Paroles de Dieu quotidiennes | « Ce n'est qu'en comprenant ton propre état que tu peux t'engager sur la bonne voie » | Extrait 379

Beaucoup de gens ont déjà dit ceci : « Je comprends toute la vérité, c'est simplement que je n'arrive pas à la mettre en pratique. » Cette phrase révèle le problème de fond, qui est aussi un problème dans la nature des hommes. Si la nature de quelqu'un déteste la vérité, cette personne ne la mettra jamais en pratique. Ceux qui détestent la vérité nourriront très certainement des désirs excessifs dans leur croyance en Dieu ; quoi qu'ils fassent, leurs propres intentions sont toujours présentes. Par exemple, certains, parmi ceux qui ont subi la persécution et ne peuvent pas retourner chez eux, ont ce genre d'aspirations : « Aujourd'hui, je ne peux pas revoir ma maison, mais un jour, Dieu m'en offrira une qui sera mieux. Il ne me fera pas souffrir en vain. » Ou encore, ils se disent : « Dieu me donnera à manger, quel que soit l'endroit où j'habite. Il ne me conduira pas dans une impasse. S'Il le faisait, Il commettrait le mal. » Les gens n'ont-ils pas ces pensées en eux ? Il y en a qui se disent : « Je me dépense tellement pour Dieu qu'Il ne devrait pas me livrer aux mains des autorités. J'ai abandonné beaucoup de choses et je poursuis sérieusement la vérité, il est donc seulement légitime que Dieu me bénisse ; nous attendons tellement que le jour de Dieu arrive qu'il devrait arriver bientôt, et Dieu devrait réaliser nos vœux. » Les gens formulent toujours auprès de Dieu des exigences excessives en leur for intérieur et ils se disent : « Nous avons fait cela, il est donc tout à fait légitime que Dieu accomplisse telle ou telle chose ; nous avons réalisé quelques exploits, donc Dieu devrait nous accorder une récompense et nous donner telle ou telle bénédiction. » Il y a aussi des gens qui, en voyant les autres quitter leur famille et se dépenser pour Dieu de manière décontractée, se sentent démoralisés et se disent : « Les autres sont partis de chez eux depuis si longtemps ! Comment arrivent-ils à surmonter cela ? Pourquoi est-ce que je n'arrive pas du tout à surmonter cela ? Pourquoi est-ce que je n'arrive jamais à me détacher de ma famille et de mes enfants ? Pourquoi Dieu est-Il bon envers ces gens-là, mais pas envers moi ? Pourquoi le Saint-Esprit ne m'accorde-t-Il pas la grâce ? Pourquoi Dieu n'est-Il pas avec moi ? » Quel est cet état ? Les gens se montrent tellement déraisonnables. Ils ne mettent pas la vérité en pratique ; au lieu de cela, ils se plaignent de Dieu. Ils ne font aucun effort individuel ni rien de ce qu'ils devraient accomplir personnellement. Ils ont renoncé aux choix qu'ils devraient faire de manière personnelle et au chemin qu'ils devraient suivre. Ils exigent toujours que Dieu fasse ceci ou cela et veulent que Dieu soit aveuglément bon à leur égard, qu'Il leur accorde aveuglément Sa grâce, qu'Il les guide et leur procure du plaisir. Ils se disent : « J'ai quitté ma maison, j'ai abandonné tant de choses, j'accomplis mon devoir et j'ai tant souffert. Dieu devrait donc m'accorder Sa grâce, faire en sorte que mon foyer ne me manque pas, me donner la résolution d'abandonner ma famille et me fortifier. Pourquoi suis-je si faible ? Pourquoi les autres sont-ils si forts ? Dieu devrait me fortifier. » « D'autres peuvent rentrer chez eux ; pourquoi suis-je persécuté et dans l'impossibilité de revoir ma maison ? Dieu ne me manifeste aucune grâce. » Ce que ces gens disent est complètement déraisonnable et, a fortiori, ne contient pas la moindre vérité. Comment les récriminations des gens apparaissent-elles ? Ce sont des choses qui se révèlent à l'intérieur de l'homme et qui représentent tout à fait la nature de l'homme. Si l'homme ne chasse pas ces choses à l'intérieur de lui, alors peu importe la taille de ta stature, peu importe la part de vérité que tu comprends, tu n'auras jamais la garantie d'être capable de rester debout. Il te sera possible de blasphémer contre Dieu et de Le trahir, ainsi que d'abandonner le vrai chemin à tout moment et n'importe où. C'est quelque chose qui peut arriver très facilement. Y voyez-vous clair à présent ? Les gens doivent comprendre et maîtriser ce que leur nature peut révéler à tout moment ; ils doivent aborder ce problème consciencieusement. Ceux qui ont une compréhension relativement bonne de la vérité sont, parfois, en partie conscients de cela. Quand ils découvrent un problème, ils peuvent s'engager dans une réflexion et une introspection profondes. Il arrive, cependant, qu'ils n'aient pas conscience du problème, donc qu'il n'y ait rien qu'ils puissent faire. Ils ne peuvent alors qu'attendre que Dieu leur fasse une révélation ou leur dévoile les faits. Des gens étourdis ont parfois conscience de ces choses-là, mais ils ne sont pas très exigeants envers eux-mêmes et disent : « Tout le monde est comme ça, donc ça ne veut rien dire. Dieu me pardonnera ; Il ne Se souviendra pas. C'est normal. » Ce que les gens devraient choisir et ce qu'ils devraient faire, ils ne le font pas ni ne le réalisent. Ils sont tous dissipés, gravement inertes et très dépendants, s'autorisant même à suivre sans retenue le fil de leurs pensées. « Si, un jour, Dieu nous transforme complètement, nous ne serons plus inertes. Nous pourrons alors avancer correctement. Dieu n'aura pas besoin de S'inquiéter autant à notre sujet. » Tu dois y voir clair à présent. Tu devrais faire tes propres choix concernant le chemin que tu vas suivre ; les choix que chacun fait sont cruciaux. Tu es à même de déceler cela, alors quelle est ta force en ce qui concerne l'exercice de la maîtrise de soi ? Quelle est ta force en ce qui concerne le renoncement à soi-même ? C'est la condition préalable à la pratique de la vérité et c'est l'élément-clé. Chaque fois que tu rencontres un problème, s'il s'agit d'une situation où tu sais quoi faire conformément à la vérité, tu ne sauras comment procéder que lorsque tu seras au clair quant au choix que tu devrais faire et quant à ce que tu devrais mettre en pratique. Si tu arrives à déceler ce qui est bien et mal dans ton propre état, mais que tu n'arrives pas encore à être complètement au clair à ce sujet et te contentes de continuer en étant dissipé, tu ne feras alors jamais aucun progrès et ne connaîtras jamais aucune percée. Si tu n'es pas sérieux à propos de l'entrée dans la vie, alors tu ne fais que te retenir, et cela ne peut que prouver que tu n'aimes pas la vérité.

Extrait de « Récits des entretiens de Christ »

Voulez-vous accueillir le Seigneur pour devenir la personne la plus chanceuse du monde ? Contactez-nous pour trouver le chemin.

Contenu connexe