Comment Pierre en est-il arrivé à connaître Jésus

Pendant le temps que Pierre a passé avec Jésus, il a vu de nombreuses qualités appréciables en Jésus, de nombreux aspects dignes d’émulation et beaucoup d’aspects qui l’ont nourri. Bien que Pierre ait vu l’être de Dieu en Jésus à bien des égards et ait noté beaucoup de Ses qualités appréciables, au début, il ne connaissait pas Jésus. Pierre a commencé à suivre Jésus quand il avait 20 ans et a continué à Le suivre pendant six années. Durant ce temps, il n’est jamais parvenu à connaître Jésus, mais était prêt à Le suivre par pure admiration pour Lui. Quand Jésus l’appela la première fois sur les rives de la mer de Galilée, Il demanda : « Simon Barjona, Me suivras-tu ? » Pierre Lui répondit : « Je dois suivre celui qui est envoyé par le Père céleste. Je dois reconnaître celui qui est choisi par le Saint-Esprit. Je vais Te suivre. » À ce moment-là, Pierre avait entendu parler d’un homme nommé Jésus, le plus grand des prophètes et le Fils bien-aimé de Dieu, et Pierre n’avait cessé d’espérer Le trouver, d’espérer avoir la chance de Le voir (parce que c’est ainsi qu’il était alors conduit par le Saint-Esprit). Bien qu’il ne L’ait jamais vu et ait seulement entendu des rumeurs à Son sujet, une aspiration et une admiration pour Jésus grandissaient peu à peu dans son cœur, et il aspirait souvent à porter un jour son regard sur Jésus. Et comment Jésus fit-Il appel à Pierre ? Lui aussi avait entendu parler d’un homme appelé Pierre, et pourtant, ce n’est pas le Saint-Esprit qui Lui avait demandé : « Va à la mer de Galilée, où est celui qui s’appelle Simon Barjona. » Jésus avait entendu quelqu’un dire qu’il y avait un dénommé Simon Barjona, que les gens avaient entendu son sermon, que lui aussi prêchait l’évangile du royaume des cieux, et que les gens qui l’avaient entendu étaient tous émus aux larmes. Après avoir entendu cela, Jésus suivit cette personne à la mer de Galilée ; quand Pierre accepta l’appel de Jésus, il Le suivit.

Pendant le temps où il suivit Jésus, Pierre développa beaucoup d’opinions sur Lui et Le jugea toujours selon son propre point de vue. Bien que Pierre aie un certain degré de compréhension de l’Esprit, sa compréhension n’était pas très claire, d’où ses paroles : « Je dois suivre celui qui est envoyé par le Père céleste. Je dois reconnaître celui qui est choisi par le Saint-Esprit. » Il ne comprenait pas les choses que Jésus faisait et manquait de lucidité à leur sujet. Après L’avoir suivi pendant un certain temps, Pierre développa de l’intérêt pour ce que Jésus faisait et disait, et pour Jésus Lui-même. Il en arriva à sentir que Jésus inspirait à la fois de l’affection et du respect ; il aimait s’associer à Lui et rester à Ses côtés, et écouter les paroles de Jésus le nourrissait et l’aidait. Durant le temps où il suivit Jésus, Pierre observa et prit à cœur tout ce qui concernait Sa vie : Ses actions, Ses paroles, Ses mouvements et Ses expressions. Il en vint à comprendre profondément que Jésus n’était pas un homme ordinaire. Bien que Son apparence humaine soit extrêmement ordinaire, Il était plein d’amour, de compassion et de tolérance pour l’homme. Tout ce qu’Il faisait ou disait était d’un grand secours pour les autres et, à Ses côtés, Pierre vit et apprit des choses ignorées auparavant. Il vit que, bien que Jésus ne fût ni d’une grande stature ni un quelconque être humain d’un genre inhabituel, quelque chose de vraiment extraordinaire et hors du commun se faisait ressentir chez Lui. Bien que Pierre ne pût l’expliquer entièrement, il pouvait voir que le comportement de Jésus était différent de quiconque, car Il faisait des choses bien différentes de ce que pouvait faire les hommes normaux. Pendant le temps où il était en contact avec Jésus, Pierre vit aussi que Sa personnalité était différente de celle d’un homme ordinaire. Il agissait toujours de façon constante et jamais à la hâte, n’exagérait jamais ni ne minimisait un sujet, et menait une vie qui révélait une personnalité à la fois normale et admirable. Dans la conversation, Jésus parlait simplement et avec élégance, communiquant toujours de manière joyeuse, et néanmoins sereine, et Il ne perdit jamais Sa dignité dans l’exécution de Son œuvre. Pierre vit que Jésus était parfois taciturne, mais que d’autres fois, Il parlait sans relâche. Il était parfois si heureux qu’Il ressemblait à une jeune colombe qui voltige, et d’autres fois si triste qu’Il ne parlait pas du tout, semblant affligé comme s’Il était une mère éreintée et épuisée. Parfois, Il était envahi par la colère, comme un soldat courageux fonçant pour tuer un ennemi, et parfois même, Il ressemblait à un lion rugissant. Parfois, Il riait ; d’autres fois, Il priait et pleurait. Quelle que soit la façon dont Jésus agissait, Pierre en vint à avoir pour Lui un amour et un respect sans limites. Le rire de Jésus le comblait de bonheur, Son chagrin le plongeait dans la douleur, Sa colère lui faisait peur, tandis que Sa miséricorde, Son pardon et les strictes exigences qu’Il avait envers les gens l’amenaient à aimer vraiment Jésus, puis à développer une véritable révérence et une grande aspiration pour Lui. Bien sûr, Pierre comprit progressivement tout cela seulement après avoir vécu aux côtés de Jésus durant de nombreuses années.

Pierre était un homme particulièrement sensible, né avec une intelligence naturelle, mais il fit beaucoup de choses insensées pendant qu’il suivait Jésus. Au tout début, il avait quelques notions à propos de Jésus. Il demanda : « Les gens disent que Tu es un prophète, alors quand Tu avais huit ans et commençais à comprendre les choses, savais-Tu que Tu étais Dieu ? Savais-Tu que Tu avais été conçu par le Saint-Esprit ? » Jésus répondit : « Non, Je ne le savais pas ! À tes yeux, n’ai-Je pas l’apparence d’un homme normal ? Je suis comme toute autre personne. Celui que le Père envoie est une personne normale, pas une personne extraordinaire. Et bien que l’œuvre que Je réalise représente Mon Père céleste, Mon image, la personne que Je suis et ce corps charnel ne peuvent pas pleinement représenter Mon Père céleste : seulement une partie de Lui. Bien que Je sois venu de l’Esprit, Je suis toujours une personne normale, et Mon Père M’a envoyé sur cette terre comme une personne normale, et non pas comme une personne extraordinaire. » C’est seulement quand Pierre entendit cela qu’il comprit un peu qui était Jésus. Et ce n’est qu’après avoir passé des heures et des heures à s’imprégner de l’œuvre de Jésus, de Son enseignement, de Sa direction et de Sa nourriture qu’il acquit une compréhension beaucoup plus profonde. Quand Jésus était dans Sa trentième année, il parla à Pierre de Sa crucifixion prochaine, du fait qu’Il était venu accomplir une étape – de l’œuvre de la crucifixion – pour racheter l’humanité entière. Il lui dit également que trois jours après la crucifixion, le Fils de l’homme ressusciterait, et qu’une fois ressuscité, Il apparaîtrait aux hommes pendant quarante jours. En entendant ces paroles, Pierre fut triste et prit à cœur ces paroles ; à partir de ce moment-là, il se rapprocha davantage de Jésus. Après en avoir fait l’expérience pendant un certain temps, Pierre se rendit compte que tout ce que Jésus faisait relevait de l’être de Dieu, et il en vint à penser que Jésus était exceptionnellement digne d’être aimé. Ce n’est que lorsqu’il arriva à cette compréhension que le Saint-Esprit put l’éclairer de l’intérieur. C’est alors que Jésus Se tourna vers Ses disciples et d’autres adeptes, et leur demanda : « Jean, qui dis-tu que Je suis ? » Jean répondit : « Tu es Moïse. » Puis Il Se tourna vers Luc : « Et toi, Luc, qui dis-tu que Je suis ? » Luc répondit : « Tu es le plus grand des prophètes. » Il posa ensuite la question à une sœur. Elle répondit : « Tu es le plus grand des prophètes qui prononce beaucoup de paroles d’éternité en éternité. Personne n’énonce de prophéties aussi grandes que les Tiennes, aucun être n’a une connaissance qui surpasse la Tienne ; Tu es un prophète. » Puis Jésus Se tourna vers Pierre et demanda : « Pierre, qui dis-tu que Je suis ? ». Pierre répondit : « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant. Tu viens du ciel. Tu n’es pas de la terre. Tu n’es pas semblable aux créations de Dieu. Nous sommes sur la terre et Tu es ici avec nous, mais Tu viens du ciel, Tu n’es pas du monde et n’es pas de la terre. » C’est par son expérience que le Saint-Esprit l’éclaira, ce qui lui permit de parvenir à cette compréhension. Après cet éclairage, il admirait encore plus tout ce que Jésus avait fait, pensait qu’Il était encore plus digne d’être aimé et était toujours réticent dans son cœur à l’idée d’être séparé de Jésus. Donc, la première fois que Jésus S’est révélé à Pierre après qu’Il avait été crucifié et ressuscité, Pierre s’était écrié d’une joie exceptionnelle : « Seigneur ! Tu es ressuscité ! » Puis, en pleurant, il attrapa un poisson extrêmement gros, le fit cuire et le servit à Jésus. Jésus sourit, mais ne dit rien. Bien que Pierre sût que Jésus était ressuscité, il ne comprenait pas ce mystère. Quand il donna le poisson à Jésus pour qu’Il le mange, Jésus ne le refusa pas. Pourtant, Il ne dit rien et ne S’assit pas pour manger, mais au contraire, Il disparut soudainement. Ce fut un énorme choc pour Pierre, et c’est alors seulement qu’il comprit que Jésus ressuscité était différent du Jésus d’avant. Une fois qu’il réalisa cela, Pierre fut attristé, mais se sentit réconforté à l’idée de savoir que le Seigneur avait accompli Son œuvre. Il savait que Jésus avait accompli Son œuvre, que Son séjour avec l’homme était terminé et que l’homme devrait dès lors emprunter son propre chemin. Jésus lui avait dit jadis : « Toi aussi tu dois boire de cette coupe amère à laquelle J’ai bu (c’est ce qu’Il dit après la résurrection), toi aussi tu dois fouler le chemin que J’ai foulé, tu dois donner ta vie pour Moi. » À l’inverse d’aujourd’hui, l’œuvre, à ce moment-là, ne prenait pas la forme d’une conversation en face à face. Au cours de l’ère de la Grâce, l’œuvre du Saint-Esprit était particulièrement cachée et Pierre subissait nombre d’épreuves, et en arrivait parfois à s’exclamer : « Dieu ! Je n’ai rien d’autre que cette vie. Bien qu’elle ne vaille pas grand-chose pour Toi, je souhaite Te la dédier. Bien que les hommes ne soient pas dignes de T’aimer, et que leur amour et leur cœur soient sans valeur, Tu connais le désir dans le cœur des hommes. Et même si le corps des hommes ne correspond pas à Ton acceptation, j’aimerais que Tu acceptes mon cœur. » Prononcer de telles prières lui donna de l’encouragement, surtout quand il pria ainsi : « Je suis prêt à consacrer mon cœur tout entier à Dieu. Même si je ne suis pas capable de faire quoi que ce soit pour Dieu, je désire loyalement satisfaire Dieu et me consacrerai à Lui sans réserve dans mon cœur. Je crois que Dieu doit regarder mon cœur. » Il dit : « Je ne demande rien d’autre dans ma vie, si ce n’est que mes pensées d’amour pour Dieu et le désir de mon cœur soient acceptés par Dieu. J’ai été avec le Seigneur Jésus depuis si longtemps, mais je ne L’ai jamais aimé ; c’est ma plus grande dette. Même si je suis resté avec Lui, je ne Le connaissais pas, et j’ai même dit des choses inappropriées derrière Son dos. Penser à ces choses me fait me sentir encore plus endetté envers le Seigneur Jésus. » Il priait toujours de cette manière. Il disait : « Je vaux moins que de la poussière. Je ne peux rien faire d’autre si ce n’est dédier ce cœur fidèle à Dieu. »

Pierre atteint un paroxysme de ses expériences lorsque son corps s’était presque totalement effondré, mais Jésus l’encouragea néanmoins de l’intérieur. Et, un jour, Jésus apparut à Pierre. Alors que Pierre était dans une terrible souffrance et sentait que son cœur était brisé, Jésus lui ordonna : « Tu étais avec Moi sur terre et J’étais ici avec toi. Et bien qu’avant, nous ayons été ensemble aux cieux, cela relève, après tout, du monde spirituel. Maintenant, Je suis retourné dans le monde spirituel, et tu es sur terre, car Je ne suis pas de la terre ; et bien que toi non plus tu ne sois pas de la terre, tu dois remplir ta mission sur terre. Comme tu es un serviteur, tu dois accomplir ton devoir. » En entendant qu’il pourrait revenir aux côtés de Dieu, cela conforta Pierre. Quand Pierre était dans une telle agonie qu’il était presque alité, il eut des remords au point de dire : « Je suis tellement corrompu que je suis incapable de satisfaire Dieu. » Jésus lui apparut et dit : « Pierre, se pourrait-il que tu aies oublié la résolution prise un jour devant Moi ? As-tu réellement oublié tout ce que J’ai dit ? As-tu oublié la promesse que tu M’as faite ? » En voyant que c’était Jésus, Pierre se leva de son lit et Jésus le réconforta de la sorte : « Je ne suis pas de la terre, Je te l’ai déjà dit. Tu dois comprendre cela, mais as-tu oublié une autre chose que Je t’ai dite ? "Toi non plus tu n’es pas de la terre, pas du monde." En ce moment, il y a du travail que tu dois accomplir. Tu ne dois pas être en peine comme cela. Tu ne dois pas souffrir comme cela. Bien que les hommes et Dieu ne puissent pas coexister dans le même monde, J’ai Mon œuvre et toi tu as la tienne, et un jour, lorsque ton œuvre sera terminée, nous serons ensemble dans le même royaume et Je te guiderai pour être avec Moi pour toujours. » Ayant entendu ces paroles, Pierre se sentit réconforté et rassuré. Il savait que cette souffrance était quelque chose qu’il devait endurer et vivre, et fut inspiré à partir de ce moment-là. Jésus lui était apparu spécialement à chaque moment clé, lui donnant un éclairage particulier et le guidant, et œuvra beaucoup sur lui. Et qu’est-ce que Pierre regretta le plus ? Peu de temps après que Pierre avait dit « Tu es le Fils du Dieu vivant », Jésus énonça une autre question à Pierre (bien qu’elle ne soit pas notée dans la Bible de cette manière). Jésus lui demanda : « Pierre ! M’as-tu jamais aimé ? » Pierre comprit ce qu’Il voulait dire et répondit : « Seigneur, j’ai jadis aimé le Père qui est aux cieux, mais je reconnais que je ne T’ai jamais aimé. » Jésus répliqua ensuite : « Si les gens n’aiment pas le Père qui est aux cieux, comment peuvent-ils aimer le Fils sur la terre ? Et si les gens n’aiment pas le Fils qui est envoyé par Dieu le Père, comment peuvent-ils aimer le Père qui est aux cieux ? Si les gens aiment vraiment le Fils sur terre, alors ils aiment vraiment le Père aux cieux. » Quand Pierre entendit ces paroles, il se rendit compte de ce qui lui manquait. Il avait toujours ressenti des remords au point de pleurer à cause de ses paroles : « J’ai jadis aimé le Père qui est aux cieux, mais je ne T’ai jamais aimé. » Après la résurrection et l’ascension de Jésus, il ressentit encore plus de remords et de chagrin à cause de ces paroles. Se rappelant son travail passé et son statut actuel, il venait souvent devant Jésus dans la prière, éprouvant toujours des regrets et se sentant toujours redevable parce qu’il n’avait pas satisfait Dieu et n’était pas à la hauteur du niveau d’exigence de Dieu. Ces questions devinrent son plus grand fardeau. Il dit : « Un jour, je Te consacrerai tout ce que j’ai et tout ce que je suis, je Te donnerai tout ce qu’il y a de plus précieux. » Il dit : « Dieu ! Je n’ai qu’une foi et qu’un amour. Ma vie ne vaut rien et mon corps ne vaut rien. Je n’ai qu’une foi et qu’un amour. J’ai foi en Toi dans mon esprit et j’ai de l’amour pour Toi dans mon cœur ; je n’ai que ces deux choses à Te donner, et rien d’autre. » Pierre était vivement encouragé par les paroles de Jésus, parce qu’avant qu’Il ne soit crucifié, Jésus avait dit à Pierre : « Je ne suis pas de ce monde, et toi non plus tu n’es pas de ce monde. » Plus tard, quand Pierre était en très grande peine, Jésus lui rappela ceci : « Pierre, as-tu oublié ? Je ne suis pas du monde, et c’était seulement pour Mon œuvre que Je suis parti plus tôt. Toi non plus, tu n’es pas du monde, l’as-tu vraiment oublié ? Je te l’ai dit deux fois, ne t’en souviens-tu pas ? » En entendant cela, Pierre dit : « Je n’ai pas oublié ! » Jésus répondit ensuite : « Tu as jadis été heureux avec Moi aux cieux et tu as passé un certain temps à Mes côtés. Je te manque, tu Me manques aussi. Bien que les créations ne soient pas dignes d’être mentionnées à Mes yeux, comment ne puis-Je pas aimer quelqu’un qui est innocent et digne d’être aimé ? As-tu oublié Ma promesse ? Tu dois accepter Mon mandat sur terre ; tu dois remplir la tâche que Je t’ai confiée. Un jour, Je te guiderai certainement pour être à Mes côtés. » Après avoir entendu cela, Pierre se sentit encore plus revigoré et reçu encore plus d’inspiration, de telle sorte que, lorsqu’il se retrouva sur la croix, il put dire : « Dieu ! Je suis incapable de T’aimer suffisamment ! Même si Tu me demandes de mourir, je suis toujours incapable de T’aimer suffisamment ! Où que Tu envoies mon âme, que Tu accomplisses Tes promesses passées ou non, quoi que Tu fasses après, je T’aime et je crois en Toi. » Ce qu’il conserva en lui, ce fut sa foi et son véritable amour.

Un soir, plusieurs des disciples, y compris Pierre, étaient sur une barque de pêche. Ils étaient tous ensemble avec Jésus, et Pierre posa à Jésus une question très naïve : « Seigneur, j’aimerais Te poser une question que j’ai depuis très longtemps en tête. » Jésus répondit : « Alors, vas-y ! » Pierre demanda donc : « Est-ce Ton œuvre qui a été accomplie durant l’ère de la Loi ? » Jésus sourit, comme s’Il disait : « Cet enfant, comme il peut être naïf ! » Il continua ensuite résolument : « Ce n’était pas la Mienne. C’était le fait de l’Éternel et de Moïse. » Pierre entendit cela et s’exclama : « Oh ! Donc, ce n’était pas Tes actes. » Une fois que Pierre eut dit cela, Jésus ne parla plus. Pierre pensa en lui-même : « Ce n’est pas Toi qui l’as faite, donc pas étonnant que Tu sois venu détruire la loi, étant donné qu’elle n’était pas Ton œuvre. » Son cœur fut également apaisé. Par la suite, Jésus Se rendit compte que Pierre était assez naïf, mais parce que celui-ci ne possédait aucune compréhension à ce moment-là, Jésus ne dit rien de plus ni ne le réfuta directement. Un jour, Jésus donna un sermon dans une synagogue où beaucoup de gens étaient présents, y compris Pierre. Dans Son sermon, Jésus dit : « Celui qui viendra d’éternité en éternité fera l’œuvre de la rédemption au cours de l’ère de la Grâce, pour racheter l’humanité tout entière du péché, mais Il ne sera pas contraint par un quelconque règlement pour sortir l’homme du péché. Il sortira de la loi et entrera dans l’ère de la Grâce. Il rachètera l’humanité tout entière. Il marchera à grands pas de l’ère de la Loi vers celle de la Grâce, mais personne ne Le connaîtra, Celui qui est venu de l’Éternel. Le travail que Moïse a accompli lui a été confié par l’Éternel ; Moïse a écrit la loi en raison de l’œuvre que l’Éternel avait accomplie ». Après avoir dit cela, Il continua : « Ceux qui abolissent les commandements de l’ère de la Grâce au cours de l’ère de la Grâce connaîtront la calamité. Ils doivent se tenir dans le temple et recevoir la destruction de Dieu, et le feu s’abattra sur eux. » Ces mots eurent un effet sur Pierre, et durant une période de son expérience, Jésus guida et soutint Pierre, parlant à cœur ouvert avec lui, ce qui donna à Pierre une meilleure compréhension de Jésus. Alors que Pierre repensait à ce que Jésus avait prêché ce jour-là, puis à la question qu’il Lui avait posée quand ils étaient sur le bateau de pêche et à la réponse que Jésus lui avait donnée – ainsi qu’à la façon dont Il avait souri, Pierre parvint enfin à une compréhension à propos de tout cela. Par la suite, le Saint-Esprit éclaira Pierre, et c’est seulement à ce moment-là qu’il comprit que Jésus était le Fils du Dieu vivant. La compréhension de Pierre venait de l’éclairage du Saint-Esprit, mais il y avait un processus pour arriver à cette compréhension. C’est en posant des questions, en écoutant Jésus prêcher, puis en recevant de Jésus Son échange spécifique ainsi que Son orientation particulière que Pierre en vint à réaliser que Jésus était le Fils du Dieu vivant. Cela n’arriva pas du jour au lendemain ; c’était un processus, et cela devint un soutien pour ses expériences ultérieures. Pourquoi Jésus n’a-t-Il pas réalisé l’œuvre de perfection chez les autres, mais seulement chez Pierre ? Parce que seul Pierre a compris que Jésus était le Fils du Dieu vivant, personne d’autre ne le savait. Bien que la connaissance de beaucoup de disciples ait été grande durant le temps passé à Le suivre, leur connaissance était superficielle. C’est pourquoi Pierre fut choisi par Jésus comme exemple de quelqu’un qui a été rendu parfait. Ce que Jésus a dit à Pierre à l’époque est ce qu’Il dit aujourd’hui aux gens dont la connaissance et l’entrée dans la vie doivent atteindre celles de Pierre. C’est en conformité avec cette exigence et ce chemin que Dieu perfectionnera tout le monde. Pourquoi les gens sont-ils aujourd’hui tenus d’avoir une foi réelle et un amour véritable ? Vous tous devez aussi expérimenter ce que Pierre a expérimenté ; les fruits récoltés par Pierre de ses expériences doivent aussi se manifester en vous ; et vous tous devez vivre les souffrances endurées par Pierre. Le chemin que vous empruntez est le même que celui que Pierre a pris. La souffrance que vous endurez, c’est la souffrance que Pierre a endurée. Lorsque vous recevez la gloire et quand vous vivez une vie véritable, alors vous vivez à l’image de Pierre. Le chemin est le même, et c’est en le suivant que l’on est rendu parfait. Cependant, votre calibre est quelque peu déficient par rapport à celui de Pierre, car les temps ont changé, tout comme l’ampleur de la corruption des hommes, et aussi parce que la Judée a été durant longtemps un royaume avec une culture ancienne. Vous devez donc essayer par tous les moyens d’améliorer votre calibre.

Pierre était une personne très raisonnable, astucieux dans tout ce qu’il faisait, et il était aussi extrêmement honnête. Il affronta de nombreuses difficultés. Son premier contact avec la société remonta à ses 14 ans, alors qu’il allait à l’école et se rendait à la synagogue. Il était très enthousiaste et toujours prêt à assister à des rencontres. À l’époque, Jésus n’avait pas encore officiellement commencé Son œuvre ; c’était juste le début de l’ère de la Grâce. Pierre commença à avoir des contacts avec des personnalités religieuses à l’âge de 14 ans. Au moment où il atteint l’âge de 18 ans, il était en contact avec l’élite religieuse, mais après avoir vu le chaos dans les coulisses de la religion, il s’en retira. Voyant comment ces gens étaient rusés, fourbes et comploteurs, il s’en sentit fortement écœuré (c’est la manière dont le Saint-Esprit œuvrait à l’époque, pour le rendre parfait. Il l’inspira particulièrement et œuvra d’une façon particulière en lui). Il se retira ainsi de la synagogue à l’âge de 18 ans. Ses parents le persécutèrent et ne le laissèrent pas croire (ils étaient diaboliques et non-croyants). Finalement, Pierre quitta la maison et voyagea partout, vivant de la pêche et prêchant durant deux ans, période au cours de laquelle il guida également un bon nombre de personnes. Maintenant, tu dois être en mesure de voir clairement le chemin précis que Pierre a choisi. Si tu le vois clairement, alors tu pourras être certain de l’œuvre accomplie aujourd’hui, et donc, tu ne te plaindras pas ni ne seras passif, ou même dans l’attente de quoi que ce soit. Tu devrais ressentir l’état d’esprit de Pierre à cette époque : il était frappé par la douleur, il ne demandait plus un avenir ou des bénédictions. Il ne cherchait pas le profit, le bonheur, la gloire, ou la fortune dans le monde ; il ne cherchait qu’à vivre une vie qui soit la plus riche de sens, ce qui revenait à rendre à Dieu Son amour et à consacrer à Dieu ce qu’il avait véritablement de plus précieux. Alors il serait satisfait dans son cœur. Il priait souvent Jésus en ces termes : « Seigneur Jésus Christ, il fut un temps où je T’ai aimé, mais je ne T’aimais pas véritablement. Bien que j’aie dit que j’avais foi en Toi, je ne T’ai jamais aimé avec un cœur sincère. Je ne faisais que T’admirer, T’adorer, désirer Te voir, mais jamais je ne T’ai aimé ni n’ai eu vraiment foi en Toi. » Il priait sans cesse pour atteindre sa résolution, il était constamment encouragé par les paroles de Jésus et celles-ci étaient source de motivation pour lui. Plus tard, après une période d’expérience, Jésus le mit à l’épreuve, le poussant à aspirer davantage à Lui. Il dit : « Seigneur Jésus Christ ! Combien Tu me manques et combien je désire Te voir. J’ai trop de défauts, et je ne peux pas compenser Ton amour. Je Te prie de me prendre bientôt avec Toi. Quand auras-Tu besoin de moi ? Quand me prendras-Tu avec Toi ? Quand pourrai-je encore regarder Ta face ? Je ne souhaite plus vivre dans ce corps, plus continuer à être corrompu, et je ne souhaite pas non plus me rebeller encore davantage. Je suis prêt à Te consacrer tout ce que j’ai dès que je le pourrai, et je ne souhaite pas T’attrister davantage. » C’est comme cela qu’il priait, mais il ne savait pas à l’époque ce que Jésus allait perfectionner en lui. Durant l’angoisse de cette épreuve, Jésus lui apparut une nouvelle fois et dit : « Pierre, Je souhaite te rendre parfait, de sorte que tu deviennes un morceau de fruit qui soit la cristallisation de la perfection que J’accomplis en toi, et que J’apprécierai. Peux-tu vraiment témoigner pour Moi ? As-tu fait ce que Je te demande de faire ? As-tu vécu selon les paroles que J’ai prononcées ? Tu M’as aimé une fois, mais bien que tu M’aies aimé, as-tu vécu en accord avec Moi ? Qu’as-tu fait pour Moi ? Tu reconnais que tu es indigne de Mon amour, mais qu’as-tu fait pour Moi ? » Pierre vit qu’il n’avait rien fait pour Jésus et se rappela son serment précédent de donner sa vie pour Dieu. Et donc, il ne se plaignit plus et ses prières en furent par la suite améliorées. Il priait, en disant : « Seigneur Jésus Christ ! Je T’ai quitté une fois, et Toi aussi Tu m’as quitté une fois. Nous avons passé du temps séparément et du temps ensemble. Pourtant Tu m’aimes plus que tout autre. Je me suis rebellé sans cesse contre Toi et je T’ai offensé sans cesse. Comment pourrais-je oublier de tels actes ? J’ai toujours à l’esprit et je n’oublie jamais l’œuvre que Tu as faite sur moi et ce pour quoi Tu m’as fait confiance. J’ai fait tout ce que je peux pour l’œuvre que Tu as faite sur moi. Tu sais de quoi je suis capable et Tu sais davantage quel rôle je peux jouer. Je veux me soumettre à Tes orchestrations, et je Te consacrerai tout ce que j’ai. Il n’y a que Toi qui saches ce que je peux faire pour Toi. Bien que Satan m’ait tellement dupé et que je me sois rebellé contre Toi, je crois que Tu ne Te souviens pas de moi en raison de ces transgressions, que Tu ne me traites pas en Te basant sur celles-ci. Je souhaite Te consacrer toute ma vie. Je ne demande rien et n’ai pas non plus d’autres espoirs ou projets ; je souhaite seulement agir selon Ton intention et faire Ta volonté. Je boirai de Ta coupe amère et je me soumets à Ton commandement. »

Vous devez être au clair vis-à-vis du chemin que vous empruntez ; vous devez être au clair au sujet du chemin que vous emprunterez à l’avenir, de ce que Dieu va rendre parfait et de ce qui vous a été confié. Un jour, peut-être, vous serez mis à l’épreuve, et quand ce moment viendra, et si vous êtes en mesure d’être inspirés par les expériences de Pierre, cela montrera que vous êtes vraiment en train de suivre le chemin de Pierre. Pierre a été salué par Dieu pour sa vraie foi et son amour sincère, et pour sa loyauté envers Dieu. Et c’est pour son honnêteté et son aspiration pour Dieu dans son cœur, que Dieu l’a rendu parfait. Si tu as vraiment le même amour et la même foi que Pierre, Jésus te rendra sans aucun doute parfait.

Précédent: Seuls ceux qui connaissent Dieu peuvent rendre témoignage à Dieu

Suivant: Ce n’est qu’en faisant l’expérience de l’épurement que l’homme peut posséder l’amour véritable

Nous sommes déjà dans les derniers jours. Savez-vous comment faire pour accueillir le Seigneur et être enlevés jusqu’au royaume des cieux? Contactez-nous dès maintenant pour en discuter.
Contactez-nous
Contactez-nous par Whatsapp

Contenu connexe

Le chemin… (1)

Au cours de sa vie, personne ne sait quel genre de revers il va rencontrer, ni quel genre d’épurement il sera soumis. Pour certains, c’est...

Au sujet de l’expérience

Pierre a connu des centaines d’épreuves au cours de ses expériences. Bien que les gens d’aujourd’hui soient conscients du terme...

Paramètres

  • Texte
  • Thèmes

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Interligne

Largeur de page

Contenu

Chercher

  • Rechercher ce texte
  • Rechercher ce livre