Nous invitons tous ceux qui cherchent la vérité à nous contacter.

Les brebis de Dieu entendent la voix de Dieu

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Largeur de page

0 résultats de recherche

Aucun résultat trouvé

`

Chapitre 3 Tu dois connaître les vérités des trois étapes de l’œuvre de Dieu

3. Connaître le but et la signification de chacune des trois étapes de l’œuvre de Dieu

Paroles de Dieu concernées :

L’œuvre que l’Éternel a réalisée au sein des Israélites a établi au sein de l’humanité le lieu de l’origine terrestre de Dieu, Son lieu sacré où Il était présent. Il a circonscrit Son œuvre au peuple d’Israël. Dans un premier temps, Il n’a pas travaillé en dehors d’Israël ; plutôt, Il a choisi un peuple qu’Il a trouvé approprié afin de restreindre le champ d’action de Son œuvre. Israël est le lieu où Dieu a créé Adam et Eve et, de la poussière de ce lieu, l’Éternel a fait l’homme ; c’est la base de Son œuvre sur la terre. Les Israélites, qui sont les descendants de Noé et d’Adam, furent la fondation de l’œuvre de l’Éternel sur la terre.

La signification, le but et l’étape de l’œuvre de l’Éternel en Israël étaient de commencer Son œuvre sur toute la terre, s’étendant progressivement aux nations païennes à partir de son centre en Israël. C’est le principe suivant lequel Il travaille à travers l’univers — établir un modèle, puis l’élargir jusqu’à ce que tous les peuples de l’univers aient accepté Son évangile. Les premiers Israélites étaient les descendants de Noé. Ces gens avaient seulement le souffle de l’Éternel et pouvaient subvenir à leurs besoins essentiels de la vie, mais ils ne savaient pas quel genre de Dieu était l’Éternel, pas plus qu’ils ne connaissaient Sa volonté pour l’homme, et encore moins comment ils devaient révérer le Seigneur de toute la création. Les descendants d’Adam ne savaient pas à quelles règles et lois ils devaient obéir ni ne connaissaient le travail que les êtres créés devaient faire pour le Créateur. Tout ce qu’ils savaient, c’est que le mari devait suer et travailler dur pour nourrir sa famille et que la femme devait se soumettre à son mari et perpétuer la race des humains que l’Éternel avait créée. En d’autres termes, ces hommes avaient seulement le souffle de l’Éternel et Sa vie, mais ne savaient pas comment suivre les lois de Dieu ou comment satisfaire le Seigneur de toute la création. Ils comprenaient beaucoup trop peu. Donc, même s’il n’y avait rien de malhonnête ou de rusé dans leur cœur et même s’ils éprouvaient rarement de la jalousie et ne se disputaient pas, ils ne connaissaient pas ou ne comprenaient pas l’Éternel, le Seigneur de toute la création. Ces ancêtres de l’homme se contentaient de manger les choses de l’Éternel, de profiter des choses de l’Éternel, mais ils ne savaient pas révérer l’Éternel ; ils ne savaient pas que l’Éternel est Celui qu’ils devaient adorer à genoux. Alors, comment pouvaient-ils être appelés Ses créatures ? Si tel était le cas, que dire des paroles : « L’Éternel est le Seigneur de toute la création » et « Il a créé l’homme pour que l’homme puisse Le manifester, Le glorifier et Le représenter » ? N’auraient-elles pas été prononcées en vain ? Comment des hommes qui n’ont aucune vénération pour l’Éternel pourraient-ils devenir un témoignage de Sa gloire ? Comment pourraient-ils devenir une manifestation de Sa gloire ? Les paroles de l’Éternel : « J’ai créé l’homme à Mon image » ne deviendraient-elles pas alors une arme entre les mains de Satan, le malin ? Ces paroles ne deviendraient-elles pas alors un signe d’humiliation pour la création de l’homme par l’Éternel ? Afin de terminer cette étape de l’œuvre, l’Éternel, après la création de l’humanité, ne l’a pas instruite ni guidée, depuis Adam jusqu’à Noé. Ce n’est qu’après le déluge qu’Il a réellement commencé à guider les Israélites qui étaient les descendants d’Adam et de Noé. Son œuvre et Ses déclarations en Israël ont donné une direction à tous les hommes d’Israël alors qu’ils vivaient leur vie dans tout le pays d’Israël et, ainsi, ont montré à l’humanité que l’Éternel était non seulement capable de souffler dans l’homme un souffle afin qu’il reçoive de Lui la vie et qu’il s’élève de la poussière, transformé en un être humain créé, mais qu’Il pouvait aussi détruire l’humanité par les flammes, maudire l’humanité et utiliser Sa verge pour gouverner l’humanité. Ainsi, ils ont vu aussi que l’Éternel pouvait guider la vie de l’homme sur terre et parler et travailler dans l’humanité selon les heures du jour et de la nuit. Il a fait l’œuvre seulement pour que Ses créatures puissent savoir que l’homme venait de la poussière qu’Il avait prise, que l’homme avait été créé par Lui. En outre, la raison de l’œuvre qu’Il a commencée en Israël était que les autres peuples et nations (qui, en fait, n’étaient pas séparés d’Israël, mais s’étaient détachés des Israélites, étaient pourtant toujours des descendants d’Adam et Eve) puissent recevoir d’Israël l’évangile de l’Éternel, de sorte que toutes les créatures de l’univers Le révéreraient et Le considéreraient comme grand. Si l’Éternel n’avait pas commencé Son œuvre en Israël, mais, plutôt, ayant créé l’humanité, l’avait laissée mener une vie sans souci sur terre, alors, en raison de la nature physique de l’homme (« nature » signifie que l’homme ne peut jamais connaître les choses qu’il ne peut pas voir, c’est-à-dire qu’il ne sait pas que l’Éternel a créé l’humanité, encore moins pourquoi Il l’a créée), l’homme ne saurait jamais que l’Éternel a créé l’humanité et qu’Il est le Seigneur de toutes choses. Si l’Éternel avait créé l’homme et l’avait placé sur la terre pour Son plaisir et ensuite s’était tout simplement lavé les mains et était parti plutôt que de diriger les hommes pendant une certaine période, alors toute l’humanité serait retournée à néant ; même le ciel et la terre et toutes les choses qu’Il a créés, y compris toute l’humanité, seraient retournés à néant et auraient été foulés par Satan. Ainsi, la volonté de l’Éternel selon laquelle « sur la terre, c’est-à-dire au milieu de Sa création, Il devrait avoir un endroit où résider, un lieu saint » aurait été brisée. Et donc, après avoir créé les hommes, qu’Il ait pu rester au milieu d’eux pour les guider dans leur vie et leur parler depuis cette place au milieu d’eux, tout cela avait le but de réaliser Son désir et d’accomplir Son plan. L’œuvre de Dieu en Israël n’avait que le but d’exécuter le plan qu’Il avait mis en place avant Sa création de toutes choses, et donc Son œuvre d’abord parmi les Israélites et Sa création de toutes choses n’étaient pas en contradiction l’une avec l’autre, mais les deux étaient pour Sa gestion, Son œuvre et Sa gloire, approfondissant le sens de Sa création de l’humanité. Il a guidé la vie des hommes sur la terre pendant deux mille ans après Noé, au cours desquels Il leur a appris à révérer l’Éternel, le Seigneur de toutes choses, leur a appris comment se comporter et comment vivre leur vie, et surtout, comment agir comme des témoins de l’Éternel, Lui obéir, Le révérer, et Le louer avec de la musique comme David et ses prêtres.

Avant les deux mille ans au cours desquels l’Éternel a réalisé Son œuvre, les hommes ne savaient rien et presque tout a dégénéré dans la profondeur de la promiscuité et de la corruption qui ont précédé le déluge ; l’Éternel n’habitait pas leur cœur, et Son chemin n’y était pas non plus. Ils ne comprenaient jamais l’œuvre que l’Éternel allait accomplir ; ils manquaient de raison, ils étaient comme des machines qui vivent et respirent, ignorants de l’homme, de Dieu, du monde et de la vie aussi. Sur la terre, ils se sont beaucoup livrés à la séduction comme le serpent, et ont dit beaucoup de choses qui offensaient l’Éternel, mais, parce qu’ils étaient ignorants, l’Éternel ne les a pas châtiés ni disciplinés. Après le déluge, quand Noé était âgé de 601 ans, l’Éternel apparut officiellement à Noé et le guida, lui et sa famille, le conduisant, ainsi que les oiseaux et les bêtes qui avaient survécu à l’inondation, et ses descendants jusqu’à la fin de l’ère de la Loi, pendant 2 500 ans. Il a été officiellement à l’œuvre en Israël pendant 2 000 ans, et la période pendant laquelle Il était à l’œuvre à la fois en Israël et à l’extérieur de celui-ci était de 500 ans, ce qui fait en tout 2 500 ans. Pendant cette période, Il a enseigné aux Israélites que pour servir l’Éternel, ils devaient construire le temple et porter des habits de prêtres et marcher pieds nus dans le temple à l’aube de peur que leurs chaussures souillent le temple et que le feu soit lancé sur eux du haut du temple et les brûle à les faire mourir. Ils ont fait leur devoir et se sont soumis aux arrangements de l’Éternel. Ils ont prié l’Éternel dans le temple et, après qu’ils ont été inspirés par l’Éternel, c’est-à-dire après que l’Éternel leur a parlé, ils ont conduit le peuple et lui ont appris qu’il devait révérer l’Éternel, leur Dieu. Et l’Éternel leur a dit qu’ils devaient construire le temple et l’autel, et au temps fixé par l’Éternel, c’est-à-dire, à la Pâque, qu’ils devaient préparer des veaux et des agneaux nouveau-nés en sacrifices sur l’autel pour servir l’Éternel, afin de les modérer et de mettre la révérence envers l’Éternel dans leur cœur. Leur obéissance à cette loi servirait à mesurer leur fidélité à l’Éternel. L’Éternel a également institué le jour du sabbat pour eux, le septième jour de Sa création. Il a fait du jour suivant le premier jour, une journée pour eux pour louer l’Éternel, pour Lui offrir des sacrifices et jouer de la musique pour Lui. Ce jour-là, l’Éternel a rassemblé tous les prêtres et a divisé les sacrifices sur l’autel pour que le peuple les mange afin qu’ils puissent jouir des sacrifices offerts à l’Éternel. Et l’Éternel a dit qu’ils étaient bénis et avaient une part avec Lui et qu’ils étaient Ses élus (ce qui était l’alliance de l’Éternel avec les Israélites). Voilà pourquoi, jusqu’à ce jour, le peuple d’Israël dit toujours que l’Éternel est son Dieu à lui seul, et non pas le Dieu des autres peuples.

Au cours de l’ère de la Loi, l’Éternel a institué de nombreux commandements que Moïse devait transmettre aux Israélites qui l’ont suivi hors d’Égypte. L’Éternel a donné ces commandements aux Israélites, des commandements qui étaient sans rapport avec les Égyptiens, qui étaient destinés à retenir les Israélites et étaient Ses exigences pour eux. Qu’un homme observe le sabbat ou non, qu’il respecte ses parents ou non, qu’il adore des idoles ou non, et ainsi de suite, tels étaient les principes par lesquels un homme était jugé de pécheur ou de juste. Qu’un homme soit frappé par le feu de l’Éternel ou lapidé à mort, ou qu’il reçoive la bénédiction de l’Éternel était déterminé selon son obéissance à ces commandements ou pas. Ceux qui ne respectaient pas le sabbat étaient lapidés à mort. Ces sacrificateurs qui n’observaient pas le sabbat étaient frappés par le feu de l’Éternel. Ceux qui ne démontraient pas de respect pour leurs parents étaient lapidés à mort. Tout cela a été recommandé par l’Éternel. L’Éternel a établi Ses commandements et Ses lois afin que, pendant qu’Il conduisait leur vie, les gens écoutent et obéissent à Sa parole et ne se rebellent pas contre Lui. Il a utilisé ces lois pour contrôler la race humaine nouvellement née, pour jeter les bases de Son œuvre future. Et ainsi, à cause de l’œuvre que l’Éternel a accomplie, la première ère a été appelée l’ère de la Loi. Bien que l’Éternel ait beaucoup parlé et beaucoup travaillé, Il ne les a guidés que de manière positive, enseignant à ces hommes ignorants comment être humains, comment vivre, comment comprendre la voie de l’Éternel. En grande partie, l’œuvre qu’Il a réalisée était destinée à permettre aux gens d’observer Son chemin et de suivre Sa Loi. L’œuvre a été réalisée sur des gens qui étaient superficiellement corrompus ; elle ne concernait pas la transformation du tempérament ou la croissance dans la vie. Il ne se souciait que d’utiliser les lois pour restreindre et contrôler les gens. Pour les Israélites à ce moment-là, l’Éternel était simplement un Dieu dans le temple, un Dieu dans les cieux. Il était une colonne de nuée, une colonne de feu. Tout ce que l’Éternel exigeait d’eux, c’était d’obéir à ce que les gens connaissent aujourd’hui comme Ses lois et Ses commandements — on pourrait même dire des règles —, parce que l’œuvre de l’Éternel n’avait pas pour objectif de les changer, mais de leur donner plus de choses que l’homme devrait avoir, de leur dire de Sa propre bouche, parce que, après que l’homme a été créé, l’homme ne savait rien de ce qu’il devrait posséder. Ainsi, l’Éternel leur a donné les choses qu’ils devraient posséder pour leur vie sur terre, a fait en sorte que les hommes qu’Il avait conduits surpassent leurs ancêtres, Adam et Eve, parce que ce que l’Éternel leur a donné était plus que ce qu’Il avait donné à Adam et Eve au début. Quoi qu’il en soit, l’œuvre de l’Éternel en Israël avait seulement pour but de guider les hommes et de faire que les hommes reconnaissent leur Créateur. Il ne les a pas vaincus ou changés, mais les a simplement guidés. Ceci est la somme de l’œuvre de l’Éternel à l’ère de la Loi. C’est le contexte, la vraie histoire, l’essence de Son œuvre sur toute la terre d’Israël, et le début de Ses six mille ans de travail — contrôler l’humanité par la main de l’Éternel. De ce contexte a découlé plus de travail dans Son plan de gestion de six mille ans.

Extrait de « L’œuvre à l’ère de la Loi », La Parole apparaît dans la chair

Dans l’ère de la Grâce, l’homme avait déjà été corrompu par Satan, et ainsi l’œuvre de racheter toute l’humanité exigeait une abondance de grâce, une tolérance et une patience infinies et, plus encore, une offrande adéquate pour expier les péchés de l’humanité, afin de produire ses effets. Ce que les gens voyaient dans l’ère de la Grâce n’était que Mon offrande d’expiation pour l’humanité : Jésus. Ils savaient seulement que Dieu pouvait être miséricordieux et tolérant et ne voyaient que la miséricorde et la bonté de Jésus. C’était entièrement parce qu’ils vivaient à l’ère de la Grâce. Alors, avant qu’ils ne pussent être rachetés, ils devaient jouir des nombreuses sortes de grâce que Jésus leur accorda ; cela seul était bénéfique pour eux. De cette façon, ils pouvaient être pardonnés de leurs péchés en jouissant de la grâce et pouvaient aussi avoir la chance d’être rachetés en jouissant de la tolérance et de la patience de Jésus. Seulement par la tolérance et la patience de Jésus obtinrent-ils le droit de recevoir le pardon et de jouir de l’abondance de la grâce accordée par Jésus, comme Jésus a dit : « Je suis venu non pour racheter les justes, mais les pécheurs, et pour permettre que leurs péchés soient pardonnés. » Si Jésus S’était incarné avec le tempérament du jugement, de la malédiction et de l’intolérance des offenses de l’homme, alors l’homme n’aurait jamais eu la chance d’être racheté et serait resté pour toujours pécheur ; et donc le plan de gestion de six mille ans n’aurait pas progressé plus loin que l’ère de la Loi. L’ère de la Loi aurait duré six mille ans, les péchés de l’homme auraient été plus nombreux et plus graves et la création de l’humanité n’aurait servi à rien. Les hommes auraient seulement pu servir l’Éternel en vertu de la loi, mais leurs péchés auraient dépassé ceux des premiers humains créés. Plus Jésus aimait les hommes, leur pardonnant leurs péchés et leur donnant assez de miséricorde et de bonté, plus l’humanité pouvait être sauvée, appelée les agneaux perdus et rachetés par Jésus à un prix élevé. Satan ne pouvait pas se mêler de cette œuvre, parce que Jésus traitait ceux qui Le suivaient comme une mère aimante traite l’enfant dans ses bras. Il ne Se fâchait pas contre eux ni ne les méprisait, mais Il était plein de consolation ; Il n’était jamais furieux parmi eux, mais tolérait leurs péchés et fermait les yeux sur leur folie et leur ignorance, jusqu’à dire : « Pardonne les autres soixante-dix fois sept fois. » Son cœur a donc réformé le cœur des autres et ainsi les gens ont reçu le pardon par Sa tolérance.

Extrait de « La vérité sur l’œuvre à l’ère de la Rédemption », La Parole apparaît dans la chair

Parce que c’était une ère différente, Il donnait souvent aux hommes beaucoup à manger et à boire afin qu’ils puissent manger à satiété. Il était bienveillant avec tous ceux qui Le suivaient, guérissant les malades, chassant les démons, ressuscitant les morts. Afin que les gens croient en Lui et voient que tout ce qu’Il accomplissait était fait avec sérieux et sincérité, Il est allé jusqu’à ressusciter un cadavre en décomposition, leur montrant qu’entre Ses mains même les morts pouvaient revenir à la vie. C’est ainsi qu’Il a enduré en silence parmi eux et accompli Son œuvre de rédemption. Même avant d’être cloué sur la croix, Jésus avait déjà pris sur Lui les péchés de l’humanité et était devenu une offrande d’expiation pour l’humanité. Même avant d’être crucifié, Il avait déjà ouvert le chemin à la croix afin de racheter l’humanité. Enfin, Il fut cloué sur la croix, Il Se sacrifia pour la croix et Il donna toute Sa miséricorde, Sa bonté et Sa sainteté à l’humanité.

Extrait de « La vérité sur l’œuvre à l’ère de la Rédemption », La Parole apparaît dans la chair

Sans la rédemption de Jésus, l’humanité aurait à jamais vécu dans le péché et serait devenue les enfants du péché, les descendants des démons. Continuant de cette façon, Satan se serait installé sur la terre et toute la terre serait devenue sa demeure. Mais l’œuvre de la rédemption exigeait la miséricorde et la bonté envers l’humanité ; ce n’est que de cette façon que l’humanité pouvait recevoir le pardon et finalement obtenir le droit d’être rendue complète et d’être pleinement acquise. Sans cette étape de l’œuvre, le plan de gestion de six mille ans n’aurait pas pu avancer. Si Jésus n’avait pas été crucifié, s’Il avait seulement guéri les gens et exorcisé leurs démons, alors les gens n’auraient pas pu être entièrement pardonnés de leurs péchés. Pendant les trois ans et demi que Jésus a accompli Son œuvre sur terre, Il n’a achevé que la moitié de Son œuvre de rédemption ; puis, parce qu’Il a été cloué sur la croix, parce qu’Il est devenu la ressemblance de la chair pécheresse, et parce qu’Il a été livré au malin, Il a terminé l’œuvre de la crucifixion et maîtrisé le destin de l’humanité. Ce n’est qu’après avoir été livré aux mains de Satan qu’Il a racheté l’homme. Pendant trente-trois ans et demi Il a souffert sur la terre, a été ridiculisé, calomnié et abandonné, Il ne Lui est même pas resté un endroit où poser Sa tête, aucun lieu de repos ; ensuite Il fut crucifié, tout Son être, corps immaculé et innocent, cloué sur la croix et subissant toutes sortes de souffrances. Ceux qui étaient au pouvoir se sont moqués de Lui et L’ont fouetté, et les soldats Lui ont même craché à la face ; mais Il a gardé le silence et enduré jusqu’à la fin, se soumettant inconditionnellement à la mort, à la suite de quoi Il racheta toute l’humanité et fut ainsi autorisé à se reposer.

Extrait de « La vérité sur l’œuvre à l’ère de la Rédemption », La Parole apparaît dans la chair

Dans le travail de l’ère de la Grâce, Jésus fut le Dieu qui sauve l’homme. La grâce, l’amour, la compassion, la tolérance, la patience, l’humilité, la prévenance et la tolérance étaient les composantes de ce qu’Il avait et de ce qu’Il était, et beaucoup de travail qu’il a fait était la rédemption de l’homme. Et quant à Son tempérament, il a été de compassion et d’amour, et parce qu’Il était compatissant et aimant, Il a dû être cloué sur la croix pour l’homme afin de montrer que Dieu aimait l’homme comme Lui-même, dans la mesure où Il s’est sacrifié Lui-même totalement. Satan a dit : « Puisque Tu aimes l’homme, Tu dois l’aimer à l’extrême : Tu dois être cloué sur la croix pour délivrer l’homme de la croix et du péché, et Tu dois T’offrir Toi-même en échange pour toute l’humanité. » Satan a fait le pari suivant : « Puisque Tu es un Dieu aimant et compatissant, Tu dois aimer l’homme à l’extrême : Tu dois T’offrir Toi-même jusqu’à la croix. » Jésus a dit : « Tant que c’est pour l’humanité, alors je suis prêt à Me donner complètement. »Et ensuite, Il s’est étendu sur la croix sans la moindre trace d’égoïsme et a racheté l’humanité entière. Au cours de l’ère de la Grâce, le nom de Dieu était Jésus, ce qui signifie que Dieu était un Dieu qui sauve l’homme et qu’Il était un Dieu compatissant et aimant. Dieu était avec l’homme. Son amour, Sa compassion et Son salut accompagnaient chaque personne. Si l’homme acceptait Son nom et Sa présence, alors l’homme gagnait la paix et la joie, recevait Sa bénédiction, Ses grandes et nombreuses grâces, et recevait Son salut. Par la crucifixion de Jésus, tous ceux qui L’ont suivi ont reçu le salut et leurs péchés furent pardonnés. Durant l’ère de la Grâce, le nom de Dieu était Jésus. En d’autres termes, le travail de l’ère de la Grâce a été fait principalement sous le nom de Jésus. Durant l’ère de la Grâce, Dieu était appelé Jésus. Il a fait un nouveau travail au-delà de l’Ancien Testament, Son travail a pris fin avec la crucifixion, et cela fut la totalité de Son travail.

Extrait de « La vision de l’œuvre de Dieu (3) », La Parole apparaît dans la chair

Pour l’homme, la crucifixion de Dieu a conclu le travail de l’incarnation de Dieu, a racheté toute l’humanité et Lui a permis de S’emparer de la clé de l’Hadès. Tous les gens pensent que le travail de Dieu est terminé. En réalité, pour Dieu, seule une petite partie de Son travail a été réalisée. Il a seulement racheté l’humanité ; Il n’a pas conquis l’humanité, encore moins a-t-Il changé la laideur de Satan dans l’homme. Voilà pourquoi Dieu dit : « Bien que Ma chair incarnée ait subi la douleur de la mort, tel n’était pas le seul but de Mon incarnation. Jésus est Mon Fils bien-aimé et a été cloué sur la croix pour Moi, mais Il n’a pas porté Mon travail à sa conclusion. Il n’en a fait qu’une partie. » Ainsi Dieu a commencé le deuxième cycle du plan de travail de l’incarnation. Le dessein ultime de Dieu est de perfectionner et d’acquérir tous ceux qui sont sauvés des mains de Satan,[…].

Extrait de « L’œuvre et l’entrée (6) », La Parole apparaît dans la chair

Le travail des derniers jours est de prononcer des paroles. Les paroles peuvent effectuer de grands changements dans l’homme. Les changements effectués maintenant dans ces gens quand ils reçoivent ces paroles sont beaucoup plus grands que ceux des gens à l’ère de la Grâce quand ils voyaient les signes et les prodiges, car, à l’ère de la Grâce, les démons étaient chassés des hommes par l’imposition des mains et la prière, mais le tempérament corrompu des hommes demeurait. Les hommes étaient guéris de leurs maladies et leurs péchés étaient pardonnés, mais le travail sur la manière de chasser les tempéraments sataniques corrompus en eux n’était pas fait. Les hommes étaient sauvés et leurs péchés étaient pardonnés seulement à cause de leur foi, mais la nature pécheresse des hommes n’était pas supprimée et demeurait en lui. Les péchés des hommes étaient pardonnés par Dieu incarné, mais cela ne signifie pas que les hommes n’avaient plus de péchés en eux. Les péchés de l’homme pouvaient être pardonnés par le sacrifice d’expiation, mais l’homme était incapable de résoudre le problème de comment ne plus pécher, de rejeter à jamais sa nature pécheresse et d’être transformé. Cela lui posait toujours problème. Les péchés des hommes ont été pardonnés à cause du travail de la crucifixion de Dieu, mais les hommes ont continué à vivre selon leur vieux tempérament satanique corrompu. Donc, les hommes doivent être complètement sauvés du tempérament satanique corrompu afin que la nature pécheresse des hommes soit complètement supprimée et qu’elle ne croisse plus jamais, permettant ainsi au tempérament des hommes de changer. Cela exige que les hommes comprennent le chemin de la croissance dans la vie, la voie de la vie et la façon de changer leur tempérament. Cela exige aussi que les hommes agissent conformément à cette voie afin que le tempérament des hommes puisse changer progressivement, que les hommes puissent vivre sous l’éclat de la lumière, qu’ils puissent faire toutes choses en accord avec la volonté de Dieu, qu’ils rejettent le tempérament satanique corrompu, se dégagent de l’influence des ténèbres de Satan et ainsi se libèrent pleinement du péché. Alors seulement le salut des hommes sera complet. Lorsque Jésus accomplissait Son œuvre, les hommes Le connaissaient encore de manière vague et imprécise. Les hommes ont toujours cru qu’Il était le fils de David et ont proclamé qu’Il était un grand prophète et le Seigneur bienveillant qui rachetait le péché des hommes. Certains, grâce à leur foi, ont été guéris simplement en touchant le bord de Son vêtement ; les aveugles ont retrouvé la vue et même les morts sont revenus à la vie. Cependant, les hommes ne pouvaient pas découvrir le tempérament satanique corrompu profondément enraciné en eux ni ne savaient comment le chasser. Les hommes ont reçu de nombreuses grâces comme la paix et le bonheur de la chair, la bénédiction de toute la famille à cause de la foi d’un seul, la guérison des maladies, et ainsi de suite. Le reste relevait des bonnes actions des hommes et de leur apparence pieuse ; si cela donnait la vie aux hommes, alors ils étaient considérés comme de bons croyants. Seuls de tels croyants pouvaient entrer au ciel après la mort, ce qui signifie qu’ils étaient sauvés. Mais, durant leur vie, ils ne comprenaient pas du tout la voie de la vie. Ils commettaient des péchés, tout simplement, puis les confessaient, répétant le cycle sans une manière de changer leur tempérament ; telle était la condition des hommes à l’ère de la Grâce. Les hommes ont-ils été complètement sauvés ? Non ! Par conséquent, après que cette étape est terminée, reste le travail de jugement et de châtiment. Cette étape purifie les hommes par la parole pour donner à l’homme un chemin à suivre. Cette étape ne serait pas fructueuse ou signifiante si elle continuait l’expulsion des démons, car la nature pécheresse des hommes ne serait pas supprimée et les hommes se limiteraient au pardon des péchés. Par le sacrifice d’expiation, les péchés des hommes ont été pardonnés, car l’œuvre de la crucifixion a déjà pris fin et Dieu l’a emporté sur Satan. Mais le tempérament corrompu des hommes demeure en eux et les hommes peuvent encore pécher et résister à Dieu ; Dieu n’a pas acquis l’humanité. Voilà pourquoi à cette étape de l’œuvre Dieu utilise la parole pour dévoiler le tempérament corrompu des hommes et exige des hommes qu’ils pratiquent en conformité avec la bonne voie. L’œuvre de cette étape est plus signifiante que la précédente, et plus fructueuse que la précédente, car c’est maintenant la parole qui approvisionne directement la vie des hommes et qui permet au tempérament des hommes d’être complètement renouvelé ; c’est une étape de l’œuvre plus complète. Par conséquent, l’incarnation des derniers jours a achevé la signification de l’incarnation de Dieu et a terminé le plan de gestion de Dieu pour sauver l’humanité.

Extrait de « Le mystère de l’incarnation (4) », La Parole apparaît dans la chair

Dans l’ère du Règne, Dieu utilise la parole pour inaugurer une ère nouvelle, pour changer Sa manière d’œuvrer et pour faire l’œuvre de l’ère entière. Tel est le principe qui guide l’œuvre de Dieu dans l’ère de la Parole. Il est devenu chair afin de parler selon des perspectives différentes, permettant à l’homme de vraiment voir Dieu, qui est la Parole qui apparait dans la chair, et qui est aussi Sa sagesse et Sa merveille. Cette œuvre est fait pour mieux atteindre les objectifs de conquérir l’homme, de perfectionner l’homme et d’éliminer l’homme. Cela est le vrai sens de l’utilisation de la parole pour l’œuvre dans l’ère de la Parole. Par la parole, l’homme apprend à connaître l’œuvre de Dieu, le tempérament de Dieu, l’essence de l’homme et l’entrée de l’homme. Par la parole, toute l’œuvre que Dieu veut faire durant l’ère de la Parole est accompli. Par la parole, l’homme est exposé, éliminé et éprouvé. L’homme a vu la parole, entendu la parole et a pris conscience de l’existence de la parole. En conséquence, l’homme croit en l’existence de Dieu ; l’homme croit en la toute-puissance et en la sagesse de Dieu, ainsi qu’au cœur d’amour de Dieu pour l’homme et en Son désir de sauver l’homme. […] Tout au long de l’ère du Règne, Dieu utilise la parole pour faire Son œuvre et obtenir les résultats de Son œuvre ; Il ne fait pas des prodiges ni des miracles ; Il fait simplement Son œuvre par la parole. Grâce à la parole, l’homme est nourri et approvisionné ; grâce à la parole, l’homme acquiert des connaissances et une véritable expérience.

Extrait de « L’ère du Règne est l’ère de la Parole », La Parole apparaît dans la chair

L’œuvre accomplie par Dieu pendant cette ère est principalement l’approvisionnement des paroles pour la vie de l’homme, le dévoilement de l’essence de la nature de l’homme et du tempérament corrompu de l’homme, la suppression des conceptions religieuses, de la pensée féodale, de la pensée dépassée, ainsi que la connaissance et la culture de l’homme. Tout cela doit être mis à nu et purifié par les paroles de Dieu. Dans les derniers jours, Dieu utilise des paroles, et non des signes et des prodiges, pour rendre l’homme parfait. Il utilise Ses paroles pour exposer l’homme, pour juger l’homme, pour châtier l’homme et pour rendre l’homme parfait de sorte que dans les paroles de Dieu, l’homme en vient à réaliser la sagesse et la beauté de Dieu et à comprendre le tempérament de Dieu ; ainsi, par les paroles de Dieu, l’homme voit les actes de Dieu.

Extrait de « Connaître l’œuvre de Dieu aujourd’hui », La Parole apparaît dans la chair

Dans Son œuvre finale de la conclusion de l’ère, le tempérament de Dieu est le châtiment et le jugement. Il expose tout ce qui est injuste, Il juge tous les peuples publiquement et Il perfectionne ceux qui L’aiment vraiment. Seul un tel tempérament peut mener l’ère à sa fin. Les derniers jours sont déjà arrivés. Toutes les choses seront classées selon leur genre et seront divisées en différentes catégories selon leur nature. C’est le temps où Dieu expose la fin et la destination de l’homme. Si l’homme ne subit pas le châtiment et le jugement, alors il n’y aura aucun moyen d’exposer la désobéissance et l’injustice de l’homme. La fin de toutes choses peut être révélée seulement par le châtiment et le jugement. L’homme affiche ses vraies couleurs seulement quand il est châtié et jugé. Le mal sera placé avec le mal, le bien avec le bien et tous dans l’humanité seront classés selon leur espèce. Par le châtiment et le jugement, la fin de toutes choses sera exposée, de sorte que le mal sera puni et le bien sera récompensé, et tous les gens seront alors soumis à la domination de Dieu. Pour être réalisé, tout le travail exige un châtiment et un jugement justes. Parce que la corruption de l’homme a atteint son apogée et que sa désobéissance a été trop grave, seul le tempérament juste de Dieu, qui est principalement le châtiment et le jugement et qui est exposé au cours des derniers jours, peut complètement transformer l’homme et le rendre complet. Seul ce tempérament peut exposer le mal et donc punir sévèrement tous les injustes. Par conséquent, un tempérament comme celui-là est imprégné d’une signification temporelle, et la révélation et la démonstration de Son tempérament sont manifestées dans l’intérêt de l’œuvre de chaque nouvelle ère. Dieu n’expose pas Son tempérament arbitrairement et sans signification.

Extrait de « La vision de l’œuvre de Dieu (3) », La Parole apparaît dans la chair

Précédent:Tu dois connaître le but des trois étapes de l’œuvre de Dieu.

Suivant:Le rapport entre chacune des trois étapes de l’œuvre de Dieu

Vous aimerez peut-être également