L’importance de la coordination dans le service

24 juillet 2017

Par Mei Jie, Chine

L’Église a récemment promulgué un accord de travail demandant aux dirigeants d’Église, à tous les niveaux, de mettre en place un partenaire (un collaborateur avec lequel travailler). À l’époque, je pensais que c’était un bon arrangement. J’étais de faible calibre et j’avais beaucoup de travail ; j’avais vraiment besoin d’une partenaire pour m’aider à réaliser tous les types de travaux dans l’Église.

Donc, avec la sœur qui est devenue ma partenaire, nous avons commencé notre travail pastoral dans l’église. Mais, peu à peu, j’ai vu qu’elle ne faisait pas toutes sortes de choses selon ma volonté et de la résistance apparut dans mon cœur : bien que je sois un peu plus occupée quand je travaille seule, cela me convient, et trouver une partenaire serait vraiment une corvée. Si je la laisse travailler et que ce n’est pas idéal, alors je préfère effectuer le travail par moi-même. Si je ne la laisse pas travailler, bon, c’est ma partenaire… Donc, une résistance croissante est apparue dans mon cœur, jusqu’à ce que, à un moment, je ne puisse plus la contenir et que je perde mon calme vis-à-vis d’elle : « comment peux-tu être aussi stupide ? Tu es dirigeante depuis plusieurs années, comment peux-tu faire encore du mauvais travail ? Pourquoi ne peux-tu jamais comprendre ou répondre ?… » Après coup, je me suis sentie très mal, vraiment coupable. Je me suis dit : ma situation est-elle incorrecte ? Je suis donc venue devant Dieu dans ma recherche et j’ai vu les paroles de Dieu qui disaient : « L’exigence qui vous est imposée aujourd’hui de travailler ensemble en harmonie est semblable au service que l’Éternel requérait des Israélites : sinon, cessez tout simplement d’exécuter du service. Parce que vous êtes des gens qui servent Dieu directement, à tout le moins vous devez être capables de loyauté et de soumission dans votre service, et devez également être en mesure de tirer des leçons de manière pratique. […] Vous n’étudiez même pas ni n’entrez dans ce genre de leçons pratiques, pourtant vous parlez toujours de servir Dieu ! […] Si vous n’apprenez pas les uns des autres, ne vous aidez pas entre vous, ni ne compensez vos lacunes mutuelles lorsque vous travaillez dans les Églises, comment pouvez-vous en tirer des leçons ? Chaque fois que vous faites face à quelque chose, vous devriez échanger entre vous afin que votre vie puisse en bénéficier » (« Servir comme les Israélites », dans La Parole apparaît dans la chair). Puis j’ai vu cela dans un sermon : « certaines personnes sont incapables de se coordonner avec quiconque en accomplissant leur devoir. Personne ne peut les approcher ; cela révèle leur arrogance et leur orgueil, et le fait qu’elles n’ont aucune humanité ni aucun sentiment, qu’elles n’ont pas conscience d’elles-mêmes et qu’elles prennent les autres de haut. N’est-ce pas pitoyable ? Le tempérament de ce type d’humain ne change pas du tout et ce n’est pas facile de dire s’ils peuvent être sauvés par Dieu. Les personnes qui se connaissent vraiment peuvent traiter les autres correctement sans être trop critiques. Elles peuvent aussi aider et soutenir patiemment les autres, faire ressentir aux gens qu’ils sont chers et aimés ; elles peuvent avoir de bonnes relations avec les autres. Il y a des gens avec de l’humanité, et seuls les gens avec de l’humanité ont de la dévotion pour Dieu, peuvent vivre harmonieusement avec les autres et s’acquitter de leur devoir de manière adéquate » (L’échange du supérieur). À partir de ces paroles de Dieu et de ce passage du sermon, je me suis examinée attentivement et j’ai vu que je n’avais pas compris la volonté de Dieu dans la maison de Dieu qui consiste à arranger des partenaires pour chaque niveau de dirigeant. Plus encore, je n’avais pas mis en pratique et n’étais pas entrée dans la vérité de la coordination harmonieuse. L’une des raisons pour lesquelles la maison de Dieu arrange des partenaires pour nous est que notre calibre est trop faible et que notre compréhension de tous les aspects de la vérité est trop limitée. Nous ne pouvons effectuer tout le travail de l’église par nous-même. Avec l’aide d’un partenaire, nous pouvons mieux effectuer le travail de l’église. Une autre raison en est que, du fait de notre nature si arrogante, avec une fonction élevée, nous vouloir avoir du pouvoir et avoir le dernier mot en affaire. Avec la supervision et le contrôle d’un partenaire, ce genre de service autocratique, sans discernement et irresponsable qui pourrait porter atteinte au travail de l’église peut être évité. Nous pouvons aussi mieux nous exercer à entrer dans la vérité de l’humanité normale afin d’avoir un échange mutuel avec les partenaires et d’apprendre les uns des autres. C’est un énorme avantage pour le travail de l’église ainsi que pour notre entrée personnelle dans la vie. Cela m’a fait voir que cette coordination harmonieuse dans notre service est si importante pour le travail de l’église et pour notre entrée personnelle dans la vie ! Mais je n’avais pas du tout recherché la volonté de Dieu dans tout cela. Je n’avais pas prêté attention aux leçons concrètes que je pouvais tirer de cette coordination. J’ai tout récemment travaillé à contrecœur avec elle à cause de l’arrangement de l’église, et dès que cette sœur ne gérait pas bien certaines choses, je la réprimandais et me mettais en colère. J’ai toujours pensé qu’elle n’était pas aussi capable que moi, et je n’ai pas vu ses points forts et ses atouts. J’ai même résisté à l’arrangement de l’église. J’étais vraiment trop arrogante, si peu consciente de moi-même, et je n’avais même pas un tout petit peu d’humanité ni de raison, et plus encore, je n’avais absolument pas de révérence pour Dieu dans mon cœur, et ne méritais pas de rendre service devant Dieu.

Oh Dieu ! Ta révélation m’a fait reconnaître mon incapacité à coordonner harmonieusement, mon arrogance et mon côté pitoyable à Ton service. Dorénavant, je suis prête à conserver de la révérence pour Toi dans mon cœur, à ne plus m’élever et à me concentrer sur l’intérêt de l’Église en toutes choses. En coordination dans le service, je soutiendrai les autres et j’apprendrai des autres. Je me concentrerai sur ma propre entrée dans la vérité, et je chercherai bientôt à devenir une personne dotée de vérité et d’humanité qui soit apte à être utilisée par Toi.

Nous sommes déjà dans les derniers jours. Savez-vous comment faire pour accueillir le Seigneur et être enlevés jusqu’au royaume des cieux? Contactez-nous dès maintenant pour en discuter.

Contenu connexe

L’essence de l’abus de pouvoir pour la vengeance personnelle

« Comment les conducteurs traitent les frères et sœurs qu’ils trouvent désagréables, qui s’opposent à eux, qui ont des vues complètement opposées aux leurs – c’est une problématique sérieuse qui doit être gérée avec précaution. S’ils n’entrent pas dans la vérité, ils vont certainement discriminer et frapper contre cette personne quand ils vont rencontrer ce genre de situation. Ce genre d’action montre précisément la nature du grand dragon rouge résistant et trahissant Dieu. Si le conducteur est quelqu’un qui cherche la vérité, qui a une conscience et du sens, il cherchera la vérité et manœuvrera correctement… En tant que personne, nous devons être juste et équitable. En tant que conducteurs, nous devons manœuvrer selon la parole de Dieu de façon à pouvoir témoigner. Si nous faisons les choses selon notre volonté, donnant libre cours à notre tempérament corrompu, alors ce sera un terrible échec. »