4. Le but et la signification de l’œuvre de Dieu à l’ère de la Grâce

Versets bibliques pour référence :

« Dieu, en effet, n’a pas envoyé son Fils dans le monde pour qu’il juge le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui » (Jean 3:17).

Paroles de Dieu concernées :

Jésus représente toute l’œuvre de l’ère de la Grâce. Il S’est incarné dans la chair, a été cloué sur la croix et Il a aussi initié l’ère de la Grâce. Il a été crucifié pour accomplir l’œuvre de rédemption, mettre fin à l’ère de la Loi et initier l’ère de la Grâce. Il a ainsi été appelé le « Chef suprême », le « Sacrifice d’expiation » et le « Rédempteur ». Par conséquent, l’œuvre de Jésus avait un contenu différent de l’œuvre de l’Éternel, même si leur principe était identique. L’Éternel a initié l’ère de la Loi, en établissant le fondement – le point d’origine – pour l’œuvre de Dieu sur terre, et en édictant les lois et les commandements. Ce sont les deux composantes de l’œuvre qu’Il a réalisées et elles représentent l’ère de la Loi. L’œuvre que Jésus a réalisée à l’ère de la Grâce n’avait pas pour objectif d’édicter des lois, mais de les accomplir, introduisant ainsi l’ère de la Grâce et mettant un terme à l’ère de la Loi qui avait duré deux mille ans. Il fut le pionnier, qui est venu pour initier l’ère de la Grâce, même si la majeure partie de Son œuvre reposait sur la rédemption. Et ainsi, Son œuvre était également double : l’inauguration d’une nouvelle ère et l’accomplissement de l’œuvre de rédemption par Sa crucifixion, à la suite de quoi Il est parti. Désormais, l’ère de la Loi était finie et l’ère de la Grâce commençait.

L’œuvre que Jésus a réalisée était conforme aux besoins de l’homme à cette ère. Sa tâche était de racheter l’humanité, de lui pardonner ses péchés, et ainsi, tout Son tempérament était humilité, patience, amour, piété, tolérance, miséricorde et bienveillance. Il a apporté grâce et bénédictions en abondance à l’humanité, et toutes les choses dont les hommes pouvaient effectivement jouir ; Il les leur donna pour leur plaisir : paix et bonheur, Sa tolérance et Son amour, Sa miséricorde et Sa bienveillance. À cette époque-là, le nombre important de plaisirs auxquels les hommes étaient confrontés – le sentiment de paix et de sécurité intérieures, l’impression d’apaisement dans leur esprit et leur dépendance à l’égard de Jésus le Sauveur – ont peuplé toute l’ère dans laquelle ils vivaient. À l’ère de la Grâce, l’homme avait déjà été corrompu par Satan. Ainsi, afin de pouvoir produire un effet, réussir l’œuvre de rédemption de toute l’humanité exigeait de la grâce en abondance, une tolérance et une patience infinies, et plus encore, une offrande appropriée pour expier les péchés de l’humanité. Ce que l’humanité a vu à l’ère de la Grâce était simplement Mon offrande pour l’expiation des péchés de l’humanité : Jésus. Tout ce que les hommes savaient, c’était que Dieu pouvait être miséricordieux et tolérant, et tout ce qu’ils voyaient était la miséricorde et la bienveillance de Jésus. Tout cela était ainsi parce qu’ils étaient nés à l’ère de la Grâce. Et par conséquent, avant de pouvoir être rachetés, ils devaient jouir de la diversité des grâces accordées par Jésus afin d’en tirer profit. De cette façon, leurs péchés pouvaient leur être pardonnés par la jouissance de la grâce et ils pouvaient aussi avoir la chance d’être rachetés en jouissant de la tolérance et de la patience de Jésus. Ce n’est que par la tolérance et la patience de Jésus qu’ils ont acquis le droit de recevoir le pardon et de jouir de la grâce abondante accordée par Jésus. Tout comme Jésus l’a dit : Je suis venu racheter non pas les justes, mais les pécheurs, afin de permettre aux pécheurs d’avoir leurs péchés pardonnés. Si, en prenant chair, Jésus avait apporté un tempérament de jugement, de malédiction et d’intolérance envers les offenses de l’homme, alors l’homme n’aurait jamais eu la chance d’être racheté et serait resté pécheur à jamais. Si cela avait été ainsi, le plan de gestion de six mille ans aurait pris fin à l’ère de la Loi, et l’ère de la Loi aurait été prolongée de six mille ans. Les péchés de l’homme se seraient multipliés et aggravés, et la création de l’humanité n’aurait servi à rien. Les hommes auraient seulement été capables de servir l’Éternel conformément à la loi, mais leurs péchés auraient dépassé ceux des premiers humains créés. Plus Jésus aimait les hommes, leur pardonnant leurs péchés et leur apportant suffisamment de miséricorde et de bienveillance, plus les hommes pouvaient être sauvés par Jésus, être appelés les brebis égarées que Jésus avait ramenées avec grand effort. Satan ne pouvait s’immiscer dans cette œuvre, car Jésus S’occupait de Ses disciples comme une mère aimante s’occupe de l’enfant contre son sein. Il n’est pas devenu furieux ni dédaigneux envers eux, mais Se montrait totalement rassurant ; Il ne S’est jamais emporté au milieu d’eux, mais a supporté leurs péchés et ignoré leur folie et leur ignorance, au point de dire : « Pardonnez aux autres jusqu’à soixante-dix fois sept fois ». Ainsi, les hommes eurent le cœur transformé par Son cœur, et ce n’est qu’ainsi qu’ils obtinrent le pardon de leurs péchés par Sa tolérance.

Extrait de « La véritable histoire de l’œuvre de l’ère de la Rédemption », dans La Parole apparaît dans la chair

Même si Jésus, dans Son incarnation, était entièrement dépourvu d’émotion, Il a toujours réconforté Ses disciples, pourvoyant à leurs besoins, les aidant et les soutenant. En dépit de l’importance de Son œuvre ou de l’importance de la souffrance qu’Il a endurée, Il n’a jamais eu d’exigences démesurées envers les hommes, mais a toujours été patient et tolérant vis-à-vis de leurs péchés, à tel point que les hommes de l’ère de la Grâce L’appelaient affectueusement « le Sauveur Jésus digne d’amour ». Pour les gens de cette époque – pour tous les gens – ce que Jésus avait et était, c’était miséricorde et bienveillance. Il ne retenait jamais les transgressions des hommes, et Son traitement à leur égard n’était jamais fondé sur leurs transgressions. Comme il s’agissait d’une ère différente, Il donnait souvent une nourriture abondante aux hommes afin qu’ils puissent manger à leur faim. Il traitait tous Ses disciples avec grâce, guérissant les malades, chassant les démons, ressuscitant les morts. Afin que les hommes puissent croire en Lui et voir que tout ce qu’Il faisait, Il le faisait avec ferveur et sincérité, Il a été jusqu’à ressusciter un corps en décomposition, leur montrant, qu’entre Ses mains, même les morts pouvaient revenir à la vie. C’est ainsi qu’Il a enduré en silence et a réalisé Son œuvre de rédemption parmi les hommes. Même avant qu’Il ne fût cloué sur la croix, Jésus avait déjà pris sur Lui les péchés de l’humanité et était déjà devenu un sacrifice d’expiation pour l’humanité. Même avant d’être crucifié, Il avait ouvert la voie vers la croix afin de racheter l’humanité. Finalement, Il a été cloué sur la croix, Se sacrifiant pour la croix, et Il a accordé à l’humanité toute Sa miséricorde, Sa bienveillance et Sa sainteté. Il a toujours été tolérant envers l’humanité, et jamais vengeur, pardonnant aux hommes leurs péchés, les exhortant à se repentir, leur apprenant à avoir de la patience, de la tolérance et de l’amour, les exhortant à suivre Ses pas et à se sacrifier pour la croix. Son amour pour les frères et sœurs dépassait Son amour pour Marie. L’œuvre qu’Il réalisait prenait pour principe de soigner les malades et de chasser les démons, tout cela en faveur de Sa rédemption. Peu importe où Il allait, Il traitait tous ceux qui Le suivaient avec grâce. Il rendait riches les pauvres, faisait marcher les paralysés, voir les aveugles et entendre les sourds. Il a même invité les plus faibles, les pauvres, les pécheurs, à venir s’asseoir à Sa table, sans jamais les mépriser, mais en étant toujours patient, disant même : quand un berger égare l’une de ses cent brebis, il laisse les quatre-vingt-dix-neuf autres brebis pour rechercher la brebis égarée, et lorsqu’il la trouvera, il s’en réjouira grandement. Il a aimé Ses disciples comme une brebis aime ses agneaux. Même si ces hommes étaient insensés et ignorants, et étaient pécheurs à Ses yeux, et de plus, étaient les membres les plus humbles de la société, Il considérait ces pécheurs – des hommes que d’autres méprisaient – comme la prunelle de Ses yeux. Puisqu’Il les préférait, Il a donné Sa vie pour eux, comme une brebis qui serait sacrifiée sur l’autel. Il Se tenait parmi eux comme s’Il était leur serviteur, les laissant L’utiliser et Le mettre à mort, Se soumettant à eux inconditionnellement. Pour Ses disciples, Il était le Sauveur Jésus digne d’amour, mais pour les pharisiens qui sermonnaient les gens du haut de leur piédestal, Il ne manifestait aucune miséricorde ni bienveillance, mais de la haine et du ressentiment. Il n’a pas beaucoup œuvré parmi les pharisiens, ne les sermonnant ou réprimandant qu’occasionnellement. Il ne S’est pas tenu parmi eux pour réaliser l’œuvre de rédemption et Il n’a pas non plus accompli de signes ni de miracles. Il a accordé toute Sa miséricorde et Sa bienveillance à Ses disciples, endurant et subissant jusqu’au bout toutes les humiliations pour ces pécheurs lorsqu’Il fut cloué sur la croix, jusqu’à ce qu’Il eût racheté entièrement toute l’humanité. Telle était Son œuvre dans sa totalité.

Sans la rédemption de Jésus, les hommes auraient vécu à jamais dans le péché et seraient devenus à jamais les rejetons du péché, les descendants des démons. Continuant ainsi, le monde entier serait devenu le territoire de Satan, son lieu de résidence. Cependant, l’œuvre de rédemption exigeait de la miséricorde et de la bienveillance à l’égard de l’humanité. Ce n’est que grâce à cela que l’humanité a pu recevoir le pardon et acquérir finalement le droit d’être rendue complète et entièrement gagnée par Dieu. Sans cette étape de l’œuvre, le plan de gestion de six mille ans n’aurait pu progresser. Si Jésus n’avait pas été crucifié, s’Il n’avait fait que guérir les malades et exorciser les démons, alors les hommes n’auraient pas pu être complètement pardonnés de leurs péchés. Au cours des trois années et demie que Jésus a passées sur terre à réaliser Son œuvre, Il n’a accompli que la moitié de Son œuvre de rédemption. Ensuite, en étant cloué sur la croix et en prenant l’apparence de la chair pécheresse, en étant livré au mal, Il a accompli l’œuvre de crucifixion et maîtrisé le destin de l’humanité. Ce n’est qu’après avoir été livré aux mains de Satan qu’Il a racheté l’humanité. Pendant trente-trois ans et demi, Il a souffert sur la terre, été ridiculisé, calomnié et abandonné, au point même qu’Il n’avait nulle part où poser Sa tête, nulle part où Se reposer, et Il a ensuite été crucifié, Son être tout entier – un corps saint et innocent – cloué à la croix. Il a enduré toutes sortes de souffrances possibles. Les dirigeants se sont moqués de Lui et L’ont fouetté, et les soldats Lui ont même craché au visage. Pourtant, Il a gardé le silence et a enduré jusqu’au bout, Se soumettant inconditionnellement jusqu’à la mort, à la suite de quoi, Il a racheté toute l’humanité. Ce n’est qu’alors qu’Il a pu trouver le repos. L’œuvre que Jésus a réalisée ne représente que l’ère de la Grâce ; elle ne représente pas l’ère de la Loi, ni n’est-elle un substitut de l’œuvre des derniers jours. C’est l’essence de l’œuvre de Jésus à l’ère de la Grâce, la deuxième ère que l’humanité a traversée : l’ère de la Rédemption.

Extrait de « La véritable histoire de l’œuvre de l’ère de la Rédemption », dans La Parole apparaît dans la chair

« Jésus » est Emmanuel, et il signifie le sacrifice d’expiation qui est plein d’amour, plein de compassion et qui rachète l’homme. Il a fait l’œuvre de l’ère de la Grâce, Il représente l’ère de la Grâce et ne peut représenter qu’une partie de l’œuvre du plan de gestion. […] Seul Jésus est le Rédempteur de l’humanité et Il est le sacrifice d’expiation qui a racheté l’humanité du péché. C’est-à-dire que le nom de Jésus est venu de l’ère de la Grâce et a commencé à être utilisé en raison de l’œuvre de la rédemption à l’ère de la Grâce. Le nom de Jésus a commencé à être utilisé pour permettre aux gens de l’ère de la Grâce de renaître et d’être sauvés, et c’est un nom particulier pour la rédemption de l’humanité tout entière. Ainsi, le nom de Jésus représente l’œuvre de la rédemption et désigne l’ère de la Grâce. […] « Jésus » représente l’ère de la Grâce et est le nom du Dieu de tous ceux qui ont été rachetés pendant l’ère de la Grâce.

Extrait de « Le Sauveur est déjà revenu sur une “nuée blanche” », dans La Parole apparaît dans la chair

À l’époque, l’œuvre de Jésus était la rédemption de toute l’humanité. Les péchés de tous ceux qui croyaient en Lui étaient pardonnés ; tant que l’on croyait en Lui, Il nous rachetait ; si l’on croyait en Lui, nous n’étions plus des pécheurs, nos péchés étaient pardonnés. C’est cela que signifiait être sauvé et être justifié par la foi. Pourtant, chez ceux qui croyaient, il y avait un reste de rébellion et d’opposition à Dieu, qui devait être encore retiré lentement. Le salut ne signifiait pas que l’homme avait été complètement gagné par Jésus, mais que l’homme n’appartenait plus au péché, que ses péchés avaient été pardonnés : à condition que l’on croie, on n’appartenait plus jamais au péché.

Extrait de « La vision de l’œuvre de Dieu (2) », dans La Parole apparaît dans la chair

Précédent: 3. Le but et la signification de l’œuvre de Dieu à l’ère de la Loi

Suivant: 5. Seuls le jugement et le châtiment de Dieu dans les derniers jours constituent Son œuvre critique et déterminante du salut de l’humanité

Nous sommes déjà dans les derniers jours. Savez-vous comment faire pour accueillir le Seigneur et être enlevés jusqu’au royaume des cieux? Contactez-nous dès maintenant pour en discuter.
Contactez-nous
Contactez-nous par Whatsapp

Contenu connexe

4. Comment les trois étapes de l’œuvre de Dieu s’approfondissent-elles progressivement, de sorte que les gens soient sauvés et amenés à la perfection ?

Toute la gestion de Dieu est divisée en trois étapes, et à chaque étape, des exigences appropriées sont présentées à l’homme. En outre, pendant que les ères passent et progressent, les exigences de Dieu envers l’humanité deviennent de plus en plus élevées. Ainsi, étape par étape, ce travail de gestion de Dieu atteint son point culminant, jusqu’à ce que l’homme reconnaisse « la manifestation de la Parole dans la chair », et alors les exigences envers l’homme deviennent encore plus élevées, et les exigences envers l’homme de rendre témoignage deviennent encore plus élevées.

Question (2) : Nous croyons, en ayant la foi et en suivant le Seigneur, nous pouvons obtenir la vie éternelle. La parole du Seigneur confirme ceci : Jésus lui dit : « Je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi vivra, quand même il serait mort ; et quiconque vit et croit en moi ne mourra jamais » (Jean 11:25-26). « Mais celui qui boira de l’eau que je lui donnerai n’aura jamais soif, et l’eau que je lui donnerai deviendra en lui une source d’eau qui jaillira jusque dans la vie éternelle » (Jean 4:14). Ces versets sont la promesse du Seigneur Jésus. Le Seigneur Jésus peut nous accorder la vie éternelle, le chemin du Seigneur Jésus est le chemin vers la vie éternelle. Et la Bible dit aussi, « Celui qui croit au Fils a la vie éternelle ; celui qui ne croit pas au Fils ne verra point la vie, mais la colère de Dieu demeure sur lui » (Jean 3:36). Le Seigneur Jésus, pas le Fils de l’homme, n’est-Il pas Christ ? En croyant en le Seigneur Jésus, Mais tu certifies que le Christ des derniers jours nous amènera sur le chemin vers la vie éternelle. Je ne comprends pas bien ceci, nous suivons tous le Seigneur Jésus-Christ. Pourquoi n’est-ce pas suffisant pour obtenir le chemin vers la vie éternelle ? Pourquoi donc devons-nous aussi accepter les paroles et l’œuvre de Christ des derniers jours ?

Réponse :Le Seigneur Jésus est Dieu fait chair, est l’apparition de Dieu. Le Seigneur Jésus a dit, « Et quiconque vit et croit en moi ne...

Paramètres

  • Texte
  • Thèmes

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Interligne

Largeur de page

Contenu

Chercher

  • Rechercher ce texte
  • Rechercher ce livre