Chapitre 39

Allons au-delà des paroles de Dieu et parlons un peu des questions concernant notre vie, afin que notre vie s’épanouisse davantage et que nous soyons à la hauteur des espoirs de Dieu à notre encontre. En particulier, avec l’arrivée de nos jours – un temps de classification de chacun en fonction son genre et un temps de châtiment –, il y a un plus grand besoin de regarder la situation dans son ensemble et de se concentrer sur l’« intérêt collectif ». C’est la volonté de Dieu et c’est ce qui devrait être accompli par tous les hommes. Comment pourrions-nous ne pas nous livrer à la volonté de Dieu au ciel ? Dieu « attribue des nombres à toutes les sortes de personnes et réalise des signes différents sur chaque type de personne, de sorte que leurs ancêtres peuvent les mener à leurs familles », ce qui montre que les hommes ont été classifiés selon le genre et, en conséquence, toutes les sortes de personnes révèlent leur véritable forme. Ainsi, il est juste de dire que les hommes sont fidèles à leurs ancêtres, non à Dieu. Cependant, tous les hommes rendent aussi service à Dieu sous la direction de leurs ancêtres, ce qui est la merveille de l’œuvre de Dieu. Toutes les choses exécutent du service pour Dieu, et même si Satan dérange les hommes, Dieu utilise cette occasion pour avoir recours à des « ressources locales » afin de Le servir. Les hommes, cependant, ne peuvent pas discerner cela. Comme Dieu dit : « [A]insi, Je divise également le travail et répartis les efforts. Cela fait partie de Mon plan et ne peut être perturbé par aucun homme. » Les hommes ne peuvent pas voir tout ce qui est déterminé par Dieu et tout ce que Dieu veut accomplir avant qu’Il ne l’ait fait. Ils ne peuvent le voir que lorsque l’œuvre de Dieu a été achevée ; sinon, ils sont aveugles et ne voient rien.

Aujourd’hui, Dieu a une nouvelle œuvre parmi les Églises. Il fait en sorte que tout suit le cours de la nature, mettant vraiment en œuvre la fonction de l’homme. Comme Dieu dit : « Je règne sur tout parmi toutes choses, Je commande tout parmi toutes choses, faisant en sorte que tout ce qui existe suit le cours de la nature et se soumet au commandement de la nature. » Je ne sais pas quelles idées brillantes vous avez concernant le fait de « suivre le cours de la nature », alors parlons-en. C’est ainsi que Je le vois : parce qu’ils sont conduits à la maison par leurs ancêtres, toutes les sortes d’hommes doivent se manifester et « entreprendre ». Et parce qu’ils suivent le cours de la nature, ce qui leur est inhérent est utilisé pour mettre leur fonction originelle en œuvre, ce qui les amène à suivre la direction du Saint-Esprit conformément au schéma habituel. L’œuvre du Saint-Esprit est réalisée selon l’état de chaque personne ; parlant avec précision, cela s’appelle « Dieu manœuvre toutes les choses afin qu’elles Le servent » ; cela est alors relié au fait de suivre le cours de la nature. Même si des hommes ont les éléments du diable à l’intérieur d’eux, Dieu en fera usage, en ajoutant l’œuvre du Saint-Esprit au fondement de ce qui est inhérent en eux, les rendant capables de rendre service à Dieu. C’est tout ce que Je vais dire sur le fait de « suivre le cours de la nature ». Vous avez peut-être de meilleures suggestions. J’espère que vous pourrez fournir une précieuse contribution. Qu’en dites-vous ? Êtes-vous prêts à coopérer pour suivre le cours de la nature ? Êtes-vous prêts à partager l’œuvre avec Dieu ? Avez-vous déjà pensé à la manière d’y parvenir ? J’espère que les hommes seront capables de comprendre la volonté de Dieu, qu’ils pourront être d’un même esprit en satisfaisant Dieu dans l’intérêt d’idéaux partagés et qu’ils pourront avancer ensemble sur la route vers le royaume. Y a-t-il besoin de proposer des notions inutiles ? Jusqu’à ce jour, quel être n’a pas existé dans l’intérêt de Dieu ? Et puisque c’est ainsi, quel besoin y a-t-il de la tristesse, du chagrin et des soupirs ? Cela ne bénéficie à personne. La vie entière des hommes est entre les mains de Dieu, et sans leur détermination devant Dieu, qui serait prêt à vivre en vain dans ce monde vide des hommes ? Pourquoi s’en préoccuper ? Se précipitant pour entrer dans le monde et en sortir, s’ils ne font rien pour Dieu, leur vie entière n’aura-t-elle pas été gaspillée ? Même si Dieu ne considère pas tes actions comme dignes d’être mentionnées, n’afficheras-tu pas un sourire de satisfaction au moment de ta mort ? Tu devrais poursuivre le progrès positif et non la régression négative. N’est-ce pas une meilleure pratique ? Si tes actions ont purement le but de satisfaire Dieu, alors tu ne seras pas négatif ou régressif. Parce qu’il y a toujours des choses insondables dans le cœur des hommes, sans qu’ils s’en rendent compte, leur visage est comme un ciel couvert, de sorte que plusieurs « fossés » apparaissent sur leur visage sans qu’ils le sachent, comme formés par l’effondrement du sol. C’est comme si la terre bougeait, provoquant le déplacement des « buttes » ou des « creux » sans que les hommes s’en rendent compte. En cela, Je ne Me moque pas des hommes, mais Je parle de « connaissance géographique ».

Bien que Dieu ait conduit tous les hommes au châtiment, Il n’en dit rien. Au contraire, Il évite délibérément ce sujet et en commence un nouveau qui, à un égard, est dû à l’œuvre de Dieu et, à un autre égard, vise à compléter immédiatement cette étape de l’œuvre. Parce que les objectifs de Dieu dans la réalisation de cette étape de l’œuvre ont été réalisés depuis longtemps, il n’y a rien de plus à dire. Aujourd’hui, Je ne sais pas combien vous avez vu des méthodes de l’œuvre de Dieu ; dans Ma conscience, Je sens toujours que l’œuvre de Dieu n’est pas aussi clairement divisée en étapes et périodes comme dans le passé. Au contraire, chaque jour adopte ses propres moyens de travail, le changement se produit presque tous les trois à cinq jours, et même, en cinq jours, l’œuvre de Dieu peut avoir deux types de contenu différents. Cela montre la vitesse de l’œuvre de Dieu ; avant que les hommes n’aient eu le temps de réagir et de regarder de près, Dieu est parti sans laisser de traces. Ainsi, Dieu est toujours insaisissable pour les gens, ce qui a conduit à l’imperceptibilité de l’œuvre du Saint-Esprit. Pourquoi Dieu dit-Il toujours des paroles telles que « et donc J’ai laissé l’homme » ? Les hommes accordent peut-être un peu d’attention à ces paroles, mais ils ne comprennent pas leur sens. Et maintenant, comprenez-vous ? Pas étonnant que les hommes ne saisissent rien de la présence du Saint-Esprit. Leur recherche de Dieu se fait toujours sous un clair de lune brumeux – c’est tout à fait vrai – et c’est comme si Dieu Se moquait délibérément les hommes, faisant gonfler le cerveau de tous les hommes, de sorte qu’ils se sentent chamboulés et désorientés. Ils savent à peine ce qu’ils font ; c’est comme s’ils rêvaient, et une fois qu’ils se réveillent, ils ne savent pas ce qui s’est passé. Il suffit de quelques paroles ordinaires de Dieu pour laisser les gens déconcertés. Il n’est donc pas étonnant que Dieu dise : « Aujourd’hui, Je jette tous les hommes dans la “grande fournaise” pour qu’ils soient épurés. Je M’élève très haut en regardant attentivement les hommes brûler dans le feu et, forcés par les flammes, les hommes dévoilent les faits. » Devant les paroles de Dieu qui changent constamment, les gens n’ont aucune idée de ce qu’il faut faire ; en fait, comme Dieu le dit, le châtiment a commencé depuis longtemps et, parce que les gens ne s’en sont pas rendu compte, ils savent seulement quand Dieu le dit si explicitement, ils prêtent attention seulement après que Dieu le leur a dit. On peut dire que les hommes commencent seulement à étudier le châtiment maintenant que l’œuvre de Dieu a été menée jusqu’à ce point. C’est comme lorsque les hommes eurent connaissance de la bombe atomique, mais, parce que le temps n’est pas arrivé, les hommes n’en tiennent pas compte ; c’est seulement lorsque quelqu’un commence à en construire une que les hommes commencent à prêter attention. Ce n’est que lorsque la bombe atomique devient connue que les hommes la comprennent davantage. Ce n’est que lorsque Dieu dit qu’Il jettera l’homme dans la fournaise que les hommes deviennent un peu conscients. Si Dieu ne parlait pas, personne ne le saurait, n’est-ce pas ? Donc, Dieu dit : « [L]es hommes entrent involontairement dans la fournaise comme s’ils y avaient été tirés par une corde, comme s’ils étaient devenus engourdis. » Pourquoi ne pas analyser cela ? Quand les hommes dévoilent les faits, est-ce lorsque Dieu dit que le châtiment a commencé ou avant que Dieu ne dise que le châtiment a commencé ? À partir de cela, on peut constater que les hommes commencèrent à se confesser avant que Dieu ne parle de châtiment, montrant que le châtiment a commencé avant que Dieu n’en parle. N’est-ce pas le cas ?

Précédent: Chapitre 38

Suivant: Chapitre 40

Nous sommes déjà dans les derniers jours. Savez-vous comment faire pour accueillir le Seigneur et être enlevés jusqu’au royaume des cieux? Contactez-nous dès maintenant pour en discuter.
Contactez-nous
Contactez-nous par Whatsapp

Contenu connexe

Que connais-tu de la foi ?

En l’homme n’existe que le mot indéfini « foi », mais l’homme ne sait pas ce qu’est la foi, et encore moins pourquoi il a la foi. L’homme...

Chapitre 23

Alors que Ma voix retentit, que Mes yeux lancent des flammes, Je veille sur toute la terre, J’observe l’univers entier. L’humanité entière...

Le mystère de l’incarnation (1)

À l’ère de la Grâce, Jean a préparé la voie pour Jésus. Jean ne pouvait pas faire l’œuvre de Dieu Lui-même, mais il a simplement accompli...

Paramètres

  • Texte
  • Thèmes

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Interligne

Largeur de page

Contenu

Chercher

  • Rechercher ce texte
  • Rechercher ce livre