Chapitre 38

Selon les traits inhérents de l’humanité, c’est-à-dire le vrai visage de l’humanité, avoir pu continuer jusqu’à maintenant n’a pas été chose facile, et ce n’est qu’ainsi que la grande puissance de Dieu est devenue apparente. En se basant sur l’essence de la chair ainsi que sur le fait que l’homme a été soumis à la corruption du grand dragon rouge jusqu’à présent, comment l’humanité pourrait-elle encore tenir aujourd’hui sans la direction de l’Esprit de Dieu ? L’homme n’est pas digne de se présenter devant Dieu, mais Il aime l’humanité en raison de Sa gestion et pour que Sa grande œuvre soit accomplie sans délai. En vérité, aucun homme ne peut rendre à Dieu Son amour pour l’humanité durant toute sa vie. Certains souhaitent peut-être restituer la grâce de Dieu en sacrifiant leur vie, mais Je te le dis : l’homme est indigne de mourir devant Dieu, et donc sa mort serait vaine, car, pour Dieu, la mort d’un homme n’est même pas digne d’être mentionnée ni ne vaut un centime, tout comme la mort d’une fourmi à terre. Je conseille aux hommes de ne pas se croire si précieux et de ne pas penser que mourir pour Dieu a un grand poids, tel le mont Tai. En fait, la mort d’un homme est une question aussi légère qu’une plume. Elle n’est pas digne d’être mentionnée. Mais encore une fois, la chair de l’homme est, par nature, condamnée à mourir et donc, à la fin, le corps physique doit finir sur la terre. Tels sont les faits réels que nul ne peut nier. C’est une « loi de la nature » que J’ai résumée à partir de l’ensemble de l’expérience de la vie humaine. Et donc Dieu a défini la fin de l’homme de cette façon sans que l’on s’en rende compte. Comprends-tu ? Pas étonnant que Dieu dise : « Je méprise la désobéissance de l’humanité. J’ignore pourquoi. C’est comme si Je haïssais l’homme depuis le commencement, et pourtant, J’ai profondément pitié de lui. Ainsi, les hommes ont toujours eu deux attitudes à Mon égard, car J’aime l’homme et Je le hais aussi. »

Qui ne loue pas Dieu pour Sa présence ou Son apparition ? En ce moment, c’est comme si J’avais complètement oublié l’impureté et l’iniquité dans l’homme. L’arrogance de l’humanité, sa suffisance, sa désobéissance, sa défiance et toute sa rébellion, Je relègue tout cela au fond de Mon esprit pour l’oublier. Dieu n’est pas limité à cause d’un tel être humain. Puisque Dieu et Moi « partageons cette même affliction », Je vais aussi Me libérer de cette confusion, de peur d’être encore davantage limité par l’homme. Pourquoi s’en faire ? Puisque les hommes ne sont pas prêts à rejoindre la famille de Dieu avec Moi, comment puis-Je utiliser Ma puissance pour les supprimer ? Je ne fais pas les choses pour opprimer l’homme, et ce n’est pas étonnant, car Je suis né dans la famille de Dieu et donc, bien sûr, l’homme et Moi sommes toujours différents. Cela a entraîné la misérable défaite d’aujourd’hui. Mais Je continue à éviter les faiblesses de l’homme ; quel choix ai-Je ? N’est-ce pas parce que Je suis impuissant ? Pas étonnant que Dieu désire « Se retirer » de « l’unité de travail » de l’humanité et veuille Sa « pension ». Quand je parle du point de vue d’un homme, les hommes n’écoutent pas, mais quand Je parle en tant que Dieu, ne désobéissent-ils pas quand même ? Le jour viendra peut-être où Dieu Se retirera vraiment, de façon soudaine, de « l’unité de travail » de l’humanité et, quand ce temps viendra, la parole de Dieu deviendra encore plus féroce. Aujourd’hui, il se peut que ce soit à cause de Moi que Dieu parle de cette façon, et si ce jour arrive, Dieu ne sera pas comme Moi « racontant des histoires aux enfants dans une école maternelle » gentiment et patiemment. Ce que Je dis n’est peut-être pas tout à fait approprié, mais c’est seulement en raison de Dieu incarné que Dieu veut relâcher un peu Son emprise sur l’homme, sinon ce serait trop horrible d’envisager cette perspective. Tout comme Dieu l’a dit : « J’ai un jour relâché quelque peu Ma poigne, les laissant se livrer librement à leurs désirs charnels, et c’est uniquement pour cette raison qu’ils ont osé se comporter de façon débridée, perdant toute retenue, ce qui montre qu’ils ne M’aiment pas vraiment, car ils vivent tous dans la chair. » Pourquoi Dieu dit-Il ici : « se livrer à leurs désirs » et « vivent dans la chair » ? En vérité, cette formulation n’exige pas Mon interprétation et elle peut être comprise naturellement des hommes. Certains diront peut-être qu’ils ne comprennent pas, mais Je dirai qu’ils connaissent la vérité et feignent simplement l’ignorance. Je rappelle ce qui suit : pourquoi Dieu dit-Il « Tout ce que Je demande à l’homme, c’est qu’il coopère avec Moi » ? Pourquoi Dieu dit-Il aussi que la nature humaine est difficile à changer ? Pourquoi Dieu méprise-t-Il la nature humaine ? Et qu’est-ce que la nature de l’homme, exactement ? Qu’est-ce que la nature de l’homme n’est pas ? Qui a considéré ces questions ? C’est peut-être un sujet nouveau pour l’homme, mais, malgré tout, Je supplie l’homme d’y consacrer beaucoup d’attention, autrement l’homme offensera toujours Dieu à cause de paroles comme « la nature humaine est difficile à changer ». À quoi sert-il d’agir contre Lui de cette façon ? N’est-ce pas, en fin de compte, simplement chercher des problèmes ? N’est-ce pas, à la fin, simplement comme lancer un œuf contre une pierre ?

En vérité, toutes les épreuves et les tentations auxquelles est soumis l’homme sont des leçons que Dieu exige de l’homme. Selon l’intention originelle de Dieu, l’homme peut parvenir à réaliser ces choses même s’il doit sacrifier ce qu’il aime, mais, parce que l’homme s’aime toujours lui-même, il n’arrive pas à vraiment coopérer avec Dieu. Dieu ne demande pas beaucoup de l’homme. Tout ce que Dieu demande de l’homme peut être réalisé facilement et dans la joie ; c’est juste que l’homme ne veut pas endurer d’épreuves. Tout comme des enfants, on peut accomplir son devoir en vivant frugalement afin d’économiser quelques centimes pour prendre soin de ses parents. Pourtant, ils craignent de ne pas assez bien manger ou d’avoir des vêtements trop ordinaires, donc, pour une raison ou une autre, ils oublient la dette qu’ils ont envers leurs parents concernant leur affectueuse et aimante attention, comme s’ils allaient commencer à faire cela après avoir gagné beaucoup d’argent. Mais Je peux ainsi voir que les hommes n’ont pas un cœur empli d’amour filial pour leurs parents ; ce sont des fils sans liens filiaux. Ce que Je dis est peut-être trop extrême, mais Je ne peux débiter de non-sens qui soit contraire aux faits. Je ne peux pas « inciter les autres » et résister à Dieu dans le but de Me satisfaire. C’est seulement parce que personne sur terre n’a un cœur filial que Dieu a dit : « Dans les cieux, Satan est Mon ennemi ; sur terre, l’homme est Mon rival. En raison de l’union de la terre et des cieux, Je les déclare tous coupables, jusqu’au neuvième degré de parenté. » Satan est un ennemi de Dieu ; Dieu dit cela parce que cela ne restitue pas à Dieu Sa grande faveur et bonté, mais, plutôt, « rame à contre-courant » et, ce faisant, ne réalise pas son devoir consistant à montrer de la dévotion filiale envers Dieu. Les hommes ne sont-ils pas aussi comme cela ? Ils ne montrent aucun respect filial à leurs « parents » et ne restituent jamais la dette qu’ils ont envers leurs « parents » concernant leur affectueuse et aimante attention. Cela suffit à montrer que les hommes sur terre sont les proches de Satan dans le ciel. Les hommes et Satan sont d’un cœur et d’un esprit contre Dieu, il n’est donc pas étonnant que Dieu désire les impliquer jusqu’à la neuvième génération et qu’Il ne pardonne à aucun d’eux. Dans le passé, Dieu avait Son serviteur fidèle dans le ciel qui gérait l’humanité, mais celui-ci n’a pas écouté et a agi en fonction de son propre tempérament pour se rebeller contre Dieu. Les hommes rebelles n’avancent-ils pas aussi à grands sur ce chemin ? Peu importe à quel point Dieu serre les « rênes », les hommes ne vacillent simplement jamais et ne parviennent pas à se détourner de leur trajectoire initiale. À Mon avis, si l’humanité continue de cette façon, elle sera ruinée, et c’est peut-être à ce moment-là que tu comprendras le vrai sens des paroles de Dieu : « l’humanité est-elle incapable de rompre ses liens persistants avec sa nature ancienne. » À plusieurs reprises, Dieu a rappelé à l’homme : « En raison de la désobéissance de l’homme, Je l’ai laissé. » Pourquoi Dieu dit-Il cela constamment ? Dieu pourrait-Il vraiment être si cruel ? Pourquoi Dieu dit-Il aussi : « Je n’appartiens pas à l’espèce humaine » ? Au cours de tant de jours d’inactivité, qui a scruté attentivement ces questions détaillées ? J’exhorte l’humanité à mettre plus d’efforts dans les paroles de Dieu et à ne pas les traiter à la légère ; cela ne serait d’aucun bénéfice pour toi ni pour les autres. Il vaut mieux ne pas dire ce qui n’a pas besoin d’être dit et ne pas penser à ce qui n’a pas besoin d’être envisagé. Ne serait-ce pas plus simple ? Quel mal pourrait-il résulter de mettre cela en pratique ? Avant que Dieu ne proclame la fin de Son œuvre sur la terre, personne ne doit cesser « d’avancer » ; personne ne doit se laver les mains de son devoir. Ce n’est pas le moment ; n’agis pas comme guide pour Dieu ni comme avant-garde. Je pense qu’il est trop tôt pour arrêter maintenant et cesser d’avancer. Qu’en penses-tu ?

Dieu conduit l’humanité au châtiment et Il la conduit dans une atmosphère de mort, mais d’un autre côté, qu’est-ce que Dieu veut que les hommes fassent sur la terre ? Certainement pas servir d’armoire à la maison. Quelque chose qui ne puisse pas être mangé ou utilisé, mais seulement regardé. Si tel est le cas, pourquoi employer tant de processus complexes faisant tellement souffrir les hommes dans la chair ? Dieu dit : « Je l’escorte au “terrain d’exécution”, car les offenses de l’humanité suffisent à mériter Mon châtiment. » Pour l’heure, Dieu laisse-t-Il les hommes se rendre eux-mêmes au terrain d’exécution ? Pourquoi est-ce que personne n’implore le pardon en leur nom ? Dans ce cas, comment l’homme devrait-il coopérer ? L’homme peut-il vraiment faire les choses sans être influencé par l’émotion, de la même manière que Dieu exerce Ses jugements ? L’efficacité de ces paroles dépend principalement des actions de l’homme. Lorsqu’un père ramène à la maison l’argent qu’il a gagné, si la mère ne sait pas comment coopérer avec lui ou comment gérer le foyer, alors, dans quel état serait cette maison ? Regardez l’état de l’Église maintenant ; en tant que conducteurs, qu’est-ce que vous en pensez ? Vous pourriez tenir une réunion où chacun pourrait parler de ses réflexions personnelles. Si la mère a créé le désordre à la maison, alors à quoi ressembleront les enfants d’une telle famille ? À des orphelins ? À des mendiants ? Pas étonnant que Dieu ait dit : « Tout le monde pense que Ma nature divine manque d’“intellect”, mais qui peut comprendre que Je suis capable de tout voir dans Mon état d’humanité ? » Face à une situation aussi évidente, Dieu n’a pas besoin de parler à partir de Sa divinité. Tout comme Dieu a dit : « Il n’est pas nécessaire de frapper un clou avec une masse. » En ce moment, il y a peut-être des hommes qui ont une expérience pratique de la maxime de Dieu : « Il n’est personne, parmi les hommes, qui M’aime. » À ce stade, c’est exactement comme Dieu l’a dit : « Si les gens baissent tous la tête à contrecœur, c’est uniquement parce qu’ils sont arrivés à la situation actuelle, mais dans leur cœur, ils ne sont toujours pas convaincus. » Ces paroles sont comme un télescope. Dans un avenir proche, l’homme ira dans une autre situation. Cela s’appelle être incorrigible. Comprenez-vous ? C’est la réponse à ces deux questions posées par Dieu : « Les gens n’évitent-ils pas le péché uniquement parce qu’ils craignent Mon départ ? N’est-ce pas vrai que s’ils ne se plaignent pas, c’est uniquement parce qu’ils craignent le châtiment ? » En fait, les hommes d’aujourd’hui sont tous un peu faibles et semblent excessivement fatigués. Ils ne sont absolument pas d’humeur à prêter attention à l’œuvre de Dieu et ils se préoccupent uniquement de prendre des mesures et des dispositions dans l’intérêt de leur propre chair. N’est-ce pas le cas ?

Précédent: Chapitre 36

Suivant: Chapitre 39

Nous sommes déjà dans les derniers jours. Savez-vous comment faire pour accueillir le Seigneur et être enlevés jusqu’au royaume des cieux? Contactez-nous dès maintenant pour en discuter.
Contactez-nous
Contactez-nous par Whatsapp

Contenu connexe

Chapitre 10

L’ère du Règne, après tout, est différente des temps passés. Elle ne s’occupe pas des agissements de l’humanité. Au contraire, Je suis venu...

La Trinité existe-t-elle ?

Après que la vérité de Jésus fait chair est advenue, l’homme a cru ceci : ce n’est pas seulement le Père qui est au ciel, mais également le...

Paramètres

  • Texte
  • Thèmes

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Interligne

Largeur de page

Contenu

Chercher

  • Rechercher ce texte
  • Rechercher ce livre