V Paroles classiques sur la relation entre chaque étape de l’œuvre de Dieu et le nom de Dieu

167. L’œuvre accomplie par Dieu Lui-même dans chaque ère contient l’expression de Son vrai tempérament, et à la fois Son nom et Son œuvre changent avec l’ère ; ils sont tous nouveaux. Durant l’ère de la Loi, l’œuvre consistant à guider les hommes a été faite sous le nom de l’Éternel, et la première étape de l’œuvre a été réalisée sur la terre. L’œuvre de cette étape consistait à construire le temple et l’autel, et à utiliser la loi pour guider le peuple d’Israël et pour œuvrer parmi le peuple. En guidant le peuple d’Israël, Il a lancé une base pour Son œuvre sur terre. De cette base, Il a étendu Son œuvre au-delà d’Israël, c’est-à-dire qu’à partir d’Israël, Il a étendu Son œuvre vers l’extérieur, de sorte que les générations suivantes ont graduellement appris que l’Éternel était Dieu et que c’était l’Éternel qui avait créé les cieux et la terre et toutes choses, et que c’était l’Éternel qui avait fait toutes les créatures. Il a étendu Son œuvre à travers le peuple d’Israël et au-delà. La terre d’Israël a été le premier lieu saint de l’œuvre de l’Éternel sur la terre, et c’est dans le pays d’Israël que Dieu est d’abord venu œuvrer sur la terre. C’était l’œuvre de l’ère de la Loi. Durant l’ère de la Grâce, Jésus a été le Dieu qui a sauvé l’homme. La grâce, l’amour, la compassion, la persévérance, la patience, l’humilité, la prévenance et la tolérance étaient les composantes de ce qu’Il avait et de ce qu’Il était, et beaucoup de l’œuvre qu’il a faite était pour la rédemption de l’homme. Son tempérament était compassion et amour, et parce qu’Il était compatissant et aimant, Il a dû être cloué sur la croix pour l’homme afin de montrer que Dieu aimait l’homme comme Lui-même, à tel point qu’Il S’est sacrifié Lui-même totalement. Au cours de l’ère de la Grâce, le nom de Dieu était Jésus, ce qui signifie que Dieu était un Dieu qui sauve l’homme et qu’Il était un Dieu compatissant et aimant. Dieu était avec l’homme. Son amour, Sa compassion et Son salut accompagnaient chaque personne. Ce n’est qu’en acceptant le nom et la présence de Jésus que l’homme a été capable de gagner la paix et la joie, de recevoir Sa bénédiction, Ses grandes et nombreuses grâces, et Son salut. Par la crucifixion de Jésus, tous ceux qui le suivaient reçurent le salut et furent pardonnés de leurs péchés. Durant l’ère de la Grâce, Jésus était le nom de Dieu. En d’autres termes, l’œuvre de l’ère de la Grâce a été faite principalement sous le nom de Jésus. Durant l’ère de la Grâce, Dieu était appelé Jésus. Il a entrepris une nouvelle œuvre au-delà de l’Ancien Testament, et Son œuvre a pris fin avec la crucifixion. Cela a été la totalité de Son œuvre. Par conséquent, durant l’ère de la Loi, l’Éternel était le nom de Dieu, et durant l’ère de la Grâce, le nom de Jésus représentait Dieu. Durant les derniers jours, Son nom est Dieu Tout-Puissant : le Tout-Puissant, qui utilise Sa puissance pour guider l’homme, conquérir l’homme, gagner l’homme et, à la fin, conclure l’ère. À chaque ère, à chaque étape de Son œuvre, le tempérament de Dieu est évident.

Extrait de « La vision de l’œuvre de Dieu (3) », dans La Parole apparaît dans la chair

168. « L’Éternel » est le nom que J’ai pris pendant Mon œuvre en Israël, et il signifie le Dieu des Israélites (le peuple élu de Dieu) qui peut avoir pitié de l’homme, maudire l’homme et guider la vie de l’homme, le Dieu qui possède une grande puissance et est plein de sagesse. « Jésus » est Emmanuel, et il signifie le sacrifice d’expiation qui est plein d’amour, plein de compassion et qui rachète l’homme. Il a fait l’œuvre de l’ère de la Grâce, Il représente l’ère de la Grâce et ne peut représenter qu’une partie de l’œuvre du plan de gestion. C’est-à-dire que seul l’Éternel est le Dieu du peuple élu d’Israël, le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac, le Dieu de Jacob, le Dieu de Moïse et le Dieu de tout le peuple d’Israël. Et ainsi à l’ère actuelle, tous les Israélites, à part le peuple juif, adorent l’Éternel. Ils Lui font des sacrifices sur l’autel et Le servent dans le temple, portant des vêtements sacerdotaux. Ce qu’ils espèrent, c’est la réapparition de l’Éternel. Seul Jésus est le Rédempteur de l’humanité et Il est le sacrifice d’expiation qui a racheté l’humanité du péché. C’est-à-dire que le nom de Jésus est venu de l’ère de la Grâce et a commencé à être utilisé en raison de l’œuvre de la rédemption à l’ère de la Grâce. Le nom de Jésus a commencé à être utilisé pour permettre aux gens de l’ère de la Grâce de renaître et d’être sauvés, et c’est un nom particulier pour la rédemption de l’humanité tout entière. Ainsi, le nom de Jésus représente l’œuvre de la rédemption et désigne l’ère de la Grâce. Le nom de l’Éternel est un nom particulier pour le peuple d’Israël qui a vécu sous la loi. Dans chaque ère et chaque étape de l’œuvre, Mon nom n’est pas sans fondement, mais a une signification représentative : chaque nom représente une ère. « L’Éternel » représente l’ère de la Loi et est honorifique pour le Dieu adoré par le peuple d’Israël. « Jésus » représente l’ère de la Grâce et est le nom du Dieu de tous ceux qui ont été rachetés pendant l’ère de la Grâce.

Extrait de « Le Sauveur est déjà revenu sur une “nuée blanche” », dans La Parole apparaît dans la chair

169. Quand Jésus est venu accomplir Son œuvre, c’était sous la direction du Saint-Esprit ; Il a agi comme le voulait le Saint-Esprit, et non conformément à l’ère de la Loi de l’Ancien Testament, ou à l’œuvre de l’Éternel. Bien que l’œuvre que Jésus est venu faire ne soit pas de respecter les lois de l’Éternel ou les commandements de l’Éternel, Ils n’avaient qu’une seule et même source. L’œuvre que Jésus a faite représentait le nom de Jésus et elle représentait l’ère de la Grâce ; quant à l’œuvre accomplie par l’Éternel, elle représentait l’Éternel et elle représentait l’ère de la Loi. Leur œuvre était l’œuvre d’un seul Esprit en deux ères différentes. L’œuvre que Jésus a faite ne pouvait représenter que l’ère de la Grâce et l’œuvre que l’Éternel a faite ne pouvait représenter que l’ère de la Loi de l’Ancien Testament. L’Éternel a seulement guidé le peuple d’Israël et d’Égypte, et le peuple de toutes les nations au-delà d’Israël. L’œuvre de Jésus dans l’ère de la Grâce du Nouveau Testament était l’œuvre de Dieu sous le nom de Jésus quand Il guidait l’ère. […] Bien qu’Ils soient appelés par deux noms différents, c’était le même Esprit qui accomplissait les deux étapes de l’œuvre et l’œuvre s’accomplissait de manière continue. Comme le nom était différent et le contenu de l’œuvre était différent, l’ère était différente. Lorsque l’Éternel est venu, cela a été l’ère de l’Éternel et quand Jésus est venu, cela a été l’ère de Jésus. Et donc, chaque fois que Dieu vient, Il a un nom, Il représente une ère et Il commence un nouveau chemin ; et sur chaque nouveau chemin, Il prend un nouveau nom, ce qui montre que Dieu est toujours nouveau et jamais ancien, et que Son œuvre ne cesse jamais de progresser dans la bonne direction. L’histoire avance toujours et l’œuvre de Dieu avance toujours. Pour que Son plan de gestion de six mille ans aboutisse, il doit continuer à progresser. Chaque jour, Il doit faire une nouvelle œuvre, chaque année, Il doit faire une nouvelle œuvre ; Il doit commencer de nouvelles voies, commencer de nouvelles ères, commencer une œuvre nouvelle et plus grande, et porter de nouveaux noms et faire une nouvelle œuvre.

Extrait de « La vision de l’œuvre de Dieu (3) », dans La Parole apparaît dans la chair

170. L’ère de la Grâce a commencé avec le nom de Jésus. Quand Jésus a commencé à exercer Son ministère, le Saint-Esprit a commencé à témoigner du nom de Jésus et le nom de l’Éternel n’était plus mentionné ; à la place, le Saint-Esprit a entrepris la nouvelle œuvre principalement sous le nom de Jésus. Le témoignage de ceux qui ont cru en Lui était en faveur de Jésus-Christ et le travail qu’ils ont fait était aussi pour Jésus-Christ. La conclusion de l’ère de la Loi de l’Ancien Testament signifiait que l’œuvre principalement accomplie sous le nom de l’Éternel avait pris fin. Après cela, le nom de Dieu ne fut plus l’Éternel ; à la place, Il fut appelé Jésus, et ensuite le Saint-Esprit commença l’œuvre principalement sous le nom de Jésus. Donc, quand, encore aujourd’hui, tu manges et bois les paroles de l’Éternel et appliques toujours le travail de l’ère de la Loi, n’observes-tu pas aveuglément la règle ? N’es-tu pas figé dans le passé ? Aujourd’hui, vous savez que les derniers jours sont arrivés. Quand Jésus viendra, sera-t-Il encore appelé Jésus ? L’Éternel avait dit au peuple d’Israël qu’un Messie viendrait, pourtant, quand Il est effectivement arrivé, on ne L’a pas appelé Messie, mais Jésus. Jésus a dit qu’Il reviendrait et qu’Il arriverait comme Il est parti. Telles furent les paroles de Jésus, mais as-tu été témoin de Son départ ? Jésus est parti sur un nuage blanc, mais reviendra-t-Il vraiment personnellement parmi les hommes sur un nuage blanc ? Si c’était le cas, ne serait-Il pas encore appelé Jésus ? Quand Jésus reviendra, l’ère aura déjà changé, alors pourra-t-Il encore être appelé Jésus ? Dieu est-Il seulement connu sous le nom de Jésus ? Dans une nouvelle ère, ne pourrait-Il pas être appelé par un nouveau nom ? L’image d’une personne et un nom particulier peuvent-ils représenter Dieu dans Sa totalité ? À chaque ère, Dieu fait une œuvre nouvelle et est appelé par un nouveau nom. Comment pourrait-Il accomplir la même œuvre dans des ères différentes ? Comment pourrait-Il rester accroché à ce qui est ancien ? Le nom de Jésus a été utilisé pour l’œuvre de la rédemption. Alors aura-t-Il encore le même nom pour Son retour dans les derniers jours ? Fera-t-Il encore l’œuvre de la rédemption ? Pourquoi l’Éternel et Jésus sont-Ils un alors qu’Ils ont des noms différents dans différentes ères ? N’est-ce pas parce que les ères de Leur œuvre sont différentes ? Un seul nom pourrait-il représenter Dieu dans Sa totalité ? Donc, Dieu doit avoir un nom différent pour une ère différente et Il doit utiliser ce nom pour changer et représenter l’ère, car aucun nom ne peut représenter pleinement Dieu Lui-même, et chaque nom ne peut que représenter l’aspect temporel du tempérament de Dieu pendant une ère donnée ; tout ce qu’il doit faire, c’est de représenter Son œuvre. Par conséquent, Dieu peut choisir le nom qui convient à Son tempérament pour représenter l’ensemble de l’ère. Peu importe que ce soit l’ère de l’Éternel ou l’ère de Jésus, chaque ère est représentée par un nom.

Extrait de « La vision de l’œuvre de Dieu (3) », dans La Parole apparaît dans la chair

171. En supposant que l’œuvre de Dieu dans chaque ère soit toujours la même et qu’Il soit toujours appelé du même nom, comment l’homme Le connaîtrait-il ? Dieu doit être appelé l’Éternel, et à part un Dieu appelé l’Éternel, celui qui est appelé par tout autre nom n’est pas Dieu. Autrement, Dieu peut seulement être Jésus et Dieu ne peut pas être appelé par un autre nom que Jésus ; à part Jésus, l’Éternel n’est pas Dieu et Dieu Tout-Puissant n’est pas Dieu non plus. L’homme croit qu’il est vrai que Dieu est tout-puissant, mais Dieu est un Dieu qui est avec l’homme ; Il doit être appelé Jésus, car Dieu est avec l’homme. Faire cela, c’est suivre la doctrine et confiner Dieu à un certain cadre. Donc, à chaque ère, l’œuvre que Dieu accomplit, le nom par lequel Il est appelé, l’image qu’Il assume et l’œuvre qu’Il fait à chaque étape, jusqu’à aujourd’hui, ne suivent pas une seule règle et ne sont soumis à aucune contrainte. Il est l’Éternel, mais Il est aussi Jésus, ainsi que le Messie et Dieu Tout-Puissant. Son œuvre peut changer graduellement, et Ses changements de nom correspondent. Aucun nom particulier ne peut Le représenter pleinement, mais tous les noms par lesquels Il est appelé peuvent Le représenter, et l’œuvre qu’Il fait à chaque ère représente Son tempérament.

Extrait de « La vision de l’œuvre de Dieu (3) », dans La Parole apparaît dans la chair

172. Certains disent que le nom de Dieu ne change pas, alors pourquoi l’Éternel change-t-Il Son nom en Jésus ? La prophétie avait annoncé la venue du Messie, alors pourquoi un homme nommé Jésus est-Il venu ? Pourquoi le nom de Dieu a-t-il changé ? Un tel travail n’a-t-il pas été réalisé il y a longtemps ? Dieu aujourd’hui ne peut-Il pas faire un nouveau travail ? Le travail d’hier peut être modifié et le travail de Jésus peut succéder à celui de l’Éternel. Le travail de Jésus alors ne pourrait-il pas être suivi d’un autre travail ? Si l’Éternel peut changer Son nom en Jésus, le nom de Jésus ne peut-il pas aussi changer ? Cela n’est pas rare, mais les gens le pensent[a] seulement à cause de leur simplicité d’esprit. Dieu sera toujours Dieu. Peu importe les changements de Son œuvre et de Son nom, Son tempérament et Sa sagesse restent toujours inchangés. Si tu crois que Dieu ne peut être appelé que par le nom de Jésus, alors tu connais trop peu. Oses-tu affirmer que Jésus est à jamais le nom de Dieu, que Dieu pour toujours et éternellement sera appelé Jésus, et que cela ne changera jamais ? Oses-tu affirmer avec certitude que c’est le nom de Jésus qui a conclu l’ère de la Loi et qui conclut aussi l’ère finale ? Qui peut dire que la grâce de Jésus peut conclure l’ère ?

Extrait de « Comment l’homme qui a délimité Dieu dans ses notions peut-il recevoir les révélations de Dieu ? », dans La Parole apparaît dans la chair

173. Est-ce que le nom de Jésus, « Dieu avec nous », pourrait représenter le tempérament de Dieu dans sa totalité ? Pourrait-il exprimer Dieu complètement ? Si l’homme dit que Dieu peut seulement être appelé Jésus et ne peut avoir aucun autre nom parce que Dieu ne peut pas changer Son tempérament, de telles paroles sont bel et bien un blasphème ! Crois-tu que le nom de Jésus, Dieu avec nous, peut à lui seul représenter Dieu dans Sa totalité ? Dieu peut avoir plusieurs noms, mais parmi ces nombreux noms, aucun ne peut cerner Dieu dans Sa totalité, aucun ne peut représenter pleinement Dieu. Et donc, Dieu a plusieurs noms, mais ces nombreux noms ne peuvent pas exprimer pleinement le tempérament de Dieu, car le tempérament de Dieu est tellement riche qu’il dépasse simplement la capacité de l’homme à Le connaître. Le langage de l’homme est incapable de résumer tout l’être de Dieu. L’homme n’a qu’un vocabulaire limité avec lequel cerner tout ce qu’il connaît du tempérament de Dieu : grand, honorable, merveilleux, insondable, suprême, saint, juste, sage, et ainsi de suite. Trop de mots ! Ce vocabulaire limité est incapable de décrire le peu du tempérament de Dieu dont l’homme a été témoin. Avec le temps, beaucoup de gens ont suggéré d’autres mots qu’ils pensaient mieux à même de décrire la ferveur de leur cœur : Dieu est tellement grand ! Dieu est tellement saint ! Dieu est tellement beau ! Aujourd’hui, des mots humains comme ceux-là ont atteint leur apogée, et pourtant l’homme est toujours incapable de s’exprimer clairement. Et donc, pour l’homme, Dieu a plusieurs noms et Il n’a pas seulement un nom, car l’être de Dieu est tellement riche, et le langage de l’homme est tellement pauvre. Un mot ou un nom particulier n’a pas la capacité de représenter Dieu dans Sa totalité, alors crois-tu qu’Il puisse prendre un nom fixe ? Dieu est si grand et si saint, pourquoi ne Lui permets-tu pas de changer Son nom à chaque nouvelle ère ? Ainsi, dans chaque ère où Dieu accomplit personnellement Sa propre œuvre, Il utilise un nom qui convient à l’ère afin d’englober toute l’œuvre qu’Il entend accomplir. Il utilise ce nom particulier, un nom qui possède une signification temporelle, pour représenter Son tempérament dans cette ère. Dieu utilise ainsi le langage de l’homme pour exprimer Son propre tempérament. Même ainsi, beaucoup de gens, qui ont eu une expérience spirituelle et ont personnellement vu Dieu, sentent néanmoins qu’un nom particulier est incapable de représenter Dieu dans Sa totalité. Hélas, cela ne peut être évité. Alors l’homme n’utilise plus aucun nom pour s’adresser à Dieu, mais L’appelle tout simplement « Dieu ». C’est comme si le cœur de l’homme était plein d’amour, mais aussi en proie à des contradictions, car l’homme ne sait pas comment expliquer Dieu. L’être de Dieu est tellement riche qu’il n’y a tout simplement aucun moyen de Le décrire. Aucun nom par lui-même ne peut résumer le tempérament de Dieu, et aucun nom en lui-même ne peut décrire tout ce que Dieu a et est. Si quelqu’un Me demande : « Quel nom exactement utilises-Tu ? », Je lui dis : « Dieu est Dieu ! » N’est-ce pas le meilleur nom pour Dieu ? N’est-ce pas la meilleure manière de bien cerner le tempérament de Dieu ? Alors, pourquoi consacrer tant d’efforts à la recherche du nom de Dieu ? Pourquoi réfléchir tellement, se priver de nourriture et de sommeil à cause d’un nom ? Le jour viendra où Dieu ne sera pas appelé l’Éternel, Jésus ou le Messie : Il sera simplement appelé le Créateur. À ce moment-là, tous les noms qu’Il aura pris sur la terre arriveront à leur fin, car Son œuvre sur la terre aura pris fin. Après cela, Ses noms ne seront plus. Lorsque toutes les choses se trouveront sous la domination du Créateur, quel besoin aura-t-Il d’un nom très approprié, mais incomplet ? Cherches-tu encore le nom de Dieu maintenant ? Oses-tu encore dire que Dieu est seulement appelé l’Éternel ? Oses-tu encore dire que Dieu peut seulement être appelé Jésus ? Peux-tu assumer le péché de blasphème contre Dieu ? Tu devrais savoir que Dieu n’avait pas de nom à l’origine. Il a pris un, deux ou plusieurs noms seulement parce qu’Il avait une œuvre à faire et qu’Il devait gérer l’humanité. Quel que soit le nom que l’on utilise, ne l’a-t-Il pas librement choisi Lui-même ? Aurait-Il besoin de toi, une de Ses créations, pour faire ce choix ? Le nom par lequel Dieu est appelé est un nom qui s’accorde avec ce que l’homme est capable de comprendre grâce au langage de l’homme, mais ce nom n’est pas quelque chose que l’homme peut complètement cerner. Tu peux seulement dire qu’il y a un Dieu dans le ciel, qu’Il est appelé Dieu, qu’Il est Dieu Lui-même doté d’une grande puissance, tellement sage, tellement élevé, tellement merveilleux, tellement mystérieux et tellement puissant, et puis tu ne peux pas en dire plus. Ce peu de choses est tout ce que tu peux savoir. Cela étant, le simple nom de Jésus peut-il représenter Dieu Lui-même ? À l’arrivée des derniers jours, bien que ce soit encore Dieu qui accomplisse Son œuvre, Son nom doit changer, car c’est une ère différente.

Extrait de « La vision de l’œuvre de Dieu (3) », dans La Parole apparaît dans la chair

174. Chaque fois que Dieu vient sur la terre, Il change Son nom, Son sexe, Son image et Son œuvre ; Il ne répète pas Son œuvre et Il est toujours nouveau et jamais ancien. Quand Il est venu auparavant, Il était appelé Jésus ; pourrait-Il encore être appelé Jésus quand Il reviendra cette fois ? Quand Il est venu avant, Il était homme. Pourrait-Il être homme cette fois encore ? Quand Il est venu au cours de l’ère de la Grâce, Son œuvre a été d’être cloué sur la croix ; quand Il reviendra, peut-Il encore racheter l’humanité du péché ? Peut-Il encore être cloué sur une croix ? Ne serait-ce pas une répétition de Son œuvre ? Ne sais-tu pas que Dieu est toujours nouveau et jamais ancien ? Certains disent que Dieu est immuable. C’est exact, mais cela fait référence à l’immuabilité du tempérament et de la substance de Dieu. Ses changements de nom et d’œuvre ne prouvent pas que Son essence a changé ; en d’autres termes, Dieu sera toujours Dieu, et cela ne changera jamais. Si tu dis que l’œuvre de Dieu reste toujours la même, alors comment pourrait-Il achever Son plan de gestion de six mille ans ? Tu sais simplement que Dieu est à jamais immuable, mais sais-tu que Dieu est toujours nouveau et jamais ancien ? Si l’œuvre de Dieu ne changeait jamais, alors aurait-Il pu amener l’humanité jusqu’à aujourd’hui ? Si Dieu est immuable, alors comment se fait-il qu’Il ait déjà accompli l’œuvre de deux ères ? Son œuvre progresse toujours, ce qui veut dire que Son tempérament est progressivement révélé à l’homme, et ce qui est révélé est Son tempérament inhérent. Au commencement, le tempérament de Dieu était caché de l’homme. Il ne révélait jamais Son tempérament à l’homme et l’homme ne Le connaissait tout simplement pas. En raison de cela, Il utilise Son œuvre pour révéler progressivement Son tempérament à l’homme, mais cela ne signifie pas que Son tempérament change à chaque ère. Ce n’est pas vrai que le tempérament de Dieu change constamment parce que Sa volonté change toujours. Au contraire, parce que l’œuvre de Dieu est réalisée dans différentes ères, Son tempérament inhérent dans Sa totalité est progressivement révélé à l’homme, de sorte que l’homme peut Le connaître. Mais cela ne prouve pas du tout que Dieu, à l’origine, n’avait pas un tempérament particulier et que Son tempérament a progressivement changé avec le passage des ères : une telle croyance serait erronée. Dieu révèle à l’homme Son tempérament inhérent particulier, ce qu’Il est, selon le passage des ères. L’œuvre d’une seule ère ne peut pas exprimer tout le tempérament de Dieu. Ainsi, les paroles « Dieu est toujours nouveau et jamais ancien » font référence à Son œuvre, et les paroles « Dieu est immuable » font référence à ce que Dieu a et à ce qu’Il est de manière inhérente. Peu importe, tu ne peux pas ramener l’œuvre de six mille ans à un instant ou le décrire par des paroles inertes. Telle est la stupidité de l’homme. Dieu n’est pas aussi simple que l’homme l’imagine et Son œuvre ne cessera pas après une seule ère. L’Éternel, par exemple, ne sera pas toujours le nom de Dieu ; Dieu peut aussi accomplir Son œuvre sous le nom de Jésus, ce qui démontre que l’œuvre de Dieu progresse toujours vers l’avant.

Dieu sera toujours Dieu et Il ne deviendra jamais Satan ; Satan sera toujours Satan et il ne deviendra jamais Dieu. La sagesse de Dieu, la splendeur de Dieu, la justice de Dieu et la majesté de Dieu ne changeront jamais. Son essence, ce qu’Il a et ce qu’Il est ne changeront jamais. Quant à Son œuvre, cependant, elle est toujours en progression, s’approfondit toujours, car Dieu est toujours nouveau et jamais ancien. À chaque ère, Dieu prend un nouveau nom, à chaque ère, Il accomplit une nouvelle œuvre, et à chaque ère, Il permet à Ses créations de voir Sa nouvelle volonté et Son nouveau tempérament. Si les gens ne voient pas l’expression du nouveau tempérament de Dieu dans la nouvelle ère, ne Le cloueront-ils pas sur la croix éternellement ? Et ce faisant, ne définiraient-ils pas Dieu ?

Extrait de « La vision de l’œuvre de Dieu (3) », dans La Parole apparaît dans la chair

175. Si l’homme M’appelle toujours Jésus-Christ, mais ne sait pas que J’ai inauguré une nouvelle ère au cours des derniers jours et que Je Me suis engagé dans une nouvelle œuvre, et si l’homme continue à attendre l’arrivée de Jésus le Sauveur de façon obsessionnelle, alors J’appellerai de telles personnes celles qui ne croient pas en Moi. Ce sont des personnes qui ne Me connaissent pas et leur croyance en Moi est fausse. Ces personnes pourraient-elles témoigner de l’arrivée du Sauveur Jésus du ciel ? Ce qu’ils attendent n’est pas Mon arrivée, mais l’arrivée du Roi des Juifs. Ils n’ont pas un profond désir que J’anéantissent ce vieux monde impur, mais ont très envie plutôt de la seconde venue de Jésus, après quoi ils seront rachetés. De nouveau, ils attendent avec impatience que Jésus rachète toute l’humanité de cette terre souillée et injuste. Comment de telles personnes peuvent-elles devenir celles qui accomplissent Mon œuvre dans les derniers jours ? Les désirs de l’homme ne peuvent réaliser Mes vœux ou accomplir Mon œuvre, car l’homme ne fait qu’admirer ou chérir l’œuvre que J’ai accomplie auparavant et n’a aucune idée que Je suis le Dieu Lui-même qui est toujours nouveau et jamais vieux. L’homme sait seulement que Je suis l’Éternel, et Jésus, et ne se doute pas du tout que Je suis le Dernier qui amènera l’humanité à sa fin. Tout ce que l’homme désire et connaît vient de ses propres notions et n’est que ce qu’il peut voir de ses propres yeux. Ce n’est pas conforme à l’œuvre que Je fais, mais en discordance avec elle.

Extrait de « Le Sauveur est déjà revenu sur une “nuée blanche” », dans La Parole apparaît dans la chair

176. Si l’homme avait toujours très envie de voir l’arrivée de Jésus le Sauveur au cours des derniers jours et s’il s’attendait toujours à ce qu’Il arrive sous l’image qu’Il avait en Judée, alors tout le plan de gestion de six mille ans se serait arrêté à l’ère de la rédemption et ne pourrait pas avoir progressé davantage. Par ailleurs, les derniers jours n’arriveraient jamais et l’ère ne serait jamais terminée. C’est parce que Jésus le Sauveur est seulement pour la rédemption et le salut de l’humanité. J’ai pris le nom de Jésus seulement pour tous les pécheurs dans l’ère de la Grâce, mais ce n’est pas le nom par lequel Je vais mettre fin à toute l’humanité. Bien que l’Éternel, Jésus et le Messie représentent tous Mon Esprit, ces noms ne désignent que les différentes ères de Mon plan de gestion et ne Me représentent pas dans Ma totalité. Les noms par lesquels les gens de la terre M’appellent ne peuvent pas définir tout Mon tempérament et tout ce que Je suis. Ce sont simplement des noms différents par lesquels Je suis appelé dans différentes ères. Et ainsi, quand l’ère finale – l’ère des derniers jours – arrive, Mon nom change encore. Je ne dois pas être appelé l’Éternel, ou Jésus, et encore moins le Messie, mais Je dois être appelé le grand Dieu Tout-Puissant Lui-même, et sous ce nom Je mets un terme à toute l’ère. J’étais autrefois connu comme l’Éternel. J’ai aussi été appelé le Messie, et les gens M’ont déjà appelé Jésus le Sauveur, avec amour et estime. Aujourd’hui, cependant, Je ne suis plus l’Éternel ou Jésus que les gens ont connu dans le passé ; Je suis le Dieu qui est revenu dans les derniers jours, le Dieu qui mettra fin à l’ère. Je suis le Dieu Lui-même qui Se lève des extrémités de la terre, rempli de tout Mon tempérament et plein d’autorité, d’honneur et de gloire. Les gens ne sont jamais entrés en relation avec Moi, ne M’ont jamais connu et ont toujours ignoré Mon tempérament. Depuis la création du monde jusqu’à aujourd’hui, personne ne M’a vu. C’est le Dieu qui apparaît à l’homme dans les derniers jours, mais qui est caché parmi les hommes. Il vit parmi les hommes, vrai et réel, comme le soleil brûlant et la flamme vive, rempli de pouvoir et débordant d’autorité. Il n’y a pas une seule personne ou chose qui ne sera pas jugée par Mes paroles, et pas une seule personne ou chose qui ne sera pas purifiée par le feu ardent. Finalement, toutes les nations seront bénies grâce à Mes paroles et aussi brisées en pièces à cause de Mes paroles. De cette façon, tous les peuples au cours des derniers jours verront que Je suis le Sauveur revenu et que Je suis le Dieu Tout-Puissant qui conquiert toute l’humanité. Et tous verront que J’ai déjà été le sacrifice d’expiation pour l’homme, mais que dans les derniers jours Je deviens aussi les flammes du soleil qui incinère toutes choses, ainsi que le Soleil de justice qui révèle toutes choses. Telle est Mon œuvre dans les derniers jours. J’ai pris ce nom et J’ai ce tempérament afin que tous les gens puissent voir que Je suis un Dieu juste, le Soleil brûlant et la flamme vive, et afin que tous M’adorent, l’unique vrai Dieu, et afin qu’ils voient Ma vraie face : Je ne suis pas seulement le Dieu des Israélites, et Je ne suis pas seulement le Rédempteur ; Je suis le Dieu de toutes les créatures dans les cieux, sur la terre et dans les mers.

Extrait de « Le Sauveur est déjà revenu sur une “nuée blanche” », dans La Parole apparaît dans la chair

Note de bas de page :

a. Le texte original dit : « c’est-à-dire ».

Précédent : V. Paroles essentielles sur la connaissance de l’œuvre de Dieu

Suivant : VII. Paroles essentielles sur la Bible

Nous sommes déjà dans les derniers jours. Savez-vous comment faire pour accueillir le Seigneur et être enlevés jusqu’au royaume des cieux? Contactez-nous dès maintenant pour en discuter.
Contactez-nous
Contactez-nous par Whatsapp

Contenu connexe

Paramètres

  • Texte
  • Thèmes

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Interligne

Largeur de page

Contenu

Chercher

  • Rechercher ce texte
  • Rechercher ce livre