de demain, Il ne regarde pas en arrière non plus ; Il ne parle que de ce en quoi on devrait entrer, ce qui devrait être pratiqué et ce qui devrait être compris aujourd’hui. Si, en ce jour, il émergeait une personne capable de manifester des signes et des prodiges et de chasser les démons, de guérir les malades et d’accomplir beaucoup de miracles, et si cette personne affirmait qu’elle est Jésus qui est venu, alors ce serait de la contrefaçon générée par les mauvais esprits qui imite Jésus. Souviens-toi de ceci ! Dieu ne reprend pas la même œuvre. L’étape de l’œuvre de Jésus a déjà été réalisée et Dieu ne va plus entreprendre cette étape de l’œuvre. L’œuvre de Dieu est irréconciliable avec les notions de l’homme ; par exemple, l’Ancien Testament prédisait la venue d’un Messie, et le résultat de cette prophétie a été la venue de Jésus. Cela s’étant déjà produit, il serait donc erroné de penser à la venue d’un autre Messie. Jésus est déjà venu une fois et ce serait une erreur si Jésus devait revenir une nouvelle fois. Il y a un nom pour chaque ère et chaque nom comporte une caractéristique de cette ère. Dans les notions de l’homme, Dieu doit toujours manifester des signes et des prodiges, Il doit toujours guérir les malades et chasser les démons, et Il doit toujours être exactement comme Jésus. Néanmoins, cette fois-ci, Dieu n’est pas du tout comme cela. Si, au cours des derniers jours, Dieu continuait à manifester des signes et des prodiges, à chasser les démons, à guérir les malades – s’Il faisait exactement la même chose que Jésus –, alors Dieu serait en train de répéter la même œuvre, et l’œuvre de Jésus n’aurait aucune signification ou valeur. Ainsi, Dieu réalise une étape de l’œuvre à chaque ère. Une fois que chaque étape de Son œuvre est achevée, elle est immédiatement imitée par les mauvais esprits et, après que Satan commence à suivre Dieu de près, Dieu opte pour une autre méthode. Une fois que Dieu a accompli une étape de Son œuvre, elle est imitée par les mauvais esprits. Vous devez être conscients de cela. Pourquoi l’œuvre de Dieu aujourd’hui est-elle différente de l’œuvre de Jésus ? Pourquoi aujourd’hui Dieu ne manifeste-t-Il pas de signes et de prodiges, ne chasse-t-Il pas les démons et ne guérit-Il pas les malades ? Si l’œuvre de Jésus était la même que l’œuvre effectuée au cours de l’ère de la Loi, aurait-Il pu représenter le Dieu de l’ère de la Grâce ? Aurait-Il pu achever l’œuvre de la crucifixion ? Si, comme à l’ère de la Loi, Jésus était entré dans le temple et avait gardé le sabbat, alors Il n’aurait été persécuté par personne et aurait été embrassé par tous. Si cela avait été le cas, aurait-Il été crucifié ? Aurait-Il achevé l’œuvre de la rédemption ? À quoi cela servirait-il que Dieu incarné des derniers jours manifeste des signes et des prodiges comme Jésus l’a fait ? C’est seulement si Dieu réalise une autre partie de Son œuvre au cours des derniers jours, celle qui représente une partie de Son plan de gestion, que l’homme pourra alors acquérir une connaissance approfondie de Dieu, et ce n’est qu’à ce moment-là que le plan de gestion de Dieu pourra se réaliser.

Extrait de « Connaître l’œuvre de Dieu aujourd’hui », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 143)

Pendant les derniers jours, le Dieu incarné est venu principalement pour prononcer Ses paroles. Il parle du point de vue de l’Esprit, du point de vue de l’homme et du point de vue d’une troisième personne ; Il parle de différentes façons, utilisant une façon pour une période de temps, et Il utilise la méthode orale pour changer les notions de l’homme et supprimer du cœur de l’homme l’image du Dieu vague. C’est l’œuvre principale accomplie par Dieu. Parce que l’homme croit que Dieu est venu guérir les malades, chasser les démons, accomplir des miracles et accorder des bénédictions matérielles à l’homme, Dieu réalise cette étape de l’œuvre – l’œuvre du châtiment et du jugement – afin de supprimer de telles choses des notions de l’homme, afin que l’homme puisse connaître la réalité et la normalité de Dieu, et que l’image de Jésus puisse être retirée de son cœur et remplacée par une nouvelle image de Dieu. Aussitôt que l’image que l’homme a de Dieu devient vieille, alors elle devient une idole. Quand Jésus est venu et a réalisé cette étape de l’œuvre, Il ne représentait pas Dieu dans Sa totalité. Il a opéré quelques signes et prodiges, prononcé quelques paroles et a finalement été crucifié. Il représentait une partie de Dieu. Il ne pouvait pas représenter tout ce qui est de Dieu, mais au contraire, Il représentait Dieu en réalisant une partie de l’œuvre de Dieu. C’est parce que Dieu est si grand et si merveilleux, et qu’Il est insondable, et parce que Dieu ne réalise qu’une partie de Son œuvre à chaque ère. L’œuvre accomplie par Dieu pendant cette ère est principalement l’approvisionnement des paroles pour la vie de l’homme ; l’exposition du tempérament corrompu et l’essence de la nature de l’homme ; la suppression des notions religieuses, de la pensée féodale, de la pensée dépassée, et la connaissance et la culture de l’homme. Toutes ces choses doivent être purifiées par l’exposition aux paroles de Dieu. Dans les derniers jours, Dieu utilise des paroles, pas des signes et des prodiges, pour rendre l’homme parfait. Il utilise Ses paroles pour exposer l’homme, pour juger l’homme, pour châtier l’homme et pour rendre l’homme parfait, de sorte que, dans les paroles de Dieu, l’homme en vient à réaliser la sagesse et la beauté de Dieu et à comprendre le tempérament de Dieu, de manière à ce que, par les paroles de Dieu, l’homme voie les actes de Dieu. Pendant l’ère de la Loi, l’Éternel a conduit Moïse hors d’Égypte par Ses paroles et a prononcé quelques paroles aux Israélites ; en ce temps-là, une partie des actions de Dieu étaient claires, mais parce que l’homme était d’un calibre très limité et que rien ne pouvait rendre sa connaissance totale, Dieu a continué à parler et à œuvrer. Dans l’ère de la Grâce, l’homme a vu une partie des actions de Dieu une fois de plus. Jésus était en mesure de manifester des signes et des prodiges, de guérir les malades et de chasser les démons, et d’être crucifié ; trois jours après, Il est ressuscité et est apparu en chair devant l’homme. De Dieu, l’homme n’en savait pas plus que ça. L’homme en sait autant que ce qui lui est montré par Dieu, et si Dieu ne devait rien montrer de plus à l’homme, alors telle serait l’étendue de la définition de Dieu par l’homme. Ainsi, Dieu continue à œuvrer afin que la connaissance que l’homme en a puisse s’approfondir et pour que l’homme puisse progressivement arriver à connaître l’essence de Dieu. Dans les derniers jours, Dieu utilise Sa parole pour rendre l’homme parfait. Ton tempérament corrompu est dévoilé par la parole de Dieu et tes notions religieuses sont remplacées par la réalité de Dieu. Dieu incarné des derniers jours est surtout venu pour accomplir les paroles suivantes : « la Parole se fait chair, la Parole vient dans la chair et la Parole apparaît dans la chair », et si tu n’en as pas une connaissance approfondie, alors tu seras incapable de tenir ferme. Au cours des derniers jours, Dieu entend principalement accomplir une étape de l’œuvre dans laquelle la Parole apparaît dans la chair, et c’est une partie du plan de gestion de Dieu. Ainsi, votre connaissance doit être précise ; quelle que soit la façon dont Dieu œuvre, Dieu ne permet à personne de Le circonscrire. Si Dieu ne faisait pas cette œuvre au cours des derniers jours, alors la connaissance que l’homme a de Lui ne pourrait croître. Tu saurais seulement que Dieu peut être crucifié et peut détruire Sodome, et que Jésus peut être ressuscité des morts et apparaître à Pierre… Mais tu ne dirais jamais que la parole de Dieu peut tout accomplir et peut conquérir l’homme. Tu ne peux évoquer une telle connaissance qu’en faisant l’expérience de la parole de Dieu et, plus tu feras l’expérience de l’œuvre de Dieu, plus la connaissance que tu en as s’approfondira. C’est seulement à ce moment-là que tu cesseras de délimiter Dieu dans tes propres notions. L’homme arrive à connaître Dieu en faisant l’expérience de Son œuvre ; il n’y a pas une autre façon correcte de connaître Dieu.

Extrait de « Connaître l’œuvre de Dieu aujourd’hui », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 144)

Aujourd’hui, il doit être clair pour vous tous qu’au cours des derniers jours, c’est principalement le fait de « la Parole faite chair » qui sera accompli par Dieu. À travers Son œuvre réelle sur terre, Il fait en sorte que l’homme Le connaisse et entre en relation avec Lui, et voie Ses actes réels. Il fait en sorte que l’homme se rende compte clairement qu’Il est capable de manifester des signes et des prodiges et qu’il y a aussi des moments où Il n’est pas capable de le faire ; cela dépend de l’ère. À partir de cela, tu peux te rendre compte que Dieu n’est pas incapable de manifester des signes et des prodiges, mais, qu’au contraire, Il change Sa façon de travailler selon l’œuvre qui doit être réalisée et selon l’ère. Au stade actuel de l’œuvre, Il ne manifeste pas de signes et de prodiges ; s’Il a pu manifester des signes et des prodiges dans l’ère de Jésus, c’est parce que Son œuvre à cette ère était différente. Dieu ne fait pas cette œuvre aujourd’hui, et certaines personnes Le croient incapable de manifester des signes et des prodiges, ou encore, elles pensent que s’Il ne manifeste pas de signes et de prodiges, alors Il n’est pas Dieu. N’est-ce pas là une erreur ? Dieu est capable de manifester des signes et des prodiges, mais Il œuvre dans une ère différente, et donc Il ne fait pas ce genre d’œuvre. Comme c’est une ère différente, et que c’est une étape différente de l’œuvre de Dieu, les actions clairement révélées par Dieu sont également différentes. La croyance de l’homme en Dieu n’est pas la croyance en des signes et des prodiges ni la croyance aux miracles, mais la croyance en Son œuvre réelle au cours de la nouvelle ère. L’homme arrive à connaître Dieu par la façon dont Dieu œuvre, et cette connaissance suscite en l’homme la croyance en Dieu, c’est-à-dire la croyance dans l’œuvre et les actes de Dieu. Dans cette étape de l’œuvre, Dieu parle principalement. N’attends pas de voir des signes et des prodiges ; tu n’en verras aucun ! En effet, tu n’es pas né pendant l’ère de la Grâce. Si tu l’étais, tu aurais vu des signes et des prodiges, mais tu es né pendant les derniers jours, et donc tu ne peux voir que la réalité et la normalité de Dieu. Ne t’attends pas à voir Jésus le surnaturel pendant les derniers jours. Tu n’es capable de voir que le Dieu incarné concret, qui n’est pas différent de tout être humain normal. Dans chaque ère, Dieu montre clairement différentes actions. Dans chaque ère, Il montre clairement une partie des actes de Dieu, et l’œuvre de chaque ère représente une partie du tempérament de Dieu et une partie des actions de Dieu. Les actions qu’Il révèle varient avec l’ère dans laquelle Il œuvre, mais elles donnent toutes à l’homme une connaissance de Dieu qui est plus profonde, une croyance en Dieu qui est plus vraie et plus terre-à-terre. L’homme croit en Dieu en raison de tous les actes de Dieu, parce que Dieu est si merveilleux, si grand, parce qu’Il est tout-puissant et insondable. Si tu crois en Dieu parce qu’Il est capable d’opérer des signes et des prodiges et qu’Il peut guérir les malades et chasser les démons, alors tu fais fausse route et certaines personnes te diront : « Les mauvais esprits ne sont-ils pas également en mesure de réaliser de telles choses ? » N’est-ce pas là une confusion entre l’image de Dieu et l’image de Satan ? Aujourd’hui, la croyance de l’homme en Dieu se fonde sur les nombreuses actions de Dieu, la grande quantité de travail qu’Il accomplit et les nombreuses manières par lesquelles Il parle. Dieu utilise Ses paroles pour conquérir l’homme et le rendre parfait. L’homme croit en Dieu à cause de Ses nombreuses actions, non parce qu’Il est capable de manifester des signes et des prodiges ; les gens n’en viennent à comprendre Dieu qu’en témoignant de Ses actes. Seulement en connaissant les actions concrètes de Dieu, comment Il œuvre, les méthodes sages qu’Il utilise, comment Il parle et comment Il rend l’homme parfait – seulement en connaissant ces aspects –, peux-tu saisir la réalité de Dieu et comprendre Son tempérament, en connaissant ce qu’Il aime, ce qu’Il déteste, et comment Il travaille dans l’homme, en comprenant tout ce que Dieu aime et n’aime pas, tu peux distinguer ce qui est positif de ce qui est négatif, et à travers ta connaissance de Dieu il y a du progrès dans ta vie. En bref, tu dois acquérir une connaissance de l’œuvre de Dieu, et tu dois maintenir clairement tes vues concernant ta foi en Dieu.

Extrait de « Connaître l’œuvre de Dieu aujourd’hui », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 145)

Peu importe comment tu cherches, tu dois, avant tout le reste, comprendre l’œuvre que Dieu réalise aujourd’hui, et tu dois savoir quelle est l’importance de cette œuvre. Tu dois comprendre et connaître le type d’œuvre que Dieu apporte quand Il vient dans les derniers jours, quel tempérament Il apporte et ce qui sera accompli en l’homme. Si tu ne connais pas ou ne comprends pas l’œuvre qu’Il est venu accomplir dans la chair, alors comment peux-tu saisir Sa volonté, et comment peux-tu devenir Son intime ? En fait, devenir l’intime de Dieu n’est pas compliqué, mais ce n’est pas non plus simple. Si les gens peuvent le comprendre parfaitement et le mettre en pratique, alors ce n’est plus compliqué ; si les gens ne peuvent pas le comprendre parfaitement, alors ça devient beaucoup plus difficile et, en plus, ils deviennent enclins à être conduits dans le vague par leur recherche. Si, dans la recherche de Dieu, les hommes ne prennent pas leur propre position de façon à être prêts et ne savent pas à quelle vérité ils devraient s’accrocher, alors ça veut dire qu’ils n’ont aucune base, et ainsi leur devient difficile de rester ferme. Aujourd’hui, il y en a tellement qui ne comprennent pas la vérité, qui ne peuvent pas distinguer entre le bien et le mal ou dire ce qu’il faut aimer ou détester. De telles personnes auront du mal à rester fermes. La clé de la croyance en Dieu consiste à être capable de mettre la vérité en pratique, d’avoir à cœur la volonté de Dieu, de connaître l’œuvre que Dieu accomplira sur l’homme quand Il viendra dans la chair et les principes selon lesquels Il S’exprime. Ne suis pas les masses. Tu dois avoir les principes dans lesquels tu dois entrer et tu dois t’en tenir à eux. Tenir fermement à ces choses en toi qui sont amenées par l’éclairage de Dieu sera une aide pour toi. Si tu ne le fais pas, aujourd’hui tu vireras à gauche, demain tu vireras à droite, et tu ne gagneras jamais rien de réel. Un tel comportement ne te profite en rien dans ta propre vie. Ceux qui ne comprennent pas la vérité suivent toujours les autres : si les gens disent que ceci est l’œuvre du Saint-Esprit, ensuite toi aussi, tu dis que c’est l’œuvre du Saint-Esprit ; si les gens disent que c’est le travail d’un esprit mauvais, alors toi aussi, tu deviens dubitatif, ou tu dis aussi que c’est le travail d’un mauvais esprit. Tu répètes toujours comme un perroquet les paroles des autres, et tu es incapable de distinguer quoi que ce soit par toi-même, de même que tu es incapable de penser par toi-même. Il s’agit de quelqu’un qui n’a pas de position, qui est incapable de faire la différence – une telle personne est un misérable sans valeur ! Tu répètes toujours les paroles des autres : aujourd’hui, on dit que c’est l’œuvre du Saint-Esprit, mais il est probable qu’un jour quelqu’un dise que ce n’est pas l’œuvre du Saint-Esprit, et que ce n’est en fait rien d’autre que les actes de l’homme – pourtant, tu ne peux y voir clair, et quand tu constates que c’est dit par d’autres, tu dis la même chose. C’est en fait l’œuvre du Saint-Esprit, mais tu dis que c’est le travail de l’homme ; n’es-tu pas devenu un de ceux qui blasphèment contre l’œuvre du Saint-Esprit ? En cela, ne t’opposes-tu pas à Dieu parce que tu ne peux pas faire la différence ? Peut-être un jour, quelque imbécile apparaîtra pour dire que « ceci est le travail d’un mauvais esprit », et quand tu entendras ces paroles tu seras perdu, et une fois encore tu seras lié par les paroles des autres. Chaque fois que quelqu’un sème le trouble, tu es incapable de rester ferme sur ta position, et tout cela parce que tu ne détiens pas la vérité. Croire en Dieu et chercher à connaître Dieu n’est pas une mince affaire. Ces choses-là ne sauraient être réalisées simplement en se réunissant et en écoutant les prédications, et tu ne peux pas être perfectionné par la seule passion. Tu dois expérimenter et connaître, et fonder tes actions sur des principes, et recevoir l’œuvre du Saint-Esprit. Une fois que tu seras passé par des expériences, tu seras en mesure de discerner beaucoup de choses – tu seras en mesure de faire la distinction entre le bien et le mal, entre la justice et la méchanceté, entre ce qui est de chair et de sang et ce qui est de la vérité. Tu devrais être en mesure de faire la différence entre toutes ces choses, et ce faisant, peu importe les circonstances, tu ne seras jamais perdu. C’est seulement ça ta vraie stature.

Extrait de « Seuls ceux qui connaissent Dieu et Son œuvre peuvent Lui donner satisfaction », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 146)

Connaître l’œuvre de Dieu n’est pas une mince affaire. Tu dois avoir des normes et un objectif dans ta quête, tu dois savoir comment chercher le vrai chemin, comment apprécier si, oui ou non, c’est le vrai chemin, et si, oui ou non, c’est l’œuvre de Dieu. Quel est le principe le plus fondamental dans la recherche du vrai chemin ? Tu dois pouvoir déterminer de cette manière si, oui ou non, il s’agit de l’œuvre du Saint-Esprit, si, oui ou non, ces paroles sont l’expression de la vérité, de qui elles témoignent, et ce que cela peut t’apporter. Distinguer le vrai chemin du faux chemin nécessite de considérer plusieurs aspects de la connaissance de base, le plus fondamental de tous étant la faculté à dire si, oui ou non, l’œuvre du Saint-Esprit y est présente. Car la substance de la croyance des hommes en Dieu est la croyance en l’Esprit de Dieu, et même leur croyance en Dieu incarné existe parce que cette chair est la personnification de l’Esprit de Dieu, ce qui veut dire qu’une telle croyance est toujours une croyance en l’Esprit. Il existe des différences entre l’Esprit et la chair, mais parce que cette chair vient de l’Esprit, et est la Parole faite chair, ce en quoi l’homme croit est donc encore l’essence inhérente de Dieu. Donc, à distinguer si, oui ou non, c’est le vrai chemin, tu dois par-dessus tout chercher à savoir si, oui ou non, il a l’œuvre du Saint-Esprit, après quoi tu dois chercher à savoir si, oui ou non, il y a de la vérité dans ce chemin. La vérité est le tempérament de vie de l’humanité normale, ce qui veut dire que ce qui était attendu de l’homme quand Dieu le créa au commencement, à savoir, une humanité normale dans son intégralité (y compris la raison, la perspicacité, la sagesse de l’homme et les connaissances de base inhérentes à la nature de l’homme). Autrement dit, tu dois regarder si, oui ou non, ce chemin peut conduire l’homme dans une vie d’humanité normale, si, oui ou non, la vérité dont il est question est nécessaire en fonction de la réalité de l’humanité normale, si, oui ou non, cette vérité est pratique et réelle et si, oui ou non, elle est plus opportune. S’il y a la vérité, alors elle est capable de conduire les hommes vers des expériences normales et réelles ; les hommes, par ailleurs, deviennent de plus en plus normaux, leur bon sens humain devient de plus en plus complet, leur vie dans la chair et la vie spirituelle deviennent de plus en plus ordonnées, et leurs émotions deviennent de plus en plus normales. Tel est le deuxième principe. Il y a un autre principe, qui consiste à savoir si les hommes ont une connaissance accrue de Dieu et si, oui ou non, faire l’expérience d’un tel travail et d’une telle vérité peut inspirer chez eux un amour envers Dieu, et les rapprocher toujours davantage de Dieu. Par ce principe, on peut évaluer si, oui ou non, ce chemin est le vrai chemin. Le plus important, c’est de savoir si ce chemin est réaliste plutôt que surnaturel, et s’il est capable ou pas de répondre aux besoins de la vie de l’homme. S’il est conforme à ces principes, la conclusion que l’on peut en tirer, c’est que ce chemin est le vrai chemin. Je dis cela, non pas pour vous amener à accepter d’autres voies dans le cadre de vos futures expériences, ni comme une prédiction selon laquelle il y aura l’œuvre d’une autre nouvelle ère à l’avenir. Je le dis pour que vous puissiez être certains que le chemin d’aujourd’hui est le vrai chemin, afin que vous ne soyez pas seulement partiellement sûrs de votre croyance en l’œuvre d’aujourd’hui et soyez incapables d’avoir plus de visibilité à cet effet. Il y en a même beaucoup qui, bien qu’ils soient certains, continuent de persévérer dans la confusion ; cette certitude n’est fondée sur aucun principe, et des gens comme ceux-là doivent être éliminés tôt ou tard. Même les adeptes qui sont particulièrement fervents ne sont pas assez sûrs de leur foi, ce qui montre qu’ils n’ont aucune base. Parce que vous êtes de trop faible calibre et que votre base est trop superficielle, vous n’avez aucune compréhension de la différenciation. Dieu ne répète pas Son œuvre, Il ne fait pas une œuvre qui n’est pas réaliste, Il n’est pas excessivement exigeant envers l’homme, et Il ne fait pas d’œuvre qui va au-delà du bon sens de l’homme. Toute l’œuvre qu’Il accomplit s’inscrit dans le cadre du sens commun de l’homme, et ne dépasse pas les exigences de l’humanité normale, et Son œuvre est faite conformément à ce qui est normalement exigé de l’homme. Si c’est l’œuvre du Saint-Esprit, les hommes deviennent de plus en plus normaux, et leur humanité devient de plus en plus normale. Les hommes acquièrent une connaissance accrue de leur tempérament satanique corrompu et de l’essence de l’homme, et ils gagnent aussi une envie toujours plus poussée pour la vérité. Autrement dit, la vie de l’homme se développe et se développe encore, et le tempérament corrompu de l’homme devient de plus en plus capable de changements – tout cela est la traduction de Dieu devenant la vie de l’homme. Si un chemin n’est pas capable de révéler ces choses qui sont l’essence de l’homme, n’est pas capable de changer le tempérament de l’homme et, de plus, n’est pas capable d’amener les hommes devant Dieu ou de leur donner une vraie compréhension de Dieu, et fait même en sorte que leur humanité devienne de plus en plus abjecte et leur raison, de plus en plus anormale, alors ce chemin ne doit pas être le vrai chemin, et il peut être le travail d’un esprit mauvais, ou l’ancien chemin. En bref, il ne peut pas être l’œuvre actuelle du Saint-Esprit. Vous avez cru en Dieu pendant toutes ces années, pourtant vous n’avez pas la moindre idée des principes qui permettent d’établir la différence entre le vrai chemin et le faux chemin ou de chercher le vrai chemin. La plupart des gens ne sont même pas intéressés par ces questions ; ils vont simplement où se trouve la majorité, et répètent ce que la majorité dit. Comment pourrait-il s’agir de quelqu’un qui cherche le vrai chemin ? Et comment de telles personnes peuvent-elles trouver le vrai chemin ? Si tu comprends ces quelques principes clés, alors quoi qu’il arrive, tu ne seras pas déçu. Aujourd’hui, il est crucial que les gens soient capables de faire des distinctions ; c’est ce que l’humanité normale devrait avoir, et ça doit faire partie de ce que les gens possèdent comme expérience. Si, même aujourd’hui, les hommes ne distinguent toujours rien pendant qu’ils sont dans la foi, et que leur raison humaine n’a toujours pas augmenté, alors les hommes sont trop bêtes, et leur quête est erronée et s’écarte du bon chemin. Il n’y a pas la moindre différenciation dans ta quête aujourd’hui et, même s’il est vrai, comme tu le dis, que tu as trouvé le vrai chemin, l’as-tu acquis ? As-tu été capable de faire une quelconque distinction ? Quelle est la substance du vrai chemin ? Dans le vrai chemin, tu n’as pas gagné le vrai chemin ; tu n’as rien gagné de la vérité. Ce qui veut dire que tu n’as pas réalisé ce que Dieu exige de toi, et par conséquent il n’y a eu aucun changement dans ta corruption. Si tu continues à chercher de cette façon, tu finiras par être éliminé. Ayant été dans la foi jusqu’à ce jour, tu devrais être certain que le chemin que tu as pris est le bon chemin, et tu ne devrais plus avoir de doutes. Beaucoup sont toujours incertains et arrêtent de chercher la vérité à cause de quelques petits détails. Ces gens sont ceux qui n’ont aucune connaissance de l’œuvre de Dieu ; ils sont ceux qui suivent Dieu dans la confusion. Les gens qui ne connaissent pas l’œuvre de Dieu ne peuvent pas être Ses intimes et ne peuvent pas Lui rendre témoignage. Je conseille à ceux qui cherchent seulement des bénédictions et poursuivent seulement ce qui est vague et abstrait de poursuivre la vérité le plus tôt possible, de sorte que leur vie ait un sens. Ne te fais plus d’illusions !

Extrait de « Seuls ceux qui connaissent Dieu et Son œuvre peuvent Lui donner satisfaction », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 147)

L’œuvre dans son ensemble réalisée pendant six mille ans a progressivement évolué au fil des ères. Les changements dans cette œuvre ont été basés sur la situation générale dans le monde et sur les tendances de développement de l’humanité dans son ensemble ; l’œuvre de gestion de Dieu s’est seulement transformée progressivement en conséquence. Elle n’avait pas déjà été toute planifiée au commencement de la création. Avant la création du monde, ou très peu de temps après, l’Éternel n’avait pas encore planifié la première étape de l’œuvre, celle de la loi ; la deuxième étape de l’œuvre, celle de la grâce ; ou la troisième étape de l’œuvre, celle de la conquête, dans laquelle Il allait d’abord commencer par un groupe de personnes parmi les descendants de Moab, et ainsi conquérir tout l’univers. Il n’a jamais prononcé ces paroles après avoir créé le monde ; Il ne les a pas prononcées non plus après Moab ; en effet, avant Lot, Il ne les a jamais proférées. Toute l’œuvre de Dieu est faite spontanément. C’est exactement de cette façon que toute Son œuvre de gestion de six mille ans s’est réalisée ; avant de créer le monde, Il n’a nullement élaboré un plan qui aurait eu la forme d’un « Tableau récapitulatif pour le développement de l’humanité ». Dans Son œuvre, Dieu exprime directement ce qu’Il est ; Il ne Se creuse pas la tête pour formuler un plan. Certes, un bon nombre de prophètes ont énoncé de très nombreuses prophéties, mais on ne peut quand même pas dire que l’œuvre de Dieu se soit réalisée sur la base d’une planification précise ; ces prophéties ont été faites suivant l’œuvre de Dieu du temps. Toute l’œuvre qu’Il accomplit est très contemporaine. Il la réalise conformément à l’évolution de chaque ère et Se fonde sur le changement des choses pour l’accomplir. Pour Lui, l’accomplissement de l’œuvre s’apparente à l’administration d’un médicament pour traiter une maladie ; Il observe en faisant Son œuvre et Il continue Son œuvre en fonction de Ses observations. À chaque étape de Son œuvre, Dieu est capable d’exprimer Sa grande sagesse ainsi que Sa grande capacité ; Il révèle l’abondance de Sa sagesse et de Son autorité en fonction de l’œuvre de cette ère particulière et permet à tous ceux qu’Il a ramenés au cours de cette ère de voir tout Son tempérament. Il subvient aux besoins des gens conformément à l’œuvre qui doit être accomplie à chaque ère, réalisant toute œuvre qu’Il doit faire. Il répond aux besoins des gens en fonction du degré de corruption qu’ils ont subi de Satan. C’est comme le moment où l’Éternel a initialement créé Adam et Ève : Il l’a fait afin de leur permettre de manifester Dieu sur la terre et afin qu’ils puissent témoigner de Dieu dans la création. Cependant, Ève a péché après avoir été tentée par le serpent et Adam a fait de même ; dans le jardin, ils ont tous deux mangé du fruit de l’arbre de la connaissance du bien et du mal. Par conséquent, l’Éternel avait une œuvre supplémentaire à réaliser en eux. Voyant leur nudité, Il leur a fait des habits de peau et les en a revêtus. Après cela, Il a dit à Adam : « Puisque tu as écouté la voix de ta femme, et que tu as mangé de l’arbre au sujet duquel je t’avais donné cet ordre : Tu n’en mangeras point ! le sol sera maudit à cause de toi. […] jusqu’à ce que tu retournes dans la terre, d’où tu as été pris ; car tu es poussière, et tu retourneras dans la poussière. » Il a dit à la femme : « J’augmenterai la souffrance de tes grossesses, tu enfanteras avec douleur, et tes désirs se porteront vers ton mari, mais il dominera sur toi. » Dès lors, Il les a chassés du jardin d’Éden et les a fait vivre à l’extérieur du jardin, tout comme l’homme moderne vit maintenant sur la terre. Quand Dieu a créé l’homme tout au début, Son plan n’était pas de laisser l’homme être tenté par le serpent après qu’il fut créé et par la suite de maudire l’homme et le serpent. En réalité, Il n’avait pas un tel plan ; c’est juste le cours des choses qui Lui a donné une nouvelle œuvre à faire dans Sa création. Après que l’Éternel a accompli Son œuvre auprès d’Adam et Ève sur la terre, l’humanité a continué de se développer pendant plusieurs milliers d’années, jusqu’à ce que : « L’Éternel vit que la méchanceté des hommes était grande sur la terre, et que toutes les pensées de leur cœur se portaient chaque jour uniquement vers le mal. L’Éternel Se repentit d’avoir fait l’homme sur la terre, et Il fut affligé en Son cœur. […] Mais Noé trouva grâce aux yeux de l’Éternel. » Alors, l’Éternel S’est retrouvé avec davantage de nouveau travail, car l’humanité qu’Il avait créée était devenue trop pécheresse après avoir été tentée par le serpent. Étant donné ces circonstances, parmi toute l’humanité, l’Éternel a choisi la famille de Noé pour l’épargner et a ensuite accompli Son œuvre de destruction du monde par un déluge. L’humanité a continué de se développer de cette manière jusqu’à ce jour, devenant de plus en plus corrompue et, quand le développement de l’humanité atteindra son apogée, cela signifiera la fin de l’humanité. Depuis le commencement jusqu’à la fin du monde, la vérité profonde de Son œuvre a toujours été ainsi et le sera toujours. C’est la même chose que la manière dont les gens seront classés selon leur espèce ; il ne s’agit pas du tout d’une prédestination de chaque personne à une catégorie tout au début ; plutôt, chacun est progressivement classé seulement après avoir subi un processus de croissance. En fin de compte, toute personne qui ne peut pas être entièrement sauvée sera renvoyée à ses « ancêtres ». Rien de l’œuvre de Dieu au sein de l’humanité n’était déjà préparé à la création du monde ; au contraire, c’est le cours des choses qui a permis à Dieu de réaliser Son œuvre, étape par étape, de façon plus réaliste et pratique au sein de l’humanité. Par exemple, l’Éternel Dieu n’a pas créé le serpent pour tenter la femme ; tel n’était pas précisément Son plan ni quelque chose qu’Il avait intentionnellement prédestiné. On pourrait dire qu’il s’agissait d’un événement imprévu. C’est donc à cause de cela que l’Éternel a chassé Adam et Ève du jardin d’Éden et a juré de ne plus jamais créer l’homme. Cependant, les hommes découvrent la sagesse de Dieu seulement sur ce fondement, tout comme Je l’ai dit un peu plus tôt : « J’exerce Ma sagesse en fonction des conspirations de Satan ». Peu importe à quel point l’humanité est devenue corrompue ou la façon dont le serpent la tente, l’Éternel a encore Sa sagesse ; ainsi, Il S’est engagé dans une nouvelle œuvre dès qu’Il a créé le monde, et aucune des étapes de cette œuvre n’a jamais été répétée. Satan a continuellement mis des conspirations en œuvre, l’humanité a constamment été corrompue par Satan et l’Éternel Dieu a sans cesse réalisé Son œuvre sage. Il n’a jamais failli ni arrêté d’œuvrer depuis la création du monde. Après que les humains ont été corrompus par Satan, Il a continuellement œuvré parmi eux pour le vaincre, l’ennemi qui était la source de leur corruption. Cette bataille fait rage depuis le commencement et continuera jusqu’à la fin du monde. En accomplissant toute cette œuvre, l’Éternel Dieu n’a pas seulement permis aux humains corrompus par Satan de recevoir Son grand salut, mais leur a également permis de voir Sa sagesse, Sa toute-puissance et Son autorité. De plus, à la fin, Il leur permettra de voir Son juste tempérament, punissant les méchants et récompensant les bons. Il a combattu contre Satan jusqu’à ce jour précis et n’a jamais été vaincu, car Il est un Dieu sage et Il exerce Sa sagesse en fonction des conspirations de Satan. Par conséquent, Dieu ne fait pas seulement en sorte que tout ce qui est au ciel se soumette à Son autorité, mais Il fait également en sorte que tout sur terre reste en dessous de Son marchepied et, surtout, Il fait en sorte que les méchants qui envahissent et harcèlent l’humanité affrontent Son châtiment. Les résultats de toute cette œuvre sont obtenus grâce à Sa sagesse. Il n’a jamais révélé Sa sagesse avant l’existence de l’humanité, car Il n’avait pas d’ennemis dans le ciel, sur la terre ou dans tout l’univers, et il n’y avait pas de forces obscures qui envahissaient quoi que ce soit dans la nature. Après que l’archange L’a trahi, Il a créé l’humanité sur la terre, et c’est en raison de l’humanité qu’Il a lancé officiellement Sa guerre de longs millénaires contre Satan, l’archange, une guerre qui augmente en intensité au fur et à mesure que les étapes se succèdent. Sa toute-puissance et Sa sagesse sont présentes dans chacune de ces étapes. C’est alors seulement que toutes choses dans le ciel et sur la terre ont vu la sagesse, la toute-puissance de Dieu et, en particulier, la réalité de Dieu. Il continue aujourd’hui d’accomplir Son œuvre de cette même manière réaliste ; en outre, pendant qu’Il accomplit Son œuvre, Il expose aussi Sa sagesse et Sa toute-puissance. Il vous permet de voir la vérité profonde de chaque étape de l’œuvre, de voir exactement comment expliquer la toute-puissance de Dieu et, en outre, de voir une explication irréfutable de la réalité de Dieu.

Extrait de « Tu dois savoir comment l’humanité entière s’est développée jusqu’à ce jour », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 148)

L’œuvre du Saint-Esprit est toujours faite spontanément ; Il peut planifier Son œuvre n’importe quand et la réaliser n’importe quand. Pourquoi dis-Je toujours que l’œuvre du Saint-Esprit est réaliste, qu’elle est toujours nouvelle et jamais ancienne, et toujours fraîche au plus haut degré ? Son œuvre n’avait pas déjà été planifiée lorsque le monde a été créé ; ce n’est pas du tout ce qui s’est passé ! Chaque étape de l’œuvre atteint son effet propre en son temps respectif, et les étapes n’interfèrent pas entre elles. En de nombreuses occasions, les plans que tu pourrais mijoter ne font simplement pas le poids avec la dernière œuvre du Saint-Esprit. Son œuvre n’est pas aussi simple que le raisonnement humain ni aussi complexe que l’imagination humaine ; elle consiste à soutenir les gens à tout moment et en tout lieu en fonction de leurs besoins actuels. Personne n’est plus renseigné que Lui sur l’essence des humains, et c’est précisément pour cette raison que rien ne peut répondre aux besoins réalistes des gens aussi bien que ne le fait Son œuvre. Par conséquent, d’un point de vue humain, Son œuvre semble avoir été planifiée plusieurs millénaires à l’avance. Comme Il œuvre parmi vous maintenant, tout en œuvrant et en parlant alors qu’Il observe vos états, Il a exactement les bonnes paroles à dire quand il rencontre tout genre d’état, disant les paroles qui sont précisément ce dont les gens ont besoin. Prenons la première étape de Son œuvre : le temps du châtiment. Après cela, les gens ont affiché tout genre de comportement et ont agi comme des rebelles, d’une certaine manière ; divers états positifs ont émergé, de même que certains états négatifs. Ils ont atteint un certain point dans leur négativité et démontré les limites inférieures de leur chute. Dieu a réalisé Son œuvre en fonction de toutes ces choses, profitant ainsi d’elles pour obtenir un bien meilleur résultat de Son œuvre. Autrement dit, Il réalise une œuvre de soutien parmi les gens en fonction de leur état actuel à tout moment donné. Il réalise toutes les étapes de Son œuvre en fonction des états réels des gens. Toute la création est entre Ses mains ; comment ne pourrait-Il pas les connaître ? Dieu réalise l’étape suivante de l’œuvre qui devrait être faite à tout moment et en tout lieu conformément aux états des gens. Cette œuvre n’avait pas du tout été planifiée des milliers d’années à l’avance ; cette pensée est une notion humaine ! Il travaille au fur et à mesure qu’Il observe les effets de Son œuvre, et Son œuvre s’approfondit et se développe continuellement ; chaque fois, après avoir observé les résultats de Son œuvre, Il entreprend l’étape suivante de Son œuvre. Il utilise beaucoup de choses pour assurer progressivement la transition et pour rendre Sa nouvelle œuvre visible aux gens au fil du temps. Cette manière d’œuvrer est à même de satisfaire les besoins des personnes, car Dieu ne connaît que trop bien les personnes. C’est de cette façon qu’Il accomplit Son œuvre depuis le ciel. Pareillement, Dieu incarné accomplit Son œuvre de la même manière, faisant des arrangements en fonction des circonstances réelles et en œuvrant parmi les humains. Rien de Son œuvre n’avait été arrangé avant que le monde n’ait été créé ni avait été méticuleusement planifié à l’avance. Deux mille ans après la création du monde, l’Éternel a vu que l’humanité était devenue si corrompue qu’Il a utilisé la bouche du prophète Ésaïe pour prédire qu’au terme de l’ère de la Loi Il allait procéder à Son œuvre de rédemption de l’humanité à l’ère de la Grâce. C’était le plan de l’Éternel, bien sûr, mais ce plan a également été élaboré selon les circonstances qu’Il observait à l’époque ; Il n’y a certainement pas pensé immédiatement après la création d’Adam. Ésaïe a simplement fait entendre une prophétie, mais l’Éternel n’avait pas pris de dispositions à l’avance pour cette œuvre au cours de l’ère de la Loi ; au contraire, Il l’a mise en œuvre au début de l’ère de la Grâce, quand le messager est apparu à Joseph en rêve pour l’éclairer en lui transmettant le message que Dieu allait se faire chair, et c’est alors seulement qu’a commencé Son œuvre d’incarnation. Dieu ne S’est pas préparé, comme les gens l’imaginent, à Son œuvre d’incarnation juste après avoir créé le monde ; cela n’a été décidé qu’en fonction du degré de développement de l’humanité et de l’état de Sa guerre contre Satan.

Extrait de « Tu dois savoir comment l’humanité entière s’est développée jusqu’à ce jour », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 149)

Lorsque Dieu devient chair, Son Esprit descend sur un homme ; en d’autres termes, l’Esprit de Dieu se vêt d’un corps physique. Il vient sur la terre pour faire Son œuvre, non pour emporter avec Lui certaines étapes limitées ; Son œuvre est absolument illimitée. L’œuvre que le Saint-Esprit accomplit dans la chair est quand même déterminée par les résultats de Son œuvre, et Il utilise ces choses pour déterminer la période pendant laquelle Il réalisera l’œuvre pendant qu’Il est dans la chair. Le Saint-Esprit révèle directement chaque étape de Son œuvre, examinant Son œuvre au fur et à mesure qu’Il progresse ; cette œuvre n’a rien de surnaturel au point où les limites de l’imagination de l’homme seraient repoussées. Cela ressemble à l’œuvre de l’Éternel quand Il a créé le ciel, la terre et toutes les choses ; Il planifiait et œuvrait simultanément. Il a séparé la lumière des ténèbres, et le matin et le soir ont commencé à exister ; cela a duré un jour. Le deuxième jour, Il a créé le ciel, ce qui a aussi duré un jour ; puis Il a créé la terre, les mers et toutes les créatures qui les peuplent, ce qui a requis un autre jour. Cela a continué jusqu’au sixième jour, quand Dieu a créé l’homme et l’a laissé dominer toutes les choses sur la terre. Puis, le septième jour, quand Il eut fini de créer toutes les choses, Il S’est reposé. Dieu a béni le septième jour et l’a désigné comme un jour saint. Il a décidé d’établir ce jour saint seulement après avoir déjà créé toutes choses, non avant de les avoir créées. Cette œuvre a aussi été réalisée spontanément ; avant de créer toutes choses, Il n’avait pas décidé de créer le monde en six jours et ensuite de Se reposer le septième ; cela n’est pas du tout conforme aux faits. Il n’avait pas dit une telle chose ni ne l’avait planifiée. Il n’avait absolument pas dit que la création de toutes choses serait achevée le sixième jour et qu’Il Se reposerait le septième jour ; au contraire, Il a créé en fonction de ce qui Lui semblait bon à ce moment-là. Une fois qu’Il eut fini de tout créer, c’était déjà le sixième jour. S’Il avait fini de créer toutes choses le cinquième jour, Il aurait alors désigné le sixième jour comme un jour saint. Cependant, Il a de fait terminé de tout créer le sixième jour, et donc le septième jour est devenu un jour saint, ce qui a été transmis jusqu’à ce jour. Par conséquent, Son œuvre actuelle est réalisée de la même façon. Il parle et subvient à vos besoins suivant votre situation. Autrement dit, l’Esprit parle et œuvre selon les circonstances des gens ; Il veille sur tout et œuvre à tout moment et en tout lieu. Ce que Je fais, dis, vous confie et vous accorde, c’est, sans exception, ce dont vous avez besoin. Ainsi, rien de Mon œuvre n’est coupé de la réalité ; elle est tout à fait réelle, car vous savez tous que « l’Esprit de Dieu veille sur tout ». Si tout cela avait été décidé à l’avance, est-ce que ce n’aurait pas été trop simple ? On dirait que tu penses que Dieu a œuvré pendant six millénaires complets et a ensuite prédestiné l’humanité à être rebelle, résistante, sournoise et rusée, à posséder la corruption de la chair, un tempérament satanique, la convoitise des yeux et des plaisirs personnels. Rien de tout cela n’a été prédestiné par Dieu, mais tout est plutôt arrivé comme un résultat de la corruption de Satan. Certains diront : « Satan n’était-il pas aussi sous la main de Dieu ? Dieu avait prédestiné que Satan allait corrompre l’homme de cette manière, et après cela Dieu a réalisé Son œuvre parmi les hommes. » Dieu prédestinerait-Il vraiment Satan à corrompre l’humanité ? Dieu n’est simplement que trop désireux de permettre aux hommes de vivre normalement, alors interviendrait-Il dans leur vie ? S’il en était ainsi, vaincre Satan et sauver l’humanité ne seraient-ils pas un effort futile ? Comment l’esprit de rébellion de l’humanité pourrait-il avoir été prédestiné ? C’est arrivé à cause de l’intervention de Satan, alors comment cela aurait-il pu être prédestiné par Dieu ? Le Satan sous la main de Dieu que vous imaginez et le Satan sous la main de Dieu dont Je parle sont très différents. Selon vos déclarations que « Dieu est tout-puissant et que Satan est entre Ses mains », Satan ne pourrait jamais Le trahir. N’as-tu pas dit que Dieu est tout-puissant ? Votre connaissance est trop abstraite et n’est pas en contact avec la réalité ; l’homme ne peut jamais sonder les pensées de Dieu, pas plus que l’homme ne peut comprendre la sagesse de Dieu ! Dieu est tout-puissant ; ce n’est pas du tout une fausseté. L’archange a trahi Dieu parce que Dieu lui avait initialement donné une partie d’autorité. Certes, cela fut un événement inattendu, tout comme lorsqu’Ève a succombé à la tentation du serpent. Toutefois, peu importe la manière dont Satan réalise sa trahison, il n’est toujours pas aussi puissant que Dieu. Comme vous avez dit, Satan est simplement puissant ; qu’il fasse quoi que ce soit, l’autorité de Dieu le vaincra toujours. Telle est la véritable signification derrière l’adage : « Dieu est tout-puissant, et Satan est entre Ses mains. » Par conséquent, la guerre contre Satan doit être menée une étape à la fois. En outre, Dieu planifie Son œuvre en réponse aux ruses de Satan. Autrement dit, Il apporte le salut à l’humanité et révèle Sa toute-puissance et Sa sagesse d’une manière qui convient à l’ère en cours. De même, l’œuvre des derniers jours n’a pas été prédestinée très tôt avant l’ère de la Grâce ; la prédestination n’est pas faite d’une manière si ordonnée comme ceci : d’abord, faire en sorte que le tempérament extérieur de l’homme change ; deuxièmement, soumettre l’homme à Son châtiment et à Ses épreuves ; troisièmement, faire en sorte que l’homme subisse l’épreuve de la mort ; quatrièmement, faire en sorte que l’homme connaisse un moment où il aime Dieu et prend la résolution d’un être créé ; cinquièmement, permettre à l’homme de voir la volonté de Dieu et de Le connaître totalement ; et finalement rendre l’homme complet. Il n’a pas planifié toutes ces choses pendant l’ère de la Grâce ; au contraire, Il a commencé à les planifier à l’ère actuelle. Satan travaille, tout comme Dieu. Satan exprime son tempérament corrompu, tandis que Dieu parle franchement et révèle certaines choses importantes. C’est l’œuvre qui est effectuée aujourd’hui, et c’est le même principe de travail qui était en vigueur il y a longtemps, après la création du monde.

Extrait de « Tu dois savoir comment l’humanité entière s’est développée jusqu’à ce jour », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 150)

D’abord, Dieu a créé Adam et Ève et Il a créé également un serpent. Parmi toutes les choses, ce serpent était le plus toxique ; son corps contenait du venin et Satan en tira son avantage. C’est le serpent qui a poussé Ève au péché. Adam a péché après Ève et tous les deux ont par la suite été capables de faire la distinction entre le bien et le mal. Si l’Éternel avait su que le serpent tenterait Ève et qu’Ève tenterait Adam, alors pourquoi les aurait-Il tous placés à l’intérieur d’un jardin ? S’Il avait été capable de prédire ces choses, pourquoi aurait-Il créé un serpent et l’aurait-il placé à l’intérieur du jardin d’Éden ? Pourquoi le jardin d’Éden contenait-il le fruit de l’arbre de la connaissance du bien et du mal ? Voulait-Il qu’ils mangent ce fruit ? Lorsque l’Éternel est venu, ni Adam ni Ève n’ont osé Lui faire face, et c’est alors seulement que l’Éternel a su qu’ils avaient mangé du fruit de l’arbre de la connaissance du bien et du mal et étaient devenus des proies de la ruse du serpent. En fin de compte, Il a maudit le serpent et Il a maudit Adam et Ève également. Au moment où ils ont tous les deux mangé du fruit de l’arbre, l’Éternel ne savait pas du tout qu’ils étaient en train de le faire. Les êtres humains sont devenus corrompus au point d’être méchants et immoraux sexuellement, au point même que tout ce qu’ils gardaient dans leur cœur était méchanceté et injustice ; tout était souillure. L’Éternel a alors regretté d’avoir créé l’humanité. Par la suite, Il a réalisé Son œuvre de destruction du monde par un déluge auquel Noé et ses fils ont survécu. Certaines choses ne sont pas réellement aussi développées et surnaturelles que les gens pourraient l’imaginer. Certains demandent : « Puisque Dieu savait que l’archange Le trahirait, pourquoi l’a-t-Il créé ? » Voici les faits : avant que la terre n’existe, l’archange était le plus grand des anges du ciel. Il avait compétence sur tous les anges dans le ciel ; c’est l’autorité que Dieu lui avait conférée. À l’exception de Dieu, il était le plus grand des anges du ciel. Plus tard, après que Dieu eut créé l’humanité, l’archange a réalisé une plus grande trahison contre Dieu sur la terre. Je dis qu’il a trahi Dieu parce qu’il voulait gérer l’humanité et surpasser l’autorité de Dieu. C’est l’archange qui a poussé Ève à pécher, et il l’a fait parce qu’il voulait établir son royaume sur la terre et amener les humains à tourner le dos à Dieu et à obéir à l’archange plutôt. L’archange voyait que tellement de choses pouvaient lui obéir ; les anges le pouvaient, ainsi que le pouvaient les hommes sur la terre. Les oiseaux et les bêtes, les arbres, les forêts, les montagnes, les rivières et toutes choses sur la terre étaient sous la protection des humains – c’est-à-dire, Adam et Ève – alors qu’Adam et Ève obéissaient à l’archange. L’archange a donc voulu surpasser l’autorité de Dieu et trahir Dieu. Ensuite, il a conduit de nombreux anges dans une rébellion contre Dieu, qui sont plus tard devenus divers genres d’esprits impurs. Le développement de l’humanité à ce jour n’a-t-il pas été causé par la corruption de l’archange ? Les humains sont seulement aujourd’hui ce qu’ils sont parce que l’archange a trahi Dieu et a corrompu l’humanité. Ce travail d’étape en étape est loin d’être aussi abstrait et simple que les gens pourraient l’imaginer. Satan a orchestré sa trahison pour une raison, pourtant les gens sont incapables de comprendre un fait aussi simple. Pourquoi Dieu qui a créé les cieux, la terre et toutes choses a-t-Il aussi créé Satan ? Puisque Dieu méprise tant Satan et que Satan est Son ennemi, pourquoi a-t-Il créé Satan ? En créant Satan, ne créait-Il pas un ennemi ? Dieu n’a pas créé un ennemi en fait ; Il a plutôt créé un ange, et plus tard cet ange L’a trahi. Son statut avait tellement grandi qu’il voulait trahir Dieu. On pourrait dire que ce fut une coïncidence, mais ce fut aussi inévitable. C’est semblable au fait qu’une personne devra inévitablement mourir après avoir grandi jusqu’à un certain point ; les choses se sont simplement développées jusqu’à ce stade. Certains idiots absurdes disent : « Puisque Satan est Ton ennemi, pourquoi l’as-Tu créé ? Ne savais-Tu pas que l’archange Te trahirait ? Ne peux-Tu pas voir d’éternité en éternité ? Ne connaissais-Tu pas la nature de l’archange ? Comme Tu savais clairement qu’il Te trahirait, pourquoi l’as-Tu fait archange ? Non seulement il T’a trahi, mais il a aussi emmené un si grand nombre d’anges et est descendu dans le monde des mortels pour corrompre l’humanité ; pourtant, jusqu’à ce jour, Tu as toujours été incapable d’achever Ton plan de gestion de six mille ans. » Ces paroles sont-elles correctes ? Quand tu penses de cette manière, n’es-tu pas en train de te mettre toi-même dans des difficultés plus qu’il n’en faut ? D’autres disent : « Si Satan n’avait pas corrompu l’humanité jusqu’à ce jour, Dieu n’aurait pas apporté le salut à l’humanité de cette façon. Ainsi, la sagesse et la toute-puissance de Dieu auraient été invisibles. Où Sa sagesse aurait-elle été révélée ? Dieu a donc créé une race humaine pour Satan afin de pouvoir révéler Sa toute-puissance plus tard – autrement, comment l’homme pourrait-il découvrir la sagesse de Dieu ? Si l’homme ne résistait pas à Dieu ni ne se rebellait contre Lui, il ne serait pas nécessaire que Ses actes soient révélés. Si toute la création devait L’adorer et se soumettre à Lui, Il n’aurait pas de travail à faire. » Cela est encore plus loin de la réalité, car il n’y a rien de souillé au sujet de Dieu, et donc Il ne peut pas créer la souillure. Il révèle Ses actes maintenant seulement pour vaincre Son ennemi, pour sauver les humains qu’Il a créés, pour vaincre les démons et Satan qui Le haïssent, Le trahissent, Lui résistent et qui étaient sous Sa domination et Lui appartenaient depuis le commencement. Dieu veut vaincre ces démons et, ce faisant, révéler Sa toute-puissance à toutes choses. L’humanité et tout sur la terre sont maintenant sous le domaine de Satan et se trouvent sous le domaine des méchants. Dieu veut révéler Ses actes à toutes choses pour que les gens puissent Le connaître et par là même battre Satan et vaincre complètement Ses ennemis. L’ensemble de cette œuvre est accompli en révélant Ses actes. Toute Sa création est sous le domaine de Satan, et donc Dieu veut leur révéler Sa toute-puissance, vainquant ainsi Satan. S’il n’y avait pas Satan, Il n’aurait pas besoin de révéler Ses actes. N’eût été le harcèlement de Satan, Dieu aurait créé l’humanité et l’aurait amenée vivre dans le jardin d’Éden. Pourquoi n’a-t-Il jamais révélé tous Ses actes aux anges ou à l’archange avant la trahison de Satan ? Si tous les anges et l’archange avaient connu Dieu et s’étaient soumis à Lui au commencement, alors Dieu n’aurait pas réalisé ces actes futiles de Son œuvre. En raison de l’existence de Satan et des démons, les humains aussi ont résisté à Dieu et débordent d’un tempérament rebelle. Donc Dieu souhaite révéler Ses actes. Parce qu’Il veut aller en guerre contre Satan, Il doit utiliser Sa propre autorité et tous Ses actes pour le vaincre ; ainsi, Son œuvre de salut qu’Il accomplit chez les humains leur permettra de voir Sa sagesse et Sa toute-puissance. L’œuvre que Dieu fait aujourd’hui est significative et ne ressemble en rien à ce dont certains se réfèrent quand ils disent : « L’œuvre que tu fais n’est-elle pas contradictoire ? Cette succession d’œuvres n’est-elle pas simplement un exercice pour Te causer du trouble à Toi-même ? Tu as créé Satan, puis l’as laissé Te trahir et Te résister. Tu as créé les humains, puis les as livrés à Satan, permettant qu’Adam et Ève soient tentés. Comme Tu as fait toutes ces choses délibérément, pourquoi détestes-Tu encore l’humanité ? Pourquoi méprises-Tu Satan ? Toutes ces choses ne sont-elles pas Ta propre fabrication ? Qu’y a-t-il que Tu dois détester ? » Un bon nombre de personnes absurdes disent de telles choses. Elles veulent aimer Dieu, mais dans leur for intérieur, elles se plaignent de Dieu. Quelle contradiction ! Tu ne comprends pas la vérité, tu as trop de pensées surnaturelles et tu prétends même que Dieu a commis une erreur. Comme tu es absurde ! C’est toi qui traficotes la vérité ; Dieu n’a pas commis une erreur ! Certaines personnes se plaignent même encore et encore : « C’est Toi qui as créé Satan, et Toi qui as envoyé Satan parmi les humains et les lui as livrés. Une fois que le tempérament des humains est devenu satanique, Tu ne leur as pas pardonnés ; au contraire, Tu les as détestés à un certain point. Au début, Tu les as aimés à un certain point, mais maintenant Tu les détestes. C’est Toi qui as détesté l’humanité, pourtant Tu es aussi Celui qui a aimé l’humanité. Que se passe-t-il ici exactement ? N’est-ce pas une contradiction ? » Quelle que soit la façon dont vous le considériez, c’est ce qui s’est passé au ciel ; c’est de cette manière que l’archange a trahi Dieu et que l’humanité a été corrompue et les humains ont continué jusqu’à ce jour dans la même lancée. Quelle que soit la façon dont vous l’exprimiez, c’est l’histoire complète. Toutefois, vous devez comprendre que le seul but de cette œuvre que Dieu accomplit aujourd’hui est de vous sauver et de vaincre Satan.

Extrait de « Tu dois savoir comment l’humanité entière s’est développée jusqu’à ce jour », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 151)

Dieu utilise Sa gestion des humains pour vaincre Satan. En corrompant les gens, Satan met un terme à leur destin et perturbe l’œuvre de Dieu. D’un autre côté, l’œuvre de Dieu est le salut de l’humanité. Quelle étape de l’œuvre que Dieu fait ne vise pas à sauver l’humanité ? Quelle étape ne vise pas à purifier les gens, à les amener à se comporter selon la justice et à vivre comme des gens qui peuvent être aimés ? Satan, cependant, ne fait pas cela. Il corrompt l’humanité ; il continue de réaliser son travail visant à corrompre l’humanité à travers l’univers. Bien sûr, Dieu aussi accomplit Sa propre œuvre, ne S’intéressant aucunement à Satan. Quelle que soit l’autorité que possède Satan, cette autorité lui a encore été donnée par Dieu ; Dieu ne lui a pas simplement donné toute Son autorité, et donc, peu importe ce que Satan fait, il ne peut jamais dépasser Dieu et restera toujours à la portée de Dieu. Dieu n’a révélé aucun de Ses actes quand Il était au ciel. Il a simplement donné à Satan une petite parcelle d’autorité et lui a permis d’exercer un contrôle sur les autres anges. Par conséquent, peu importe ce que Satan fait, il ne peut pas dépasser l’autorité de Dieu parce que l’autorité que Dieu lui a conférée au départ est limitée. Alors que Dieu œuvre, Satan dérange. Dans les derniers jours, ses dérangements seront terminés ; de même, l’œuvre de Dieu sera aussi terminée, et le genre d’êtres humains que Dieu désire rendre complets seront rendus complets. Dieu dirige les gens positivement ; Sa vie est une eau vive, incommensurable et infinie. Satan a corrompu l’homme jusqu’à un certain degré ; à la fin, l’eau vive de la vie rendra l’homme complet, et il sera impossible à Satan de s’en mêler et de mener à bien son travail. Ainsi, Dieu pourra gagner ces personnes entièrement. Même maintenant, Satan refuse toujours de l’accepter ; il se dresse constamment contre Dieu, mais Dieu ne lui prête aucune attention. Dieu a dit : « Je vaincrai toutes les forces obscures de Satan et toutes les influences ténébreuses. » C’est l’œuvre qui doit être faite maintenant dans la chair, et c’est aussi ce qui donne sens au fait de devenir chair, c’est-à-dire qu’il s’agit d’achever la phase de l’œuvre consistant à vaincre Satan dans les derniers jours et de raser toutes les choses qui appartiennent à Satan. La victoire de Dieu sur Satan est inévitable ! En fait, Satan a déjà échoué il y a bien longtemps. Lorsque l’Évangile a commencé à se répandre dans tout le pays du grand dragon rouge, c’est-à-dire, quand Dieu incarné a commencé Son œuvre et que cette œuvre a été mise en mouvement, Satan a été complètement vaincu, car le but précis de l’incarnation était de vaincre Satan. Dès que Satan a vu que Dieu était redevenu chair et avait commencé à réaliser Son œuvre, qu’aucune force ne pouvait arrêter, il est par conséquent devenu stupéfait à la vue de cette œuvre et n’a pas osé faire plus de malices. Au début, Satan avait pensé qu’il était lui aussi doté d’une abondante sagesse et il a interrompu et perturbé l’œuvre de Dieu ; toutefois, il ne s’attendait pas à ce que Dieu devienne chair encore une fois ou que Dieu, dans Son œuvre, utilise l’esprit de rébellion de Satan pour servir à exposer et à juger l’humanité, et par là même conquérir les humains et vaincre Satan. Dieu est plus sage que Satan et Son œuvre le dépasse de loin. Par conséquent, comme Je l’ai dit auparavant : « L’œuvre que Je fais est menée en réponse aux ruses de Satan. À la fin, Je vais révéler Ma toute-puissance et l’impuissance de Satan. » Dieu accomplira Son œuvre en avant-garde tandis que Satan suivra derrière, jusqu’à ce qu’à la fin, il soit finalement détruit – il ne saura même pas ce qui est arrivé ! Il ne découvrira la vérité qu’une fois qu’il aura déjà été brisé et écrasé, et à ce moment-là, il aura déjà été incinéré dans l’étang de feu. Ne sera-t-il pas alors complètement convaincu ? Car Satan n’aura alors plus de complots à mettre en pratique !

Extrait de « Tu dois savoir comment l’humanité entière s’est développée jusqu’à ce jour », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 152)

L’œuvre de Dieu parmi les hommes est inséparable de l’homme, car l’homme est l’objet de cette œuvre et le seul être créé par Dieu qui puisse rendre témoignage à Dieu. La vie de l’homme et toutes les activités de l’homme sont inséparables de Dieu et sont toutes contrôlées par les mains de Dieu, et l’on peut même dire que personne ne peut exister indépendamment de Dieu. Personne ne peut le nier, car c’est un fait. Tout ce que Dieu fait est pour le bénéfice de l’humanité et dirigé contre les complots de Satan. Tout ce dont l’homme a besoin vient de Dieu et Dieu est la source de la vie de l’homme. Ainsi, l’homme est tout simplement incapable de se séparer de Dieu. D’ailleurs, Dieu n’a jamais eu l’intention de se séparer de l’homme. L’œuvre que Dieu fait est pour le bien de l’humanité tout entière et Ses pensées sont toujours bienveillantes. Pour l’homme, donc, l’œuvre de Dieu et les pensées de Dieu (c’est-à-dire la volonté de Dieu) sont deux « visions » que l’homme devrait connaître. Ces visions font partie de la gestion de Dieu également et sont une œuvre que l’homme est incapable d’accomplir. Les exigences de Dieu envers l’homme au cours de Son œuvre, pendant ce temps, sont appelées la « pratique » de l’homme. Les visions sont l’œuvre de Dieu Lui-même, Sa volonté pour l’humanité ou les objectifs et la signification de Son œuvre. Les visions peuvent également être considérées comme faisant partie de la gestion, car cette gestion est l’œuvre de Dieu et l’homme est Son objet, ce qui signifie que la gestion est l’œuvre que Dieu fait chez l’homme. Cette œuvre est la preuve et la voie par laquelle l’homme en vient à connaître Dieu et elle est de la plus haute importance pour l’homme. Si, au lieu de prêter attention à la connaissance de l’œuvre de Dieu, les gens ne prêtent attention qu’aux doctrines de la croyance en Dieu, ou à des détails négligeables et sans importance, alors ils ne pourront tout simplement pas connaître Dieu, et en plus, ne seront pas selon le cœur de Dieu. L’œuvre de Dieu, qui est extrêmement utile à l’homme pour connaître Dieu, est appelée visions. Ces visions sont l’œuvre de Dieu, la volonté de Dieu et les objectifs et l’importance de l’œuvre de Dieu ; elles sont toutes bénéfiques à l’homme. La pratique se réfère à ce que l’homme devrait faire, à ce que les créatures qui suivent Dieu devraient faire. C’est également le devoir de l’homme. Ce que l’homme est censé faire n’est pas quelque chose qu’il comprend depuis le début, mais ce sont les exigences de Dieu envers l’homme au cours de Son œuvre. Ces exigences deviennent progressivement plus profondes et plus élevées pendant que Dieu œuvre. Par exemple, pendant l’ère de la Loi, l’homme devait suivre la loi et, pendant l’ère de la Grâce, l’homme a dû porter la croix. L’ère du Règne est différente : les exigences envers l’homme sont plus élevées que pendant l’ère de la Loi et l’ère de la Grâce. À mesure que les visions deviennent plus élevées, les exigences envers l’homme deviennent encore plus élevées, encore plus claires et réelles. De même, les visions aussi deviennent de plus en plus réelles. Ces nombreuses visions réelles ne favorisent pas seulement l’obéissance de l’homme à Dieu, mais favorisent aussi sa connaissance de Dieu.

Extrait de « L’œuvre de Dieu et la pratique de l’homme », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 153)

Par rapport aux ères précédentes, l’œuvre de Dieu pendant l’ère du Règne est plus pratique, orientée plus directement vers l’essence de l’homme et les changements dans son tempérament, et peut mieux rendre témoignage à Dieu Lui-même pour tous ceux qui Le suivent. En d’autres termes, pendant l’ère du Règne, pendant qu’Il œuvre, Dieu se révèle davantage à l’homme qu’à tout autre moment dans le passé, ce qui signifie que les visions qui doivent être connues par l’homme sont plus élevées qu’à toute ère précédente. Parce que l’œuvre de Dieu parmi les hommes est entrée dans un nouveau territoire, les visions connues par l’homme au cours de l’ère du Règne sont les plus élevées dans toute l’œuvre de gestion. L’œuvre de Dieu est entrée dans un nouveau territoire, et donc les visions que l’homme doit connaître sont devenues les plus élevées de toutes les visions, et la pratique de l’homme qui en résulte est également supérieure à celle de toute ère précédente, car la pratique de l’homme évolue parallèlement aux visions et la perfection des visions marque aussi la perfection des exigences faites à l’homme. Dès que toute la gestion de Dieu s’arrête, la pratique de l’homme également cesse, et sans l’œuvre de Dieu, l’homme n’aura pas d’autres choix que de continuer à garder la doctrine des temps passés, sinon il n’aura tout simplement nulle part où aller. Sans nouvelles visions, il n’y aura pas une nouvelle pratique pour l’homme ; sans visions complètes, il n’y aura pas de pratique parfaite pour l’homme ; sans visions plus élevées, il n’y aura pas de pratique plus élevée pour l’homme. La pratique de l’homme change avec les pas de Dieu et, de même, la connaissance et l’expérience de l’homme changent également avec l’œuvre de Dieu. Peu importe tout ce dont l’homme est capable, il est quand même inséparable de Dieu, et si Dieu s’arrêtait d’œuvrer pour un seul instant, l’homme mourrait immédiatement à cause de Sa colère. L’homme ne peut se targuer de rien, car peu importe la hauteur de sa connaissance aujourd’hui, peu importe la profondeur de ses expériences, il est inséparable de l’œuvre de Dieu, car la pratique de l’homme et ce qu’il devrait chercher dans sa croyance en Dieu sont inséparables des visions. Dans tous les cas de l’œuvre de Dieu, il y a des visions que l’homme doit connaître et, suivant ces visions, des exigences appropriées sont posées à l’homme. Sans ces visions comme fondement, l’homme serait tout simplement incapable de pratique et ne pourrait pas non plus suivre Dieu sans hésitation. Si l’homme ne connaît pas Dieu ni ne comprend la volonté de Dieu, alors l’homme fait tout en vain et Dieu ne peut pas l’approuver. Peu importe la richesse des talents de l’homme, il reste inséparable de l’œuvre de Dieu et de la direction de Dieu. Peu importe la qualité des actions de l’homme ou le nombre d’actions que l’homme accomplit, elles ne peuvent pas remplacer l’œuvre de Dieu. Et donc, en aucun cas la pratique de l’homme n’est-elle séparable des visions. Ceux qui n’acceptent pas les nouvelles visions n’ont aucune nouvelle pratique. Leur pratique n’a aucun rapport avec la vérité parce qu’ils se conforment à la doctrine et en reste à la loi morte ; ils n’ont aucune nouvelle vision, et en conséquence, ils ne mettent rien en pratique de l’ère nouvelle. Ils ont perdu les visions, et ce faisant, ils ont aussi perdu l’œuvre du Saint-Esprit et ils ont perdu la vérité. Ceux qui n’ont pas la vérité sont la descendance de l’absurdité, ils sont l’incarnation de Satan. Peu importe le genre de gens, ils ne peuvent pas être dépourvus des visions de l’œuvre de Dieu et ne peuvent pas être privés de la présence du Saint-Esprit ; dès qu’ils perdent les visions, ils descendent aussitôt dans l’Hadès et vivent dans les ténèbres. Les gens sans visions sont ceux qui suivent Dieu bêtement, ceux qui sont dépourvus de l’œuvre du Saint-Esprit, et ils vivent en enfer. De telles personnes ne cherchent pas la vérité, mais à la place affichent le nom de Dieu comme une enseigne. Ceux qui ne connaissent pas l’œuvre du Saint-Esprit, qui ne connaissent pas Dieu incarné, qui ne connaissent pas les trois étapes de l’œuvre dans toute la gestion de Dieu, ne connaissent pas les visions, et donc n’ont pas la vérité. Et ceux qui n’ont pas la vérité ne sont-ils pas tous des méchants ? Ceux qui sont prêts à mettre la vérité en pratique, qui sont prêts à chercher la connaissance de Dieu et qui coopèrent véritablement avec Dieu sont les gens pour qui les visions servent de fondement. Ils sont approuvés par Dieu parce qu’ils coopèrent avec Dieu, et c’est cette coopération que l’homme devrait mettre en pratique.

Extrait de « L’œuvre de Dieu et la pratique de l’homme », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 154)

Dans les visions, il y a plusieurs voies de pratique. Dans les visions, il y a aussi les exigences pratiques faites à l’homme, ainsi que l’œuvre de Dieu que l’homme doit connaître. Dans le passé, pendant les réunions spéciales ou les grandes réunions tenues dans divers endroits, un seul aspect de la voie de la pratique était mentionné. Cette pratique devait être mise en place au cours de l’ère de la Grâce, et elle avait peu de rapport avec la connaissance de Dieu, car la vision de l’ère de la Grâce était seulement la vision de la crucifixion de Jésus, et il n’y avait pas de plus grandes visions. L’homme ne devait connaître que l’œuvre de Sa rédemption de l’humanité par la crucifixion, et ainsi pendant l’ère de la Grâce, aucune autre vision n’était accessible à la connaissance de l’homme. De cette façon, l’homme n’avait qu’une faible connaissance de Dieu, et en dehors de la connaissance de l’amour et de la compassion de Jésus, l’homme n’avait que de petites choses simples et pitoyables à mettre en pratique, des choses sans comparaison avec aujourd’hui. Dans le passé, peu importe la forme de son assemblée, l’homme était incapable de parler d’une connaissance pratique de l’œuvre de Dieu, encore moins pouvait-il dire clairement quelle voie de pratique était la plus appropriée pour que l’homme y entre. L’homme a simplement ajouté quelques simples détails à un fond de tolérance et de patience ; il n’y avait tout simplement pas de changement dans l’essence de sa pratique, car Dieu n’avait rien apporté de nouveau à Son œuvre dans la même ère, et les seules exigences qu’Il avait envers l’homme étaient la tolérance et la patience, et qu’il porte la croix. En dehors de ces pratiques, il n’y avait pas de visions plus élevées que la crucifixion de Jésus. Dans le passé, aucune mention d’autres visions n’était faite parce que Dieu n’avait pas fait beaucoup de travail, et parce qu’Il n’avait que des exigences limitées envers l’homme. De cette façon, peu importe ce que l’homme faisait, il était incapable d’enfreindre ces limites, des limites constituées par des choses simples et superficielles qu’il devait mettre en pratique. Aujourd’hui, Je parle d’autres visions, car davantage de travail a été fait aujourd’hui, un travail grandement supérieur à l’ère de la Loi et l’ère de la Grâce. Les exigences envers l’homme sont aussi beaucoup plus élevées que dans les ères passées. Si l’homme est incapable de connaître ce travail à fond, alors il n’a pas une grande importance ; on peut dire que l’homme aurait de la difficulté à bien connaître ce travail s’il n’y consacrait pas l’effort de toute une vie. Dans l’œuvre de la conquête, ne parler que de la voie de la pratique rendrait la conquête de l’homme impossible. Ne parler que des visions, sans aucune exigence pour l’homme, rendrait aussi la conquête de l’homme impossible. Si on ne parlait que de la voie de la pratique, alors il serait impossible de frapper le talon d’Achille de l’homme, ou de dissiper les notions de l’homme, et donc il serait aussi impossible de conquérir complètement l’homme. Les visions sont le principal instrument de la conquête de l’homme, pour autant, s’il n’y avait pas la voie de la pratique en dehors des visions, l’homme n’aurait pas une voie à suivre, encore moins pourrait-il entrer. Tel a été le principe de l’œuvre de Dieu du début à la fin : dans les visions, il y a ce qui peut être mis en pratique, et il y a aussi des visions qui s’ajoutent à la pratique. Le degré des changements dans la vie de l’homme et dans son tempérament est égal au degré des changements dans les visions. Si l’homme ne comptait que sur ses propres efforts, il lui serait impossible d’atteindre tout degré de changement. Les visions parlent de l’œuvre de Dieu Lui-même et de la gestion de Dieu. La pratique se réfère à la voie de la pratique de l’homme et à la manière de vivre de l’homme ; dans toute la gestion de Dieu, la relation entre les visions et la pratique est la relation entre Dieu et l’homme. Si les visions étaient enlevées, ou si on en parlait sans inclure la pratique, ou s’il n’y avait que les visions, et la pratique de l’homme était éradiquée, alors ces choses ne pourraient pas être considérées comme la gestion de Dieu, encore moins pourrait-on dire que l’œuvre de Dieu est faite pour le bien de l’humanité ; de cette manière, non seulement le devoir de l’homme serait supprimé, mais ce serait un déni de la finalité de l’œuvre de Dieu. Si, du début à la fin, l’homme était simplement tenu de pratiquer, sans la participation de l’œuvre de Dieu, et en outre, si l’homme n’avait pas à connaître l’œuvre de Dieu, encore moins cette œuvre pourrait-elle être appelée la gestion de Dieu. Si l’homme ne connaissait pas Dieu, et ignorait la volonté de Dieu, et aveuglément réalisait sa pratique d’une manière vague et abstraite, alors il ne deviendrait jamais une créature pleinement qualifiée. Et donc, ces deux choses sont indispensables. S’il n’y avait que l’œuvre de Dieu, c’est-à-dire, s’il n’y avait que les visions et que la coopération ou la pratique de l’homme étaient absentes, alors ces choses ne pourraient pas être appelées la gestion de Dieu. S’il n’y avait que la pratique et l’entrée de l’homme, alors, si élevée que soit la voie empruntée par l’homme, ce serait aussi inacceptable. L’entrée de l’homme doit progressivement changer en accord avec l’œuvre et les visions ; elle ne peut pas changer sur un coup de tête. Les principes de la pratique de l’homme ne sont pas libres et sans contraintes, mais sont insérés entre certaines limites. Ces principes changent en accord avec les visions de l’œuvre. Par conséquent, la gestion de Dieu se résume finalement à l’œuvre de Dieu et à la pratique de l’homme.

Extrait de « L’œuvre de Dieu et la pratique de l’homme », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 155)

Le travail de gestion n’a commencé qu’à cause de l’humanité, ce qui signifie qu’il n’a vu le jour qu’à cause de l’existence de l’humanité. Il n’y avait pas de gestion avant l’humanité, ou au début, quand les cieux, la terre et toutes choses ont été créés. Si, dans l’ensemble de l’œuvre de Dieu, il n’y avait pas une pratique qui soit bénéfique à l’homme, c’est-à-dire, si Dieu n’avait pas d’exigences appropriées envers l’humanité corrompue (si, dans l’œuvre accomplie par Dieu, il n’y avait pas une voie appropriée que l’homme puisse mettre en pratique), alors ce travail ne pourrait pas être appelé la gestion de Dieu. Si l’ensemble de l’œuvre de Dieu impliquait seulement d’indiquer à l’humanité corrompue comment mener sa pratique, et Dieu ne réalisait pas Sa propre entreprise, et ne démontrait pas le moindrement Son omnipotence ou Sa sagesse, alors peu importe la hauteur des exigences de Dieu envers l’homme, peu importe la longueur du temps passé par Dieu parmi les hommes, l’homme ne saurait rien du tempérament de Dieu ; si tel était le cas, alors un travail de ce genre serait encore moins digne d’être appelé la gestion de Dieu. Autrement dit, l’œuvre de gestion de Dieu, c’est le travail accompli par Dieu et aussi tout le travail effectué sous la direction de Dieu par ceux que Dieu S’est acquis. Ce travail peut se résumer comme la gestion. En d’autres termes, l’œuvre de Dieu parmi les hommes, ainsi que la coopération de tous ceux qui Le suivent, tout cela, compris comme un tout, est appelé la gestion. Ici, l’œuvre de Dieu est appelée visions et la coopération de l’homme est appelée la pratique. Plus l’œuvre de Dieu est élevée (c’est-à-dire, plus les visions sont élevées), plus le tempérament de Dieu est clair pour l’homme ; et plus elle est en désaccord avec les notions de l’homme, plus la pratique et la coopération de l’homme sont élevées. Plus les exigences envers l’homme sont élevées, plus l’œuvre de Dieu est en désaccord avec les notions de l’homme, et en conséquence, les épreuves de l’homme sont plus lourdes et les normes qu’il doit respecter deviennent également plus élevées. À l’issue de cette œuvre, toutes les visions auront été achevées, et ce que l’homme doit mettre en pratique aura atteint le summum de la perfection. Ce sera également le moment où chacun sera classé selon l’espèce, car ce que l’homme doit connaître aura été montré à l’homme. Donc, quand les visions auront atteint leur apogée, l’œuvre également approchera de sa fin, et la pratique de l’homme aura aussi atteint son zénith. La pratique de l’homme est basée sur l’œuvre de Dieu, et la gestion de Dieu ne s’exprime pleinement que grâce à la pratique et à la coopération de l’homme. L’homme est le joyau de l’œuvre de Dieu, l’objet de l’œuvre de toute la gestion de Dieu et aussi le produit de la gestion entière de Dieu. Si Dieu travaillait seul, sans la coopération de l’homme, alors rien ne pourrait servir de cristallisation de toute Son œuvre, et ainsi la gestion de Dieu n’aurait pas la moindre signification. En dehors de l’œuvre de Dieu, il faut que Dieu choisisse des objets adaptés pour exprimer Son œuvre et prouver Son omnipotence et Sa sagesse, pour qu’il Lui soit possible d’atteindre le but de Sa gestion et le but d’utiliser toute cette œuvre afin de vaincre Satan complètement. Et donc, l’homme est un élément indispensable de l’œuvre de gestion de Dieu, et l’homme est le seul qui peut faire en sorte que la gestion de Dieu porte des fruits et atteigne son but ultime ; en dehors de l’homme, aucune autre forme de vie ne peut assumer un tel rôle. Si l’homme doit devenir la vraie cristallisation de l’œuvre de gestion de Dieu, la désobéissance de l’humanité corrompue doit être entièrement éliminée. Cela exige que l’homme reçoive une pratique appropriée à différents moments et que Dieu réalise le travail correspondant parmi les hommes. C’est seulement de cette manière que sera acquis un groupe de gens qui est la cristallisation de l’œuvre de gestion de Dieu. L’œuvre de Dieu parmi les hommes ne peut pas rendre témoignage à Dieu Lui-même simplement par l’œuvre de Dieu seul ; pour être atteint, ce témoignage requiert aussi des êtres humains vivants qui sont appropriés à Son œuvre. Dieu travaillera d’abord en ces gens qui ensuite exprimeront Son œuvre et ainsi Son témoignage sera rendu parmi les créatures et, de ce fait, Dieu aura atteint le but de Son œuvre. Dieu ne travaille pas seul pour vaincre Satan, car Il ne peut pas directement Se rendre témoignage à Lui-même parmi toutes les créatures. S’Il agissait ainsi, il serait impossible de convaincre l’homme absolument ; donc Dieu doit travailler en l’homme afin de le conquérir, et alors seulement pourra-t-Il obtenir un témoignage parmi toutes les créatures. Si Dieu seul devait travailler, sans la coopération de l’homme, ou s’il n’était pas requis que l’homme coopère, alors l’homme ne pourrait jamais connaître le tempérament de Dieu et serait pour toujours ignorant de la volonté de Dieu ; alors l’œuvre de Dieu ne pourrait pas être appelée l’œuvre de gestion de Dieu. Si seul l’homme lui-même luttait, cherchait et travaillait dur, sans comprendre l’œuvre de Dieu, alors l’homme ferait des canulars. Sans l’œuvre du Saint-Esprit, ce que l’homme fait vient de Satan ; il est rebelle et malfaiteur ; Satan est exposé dans tout ce qui est fait par l’humanité corrompue, et rien n’est compatible avec Dieu, et tout ce que l’homme fait est la manifestation de Satan. Rien de tout ce qui a été mentionné n’exclut les visions et la pratique. L’homme fonde sa pratique sur les visions et découvre le chemin de l’obéissance afin qu’il puisse mettre de côté ses notions et obtenir ces choses qu’il n’a pas possédées dans le passé. Dieu exige que l’homme coopère avec Lui, que l’homme se soumette complètement à Ses exigences, et l’homme demande de voir l’œuvre accomplie par Dieu Lui-même, de faire l’expérience de la toute-puissance de Dieu et de connaître le tempérament de Dieu. Cela, en résumé, est la gestion de Dieu. L’union de Dieu avec l’homme est la gestion, la plus grande gestion.

Extrait de « L’œuvre de Dieu et la pratique de l’homme », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 156)

Ce qui implique des visions fait principalement référence à l’œuvre de Dieu Lui-même, et ce qui implique la pratique devrait être fait par l’homme et n’a aucun rapport avec Dieu. L’œuvre de Dieu est complétée par Dieu Lui-même et la pratique de l’homme est réalisée par l’homme lui-même. Ce qui devrait être fait par Dieu Lui-même n’a pas besoin d’être fait par l’homme et ce qui devrait être pratiqué par l’homme est sans rapport avec Dieu. L’œuvre de Dieu est Son propre ministère et n’a aucun rapport avec l’homme. Cette œuvre n’a pas besoin d’être faite par l’homme et, en outre, l’homme serait incapable d’accomplir l’œuvre qui doit être faite par Dieu. La pratique requise de l’homme doit être accomplie par l’homme, que ce soit le sacrifice de sa vie ou qu’il se rende à Satan afin de porter témoignage, ce doit être accompli par l’homme. Dieu Lui-même achève toute l’œuvre qu’Il doit faire, et ce que l’homme doit faire est montré à l’homme, et le reste du travail relève de l’homme. Dieu ne fait pas de travail supplémentaire. Il ne fait que l’œuvre qui est au sein de Son ministère et montre seulement la voie à l’homme. Il ouvre seulement la voie, Il ne trace pas la voie ; tous doivent comprendre cela. Mettre la vérité en pratique signifie mettre les paroles de Dieu en pratique, et tout cela est le devoir de l’homme, devrait être fait par l’homme, et n’a rien à voir du tout avec Dieu. Si l’homme exige que Dieu souffre aussi des tourments et l’épurement par la vérité de la même manière que l’homme, alors l’homme est désobéissant. L’œuvre de Dieu consiste à accomplir Son ministère et le devoir de l’homme est d’obéir à toute la direction de Dieu, sans aucune résistance. Il incombe à l’homme d’accomplir ce qu’il doit atteindre, quelle que soit la manière d’œuvrer ou de vivre de Dieu. Seul Dieu Lui-même peut exiger de l’homme, c’est-à-dire que seul Dieu Lui-même est apte à poser des exigences à l’homme. L’homme ne devrait pas avoir de choix, ne devrait que se soumettre entièrement et pratiquer ; tel est le sens que l’homme devrait avoir. Une fois que l’œuvre qui devrait être faite par Dieu Lui-même est achevée, l’homme est tenu d’en faire l’expérience, étape par étape. Si, à la fin, lorsque la totalité de la gestion de Dieu aura été achevée, l’homme n’a toujours pas fait ce qui est requis par Dieu, l’homme devrait être puni. Si l’homme n’accomplit pas les exigences de Dieu, cela est dû à la désobéissance de l’homme ; cela ne signifie pas que Dieu n’a pas été assez rigoureux dans Son œuvre. Tous ceux qui ne peuvent pas mettre les paroles de Dieu en pratique, ceux qui ne peuvent pas satisfaire aux exigences de Dieu, et ceux qui ne peuvent pas assurer leur loyauté et accomplir leur devoir, tous ces gens seront punis. Aujourd’hui, vous n’avez pas à répondre à des exigences supplémentaires, mais vous devez accomplir le devoir de l’homme et ce qui devrait être fait par tous les gens. Si vous êtes incapables de faire même votre devoir, ou de le faire bien, alors ne vous attirez-vous pas des problèmes ? Ne courtisez-vous pas la mort ? Comment pourriez-vous encore espérer un avenir et une expectative ? L’œuvre de Dieu est faite dans l’intérêt de l’humanité et la coopération de l’homme est donnée dans l’intérêt de la gestion de Dieu. Après que Dieu a fait tout ce qu’Il est censé faire, l’homme est tenu d’être sans failles dans sa pratique et de coopérer avec Dieu. Dans l’œuvre de Dieu, l’homme ne devrait épargner aucun effort, devrait offrir sa loyauté, et ne devrait pas se livrer à de nombreuses notions ou s’asseoir passivement et attendre la mort. Dieu peut Se sacrifier pour l’homme, alors pourquoi l’homme ne peut-il pas offrir sa loyauté à Dieu ? Dieu Se donne de cœur et d’esprit à l’homme, alors pourquoi l’homme ne peut-il pas coopérer un peu ? Dieu œuvre pour l’humanité, alors pourquoi l’homme ne peut-il pas effectuer une partie de son devoir pour le bien de la gestion de Dieu ? L’œuvre de Dieu a progressé jusqu’à aujourd’hui, et encore vous voyez, mais n’agissez pas, vous entendez, mais ne bougez pas. De telles gens ne sont-ils pas l’objet de la perdition ? Dieu S’est déjà donné complètement à l’homme, alors pourquoi, aujourd’hui, l’homme est-il incapable d’accomplir sincèrement son devoir ? Pour Dieu, Son œuvre est Sa priorité et l’œuvre de Sa gestion est de la plus haute importance. Pour l’homme, la priorité est de mettre les paroles de Dieu en pratique et de satisfaire aux exigences de Dieu. Vous devriez tous comprendre cela. Les paroles prononcées pour vous ont atteint le cœur même de votre essence, et l’œuvre de Dieu est entrée dans un nouveau territoire. Beaucoup de gens ne comprennent toujours pas la vérité ou la fausseté de cette voie ; ils sont toujours en attente et ne font pas leur devoir. Au lieu de cela, ils examinent chaque parole et chaque action de Dieu, ils se concentrent sur ce qu’Il mange et porte, et leurs notions deviennent de plus en plus négatives. Ces gens ne font-ils pas de bruit pour rien ? Comment ces gens pourraient-ils être ceux qui cherchent Dieu ? Et comment pourraient-ils être ceux qui ont l’intention de se soumettre à Dieu ? Ils ne se préoccupent pas de leur loyauté et de leur devoir, mais se concentrent sur les allées et venues de Dieu. Ils sont un scandale ! Si l’homme a compris tout ce qu’il est censé comprendre, et a mis en pratique tout ce qu’il est censé mettre en pratique, alors Dieu accordera sûrement Ses bénédictions à l’homme, car ce qu’Il exige de l’homme est le devoir de l’homme et ce qui devrait être fait par l’homme. Si l’homme est incapable de comprendre ce qu’il est censé comprendre et est incapable de mettre en pratique ce qu’il devrait mettre en pratique, alors l’homme sera puni. Ceux qui ne coopèrent pas avec Dieu sont hostiles à Dieu, ceux qui n’acceptent pas la nouvelle œuvre Lui sont opposés, même si ces gens ne font rien qui s’y oppose clairement. Tous ceux qui ne mettent pas la vérité en pratique comme Dieu l’exige sont les gens qui s’opposent délibérément aux paroles de Dieu et n’obéissent pas à Ses paroles, même si ces gens dévouent une attention particulière à l’œuvre du Saint-Esprit. Les gens qui n’obéissent pas aux paroles de Dieu et ne se soumettent pas à Dieu sont rebelles et en opposition à Dieu. Les gens qui n’accomplissent pas leur devoir sont ceux qui ne coopèrent pas avec Dieu et les gens qui ne coopèrent pas avec Dieu sont ceux qui n’acceptent pas l’œuvre du Saint-Esprit.

Extrait de « L’œuvre de Dieu et la pratique de l’homme », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 157)

Lorsque l’œuvre de Dieu atteint un certain point et que Sa gestion atteint un certain point, ceux qui sont selon Son cœur sont tous capables de satisfaire à Ses exigences. Les exigences que Dieu présente à l’homme sont fondées sur Ses propres normes et sur ce que l’homme peut réaliser. Tout en parlant de Sa gestion, Il montre le chemin à l’homme et procure à l’homme une voie de survie. La gestion de Dieu et la pratique de l’homme appartiennent toutes les deux à la même étape de l’œuvre et sont réalisées simultanément. Parler de la gestion de Dieu se rapporte aux changements dans le tempérament de l’homme, et parler de ce qui devrait être fait par l’homme et des changements dans le tempérament de l’homme se rapporte à l’œuvre de Dieu ; jamais ces deux aspects ne peuvent être séparés. La pratique de l’homme est en train de changer, étape par étape. C’est parce que les exigences de Dieu envers l’homme sont également en train de changer et parce que l’œuvre de Dieu est toujours en train de changer et de progresser. Si la pratique de l’homme reste prise au piège de la doctrine, cela prouve qu’il est privé de l’œuvre et de la direction de Dieu ; si la pratique de l’homme ne change jamais ou ne progresse pas, cela prouve que la pratique de l’homme est faite selon la volonté de l’homme, et ne constitue pas la pratique de la vérité ; si l’homme n’a pas de chemin sur lequel marcher, alors il est déjà tombé entre les mains de Satan et est contrôlé par Satan, ce qui signifie qu’il est contrôlé par de mauvais esprits. Si la pratique de l’homme ne progresse pas, alors l’œuvre de Dieu ne se développera pas, et s’il n’y a pas de changement dans l’œuvre de Dieu, alors l’entrée de l’homme s’arrêtera ; c’est inévitable. Tout au long de l’œuvre de Dieu, si l’homme se conformait toujours à la loi de l’Éternel, alors l’œuvre de Dieu ne pourrait pas progresser, encore moins serait-il possible d’amener l’ère entière à sa fin. Si l’homme restait toujours attaché à la croix et exerçait la patience et l’humilité, alors il serait impossible à l’œuvre de Dieu de continuer à progresser. Six mille ans de gestion ne peuvent simplement pas être achevés parmi des gens qui ne respectent que la loi, ou ne s’en tiennent qu’à la croix et à la pratique de la patience et de l’humilité. Au lieu de cela, toute l’œuvre de gestion de Dieu est conclue parmi ceux des derniers jours qui connaissent Dieu, qui ont été arrachés des griffes de Satan et qui se sont complètement dégagés eux-mêmes de l’influence de Satan. Telle est la direction inévitable de l’œuvre de Dieu. Pourquoi dit-on que la pratique des gens dans les Églises religieuses est dépassée ? C’est parce que ce qu’ils mettent en pratique est divorcé de l’œuvre d’aujourd’hui. À l’ère de la Grâce, ce qu’ils ont mis en pratique était juste, mais alors que l’ère est passée et que l’œuvre de Dieu a changé, leur pratique est progressivement devenue obsolète. Elle a été surpassée par la nouvelle œuvre et la nouvelle lumière. Sur la base de sa fondation d’origine, l’œuvre du Saint-Esprit s’est beaucoup approfondie. Pourtant, ces gens restent bloqués au stade initial de l’œuvre de Dieu et s’accrochent encore aux anciennes pratiques et à la vieille lumière. L’œuvre de Dieu peut changer considérablement en trois ou cinq ans, donc ne se produirait-il pas encore plus de transformations au cours de 2 000 ans ? Si l’homme n’a pas une nouvelle lumière ou une nouvelle pratique, cela signifie qu’il n’a pas suivi l’œuvre du Saint-Esprit. C’est la faute de l’homme. L’existence de la nouvelle œuvre de Dieu ne peut pas être niée, car aujourd’hui, ceux qui avaient auparavant l’œuvre du Saint-Esprit observent toujours des pratiques dépassées. L’œuvre du Saint-Esprit progresse toujours, et tous ceux qui sont dans le courant du Saint-Esprit devraient également progresser davantage et changer, étape par étape. Ils ne devraient pas s’arrêter à une seule étape. Seuls ceux qui ne connaissent pas l’œuvre du Saint-Esprit s’en tiendraient à Son œuvre originelle et n’accepteraient pas la nouvelle œuvre du Saint-Esprit. Seuls ceux qui sont désobéissants seraient incapables de bénéficier de l’œuvre du Saint-Esprit. Si la pratique de l’homme n’adopte pas le rythme de la nouvelle œuvre du Saint-Esprit, la pratique de l’homme est sûrement coupée de l’œuvre d’aujourd’hui et est sûrement incompatible avec l’œuvre d’aujourd’hui. De telles gens tellement dépassés sont tout simplement incapables d’accomplir la volonté de Dieu, encore moins pourraient-ils devenir des gens qui rendront finalement témoignage à Dieu. Toute l’œuvre de gestion, en outre, ne pourrait pas être achevée parmi un tel groupe de gens. Au sujet de ceux qui jadis ont suivi la loi de l’Éternel et qui ont souffert jadis pour la croix, si ces gens ne peuvent pas accepter l’étape de l’œuvre des derniers jours, alors tout ce qu’ils ont fait aura été vain et inutile. L’expression la plus claire de l’œuvre du Saint-Esprit est d’embrasser l’ici et le maintenant, non pas de s’accrocher au passé. Ceux qui n’ont pas suivi l’œuvre d’aujourd’hui et qui ont été séparés de la pratique d’aujourd’hui sont ceux qui s’opposent à l’œuvre du Saint-Esprit et ne l’acceptent pas. Ces gens défient l’œuvre actuelle de Dieu. Bien qu’ils s’accrochent à la lumière du passé, on ne peut nier qu’ils ne connaissent pas l’œuvre du Saint-Esprit. Pourquoi tout ce discours sur les changements dans la pratique de l’homme, sur les différences entre la pratique dans le passé et aujourd’hui, sur la façon dont la pratique était menée au cours de l’ère précédente et de la façon dont elle est menée aujourd’hui ? De telles divisions dans la pratique de l’homme sont toujours mentionnées parce que l’œuvre du Saint-Esprit est constamment en mouvement vers l’avant, et donc la pratique de l’homme doit changer constamment. Si l’homme reste bloqué à une étape, cela prouve qu’il est incapable de suivre la nouvelle œuvre et la nouvelle lumière de Dieu ; cela ne prouve pas que le plan de gestion de Dieu n’a pas changé. Ceux qui sont en dehors du courant du Saint-Esprit pensent toujours qu’ils ont raison, mais en fait, l’œuvre de Dieu en eux a cessé depuis longtemps et l’œuvre du Saint-Esprit est absente en eux. L’œuvre de Dieu a été transférée à un autre groupe de gens il y a longtemps, des gens avec lesquels Il a l’intention de terminer Sa nouvelle œuvre. Parce que ceux qui sont dans la religion sont incapables d’accepter la nouvelle œuvre de Dieu et ne tiennent qu’à l’ancienne œuvre du passé, Dieu a abandonné ces gens et fait Sa nouvelle œuvre dans les gens qui acceptent cette nouvelle œuvre. Ce sont des gens qui coopèrent à Sa nouvelle œuvre et seulement de cette manière Sa gestion peut-elle être accomplie. La gestion de Dieu est toujours en mouvement vers l’avant et la pratique de l’homme grandit toujours. Dieu travaille toujours et l’homme est toujours dans le besoin, de telle sorte que les deux atteignent leur zénith et que Dieu et l’homme réalisent une union parfaite. C’est l’expression de l’accomplissement de l’œuvre de Dieu et le résultat final de l’ensemble de la gestion de Dieu.

Extrait de « L’œuvre de Dieu et la pratique de l’homme », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 158)

À chaque étape de l’œuvre de Dieu, il y a aussi des exigences correspondantes envers l’homme. Tous ceux qui sont dans le courant du Saint-Esprit bénéficient de la présence et de la discipline du Saint-Esprit, et ceux qui ne sont pas dans le courant du Saint-Esprit sont sous le commandement de Satan, et sans l’œuvre du Saint-Esprit. Les gens qui sont dans le courant du Saint-Esprit sont ceux qui acceptent la nouvelle œuvre de Dieu et qui coopèrent à la nouvelle œuvre de Dieu. Si ceux qui sont dans ce courant sont incapables de coopérer et incapables de mettre en pratique la vérité requise par Dieu pendant ce temps, alors ils seront disciplinés, et au pire seront abandonnés par le Saint-Esprit. Ceux qui acceptent la nouvelle œuvre du Saint-Esprit vivront dans le courant du Saint-Esprit et ils recevront les soins et la protection du Saint-Esprit. Ceux qui sont prêts à mettre la vérité en pratique sont illuminés par le Saint-Esprit et ceux qui ne sont pas prêts à mettre la vérité en pratique sont disciplinés par le Saint-Esprit, et seront peut-être même punis. Peu importe le genre de gens qu’ils sont, s’ils sont dans le courant du Saint-Esprit, Dieu se rendra responsable de tous ceux qui acceptent Sa nouvelle œuvre par égard pour Son nom. Ceux qui glorifient Son nom et sont prêts à mettre Ses paroles en pratique recevront Ses bénédictions ; ceux qui Lui désobéissent et ne mettent pas Ses paroles en pratique recevront Sa punition. Les gens qui sont dans le courant du Saint-Esprit sont ceux qui acceptent la nouvelle œuvre, et puisqu’ils ont accepté la nouvelle œuvre, ils devraient coopérer avec Dieu de manière appropriée et ne devraient pas agir comme des rebelles qui n’accomplissent pas leur devoir. C’est la seule exigence de Dieu pour l’homme. Ce n’est pas le cas pour les gens qui n’acceptent pas la nouvelle œuvre : ils sont en dehors du courant du Saint-Esprit, et la discipline et les reproches du Saint-Esprit ne leur sont pas applicables. Toute la journée, ces gens vivent dans la chair, ils vivent dans leurs pensées, et ils font tout selon la doctrine élaborée par l’analyse et la recherche de leur propre cerveau. Cela n’est pas requis par la nouvelle œuvre du Saint-Esprit, encore moins une coopération avec Dieu. Ceux qui n’acceptent pas la nouvelle œuvre de Dieu sont privés de la présence de Dieu, et en outre, dépourvus de la bénédiction et de la protection de Dieu. La plupart de leurs paroles et de leurs actions s’en tiennent aux exigences passées de l’œuvre du Saint-Esprit, c’est-à-dire la doctrine, non la vérité. Une telle doctrine et une telle réglementation suffisent pour prouver que le rassemblement de ces gens n’est que la religion : ils ne sont pas les élus ou l’objet de l’œuvre de Dieu. Leur réunion ne peut qu’être appelée un grand congrès de la religion, ne peut pas être appelée une Église. C’est un fait immuable. Ils ne connaissent pas la nouvelle œuvre du Saint-Esprit. Ce qu’ils font semble évoquer la religion, ce qu’ils vivent semble repu de religion ; ils ne connaissent pas la présence et l’œuvre du Saint-Esprit, encore moins sont-ils admissibles à recevoir la discipline ou l’éclairage du Saint-Esprit. Ces gens sont tous des corps sans vie, des minables dépourvus de spiritualité. Ils n’ont aucune connaissance de la rébellion et de l’opposition de l’homme ni de l’ensemble de la malfaisance de l’homme, encore moins connaissent-ils toute l’œuvre de Dieu et la volonté actuelle de Dieu. Ils sont tous des gens ignorants et vils, une racaille inapte à être appelée des croyants ! Ils ne peuvent rien faire pour influencer la gestion de Dieu, encore moins pour nuire aux plans de Dieu. Leurs paroles et leurs actions sont trop dégoûtantes, trop pathétiques et tout simplement indignes d’être mentionnées. Tout ce que font ceux qui ne sont pas dans le courant du Saint-Esprit n’a rien à voir avec la nouvelle œuvre du Saint-Esprit. Pour cette raison, peu importe ce qu’ils font, ils ne reçoivent pas la discipline du Saint-Esprit ni l’éclairage du Saint-Esprit non plus. Car ils sont tous des gens qui n’ont pas d’amour pour la vérité et le Saint-Esprit les déteste et les rejette. Ils sont appelés méchants parce qu’ils marchent dans la chair et font ce qui leur plaît sous l’enseigne de Dieu. Alors que Dieu travaille, ils Lui sont délibérément hostiles et fuient dans la direction opposée. L’échec de l’homme à coopérer avec Dieu est en soi une rébellion suprême, alors ces gens qui vont délibérément à l’encontre de Dieu, ne recevront-ils pas particulièrement leur juste rétribution ?

Extrait de « L’œuvre de Dieu et la pratique de l’homme », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 159)

Vous devez arriver à connaître les visions de l’œuvre de Dieu et saisir l’orientation générale de Son œuvre. C’est une entrée positive. Une fois que tu auras exactement maîtrisé la vérité des visions, ton entrée sera sécurisée ; peu importe la façon dont l’œuvre de Dieu évolue, tu resteras ferme dans ton cœur, tu seras fixé au sujet des visions et tu auras un objectif pour ton entrée et ta quête. De cette manière, toute l’expérience et toutes les connaissances que tu as acquises seront plus profondes et deviendront plus détaillées. Une fois que tu auras maîtrisé le contexte général dans sa globalité, tu ne subiras aucune perte dans la vie ni ne t’égareras. Si tu ne parviens pas à connaître ces étapes de l’œuvre, tu subiras des pertes à chaque étape, et il te faudra plus que quelques jours pour changer les choses et tu ne seras pas capable non plus de choisir le bon chemin même en l’espace de deux ou trois semaines. Cela ne va-t-il pas entraîner du retard ? En ce qui concerne l’entrée positive et la pratique, il y a beaucoup que tu dois maîtriser. Quant aux visions de l’œuvre de Dieu, tu dois comprendre les points suivants : la signification de Son œuvre de conquête, le chemin de l’avenir pour être perfectionné, ce qui doit être atteint à travers l’expérience des épreuves et des tribulations, le sens du jugement et du châtiment, les principes de l’œuvre du Saint-Esprit et les principes de la perfection et de la conquête. Tout cela fait partie de la vérité des visions. Les trois étapes de l’œuvre à l’ère de la Loi, l’ère de la Grâce et l’ère du Règne, ainsi que le témoignage futur, constituent le reste. Elles aussi font partie de la vérité des visions et sont les plus fondamentales et les plus capitales. À l’heure actuelle, il y a tellement de choses dans lesquelles vous devriez entrer et que vous devriez pratiquer, et c’est maintenant plus stratifié et plus détaillé. Si tu n’as aucune connaissance sur ces vérités, cela démontre que tu n’as pas encore atteint l’entrée. La plupart du temps, la connaissance que les gens ont de la vérité est trop superficielle ; ils sont incapables de mettre certaines vérités fondamentales en pratique et ne savent pas comment gérer même les choses triviales. La raison pour laquelle les gens sont incapables de pratiquer la vérité tient à leur tempérament rebelle, et à ce que leur connaissance de l’œuvre d’aujourd’hui est trop superficielle et unilatérale. Ainsi, ce n’est pas une tâche facile que de perfectionner les gens. Tu es beaucoup trop rebelle et tu conserves trop de ton vieil homme ; tu es incapable de te mettre du côté de la vérité et tu es incapable de pratiquer même les vérités les plus évidentes en soi. De telles gens ne peuvent pas être sauvés et n’ont pas été conquis. Si ton entrée n’a ni détail ni objectif, ta croissance ne sera pas rapide. S’il n’y a pas la moindre réalité dans ton entrée, alors ta quête sera vaine. Si tu n’es pas au courant de l’essence de la vérité, tu demeureras inchangé. La croissance dans la vie de l’homme et les changements dans son tempérament sont réalisés en entrant dans la réalité et, plus encore, en entrant dans des expériences détaillées. Si tu connais plusieurs expériences détaillées pendant ton entrée et que tu as plus de connaissances et d’entrée réelles, ton tempérament changera rapidement. Même si à l’heure actuelle, tu n’es pas complètement au clair au sujet de la pratique, tu dois tout au moins être au clair au sujet des visions de l’œuvre de Dieu. Sinon, tu seras incapable d’entrer ; l’entrée n’est possible qu’une fois que tu as la connaissance de la vérité. C’est seulement lorsque le Saint-Esprit t’éclairera dans ton expérience que tu acquerras une meilleure compréhension de la vérité et une entrée plus en profondeur. Vous devez arriver à connaître l’œuvre de Dieu.

Extrait de « La différence entre le ministère de Dieu incarné et le devoir de l’homme », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 160)

Au commencement, après la création de l’humanité, ce sont les Israélites qui ont servi comme base de l’œuvre de Dieu. La base de l’œuvre de l’Éternel sur terre était tout Israël. L’œuvre de l’Éternel consistait à guider, à paître l’homme directement en instaurant les lois afin que l’homme puisse mener une vie normale et adorer l’Éternel d’une manière normale sur terre. Dieu, pendant l’ère de la Loi, ne pouvait être ni vu ni touché par l’homme. Parce qu’Il ne faisait que guider les premiers hommes corrompus par Satan, leur enseignant et les guidant, Ses paroles ne contenaient que des lois, des statuts, des ordonnances et les normes du comportement humain ; elles ne leur procuraient pas les vérités de la vie. Les Israélites, sous Sa direction, n’avaient pas été profondément corrompus par Satan. Son œuvre de loi représentait seulement la première étape de l’œuvre du salut, le tout début de l’œuvre du salut, et n’avait pratiquement rien à voir avec des changements dans le tempérament de la vie de l’homme. Par conséquent, au début de l’œuvre du salut, il ne Lui était pas nécessaire de prendre une chair pour accomplir Son œuvre en Israël. C’est pour cette raison qu’Il a eu recours à un médium, c’est-à-dire à un outil à travers lequel entrer en relation avec l’homme. Par conséquent, se sont levés en Israël, parmi les êtres créés, ceux qui ont parlé et travaillé au nom de l’Éternel, et c’est ainsi que les fils de l’homme et les prophètes ont commencé travailler parmi les hommes. Les fils de l’homme ont travaillé parmi les hommes au nom de l’Éternel. Être appelés « fils de l’homme » par l’Éternel signifie que de tels hommes promulguaient les lois au nom de l’Éternel. Ils étaient aussi des sacrificateurs dans le peuple d’Israël, des sacrificateurs surveillés et protégés par l’Éternel, et l’Esprit de l’Éternel œuvrait en eux ; ils étaient des guides dans le peuple et servaient directement l’Éternel. Les prophètes, d’autre part, se dédiaient à parler aux hommes de tous les pays et de toutes les tribus au nom de l’Éternel. Ils prophétisaient aussi au sujet de l’œuvre de l’Éternel. Que ce soit les fils de l’homme ou les prophètes, tous étaient appelés par l’Esprit de l’Éternel Lui-même et avaient en eux l’œuvre de l’Éternel. Parmi le peuple, ils représentaient directement l’Éternel ; ils travaillaient seulement parce qu’ils avaient été appelés par l’Éternel, et non parce qu’ils étaient la chair dans laquelle le Saint-Esprit Lui-même S’était incarné. Par conséquent, même s’ils étaient comme la chair incarnée de Dieu en parlant et travaillant au nom de Dieu, ces fils de l’homme et ces prophètes à l’ère de la Loi n’étaient pas la chair de Dieu incarné. L’œuvre de Dieu à l’ère de la Grâce et à la dernière étape était précisément le contraire, car les œuvres du salut et du jugement de l’homme ont toutes les deux été réalisées par Dieu incarné Lui-même, et il n’était donc plus nécessaire d’appeler une fois de plus les prophètes et les fils de l’homme pour travailler en Son nom. Aux yeux de l’homme, il n’y a pas une différence substantielle entre l’essence et les moyens de leur travail. Et c’est pour cette raison que les gens confondent constamment l’œuvre de Dieu incarné avec celle des prophètes et des fils de l’homme. L’apparition de Dieu incarné était fondamentalement la même que celle des prophètes et des fils de l’homme. Et Dieu incarné était encore plus normal et plus réel que les prophètes. Ainsi, l’homme est tout à fait incapable de les distinguer. L’homme se concentre uniquement sur les apparences, complètement ignorant de la différence substantielle entre les deux, bien que tous deux soient semblables quant à leur être, leur travail et leur discours. Parce que la capacité de l’homme à faire la différence entre les choses est trop mauvaise, l’homme est incapable de discerner les questions simples, encore moins quelque chose de si complexe. Lorsque les prophètes et ceux qui étaient utilisés par le Saint-Esprit travaillaient, c’était pour accomplir les devoirs de l’homme, pour remplir la fonction d’un être créé, et c’était quelque chose que l’homme devait faire. Cependant, les paroles et l’œuvre de Dieu incarné consistaient à accomplir Son ministère. Bien que Sa forme extérieure soit celle d’un être créé, Son œuvre ne consistait pas à exercer Sa fonction, mais Son ministère. Le terme « devoir » est utilisé en relation avec des êtres créés, alors que le terme « ministère » est utilisé en relation avec la chair de Dieu incarné. Il y a une différence essentielle entre les deux ; ils ne sont pas interchangeables. Le travail de l’homme est seulement de faire son devoir, alors que l’œuvre de Dieu est de gérer et d’accomplir Son ministère. Par conséquent, bien que de nombreux apôtres aient été utilisés par le Saint-Esprit et que de nombreux prophètes aient été remplis de Lui, leur travail et leurs paroles consistaient simplement à faire leur devoir en tant qu’êtres créés. Leurs prophéties dépassaient peut-être le chemin de la vie dont parlait Dieu incarné, et leur humanité transcendait peut-être celle de Dieu incarné, mais quand même, ils faisaient leur devoir et n’accomplissaient pas un ministère. Le devoir de l’homme renvoie à la fonction de l’homme ; c’est accessible à l’homme. Cependant, le ministère accompli par Dieu incarné est lié à Sa gestion, et c’est inaccessible à l’homme. Que Dieu incarné parle, œuvre ou fasse des merveilles, Il fait une grande œuvre dans Sa gestion, et une œuvre pareille ne peut pas être faite par l’homme à Sa place. Le travail de l’homme consiste seulement à faire son devoir en tant qu’être créé à un stade donné de l’œuvre de gestion de Dieu. Sans la gestion de Dieu, c’est-à-dire, si le ministère de Dieu incarné venait à être perdu, le devoir d’un être créé serait perdu. L’œuvre de Dieu dans la conduite de Son ministère consiste à gérer l’homme, tandis que pour l’homme, remplir son devoir, c’est de remplir ses propres obligations afin de répondre aux exigences du Créateur, et ça ne saurait en aucun cas être considéré faire son ministère. Considérant l’essence propre de Dieu, considérant Son Esprit, l’œuvre de Dieu, c’est Sa gestion, mais considérant Dieu incarné qui revêt la forme extérieure d’un être créé, Son œuvre, c’est de faire Son ministère. Quelle que soit l’œuvre qu’Il fasse, elle consiste à faire Son ministère ; l’homme ne peut que faire de son mieux dans le cadre de la gestion de Dieu et sous Sa direction.

Extrait de « La différence entre le ministère de Dieu incarné et le devoir de l’homme », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 161)

À l’ère de la Grâce, Jésus a aussi prononcé beaucoup de paroles et a réalisé une grande œuvre. En quoi était-Il différent d’Ésaïe ? En quoi était-Il différent de Daniel ? Était-ce un prophète ? Pourquoi dit-on qu’Il est Christ ? Quelles différences y a-t-il entre eux ? Ils étaient tous des hommes qui parlaient, et leurs paroles étaient plus ou moins semblables pour l’homme. Ils ont tous parlé et fait du travail. Les prophètes de l’Ancien Testament ont fait des prophéties et, de la même façon, Jésus l’a fait aussi. Pourquoi en est-il ainsi ? La distinction ici repose sur la nature du travail. Afin de discerner cette différence, tu ne dois pas considérer la nature de la chair et tu ne devrais pas considérer non plus la profondeur ou la superficialité de leurs paroles. Tu dois toujours d’abord considérer leur travail et les effets que leur travail produit en l’homme. Les prophéties faites par les prophètes à l’époque n’ont pas soutenu la vie de l’homme, et les inspirations reçues par des messagers comme Ésaïe et Daniel n’étaient que des prophéties et non le chemin de la vie. Sans la révélation directe de l’Éternel, personne n’aurait pu accomplir ce travail impossible pour les mortels. Jésus aussi a prononcé beaucoup de paroles, mais de telles paroles étaient le chemin de la vie à partir duquel l’homme pouvait trouver un sentier à pratiquer. Autrement dit, premièrement, Il pouvait soutenir la vie de l’homme, car Jésus est la vie ; deuxièmement, Il pouvait inverser les écarts de l’homme ; troisièmement, Son œuvre pouvait succéder à celle de l’Éternel, afin de poursuivre l’ère ; quatrièmement, Il pouvait comprendre les besoins de l’homme et se rendre compte de ce qui manque à l’homme ; cinquièmement, Il pouvait inaugurer une nouvelle ère et mettre un terme à l’ancienne. C’est la raison pour laquelle Il est appelé Dieu et Christ ; non seulement Il est différent d’Ésaïe, mais aussi de tous les autres prophètes. Prenons le cas d’Ésaïe pour comparer avec le travail des prophètes. Premièrement, il ne pouvait soutenir la vie de l’homme ; deuxièmement, il ne pouvait inaugurer une nouvelle ère. Il travaillait sous la direction de l’Éternel et non pas pour inaugurer une nouvelle ère. Troisièmement, ses mots le dépassaient. Il recevait des révélations directement de l’Esprit de Dieu, et les autres ne comprenaient pas même après les avoir écoutées. Ces choses seules suffisent pour prouver que ses paroles n’étaient rien d’autre que des prophéties, rien de plus qu’un aspect du travail effectué à la place de l’Éternel. Il ne pouvait pas, toutefois, représenter totalement l’Éternel. Il était un serviteur de l’Éternel, un instrument dans l’œuvre de l’Éternel. Il a accompli le travail seulement au cours de l’ère de la Loi dans le cadre de l’œuvre de l’Éternel ; son travail n’a pas continué au-delà de l’ère de la Loi. Par opposition, l’œuvre de Jésus était différente. Il a dépassé le cadre de l’œuvre de l’Éternel ; Il a travaillé comme Dieu incarné et a été crucifié dans le but de racheter toute l’humanité. Autrement dit, Il a réalisé une nouvelle œuvre en dehors de l’œuvre accomplie par l’Éternel. Il a inauguré une nouvelle ère. De surcroît, il était capable de parler de ce qui était impossible à l’homme d’acquérir. Son œuvre était une œuvre au sein de la gestion de Dieu et impliquait l’ensemble de l’humanité. Il ne travaillait pas seulement en quelques hommes, et Son œuvre n’avait pas non plus pour objectif de conduire un nombre limité d’hommes. S’agissant de la façon dont Dieu S’est incarné pour être un homme, de la façon dont l’Esprit faisait des révélations à cette époque, la façon dont l’Esprit est descendu sur un homme pour accomplir l’œuvre, ce sont des choses que l’homme ne peut voir ni toucher. Il est absolument impossible pour ces vérités de servir de preuves qu’Il est Dieu incarné. Ainsi, la distinction ne peut être faite qu’entre les paroles et l’œuvre de Dieu, qui sont tangibles à l’homme. Cela seul est réel. C’est dû au fait que tu ne peux pas voir les choses de l’Esprit et que ces choses ne sont connues clairement que par Dieu Lui-même, et même la chair de Dieu incarné ne connaît pas tout ; tu ne peux vérifier s’Il est Dieu qu’à partir de l’œuvre qu’Il a réalisée. À partir de Son œuvre, on peut voir que, premièrement, Il est capable d’ouvrir une nouvelle ère ; deuxièmement, Il est capable de soutenir la vie de l’homme et de montrer à l’homme le chemin à suivre. C’est suffisant pour établir qu’Il est Dieu Lui-même. Tout au moins, l’œuvre qu’Il fait peut représenter pleinement l’Esprit de Dieu et, à partir d’une telle œuvre, on peut voir que l’Esprit de Dieu est en Lui. Étant donné que l’œuvre accomplie par Dieu incarné visait principalement à inaugurer une nouvelle ère, à conduire une nouvelle œuvre et à créer un nouveau royaume, déjà tout cela suffit pour établir qu’Il est Dieu Lui-même. C’est donc ce qui Le distingue d’Ésaïe, de Daniel et des autres grands prophètes. Ésaïe, Daniel et les autres étaient tous d’une classe d’hommes très instruits et cultivés ; ils étaient des hommes extraordinaires sous la direction de l’Éternel. La chair de Dieu incarné aussi était bien cultivée et ne manquait pas de raison, mais Son humanité était particulièrement normale. Il était un homme ordinaire et, à l’œil nu, on ne pouvait distinguer quoi que ce soit de spécial dans Son humanité ou détecter quoi que ce soit de différent de celle des autres dans Son humanité. Il n’était pas du tout surnaturel ou unique, et Il n’avait pas une éducation, des connaissances ou une théorie supérieures. La vie dont Il parlait et le chemin qu’Il conduisait n’étaient pas acquis par la théorie, la connaissance, l’expérience de la vie ou l’éducation familiale. Au contraire, ils étaient l’œuvre directe de l’Esprit, qui est l’œuvre de la chair incarnée. C’est parce que l’homme a de grandes notions sur Dieu, et en particulier parce que ces notions sont composées de trop d’éléments vagues et surnaturels qu’aux yeux de l’homme un Dieu ordinaire avec une faiblesse humaine, qui ne peut pas opérer de signes ni de miracles, n’est assurément pas Dieu. N’est-ce pas là les notions erronées de l’homme ? Si la chair de Dieu incarné n’était pas un homme normal, alors comment pourrait-on dire qu’Il est devenu chair ? Pour être de chair, il faut être un homme ordinaire, normal ; s’Il avait été un être transcendant, alors Il n’aurait pas été de chair. Pour prouver qu’Il était de chair, Dieu incarné devait avoir une chair normale. C’était tout simplement pour compléter le sens de l’incarnation. Cependant, cela n’était le cas pour les prophètes et les fils de l’homme. Ils étaient des hommes doués et utilisés par le Saint-Esprit ; aux yeux de l’homme, leur humanité était particulièrement grande, et ils ont accompli de nombreux actes qui ont dépassé l’humanité normale. Pour cette raison, l’homme les considérait comme Dieu. Maintenant, vous devez tous le comprendre clairement, car c’est la question qui a naturellement causé le plus de confusions chez tous les hommes des ères du passé. De plus, l’incarnation est la plus mystérieuse de toutes les choses, et Dieu incarné est ce qu’il y a de plus difficile à accepter pour l’homme. Ce que Je dis est favorable à l’exercice de votre fonction et à votre compréhension du mystère de l’incarnation. Tout cela est lié à la gestion de Dieu, aux visions. Votre compréhension de ce qui précède sera plus bénéfique pour l’acquisition de connaissances sur les visions, c’est-à-dire, de l’œuvre de gestion de Dieu. De cette façon, vous comprendrez également beaucoup mieux le devoir que différents types d’hommes doivent remplir. Bien que ces paroles ne vous montrent pas directement le chemin, il n’en demeure pas moins qu’elles sont toujours d’un grand apport à votre entrée, car à l’heure actuelle, votre vie manque cruellement de vision, et cela deviendra un obstacle majeur empêchant votre entrée. Si vous avez été incapables de comprendre ces questions, alors aucune motivation ne vous animera pour entrer. Et comment une telle quête peut-elle vous permettre de mieux vous acquitter de votre devoir ?

Extrait de « La différence entre le ministère de Dieu incarné et le devoir de l’homme », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 162)

Certaines personnes demanderont : « Quelle est la différence entre l’œuvre accomplie par Dieu incarné et celle des prophètes et des apôtres des temps passés ? David aussi a été appelé le Seigneur, ainsi que Jésus ; bien que leur travail ait été différent, ils ont reçu le même titre. Dis-moi, pourquoi leur identité n’était-elle pas la même ? Ce que Jean a vu était une vision qui venait également du Saint-Esprit, et il a pu dire les paroles que le Saint-Esprit voulait dire. Pourquoi l’identité de Jean était-elle différente de celle de Jésus ? » Les paroles prononcées par Jésus représentaient Dieu pleinement et représentaient l’œuvre de Dieu pleinement. Ce que Jean a vu était une vision et il était incapable de représenter complètement l’œuvre de Dieu. Pourquoi Jean, Pierre et Paul ont-ils prononcé beaucoup de paroles, comme Jésus l’a fait, mais n’avaient pas la même identité que Jésus ? C’est principalement parce que le travail qu’ils ont fait était différent. Jésus représentait l’Esprit de Dieu. Il était l’Esprit de Dieu œuvrant directement. Il a fait l’œuvre de la nouvelle ère, l’œuvre que personne n’avait faite auparavant. Il a ouvert une nouvelle voie, Il représentait l’Éternel et Il représentait Dieu Lui-même, alors que Pierre, Paul et David, indépendamment de ce qu’ils ont été appelés, ne représentaient que l’identité d’une créature de Dieu et avaient été envoyés par Jésus ou l’Éternel. Donc, peu importe la quantité de travail qu’ils ont fait, peu importe les merveilleux miracles qu’ils ont accomplis, ils étaient encore seulement des créatures de Dieu et incapables de représenter l’Esprit de Dieu. Ils ont travaillé au nom de Dieu ou après avoir été envoyés par Dieu ; en outre, ils ont travaillé dans les ères commencées par Jésus ou par l’Éternel et n’ont fait aucun autre travail. Après tout, ils étaient seulement des créatures de Dieu. Dans l’Ancien Testament, de nombreux prophètes ont parlé de prédictions ou ont écrit des livres de prophéties. Personne n’a dit qu’ils étaient Dieu, mais dès que Jésus a commencé à œuvrer, l’Esprit de Dieu Lui a rendu témoignage comme Dieu. Pourquoi ? À ce stade, vous devriez déjà le savoir ! Avant, les apôtres et les prophètes ont écrit diverses épîtres et ont fait de nombreuses prophéties. Plus tard, les gens ont choisi certains de ces écrits pour les inclure dans la Bible et d’autres ont été perdus. Puisqu’il y a des gens qui disent que tout ce qu’ils ont dit venait du Saint-Esprit, pourquoi une partie est-elle considérée comme bonne, et une autre partie est-elle considérée comme mauvaise ? Et pourquoi certains écrits ont-ils été choisis et d’autres pas ? Si les paroles en effet avaient été prononcées par le Saint-Esprit, serait-il nécessaire que les gens les choisissent ? Pourquoi le rapport des paroles prononcées par Jésus et de l’œuvre qu’Il a faite est-il différent dans chacun des quatre Évangiles ? N’est-ce pas la faute de ceux qui les ont écrits ? Certains demanderont : « Puisque les épîtres écrites par Paul et les autres auteurs du Nouveau Testament et le travail qu’ils ont fait sont nés en partie de la volonté de l’homme et ont été adultérés par les notions de l’homme, alors l’impureté humaine ne fait-elle pas partie des paroles que Tu (Dieu) prononces aujourd’hui ? Est-ce qu’elles ne contiennent vraiment aucune des notions de l’homme ? » L’œuvre accomplie par Dieu dans cette étape est complètement différente de celle de Paul et des nombreux apôtres et prophètes. Non seulement il y a une différence dans l’identité, mais, surtout, il y a une différence dans le travail réalisé. Après que Paul a été frappé et est tombé devant le Seigneur, il a été conduit par le Saint-Esprit pour travailler et il est devenu un envoyé. Donc il a écrit des épîtres aux Églises et toutes ces épîtres suivaient les enseignements de Jésus. Paul a été envoyé par le Seigneur pour travailler au nom du Seigneur Jésus, mais quand Dieu Lui-même est venu, Il n’a pas travaillé au nom de qui que ce soit et n’a représenté que l’Esprit de Dieu dans Son œuvre. Dieu est venu faire Son œuvre directement : Il n’a pas été perfectionné par l’homme, et Son œuvre n’a pas été réalisée selon les enseignements d’aucun homme. À cette étape de l’œuvre, Dieu ne dirige pas en parlant de Ses expériences personnelles, mais à la place Il réalise Son œuvre directement, selon ce qu’Il a. Par exemple, l’épreuve des exécutants, le temps du châtiment, l’épreuve de la mort, le temps d’aimer Dieu… toute cette œuvre n’a jamais été faite auparavant et c’est une œuvre de l’ère actuelle plutôt que des expériences de l’homme. Dans les paroles que J’ai prononcées, quelles sont les expériences de l’homme ? Ne viennent-elles pas toutes directement de l’Esprit ? N’est-ce pas l’Esprit qui les prononce ? Ton calibre est si pauvre que tu es incapable de percer la vérité ! La voie de la vie pratique dont Je parle est de guider le chemin, n’a jamais été mentionnée par personne auparavant, personne n’a jamais emprunté ce chemin ou connu cette réalité. Ces paroles que J’ai prononcées n’avaient jamais été dites par personne auparavant. Personne n’avait jamais parlé de ces expériences ni n’avait parlé de tels détails et, en outre, n’avait jamais indiqué de tels états pour révéler ces choses. Personne n’avait jamais dirigé le chemin que Je dirige aujourd’hui, et, s’il avait été dirigé par l’homme, alors ce n’aurait pas été un nouveau chemin. Prenons Paul et Pierre, par exemple. Ils n’avaient pas leurs propres expériences avant que Jésus ne dirige le chemin. Après que Jésus a guidé le chemin, alors seulement ils ont fait l’expérience des paroles prononcées par Jésus et du chemin tracé par Lui ; ainsi ils ont acquis beaucoup d’expérience et ont écrit les épîtres. Et donc, les expériences de l’homme ne sont pas égales à l’œuvre de Dieu et l’œuvre de Dieu n’est pas égale à la connaissance décrite par les notions et les expériences de l’homme. J’ai dit à maintes reprises qu’aujourd’hui Je dirige une nouvelle voie, Je fais une nouvelle œuvre, et Mon œuvre et Mes déclarations sont différentes de celles de Jean et de tous les autres prophètes. Je n’acquiers jamais premièrement des expériences pour vous les rapporter ensuite. Ce n’est pas du tout le cas. Si tel était le cas, cela ne vous aurait-il pas attardés il y a longtemps ? Dans le passé, la connaissance dont plusieurs ont parlé était également élevée, mais toutes leurs paroles étaient basées sur celles des soi-disant personnages spirituels. Elles ne guidaient pas le chemin, mais venaient de leurs expériences, de ce qu’ils avaient vu et de leurs connaissances. Certaines venaient de leurs notions et certaines de l’expérience qu’ils avaient résumée. Aujourd’hui, la nature de Mon œuvre est tout à fait différente de la leur. Je n’ai pas été dirigé par les autres et Je n’ai pas été perfectionné par les autres non plus. En outre, tout ce que J’ai dit et communiqué est différent de ce que toute autre personne a dit et communiqué et n’a jamais été dit par quelqu’un d’autre. Aujourd’hui, peu importe qui vous êtes, votre travail est effectué sur la base des paroles que Je dis. Sans ces déclarations et ce travail, qui serait capable d’expérimenter ces choses (l’épreuve des exécutants, le temps du châtiment…) et qui pourrait parler de ces connaissances ? Êtes-vous vraiment incapables de voir cela ? Quelle que soit l’étape de l’œuvre, dès que Mes paroles sont prononcées, vous commencez à communiquer en conformité avec Mes paroles, vous travaillez selon Mes paroles, et aucun de vous n’a déjà pensé à cette voie. Arrivé à ce point, es-tu incapable de voir une telle question si claire et si simple ? Ce n’est pas une voie que quelqu’un a imaginée. Elle n’est pas basée non plus sur la voie de quelconque personnage spirituel. C’est une nouvelle voie, et même beaucoup de paroles prononcées par Jésus ne s’appliquent plus. Je parle de l’œuvre d’ouvrir une nouvelle époque et c’est une œuvre autonome ; toute l’œuvre que Je fais et toutes les paroles que Je prononce sont nouvelles. N’est-ce pas la nouvelle œuvre d’aujourd’hui ? L’œuvre de Jésus était aussi comme cela. Son œuvre était également différente de celle des gens dans le temple, de celle des pharisiens, et n’avait non plus aucune ressemblance avec celle effectuée par tout le peuple d’Israël. Après en avoir été témoins, les gens ne pouvaient pas se décider : « Était-elle vraiment faite par Dieu ? » Jésus ne tenait pas à la loi de l’Éternel. Quand Il est venu enseigner aux hommes, tout ce qu’Il a dit était nouveau et différent de ce qu’avaient dit les anciens saints et prophètes de l’Ancien Testament, et à cause de cela, les gens sont demeurés incertains. C’est ce qui rend l’homme si difficile à traiter. Avant d’accepter cette nouvelle étape de l’œuvre, le chemin que la majorité d’entre vous empruntait était de pratiquer et d’entrer sur le fondement de la pratique et de l’entrée de ces personnages spirituels. Mais aujourd’hui, l’œuvre que Je fais est très différente, et donc vous êtes incapables de décider si elle est bonne ou non. Je ne me soucie pas du chemin sur lequel vous marchiez auparavant, Je ne m’intéresse pas non plus à la « nourriture » que vous mangiez ou qui vous aviez choisi comme « père ». Puisque Je suis venu et J’ai apporté une nouvelle œuvre pour guider l’homme, tous ceux qui Me suivent doivent agir en conformité avec ce que Je dis. Peu importe le pouvoir de ta « famille » d’origine, tu dois Me suivre et tu ne dois pas agir en fonction de tes anciennes pratiques, ton « père adoptif » devrait démissionner et tu devrais te présenter devant ton Dieu pour demander ta juste part. Tout ton être est entre Mes mains, et tu ne devrais pas vouer trop de croyance aveugle à ton père adoptif ; il ne peut pas te contrôler complètement. L’œuvre d’aujourd’hui est autonome. Tout ce que Je dis aujourd’hui n’est évidemment pas basé sur une fondation du passé ; c’est un nouveau commencement et si tu dis qu’il vient de la main de l’homme, alors ton aveuglement est incurable !

Extrait de « Concernant les appellations et l’identité », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 163)

Ésaïe, Ézéchiel, Moïse, David, Abraham et Daniel furent des chefs ou des prophètes parmi le peuple élu d’Israël. Pourquoi ne furent-ils pas appelés Dieu ? Pourquoi le Saint-Esprit ne leur a-t-Il pas rendu témoignage ? Pourquoi le Saint-Esprit a-t-Il rendu témoignage à Jésus dès qu’Il a commencé Son œuvre et a commencé à prononcer Ses paroles ? Et pourquoi le Saint-Esprit n’a-t-Il pas rendu témoignage à d’autres ? Ils ont tous été appelés « Seigneur » ces hommes qui étaient de chair. Indépendamment du nom qu’on leur a donné, leur travail représente leur être et leur essence, et leur être et leur essence représentent leur identité. Leur essence n’est pas liée à leur appellation ; elle est représentée par ce qu’ils ont exprimé et ce qu’ils ont vécu. Dans l’Ancien Testament, être appelé Seigneur était ordinaire, et une personne pouvait être appelée n’importe comment, mais son essence et son identité inhérente restaient immuables. Parmi ces faux christs, ces faux prophètes et ces séducteurs, n’y a-t-il pas aussi ceux qui sont appelés « Dieu » ? Et pourquoi ne sont-ils pas Dieu ? Parce qu’ils sont incapables de faire l’œuvre de Dieu. Au fond, ils sont humains, des séducteurs de personnes, non pas Dieu, et donc ils n’ont pas l’identité de Dieu. David n’était-il pas aussi appelé Seigneur parmi les douze tribus ? Jésus aussi a été appelé Seigneur ; pourquoi Jésus seul a-t-Il été appelé Dieu incarné ? Jérémie n’était-il pas aussi connu comme le Fils de l’homme ? Et Jésus n’était-Il pas connu comme le Fils de l’homme ? Pourquoi Jésus a-t-Il été crucifié au nom de Dieu ? N’est-ce pas parce que Son essence était différente ? N’est-ce pas parce que l’œuvre qu’Il faisait était différente ? Un titre importe-t-il ? Bien que Jésus fût aussi appelé le Fils de l’homme, Il était la première incarnation de Dieu, Il était venu pour assumer le pouvoir et accomplir l’œuvre de la rédemption. Cela prouve que l’identité et l’essence de Jésus étaient différentes des autres qui ont aussi été appelés Fils de l’homme. Aujourd’hui, lesquels d’entre vous osent dire que toutes les paroles prononcées par ceux qui ont été utilisés par le Saint-Esprit venaient du Saint-Esprit ? Quelqu’un ose-t-il dire de telles choses ? Si tu dis ces choses, alors pourquoi le livre de la prophétie d’Esdras fut-il rejeté, et aussi les livres de ces anciens saints et prophètes ? S’ils venaient tous du Saint-Esprit, alors pourquoi osez-vous faire de tels choix capricieux ? Êtes-vous qualifiés pour faire des choix dans l’œuvre du Saint-Esprit ? Plusieurs récits d’Israël ont également été rejetés. Et si tu crois que ces écrits du passé provenaient tous du Saint-Esprit, alors pourquoi certains des livres furent-ils rejetés ? S’ils venaient tous du Saint-Esprit, ils devraient tous avoir été conservés et envoyés aux frères et sœurs des Églises pour qu’ils les lisent. Ils ne devraient pas avoir été choisis ou rejetés selon la volonté humaine ; cela n’est pas bien. Dire que les expériences de Paul et de Jean étaient mélangées avec leurs idées personnelles ne signifie pas que leurs expériences et leur connaissance venaient de Satan, mais seulement qu’elles contenaient des choses qui venaient de leurs expériences et idées personnelles. Leur connaissance était liée au contexte de leurs expériences réelles à l’époque. Qui pourrait dire avec confiance que tout venait du Saint-Esprit ? Si les quatre Évangiles sont tous venus du Saint-Esprit, alors pourquoi est-ce que Matthieu, Marc, Luc et Jean ont rapporté des choses différentes au sujet de l’œuvre de Jésus ? Si vous ne croyez pas cela, alors regardez les récits de la Bible où Pierre renie le Seigneur à trois reprises : ils sont tous différents et chacun a ses propres caractéristiques. Plusieurs qui sont ignorants disent : « Dieu incarné est aussi un homme, alors les paroles qu’Il prononce peuvent-elles venir complètement du Saint-Esprit ? Si les paroles de Paul et de Jean étaient mélangées avec la volonté humaine, alors les paroles qu’Il prononce ne sont-elles pas vraiment mélangées avec la volonté humaine ? » Ces gens sont aveugles et ignorants ! Lis les quatre Évangiles attentivement. Lis ce qu’ils rapportent sur les choses que Jésus a faites et les paroles qu’Il a prononcées. Chaque récit est tout simplement différent et chacun a son propre point de vue. Si ce qui a été écrit par les auteurs de ces livres est complètement venu du Saint-Esprit, alors tout devrait être pareil et cohérent. Pourquoi alors y a-t-il des incohérences ? L’homme n’est-il pas extrêmement stupide d’être incapable de voir cela ? Si l’on te demande de rendre témoignage à Dieu, quel genre de témoignage peux-tu présenter ? Est-ce qu’une telle façon de connaître Dieu peut Lui rendre témoignage ? Si d’autres te demandaient : « Si les récits de Jean et Luc ont été mélangés avec la volonté humaine, alors les paroles prononcées par votre Dieu ne sont-elles pas mélangées avec la volonté humaine ? » serais-tu capable de donner une réponse claire ? Après que Luc et Matthieu ont entendu les paroles de Jésus et vu l’œuvre de Jésus, ils ont parlé de leurs propres connaissances, comme des réminiscences détaillant certains des faits de l’œuvre accomplie par Jésus. Peux-tu dire que leur connaissance a été complètement révélée par le Saint-Esprit ? En dehors de la Bible, il y avait beaucoup de personnages spirituels dont la connaissance était supérieure à la leur, alors pourquoi les générations futures n’ont-elles pas conservé leurs paroles ? Ces personnages spirituels n’étaient-ils pas également utilisés par le Saint-Esprit ? Sache que dans l’œuvre d’aujourd’hui, Je ne parle pas de Mes propres idées en me fondant sur l’œuvre de Jésus ni ne parle de Ma propre connaissance dans le contexte de l’œuvre de Jésus. Quelle œuvre Jésus a-t-Il faite en ce temps-là ? Et quelle œuvre est-ce que Je fais aujourd’hui ? Ce que Je fais et ce que Je dis n’ont aucun précédent. Le chemin que J’emprunte aujourd’hui n’a jamais été foulé auparavant. Les gens des temps et des générations passés n’y ont jamais mis les pieds. Aujourd’hui, il a été inauguré. N’est-ce pas l’œuvre de l’Esprit ? Même si c’était l’œuvre du Saint-Esprit, les dirigeants du passé ont tous effectué leur travail sur le fondement des autres ; cependant, l’œuvre de Dieu Lui-même est différente. L’étape de l’œuvre de Jésus était pareille : Il a ouvert une nouvelle voie. Quand Il est venu, Il a prêché l’Évangile du royaume des cieux et a dit que l’homme doit se repentir et confesser ses péchés. Après que Jésus a terminé Son œuvre, Pierre, Paul et d’autres ont continué l’œuvre de Jésus. Après que Jésus a été cloué sur la croix et est monté au ciel, ils ont été envoyés par l’Esprit pour répandre la voie de la croix. Même si les paroles de Paul étaient élevées, elles étaient également basées sur les fondations posées par ce qu’a dit Jésus, comme la patience, l’amour, la souffrance, le voilement de la tête, le baptême ou d’autres doctrines à respecter. Tout cela était fondé sur les paroles de Jésus. Ils étaient incapables d’ouvrir une nouvelle voie, car ils étaient tous des hommes utilisés par Dieu.

Extrait de « Concernant les appellations et l’identité », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 164)

Les paroles et l’œuvre de Jésus à l’époque ne tenaient pas à la doctrine, et Son œuvre n’a pas été réalisée en accord avec l’œuvre de la loi de l’Ancien Testament. Elle était en accord avec l’œuvre qui devait être faite à l’ère de la Grâce. Il a fait Ses efforts en fonction de l’œuvre qu’Il avait commencée, selon Son propre plan et Son ministère ; Il n’a pas œuvré conformément à la loi de l’Ancien Testament. Rien de ce qu’Il a fait n’était selon la loi de l’Ancien Testament et Il n’était pas venu œuvrer pour accomplir les paroles des prophètes. Chaque étape de l’œuvre de Dieu n’a pas été faite expressément dans le but d’accomplir les prédictions des anciens prophètes, et Il n’est pas venu pour se conformer à la doctrine ou pour délibérément réaliser les prédictions des anciens prophètes. Et pourtant, Ses actions n’ont pas perturbé les prédictions des anciens prophètes, pas plus qu’elles n’ont dérangé l’œuvre qu’Il avait faite auparavant. Le point saillant de Son œuvre n’était pas de respecter n’importe quelle doctrine, mais plutôt de faire l’œuvre qu’Il devait faire Lui-même. Il n’était pas un prophète ou un voyant, mais quelqu’un qui agit et qui était réellement venu faire l’œuvre qu’Il devait faire, et Il est venu inaugurer Sa nouvelle ère et réaliser Sa nouvelle œuvre. Bien sûr, quand Jésus est venu faire Son œuvre, Il a également accompli plusieurs des paroles prononcées par les anciens prophètes de l’Ancien Testament. Pareillement, l’œuvre d’aujourd’hui a accompli les prédictions des anciens prophètes de l’Ancien Testament. Tout simplement, Je n’affiche pas ce « vieil almanach jauni », c’est tout. Car J’ai plus de travail à faire, J’ai plus à vous dire, et ce travail et ces mots sont beaucoup plus importants que d’expliquer des passages de la Bible qui est un travail sans grande importance et sans grande valeur pour vous, qui ne peut pas vous aider ni vous transformer. Je compte faire un nouveau travail, non pour accomplir un passage de la Bible. Si Dieu venait sur terre seulement pour accomplir les paroles des anciens prophètes de la Bible, alors qui serait le plus grand, Dieu incarné ou ces anciens prophètes ? Après tout, les prophètes dirigent-ils Dieu ou Dieu dirige-t-Il les prophètes ? Comment expliques-tu ces mots ?

Extrait de « Concernant les appellations et l’identité », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 165)

Chaque étape de l’œuvre de Dieu suit un seul et même courant, et ainsi dans le plan de gestion de Dieu de six mille ans, chaque étape a été suivie de près par la suivante, depuis la fondation du monde jusqu’à nos jours. S’il n’y avait personne pour préparer la voie, alors il n’y aurait personne pour venir ensuite ; puisqu’il y a ceux qui viennent ensuite, il y a ceux qui préparent la voie. De cette façon, l’œuvre a été transmise étape par étape. Une étape suit l’autre et, si quelqu’un n’ouvre pas la voie, il est impossible de commencer l’œuvre et Dieu n’aurait aucun moyen de faire progresser Son œuvre. Aucune étape ne contredit l’autre, et chacune suit l’autre en séquence pour former un courant ; tout cela est fait par le même Esprit. Mais que quelqu’un ouvre la voie ou continue le travail d’un autre, cela ne détermine pas leur identité. Cela n’est-il pas vrai ? Jean a ouvert la voie et Jésus a continué son travail. Alors, cela prouve-t-il que l’identité de Jésus est inférieure à celle de Jean ? L’Éternel a réalisé Son œuvre avant Jésus, alors peux-tu dire que l’Éternel est plus grand que Jésus ? Qu’ils aient ouvert la voie ou continué le travail des autres importe peu ; le plus important, c’est l’essence de leur œuvre et l’identité qu’elle représente. Cela n’est-il pas vrai ? Puisque Dieu voulait œuvrer parmi les hommes, Il devait appeler ceux qui pouvaient préparer la voie. Quand Jean a commencé à prêcher, il a dit : « Préparez le chemin du Seigneur, Aplanissez Ses sentiers. » « Repentez-vous, car le royaume des cieux est proche. » Il a parlé ainsi dès le début. Pourquoi a-t-il pu dire ces mots ? En ce qui concerne l’ordre dans lequel ces mots ont été prononcés, c’est Jean qui a été le premier à parler de l’Évangile du royaume des cieux et c’est Jésus qui a parlé après. Selon les notions de l’homme, c’est Jean qui a ouvert la nouvelle voie, et bien sûr Jean était plus grand que Jésus. Mais Jean n’a pas dit qu’il était Christ et Dieu ne lui a pas porté témoignage comme le Fils bien-aimé de Dieu, mais l’a utilisé simplement pour ouvrir la voie et préparer la voie pour le Seigneur. Il a préparé la voie pour Jésus, mais ne pouvait pas travailler au nom de Jésus. Tout le travail de l’homme a également été maintenu par le Saint-Esprit.

À l’ère de l’Ancien Testament, c’est l’Éternel qui a ouvert la voie, et l’œuvre de l’Éternel représentait toute l’ère de l’Ancien Testament et toute l’œuvre accomplie en Israël. Moïse a simplement confirmé cette œuvre sur la terre et ses efforts sont considérés comme la coopération de l’homme. À l’époque, c’était l’Éternel qui parlait, appelant Moïse, et Il a élevé Moïse parmi le peuple d’Israël afin qu’il conduise le peuple dans le désert et jusqu’à Canaan. Cela ne fut pas le travail de Moïse lui-même, mais celui que l’Éternel a dirigé personnellement, et donc Moïse ne peut pas être appelé Dieu. Moïse a aussi établi la loi, mais cette loi a été personnellement décrétée par l’Éternel. C’est simplement qu’Il a chargé Moïse de l’exprimer. Jésus a aussi établi des commandements. Il a aboli la loi de l’Ancien Testament et a énoncé les commandements de la nouvelle ère. Pourquoi Jésus est-Il Dieu Lui-même ? Parce qu’il y a une différence. À l’époque, le travail accompli par Moïse ne représentait pas l’ère ni n’ouvrait une nouvelle voie ; il était dirigé par l’Éternel et il était simplement utilisé par Dieu. Quand Jésus est venu, Jean avait réalisé une étape de travail en préparant la voie et avait commencé à répandre l’Évangile du royaume des cieux (le Saint-Esprit avait commencé cela). Lorsque Jésus est venu, Il a fait directement Sa propre œuvre, mais il y avait une grande différence entre Son œuvre et le travail de Moïse. Ésaïe a également fait de nombreuses prophéties, alors pourquoi n’était-il pas Dieu Lui-même ? Jésus n’a pas fait autant de prophéties, alors pourquoi était-Il Dieu Lui-même ? Personne n’a osé dire que l’œuvre de Jésus à ce moment-là venait complètement du Saint-Esprit ni n’a osé dire qu’elle venait complètement de la volonté de l’homme ou qu’elle était tout à fait l’œuvre de Dieu Lui-même. L’homme était incapable d’analyser de telles choses. On peut dire qu’Ésaïe a fait un tel travail, qu’il a fait de telles prophéties et que tout venait du Saint-Esprit ; tout ne venait pas directement d’Ésaïe lui-même, mais était des révélations de l’Éternel. Jésus n’a pas fait une œuvre abondante, n’a pas dit beaucoup de paroles et Il n’a pas fait beaucoup de prophéties non plus. Pour l’homme, Sa prédication ne semblait pas particulièrement élevée, et pourtant Il était Dieu Lui-même, ce qui est inexplicable par l’homme. Personne n’a jamais cru en Jean, ou Ésaïe, ou David, et personne ne les a jamais appelés Dieu, ou le Dieu David, ou le Dieu Jean ; personne n’a jamais parlé ainsi, et seulement Jésus a jamais été appelé Christ. Cette appellation est fondée sur le témoignage de Dieu, l’œuvre qu’Il a entreprise et le ministère qu’Il a exercé. En ce qui concerne les grands hommes de la Bible, Abraham, David, Josué, Daniel, Ésaïe, Jean et Jésus, par le travail qu’ils ont fait, tu peux dire qui est Dieu Lui-même, et quels types de personnes sont des prophètes et quels types des apôtres. Qui a été utilisé par Dieu et qui était Dieu Lui-même est différencié et déterminé par leur essence et par le genre de travail qu’ils ont fait. Si tu es incapable de faire la différence, alors cela prouve que tu ne sais pas ce que signifie croire en Dieu. Jésus est Dieu parce qu’Il a tellement parlé et a tellement fait de travail, en particulier Ses nombreux miracles. De même, Jean aussi a fait beaucoup de travail et a beaucoup parlé, tout comme Moïse ; pourquoi n’étaient-ils pas appelés Dieu ? Adam a été créé directement par Dieu ; pourquoi n’a-t-il pas été appelé Dieu, au lieu d’être seulement appelé une créature ? Si quelqu’un te dit : « Aujourd’hui, Dieu a fait beaucoup de travail et a tellement parlé ; Il est Dieu Lui-même. Alors, puisque Moïse a beaucoup parlé, lui aussi devait être Dieu Lui-même ! » Tu dois lui demander en retour : « En ce temps-là, pourquoi Dieu a-t-Il rendu témoignage à Jésus, et non à Jean, comme Dieu Lui-même ? Jean n’a-t-il pas précédé Jésus ? Lequel était le plus grand, le travail de Jean ou de Jésus ? Pour l’homme, le travail de Jean semble plus grand que celui de Jésus, mais pourquoi le Saint-Esprit a-t-Il rendu témoignage à Jésus, et non à Jean ? » La même chose se produit aujourd’hui ! En ce temps-là, quand Moïse conduisait le peuple d’Israël, l’Éternel lui parlait à partir de la nuée. Moïse ne parlait pas directement, mais était plutôt guidé directement par l’Éternel. C’était l’œuvre de l’Israël de l’Ancien Testament. L’Esprit ne vivait pas en Moïse ni l’être de Dieu. Il ne pouvait pas faire ce travail, et donc il y a une grande différence entre son travail et l’œuvre de Jésus. Et cela est en raison de ce que leur travail était différent ! Que quelqu’un soit utilisé par Dieu, ou qu’il soit un prophète, un apôtre ou Dieu Lui-même, cela peut être discerné par la nature de son travail. Cela mettra fin à vos doutes. Dans la Bible, il est écrit que seul l’Agneau peut ouvrir les sept sceaux. Tout au long des âges, il y eut de nombreux commentateurs des Écritures parmi ces grands personnages, et donc, peux-tu dire que tous sont l’Agneau ? Peux-tu dire que leurs explications viennent toutes de Dieu ? Ils sont simplement des commentateurs ; ils ne possèdent pas l’identité de l’Agneau. Comment pourraient-ils être dignes d’ouvrir les sept sceaux ? Il est vrai que « seul l’Agneau peut ouvrir les sept sceaux », mais Il ne vient pas seulement pour ouvrir les sept sceaux ; ce travail n’est pas nécessaire, il a été fait accidentellement. Il est parfaitement clair au sujet de Son propre travail. Est-il nécessaire qu’Il passe beaucoup de temps à interpréter les Écritures ? Est-ce que « l’ ère de l’Agneau interprétant les Écritures » doit être ajoutée aux six mille ans de travail ? Il vient faire une nouvelle œuvre, mais Il donne également quelques révélations sur l’œuvre des temps passés, ce qui aide les gens à comprendre la vérité de six mille ans de travail. Il est inutile d’expliquer trop de passages de la Bible ; c’est l’œuvre d’aujourd’hui qui est clé, qui est importante. Tu dois savoir que Dieu ne vient pas en particulier pour briser les sept sceaux, mais pour accomplir l’œuvre du salut.

Extrait de « Concernant les appellations et l’identité », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 166)

À l’ère de la Grâce, Jean a préparé la voie pour Jésus. Jean ne pouvait pas faire l’œuvre de Dieu Lui-même, mais il a simplement accompli le devoir de l’homme. Bien que Jean fût le précurseur du Seigneur, il ne pouvait pas représenter Dieu ; il était seulement un homme utilisé par le Saint-Esprit. Quand Jésus a été baptisé, le Saint-Esprit descendit sur Lui comme une colombe. Il a ensuite commencé Son œuvre, c’est-à-dire qu’Il a commencé à exercer le ministère du Christ. Voilà pourquoi Il a assumé l’identité de Dieu, car Il venait de Dieu. Peu importe Sa foi avant cela – peut-être parfois faible et parfois forte –, ainsi était Sa vie humaine normale avant qu’Il exerçât Son ministère. Après qu’Il fut baptisé (c’est-à-dire, oint), Il eut immédiatement la puissance et la gloire de Dieu avec Lui, et ainsi Il commença à exercer Son ministère. Il pouvait accomplir des signes et des prodiges et faire des miracles. Il avait le pouvoir et l’autorité, car Il œuvrait directement au nom de Dieu Lui-même ; Il faisait l’œuvre de l’Esprit à Sa place et exprimait la voix de l’Esprit. Il était donc Dieu Lui-même. Cela est incontestable. Jean était quelqu’un qui était utilisé par le Saint-Esprit. Il ne pouvait pas représenter Dieu et il n’était pas possible qu’il représente Dieu. S’il avait voulu le faire, le Saint-Esprit ne le lui aurait pas permis, car il ne pouvait pas faire l’œuvre que Dieu Lui-même avait l’intention d’accomplir. Il est possible que sa volonté humaine ait occupé une bonne partie de son être ou qu’il y eût quelque chose de déviant en lui. En aucun cas il ne pouvait représenter Dieu directement. Ses erreurs et sa fausseté ne représentaient que lui-même, mais son travail représentait le Saint-Esprit. Tout de même, tu ne peux pas dire que tout son être représentait Dieu. Sa déviance et sa fausseté pouvaient-elles aussi représenter Dieu ? Être dans l’erreur en représentant l’homme est normal, mais, si l’on est déviant en représentant Dieu, alors est-ce que cela ne déshonorerait pas Dieu ? Cela ne serait-il pas un blasphème contre le Saint-Esprit ? Le Saint-Esprit ne permet pas facilement à l’homme de prendre la place de Dieu, même s’il est exalté par les autres. S’il n’est pas Dieu, alors il sera incapable de tenir ferme à la fin. Le Saint-Esprit ne permet pas à l’homme de représenter Dieu comme ça lui plaît ! Par exemple, c’est le Saint-Esprit qui a témoigné en faveur de Jean et c’est le Saint-Esprit qui a révélé qu’il était celui qui préparait la voie pour Jésus, mais l’œuvre accomplie en lui par le Saint-Esprit était bien mesurée. Tout ce qui était exigé de Jean fut qu’il soit le précurseur de Jésus, qu’il prépare la voie pour Lui. Autrement dit, le Saint-Esprit n’a soutenu que son travail de préparation de la voie et lui a permis de faire ce travail seulement, et aucun autre travail. Jean représentait Élie et il représentait un prophète qui a préparé la voie. Cela a été soutenu par le Saint-Esprit ; aussi longtemps que son travail fût de préparer la voie, le Saint-Esprit le soutenait. Cependant, s’il avait prétendu être Dieu Lui-même et avait dit qu’il était venu achever l’œuvre de la rédemption, le Saint-Esprit aurait été obligé de le discipliner. Peu importe que le travail de Jean ait été très grand et que le Saint-Esprit l’ait soutenu, il est resté dans les limites. Il est vrai que son travail a été soutenu par le Saint-Esprit, mais le pouvoir qui lui a été donné en ce temps-là était limité à sa préparation de la voie. Il ne pouvait faire absolument aucun autre travail, car il était seulement Jean qui préparait la voie, et non pas Jésus. Par conséquent, le témoignage du Saint-Esprit est fondamental, mais le travail que le Saint-Esprit permet à l’homme d’accomplir est encore plus crucial. N’a-t-on pas puissamment témoigné de Jean en ce temps-là ? Son travail n’était-il pas également important ? Mais le travail qu’il a fait ne pouvait pas surpasser celui de Jésus, car il n’était qu’un homme utilisé par le Saint-Esprit et ne pouvait pas représenter directement Dieu, et par conséquent le travail qu’il a fait était limité. Après qu’il eut terminé le travail de préparer la voie, le Saint-Esprit n’a pas continué à tenir compte de son témoignage, aucun nouveau travail ne l’a suivi et il a quitté la scène alors que l’œuvre de Dieu Lui-même commençait.

Certains sont possédés par des esprits mauvais et crient avec véhémence : « Je suis Dieu ! » Pourtant, à la fin, ils sont révélés, car ils sont dans l’erreur quant à ce qu’ils représentent. Ils représentent Satan, et le Saint-Esprit ne leur prête aucune attention. Que tu t’exaltes à l’extrême ou que tu cries à tue-tête, tu es toujours un être créé et tu appartiens à Satan. Je ne crie jamais : « Je suis Dieu, Je suis le Fils bien-aimé de Dieu ! » Mais l’œuvre que Je fais est l’œuvre de Dieu. Dois-Je crier ? Aucun besoin d’exaltation. Dieu fait Sa propre œuvre Lui-même et n’a pas besoin que l’homme Lui attribue un statut ou un titre honorifique. Son œuvre représente Son identité et Son statut. Avant Son baptême, Jésus n’était-Il pas Dieu Lui-même ? N’était-Il pas la chair incarnée de Dieu ? Assurément, peut-on dire qu’Il soit devenu le Fils unique de Dieu seulement après qu’on Lui a rendu témoignage ? Un homme appelé Jésus n’existait-Il pas longtemps avant qu’Il commence Son œuvre ? Tu ne peux pas créer de nouvelles voies ou représenter l’Esprit. Tu ne peux pas exprimer l’œuvre de l’Esprit ou les paroles qu’Il dit. Tu ne peux pas faire l’œuvre de Dieu Lui-même ou celle de l’Esprit. Tu ne peux pas exprimer la sagesse, la splendeur et l’impénétrabilité de Dieu, ou tout le tempérament par lequel Dieu châtie l’homme. Il serait par conséquent inutile de prétendre être Dieu ; tu aurais seulement le nom et rien de l’essence. Dieu Lui-même est venu, mais personne ne Le reconnaît ; tout de même, Il continue Son œuvre et Il le fait en représentant l’Esprit. Que tu L’appelles homme ou Dieu, le Seigneur ou Christ, ou que tu L’appelles sœur, peu importe. Mais l’œuvre qu’Il fait est celle de l’Esprit et représente l’œuvre de Dieu Lui-même. Il ne Se soucie pas du nom que l’homme Lui donne. Ce nom peut-il déterminer Son œuvre ? Peu importe comment tu L’appelles, du point de vue de Dieu, Il est la chair incarnée de l’Esprit de Dieu ; Il représente l’Esprit, et l’Esprit L’approuve. Tu ne peux pas faire place à une nouvelle ère, tu ne peux pas mener l’ère ancienne à sa fin et tu ne peux pas inaugurer une nouvelle ère ou faire un nouveau travail, alors, tu ne peux pas être appelé Dieu !

Extrait de « Le mystère de l’incarnation (1) », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 167)

Même un homme que le Saint-Esprit utilise ne peut pas représenter Dieu Lui-même. Cela ne signifie pas seulement que cet homme ne peut pas représenter Dieu, mais également que son travail ne peut pas représenter Dieu directement. Autrement dit, l’expérience de l’homme ne peut pas être du même ordre que la gestion de Dieu et elle ne peut pas représenter la gestion de Dieu. Toute l’œuvre que Dieu fait Lui-même est l’œuvre qu’Il a l’intention de faire dans Son propre plan de gestion et elle a un lien avec la grande gestion. Le travail accompli par l’homme approvisionne son expérience individuelle. Il découvre une nouvelle voie d’expérience différente de celle qu’ont empruntée ceux qui sont venus avant lui, et il conduit ses frères et sœurs sous la direction du Saint-Esprit. Ce que ces gens apportent, c’est leur expérience individuelle ou les écrits spirituels des personnes spirituelles. Bien que ces personnes soient utilisées par le Saint-Esprit, leur travail est sans rapport avec la grande œuvre de gestion dans le plan de six mille ans. Le Saint-Esprit les appelle simplement à différentes époques pour conduire les gens dans le courant du Saint-Esprit jusqu’à ce qu’ils aient rempli leur fonction ou que leur vie se termine. Le travail qu’ils font est seulement de préparer une voie appropriée pour Dieu Lui-même ou de continuer une partie de la gestion de Dieu Lui-même sur la terre. Par eux-mêmes, ces gens sont incapables de faire l’œuvre plus grande de Sa gestion, et ils ne peuvent pas ouvrir de nouvelles voies de sortie, encore moins conclure toute l’œuvre que Dieu a faite dans l’ère précédente. Par conséquent, le travail qu’ils font ne représente qu’un être créé accomplissant sa fonction et ne peut pas représenter Dieu Lui-même exerçant Son ministère. En effet, le travail qu’ils font est différent de l’œuvre que Dieu fait Lui-même. L’œuvre d’inauguration d’une nouvelle ère ne peut pas être faite par l’homme à la place de Dieu. Elle ne peut pas être faite par aucun autre que Dieu Lui-même. Tout le travail effectué par l’homme est l’accomplissement de Son devoir en tant que créature et se fait quand il est inspiré ou éclairé par le Saint-Esprit. La direction que ces personnes offrent consiste entièrement à montrer à l’homme la voie de la pratique dans la vie quotidienne et la manière dont l’homme doit agir pour être en harmonie avec la volonté de Dieu. Le travail de l’homme n’implique pas la gestion de Dieu et ne représente pas l’œuvre de l’Esprit. À titre d’exemple, le travail de Witness Lee et Watchman Nee était de montrer la voie. Que la voie fût nouvelle ou ancienne, le travail était fondé sur le principe du maintien dans les limites de la Bible. Que ce fût de restaurer l’Église locale ou de construire l’Église locale, leur travail était d’établir des Églises. Leur travail a continué l’œuvre que Jésus et Ses apôtres n’avaient pas finie ou développée davantage dans l’ère de la Grâce. Leur travail a consisté à rétablir ce que Jésus, dans Son œuvre première, avait demandé aux générations après Lui : se couvrir la tête, être baptisé, partager le pain ou boire le vin. On peut dire que leur travail était de s’en tenir à la Bible et de chercher des voies fondées sur la Bible. Ils n’ont fait aucun progrès du tout. Par conséquent, on ne peut voir dans leur travail que la découverte de nouvelles voies au sein de la Bible, ainsi que de meilleures pratiques plus réalistes. Mais on ne peut pas voir dans leur travail la volonté actuelle de Dieu, encore moins la nouvelle œuvre que Dieu projette de faire dans les derniers jours. La raison en est que leur chemin était ancien : il n’y avait pas de progrès et rien de nouveau. Ils ont continué à honorer le fait de la crucifixion de Jésus, à observer la pratique consistant à demander aux gens de se repentir et de confesser leurs péchés, à adhérer à la croyance selon laquellecelui qui persévérera jusqu’à la fin sera sauvé et que l’homme est la tête de la femme et que la femme doit obéir à son mari. Et même plus, ils ont conservé la notion traditionnelle que les sœurs ne doivent pas prêcher, mais seulement obéir. Si une telle manière de diriger avait été poursuivie, le Saint-Esprit n’aurait jamais pu réaliser une nouvelle œuvre, libérer les gens de la doctrine ou les conduire dans un royaume de liberté et de beauté. Par conséquent, cette étape de l’œuvre pour le changement des ères doit être faite et annoncée par Dieu Lui-même. Sinon, personne ne peut la faire à Sa place. Jusqu’à présent, toute l’œuvre du Saint-Esprit en dehors de ce courant est au point mort, et ceux qui ont été utilisés par le Saint-Esprit ont perdu leurs repères. Par conséquent, puisque le travail des personnes utilisées par le Saint-Esprit est différent de l’œuvre accomplie par Dieu Lui-même, leur identité et les sujets qu’ils représentent diffèrent également. La raison en est que l’œuvre que le Saint-Esprit a l’intention de faire est différente ; Il donne donc une identité différente et un statut différent à tous ceux qui travaillent. Les personnes utilisées par le Saint-Esprit peuvent aussi faire un travail qui est nouveau et peuvent également éliminer une partie du travail effectué dans l’ère précédente, mais leur travail ne peut pas exprimer le tempérament et la volonté de Dieu dans la nouvelle ère. Ils ne travaillent que pour défaire le travail de l’ère précédente, non pour faire un nouveau travail dans le but de représenter directement le tempérament de Dieu Lui-même. Ainsi, peu importe le nombre de pratiques dépassées qu’ils abolissent ou de nouvelles pratiques qu’ils introduisent, ils représentent toujours l’homme et les êtres créés. Cependant, lorsque Dieu Lui-même réalise une œuvre, Il ne déclare pas ouvertement l’abolition des pratiques de l’ère ancienne ni ne déclare directement le début d’une nouvelle ère. Il est direct et franc dans Son œuvre. Il est honnête dans l’exécution de l’œuvre qu’Il entend accomplir, c’est-à-dire qu’Il exprime directement l’œuvre qu’Il a apportée, qu’Il fait directement Son œuvre comme prévu à l’origine, exprimant Son être et Son tempérament. Selon l’homme, Son tempérament et aussi Son œuvre sont différents des ères passées. Toutefois, du point de vue de Dieu Lui-même, cela est simplement une continuation et un développement de Son œuvre. Lorsque Dieu Lui-même œuvre, Il exprime Sa parole et produit directement la nouvelle œuvre. Par contre, quand l’homme travaille, c’est par la délibération et l’étude, ou c’est le développement de la connaissance et de la systématisation de la pratique édifiée sur le fondement du travail des autres. Autrement dit, l’essence du travail accompli par l’homme est d’en rester à ce qui est conventionnel et « de fouler de vieux chemins dans de nouvelles chaussures ». Cela signifie que même le chemin emprunté par les personnes utilisées par le Saint-Esprit est construit sur celui que Dieu Lui-même a lancé. Ainsi, après tout, l’homme est l’homme et Dieu est Dieu.

Extrait de « Le mystère de l’incarnation (1) », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 168)

Jean est né d’une promesse, tout comme Isaac était né d’Abraham. Il a préparé la voie pour Jésus et a fait beaucoup de travail, mais il n’était pas Dieu. Il est plutôt considéré comme un prophète, car il a seulement préparé la voie pour Jésus. Son travail fut également grand, et ce n’est qu’après qu’il eut préparé la voie que Jésus a commencé officiellement Son œuvre. Essentiellement, il a simplement travaillé pour Jésus et son travail a été au service de l’œuvre de Jésus. Après qu’il eut préparé la voie, Jésus a commencé Son œuvre, une œuvre qui était plus nouvelle, plus spécifique et plus détaillée. Jean ne fit que l’œuvre de commencement ; la grande partie de la nouvelle œuvre a été faite par Jésus. Jean a fait également un nouveau travail, mais il n’est pas celui qui a inauguré une nouvelle ère. Jean est né d’une promesse et son nom a été donné par l’ange. À l’époque, certains voulaient le nommer Zacharie, comme son père, mais sa mère refusa qu’on lui donne ce nom, disant : « On ne doit pas donner ce nom à cet enfant. Il doit être appelé Jean. » Tout cela était réalisé sous la direction du Saint-Esprit. Le nom de Jésus aussi a été donné sous la direction du Saint-Esprit, Il est né du Saint-Esprit et par la promesse du Saint-Esprit. Jésus était Dieu, Christ et le Fils de l’homme. Le travail de Jean était grand également, mais pourquoi n’était-il pas appelé Dieu ? Quelle était la différence exactement entre l’œuvre accomplie par Jésus et le travail accompli par Jean ? La seule raison était-elle que Jean était celui qui préparait la voie pour Jésus ? Ou était-ce que cela avait été prédestiné par Dieu ? Bien que Jean ait aussi proclamé : « Repentez-vous, car le royaume des cieux est proche », bien qu’il ait aussi prêché l’évangile du royaume des cieux, son travail n’était pas approfondi et constituait simplement un début. Par contre, Jésus a inauguré une nouvelle ère et a mené l’ancienne à sa fin, mais Il a aussi accompli la loi de l’Ancien Testament. L’œuvre qu’Il a faite était plus grande que le travail de Jean et Il est venu pour racheter toute l’humanité ; Il a accompli cette étape de l’œuvre. Quant à Jean, il a seulement préparé la voie. Bien que son travail ait été grand, ses paroles abondantes et ses disciples nombreux, son travail ne fit que mener l’homme à un nouveau commencement. Jamais les hommes n’ont reçu la vie, le chemin ou des vérités plus profondes de lui, et ils n’acquirent pas non plus une compréhension de la volonté de Dieu par lui. Jean était un grand prophète (Élie) qui a ouvert de nouveaux horizons pour l’œuvre de Jésus et qui a préparé l’élu ; il a été le précurseur de l’ère de la Grâce. Ces choses ne peuvent pas être perçues simplement en observant leurs apparences humaines normales. C’est d’autant plus vrai que Jean a fait un assez grand travail, et en outre, il est né de la promesse du Saint-Esprit et son travail a été confirmé par le Saint-Esprit. À ce titre, la distinction entre leurs identités respectives ne peut se faire que par leur travail, car l’apparence d’un homme ne révèle rien de son essence, et l’homme est incapable de déterminer le véritable témoignage du Saint-Esprit. Le travail réalisé par Jean et l’œuvre réalisée par Jésus étaient dissimilaires et étaient de natures différentes. C’est sur cette base que l’on peut déterminer si oui ou non Jean était Dieu. L’œuvre de Jésus était de commencer, continuer, conclure et accomplir. Chacun de ces pas a été réalisé par Jésus, alors que le travail de Jean était seulement celui du commencement. Au commencement, Jésus a répandu l’évangile et a prêché la voie de la repentance, puis a continué en baptisant les hommes, guérissant les malades et chassant les démons. À la fin, Il a racheté l’humanité du péché et a terminé Son œuvre pour toute l’ère. Il a prêché aux gens et répandu l’Évangile du royaume des cieux dans tous les lieux. Jean a fait la même chose, la différence étant que Jésus a inauguré une nouvelle ère et a ouvert l’ère de la Grâce pour l’homme. De Sa bouche sortaient les paroles au sujet de ce que l’homme devrait pratiquer et de la voie que l’homme devrait emprunter dans l’ère de la Grâce, et à la fin, Il a complété l’œuvre de la rédemption. Une telle œuvre ne pourrait jamais être réalisée par Jean. Et donc, c’est Jésus qui a fait l’œuvre de Dieu Lui-même, et c’est Lui qui est Dieu Lui-même et qui représente directement Dieu. L’homme pense que tous ceux qui sont nés en vertu d’une promesse, nés de l’Esprit, attestés par le Saint-Esprit et qui ont ouvert de nouvelles voies, sont Dieu. Selon ce raisonnement, Jean aussi serait Dieu, et Moïse, Abraham et David…, ils seraient eux aussi Dieu. N’est-ce pas une parfaite plaisanterie ?

Extrait de « Le mystère de l’incarnation (1) », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 169)

Certains peuvent se demander : « Pourquoi faut-il que l’ère soit inaugurée par Dieu Lui-même ? Un être créé ne pourrait-il pas Le remplacer ? » Vous êtes tous conscients que Dieu Se fait chair expressément pour inaugurer une nouvelle ère, et, bien sûr, quand Il inaugure une nouvelle ère, Il conclut l’ère précédente en même temps. Dieu est le commencement et la fin. C’est Lui-même qui met Son œuvre en mouvement, et alors, c’est Lui-même qui doit conclure l’ère précédente. Telle est la preuve de Sa victoire sur Satan et de Sa conquête du monde. Chaque fois qu’Il œuvre Lui-même parmi les hommes, c’est le début d’une nouvelle bataille. Sans le début d’une nouvelle œuvre, l’ancienne œuvre ne serait pas conclue, naturellement. Et l’absence de conclusion de l’ancienne prouve que la bataille contre Satan reste encore à mener à son terme. C’est seulement si Dieu Lui-même vient parmi les hommes et réalise une nouvelle œuvre que l’homme peut pleinement se libérer du domaine de Satan et acquérir une nouvelle vie et un nouveau commencement. Sinon, l’homme vivra éternellement dans l’ère ancienne et vivra éternellement sous l’ancienne influence de Satan. Durant chaque ère dirigée par Dieu, une partie de l’homme est libérée, et donc, l’homme progresse vers la nouvelle ère en même temps que l’œuvre de Dieu. La victoire de Dieu est une victoire pour tous ceux qui Le suivent. Si l’humanité de la création avait la responsabilité de conclure l’ère, alors, que ce soit du point de vue de l’homme ou de Satan, ce ne serait pas plus qu’un acte qui s’oppose à Dieu ou qui Le trahit, et non un acte d’obéissance à Dieu, et ainsi le travail de l’homme deviendrait un outil pour Satan. Si l’homme obéit à Dieu et Le suit durant une ère inaugurée par Dieu Lui-même, alors seulement Satan sera pleinement convaincu, car tel est le devoir d’un être créé. Par conséquent, Je vous dis que vous n’avez qu’à suivre et à obéir, et rien de plus n’est exigé de vous. Voilà ce que signifie accomplir son devoir et exercer ses fonctions. Dieu fait Sa propre œuvre et n’a pas besoin que l’homme fasse Son œuvre à Sa place. Il ne participe pas non plus au travail des êtres créés. L’homme accomplit son propre devoir et ne participe pas à l’œuvre de Dieu. Voilà la seule obéissance et la preuve que Satan est vaincu. Après que Dieu Lui-même a inauguré la nouvelle ère, Il ne descend plus Lui-même pour œuvrer parmi les hommes. C’est alors seulement que l’homme entre officiellement dans la nouvelle ère pour accomplir son devoir et réaliser sa mission comme être créé. Tels sont les principes selon lesquels Dieu œuvre et que personne ne peut transgresser. Seule cette façon de travailler est sensée et raisonnable. L’œuvre de Dieu est faite par Dieu Lui-même. C’est Lui qui met Son œuvre en mouvement et Lui aussi qui la conclut. C’est Lui qui planifie l’œuvre, qui la gère, et, même plus, c’est Lui qui la mène à son terme. Comme le dit la Bible : « Je suis le Commencement et la Fin ; Je suis le Semeur et le Moissonneur. » Tout ce qui est lié à l’œuvre de Sa gestion est fait par Dieu Lui-même. Il est le Souverain du plan de gestion de six mille ans ; nul ne peut faire Son œuvre à Sa place ou conclure Son œuvre, car c’est Lui qui tient tout dans Sa main. Puisqu’Il a créé le monde, Il conduira le monde entier à vivre dans Sa lumière, et Il conclura aussi l’ensemble de l’ère et ainsi mènera tout Son plan à terme !

Extrait de « Le mystère de l’incarnation (1) », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 170)

Tout le tempérament de Dieu a été révélé au cours du plan de gestion de six mille ans. Il n’est pas révélé seulement dans l’ère de la Grâce, ni seulement dans l’ère de la Loi, ou encore moins seulement dans cette période des derniers jours. L’œuvre accomplie dans les derniers jours représente le jugement, la colère et le châtiment. L’œuvre accomplie dans les derniers jours ne peut pas remplacer l’œuvre de l’ère de la Loi ou de l’ère de la Grâce. Cependant, les trois étapes, étroitement liées entre elles, ne forment qu’une seule entité et les trois sont l’œuvre accomplie par un seul Dieu. Naturellement, l’exécution de cette œuvre est divisée en ères distinctes. L’œuvre des derniers jours mène tout à sa fin ; celle de l’ère de la Loi était l’œuvre du commencement et celle de l’ère de la Grâce était l’œuvre de la rédemption. En ce qui concerne les visions de l’œuvre durant tout ce plan de gestion de six mille ans, personne ne peut en avoir un aperçu ou une compréhension. Ces visions sont toujours restées des mystères. Dans les derniers jours, seule l’œuvre de la parole est faite pour inaugurer l’ère du Règne, mais elle ne représente pas toutes les ères. Les derniers jours ne sont pas plus que les derniers jours et pas plus que l’ère du Règne et ils ne représentent pas l’ère de la Grâce ou l’ère de la Loi. Les derniers jours ne sont que le temps où toute l’œuvre du plan de gestion de six mille ans vous est révélée. C’est le dévoilement du mystère. Aucun homme ne peut dévoiler ce genre de mystère. Peu importe la compréhension que les hommes ont de la Bible, elle ne reste rien de plus que des mots, car les hommes ne comprennent pas l’essence de la Bible. Quand les hommes lisent la Bible, ils peuvent comprendre quelques vérités, expliquer certains mots ou soumettre quelques passages et citations célèbres à leur examen insignifiant, mais ils ne seront jamais en mesure de dégager le sens de ces paroles, car les hommes ne voient que des paroles sans vie, et non les scènes de l’œuvre de l’Éternel et de Jésus, et les hommes sont incapables de percer le mystère de cette œuvre. Par conséquent, le mystère du plan de gestion de six mille ans est le plus grand mystère, le plus profondément caché et tout à fait incompréhensible par l’homme. Personne ne peut directement comprendre la volonté de Dieu sauf si Dieu l’explique Lui-même aux hommes et leur en révèle le sens, sinon, elle restera à jamais une énigme et un mystère scellé pour les hommes. Oublions les hommes du monde religieux. Si l’on ne vous avait pas renseigné aujourd’hui, vous ne comprendriez pas non plus. Cette œuvre de six mille ans est plus mystérieuse que toutes les prophéties des prophètes. Elle est le plus grand mystère depuis la création jusqu’à présent, et aucun des prophètes à travers les âges n’a jamais été en mesure de le comprendre, car ce mystère n’est dévoilé que dans l’ère de la fin et n’a jamais été révélé auparavant. Si vous pouvez comprendre ce mystère et pouvez le recevoir en son intégralité, toutes les personnes religieuses seront vaincues par ce mystère. Il n’y a que cela qui soit la plus grande des visions, ce que l’homme désire le plus ardemment comprendre, mais aussi ce qui est le moins clair pour lui. Quand vous étiez à l’ère de la Grâce, vous ne saviez pas en quoi consistait l’œuvre accomplie par Jésus ni celle faite par l’Éternel. Les gens ne comprenaient pas pourquoi l’Éternel avait établi les lois, pourquoi Il avait demandé à la multitude de garder les lois ou pourquoi le temple devait être construit, et les hommes comprenaient encore moins pourquoi les Israélites furent conduits hors d’Égypte dans le désert, puis en Canaan. Ce n’est qu’en ce jour que ces questions sont révélées.

Extrait de « Le mystère de l’incarnation (4) », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 171)

Personne n’est capable de vivre de manière indépendante sauf ceux qui reçoivent une direction et une inspiration spéciales du Saint-Esprit, car ils ont besoin du ministère et de la conduite de ceux qui sont utilisés par Dieu. Ainsi, à chaque ère, Dieu élève des personnes différentes qui s’investissent rapidement et conduisent les Églises pour le bien de Son œuvre. C’est-à-dire que l’œuvre de Dieu doit être accomplie par ceux qu’Il regarde favorablement et approuve ; le Saint-Esprit doit utiliser la part en eux qui est digne d’usage pour que le Saint-Esprit œuvre, et ils sont rendus aptes à être utilisés par Dieu en étant perfectionnés par le Saint-Esprit. Parce que la faculté de compréhension de l’homme est trop insuffisante, il doit être guidé par ceux qui sont utilisés par Dieu ; il en fut de même de l’usage que Dieu fit de Moïse, en qui Il trouva beaucoup de choses qui convenaient à l’époque, et qu’Il utilisa autrefois pour accomplir l’œuvre de Dieu pendant cette période. Au cours de cette étape, Dieu utilise un homme, tout en profitant de la partie de celui-ci qui peut être utilisée par le Saint-Esprit, pour œuvrer, et le Saint-Esprit le dirige et perfectionne simultanément la partie restante non utilisable.

Le travail accompli par celui qui est utilisé par Dieu vise à coopérer dans le cadre de l’œuvre du Christ ou du Saint-Esprit. Cet homme est élevé parmi les hommes par Dieu, il est là pour diriger tous les élus de Dieu, et il est aussi élevé par Dieu pour faire le travail de la coopération humaine. Avec quelqu’un comme celui-ci, qui est capable de faire le travail de la coopération humaine, la plupart des exigences de Dieu envers l’homme et l’œuvre que le Saint-Esprit doit faire chez l’homme peuvent être réalisées par lui. En d’autres termes : le but de Dieu en utilisant cet homme est de faire en sorte que tous ceux qui suivent Dieu puissent mieux comprendre la volonté de Dieu et puissent parvenir aux exigences de Dieu. Parce que les gens sont incapables de comprendre directement les paroles de Dieu ou la volonté de Dieu, Dieu a élevé quelqu’un qui est utilisé pour effectuer un tel travail. Cette personne qui est utilisée par Dieu peut aussi être décrite comme un canal par lequel Dieu guide les gens, en tant qu’« interprète » qui communique entre Dieu et l’homme. Ainsi, un tel homme est différent de ceux qui travaillent dans la maison de Dieu ou qui sont Ses apôtres. Comme eux, on peut dire qu’il est quelqu’un qui sert Dieu, mais dans la substance de son travail et le contexte de son utilisation par Dieu, il diffère grandement des autres ouvriers et apôtres. En ce qui concerne la substance de son travail et le contexte de son utilisation, l’homme qui est utilisé par Dieu est élevé par Lui, il est préparé par Dieu pour l’œuvre de Dieu et il travaille pour l’œuvre de Dieu Lui-même. Personne ne pourrait jamais accomplir son travail à sa place : c’est la coopération humaine qui est indispensable parallèlement à l’œuvre divine. Le travail accompli par d’autres ouvriers ou apôtres n’est que la communication et la mise en œuvre des nombreux aspects des arrangements des Églises pendant chaque période, ou bien le travail se rapportant à une simple disposition de la vie, afin de maintenir la vie de l’Église. Ces disciples et apôtres ne sont pas nommés par Dieu, et ne peuvent encore moins être considérés comme ceux qui sont utilisés par le Saint-Esprit. Ils sont choisis parmi les Églises et, après avoir été formés et édifiés pendant une certaine période, ceux qui sont qualifiés sont maintenus, tandis que ceux qui sont inaptes sont renvoyés d’où ils sont venus. Parce que ces personnes sont choisies parmi les Églises, certaines montrent leur vrai visage après avoir été faites leaders, et certaines font même beaucoup de mauvaises choses et finissent par être éliminées. L’homme qui est utilisé par Dieu, d’autre part, est quelqu’un qui a été préparé par Dieu, et qui est d’un certain calibre, et a de l’humanité. Il a été préparé et perfectionné à l’avance par le Saint-Esprit, et il est totalement conduit par le Saint-Esprit, et, surtout quand il s’agit de son travail, il est dirigé et commandé par le Saint-Esprit. En conséquence, il n’y a pas moyen de s’écarter du chemin conduisant les élus de Dieu, car Dieu Se charge sûrement de Sa propre œuvre, et Dieu accomplit Sa propre œuvre en tout temps.

Extrait de « À propos de l’utilisation de l’homme par Dieu », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 172)

L’œuvre dans le courant du Saint-Esprit, peu importe qu’elle soit la propre œuvre de Dieu ou le travail des gens qui sont utilisés, est l’œuvre du Saint-Esprit. L’essence de Dieu Lui-même est l’Esprit qui peut être appelé le Saint-Esprit ou l’Esprit sept fois intensifié. Somme toute, Ils sont l’Esprit de Dieu, même si l’Esprit de Dieu a été appelé par des noms divers dans les différentes ères. Leur essence reste toujours la même. Par conséquent, l’œuvre de Dieu Lui-même est l’œuvre du Saint-Esprit, tandis que l’œuvre de Dieu incarné n’est rien de moins que le Saint-Esprit à l’œuvre. Le travail des gens qui sont utilisés est aussi l’œuvre du Saint-Esprit. Mais l’œuvre de Dieu est l’expression complète du Saint-Esprit, ce qui est absolument vrai, alors que le travail des gens utilisés est mélangé avec beaucoup de choses humaines et n’est pas l’expression directe du Saint-Esprit, encore moins Son expression complète. L’œuvre du Saint-Esprit est variée et n’est limitée par aucune condition. L’œuvre du Saint-Esprit varie selon les personnes différentes, manifeste différentes essences et varie selon les différentes époques, ainsi que selon les pays. Bien sûr, bien que le Saint-Esprit œuvre de nombreuses manières différentes et selon de nombreux principes, peu importe la manière dont l’œuvre est faite ou en quel genre de personnes, son essence est toujours différente ; toute l’œuvre accomplie en différentes personnes a ses principes et tout ce qu’elle est peut représenter l’essence de ses objets. Ceci est parce que l’œuvre du Saint-Esprit est très précise quant à sa portée et bien mesurée. L’œuvre accomplie dans la chair incarnée n’est pas la même que l’œuvre effectuée dans les personnes, et l’œuvre varie aussi selon le calibre des personnes dans lesquelles elle est effectuée. L’œuvre faite dans la chair incarnée n’est pas faite dans les gens et n’est pas la même œuvre que celle qui est faite dans les gens. En bref, peu importe la façon dont elle est faite, l’œuvre opérée en différents objets n’est jamais la même, et les principes sur lesquels Il fonde Son œuvre diffèrent en fonction de l’état et de la nature des différentes personnes dans lesquelles Il œuvre. Le Saint-Esprit œuvre en différentes gens en fonction de leur essence intrinsèque et n’exige d’eux rien qui dépasse leur essence inhérente ni n’accomplit en eux une œuvre qui dépasse leur calibre intrinsèque. Ainsi, l’œuvre du Saint-Esprit en l’homme permet aux gens de voir l’essence de l’objet de cette œuvre. L’essence inhérente de l’homme ne change pas ; son calibre inhérent est limité. Le Saint-Esprit utilise les gens ou œuvre en eux selon les limites de leur calibre afin qu’ils puissent en bénéficier. Quand le Saint-Esprit œuvre dans les gens qu’Il utilise, les talents et le calibre inhérent de ces gens sont libérés, non retenus. Leur calibre inhérent est complètement mis au service de l’œuvre. On peut dire qu’Il utilise les aspects des hommes qui peuvent être utilisés dans Son œuvre en vue d’obtenir des résultats de cette œuvre. Par contre, l’œuvre effectuée dans la chair incarnée exprime directement l’œuvre de l’Esprit et n’est pas altérée par l’esprit humain et les pensées humaines ; ni les talents de l’homme, ni l’expérience de l’homme, ni la condition innée de l’homme ne peuvent l’atteindre. La totalité de l’œuvre du Saint-Esprit est destinée à bénéficier à l’homme et à édifier l’homme. Cependant, certaines gens peuvent être perfectionnés tandis que d’autres n’ont pas les conditions requises pour être perfectionnés, c’est-à-dire qu’ils ne peuvent pas être perfectionnés et peuvent difficilement être sauvés, et même s’ils ont fait l’objet de l’œuvre du Saint-Esprit, ils sont finalement éliminés. Cela revient à dire que, bien que l’œuvre du Saint-Esprit soit d’édifier les gens, on ne peut pas dire que tous ceux qui ont fait l’objet de l’œuvre du Saint-Esprit seront complètement perfectionnés, car le chemin que beaucoup de gens empruntent dans leur recherche n’est pas le chemin du perfectionnement. Ils sont seulement l’objet de l’œuvre unilatérale du Saint-Esprit, et ne fournissent pas la coopération humaine subjective ni la recherche humaine correcte. Ainsi, l’œuvre du Saint-Esprit en ces gens sert à ceux qui sont perfectionnés. L’œuvre du Saint-Esprit ne peut pas être vue directement par les gens ni touchée directement par les gens eux-mêmes. Elle peut seulement être exprimée par ceux qui ont le don du travail, ce qui signifie que l’œuvre du Saint-Esprit est fournie aux disciples par les expressions des hommes.

Extrait de « L’œuvre de Dieu et le travail de l’homme », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 173)

L’œuvre du Saint-Esprit est accomplie et achevée par de nombreux types de personnes et sous de nombreuses conditions différentes. Bien que l’œuvre de Dieu incarné puisse représenter l’œuvre de toute une ère et puisse représenter l’entrée des gens dans toute une ère, le travail sur les détails de l’entrée des gens doit quand même être fait par des hommes utilisés par le Saint-Esprit, non par Dieu incarné. Ainsi, l’œuvre de Dieu, ou le ministère propre de Dieu, est l’œuvre de Dieu incarné dans la chair et ne peut pas être faite par l’homme à Sa place. L’œuvre du Saint-Esprit est achevée par de nombreux différents types de gens ; elle ne peut pas être totalement réalisée par une seule personne et ne peut pas être exprimée complètement par une seule personne. Ceux qui dirigent les Églises ne peuvent pas non plus représenter complètement l’œuvre du Saint-Esprit ; ils ne peuvent que faire un travail de direction. L’œuvre du Saint-Esprit peut ainsi être divisée en trois parties : l’œuvre propre de Dieu, le travail des gens qui sont utilisés et l’œuvre de tous ceux qui sont dans le courant du Saint-Esprit. L’œuvre propre de Dieu est de diriger l’ère entière ; le travail des hommes qui sont utilisés est de diriger tous les disciples de Dieu en étant envoyés ou en recevant la commission après que Dieu a accompli Sa propre œuvre ; ces hommes sont ceux qui coopèrent avec l’œuvre de Dieu. L’œuvre accomplie par le Saint-Esprit en ceux qui sont dans le courant est de soutenir toute Sa propre œuvre, c’est-à-dire de soutenir toute Sa gestion et Son témoignage, perfectionnant dans le même temps ceux qui peuvent être perfectionnés. Ces trois parties ensemble sont l’œuvre complète du Saint-Esprit, mais sans l’œuvre de Dieu Lui-même, l’œuvre de gestion stagnerait dans sa totalité. L’œuvre de Dieu Lui-même implique le travail de toute l’humanité et elle représente aussi l’œuvre de toute l’ère, ce qui signifie que la propre œuvre de Dieu représente chaque dynamique et chaque tendance de l’œuvre du Saint-Esprit, alors que le travail des apôtres vient après la propre œuvre de Dieu, la suit et ne dirige pas l’ère ni ne représente des tendances de l’œuvre du Saint-Esprit durant toute une ère. Ils ne font que le travail que l’homme devrait faire, ce qui n’a absolument rien à voir avec l’œuvre de gestion. L’œuvre que Dieu accomplit Lui-même est un projet à l’intérieur de l’œuvre de gestion. Le travail de l’homme est seulement le devoir que les hommes qui sont utilisés accomplissent et n’a aucun rapport avec l’œuvre de gestion. En dépit du fait que tous les deux sont l’œuvre du Saint-Esprit et en raison des différentes identités et représentations de l’œuvre, il existe des différences claires et substantielles entre l’œuvre propre de Dieu et le travail de l’homme. En outre, la quantité de l’œuvre accomplie par le Saint-Esprit sur des objets qui ont différentes identités varie. Tels sont les principes et le cadre de l’œuvre du Saint-Esprit.

Extrait de « L’œuvre de Dieu et le travail de l’homme », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 174)

Le travail de l’homme signifie son expérience et son humanité. Ce que l’homme apporte et le travail qu’il accomplit le représentent. L’idée de l’homme, le raisonnement de l’homme, la logique de l’homme et sa riche imagination sont tous inclus dans son travail. L’expérience de l’homme est particulièrement apte à signifier son travail, et les expériences d’une personne deviennent les composantes de son travail. Le travail de l’homme peut exprimer son expérience. Quand certaines gens font une expérience d’une manière négative, la majeure partie du langage de leur échange se composera d’éléments négatifs. Si leur expérience, sur une période donnée, est positive et qu’ils empruntent particulièrement un chemin en étant positifs, leur échange est très encourageant et les gens sont en mesure d’en tirer des éléments positifs. Si un ouvrier devient négatif pendant un certain temps, son échange comportera toujours des éléments négatifs. Ce genre d’échange est déprimant et les autres seront inconsciemment déprimés après son échange. L’état des disciples change en fonction de l’état du guide. Un ouvrier exprime ce qui l’habite à l’intérieur, et l’œuvre du Saint-Esprit change souvent avec l’état de l’homme. Il œuvre en accord avec l’expérience des gens et ne les force pas, mais impose des exigences aux gens selon le cours normal de leur expérience. Ce qui revient à dire que l’échange de l’homme diffère de la parole de Dieu. Ce sur quoi les gens échangent transmet les idées et l’expérience de chacun, exprimant leurs idées et leur expérience en fonction de l’œuvre de Dieu. Leur responsabilité est de découvrir, après que Dieu a œuvré ou parlé, ce qu’ils devraient pratiquer de Son œuvre et de Ses paroles, dans quelles parties ils devraient entrer, puis de le livrer aux disciples. Par conséquent, le travail de l’homme représente son entrée et sa pratique. Bien sûr, un tel travail est mélangé avec des leçons humaines et avec l’expérience ou certaines pensées humaines. Quelle que soit la façon dont le Saint-Esprit œuvre, en l’homme ou en Dieu incarné, les ouvriers expriment toujours ce qu’ils sont. Bien que ce soit le Saint-Esprit qui œuvre, l’œuvre est fondée sur ce que l’homme est par nature, parce que le Saint-Esprit ne travaille pas sans fondement. En d’autres termes, l’œuvre ne vient pas de rien, mais est toujours faite conformément à des circonstances véritables et à des conditions réelles. C’est seulement de cette manière que le tempérament de l’homme peut être transformé, que ses vieilles notions et ses vieilles pensées peuvent être changées. Ce que l’homme exprime est ce qu’il voit, ce qu’il expérimente et ce qu’il peut imaginer, et c’est atteignable par la pensée de l’homme même si ce sont des doctrines et des notions. Le travail de l’homme ne peut pas dépasser la portée de l’expérience de l’homme, ni ce que l’homme voit, ni ce qu’il peut imaginer ou concevoir, peu importe la quantité de ce travail. Ce que Dieu exprime est ce qu’Il est Lui-même, et c’est inatteignable par l’homme, c’est-à-dire que c’est au-delà de la portée de la pensée de l’homme. Il exprime Son œuvre de direction de toute l’humanité, et cela n’a aucun rapport avec les détails de l’expérience humaine, mais concerne plutôt Sa propre gestion. Ce que l’homme exprime, c’est son expérience, alors que ce que Dieu exprime, c’est Son être qui est Son tempérament inhérent et est inaccessible à l’homme. L’expérience de l’homme se compose de ses idées et de ses connaissances acquises à partir de l’expression par Dieu de Son être. De telles idées et de telles connaissances sont appelées l’être de l’homme et leur expression est basée sur le tempérament et le calibre inhérents de l’homme ; c’est pourquoi elles sont aussi appelées l’être de l’homme. L’homme peut échanger sur ce qu’il expérimente et ce qu’il voit. Personne ne peut échanger sur ce qu’il n’a pas expérimenté, n’a pas vu ou sur ce qui est inaccessible à son esprit, ces choses n’étant pas à l’intérieur de lui. Si ce que l’homme exprime ne vient pas de son expérience, c’est alors son imagination ou de la doctrine. En termes simples, il n’y a aucune réalité dans ses paroles. Si tu n’entrais jamais en contact avec les choses de la société, tu ne seras pas en mesure de bien échanger sur les relations complexes dans la société. Si tu n’avais pas de famille et que d’autres personnes parlaient de problèmes familiaux, tu ne comprendrais pas la majorité de ce qu’ils disent. Alors, ce sur quoi l’homme échange et le travail qu’il fait représentent son être intérieur. Si quelqu’un échangeait sur sa compréhension du châtiment et du jugement, mais que tu n’en avais aucune expérience, tu n’oserais pas nier sa connaissance, encore moins oserais-tu y accorder ta confiance à cent pour cent. Cela s’explique par le fait que tu n’as jamais expérimenté, n’as jamais connu et ne peux pas imaginer le sujet de son échange. De sa connaissance, tu ne peux que retenir pour l’avenir une manière de subir le châtiment et le jugement. Mais cela ne peut être qu’une compréhension doctrinale et ne peut pas remplacer ta propre compréhension, encore moins ton expérience. Peut-être penses-tu que ce qu’il dit est tout à fait correct, mais selon ta propre expérience, tu découvres que c’est impraticable de nombreuses façons. Peut-être sens-tu que quelque chose de ce que tu entends est complètement impraticable ; tu en tires des notions au moment de l’écoute, et même si tu les acceptes, tu le fais seulement avec réticence. Mais dans ta propre expérience, la connaissance de laquelle tu as tiré des notions devient ton mode de pratique et plus tu pratiques, plus tu comprends la valeur réelle et le sens réel des paroles que tu as entendues. Après avoir vécu ta propre expérience, tu peux alors parler de la connaissance que tu devrais avoir sur les choses que tu as expérimentées. En outre, tu peux également faire la distinction entre ceux dont la connaissance est réelle et pratique et ceux dont la connaissance est basée sur la doctrine et sans valeur. Donc, que les connaissances que tu professes s’accordent avec la vérité ou non dépend en grande partie de l’expérience pratique que tu en as. Lorsqu’il y a de la vérité dans ton expérience, ta connaissance sera pratique et précieuse. Par ton expérience, tu peux aussi acquérir un discernement et une perspicacité, approfondir tes connaissances, et augmenter ta sagesse et ton bon sens au sujet de la manière dont tu devrais te comporter. La connaissance exprimée par des gens qui ne possèdent pas la vérité est de la doctrine, aussi élevée soit-elle. Des gens de ce genre peuvent être très intelligents quand il est question de la chair, mais sont incapables de distinction quand il est question de sujets spirituels. Ces gens en effet n’ont aucune expérience des sujets spirituels. Ces gens ne sont pas éclairés en ce qui concerne les sujets spirituels et ne comprennent pas les sujets spirituels. Peu importe le genre de connaissance que tu exprimes, aussi longtemps qu’il s’agisse de ton être, alors c’est de ton expérience personnelle et de ta connaissance réelle qu’il s’agit. Quant aux gens qui ne parlent que de la doctrine, c’est-à-dire ceux qui ne possèdent ni la vérité ni la réalité, on peut dire que ce dont ils discutent peut aussi être appelé leur être, car leur doctrine est le fruit de leur contemplation profonde et est le résultat de leur profonde rumination. Mais ce n’est que de la doctrine, rien de plus que l’imagination !

Extrait de « L’œuvre de Dieu et le travail de l’homme », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 175)

Les expériences de tous les types de gens représentent les choses en eux. Quiconque n’a aucune expérience spirituelle ne peut parler de la connaissance de la vérité ni de la connaissance sur diverses choses spirituelles. Ce que l’homme exprime est son être intérieur, c’est certain. Si quelqu’un désire avoir une connaissance des choses spirituelles et une connaissance de la vérité, il doit avoir une expérience réelle. Si tu ne peux pas parler clairement du bon sens dans la vie humaine, encore moins pourras-tu parler de choses spirituelles, ne crois-tu pas ? Ceux qui peuvent diriger des Églises, qui peuvent donner la vie aux gens et être des apôtres pour les gens doivent avoir une expérience réelle ; ils doivent avoir une bonne compréhension des choses spirituelles, ainsi qu’une appréciation et une expérience justes de la vérité. Seuls de tels hommes sont qualifiés pour être des ouvriers ou des apôtres qui dirigent les Églises. Autrement, ils ne peuvent que suivre comme les plus petits et ne peuvent pas diriger, encore moins être des apôtres qui sont capables de donner la vie aux gens. En effet, la fonction d’apôtre n’est pas de courir à droite à gauche ou de se battre ; c’est de faire le travail de servir la vie et de diriger les autres vers la transformation de leurs tempéraments. Ceux qui exercent cette fonction sont chargés d’assumer une lourde responsabilité qui ne peut pas être assumée par n’importe qui. Ce genre de travail ne peut être entrepris que par ceux qui ont ce qu’est la vie, c’est-à-dire ceux qui ont une expérience de la vérité. Il ne peut pas être entrepris simplement par quiconque peut renoncer, peut courir à gauche à droite ou est prêt à se dépenser lui-même ; les gens qui n’ont aucune expérience de la vérité, qui n’ont pas été émondés ou jugés, sont incapables de faire ce type de travail. Les gens sans expérience, qui sont des gens sans la réalité, sont incapables de voir clairement la réalité parce qu’ils n’ont pas eux-mêmes ce genre d’être. Donc, les gens de ce genre non seulement sont incapables de faire le travail de direction, mais seront éliminés s’ils n’ont pas la vérité pendant une longue période. L’idée que tu exprimes peut servir de preuve pour les difficultés que tu as vécues dans la vie, les choses pour lesquelles tu es châtié et les questions pour lesquelles tu as été jugé. C’est également vrai au sujet des épreuves : là où l’on est épuré, là où l’on est faible, c’est là que l’on a de l’expérience, là que l’on trouve son chemin. Par exemple, si quelqu’un souffre de frustrations dans son mariage, dans son échange, souvent il dira : « Merci, Dieu ! Dieu soit loué ! Je dois satisfaire le désir du cœur de Dieu et offrir toute ma vie, et je dois placer mon mariage entièrement entre les mains de Dieu. Je suis prêt à livrer toute ma vie à Dieu. » Par les échanges, tout dans l’homme peut démontrer ce qu’il est. Le rythme du discours d’un individu, s’il parle à voix haute ou à voix basse, de tels aspects ne sont pas des aspects d’expérience et ne peuvent pas représenter ce qu’il a et ce qu’il est. Ils peuvent seulement révéler si son caractère est bon ou mauvais, ou si sa nature est bonne ou mauvaise, mais ne peuvent pas déterminer s’il a des expériences ou non. Le talent de l’expression de soi par la parole ou l’habileté ou la vitesse du discours ne sont qu’une question de pratique et ne peuvent pas remplacer l’expérience. Quand tu parles de tes expériences individuelles, tu échanges sur ce que tu considères comme important et sur toutes les choses en toi. Mon discours représente Mon être, mais ce que Je dis est hors de la portée de l’homme. Ce que Je dis n’est pas ce que l’homme expérimente, ce n’est pas quelque chose que l’homme peut voir, ce n’est également pas quelque chose que l’homme peut toucher, mais c’est ce que Je suis. Certaines personnes reconnaissent seulement que le contenu de Mon échange est ce que J’ai expérimenté, mais elles ne reconnaissent pas que c’est l’expression directe de l’Esprit. Bien sûr, ce que Je dis, c’est ce que J’ai expérimenté. C’est Moi qui ai fait le travail de gestion pendant six mille ans. J’ai fait l’expérience de tout depuis le début de la création de l’humanité jusqu’à présent. Comment ne serais-Je pas en mesure d’en discuter ? En ce qui a rapport à la nature de l’homme, Je l’ai vue clairement, et Je l’ai longuement observée. Comment ne serais-Je pas en mesure d’en parler clairement ? Depuis que J’ai clairement vu l’essence de l’homme, Je suis qualifié pour châtier l’homme et pour le juger, parce que tout l’homme est venu de Moi, mais a été corrompu par Satan. Bien sûr, Je suis également qualifié pour évaluer l’œuvre que J’ai faite. Bien que cette œuvre ne soit pas faite par Ma chair, elle est l’expression directe de l’Esprit, et c’est ce que J’ai et ce que Je suis. Par conséquent, Je suis qualifié pour l’exprimer et pour faire l’œuvre que Je dois faire. Ce que les gens disent, c’est ce qu’ils ont expérimenté. C’est ce qu’ils ont vu, ce que leur esprit peut atteindre et ce que leurs sens peuvent percevoir. Voilà ce sur quoi ils peuvent échanger. Les paroles prononcées par la chair incarnée de Dieu sont l’expression directe de l’Esprit et elles expriment l’œuvre qui a été faite par l’Esprit, que la chair n’a pas connue ou vue, pourtant Il exprime quand même Son être, car l’essence de la chair est l’Esprit, et Il exprime l’œuvre de l’Esprit. Même si c’est hors de portée pour la chair, c’est une œuvre déjà accomplie par l’Esprit. Après l’incarnation, par l’expression de la chair, Il permet aux gens de connaître l’être de Dieu et permet aux gens de voir le tempérament de Dieu et l’œuvre qu’Il a faite. Le travail de l’homme donne plus de clarté aux gens au sujet de leur entrée et de ce qu’ils doivent comprendre ; il implique la direction des gens vers la compréhension et l’expérience de la vérité. Le travail de l’homme est de soutenir les gens ; l’œuvre de Dieu est d’ouvrir de nouvelles voies et de nouvelles ères pour l’humanité, et de révéler aux gens ce qui n’est pas connu par les mortels, leur permettant de connaître Son tempérament. L’œuvre de Dieu est de diriger l’humanité tout entière.

Extrait de « L’œuvre de Dieu et le travail de l’homme », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 176)

Toute l’œuvre du Saint-Esprit est accomplie pour bénéficier aux gens. Elle a le seul but d’édifier les gens ; aucune œuvre ne procure pas de bénéfices aux gens. Peu importe que la vérité soit profonde ou superficielle, peu importe le calibre de ceux qui acceptent la vérité, que le Saint-Esprit fasse quoi que ce soit, tout cela est bénéfique pour les gens. Mais l’œuvre du Saint-Esprit ne peut pas être faite directement ; elle doit être exprimée par les hommes qui coopèrent avec Lui. Ce n’est que de cette façon que les résultats de l’œuvre du Saint-Esprit peuvent être obtenus. Bien sûr, quand le Saint-Esprit œuvre directement, il n’y a aucune adultération, mais quand le Saint-Esprit œuvre par l’homme, elle devient très entachée et n’est pas l’œuvre originale du Saint-Esprit. Cela étant, la vérité change à des degrés divers. Les disciples ne reçoivent pas l’intention originale du Saint-Esprit, mais une combinaison de l’œuvre du Saint-Esprit et de l’expérience et de la connaissance de l’homme. De ce qui est reçu par les disciples, la partie qui est l’œuvre du Saint-Esprit est correcte alors que l’expérience et la connaissance de l’homme qui sont reçues varient parce que les ouvriers sont différents. Les ouvriers sous l’éclairage et la direction du Saint-Esprit auront des expériences basées sur cet éclairage et cette direction. L’esprit et l’expérience de l’homme, ainsi que l’être de l’humanité, sont combinés dans ces expériences, et ensuite ils acquièrent la connaissance ou la perspicacité qu’ils devraient avoir. Telle est la voie de la pratique pour l’homme après avoir expérimenté la vérité. Cette voie de la pratique n’est pas toujours la même parce que les gens expérimentent différemment et que les choses que les gens expérimentent sont différentes. De cette façon, le même éclairage du Saint-Esprit conduit à une connaissance et une pratique différentes parce que ceux qui reçoivent l’éclairage sont différents. Certains font des erreurs mineures lors de la pratique alors que d’autres font des erreurs majeures, et d’autres ne font que des erreurs. En effet, la capacité de compréhension des gens diffère et que leur calibre inhérent diffère également. Après avoir entendu un message, certains comprennent d’une manière et d’autres comprennent d’une autre manière après avoir entendu une vérité. Certains dévient légèrement alors que d’autres ne comprennent pas du tout le sens réel de la vérité. Par conséquent, la compréhension que l’on a dicte sa manière de diriger les autres ; cela est tout à fait vrai parce que le travail de quelqu’un est tout simplement l’expression de son être. Les gens dirigés par ceux qui ont une bonne compréhension de la vérité auront une bonne compréhension de la vérité. Même si des gens font des erreurs de compréhension, quelques-uns seulement, tous ne font pas des erreurs. Si quelqu’un se trompe dans sa compréhension de la vérité, ceux qui le suivent seront sans aucun doute aussi dans l’erreur et ils seront dans l’erreur dans tous les sens du mot. Le degré de compréhension de la vérité chez les disciples dépend en grande partie des ouvriers. Bien sûr, la vérité de Dieu est correcte et sans erreur, et est absolument certaine. Les ouvriers cependant ne sont pas complètement corrects et ne peuvent pas être considérés comme totalement fiables. Si les ouvriers ont un moyen concret de mettre la vérité en pratique, alors les disciples auront également un moyen de pratiquer. Si les ouvriers n’ont pas un moyen de pratiquer la vérité, mais ont seulement la doctrine, les disciples n’auront aucune réalité. Le calibre et la nature des disciples sont déterminés par la naissance et ne sont pas associés aux ouvriers, mais le degré de compréhension de la vérité et de la connaissance de Dieu qu’ont les disciples dépend des ouvriers. (Cela n’est vrai que pour certaines personnes.) Tel ouvrier, tels disciples. Un ouvrier exprime son être propre, sans réserve. Les exigences qu’il place sur ses disciples sont ce qu’il est lui-même prêt à réaliser ou capable de réaliser. La plupart des ouvriers imposent des exigences à leurs disciples en fonction de ce qu’ils font eux-mêmes, même si leurs disciples ne peuvent pas du tout réaliser une grande partie de ces exigences, et ce qui ne peut pas être réalisé devient un obstacle à leur entrée.

Extrait de « L’œuvre de Dieu et le travail de l’homme », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 177)

La déviation est bien moindre dans le travail de ceux qui ont été émondés, traités, jugés et châtiés, et l’expression de leur travail est beaucoup plus claire. Ceux qui comptent sur leur naturalité pour travailler font des erreurs plutôt majeures. Le travail des gens non perfectionnés exprime trop de leur propre naturalité, ce qui constitue un obstacle majeur à l’œuvre du Saint-Esprit. Quelle que soit la qualité du calibre des gens, ils doivent quand même être émondés, traités et jugés avant de pouvoir faire le travail du mandat de Dieu. S’ils ne subissent pas un tel jugement, peu importe leur succès, leur travail ne peut pas être en accord avec les principes de la vérité et est toujours le fruit de leur propre naturalité et bonté humaine. Le travail de ceux qui ont été émondés, traités et jugés est bien plus clair que le travail de ceux qui n’ont pas été émondés, traités et jugés. Ceux qui n’ont pas subi le jugement n’expriment rien de plus que la chair humaine et les pensées humaines mélangées avec beaucoup d’intelligence humaine et des talents innés. Ce n’est pas l’expression exacte de l’œuvre de Dieu par les hommes. Leurs disciples sont attirés à eux par leur calibre inné. Parce qu’ils expriment trop de la perspicacité et de l’expérience de l’homme, qui sont presque déconnectées de l’intention originelle de Dieu et s’éloignent trop de Dieu, le travail de ce type de gens ne peut amener les hommes devant Dieu, les amène plutôt devant l’homme. Alors, ceux qui n’ont pas subi le jugement et le châtiment ne sont pas qualifiés pour mener à bien l’œuvre du mandat de Dieu. Le travail d’un ouvrier qualifié peut amener les gens sur la bonne voie et leur accorder une meilleure entrée dans la vérité. Son travail peut amener les gens devant Dieu. En outre, le travail qu’il fait peut varier d’un individu à l’autre et n’est pas limité par des règles, accordant aux gens la libération et la liberté et la capacité de progresser graduellement dans la vie et d’avoir une entrée plus profonde dans la vérité. Le travail d’un ouvrier non qualifié est loin d’être suffisant ; son travail est stupide. Il n’a que des règlements à donner aux gens et ce qu’il exige des gens ne varie pas d’un individu à l’autre ; il ne travaille pas en fonction des besoins réels des gens. Dans ce type de travail, il y a trop de règlements et trop de doctrines, et cela ne peut pas amener les gens dans la réalité ni dans la pratique normale de la croissance dans la vie. Il ne peut que permettre aux gens d’adhérer à quelques règles sans valeur. Une telle direction ne peut qu’égarer les gens. Il te guide afin que tu deviennes comme lui ; il peut t’amener dans ce qu’il a et ce qu’il est. Les disciples peuvent discerner si les guides sont qualifiés en regardant la voie qu’ils empruntent et les résultats de leur travail, en considérant si leurs principes sont en accord avec la vérité et si eux-mêmes, les disciples, reçoivent des moyens de pratique appropriés à leur transformation. Tu devrais faire la distinction entre le travail différent de différents types de gens ; tu ne devrais pas être un disciple stupide. Cela a un rapport avec la question de l’entrée des gens. Si tu es incapable de faire la distinction entre un guide qui a une voie et un autre qui n’en a pas, tu seras facilement trompé. Tout cela a une incidence directe sur ta propre vie. Il y a trop de naturalité dans le travail de gens non perfectionnés ; il y a trop de volonté humaine dans le mélange. Leur être est la naturalité, ce qu’ils avaient à la naissance. Ce n’est pas la vie après avoir été traité ni la réalité après avoir été transformé. Comment une telle personne peut-elle soutenir ceux qui cherchent la vie ? La vie originelle de l’homme est son intelligence innée ou son talent inné. Ce genre d’intelligence ou de talent sont plutôt éloignés des exigences exactes de Dieu envers l’homme. Si un homme n’a pas été perfectionné et son tempérament corrompu n’a pas été émondé et traité, il y aura un grand écart entre ce qu’il exprime et la vérité ; ce qu’il exprime sera mélangé avec des choses vagues comme son imagination et son expérience unilatérale, etc. En outre, indépendamment de la façon dont il travaille, les gens sentent qu’il n’y a pas d’objectif global et pas de vérité qui convienne à l’entrée de tous les gens. La majorité des exigences placées sur les gens dépassent leur capacité, autant leur demander de chercher la quadrature du cercle. C’est le travail de la volonté humaine. Le tempérament corrompu de l’homme, ses pensées et ses notions imprègnent toutes les parties de son corps. L’homme ne naît pas avec l’instinct de pratiquer la vérité ni n’a l’instinct de comprendre directement la vérité. Ajoutez à cela le tempérament corrompu de l’homme, et alors quand ce genre d’individu naturel travaille, ne provoque-t-il pas des interruptions ? Mais un homme qui a été perfectionné a l’expérience de la vérité que les gens devraient comprendre et la connaissance de leurs tempéraments corrompus, de sorte que les choses vagues et irréelles dans son travail diminuent graduellement, les falsifications humaines deviennent moins nombreuses et son travail et son service se rapprochent de plus en plus des normes requises par Dieu. Ainsi, son travail est entré dans la réalité-vérité et est aussi devenu réaliste. Les pensées dans l’esprit de l’homme en particulier bloquent l’œuvre du Saint-Esprit. L’homme a une riche imagination, une logique raisonnable et une longue expérience de la gestion des affaires. Si ces aspects de l’homme ne subissent pas l’émondage et la correction, ils sont tous des obstacles à l’œuvre. Par conséquent, le travail de l’homme ne peut pas atteindre le plus haut degré de précision, en particulier le travail des gens non perfectionnés.

Extrait de « L’œuvre de Dieu et le travail de l’homme », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 178)

Le travail de l’homme reste à l’intérieur d’un cadre et est limité. Un individu ne peut que faire le travail d’une certaine phase et ne peut pas faire le travail de toute l’ère, autrement il dirigerait les gens au milieu de règlements. Le travail de l’homme ne peut s’appliquer qu’à un moment particulier ou à une phase particulière. Cela est dû au fait que l’expérience de l’homme a sa portée. On ne peut pas comparer le travail de l’homme avec l’œuvre de Dieu. Les voies de pratique de l’homme et sa connaissance de la vérité s’appliquent toutes à une portée particulière. Tu ne peux pas dire que le chemin de l’homme est complètement la volonté du Saint-Esprit, car l’homme peut seulement être éclairé par le Saint-Esprit et ne peut pas être complètement rempli du Saint-Esprit. Les choses que l’homme peut expérimenter sont toutes dans le cadre de l’humanité normale et ne peuvent pas dépasser la gamme de pensées de l’esprit humain normal. Tous ceux qui peuvent manifester la réalité-vérité font l’expérience dans cette gamme. Quand ils font l’expérience de la vérité, c’est toujours une expérience de la vie humaine normale sous l’éclairage du Saint-Esprit ; ce n’est pas une manière de faire l’expérience qui dévie de la vie humaine normale. Éclairés par le Saint-Esprit, ils font l’expérience de la vérité sur la fondation de leur vie humaine. De plus, cette vérité varie d’un individu à l’autre et sa profondeur est liée à l’état de l’individu. On peut seulement dire que son chemin est la vie humaine normale de quelqu’un qui cherche la vérité et que l’on peut l’appeler le chemin emprunté par un individu normal éclairé par le Saint-Esprit. On ne peut pas dire que le chemin qu’ils foulent est le chemin emprunté par le Saint-Esprit. Dans l’expérience humaine normale, parce que les gens qui cherchent ne sont pas les mêmes, l’œuvre du Saint-Esprit n’est pas la même non plus. En outre, parce que l’environnement dans lequel les gens vivent et la gamme de leurs expériences ne sont pas les mêmes, à cause du mélange de leur esprit et de leurs pensées, leur expérience est mélangée à des degrés divers. Les gens comprennent une vérité en fonction de leurs différentes conditions individuelles. Leur compréhension de la signification réelle de la vérité n’est pas complète et n’en constitue qu’un ou quelques aspects. L’étendue de la vérité expérimentée par l’homme diffère d’une personne à l’autre conformément aux conditions de chaque personne. De cette façon, la connaissance de la même vérité, telle qu’exprimée par des gens différents, n’est pas la même. Autrement dit, l’expérience de l’homme a toujours des limites et ne peut pas représenter complètement la volonté du Saint-Esprit, et le travail de l’homme ne peut pas non plus être perçu comme l’œuvre de Dieu, même si ce qui est exprimé par l’homme correspond étroitement à la volonté de Dieu, même si l’expérience de l’homme est très près de l’œuvre du perfectionnement accomplie par le Saint-Esprit. L’homme ne peut être que le serviteur de Dieu, faisant le travail que Dieu lui confie. L’homme peut seulement exprimer la connaissance qu’il acquiert de l’éclairage du Saint-Esprit et les vérités tirées de ses expériences personnelles. L’homme n’est pas qualifié et ne remplit pas les conditions pour servir d’exutoire au Saint-Esprit. Il n’est pas autorisé à dire que son travail est l’œuvre de Dieu. L’homme a des principes de travail qui viennent de l’homme, et tous les hommes ont des expériences différentes et possèdent des conditions variables. Le travail de l’homme inclut toutes ses expériences sous l’éclairage du Saint-Esprit. Ces expériences peuvent seulement représenter l’être de l’homme et ne représentent pas l’être de Dieu ni la volonté du Saint-Esprit. Par conséquent, on ne peut pas dire que le chemin emprunté par l’homme est le chemin emprunté par le Saint-Esprit, parce que le travail de l’homme ne peut pas représenter l’œuvre de Dieu et le travail et l’expérience de l’homme ne sont pas la volonté complète du Saint-Esprit. Le travail de l’homme est enclin à tomber dans les règlements, et la méthode de son travail est facilement réduite à une portée limitée et est incapable de conduire les gens vers une voie libre. La plupart des disciples vivent dans un cadre limité, et leur expérimentation est également limitée dans sa portée. L’expérience de l’homme est toujours limitée ; la méthode de son travail est également limitée à quelques types et ne peut être comparée à l’œuvre du Saint-Esprit ou à l’œuvre de Dieu Lui-même, car l’expérience de l’homme, à la fin, est limitée. Quelle que soit la manière dont Dieu fait Son œuvre, elle n’est pas limitée par des règles ; de quelque manière qu’elle soit faite, elle n’est pas limitée à une seule méthode. Il n’y a aucune règle dans l’œuvre de Dieu ; toute Son œuvre est relâchée et libre. Peu importe pendant combien de temps les gens Le suivent, ils ne peuvent distiller aucune loi qui gouverne Sa manière de travailler. Bien que Son œuvre ait des principes, elle est toujours faite de nouvelles façons et a toujours de nouveaux développements, et elle est au-delà de la portée de l’homme. Au cours d’une seule période, Dieu peut avoir plusieurs différentes manières d’œuvrer et des façons différentes de diriger les gens, faisant en sorte que les gens ont toujours de nouvelles entrées et de nouveaux changements. Tu ne peux pas discerner les lois de Son œuvre parce qu’Il œuvre toujours de nouvelles façons, et ce n’est que de cette manière que les disciples de Dieu ne deviennent pas limités par les règlements. L’œuvre de Dieu Lui-même évite toujours les notions des gens et s’y oppose. Seuls ceux qui Le suivent et Le cherchent avec un cœur sincère peuvent voir leur tempérament transformé et vivre librement sans être soumis à aucune règle ou retenus par des notions religieuses. Les exigences que le travail de l’homme impose aux gens sont basées sur sa propre expérience et sur ce qu’il peut lui-même réaliser. La norme de ces exigences est limitée à un certain champ d’application et les méthodes de pratique sont également très limitées. Les disciples ainsi vivent inconsciemment dans ce cadre limité ; à mesure que le temps passe, ces choses deviennent des règlements et des rituels. Si le travail d’une période est dirigé par quelqu’un qui n’a pas subi le perfectionnement personnel de Dieu et n’a pas reçu le jugement, ses disciples deviendront tous des zélés de la religion et des experts de la résistance à Dieu. Par conséquent, si quelqu’un est un dirigeant qualifié, cet individu doit avoir subi le jugement et accepté le perfectionnement. Ceux qui n’ont pas subi le jugement, même s’ils sont l’objet de l’œuvre du Saint-Esprit, expriment seulement des choses vagues et irréelles. Avec le temps, ils conduiront les gens dans des règlements vagues et surnaturels. L’œuvre que Dieu fait n’est pas en accord avec la chair de l’homme ; elle ne s’accorde pas avec les pensées de l’homme, mais s’oppose aux notions de l’homme ; elle n’est pas entachée de vagues couleurs religieuses. Les résultats de l’œuvre de Dieu ne peuvent pas être atteints par un homme qu’Il n’a pas perfectionné ; ils sont hors de la portée de la pensée de l’homme.

Extrait de « L’œuvre de Dieu et le travail de l’homme », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 179)

Le travail selon l’esprit de l’homme est trop facilement réalisé par l’homme. Les pasteurs et les dirigeants du monde religieux, par exemple, comptent sur leurs dons et leurs positions pour faire leur travail. Les gens qui les suivent depuis longtemps seront infectés par leurs dons et influencés d’une certaine manière par leur être. Ils se concentrent sur les dons, les capacités et la connaissance des gens, et ils prêtent attention à des choses surnaturelles et à de nombreuses doctrines irréalistes et profondes (bien sûr, ces doctrines profondes sont inaccessibles). Ils ne se concentrent pas sur les changements dans le tempérament des gens, mais plutôt sur leur formation à la prédication et au travail, sur l’amélioration de la connaissance des gens et de leurs abondantes doctrines religieuses. Ils ne se concentrent pas sur la façon dont le tempérament des gens change ni sur leur compréhension de la vérité. Ils ne se préoccupent pas de l’essence des gens, encore moins d’essayer de connaître les états normaux et anormaux des gens. Ils ne s’opposent pas aux notions des gens ni ne révèlent leurs notions, encore moins émondent-ils les gens pour leurs déficiences ou leurs corruptions. La plupart de ceux qui les suivent servent avec leurs dons et tout ce qu’ils énoncent, ce sont des notions religieuses et des théories théologiques qui sont dépassées par la réalité et complètement inutiles pour donner la vie aux gens. En fait, l’essence de leur travail est de nourrir le talent, d’encourager des gens qui n’ont rien à devenir des diplômés talentueux de séminaire et ensuite aller travailler et diriger. Peux-tu discerner des lois dans l’œuvre de six mille ans de Dieu ? Il y a beaucoup de règlements et de restrictions dans le travail que fait l’homme et le cerveau humain est trop dogmatique. Ce que l’homme exprime alors est une connaissance et des prises de conscience dans le cadre de son expérience. L’homme est incapable d’exprimer quoi que ce soit de plus. Les expériences ou la connaissance de l’homme ne découlent pas de ses dons innés ou de son instinct ; elles découlent de la direction de Dieu et de la conduite directe de Dieu. L’homme n’a que la faculté d’accepter cette conduite, et aucune faculté qui puisse exprimer directement ce qu’est la divinité. L’homme est incapable d’être la source ; il ne peut être qu’un vaisseau qui reçoit l’eau de la source ; c’est l’instinct humain, la faculté que l’on devrait avoir comme être humain. Si un individu perd la faculté d’accepter la parole de Dieu et perd l’instinct humain, cet individu perd aussi ce qui est le plus précieux et perd le devoir d’un homme créé. Si un individu n’a aucune connaissance ou expérience de la parole ou de l’œuvre de Dieu, il perd son devoir, le devoir qu’il devrait accomplir comme être créé, et perd la dignité d’un être créé. L’instinct de Dieu est d’exprimer la divinité dans la chair ou directement par l’Esprit. Tel est le ministère de Dieu. L’homme exprime ses propres expériences ou ses connaissances (c’est-à-dire qu’il exprime ce qu’il est) au cours de l’œuvre de Dieu ou par la suite ; tels sont l’instinct et le devoir de l’homme. C’est ce que l’homme devrait accomplir. Bien que l’expression de l’homme soit loin de ce que Dieu exprime et bien que l’expression de l’homme soit limitée par beaucoup de règlements, l’homme doit accomplir le devoir qu’il devrait accomplir et faire ce qu’il doit faire. L’homme devrait faire tout ce qui est humainement possible pour accomplir son devoir sans la moindre hésitation.

Extrait de « L’œuvre de Dieu et le travail de l’homme », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 180)

Vous devez savoir comment différencier l’œuvre de Dieu du travail de l’homme. Que voyez-vous dans le travail de l’homme ? Il y a beaucoup d’éléments de l’expérience de l’homme dans son travail ; l’homme exprime ce qu’il est. L’œuvre propre de Dieu exprime aussi ce qu’Il est, mais Son être diffère de celui de l’homme. L’être de l’homme représente l’expérience et la vie de l’homme (ce que l’homme expérimente ou rencontre dans sa vie ou ses philosophies de vie) et les gens qui vivent dans des environnements différents expriment des êtres différents. On peut voir dans ce que vous exprimez si vous avez des expériences sociales ou non et votre manière de vivre réellement et d’expérimenter dans vos familles ; par contre, vous ne pouvez pas voir dans l’œuvre de Dieu incarné si, oui ou non, Il a des expériences sociales. Il est bien conscient de l’essence de l’homme et Il peut exposer toutes sortes de pratiques se rapportant à toutes sortes de gens. Il est encore plus habile à exposer le tempérament corrompu et le comportement rebelle des êtres humains. Il ne vit pas parmi les gens mondains, mais Il est au courant de la nature des mortels et de toutes les corruptions des gens mondains. Tel est Son être. Bien qu’Il ne transige pas avec le monde, Il connaît les règles de négociation du monde, car Il comprend parfaitement la nature humaine. Il connaît l’œuvre de l’Esprit que les yeux de l’homme ne peuvent pas voir et que les oreilles de l’homme ne peuvent pas entendre, l’œuvre aussi bien d’aujourd’hui que du passé. Cela inclut la sagesse qui ne constitue pas une philosophie de vie ni un émerveillement qui est difficile à comprendre pour les gens. C’est ce qu’Il est, ouvert aux gens et aussi caché aux gens. Il n’exprime pas l’être d’une personne extraordinaire, mais les attributs inhérents et l’être de l’Esprit. Il ne voyage pas dans le monde entier, mais connaît tout du monde. Il contacte les « anthropoïdes » qui n’ont aucune connaissance ou aucune intuition, mais Il exprime des paroles qui sont plus élevées que la connaissance et qui dépassent les grands hommes. Il vit parmi des gens obtus et engourdis qui n’ont pas d’humanité et qui ne comprennent pas les conventions et la vie de l’humanité, mais Il peut demander à l’humanité de vivre une humanité normale, tout en exposant la vile et faible condition humaine de l’humanité. Tout cela, c’est Son être, plus élevé que l’être de tout individu de chair et de sang. Pour Lui, il n’est pas nécessaire d’expérimenter une vie sociale compliquée, lourde et sordide pour faire l’œuvre qu’Il doit faire et pour bien exposer l’essence de l’humanité corrompue. Une vie sociale sordide n’édifie pas Sa chair. Son œuvre et Ses paroles n’exposent que la désobéissance de l’homme et ne fournissent pas à l’homme l’expérience et les enseignements requis pour traiter avec le monde. Il n’a pas besoin d’enquêter sur la société ou sur la famille de l’homme quand Il donne la vie à l’homme. Exposer et juger l’homme n’est pas une expression des expériences de Sa chair, mais une révélation de l’injustice de l’homme après avoir longtemps connu la désobéissance de l’homme et avoir abhorré la corruption de l’humanité. Toute Son œuvre consiste à exposer Son tempérament à l’homme et à exprimer Son être. Lui seul peut faire cette œuvre ; un individu de chair et de sang ne pourrait pas la réaliser.

Extrait de « L’œuvre de Dieu et le travail de l’homme », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 181)

L’œuvre de Dieu ne représente pas l’expérience de Sa chair ; l’œuvre de l’homme représente l’expérience de l’homme. Chacun parle de son expérience personnelle. Dieu peut directement exprimer la vérité, alors que l’homme ne peut qu’exprimer l’expérience qui correspond à son expérience de la vérité. L’œuvre de Dieu n’a pas de règlements et n’est pas soumise à des contraintes temporelles ou géographiques. Il peut exprimer ce qu’Il est à tout moment, partout. Il œuvre comme bon Lui plaît. Le travail de l’homme a des conditions et un contexte ; sinon, il serait incapable de travailler et incapable d’exprimer sa connaissance de Dieu ou son expérience de la vérité. Il suffit de comparer les différences entre les deux pour dire si c’est l’œuvre de Dieu ou le travail de l’homme. S’il n’y a pas une œuvre accomplie par Dieu Lui-même et s’il n’y a que le travail de l’homme, tu sauras simplement que les enseignements des hommes sont élevés, au-delà de la capacité des autres ; leur ton de voix, leurs principes dans leur traitement des choses et leur manière expérimentée et stable dans le travail sont hors de portée pour les autres. Tous, vous admirez ces gens de bon calibre et d’une connaissance élevée, mais tu ne peux pas voir à partir de l’œuvre et des paroles de Dieu la grandeur de Son humanité. Au lieu de cela, Il est ordinaire, et quand Il travaille, Il est normal et réel, mais aussi incommensurable par les mortels, de sorte que les gens ressentent un genre de révérence pour Lui. Peut-être que l’expérience de travail d’une personne est particulièrement développée, ou que son imagination et son raisonnement sont particulièrement développés et que son humanité est particulièrement bonne ; de tels attributs ne peuvent que gagner l’admiration des gens, mais non éveiller leur révérence et leur crainte. Tous les gens admirent ceux qui ont la capacité de bien travailler, qui ont une expérience particulièrement profonde et qui peuvent pratiquer la vérité, mais ces gens ne peuvent jamais susciter la révérence, seulement l’admiration et l’envie. Mais les gens qui ont expérimenté l’œuvre de Dieu n’admirent pas Dieu, ils ont plutôt le sentiment que Son œuvre est hors de portée pour les humains, qu’elle est insondable pour l’homme et qu’elle est fraîche et merveilleuse. Quand les gens expérimentent l’œuvre de Dieu, leur première connaissance à Son sujet est qu’Il est insondable, sage et merveilleux, et, inconsciemment, ils Le vénèrent et sentent le mystère de l’œuvre qu’Il accomplit, qui est au-delà de la portée de l’esprit de l’homme. Les gens veulent seulement être en mesure de répondre à Ses exigences, de satisfaire Ses désirs ; ils ne souhaitent pas Le dépasser, parce que l’œuvre qu’Il fait est au-delà de la pensée et de l’imagination de l’homme, et l’homme ne peut pas s’y substituer. Même l’homme lui-même ne connaît pas ses propres inaptitudes, tandis que Dieu a tracé un nouveau chemin et est venu pour amener l’homme dans un monde plus nouveau et plus beau, de sorte que l’humanité a fait de nouveaux progrès et a connu un nouveau départ. Ce que les gens ressentent pour Dieu n’est pas de l’admiration, ou plutôt, n’est pas seulement de l’admiration. Leur expérience la plus profonde est la révérence et l’amour ; leur sentiment est que Dieu est vraiment merveilleux. Il fait une œuvre que l’homme est incapable de faire et dit des choses que l’homme est incapable de dire. Les gens qui ont fait l’expérience de l’œuvre de Dieu ont toujours un sentiment indescriptible. Les gens dont l’expérience est assez profonde peuvent comprendre l’amour de Dieu ; ils peuvent percevoir Sa beauté, percevoir que Son œuvre est si sage, si merveilleuse, et cela génère ainsi une puissance infinie parmi eux. Ce n’est pas une peur, ou un amour et un respect d’occasion, mais un sentiment profond de la compassion de Dieu pour l’homme et de Sa tolérance de l’homme. Cependant, les personnes qui ont expérimenté Son châtiment et Son jugement sentent qu’Il est majestueux et qu’Il ne tolère aucune offense. Même les gens qui ont fait l’expérience d’une grande partie de Son œuvre sont incapables de Le sonder ; tous les gens qui Le vénèrent vraiment savent que Son œuvre n’est pas conforme aux notions des gens, mais va toujours à l’encontre de leurs notions. Il n’a pas besoin que les gens L’admirent sans réserve ou qu’ils projettent l’apparence de Lui être soumis, mais plutôt qu’ils aient une vraie vénération et une vraie soumission. Dans une si grande partie de Son œuvre, tout individu faisant une véritable expérience sent une vénération pour Lui, ce qui est plus élevé que l’admiration. Les gens ont vu Son tempérament à cause de Son œuvre de châtiment et de jugement, et donc ils Le vénèrent dans leur cœur. Dieu doit être vénéré et obéi, parce que Son être et Son tempérament ne sont pas les mêmes que ceux d’un être créé et sont supérieurs à ceux d’un être créé. Dieu existe en Lui-même et pour l’éternité et Il est un être incréé, et Lui seul est digne de vénération et d’obéissance ; l’homme n’est pas qualifié pour cela. Ainsi, tous ceux qui ont expérimenté Son œuvre, et L’ont vraiment connu, ont un sentiment de vénération à Son égard. Cependant, ceux qui n’abandonnent pas leurs notions à Son sujet, ceux qui tout simplement ne Le considèrent pas comme Dieu, n’ont pas de vénération pour Lui, et même s’ils Le suivent, ils ne sont pas conquis ; ce sont des gens désobéissants par nature. Il œuvre de cette façon pour que tous les êtres créés aient un cœur de révérence envers le Créateur, L’adorent et se soumettent à Sa domination sans condition. Tel est le résultat final que toute Son œuvre vise à atteindre. Si des gens ont connu une telle œuvre et ne vénèrent pas Dieu, même un peu, et si leur désobéissance du passé ne change pas du tout, alors ces gens seront sûrement éliminés. Si l’attitude d’un individu envers Dieu n’est que de L’admirer ou de Le respecter à distance et de ne pas L’aimer le moins du monde, alors c’est le résultat qu’un tel individu avec son cœur qui n’aime pas Dieu obtiendra et cet individu n’a pas les conditions requises pour être perfectionné. Si une œuvre d’une telle abondance ne réussit pas à susciter le véritable amour d’un individu, cela signifie que cet individu n’a pas gagné Dieu et ne cherche pas vraiment la vérité. Un individu qui n’aime pas Dieu n’aime pas la vérité et ne peut donc pas gagner Dieu, encore moins recevoir l’approbation de Dieu. Ces gens, peu importe la façon dont ils expérimentent l’œuvre du Saint-Esprit et la façon dont ils font l’expérience du jugement, sont incapables de vénérer Dieu. Ces gens ont une nature inchangeable, ils ont un tempérament extrêmement méchant. Tous ceux qui ne vénèrent pas Dieu seront éliminés, feront l’objet de la punition, et seront punis tout comme ceux qui font le mal, souffrant encore plus que ceux qui ont fait des choses injustes.

Extrait de « L’œuvre de Dieu et le travail de l’homme », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 182)

Après tout, l’œuvre de Dieu est différente du travail de l’homme et, en outre, comment Ses expressions pourraient-elles être les mêmes que les siennes ? Dieu a Son propre tempérament particulier, tandis que l’homme a des devoirs qu’il devrait accomplir. Le tempérament de Dieu est exprimé dans Son œuvre, tandis que le devoir de l’homme est incarné dans ses expériences et exprimé dans ses recherches. Que quelque chose soit l’expression de Dieu ou de l’homme devient donc évident par le travail qui est accompli. Nul besoin que cela soit expliqué par Dieu Lui-même ni que l’homme s’efforce d’en porter un témoignage. Nul besoin non plus que Dieu Lui-même anéantisse quelqu’un. Tout cela est une révélation naturelle ; ce n’est pas forcé ni quelque chose dans lequel l’homme peut s’ingérer. Le devoir de l’homme peut être connu par ses expériences et n’exige pas que les gens fassent un travail supplémentaire basé sur l’expérience. Toute l’essence de l’homme peut être révélée quand il accomplit son devoir, tandis que Dieu peut exprimer Son tempérament inhérent en accomplissant Son œuvre. Si c’est le travail de l’homme, on ne peut alors pas le cacher. Si c’est l’œuvre de Dieu, alors il est encore plus impossible que le tempérament de Dieu soit dissimulé par qui que ce soit, et encore moins contrôlé par l’homme. Aucun homme ne peut être considéré comme Dieu. Ni son travail ni ses mots ne peuvent être considérés comme saints ou immuables. On peut dire que Dieu est humain parce qu’Il S’est revêtu de chair, mais Son œuvre ne peut pas être considérée comme le travail ou le devoir de l’homme. De plus, on ne peut égaler les déclarations de Dieu et les lettres de Paul. On ne peut non plus parler du jugement et du châtiment de Dieu et des enseignements de l’homme dans les mêmes termes. Il y a donc des principes qui distinguent l’œuvre de Dieu du travail de l’homme. La différence entre les deux est faite en fonction de leur essence, non par leur portée ou leur efficacité temporaire. À ce sujet, la plupart des gens se trompent sur les principes. En effet, les hommes considèrent l’extérieur, ce qu’ils peuvent réaliser, tandis que Dieu considère l’essence que les yeux des hommes ne peuvent contempler. Si tu considères les paroles et l’œuvre de Dieu comme les devoirs d’un homme ordinaire, et considères le travail à grande échelle de l’homme comme l’œuvre de Dieu revêtu de chair plutôt que le devoir que l’homme accomplit, alors ne te trompes-tu pas sur les principes ? Les lettres et les biographies de l’homme peuvent être facilement écrites, mais uniquement sur la base de l’œuvre du Saint-Esprit. Cependant, les déclarations et l’œuvre de Dieu ne peuvent pas être facilement accomplies par l’homme ou réalisées par la sagesse et la pensée humaines, et les gens ne peuvent pas non plus les expliquer à fond après les avoir explorées. Si ces questions de principe n’évoquent aucune réaction en vous, alors votre foi n’est évidemment pas très vraie ni épurée. On peut seulement dire que votre foi est très vague, à la fois embrouillée et sans principes. Sans même comprendre les questions essentielles les plus fondamentales de Dieu et de l’homme, une foi de ce genre n’est-elle pas totalement dépourvue de sagacité ?

Extrait de « Que dis-tu des treize épîtres ? », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 183)

Jésus a vécu sur la terre pendant trente-trois ans et demi, Il est venu faire l’œuvre de la crucifixion et, par la crucifixion, Dieu a gagné une partie de Sa gloire. Quand Dieu est venu dans la chair, Il a pu être humble et caché et Il a pu endurer de terribles souffrances. Bien qu’Il ait été Dieu Lui-même, Il a tout de même enduré toute l’humiliation et toutes les injures, et Il a enduré de grandes souffrances en étant cloué sur la croix pour compléter l’œuvre de la rédemption. Après que cette étape de l’œuvre a été achevée, bien que les gens aient vu que Dieu avait gagné une grande gloire, cela n’était pas toute Sa gloire ; ce n’était qu’une partie de Sa gloire qu’Il avait gagnée de Jésus. Bien que Jésus ait été capable d’endurer toutes les épreuves, d’être humble et caché, d’être crucifié pour Dieu, Dieu a seulement gagné une partie de Sa gloire, et Sa gloire a été gagnée en Israël. Dieu a encore une autre part de gloire : venir sur la terre pour œuvrer concrètement et perfectionner un groupe de gens. Pendant l’étape de l’œuvre de Jésus, Il a fait certaines choses surnaturelles, mais le but de cette étape de l’œuvre n’était d’aucune manière de seulement effectuer des signes et des prodiges. C’était principalement pour montrer que Jésus pouvait souffrir et être crucifié pour Dieu, que Jésus pouvait endurer de terribles souffrances parce qu’Il aimait Dieu et, bien que Dieu L’ait abandonné, qu’Il était quand même prêt à sacrifier Sa vie pour la volonté de Dieu. Après que Dieu eut achevé Son œuvre en Israël et que Jésus eut été cloué sur la croix, Dieu a été glorifié et Dieu a rendu témoignage devant Satan. Vous ne savez pas et vous n’avez pas vu comment Dieu est devenu chair en Chine, alors comment pouvez-vous voir que Dieu a été glorifié ? Quand Dieu fait beaucoup de travail de conquête en vous, et que vous restez résolus, alors cette étape de l’œuvre de Dieu est couronnée de succès, et cela fait partie de la gloire de Dieu. Vous ne voyez que cela, et vous n’avez pas encore été perfectionnés par Dieu, vous n’avez pas encore donné votre cœur entièrement à Dieu. Vous n’avez pas encore vu cette gloire entièrement ; vous voyez seulement que Dieu a déjà conquis votre cœur, que vous ne pouvez jamais Le quitter, et que vous suivrez Dieu jusqu’à la fin, que votre cœur ne changera pas et qu’il s’agit de la gloire de Dieu. En quoi voyez-vous la gloire de Dieu ? Dans les effets de Son œuvre dans les gens. Les gens voient que Dieu est si magnifique, ils ont Dieu dans leur cœur, et sont réticents à Le quitter, et cela est la gloire de Dieu. Lorsque la force des frères et sœurs des Églises augmente, et qu’ils peuvent aimer Dieu avec leur cœur, qu’ils peuvent voir la puissance suprême de l’œuvre accomplie par Dieu, la puissance incomparable de Ses paroles, lorsqu’ils voient que Ses paroles ont de l’autorité et qu’Il peut entreprendre Son œuvre dans la ville fantôme de la Chine continentale, lorsque, malgré la faiblesse des gens, leur cœur se prosterne devant Dieu et est prêt à accepter les paroles de Dieu, et lorsque, même s’ils sont faibles et indignes, ils peuvent voir que les paroles de Dieu sont si adorables et si dignes d’être chéries, alors c’est la gloire de Dieu. Lorsque le jour viendra où les gens seront perfectionnés par Dieu et qu’ils seront capables de se soumettre à Lui, et qu’ils pourront complètement obéir à Dieu et laisser leurs perspectives d’avenir et leur sort entre les mains de Dieu, alors la deuxième partie de la gloire de Dieu aura été entièrement gagnée. C’est-à-dire que lorsque l’œuvre du Dieu concret sera achevée, Son œuvre en Chine continentale sera terminée. En d’autres termes, quand ceux qui étaient prédestinés et choisis par Dieu auront été perfectionnés, Dieu sera glorifié. Dieu a dit qu’Il a apporté la deuxième partie de Sa gloire à l’est, mais cela est invisible à l’œil nu. Dieu a apporté Son œuvre à l’est : Il est déjà arrivé à l’est, et c’est la gloire de Dieu. Aujourd’hui, bien que Son œuvre ne soit pas encore achevée, parce que Dieu a décidé d’œuvrer, elle sera sûrement accomplie. Dieu a décidé qu’Il terminerait cette œuvre en Chine, et Il S’est résolu de vous rendre complet. Ainsi, Il ne vous laisse aucune voie de sortie. Il a déjà conquis votre cœur, et vous devez continuer que vous le vouliez ou non, et quand vous êtes gagnés par Dieu, Dieu est glorifié. Aujourd’hui, Dieu n’est pas encore complètement glorifié, parce que vous n’êtes pas encore perfectionnés. Même si votre cœur est retourné à Dieu, il y a encore de nombreuses faiblesses dans votre chair, vous êtes incapables de satisfaire Dieu, vous êtes incapables d’être attentifs à la volonté de Dieu, vous possédez encore beaucoup de choses négatives dont vous devez vous débarrasser et vous devez encore subir un grand nombre d’épreuves et beaucoup d’épurement. De cette manière seulement, votre tempérament de vie peut changer et vous pouvez être gagnés par Dieu.

Extrait de « Un bref exposé sur “Le Règne Millénaire est arrivé” », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 184)

À l’époque, l’œuvre de Jésus était la rédemption de toute l’humanité. Les péchés de tous ceux qui croyaient en Lui étaient pardonnés ; tant que l’on croyait en Lui, Il nous rachetait ; si l’on croyait en Lui, nous n’étions plus des pécheurs, nos péchés étaient pardonnés. C’est cela que signifiait être sauvé et être justifié par la foi. Pourtant, chez ceux qui croyaient, il y avait un reste de rébellion et d’opposition à Dieu, qui devait être encore retiré lentement. Le salut ne signifiait pas que l’homme avait été complètement gagné par Jésus, mais que l’homme n’appartenait plus au péché, que ses péchés avaient été pardonnés : à condition que l’on croie, on n’appartenait plus jamais au péché. En ce temps-là, une grande partie de l’œuvre que Jésus réalisait était incompréhensible pour Ses disciples, et Il disait beaucoup de paroles que les gens ne comprenaient pas. En effet, Il n’expliquait pas Son œuvre et Ses paroles en ce temps-là. Ainsi, plusieurs années après Son départ, Matthieu a créé une généalogie pour Jésus, et d’autres également ont fait beaucoup de travail qui relevait de la volonté de l’homme. Jésus n’est pas venu pour perfectionner et gagner l’homme, mais pour accomplir une étape de l’œuvre : annoncer l’Évangile du royaume des cieux et achever l’œuvre de la crucifixion. Et donc, une fois que Jésus a été crucifié, Son œuvre s’est achevée. Mais au stade actuel – l’œuvre de la conquête –, davantage de paroles doivent être prononcées, plus de travail doit être fait et il doit y avoir de nombreux développements. De même, les mystères de l’œuvre de Jésus et de l’Éternel doivent être révélés, afin que tous les gens puissent avoir une compréhension et une clarté dans leur foi, car c’est l’œuvre des derniers jours, et les derniers jours sont la fin de l’œuvre de Dieu, le moment de la conclusion de cette œuvre. Cette étape de l’œuvre élucidera pour toi la loi de l’Éternel et la rédemption de Jésus, et a principalement en vue ta compréhension de tout le plan de gestion de six mille ans de Dieu, ta valorisation de toute la signification et de toute l’essence du plan de gestion de six mille ans, ta compréhension du but de toute l’œuvre faite par Jésus et de toutes les paroles qu’Il a prononcées, et même ta foi aveugle en la Bible et ton adoration de la Bible. Elle te permettra de bien comprendre tout cela. Tu comprendras à la fois l’œuvre accomplie par Jésus et l’œuvre de Dieu aujourd’hui ; tu comprendras et verras toute la vérité, la vie et le chemin. Dans l’étape de l’œuvre réalisée par Jésus, pourquoi Jésus est-Il parti sans conclure l’œuvre ? Parce que l’étape de l’œuvre de Jésus n’était pas l’œuvre de la conclusion. Quand Il fut cloué sur la croix, Ses paroles prirent fin également ; après Sa crucifixion, Son œuvre fut complètement terminée. L’étape actuelle est différente : l’œuvre de Dieu sera terminée seulement après que les paroles auront été prononcées jusqu’à la fin et que toute Son œuvre aura été conclue. Au cours de l’étape de l’œuvre de Jésus, beaucoup de paroles sont restées inexprimées ou ne furent pas entièrement articulées. Toutefois, Jésus ne Se souciait pas de ce qu’Il faisait ou ne disait pas, car Son ministère n’était pas un ministère de paroles, et donc, après qu’Il fut cloué sur la croix, Il est parti. Cette étape de l’œuvre était principalement pour la crucifixion. Elle n’est pas comme l’étape d’aujourd’hui. L’étape de l’œuvre aujourd’hui est principalement en vue de l’achèvement, de la clarification et de la conclusion de toute l’œuvre. Si les paroles ne sont pas toutes prononcées, il n’y aura aucun moyen de conclure cette œuvre, car dans cette étape de l’œuvre tout le travail est achevé et accompli en utilisant des paroles. En ce temps-là, Jésus a fait beaucoup de travail qui était incompréhensible pour l’homme. Il est parti tranquillement et, aujourd’hui, il y a encore beaucoup de gens qui ne comprennent pas Ses paroles, des gens qui ont une compréhension erronée, mais qui croient toujours qu’elle est bonne et qui ne savent pas qu’ils sont dans l’erreur. En fin de compte, cette étape actuelle mènera l’œuvre de Dieu à sa fin complète et à sa conclusion. Tous comprendront et connaîtront le plan de gestion de Dieu. Les conceptions de l’homme, ses intentions, sa compréhension erronée, ses conceptions de l’œuvre de l’Éternel et de Jésus, ses perspectives sur les païens et ses autres déviances et erreurs seront corrigées. Et l’homme comprendra tous les bons chemins de la vie, toute l’œuvre accomplie par Dieu et toute la vérité. Quand cela se produira, cette étape de l’œuvre prendra fin. L’œuvre de l’Éternel fut la création du monde, ce fut le commencement ; cette étape de l’œuvre est la fin de l’œuvre, c’est la conclusion. Au commencement, l’œuvre de Dieu a été réalisée parmi les élus d’Israël, et ce fut l’aurore d’une nouvelle époque dans le plus saint de tous les lieux. La dernière étape de l’œuvre est réalisée dans le plus impur de tous les pays pour juger le monde et mener l’ère à sa fin. Dans la première étape, l’œuvre de Dieu a été faite dans le plus brillant de tous les lieux, et la dernière étape est réalisée dans le plus obscur de tous les lieux ; cette obscurité sera chassée, la lumière jaillira et tous les gens seront conquis. Lorsque les gens de ce lieu parmi les plus impurs et plus obscurs auront été conquis et que l’ensemble de la population aura reconnu qu’il y a un Dieu qui est le vrai Dieu, et que chaque personne sera absolument convaincue, alors commencera l’œuvre de la conquête dans l’univers entier. Cette étape de l’œuvre est symbolique : une fois que l’œuvre de cette ère sera terminée, l’œuvre de gestion de six mille ans arrivera à sa fin. Une fois que ceux qui vivent dans le plus obscur de tous les lieux auront été conquis, il va sans dire que la même conquête sera réalisée partout ailleurs. En tant que telle, seulement l’œuvre de la conquête en Chine porte un symbolisme signifiant. La Chine incarne toutes les forces des ténèbres, et le peuple de la Chine représente tous ceux qui sont de la chair, de Satan, de la chair et du sang. Ce sont les Chinois qui ont été les plus corrompus par le grand dragon rouge, qui ont la plus forte opposition à Dieu, dont l’humanité est très vile et impure, et donc ils sont l’archétype de toute l’humanité corrompue. Cela ne veut pas dire que les autres pays n’ont pas de problèmes du tout ; les notions de l’homme sont toutes les mêmes et, bien que les gens de ces pays puissent être d’un bon calibre, s’ils ne connaissent pas Dieu, alors ce doit être qu’ils s’y opposent. Pourquoi les Juifs se sont-ils également opposés à Dieu et L’ont-ils défié ? Pourquoi les pharisiens se sont-ils opposés à Lui ? Pourquoi Judas a-t-il trahi Jésus ? À l’époque, plusieurs des disciples ne connaissaient pas Jésus. Pourquoi, après que Jésus a été crucifié et qu’Il est ressuscité, les gens n’ont-ils toujours pas cru en Lui ? La désobéissance de l’homme n’est-elle pas la même ? Tout simplement, c’est que les gens de la Chine servent d’exemple, et quand ils seront conquis, ils deviendront des modèles et des spécimens et serviront de référence pour les autres. Pourquoi ai-Je toujours dit que vous êtes un complément à Mon plan de gestion ? C’est dans le peuple de la Chine que la corruption, l’impureté, l’injustice, l’opposition et la rébellion se manifestent de la manière la plus complète et sont exposées dans des formes très variées. D’une part, ils sont de mauvais calibre, et d’autre part, leur vie et leur état d’esprit sont arriérés, et leurs habitudes, leur environnement social, leur famille de naissance, tous sont pauvres et les plus arriérés. Leur statut aussi est vil. Le travail dans ce lieu est symbolique, et après que ce travail d’essai aura été effectué dans sa totalité, l’œuvre ultérieure de Dieu ira beaucoup mieux. Si cette étape de l’œuvre peut être achevée, le succès de l’œuvre ultérieure est évident. Une fois que cette étape de l’œuvre aura été accomplie, un grand succès aura été pleinement atteint et l’œuvre de conquête dans l’univers entier sera achevée.

Extrait de « La vision de l’œuvre de Dieu (2) », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 185)

Travailler maintenant auprès des descendants de Moab, c’est sauver ceux qui sont tombés dans la plus grande obscurité. Même s’ils ont été maudits, Dieu est prêt à gagner de la gloire par eux, car, à l’origine, ils étaient tous des gens dont le cœur n’était pas habité par Dieu. La véritable conquête, c’est de faire en sorte que ceux qui n’ont pas Dieu dans leur cœur Lui obéissent et L’aiment, et une telle œuvre produit le fruit le plus précieux et le plus convaincant. Cela seul est un gain de gloire. C’est la gloire que Dieu veut gagner dans les derniers jours. Bien que ces gens aient une position abjecte, ils peuvent maintenant gagner un si grand salut, ce qui est vraiment une élévation de la part de Dieu. Cette œuvre est très signifiante, et c’est par le jugement qu’Il gagne ces gens. Son intention n’est pas de punir ces gens, mais de les sauver. Au cours des derniers jours, s’Il réalisait toujours l’œuvre de la conquête en Israël, ce serait sans valeur ; même si elle produisait des fruits, elle n’aurait aucune valeur ni aucune grande signification, et Il ne pourrait pas gagner toute gloire. Il travaille en vous, c’est-à-dire ceux qui sont tombés dans les endroits les plus sombres, ceux qui sont les plus arriérés. Ces gens ne reconnaissent pas qu’il y a un Dieu et n’ont jamais su qu’il y avait un Dieu. Ces créatures ont été tellement corrompues par Satan qu’elles ont oublié Dieu. Elles ont été aveuglées par Satan et elles ne savent pas du tout qu’il y a un Dieu dans le ciel. Dans votre cœur, vous adorez tous des idoles, vous adorez tous Satan. N’êtes-vous pas les plus abjects, les plus arriérés des gens ? De la chair, vous êtes les plus abjects, sans aucune liberté personnelle, et vous endurez également des difficultés. Vous êtes aussi les gens au plus bas niveau de cette société, sans même la liberté de croyance. C’est là que se trouve la signification de l’œuvre accomplie en vous. Travailler en vous aujourd’hui, descendants de Moab, n’a pas pour but de vous humilier, mais de révéler la signification de l’œuvre. C’est une grande exaltation pour vous. S’il en est qui raisonnent et ont de la perspicacité, ils diront : « Je suis un descendant de Moab, vraiment indigne de recevoir aujourd’hui cette grande exaltation de Dieu, ou de si grandes bénédictions. En tout ce que je fais et dis, et selon mon statut et ma valeur, je ne suis pas du tout digne de si grandes bénédictions de Dieu. Les Israélites ont un grand amour pour Dieu et c’est Lui qui leur accorde la grâce dont ils jouissent, mais leur statut est beaucoup plus élevé que le nôtre. Abraham était très dévoué à l’Éternel et Pierre était très dévoué à Jésus. Leur dévouement était cent fois plus grand que le nôtre. Sur la base de nos actions, nous sommes absolument indignes de jouir de la grâce de Dieu. » Le service de ces gens en Chine ne peut tout simplement pas être amené devant Dieu. C’est un désastre complet ; que vous jouissiez tellement de la grâce de Dieu maintenant, c’est purement l’élévation de Dieu ! Quand avez-vous cherché l’œuvre de Dieu ? Quand avez-vous sacrifié votre vie pour Dieu ? Quand avez-vous de plein gré abandonné votre famille, vos parents et vos enfants ? Aucun de vous n’a payé un grand prix ! Si le Saint-Esprit ne t’avait pas fait sortir, combien d’entre vous auraient pu tout sacrifier ? C’est seulement par la force et la contrainte que vous avez suivi jusqu’à ce jour. Où est votre dévotion ? Où est votre obéissance ? Sur la base de vos actions, vous devriez avoir été détruits il y a longtemps, vous tous, complètement anéantis. Qu’est-ce qui vous qualifie pour jouir de si grandes bénédictions ? Vous n’êtes pas dignes le moins du monde ! Qui parmi vous a tracé son propre chemin ? Qui parmi vous a trouvé la vraie voie par lui-même ? Vous êtes tous paresseux et gloutons, des misérables qui cherchent le confort ! Pensez-vous que vous êtes grands ? Qu’avez-vous dont vous puissiez vous vanter ? Même ignorant que vous êtes les descendants de Moab, votre nature ou votre lieu de naissance sont-ils des plus nobles ? Même ignorant que vous êtes ses descendants, n’êtes-vous pas tous des descendants de Moab, jusqu’à la moelle ? La vérité des faits peut-elle être changée ? L’exposition de votre nature maintenant ne fausse-t-elle pas la vérité des faits ? Voyez votre servilité, votre vie et votre caractère. Ne savez-vous pas que vous êtes les plus abjects des abjects dans l’humanité ? Qu’avez-vous dont vous puissiez vous vanter ? Regardez votre position dans la société. N’êtes-vous pas à son niveau le plus bas ? Pensez-vous que J’ai fait une erreur ? Abraham a offert Isaac. Qu’avez-vous offert ? Job a tout offert. Qu’avez-vous offert ? Tellement de gens ont donné leur vie, offert leur cou au bourreau, versé leur sang afin de chercher le vrai chemin. Avez-vous payé ce prix ? En comparaison, vous n’êtes pas du tout qualifiés pour jouir d’une telle grâce. Vous coûte-t-il de dire aujourd’hui que vous êtes les descendants de Moab ? Ne vous estimez pas trop. Tu n’as pas de quoi te vanter. Un tel grand salut, une telle grande grâce vous sont donnés librement. Vous n’avez rien sacrifié, pourtant vous jouissez de la grâce librement. Ne vous sentez-vous pas honteux ? Avez-vous cherché et trouvé ce vrai chemin par vous-mêmes ? N’est-ce pas le Saint-Esprit qui vous a obligés à l’accepter ? Vous n’avez jamais eu un cœur porté sur la recherche, encore moins un cœur qui cherche la vérité et y aspire. Vous n’avez rien fait et vous en jouissez ; vous avez gagné cette vérité sans faire le moindre effort. Quel droit avez-vous de vous plaindre ? Penses-tu que tu as le plus grand mérite ? Comparé à ceux qui ont sacrifié leur vie et ont versé leur sang, de quoi avez-vous à vous plaindre ? Vous détruire tout de suite serait juste et naturel ! Vous n’avez aucun autre choix que d’obéir et de suivre. Vous n’êtes tout simplement pas dignes ! La plupart de vous ont été appelés, mais si l’environnement ne vous avait pas obligés ou si vous n’aviez pas été appelés, vous auriez été entièrement réticents à sortir. Qui est prêt à un tel renoncement ? Qui est prêt à abandonner les plaisirs de la chair ? Vous êtes tous des gens qui se délectent avidement dans le confort et cherchent une vie luxueuse ! Vous avez gagné de si grandes bénédictions, qu’avez-vous à dire de plus ? Quelles plaintes avez-vous ? On vous a permis de jouir des plus grandes bénédictions et de la plus grande grâce au ciel, et une œuvre qui n’avait jamais été faite sur la terre auparavant vous est révélée aujourd’hui. N’est-ce pas une bénédiction ? Parce que vous avez résisté à Dieu et que vous vous êtes rebellés contre Lui, vous êtes ainsi châtiés aujourd’hui. À cause de ce châtiment, vous avez vu la miséricorde et l’amour de Dieu et, plus encore, vous avez vu Sa justice et Sa sainteté. À cause de ce châtiment et de la souillure de l’humanité, vous avez vu la grande puissance de Dieu et vous avez vu Sa sainteté et Sa grandeur. N’est-ce pas la plus rare des vérités ? N’est-ce pas une vie qui a du sens ? L’œuvre que Dieu fait est pleine de sens ! Donc, plus votre position est abjecte, plus cela prouve que vous êtes élevés par Dieu et plus cela prouve la grande valeur de Son œuvre en vous aujourd’hui. C’est tout simplement un trésor inestimable qui ne peut être obtenu ailleurs ! À travers les âges, personne n’a connu un si grand salut. Le fait que votre position soit abjecte montre la grandeur du salut de Dieu et que Dieu est fidèle à l’humanité. Il sauve, ne détruit pas.

Extrait de « Le sens de sauver les descendants de Moab », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 186)

Quand Dieu est venu sur la terre, Il n’était pas du monde et Il n’est pas devenu chair pour jouir du monde. L’endroit où travailler révélerait le mieux Son tempérament et ce qui serait le plus signifiant est l’endroit où Il est né. Qu’il s’agisse d’un pays saint ou souillé et peu importe où Il travaille, Il est saint. Tout dans le monde a été créé par Lui, mais tout a été corrompu par Satan. Cependant, toutes les choses Lui appartiennent toujours ; elles sont toutes entre Ses mains. Il vient dans un pays souillé et y travaille afin de révéler Sa sainteté ; Il le fait seulement pour le bien de Son œuvre, c’est-à-dire qu’Il endure une grande humiliation pour accomplir une telle œuvre afin de sauver les gens de ce pays souillé. C’est fait afin de rendre témoignage, pour le bien de toute l’humanité. Ce qu’une telle œuvre montre aux gens, c’est la justice de Dieu, et elle est plus en mesure d’afficher la suprématie de Dieu. Sa grandeur et Sa droiture sont manifestées dans le salut d’un groupe de gens abjects que les autres dédaignent. Qu’Il soit né dans un pays souillé ne prouve nullement qu’Il soit abject ; cela permet seulement à toute la création de voir Sa grandeur et Son véritable amour pour l’humanité. Plus Il le fait, plus cela révèle Son amour pur, Son amour sans faille pour l’homme. Dieu est saint et juste. Même s’Il est né dans un pays souillé et même s’Il vit avec des gens qui sont pleins de souillure, tout comme Jésus a vécu avec les pécheurs à l’ère de la Grâce, toute parcelle de Son œuvre n’est-elle pas accomplie pour la survie de toute l’humanité ? N’est-ce pas complètement pour que l’humanité puisse gagner un grand salut ? Il y a deux mille ans, Il a vécu avec des pécheurs pendant un certain nombre d’années. C’était pour la rédemption. Aujourd’hui, Il vit avec un groupe de gens souillés et abjects. C’est pour le salut. Toute Son œuvre n’est-elle pas pour ces humains que vous êtes ? Si ce n’était pour sauver l’humanité, pourquoi aurait-Il vécu et souffert avec les pécheurs pendant tant d’années après être né dans une mangeoire ? Et s’il ne s’agissait pas de sauver l’humanité, pourquoi viendrait-Il dans la chair une seconde fois, naître dans ce pays où les démons conglomèrent et vivre avec ces gens profondément corrompus par Satan ? Dieu n’est-Il pas fidèle ? Quelle partie de Son œuvre n’a pas été faite pour l’humanité ? Quelle partie n’a pas été faite pour votre destinée ? Dieu est saint. C’est immuable ! Il n’est pas pollué par la souillure, bien qu’Il soit venu dans un pays souillé ; tout cela peut seulement signifier que l’amour de Dieu pour l’humanité est extrêmement désintéressé et que la souffrance et l’humiliation qu’Il endure sont extrêmement grandes ! Ne connaissez-vous pas l’ampleur de l’humiliation qu’Il endure pour vous tous et pour votre destinée ? Plutôt que de sauver les gens extraordinaires ou les fils de familles riches et puissantes, Il Se fait le devoir de sauver ceux qui sont abjects et regardés de haut. Tout cela n’est-il pas Sa sainteté ? Tout cela n’est-il pas Sa justice ? Il préférerait naître dans un pays souillé et souffrir toute sorte d’humiliation pour la survie de toute l’humanité. Dieu est très réel ; Il ne fait aucune œuvre fausse. Toutes les étapes de Son œuvre n’ont-elles pas été faites d’une manière si pratique ? Bien que tous les gens Le diffament et disent qu’Il S’assoit à la table avec les pécheurs, bien que tous les gens se moquent de Lui et disent qu’Il vit avec les fils de la souillure, qu’Il vit avec les plus abjects des gens, Il Se donne toujours généreusement et Il est toujours ainsi rejeté dans l’humanité. La souffrance qu’Il endure n’est-elle pas plus grande que la vôtre ? L’œuvre qu’Il accomplit n’est-elle pas supérieure au prix que vous avez payé ? Vous êtes nés dans un pays de souillure, et pourtant, vous avez gagné la sainteté de Dieu. Vous êtes nés dans un pays où les démons conglomèrent, et pourtant, vous avez reçu une grande protection. Quel choix avez-vous ? Quelles plaintes avez-vous ? La souffrance qu’Il a endurée n’est-elle pas plus grande que la souffrance que vous avez endurée ? Il est venu sur la terre et n’a jamais joui des délices du monde humain. Il déteste de telles choses. Dieu n’est pas venu sur la terre pour que l’homme Lui offre des choses matérielles, ni pour jouir de la nourriture, des vêtements et des apparats de l’homme. Il ne Se préoccupe pas de ces choses. Il est venu sur la terre pour souffrir pour l’homme, non pour jouir d’un bonheur terrestre. Il est venu souffrir, travailler et compléter Son plan de gestion. Il n’a pas choisi un bel endroit ni de vivre dans une ambassade ou un hôtel chic, Il n’a pas non plus un certain nombre de serviteurs pour Le servir. Sur la base de ce que vous avez vu, ne savez-vous pas s’Il est venu pour travailler ou pour le plaisir ? Vos yeux ne voient-ils pas ? Combien vous a-t-Il donné ? S’Il était né dans un endroit confortable, pourrait-Il obtenir la gloire ? Pourrait-Il œuvrer ? Qu’Il le fasse aurait-il une signification quelconque ? Serait-Il capable de conquérir complètement l’humanité ? Serait-Il capable de porter secours aux gens du pays de la souillure ? Selon leurs notions, les gens demandent : « Si Dieu est saint, pourquoi est-Il né dans cet endroit souillé qui est le nôtre ? Tu nous hais et nous détestes, nous, des humains souillés ; Tu détestes notre résistance et notre rébellion, alors pourquoi vis-Tu avec nous ? Tu es un Dieu suprême. Tu aurais pu naître n’importe où, alors pourquoi devais-Tu naître dans ce pays souillé ? Tu nous châties et nous juges tous les jours et Tu sais clairement que nous sommes les descendants de Moab, alors pourquoi vis-Tu toujours parmi nous ? Pourquoi es-Tu né dans une famille de descendants de Moab ? Pourquoi as-Tu fait cela ? » Ces pensées que vous avez sont totalement dépourvues de raison ! Seule une telle œuvre permet aux gens de voir Sa grandeur, Son humilité et Son effacement. Il est prêt à tout sacrifier pour le bien de Son œuvre et Il a enduré toutes les souffrances pour Son œuvre. Il agit pour le bien de l’humanité et, plus encore, pour conquérir Satan, afin que toutes les créatures puissent se soumettre à Sa domination. Seule cette œuvre est signifiante et significative.

Extrait de « Le sens de sauver les descendants de Moab », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 187)

En ce temps-là, quand Jésus œuvrait en Judée, Il l’a fait ouvertement, mais maintenant, J’œuvre et Je parle parmi vous en secret. Les incroyants en sont complètement inconscients. Mon œuvre parmi vous est fermée à ceux de l’extérieur. Ces paroles, ces châtiments et ces jugements ne sont connus que de vous tous et de personne d’autre. Toute cette œuvre est réalisée parmi vous et n’est dévoilée que pour vous ; aucun de ces incroyants ne le sait, car le temps n’est pas encore venu. Ces hommes ici, après avoir enduré le châtiment, sont presque rendus complets, mais ceux de l’extérieur n’en savent rien. Cette œuvre est beaucoup trop cachée ! Pour eux, Dieu fait chair est caché, mais pour ceux qui sont dans ce courant, on peut dire qu’Il est ouvert. Bien qu’en Dieu tout soit ouvert, tout soit révélé et tout soit libéré, cela n’est vrai que pour ceux qui croient en Lui ; en ce qui concerne le reste, les incroyants, rien n’est révélé. L’œuvre qui est faite parmi vous en Chine est strictement fermée pour empêcher qu’ils le sachent. S’ils avaient connaissance de cette œuvre, tout ce qu’ils feraient serait de la condamner et de l’assujettir à la persécution. Ils ne croiraient pas. Œuvrer dans la nation du grand dragon rouge, le plus arriéré des lieux, n’est pas une tâche facile. Si cette œuvre était faite ouvertement, il serait impossible de continuer. Cette étape de l’œuvre ne peut tout simplement pas être accomplie dans ce lieu. Si cette œuvre était accomplie ouvertement, comment pourraient-ils tolérer qu’elle progresse ? Cela n’augmenterait-il pas les risques pour l’œuvre ? Si cette œuvre n’était pas cachée, et plutôt accomplie comme à l’époque de Jésus quand Il guérissait les malades et chassait les démons d’une manière spectaculaire, alors n’aurait-elle pas été « saisie » depuis longtemps par les diables ? Pourraient-ils tolérer l’existence de Dieu ? Si Je devais entrer maintenant dans les synagogues pour prêcher aux hommes et les sermonner, alors n’aurais-Je pas été mis en pièces depuis longtemps ? Et si cela était arrivé, comment Mon œuvre aurait-elle pu continuer ? Des signes et des prodiges ne sont pas produits ouvertement en raison de l’occultation. Donc, Mon œuvre ne peut être ni vue, ni connue, ni découverte par les incroyants. Si cette étape de l’œuvre devait être faite de la même manière que celle de Jésus à l’ère de la Grâce, elle ne pourrait pas être aussi stable qu’elle l’est maintenant. Donc, œuvrer secrètement de cette façon est bénéfique pour vous et pour l’œuvre entière. Lorsque l’œuvre de Dieu sur la terre sera terminée, c’est-à-dire lorsque cette œuvre dans le secret sera conclue, cette étape de l’œuvre éclatera au grand jour. Tous sauront qu’il y a un groupe de vainqueurs en Chine ; tous sauront que Dieu fait chair se trouve en Chine et que Son œuvre a pris fin. Alors seulement, l’homme pensera : pourquoi la Chine n’a-t-elle pas encore démontré un déclin ou un effondrement ? Il se trouve que Dieu réalise Son œuvre en Chine personnellement et a perfectionné un groupe de gens pour en faire des vainqueurs.

Extrait de « Le mystère de l’incarnation (2) », dans La Parole apparaît dans la chair

Précédent: 5. Connaître l’œuvre de Dieu

Suivant: 5.2 Connaître l’œuvre de Dieu

Contenu connexe

Chapitre 10

L’ère du Règne, après tout, est différente des temps passés. Elle n’a pas de rapport avec les agissements de l’humanité. Au contraire, Je...

Paramètres

  • Texte
  • Thèmes

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Interligne

Largeur de page

Contenu

Chercher

  • Rechercher ce texte
  • Rechercher ce livre