« Restaurer la vie normale de l’homme et l’emmener vers une merveilleuse destination » | Extrait 588

L'homme comprend un peu de ce qui est du travail d'aujourd'hui et de demain, mais il ne comprend pas la destination dans laquelle l'humanité entrera. En tant que créature, l'homme devrait faire le travail d'une créature : l'homme devrait suivre Dieu dans tout ce qu'Il fait, et vous devrez vous engager dans le chemin que Je vais vous dire de suivre. Tu n'as aucun moyen de prendre des dispositions pour toi-même, et tu es incapable de te contrôler toi-même ; tout doit être confié à la miséricorde de Dieu, et tout est entre Ses mains. Si l'œuvre de Dieu a assuré une fin, une merveilleuse destination à l'homme, bien à l'avance, et si Dieu a utilisé cela pour attirer l'homme et l'amener à Le suivre – s'Il a passé un accord avec l'homme – alors ce ne serait plus de la conquête, ce ne serait plus, encore moins, perfectionner la vie de l'homme. Si Dieu devait utiliser la fin pour avoir le contrôle sur l'homme et gagner son cœur, alors en cela, Il ne serait pas en train de perfectionner l'homme, ni d'être en mesure de gagner l'homme, mais au contraire, Il serait en train de se servir de la destination pour avoir le contrôle sur l'homme. Les soucis de l'homme sont plus portés vers la fin future, la destination finale, et si oui ou non il y a quelque chose sur lequel fonder ses espoirs. S'il avait été donné à l'homme d'avoir une belle espérance au cours de l'œuvre de conquête, et si, avant la conquête de l'homme, il lui avait été donné une bonne destination dans sa quête, alors non seulement la conquête de l'homme n'aurait pas atteint son effet, mais l'effet du travail de conquête aurait été également influencé. Autrement dit, le travail de conquête atteint son objectif en écartant le destin et les perspectives de l'homme et en jugeant et châtiant le tempérament rebelle de l'homme. Il n'est pas atteint en passant un accord avec l'homme, c'est-à-dire, en donnant des bénédictions et des grâces à l'homme, mais en exposant la fidélité de l'homme, ceci en lui retirant sa liberté et en annulant ses perspectives. Voilà la substance du travail de conquête. Si l'homme était promis tout au début à un bel avenir, et si le travail de châtiment et de jugement se réalisait après, alors l'homme accepterait ce châtiment et ce jugement sur la base de ses perspectives, et à la fin, l'obéissance inconditionnelle et l'adoration que le Créateur attend de toutes Ses créatures ne seraient pas réalisées ; il n'y aurait qu'une obéissance aveugle, ignorante, ou alors l'homme adresserait des demandes aveugles à Dieu, et il serait par conséquent impossible de conquérir entièrement le cœur de l'homme. Ainsi, un tel travail de conquête ne saurait conquérir l'homme, et par ailleurs, ne saurait constituer un témoignage envers Dieu. De telles créatures seraient incapables d'accomplir leur devoir, et ne feraient que conclure des accords avec Dieu ; ce ne serait pas de la conquête, mais une question de miséricorde et de bénédiction. Le grand problème de l'homme c'est qu'il ne pense à rien en dehors de son destin et de ses perspectives, qu'il idolâtre. L'homme cherche Dieu pour assurer son destin et ses perspectives ; il ne loue pas Dieu parce qu'il aime Dieu. Et de ce fait, dans la conquête de l'homme, l'égoïsme, la cupidité de l'homme et les choses qui font le plus obstacle à son adoration envers Dieu doivent totalement être éliminés. Ainsi, les objectifs fixés dans la conquête de l'homme seront atteints. En conséquence, dans la première conquête de l'homme, il faudrait d'abord purger les ambitions sauvages et les faiblesses les plus sérieuses de l'homme, et, par ce biais, exposer l'amour que l'homme a envers Dieu, et changer sa connaissance de la vie humaine, sa façon de considérer Dieu et le sens de son existence. De cette façon, l'amour que l'homme a envers Dieu sera purifié, ce qui veut dire que le cœur de l'homme sera conquis. Mais dans Son attitude envers toutes les créatures, Dieu ne conquiert pas seulement pour le fait de conquérir ; au contraire, Il conquiert pour racheter l'homme, pour Sa propre gloire, et pour récupérer l'homme avec l'image originelle qu'Il lui avait conférée au tout début. S'Il devait conquérir seulement pour le fait de conquérir, alors le sens du travail de conquête serait perdu. Cela revient à dire que si, après la conquête de l'homme, Dieu s'en lavait les mains, et ne prêtait aucune attention ni à sa vie ni à sa mort, alors ce ne serait pas la gestion de l'humanité, et la conquête de l'homme viserait encore moins son salut. Parvenir à gagner l'homme à travers sa conquête et son accession définitive à une merveilleuse destination constitue le point d'orgue de tout ce travail de salut, et ce n'est que par cette démarche que l'objectif visé par le salut de l'homme peut être atteint. En d'autres termes, ce n'est que l'accession de l'homme à la belle destination et son entrée dans le repos qui constituent les perspectives que devraient avoir toutes les créatures, et l'œuvre qui devrait être accomplie par le Créateur. S'il revenait à l'homme de faire ce travail, alors ce travail serait trop limité : Il pourrait emmener l'homme jusqu'à un certain niveau, mais il ne serait pas en mesure de le conduire jusqu'à la destination éternelle. L'homme ne peut pas décider du destin de l'homme, et, en plus, l'homme n'est pas en mesure de garantir les perspectives et la destination future à l'homme. Cependant, le travail accompli par Dieu est différent. Étant donné qu'Il a créé l'homme, Il le conduit ; étant donné qu'Il sauve l'homme, Il va bien le sauver, et va complètement le racheter ; étant donné qu'Il conduit l'homme, Il l'emmènera à la bonne destination ; et étant donné qu'Il a créé l'homme et qu'Il le gère, Il doit assumer la responsabilité de son destin et de ses perspectives. C'est ça qui est le travail accompli par le Créateur. Bien que le travail de conquête soit réalisé en purgeant l'homme de ses perspectives, l'homme doit finalement être conduit à la bonne destination préparée pour lui par Dieu. C'est précisément parce que Dieu perfectionne l'homme que l'homme a une destination et que son destin est assuré. Ici, la destination appropriée dont il est fait mention n'est pas faite d'espérance et de perspectives de l'homme purgés dans le passé ; les deux sont différents. Les aspirations de l'homme à chercher à satisfaire les désirs extravagants de la chair constituent son espérance et sa quête, plutôt que la destination qui lui est promise. Ce que Dieu a préparé pour l'homme, entre temps, ce sont les bénédictions et les promesses dues à l'homme une fois qu'il aura été purifié, que Dieu a préparé pour l'homme après qu'Il eût créé le monde, et qui ne sont pas salis par le choix, les conceptions, l'imagination ou la chair de l'homme. Cette destination n'est pas préparée pour une personne en particulier, mais c'est le lieu du repos de toute l'humanité. Et donc, cette destination est la destination la plus appropriée pour l'humanité.

Extrait de « Restaurer la vie normale de l'homme et l'emmener vers une merveilleuse destination »

Nous sommes déjà dans les derniers jours. Savez-vous comment faire pour accueillir le Seigneur et être enlevés jusqu’au royaume des cieux? Contactez-nous dès maintenant pour en discuter.
Contactez-nous
Contactez-nous par Whatsapp

Contenu connexe