« Dieu Lui-même, l’Unique III » | Extrait 132

Les poursuites et gains de Job dans la vie lui permettent d'affronter tranquillement la mort

Dans l'Écriture, il est écrit au sujet de Job : « Et Job mourut âgé et rassasié de jours » (Job 42:17). Cela signifie que lorsque Job est décédé, il ne regrettait rien et ne ressentait aucune douleur, mais il a naturellement quitté ce monde. Comme tout le monde le sait, Job était un homme qui craignait Dieu et s'éloignait du mal quand il était vivant ; Dieu a salué ses actions justes, les gens s'en souvenaient, et sa vie, plus que celle de quiconque, avait une valeur et un sens. Job a joui des bénédictions de Dieu qui l'a appelé juste sur la terre, et il a également été éprouvé par Dieu et testé par Satan ; il a témoigné de Dieu et méritait d'être appelé une personne juste. Pendant plusieurs décennies après avoir été éprouvé par Dieu, il a vécu une vie qui était encore plus précieuse, signifiante, stable et paisible que jamais. Du fait de ses bonnes actions, Dieu l'a éprouvé ; du fait de ses actions justes, Dieu lui apparut et lui parla directement. Ainsi, pendant des années après avoir été éprouvé, Job comprit et apprécia la valeur de la vie d'une manière plus concrète, parvint à une compréhension plus profonde de la souveraineté du Créateur, et gagna une connaissance plus précise et certaine de la façon dont le Créateur donne et reprend Ses bénédictions. La Bible rapporte que l'Éternel Dieu accorda même de plus grandes bénédictions à Job qu'auparavant, plaçant Job dans une bien meilleure position pour connaître la souveraineté du Créateur et faire tranquillement face à la mort. Ainsi quand Job vieillit et fit face à la mort, il ne se serait certainement pas inquiété de ses biens. Il n'avait pas de soucis, n'avait rien à regretter, et bien sûr n'avait pas peur de la mort ; car il avait passé toute sa vie en marchant dans la voie de la crainte de Dieu et de l'éloignement du mal, et il n'avait aucune raison de se soucier de sa propre fin. Combien de personnes aujourd'hui pourraient agir de la même façon que Job quand il a fait face à sa propre mort ? Pourquoi n'y a-t-il personne capable de maintenir une si simple attitude extérieure ? Il n'y a qu'une seule raison : Job vécut sa vie en croyant en la souveraineté de Dieu, en la reconnaissant et en s'y soumettant, et ce fut avec cette croyance, cette reconnaissance et cette soumission qu'il traversa les passages importants de la vie, vécut ses dernières années et accueillit le passage final de sa vie. Qu'importe ce que Job a expérimenté, ses poursuites et objectifs dans la vie étaient heureux, pas douloureux. Son bonheur n'était pas seulement à cause des bénédictions ou des éloges que le Créateur lui accordait, mais surtout à cause de ses poursuites et objectifs de la vie, à cause de la connaissance progressive et de la véritable compréhension de la souveraineté du Créateur qu'il atteignit à travers la crainte de Dieu et l'éloignement du mal, et de plus, à cause de Ses actes merveilleux que Job expérimenta personnellement pendant son temps en tant que sujet de la souveraineté du Créateur, et des expériences chaudes et inoubliables ainsi que des souvenirs de la coexistence, la familiarité et la compréhension mutuelle entre l'homme et Dieu ; à cause du confort et du bonheur qui avait découlé de la connaissance de la volonté du Créateur ; à cause de la révérence qui était suscitée après avoir vu qu'Il est grand, merveilleux, aimable et fidèle. La raison pour laquelle Job a pu faire face à la mort sans souffrance est qu'il savait qu'en mourant, il retournerait aux côtés du Créateur. Et ce furent ses poursuites et gains dans la vie qui lui permirent de faire face à la mort calmement, de faire face à la perspective du Créateur qui reprenait sa vie, avec un cœur tranquille, et de plus, de se tenir debout, sans souillure et sans souci, devant le Créateur. Peut-on atteindre aujourd'hui le genre de bonheur que possédait Job ? Êtes-vous vous-même en mesure de le faire ? Dès lors qu'en nos jours les hommes sont en mesure de le faire, pourquoi sont-ils incapables de vivre heureux, comme Job a vécu ? Pourquoi sont-ils incapables d'échapper à la souffrance de la peur de la mort ? Face à la mort, certaines personnes se mouillent ; d'autres sont saisies de frissons, s'évanouissent, se déchaînent contre le ciel et l'humanité, voire crient et pleurent. En aucun cas, ces réactions ne se produisent pas soudainement à l'approche de la mort. Les gens se comportent de cette façon embarrassante surtout parce que, au fond de leur cœur, ils craignent la mort, parce qu'ils n'ont pas une connaissance claire et une appréciation de la souveraineté de Dieu et de Ses arrangements, encore moins s'y soumettent-ils vraiment ; parce que les gens ne veulent rien d'autre que d'arranger et de gouverner tout par eux-mêmes, de contrôler leur propre destin, leur propre vie et mort. Il n'est donc pas étonnant que les gens ne soient jamais capables d'échapper à la peur de la mort.

Extrait de « Dieu Lui-même, l'Unique III »

Nous sommes déjà dans les derniers jours. Savez-vous comment faire pour accueillir le Seigneur et être enlevés jusqu’au royaume des cieux? Contactez-nous dès maintenant pour en discuter.
Contactez-nous
Contactez-nous par Whatsapp

Contenu connexe