IV. Paroles sur la révélation des mystères de l’incarnation de Dieu

187. La première incarnation avait pour but de racheter les hommes du péché, de les racheter par le corps charnel de Jésus, c’est-à-dire que depuis la croix, Il a sauvé les hommes, mais le tempérament satanique corrompu est resté en eux. Le but de la deuxième incarnation n’est plus de servir de sacrifice d’expiation, mais de sauver complètement ceux qui ont été rachetés du péché. C’est ainsi pour que ceux qui sont pardonnés puissent être délivrés de leurs péchés, complètement purifiés et, en obtenant un changement de tempérament, se dégager de l’influence des ténèbres de Satan et retourner devant le trône de Dieu. L’homme peut être pleinement sanctifié seulement de cette manière. À l’ère de la Grâce après que l’ère de la Loi prit fin, Dieu a commencé l’œuvre du salut qui se continue jusqu’aux derniers jours quand Il purifiera complètement l’humanité en jugeant et châtiant les hommes pour leur rébellion. Alors seulement Dieu achèvera Son œuvre du salut et entrera dans le repos. Par conséquent, dans les trois étapes de l’œuvre, Dieu S’est fait chair seulement deux fois pour réaliser Lui-même Son œuvre parmi les hommes. La raison en est qu’une seule des trois étapes est destinée à guider les hommes dans leur vie, alors que les deux autres sont l’œuvre du salut. Ce n’est qu’en devenant chair que Dieu peut vivre aux côtés des hommes, faire l’expérience de la souffrance du monde et vivre dans un corps charnel normal. Seulement de cette manière peut-Il délivrer aux hommes le chemin pratique dont ils ont besoin en tant qu’êtres créés. Les hommes reçoivent le salut complet de Dieu grâce à l’incarnation de Dieu, et non directement du ciel qui répond à leurs prières, car, les hommes étant charnels, ils sont incapables de voir l’Esprit de Dieu et encore moins capables de s’approcher de Son Esprit. Les hommes ne peuvent s’associer qu’avec la chair incarnée de Dieu et c’est seulement ainsi que les hommes peuvent comprendre toutes les voies et toutes les vérités et recevoir la plénitude du salut. La seconde incarnation suffira pour débarrasser les hommes de leurs péchés et pour pleinement les purifier. Par conséquent, la seconde incarnation mènera à sa fin toute l’œuvre de Dieu dans la chair et complètera la signification de l’incarnation de Dieu. Dès lors, l’œuvre de Dieu dans la chair aura entièrement pris fin. Après la seconde incarnation, Il ne deviendra pas chair de nouveau pour Son œuvre, car toute Sa gestion aura pris fin. L’incarnation des derniers jours aura pleinement gagné Son peuple élu et tous les hommes dans les derniers jours auront été classés selon leur genre. Il ne fera plus l’œuvre du salut et Il ne reviendra plus dans la chair pour réaliser aucune œuvre.

Extrait de « Le mystère de l’incarnation (4) », dans La Parole apparaît dans la chair

188. Après l’œuvre de l’Éternel, Jésus est devenu chair pour réaliser Son œuvre parmi les hommes. Son œuvre n’a pas été réalisée de manière isolée, mais elle a été fondée sur l’œuvre de l’Éternel. C’était l’œuvre d’une nouvelle ère que Dieu réalisa après avoir achevé l’ère de la Loi. De même, après que Jésus eut achevé Son œuvre, Dieu la continua pour l’ère suivante, car toute la gestion de Dieu est en perpétuelle progression. Lorsque l’ancienne ère prend fin, elle est remplacée par une nouvelle ère, et une fois que l’ancienne œuvre a été achevée, arrivera une nouvelle œuvre pour que continue la gestion de Dieu. Cette incarnation est la deuxième incarnation de Dieu, qui suit l’œuvre de Jésus. Bien sûr, cette incarnation ne se réalise pas de façon indépendante ; elle constitue la troisième étape de l’œuvre après l’ère de la Loi et l’ère de la Grâce. Chaque fois que Dieu amorce une nouvelle étape de l’œuvre, il doit toujours y avoir un nouveau départ, lequel doit toujours amener une nouvelle ère. Aussi y a-t-il également des changements correspondants dans le tempérament de Dieu, dans Sa façon de travailler, dans la localisation de Son œuvre et dans Son nom. Il n’est donc pas étonnant qu’il soit difficile pour l’homme d’accepter l’œuvre de Dieu dans la nouvelle ère. Mais quelle que soit la façon dont l’homme s’oppose à Lui, Dieu accomplit toujours Son œuvre et Il conduit toujours toute l’humanité vers l’avant. Quand Jésus vint parmi les hommes, Il inaugura l’ère de la Grâce et acheva l’ère de la Loi. Pendant les derniers jours, Dieu devint chair à nouveau et, avec cette incarnation, Il acheva l’ère de la Grâce pour inaugurer l’ère du Règne. Tous ceux qui sont capables d’accepter la seconde incarnation de Dieu seront conduits dans l’ère du Règne et pourront, de plus, accepter personnellement les conseils de Dieu. Bien que Jésus ait beaucoup œuvré parmi les hommes, Il n’a fait que parachever la rédemption de toute l’humanité et est devenu le sacrifice d’expiation de l’homme ; Il n’a pas débarrassé l’homme de tout son tempérament corrompu. Sauver entièrement l’homme de l’influence de Satan n’exigeait pas seulement de Jésus qu’Il devienne le sacrifice d’expiation et qu’Il porte les péchés de l’homme, mais aussi que Dieu œuvre de façon plus grande encore pour entièrement débarrasser l’homme de son tempérament corrompu par Satan. Et donc, à présent que l’homme a été pardonné pour ses péchés, Dieu est redevenu chair pour conduire l’homme dans la nouvelle ère et a commencé l’œuvre du châtiment et du jugement. Cette œuvre a mené l’homme dans un domaine plus élevé. Tous ceux qui se soumettent à Sa domination jouiront d’une vérité supérieure et recevront de bien meilleures bénédictions. Ils vivront véritablement dans la lumière et gagneront la vérité, le chemin et la vie.

Extrait de la préface de La Parole apparaît dans la chair

189. L’« incarnation », c’est l’apparition de Dieu dans la chair ; Dieu œuvre parmi l’humanité dans l’image de la chair. Ainsi, pour que Dieu soit incarné, Il doit d’abord être chair, une chair avec une humanité normale ; c’est le prérequis le plus fondamental. En fait, l’implication de l’incarnation de Dieu est que Dieu vit et œuvre dans la chair ; que Dieu, dans Son essence même, devient chair, devient un homme.

Extrait de « L’essence de la chair habitée par Dieu », dans La Parole apparaît dans la chair

190. L’incarnation signifie que l’Esprit de Dieu devient une chair, c’est-à-dire que Dieu devient chair ; l’œuvre que la chair accomplit est l’œuvre de l’Esprit qui est réalisée dans la chair, exprimée par la chair. Nul autre que la chair de Dieu ne peut accomplir le ministère de Dieu incarné ; c’est-à-dire, seule la chair incarnée de Dieu, cette humanité normale – et personne d’autre – peut exprimer l’œuvre divine. Durant Sa première venue, si Dieu n’avait pas possédé une humanité normale avant l’âge de vingt-neuf ans – s’Il avait pu faire des miracles dès Sa naissance, s’Il avait pu parler le langage du ciel dès qu’Il a appris à parler, s’Il avait pu appréhender toutes les choses du monde, discerner les pensées et les intentions de chacun dès le moment où Il a posé le pied sur la terre – un tel homme n’aurait pas pu être appelé un homme normal et une telle chair n’aurait pas pu être appelée chair humaine. Si tel était le cas pour Christ, alors le sens et l’essence de l’incarnation de Dieu seraient perdus. Qu’Il possède une humanité normale prouve qu’Il est Dieu incarné dans la chair ; le fait qu’Il subisse un processus normal de croissance humaine démontre encore plus qu’Il est une chair normale ; de plus, Son œuvre est une preuve suffisante qu’Il est la Parole de Dieu devenue chair, l’Esprit de Dieu devenu chair.

Extrait de « L’essence de la chair habitée par Dieu », dans La Parole apparaît dans la chair

191. Le Dieu incarné s’appelle Christ, et le Christ est la chair que revêt l’Esprit de Dieu. Cette chair ne ressemble à aucun homme qui est de chair. Christ n’est pas de chair ni de sang, Il est l’incarnation de l’Esprit, voilà la différence. Il possède à la fois une humanité normale et une divinité complète. Sa divinité n’est possédée par aucun homme. Son humanité normale sustente toutes Ses activités normales dans la chair, tandis que Sa divinité réalise l’œuvre de Dieu Lui-même. Que ce soit Son humanité ou Sa divinité, toutes deux sont soumises à la volonté du Père céleste. L’essence de Christ est l’Esprit, c’est-à-dire, la divinité. Par conséquent, Son essence est celle de Dieu Lui-même ; cette essence ne va pas interrompre Sa propre œuvre, et Il ne pourrait faire aucune chose qui détruise Sa propre œuvre, de même qu’Il ne pourrait jamais prononcer des paroles qui vont contre Sa propre volonté. Par conséquent, le Dieu incarné ne ferait absolument jamais une œuvre qui interrompt Sa propre gestion. Voilà ce que tout homme doit comprendre. L’essence de l’œuvre du Saint-Esprit est de sauver l’homme et ceci, pour le bien de la gestion propre de Dieu. De même, l’œuvre de Christ est aussi de sauver l’homme et par égard pour la volonté de Dieu. Étant donné que Dieu Se fait chair, Il réalise Son essence dans Sa chair, de telle sorte que Sa chair suffit pour accomplir Son œuvre. Par conséquent, toute l’œuvre de l’Esprit de Dieu est remplacée par l’œuvre de Christ pendant le temps de l’incarnation, et au cœur de toute l’œuvre qui se fait pendant toute la durée de l’incarnation se trouve l’œuvre de Christ. Elle ne peut pas être mélangée avec l’œuvre d’aucune autre ère. Et puisque Dieu Se fait chair, Il œuvre dans l’identité de Sa chair ; comme Il vient dans la chair, Il achève ensuite dans la chair l’œuvre qu’Il doit faire. Que ce soit l’Esprit de Dieu ou Christ, les deux sont Dieu Lui-même, et Il fait l’œuvre qu’Il doit faire et accomplit le ministère qu’Il doit accomplir.

Extrait de « L’essence de Christ est l’obéissance à la volonté du Père céleste », dans La Parole apparaît dans la chair

192. Celui qui est l’incarnation de Dieu doit posséder l’essence de Dieu, et Celui qui est l’incarnation de Dieu doit posséder l’expression de Dieu. Puisque Dieu Se fait chair, Il doit apporter l’œuvre qu’Il projette de faire et, puisque Dieu Se fait chair, Il doit exprimer ce qu’Il est et doit être capable d’apporter la vérité à l’homme, de lui donner la vie et de lui montrer le chemin. La chair qui n’a pas l’essence de Dieu n’est résolument pas le Dieu incarné ; il n’y a pas de doute à ce sujet. Si l’homme projette de se renseigner pour déterminer s’il s’agit de la chair de Dieu incarné, alors il doit le confirmer par le tempérament qu’Il exprime, ainsi que par Ses paroles. Autrement dit, pour confirmer ou non qu’il s’agit de la chair de Dieu incarné et que c’est le vrai chemin, l’on doit réfléchir en se basant sur Son essence. Et ainsi, pour déterminer s’il s’agit ou non de la chair de Dieu incarné, le point essentiel est Son essence (Son œuvre, Ses déclarations, Son tempérament et bien d’autres aspects), plutôt que Son apparence. Si l’on ne scrute que Son apparence et qu’en conséquence, on oublie Son essence, alors cela montre que l’on est aveugle et ignorant.

Extrait de la préface de La Parole apparaît dans la chair

193. L’implication de l’incarnation de Dieu est que Dieu vit et œuvre dans la chair ; que Dieu, dans Son essence même, devient chair, devient un homme. Sa vie incarnée et Son œuvre peuvent être divisées en deux étapes. La première est la vie qu’Il vit avant d’accomplir Son ministère. Il vit dans une famille humaine ordinaire, dans une humanité tout à fait normale, obéissant aux mœurs et aux lois normales de la vie humaine, ayant des besoins humains normaux (nourriture, habillement, logement, sommeil), des faiblesses humaines normales et des émotions humaines normales. En d’autres termes, durant cette première étape, Il vit dans une humanité non divine, complètement normale, s’engageant dans toutes les activités humaines normales. La deuxième étape est la vie qu’Il vit après avoir commencé à accomplir Son ministère. Il demeure toujours dans l’humanité ordinaire avec une enveloppe humaine normale, ne montrant aucun signe extérieur surnaturel. Pourtant, Il vit purement pour Son ministère et, pendant cette période, Son humanité normale existe entièrement afin de soutenir l’œuvre normale de Sa divinité ; car, à ce moment-là, Son humanité normale a mûri au point où Il est en mesure d’accomplir Son ministère. Ainsi, la deuxième étape de Sa vie consiste à accomplir Son ministère dans Son humanité normale, alors que c’est une vie à la fois d’humanité normale et de divinité totale. La raison pour laquelle, dans la première étape de Sa vie, Il vit dans une humanité tout à fait ordinaire est que Son humanité n’est pas encore capable de maintenir l’ensemble de l’œuvre divine, n’est pas encore mature ; ce n’est qu’après la maturation de Son humanité, après qu’elle est devenue capable d’assumer Son ministère, qu’Il peut commencer à accomplir le ministère qu’Il devrait accomplir. Étant donné qu’en tant que chair Il a besoin de grandir et de mûrir, la première étape de Sa vie est celle de l’humanité normale, tandis que dans la deuxième étape, parce que Son humanité est capable d’entreprendre Son œuvre et d’accomplir Son ministère, la vie que Dieu incarné vit pendant Son ministère est à la fois une vie d’humanité et une vie de divinité totale. Dès Sa naissance, si le Dieu incarné avait commencé sérieusement Son ministère, accomplissant des signes et des prodiges surnaturels, alors Il n’aurait eu aucune essence corporelle. Par conséquent, Son humanité existe pour Son essence corporelle ; il ne peut y avoir de chair sans humanité, et une personne sans humanité n’est pas un être humain. De cette manière, l’humanité de la chair de Dieu est une propriété intrinsèque de la chair incarnée de Dieu. Dire que « lorsque Dieu devient chair, Il est entièrement divin, et aucunement humain » est un blasphème, car cette affirmation n’existe tout simplement pas et elle viole le principe de l’incarnation. Même après avoir commencé à accomplir Son ministère, Il continue de vivre dans Sa divinité avec une enveloppe extérieure humaine quand Il réalise Son œuvre ; c’est simplement qu’à l’époque Son humanité a pour seul but de permettre à Sa divinité d’accomplir l’œuvre dans la chair normale. L’agent de l’œuvre est donc la divinité qui habite Son humanité. C’est Sa divinité, non Son humanité, qui œuvre, mais cette divinité est cachée dans Son humanité ; Son œuvre est essentiellement accomplie par Sa divinité totale, non par Son humanité. Mais c’est Sa chair qui réalise Son œuvre. On pourrait dire qu’Il est à la fois un homme et Dieu, car Dieu devient un Dieu qui vit dans la chair, avec une enveloppe humaine et une essence humaine, mais aussi l’essence de Dieu. Parce qu’Il est un homme qui possède l’essence de Dieu, Il est au-dessus de tout humain créé, au-dessus de tout homme qui peut accomplir l’œuvre de Dieu. Et ainsi, parmi tous ceux qui ont une enveloppe humaine comme la Sienne, parmi tous ceux qui possèdent l’humanité, Lui seul est le Dieu incarné Lui-même – tous les autres sont des humains créés. Bien qu’ils aient tous une humanité, les êtres humains créés n’ont rien d’autre que l’humanité, tandis que Dieu incarné est différent : dans Sa chair, non seulement Il a l’humanité, mais surtout, la divinité. Son humanité peut être vue dans l’apparence extérieure de Sa chair et dans Sa vie quotidienne, mais Sa divinité est difficile à percevoir. Parce que Sa divinité est exprimée seulement quand Il a l’humanité, et n’est pas aussi surnaturelle que les gens l’imaginent, il est extrêmement difficile pour les gens de la voir. Même aujourd’hui, il est extrêmement difficile pour les gens de comprendre la vraie essence de Dieu incarné. Même après en avoir parlé longuement, Je présume que c’est encore un mystère pour la plupart d’entre vous. En fait, cette question est très simple : puisque Dieu devient chair, Son essence est une combinaison d’humanité et de divinité. Cette combinaison est appelée Dieu Lui-même, Dieu Lui-même sur la terre.

Extrait de « L’essence de la chair habitée par Dieu », dans La Parole apparaît dans la chair

194. L’humanité de Dieu incarné existe pour maintenir l’œuvre divine normale dans la chair ; Sa pensée humaine normale soutient Son humanité normale et toutes Ses activités corporelles normales. On pourrait dire que Sa pensée humaine normale existe afin de soutenir toute l’œuvre de Dieu dans la chair. Si cette chair n’avait pas un esprit humain normal, alors Dieu ne pourrait pas œuvrer dans la chair, et ce qu’Il doit faire dans la chair ne pourrait jamais être accompli. Bien que le Dieu incarné possède un esprit humain normal, Son œuvre n’est pas adultérée par la pensée humaine ; Il entreprend l’œuvre dans l’humanité avec un esprit normal, sous la condition préalable qu’Il possède l’humanité avec un esprit, non par l’exercice de la pensée humaine normale. Quelle que soit la noblesse des pensées de Sa chair, Son œuvre n’est pas contaminée par la logique ou la pensée. En d’autres termes, Son œuvre n’est pas conçue par l’esprit de Sa chair, mais elle est une expression directe de l’œuvre divine dans Son humanité. Toute Son œuvre est le ministère qu’Il doit accomplir, et Son cerveau n’en conçoit rien. Par exemple, guérir les malades, chasser les démons, la crucifixion, tout cela n’était pas des produits de Son esprit humain et n’aurait pu être réalisé par aucun homme avec un esprit humain. De même, l’œuvre de la conquête aujourd’hui est un ministère qui doit être accompli par le Dieu incarné, mais ce n’est pas l’œuvre d’une volonté humaine, c’est l’œuvre que doit faire Sa divinité, une œuvre dont aucun humain charnel n’est capable. Donc, le Dieu incarné doit posséder un esprit humain normal, doit posséder une humanité normale, car Il doit accomplir Son œuvre dans l’humanité avec un esprit normal. C’est l’essence de l’œuvre de Dieu incarné, l’essence même de Dieu incarné.

Avant que Jésus n’accomplisse l’œuvre, Il a simplement vécu dans Son humanité normale. Personne ne pouvait dire qu’Il était Dieu, personne n’a découvert qu’Il était le Dieu incarné ; les gens Le connaissaient simplement comme un homme complètement ordinaire. Son humanité tout à fait ordinaire et normale était la preuve que Dieu était incarné dans la chair et que l’ère de la Grâce était l’ère de l’œuvre de Dieu incarné, et non l’ère de l’œuvre de l’Esprit. Elle était la preuve que l’Esprit de Dieu a été réalisé complètement dans la chair, qu’à l’ère de l’incarnation de Dieu, Sa chair accomplirait toute l’œuvre de l’Esprit. Le Christ avec l’humanité normale est une chair dans laquelle l’Esprit se réalise et possède l’humanité normale, la raison normale et la pensée humaine. « Être réalisé » signifie que Dieu se fait homme, l’Esprit devient chair ; pour le dire plus clairement, c’est quand Dieu Lui-même habite une chair avec une humanité normale et par la chair de l’humanité normale exprime Son œuvre divine – c’est ce que signifie être réalisé, ou incarné.

Extrait de « L’essence de la chair habitée par Dieu », dans La Parole apparaît dans la chair

195. L’humanité de Christ est régie par Sa divinité. Bien qu’Il soit dans la chair, Son humanité n’est pas tout à fait comme celle d’un homme de chair. Il a Son propre caractère unique qui est aussi régi par Sa divinité. Sa divinité n’a pas de faiblesse ; la faiblesse de Christ renvoie à celle de Son humanité. Dans une certaine mesure, cette faiblesse limite Sa divinité, mais ces limites s’inscrivent dans un certain champ d’action et dans le temps, et ne sont pas sans limitation. Lorsque vient le temps d’effectuer l’œuvre de Sa divinité, elle s’accomplit indépendamment de Son humanité. L’humanité de Christ est entièrement dirigée par Sa divinité. En dehors de la vie normale de Son humanité, toutes les autres actions de Son humanité sont influencées, affectées et dirigées par Sa divinité. Bien que Christ ait une humanité, elle ne perturbe pas l’œuvre de Sa divinité, et c’est précisément parce que l’humanité de Christ est dirigée par Sa divinité ; bien que Son humanité ne soit pas mûre dans Sa conduite devant les autres, elle n’a aucune incidence sur l’œuvre normale de Sa divinité. Quand Je dis que Son humanité n’a pas été corrompue, Je veux dire que l’humanité de Christ peut être directement commandée par Sa divinité, et qu’il possède une raison plus élevée que celle de l’homme ordinaire. Son humanité est très bien adaptée à être dirigée par la divinité dans Son œuvre ; Son humanité est très apte à exprimer l’œuvre de la divinité, de même qu’elle est très apte à se soumettre à une telle œuvre. Pendant que Dieu œuvre dans la chair, Il ne perd jamais de vue le devoir que l’homme dans la chair doit accomplir ; Il est capable d’adorer Dieu dans le ciel avec un cœur sincère. Il a l’essence de Dieu et Son identité est celle de Dieu Lui-même. C’est seulement qu’Il est venu sur terre et qu’Il est devenu un être créé avec l’enveloppe extérieure d’un être créé et possède dès lors une humanité qu’Il n’avait pas avant. Il est capable d’adorer Dieu dans le ciel ; c’est l’être de Dieu Lui-même et il est inimitable par l’homme. Il est Dieu Lui-même dans Son identité. C’est du point de vue de la chair qu’Il adore Dieu ; par conséquent, les paroles « Christ adore Dieu dans le ciel » ne sont pas erronées. Ce qu’Il demande à l’homme, c’est précisément Son propre être ; Il possède déjà tout ce qu’Il demande à l’homme avant qu’Il ne le lui demande. Il n’exigerait jamais des autres ce qu’Il ne serait pas prêt à faire Lui-même, car tel est Son être. Indépendamment de la façon dont Il accomplit Son œuvre, Il n’agirait pas d’une manière qui désobéisse à Dieu. Peu importe ce qu’Il demande à l’homme, aucune exigence ne va au-delà de ce qui est réalisable par l’homme. Tout ce qu’Il fait c’est de faire la volonté de Dieu et c’est pour le bien de Sa gestion. La divinité de Christ est au-dessus de tous les hommes ; par conséquent, Il est la plus haute autorité de tous les êtres créés. Cette autorité est Sa divinité, c’est-à-dire, le tempérament et l’être de Dieu Lui-même, qui déterminent Son identité. Par conséquent, peu importe la normalité de Son humanité, il est indéniable qu’Il a l’identité de Dieu Lui-même ; peu importe Ses points de vue quand Il parle et quelle que soit la façon dont Il obéit à la volonté de Dieu, on ne peut pas dire qu’Il n’est pas Dieu Lui-même.

Extrait de « L’essence de Christ est l’obéissance à la volonté du Père céleste », dans La Parole apparaît dans la chair

196. Le Fils de l’homme incarné exprimait la divinité de Dieu par le biais de Son humanité et transmettait la volonté de Dieu au genre humain. Et par Son expression de la volonté de Dieu et de Son tempérament, Il révéla aussi aux gens le Dieu qui ne peut pas être vu ou touché qui demeure dans le domaine spirituel. Ce que les gens ont vu est Dieu Lui-même dans une forme tangible, faite de chair et de sang. Ainsi le Fils de l’homme incarné fit de l’identité de Dieu Lui-même, de Son statut, de Son image, de Son tempérament et de ce qu’Il a et est des choses concrètes et humanisées. Même si l’apparence extérieure du Fils de l’homme avait quelques limitations au regard de l’image de Dieu, Son essence et ce qu’Il a et est étaient tout à fait capables de représenter l’identité et le statut de Dieu Lui-même. Il y avait seulement quelques différences dans la forme de l’expression. Nous ne pouvons pas nier que le Fils de l’homme représentait l’identité de Dieu et le statut de Dieu Lui-même, aussi bien dans la forme de Son humanité que dans Sa divinité. Pendant ce temps, toutefois, Dieu travaillait par la chair, parlait du point de vue de la chair et Se tenait face au genre humain avec l’identité et le statut du Fils de l’homme ; cela donnait aux gens l’opportunité de rencontrer et de vivre les vraies paroles et l’œuvre véritable de Dieu parmi les hommes. Cela permettait aussi aux gens d’acquérir une idée de Sa divinité et de Sa grandeur en toute humilité, ainsi que d’obtenir une compréhension préliminaire et une définition préliminaire de l’authenticité et de la réalité de Dieu. Même si l’œuvre accomplie par le Seigneur Jésus, Ses manières de travailler et la perspective à partir de laquelle Il parlait différaient de la vraie personne de Dieu dans le domaine spirituel, tout Le concernant représentait véritablement Dieu Lui-même que l’humanité n’avait jamais vu auparavant : cela ne peut être nié ! Cela veut dire que peu importe dans quelle forme Dieu apparait, peu importe à partir de quelle perspective Il S’exprime ou dans quelle image Il Se présente à l’humanité, Dieu ne représente que Lui-même. Il ne peut représenter aucun humain, ni rien d’une humanité corrompue. Dieu est Dieu Lui-même et cela ne peut être nié !

Extrait de « L’œuvre de Dieu, le tempérament de Dieu et Dieu Lui-même III », dans La Parole apparaît dans la chair

197. Le Dieu concret Lui-même dont on parle aujourd’hui œuvre à la fois en humanité et en divinité. Son œuvre et Sa vie humaines normales et Son œuvre complètement divine sont réalisées par l’apparition du Dieu concret. Son humanité et Sa divinité ne font qu’un et l’œuvre des deux est accomplie par des paroles ; que ce soit en humanité ou en divinité, Il prononce des paroles. Quand Dieu œuvre en humanité, Il parle le langage de l’humanité afin que les gens s’engagent et comprennent. Ses paroles sont prononcées clairement et sont faciles à comprendre, de sorte qu’elles peuvent être offertes à tous les gens ; peu importe que ces gens possèdent des connaissances ou qu’ils soient peu instruits, tous peuvent recevoir les paroles de Dieu. L’œuvre de Dieu en divinité est également réalisée par des paroles, mais elle est pleine de soutien, elle est pleine de vie, elle n’est pas entachée par les idées humaines, elle ne comporte pas de préférences humaines et est sans limites humaines, elle est en dehors des limites de toute humanité normale ; elle est aussi réalisée dans la chair, mais elle est l’expression directe de l’Esprit. Si les gens n’acceptent que l’œuvre de Dieu en humanité, alors ils se borneront à une certaine dimension et auront constamment besoin d’un traitement, d’un émondage et d’une discipline pour obtenir en eux même un léger changement. Sans l’œuvre ou la présence du Saint-Esprit par contre, ils retourneront toujours à leurs vieilles habitudes ; ce n’est que par l’œuvre de la divinité que ces maladies et ces déficiences peuvent être corrigées, et seulement alors les gens peuvent être rendus complets. Au lieu d’un traitement et d’un émondage soutenus, c’est un soutien positif qui est requis, utilisant des paroles pour compenser toutes les carences, utilisant des paroles pour révéler tous les états des gens, utilisant des paroles pour diriger leur vie, toutes leurs déclarations, toutes leurs actions, pour mettre à nu leurs intentions et leurs motivations. Telle est l’œuvre véritable du Dieu concret. Donc, dans ton attitude à l’égard du Dieu concret, tu devrais te soumettre à Son humanité immédiatement, Le reconnaissant et L’acceptant et, en outre, tu devrais accepter l’œuvre et les paroles divines et leur obéir. L’apparition de Dieu dans la chair signifie que toute l’œuvre et toutes les paroles de l’Esprit de Dieu sont accomplies par Son humanité normale et par Sa chair incarnée. En d’autres termes, l’Esprit de Dieu dirige Son œuvre humaine et réalise en même temps l’œuvre de divinité dans la chair. Et en Dieu incarné, tu peux voir à la fois l’œuvre de Dieu en humanité et Son œuvre tout à fait divine. C’est la signification réelle de l’apparition du Dieu concret dans la chair. Si tu peux voir cela clairement, tu seras en mesure de relier toutes les différentes parties de Dieu ; tu cesseras d’accorder une importance excessive à Son œuvre en divinité et tu cesseras de considérer Son œuvre en humanité avec une négligence excessive, et tu éviteras les extrêmes et ne prendras pas non plus de détours. Dans l’ensemble, Dieu concret signifie que Son œuvre en humanité et en divinité, dirigée par l’Esprit, est exprimée par Sa chair, de sorte que les gens peuvent voir qu’Il est vivant et d’apparence réaliste, réel et vrai.

Extrait de « Tu devrais savoir que le Dieu concret est Dieu Lui-même », dans La Parole apparaît dans la chair

198. L’Esprit de Dieu est l’autorité sur toute la création. La chair avec l’essence de Dieu possède également l’autorité, mais Dieu dans la chair peut faire toute l’œuvre qui obéit à la volonté du Père céleste. Cela ne peut être réalisé ni conçu par aucun homme seul. Dieu Lui-même est l’autorité, mais Sa chair peut se soumettre à Son autorité. C’est ce que l’on entend lorsque l’on dit : « Christ obéit à la volonté de Dieu le Père ». Dieu est un Esprit et peut accomplir l’œuvre du salut, de même que Dieu peut devenir homme. De toute façon, Dieu Lui-même fait Sa propre œuvre ; Il n’interrompt pas ni n’intervient, encore moins réalise-t-Il une œuvre qui se contredit elle-même, car l’essence de l’œuvre accomplie par l’Esprit et la chair est la même. Que ce soit l’Esprit ou la chair, les deux œuvrent à satisfaire une même volonté et à gérer la même œuvre. Bien que l’Esprit et la chair aient deux qualités disparates, leur essence est la même ; les deux ont l’essence de Dieu Lui-même et l’identité de Dieu Lui-même. Dieu Lui-même ne possède aucun élément de désobéissance ; Son essence est bonne. Il est l’expression de toute beauté et de toute bonté, ainsi que de tout amour. Même dans la chair, Dieu ne fait rien qui désobéit à Dieu le Père. Même s’il fallait aller jusqu’à sacrifier Sa vie, Il y serait de tout cœur disposé et Il ne ferait pas d’autre choix. Dieu n’a aucune disposition à la prétention ou à la suffisance, ni à la vanité ou à l’arrogance ; Il n’est pas disposé à la malhonnêteté. Tout ce qui désobéit à Dieu provient de Satan ; Satan est la source de toute laideur et méchanceté. L’homme a des qualités similaires à celles de Satan parce qu’il a été corrompu et manipulé par Satan. Christ n’a pas été corrompu par Satan, par conséquent, Il ne possède que les caractéristiques de Dieu et aucune de Satan. Que le travail soit ardu ou que la chair soit faible, pendant qu’Il vit dans la chair, Dieu ne fera jamais rien qui interrompe l’œuvre de Dieu Lui-même, encore moins qui abandonne la volonté de Dieu le Père par la désobéissance. Il endurerait plutôt les souffrances de la chair que de trahir la volonté de Dieu le Père ; c’est exactement ce que Jésus a dit en priant : « Mon Père, s’il est possible, que cette coupe s’éloigne de moi ! Toutefois, non pas ce que je veux, mais ce que tu veux. » Les gens font leurs propres choix, mais Christ ne le fait pas. Bien qu’Il ait l’identité de Dieu Lui-même, Il cherche toujours la volonté de Dieu le Père et accomplit ce qui Lui a été confié par Dieu le Père, dans la perspective de la chair. C’est quelque chose d’inaccessible à l’homme. Ce qui vient de Satan ne peut pas avoir l’essence de Dieu, ne peut avoir que ce qui désobéit et résiste à Dieu, ne peut pas obéir totalement à Dieu, encore moins être disposé à obéir à la volonté de Dieu. Tout homme, en dehors de Christ, peut faire ce qui résiste à Dieu, et pas un seul homme ne peut directement entreprendre le travail confié par Dieu ; pas un seul n’est en mesure de considérer la gestion de Dieu comme son propre devoir à accomplir. Se soumettre à la volonté de Dieu le Père est l’essence de Christ ; la désobéissance à Dieu est la caractéristique de Satan. Ces deux qualités sont incompatibles, et quiconque possède les qualités de Satan ne peut pas être appelé Christ. L’homme ne peut pas faire l’œuvre de Dieu à Sa place parce qu’il n’a rien de l’essence de Dieu. L’homme travaille pour Dieu par égard à ses intérêts personnels et à ses perspectives d’avenir, mais Christ œuvre pour faire la volonté de Dieu le Père.

Extrait de « L’essence de Christ est l’obéissance à la volonté du Père céleste », dans La Parole apparaît dans la chair

199. Bien que l’apparence de Dieu incarné soit exactement la même que celle d’un homme et bien qu’Il apprenne le savoir humain et parle le langage des hommes et exprime même parfois Ses idées grâce aux méthodes même du genre humain ou à ses façons de parler, néanmoins, la manière dont Il voit les hommes et dont Il voit l’essence des choses n’est absolument pas la même que la manière dont les hommes corrompus voient l’humanité et l’essence des choses. Son point de vue et la hauteur à laquelle Il Se trouve sont inaccessibles à une personne corrompue. C’est parce que Dieu est vérité, parce que la chair dont Il Se revêt contient l’essence de Dieu, et Ses pensées et ce qui est exprimé par Son humanité sont aussi la vérité. Pour les gens corrompus, ce qu’Il exprime dans la chair, c’est un soutien de la vérité et de la vie. Ce soutien n’est pas seulement pour une personne, mais toute l’humanité. Pour n’importe quel homme corrompu, il n’y a dans son cœur que les quelques personnes qui lui sont associées. Il n’y a que ces quelques personnes pour lesquelles il se préoccupe et se sent concerné. Quand un désastre est à l’horizon, il pense d’abord à ses propres enfants, à sa femme ou à ses parents. Au mieux, un individu plus compatissant aurait une petite pensée pour une relation ou un bon ami, mais les pensées d’un tel individu compatissant iraient-elles plus loin ? Non, jamais ! Parce que les êtres humains sont, après tout, humains et parce qu’ils ne peuvent voir toutes les choses que depuis la perspective et la hauteur d’un être humain. Toutefois, Dieu incarné est totalement différent d’un individu corrompu. Peu importe à quel point Dieu incarné dans la chair est ordinaire, normal et humble, ou même dans quelle mesure les gens Le méprisent, Ses pensées et Son attitude envers les hommes sont les aspects qu’aucun homme ne pouvait posséder et ne pouvait imiter. Il observera toujours l’humanité depuis un point de vue divin, depuis le haut de Sa position comme Créateur. Il regardera toujours les hommes depuis l’essence et l’état d’esprit de Dieu. Il ne peut absolument pas voir l’humanité depuis la basse hauteur d’une personne ordinaire ou depuis la perspective d’un individu corrompu. Quand les gens regardent l’humanité, ils regardent avec une vision humaine et ils utilisent des choses comme la connaissance humaine, les règles et les théories humaines comme mesure. Cela est dans le cadre de ce que les gens peuvent voir de leurs yeux et dans le cadre de ce qui est accessible aux gens corrompus. Quand Dieu regarde l’humanité, Il regarde avec une vision divine et Il utilise Son essence et ce qu’Il a et est comme mesure. Ce cadre comprend des choses que les gens ne peuvent pas voir et c’est en cela que Dieu incarné et les humains corrompus sont entièrement différents. Cela provient de la différence entre l’essence de Dieu et celle des humains et c’est cette essence qui définit leur identité et leur position ainsi que le point de vue et la hauteur depuis lesquels ils voient les choses.

Extrait de « L’œuvre de Dieu, le tempérament de Dieu et Dieu Lui-même III », dans La Parole apparaît dans la chair

200. On peut voir dans ce que vous exprimez si vous avez des expériences sociales ou non et votre manière de vivre réellement et d’expérimenter dans vos familles ; par contre, vous ne pouvez pas voir dans l’œuvre de Dieu incarné si, oui ou non, Il a des expériences sociales. Il est bien conscient de l’essence de l’homme et Il peut exposer toutes sortes de pratiques se rapportant à toutes sortes de gens. Il est encore plus habile à exposer le tempérament corrompu et le comportement rebelle des êtres humains. Il ne vit pas parmi les gens mondains, mais Il est au courant de la nature des mortels et de toutes les corruptions des gens mondains. Tel est Son être. Bien qu’Il ne transige pas avec le monde, Il connaît les règles de négociation du monde, car Il comprend parfaitement la nature humaine. Il connaît l’œuvre de l’Esprit que les yeux de l’homme ne peuvent pas voir et que les oreilles de l’homme ne peuvent pas entendre, l’œuvre aussi bien d’aujourd’hui que du passé. Cela inclut la sagesse qui ne constitue pas une philosophie de vie ni un émerveillement qui est difficile à comprendre pour les gens. C’est ce qu’Il est, ouvert aux gens et aussi caché aux gens. Il n’exprime pas l’être d’une personne extraordinaire, mais les attributs inhérents et l’être de l’Esprit. Il ne voyage pas dans le monde entier, mais connaît tout du monde. Il contacte les « anthropoïdes » qui n’ont aucune connaissance ou aucune intuition, mais Il exprime des paroles qui sont plus élevées que la connaissance et qui dépassent les grands hommes. Il vit parmi des gens obtus et engourdis qui n’ont pas d’humanité et qui ne comprennent pas les conventions et la vie de l’humanité, mais Il peut demander à l’humanité de vivre une humanité normale, tout en exposant la vile et faible condition humaine de l’humanité. Tout cela, c’est Son être, plus élevé que l’être de tout individu de chair et de sang. Pour Lui, il n’est pas nécessaire d’expérimenter une vie sociale compliquée, lourde et sordide pour faire l’œuvre qu’Il doit faire et pour bien exposer l’essence de l’humanité corrompue. Une vie sociale sordide n’édifie pas Sa chair. Son œuvre et Ses paroles n’exposent que la désobéissance de l’homme et ne fournissent pas à l’homme l’expérience et les enseignements requis pour traiter avec le monde. Il n’a pas besoin d’enquêter sur la société ou sur la famille de l’homme quand Il donne la vie à l’homme. Exposer et juger l’homme n’est pas une expression des expériences de Sa chair, mais une révélation de l’injustice de l’homme après avoir longtemps connu la désobéissance de l’homme et avoir abhorré la corruption de l’humanité. Toute Son œuvre consiste à exposer Son tempérament à l’homme et à exprimer Son être. Lui seul peut faire cette œuvre ; un individu de chair et de sang ne pourrait pas la réaliser.

Extrait de « L’œuvre de Dieu et le travail de l’homme », dans La Parole apparaît dans la chair

201. L’œuvre et l’expression de Christ déterminent Son essence. Il est capable d’achever avec un cœur sincère ce qui Lui a été confié. Il est capable d’adorer Dieu dans le ciel avec un cœur sincère, et avec ce même cœur sincère chercher la volonté de Dieu le Père. Tout cela est déterminé par Son essence. Et de même Sa révélation naturelle est déterminée par Son essence ; la raison pour laquelle J’appelle cela Sa « révélation naturelle » tient à Son expression qui n’est ni une imitation ni le résultat de l’éducation par l’homme, ou le résultat de nombreuses années de formation par l’homme. Il ne l’a pas apprise ou ne S’en est pas paré ; au contraire, elle Lui est inhérente. L’homme pourrait renier Son œuvre, Son expression, Son humanité et toute la vie de Son humanité normale, mais nul ne peut refuser d’admettre qu’Il adore Dieu dans le ciel avec un cœur sincère ; nul ne peut refuser d’admettre qu’Il est venu pour accomplir la volonté du Père céleste, et nul ne peut refuser d’admettre la sincérité avec laquelle Il cherche Dieu le Père. Bien que Son image ne soit pas agréable à voir, que Son discours n’ait pas un air extraordinaire et que Son œuvre ne fasse pas autant remuer terre et ciel que l’homme l’imagine, Il est en effet Christ qui accomplit la volonté du Père céleste avec un cœur sincère, totalement soumis au Père céleste et obéissant jusqu’à la mort. Cela se justifie par Son essence qui est l’essence de Christ. Il est difficile pour l’homme de croire cette vérité, pourtant elle est factuelle. Lorsque le ministère de Christ aura été complètement accompli, l’homme sera en mesure de réaliser à partir de Son œuvre que Son tempérament et Son être représentent le tempérament et l’être de Dieu dans le ciel. À ce moment-là, toute Son œuvre pourra témoigner de ce qu’Il est en effet la chair que la Parole devient et qui ne ressemble pas à celle d’un homme de chair et de sang.

Extrait de « L’essence de Christ est l’obéissance à la volonté du Père céleste », dans La Parole apparaît dans la chair

202. Dieu devenu chair est appelé le Christ et ainsi le Christ qui peut donner la vérité aux gens est appelé Dieu. Il n’y a rien d’excessif à ce sujet, car Il possède l’essence de Dieu et possède le tempérament et la sagesse de Dieu dans Son œuvre, qui sont inaccessibles à l’homme. Ceux qui s’appellent Christ, mais ne peuvent pas faire l’œuvre de Dieu, sont des imposteurs. Christ n’est pas seulement la manifestation de Dieu sur la terre, mais aussi la chair particulière assumée par Dieu pendant qu’Il réalise et accomplit Son œuvre parmi les hommes. Cette chair ne saurait être supplantée par un homme quelconque, mais c’est une chair qui peut entreprendre adéquatement l’œuvre de Dieu sur la terre et exprimer le tempérament de Dieu, et bien représenter Dieu et donner la vie à l’homme. Tôt ou tard, ceux qui se font passer pour Christ tomberont tous, car bien qu’ils prétendent être le Christ, ils ne possèdent rien de l’essence du Christ. Et donc Je dis que l’authenticité du Christ ne peut pas être définie par l’homme, mais elle est traitée et décidée par Dieu Lui-même.

Extrait de « Seul le Christ des derniers jours peut montrer à l’homme le chemin de la vie éternelle », dans La Parole apparaît dans la chair

203. La chair revêtue par l’Esprit de Dieu est la propre chair de Dieu. L’Esprit de Dieu est suprême ; Il est tout-puissant, saint et juste. De même, Sa chair est également suprême, toute-puissante, sainte et juste. Une telle chair ne peut faire que ce qui est juste et bénéfique pour l’humanité, ce qui est saint, glorieux et puissant ; elle est incapable de faire quoi que ce soit qui viole la vérité, la moralité et la justice, encore moins de faire quoi que ce soit qui trahisse l’Esprit de Dieu. L’Esprit de Dieu est saint, donc Satan ne peut pas corrompre Sa chair ; Sa chair est d’une essence différente de la chair de l’homme. Car c’est l’homme qui est corrompu par Satan, et non pas Dieu ; Satan ne peut absolument pas corrompre la chair de Dieu. Ainsi, en dépit du fait que l’homme et Christ demeurent dans le même espace, seul l’homme est possédé, utilisé et piégé par Satan. Christ, en revanche, est éternellement impénétrable à la corruption de Satan, car Satan ne sera jamais capable de monter jusqu’au lieu très-haut, et il ne pourra jamais s’approcher de Dieu. Aujourd’hui, vous devriez tous comprendre qu’il n’y a que l’humanité, corrompue comme elle l’est par Satan, qui Me trahit. La trahison ne sera jamais un problème qui concerne Christ le moins du monde.

Extrait de « Un problème très grave : la trahison (2) », dans La Parole apparaît dans la chair

204. Dieu est devenu chair parce que l’objet de Son œuvre n’est pas l’esprit de Satan ou tout autre être incorporel, mais l’homme qui est chair et a été corrompu par Satan. C’est précisément parce que la chair de l’homme a été corrompue que Dieu a fait de l’homme charnel l’objet de Son œuvre ; en outre, parce que l’homme est l’objet de la corruption, Dieu a fait de l’homme le seul objet de Son œuvre à toutes les étapes de Son œuvre de salut. L’homme est un être mortel, de chair et de sang, et Dieu est le Seul qui peut sauver l’homme. Ainsi, Dieu doit devenir une chair qui possède les mêmes attributs que l’homme pour faire Son œuvre, afin que Son œuvre obtienne de meilleurs effets. Dieu doit devenir chair pour faire Son œuvre précisément parce que l’homme est chair et incapable de vaincre le péché ou de se dépouiller de la chair. Bien que l’essence et l’identité de Dieu incarné diffèrent grandement de l’essence et de l’identité de l’homme, Son apparence est identique à celle de l’homme ; Il a l’apparence d’une personne normale, vit la vie d’une personne normale et ceux qui Le voient ne peuvent discerner aucune différence avec une personne normale. Cette apparence normale et cette humanité normale Lui suffisent pour accomplir Son œuvre divine dans l’humanité normale. Sa chair Lui permet de faire Son œuvre dans l’humanité normale et L’aide à faire Son œuvre parmi les hommes ; et Son humanité normale, en plus, L’aide à mener à bien l’œuvre du salut parmi les hommes. Bien que Son humanité normale ait causé un grand tumulte parmi les hommes, un tel tumulte n’a pas influencé les effets normaux de Son œuvre. En bref, l’œuvre de Sa chair normale est d’un avantage suprême pour l’homme. Bien que la plupart des gens n’acceptent pas Son humanité normale, Son œuvre peut encore obtenir des résultats, et ces résultats sont obtenus grâce à Son humanité normale. Aucun doute à ce sujet. L’homme bénéficie dix fois ou des douzaines de fois plus de l’œuvre de Dieu dans la chair que des notions sur Son humanité normale qui existent parmi les hommes et, à la fin, toutes ces notions seront englouties par Son œuvre. Et l’effet que Son œuvre a produit, c’est-à-dire la connaissance de l’homme à Son sujet, est beaucoup plus important que les notions de l’homme à Son sujet. Il n’y a aucun moyen d’imaginer ou d’évaluer l’œuvre qu’Il fait dans la chair, car Sa chair est différente de celle de tout être humain charnel ; bien que l’enveloppe externe soit identique, l’essence n’est pas la même. Sa chair engendre beaucoup de notions sur Dieu chez les hommes, mais Sa chair permet aussi à l’homme d’acquérir une grande connaissance et peut même conquérir tout homme qui a une enveloppe externe similaire. Car Il n’est pas seulement humain, mais Il est Dieu avec l’enveloppe extérieure d’un humain, et personne ne peut complètement Le sonder ou Le comprendre.

Extrait de « L’humanité corrompue a davantage besoin du salut du Dieu incarné », dans La Parole apparaît dans la chair

205. L’homme a été corrompu par Satan et il est la plus élevée de toutes les créatures de Dieu. L’homme a donc besoin du salut de Dieu. L’objet du salut de Dieu est l’homme, non pas Satan, et ce qui sera sauvé est la chair de l’homme et l’âme de l’homme, non pas le diable. Satan est l’objet de l’anéantissement de Dieu, l’homme est l’objet du salut de Dieu, et la chair de l’homme a été corrompue par Satan, de sorte que la chair de l’homme doit être sauvée en premier. La chair de l’homme a été le plus profondément corrompue, et elle est devenue une opposition à Dieu à tel point qu’elle s’oppose même ouvertement à l’existence de Dieu et la nie. Cette chair corrompue est tout simplement trop intraitable et rien n’est plus difficile à traiter ou à changer que le tempérament corrompu de la chair. Satan vient dans la chair de l’homme pour susciter des perturbations, et il utilise la chair de l’homme pour perturber l’œuvre de Dieu et altérer le plan de Dieu, et ainsi l’homme est devenu Satan et l’ennemi de Dieu. Pour être sauvé, l’homme doit d’abord être conquis. C’est grâce à cela que Dieu relève le défi et vient dans la chair pour accomplir l’œuvre qu’Il a l’intention de faire et pour engager le combat contre Satan. Son but est le salut de l’homme qui a été corrompu et la défaite et l’anéantissement de Satan qui se rebelle contre Lui. Il vainc Satan par Son œuvre de la conquête de l’homme et sauve en même temps l’humanité corrompue. Ainsi, c’est une œuvre qui réalise deux objectifs à la fois. Il œuvre dans la chair, parle dans la chair et entreprend toute l’œuvre dans la chair afin de mieux coopérer avec l’homme et de mieux conquérir l’homme. La dernière fois que Dieu Se fera chair, Son œuvre des derniers jours sera achevée dans la chair. Il classera tous les hommes selon l’espèce, achèvera Sa gestion et aussi toute Son œuvre dans la chair. À la fin de toute Son œuvre sur terre, Il sera complètement victorieux. Œuvrant dans la chair, Dieu aura pleinement conquis l’humanité et entièrement gagné l’humanité. Cela ne signifie-t-il pas que toute Sa gestion sera achevée ? Quand Dieu conclura Son œuvre dans la chair après avoir complètement vaincu Satan et avoir déclaré la victoire, Satan n’aura plus aucune autre possibilité de corrompre l’homme. L’œuvre de la première incarnation de Dieu était la rédemption et le pardon des péchés de l’homme. Maintenant, c’est le temps de conquérir et de s’acquérir pleinement l’humanité de sorte que Satan n’ait plus aucun moyen de travail et, à la fin, il sera tout à fait vaincu et Dieu sera complètement victorieux. Telle est l’œuvre de la chair, l’œuvre accomplie par Dieu Lui-même.

Extrait de « L’humanité corrompue a davantage besoin du salut du Dieu incarné », dans La Parole apparaît dans la chair

206. La chair de l’homme a été corrompue par Satan et profondément aveuglée et blessée. La raison la plus fondamentale pour laquelle Dieu œuvre personnellement dans la chair est que l’objet de Son salut est l’homme qui est de la chair et que Satan utilise aussi la chair de l’homme pour perturber l’œuvre de Dieu. Le combat contre Satan est en fait l’œuvre de la conquête de l’homme et, en même temps, l’homme est aussi l’objet du salut de Dieu. De cette façon, l’œuvre de Dieu incarné est essentielle. Satan a corrompu la chair de l’homme, l’homme est devenu l’incarnation de Satan et est devenu l’objet à être vaincu par Dieu. De cette façon, l’œuvre de livrer le combat contre Satan et de sauver l’humanité se produit sur la terre et Dieu doit devenir humain pour livrer le combat contre Satan. Ce travail est des plus pratiques. Quand Dieu œuvre dans la chair, en fait, Il combat réellement contre Satan dans la chair. Quand Il œuvre dans la chair, Il fait Son œuvre dans le domaine spirituel et rend réelle toute Son œuvre dans le domaine spirituel sur la terre. Celui qui est conquis est l’homme, l’homme qui Lui est désobéissant ; celui qui est vaincu est l’incarnation de Satan (bien sûr, c’est aussi l’homme) qui est Son ennemi, et celui qui est finalement sauvé est également l’homme. De cette façon, il est encore plus nécessaire que Dieu devienne un homme qui a l’enveloppe extérieure d’une créature, de sorte qu’Il peut vraiment livrer le combat contre Satan, conquérir l’homme qui Lui est désobéissant et qui a la même enveloppe extérieure que Lui, et aussi sauver l’homme qui a la même enveloppe extérieure que Lui et a été blessé par Satan. Son ennemi est l’homme, l’objet de Sa conquête est l’homme, et l’objet de Son salut est l’homme qu’Il a créé. Donc, Il doit devenir homme et, de cette façon, Son œuvre devient beaucoup plus facile. Il est capable de vaincre Satan et de conquérir l’humanité et, de plus, est capable de sauver l’humanité.

Extrait de « L’humanité corrompue a davantage besoin du salut du Dieu incarné », dans La Parole apparaît dans la chair

207. Le salut des hommes par Dieu n’est pas fait directement par les moyens de l’Esprit ou par l’identité de l’Esprit, car les hommes ne peuvent pas toucher Son Esprit, Le voir, ni se rapprocher de Lui. S’Il tentait de sauver les hommes directement à la manière de l’Esprit, les hommes seraient incapables de recevoir Son salut. Si Dieu ne prenait pas la forme extérieure d’un homme créé, les hommes seraient incapables de recevoir ce salut, car ils ne peuvent pas du tout s’approcher de Lui, tout comme personne ne pouvait s’approcher de la nuée de l’Éternel. Ce n’est qu’en devenant un être humain créé, c’est-à-dire que ce n’est qu’en mettant Sa parole dans la chair qu’Il prendra, qu’Il peut imprégner de Sa parole tous ceux qui Le suivent. Alors seulement les hommes peuvent voir et entendre Sa parole par eux-mêmes, et en plus posséder Sa parole, et ainsi être complètement sauvés. Si Dieu ne devenait chair, personne de chair et de sang ne pourrait recevoir un si grand salut, et personne ne serait sauvé. Si l’Esprit de Dieu travaillait directement parmi les hommes, tous les hommes seraient foudroyés ou complètement capturés par Satan, parce que les hommes sont incapables de s’associer avec Dieu.

Extrait de « Le mystère de l’incarnation (4) », dans La Parole apparaît dans la chair

208. Ce n’est qu’en raison des besoins de l’homme corrompu que le Dieu incarné est venu dans la chair. C’est en raison des besoins de l’homme, non de Dieu, et tous Ses sacrifices et toutes Ses souffrances sont pour le bien de l’humanité, et non au bénéfice de Dieu Lui-même. Il n’y a pas de pour et contre ni de récompenses pour Dieu ; Il ne moissonnera pas une future récolte, mais ce qui Lui est dû depuis le début. Il ne vise que le bien de l’humanité en tout ce qu’Il fait et tout ce qu’Il sacrifie pour l’humanité, et non le gain de grandes récompenses. Bien que l’œuvre de Dieu dans la chair implique de nombreuses difficultés inimaginables, les effets qu’elle obtient finalement dépassent de loin ceux de l’œuvre effectuée directement par l’Esprit. L’œuvre accomplie par la chair entraîne un grand nombre de difficultés et la chair ne peut pas avoir la même grande identité que l’Esprit. Il (Dieu dans la chair) ne peut pas accomplir les mêmes actes surnaturels que l’Esprit, encore moins peut-Il avoir la même autorité que l’Esprit. Pourtant, l’essence de l’œuvre accomplie par cette chair banale est bien supérieure à celle de l’œuvre accomplie directement par l’Esprit, et cet être de chair Lui-même est la réponse aux besoins de toute l’humanité. Pour ceux qui doivent être sauvés, la valeur d’usage de l’Esprit est bien inférieure à celle de la chair : l’œuvre de l’Esprit est en mesure de couvrir l’ensemble de l’univers, à travers toutes les montagnes, les rivières, les lacs et les océans, mais l’œuvre accomplie par la chair se rapporte plus efficacement à toute personne avec laquelle Il entre en contact. En plus, la chair de Dieu sous forme tangible peut être mieux comprise et considérée comme plus fiable par l’homme ; elle peut aussi approfondir la connaissance de Dieu chez l’homme et peut donner à l’homme une impression plus profonde des actes réels de Dieu. L’œuvre de l’Esprit est enveloppée de mystère ; les êtres mortels ont de la peine à la comprendre, encore plus à la voir, et donc ils ne peuvent que s’en remettre à des imaginations sans substance. L’œuvre accomplie par la chair, cependant, est normale, basée sur la réalité et remplie d’une riche sagesse ; elle est un fait que l’homme peut voir de ses propres yeux. L’homme peut personnellement faire l’expérience de la sagesse de l’œuvre de Dieu et n’a pas besoin de recourir à son abondante imagination. Telles sont la précision et la valeur réelle de l’œuvre de Dieu dans la chair. L’Esprit ne peut faire que des choses invisibles et difficiles à imaginer pour l’homme, par exemple l’éclairage de l’Esprit, l’inspiration de l’Esprit et la direction de l’Esprit, mais pour l’homme qui a un esprit, le sens de ces choses n’est vraiment pas clair. Elles procurent seulement un sens qui inspire, un sens général, et ne peuvent pas livrer une instruction verbale. L’œuvre de Dieu dans la chair, cependant, est très différente : elle implique la direction précise des paroles, son intention est claire et les objectifs qu’elle requiert sont exacts. Et donc, l’homme n’a pas besoin de tâtonner ou de faire appel à son imagination, encore moins de deviner. Telle est la clarté de l’œuvre dans la chair et sa grande différence par rapport à l’œuvre de l’Esprit. L’œuvre de l’Esprit n’a qu’une portée limitée et ne peut pas remplacer l’œuvre accomplie par la chair. L’œuvre accomplie par la chair donne à l’homme des objectifs beaucoup plus exacts et nécessaires et des connaissances beaucoup plus réelles et valeureuses que ne le fait l’œuvre de l’Esprit. L’œuvre qui a la plus grande valeur pour l’homme corrompu est celle qui procure des mots précis, des objectifs clairs à poursuivre et qui peut être vue et touchée. Seules une œuvre réaliste et une direction accordée en temps opportun sont adaptées aux désirs de l’homme, et seule une œuvre réelle peut sauver l’homme de son tempérament corrompu et dépravé. Seul le Dieu incarné peut atteindre ce but ; seul le Dieu incarné peut sauver l’homme de son tempérament jadis corrompu et dépravé. Bien que l’Esprit soit l’essence inhérente de Dieu, seule Sa chair peut accomplir une telle œuvre. Si l’Esprit travaillait seul, Son œuvre ne pourrait pas être efficace – c’est une simple vérité. Quand Dieu conclura Son œuvre, bien que la plupart des gens soient devenus les ennemis de Dieu à cause de cette chair, ceux qui étaient contre Lui ne cesseront pas seulement d’être Ses ennemis, mais au contraire deviendront Ses témoins. Ils deviendront les témoins qu’Il a conquis, les témoins qui Lui sont compatibles et qui sont inséparables de Lui. Il fera en sorte que l’homme connaisse l’importance pour l’homme de Son œuvre accomplie par la chair, et l’homme connaîtra l’importance de cette chair pour la signification de l’existence de l’homme, connaîtra sa valeur réelle pour la croissance de la vie de l’homme et, en outre, saura que cette chair deviendra une fontaine de vie vivante dont l’homme ne peut supporter d’être séparé.

Extrait de « L’humanité corrompue a davantage besoin du salut du Dieu incarné », dans La Parole apparaît dans la chair

209. Bien que la chair de Dieu incarné soit loin de correspondre à l’identité et à la position de Dieu, et semble à l’homme être incompatible avec Son statut actuel, cette chair, qui n’est pas la véritable image de Dieu ou la véritable identité de Dieu, peut faire l’œuvre que l’Esprit de Dieu ne peut pas faire directement. Telles sont les véritables signification et valeur de l’incarnation de Dieu, et ce sont cette signification et cette valeur que l’homme est incapable d’apprécier et de reconnaître. Bien que tous les hommes admirent l’Esprit de Dieu et méprisent la chair de Dieu, quelle que soit la façon dont ils perçoivent ou pensent, la vraie signification et la vraie valeur de la chair dépassent de loin celles de l’Esprit. Bien sûr, cela ne s’applique qu’à l’humanité corrompue. Pour tous ceux qui cherchent la vérité et aspirent à la manifestation de Dieu, l’œuvre de l’Esprit ne peut que donner une impulsion ou une inspiration, et un sentiment d’émerveillement du fait qu’elle est inexplicable et inimaginable, et le sens qu’elle est grande, transcendante, et admirable, mais aussi inaccessible et inatteignable pour tous. L’homme et l’Esprit de Dieu ne peuvent que se regarder de loin comme s’il y avait une grande distance entre eux, et ils ne peuvent jamais être identiques, comme si l’homme et Dieu étaient séparés par un fossé invisible. En fait, c’est une illusion que l’Esprit produit chez l’homme, parce que l’Esprit et l’homme ne sont pas de la même espèce et ne coexisteront jamais dans le même monde, et parce que l’Esprit ne possède rien de l’homme. Ainsi l’homme n’a pas besoin de l’Esprit, car l’Esprit ne peut pas faire directement l’œuvre qui est la plus nécessaire à l’homme. L’œuvre de la chair présente à l’homme de véritables objectifs à poursuivre, des mots clairs et le sens qu’Il est réel et normal, humble et ordinaire. Bien que l’homme puisse Le craindre, pour la plupart des gens, il est facile d’être en relation avec Lui : l’homme peut voir Son visage et entendre Sa voix, et il n’a pas besoin de Le regarder à distance. Cette chair semble accessible à l’homme, non éloignée ou insondable, mais visible et touchable, car cette chair et l’homme vivent dans le même monde.

Extrait de « L’humanité corrompue a davantage besoin du salut du Dieu incarné », dans La Parole apparaît dans la chair

210. Maintenant, l’homme voit que l’œuvre de Dieu incarné est en effet extraordinaire. Beaucoup de choses en elle ne peuvent pas être atteintes par l’homme ; ce sont des mystères et des prodiges. Par conséquent, plusieurs se sont soumis. Certains ne se sont jamais soumis à aucun homme depuis leur naissance, mais quand ils voient les paroles de Dieu aujourd’hui, ils se soumettent pleinement sans s’en rendre compte et ils ne se hasardent pas à examiner ou à dire quoi que ce soit de plus. L’humanité est tombée devant la parole et gît prostrée devant le jugement par la parole. Si l’Esprit de Dieu parlait directement aux hommes, ils se soumettraient tous à la voix, tombant sans parole de révélation, tout comme Paul est tombé au sol devant la lumière, sur le chemin de Damas. Si Dieu continuait à faire Son œuvre de cette manière, l’homme ne serait jamais capable de reconnaître sa propre corruption via le jugement par la parole et ainsi obtenir le salut. C’est seulement en devenant chair que Dieu peut porter personnellement Ses paroles aux oreilles de tous les êtres humains, afin que tous ceux qui ont des oreilles puissent entendre Ses paroles et recevoir Son œuvre de jugement par la parole. Un tel résultat n’est atteint que par Sa parole, plutôt que par la manifestation de l’Esprit terrifiant l’homme dans la soumission. C’est seulement par cette œuvre concrète et extraordinaire que l’ancien tempérament de l’homme, caché profondément en lui pendant de nombreuses années, peut être pleinement exposé, de sorte que l’homme puisse le reconnaître et le faire changer. Tout cela est l’œuvre concrète de Dieu incarné par laquelle, en parlant et en exécutant le jugement d’une manière pratique, Il atteint les résultats du jugement de l’homme par la parole. Telle est l’autorité de Dieu incarné et la signification de l’incarnation de Dieu. C’est fait dans le but de faire connaître l’autorité de Dieu incarné, de faire connaître les résultats obtenus par l’œuvre de la parole, et pour faire connaître que l’Esprit est venu dans la chair et démontre Son autorité en jugeant l’homme par la parole. Bien que Sa chair ait la forme extérieure d’une humanité ordinaire et normale, ce sont les résultats que Ses paroles obtiennent qui montrent à l’homme qu’Il est plein d’autorité, qu’Il est Dieu Lui-même et que Ses paroles sont l’expression de Dieu Lui-même. Cela montre à tous les hommes qu’Il est Dieu Lui-même, qu’Il est Dieu Lui-même fait chair, qu’Il ne souffre aucune offense de la part de personne, et que personne ne peut surpasser Son jugement par la parole, et aucune force de ténèbres ne peut l’emporter sur Son autorité. L’homme se soumet à Lui entièrement parce qu’Il est la Parole devenue chair, en raison de Son autorité et en raison de Son jugement par la parole. L’œuvre accomplie par Sa chair incarnée est l’autorité qu’Il possède. Il devient chair parce que la chair peut également posséder l’autorité, et Il est capable de réaliser l’œuvre parmi les hommes d’une manière pratique, de sorte qu’elle est visible et tangible pour l’homme. Cette œuvre est beaucoup plus réaliste que l’œuvre directement effectuée par l’Esprit de Dieu qui possède toute autorité, et ses résultats sont également visibles. La raison en est que la chair incarnée de Dieu peut parler et œuvrer de façon pratique. La forme extérieure de Sa chair n’a pas d’autorité et l’homme peut s’en approcher, alors que Son essence a vraiment de l’autorité, mais personne ne voit Son autorité. Quand Il parle et quand Il œuvre, l’homme est incapable de détecter l’existence de Son autorité ; cela L’aide à faire une œuvre de nature pratique. Et toute cette œuvre pratique peut produire des résultats. Même si personne ne se rend compte qu’Il détient l’autorité ou ne voit pas qu’Il ne peut pas être offensé, ou ne voit pas Sa colère, Il obtient de Ses paroles les résultats qu’Il escomptait par Son autorité voilée, Sa colère camouflée et par les paroles qu’Il prononce ouvertement. En d’autres termes, l’homme est tout à fait convaincu par Son ton de voix, la sévérité de Son discours et toute la sagesse de Ses paroles. De cette façon, l’homme se soumet à la parole de Dieu incarné qui apparemment n’a pas d’autorité, et ainsi le but de Dieu de sauver l’homme est atteint. C’est un autre aspect du sens de Son incarnation : parler de façon plus réaliste et permettre à la réalité de Ses paroles d’avoir un effet sur les hommes afin que les hommes puissent être témoins de la puissance de la parole de Dieu. Donc, cette œuvre, si elle n’était pas faite par l’incarnation, n’atteindrait aucun résultat et ne pourrait pas sauver les pécheurs pleinement. Si Dieu ne devenait pas chair, Il demeurerait l’Esprit à la fois invisible et intangible pour l’homme. L’homme étant une créature de chair, l’homme et Dieu appartiennent à deux mondes différents et ils possèdent une nature différente. L’Esprit de Dieu est incompatible avec l’homme de chair et il n’y a tout simplement aucun moyen d’établir une relation entre eux, sans mentionner que l’homme ne peut pas devenir un esprit. Cela étant ainsi, afin de faire Son œuvre originale, l’Esprit de Dieu doit devenir un être créé. Dieu peut aussi bien accéder à la plus haute place que S’humilier Lui-même pour devenir un être humain, accomplissant Son œuvre parmi les hommes et vivant parmi eux, mais l’homme ne peut pas accéder à la plus haute place et devenir un esprit, et il peut encore moins accéder à la place la plus basse. C’est pourquoi Dieu doit devenir chair pour réaliser Son œuvre. De la même manière, durant la première incarnation, seule la chair de Dieu incarné pouvait racheter l’homme par Sa crucifixion, alors qu’il n’était pas possible que l’Esprit de Dieu soit crucifié comme un sacrifice d’expiation pour l’homme. Dieu pouvait directement devenir chair pour servir de sacrifice d’expiation pour les hommes, mais les hommes ne pouvaient pas monter directement au ciel pour recevoir le sacrifice d’expiation que Dieu avait préparé pour eux. Ainsi, tout ce qui était possible, c’était de demander à Dieu de faire quelques allers-retours entre le ciel et la terre, et non de laisser l’homme monter au ciel pour recevoir ce salut, car l’homme était tombé et de plus, l’homme ne pouvait simplement pas monter au ciel, encore moins obtenir le sacrifice d’expiation. Par conséquent, il était nécessaire que Jésus vienne parmi les hommes et fasse personnellement l’œuvre qui ne pouvait tout simplement pas être accomplie par l’homme. Chaque fois que Dieu devient chair, c’est absolument nécessaire. Si l’une des étapes avait pu être réalisée directement par l’Esprit de Dieu, Il n’aurait pas supporté les indignités d’être incarné.

Extrait de « Le mystère de l’incarnation (4) », dans La Parole apparaît dans la chair

211. Pour juger la corruption de la chair de l’homme, personne n’est plus approprié ni n’est plus qualifié que Dieu dans la chair. Si le jugement était effectué directement par l’Esprit de Dieu, alors il n’engloberait pas tout. De plus, il serait difficile pour l’homme d’accepter une telle œuvre, car l’Esprit est incapable de Se tenir face à face devant l’homme, et à cause de cela, les effets ne seraient pas immédiats, et l’homme serait encore moins capable de voir plus clairement le tempérament de Dieu, tempérament qui ne peut pas être offensé. Satan ne peut être vaincu complètement que si Dieu dans la chair juge la corruption de l’humanité. Étant pareil à l’homme dans une humanité normale, Dieu dans la chair peut directement juger l’injustice de l’homme ; c’est le signe de Sa sainteté innée et de Son être extraordinaire. Seul Dieu est qualifié pour juger l’homme, est en mesure de juger l’homme, car Il détient la vérité et la justice, et donc, Il est capable de juger l’homme. Ceux qui n’ont pas la vérité et la justice ne sont pas aptes à juger les autres. Si cette œuvre était faite par l’Esprit de Dieu, le sens d’une victoire sur Satan serait absent. L’Esprit est fondamentalement plus élevé que les êtres mortels. L’Esprit de Dieu est saint par nature et Il est victorieux sur la chair. Si l’Esprit faisait cette œuvre directement, Il ne pourrait pas juger toute la désobéissance de l’homme et ne pourrait pas exposer toute l’injustice de l’homme. Car l’œuvre du jugement est également effectuée par les notions que l’homme a sur Dieu, et l’homme n’a jamais eu de notions sur l’Esprit, ainsi, l’Esprit est incapable d’exposer plus clairement l’injustice de l’homme, et encore moins de dévoiler complètement cette injustice. Le Dieu incarné est l’ennemi de tous ceux qui ne Le connaissent pas. En jugeant les notions et l’opposition de l’homme à Son sujet, Il dévoile toute la désobéissance de l’humanité. Les effets de Son œuvre dans la chair sont plus apparents que ceux de l’œuvre de l’Esprit. Et donc, le jugement de l’humanité tout entière n’est pas effectué directement par l’Esprit, mais est l’œuvre du Dieu incarné. Dieu dans la chair peut être vu et touché par l’homme, et Dieu dans la chair peut complètement conquérir l’homme. Dans sa relation avec Dieu dans la chair, l’homme progresse de l’opposition à l’obéissance, de la persécution à l’acceptation, des notions à la connaissance, et du rejet à l’amour. Ce sont là les effets de l’œuvre du Dieu incarné. L’homme n’est sauvé que par l’acceptation de Son jugement, ne vient à Le connaître que peu à peu par les mots de Sa bouche, est conquis par Lui pendant qu’il s’oppose à Lui, et reçoit de Lui Son approvisionnement de vie durant l’acceptation de Son châtiment. Toute cette œuvre est l’œuvre de Dieu dans la chair et non l’œuvre de Dieu dans Son identité en tant qu’Esprit.

Extrait de « L’humanité corrompue a davantage besoin du salut du Dieu incarné », dans La Parole apparaît dans la chair

212. Quand Dieu ne S’était pas encore incarné, les gens ne comprenaient pas beaucoup de ce qu’Il disait, car Ses paroles provenaient de la divinité absolue. Le point de vue et le contexte de ce qu’Il disait étaient invisibles et inaccessibles à l’humanité ; cela provenait d’un domaine spirituel que les gens ne pouvaient voir. Les personnes qui vivaient dans la chair ne pouvaient pas pénétrer le domaine spirituel. Mais après que Dieu devint chair, Il S’adressa à l’humanité depuis le point de vue de l’humanité et Il sortit du domaine spirituel et en dépassa le cadre. Il pouvait exprimer Son tempérament divin, Sa volonté et Son attitude divines à l’aide de choses que les humains pouvaient imaginer, voir et rencontrer dans leur vie, Il pouvait employer des méthodes que les hommes pouvaient accepter dans un langage qu’ils pouvaient comprendre et avec un savoir qu’ils pouvaient appréhender, afin que le genre humain puisse comprendre et connaître Dieu, concevoir ce qu’Il voulait dire et accepter Ses règles dans la limite de leurs capacités et jusqu’où ils en étaient capables. C’était la méthode et le principe de l’œuvre de Dieu en humanité. Même si les manières de Dieu et Ses principes d’œuvre dans la chair furent principalement réalisés au moyen de l’humanité ou à travers elle, des résultats furent véritablement obtenus qui n’auraient pas pu être atteints en œuvrant directement depuis Sa divinité. L’œuvre de Dieu en humanité était plus concrète, authentique et spécifique, les méthodes étaient beaucoup plus souples et, dans la forme, elle surpassa l’œuvre réalisée pendant l’ère de la Loi.

Extrait de « L’œuvre de Dieu, le tempérament de Dieu et Dieu Lui-même III », dans La Parole apparaît dans la chair

213. Avant tout, la venue de Dieu dans la chair a pour but de permettre aux gens de voir les véritables actes de Dieu, de donner une forme charnelle à l’Esprit sans forme et de permettre aux gens de Le voir et de Le toucher. De cette façon, ceux qui seront rendus complets par Lui Le manifesteront, seront gagnés par Lui et seront selon Son cœur. Si Dieu ne parlait que dans le ciel et n’était pas vraiment venu sur la terre, alors les gens seraient toujours incapables de connaître Dieu, ils ne pourraient que prêcher sur les actes de Dieu en utilisant une théorie vide et les paroles de Dieu ne seraient pas une réalité pour eux. Dieu est venu sur la terre principalement pour servir d’exemple et de modèle pour ceux qu’Il doit gagner ; ce n’est que de cette façon que les gens peuvent réellement connaître Dieu, toucher Dieu et Le voir, et alors seulement peuvent-ils être vraiment gagnés par Dieu.

Extrait de « Tu devrais savoir que le Dieu concret est Dieu Lui-même », dans La Parole apparaît dans la chair

214. C’est seulement lorsque Dieu S’humilie jusqu’à un certain niveau, ce qui veut dire, seulement lorsque Dieu Se fait chair, que l’homme peut être Son intime et Son confident. Dieu procède de l’Esprit : Comment les hommes sont-ils qualifiés pour être les intimes de cet Esprit, qui est si exalté et insondable ? C’est seulement quand l’Esprit de Dieu descend dans la chair et devient une créature avec la même forme extérieure que l’homme que les hommes peuvent comprendre Sa volonté et réellement être acquis par Lui. Il parle et travaille dans la chair, partage les joies, les peines et les tribulations de l’humanité, vit dans le même monde que l’humanité, protège l’humanité et la guide, et à travers cela, Il purifie les hommes et leur permet de recevoir Son salut et Sa bénédiction. Ayant acquis ces choses, les hommes comprennent vraiment la volonté de Dieu, et c’est seulement à ce moment qu’ils peuvent être les intimes de Dieu. Il n’y a que ça de pratique. Si Dieu était invisible et intangible aux hommes, comment pourraient-ils alors être Ses intimes ? N’est-ce pas là une doctrine creuse ?

Extrait de « Seuls ceux qui connaissent Dieu et Son œuvre peuvent Lui donner satisfaction », dans La Parole apparaît dans la chair

215. Tous ceux qui vivent dans la chair doivent avoir des objectifs à poursuivre pour changer leur tempérament et doivent être témoins des actes réels de Dieu et de Son vrai visage pour connaître Dieu. Seule la chair de Dieu incarné peut réaliser ces deux facteurs et la chaire normale et réelle les mener à bien. Voilà pourquoi l’incarnation est nécessaire et pourquoi toute l’humanité corrompue en a besoin. Puisque les gens sont tenus de connaître Dieu, les images des dieux vagues et surnaturels doivent être chassées de leur cœur et, comme ils sont tenus de rejeter leur tempérament corrompu, ils doivent d’abord connaître leur tempérament corrompu. Si seul un homme fait le travail de chasser les images des dieux vagues du cœur des gens, il ne réussira pas à atteindre l’effet approprié. Les images des dieux vagues dans le cœur des gens ne peuvent pas être exposées, rejetées, ou complètement expulsées par les mots seuls. Ce faisant, en fin de compte, il ne serait toujours pas possible d’arracher des gens ces choses profondément enracinées. Ce n’est qu’en remplaçant ces choses vagues et surnaturelles par le Dieu concret et l’image vraie de Dieu et en permettant aux gens de les connaître progressivement que le bon effet peut être atteint. L’homme reconnaît que le Dieu qu’il cherchait dans le passé est vague et surnaturel. La direction directe de l’Esprit ne peut pas obtenir cet effet, encore moins les enseignements d’un certain individu, mais le Dieu incarné le peut. Les notions de l’homme sont mises à nu quand le Dieu incarné accomplit officiellement Son œuvre, car la normalité et la réalité du Dieu incarné sont l’antithèse du Dieu vague et surnaturel dans l’imagination de l’homme. Les notions originales de l’homme ne peuvent être exposées qu’en les opposant au Dieu incarné. Sans la comparaison avec le Dieu incarné, les notions de l’homme ne pourraient pas être exposées ; en d’autres termes, sans la réalité comme faire-valoir, les choses vagues ne pourraient pas être exposées. Personne ne peut faire cette œuvre en utilisant des mots et personne ne peut articuler cette œuvre en utilisant des mots. Seul Dieu Lui-même peut faire Sa propre œuvre, et personne d’autre ne peut faire cette œuvre à Sa place. Peu importe la richesse du langage de l’homme, il est incapable d’articuler la réalité et la normalité de Dieu. L’homme ne peut connaître Dieu plus concrètement et ne peut Le voir plus clairement que si Dieu œuvre personnellement parmi les hommes et manifeste Son image et Son être complètement. Cet effet ne peut être atteint par aucun être humain charnel. Bien sûr, l’Esprit de Dieu est aussi incapable d’atteindre cet effet. Dieu peut sauver l’homme corrompu de l’influence de Satan, mais cette œuvre ne peut pas être directement accomplie par l’Esprit de Dieu ; plutôt, elle ne peut être accomplie que par la chair dont l’Esprit de Dieu est vêtu, par la chair de Dieu incarné. Cette chair est homme et Dieu en même temps, est un homme qui possède une humanité normale et aussi Dieu qui possède la pleine divinité. Et donc, même si cette chair n’est pas l’Esprit de Dieu et diffère grandement de l’Esprit, elle est quand même le Dieu incarné Lui-même qui sauve l’homme, qui est l’Esprit et aussi la chair. Peu importe le nom qu’on Lui donne, en fin de compte, c’est toujours Dieu Lui-même qui sauve l’humanité, car l’Esprit de Dieu est indivisible de la chair et l’œuvre de la chair est aussi l’œuvre de l’Esprit de Dieu ; seulement, cette œuvre ne se fait pas en utilisant l’identité de l’Esprit, mais en utilisant l’identité de la chair. Une œuvre qui doit être faite directement par l’Esprit ne nécessite pas une incarnation, une œuvre qui doit être faite par la chair ne peut pas être faite directement par l’Esprit, et seul Dieu incarné peut la faire. C’est ce qui est requis pour cette œuvre et c’est requis par l’humanité corrompue. Des trois étapes de l’œuvre de Dieu, une seule étape a été réalisée directement par l’Esprit, et les deux autres étapes sont réalisées par le Dieu incarné, et non directement par l’Esprit. L’œuvre de l’ère de la Loi faite par l’Esprit n’a pas inclus le changement du tempérament corrompu de l’homme ; elle n’a pas non plus été liée à la connaissance que l’homme a de Dieu. L’œuvre accomplie par la chair de Dieu à l’ère de la Grâce et à l’ère du Règne, cependant, implique le tempérament corrompu de l’homme et sa connaissance de Dieu, et constitue une partie importante et cruciale de l’œuvre du salut. Par conséquent, l’humanité corrompue a davantage besoin du salut du Dieu incarné et de l’œuvre directe du Dieu incarné. L’homme a besoin que le Dieu incarné le guide, le soutienne, l’abreuve, le nourrisse, le juge et le châtie, et il a besoin davantage de grâce et d’une plus grande rédemption du Dieu incarné. Seul Dieu dans la chair peut être le confident de l’homme, le berger de l’homme, l’aide actuelle de l’homme, et tout cela démontre la nécessité de l’incarnation aujourd’hui et dans le passé.

Extrait de « L’humanité corrompue a davantage besoin du salut du Dieu incarné », dans La Parole apparaît dans la chair

216. Dieu est venu sur terre pour accomplir Son œuvre parmi les hommes, pour Se révéler Lui-même personnellement à l’homme et permettre à l’homme de Le voir ; est-ce une mince affaire ? Ce n’est vraiment pas simple ! Ce n’est pas tel que l’imagine l’homme, à savoir que Dieu est venu ainsi pour que l’homme puisse Le regarder, et ceci afin que l’homme comprenne que Dieu est réel et n’est pas vague ou vide, et que Dieu est certes sublime, mais aussi humble. Serait-ce aussi simple ? C’est précisément parce que Satan a corrompu la chair de l’homme, et que l’homme est celui que Dieu veut sauver, que Dieu doit assumer la chair pour mener le combat contre Satan et guider personnellement l’homme. Seul cela est bénéfique à Son œuvre. Les deux chairs incarnées de Dieu ont existé pour vaincre Satan et aussi pour mieux sauver l’homme. C’est parce que celui qui mène le combat contre Satan ne peut être que Dieu, que ce soit l’Esprit de Dieu ou la chair incarnée de Dieu. En bref, mener le combat contre Satan ne saurait être le fait des anges, encore moins de l’homme, lequel a été corrompu par Satan. Les anges sont impuissants à mener ce combat et l’homme l’est encore beaucoup plus. Ainsi, si Dieu souhaite œuvrer dans la vie de l’homme, s’Il veut personnellement venir sur terre pour sauver l’homme, alors Il doit personnellement Se faire chair, c’est-à-dire qu’Il doit personnellement assumer la chair, et avec Son identité propre et l’œuvre qu’Il doit accomplir, venir parmi les hommes et sauver personnellement les hommes. Dans le cas contraire, si c’était l’Esprit de Dieu ou l’homme qui avait réalisé cette œuvre, alors ce combat n’aurait jamais rien donné et n’aurait jamais pris fin. Ce n’est que lorsque Dieu Se fait chair pour aller personnellement en guerre contre Satan parmi les hommes que l’homme a une chance de salut. En outre, ce n’est qu’alors que Satan est humilié et se retrouve sans aucune opportunité à exploiter ou aucun plan à exécuter. L’œuvre accomplie par Dieu incarné n’est pas réalisable par l’Esprit de Dieu, et elle serait encore plus impossible à accomplir au nom de Dieu par un homme charnel, quel qu’il soit, car l’œuvre qu’Il réalise est dans l’intérêt de la vie de l’homme et vise à changer son tempérament corrompu. Si l’homme devait prendre part à ce combat, il ne ferait que fuir dans une déroute lamentable et serait tout simplement incapable de changer le tempérament de l’homme corrompu. Il serait incapable de sauver l’homme de la croix, ou de conquérir toute l’humanité rebelle, mais serait seulement capable d’accomplir un peu de l’ancienne œuvre qui ne va pas au-delà des principes, ou alors une œuvre sans rapport avec la défaite de Satan. Alors, pourquoi s’embêter ? Quelle est la signification d’une œuvre qui ne peut pas gagner l’humanité, encore moins vaincre Satan ? Et donc, le combat contre Satan ne peut être mené que par Dieu Lui-même et il serait simplement impossible que l’homme le mène. Le devoir de l’homme est d’obéir et de suivre, car l’homme est incapable de réaliser une œuvre semblable à la création du ciel et de la terre ni, en outre, de mener le combat contre Satan. L’homme ne peut satisfaire le Créateur que sous la direction de Dieu Lui-même, direction par laquelle Satan est vaincu ; c’est la seule chose que l’homme peut faire. Ainsi, chaque fois qu’une nouvelle bataille commence, c’est-à-dire, chaque fois que l’œuvre de la nouvelle ère commence, cette œuvre est personnellement réalisée par Dieu Lui-même et c’est par elle qu’Il dirige la totalité de l’ère et ouvre une nouvelle voie pour l’humanité tout entière. L’aube de chaque nouvelle ère est un nouveau départ dans le combat contre Satan à travers lequel l’homme accède à un royaume plus nouveau, plus beau, et une nouvelle ère qui est personnellement dirigée par Dieu Lui-même.

Extrait de « Restaurer la vie normale de l’homme et l’emmener vers une merveilleuse destination », dans La Parole apparaît dans la chair

217. Pourquoi dis-Je que le sens de l’incarnation n’a pas été achevé dans l’œuvre de Jésus ? Parce que la Parole ne S’est pas entièrement faite chair. Ce que Jésus a accompli n’était qu’une partie de l’œuvre de Dieu dans la chair ; Il n’a fait que l’œuvre de la rédemption et n’a pas fait l’œuvre consistant à gagner complètement l’homme. Pour cette raison, Dieu est devenu chair une nouvelle fois dans les derniers jours. Cette étape de l’œuvre est aussi réalisée dans une chair ordinaire, faite par un être humain tout à fait normal, quelqu’un dont l’humanité n’est pas du tout transcendante. En d’autres termes, Dieu est devenu un être humain complet ; Il est une personne dont l’identité est celle de Dieu, un être humain complet, une chair complète, qui accomplit l’œuvre. Les yeux de l’homme voient un corps charnel qui n’est pas transcendant du tout, une personne très ordinaire qui peut parler le langage du ciel, qui ne montre aucun signe miraculeux, n’opère aucun miracle, encore moins expose la vérité intérieure de la religion dans les grandes salles de réunion. Aux yeux des gens, l’œuvre de la seconde chair incarnée semble être tout à fait différente de la première, à tel point que les deux semblent n’avoir rien en commun, et rien de la première œuvre ne peut être vu cette fois. Bien que l’œuvre de la seconde chair incarnée soit différente de celle de la première, cela ne prouve pas que Leur source ne soit pas unique et identique. Que Leur source soit identique dépend de la nature de l’œuvre effectuée par la chair et non de Leur enveloppe extérieure. Au cours des trois étapes de Son œuvre, Dieu S’est incarné deux fois et, les deux fois, l’œuvre de Dieu incarné inaugure une nouvelle ère, commence une nouvelle œuvre ; les incarnations se complètent l’une et l’autre. Il est impossible à l’homme de dire que les deux chairs proviennent réellement de la même source. Inutile de dire que c’est au-delà de la capacité de l’œil humain ou de l’esprit humain. Mais dans Leur essence, Elles sont identiques, car Leur œuvre provient du même Esprit. Le fait que les deux chairs incarnées proviennent de la même source ne peut être apprécié par l’ère et le lieu où Elles sont nées, ni par d’autres facteurs de ce genre, mais par l’œuvre divine qu’Elles expriment. La seconde chair incarnée ne réalise aucune œuvre accomplie par Jésus, car l’œuvre de Dieu n’obéit pas à des conventions, mais, chaque fois, elle inaugure un nouveau chemin. La seconde chair incarnée ne vise pas à approfondir ou à renforcer l’impression de la première chair dans les esprits des gens, mais à la compléter et à la perfectionner, à approfondir la connaissance que l’homme a de Dieu, à briser toutes les règles qui existent dans le cœur des gens et à effacer les images fallacieuses de Dieu dans leur cœur. On peut dire qu’aucune étape prise isolément de l’œuvre propre de Dieu ne peut donner à l’homme une connaissance de Dieu complète ; chacune ne donne qu’une partie, pas l’intégralité. Bien que Dieu ait exprimé tout Son tempérament, à cause des limites de compréhension des facultés de l’homme, la connaissance de Dieu chez l’homme demeure incomplète. Il est impossible, par le langage humain, de transmettre l’intégralité du tempérament de Dieu ; de plus, comment une seule étape de Son œuvre peut-elle exprimer pleinement Dieu ? Il œuvre dans la chair sous la couverture de Son humanité normale, et l’on ne peut Le connaître que par les expressions de Sa divinité, non par Son enveloppe corporelle. Dieu vient dans la chair pour permettre à l’homme de Le connaître par Ses différentes œuvres, et aucune étape de Son œuvre ne ressemble à une autre. Ce n’est que de cette façon que l’homme peut avoir une pleine connaissance de l’œuvre de Dieu dans la chair, et qui n’est pas confinée à une seule facette. Bien que l’œuvre des deux chairs incarnées soit différente, l’essence des chairs et la source de Leur œuvre sont identiques ; c’est simplement qu’Elles existent pour réaliser deux étapes différentes de l’œuvre et surviennent à deux ères différentes. Quoi qu’il en soit, les chairs incarnées de Dieu partagent la même essence et la même origine. C’est une vérité que nul ne peut nier.

Extrait de « L’essence de la chair habitée par Dieu », dans La Parole apparaît dans la chair

218. Dieu, dans Sa première incarnation, n’a pas achevé l’œuvre de l’incarnation ; Il n’a achevé que la première étape de l’œuvre qu’il fallait que Dieu fasse dans la chair. Ainsi, afin de terminer l’œuvre d’incarnation, Dieu est revenu dans la chair une fois de plus, vivant dans toute la normalité et la réalité de la chair, c’est-à-dire, manifestant la Parole de Dieu dans une chair tout à fait normale et ordinaire, achevant ainsi l’œuvre qu’Il n’a pas terminée dans la chair. Essentiellement, La seconde chair incarnée est comme la première, mais elle est encore plus réelle, encore plus normale que la première. En conséquence, la souffrance que la seconde chair incarnée endure est plus grande que celle de la première, mais cette souffrance est le résultat de Son ministère dans la chair, qui n’est pas comme la souffrance de l’homme corrompu. Elle provient aussi de la normalité et de la réalité de Sa chair. Parce qu’Il accomplit Son ministère dans une chair complètement normale et vraie, la chair doit faire face à beaucoup de difficultés. Plus cette chair est normale et réelle, plus Il souffrira dans l’accomplissement de Son ministère. L’œuvre de Dieu est exprimée dans une chair très ordinaire, qui n’est pas du tout surnaturelle. Parce que Sa chair est normale et doit également assumer l’œuvre du salut de l’homme, Il souffre à un degré encore plus grand qu’une chair surnaturelle ne le ferait. et toute cette souffrance résulte de la réalité et de la normalité de Sa chair. De la souffrance qu’ont subie les deux chairs incarnées dans l’accomplissement de Leur ministère, on peut voir l’essence de la chair incarnée. Plus la chair est normale, plus Il doit endurer de souffrances lors de Sa réalisation de l’œuvre ; plus la chair qui accomplit l’œuvre est réelle, plus les notions des gens sont dures, et plus Il est exposé aux dangers. Et pourtant, plus la chair est réelle et plus la chair possède les besoins et le sens complet d’un être humain normal, plus Il est capable de Se charger de l’œuvre de Dieu dans la chair. C’est la chair de Jésus qui a été clouée sur la croix, Sa chair qu’Il a livrée en sacrifice d’expiation ; c’est par une chair avec une humanité normale qu’Il a vaincu Satan et sauvé complètement l’homme de la croix. Et c’est en étant une chair entière que Dieu, dans Sa deuxième incarnation, accomplit l’œuvre de la conquête et vainc Satan. Seule une chair complètement normale et réelle peut réaliser l’œuvre de la conquête dans son intégralité et rendre un puissant témoignage. C’est-à-dire que la conquête de l’homme est rendue effective par la réalité et la normalité de Dieu dans la chair, et non par des miracles surnaturels et des révélations. Le ministère de ce Dieu incarné consiste à parler, et ainsi à conquérir et à perfectionner l’homme ; en d’autres termes, l’œuvre de l’Esprit accomplie dans la chair, le devoir de la chair, c’est de parler et ainsi de conquérir, d’exposer, de perfectionner et d’éliminer complètement l’homme. Et c’est donc dans l’œuvre de la conquête que l’œuvre de Dieu dans la chair sera accomplie entièrement. L’œuvre initial de la rédemption n’était que le début de l’œuvre d’incarnation ; la chair qui fait l’œuvre de la conquête achèvera toute l’œuvre de l’incarnation. Selon le genre, l’un est un homme et l’autre une femme, achevant ainsi le sens de l’incarnation de Dieu et dissipant les notions de l’homme sur Dieu : Dieu peut devenir et homme et femme, et le Dieu incarné est essentiellement sans genre. Il a fait et l’homme et la femme, et Il ne fait pas la différence entre les genres. À cette étape de l’œuvre, Dieu n’accomplit pas de signes ni de prodiges, de sorte que l’œuvre atteindra ses résultats à l’aide des paroles. De plus, la raison en est que l’œuvre de Dieu incarné cette fois n’est pas de guérir les malades et de chasser les démons, mais de conquérir l’homme par la parole, c’est-à-dire que l’aptitude naturelle de cette chair incarnée de Dieu est de parler et de conquérir l’homme, non de guérir les malades et de chasser les démons. Son œuvre dans l’humanité normale n’est pas de faire des miracles ni de guérir les malades et de chasser les démons, mais de parler, et ainsi, aux yeux des gens, la seconde chair incarnée semble beaucoup plus normale que la première. Les gens voient que l’incarnation de Dieu n’est pas un mensonge ; mais ce Dieu incarné est différent de Jésus incarné et, bien qu’Ils soient tous deux Dieu incarné, Ils ne sont pas tout à fait les mêmes. Jésus possédait une humanité normale, une humanité ordinaire, mais Il était accompagné de nombreux signes et miracles. Dans ce Dieu incarné, les yeux de l’homme ne verront ni signes ni prodiges, ni la guérison des malades, ni la chasse aux démons, ni la marche sur la mer, ni le jeûne pendant quarante jours… Il ne fait pas la même œuvre que Jésus, non pas parce que Sa chair est essentiellement différente de celle de Jésus, mais parce que Son ministère n’est pas de guérir les malades et de chasser les démons. Il ne détruit pas Sa propre œuvre, ne perturbe pas Sa propre œuvre. Puisqu’Il conquiert l’homme par Ses vraies paroles, il n’est pas nécessaire de le réduire aux miracles, et donc cette étape consiste à achever l’œuvre de l’incarnation.

Extrait de « L’essence de la chair habitée par Dieu », dans La Parole apparaît dans la chair

219. Chaque étape de l’œuvre faite par Dieu a sa propre signification pratique. En ce temps-là, quand Jésus est venu, Il était un homme, et lorsque Dieu vient cette fois, Il est une femme. À partir de cela, tu peux voir que Dieu a créé l’homme ainsi que la femme pour le bien de Son œuvre et, avec Lui, il n’y a pas de distinction de genre. Lorsque Son Esprit vient, Il peut prendre toute chair qui Lui plaît et cette chair peut Le représenter. Qu’elle soit homme ou femme, cette chair peut représenter Dieu tant qu’elle est Sa chair incarnée. Si Jésus était apparu en tant que femme quand Il est venu, en d’autres termes, si une petite fille, et non un garçon, avait été conçue du Saint-Esprit, cette étape de l’œuvre aurait tout de même été accomplie. Si tel avait été le cas, alors l’étape actuelle de l’œuvre devrait plutôt être accomplie par un homme, mais l’œuvre serait tout de même accomplie. L’œuvre réalisée à l’une ou l’autre des étapes a la même signification ; aucune étape de l’œuvre n’est répétée ni n’entre en conflit avec l’autre. À l’époque, lorsqu’Il réalisait Son œuvre, Jésus était appelé le Fils unique et « Fils » implique le genre masculin. Pourquoi le Fils unique n’est-Il pas mentionné à cette étape actuelle ? La raison en est que les exigences de l’œuvre ont nécessité un changement de genre, différent de celui de Jésus. Avec Dieu, il n’y a pas de distinction de genre. Il réalise Son œuvre comme Il le désire et, en réalisant Son œuvre, Il n’est soumis à aucune restriction, mais Il est particulièrement libre. Pourtant, chaque étape de l’œuvre a sa propre signification pratique.

Extrait de « Les deux incarnations sont l’accomplissement de la signification de l’incarnation », dans La Parole apparaît dans la chair

220. L’étape de l’œuvre que Jésus a réalisée n’a accompli que l’essence de « la Parole était avec Dieu » : la vérité de Dieu était avec Dieu, et l’Esprit de Dieu était avec la chair et était inséparable de celle-ci. C’est-à-dire que la chair de Dieu incarné était avec l’Esprit de Dieu, ce qui est une preuve plus grande que Jésus incarné était la première incarnation de Dieu. Cette étape de l’œuvre accomplit précisément le sens profond de « la Parole devient chair », donne une signification plus profonde à « la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu » et te permet de croire fermement à l’expression : « Au commencement était la Parole. » C’est-à-dire, qu’au moment de la création, Dieu avait des paroles, Ses paroles étaient avec Lui et inséparables de Lui, et à l’ère finale, Il rend encore plus clairs le pouvoir et l’autorité de Ses paroles et permet à l’homme de voir tous Ses chemins, d’entendre toutes Ses paroles. Telle est l’œuvre de l’ère finale. Tu dois comprendre ces choses en profondeur. Il ne s’agit pas de connaître la chair, il s’agit pour toi de comprendre la chair et la Parole. C’est le témoignage que tu dois porter, ce que tout le monde doit savoir. Parce que c’est l’œuvre de la seconde incarnation – et la dernière fois que Dieu devient chair –, elle complète parfaitement la signification de l’incarnation, elle réalise minutieusement toute l’œuvre de Dieu dans la chair et l’annonce, et elle met fin à l’ère de l’existence de Dieu dans la chair.

Extrait de « Pratique (4) », dans La Parole apparaît dans la chair

221. Dieu est venu sur terre en premier lieu pour réaliser le fait de « la Parole devenue chair », ce qui veut dire qu’Il est venu pour que Ses paroles soient émises à partir de la chair (non comme au temps de Moïse, dans l’Ancien Testament, lorsque Dieu a parlé directement du ciel). Après cela, toutes Ses paroles seront accomplies au cours de l’ère du Règne Millénaire. Elles deviendront des faits visibles aux yeux des gens, et les gens les contempleront avec leurs propres yeux sans la moindre discorde. C‘est le sens suprême de l’incarnation de Dieu. Ce qui veut dire que le travail de l’Esprit est accompli par la chair et par les paroles. C’est le vrai sens de « la Parole devenue chair » et de « l’apparition de la Parole dans la chair ». Seul Dieu peut dire quelle est la volonté de l’Esprit, et seul Dieu dans la chair peut parler au nom de l’Esprit. Les paroles de Dieu apparaissent en Dieu incarné, et tous les autres sont guidés par elles. Personne n’est exempté. Tous existent dans ce cadre. Ce n’est qu’à partir de ces paroles que les gens prennent conscience. Ceux qui ne reçoivent pas de cette manière se perdent dans leur rêverie s’ils pensent qu’ils peuvent recevoir les paroles des cieux. Telle est l’autorité démontrée dans la chair incarnée de Dieu : cela amène tous les gens à croire en elle avec une conviction totale. Même les experts les plus vénérables et les pasteurs religieux ne peuvent pas prononcer ces paroles. Ils doivent tous se soumettre devant elles et nul ne pourra recommencer. Dieu utilisera des paroles pour conquérir l’univers. Il ne fera pas cela par Sa chair incarnée, mais à l’aide des paroles de la bouche de Dieu qui deviennent chair pour conquérir tous les gens dans l’univers entier. C’est cela seulement, la Parole devenue chair, et cela uniquement, l’apparition de la Parole dans la chair. Pour les humains, il semble peut-être que Dieu n’a pas accompli beaucoup de travail, mais Dieu n’a qu’à prononcer Ses paroles pour que les gens soient complètement convaincus et qu’ils soient impressionnés. Sans les faits, les gens crient et hurlent ; avec les paroles de Dieu, ils se taisent. Dieu va sûrement accomplir ce fait, car c’est Son plan établi de longue date : réaliser le fait de l’arrivée de la Parole sur terre.

Extrait de « Le Règne Millénaire est arrivé », dans La Parole apparaît dans la chair

222. Dieu fait chair Se manifeste seulement aux gens qui Le suivent pendant qu’Il réalise personnellement Son œuvre durant cette période, et non à toutes les créatures. Il est devenu chair seulement pour terminer une étape de Son œuvre, non pour montrer Son image à l’homme. Cependant, il doit Lui-même réaliser Son œuvre. Il est donc nécessaire qu’Il le fasse dans la chair. Quand cette œuvre sera terminée, il quittera le monde des humains ; Il ne peut pas rester avec les hommes à long terme, de peur de faire obstacle à l’œuvre à venir. Ce qu’Il manifeste à la multitude est seulement Son tempérament juste et tous Ses actes, et non l’image de quand Il est devenu chair deux fois, car l’image de Dieu ne peut être révélée que par Son tempérament et ne peut pas être remplacée par l’image de Sa chair incarnée. L’image de Sa chair n’est visible que pour un nombre limité de gens, seulement pour ceux qui Le suivent pendant qu’Il œuvre dans la chair. Voilà pourquoi l’œuvre réalisée maintenant est faite en secret. De la même manière, Jésus était visible que par les Juifs seulement quand Il a fait Son œuvre et ne S’est jamais révélé publiquement aux autres nations. Ainsi, une fois qu’Il a terminé Son œuvre, Il a rapidement quitté le monde des humains et n’est pas resté ; ensuite, ce n’est pas Lui, cette image de l’homme, qui s’est montré à l’homme, mais c’est le Saint-Esprit qui a réalisé l’œuvre directement. Une fois que l’œuvre de Dieu fait chair sera entièrement terminée, Il quittera le monde des mortels et ne fera plus jamais une œuvre comme celle qu’Il a faite quand Il était dans la chair. L’œuvre, par la suite, est faite par le Saint-Esprit directement. Durant cette période, l’homme a peine à voir l’image de Son corps charnel ; Il ne Se montre pas du tout à l’homme et reste toujours caché. Le temps est limité pour l’œuvre de Dieu fait chair ; elle est réalisée dans une ère, un temps et une nation en particulier et parmi des gens précis. Cette œuvre représente seulement l’œuvre pendant le temps de l’incarnation de Dieu et est particulière à l’ère ; elle représente l’œuvre de l’Esprit de Dieu dans une ère particulière, et non la totalité de Son œuvre. Par conséquent, l’image de Dieu fait chair ne sera pas révélée à tous les peuples. Ce qui est montré à la multitude est la justice de Dieu et Son tempérament entier, plutôt que Son image au moment où Il est devenu chair deux fois. Ce n’est ni l’image simple qui est révélée à l’homme ni les deux images combinées. Par conséquent, il est impératif que la chair incarnée de Dieu quitte la terre à la fin de l’œuvre qu’Il doit faire, car Il ne vient que pour faire l’œuvre qu’Il doit faire, et non pour montrer Son image aux gens. Bien que la signification de l’incarnation ait déjà été accomplie par Dieu devenant chair deux fois, Il ne Se manifestera pourtant pas aux nations qui ne L’ont jamais vu auparavant. Jésus ne Se présentera jamais plus aux Juifs en tant que le Soleil de justice ni ne gravira le Mont des Oliviers pour apparaître à tous les peuples ; tout ce que les Juifs ont vu est Son portrait pendant Son temps en Judée. C’est parce que l’œuvre de Jésus dans Son incarnation a pris fin il y a deux mille ans ; Il ne retournera pas en Judée dans l’image d’un Juif, encore moins Se montrera-t-Il dans l’image d’un Juif à aucune de toutes les nations païennes, car l’image de Jésus fait chair est simplement l’image d’un Juif, et non l’image du Fils de l’homme que Jean a vue. Bien que Jésus ait promis à Ses fidèles qu’Il reviendrait, Il ne Se montrera pas simplement dans l’image d’un Juif à tous ceux des nations païennes. Vous devriez savoir que l’œuvre de Dieu fait chair est d’inaugurer une ère. Cette œuvre est limitée à quelques années, et Il ne peut pas accomplir toute l’œuvre de l’Esprit de Dieu. De la même manière, l’image de Jésus comme Juif peut représenter seulement l’image de Dieu pendant qu’Il œuvrait en Judée et Il ne pouvait faire que l’œuvre de la crucifixion. Pendant que Jésus était dans la chair, Il ne pouvait pas faire l’œuvre de mener une ère à sa fin ou de détruire l’humanité. Par conséquent, après qu’Il a été crucifié et a conclu Son œuvre, Il est monté dans les hauteurs et S’est caché à l’homme pour toujours. Après cela, les croyants fidèles dans les nations païennes ne pouvaient voir que Son portrait affiché sur les murs, et non pas la manifestation du Seigneur Jésus. Ce portrait est seulement fait par l’homme, et non pas l’image que Dieu Lui-même a montrée à l’homme. Dieu ne Se montrera pas ouvertement Lui-même à la multitude dans l’image qu’Il avait quand Il a pris chair deux fois. L’œuvre qu’Il fait parmi les hommes est de leur permettre de comprendre Son tempérament. Tout cela est montré à l’homme par le moyen de l’œuvre des différentes ères ; c’est accompli par le tempérament qu’Il a fait connaître et par l’œuvre qu’Il a faite, plutôt que par la manifestation de Jésus. Autrement dit, l’image de Dieu n’est pas révélée à l’homme par l’image incarnée, mais plutôt par l’œuvre réalisée par le Dieu incarné qui est à la fois image et forme ; et par Son œuvre, Son image est manifestée et Son tempérament est révélé. Telle est la signification de l’œuvre qu’Il veut faire dans la chair.

Extrait de « Le mystère de l’incarnation (2) », dans La Parole apparaît dans la chair

223. Dieu étant le plus grand à travers tout l’univers et dans l’univers céleste, pourrait-Il S’exprimer pleinement Lui-même dans l’image d’une chair ? Dieu Se revêt de cette chair pour réaliser une étape de Son œuvre. Il n’y a pas de signification particulière à cette image de la chair, elle n’a aucun rapport avec le passage des ères et n’a rien à voir non plus avec le tempérament de Dieu. Pourquoi Jésus n’a-t-Il pas permis que Son image reste ? Pourquoi n’a-t-Il pas laissé l’homme peindre Son image afin qu’elle puisse être transmise aux générations futures ? Pourquoi n’a-t-Il pas permis aux gens de reconnaître que Son image était l’image de Dieu ? Bien que l’image de l’homme ait été créée à l’image de Dieu, comment l’apparence de l’homme aurait-elle pu représenter l’image exaltée de Dieu ? Quand Dieu Se fait chair, Il descend simplement du ciel dans une chair particulière. C’est Son Esprit qui descend dans une chair par laquelle Il accomplit l’œuvre de l’Esprit. C’est l’Esprit qui s’exprime dans la chair et c’est l’Esprit qui accomplit Son œuvre dans la chair. L’œuvre accomplie dans la chair représente pleinement l’Esprit et la chair est en vue de l’œuvre, mais cela ne fait pas de l’image de la chair un substitut de la véritable image de Dieu Lui-même ; ce n’est pas le but ni la signification de Dieu fait chair. Il devient chair seulement pour que l’Esprit puisse trouver un endroit qui convienne à Son œuvre, pour qu’Il puisse au mieux réaliser Son œuvre dans la chair, pour que les gens puissent voir Ses actes, comprendre Son tempérament, entendre Ses paroles et découvrir la splendeur de Son œuvre. Son nom représente Son tempérament, Son œuvre représente Son identité, mais Il n’a jamais dit que Son apparition dans la chair représentait Son image ; c’est seulement une notion de l’homme. Et donc, le nom de Dieu, Son œuvre, Son tempérament et Son sexe sont les éléments clés de l’incarnation de Dieu. Il utilise ces éléments pour représenter Sa gestion dans cette ère. Son apparition dans la chair n’a aucune incidence sur Sa gestion et n’est qu’en vue de Son œuvre à ce moment-là. Cependant, il est impossible à Dieu incarné de ne pas avoir une apparence particulière, et donc Il choisit la famille appropriée pour déterminer Son apparence. Si l’apparence de Dieu a une signification représentative, alors tous ceux qui ont des traits faciaux semblables aux Siens représenteraient aussi Dieu. Cela ne serait-il pas une erreur flagrante ? Le portrait de Jésus a été peint par l’homme afin que l’homme puisse L’adorer. À l’époque, le Saint-Esprit n’a donné aucune instruction spéciale, et donc, ce portrait imaginé, l’homme l’a transmis jusqu’à aujourd’hui. En fait, selon l’intention originale de Dieu, l’homme n’aurait pas dû faire cela. C’est seulement à cause du zèle de l’homme que le portrait de Jésus a duré jusqu’à ce jour. Dieu est Esprit et l’homme ne sera jamais capable de représenter Son image exactement. Son image peut seulement être représentée par Son tempérament.

Extrait de « La vision de l’œuvre de Dieu (3) », dans La Parole apparaît dans la chair

224. Dieu ne devient pas chair pour permettre à l’homme de connaître Sa chair ou pour permettre à l’homme de faire la différence entre la chair de Dieu incarné et celle de l’homme ; Dieu ne devient pas chair non plus pour améliorer les pouvoirs de discernement de l’homme, encore moins pour amener l’homme à adorer la chair incarnée de Dieu, gagnant ainsi une grande gloire. Rien de tout cela n’est la volonté originelle de Dieu en devenant chair. Dieu ne devient pas chair non plus pour condamner l’homme, pour volontairement révéler l’homme ou pour rendre les choses difficiles à l’homme. Rien de tout cela n’est la volonté originelle de Dieu. Chaque fois que Dieu Se fait chair, c’est un genre d’œuvre inévitable. C’est pour Sa plus grande œuvre et Sa plus grande gestion qu’Il fait cela, et non pour les raisons que l’homme imagine. Dieu vient sur la terre seulement tel que Son œuvre l’exige, et seulement tel que nécessaire. Il ne vient pas sur la terre dans l’intention de simplement faire un tour, mais pour réaliser l’œuvre qu’Il doit faire. Sinon, pourquoi assumerait-Il un si lourd fardeau et prendrait-Il de si grands risques pour réaliser cette œuvre ? Dieu devient chair seulement quand il le faut, et toujours avec une signification unique. Si ce n’était que pour permettre aux gens de jeter un coup d’œil sur Lui et d’élargir leurs horizons, alors, de certitude absolue, Il ne viendrait jamais chez les gens d’une manière si frivole. Il vient sur la terre pour Sa gestion et Sa plus grande œuvre, et pour être en mesure d’acquérir une plus grande partie de l’humanité. Il vient représenter l’ère, Il vient pour vaincre Satan, et Il S’habille de chair pour vaincre Satan. Davantage encore, Il vient pour guider tous les hommes dans leur façon de vivre leur vie. Tout cela concerne Sa gestion et concerne l’œuvre de tout l’univers. Si Dieu S’était fait chair simplement pour permettre à l’homme de connaître Sa chair et pour ouvrir les yeux des gens, alors pourquoi ne parcourrait-Il pas toutes les nations ? Ne serait-ce pas une question extrêmement facile ? Mais Il n’a pas fait cela, au contraire, Il a choisi un lieu approprié où S’installer et commencer l’œuvre qu’Il devait faire. Seule cette chair elle-même a une grande signification. Il représente une ère entière et réalise aussi l’œuvre d’une ère entière ; Il mène l’ère ancienne à sa fin et inaugure aussi la nouvelle ère. Tout cela est important pour la gestion de Dieu, et tout cela est la signification d’une étape de l’œuvre que Dieu vient sur terre pour réaliser.

Extrait de « Le mystère de l’incarnation (3) », dans La Parole apparaît dans la chair

225. Bien que Christ sur la terre soit capable d’œuvrer au nom de Dieu Lui-même, Il ne vient pas avec l’intention de montrer Son image dans la chair à tous les hommes. Il ne vient pas pour que tous les hommes Le voient ; Il vient pour permettre à l’homme d’être dirigé par Sa main, et ainsi l’homme entre dans la nouvelle ère. La fonction de la chair de Christ vise l’œuvre de Dieu Lui-même, c’est-à-dire, l’œuvre de Dieu dans la chair, et non à permettre à l’homme de comprendre pleinement l’essence de Sa chair. Quelle que soit la façon dont Il œuvre, rien de Son œuvre n’excède ce qui est accessible à la chair. Quelle que soit la façon dont Il œuvre, Il le fait dans la chair avec une humanité normale et ne révèle pas entièrement à l’homme le vrai visage de Dieu. De plus, Son œuvre dans la chair n’est jamais aussi surnaturelle ou inestimable que l’homme le pense. Bien que Christ représente Dieu Lui-même dans la chair et accomplisse en personne l’œuvre que Dieu Lui-même doit faire, Il ne nie pas l’existence de Dieu dans le ciel, et Il ne proclame pas non plus fébrilement Ses propres actions. Au contraire, Il reste humblement caché dans Sa chair. En dehors de Christ, ceux qui prétendent faussement être Christ ne possèdent pas Ses qualités. Lorsque Son tempérament est juxtaposé au tempérament arrogant et auto-exaltant de ces faux Christs, l’on comprend aisément de quelle chair Christ est réellement constitué. Plus ils sont faux, plus ces faux Christs s’exhibent, et plus ils sont capables de signes et de prodiges pour tromper l’homme. Les faux Christs ne possèdent pas les qualités de Dieu ; Christ n’est entaché d’aucun élément appartenant à de faux Christs. Dieu devient chair juste pour accomplir le travail de la chair, non pour simplement permettre aux hommes de Le voir. Au contraire, Il laisse Son œuvre affirmer Son identité et laisse ce qu’Il révèle attester de Son essence. Son essence n’est pas sans fondement ; Son identité n’a pas été saisie par Sa main ; elle est déterminée par Son œuvre et Son essence.

Extrait de « L’essence de Christ est l’obéissance à la volonté du Père céleste », dans La Parole apparaît dans la chair

226. La meilleure chose à propos de l’œuvre de Dieu dans la chair est qu’Il peut confier à ceux qui Le suivent des paroles et des exhortations précises, ainsi que Sa volonté exacte pour l’humanité, de sorte qu’ensuite Ses disciples peuvent plus précisément et plus concrètement transmettre Son œuvre dans la chair et Sa volonté pour l’humanité tout entière à ceux qui acceptent cette voie. Seule l’œuvre de Dieu dans la chair parmi les hommes réalise vraiment la présence de Dieu aux hommes dans leur être et leur vie. Seule cette œuvre répond au désir de l’homme de voir le visage de Dieu, d’être témoin de l’œuvre de Dieu et d’entendre la parole personnelle de Dieu. Le Dieu incarné met un terme à l’ère où seul le dos de l’Éternel était visible pour l’humanité et termine aussi l’ère de la croyance de l’humanité en un Dieu vague. En particulier, l’œuvre de la dernière incarnation de Dieu amène toute l’humanité dans une ère qui est plus réaliste, plus pratique et plus belle. Non seulement Il termine l’ère de la Loi et de la doctrine, mais plus important encore, Il révèle à l’humanité un Dieu qui est réel et normal, qui est juste et saint, qui dévoile l’œuvre du plan de gestion et qui démontre les mystères et la destination de l’humanité, qui a créé l’humanité, qui met fin à l’œuvre de gestion et qui est resté caché pendant des milliers d’années. Il mène l’ère de ce qui est vague à sa fin complète, Il termine l’ère durant laquelle toute l’humanité voulait voir la face de Dieu, mais ne le pouvait pas, Il met fin à l’ère où l’humanité entière servait Satan et conduit l’ensemble de l’humanité jusqu’au bout, dans une nouvelle ère. Tout cela est le résultat de l’œuvre de Dieu dans la chair à la place de l’Esprit de Dieu. Quand Dieu œuvre dans Sa chair, ceux qui Le suivent ne cherchent plus à tâtons ces choses qui semblent à la fois exister et ne pas exister, et ils cessent de deviner la volonté du Dieu vague. Quand Dieu répandra Son œuvre dans la chair, ceux qui Le suivent transmettront à toutes les confessions religieuses l’œuvre qu’Il a faite dans la chair, et ils communiqueront toutes Ses paroles aux oreilles de l’humanité tout entière. Tout ce qui sera entendu par ceux qui recevront Son Évangile sera les faits de Son œuvre, sera des choses que l’homme aura vues et entendues personnellement, et sera des faits et non des ouï-dire. Ces faits sont la preuve avec laquelle Il répand l’œuvre et sont également les outils qu’Il utilise dans la diffusion de l’œuvre. Sans l’existence de faits, Son Évangile ne se répandrait pas dans toutes les nations et dans tous les lieux. Sans faits, mais seulement avec les imaginations de l’homme, Il ne pourrait jamais conquérir l’univers entier. L’Esprit est impalpable par l’homme et invisible à l’homme, et l’œuvre de l’Esprit ne peut pas laisser de preuves ou de faits de l’œuvre de Dieu pour l’homme. L’homme ne verra jamais le vrai visage de Dieu et il croira toujours en un Dieu vague qui n’existe pas. L’homme ne verra jamais le visage de Dieu et n’entendra jamais non plus des paroles prononcées par Dieu personnellement. Les imaginations de l’homme sont vides, après tout, et ne peuvent pas remplacer le vrai visage de Dieu ; le tempérament inhérent de Dieu et l’œuvre de Dieu Lui-même ne peuvent pas être imités par l’homme. Le Dieu invisible dans le ciel et Son œuvre ne peuvent être amenés sur la terre que par le Dieu incarné qui fait personnellement Son œuvre parmi les hommes. C’est le meilleur moyen pour Dieu d’apparaître à l’homme par lequel l’homme voit Dieu et en vient à connaître le vrai visage de Dieu, et cela ne peut pas être réalisé par un Dieu non incarné. Comme Dieu a accompli Son œuvre jusqu’à cette étape, cette œuvre a déjà atteint l’effet optimal et a rencontré un succès complet. L’œuvre personnelle de Dieu dans la chair a déjà exécuté quatre-vingt-dix pour cent de l’œuvre de toute Sa gestion. Cette chair a permis un meilleur début pour toute Son œuvre, et aussi de résumer toute Son œuvre ; elle a promulgué toute Son œuvre et a procuré le dernier réapprovisionnement complet à toute cette œuvre. Dorénavant, il n’y aura pas un autre Dieu incarné pour accomplir la quatrième étape de l’œuvre de Dieu, et il n’y aura jamais une œuvre merveilleuse accomplie par une troisième incarnation de Dieu.

Extrait de « L’humanité corrompue a davantage besoin du salut du Dieu incarné », dans La Parole apparaît dans la chair

227. Bien que cette chair soit normale et réelle, Il n’est pas une chair commune : Sa chair n’est pas seulement humaine, mais Sa chair est à la fois humaine et divine. C’est la différence entre Lui et l’homme et c’est la marque de l’identité de Dieu. Seule une chair comme celle-là peut faire l’œuvre qu’Il a l’intention de faire, d’accomplir le ministère de Dieu dans la chair et de compléter Son œuvre parmi les hommes. S’il n’en était pas ainsi, Son œuvre parmi les hommes serait toujours vide et défectueuse. Même si Dieu peut livrer le combat contre l’esprit de Satan et en sortir victorieux, l’ancienne nature de l’homme corrompu ne peut jamais être résolue, et ceux qui désobéissent à Dieu et s’opposent à Lui ne peuvent jamais vraiment se soumettre à Sa domination, ce qui veut dire qu’Il ne peut jamais conquérir l’humanité et ne peut jamais s’acquérir l’ensemble de l’humanité. Si Son œuvre sur la terre ne peut pas être résolue, Sa gestion ne sera jamais achevée et l’ensemble de l’humanité ne sera pas en mesure d’entrer dans le repos. Si Dieu ne peut entrer dans le repos avec toutes Ses créatures, alors une telle œuvre de gestion n’obtiendra jamais de résultats et la gloire de Dieu donc disparaîtra. Bien que Sa chair n’ait aucune autorité, l’œuvre qu’Il fait aura atteint son effet. Telle est la direction inévitable de Son œuvre. Peu importe que Sa chair ait de l’autorité ou non, aussi longtemps qu’Il est capable de faire l’œuvre de Dieu Lui-même, alors Il est Dieu Lui-même. Peu importe que cette chair soit normale et ordinaire, Il peut faire l’œuvre qu’Il doit faire, car cette chair est Dieu et pas seulement un homme. La raison pour laquelle cette chair peut faire l’œuvre que l’homme ne peut pas faire est que Son essence intérieure est différente de celle de tout homme, et la raison pour laquelle Il peut sauver l’homme est que Son identité est différente de celle de tout homme. Cette chair est si importante pour l’humanité parce qu’Il est homme et, même encore plus, Il est Dieu, parce qu’Il peut faire l’œuvre qu’aucun homme ordinaire de chair ne peut faire, et parce qu’Il peut sauver l’homme corrompu qui vit avec Lui sur la terre. Bien qu’Il soit identique à l’homme, le Dieu incarné est plus important pour l’humanité que toute personne de valeur, car Il peut faire l’œuvre qui ne peut pas être faite par l’Esprit de Dieu, est plus à même de rendre témoignage à Dieu Lui-même que l’Esprit de Dieu, et à même de gagner pleinement l’humanité que l’Esprit de Dieu. En conséquence, bien que cette chair soit normale et ordinaire, Sa contribution à l’humanité et Sa signification pour l’existence de l’humanité le rendent très valeureux, et la valeur et signification réelles de cette chair sont incommensurables pour tout homme. Bien que cette chair ne puisse pas détruire directement Satan, Il peut utiliser Son œuvre pour conquérir l’humanité et vaincre Satan, et obliger Satan à se soumettre pleinement à Sa domination. C’est parce que Dieu est incarné qu’Il peut vaincre Satan et sauver l’humanité. Il ne détruit pas directement Satan, mais à la place devient chair pour faire l’œuvre de la conquête de l’humanité qui a été corrompue par Satan. De cette façon, Il est mieux à même de témoigner de Lui-même parmi Ses créatures et mieux en mesure de sauver l’homme corrompu. La défaite de Satan par Dieu incarné porte un plus grand témoignage et est plus convaincante que la destruction directe de Satan par l’Esprit de Dieu. Dieu dans la chair est mieux en mesure d’aider l’homme à connaître le Créateur et est mieux en mesure de témoigner de Lui-même parmi Ses créatures.

Extrait de « L’humanité corrompue a davantage besoin du salut du Dieu incarné », dans La Parole apparaît dans la chair

228. Cette fois, Dieu vient faire Son œuvre non dans un corps spirituel, mais dans un corps très ordinaire. Non seulement est-ce le corps de la deuxième incarnation de Dieu, mais aussi celui dans lequel Dieu revient S’incarner. C’est une chair très ordinaire. En Lui, tu ne peux rien voir qui soit différent des autres, mais tu peux recevoir de Lui les vérités que tu n’as jamais entendues avant. Cette chair insignifiante est l’incarnation de toutes les paroles de vérité de Dieu. Elle réalise l’œuvre de Dieu dans les derniers jours et est une expression de tout Son tempérament, que l’homme doit comprendre. Ne désires-tu pas ardemment voir le Dieu du ciel ? Ne désires-tu pas ardemment Le comprendre ? Ne désirais-tu pas ardemment voir la destination de l’humanité ? Il te dévoilera tous ces secrets qu’aucun homme n’a pu te dévoiler. Il te dira aussi les vérités que tu ne comprends pas. Il est ta porte d’entrée dans le royaume et ton guide dans la nouvelle ère. Une chair si ordinaire renferme de nombreux mystères insondables. Ses actions sont peut-être incompréhensibles pour toi, mais le but de l’œuvre qu’Il accomplit suffit à te montrer qu’Il n’est pas une simple chair, comme le croit l’homme. Car Il représente la volonté de Dieu, ainsi que Son attention pour l’humanité dans les derniers jours. Bien que tu n’entendes pas Ses paroles, qui semblent ébranler les cieux et la terre, ne voies pas Ses yeux tels des flammes ardentes, ni ne sentes la discipline de Sa verge de fer, tu peux entendre Sa fureur dans Ses paroles et savoir qu’Il montre de la compassion pour l’humanité. Tu peux voir le tempérament juste de Dieu et Sa sagesse, ainsi que te rendre compte de Sa sollicitude pour l’humanité tout entière. Dieu œuvre dans les derniers jours pour permettre à l’homme de voir le Dieu du ciel vivre parmi les hommes sur terre et de Le connaître, Lui obéir, Le vénérer et L’aimer. C’est pourquoi Il S’est fait chair une deuxième fois. Bien que l’homme voie aujourd’hui un Dieu qui lui est identique, un Dieu avec un nez et deux yeux, un Dieu ordinaire, Dieu vous montrera que, sans cet homme, le ciel et la terre subiraient un changement colossal. Sans cet homme, le ciel s’obscurcirait, la terre serait plongée dans le chaos et toute l’humanité serait accablée par la famine et des plaies. Il vous montrera que, sans le salut de Dieu incarné dans les derniers jours, Dieu aurait depuis longtemps jeté l’humanité tout entière en enfer. Sans cette chair, vous seriez éternellement le chef des pécheurs et à jamais des cadavres. Vous devriez savoir que, sans cette chair, toute l’humanité ferait face à une calamité inévitable et peinerait à échapper à la punition encore plus sévère que Dieu infligera à l’humanité dans les derniers jours. Sans la naissance de cette chair ordinaire, vous seriez tous dans un état où ni la vie ni la mort ne vous sont accordées, malgré vos prières. Sans cette chair, vous ne pourriez pas recevoir la vérité ni vous présenter devant le trône de Dieu aujourd’hui. Vous seriez punis par Dieu à la place, à cause de vos graves péchés. Le saviez-vous ? Sans le retour de Dieu dans la chair, personne ne pourrait être sauvé. Sans la venue de cette chair, Dieu aurait depuis longtemps terminé l’ère ancienne. Alors, pouvez-vous toujours rejeter la deuxième incarnation de Dieu ? Puisque cet homme ordinaire vous apporte tant, pourquoi ne L’acceptez-vous pas volontiers ?

L’œuvre de Dieu est quelque chose que tu ne peux pas comprendre. Si tu ne sais pas si ta décision est bonne ni si l’œuvre de Dieu pourra réussir, alors pourquoi ne pas tenter ta chance et voir si cet homme ordinaire t’est d’une grande aide et si Dieu a fait une grande œuvre ? Cependant, Je dois te dire qu’au temps de Noé, les hommes mangeaient et buvaient, se mariaient et donnaient en mariage au point que Dieu ne supportait plus de le voir. Il a fait donc s’abattre un grand déluge pour détruire l’humanité, n’épargnant que les huit membres de la famille de Noé, ainsi que toutes sortes d’oiseaux et d’animaux. Dans les derniers jours, cependant, Dieu garde tous ceux qui Lui ont été fidèles jusqu’à la fin. Bien qu’il ait été insupportable à Dieu de voir ces deux époques de grande corruption et que l’humanité ait été tellement corrompue dans les deux ères qu’elle niait que Dieu est le Seigneur, Dieu n’a détruit que les hommes au temps de Noé. L’humanité L’a grandement affligé dans les deux ères, mais Il est resté patient jusqu’à présent avec les hommes des derniers jours. Pourquoi ? N’y avez-vous jamais réfléchi ? Si vous ne le savez vraiment pas, alors Je vais vous le dire. Dieu peut accorder la grâce aux hommes dans les derniers jours non pas parce qu’ils sont moins corrompus que les hommes au temps de Noé ou parce qu’ils se soint repentis devant Lui, et encore moins parce qu’Il ne supporte pas de détruire les hommes dans les derniers jours car la technologie a tant progressé. La raison est plutôt que Dieu a une œuvre à accomplir au sein d’un groupe d’hommes dans les derniers jours et qu’Il souhaite la faire lui-même dans Sa chair incarnée. En plus, Dieu souhaite sélectionner un nombre d’hommes de ce groupe pour en faire des objets de Son salut et les fruits de Son plan de gestion, ainsi que les emmener dans l’ère suivante. Par conséquent, quoi qu’il arrive, Dieu a purement payé ce prix en préparation de l’œuvre réalisée par Son incarnation dans les derniers jours. Si vous êtes parvenus à ce jour, c’est grâce à cette chair. Parce que Dieu vit dans la chair, vous avez la chance de survivre. Vous bénéficiez de toute cette chance en raison de cet homme ordinaire. En outre, à la fin, toutes les nations vénèreront cet homme ordinaire, rendront grâce à cet homme insignifiant et Lui obéiront, car la vérité, la vie et le chemin qu’Il a apportés ont sauvé toute l’humanité, apaisé le conflit entre l’homme et Dieu, réduit la distance entre eux et ouvert une connexion entre les pensées de Dieu et celles de l’homme. C’est également Lui qui a apporté encore plus de gloire à Dieu. Un homme ordinaire comme celui-là n’est-Il pas digne de ta confiance et de ton adoration ? Une chair si ordinaire n’est-elle pas digne d’être appelée Christ ? Un homme si ordinaire ne peut-Il pas être l’expression de Dieu parmi les hommes ? Un tel homme, qui a épargné les catastrophes à l’humanité, n’est-Il pas digne de votre amour et de votre désir de Le conserver ? Si vous rejetez les vérités qui sortent de Sa bouche et détestez Son existence parmi vous, alors quel sera votre sort ?

Extrait de « Le savais-tu ? Dieu a réalisé une grande chose parmi les hommes », dans La Parole apparaît dans la chair

229. Toute l’œuvre de Dieu dans les derniers jours est faite par le biais de cet homme ordinaire. Il t’octroiera tout et, de plus, pourra tout décider à ton sujet. Un tel homme peut-Il être comme tu le crois, c’est-à-dire si simple qu’Il ne mérite pas qu’on Le mentionne ? Sa vérité ne suffit-elle pas à vous convaincre complètement ? Avoir été témoins de Ses actes ne suffit-il pas à vous convaincre complètement ? Ou que le chemin sur lequel Il vous conduit n’est-il pas digne d’être emprunté ? Pourquoi ressentez-vous une aversion envers Lui ? Qu’est-ce qui vous pousse à Le rejeter et à L’éviter ? C’est Lui qui exprime la vérité, c’est Lui qui vous approvisionne de vérité et c’est Lui qui vous donne un chemin à suivre. Se pourrait-il que vous ne trouviez toujours pas de trace de l’œuvre de Dieu dans ces vérités ? Sans l’œuvre de Jésus, l’humanité n’aurait pas pu descendre de la croix, mais sans l’incarnation aujourd’hui, ceux qui descendent de la croix ne pourraient jamais être approuvés par Dieu ni entrer dans la nouvelle ère. Sans la venue de cet homme ordinaire, vous n’auriez jamais la chance ni le droit de voir le vrai visage de Dieu, car vous êtes tous des objets qui auraient dû être détruits il y a longtemps. En raison de la venue de Sa seconde incarnation, Dieu vous a pardonnés et vous a montré Sa miséricorde. Tout de même, Je dois vous laisser en fin de compte avec ces paroles : cet homme ordinaire, qui est Dieu incarné, est d’une importance vitale pour vous. Telle est la grande chose que Dieu a déjà réalisée parmi les hommes.

Extrait de « Le savais-tu ? Dieu a réalisé une grande chose parmi les hommes », dans La Parole apparaît dans la chair

230. Ceux qui souhaitent obtenir la vie sans compter sur la vérité prêchée par le Christ sont les gens les plus ridicules de la terre, et ceux qui n’acceptent pas le chemin de vie apporté par le Christ sont perdus dans l’imaginaire. Et donc, Je dis que ceux qui n’acceptent pas le Christ des derniers jours seront à jamais méprisés par Dieu. Le Christ est la porte d’entrée de l’homme dans le royaume au cours des derniers jours, et il n’y a personne qui puisse Le contourner. Nul ne peut être rendu parfait par Dieu si ce n’est par le Christ. Tu crois en Dieu, et tu dois donc accepter Ses paroles et obéir à Son chemin. Tu ne peux pas simplement penser à obtenir des bénédictions tout en étant incapable de recevoir la vérité et incapable d’accepter l’approvisionnement de la vie. Le Christ vient au cours des derniers jours pour que tous ceux qui croient vraiment en Lui puissent être approvisionnés de la vie. Son œuvre sert à terminer l’ancienne ère et à entrer dans la nouvelle, et Son œuvre est le chemin qui doit être pris par tous ceux qui entreraient dans la nouvelle ère. Si tu n’es pas capable de Le reconnaître, mais Le condamnes plutôt, blasphèmes contre Lui ou même Le persécutes, alors tu es condamné à brûler pour l’éternité et à ne jamais entrer dans le royaume de Dieu. Car ce Christ est Lui-même l’expression du Saint-Esprit, l’expression de Dieu, Celui qui a été chargé par Dieu de réaliser Son œuvre sur la terre. Et donc, Je dis que si tu ne peux pas accepter tout ce qui est fait par le Christ des derniers jours, alors tu blasphèmes contre le Saint-Esprit. La rétribution qui doit être subie par ceux qui blasphèment contre le Saint-Esprit est évidente pour tous. Je te dis aussi que si tu résistes au Christ des derniers jours, si tu rejettes Christ des derniers jours, il n’y aura personne d’autre pour en supporter les conséquences à ta place. En outre, à partir de ce jour, tu n’auras pas d’autre chance de gagner l’approbation de Dieu ; même si tu essayes de te racheter, tu ne verras plus jamais le visage de Dieu. Car Celui contre qui tu résistes n’est pas un homme, Celui que tu rejettes n’est pas un être chétif, mais le Christ. Sais-tu quelles en seront les conséquences ? Tu n’auras pas commis une petite erreur, mais un crime odieux. Et donc, Je conseille à chacun de ne pas montrer les crocs devant la vérité ou de faire des critiques imprudentes, car seule la vérité peut t’apporter la vie, et rien que la vérité peut te permettre de renaître et de revoir le visage de Dieu.

Extrait de « Seul le Christ des derniers jours peut montrer à l’homme le chemin de la vie éternelle », dans La Parole apparaît dans la chair

Précédent: III. Paroles sur le témoignage de la manifestation et l’œuvre de Dieu

Suivant: V. Paroles sur la relation entre chaque étape de l’œuvre de Dieu et le nom de Dieu

Contenu connexe

Chapitre 3

Aujourd’hui, ce n’est plus l’ère de la Grâce ni l’ère de la miséricorde, mais l’ère du Règne pendant laquelle le peuple de Dieu est exposé,...

Chapitre 26

De toutes les paroles que Dieu a prononcées, on peut voir que le jour de Dieu approche chaque jour. C’est comme si ce jour était juste...

Paramètres

  • Texte
  • Thèmes

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Interligne

Largeur de page

Contenu

Chercher

  • Rechercher ce texte
  • Rechercher ce livre