9.2 Dévoiler la corruption du genre humain

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 336)

Tu dis que tu reconnais Dieu incarné et que tu reconnais l’apparition de la Parole dans la chair, mais tu fais certaines choses derrière Son dos, des choses qui s’opposent à ce qu’Il demande, et tu n’as aucune crainte de Lui dans ton cœur. Cela, c’est reconnaître Dieu ? Tu reconnais ce qu’Il dit, mais tu ne mets pas en pratique ce que tu es capable de pratiquer ni ne respectes Sa voie. Cela, c’est reconnaître Dieu ? Et bien que tu Le reconnaisses, ton état d’esprit est seulement de te méfier de Lui, jamais de Le vénérer. Si tu as vu et reconnu Son œuvre et que tu sais qu’Il est Dieu, mais que tu restes peu enthousiaste et complètement inchangé, alors tu es le genre de personnes qui n’ont pas encore été conquises. Ceux qui ont été conquis doivent faire tout ce qu’ils peuvent et, bien qu’ils ne soient pas capables d’entrer dans des vérités plus élevées et que ces vérités peuvent les dépasser, de telles gens sont prêts dans leur cœur à y parvenir. C’est parce qu’il y a des limites à ce qu’ils peuvent accepter qu’il y a des restreintes et des limites à ce qu’ils sont capables de pratiquer. À tout le moins, cependant, ils doivent faire tout ce qu’ils peuvent. Si tu peux y arriver, c’est un effet acquis grâce à l’œuvre de la conquête. Supposons que tu dises : « Puisqu’Il peut proclamer tellement de paroles impossibles à l’homme, s’Il n’est pas Dieu, qui L’est ? » Une telle pensée ne signifie pas que tu reconnais Dieu. Si tu reconnais Dieu, tu dois le démontrer par tes actions concrètes. Si tu diriges une Église, mais ne pratiques pas la justice, si tu as un désir ardent d’argent et de richesse et empoches toujours l’argent de l’Église pour toi-même, est-ce reconnaître qu’il y a un Dieu ? Dieu est tout-puissant et Il est digne de vénération. Comment peux-tu ne pas craindre si tu reconnais vraiment qu’il y a un Dieu ? Si tu es capable de commettre des actes si méprisables, Le reconnais-tu vraiment ? Est-ce en Dieu que tu crois ? Tu crois en un Dieu vague ; c’est pourquoi tu ne crains pas ! Tous ceux qui reconnaissent vraiment Dieu et Le connaissent Le craignent, et ils ont peur de faire quelque chose qui s’oppose à Lui ou qui trahit leur conscience ; ils ont peur surtout de faire quelque chose consciemment contre la volonté de Dieu. Seul cela peut être considéré comme reconnaître l’existence de Dieu. Que devrais-tu faire quand tes parents essaient de te dissuader de croire en Dieu ? Comment devrais-tu aimer Dieu quand ton mari incroyant est bon pour toi ? Et comment devrais-tu aimer Dieu quand les frères et les sœurs te détestent ? Si tu Le reconnais, alors tu agiras de façon appropriée et vivras la réalité en ce qui a trait à ces questions. Si tu ne réussis pas à agir concrètement, mais dis seulement que tu reconnais l’existence de Dieu, alors tu n’es qu’un beau parleur ! Tu dis que tu crois en Lui et que tu Le reconnais, mais de quelle manière Le reconnais-tu ? De quelle manière crois-tu en Lui ? Le crains-tu ? Le vénères-tu ? L’aimes-tu profondément à l’intérieur ? Lorsque tu es bouleversé et que tu n’as personne sur qui compter, tu as une impression de l’amabilité de Dieu, mais ensuite tu l’oublies complètement. Cela n’est pas aimer Dieu ni croire en Dieu ! Qu’est-ce que Dieu veut que l’homme réalise finalement ? Tous les états que J’ai mentionnés, te sentir impressionné par ta propre importance, sentir que tu saisis et comprends rapidement ce qui est nouveau, contrôler les autres, regarder les autres de haut, juger les gens selon leur apparence, intimider des gens candides, convoiter l’argent de l’Église, et ainsi de suite ; c’est seulement quand tous tes tempéraments corrompus auront été, en partie, éliminés que ta conquête sera rendue manifeste.

Extrait de « La vérité intérieure de l’œuvre de la conquête (4) », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 337)

J’ai travaillé et parlé ainsi parmi vous, J’ai dépensé tant d’énergie et d’effort, mais quand avez-vous jamais écouté ce que Je vous dis clairement ? Où vous êtes-vous prosternés devant Moi, le Tout-Puissant ? Pourquoi Me traitez-vous ainsi ? Pourquoi tout ce que vous dites et faites provoque-t-il Ma colère ? Pourquoi votre cœur est-il si dur ? Vous ai-Je jamais abattus ? Pourquoi ne faites-vous que Me rendre triste et anxieux ? Attendez-vous que le jour de Ma colère, Moi, l’Éternel, vienne sur vous ? Attendez-vous que J’envoie la colère provoquée par votre désobéissance ? N’est-ce pas pour vous que Je fais tout ? Pourtant vous M’avez toujours traité ainsi, Moi, l’Éternel, volant Mes sacrifices, apportant les offrandes de Mon autel à la maison dans le repaire du loup pour nourrir les louveteaux et les petits des louveteaux. Les gens se battent les uns contre les autres, s’affrontant les uns les autres avec des regards furieux, des épées et des lances, jetant Mes paroles, Moi, le Tout-Puissant, dans les latrines pour qu’elles deviennent aussi souillées que des excréments. Où est votre intégrité ? Votre humanité est devenue bestiale ! Votre cœur est depuis longtemps tourné en pierre. Ne savez-vous pas que lorsque Mon jour de colère arrivera sera le jour où Je jugerai le mal que vous commettez contre Moi, le Tout-Puissant, aujourd’hui ? Pensez-vous qu’en Me trompant ainsi, en jetant Mes paroles dans la boue et en ne les écoutant pas, pensez-vous qu’en agissant ainsi derrière Mon dos, vous pouvez échapper à Mon regard coléreux ? Ne savez-vous pas que vous avez déjà été aperçus par Mes yeux, Moi, l’Éternel, quand vous avez volé Mes sacrifices et convoité Mes biens ? Ne savez-vous pas que lorsque vous avez volé Mes sacrifices, vous l’avez fait devant l’autel sur lequel on offre des sacrifices ? Comment pourriez-vous vous croire assez intelligents pour Me tromper ainsi ? Comment Ma colère pourrait-elle s’écarter de vos péchés odieux ? Comment Ma fureur pourrait-elle ne pas tenir compte de vos mauvaises actions ? Le mal que vous commettez aujourd’hui n’ouvre pas une voie pour vous, mais emmagasine votre châtiment pour votre demain ; il provoque Mon châtiment, Moi, le Tout-Puissant, contre vous. Comment vos mauvaises actions et mauvaises paroles pourraient-elles échapper à Mon châtiment ? Comment vos prières pourraient-elles atteindre Mes oreilles ? Comment pourrais-Je ouvrir une voie pour votre iniquité ? Comment pourrais-Je ignorer vos mauvaises actions qui me défient ? Comment ne pourrais-Je pas vous couper la langue qui est aussi venimeuse que celle du serpent ? Vous ne faites pas appel à Moi pour votre justice, mais vous accumulez plutôt Ma colère par suite de votre iniquité. Comment pourrais-Je vous pardonner ? À Mes yeux à Moi, le Tout-Puissant, vos paroles et vos actions sont souillées. Mes yeux à Moi, le Tout-Puissant, voient votre iniquité comme un châtiment implacable. Comment Mon juste châtiment et Mon juste jugement pourraient-ils s’éloigner de vous ? Parce que vous Me faites cela, Me rendant triste et irrité, comment pourrais-Je vous laisser échapper à Mes mains et fuir du jour où Moi, l’Éternel, Je vous châtie et vous maudis ? Ne savez-vous pas que toutes vos paroles et déclarations mauvaises ont déjà atteint Mes oreilles ? Ne savez-vous pas que votre iniquité a déjà souillé Mon saint habit de justice ? Ne savez-vous pas que votre désobéissance a déjà provoqué Ma colère véhémente ? Ne savez-vous pas que vous M’avez depuis longtemps laissé furieux et avez depuis longtemps mis Ma patience à l’épreuve ? Ne savez-vous pas que vous avez déjà blessé Ma chair, la réduisant en chiffons ? J’ai enduré jusqu’à présent, de sorte que Je libère Ma colère, plus du tout tolérant envers vous. Ne savez-vous pas que vos mauvaises actions ont déjà atteint Mes yeux et que Mes cris sont déjà parvenus aux oreilles de Mon Père ? Comment pourrait-Il vous permettre de Me traiter ainsi ? Tout le travail que Je fais en vous n’est-il pas pour vous ? Mais qui parmi vous aime davantage Mon œuvre, Moi, l’Éternel ? Pourrais-Je être infidèle à la volonté de Mon Père parce que Je suis faible et à cause de l’angoisse dont J’ai souffert ? Ne comprenez-vous pas Mon cœur ? Je vous parle comme l’a fait l’Éternel ; n’ai-Je pas tant abandonné pour vous ? Même si Je suis prêt à supporter toute cette souffrance pour l’œuvre de Mon Père, comment pourriez-vous être libérés du châtiment que Je vous apporte à la suite de Ma souffrance ? N’avez-vous pas tant joui de Moi ? Aujourd’hui, Je vous ai été donné par Mon Père ; ne savez-vous pas que vous jouissez de tellement plus que de Mes paroles généreuses ? Ne savez-vous pas que Ma vie a été échangée pour votre vie et les choses dont vous jouissez ? Ne savez-vous pas que Mon Père a utilisé Ma vie pour combattre Satan et qu’Il vous a aussi donné Ma vie, vous faisant recevoir au centuple et vous permettant d’éviter tellement de tentations ? Ne savez-vous pas que ce n’est que par Mon œuvre que vous avez été exempts de beaucoup de tentations et de nombreux châtiments de feu ? Ne savez-vous pas que c’est seulement à cause de Moi que Mon Père vous permet de jouir jusqu’à maintenant ? Comment pourriez-vous rester si durs et inflexibles aujourd’hui, au point que c’est comme si des callosités s’étaient développées dans votre cœur ? Comment le mal que vous commettez aujourd’hui pourrait-il échapper au jour de la colère qui suivra Mon départ de la terre ? Comment pourrais-Je permettre à ceux qui sont si durs et inflexibles d’échapper à la colère de l’Éternel ?

Extrait de « Aucun être de chair ne peut échapper au jour de la colère », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 338)

Pensez au passé : quand Mon regard a-t-il été en colère et Ma voix a-t-elle été sévère envers vous ? Quand ai-Je coupé les cheveux en quatre avec vous ? Quand vous ai-Je réprimandé de façon déraisonnable ? Quand vous ai-Je réprimandé en face ? N’est-ce pas pour Mon œuvre que J’invoque Mon Père de vous garder de toute tentation ? Pourquoi Me traitez-vous ainsi ? Ai-Je jamais utilisé Mon autorité pour frapper votre chair ? Pourquoi Me remboursez-vous ainsi ? Après avoir vacillé devant Moi, vous n’êtes ni chauds ni froids, et ensuite vous essayez de M’amadouer et Me cacher des choses, et votre bouche est remplie de la salive des injustes. Pensez-vous que votre langue peut tromper Mon Esprit ? Pensez-vous que votre langue peut échapper à Ma colère ? Pensez-vous que votre langue peut juger Mes actions à Moi, l’Éternel, comme elle le souhaite ? Suis-Je le Dieu que l’homme juge ? Pourrais-Je permettre à une petite mouche de blasphémer ainsi contre Moi ? Comment pourrais-Je faire une place à de tels fils de désobéissance parmi Mes bénédictions éternelles ? Vos paroles et vos actions vous ont depuis longtemps exposés et condamnés. Quand J’ai étendu les cieux et créé toutes choses, Je n’ai permis à aucune créature de participer comme elle l’aurait voulu, et encore moins n’ai-Je permis que quelque chose perturbe Mon œuvre et Ma gestion à volonté. Je n’ai toléré ni homme ni objet ; comment pourrais-Je épargner ceux qui sont cruels et inhumains envers Moi ? Comment pourrais-Je pardonner à ceux qui se rebellent contre Mes paroles ? Comment pourrais-Je épargner ceux qui Me désobéissent ? Le destin de l’homme n’est-il pas entre Mes mains à Moi, le Tout-Puissant ? Comment pourrais-Je considérer ton iniquité et ta désobéissance comme saintes ? Comment tes péchés pourraient-ils souiller Ma sainteté ? Je ne suis point souillé par l’impureté des injustes ni ne jouis des offrandes des injustes. Si tu étais loyal envers Moi, l’Éternel, pourrais-tu accaparer les sacrifices sur Mon autel ? Pourrais-tu utiliser ta langue venimeuse pour blasphémer contre Mon saint nom ? Pourrais-tu te rebeller contre Mes paroles de cette façon ? Pourrais-tu traiter Ma gloire et Mon saint nom comme un outil pour servir Satan, le malin ? Ma vie est donnée pour la jouissance des saints. Comment pourrais-Je te permettre de jouer avec Ma vie comme tu le souhaites et de l’utiliser comme un outil de conflit entre vous ? Comment pouvez-vous être tellement sans cœur et tellement défaillants dans la voie du bien, dans votre manière d’être envers Moi ? Ne savez-vous pas que J’ai déjà écrit vos mauvaises actions dans ces paroles de vie ? Comment pourriez-vous échapper au jour de la colère quand Je châtie l’Égypte ? Comment pourrais-Je vous laisser vous opposer à Moi et Me défier de cette façon, maintes et maintes fois ? Je vous le dis clairement, quand le jour viendra, votre châtiment sera plus insupportable que celui de l’Égypte ! Comment pouvez-vous échapper à Mon jour de colère ? Je vous le dis en vérité : Mon endurance a été préparée pour vos mauvaises actions et existe en vue de votre châtiment ce jour-là. N’êtes-vous pas ceux qui souffriront le jugement coléreux une fois que J’aurai atteint la fin de Mon endurance ? Toutes choses ne sont-elles pas entre Mes mains à Moi, le Tout-Puissant ? Comment pourrais-Je vous permettre de Me désobéir ainsi, sous les cieux ? Votre vie sera très difficile parce que vous avez rencontré le Messie, dont il a été dit qu’Il viendrait, mais qui n’est jamais venu. N’êtes-vous pas Ses ennemis ? Jésus a été votre ami, mais vous êtes les ennemis du Messie. Ne savez-vous pas que, bien que vous soyez les amis de Jésus, vos mauvaises actions ont rempli les vases de ceux qui sont odieux ? Bien que vous soyez très près de l’Éternel, ne savez-vous pas que vos mauvaises paroles sont parvenues à Ses oreilles et ont provoqué Sa colère ? Comment pourrait-Il être proche de toi, et comment pourrait-Il ne pas brûler tes vases remplis de mauvaises actions ? Comment pourrait-Il ne pas être ton ennemi ?

Extrait de « Aucun être de chair ne peut échapper au jour de la colère », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 339)

Maintenant, Je regarde ta chair indulgente qui M’enjôlerait et Je n’ai qu’un petit avertissement pour toi, bien que Je n’utilise pas le châtiment pour te « servir ». Tu dois savoir quel rôle tu joues dans Mon œuvre, et Je serai alors satisfait. Outre cette question, si tu Me résistes, dépenses Mon argent, consommes Mes sacrifices, ceux de l’Éternel, ou si vous, vermisseaux, vous vous mordez, ou si vous, créatures à l’image des chiens, entrez en conflit ou vous violez les uns les autres, tout cela ne Me préoccupe pas. Vous avez seulement besoin de savoir quelle sorte de choses vous êtes et Je serai satisfait. Mis à part tout cela, peu importe que vous souhaitiez dégainer vos armes les uns contre les autres ou vous battre entre vous à coups de paroles ; Je n’ai aucun désir de Me mêler de telles choses et ne suis pas le moins du monde engagé dans les affaires humaines. Ce n’est pas que les conflits entre vous ne Me préoccupent pas, c’est que Je ne suis pas l’un de vous et, par conséquent, ne participe pas aux problèmes qui vous concernent. Je ne suis pas un être créé et ne suis pas du monde, alors Je déteste la vie animée des gens et leurs relations compliquées et inappropriées. Je déteste particulièrement les foules vociférantes. Cependant, J’ai une connaissance profonde des impuretés dans le cœur de chaque être créé et, avant que Je vous crée, J’étais déjà au courant de l’injustice profondément ancrée dans le cœur humain et connaissais toute la tromperie et la malhonnêteté qui s’y trouvent. Par conséquent, même si les gens ne laissent pas la moindre trace quand ils font des choses injustes, Je sais quand même que l’injustice contenue dans votre cœur dépasse la richesse de toutes les choses que J’ai créées. Chacun d’entre vous s’est élevé au faîte des multitudes ; vous vous êtes élevés pour devenir les ancêtres des masses. Vous êtes extrêmement arbitraires et hors de contrôle au milieu de tous les vermisseaux, cherchant un endroit tranquille et tentant de dévorer les plus petits que vous. Vous êtes malveillants et sinistres dans votre cœur, plus même que les fantômes qui ont sombré au fond de la mer. Vous résidez au fond du fumier, dérangeant les vermisseaux, de la base au sommet, jusqu’à ce que le trouble soit semé et qu’ils se disputent un certain temps, puis se calment. Vous ne connaissez pas votre place, mais vous vous battez quand même les uns contre les autres dans le fumier. Que peut vous apporter une telle lutte ? Si vous Me révériez vraiment dans votre cœur, comment pourriez-vous vous battre entre vous derrière Mon dos ? Quel que soit ton statut, ne restes-tu pas un vermisseau puant dans le fumier ? Pourras-tu te faire pousser des ailes et devenir une colombe dans le ciel ? Vermisseaux puants, vous volez des offrandes de Mon autel, l’autel de l’Éternel. En agissant ainsi, pouvez-vous sauver votre réputation calamiteuse et exécrable, et devenir le peuple élu d’Israël ? Vous êtes des misérables sans vergogne ! Ces sacrifices sur l’autel M’ont été offerts par les gens afin d’exprimer les sentiments bienveillants de ceux qui Me révèrent. C’est à Moi de les contrôler et de les utiliser, alors comment peux-tu oser Me voler les petites colombes que les gens M’ont offertes ? N’as-tu pas peur de devenir un Judas ? Ne crains-tu pas que ta terre devienne un champ de sang ? Tu n’as aucune honte ! Crois-tu que les colombes offertes par les gens sont censées nourrir ton ventre de vermisseau ? Ce que Je t’ai donné, c’est ce que Je suis content et désireux de te donner ; ce que Je ne t’ai pas donné est à Ma disposition. Tu ne peux pas voler Mes offrandes comme bon te semble. Celui qui œuvre, c’est Moi, l’Éternel, le Seigneur de la création, et les gens offrent des sacrifices pour Moi. Penses-tu que ce sont des récompenses parce que tu cours partout ? Tu es vraiment sans vergogne ! Pour qui cours-tu partout ? N’est-ce pas pour toi-même ? Pourquoi voles-tu Mes sacrifices ? Pourquoi voles-tu de l’argent de Ma bourse ? N’es-tu pas le fils de Judas Iscariote ? Ce sont les sacrificateurs qui doivent jouir des sacrifices qui Me sont destinés, à Moi, l’Éternel. En es-tu un ? Tu oses consommer Mes sacrifices avec arrogance et même les déposer sur la table. Tu es un vaurien ! Misérable sans valeur ! Mon feu, celui de l’Éternel, te réduira en cendres !

Extrait de « Quand les feuilles mortes retourneront aux racines, tu regretteras tout le mal que tu as fait », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 340)

Votre foi est très belle ; vous dites que vous êtes prêts à vous dépenser tout au long de votre vie au nom de Mon œuvre, et que vous êtes prêts à sacrifier votre vie pour elle, mais vos tempéraments n’ont pas beaucoup changé. Vous ne parlez qu’avec arrogance malgré le fait que votre comportement réel soit particulièrement misérable. Il semble que la langue et les lèvres de l’homme soient au ciel, mais que les jambes de l’homme soient loin sur la terre, ainsi, ses paroles, ses actes et sa réputation sont toujours dans un état terrible. Votre réputation a été détruite, vos manières se dégradent, votre façon de parler est abjecte, votre vie est méprisable et même toute votre humanité a sombré dans une abjection infâme. Vous êtes étroits d’esprit envers les autres et vous marchandez la moindre petite chose. Vous vous disputez sur votre propre réputation et votre statut, même au point d’être prêts à descendre en enfer, dans l’étang de feu. Vos paroles et vos actes actuels suffisent pour que Je puisse déterminer que vous êtes pécheurs. Votre attitude envers Mon œuvre Me suffit pour déterminer que vous êtes injustes, et votre tempérament entier suffit pour dire que vous êtes des âmes souillées qui sont pleines d’abominations. Vos manifestations et ce que vous révélez sont appropriés pour dire que vous êtes des gens qui ont suffisamment bu le sang d’esprits impurs. Quand on parle d’entrer dans le royaume, vous ne trahissez pas vos sentiments. Croyez-vous que votre façon actuelle d’être soit suffisante pour que vous puissiez entrer par la porte de Mon royaume des cieux ? Croyez-vous que vous puissiez obtenir l’entrée dans la terre sainte de Mon œuvre et de Mes paroles sans que vos paroles et vos actes soient d’abord testés par Moi ? Qui est capable de Me duper ? Comment vos comportements et vos conversations méprisables et abjectes échapperaient-ils à Ma vue ? J’ai déterminé votre vie comme une vie passée à boire le sang et à manger la chair de ces esprits impurs parce que vous les imitez devant Moi tous les jours. Devant Moi, votre comportement a été particulièrement mauvais, alors comment pourrais-Je ne pas ressentir du dégoût à votre égard ? Dans ce que vous dites, il y a les impuretés des esprits impurs : vous amadouez, dissimulez et flattez tout comme ceux qui pratiquent la sorcellerie et comme ceux qui trompent et boivent le sang des injustes. Toutes les expressions de l’humanité sont extrêmement injustes, alors comment tous les hommes peuvent-ils être placés dans la terre sainte où sont les justes ? Penses-tu que ton comportement méprisable puisse te distinguer comme saint par rapport à ceux qui sont injustes ? Ta langue de vipère finira par ruiner ta chair qui cause la destruction et accomplit des abominations, et tes mains qui sont couvertes du sang des esprits impurs finiront par attirer ton âme en enfer. Alors, pourquoi ne saisis-tu pas cette occasion pour nettoyer tes mains couvertes de souillure ? Et pourquoi ne profites-tu pas de cette occasion pour retrancher ta langue qui dit des paroles injustes ? Se pourrait-il que tu sois prêt à souffrir sous les flammes de l’enfer à cause de tes mains, de ta langue et de tes lèvres ? Je surveille le cœur de chacun avec Mes deux yeux, car longtemps avant d’avoir créé l’humanité, J’avais saisi le cœur des hommes dans Mes mains. Il y a longtemps, J’ai compris le cœur des hommes, alors comment leurs pensées pourraient-elles échapper à Ma vue ? Et comment pourrait-il ne pas être trop tard pour qu’ils échappent à la brûlure de mon Esprit ?

Extrait de « Vous êtes tous tellement ignobles de caractère ! », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 341)

Tes lèvres sont plus douces que des colombes, mais ton cœur est plus sinistre que le serpent ancien. Tes lèvres sont aussi belles que celles des Libanaises, mais ton cœur n’est pas aussi doux que le leur et il ne peut certainement pas être comparé à la beauté des Cananéennes. Ton cœur est tellement trompeur ! Je ne déteste que les lèvres des injustes et leur cœur. Mes exigences vis-à-vis des gens ne sont pas plus élevées que ce que J’attends des saints ; c’est simplement que Je déteste les mauvaises actions des injustes, et J’espère qu’ils pourront rejeter leur souillure et échapper à leur malheur actuel, afin qu’ils puissent être différenciés de ces injustes et vivre avec ceux qui sont justes et être saints avec eux. Vous êtes dans les mêmes circonstances que Moi, mais vous êtes couverts de souillure. Il n’y a même pas en vous un peu de la ressemblance originelle des humains créés au commencement. En plus, parce que chaque jour vous imitez la ressemblance de ces esprits impurs, faisant ce qu’ils font et disant ce qu’ils disent, chaque partie de vous, et même votre langue et vos lèvres, sont trempées dans leur eau sale, à tel point que vous êtes entièrement couverts de ces taches et qu’il n’y a pas une seule partie de vous qui puisse être utilisée pour Mon œuvre. C’est tellement déchirant ! Vous vivez dans un tel monde de chevaux et de bétail, mais vous ne vous sentez pas réellement perturbés, vous êtes pleins de joie et vous vivez librement et facilement. Vous nagez dans cette eau sale, mais vous ne savez pas vraiment que vous êtes tombés dans un tel malheur. Chaque jour, tu fréquentes des esprits impurs et tu interagis avec des « excréments ». Ta vie est très abjecte, mais tu n’as pas vraiment conscience que tu n’existes absolument pas dans le monde des humains et que tu ne te maîtrises pas. Ne sais-tu pas qu’il y a longtemps, ta vie a été opprimée par ces esprits impurs, que ton caractère a été avili par de l’eau sale il y a longtemps ? Penses-tu vivre dans un paradis terrestre, au milieu du bonheur ? Ne sais-tu pas que tu as vécu une vie auprès d’esprits impurs et que tu as coexisté avec tout ce qu’ils ont préparé pour toi ? Comment ta façon de vivre pourrait-elle avoir du sens ? Comment ta vie pourrait-elle avoir de la valeur ? Tu as couru dans tous les sens pour tes parents, tes parents d’esprit impur, mais tu ne sais pas que ceux qui t’emprisonnent sont ces esprits impurs, ces parents qui t’ont donné naissance et t’ont élevé. De plus, tu n’as pas conscience d’avoir hérité d’eux ta souillure ; tout ce que tu sais, c’est qu’ils peuvent te donner « du plaisir », ils ne te châtient pas ni ne te jugent et, particulièrement, ils ne te maudissent pas. Ils n’ont jamais éclaté de rage contre toi, mais ils te traitent affablement et gentiment. Leurs paroles nourrissent ton cœur et te captivent, de sorte que tu deviens désorienté et, sans t’en rendre compte, tu es leurré et désireux de les servir, d’être leur exutoire et leur serviteur. Tu n’as aucune plainte, mais tu es prêt à travailler pour eux comme un chien, comme un cheval. Ils te trompent. Pour cette raison, tu n’as absolument aucune réaction à l’œuvre que Je fais. Pas étonnant que tu veuilles toujours Me filer secrètement entre les doigts, et pas étonnant que tu veuilles toujours utiliser des paroles douces pour Me soutirer des faveurs. Il s’avère que tu avais déjà un autre plan, un autre arrangement. Tu peux voir un peu de Mes actions en tant que Tout-Puissant, mais tu n’as pas la moindre connaissance de Mon jugement et de Mon châtiment. Tu ne sais pas quand Mon châtiment a commencé ; tu sais seulement comment Me duper, mais tu ne sais pas que Je ne tolèrerai aucune violation de la part de l’homme. Puisque tu as déjà décidé de Me servir, Je ne t’abandonnerai pas. Je suis un Dieu qui hait le mal et Je suis un Dieu qui est jaloux de l’homme. Puisque tu as déjà placé tes paroles sur l’autel, Je ne tolérerai pas que tu t’évades sous Mes propres yeux, et Je ne tolérerai pas non plus que tu serves deux maîtres. Pensais-tu que tu pourrais avoir un autre amour après avoir placé tes paroles sur Mon autel, sous Mes yeux ? Comment pourrais-Je permettre aux gens de Me ridiculiser de cette façon ? Pensais-tu pouvoir, avec nonchalance, faire des vœux, Me faire des serments avec ta langue ? Comment pourrais-tu faire des serments à Mon trône, au trône qui est à Moi, le Très-Haut ? Pensais-tu que tes serments étaient déjà périmés ? Je vous le dis, même si vos chairs sont périmées, vos serments ne peuvent pas être périmés. À la fin, Je vous condamnerai en Me basant sur vos serments. Pourtant, vous pensez que vous pouvez placer vos paroles devant Moi pour M’affronter et que votre cœur peut servir des esprits impurs et des esprits méchants. Comment Ma colère pourrait-elle tolérer ces gens qui Me trompent et qui ressemblent à des chiens et à des cochons ? Je dois exécuter Mes décrets administratifs et récupérer des mains des esprits impurs tous ces gens « pieux », guindés, qui croient en Moi pour Me « servir » de manière disciplinée, pour être Mes bœufs, être Mes chevaux et être à la merci de Mon abattage. Je vais t’obliger à reprendre ta détermination d’avant et à Me servir encore une fois. Je ne tolérerai pas qu’une créature Me trompe. Pensais-tu que tu pouvais simplement Me faire des demandes et Me mentir gratuitement ? Pensais-tu que Je n’avais pas entendu ou vu tes paroles et tes actes ? Comment tes paroles et tes actes auraient-ils pu être hors de Ma vue ? Comment pourrais-Je permettre aux gens de Me duper de cette façon ?

Extrait de « Vous êtes tous tellement ignobles de caractère ! », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 342)

J’ai été parmi vous, vous ai fréquentés durant plusieurs printemps et automnes, J’ai vécu parmi vous pendant longtemps et J’ai vécu avec vous. Combien de votre comportement méprisable s’est évanoui sous Mes yeux ? Vos paroles sincères résonnent constamment dans Mes oreilles ; des millions et des millions de vos aspirations ont été posées sur Mon autel, trop nombreuses pour être comptées. Pourtant, en ce qui concerne votre dévouement et ce que vous dépensez, vous n’en donnez même pas un iota. Il n’y a même pas une toute petite miette de sincérité sur Mon autel. Où sont les fruits de votre croyance en Moi ? Vous avez reçu de Moi une grâce sans fin et vous avez vu des mystères éternels venant du ciel. Je vous ai même montré les flammes des cieux, mais Je n’ai pas eu le cœur de vous brûler. Néanmoins, combien M’avez-vous donné en retour ? Combien êtes-vous prêts à Me donner ? Tenant dans ta main la nourriture que Je t’ai donnée, tu te retournes et Me l’offres, disant même que c’est quelque chose que tu as obtenu en échange de la sueur de ton propre labeur, que tu M’offres tout ce que tu possèdes. Comment peux-tu ne pas savoir que les « contributions » que tu Me fais sont toutes des choses qui ont été volées de Mon autel ? En plus, maintenant que tu Me les offres, ne Me trompes-tu pas ? Comment peux-tu ne pas savoir que ce dont Je jouis aujourd’hui, ce sont toutes les offrandes sur Mon autel, et non ce que tu as gagné en échange de ton dur travail pour ensuite Me l’offrir ? Vous osez vraiment Me tromper de cette façon, alors comment puis-Je vous pardonner ? Comment pouvez-vous espérer que J’endure cela plus longtemps ? Je vous ai tout donné. Je ne vous ai rien caché, J’ai pourvu à tous vos besoins et Je vous ai ouvert les yeux, mais vous Me trompez de cette façon, ignorant votre conscience. Je vous ai tout accordé généreusement, de sorte que même si vous souffrez, vous avez gagné de Moi tout ce que J’ai apporté du ciel. Malgré cela, vous n’avez aucun dévouement, et même si vous avez apporté une petite contribution, après, vous « réglez vos comptes » avec Moi. Ta contribution ne rimera-t-elle pas à rien ? Ce que tu M’as donné n’est qu’un seul grain de sable, mais ce que tu M’as demandé, c’est une tonne d’or. N’es-tu pas simplement déraisonnable ? Je travaille parmi vous. Il n’y a absolument aucune trace des dix pour cent que l’on devrait Me donner, sans parler des sacrifices supplémentaires. De plus, ces dix pour cent auxquels contribuent ceux qui sont pieux sont saisis par les méchants. N’êtes-vous pas tous éloignés de Moi ? N’êtes-vous pas tous Mes antagonistes ? Ne détruisez-vous pas tous Mon autel ? Comment des gens pareils pourraient-ils être considérés comme des trésors à Mes yeux ? Ne sont-ils pas des porcs, des chiens que Je déteste ? Comment pourrais-Je faire référence à vos méfaits comme à des trésors ? Pour qui Mon œuvre est-elle vraiment faite ? Est-il possible qu’elle vise seulement à vous terrasser tous pour révéler Mon autorité ? Votre vie ne s’articule-t-elle pas autour d’une seule de Mes paroles ? Pourquoi est-ce que Je n’utilise que des paroles pour vous instruire et que Je n’ai pas transformé les paroles en faits pour vous terrasser le plus tôt possible ? Le but de Mes paroles et de Mon œuvre est-il seulement de terrasser l’humanité ? Suis-Je un Dieu qui tue aveuglément les innocents ? En ce moment, combien parmi vous viennent devant Moi de tout leur être pour chercher le bon chemin de la vie humaine ? Ce ne sont que vos corps qui sont devant Moi ; vos cœurs sont encore au large et sont loin, loin de Moi. Parce que vous ne savez pas ce qu’est Mon œuvre réellement, plusieurs d’entre vous veulent Me quitter et s’éloigner de Moi, espérant vivre plutôt dans ce paradis où il n’y a pas de châtiment ou de jugement. N’est-ce pas ce que les gens souhaitent dans leur cœur ? Je ne t’oblige certainement pas. Quel que soit le chemin que tu empruntes, cela relève de ton propre choix. Le chemin d’aujourd’hui en est un qui s’accompagne du jugement et de la malédiction, mais vous devrez tous savoir que ce que Je vous ai accordé, que ce soit les jugements ou les châtiments, ce sont tous les meilleurs dons que Je peux vous offrir, et ce sont toutes des choses dont vous avez urgemment besoin.

Extrait de « Vous êtes tous tellement ignobles de caractère ! », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 343)

J’ai tellement accompli de travail sur la terre et J’ai marché parmi l’humanité depuis tellement d’années. Pourtant, les gens ont rarement connaissance de Mon image et de Mon tempérament, et peu de gens peuvent expliquer à fond l’œuvre que Je fais. Les gens sont trop déficients, ils manquent toujours de compréhension de ce que Je fais et leur cœur est toujours en alerte, comme s’ils craignaient profondément que Je les emmène dans une autre situation et ensuite ne leur prête pas attention. Ainsi, l’attitude des gens à Mon égard est toujours tiède, accompagnée d’une grande prudence. C’est parce que les gens sont arrivés à ce jour sans comprendre l’œuvre que Je fais, et ils sont particulièrement déconcertés par les paroles que Je leur dis. Ils portent Mes paroles entre leurs mains, ne sachant pas s’ils devraient être fermement résolus à croire ou si, indécis, ils devraient les oublier. Ils ne savent pas s’ils devraient les mettre en pratique ou s’ils devraient rester dans l’attentisme. Ils ne savent pas s’ils devraient mettre tout de côté et ensuite suivre courageusement, ou s’ils devraient continuer à « flirter » avec le monde comme avant. Les réalités internes des gens sont si compliquées, et les gens sont tellement rusés. Parce que les gens ne peuvent pas voir clairement Mes paroles et qu’ils ne peuvent pas les voir pleinement, beaucoup d’entre eux ont de la difficulté à les pratiquer et ont du mal à déposer leur cœur devant Moi. Je comprends profondément vos difficultés. De nombreuses faiblesses sont inévitables quand on vit dans la chair, et de nombreux facteurs objectifs vous causent des difficultés. Vous nourrissez votre famille, passez vos journées à travailler dur et le temps passe péniblement. Il y a beaucoup de difficultés à vivre dans la chair, Je ne le nie pas, et bien sûr, Mes exigences pour vous sont conformes à vos difficultés. Les exigences dans l’œuvre que Je fais sont toutes basées sur votre stature réelle. Lorsque les gens travaillaient dans le passé, leurs exigences à votre égard étaient peut-être mélangées avec des éléments excessifs, mais vous devriez savoir que Je n’ai jamais eu d’exigences excessives envers vous dans ce que Je dis et fais. Tout est exigé en fonction de la nature, de la chair et des besoins des gens. Vous devriez savoir – et Je peux très clairement vous le dire – que Je ne M’oppose pas à une réflexion raisonnable chez les gens ni à leur nature intrinsèque. C’est seulement parce que les gens ne comprennent pas ce qu’est réellement la norme de Mes exigences pour eux, et ne comprennent pas non plus le sens original de Mes paroles, que les gens ont mis en doute Mes paroles et que même moins de la moitié des gens croient Mes paroles. Les autres sont des incroyants, et encore plus ceux qui aiment M’entendre « raconter des histoires ». En outre, il y en a beaucoup qui jouissent du spectacle. Je vous avertis : nombre de Mes paroles ont déjà été ouvertes à ceux qui croient en Moi, et J’ai déjà éliminé ceux qui jouissent de la belle vue sur le royaume, mais sont enfermés en dehors de ses portes. N’êtes-vous pas que de l’ivraie que Je déteste et que Je rejette ? Comment avez-vous pu Me regarder partir et ensuite accueillir avec joie Mon retour ? Je vous le dis, après que les gens de Ninive ont entendu les paroles de colère de l’Éternel, ils se repentirent immédiatement en se couvrant de sacs et de cendre. C’est parce qu’ils croyaient à Ses paroles qu’ils étaient remplis de peur et d’effroi, et qu’ils se repentirent en se couvrant de sacs et de cendre. Et bien que les gens d’aujourd’hui aussi croient Mes paroles et, qui plus est, croient que l’Éternel est venu encore une fois parmi vous aujourd’hui, votre attitude n’est rien d’autre qu’irrévérencieuse, comme si vous observiez seulement le Jésus qui est né en Judée il y a des milliers d’années et est maintenant descendu au milieu de vous. Je comprends profondément la fausseté qui existe dans votre cœur ; la plupart d’entre vous Me suivent par curiosité et sont venus à Ma recherche par futilité. Lorsque votre troisième souhait est effrité – pour une vie paisible et heureuse –, votre curiosité se dissipe également. La fausseté qui existe dans chacun de vos cœurs est exposée par vos paroles et vos actes. Pour parler franchement, vous êtes simplement curieux à Mon sujet, sans crainte ; vous ne faites pas attention à ce que vous dites et contrôlez votre comportement encore moins. Alors, comment est votre foi, vraiment ? Est-elle authentique ? Vous utilisez simplement Mes paroles pour dissiper vos inquiétudes et atténuer votre ennui, pour remplir le reste des espaces vides dans ta vie. Qui parmi vous les a mises en pratique ? Qui a une foi authentique ? Vous ne cessez de crier que Dieu est un Dieu qui sonde les cœurs des gens, mais comment le Dieu que vous criez dans votre cœur est-il compatible avec Moi ? Puisque vous criez comme cela, pourquoi agissez-vous de cette façon ? Est-il possible que ce soit l’amour que vous vouliez Me rendre ? Il n’y a pas la moindre marque de dévouement sur vos lèvres, mais où sont vos sacrifices et vos bonnes actions ? Sans vos paroles qui atteignent Mes oreilles, comment pourrais-Je vous détester autant ? Si vous croyiez vraiment en Moi, comment pourriez-vous tomber dans un tel état de détresse ? Vous avez un regard déprimé sur vos visages, comme si vous étiez en enfer, en cours de procès. Vous n’avez absolument pas de vitalité, et vous parlez faiblement de votre voix intérieure ; vous êtes même remplis de plaintes et de malédictions. Vous avez perdu confiance dans ce que Je fais depuis longtemps, et même votre foi originelle a disparu, alors comment pouvez-vous suivre jusqu’au bout ? Comment pouvez-vous alors être sauvés de cette façon ?

Extrait de « Paroles pour les jeunes et les vieux », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 344)

Bien que Mon œuvre vous soit très utile, Mes paroles ne vous touchent jamais et ne mènent à rien en vous. Il est difficile de trouver un objet que Je puisse amener à la perfection, et aujourd’hui, J’ai presque perdu espoir en vous. J’ai cherché parmi vous pendant plusieurs années, mais il est difficile de trouver un confident. Je Me sens comme si Je n’avais aucune confiance pour continuer à œuvrer en vous et aucun amour pour continuer à vous aimer. C’est parce que, depuis longtemps, Je suis dégoûté par vos « réalisations » minuscules et pathétiques ; c’est comme si Je n’avais jamais parlé parmi vous et que Je n’avais jamais œuvré en vous. Vos réalisations sont tellement nauséabondes ; vous avez toujours été discrédités et n’avez presque aucune valeur. Je ne peux guère trouver la ressemblance d’un humain en vous ou sentir l’odeur de la trace d’un être humain. Où est votre odeur fraîche ? Où est le prix que vous avez payé pendant de nombreuses années et où sont les résultats ? N’en avez-vous jamais trouvé ? Mon œuvre a maintenant un nouveau commencement, un nouveau départ. Je vais réaliser de grands projets et Je veux développer une œuvre encore plus grande, mais vous vous vautrez toujours dans la boue comme auparavant, vivant dans les eaux souillées du passé, et n’avez pratiquement pas rejeté votre situation difficile originelle. Par conséquent, vous n’avez toujours rien gagné de Mes paroles. Comme vous n’avez toujours pas rejeté votre lieu originel de boue et d’eau souillée, vous connaissez seulement Mes paroles, mais en fait, vous n’êtes pas entrés dans le domaine de liberté de Mes paroles, de sorte que Mes paroles n’ont jamais été ouvertes pour vous et elles sont comme un livre de prophétie scellé depuis des milliers d’années. Je vous apparais dans votre vie, mais vous êtes toujours inconscients et vous ne Me reconnaissez même pas. Près de la moitié des paroles que Je dis sont pour votre jugement, et elles n’atteignent que la moitié de l’effet escompté, qui est d’instiller en vous une profonde peur. La dernière moitié des paroles sont pour vous enseigner la vie et comment vous conduire, mais c’est comme si elles n’existaient pas pour vous ou comme si vous écoutiez les paroles d’enfants, paroles auxquelles vous réservez toujours un sourire dissimulé, mais que vous n’aviez jamais d’action sur elle. Vous n’avez jamais été préoccupés par ces choses ; vous avez toujours principalement observé Mes actions par curiosité, de sorte que, maintenant, vous êtes tombés dans l’obscurité et ne pouvez pas voir la lumière. Vous pleurez piteusement dans l’obscurité. Ce que Je veux, c’est votre obéissance, votre obéissance inconditionnelle et, encore plus, J’exige que vous soyez complètement certains de tout ce que Je dis. Vous ne devriez pas adopter une attitude de négligence et, en particulier, vous ne devriez pas traiter les choses de manière sélective, ni être indifférents envers Mes paroles et Mon œuvre comme vous en avez l’habitude. Mon œuvre est faite parmi vous et Je vous ai accordé un grand nombre de Mes paroles, mais si vous Me traitez de cette façon, Je ne peux que donner à des familles païennes ce que vous n’avez pas gagné et pas mis en pratique. Parmi tous les êtres créés, qu’est-ce qui n’est pas entre Mes mains ? La plupart d’entre vous sont d’un « âge mûr » et vous n’avez pas l’énergie d’accepter ce genre d’œuvre qui est Mienne. Vous êtes comme un oiseau de Hanhao[a], vous débrouillant à peine, et vous n’avez jamais considéré Mes paroles sérieusement. Les jeunes sont extrêmement vaniteux et trop complaisants, et ils se soucient encore moins de Mon œuvre. Ils n’ont pas envie de se régaler des délices de Mon banquet ; ils sont comme un petit oiseau qui a volé hors de sa cage pour s’en aller loin. Comment ce genre de jeunes et de vieux peuvent-ils M’être utiles ?

Extrait de « Paroles pour les jeunes et les vieux », dans La Parole apparaît dans la chair

Note de bas de page :

a. L’histoire de l’oiseau Hanhao est très semblable à la fable d’Ésope de la cigale et de la fourmi. L’oiseau Hanhao préfère dormir au lieu de construire un nid pendant que le temps est chaud, malgré les avertissements répétés de sa voisine, une pie. Quand l’hiver arrive, l’oiseau meurt de froid.

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 345)

Bien que vous, les jeunes, soyez comme de jeunes lions, vous avez rarement le vrai chemin dans votre cœur. Votre jeunesse ne vous donne pas droit à davantage de Mon œuvre, mais vous provoquez toujours Mon dégoût pour vous. Bien que vous soyez jeunes, vous manquez de vitalité ou alors d’ambition, et vous êtes toujours évasifs au sujet de votre avenir ; c’est comme si vous étiez indifférents, et sombres. On pourrait dire que la vitalité, les idéaux et la prise de position qui devraient se retrouver chez les jeunes ne se retrouvent absolument pas en vous ; vous, ce genre de jeune personne, êtes sans aucune prise de position et n’avez aucune capacité à distinguer entre ce qui est juste et ce qui est faux, le bien et le mal, la beauté et la laideur. Il est impossible de trouver le moindre aspect en vous qui soit frais. Vous êtes presque entièrement démodés, et vous, ce genre de jeune personne, avez également appris à suivre le courant, à être irrationnels. Vous ne pouvez jamais clairement distinguer entre le bien du mal, ne pouvez pas distinguer entre le vrai et le faux dans les affaires, ne vous efforcez jamais d’atteindre l’excellence, ni ne pouvez dire ce qui est bien et ce qui est mal, ce qu’est la vérité et ce qu’est l’hypocrisie. En vous, il y a des relents de religion plus lourds et plus sérieux que chez les personnes âgées. Vous êtes même arrogants et déraisonnables, vous êtes compétitifs et votre penchant pour l’agressivité est très fort ; comment ce genre de jeune personne peut-elle posséder la vérité ? Comment quelqu’un qui ne peut pas prendre position peut-il témoigner ? Comment quelqu’un qui n’a pas la capacité de faire la distinction entre le bien et le mal peut-il être appelé une jeune personne ? Comment quelqu’un qui n’a pas la vitalité, la vigueur, la fraîcheur, le calme et la fermeté d’une jeune personne peut-il être appelé Mon disciple ? Comment quelqu’un qui n’a aucune vérité ni aucun sens de la justice, mais qui aime jouer et combattre, peut-il être digne d’être Mon témoin ? Des yeux qui sont pleins de tromperie et de préjugés envers les autres ne sont pas ce que les jeunes devraient avoir, et les jeunes gens ne devraient pas commettre des actes destructeurs et abominables. Ils ne devraient pas être sans idéaux, aspirations ou sans le désir avide de s’améliorer ; ils ne devraient pas être découragés au sujet de leurs perspectives ni ne devraient perdre espoir en la vie ou confiance en l’avenir ; ils devraient avoir la persévérance de continuer sur le chemin de la vérité qu’ils ont maintenant choisi, afin de réaliser leur désir de dépenser leur vie entière pour Moi. Ils ne devraient pas être dépourvus de la vérité ni ne devraient dissimuler hypocrisie et injustice, mais ils devraient rester fermes dans la bonne position. Ils ne devraient pas seulement se laisser aller, mais ils devraient avoir à l’esprit l’audace de faire des sacrifices et de lutter pour la justice et la vérité. Les jeunes devraient avoir la bravoure de ne pas succomber à l’oppression des forces obscures et de transformer la signification de leur existence. Les jeunes ne doivent pas se résigner à l’adversité, mais devraient être ouverts et francs avec un esprit de pardon pour leurs frères et sœurs. Bien sûr, ce sont Mes exigences pour tout le monde, ainsi que Mes conseils pour tout le monde. Encore plus, ce sont Mes paroles réconfortantes pour tous les jeunes. Vous devriez pratiquer selon Mes paroles. En particulier, les jeunes ne devraient pas manquer de détermination pour exercer leur discernement dans les problèmes et pour chercher la justice et la vérité. Ce que vous devriez poursuivre, c’est toutes les choses belles et bonnes, et vous devriez obtenir la réalité de toutes les choses positives, ainsi qu’être responsables de votre vie ; vous ne devez pas la prendre à la légère. Les gens viennent sur la terre et il est rare de Me rencontrer, et il est également rare d’avoir l’occasion de chercher et de gagner la vérité. Pourquoi n’accorderiez-vous pas de valeur à ce beau moment comme étant la bonne voie de recherche dans cette vie ? Et pourquoi êtes-vous toujours si méprisants envers la vérité et la justice ? Pourquoi vous piétinez-vous et vous ruinez-vous toujours pour cette injustice et cette souillure qui se jouent des gens ? Et pourquoi vous engagez-vous dans ce que les injustes font comme les personnes âgées ? Pourquoi imitez-vous les anciennes manières des choses anciennes ? Vos vies devraient être pleines de justice, de vérité et de sainteté ; elles ne devraient pas être aussi dépravées à si jeune âge, vous faisant tomber en enfer. Ne sentez-vous pas que cela serait une terrible malchance ? Ne sentez-vous pas que cela serait terriblement injuste ?

Extrait de « Paroles pour les jeunes et les vieux », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 346)

Si tant de travail et tant de paroles n’ont pas eu d’effet sur toi, alors, quand viendra le temps de répandre l’œuvre de Dieu, tu seras incapable d’accomplir ton devoir, tu auras honte et tu seras humilié. À ce moment-là, tu sentiras que tu dois beaucoup à Dieu, que ta connaissance de Dieu est très superficielle. Si tu ne poursuis pas la connaissance de Dieu aujourd’hui, pendant qu’Il travaille, alors plus tard, il sera trop tard. En fin de compte, tu n’auras aucune connaissance à mentionner ; tu te retrouveras vide, sans rien. Que vas-tu utiliser pour faire un rapport à Dieu ? Auras-tu l’effronterie de regarder Dieu ? Tu devrais travailler dur dans ta poursuite en ce moment, de sorte que, finalement, comme Pierre, tu sauras combien le châtiment et le jugement de Dieu sont bénéfiques pour l’homme et que, sans Son châtiment et Son jugement, l’homme ne peut pas être sauvé et ne peut que s’enraciner plus profondément dans cette terre crasseuse, toujours plus profondément dans la boue. Les hommes ont été corrompus par Satan, ont intrigué les uns contre les autres et se sont mis à rude épreuve les uns les autres, ont perdu leur crainte de Dieu. Leur désobéissance est trop grande, leurs notions trop nombreuses et tous appartiennent à Satan. Sans le châtiment et le jugement de Dieu, le tempérament corrompu de l’homme ne pourrait être purifié et l’homme ne pourrait être sauvé. Ce qui est exprimé par l’œuvre de Dieu incarné pendant qu’Il est dans la chair est précisément ce qui est exprimé par l’Esprit, et l’œuvre qu’Il accomplit est réalisée selon ce qui est fait par l’Esprit. Aujourd’hui, si tu n’as aucune connaissance de cette œuvre, alors tu es tellement stupide et tu as tant perdu ! Si tu n’as pas gagné le salut de Dieu, alors ta croyance est une foi religieuse et tu es un chrétien qui est de la religion. Parce que tu tiens à une doctrine morte, tu as perdu la nouvelle œuvre du Saint-Esprit ; d’autres, qui poursuivent l’amour pour Dieu, sont capables d’acquérir la vérité et la vie, tandis que ta foi est incapable d’obtenir l’approbation de Dieu. Au lieu de cela, tu es devenu un malfaiteur, quelqu’un qui commet des actes ruineux et haineux, tu es devenu la cible des mauvais tours de Satan et un captif de Satan. L’homme ne doit pas croire en Dieu, mais L’aimer, Le chercher et L’adorer. Si tu ne poursuis pas aujourd’hui, alors le jour viendra où tu diras : « Pourquoi, à l’époque, n’ai-je pas suivi Dieu convenablement, ne L’ai-je pas satisfait correctement et n’ai-je pas poursuivi des changements dans mon tempérament de vie ? Comme je regrette de n’avoir pas pu me soumettre à Dieu à l’époque et de ne pas avoir cherché la connaissance de la parole de Dieu. Dieu a dit tellement de choses en ce temps-là : comment ai-je pu ne pas chercher ? J’ai été si stupide ! » Tu te détesteras jusqu’à un certain degré. Aujourd’hui, tu ne crois pas les paroles que Je dis et tu n’y prêtes aucune attention ; quand le jour où cette œuvre se répandra viendra et que tu en verras la totalité, tu le regretteras et, à ce moment-là, tu seras sidéré. Il y a des bénédictions, mais tu ne sais pas en jouir, et il y a la vérité, mais tu ne la poursuis pas. N’attires-tu pas le mépris sur toi ? Aujourd’hui, même si la prochaine étape de l’œuvre de Dieu n’a pas encore commencé, il n’y a rien d’exceptionnel au sujet des exigences qui te sont faites et de ce qu’on te demande de vivre. Il y a tant de travail et tant de vérités ; ne méritent-ils pas que tu les connaisses ? Le châtiment et le jugement de Dieu sont-ils incapables d’éveiller ton esprit ? Le châtiment et le jugement de Dieu sont-ils incapables de t’amener à te haïr ? Es-tu satisfait de vivre sous l’influence de Satan, dans la paix et la joie et un peu de confort charnel ? N’es-tu pas le plus abject de tous ? Aucun n’est plus insensé que ceux qui ont vu le salut, mais ne cherchent pas à le gagner ; ceux-là sont des gens qui se perdent par la chair et jouissent de Satan. Tu espères que ta foi en Dieu n’entraînera aucun défi et aucune tribulation, ni la moindre difficulté. Tu poursuis toujours ces choses qui ne valent rien et tu n’attaches aucune valeur à la vie ; au lieu de cela, tu fais passer tes propres pensées extravagantes avant la vérité. Tu ne vaux absolument rien ! Tu vis comme un cochon ; quelle différence y a-t-il entre toi et les cochons et les chiens ? Ceux qui ne poursuivent pas la vérité et qui aiment la chair ne sont-ils pas tous des animaux ? Est-ce que ces morts sans esprit ne sont pas tous des cadavres ambulants ? Combien de paroles ont été prononcées parmi vous ? Y a-t-il eu seulement un peu de travail fait parmi vous ? Combien ai-Je fourni parmi vous ? Alors pourquoi ne l’as-tu pas gagné ? Qu’as-tu à te plaindre ? N’est-il pas vrai que tu n’as rien gagné parce que tu es trop amoureux de la chair ? Et n’est-ce pas parce que tes pensées sont trop extravagantes ? N’est-ce pas parce que tu es trop stupide ? Si tu es incapable de gagner ces bénédictions, peux-tu blâmer Dieu de ne pas te sauver ? Ce que tu cherches, c’est de pouvoir gagner la paix après avoir cru en Dieu : que tes enfants ne tombent pas malades, que ton mari ait un bon emploi, que ton fils trouve une bonne épouse, que ta fille trouve un mari décent, que tes bœufs et tes chevaux labourent bien la terre, que tu aies une année de beau temps pour tes récoltes. C’est ce que tu recherches. Ta poursuite n’est que de vivre dans le confort, qu’aucun accident n’arrive à ta famille, que les vents t’épargnent, qu’ils ne soufflent pas le sable dans ton visage, que les récoltes de ta famille ne soient pas inondées, que tu ne sois pas touché par les désastres, que tu puisses vivre dans l’étreinte de Dieu, que tu vives dans un nid douillet. Un lâche comme toi qui poursuit toujours la chair – as-tu un cœur, as-tu un esprit ? N’es-tu pas une bête ? Je te donne le vrai chemin sans rien demander en retour, mais tu ne le poursuis pas. Es-tu de ceux qui croient en Dieu ? Je te donne la vraie vie humaine, mais tu ne la poursuis pas. N’es-tu pas différent d’un cochon ou d’un chien ? Les cochons ne poursuivent pas la vie de l’homme, ils ne cherchent pas à être purifiés et ils ne comprennent pas ce qu’est la vie. Chaque jour, après avoir mangé à satiété, ils dorment simplement. Je t’ai donné le vrai chemin, mais tu ne l’as pas gagné : tu restes les mains vides. Es-tu prêt à continuer dans cette vie, la vie d’un cochon ? Quelle est la signification de la vie de ces personnes ? Ta vie est méprisable et ignoble, tu vis au milieu de la souillure et de la débauche et tu ne poursuis aucun but. Ta vie n’est-elle pas la plus ignoble de toutes ? As-tu l’effronterie de regarder Dieu ? Si tu continues à vivre de cette façon, obtiendras-tu quelque chose ? La vraie voie t’a été donnée, mais que tu puisses finalement la gagner ou non dépend de ta poursuite personnelle.

Extrait de « Les expériences de Pierre : sa connaissance du châtiment et du jugement », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 347)

Votre chair, vos désirs extravagants, votre cupidité et votre luxure sont trop profondément enracinés en vous. Ces choses contrôlent votre cœur de façon si constante que vous êtes incapables de vous libérer du joug de ces pensées féodales et dégénérées. Vous n’aspirez ni à changer votre situation actuelle ni à échapper à l’influence des ténèbres. Vous êtes tout simplement liés par ces choses. Même si vous savez tous que cette vie est si douloureuse et ce monde des hommes si sombre, absolument aucun d’entre vous n’a pourtant le courage de changer sa vie. Vous n’avez qu’une envie, c’est de fuir les réalités de cette vie, d’acquérir la transcendance de l’âme et de vivre dans un environnement paisible, heureux, et qui ressemble au paradis. Vous n’êtes pas disposés à endurer des difficultés pour changer votre vie actuelle ; vous n’êtes pas prêts non plus à rechercher, par ce jugement et ce châtiment, la vie dans laquelle vous devriez entrer. Au contraire, vous faites des rêves entièrement irréalistes au sujet de ce monde merveilleux au-delà de la chair. La vie dont vous rêvez est celle à laquelle vous pouvez accéder sans effort, sans subir une quelconque douleur. C’est totalement irréaliste ! Car votre souhait n’est pas de mener une vie riche de sens dans la chair et d’acquérir la vérité tout au long de la vie, c’est-à-dire de vivre pour la vérité et de défendre la justice. Ce n’est pas ce que vous qualifieriez de vie rayonnante et éblouissante. Vous avez le sentiment que ce ne serait pas une vie prestigieuse ou riche de sens. Selon vous, vivre une telle vie semblerait une injustice ! Même si vous acceptez ce châtiment aujourd’hui, il n’en demeure pas moins que vous ne cherchez pas à obtenir la vérité ou à vivre la vérité dans le présent, mais plutôt à être en mesure de mener, plus tard, une vie heureuse au-delà de la chair. Vous ne cherchez pas la vérité, vous ne défendez pas non plus la vérité et vous ne vivez certainement pas pour la vérité. Vous ne cherchez pas l’entrée aujourd’hui, mais vous pensez plutôt à l’avenir et à ce qui pourrait advenir. Vous regardez le ciel bleu, versez des larmes d’amertume et espérez être emmenés au ciel un jour. Ne savez-vous pas que votre façon de penser est déjà déconnectée de la réalité ? Tu continues de croire que le Sauveur de bonté et de compassion infinies viendra certainement un jour te prendre avec Lui, toi qui as enduré des difficultés et des souffrances dans ce monde, et qu’Il va certainement vouloir te venger, toi qui as été victimisé et opprimé. N’es-tu pas rempli de péchés ? Es-tu la seule personne qui a souffert dans ce monde ? Tu es tombé dans le domaine de Satan toi-même et tu as souffert. Dieu doit-Il vraiment toujours te venger ? Ceux qui sont incapables de satisfaire les exigences de Dieu, ne sont-ils pas tous des ennemis de Dieu ? Ceux qui ne croient pas en Dieu incarné, ne sont-ils pas des antéchrists ? À quoi servent tes bonnes actions ? Peuvent-elles remplacer un cœur qui adore Dieu ? Tu ne peux pas recevoir la bénédiction de Dieu en faisant simplement quelques bonnes actions, et Dieu ne vengera pas les torts qui t’ont été causés simplement parce que tu as été victimisé et opprimé. Ceux qui croient en Dieu et pourtant ne connaissent pas Dieu, mais qui font de bonnes actions, ne sont-ils pas aussi tous châtiés ? Tu crois simplement en Dieu, tu veux simplement que Dieu répare et venge les torts que tu as subis, et tu veux que Dieu te donne ta chance, ta chance de pouvoir finalement garder la tête haute. Mais, tu refuses de prêter attention à la vérité et tu n’as pas non plus soif de vivre dans la vérité. Tu es encore moins capable de sortir de cette vie difficile et vide. Au contraire, pendant que tu vis ta vie dans la chair et ta vie de péché, tu attends avec impatience que Dieu remédie à tes griefs et dissipe une partie du brouillard de ton existence. Mais est-ce possible ? Si tu détiens la vérité, tu peux suivre Dieu. Si tu détiens la vie, tu peux être une manifestation de la parole de Dieu. Si tu as la vie, tu peux jouir de la bénédiction de Dieu. Ceux qui détiennent la vérité peuvent jouir de la bénédiction de Dieu. Dieu assure la réparation pour ceux qui L’aiment sans réserve et endurent des difficultés et des souffrances, mais pas pour ceux qui ne font que s’aimer eux-mêmes et qui sont devenus les proies des tromperies de Satan. Comment peut-il y avoir de la bonté en ceux qui n’aiment pas la vérité ? Comment peut-il y avoir de la justice en ceux qui n’aiment que la chair ? Justice et bonté ne se réfèrent-elles pas toutes deux à la vérité ? Ne sont-elles pas réservées à ceux qui aiment Dieu sans réserve ? Ceux qui n’aiment pas la vérité et qui ne sont que des cadavres putrides, tous ceux-là n’entretiennent-ils pas le mal ? Ceux qui sont incapables de vivre la vérité, ne sont-ils pas tous des ennemis de la vérité ? Et qu’en est-il de vous ?

Extrait de « Seuls ceux qui sont perfectionnés peuvent mener une vie riche de sens », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 348)

Gérer l’homme a toujours été Mon devoir. Par ailleurs, J’ai ordonné sa conquête quand J’ai créé le monde. Les gens ne savent peut-être pas que Je vais les conquérir complètement dans les derniers jours, ni que la conquête des rebelles parmi les hommes est la preuve de Ma victoire contre Satan. Or, quand Mon ennemi a engagé la bataille contre Moi, Je lui avais déjà dit que Je conquerrais ceux que Satan avait capturés et dont il avait fait ses enfants, ses fidèles serviteurs veillant sur sa maison. Le sens originel de « conquérir » est vaincre, soumettre à l’humiliation. Dans la langue des Israélites, le mot signifie vaincre complètement, détruire et rendre incapable de Me résister. Mais aujourd’hui, tel qu’il est utilisé parmi vous, il signifie conquérir. Vous devez savoir que Mon intention a toujours été d’anéantir complètement et de mettre en déroute le malin de l’humanité, afin qu’il ne puisse plus se rebeller contre Moi et encore moins avoir le souffle pour interrompre ou déranger Mon œuvre. Ainsi, le mot en est venu, en ce qui concerne l’homme, à signifier conquérir. Quelles que soient les connotations du terme, Mon œuvre consiste à vaincre l’humanité. Car, s’il est vrai que l’humanité est un complément à Ma gestion, pour le dire plus précisément, l’humanité n’est autre que Mon ennemi. L’humanité est le malin qui Me résiste et Me désobéit. L’humanité n’est autre que la progéniture du malin que J’ai maudit. L’humanité n’est autre que le descendant de l’archange qui M’a trahi. L’humanité n’est autre que l’héritage du diable, que J’ai rejeté il y a longtemps et qui est Mon ennemi irréconciliable depuis. Le ciel au-dessus de la race humaine est sombre et obscur, sans la moindre lueur de clarté. Le monde humain est plongé dans des ténèbres si épaisses que celui qui y vit ne voit même pas sa main tendue devant son visage ni le soleil quand il lève la tête. La route sous ses pieds, boueuse et pleine de nids de poule, serpente tortueusement. Toute la terre est jonchée de cadavres. Les coins sombres sont remplis de dépouilles, tandis que des foules de démons ont élu domicile dans les coins frais et ombragés. Et partout dans le monde des hommes, les démons vont et viennent en hordes. La progéniture de toutes sortes de bêtes, couverte de souillure, est engagée dans une bataille féroce dont le bruit remplit le cœur de terreur. À de tels moments, dans un tel monde, un tel « paradis terrestre », où va-t-on pour chercher les félicités de la vie ? Où pourrait-on aller pour trouver la destination de sa vie ? L’humanité, piétinée depuis longtemps sous les pieds de Satan, a été dès le début un acteur prenant l’image de Satan. Pire encore, elle est l’incarnation de Satan, servant de preuve pour témoigner de Satan haut et fort. Comment une telle race humaine, une telle bande d’ordures dégénérées, une telle progéniture de cette famille humaine corrompue, peut-elle témoigner de Dieu ? D’où vient Ma gloire ? Où peut-on commencer à parler de Mon témoignage ? Car l’ennemi ayant corrompu l’humanité, il se dresse contre Moi, a déjà capturé l’humanité (que J’ai créée il y a longtemps et qui était remplie de Ma gloire et de Ma vie) et l’a souillée. Il a arraché Ma gloire, et tout ce dont il a imprégné l’homme est un poison profondément entremêlé avec la laideur de Satan et le jus venant du fruit de l’arbre de la connaissance du bien et du mal. Au commencement, J’ai créé l’humanité, c’est-à-dire que J’ai créé l’ancêtre de l’humanité, Adam. Il était pourvu d’une forme et d’une image, débordant de vigueur, débordant de vitalité, et était, en outre, en compagnie de Ma gloire. C’était le jour glorieux où J’ai créé l’homme. Après cela, Ève a été produite à partir du corps d’Adam. Elle aussi était l’ancêtre de l’homme, et les gens que J’ai créés ont ainsi été remplis de Mon souffle et débordaient de Ma gloire. Adam est né de Ma main à l’origine et était la représentation de Mon image. Ainsi, la signification originelle d’« Adam » était un être créé par Moi, imprégné de Mon énergie vitale, imprégné de Ma gloire, ayant forme et image, ayant esprit et souffle. Il était le seul être créé qui avait un esprit et qui était capable de Me représenter, de porter Mon image et de recevoir Mon souffle. Au commencement, Ève était le second humain doué de souffle dont J’avais ordonné la création. Ainsi, la signification originelle d’« Ève » était un être créé qui continuerait Ma gloire, rempli de Ma vitalité et, en plus, doté de Ma gloire. Ève est venue d’Adam, donc elle a aussi porté Mon image, car elle a été le deuxième être humain à être créé à Mon image. La signification originale d’« Ève » était un humain vivant, avec un esprit, de la chair et des os, Mon deuxième témoignage, ainsi que Ma deuxième image parmi l’humanité. Ils étaient les ancêtres de l’humanité, le trésor pur et précieux de l’homme et, dès le début, des êtres vivants dotés d’un esprit. Cependant, le diable a piétiné la progéniture des ancêtres de l’humanité et l’a emmenée en captivité, plongeant le monde humain dans l’obscurité totale, de sorte que la progéniture ne croie plus en Mon existence. Plus abominable encore, même si le malin corrompt les gens et les piétine, il arrache cruellement Ma gloire, Mon témoignage, la vitalité que Je leur ai conférée, le souffle et la vie que Je leur ai insufflés, toute Ma gloire dans le monde humain et tout le sang du cœur que J’ai dépensé pour l’humanité. L’humanité n’est plus dans la lumière et a perdu tout ce que Je lui ai conféré, rejetant la gloire que Je lui ai accordée. Comment peut-elle reconnaître que Je suis le Seigneur de tous les êtres créés ? Comment peut-elle continuer à croire en Mon existence au ciel ? Comment peut-elle découvrir les manifestations de Ma gloire sur terre ? Comment ces petits-fils et ces petites-filles peuvent-ils accepter le Dieu que leurs propres ancêtres révéraient comme le Seigneur qui les a créés ? Ces petits-fils et petites-filles pitoyables ont généreusement « présenté » au malin la gloire, l’image, ainsi que le témoignage que J’ai accordés à Adam et Ève, de même que la vie que J’ai accordée à l’humanité et dont dépend leur existence. Sans prêter la moindre attention à la présence du malin, ils lui ont donné toute Ma gloire. N’est-ce pas l’origine de l’appellation « ordure » ? Comment une telle humanité, de tels démons maléfiques, de tels cadavres ambulants, de telles figures de Satan et de tels ennemis qui sont les Miens posséderaient-ils Ma gloire ? Je reprendrai Ma gloire, reprendrai Mon témoignage qui existe parmi les hommes, ainsi que tout ce qui M’a appartenu et que J’ai donné à l’humanité il y a longtemps. Je vais complètement conquérir l’humanité. Cependant, tu devrais savoir que les humains que J’ai créés étaient des hommes saints qui portaient Mon image et Ma gloire. Ils n’appartenaient pas à Satan, ni n’ont subi son piétinement, mais ils étaient Ma manifestation pure, exempts de la moindre trace de poison satanique. Et ainsi, Je fais savoir à l’humanité que Je veux seulement ce qui est créé de Ma main, les saints que J’aime et qui n’appartiennent à aucune autre entité. En outre, Je vais M’enorgueillir d’eux et les considérerai comme Ma gloire. Cependant, Je ne veux pas l’humanité qui a été corrompue par Satan, qui lui appartient encore et qui n’est plus Ma création originelle. Comme preuve de la gloire de Ma victoire contre Satan, Je vais conquérir complètement les survivants parmi les hommes, parce que J’ai l’intention de reprendre Ma gloire présente dans le monde humain. Je prends seulement Mon témoignage comme une cristallisation de Moi-même, comme l’objet de Ma jouissance. Telle est Ma volonté.

Extrait de « Ce que signifie être une personne véritable », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 349)

L’humanité s’est développée pendant des dizaines de milliers d’années pour arriver où elle en est aujourd’hui. Cependant, l’humanité de Ma création originelle a depuis longtemps sombré dans la dégénérescence. Elle n’est plus celle que Je désire, et ainsi, à Mes yeux, elle ne mérite plus le nom d’humanité. Elle est plutôt l’ordure d’humanité que Satan a prise en captivité, les cadavres ambulants pourris dans lesquels vit Satan et desquels il se vêt. Les gens ne croient pas du tout en Mon existence et n’accueillent pas Ma venue. L’humanité répond à Mes demandes seulement à contrecœur, y accédant temporairement, et ne partage pas sincèrement les joies et les peines de la vie avec Moi. Puisque les gens Me voient comme impénétrable, ils Me sourient à contrecœur, adoptant une attitude de flatterie semblable à celle envers quelqu’un au pouvoir. C’est parce qu’ils n’ont aucune connaissance de Mon œuvre et encore moins de Ma volonté à l’heure actuelle. Je serai honnête avec vous : quand le jour viendra, la souffrance de toute personne qui M’adore sera plus facile à supporter que la vôtre. Le degré de votre foi en Moi ne dépasse pas celui de Job, en réalité. Même la foi des pharisiens juifs surpasse la vôtre. Donc, si le jour de feu survient, votre souffrance sera plus grave que celle des pharisiens lorsque Jésus les a réprimandés, que celle des deux cent cinquante chefs qui se sont opposés à Moïse et que celle de Sodome dans les flammes brûlantes de sa destruction. Quand Moïse a frappé le rocher et qu’a jailli l’eau donnée par l’Éternel, ce fut grâce à sa foi. Quand David, le cœur rempli de joie, a joué de la lyre pour Me louer Moi, l’Éternel, ce fut grâce à sa foi. Quand Job a perdu son bétail qui couvrait les montagnes et une richesse incalculable, et que son corps s’est couvert d’un ulcère malin, ce fut grâce à sa foi. Quand il pouvait entendre Ma voix et voir Ma gloire, Moi, l’Éternel, c’était grâce à sa foi. Que Pierre puisse suivre Jésus-Christ, c’était dû à sa foi. Qu’il puisse être crucifié pour Moi et donner un témoignage glorieux, c’était aussi dû à sa foi. Quand Jean a vu l’image glorieuse du Fils de l’homme, ce fut grâce à sa foi. Quand il a vu la vision des derniers jours, ce fut a fortiori grâce à sa foi. Si les soi-disant multitudes des nations païennes ont obtenu Ma révélation et sont parvenues à savoir que Je suis revenu dans la chair pour faire Mon œuvre parmi les hommes, c’est aussi grâce à leur foi. Tous ceux qui sont frappés par Mes sévères paroles, mais en sont néanmoins réconfortés et sauvés, n’est-ce pas grâce à leur foi ? Ceux qui croient en Moi, mais qui endurent encore des difficultés, n’ont-ils pas aussi été rejetés par le monde ? Ceux qui vivent en dehors de Ma parole, fuyant la souffrance de l’épreuve, ne partent-ils pas tous à la dérive à travers le monde ? Ils sont comme des feuilles d’automne voltigeant çà et là, sans aucun endroit où se reposer et, à plus forte raison, sans Mes paroles de consolation. Bien que Mon châtiment et Mon raffinement ne les suivent pas, ne sont-ils pas des mendiants dérivant d’un endroit à l’autre, errant dans les rues, hors du royaume des cieux ? Le monde est-il vraiment ton lieu de repos ? Peux-tu vraiment parvenir au moindre petit sourire de satisfaction vis-à-vis du monde en évitant Mon châtiment ? Peux-tu vraiment dissimuler le vide qui est dans ton cœur et qui ne peut pas être caché avec ton plaisir éphémère ? Tu peux tromper n’importe qui dans ta famille, mais tu ne pourras jamais Me tromper. À ce jour, tu es toujours incapable de trouver les délices qu’offre la vie, parce que ta foi est trop faible. Je t’exhorte : mieux vaut Me consacrer sincèrement la moitié de ta vie que passer toute ta vie dans la médiocrité et les préoccupations de la chair, endurant toute la souffrance qu’un homme peut à peine supporter. À quoi sert-il de te chérir autant et de fuir Mon châtiment ? À quoi sert-il de te cacher de Mon châtiment momentané pour ne récolter qu’une éternité d’embarras, de châtiment ? En fait, Je n’impose Ma volonté à personne. Si un homme était vraiment prêt à se soumettre à tous Mes plans, Je ne le traiterais pas mal, mais J’exige que tous les hommes croient en Moi, tout comme Job a cru en Moi, l’Éternel. Si votre foi dépasse celle de Thomas, alors elle recevra Mes louanges. Dans votre fidélité, vous trouverez Ma béatitude, et vous trouverez sûrement Ma gloire de vos jours. Cependant, les gens qui croient au monde et au diable ont endurci leur cœur, tout comme les foules de la ville de Sodome, le vent leur portant des grains de sable dans les yeux, la bouche remplie d’offrandes du diable et dont les esprits embrouillés ont été possédés il y a longtemps par le malin qui a usurpé le monde. Leurs pensées sont presque entièrement devenues prisonnières du diable des temps anciens. Et ainsi, la foi des hommes a disparu avec le vent et ils sont même incapables de remarquer Mon œuvre. Tout ce qu’ils peuvent faire, c’est tenter faiblement de traiter Mon œuvre de façon superficielle ou ou de l’analyser grossièrement, parce qu’ils sont imprégnés depuis longtemps du poison de Satan.

Extrait de « Ce que signifie être une personne véritable », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 350)

Je vais conquérir l’humanité parce que J’ai créé les hommes et parce qu’ils ont, de plus, joui de tous les objets abondants de Ma création. Mais les hommes M’ont aussi rejeté. Je ne suis pas dans leur cœur et ils Me voient comme un fardeau pour leur existence, au point même où, M’ayant vraiment vu, ils Me rejettent toujours et se creusent la cervelle pour trouver tous les moyens possibles de Me vaincre. Les gens ne Me permettent pas de les traiter sérieusement, de leur imposer des exigences strictes, ni de juger ou de châtier leur injustice. Loin de trouver cela intéressant, ils sont contrariés. Et donc Mon œuvre consiste à prendre l’humanité qui mange, boit et se délecte de Mon existence, sans Me connaître, et à la vaincre. Je désarmerai l’humanité, puis, avec Mes anges, avec Ma gloire, Je retournerai dans Ma demeure. Car il y a longtemps que les actions des gens M’ont brisé le cœur et ont fait voler Mon œuvre en éclats. J’ai l’intention de reprendre possession de la gloire que le malin a enlevée, avant de M’éloigner joyeusement, laissant l’humanité continuer à vivre sa vie, à « vivre et travailler dans la paix et le contentement », à « cultiver ses propres champs ». Je n’interférerai plus dans sa vie. Mais maintenant, J’ai l’intention de reprendre pleinement Ma gloire de la main du malin, de reprendre la totalité de la gloire dont J’ai imprégné l’homme à la création du monde. Je ne l’accorderai jamais plus à la race humaine sur terre. Car non seulement les gens n’ont pas réussi à conserver Ma gloire, mais ils l’ont échangée contre l’image de Satan. Ils ne chérissent pas Ma venue, ils ne valorisent pas non plus le jour de Ma gloire. Ils ne sont pas contents de recevoir Mon châtiment et sont encore moins prêts à Me rendre Ma gloire. Ils ne veulent pas non plus rejeter le poison du malin. L’humanité continue de Me tromper de la même manière, affichant toujours des sourires éclatants et des visages heureux de la même manière. Ils n’ont pas conscience de la profondeur des ténèbres qui s’abattront sur l’humanité après que Ma gloire les aura quittés. Ils n’ont surtout pas conscience que, lorsque Mon jour viendra à l’humanité entière, ils vivront un moment encore plus difficile que les gens au temps de Noé, car ils ne savent pas dans quelle obscurité est tombé Israël quand Ma gloire s’en est éloignée, car l’homme oublie à l’aube combien il a été difficile de passer la nuit obscure. Quand le soleil se cachera de nouveau et que la nuit tombera sur l’homme, il se lamentera de nouveau et grincera des dents dans les ténèbres. Avez-vous oublié combien il a été difficile, lorsque Ma gloire s’est retirée d’Israël, pour son peuple d’endurer ces jours de souffrance ? Il est temps que vous voyez Ma gloire et que vous partagiez le jour de Ma gloire. L’homme se lamentera au milieu des ténèbres quand Ma gloire quittera la terre souillée. C’est le jour de gloire où J’accomplis Mon œuvre et celui où Je dispense les hommes de souffrir, car Je ne partagerai pas avec eux les temps de tourments et de tribulations. Je veux seulement conquérir l’humanité complètement, et vaincre complètement le malin de l’humanité.

Extrait de « Ce que signifie être une personne véritable », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 351)

J’ai cherché beaucoup de gens sur terre pour qu’ils marchent à Ma suite. Parmi tous ces disciples se trouvent ceux qui servent en tant que prêtres, ceux qui dirigent, ceux qui sont les fils de Dieu, ceux qui sont le peuple de Dieu et ceux qui exécutent du service. Je les classe en fonction de la fidélité qu’ils Me témoignent. Lorsque tous auront été classés selon leur espèce, c’est-à-dire lorsque la nature de chaque type de personne aura été mise en évidence, alors Je classerai chacun selon la catégorie à laquelle il appartient ; puis Je mettrai chaque type à la place qui lui revient afin de pouvoir réaliser Mon dessein, qui est le salut de l’humanité. Dans les groupes, J’appelle à Ma maison ceux que Je désire sauver, puis Je fais en sorte que tous acceptent Mon œuvre des derniers jours. En même temps, Je les classe selon leur espèce, puis Je récompense ou punis chacun selon ses actes. Telles sont les étapes qui constituent Mon œuvre.

Je vis aujourd’hui sur terre, et je vis parmi les hommes. Les gens font l’expérience de Mon œuvre et observent Mes déclarations, et Je mets entre les mains de chacun de Mes disciples toutes les vérités afin qu’ils puissent recevoir de Moi la vie et ainsi avoir une voie à suivre. Car Je suis Dieu, Celui qui donne la vie. Au cours des nombreuses années de Mon œuvre, les gens ont gagné beaucoup de choses et renoncé à beaucoup de choses, mais Je continue à dire qu’ils ne croient pas vraiment en Moi. Car les gens se contentent de reconnaître verbalement que Je suis Dieu tout en étant en désaccord avec les vérités que Je proclame et, qui plus est, ils ne pratiquent pas les vérités comme Je le leur demande. Autrement dit, les gens ne reconnaissent que l’existence de Dieu, pas celle de la vérité ; ils ne reconnaissent que l’existence de Dieu, non celle de la vie ; ils ne reconnaissent que le nom de Dieu, pas Sa substance. Je les méprise en raison de leur zèle, car ils ont juste recours à des paroles qui sonnent bien pour Me tromper, aucun ne M’adore en vérité. Vos paroles contiennent la tentation du serpent ; de plus, elles sont d’une extrême prétention, véritable proclamation de l’archange. Bien plus, vos actes sont minables, semblables à des guenilles, à tel point que c’en est honteux ; vos désirs immodérés et vos intentions avides offensent l’oreille. Vous êtes tous devenus des mites dans Ma maison, objets de Mon exécration et de Mon rejet. Car aucun d’entre vous n’aime la vérité ; non, vous désirez être bénis, aller au Ciel et contempler la magnifique vision du Christ exerçant Son pouvoir sur terre. Mais ne vous êtes-vous jamais demandé comment des êtres comme vous, si profondément corrompus, qui n’ont pas la moindre idée de ce qu’est Dieu, pourraient être dignes de marcher à la suite de Dieu ? Comment pourriez-vous monter au Ciel ? Comment pourriez-vous être dignes de voir des scènes d’une telle magnificence, d’une splendeur sans précédent ? Votre bouche est remplie de paroles de tromperie, de souillure, de trahison et d’arrogance. Vous n’avez jamais prononcé de paroles de sincérité, de paroles saintes à Mon endroit ni de paroles de soumission envers Moi en faisant l’expérience de Ma parole. En fin de compte, à quoi ressemble votre foi ? Votre cœur est rempli de désirs, vous ne rêvez que d’argent, de choses matérielles. Chaque jour, vous calculez comment obtenir quelque chose de Moi. Chaque jour, vous comptez ce que vous avez reçu de Moi, les richesses, les choses matérielles. Chaque jour, vous attendez qu’il vous vienne encore plus de bénédictions afin de pouvoir profiter d’encore plus de choses, et d’un niveau encore plus élevé. Ce qui habite vos pensées de chaque instant, ce n’est ni Moi ni la vérité qui vient de Moi, mais votre mari ou votre femme, vos fils, vos filles, ce que vous mangez, ce que vous portez. Vous vous demandez comment jouir encore davantage et prendre encore plus de plaisir. Mais même quand vous vous repaissez à en éclater, êtes-vous autre chose qu’un cadavre ? Même quand vous vous parez extérieurement des plus belles tenues, n’êtes-vous pas encore un cadavre ambulant dénué de vie ? Vous vous tuez à la tâche pour manger jusqu’à ce que vos cheveux grisonnent, mais personne n’est prêt à sacrifier un seul de ses cheveux pour Mon œuvre. Vous vous affairez constamment, vous mettez votre corps à l’épreuve et vous vous creusez la cervelle pour votre chair et pour vos fils et vos filles, mais aucun de vous ne se soucie ni ne tient compte de Ma volonté. Qu’espérez-vous encore obtenir de Moi ?

Je ne me hâte jamais quand J’œuvre. Quelle que soit la façon dont on Me suit, J’accomplis Mon œuvre conformément à chaque étape, conformément à Mon plan. Vous avez beau vous rebeller contre Moi, Je ne cesse pas d’œuvrer pour autant et Je continue à dire les paroles que Je dois dire. J’appelle à Ma maison ceux qui ont été prédestinés par Moi, afin qu’ils puissent écouter Mes paroles. Tous ceux qui se soumettent à Mes Paroles, tous ceux qui y aspirent, Je les fais venir devant Mon trône. Ceux qui tournent le dos à Mes paroles, ceux qui ne M’obéissent pas et Me défient ouvertement seront mis à part pour attendre leur ultime châtiment. Les gens vivent tous dans la corruption et sous la main du malin. Aussi, peu nombreux sont ceux qui Me suivent et qui aspirent à la vérité. C’est-à-dire que la plupart ne M’adorent pas sincèrement ; la plupart ne m’adorent pas en vérité, mais essayent de gagner Ma confiance par la corruption, la rébellion et la tromperie. C’est pourquoi Je dis : « Il y a beaucoup d’appelés, mais peu d’élus. » Ceux qui sont appelés ont été profondément corrompus et tous vivent à la même ère. Mais ceux qui sont choisis ne sont qu’une partie d’entre eux, ce sont ceux qui croient à la vérité, la reconnaissent et la pratiquent. Ces gens n’en constituent qu’une infime partie, et ce sont eux qui me rendront toute gloire. À l’aune de ces paroles, savez-vous si vous êtes au nombre des élus ? À quoi ressemblera votre fin ?

Extrait de « Il y a beaucoup d’appelés, mais peu d’élus », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 352)

Comme Je l’ai déjà dit, ceux qui Me suivent sont légion, mais ceux qui M’aiment vraiment sont peu nombreux. Certains diront peut-être : « Aurais-je payé un si grand prix si je ne T’aimais pas ? Est-ce que je T’aurais suivi jusqu’ici si je ne T’aimais pas ? » Assurément, tu as de nombreuses raisons et, assurément, ton amour est très grand, mais quelle est l’essence de ton amour pour Moi ? « L’amour », comme on l’appelle, désigne une émotion pure, sans tache, où ton cœur te sert à aimer, ressentir et être attentionné. L’amour ne tolère aucune condition, aucun obstacle et aucune distance. Dans l’amour, il n’y a pas de suspicion, pas de tromperie et pas de ruse. Dans l’amour, il n’y a pas de transaction et rien d’impur. Si tu aimes, tu ne trompes pas, ne te plains pas, ne trahis pas, ne te rebelles pas, n’exiges pas ni ne cherches à recevoir quelque chose ou un certain montant. Si tu aimes, tu te sacrifies et endures les difficultés avec joie, et tu es compatible avec Moi. Tu renonces à tout pour Moi : à ta famille, ton avenir, ta jeunesse, ton mariage. Sinon, ton amour n’est pas de l’amour, mais une tromperie et une trahison ! Quel genre d’amour est le tien ? Est-ce un amour sincère ? Ou est-il faux ? Qu’as-tu abandonné ? Qu’as-tu sacrifié ? Quelle quantité d’amour ai-Je reçue de toi ? Le sais-tu ? Hommes, votre cœur déborde de mal, de trahison et de tromperie. Alors, quelle quantité d’impureté y a-t-il dans votre amour ? Vous croyez avoir déjà assez sacrifié pour Moi ; vous croyez que votre amour pour Moi est déjà suffisant. Mais pourquoi donc vos paroles et vos actions s’accompagnent-elles toujours de rébellion et de tromperie ? Vous Me suivez, mais vous ne reconnaissez pas Ma parole. Est-ce là de l’amour ? Vous Me suivez, mais vous Me mettez à l’écart. Est-ce là de l’amour ? Vous Me suivez, mais vous vous méfiez de Moi. Est-ce là de l’amour ? Vous Me suivez, mais vous n’acceptez pas Mon existence. Est-ce là de l’amour ? Vous Me suivez, mais vous ne Me traitez pas comme Je le mérite et rendez les choses difficiles pour Moi à chaque occasion. Est-ce là de l’amour ? Vous Me suivez, mais vous essayez de Me duper et de Me tromper en toutes choses. Est-ce là de l’amour ? Vous Me servez, mais vous ne Me craignez pas. Est-ce là de l’amour ? Vous vous opposez à Moi à tous égards et en toutes choses. Tout cela est-il de l’amour ? Vous avez sacrifié beaucoup, c’est vrai, mais vous n’avez jamais pratiqué ce que Je vous demande. Cela peut-il être de l’amour ? A y regarder de près, il n’y a pas le moindre soupçon d’amour pour Moi en vous. Après toutes ces années de travail, et toutes les paroles que J’ai données, qu’y avez-vous gagné, en fait ? Cela ne mérite-t-il pas que vous reconsidériez attentivement votre conduite ? Je vous avertis : ceux que J’appelle à Moi ne sont pas ceux qui n’ont jamais été corrompus ; ceux que Je choisis sont plutôt ceux qui M’aiment vraiment. Par conséquent, vous devez être vigilants en ce que vous dites et ce que vous faites, et examiner vos intentions et vos pensées afin qu’elles ne transgressent pas. En ces temps des derniers jours, faites de votre mieux pour présenter votre offrande d’amour devant Moi, de peur que Ma colère ne s’abatte à jamais sur vous !

Extrait de « Il y a beaucoup d’appelés, mais peu d’élus », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 353)

Chaque jour, les actions et les pensées de tous sont vues par les yeux de l’Unique et, en même temps, sont en préparation pour leur propre lendemain. C’est le chemin que tous les vivants doivent parcourir ; c’est le chemin que J’ai prédestiné pour tous, et personne ne peut y échapper ou en être exempté. Les paroles que J’ai dites sont innombrables et l’œuvre que J’ai faite, en plus, est sans commune mesure. Chaque jour, Je surveille pendant que chaque homme réalise naturellement tout ce qu’il doit faire en accord avec sa nature inhérente et les aléas de sa nature. Sans le savoir, beaucoup se sont déjà mis sur la « bonne voie » que J’ai fixée pour rendre manifestes différents genres d’hommes. Ces différents genres d’hommes, Je les ai depuis longtemps placés dans des environnements différents et, à leur place respective, tous ont exprimé leurs attributs inhérents. Il n’y a personne pour les lier, personne pour les séduire. Ils sont complètement libres et ce qu’ils expriment vient naturellement. Une seule chose les retient : Mes paroles. Ainsi, certaines personnes lisent Mes paroles à contrecœur, ne les mettant jamais en pratique, et agissant de cette façon dans le seul but d’éviter la mort ; en même temps, d’autres ont du mal à supporter les journées sans Mes paroles pour les guider et les enrichir et ils suivent donc naturellement Mes paroles en tout temps. Au fil du temps, ils découvrent le secret de la vie humaine, la destination de l’humanité et la valeur qu’il y a à être humain. Voilà simplement comment l’humanité est en présence de Mes paroles et Je laisse simplement les choses suivre leur cours. Je ne fais aucune œuvre qui oblige les gens à faire de Mes paroles le fondement de leur existence. Donc, ceux qui n’ont jamais eu une conscience ou dont l’existence n’a jamais eu aucune valeur rejettent audacieusement Mes paroles et font comme bon leur semble après avoir tranquillement observé comment vont les choses. Ils commencent à détester la vérité et tout ce qui vient de Moi. De plus, ils détestent rester dans Ma maison. Pour leur destination et pour échapper à la punition, ces hommes habitent dans Ma maison un certain temps, même s’ils font du service. Cependant, leurs intentions et leurs actions ne changent jamais. Cela augmente leur désir de bénédictions et augmente leur désir d’entrer dans le royaume une seule fois et d’y rester pour l’éternité, et même d’entrer dans le ciel éternel. Plus ils aspirent à ce que Mon jour vienne bientôt, plus ils estiment que la vérité est devenue un obstacle, une pierre d’achoppement sur leur chemin. Ils sont impatients d’entrer dans le royaume pour jouir à jamais des bénédictions du royaume des cieux, le tout sans avoir besoin de poursuivre la vérité ou d’accepter le jugement et le châtiment et, surtout, sans avoir besoin de s’abaisser dans Ma maison et de faire ce que J’ordonne. Ces gens entrent dans Ma maison ni pour satisfaire leur désir de chercher la vérité ni pour coopérer sous Ma gestion ; leur objectif consiste simplement à être parmi ceux qui ne sont pas détruits dans l’ère qui vient. Par conséquent, leur cœur n’a jamais su ce qu’est la vérité ou comment accepter la vérité. C’est la raison pour laquelle de tels hommes n’ont jamais pratiqué la vérité ou pris conscience de la profondeur de leur corruption, et pourtant ils ont habité chez Moi comme des « serviteurs » pendant tout ce temps. Ils attendent « patiemment » la venue de Mon jour et ils sont infatigables quand ils sont ballottés par la manière par laquelle Mon œuvre est accomplie. Mais peu importe la grandeur de leurs efforts ou le prix qu’ils paient, personne ne les a jamais vus souffrir pour la vérité ou donner quoi que ce soit pour Moi. Dans leur cœur, ils sont impatients de voir le jour où Je mettrai fin à la vieillesse et, en outre, ils ont hâte de découvrir combien Ma puissance et Mon autorité sont grandes. Ce qu’ils ne se sont jamais hâtés de faire, c’est de se changer eux-mêmes et de poursuivre la vérité. Ils aiment ce dont Je suis lassé et ils sont lassés de ce que J’aime. Ils languissent après ce que Je déteste, mais craignent de perdre ce que J’abhorre. Ils vivent dans ce monde méchant, sans jamais le haïr et ont pourtant profondément peur que Je le détruise. Parmi leurs intentions contradictoires, ils aiment ce monde que J’abhorre, mais ont aussi hâte que Je le détruise bien vite, pour qu’ils puissent être épargnés de la souffrance de la destruction et transformés en seigneurs de la prochaine ère, avant qu’ils ne se soient éloignés du vrai chemin. C’est parce qu’ils n’aiment pas la vérité et sont lassés de tout ce qui vient de Moi. Peut-être deviendront-ils des « gens obéissants » pendant un court laps de temps pour ne pas perdre les bénédictions, mais leur impatience à être bénis et leur peur de périr et d’entrer dans l’étang de feu brûlant ne peuvent en aucun cas être dissimulées. À mesure que Mon jour s’approche, leur désir ne cesse de se renforcer. Et plus le désastre est grand, plus il les rend impuissants, ne sachant par où commencer pour faire en sorte que Je me réjouisse et pour éviter de perdre les bénédictions auxquelles ils ont longtemps aspiré. De tels hommes sont impatients de prendre des mesures pour servir d’avant-gardes dès que Ma main commence son œuvre. Ils ne pensent qu’à remonter à la ligne de front des troupes, profondément effrayés que Je ne les voie pas. Ils font et disent ce qu’ils croient être juste, ne sachant jamais que leurs actes et actions n’ont jamais été pertinents pour la vérité et que leurs actes dérangent simplement Mon plan et interfèrent avec ce dernier. Ils ont peut-être fait un gros effort et sont peut-être sincères dans leur volonté et leur intention de supporter des épreuves, mais rien de ce qu’ils font n’a de rapport avec Moi, car Je n’ai jamais vu que leurs actes proviennent de bonnes intentions, et encore moins les ai-Je vus placer quelque chose sur Mon autel. Tels sont les actes qu’ils ont faits devant Moi durant ces nombreuses années.

Extrait de « Vous devriez considérer vos actions », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 354)

À l’origine, Je voulais vous donner plus de vérités, mais J’ai dû Me retenir de faire cela parce que votre attitude envers la vérité est beaucoup trop froide et indifférente ; Je ne veux pas que Mes efforts soient gaspillés, et Je ne désire pas non plus voir les gens tenir à Mes paroles, alors que dans tous les aspects, ils font ce qui Me résiste, Me diffame et Me blasphème. À cause de vos attitudes et de votre humanité, Je vous donne simplement une petite partie de Mes paroles qui sont très importantes pour vous, qui servent d’œuvre d’essai au sein de l’humanité. Ce n’est que maintenant que Je confirme vraiment que les décisions que J’ai prises et le plan que J’ai fait correspondent à vos besoins et, en outre, que Je confirme que Mon attitude envers l’humanité est la bonne. Vos nombreuses années de comportement devant Moi M’ont donné une réponse sans précédent, et la question à cette réponse est : « Quelle est l’attitude de l’homme envers la vérité et le vrai Dieu ? » Les efforts que J’ai consacrés à l’homme prouvent que Mon essence est d’aimer l’homme, et chaque action de l’homme devant Moi prouve que l’essence de l’homme est d’abhorrer la vérité et de s’opposer à Moi. En tout temps, Je M’inquiète de tous ceux qui Me suivent, mais en aucun temps ceux qui Me suivent ne peuvent recevoir Mes paroles ; ils ne sont même pas capables d’accepter Mes suggestions. C’est ce qui M’attriste surtout. Personne n’a jamais pu Me comprendre et, d’ailleurs, personne n’a jamais pu M’accepter non plus, même si Mon attitude est sincère et que Mes paroles sont douces. Tous s’efforcent d’accomplir le travail que Je leur ai confié conformément à leurs propres idées ; ils ne cherchent pas Mes intentions, sans parler de demander ce que J’attends d’eux. Ils prétendent toujours Me servir loyalement, tout en se rebellant contre Moi. Plusieurs croient que les vérités qui leur sont inacceptables ou qu’ils ne peuvent pas pratiquer ne sont pas des vérités. Chez de tels hommes, Mes vérités deviennent quelque chose qui est nié et rejeté. En même temps, les gens Me reconnaissent comme Dieu en parole, mais croient aussi que Je suis un étranger qui n’est pas la vérité, le chemin ou la vie. Personne ne connaît cette vérité : Mes paroles sont la vérité éternellement immuable. Je suis le soutien de vie pour l’homme et le seul guide pour l’humanité. La valeur et le sens de Mes paroles ne sont pas déterminés par le fait qu’elles soient ou non reconnues ou acceptées par l’humanité, mais par la substance des mots eux-mêmes. Même si aucune personne sur cette terre ne peut recevoir Mes paroles, la valeur de Mes paroles et l’aide qu’elles apportent à l’humanité sont inestimables pour n’importe quel homme. Par conséquent, face aux nombreux hommes qui s’insurgent contre Mes paroles, les réfutent ou les méprisent totalement, Ma position consiste seulement en ceci : que le temps et les faits soient Mes témoins et montrent que Mes paroles sont la vérité, le chemin et la vie. Qu’ils montrent que tout ce que J’ai dit est juste, que c’est ce dont l’homme devrait être muni et, de plus, ce que l’homme devrait accepter. Je ferai connaître ce fait à tous ceux qui Me suivent : ceux qui ne peuvent pas accepter pleinement Mes paroles, ceux qui ne peuvent pas pratiquer Mes paroles, ceux qui ne peuvent pas trouver un but dans Mes paroles et ceux qui ne peuvent pas recevoir le salut à cause de Mes paroles sont ceux qui ont été condamnés par Mes paroles et, en plus, ont perdu Mon salut et Mon bâton ne s’éloignera jamais d’eux.

Extrait de « Vous devriez considérer vos actions », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 355)

Depuis que l’humanité a inventé les sciences sociales, l’esprit de l’homme s’est mis à être occupé par la science et la connaissance. Celles-ci sont ensuite devenues des outils destinés à administrer l’humanité, et il n’y a plus assez de place pour que l’homme adore Dieu ni de conditions favorables pour vénérer Dieu. Sa place a diminué de plus en plus dans le cœur de l’homme. Sans Dieu dans son cœur, le monde intérieur de l’homme est sombre, désespéré et vide. Ensuite, de nombreux spécialistes des sciences sociales, des historiens et des politiciens sont apparus pour développer des théories des sciences sociales, la théorie de l’évolution humaine et d’autres théories contredisant la vérité de la création de l’homme par Dieu, pour remplir le cœur et l’esprit de l’homme. Et de cette façon, ceux qui croient que Dieu a tout créé se sont faits de plus en plus rares et ceux qui croient en la théorie de l’évolution se sont faits de plus en plus nombreux. De plus en plus de gens considèrent les récits de l’œuvre de Dieu et Ses paroles pendant l’ère de l’Ancien Testament comme des mythes et des légendes. Dans leur cœur, les gens deviennent indifférents à la dignité et à la grandeur de Dieu, à la doctrine selon laquelle Il existe et domine sur toutes choses. La survie de l’humanité et le destin des pays et des nations ne sont plus importants pour eux et l’homme vit dans un monde vide qui ne se préoccupe que de manger, boire et rechercher du plaisir. […] Peu de gens prennent sur eux de rechercher l’endroit où Dieu réalise Son œuvre aujourd’hui, ou de chercher comment Il préside et organise la destination de l’homme. De cette façon, la civilisation humaine devient inconsciemment de plus en plus incapable de se conformer aux aspirations de l’homme, et il y en a même beaucoup qui pensent que, en vivant dans un tel monde, ils sont moins heureux que ceux qui sont déjà partis. Même les peuples des pays qui étaient autrefois très civilisés exhalent de tels griefs. Car sans la direction de Dieu, peu importe les efforts que les dirigeants et les sociologues consacrent à réfléchir à la préservation de la civilisation humaine, c’est en vain. Personne ne peut combler le vide dans le cœur de l’homme, car personne ne peut être la vie de l’homme, et aucune théorie sociale ne peut le libérer du vide qui l’accable. La science, la connaissance, la liberté, la démocratie, les loisirs, le confort : cela n’apporte à l’homme qu’une consolation provisoire. Même avec ces choses, l’homme va inévitablement pécher et déplorer les injustices de la société. Ces choses ne peuvent pas apaiser l’envie et le désir d’exploration de l’homme. C’est parce qu’il a été fait par Dieu et les sacrifices inutiles et les explorations inutiles de l’homme ne peuvent que conduire à plus de détresse et ne peuvent que faire en sorte que l’homme existe dans un état constant de peur, sans savoir comment faire face à l’avenir de l’humanité, ni comment affronter le chemin qui l’attend. L’homme en viendra même à craindre la science et la connaissance, et craindra encore plus le sentiment de vide. Dans ce monde, que tu vives dans un pays libre ou dans un pays qui ne respecte pas les droits de l’homme, tu ne pourras pas totalement échapper au destin de l’humanité. Que tu sois le gouvernant ou l’administré, tu ne pourras absolument pas échapper au désir d’explorer le destin, les mystères et la destination de l’humanité, tu pourras encore moins échapper au sentiment déconcertant de vide. De tels phénomènes, qui sont communs à toute l’humanité, sont appelés phénomènes sociaux par les sociologues, mais aucun grand homme ne peut se lever pour résoudre de tels problèmes. L’homme, après tout, est homme, et la place et la vie de Dieu ne peuvent être remplacées par aucun homme. L’humanité ne demande pas seulement une société juste dans laquelle tout le monde est bien nourri, est égal et libre ; ce dont l’humanité a besoin, c’est du salut de Dieu et de l’approvisionnement de la vie. Ce n’est que lorsque l’homme reçoit l’approvisionnement de la vie et le salut de Dieu que les besoins, le désir d’explorer et le vide spirituel de l’homme peuvent être comblés. Si le peuple d’un pays ou d’une nation est incapable de recevoir le salut et la protection de Dieu, alors un tel pays ou une telle nation suivra le chemin de la ruine, des ténèbres, et sera anéanti par Dieu.

Extrait de « Dieu préside au destin de toute l’humanité », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 356)

Il existe un énorme secret dans ton cœur. Tu n’en as jamais été conscient, car tu vis dans un monde sans lumière. Ton cœur et ton esprit ont été arrachés par le malin. Tes yeux sont voilés par les ténèbres, t’empêchant de voir aussi bien le soleil dans les cieux que l’étoile scintillante dans la nuit. Tes oreilles sont obstruées par des paroles trompeuses, et tu n’entends ni la voix assourdissante de l’Éternel, ni le bruit des eaux coulant du trône. Tu as perdu tout ce qui aurait dû t’appartenir de façon légitime, tout ce que le Tout-Puissant t’a octroyé. Tu as pénétré dans une mer infinie de souffrance dont tu ne peux être sauvé et n’as aucune chance de sortir vivant. Tu ne fais que lutter et es constamment en mouvement… Tu étais condamné, à partir de ce moment-là, à être ravagé par le malin, à être tenu bien à l’écart des bénédictions du Tout-Puissant, à ne pas pouvoir accéder aux provisions du Tout-Puissant et à emprunter un chemin de non-retour. Un million d’appels sauraient à peine éveiller ton cœur et ton esprit. Tu es profondément endormi entre les mains du malin, qui t’a entraîné vers un domaine infini, sans direction ni panneau de signalisation. Par conséquent, tu as perdu ton innocence et ta pureté d’origine, et tu as commencé à te cacher de l’attention du Tout-Puissant. Dans ton cœur, c’est le malin qui te dirige à tous les égards et devient ta vie. Tu ne le crains plus, ne l’évites plus et ne doutes plus de lui, mais tu le traites plutôt comme le Dieu dans ton cœur. Tu commences à le vénérer et à l’adorer. Tous deux, vous devenez aussi inséparables qu’un corps et son ombre, engagés l’un envers l’autre dans la vie comme dans la mort. Tu n’as pas la moindre idée d’où tu viens, des raisons de ta naissance ni de celles de ta mort. Tu considères le Tout-Puissant comme un étranger ; tu ne connais pas Ses origines, et encore moins tout ce qu’Il a fait pour toi. Tout ce qui vient de Lui t’es devenu détestable : tu ne chéris pas ces choses-là, ni ne connais leur valeur. Tu marches aux côtés du malin depuis le jour où tu as commencé à recevoir des provisions du Tout-Puissant. Tu as traversé des millénaires de tempêtes et d’ouragans avec le malin, et c’est avec lui que tu t’élèves contre le Dieu qui était la source de ta vie. Tu ne connais rien de la repentance, et sais encore moins que tu es arrivé au bord de la mort. Tu oublies que le malin t’a tenté et t’a ravagé ; tu as oublié tes origines. Ainsi, le malin t’a rongé à chaque étape de ton parcours, jusqu’à aujourd’hui. Ton cœur et ton esprit sont engourdis et pourris. Tu as cessé de te plaindre des vexations du monde des hommes et tu ne trouves plus le monde injuste. Il t’importe encore moins que le Tout-Puissant existe ou non. C’est parce qu’il y a longtemps, tu as jugé le malin comme étant ton vrai père et ne peux plus te séparer de lui. Voilà le secret qui se trouve dans ton cœur.

Alors que l’aube approche, une étoile du matin commence à briller à l’est. C’est la première fois qu’elle est là. Elle illumine le calme ciel étoilé, ravivant la lumière éteinte dans le cœur des hommes. L’humanité n’est plus seule, grâce à cette lumière qui t’éclaire, toi autant que les autres. Tu es le seul à rester profondément endormi dans la nuit noire. Tu ne peux ni entendre le bruit, ni voir la lumière, inconscient de l’avènement de nouveaux cieux, d’une nouvelle terre et d’une nouvelle ère, parce que ton père te dit : « Mon enfant, ne te lève pas, il est encore tôt. Il fait froid, ne sors pas ou tes yeux seront transpercés par des épées et des lances ». Tu ne crois que les admonitions de ton père, car tu penses qu’il est le seul à avoir raison, étant plus âgé que toi et t’aimant tendrement. C’est à cause de ces admonitions et de cet amour que tu cesses de croire à la légende selon laquelle il y a de la lumière dans le monde et qu’il ne t’importe plus si la vérité existe encore dans ce monde. Tu n’oses plus espérer être sauvé par le Tout-Puissant. Tu te satisfais du statu quo, n’anticipes plus l’avènement de la lumière et ne cherches plus la venue du Tout-Puissant telle que la légende la raconte. Selon toi, tout ce qui est beau ne peut plus être ressuscité, ni ne peut continuer à exister. Le lendemain de l’humanité, son avenir, disparaît, complètement détruit à tes yeux. Tu t’agrippes aux vêtements de ton père de toutes tes forces, heureux de partager ses épreuves et ayant très peur de perdre ton compagnon de voyage, ainsi que la direction de ton lointain voyage. Le vaste monde brumeux des hommes a créé de nombreuses personnes comme toi, indéfectibles et audacieuses dans l’accomplissement des différents rôles de ce monde. Il a façonné de nombreux « guerriers » qui n’ont aucune crainte de la mort. En outre, il a produit, par fournées, des êtres humains engourdis et paralysés qui ne connaissent pas l’objet de leur création. Les yeux du Tout-Puissant examinent chaque élément de l’espèce humaine profondément ravagée. Il entend les pleurs de ceux qui souffrent, Il voit l’impudeur de ceux qui sont ravagés et Il ressent l’impuissance et la crainte de l’espèce humaine qui a perdu la grâce du salut. L’humanité rejette Son attention et choisit d’emprunter son propre chemin. Elle essaie d’échapper à la vigilance de Son regard, préférant savourer jusqu’à la dernière goutte l’amertume de la mer profonde en compagnie de l’ennemi. Elle n’entend plus les soupirs du Tout-Puissant dont les mains ne souhaitent plus caresser cette humanité tragique. Il répète Son œuvre, reprenant puis perdant encore et encore. À partir de ce moment-là, Il commence à Se fatiguer, à être las. Il cesse alors l’œuvre en cours et S’arrête de marcher parmi l’humanité… L’humanité n’a aucunement conscience de tous ces changements, ni des allées et venues, de la tristesse et de la mélancolie du Tout-Puissant.

Extrait de « Les soupirs du Tout-Puissant », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 357)

Bien que la gestion de Dieu soit profonde, elle n’est pas incompréhensible pour l’homme, car toute l’œuvre de Dieu est liée à Sa gestion, liée à l’œuvre du salut de l’homme et concerne la vie, la subsistance et la destination de l’humanité. L’œuvre que Dieu réalise parmi les hommes et en l’homme, on peut le dire, est très pratique et pleine de sens. Elle peut être vue et vécue par l’homme, et elle est loin d’être abstraite. Si l’homme est incapable d’accepter toute l’œuvre que Dieu réalise, alors quelle est la signification de cette œuvre ? Et comment une telle gestion peut-elle conduire au salut de l’homme ? Beaucoup de ceux qui suivent Dieu ne s’intéressent qu’à la façon d’obtenir des bénédictions ou d’éviter un désastre. Dès que l’œuvre et la gestion de Dieu sont mentionnées, ils se taisent et perdent tout intérêt. Ils pensent que comprendre de telles questions fastidieuses n’aidera pas leur vie à croître ni ne procurera aucun avantage. En conséquence, bien qu’ils aient entendu parler de la gestion de Dieu, ils ne lui prêtent pas beaucoup d’attention. Ils ne la voient pas comme quelque chose de précieux à accepter, et encore moins la reçoivent-ils comme une partie de leur vie. De telles personnes n’ont qu’un but très simple en suivant Dieu, et ce but est d’obtenir des bénédictions. De telles personnes ne se donnent pas la peine de prêter attention à tout ce qui ne se rapporte pas directement à cet objectif. Pour eux, il n’y a pas de but plus légitime que de croire en Dieu pour recevoir des bénédictions ; c’est la valeur même de leur foi. Ils restent complètement indifférents à tout ce qui ne peut pas atteindre cet objectif. C’est le cas de la plupart des gens qui croient en Dieu aujourd’hui. Leur objectif et leur intention semblent légitimes, car en même temps qu’ils croient en Dieu, ils se dépensent aussi pour Dieu, se consacrent à Dieu et accomplissent leur devoir. Ils abandonnent leur jeunesse, abandonnent famille et carrière, et passent même des années à s’affairer loin de chez eux. Par souci de leur but ultime, ils changent leurs propres intérêts, leur vision de la vie et même la direction de leur poursuite ; pourtant ils ne peuvent pas changer le but de leur croyance en Dieu. Ils courent partout pour la gestion de leurs propres idéaux ; quelle que soit la distance qui les sépare de la route et quel que soit le nombre de difficultés et d’obstacles qui se dressent sur leur chemin, ils persistent et ne craignent pas la mort. Quel pouvoir les pousse à continuer à se consacrer de cette façon ? Est-ce leur conscience ? Est-ce leur grand et noble caractère ? Est-ce leur détermination à combattre les forces du mal jusqu’à la fin ? Est-ce leur foi qui témoigne de Dieu sans chercher de récompense ? Est-ce leur fidélité à tout abandonner pour accomplir la volonté de Dieu ? Ou est-ce leur esprit de dévotion qui renonce toujours à des demandes personnelles extravagantes ? Que quelqu’un qui n’a jamais connu l’œuvre de la gestion de Dieu puisse donner autant est tout simplement un miracle ! Pour l’instant, ne parlons pas de combien ces gens ont donné. Leur comportement, cependant, est très digne de notre analyse. Outre les avantages qui leur sont si étroitement liés, pourrait-il y avoir toute autre raison pour ces gens qui n’ont jamais compris Dieu de donner autant pour Lui ? En cela, nous découvrons un problème qui n’a pas été identifié précédemment : la relation de l’homme avec Dieu n’est qu’une affaire d’intérêt personnel. C’est une relation entre un bénéficiaire et un donateur de bénédictions. Pour le dire simplement, c’est semblable à la relation entre employé et employeur. L’employé travaille seulement pour recevoir les récompenses accordées par l’employeur. Dans une telle relation, il n’y a pas d’affection, seulement une transaction ; il n’y est pas question d’aimer ni d’être aimé, seulement de charité et de miséricorde. Il n’y a pas de compréhension, il n’y a que de l’indignation et de la tromperie refoulées. Il n’y a pas d’intimité, seulement un gouffre infranchissable. Maintenant que les choses en sont arrivées là, qui peut inverser un tel cours ? Et combien de personnes sont capables de comprendre véritablement à quel point cette relation est devenue désespérée ? Je crois que lorsque les gens se plongent dans la joie d’être bénis, personne ne peut imaginer à quel point une telle relation avec Dieu est embarrassante et disgracieuse.

La chose la plus triste dans la croyance de l’humanité en Dieu est que l’homme conduit sa propre gestion au milieu de l’œuvre de Dieu et pourtant ne prête pas attention à la gestion de Dieu. Le plus grand échec de l’homme réside dans la façon dont, tout en cherchant à se soumettre à Dieu et à L’adorer, l’homme construit sa propre destination idéale et complote la manière de recevoir la plus grande bénédiction et la meilleure destination. Même si l’on comprend à quel point ils sont pitoyables, détestables et pathétiques, combien sont prêts à abandonner facilement leurs idéaux et leurs espérances ? Et qui est capable d’arrêter ses propres pas et d’arrêter de penser seulement à lui-même ? Dieu a besoin de ceux qui coopéreront étroitement avec Lui pour accomplir Sa gestion. Il a besoin de ceux qui se soumettront à Lui en consacrant entièrement leur esprit et leur corps à l’œuvre de Sa gestion. Il n’a pas besoin de gens qui tendent la main pour Le supplier chaque jour, et Il a encore moins besoin de ceux qui donnent un peu, puis attendent d’être récompensés. Dieu méprise ceux qui font une contribution dérisoire et se reposent ensuite sur leurs lauriers. Il déteste ces personnes sans pitié qui ont du ressentiment vis-à-vis de l’œuvre de Sa gestion et qui veulent seulement parler d’aller au ciel et de recevoir des bénédictions. Il a un dégoût encore plus grand pour ceux qui profitent de l’occasion offerte par l’œuvre qu’Il réalise en sauvant l’humanité. C’est parce que ces gens ne se sont jamais souciés de ce que Dieu veut atteindre et acquérir à travers l’œuvre de Sa gestion. Ils ne se préoccupent que de la manière d’utiliser l’occasion offerte par l’œuvre de Dieu pour obtenir des bénédictions. Ils ne se soucient pas du cœur de Dieu, étant entièrement préoccupés par leurs propres perspectives d’avenir et leur propre destin. Ceux qui ont du ressentiment vis-à-vis de l’œuvre de gestion de Dieu et qui manque de tout intérêt pour la façon dont Dieu sauve l’humanité et pour Sa volonté ne font que ce qui leur plaît d’une manière détachée de l’œuvre de gestion de Dieu. Leur comportement n’est pas gardé en mémoire par Dieu ni approuvé par Dieu et encore moins considéré favorablement par Dieu.

Extrait de « L’homme ne peut être sauvé que dans le cadre de la gestion de Dieu », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 358)

Très prochainement, Mon œuvre sera terminée et les nombreuses années que nous avons passées ensemble sont devenues des souvenirs insupportables. J’ai continuellement répété Mes paroles et constamment déployé Ma nouvelle œuvre. Bien sûr, Mes conseils sont une composante nécessaire de chaque partie de l’œuvre que Je fais. Sans Mes conseils, vous vous égareriez tous et seriez même complètement perdus. Mon œuvre est maintenant sur le point de se terminer et en est à son stade final. Je veux toujours faire l’œuvre consistant à donner des conseils, c’est-à-dire offrir des recommandations pour que vous les écoutiez. J’espère seulement que vous ne gaspillerez pas mes efforts rigoureux et, de plus, que vous pourrez comprendre tous les soins attentionnés que J’ai déployés et prendre Mes paroles comme fondement de votre comportement en tant qu’êtres humains. Qu’elles soient ou non le genre de paroles que vous êtes prêts à écouter, qu’elles soient des paroles que vous aimez accepter ou que vous acceptez inconfortablement, vous devez les prendre au sérieux. Sinon, vos tempéraments et vos attitudes désinvoltes et insouciants Me contrarieront fortement et, plus encore, Me dégoûteront. J’espère vraiment que vous pourrez tous lire et relire Mes paroles – des milliers de fois – et même que vous en viendrez à les connaître par cœur. C’est seulement de cette façon que vous arriverez à ne pas décevoir les attentes que J’ai à votre égard. Cependant, aucun de vous ne vit comme cela maintenant. Au contraire, vous êtes tous plongés dans une vie de débauche, d’excès dans le manger et le boire, et aucun d’entre vous n’utilise Mes paroles pour enrichir son cœur et son âme. Pour cette raison, J’en suis arrivé à une conclusion concernant le vrai visage de l’humanité : les hommes peuvent Me trahir à tout moment, et personne ne peut être absolument fidèle à Mes paroles.

« L’homme a été tellement corrompu par Satan qu’il n’a plus l’apparence de l’homme. » La majorité des hommes reconnaît désormais cette phrase dans une certaine mesure. Je dis cela parce que la « reconnaissance » à laquelle Je fais référence est simplement une sorte de lecture superficielle, et non une vraie connaissance. Comme aucun de vous ne peut s’évaluer avec précision ni se disséquer à fond, vous restez indécis quant à Mes paroles. Mais, cette fois, J’utilise des faits pour expliquer un problème extrêmement grave que vous avez. Ce problème, c’est la trahison. Vous connaissez tous le mot « trahison » parce que la plupart des gens ont déjà trahi quelqu’un, comme un mari trahissant sa femme, une femme trahissant son mari, un fils trahissant son père, une fille trahissant sa mère, un esclave trahissant son maître, des amis se trahissant entre eux, des membres d’une même famille se trahissant entre eux, des vendeurs trahissant des acheteurs, etc. Tous ces exemples contiennent l’essence de la trahison. En bref, la trahison est une forme de comportement qui brise une promesse, viole des principes moraux ou va à l’encontre de l’éthique humaine, démontrant une perte d’humanité. En général, en tant qu’être humain né dans ce monde, tu auras fait quelque chose qui constitue une trahison de la vérité, que tu te souviennes que tu as jadis trahi quelqu’un d’autre ou non, ou que tu aies déjà trahi les autres à plusieurs reprises ou non. Puisque tu es capable de trahir tes parents ou tes amis, alors tu es capable de trahir les autres, et de plus, tu es capable de Me trahir et de faire des choses que Je méprise. En d’autres termes, la trahison n’est pas seulement une forme de comportement immoral en surface, mais c’est quelque chose qui est en conflit avec la vérité. C’est précisément la source de la résistance et de la désobéissance de l’humanité envers Moi. C’est pourquoi J’ai résumé ce problème dans la déclaration suivante : La trahison est la nature de l’homme et cette nature est le grand ennemi de l’accord de chaque personne avec Moi.

Extrait de « Un problème très grave : la trahison (1) », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 359)

Un comportement qui ne peut pas M’obéir absolument est une trahison. Un comportement qui ne peut pas M’être fidèle est une trahison. Tricher et utiliser des mensonges pour Me tromper est une trahison. Être plein de notions et les répandre partout est une trahison. Ne pas protéger Mes témoignages et Mes intérêts est une trahison. Afficher un faux sourire quand on est loin de Moi dans son cœur est une trahison. Ce sont tous des actes de trahison dont vous avez toujours été capables, et ils sont monnaie courante parmi vous. Peut-être qu’aucun de vous ne pense que c’est un problème, mais ce n’est pas ce que Je pense. Je ne peux traiter le fait qu’on Me trahisse comme une affaire insignifiante et Je ne peux certainement pas l’ignorer. À présent, alors que J’œuvre parmi vous, vous vous comportez de la sorte : si, un jour, il n’y a personne pour vous surveiller, ne serez-vous pas comme des bandits qui se seront proclamés rois ? Quand cela arrivera et que vous provoquerez une catastrophe, qui sera là pour réparer les dégâts derrière vous ? Vous pensez que certains actes de trahison ne sont que des incidents occasionnels, et non un comportement persistant, et qu’ils ne méritent pas d’être abordés d’une manière aussi sérieuse, qui vous fait perdre la face. Si vous croyez vraiment cela, alors vous manquez de raison. Penser de cette façon, c’est être un spécimen et un archétype de la rébellion. La nature de l’homme est sa vie ; c’est un principe duquel il dépend pour survivre et il ne peut pas le changer. La nature de la trahison est similaire : si tu peux trahir un parent ou un ami, cela prouve que cela fait partie de ta vie, que c’est la nature avec laquelle tu es né. C’est quelque chose que personne ne peut nier. Par exemple, si un homme aime voler les biens d’autrui, alors cet « amour du vol » fait partie de sa vie, même si certaines fois, il vole, et d’autres fois, il ne vole pas. Qu’il vole ou non, ça ne peut pas prouver que voler, pour lui, soit seulement un type de comportement. Cela prouve plutôt que voler, pour lui, fait partie de sa vie, c’est-à-dire de sa nature. Certains demanderont : puisque c’est sa nature, alors pourquoi est-ce qu’il arrive qu’il voie de belles choses sans les voler ? La réponse est très simple. Il y a de nombreuses raisons pour lesquelles il ne vole pas. Par exemple, si l’objet est trop grand pour qu’il le soustraie aux regards vigilants, ou s’il n’y a pas de moment favorable pour agir, ou si l’article est trop cher, trop bien gardé, ou ne l’intéresse pas particulièrement, ou s’il ne voit pas quel usage il pourrait en faire, et ainsi de suite. Toutes ces raisons sont possibles. Mais peu importe, qu’il vole quelque chose ou non, ça ne peut pas prouver que cette pensée ne survient que soudainement en lui, momentanément. Au contraire, c’est une partie de sa nature qu’il est difficile d’améliorer. Un tel homme n’est pas satisfait de voler une seule fois ; de telles pensées consistant à revendiquer les biens d’autrui comme les siens jaillissent chaque fois qu’il découvre quelque chose de beau ou une situation favorable. C’est pourquoi Je dis que cette pensée ne survient pas de temps en temps, mais appartient à la nature même de cet homme.

Extrait de « Un problème très grave : la trahison (1) », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 360)

N’importe qui peut utiliser ses propres paroles et actions pour représenter son vrai visage. Ce vrai visage est évidemment sa nature. Si tu es quelqu’un qui parle de façon détournée, alors tu as une nature malhonnête. Si tu es de nature rusée, alors tu fais les choses de façon sournoise, et tu fais en sorte qu’il te soit très facile de tromper les autres. Si tu es de nature malveillante, tes paroles peuvent être agréables à écouter, mais tes actions ne peuvent pas dissimuler tes ruses malveillantes. Si tu es de nature paresseuse, alors tout ce que tu dis vise à échapper à la responsabilité de ton laxisme et de ta paresse, et tes actions seront lentes et sommaires, et très habiles à dissimuler la vérité. Si tu es de nature empathique, alors tes paroles seront raisonnables et tes actions seront également bien conformes à la vérité. Si tu es de nature loyale, alors tes paroles doivent être sincères, et la façon dont tu fais les choses doit être bien fondée et ne rien contenir qui pourrait inquiéter ton maître. Si tu es de nature lubrique ou avare, ton cœur sera souvent rempli de ces choses, et tu commettras involontairement des actes déviants et immoraux que les hommes auront du mal à oublier et qui les dégoûteront. Comme Je l’ai dit, si tu es de nature traîtresse, tu peux difficilement t’en détacher. Ne pense pas que ce soit dû à la chance que, si tu n’as pas causé de tort aux autres, c’est que tu n’es pas de nature traîtresse. Si c’est ce que tu penses, alors tu es vraiment dégoûtant. Toutes Mes paroles, chaque fois que Je parle, visent toutes les personnes, pas seulement une personne ou un type de personne. Que tu ne M’aies pas trahi par rapport à une chose ne prouve pas que tu ne puisses pas Me trahir par rapport à autre chose. Certains perdent leur confiance dans la recherche de la vérité lors des revers dans leur mariage. Certains renoncent à leur obligation d’être fidèles envers Moi lors d’une rupture familiale. Certains M’abandonnent pour un moment de joie et d’excitation. Certains préféreraient tomber dans un ravin obscur plutôt que de vivre dans la lumière et gagner le bonheur de l’œuvre du Saint-Esprit. Certains ignorent les conseils d’amis pour satisfaire leur désir de richesse et, même maintenant, ne peuvent pas reconnaître leurs erreurs et prendre une autre direction. Certains ne vivent que temporairement sous Mon nom afin de recevoir Ma protection, tandis que d’autres ne Me consacrent que peu sous la contrainte parce qu’ils s’accrochent à la vie et craignent la mort. Ces actions et d’autres actions immorales, et, en plus indignes, ne sont-elles pas juste des comportements par lesquels les hommes M’ont trahi depuis longtemps au fond de leur cœur ? Bien sûr, Je sais que les hommes ne planifient pas à l’avance de Me trahir ; leur trahison est une révélation naturelle de leur nature. Personne ne veut Me trahir et personne n’est content parce qu’il a fait quelque chose qui revenait à Me trahir. Au contraire, on tremble de peur, n’est-ce pas ? Alors, pensez-vous à la manière de racheter ces trahisons et de modifier la situation actuelle ?

Extrait de « Un problème très grave : la trahison (1) », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 361)

La nature de l’homme est complètement différente de Mon essence, car la nature corrompue de l’homme provient entièrement de Satan ; la nature de l’homme a été transformée et corrompue par Satan. C’est-à-dire que l’homme vit sous l’influence de sa méchanceté et de sa laideur. L’homme ne grandit pas dans un monde de vérité ou un environnement saint et il vit encore moins dans la lumière. Par conséquent, il n’est pas possible que quelqu’un possède la vérité dans sa nature dès sa naissance, ni naisse avec une essence qui craint Dieu et qui Lui obéit. Au contraire, les hommes possèdent une nature qui résiste à Dieu, désobéit à Dieu et n’a pas d’amour pour la vérité. Cette nature est le problème dont Je veux parler : la trahison. La trahison est la source de la résistance de toute personne à Dieu. C’est un problème qui n’existe que chez l’homme et non en Moi. Certains demanderont : puisque tous les hommes vivent dans le monde, tout comme Christ, pourquoi tous les hommes ont-ils une nature qui trahit Dieu, mais pas Christ ? C’est un problème qui doit vous être expliqué clairement.

L’existence de l’humanité est fondée sur la réincarnation répétée de l’âme. En d’autres termes, chaque personne gagne une vie humaine de chair quand son âme est réincarnée. Une fois que le corps d’une personne est né, sa vie continue jusqu’à l’ultime limite de la chair, c’est-à-dire le moment final où l’âme quitte sa carcasse. Ce processus se répète constamment, l’âme d’une personne allant et venant encore et encore, maintenant ainsi l’existence de l’humanité. La vie de la chair est aussi la vie de l’âme de l’homme, et l’âme de l’homme soutient l’existence de la sa chair. C’est-à-dire que la vie de chaque personne vient de son âme et que la vie n’est pas inhérente à la chair. Donc, la nature de l’homme vient de l’âme, non de la chair. Seule l’âme de chaque personne sait comment elle a subi les tentations, l’affliction et la corruption de Satan. Ces choses-là ne peuvent pas être connues par la chair de l’homme. En conséquence, l’humanité devient inconsciemment de plus en plus souillée, mauvaise et enténébrée, tandis que la distance entre Moi et l’homme grandit de plus en plus, et la vie devient de plus en plus obscure pour l’humanité. Satan tient les âmes des hommes entre ses mains. Ainsi, il va sans dire que la chair de l’homme a également été occupée par Satan. Comment une telle chair et de tels humains pourraient-ils ne pas résister à Dieu ? Comment pourraient-ils être intrinsèquement compatibles avec Lui ? La raison pour laquelle J’ai précipité Satan hors des cieux est qu’il M’a trahi. Comment, alors, les humains pourraient-ils être libérés de leur engagement ? C’est la raison pour laquelle la trahison fait partie de la nature humaine. J’ai confiance dans le fait qu’une fois que vous comprendrez ce raisonnement, vous croirez aussi en l’essence de Christ. La chair revêtue par l’Esprit de Dieu est la propre chair de Dieu. L’Esprit de Dieu est suprême ; Il est tout-puissant, saint et juste. De même, Sa chair est également suprême, toute-puissante, sainte et juste. Une telle chair ne peut faire que ce qui est juste et bénéfique pour l’humanité, ce qui est saint, glorieux et puissant ; elle est incapable de faire quoi que ce soit qui viole la vérité, la moralité et la justice, encore moins de faire quoi que ce soit qui trahisse l’Esprit de Dieu. L’Esprit de Dieu est saint, donc Satan ne peut pas corrompre Sa chair ; Sa chair est d’une essence différente de la chair de l’homme. Car c’est l’homme qui est corrompu par Satan, et non pas Dieu ; Satan ne peut absolument pas corrompre la chair de Dieu. Ainsi, en dépit du fait que l’homme et Christ demeurent dans le même espace, seul l’homme est possédé, utilisé et piégé par Satan. Christ, en revanche, est éternellement impénétrable à la corruption de Satan, car Satan ne sera jamais capable de monter jusqu’au lieu très-haut, et il ne pourra jamais s’approcher de Dieu. Aujourd’hui, vous devriez tous comprendre qu’il n’y a que l’humanité, corrompue comme elle l’est par Satan, qui Me trahit. La trahison ne sera jamais un problème qui concerne Christ le moins du monde.

Extrait de « Un problème très grave : la trahison (2) », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 362)

Toutes les âmes corrompues par Satan sont sous le contrôle du domaine de Satan. Seuls ceux qui croient en Christ ont été séparés, sauvés du camp de Satan et amenés dans le royaume d’aujourd’hui. Ces hommes ne vivent plus sous l’influence de Satan. Malgré cela, la nature de l’homme est toujours enracinée dans la chair de l’homme, ce qui veut dire que même si vos âmes ont été sauvées, votre nature est inchangée et il y a toujours cent pour cent de chances que vous Me trahissiez. C’est pourquoi Mon œuvre dure si longtemps, car votre nature est intraitable. Maintenant, vous souffrez tous autant que vous le pouvez dans l’accomplissement de vos devoirs, pourtant, chacun de vous est capable de Me trahir et de retourner au domaine de Satan, dans son camp, et de reprendre son ancienne vie : c’est un fait indéniable. À ce moment-là, il ne vous sera pas possible d’avoir un lambeau d’humanité ou de ressemblance humaine comme maintenant. Dans les cas graves, vous serez détruits et, en outre, condamnés éternellement, sévèrement punis, pour ne jamais être réincarnés. C’est le problème qui se pose à vous. Je vous le rappelle de cette manière, premièrement, pour que Mon œuvre ne soit pas accomplie en vain et, deuxièmement, pour que vous puissiez tous vivre dans des jours de lumière. En vérité, que Mon œuvre soit vaine n’est pas le problème crucial. Ce qui est crucial, c’est que vous puissiez avoir une vie heureuse et un avenir merveilleux. Mon œuvre consiste à sauver les âmes des hommes. Si ton âme tombe entre les mains de Satan, ton corps ne vivra pas en paix. Si Je protège ton corps, ton âme sera sûrement aussi sous Ma protection. Si Je te déteste vraiment, ton corps et ton âme tomberont immédiatement entre les mains de Satan. Peux-tu imaginer quelle sera alors ta situation ? Si, un jour, Mes paroles n’ont plus d’effet sur vous, alors soit Je vous livrerai tous à Satan, ce qui vous soumettrait à une torture atroce jusqu’à ce que Ma colère se soit complètement dissipée, soit Je vous punirai personnellement, vous autres humains irrécupérables, parce que vos cœurs qui Me trahissent n’auront jamais changé.

Extrait de « Un problème très grave : la trahison (2) », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 363)

Vous devriez maintenant tous regarder en vous-même, aussi vite que vous le pouvez, pour voir combien de trahison à Mon égard demeure en vous. J’attends impatiemment votre réponse. Ne soyez pas désinvoltes dans vos rapports avec Moi. Je ne joue jamais avec les hommes. Si Je dis que Je ferai quelque chose, alors Je le ferai certainement. J’espère que vous prendrez tous Mes paroles au sérieux et ne les considérerez pas comme de la science-fiction. Ce que Je veux, c’est une action concrète de votre part, non votre imagination. Ensuite, vous devrez répondre aux questions suivantes : 1. Si tu es vraiment un exécutant, peux-tu Me rendre service loyalement, sans aucun laxisme ni aucune négativité ? 2. Si tu découvres que Je ne t’ai jamais apprécié, seras-tu capable de rester quand même et de Me rendre service à vie ? 3. Si Je suis encore très froid envers toi alors que tu as fait beaucoup d’efforts, pourras-tu continuer à travailler pour Moi dans l’ombre ? 4. Si, après que tu as dépensé certaines choses pour Moi, Je ne satisfais pas tes demandes mesquines, seras-tu découragé et déçu à Mon égard, deviendras-tu même furieux et Me lanceras-tu des insultes ? 5. Si tu as toujours été très loyal et aimable envers Moi, mais que tu souffres le tourment de la maladie, la pauvreté et l’abandon de tes amis et de tes proches, ou que tu endures tout autre malheur dans la vie, continueras-tu quand même à M’aimer et à être loyal envers Moi ? 6. Si rien de ce que tu as imaginé dans ton cœur ne correspond à ce que J’ai fait, comment marcheras-tu sur ton futur chemin ? 7. Si tu ne reçois rien de ce que tu espérais recevoir, peux-tu continuer à être Mon fidèle ? 8. Si tu n’as jamais compris le but et la signification de Mon œuvre, peux-tu être une personne obéissante qui ne formule pas de jugements et ne tire pas de conclusions arbitraires ? 9. Peux-tu chérir toutes les paroles que J’ai dites et toute l’œuvre que J’ai accomplie pendant Ma cohabitation avec l’humanité ? 10. Es-tu capable d’être Mon fidèle loyal, prêt à souffrir à vie pour Moi, même si tu ne reçois rien ? 11. Es-tu capable, pour Moi, de renoncer à considérer, planifier ou préparer ton futur chemin de survie ? Ces questions représentent Mes dernières exigences envers vous, et J’espère que vous pouvez tous Me fournir des réponses. Si tu as réalisé une ou deux des choses que ces questions exigent de toi, alors tu dois continuer à travailler dur. Si tu ne peux pas remplir une seule de ces exigences, tu es sûrement du genre de ceux qui seront jetés en enfer. Je n’ai pas besoin d’en dire plus à de tels hommes, car ils ne peuvent certainement pas être en accord avec Moi. Comment pourrais-Je garder dans Ma maison quelqu’un susceptible de Me trahir en n’importe quelle circonstance ? Quant à ceux qui pourraient encore Me trahir dans la plupart des circonstances, J’observerai leur performance avant d’effectuer d’autres arrangements. Cependant, Je n’oublierai jamais tous ceux qui sont capables de Me trahir, dans quelques conditions que ce soit ; Je Me souviendrai d’eux dans Mon cœur en attendant l’occasion de leur faire payer leurs mauvaises actions. Les exigences que j’ai exprimées sont toutes des problèmes que vous devez examiner en vous-mêmes. J’espère que vous pourrez tous les considérer sérieusement et que vous ne Me traiterez pas à la légère. Dans un avenir proche, J’examinerai la manière dont vous aurez répondu à Mes exigences. À ce moment-là, Je n’exigerai rien de plus de vous et ne vous donnerai pas d’autre avertissement honnête. À la place, J’exercerai Mon autorité. Ceux qui devront être gardés seront gardés, ceux qui devront être récompensés seront récompensés, ceux qui devront être livrés à Satan seront livrés à Satan, ceux qui devront recevoir une lourde punition recevront une lourde punition et ceux qui devront périr seront détruits. De cette façon, il n’y aura plus personne pour Me déranger durant Mes jours. Crois-tu Mes paroles ? Crois-tu en la rétribution ? Crois-tu que Je punirai tous ces méchants qui Me trompent et Me trahissent ? Espères-tu que ce jour vienne plus tôt ou qu’il vienne plus tard ? Es-tu quelqu’un que la punition terrifie ou quelqu’un qui Me résisterait même s’il devait subir la punition ? Quand ce jour arrivera, peux-tu imaginer si tu vivras au milieu des acclamations et des rires, ou en pleurant et en grinçant des dents ? Quelle sorte de fin espères-tu connaître ? T’es-tu déjà sérieusement demandé si tu crois en Moi à cent pour cent ou doutes de Moi à cent pour cent ? As-tu déjà sérieusement pensé aux conséquences et aux résultats que tes actions et ton comportement auront ? Espères-tu vraiment que toutes Mes paroles s’accomplissent une par une, ou as-tu vraiment peur que Mes paroles s’accomplissent une par une ? Si tu espères que Je partirai bientôt pour accomplir Mes paroles, comment dois-tu traiter tes propres paroles et actions ? Si tu n’espères pas Mon départ et n’espères pas que toutes Mes paroles s’accomplissent immédiatement, alors pourquoi crois-tu seulement en Moi ? Sais-tu vraiment pourquoi tu Me suis ? Si ce n’est que pour élargir tes horizons, tu n’as pas besoin de te donner tant de mal. Si c’est pour être béni et échapper à la catastrophe qui arrive, alors pourquoi ne t’inquiètes-tu pas de ta propre conduite ? Pourquoi ne te demandes-tu pas si tu peux satisfaire à Mes exigences ou pas ? Pourquoi ne te demandes-tu pas non plus si tu es qualifié pour recevoir Mes bénédictions futures ou pas ?

Extrait de « Un problème très grave : la trahison (2) », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 364)

Tous ceux de Mon peuple qui servent devant Moi devraient songer au passé : votre amour pour Moi était-il entaché d’impureté ? Votre fidélité envers Moi était-elle pure et sans réserve ? La connaissance que vous aviez de Moi était-elle vraie ? Quelle place est-ce que J’occupais dans votre cœur ? Est-ce que J’habitais votre cœur entièrement ? Qu’est-ce que Mes paroles ont accompli en vous ? Ne Me prenez pas pour un imbécile ! Je comprends parfaitement ces choses ! Aujourd’hui, comme la voix de Mon salut retentit, votre amour pour Moi a-t-il augmenté ? Une partie de votre fidélité envers Moi a-t-elle été purifiée ? La connaissance que vous avez de Moi s’est-elle approfondie ? La louange accordée dans le passé a-t-elle jeté une base solide pour votre connaissance aujourd’hui ? Dans quelle mesure vous préoccupez-vous de Mon Esprit ? Quel espace Mon image occupe-t-elle en vous ? Mes déclarations vous ont-elles touchés ? Sentez-vous vraiment que vous n’avez nulle part où cacher votre honte ? Croyez-vous vraiment que vous n’êtes pas qualifiés pour être Mon peuple ? Si vous négligez complètement ces questions, alors cela montre que vous pêchez en eaux troubles, que vous êtes présents simplement pour faire de la figuration, et au moment que J’ai prédestiné, vous serez certainement éliminés et jetés dans le puits de l’abîme une deuxième fois. Ce sont là Mes paroles d’avertissement, et quiconque les prend à la légère sera frappé par Mon jugement, et, à l’heure convenue, subira le désastre. N’est-ce pas le cas ? Faut-il encore que Je donne des exemples pour l’illustrer ? Dois-Je parler plus clairement pour vous donner un modèle ? Depuis le temps de la création jusqu’à ce jour, nombreux sont ceux qui n’ont pas respecté Mes paroles et ont donc été chassés et éliminés du flot de Mon recouvrement ; en fin de compte, leurs corps périssent et leurs esprits sont jetés dans l’Hadès, et même aujourd’hui, ils sont toujours soumis à une punition sévère. Nombreux sont ceux qui ont suivi Mes paroles, mais ils sont allés contre Ma révélation et Mon illumination, et ont, de fait, été mis de côté par Moi, tombant sous le domaine de Satan et faisant partie de ceux qui s’opposent à Moi. (Aujourd’hui, tous ceux qui s’opposent directement à Moi obéissent seulement à la superficialité de Mes paroles et désobéissent à la substance de Mes paroles.) Un grand nombre ont simplement écouté les paroles que J’ai prononcées hier, se sont accrochés aux « pacotilles » du passé et n’ont pas attaché de valeur au « produit » de ce jour. Ceux-là n’ont pas seulement été faits prisonniers par Satan, mais sont devenus d’éternels pécheurs et devenus Mes ennemis, et ils s’opposent directement à Moi. De telles personnes sont vouées à Mon jugement au pire de Ma colère, et aujourd’hui, elles sont toujours aveugles, toujours dans les cachots ténébreux (ce qui veut dire que ce sont des cadavres décomposés et dissouts qui sont sous le contrôle de Satan ; parce que Je leur ai voilé les yeux, Je dis qu’ils sont aveugles). Il serait bon de donner un exemple à titre de référence, afin que vous puissiez en être édifiés :

À l’évocation de Paul, vous allez vous rappeler son histoire et quelques-uns des récits à son sujet qui sont inexacts et qui ne cadrent pas avec la réalité. Ses parents lui ont enseigné dès le jeune âge et il a reçu Ma vie, et à la suite de Ma prédestination, il a atteint le calibre que J’attendais de lui. À l’âge de 19 ans, il a lu plusieurs livres sur la vie ; Je n’ai donc pas besoin d’aller dans les détails sur le fait qu’en raison de son calibre et en raison de Ma révélation et de Mon illumination, il pouvait non seulement parler avec une certaine perspicacité des choses spirituelles, mais en plus il était capable de comprendre Mes intentions. Bien entendu, cela n’exclut pas la combinaison de facteurs internes et externes. Toutefois, sa seule imperfection était qu’en raison de ses talents, il était parfois désinvolte et prétentieux. En conséquence, à cause de sa désobéissance, dont une partie représentait directement l’archange, quand Je suis devenu chair la première fois, il a tout fait pour Me désobéir. Il était parmi ceux qui ne connaissent pas Mes paroles, et déjà il ne Me portait plus dans son cœur. De telles personnes s’opposent directement à Ma divinité, sont frappées par Moi et elles ne se prosternent et ne confessent leurs péchés qu’à la dernière minute. Par conséquent, après que J’ai utilisé ses points forts – ce qui veut dire, après qu’il a travaillé pour Moi pendant un certain temps –, il est retombé dans ses vieilles habitudes et, bien qu’il n’ait pas désobéi directement à Mes paroles, il a désobéi à Mon orientation et Mon éclairage intérieurs, et donc, tout ce qu’il avait fait dans le passé était devenu inutile ; en d’autres termes, la couronne de gloire dont il parlait était devenue des paroles creuses, un produit de sa propre imagination, car même aujourd’hui, il est toujours soumis à Mon jugement et captif de Mes liens.

De l’exemple qui précède, il est clair que quiconque s’oppose à Moi (en s’opposant non seulement à Mon être dans la chair, mais plus important encore, à Mes paroles et à Mon Esprit – ce qui veut dire à Ma divinité) affronte Mon jugement dans sa chair. Lorsque Mon Esprit te quitte, tu piques vers le bas, descendant directement dans l’Hadès. Et bien que ton corps charnel reste sur terre, tu es comme quelqu’un qui souffre d’une maladie mentale : tu as perdu la raison, et immédiatement, tu te sens comme si tu es un cadavre, au point où tu Me supplies de mettre fin à ta chair sans délai. La plupart d’entre vous qui possédez l’esprit ont une parfaite maîtrise de ces circonstances, et Je ne dois pas aller dans les détails. Dans le passé, quand J’ai œuvré en ayant une humanité normale, la plupart des gens s’étaient déjà mesurés à Ma colère et à Ma majesté, et connaissaient déjà un peu Ma sagesse et Mon tempérament. Aujourd’hui, Je parle et J’agis directement dans la divinité, et il y a encore des gens qui verront Ma colère et Mon jugement de leurs propres yeux ; de plus, l’œuvre principale de la deuxième partie de l’ère du jugement consiste à faire connaître à tout Mon peuple Mes actions directement dans la chair, et de vous faire voir Mon tempérament à tous directement. Pourtant, parce que Je suis dans la chair, Je suis prévenant face à vos faiblesses. Mon souhait, c’est que vous ne traitiez pas votre esprit, votre âme et votre corps comme des jouets, les consacrant de manière irréfléchie à Satan. Il est préférable d’attacher une grande valeur à tout ce que vous avez et de ne pas le considérer comme un jeu, car il en va de votre destin. Êtes-vous réellement capables de comprendre le véritable sens de Mes paroles ? Êtes-vous réellement capables d’être attentifs à Mes véritables sentiments ?

Êtes-vous disposés à jouir de Mes bénédictions sur la terre, bénédictions qui sont semblables à celles dans le ciel ? Êtes-vous disposés à chérir votre compréhension à Mon sujet et la jouissance de Mes paroles et votre connaissance à Mon sujet comme étant les choses les plus précieuses et significatives dans votre vie ? Êtes-vous vraiment capables de vous soumettre entièrement à Moi sans penser à vos propres intérêts ? Pouvez-vous vraiment permettre que Je vous mette à mort et vous conduise comme des brebis ? Y en a-t-il parmi vous qui sont capables de telles choses ? Se pourrait-il que tous ceux qui sont acceptés par Moi et qui reçoivent Mes promesses sont ceux qui obtiennent Mes bénédictions ? Avez-vous compris quelque chose de ces paroles ? Si Je vous mets à l’épreuve, pouvez-vous véritablement vous abandonner à Ma merci, et, affrontant ces épreuves, chercher Mes intentions et comprendre Mon cœur ? Mon souhait n’est pas que tu M’adresses des mots touchants ou Me racontes des histoires passionnantes ; Je demande plutôt que tu sois capable de Me rendre de bons témoignages et que tu puisses entrer pleinement et entièrement dans la réalité. Si Je ne parlais pas directement, pourrais-tu abandonner tout ce qui est autour de toi et te laisser être utilisé par Moi ? N’est-ce pas là la réalité que Je demande ? Qui est capable de saisir le sens de Mes paroles ? Pourtant, Je demande que vous ne soyez plus alourdis par des doutes, que votre entrée soit de votre propre initiative et que vous saisissiez la substance de Mes paroles. Cela vous évitera de mal comprendre Mes paroles, et de ne pas saisir le sens que Je leur accorde, et donc de violer Mes décrets administratifs. Je souhaite que vous saisissiez, à travers Mes paroles, Mes intentions pour vous. Ne pensez plus à vos propres intérêts, et agissez selon les vœux que vous avez pris devant Moi de vous soumettre aux orchestrations de Dieu en toutes choses. Tous ceux qui sont de Ma maison doivent faire tout ce qui leur est possible ; tu devrais consacrer le meilleur de toi-même à la dernière partie de Mon œuvre sur terre. Es-tu vraiment disposé à mettre ces choses en pratique ?

Extrait du Chapitre 4 des « Paroles de Dieu à l’univers entier », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 365)

Sur terre, toutes sortes de mauvais esprits sont toujours à la recherche d’un endroit où se reposer et cherchent inlassablement des cadavres humains qui puissent être dévorés. Mon peuple ! Tu dois rester sous Mes soins et Ma protection. Ne sois jamais dissolu ! Ne te comporte jamais imprudemment ! Tu dois dédier ta fidélité à Ma maison, et c’est seulement grâce à la fidélité que tu peux monter une contre-accusation contre la tromperie du diable. En aucun cas tu ne dois te comporter comme par le passé, faisant une chose devant Ma face et une autre derrière Mon dos ; si tu agis de cette façon, tu es déjà sorti du champ de la rédemption. N’ai-Je pas proféré des paroles comme celles-là plus qu’il n’en fallait ? C’est précisément parce que la vieille nature de l’humanité est incorrigible que J’ai dû faire aux gens des rappels répétés. Ne vous lassez pas ! Tout ce que Je dis, c’est pour assurer votre destin ! Ce dont Satan a besoin, c’est précisément d’un endroit immonde et souillé ; plus vous êtes désespérément irrécupérables et plus vous êtes dissolus, refusant de vous soumettre à des contraintes, plus ces esprits impurs saisiront toutes occasions de vous infiltrer. Si vous êtes arrivés à ce stade, votre fidélité ne sera rien de plus que de belles paroles, sans aucune réalité, et votre résolution sera dévorée par les esprits impurs qui la transformeront en désobéissance et en ruses sataniques afin de l’utiliser pour perturber Mon œuvre. Ensuite, Je pourrais vous frapper à mort n’importe quand. Personne ne comprend la gravité de cette situation ; tous les gens font simplement la sourde oreille à ce qu’ils entendent et ne sont absolument pas prudents. Je ne me souviens pas de ce qui s’est fait dans le passé ; attendez-vous encore vraiment que Je fasse preuve d’indulgence à votre égard en « oubliant » une fois de plus ? Bien que les humains se soient opposés à Moi, Je ne vais pas leur en vouloir, car leur stature est trop petite, et donc Je ne leur ai pas posé d’exigences trop élevées. Tout ce que Je demande, c’est qu’ils ne soient pas dissolus, et qu’ils se soumettent à la retenue. Certainement, ce n’est pas trop vous demander que de remplir cette condition, n’est-ce pas ? La plupart des gens attendent que Je révèle encore plus de mystères pour que leurs yeux s’en repaissent. Cependant, même si tu en arrivais à comprendre tous les mystères du ciel, que pourrais-tu faire de cette connaissance, exactement ? Ferait-elle grandir ton amour pour Moi ? Attiserait-elle ton amour pour Moi ? Je ne sous-estime pas les humains ni ne livre Mon verdict à leur sujet avec désinvolture. Si les circonstances réelles des humains étaient différentes, Je ne les couronnerais jamais si facilement de telles étiquettes. Jetez un regard sur le passé : combien de fois vous ai-Je calomniés ? Combien de fois vous ai-Je sous-estimés ? Combien de fois vous ai-Je regardés sans tenir compte de vos circonstances réelles ? Combien de fois Mes déclarations ont-elles échoué à vous convaincre de tout cœur ? Combien de fois ai-Je parlé sans provoquer une profonde résonance en vous ? Qui parmi vous a lu Mes paroles sans crainte et sans trembler, sans la peur profonde que Je le jette dans l’abîme ? Qui n’endure pas d’épreuves à cause de Mes paroles ? Mes déclarations contiennent de l’autorité, mais ce n’est pas pour faire soumettre les humains à un jugement hâtif ; au contraire, conscient de leurs circonstances réelles, Je leur manifeste constamment le sens intrinsèque de Mes paroles. En fait, y a-t-il quelqu’un qui soit capable de reconnaître Ma force omnipotente dans Mes paroles ? Y a-t-il quelqu’un qui puisse recevoir l’or le plus pur dont Mes paroles sont constituées ? Combien de paroles ai-Je prononcées exactement ? Quelqu’un leur a-t-il jamais attaché de l’importance ?

Extrait du Chapitre 10 des « Paroles de Dieu à l’univers entier », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 366)

Jour après jour, Je reste à observer l’univers et Je me cache humblement dans Ma demeure, faisant l’expérience de la vie humaine et étudiant de près tous les actes de l’humanité. Personne ne s’est jamais véritablement offert à Moi ; personne n’a jamais cherché la vérité. Personne n’a jamais été consciencieux envers Moi ni pris des résolutions devant Moi, et ensuite a tenu à remplir son devoir. Personne n’a jamais permis que J’habite en lui ni n’a tenu à Moi comme il tiendrait à sa propre vie. Personne n’a jamais vu, concrètement dans la réalité, tout ce qu’est Ma divinité ; personne n’a jamais été disposé à être en contact avec le Dieu concret Lui-même. Quand les eaux engloutissent les humains en entier, Je les sauve de ces eaux stagnantes et leur donne une chance de recommencer une nouvelle vie. Quand les hommes n’ont plus espoir de vivre, Je les retire du gouffre de la mort, leur donnant le courage de continuer afin qu’ils puissent M’utiliser comme fondement de leur existence. Quand les gens Me désobéissent, Je les pousse à Me connaître depuis le fond de leur désobéissance. À la lumière de l’ancienne nature de l’humanité et à la lumière de Ma miséricorde, plutôt que de mettre les humains à mort, Je leur permets de se repentir et de prendre un nouveau départ. Quand ils souffrent de famine, même s’il ne leur reste plus qu’un seul souffle, Je les arrache à la mort, les empêchant d’être la proie de la ruse de Satan. Si souvent les gens ont vu Mes mains, si souvent ils ont été témoins de Ma figure bienveillante et de Mon visage souriant, et si souvent ils ont vu Ma majesté et Ma colère. Bien que les humains n’aient jamais fait Ma connaissance, Je ne profite pas de leurs faiblesses comme des occasions pour les provoquer délibérément. Faire l’expérience des difficultés de l’humanité M’a permis de compatir à la faiblesse humaine. Ce n’est qu’en réaction à la désobéissance et à l’ingratitude des gens que J’inflige des châtiments à des degrés divers.

Je me cache quand les gens sont occupés et Je Me révèle pendant leur temps libre. Les gens s’imaginent que Je connais tout ; ils Me considèrent comme Dieu Lui-même qui consent à toutes supplications. La plupart viennent donc devant Moi seulement pour chercher l’aide de Dieu, et non mûs par aucun désir de Me connaître. Quand ils sont en proie à la maladie, les gens implorent urgemment Mon aide. Dans l’adversité, ils Me confient leurs difficultés de toutes leurs forces pour mieux se débarrasser de leur souffrance. Cependant, pas un seul être humain n’a été capable de M’aimer aussi lorsqu’il était dans un état de confort ; pas une seule personne ne M’a invité dans ses instants de paix et de bonheur à partager sa joie. Lorsque leur petite famille est heureuse et en bonne santé, les hommes M’ont depuis longtemps mis de côté ou fermé la porte au nez, M’interdisant d’entrer afin qu’ils puissent jouir du bonheur béni de leurs familles. L’esprit humain est trop étroit ; il est trop étroit même pour contenir un Dieu aimant, miséricordieux et accessible comme Moi. Si souvent J’ai été rejeté par les humains dans leurs moments de joyeuse hilarité ; si souvent j’ai été pris comme une béquille par les humains quand ils trébuchaient ; si souvent J’ai été forcé de jouer le rôle du médecin par des gens souffrant une maladie. Que les humains sont cruels ! Ils sont totalement déraisonnables et immoraux. Même les sentiments dont les humains sont censés être dotés ne sont pas perceptibles en eux ; ils sont presque complètement dépourvus de toute trace d’humanité. Méditez le passé et comparez-le avec le présent : ne s’opère-t-il en vous aucun changement ? Avez-vous abandonné certaines choses de votre passé ? Où ce passé est-il encore à remplacer ?

J’ai franchi des chaînes de montagnes et traversé des rivières dans des vallées, connaissant les hauts et les bas du monde des humains. Parmi eux, J’ai erré et parmi eux, J’ai vécu pendant de longues années, mais il semble que le tempérament de l’humanité ait peu changé. Et c’est comme si l’ancienne nature des gens s’était enracinée et avait germé en eux. Ils ne sont jamais capables de changer cette ancienne nature ; ils l’améliorent tout simplement quelque peu à partir de son fondement originel. Comme il se dit, l’essence n’a pas changé, mais la forme a beaucoup changé. Tous les gens, semble-t-il, essaient de Me tromper et de M’éblouir, afin de pouvoir bluffer et gagner Mon appréciation. Je n’admire pas la ruse humaine ni ne lui prête attention. Plutôt que de Me mettre en colère, l’attitude que J’adopte consiste à regarder sans voir. Je compte accorder à l’humanité un certain degré de latitude et par la suite, traiter tous les humains ensemble. Étant donné que les humains sont tous des misérables sans valeur qui ne s’aiment pas et ne se chérissent pas du tout eux-mêmes, pourquoi donc auraient-ils même besoin de Moi pour leur prodiguer miséricorde et amour encore une fois ? Sans exception, les humains ne se connaissent pas eux-mêmes ni ne connaissent leur valeur. Ils devraient monter sur une balance pour être pesés. Les humains ne M’écoutent pas, par conséquent, Moi non plus Je ne les prends pas au sérieux. Ils ne Me prêtent aucune attention, donc Je n’ai pas besoin non plus de travailler plus dur en eux. N’est-ce pas le meilleur des deux mondes ? N’est-ce pas là votre image, vous qui êtes Mon peuple ? Qui parmi vous a pris des résolutions devant Moi et ne les a pas abandonnées après coup ? Qui a pris des résolutions devant Moi sur le long terme plutôt que de se décider à agir ? Toujours, les humains prennent des résolutions devant Moi en temps de prospérité et ensuite les enterrent toutes en temps d’adversité. Plus tard, ils reprennent leur détermination et la place devant Moi. Suis-Je méprisable au point d’accepter avec désinvolture ces déchets que l’homme a ramassés sur un tas d’ordures ? Peu d’humains s’en tiennent fermement à leurs résolutions, peu sont chastes, et peu offrent ce qu’ils ont de plus précieux en sacrifice pour Moi. N’êtes-vous pas vous tous pareils ? Faisant partie du peuple de Mon Règne, si vous n’êtes pas capables de remplir votre devoir, Je vous détesterai et vous rejetterai !

Extrait du Chapitre 14 des « Paroles de Dieu à l’univers entier », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 367)

Tous les humains sont des créatures qui manquent de connaissance de soi, et ils sont incapables de se connaître. Néanmoins, ils connaissent tous les autres comme leur poche, comme si tout ce que les autres avaient fait et dit avait d’abord passé leur « inspection » juste sous leurs yeux et reçu leur approbation avant que ce ne soit fait. En conséquence, c’est comme s’ils avaient pris la pleine mesure de tous les autres jusqu’à leur état psychologique. Les êtres humains sont tous comme cela. Bien qu’ils soient entrés dans l’ère du Règne aujourd’hui, leur nature demeure inchangée. Devant moi, ils font toujours ce que Je fais, tandis que derrière Mon dos, ils commencent à s’occuper de leurs propres « affaires » uniques. Toutefois, après, quand ils se présentent devant Moi, toutefois, ils sont comme des personnes complètement différentes, paraissant calmes et imperturbables, le visage composé, le pouls régulier. N’est-ce pas précisément ce qui rend les humains si méprisables ? Un si grand nombre de personnes affichent deux visages complètement différents, un devant Moi et un autre derrière Mon dos. Un si grand nombre d’entre eux agissent comme des agneaux nouveau-nés devant Moi, mais derrière Mon dos se transforment en tigres féroces, et ensuite agissent comme des petits oiseaux voletant joyeusement dans les collines. Un si grand nombre se montre déterminé et résolu en face de Moi, se présente devant Moi en quête de Mes paroles avec soif et désir, mais, derrière Mon dos, s’en lasse et y renonce, comme si Mes déclarations étaient un encombrement ? Tant de fois, voyant la race humaine corrompue par Mon ennemi, J’ai cessé de mettre Mon espoir dans les humains. Tant de fois, les voyant se présenter devant Moi en larmes pour demander pardon, à cause de leur manque d’estime de soi et de leur incorrigibilité obstinée, de colère, J’ai néanmoins fermé les yeux à leur action même si leur cœur était authentique et leurs intentions sincères. Tant de fois, J’ai vu des gens assez confiants pour coopérer avec Moi, et qui semblent être dans Mon étreinte à en goûter la chaleur quand ils sont devant Moi. Tant de fois, ayant été témoin de l’innocence, de la vivacité et du caractère adorable de Mon peuple élu, comment ne pourrais-Je pas tirer un grand plaisir de ces choses ? Les êtres humains ne savent pas comment jouir de leurs bénédictions prédestinées entre Mes mains parce qu’ils ne savent pas ce que signifient exactement les « bénédictions » ou la « souffrance ». Pour cette raison, les humains sont loin d’être sincères en Me cherchant. Si demain n’existait pas, lequel d’entre vous, debout devant Moi, serait aussi pur que la neige tombante et aussi immaculé que le jade ? Est-il possible que votre amour pour Moi soit seulement quelque chose qui peut être échangé pour un repas délicieux, un costume élégant ou un poste élevé avec de bons émoluments ? Peut-il être échangé contre l’amour que les autres te portent ? Serait-il possible vraiment que subir des épreuves pousse les gens à abandonner leur amour pour Moi ? La souffrance et les tribulations les feront-elles se plaindre de Mes arrangements ? Personne n’a jamais vraiment apprécié l’épée tranchante dans Ma bouche : ils ne connaissent que sa signification superficielle sans saisir véritablement ce qu’elle implique. Si les êtres humains étaient réellement capables de voir le tranchant de Mon épée, ils déguerpiraient comme des rats dans leurs trous. En raison de leur engourdissement, les humains ne comprennent rien du vrai sens de Mes paroles, et ils n’ont donc aucune idée à quel point Mes déclarations sont formidables, ni à quel point leur nature est révélée et leur corruption jugée par ces paroles. Pour cette raison, sur la base de leurs idées bancales au sujet de ce que Je dis, la plupart des gens ont adopté une attitude tiède.

Extrait du Chapitre 15 des « Paroles de Dieu à l’univers entier », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 368)

Tout au long des âges, beaucoup de gens ont quitté ce monde dans la déception et avec réticence, et beaucoup y sont arrivés dans l’espoir et la foi. J’ai préparé la venue d’un grand nombre et J’en ai renvoyé un grand nombre. Des personnes innombrables sont passées entre Mes mains. De nombreux esprits ont été jetés dans l’Hadès, beaucoup ont vécu dans la chair, et beaucoup sont morts et nés à nouveau sur la terre. Pourtant, jamais aucun d’entre eux n’a eu l’occasion de jouir des bénédictions du royaume aujourd’hui. J’ai tant donné à l’homme, mais il a peu gagné, car l’assaut des forces de Satan l’a rendu incapable de profiter de toutes Mes richesses. Il n’a eu que la chance de les regarder, mais n’a jamais été en mesure d’en jouir pleinement. L’homme n’a jamais découvert le coffre au trésor dans son corps pour recevoir les richesses du ciel, et donc il a perdu les bénédictions que Je lui ai conférées. L’esprit de l’homme n’est-il pas la faculté même qui le relie à Mon Esprit ? Pourquoi l’homme ne s’est-il jamais engagé envers Moi avec son esprit ? Pourquoi s’approche-t-il de Moi dans la chair, mais reste incapable de le faire en esprit ? Mon vrai visage est-il un visage de chair ? Pourquoi l’homme ne connaît-il pas Mon essence ? N’y a-t-il vraiment jamais eu aucune trace de Moi dans l’esprit de l’homme ? Suis-Je complètement disparu de l’esprit de l’homme ? Si l’homme n’entre pas dans le domaine spirituel, comment peut-il saisir Mes desseins ? Aux yeux de l’homme, y a-t-il quelque chose qui puisse directement pénétrer dans le monde spirituel ? À maintes reprises, par Mon Esprit, J’ai appelé l’homme, mais il agit comme si Je l’avais piqué, M’observant de loin dans une grande crainte que Je ne le conduise dans un autre monde. À maintes reprises, Je Me suis enquis de l’esprit de l’homme, mais il ne se rend compte de rien, craignant profondément que J’entre dans sa maison et saisisse l’occasion pour le dépouiller de tous ses biens. Ainsi, il Me garde en dehors, ne Me laissant devant rien de plus qu’une porte froide et solidement fermée. À maintes reprises, l’homme est tombé et Je l’ai sauvé, mais après son réveil, il Me laisse immédiatement et, insensible à Mon amour, Me lance un regard méfiant ; Je n’ai jamais réchauffé le cœur de l’homme. L’homme est un animal à sang froid sans émotion. Même s’il est réconforté par Mon étreinte, jamais ne l’a-t-elle ému en profondeur. L’homme est comme un sauvage de montagne. Jamais n’a-t-il chéri l’affection que J’ai pour l’humanité. Il ne veut pas se rapprocher de Moi, préférant habiter dans les montagnes où il endure la menace des bêtes sauvages, et malgré cela, il ne veut toujours pas se réfugier en Moi. Je ne contrains personne : je fais simplement Mon travail. Le jour viendra où l’homme nagera à Mon côté au milieu de l’océan puissant, de sorte qu’il pourra profiter de toutes les richesses de la terre et perdre le risque d’être avalé par la mer.

Extrait du Chapitre 20 des « Paroles de Dieu à l’univers entier », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 369)

Beaucoup de gens ont le désir de vraiment M’aimer, mais parce que leur cœur ne leur appartient pas, ils n’ont aucun contrôle d’eux-mêmes ; beaucoup de gens M’aiment vraiment pendant qu’ils subissent les épreuves que Je leur envoie, mais ils sont incapables de saisir que J’existe vraiment, et M’aiment seulement en vain et non à cause de Mon existence réelle ; beaucoup de gens, après avoir déposé leur cœur devant Moi, ne lui prêtent aucune attention, et donc leur cœur est dérobé par Satan chaque fois qu’il en a l’occasion, après quoi ils Me laissent ; beaucoup de gens M’aiment vraiment quand Je leur fais entendre Mes paroles, mais ne chérissent pas Mes paroles dans leur esprit, plutôt ils les utilisent avec désinvolture comme une propriété publique et les retournent à leur lieu d’origine quand ils en ont envie. L’homme Me cherche quand il est en douleurs et lève les yeux vers Moi en temps d’épreuves. En temps de paix, il aime Ma présence ; lorsqu’il est en danger, il Me nie ; quand il est occupé, il M’oublie ; et quand il est inactif, il Me sert seulement selon la forme. Personne ne M’a jamais aimé tout au long de sa vie. Je désire que l’homme soit sérieux devant Moi : Je ne demande pas qu’il Me donne quoi que ce soit, mais seulement que tous les gens Me prennent au sérieux, qu’au lieu de M’enjôler, ils Me laissent ramener à l’homme sa sincérité. Mon éclairage, Mon illumination et le coût de Mes efforts imprègnent tous les gens, mais le fait réel de toute action de l’homme imprègne également tous les gens, tout comme le fait leur tromperie à Mon égard. Il semble que les ingrédients de la tromperie de l’homme l’habitent depuis le sein, comme s’il possédait ces compétences particulières pour la ruse depuis la naissance. De plus, il n’a jamais révélé son jeu ; personne n’a jamais pénétré jusqu’à la source de ces compétences trompeuses. En conséquence, l’homme vit dans la tromperie sans s’en rendre compte, comme s’il se pardonnait, comme s’il s’agissait de l’arrangement de Dieu plutôt que de sa tromperie délibérée à Mon égard. N’est-ce pas la source même de la tromperie de l’homme à Mon égard ? N’est-ce pas son complot rusé ? Je n’ai jamais été confus par les flatteries et les chicaneries de l’homme, car J’ai compris son essence il y a longtemps. Qui sait combien d’impuretés coulent dans son sang et combien du venin de Satan contamine sa moelle ? L’homme s’y habitue de plus en plus chaque jour, de sorte qu’il ne ressent pas le tort que Satan lui cause, et n’a donc aucun intérêt à découvrir « l’art d’une existence saine ».

Extrait du Chapitre 21 des « Paroles de Dieu à l’univers entier », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 370)

L’homme vit au milieu de la lumière, mais il ignore la valeur de la lumière. Il ignore l’essence de la lumière et de la source de la lumière, et d’ailleurs, à qui la lumière appartient. Quand Je confère la lumière aux hommes, J’examine aussitôt les conditions des hommes : à cause de la lumière, tous les hommes changent, grandissent et ont quitté les ténèbres. J’observe tous les coins de l’univers et Je vois que les montagnes sont englouties dans le brouillard, que les eaux ont gelé dans le froid, et qu’à cause de la venue de la lumière, les gens regardent vers l’Est pour découvrir quelque chose de plus précieux ; pourtant l’homme reste incapable de discerner une direction claire dans la brume. Parce que le monde entier est couvert de brouillard, quand J’observe depuis les nuages, il n’y a jamais aucun homme qui découvre Mon existence. L’homme cherche quelque chose sur la terre, il semble fouiller, il a l’intention, semble-t-il, d’attendre Mon arrivée, mais, il ne connaît pas Mon jour, et ne peut que souvent regarder vers la lueur dans l’Est. Parmi tous les peuples, Je cherche ceux qui sont vraiment en accord avec Mon propre cœur. Je marche parmi tous les peuples et Je vis parmi tous les peuples, mais l’homme sur terre est sain et sauf, et il n’y a personne qui soit vraiment en accord avec Mon propre cœur. Les gens ne savent pas comment se soucier de Ma volonté, ils ne peuvent voir Mes actions, et ils ne peuvent pas marcher dans la lumière et être éclairés par la lumière. Bien que l’homme chérisse toujours Mes paroles, il est incapable de discerner les plans trompeurs de Satan ; parce que la stature de l’homme est trop petite, il est incapable de faire comme son cœur le souhaite. L’homme ne M’a jamais aimé sincèrement. Quand Je l’exalte, il se sent indigne, mais cela ne l’oblige pas à essayer de Me satisfaire. Il tient simplement la position que Je lui ai donnée entre ses mains et la scrute ; insensible à Ma beauté, il persiste à se gaver des bénédictions de sa position. N’est-ce pas là la faiblesse de l’homme ? Quand les montagnes se déplacent, pourraient-elles faire un détour à cause de ta position ? Quand les eaux coulent, pourraient-elles s’arrêter devant la position de l’homme ? Le ciel et la terre pourraient-ils être renversés par la position de l’homme ? J’étais autrefois miséricordieux envers l’homme, inlassablement, et pourtant personne ne chérissait ou ne considérait cela. On l’écoutait comme une histoire ou le lisait comme un roman. Mes paroles ne touchent-elles pas vraiment le cœur de l’homme ? Est-ce que Mes déclarations n’ont vraiment aucun effet ? Peut-être que personne ne croit en Mon existence ? L’homme ne s’aime pas ; au lieu de cela, il s’unit à Satan pour M’attaquer, et utilise Satan comme un « actif » à utiliser pour Me servir. Je vais infiltrer tous les projets trompeurs de Satan et empêcher les gens de la terre d’accepter les tromperies de Satan, afin qu’ils ne s’opposent pas à Moi à cause de son existence.

Extrait du Chapitre 22 des « Paroles de Dieu à l’univers entier », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 371)

À Mes yeux, l’homme commande toute chose. Je lui ai donné assez de pouvoir, lui permettant de gérer toutes les choses sur terre – l’herbe sur les montagnes, les animaux dans les forêts et les poissons dans l’eau. Pourtant, au lieu d’en être heureux, l’homme est assailli par l’anxiété. Sa vie tout entière est pleine d’angoisse et affairée en tous sens, remplie de plaisir ajouté à la vacuité, et dans toute sa vie il n’y a pas de nouvelle invention ni de création. Personne ne peut se sortir de cette vie creuse, personne n’a jamais découvert une vie pleine de sens et personne n’a jamais fait l’expérience d’une véritable vie. Bien que tous les hommes d’aujourd’hui vivent sous Ma lumière rayonnante, ils ne savent rien de la vie au ciel. Si Je ne suis pas miséricordieux envers l’homme et ne sauve pas l’humanité, alors tous les hommes ont été créés en vain, leur vie sur terre n’a pas de sens et ils partiront en vain, sans aucune fierté. Les gens de toutes les religions, de tous les secteurs dans la société, de toutes les nations et confessions connaissent tous le vide sur terre, et ils Me cherchent tous et attendent Mon retour, mais qui est capable de Me reconnaître quand J’arrive ? J’ai fait toutes choses, J’ai créé l’humanité, et aujourd’hui, Je suis descendu parmi les hommes. L’homme, cependant, Me frappe en retour et prend sa revanche sur Moi. L’œuvre que J’accomplis en l’homme est-elle sans intérêt pour lui ? Suis-Je réellement incapable de satisfaire l’homme ? Pourquoi l’homme Me rejette-t-il ? Pourquoi l’homme est-il si froid et indifférent envers Moi ? Pourquoi la terre est-elle couverte de cadavres ? Est-ce réellement l’état du monde que J’ai créé pour l’homme ? Après que J’ai donné à l’homme des richesses incomparables, pourquoi ne M’offre-t-il en retour que deux mains vides ? Pourquoi l’homme ne M’aime-t-il pas véritablement ? Pourquoi ne vient-il jamais devant Moi ? Toutes Mes paroles n’ont-elles réellement servi à rien ? Mes paroles se sont-elles volatilisées comme la chaleur s’échappe de l’eau ? Pourquoi l’homme n’est-il pas disposé à coopérer avec Moi ? L’arrivée de Mon jour est-elle réellement l’instant de la mort de l’homme ? Pourrai-Je réellement détruire l’homme au moment où Mon royaume sera formé ? Pourquoi est-ce que personne n’a jamais pu saisir Mes intentions durant l’ensemble de Mon plan de gestion ? Pourquoi l’homme déteste-t-il et rejette-t-il les déclarations venues de Ma bouche au lieu de les chérir ? Je ne condamne personne, mais fais simplement en sorte que les gens retrouvent le calme et poursuivent le travail d’introspection.

Extrait du Chapitre 25 des « Paroles de Dieu à l’univers entier », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 372)

L’homme a fait l’expérience de Ma chaleur, il M’a servi sincèrement, il M’a obéi sincèrement, faisant tout pour Moi en Ma présence. Mais aujourd’hui, c’est chose impossible pour les gens ; ils passent leur temps à se lamenter en esprit, comme s’ils avaient été happés par un loup affamé. Ils ne peuvent que tourner leur regard vers Moi, impuissants, et M’invoquent sans cesse pour que Je leur vienne en aide. Mais à la fin, ils ne peuvent échapper à leur sort. Je repense à la façon dont ceux du passé ont fait des promesses en Ma présence, jurant dur comme fer en Ma présence de répondre à Ma bonté par leur affection. Ils pleuraient devant Moi à chaudes larmes, avec des cris à déchirer le cœur, difficiles à tolérer. À cause de leur résolution, Je leur apportais souvent Mon aide. Les gens se sont présentés à Moi d’innombrables fois pour se soumettre à Moi, et leurs manières adorables étaient mémorables. D’innombrables fois, ils M’ont aimé avec une loyauté inébranlable et une intégrité admirable. D’innombrables fois, ils M’ont aimé au point de sacrifier leur vie même, ils M’ont aimé plus qu’eux-mêmes et, voyant leur sincérité, J’ai accepté leur amour. D’innombrables fois, ils se sont offerts en Ma présence, indifférents devant la mort pour Moi, et J’ai lissé sur leur front les plis de l’inquiétude, J’ai soigneusement fait le point sur ce qu’exprimait leur visage. À d’innombrables reprises, Je les ai aimés comme un trésor chéri, et à d’innombrables fois, Je les ai détestés comme Mon propre ennemi. Néanmoins, l’homme ne peut toujours pas sonder Mes pensées. Quand les gens sont tristes, Je viens les réconforter, et quand ils sont faibles, Je viens les assister. Quand ils sont perdus, Je les guide. Quand ils pleurent, J’essuie leurs larmes. Mais quand Je suis triste, qui peut Me réconforter avec son cœur ? Quand Je suis mort d’inquiétude, qui prête attention à Mes sentiments ? Quand Je suis affligé, qui peut remédier aux blessures de Mon cœur ? Quand J’ai besoin de quelqu’un, qui est volontaire pour coopérer avec Moi ? Est-il possible que l’attitude que l’on a eue envers Moi dans le passé soit aujourd’hui perdue et ne revienne jamais ? Pourquoi n’en reste-t-il pas un peu dans leurs souvenirs ? Comment se fait-il que les gens aient oublié tout cela ? N’est-ce pas parce que l’humanité a été corrompue par son ennemi ?

Extrait du Chapitre 27 des « Paroles de Dieu à l’univers entier », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 373)

Dieu a créé le genre humain, mais quand Il vient dans le monde des hommes, les gens cherchent à Lui résister et Le chassent de leur territoire, comme s’Il était simplement un orphelin errant à travers le monde, ou comme un homme du monde sans patrie. Personne ne se sent attaché à Dieu, personne ne L’aime vraiment et personne n’a jamais accueilli Sa venue. Au contraire, quand la venue de Dieu est visible, des nuages assombrissent des visages joyeux en un clin d’œil comme si une tempête soudaine approchait, comme si Dieu pouvait enlever le bonheur de leur famille, comme si Dieu n’avait jamais béni les humains, mais, à la place, les avait seulement accablés de malheur. Par conséquent, dans l’esprit des humains, Dieu n’est pas une bénédiction, mais plutôt Celui qui les maudit toujours. À cause de cela, les hommes ne Lui prêtent pas attention ni ne L’accueillent ; ils sont toujours froids envers Lui, et cela a toujours été le cas. Parce que les hommes nourrissent ces choses dans leur cœur, Dieu dit que l’humanité est déraisonnable et immorale, et que même les sentiments desquels les humains sont censés être dotés ne peuvent être perçus en eux. Les humains ne font preuve d’aucune considération pour les sentiments de Dieu, mais utilisent à la place une soi-disant « justice » pour traiter Dieu. Ils ont été comme cela durant de nombreuses années et c’est pour cette raison que Dieu a dit que leur tempérament n’a pas changé. Cela montre qu’ils n’ont pas plus d’essence qu’une poignée de plumes. On peut dire que les humains sont de pauvres misérables, car ils ne se chérissent pas. S’ils ne s’aiment même pas, se piétinant eux-mêmes à la place, cela ne montre-t-il pas qu’ils sont sans valeur ? L’humanité est comme une femme immorale qui s’illusionne elle-même et qui se livre volontiers aux autres pour être violée. Même alors, les gens ne reconnaissent toujours pas à quel point ils sont vils. Ils trouvent du plaisir à travailler pour les autres ou à parler avec les autres, se plaçant sous le contrôle des autres. N’est-ce pas justement la souillure du genre humain ? Bien que Je n’aie pas vécu une vie parmi les hommes et n’aie pas vraiment expérimenté la vie humaine, J’ai acquis une compréhension très claire de chaque mouvement, chaque geste, chaque parole et chaque action des humains. Je suis même en mesure d’exposer les humains dans leur honte la plus profonde, au point qu’ils n’osent plus révéler leur propre conspiration ou donner libre cours à leur convoitise. Comme des escargots qui se retirent dans leur coquille, ils n’osent plus exposer leur propre état hideux. Parce que les humains ne se connaissent pas eux-mêmes, leur plus grande faiblesse est leur enthousiasme à parader leurs charmes devant les autres, faisant montre de leur vilaine figure ; c’est quelque chose que Dieu déteste au plus haut point. C’est parce que les rapports entre les hommes sont anormaux et qu’il y a un manque de rapports interpersonnels normaux entre les hommes, et encore plus de rapports normaux entre eux et Dieu. Dieu a tellement parlé, et ce faisant, Son principal objectif a été d’occuper une place dans le cœur des gens afin qu’ils puissent se débarrasser de toutes les idoles qui y ont fait leur résidence. À ce sujet, Dieu peut exercer Sa puissance sur toute l’humanité et réaliser l’objectif de Son existence sur la terre.

Extrait du Chapitre 14 des « Interprétations des mystères des paroles de Dieu à l’univers entier », dans La Parole apparaît dans la chair

Précédent: 9.1 Dévoiler la corruption du genre humain

Suivant: 10. L’entrée dans la vie

Contenu connexe

Paramètres

  • Texte
  • Thèmes

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Interligne

Largeur de page

Contenu

Chercher

  • Rechercher ce texte
  • Rechercher ce livre