C. Paroles sur la révélation des notions religieuses, des hérésies et des idées fausses de l’humanité corrompue

135. Comment devrait-on connaître Dieu en croyant en Lui ? Il faut parvenir à connaître Dieu en se fondant sur les paroles et l’œuvre de Dieu aujourd’hui, sans déviation ni erreur, et avant tout, il faut connaître l’œuvre de Dieu. C’est le fondement de la connaissance de Dieu. Toutes ces diverses erreurs qui manquent d’une compréhension pure des paroles de Dieu sont des notions religieuses ; ce sont des conceptions déviantes et erronées. Le plus grand talent des personnalités religieuses est de prendre les paroles de Dieu comprises par le passé et de les confronter aux paroles de Dieu aujourd’hui. Quand tu sers le Dieu d’aujourd’hui, si tu t’attaches aux éclairages passés du Saint-Esprit, alors ton service entraînera une perturbation, et ta pratique, qui ne sera rien de plus qu’une cérémonie religieuse, sera dépassée. Si tu crois que ceux qui servent Dieu doivent être en apparence humbles et patients et si tu mets en pratique aujourd’hui ce genre de connaissances, alors ces connaissances sont des notions religieuses ; cette pratique est devenue une performance hypocrite. Les mots « notions religieuses » font référence à des choses qui sont dépassées et obsolètes (y compris la compréhension des paroles prononcées auparavant par Dieu et la lumière révélée directement par le Saint-Esprit), et si celles-ci sont mises en pratique aujourd’hui, elles perturbent l’œuvre de Dieu et l’homme n’en tirent aucun profit. Si les gens sont incapables d’éliminer ces notions religieuses, alors elles deviendront un grand obstacle au service qu’ils doivent rendre à Dieu. Les gens qui ont des notions religieuses n’ont aucun moyen de suivre les étapes de l’œuvre du Saint-Esprit ; ils prennent de plus en plus de retard. En effet, ces notions religieuses incitent l’homme à devenir extrêmement suffisant et arrogant. Dieu ne ressent aucune nostalgie pour ce qu’Il a dit et fait dans le passé ; si une chose est dépassée, Il l’élimine. Te sens-tu vraiment incapable d’abandonner tes notions ? Si tu t’attaches aux paroles que Dieu a prononcées dans le passé, cela prouve-t-il que tu connais Son œuvre ? Si tu es incapable d’accepter la lumière du Saint-Esprit aujourd’hui et que tu t’accroches plutôt à la lumière du passé, cela prouve-t-il que tu marches dans les pas de Dieu ? Te sens-tu toujours incapable d’abandonner tes notions religieuses ? Si tel est le cas, alors tu deviendras quelqu’un qui s’oppose à Dieu.

Extrait de « Seuls ceux qui connaissent l’œuvre de Dieu aujourd’hui peuvent servir Dieu », dans La Parole apparaît dans la chair

136. Parce que l’œuvre de Dieu est en perpétuelle progression, il y a une œuvre qui devient vieille et dépassée à mesure qu’une nouvelle œuvre apparaît. Ces différents types d’œuvres, l’ancienne et la nouvelle, ne sont pas contradictoires, mais complémentaires ; chaque étape fait suite à la précédente. Parce qu’il y a une œuvre qui est nouvelle, les vieilles choses doivent, bien sûr, être éliminées. Par exemple, certaines des pratiques établies de longue date et des paroles habituelles de l’homme, ainsi que les nombreuses années d’expérience et d’enseignements de l’homme, ont modelé toutes sortes de notions dans l’esprit de l’homme. Que Dieu n’ait pas encore révélé pleinement à l’homme Son vrai visage et Son tempérament inhérent, et que des théories traditionnelles des temps anciens aient été propagées pendant de nombreuses années facilitent encore la formation de ces notions par l’homme. Il est probable que, dans la foi de l’homme en Dieu, l’influence de diverses notions a conduit à la formation et à l’évolution continues de toutes sortes d’interprétations théoriques de Dieu chez les gens, si bien que beaucoup de religieux qui servent Dieu sont devenus Ses ennemis. Ainsi, plus les notions religieuses des gens sont fortes, plus ces gens s’opposent à Dieu et plus ils sont les ennemis de Dieu. L’œuvre de Dieu est toujours nouvelle, jamais ancienne, et elle ne forme jamais de doctrine. Au contraire, Son œuvre change et se renouvelle continuellement, parfois beaucoup, parfois peu. Le fait d’œuvrer ainsi est une expression du tempérament inhérent de Dieu Lui-même. C’est également le principe inhérent de l’œuvre de Dieu et l’un des moyens par lesquels Il accomplit Sa gestion. Si Dieu n’œuvrait pas de cette façon, l’homme ne changerait pas ou ne pourrait pas Le connaître et Satan ne serait pas vaincu. Ainsi, dans Son œuvre, se produisent toujours des changements qui paraissent inconstants, mais qui sont en fait cycliques. En revanche, la façon dont l’homme a foi en Dieu est très différente. Il s’attache aux doctrines et aux systèmes anciens et familiers et, plus ils sont anciens, plus ils lui sont acceptables. Comment l’esprit stupide de l’homme, un esprit aussi dur que la pierre, pourrait-il accepter tant de nouvelles œuvres et paroles insondables de Dieu ? L’homme abhorre le Dieu qui est toujours nouveau et jamais ancien ; il n’aime que le vieux Dieu aux cheveux blancs qui reste figé dans Son temps. Ainsi, parce que Dieu et l’homme ont chacun leurs préférences, l’homme est devenu l’ennemi de Dieu. Beaucoup de ces contradictions subsistent encore, même aujourd’hui en un temps où Dieu travaille à une nouvelle œuvre depuis près de six mille ans. Elles sont donc irrémédiables. Peut-être est-ce à cause de l’entêtement de l’homme ou parce qu’il lui est impossible de violer les décrets administratifs de Dieu, mais toujours est-il que ces membres du clergé et ces femmes s’accrochent encore à de vieux livres et à des papiers moisis, tandis que Dieu poursuit Son œuvre de gestion inachevée comme s’Il n’avait personne à Ses côtés. Bien que ces contradictions fassent de Dieu et de l’homme des ennemis et qu’elles soient même insolubles, Dieu ne leur prête aucune attention, comme si elles étaient à la fois présentes et absentes. L’homme, cependant, en reste à ses croyances et conceptions et ne les abandonne jamais. Une chose est pourtant évidente : même si l’homme ne dévie pas de sa position, les pieds de Dieu sont toujours en mouvement et Il est toujours en train de changer de position en fonction de l’environnement. À la fin, l’homme sera vaincu sans coup férir. Dieu, pendant ce temps, est le plus grand ennemi de tous Ses adversaires vaincus et Il est également le champion de tous les humains, vaincus et invaincus. Qui peut entrer en compétition avec Dieu et en sortir victorieux ? Les notions de l’homme semblent venir de Dieu parce que plusieurs d’entre elles ont été formées dans le sillage de Son œuvre. Cependant, Dieu ne pardonne pas à l’homme pour autant ni, d’ailleurs, ne verse d’éloges sur l’homme qui invente encore et encore des produits « pour Dieu », dans le sillage de Son œuvre mais en dehors de Son œuvre. Au contraire, Il est profondément écœuré par les notions de l’homme et ses vieilles croyances pieuses. Il n’a même aucune intention de reconnaître la date d’émergence de ces notions. Il n’accepte pas du tout que ces notions soient causées par Son œuvre, car les notions de l’homme sont propagées par l’homme ; leur source se trouve dans les pensées et l’esprit de l’homme ; non en Dieu, mais en Satan. L’intention de Dieu a toujours été que Son œuvre soit nouvelle et vivante, pas vieille et morte, et ce à quoi Il veut que l’homme adhère fermement varie avec l’ère et la période et n’est ni éternel ni immuable. La raison en est qu’Il est un Dieu qui fait vivre l’homme et le renouvelle, et non un diable qui fait vieillir et mourir l’homme. Ne comprenez-vous toujours pas cela ? Tu as des notions au sujet de Dieu et tu es incapable de les abandonner parce que tu as l’esprit fermé. Ce n’est pas qu’il y ait trop peu de sens à l’œuvre de Dieu ou que l’œuvre de Dieu ne soit pas en accord avec les souhaits humains, non plus que Dieu soit toujours négligent dans Ses fonctions. Tu ne peux pas abandonner tes notions, c’est parce que tu es trop peu obéissant et que tu ne ressembles en rien à un être créé, et non parce que Dieu te rend les choses difficiles. Tu es la cause de tout cela, et cela n’a aucun rapport avec Dieu ; toutes les souffrances et le malheur sont créés par l’homme. Les pensées de Dieu sont toujours bonnes : Il ne veut pas être la cause de tes notions, mais Il veut que tu changes et sois renouvelé à travers les âges. Pourtant, tu ne sais pas ce qui est bon pour toi, et tu es toujours en train d’examiner minutieusement ou d’analyser. Dieu ne te rend pas les choses difficiles, mais tu n’as aucune révérence pour Lui et ta désobéissance est trop grande. Un tout petit être créé ose prendre une partie insignifiante de ce qui a déjà été donné par Dieu, puis se tourne contre Lui et L’attaque avec cette arme. N’est-ce pas là la désobéissance de l’homme ? Il est juste de dire que les humains ne sont pas du tout qualifiés pour exprimer leurs points de vue devant Dieu, et encore moins pour exhiber à leur guise leur langage fleuri sans valeur, puant et putride, sans mentionner ces notions moisies. Ne perdent-ils pas d’autant plus de leur valeur ?

Extrait de « Seuls ceux qui connaissent l’œuvre de Dieu aujourd’hui peuvent servir Dieu », dans La Parole apparaît dans la chair

137. L’œuvre de Dieu progresse continuellement, et, bien que le but de Son œuvre ne change pas, Sa méthode de travail change constamment, ce qui signifie que ceux qui suivent Dieu changent constamment aussi. Plus Dieu travaille, mieux l’homme connaît Dieu. Le tempérament de l’homme subit des changements qui correspondent à l’œuvre de Dieu. Cependant, parce que l’œuvre de Dieu change constamment, ceux qui ne connaissent pas l’œuvre du Saint-Esprit et ces hommes absurdes qui ne connaissent pas la vérité commencent à résister à Dieu. L’œuvre de Dieu n’est absolument jamais conforme aux notions de l’homme, car Son œuvre est toujours nouvelle, jamais ancienne, et Il ne répète jamais l’œuvre du passé, mais fonce plutôt, accomplissant une œuvre inédite. Comme Dieu ne répète pas Son œuvre et que l’homme juge toujours l’œuvre de Dieu aujourd’hui sur la base de Son œuvre du passé, il est devenu extrêmement difficile pour Dieu de mener à bien chaque étape de l’œuvre de la nouvelle ère. L’homme a beaucoup trop de difficultés ! Il est trop conservateur dans sa pensée ! Personne ne connaît l’œuvre de Dieu, mais tous la délimitent. Quand il quitte Dieu, l’homme perd la vie, la vérité et les bénédictions de Dieu, pourtant il n’accepte pas non plus la vie, la vérité, encore moins les plus grandes bénédictions que Dieu accorde à l’humanité. Tous les hommes veulent gagner Dieu, mais sont incapables de tolérer tout changement dans l’œuvre de Dieu. Ceux qui n’acceptent pas la nouvelle œuvre de Dieu croient que Son œuvre est immuable et qu’elle reste éternellement au point mort. Selon leur croyance, il suffit d’observer la loi pour obtenir le salut éternel de Dieu et, aussi longtemps qu’ils se repentent et confessent leurs péchés, la volonté de Dieu sera toujours satisfaite. Ils sont d’avis que Dieu ne peut être que le Dieu de la loi et le Dieu qui a été cloué sur la croix pour l’homme. Selon leur opinion également, Dieu ne devrait pas et ne peut pas dépasser la Bible. Ce sont précisément ces opinions qui les ont enchaînés fermement aux lois du passé et les ont cloués aux règles mortes. Plus de gens encore croient que quelle que soit la nouvelle œuvre de Dieu, elle doit être corroborée par des prophéties, et que dans chaque étape de cette œuvre, tous ceux qui Le suivent avec un cœur « sincère » doivent également recevoir des révélations ; sinon, cette œuvre ne pourrait pas être l’œuvre de Dieu. Ce n’est déjà pas une tâche facile pour l’homme de connaître Dieu. Considérant en plus le cœur absurde de l’homme et sa nature rebelle, suffisante et prétentieuse, il lui est d’autant plus difficile d’accepter la nouvelle œuvre de Dieu. L’homme ne prête pas non plus une grande attention à la nouvelle œuvre de Dieu ni ne l’accepte avec humilité ; l’homme adopte plutôt une attitude de mépris en attendant les révélations et les conseils de Dieu. N’est-ce pas le comportement de ceux qui se rebellent contre Dieu et s’opposent à Lui ? Comment de tels hommes peuvent-ils gagner l’approbation de Dieu ?

Extrait de « Comment l’homme qui a délimité Dieu dans ses notions peut-il recevoir les révélations de Dieu ? », dans La Parole apparaît dans la chair

138. Puisque l’homme croit en Dieu, il doit suivre de près les pas de Dieu, étape par étape ; il devrait « suivre l’Agneau partout où Il va ». Seuls ces gens cherchent le vrai chemin, seuls ces gens connaissent l’œuvre du Saint-Esprit. Les gens qui suivent servilement la lettre et les doctrines sont ceux qui ont été éliminés par l’œuvre du Saint-Esprit. Dans chaque période donnée, Dieu commencera une nouvelle œuvre, et dans chaque période, un nouveau départ sera offert à l’homme. Si l’homme ne s’en tient qu’aux vérités que « l’Éternel est Dieu » et que « Jésus est Christ », des vérités qui s’appliquent uniquement à leur ère respective, alors l’homme ne suivra jamais l’œuvre du Saint-Esprit et sera toujours incapable d’obtenir l’œuvre du Saint-Esprit. Peu importe la manière dont Dieu travaille, l’homme suit sans le moindre doute, et il suit de près. De cette façon, comment l’homme pourrait-il être éliminé par le Saint-Esprit ? Peu importe ce que Dieu fait, tant que l’homme est certain que c’est l’œuvre du Saint-Esprit et qu’il coopère avec l’œuvre du Saint-Esprit, sans appréhension, et tente de répondre aux exigences de Dieu, alors comment pourrait-il être puni ? L’œuvre de Dieu n’a jamais cessé, Ses pas n’ont jamais hésité, et avant la fin de Son œuvre de gestion, Il a toujours été occupé, et Il n’arrête jamais. Mais l’homme est différent : n’ayant obtenu qu’un minimum de l’œuvre du Saint-Esprit, il la traite comme si elle ne changera jamais ; ayant acquis un peu de connaissance, il ne s’avance pas pour suivre les pas de la dernière œuvre de Dieu ; n’ayant vu qu’un peu de l’œuvre de Dieu, il décide immédiatement que Dieu est une figure spécifique en bois, et croit que Dieu gardera toujours cette forme qu’il a sous les yeux, qu’il en était ainsi dans le passé et en sera toujours ainsi à l’avenir ; n’ayant acquis qu’une connaissance superficielle, l’homme est si fier qu’il s’oublie lui-même et commence à parler sans modération d’un tempérament et d’un être de Dieu qui n’existent tout simplement pas ; et étant devenu certain au sujet d’une étape de l’œuvre du Saint-Esprit, peu importe le genre de personne qui proclame la nouvelle œuvre de Dieu, l’homme ne l’accepte pas. Ces gens ne peuvent pas accepter la nouvelle œuvre du Saint-Esprit ; ils sont trop conservateurs et incapables d’accepter de nouvelles choses. Ces gens sont ceux qui croient en Dieu, mais rejettent aussi Dieu. L’homme croit que les Israélites ont eu tort de « croire seulement en l’Éternel et de ne pas croire en Jésus », pourtant la majorité des gens adoptent un rôle dans lequel ils « croient seulement en l’Éternel et rejettent Jésus » et « désirent le retour du Messie, mais s’opposent au Messie appelé Jésus ». Pas étonnant donc que les gens relèvent encore du domaine de Satan après avoir accepté une étape de l’œuvre du Saint-Esprit et ne reçoivent pas encore les bénédictions de Dieu. N’est-ce pas le résultat de la rébellion de l’homme ? Les chrétiens à travers le monde qui n’ont pas suivi la nouvelle œuvre d’aujourd’hui sont tous convaincus qu’ils font partie des chanceux, que Dieu accomplira chacun de leurs souhaits. Pourtant, ils ne peuvent pas dire avec certitude pourquoi Dieu les amènera jusqu’au troisième ciel, ni ne sont-ils certains de la façon dont Jésus, monté sur un nuage blanc, viendra les accueillir, encore moins peuvent-ils dire avec une certitude absolue que Jésus viendra vraiment sur un nuage blanc le jour où ils l’imaginent. Ils sont tous anxieux et perdus ; ils ne savent même pas eux-mêmes si Dieu amènera toutes ces petites poignées variées de personnes qui viennent de toutes les confessions. L’œuvre que Dieu fait maintenant, l’ère actuelle, la volonté de Dieu, tout cela reste étranger à leur compréhension et ils ne peuvent rien faire de plus que de compter les jours sur leurs doigts. Seuls ceux qui suivent les pas de l’Agneau jusqu’à la toute fin peuvent obtenir la bénédiction finale, alors que ces « gens futés » qui sont incapables de suivre jusqu’à la toute fin et qui croient tout de même qu’ils ont tout gagné sont incapables de voir la manifestation de Dieu. Ils croient tous qu’ils sont les gens les plus intelligents sur la terre, et ils abrègent le développement continu de l’œuvre de Dieu sans aucune raison, et semblent croire avec une certitude absolue que Dieu les prendra au ciel, ceux qui « ont la plus grande loyauté à Dieu, suivent Dieu et respectent les paroles de Dieu ». Même s’ils ont la « plus grande loyauté » envers les paroles prononcées par Dieu, leurs paroles et leurs actions sont quand même tellement dégoûtantes, car ils s’opposent à l’œuvre du Saint-Esprit et se livrent à la tromperie et au mal. Ceux qui ne suivent pas jusqu’à la toute fin, qui ne suivent pas l’œuvre du Saint-Esprit et s’accrochent seulement à l’œuvre ancienne, non seulement n’ont pas atteint la fidélité à Dieu, mais au contraire, sont devenus ceux qui s’opposent à Dieu, ceux qui sont rejetés par la nouvelle ère et qui seront punis. Y a-t-il plus pitoyable ? Un grand nombre croit même que tous ceux qui rejettent l’ancienne loi et acceptent la nouvelle œuvre sont sans conscience. Ces personnes qui ne parlent que de la « conscience » et ne connaissent pas l’œuvre du Saint-Esprit verront finalement leurs perspectives interrompues par leur propre conscience. L’œuvre de Dieu ne se conforme pas à la doctrine et, même si elle peut être Sa propre œuvre, Dieu ne s’y attache pas. Ce qui devrait être nié est nié, ce qui devrait être éliminé est éliminé. Pourtant, l’homme se rend hostile à Dieu en s’attachant à une petite partie seulement de l’œuvre de gestion de Dieu. Cela n’est-il pas l’absurdité de l’homme ? Cela n’est-il pas l’ignorance de l’homme ? Plus les gens sont timides et excessivement prudents par crainte de ne pas obtenir les bénédictions de Dieu, plus ils sont incapables d’obtenir de plus grandes bénédictions et de recevoir la bénédiction finale. Ces gens qui respectent servilement la loi affichent la plus grande loyauté envers la loi, et plus ils affichent une telle loyauté envers la loi, plus ils sont des rebelles qui s’opposent à Dieu. Car maintenant, c’est l’ère du Règne et non l’ère de la Loi, et l’œuvre d’aujourd’hui et l’œuvre du passé ne peuvent être mentionnées dans le même souffle et, non plus, l’œuvre du passé ne peut pas être comparée à l’œuvre d’aujourd’hui. L’œuvre de Dieu a changé et la pratique de l’homme a également changé ; il ne s’agit plus de garder la loi ou de porter la croix, alors la loyauté des gens envers la loi et la croix ne leur obtiendra pas l’approbation de Dieu.

Extrait de « L’œuvre de Dieu et la pratique de l’homme », dans La Parole apparaît dans la chair

139. L’homme a été corrompu et vit dans le piège de Satan. Tous les hommes vivent dans la chair, dans des désirs égoïstes. Pas un seul d’entre eux n’est compatible avec Moi. Il y en a qui disent être compatibles avec Moi, mais qui adorent tous de vagues idoles. Bien qu’ils reconnaissent Mon nom comme saint, ils empruntent un chemin opposé au Mien et leurs paroles sont pleines d’arrogance et d’assurance. Car, au fond, ils sont tous contre Moi et incompatibles avec Moi. Chaque jour, ils cherchent des traces de Moi dans la Bible et trouvent au hasard des passages « appropriés », qu’ils lisent sans cesse et récitent comme des Écritures. Ils ne savent pas comment être compatibles avec Moi, ni ce qu’être en inimitié envers Moi signifie. Ils se contentent de lire les Écritures aveuglément. Ils restreignent au sein de la Bible un Dieu vague qu’ils n’ont jamais vu et qu’ils sont incapables de voir. Ils la sortent pour la regarder pendant leur temps libre. Ils ne croient en Mon existence que dans le cadre de la Bible. Pour eux, Je suis identique à la Bible ; sans la Bible, Je n’existe pas et, sans Moi, la Bible n’existe pas. Ils ne prêtent aucune attention à Mon existence ni à Mes actions, mais accordent plutôt une attention soutenue et particulière à chacune des paroles des Écritures. Beaucoup d’entre eux pensent même que Je ne devrais pas faire ce que Je veux faire, à moins que ce ne soit prédit dans les Écritures. Ils accordent trop d’importance aux Écritures. On peut dire qu’ils donnent trop d’importance aux paroles et aux expressions, au point de mesurer chaque parole que Je prononce et de Me condamner en s’appuyant sur chaque verset de la Bible. Ils ne recherchent pas la voie de la compatibilité avec Moi, ni de la compatibilité avec la vérité, mais plutôt celle de la compatibilité avec les paroles de la Bible. Ils croient que tout ce qui ne se conforme pas à la Bible n’est pas Mon œuvre, sans exception. De tels hommes ne sont-ils pas les fidèles descendants des pharisiens ? Les pharisiens juifs ont utilisé la loi de Moïse pour condamner Jésus. Ils n’ont pas cherché la compatibilité avec le Jésus de l’époque, mais ont consciencieusement suivi la loi à la lettre, au point de finalement crucifier l’innocent Jésus, L’ayant accusé de ne pas suivre la loi de l’Ancien Testament et de ne pas être le Messie. Quelle était leur essence ? Ont-ils cherché la voie de la compatibilité avec la vérité ? Ils étaient obsédés par chacune des paroles des Écritures, ne prêtant aucune attention à Ma volonté ni aux étapes et méthodes de Mon œuvre. Ce n’étaient pas des gens qui cherchaient la vérité, mais des gens qui s’accrochaient aux mots avec rigidité. Ce n’étaient pas des gens qui croyaient en Dieu, mais des gens qui croyaient en la Bible. En somme, ils étaient les chiens de garde de la Bible. Afin de protéger les intérêts de la Bible, de défendre sa dignité et de protéger sa réputation, ils sont allés jusqu’à clouer le miséricordieux Jésus sur la croix. Ils l’ont fait simplement pour défendre la Bible et maintenir le statut de chacune de ses paroles dans le cœur des gens. Ils ont donc préféré renoncer à leur avenir et au sacrifice d’expiation pour condamner à mort Jésus, qui ne S’était pas conformé à la doctrine des Écritures. N’étaient-ils pas des laquais de chaque parole des Écritures ?

Et qu’en est-il des hommes d’aujourd’hui ? Le Christ est venu pour annoncer la vérité, mais ils ont préféré L’expulser de ce monde afin de gagner l’entrée au ciel et de recevoir la grâce. Ils ont préféré nier complètement l’avènement de la vérité pour défendre les intérêts de la Bible. Ils ont préféré crucifier de nouveau le Christ revenu pour garantir l’existence éternelle de la Bible. Comment l’homme peut-il recevoir Mon salut, quand son cœur est si mauvais et sa nature si hostile envers Moi ? Je vis parmi les hommes, pourtant il n’est pas au courant de Mon existence. Même quand Je fais briller Ma lumière sur l’homme, il reste ignorant de Mon existence. Quand Je libère Ma colère sur lui, il nie Mon existence avec encore plus de vigueur. L’homme cherche la compatibilité avec les mots, avec la Bible, pourtant pas une seule personne ne vient devant Moi pour chercher le chemin de la compatibilité avec la vérité. L’homme regarde vers Moi dans le ciel et accorde un intérêt particulier à Mon existence en ce lieu, pourtant personne ne se soucie de Moi dans la chair, car Moi, qui vis parmi les hommes, Je suis simplement trop insignifiant. Ceux qui cherchent seulement la compatibilité avec les paroles de la Bible et avec un Dieu vague constituent un spectacle désolant à Mes yeux. C’est parce qu’ils vénèrent des paroles vides de sens et un Dieu qui est capable de leur donner des trésors immenses. Ce qu’ils vénèrent, c’est un Dieu qui demeure Lui-même à la merci de l’homme, un Dieu qui n’existe pas. Que de telles personnes peuvent-elles alors gagner de Moi ? L’homme est tout simplement trop faible. Comment ceux qui sont contre Moi, qui M’adressent des demandes infinies, qui n’aiment pas la vérité et qui se rebellent contre Moi pourraient-ils être compatibles avec Moi ?

Extrait de « Tu dois chercher le chemin de la compatibilité avec le Christ », dans La Parole apparaît dans la chair

140. Si vous utilisez vos propres notions pour mesurer et délimiter Dieu, comme si Dieu était une statue d’argile immuable, et si vous délimitez complètement Dieu à l’intérieur des paramètres de la Bible et L’enfermez à l’intérieur d’un périmètre de travail limité, alors cela prouve que vous avez condamné Dieu. Parce que les Juifs, à l’ère de l’Ancien Testament, ont pris Dieu pour une idole de forme figée qu’ils gardaient dans leur cœur, comme si Dieu pouvait n’être appelé que le Messie et que seul Celui qui était appelé le Messie pouvait être Dieu, et parce que l’humanité servait et adorait Dieu comme s’Il était une statue d’argile (sans vie), ils ont cloué le Jésus de cette époque à la croix, Le condamnant à mort – le Jésus innocent a ainsi été condamné à mort. Dieu n’était coupable d’aucune offense, pourtant l’homme a refusé de L’épargner et a insisté pour qu’Il soit condamné à mort, et donc Jésus a été crucifié. L’homme croit toujours que Dieu est immuable et Le définit à partir d’un seul livre, la Bible, comme si l’homme avait une compréhension parfaite de la gestion de Dieu, comme si l’homme avait dans la paume de sa main tout ce que fait Dieu. Les gens sont absurdes à l’extrême, arrogants à l’extrême et ils ont tous un don pour l’exagération. Qu’importe l’étendue de ta connaissance de Dieu, Je maintiens que tu ne connais pas Dieu, que tu es quelqu’un qui s’oppose le plus à Dieu et que tu as condamné Dieu parce que tu es tout à fait incapable d’obéir à l’œuvre de Dieu et de marcher sur le chemin où l’on est rendu parfait par Dieu. Pourquoi Dieu n’est-Il jamais satisfait des actions de l’homme ? Parce que l’homme ne connaît pas Dieu, parce qu’il a trop de notions et parce que sa connaissance de Dieu ne s’accorde en rien avec la réalité, mais, au contraire, répète de manière monotone le même thème sans variation et utilise la même approche pour chaque situation. Et donc, étant venu sur terre aujourd’hui, Dieu est une fois de plus cloué à la croix par l’homme.

Extrait de « Les méchants seront forcément punis », dans La Parole apparaît dans la chair

141. Depuis plusieurs milléniums, l’homme aspire à être témoin de l’arrivée du Sauveur. L’homme a très envie de voir Jésus le Sauveur monté sur une nuée blanche alors qu’Il descend en personne parmi ceux qui languissent après Lui et ont soif de Lui depuis des milliers d’années. Les hommes meurent aussi d’envie de voir le Sauveur revenir et Se retrouver avec eux, c’est-à-dire qu’ils aspirent à ce que Jésus le Sauveur qui a été séparé des hommes pendant des milliers d’années revienne et accomplisse de nouveau l’œuvre de la rédemption qu’Il a réalisée parmi les Juifs, qu’Il soit compatissant et aimant envers l’homme, pardonne les péchés de l’homme, porte les péchés de l’homme et porte même toutes les transgressions de l’homme et délivre l’homme du péché. L’homme souhaite ardemment que Jésus le Sauveur soit le même qu’auparavant, un Sauveur qui est aimable, bon et vénérable, qui n’est jamais courroucé envers l’homme et qui ne fait jamais de reproche à l’homme, mais qui pardonne et prend en charge tous les péchés de l’homme et même meurt sur la croix pour l’homme comme auparavant. Depuis le départ de Jésus, les disciples qui Le suivaient, ainsi que tous les saints qui ont été sauvés en Son nom, ont langui désespérément après Lui et L’ont attendu. Tous ceux qui ont été sauvés par la grâce de Jésus-Christ pendant l’ère de la Grâce ont ardemment désiré ce jour triomphant pendant la fin des temps, lorsque Jésus le Sauveur arriverait sur une nuée blanche et apparaîtrait devant tous les hommes. Bien sûr, c’est aussi le souhait collectif de tous ceux qui acceptent aujourd’hui le nom de Jésus le Sauveur. Dans tout l’univers, tous ceux qui connaissent le salut de Jésus le Sauveur ont désespérément désiré que Jésus-Christ arrive soudainement pour accomplir ce qu’Il a dit quand Il était sur terre : « Je viendrai tout comme Je suis parti. » L’homme croit qu’après la crucifixion et la résurrection Jésus est retourné au ciel sur une nuée blanche pour prendre Sa place à la droite du Très-Haut. L’homme conçoit de manière similaire que Jésus descendra, encore une fois sur une nuée blanche (cette nuée se réfère à la nuée sur laquelle Jésus est monté quand Il est retourné au ciel), parmi ceux qui L’ont désespérément désiré pendant des milliers d’années et qu’Il ressemblera aux Juifs et portera les vêtements des Juifs. Après être apparu à l’homme, Il leur donnera de la nourriture et fera jaillir de l’eau vive pour eux, et Il vivra parmi les hommes, plein de grâce et d’amour, vivant et réel. Les gens croient toutes sortes de notions semblables. Pourtant Jésus le Sauveur n’a pas fait cela ; Il a fait le contraire de ce que l’homme imaginait. Il n’est pas arrivé parmi ceux qui avaient désiré Son retour et n’est pas apparu à tous les hommes, monté sur la nuée blanche. Il est déjà arrivé, mais l’homme ne Le connaît pas et demeure ignorant à Son égard. L’homme L’attend simplement, sans but, sans savoir qu’Il est déjà descendu sur une « nuée blanche » (la nuée qui est Son Esprit, Ses paroles, Son tempérament intégral et tout ce qu’Il est) et est maintenant parmi un groupe de vainqueurs qu’Il constituera pendant les derniers jours. L’homme ne sait pas ceci : malgré toute l’affection et tout l’amour que le saint Sauveur Jésus a pour l’homme, comment peut-Il œuvrer dans ces « temples » habités par la souillure et des esprits impurs ? Bien que l’homme ait attendu Son arrivée, comment pourrait-Il apparaître à ceux qui mangent la chair des injustes, boivent le sang des injustes et portent les vêtements des injustes qui croient en Lui mais ne Le connaissent pas, et qui L’extorquent constamment ? L’homme sait seulement que Jésus le Sauveur est plein d’amour et déborde de compassion, et qu’Il est le sacrifice d’expiation rempli de rédemption. Cependant, l’homme n’a aucune idée qu’Il est aussi Dieu Lui-même qui est débordant de justice, de majesté, de colère et de jugement, et possède l’autorité et est plein de dignité. Par conséquent, même si l’homme languit après le retour du Rédempteur et le désire ardemment, et même si ses prières émeuvent le ciel, Jésus le Sauveur n’apparaît pas à ceux qui croient en Lui, mais ne Le connaissent pas.

Extrait de « Le Sauveur est déjà revenu sur une “nuée blanche” », dans La Parole apparaît dans la chair

142. Si Jésus revient, comme l’homme l’imagine, et est encore appelé Jésus au cours des derniers jours, et s’Il vient toujours sur une nuée blanche, descendant parmi les hommes à l’image de Jésus : ne serait-ce pas une répétition de Son œuvre ? Le Saint-Esprit est-Il capable de S’accrocher à ce qui est ancien ? Tout ce à quoi l’homme croit, ce sont des notions et tout ce que l’homme accepte est selon le sens littéral et aussi selon son imagination ; il est en contradiction avec les principes de l’œuvre du Saint-Esprit et ne se conforme pas aux intentions de Dieu. Dieu ne ferait pas cela ; Dieu n’est pas si bête ni si stupide, et Son œuvre n’est pas aussi simple que tu l’imagines. Selon tout ce qu’imagine l’homme, Jésus arrivera sur une nuée et descendra parmi vous. Vous Le verrez, chevauchant une nuée, et Il vous dira qu’Il est Jésus. Vous verrez aussi les marques des clous dans Ses mains et vous saurez qu’Il est Jésus. Et Il vous sauvera à nouveau et sera votre Dieu puissant. Il vous sauvera, vous donnera un nouveau nom et donnera à chacun d’entre vous une pierre blanche, après quoi vous aurez la permission d’entrer dans le royaume des cieux et serez reçus dans le paradis. De telles croyances ne sont-elles pas des notions de l’homme ? Est-ce que Dieu œuvre selon les notions de l’homme, ou œuvre-t-Il à l’encontre des notions de l’homme ? Toutes les notions de l’homme ne viennent-elles pas de Satan ? L’homme entier n’a-t-il pas été corrompu par Satan ? Si Dieu faisait Son œuvre selon les notions de l’homme, Dieu ne deviendrait-Il pas alors Satan ? Ne serait-Il pas de la même espèce que Ses propres créations ? Puisque Ses créations sont désormais tellement corrompues par Satan que l’homme est devenu l’incarnation de Satan, si Dieu œuvrait selon les choses de Satan, n’aurait-Il pas alors pactisé avec Satan ? Comment l’homme peut-il comprendre l’œuvre de Dieu ? Par conséquent, Dieu n’œuvrerait jamais selon les notions de l’homme et n’œuvrerait jamais comme tu l’imagines. Certains disent que Dieu Lui-même a dit qu’Il arriverait sur une nuée. Il est vrai que Dieu l’a dit Lui-même, mais ne sais-tu pas que les mystères de Dieu sont insondables pour l’homme ? Ne sais-tu pas que les paroles de Dieu ne peuvent pas être expliquées par l’homme ? Es-tu certain, sans l’ombre d’un doute, que tu as été éclairé et illuminé par le Saint-Esprit ? Est-ce que le Saint-Esprit te l’a montré directement ? Ces choses sont-elles des directions du Saint-Esprit qui te sont destinées ou proviennent-elles de tes propres notions ? Tu dis : « Cela a été dit par Dieu Lui-même. » Or nous ne pouvons pas utiliser nos propres notions et pensées pour évaluer les paroles de Dieu. Quant aux paroles d’Ésaïe, peux-tu expliquer ses paroles avec une certitude absolue ? Oses-tu expliquer ses paroles ? Puisque tu n’oses pas expliquer les paroles d’Ésaïe, pourquoi oses-tu expliquer les paroles de Jésus ? Qui est plus exalté, Jésus ou Ésaïe ? Puisque la réponse est Jésus, pourquoi expliques-tu les paroles prononcées par Jésus ? Est-ce que Dieu te dirait à l’avance quelle est Son œuvre ? Aucune créature ne peut le savoir, pas même les messagers du ciel ni le Fils de l’homme, alors comment pourrais-tu le savoir ?

Extrait de « La vision de l’œuvre de Dieu (3) », dans La Parole apparaît dans la chair

143. Voulez-vous savoir ce qui a poussé les pharisiens à s’opposer à Jésus ? Voulez-vous connaître l’essence des pharisiens ? Ils étaient emplis de fantasmes sur le Messie. De plus, ils croyaient seulement que le Messie viendrait, mais ne cherchaient pas la vérité de la vie. Et ainsi, encore aujourd’hui, ils attendent toujours le Messie, car ils n’ont aucune connaissance du chemin de la vie, et ne savent pas ce qui est le chemin de la vérité. Comment, dites-Moi, ces gens insensés, têtus et ignorants pourraient-ils obtenir la bénédiction de Dieu ? Comment pourraient-ils voir le Messie ? Ils se sont opposés à Jésus parce qu’ils ne connaissaient pas la direction de l’œuvre du Saint-Esprit, parce qu’ils ne connaissaient pas le chemin de la vérité dont Jésus a parlé et, en outre, parce qu’ils ne comprenaient pas le Messie. Et puisqu’ils n’avaient jamais vu le Messie et n’avaient jamais été en compagnie du Messie, ils ont commis l’erreur de s’en tenir en vain au nom du Messie tout en s’opposant à l’essence du Messie par tous les moyens possibles. Ces pharisiens étaient, par essence, têtus, arrogants et n’obéissaient pas à la vérité. Le principe de leur croyance en Dieu était : quelle que soit la profondeur de Ta prédication, quelle que soit la hauteur de Ton autorité, Tu n’es Christ que si Tu es appelé le Messie. Ces opinions ne sont-elles pas absurdes et ridicules ? Je vous demanderai également : n’est-il pas extrêmement facile pour vous de commettre les erreurs des premiers pharisiens étant donné que vous n’avez pas la moindre connaissance de Jésus ? Peux-tu discerner le chemin de la vérité ? Peux-tu vraiment garantir que tu ne t’opposeras pas au Christ ? Peux-tu suivre l’œuvre du Saint-Esprit ? Si tu ne sais pas si tu vas t’opposer au Christ, alors Je dis que tu vis déjà à deux doigts de la mort. Ceux qui ne connaissaient pas le Messie étaient tous capables de s’opposer à Jésus, de rejeter Jésus, de Le calomnier. Les gens qui ne comprennent pas Jésus sont tous capables de Le renier et de Le vilipender. De plus, ils sont capables de voir le retour de Jésus comme la tromperie de Satan, et plus de personnes vont condamner le fait que Jésus est redevenu chair. Est-ce que tout cela ne vous fait pas peur ? Ce à quoi vous faites face sera un blasphème contre le Saint-Esprit, la ruine des paroles du Saint-Esprit aux Églises et la répudiation de tout ce qui est exprimé par Jésus. Que pouvez-vous gagner de Jésus si vous êtes si confus ? Comment pouvez-vous comprendre l’œuvre de Jésus quand Il revient dans la chair sur une nuée blanche si vous refusez obstinément de vous rendre compte de vos erreurs ? Je vous dis ceci : les gens qui n’acceptent pas la vérité, mais attendent aveuglément l’arrivée de Jésus sur des nuées blanches, blasphèmeront certainement contre le Saint-Esprit, et c’est la catégorie qui sera détruite. Vous aspirez seulement à recevoir la grâce de Jésus et vous voulez simplement profiter du royaume bienheureux du ciel, pourtant vous n’avez jamais obéi aux paroles de Jésus et vous n’avez jamais reçu la vérité exprimée par Jésus quand Il revient dans la chair. Qu’offrirez-vous en échange pour le fait que Jésus revient sur une nuée blanche ? Est-ce la sincérité par laquelle vous commettez inlassablement des péchés et puis les confessez sans cesse ? Qu’offrirez-vous en sacrifice à Jésus qui revient sur une nuée blanche ? Est-ce par les années de travail que vous vous exaltez ? Qu’offrirez-vous pour que Jésus qui revient ait confiance en vous ? Est-ce votre nature arrogante qui n’obéit à aucune vérité ?

Extrait de « Quand tu verras le corps spirituel de Jésus, Dieu aura renouvelé le ciel et la terre », dans La Parole apparaît dans la chair

144. Votre fidélité n’est qu’en parole, votre connaissance est simplement intellectuelle et conceptuelle, vos labeurs visent seulement à recevoir des bénédictions du ciel et donc, à quoi votre foi doit-elle ressembler ? Même aujourd’hui, vous faites toujours la sourde oreille à chaque parole de vérité. Vous ne savez pas ce qu’est Dieu, vous ne savez pas ce qu’est Christ, vous ne savez pas comment craindre l’Éternel, vous ne savez pas comment entrer dans l’œuvre du Saint-Esprit, et vous ne savez pas comment distinguer l’œuvre de Dieu Lui-même et les supercheries de l’homme. Tu ne sais que condamner toute parole de vérité exprimée par Dieu qui ne se conforme pas à tes pensées. Où est ton humilité ? Où est ton obéissance ? Où est ta fidélité ? Où est ton désir de chercher la vérité ? Où est ta révérence pour Dieu ? Je vous le dis, ceux qui croient en Dieu à cause des signes sont sûrement la catégorie qui sera détruite. Ceux qui sont incapables de recevoir les paroles de Jésus qui est revenu dans la chair sont sûrement la lignée de l’enfer, les descendants de l’archange, la catégorie qui sera soumise à la destruction éternelle. Beaucoup de gens ne se soucient peut-être pas de ce que Je dis, mais Je veux toujours dire à chaque soi-disant saint qui suit Jésus que, quand vous verrez Jésus descendre du ciel sur une nuée blanche de vos propres yeux, ce sera l’apparition publique du Soleil de justice. Peut-être que ce sera un moment de grande excitation pour toi, mais tu dois savoir que le moment où tu seras témoin de la descente de Jésus du ciel est aussi le moment où tu descendras en enfer pour être puni. Ce sera le temps de la fin du plan de gestion de Dieu et ce sera quand Dieu récompensera le bien et punira les méchants. Car le jugement de Dieu aura pris fin avant que l’homme ne voie de signes, quand il n’y aura que l’expression de la vérité. Ceux qui acceptent la vérité et ne cherchent pas des signes, et donc ont été purifiés, iront devant le trône de Dieu et seront étreints par le Créateur. Seuls ceux qui persistent à croire que « le Jésus qui ne monte pas sur une nuée blanche est un faux Christ » seront soumis au châtiment éternel, car ils ne croient qu’au Jésus qui manifeste des signes, mais ne reconnaissent pas le Jésus qui proclame le jugement sévère et libère la vraie voie de la vie. Et donc, il est certain que Jésus S’occupera d’eux quand Il reviendra ouvertement sur une nuée blanche. Ils sont trop têtus, trop confiants en eux-mêmes, trop arrogants. Comment ces dégénérés pourraient-ils être récompensés par Jésus ? Le retour de Jésus est un grand salut pour ceux qui sont capables d’accepter la vérité, mais un signe de condamnation pour ceux qui sont incapables d’accepter la vérité. Vous devriez choisir votre propre chemin, et ne devriez pas blasphémer contre le Saint-Esprit et rejeter la vérité. Vous ne devriez pas être quelqu’un d’ignorant et d’arrogant, mais quelqu’un qui obéit à la direction du Saint-Esprit, qui désire et cherche la vérité ; ce n’est que de cette manière que vous en profiterez. Je vous conseille de suivre le chemin de la croyance en Dieu avec soin. Ne tirez pas de conclusions hâtives ; de plus, ne soyez pas désinvoltes et irréfléchis dans votre croyance en Dieu. Vous devriez savoir, tout au moins, que ceux qui croient en Dieu devraient être humbles et révérencieux. Ceux qui ont entendu la vérité et qui, pourtant, la dédaignent, sont stupides et ignorants. Ceux qui ont entendu la vérité et qui, pourtant, tirent négligemment des conclusions ou la condamnent, sont assaillis par l’arrogance. Aucune personne qui croit en Jésus n’est apte à maudire ou à condamner les autres. Vous devriez tous être des personnes dotées de bon sens et qui acceptent la vérité. Peut-être que, ayant entendu la voie de la vérité et ayant lu la parole de la vie, tu crois que seulement un dix millième de ces paroles est conforme à tes convictions et à la Bible, et que tu devrais continuer à chercher dans les paroles de ce dix millième. Je te conseille encore d’être humble, de ne pas être trop confiant et de ne pas t’exalter trop hautement. Avec ton cœur qui ne voue qu’une si petite révérence à Dieu, tu recevras une lumière plus vive. Si tu examines attentivement et que tu réfléchis constamment à ces paroles, tu comprendras si elles sont ou non la vérité et si, oui ou non, elles sont la vie. Peut-être que, ayant seulement lu quelques phrases, certaines personnes vont aveuglément condamner ces paroles, disant : « Ce n’est rien de plus qu’un éclairage du Saint-Esprit », ou « C’est un faux Christ venu pour tromper les gens. » Ceux qui disent de telles choses sont aveuglés par l’ignorance ! Tu comprends trop peu de l’œuvre et de la sagesse de Dieu, et Je te conseille de recommencer à zéro ! Vous ne devez pas aveuglément condamner les paroles exprimées par Dieu à cause de l’apparition de faux Christs au cours des derniers jours et ne pas être quelqu’un qui blasphème contre le Saint-Esprit parce que vous craignez d’être trompés. Ne serait-ce pas vraiment dommage ? Si, après un examen approfondi, tu crois toujours que ces paroles ne sont pas la vérité, ne sont pas le chemin, et ne sont pas l’expression de Dieu, alors tu seras finalement puni et ne recevras pas de bénédictions.

Extrait de « Quand tu verras le corps spirituel de Jésus, Dieu aura renouvelé le ciel et la terre », dans La Parole apparaît dans la chair

145. Vous ne croyez pas en Dieu depuis très longtemps, mais vous avez beaucoup de notions à Son sujet, au point que vous n’osez pas une seconde penser que le Dieu des Israélites daignerait vous faire la grâce de Sa présence. Encore moins osez-vous penser que vous pourriez voir Dieu personnellement, étant donnée votre souillure intolérable. Vous n’avez jamais pensé non plus que Dieu pouvait descendre personnellement dans une terre païenne. Il devrait descendre sur le mont Sinaï ou sur le mont des Oliviers et apparaitre aux Israélites. Les païens (les gens en dehors d’Israël) ne sont-ils pas tous les objets de Sa haine ? Comment pourrait-Il travailler personnellement parmi eux ? Depuis de nombreuses années, vous développez ces notions qui sont profondément enracinées en vous. Le but de vous conquérir aujourd’hui est de pulvériser ces notions. Ainsi vous voyez Dieu apparaitre personnellement parmi vous, non sur le mont Sinaï ou sur le mont des Oliviers, mais parmi ces gens qu’Il n’a jamais dirigés auparavant. Après que Dieu a réalisé Ses deux étapes de l’œuvre en Israël, les Israélites et tous les païens également ont adopté la notion que même s’il est vrai que Dieu a créé toutes choses, Il ne veut être que le Dieu des Israélites, et non le Dieu des païens. Les Israélites pensent ainsi : Dieu ne peut être que notre Dieu, non votre Dieu, vous les païens, et parce que vous ne vénérez pas l’Éternel, l’Éternel donc, notre Dieu, vous déteste. Ces Juifs pensent également : le Seigneur Jésus a pris notre image, à nous, le peuple juif, et Il est un Dieu qui porte la marque du peuple juif. C’est parmi nous que Dieu œuvre. L’image de Dieu et notre image sont similaires ; notre image ressemble à celle de Dieu. Le Seigneur Jésus est notre Roi, à nous, les Juifs ; les païens ne sont pas qualifiés pour recevoir un si grand salut. Le Seigneur Jésus est le sacrifice d’expiation pour nous, les Juifs. C’est simplement sur la base de ces deux étapes de l’œuvre que les Israélites et le peuple juif ont adopté toutes ces notions. Ils réclament autoritairement Dieu pour eux-mêmes, ne permettant pas que Dieu soit aussi le Dieu des païens. De cette façon, Dieu est devenu un espace vide dans le cœur des païens. En effet, tout le monde en est venu à croire que Dieu ne veut pas être le Dieu des païens et qu’Il n’aime que les Israélites, Son peuple élu, qu’Il aime le peuple Juif, surtout les disciples qui L’ont suivi. Ne savez-vous pas que l’œuvre de l’Éternel et de Jésus a été faite pour la survie de toute l’humanité ? Reconnaissez-vous maintenant que Dieu est votre Dieu, vous tous, nés à l’extérieur d’Israël ? Dieu n’est-Il pas ici parmi vous aujourd’hui ? Cela ne peut pas être un rêve, n’est-ce pas ? N’acceptez-vous pas cette réalité ? Vous n’osez pas y croire ou y penser. Peu importe votre perspective, Dieu n’est-Il pas ici au milieu de vous ? Avez-vous encore peur de croire ces paroles ? Désormais, tous les gens conquis et tous ceux qui veulent être les disciples de Dieu ne sont-ils pas les élus de Dieu ? N’êtes-vous pas tous, vous qui êtes des disciples aujourd’hui, les élus en dehors d’Israël ? N’avez-vous pas le même statut que les Israélites ? Ne devriez-vous pas reconnaître tout cela ? N’est-ce pas le but de l’œuvre de votre conquête ? Puisque vous pouvez voir Dieu, Il sera votre Dieu pour toujours, depuis le commencement et dans l’avenir. Il ne vous abandonnera pas, tant que vous êtes tous prêts à Le suivre et à être Ses créatures, fidèles et obéissantes.

Extrait de « La vérité intérieure de l’œuvre de la conquête (3) », dans La Parole apparaît dans la chair

146. Ce n’est qu’en mettant de côté tes vieilles notions que tu peux acquérir de nouvelles connaissances, mais les vieilles connaissances n’équivalent pas nécessairement à de vieilles notions. Les « notions » font référence à des choses imaginées par l’homme qui sont en contradiction avec la réalité. Si la vieille connaissance était déjà dépassée dans l’ère ancienne et qu’elle empêchait l’homme d’entrer dans la nouvelle œuvre, alors une telle connaissance est aussi une notion. Si l’homme peut adopter la bonne approche par rapport à ces connaissances et peut apprendre à connaître Dieu à partir de plusieurs aspects différents, combinant l’ancien et le nouveau, l’ancienne connaissance devient une aide pour l’homme, la base sur laquelle l’homme se fonde pour entrer dans la nouvelle ère. La leçon de la connaissance de Dieu t’oblige à maîtriser de nombreux principes : la manière d’entrer sur le chemin de la connaissance de Dieu, les vérités qu’il te faut comprendre pour connaître Dieu et la manière de te débarrasser de tes notions et de ta vieille nature afin de pouvoir te soumettre à tous les arrangements de la nouvelle œuvre de Dieu. Si tu utilises ces principes comme fondation pour entrer dans la leçon de la connaissance de Dieu, ta connaissance s’approfondira de plus en plus. Si tu as une connaissance claire des trois étapes de l’œuvre, c’est-à-dire de tout le plan de gestion de Dieu, si tu peux relier les deux étapes précédentes de l’œuvre de Dieu avec l’étape actuelle et que tu peux voir que c’est une œuvre effectuée par un seul Dieu, alors ta fondation sera incomparablement solide. […] Si l’homme peut voir que les trois étapes de l’œuvre ont été réalisées par Dieu Lui-même à des moments différents, dans des lieux différents et parmi des gens différents ; si l’homme peut voir que même si l’œuvre est différente, elle est complètement réalisée par un seul Dieu, et que puisque c’est une œuvre réalisée par un seul Dieu, alors elle doit être bonne et sans erreur, et que même si elle est en contradiction avec les notions de l’homme, il est indéniable qu’elle est l’œuvre d’un seul Dieu, si l’homme peut dire avec certitude que c’est l’œuvre d’un seul Dieu, alors les notions de l’homme seront réduites à de simples bagatelles qui ne méritent pas d’être mentionnées. Parce que les visions de l’homme ne sont pas claires et que l’homme connaît seulement l’Éternel comme Dieu et Jésus comme Seigneur, et parce que l’homme est incertain au sujet du Dieu incarné aujourd’hui, beaucoup de gens restent attachés à l’œuvre de l’Éternel et de Jésus, sont assaillis par des notions au sujet de l’œuvre d’aujourd’hui, et la plupart des gens ont toujours des doutes et ne prennent pas l’œuvre d’aujourd’hui sérieusement. L’homme n’a pas de notions sur les deux premières étapes de l’œuvre qui étaient invisibles. La raison en est que l’homme ne comprend pas la réalité des deux premières étapes de l’œuvre et ne les a pas connues personnellement. Parce que ces étapes de l’œuvre ne peuvent pas être vues, l’homme imagine ce qu’il veut ; peu importe les fruits de son imagination, aucun fait ne les prouve et personne ne peut les corriger. L’homme donne libre cours à son instinct naturel, abandonne toute prudence et laisse son imagination dominer, car aucun fait ne peut la vérifier, et ainsi les imaginations de l’homme deviennent des « faits », avec ou sans preuve. Ainsi, l’homme croit en son propre Dieu qu’il imagine lui-même dans son esprit et ne cherche pas le Dieu de la réalité. Si une personne a un type de croyance, alors dans un groupe de cent personnes se trouvent cent différents types de croyance. L’homme a de telles croyances parce qu’il n’a pas vu la réalité de l’œuvre de Dieu, parce qu’il en a seulement entendu parler et ne l’a pas contemplée de ses propres yeux. L’homme a entendu des légendes et des histoires, mais a rarement entendu parler de la connaissance des faits de l’œuvre de Dieu. Ainsi les gens qui croient en Dieu depuis un an seulement fondent leur croyance en Dieu sur leurs propres notions, et de même les gens qui ont cru en Dieu toute leur vie. Ceux qui ne peuvent pas voir les faits ne seront jamais capables d’échapper à une foi avec des notions sur Dieu. L’homme croit qu’il s’est libéré des liens de ses anciennes notions et qu’il est entré dans un nouveau territoire. L’homme ne sait-il pas que la connaissance de ceux qui ne peuvent pas voir le vrai visage de Dieu n’est rien de plus que des notions et des ouï-dire ? L’homme pense que ses notions sont bonnes, sans erreur et qu’elles viennent de Dieu. Aujourd’hui, lorsque l’homme est témoin de l’œuvre de Dieu, il laisse libre cours à des notions qui se sont accumulées pendant de nombreuses années. Les imaginations et les idées du passé sont devenues un obstacle à l’œuvre de cette étape et il est devenu difficile pour l’homme d’abandonner de telles notions et de réfuter de telles idées. Les notions de beaucoup de gens au sujet de cette œuvre accomplie pas à pas, ces gens qui ont suivi Dieu jusqu’à aujourd’hui, sont devenues de plus en plus graves et l’hostilité de ces gens à l’égard de Dieu incarné est devenue tenace. Les notions et les imaginations de l’homme sont la source de cette hostilité. Les notions et les imaginations de l’homme sont devenues les ennemies de l’œuvre d’aujourd’hui, une œuvre qui est en contradiction avec les conceptions de l’homme. C’est arrivé précisément parce que les faits ne permettent pas à l’homme de donner libre cours à son imagination et, en plus, ne peuvent pas être facilement réfutés par l’homme, et les notions et les imaginations de l’homme ne tolèrent pas l’existence de faits et, en outre, parce que l’homme ne réfléchit pas à l’exactitude et à la véracité des faits, mais résolument et simplement donne libre cours à ses notions et utilise sa propre imagination. La faute ne peut être imputée qu’aux notions de l’homme et non à l’œuvre de Dieu.

Extrait de « La connaissance des trois étapes de l’œuvre de Dieu est la voie de la connaissance de Dieu », dans La Parole apparaît dans la chair

147. Les gens disent que Dieu est un Dieu juste et que tant que l’homme Le suivra jusqu’à la fin, Il sera certainement impartial envers l’homme, car Il est très juste. Si l’homme Le suit jusqu’à la fin, pourrait-Il rejeter l’homme ? Je suis impartial envers tous les hommes et juge tous les hommes avec Mon tempérament juste, mais il y a des conditions appropriées aux exigences que J’ai de l’homme, et ce que Je demande doit être accompli par tous les hommes, peu importe qui ils sont. Peu m’importe ce que sont tes qualifications, ou depuis combien de temps tu les détiens ; Je me soucie seulement de savoir si tu marches dans Ma voie et si tu aimes ou pas la vérité, et si tu en as soif. Si tu n’as pas la vérité et que tu déshonores Mon nom, si tu n’agis pas selon Ma voie, te limitant à suivre simplement sans souci ni préoccupation, alors, à ce moment-là, Je te frapperai et te punirai pour ta malfaisance. Et qu’auras-tu à dire alors ? Pourras-tu dire que Dieu n’est pas juste ? Aujourd’hui, si tu as respecté les paroles que J’ai prononcées, alors tu es le genre de personne que J’approuve. Tu dis que tu as toujours souffert en suivant Dieu, que tu L’as suivi envers et contre tout et que tu as partagé avec Lui les bons moments comme les mauvais, mais tu n’as pas vécu les paroles prononcées par Dieu ; tu veux seulement t’affairer pour Dieu et te dépenser pour Dieu chaque jour et tu n’as jamais pensé à vivre une vie qui a du sens. Tu dis aussi : en tout cas, je crois que Dieu est juste. J’ai souffert pour Lui, je me suis affairé pour Lui, je me suis dévoué pour Lui et j’ai travaillé dur malgré une absence totale de reconnaissance ; Il va sûrement Se souvenir de moi. Il est vrai que Dieu est juste, mais cette justice n’est pas contaminée par les impuretés : elle ne contient aucune volonté humaine et elle n’est pas entachée par la chair ni par les transactions humaines. Tous ceux qui sont rebelles et en opposition et tous ceux qui ne respectent pas Sa voie seront punis ; personne n’est pardonné et personne n’est épargné ! Certaines personnes disent : « Aujourd’hui, je cours dans tous les sens pour Toi ; quand viendra la fin, pourras-Tu me donner une petite bénédiction ? » Alors Je te demande : « As-tu respecté Mes paroles ? » La justice dont tu parles est basée sur une transaction. Tu penses seulement que Je suis juste et impartial envers tous les hommes, et que tous ceux qui Me suivent jusqu’à la fin sont sûrs d’être sauvés et de gagner Mes bénédictions. Il y a un sens intérieur à Mes paroles : « Tous ceux qui Me suivent jusqu’à la fin sont sûrs d’être sauvés. » Ceux qui Me suivent jusqu’à la fin sont ceux qui seront pleinement gagnés par Moi, ce sont ceux qui, après que Je les ai conquis, cherchent la vérité et sont rendus parfaits. Quelles conditions as-tu atteintes ? Tu n’es parvenu qu’à Me suivre jusqu’au bout, mais quoi d’autre ? As-tu respecté Mes paroles ? Tu as accompli l’une de Mes cinq exigences, mais tu n’as pas l’intention d’accomplir les quatre autres. Tu as tout simplement trouvé le chemin le plus simple, le plus facile, et tu l’as poursuivi tout en te considérant comme chanceux. Mon tempérament juste envers quelqu’un comme toi, c’est le châtiment et le jugement, c’est une juste rétribution, et c’est la juste peine pour tous les méchants ; tous ceux qui ne marchent pas dans Ma voie seront sûrement punis, même s’ils suivent jusqu’à la fin. C’est la justice de Dieu. Quand ce tempérament juste s’exprimera dans la punition de l’homme, celui-ci sera stupéfait et éprouvera le regret de ne pas avoir marché dans la voie de Dieu, tout en Le suivant. « À cette époque, je n’ai qu’un peu souffert en suivant Dieu, mais n’ai pas marché dans la voie de Dieu. Quelles excuses y a-t-il ? Il n’y a d’autre choix que d’être châtié ! » Pourtant, dans son esprit, il pense : « Quoi qu’il en soit, j’ai suivi jusqu’à la fin, de sorte que même si Tu me châties, ce ne peut pas être un châtiment trop sévère, et après avoir imposé ce châtiment, Tu voudras toujours de moi. Je sais que Tu es juste et que Tu ne me traiteras pas ainsi pour toujours. Après tout, je ne suis pas comme ceux qui seront anéantis ; ceux qui sont anéantis recevront un lourd châtiment, alors que le mien sera plus léger. » Le juste tempérament n’est pas comme tu le dis. Il n’est pas vrai que ceux qui sont bons à confesser leurs péchés soient traités avec indulgence. La justice est la sainteté, et c’est un tempérament qui ne tolère pas d’être offensé par l’homme, et tout ce qui est souillé et n’a pas changé est la cible du dégoût de Dieu. Le tempérament juste de Dieu n’est pas une loi, mais un décret administratif : c’est un décret administratif dans le royaume et ce décret administratif est le châtiment juste pour quiconque ne possède pas la vérité et n’a pas changé, et il n’y a pas de place pour le salut. Car lorsque chaque homme sera classé selon son genre, le bien sera récompensé et le mal sera puni. Lorsque la destination de l’homme sera rendue claire, c’est le temps où l’œuvre du salut touchera à sa fin, après quoi, l’œuvre consistant à sauver l’homme ne sera plus faite, et la rétribution sera portée sur chacun de ceux qui commettent le mal. Certaines personnes disent : « Dieu Se souvient de chacun de ceux qui sont souvent à Ses côtés. Il n’oubliera aucun de nous. Nous sommes assurés d’être rendus parfaits par Dieu. Il ne Se souviendra d’aucun de ceux qui sont inférieurs ; ceux qui, parmi les gens qui sont inférieurs, seront rendus parfaits sont assurés d’être moins que nous qui rencontrons souvent Dieu ; Dieu n’a oublié aucun de nous ; nous avons tous été approuvés par Dieu, et nous avons la garantie d’être rendus parfaits par Dieu. » Vous avez tous de telles notions. Est-ce de la justice ? As-tu mis la vérité en pratique ou non ? Tu répands vraiment des rumeurs comme celles-là ; tu n’as aucune honte !

Extrait de « Les expériences de Pierre : sa connaissance du châtiment et du jugement », dans La Parole apparaît dans la chair

148. Sachez que vous vous opposez à l’œuvre de Dieu ou utilisez vos propres notions pour évaluer l’œuvre d’aujourd’hui, parce que vous ne connaissez pas les principes de l’œuvre de Dieu et parce que vous ne prenez pas l’œuvre du Saint-Esprit suffisamment au sérieux. Votre opposition à Dieu et votre obstruction à l’œuvre du Saint-Esprit sont causées par vos notions et votre arrogance inhérente. L’œuvre de Dieu n’est pas erronée, mais vous êtes naturellement trop désobéissants. Après avoir découvert leur foi en Dieu, certaines gens ne peuvent même pas dire avec certitude d’où vient l’homme, et pourtant ils osent faire des discours publics évaluant les droits et les torts de l’œuvre du Saint-Esprit. Ils sermonnent même les apôtres qui ont la nouvelle œuvre du Saint-Esprit, les critiquant et les interrompant ; leur humanité est trop vile et ils n’ont aucun sens. Le jour ne viendra-t-il pas où de telles gens seront rejetés par l’œuvre du Saint-Esprit et brûleront dans les feux de l’enfer ? Ils ne connaissent pas l’œuvre de Dieu, mais critiquent plutôt Son œuvre et essaient aussi d’enseigner à Dieu comment œuvrer. Comment de telles gens déraisonnables peuvent-ils connaître Dieu ? L’homme apprend à connaître Dieu durant le processus de la recherche et de l’expérience ; ce n’est pas en Le critiquant à volonté que l’homme en arrivera à connaître Dieu par l’éclairage du Saint-Esprit. Plus les gens connaissent Dieu, moins ils s’opposent à Lui. Par contre, moins les gens connaissent Dieu, plus ils sont susceptibles de s’opposer à Lui. Tes notions, ta vieille nature, ton humanité, ton caractère et tes perspectives morales sont le « capital » par lequel tu résistes à Dieu, et plus tu deviens corrompu, dégénéré et vil, plus tu es l’ennemi de Dieu. Ceux qui ont des notions bien ancrées et ont un tempérament suffisant sont encore plus hostiles au Dieu incarné, et ces gens sont les antéchrists. Si tes notions ne sont pas rectifiées, alors elles seront toujours contre Dieu ; tu ne seras jamais compatible avec Dieu et tu seras toujours séparé de Lui.

Extrait de « La connaissance des trois étapes de l’œuvre de Dieu est la voie de la connaissance de Dieu », dans La Parole apparaît dans la chair

149. Après que la vérité de Jésus fait chair est advenue, l’homme a cru ceci : ce n’est pas seulement le Père qui est au ciel, mais également le Fils et même l’Esprit. L’homme entretient cette notion conventionnelle, selon laquelle il existe un tel Dieu au ciel : un Dieu trinitaire qui comprend le Père, le Fils et le Saint-Esprit. Toute l’humanité a ces notions : Dieu est un seul Dieu, mais comprend trois parties, ce que tous ceux qui sont sérieusement ancrés dans les notions conventionnelles considèrent être le Père, le Fils et le Saint-Esprit. Seules ces trois parties unies en une représentent Dieu entièrement. Sans le Père saint, Dieu ne serait pas entier. De la même manière, Dieu ne serait pas entier sans le Fils ni le Saint-Esprit. Selon leurs notions, ni le Père seul ni le Fils seul ne peut être considéré comme Dieu. Le Père, le Fils et le Saint-Esprit doivent être fusionnés pour être considérés comme Dieu Lui-même. Or, tous les croyants, et même chaque disciple parmi vous, pensent de la sorte. Pourtant, personne ne sait expliquer si cette croyance est fondée, car vous êtes toujours dans un brouillard confus concernant Dieu Lui-même. Bien que ce ne soient que des notions, vous ne savez pas si elles sont fondées ou erronées, car vous êtes trop gravement infectés par des notions religieuses. Vous vous êtes trop laissé emporter par ces notions conventionnelles de la religion et ce poison s’est trop profondément infiltré en vous. Par conséquent, vous avez succombé à cette pernicieuse influence à ce sujet aussi, car le Dieu trinitaire n’existe tout simplement pas. C’est-à-dire que la Trinité du Père, du Fils et du Saint-Esprit n’existe tout simplement pas. Ce ne sont là que des notions conventionnelles de l’homme et ses croyances fallacieuses. Pendant des siècles, l’homme a cru en cette Trinité, évoquée par des notions dans son esprit, qu’il a inventée et n’a jamais vue. Pendant ces nombreuses années, beaucoup de commentateurs bibliques ont expliqué la « véritable signification » de la Trinité, c’est-à-dire comme trois personnes consubstantielles distinctes. Toutefois, ces explications ont été vagues et peu claires, et les gens se perdent avec le « concept » de Dieu. Aucun grand homme n’a jamais pu donner une explication complète. La plupart des explications sont acceptables du point de vue du raisonnement ou en théorie, mais personne n’en comprend parfaitement le sens. C’est parce que cette grande Trinité que s’imagine l’homme n’existe tout simplement pas. […]

Si les trois étapes de l’œuvre sont évaluées conformément à ce concept de Trinité, alors il doit y avoir trois Dieux, étant donné que l’œuvre effectuée par chacun est différente. Si l’un de vous affirme que la Trinité existe bel et bien, alors qu’il explique exactement ce qu’est ce Dieu en trois personnes. Qu’est-ce que le Père saint ? Qu’est-ce que le Fils ? Qu’est-ce que le Saint-Esprit ? L’Éternel est-Il le Père saint ? Jésus est-Il le Fils ? Alors, qu’en est-il du Saint-Esprit ? Le Père n’est-Il pas un Esprit ? L’essence du Fils n’est-elle pas aussi un Esprit ? L’œuvre de Jésus n’était-elle pas l’œuvre du Saint-Esprit ? L’œuvre de l’Éternel n’était-elle pas accomplie à l’époque par un Esprit égal à Jésus ? Combien d’Esprits Dieu peut-Il avoir ? D’après ton explication, les trois entités que sont le Père, le Fils et le Saint-Esprit ne feraient qu’un. Dans ce cas, il y aurait trois Esprits. Or, avoir trois Esprits signifie qu’il y aurait trois Dieux, ce qui veut dire qu’il n’y aurait pas un seul vrai Dieu. Comment ce type de Dieu peut-Il avoir l’essence intrinsèque de Dieu ? Si tu acceptes qu’il y ait un seul Dieu, alors comment peut-Il avoir un fils et être un père ? Ne sont-ce pas simplement tes notions ? Il n’y a qu’un seul Dieu, qu’une seule entité dans ce Dieu et qu’un seul Esprit de Dieu, de même qu’il est écrit dans la Bible : « Il n’y a qu’un seul Saint-Esprit et un seul Dieu. » Que le Père et le Fils dont tu parles existent ou non, il n’y a qu’un seul Dieu de toute façon. L’essence du Père, du Fils et du Saint-Esprit à laquelle tu crois est celle du Saint-Esprit. En d’autres termes, Dieu est un Esprit, mais Il est capable de devenir chair, de vivre parmi les hommes et d’être au-dessus de toutes choses. Son Esprit inclut tout et est omniprésent. Il peut simultanément être dans la chair et dans l’univers, ainsi qu’au-dessus de l’univers. Puisque tous les hommes disent que Dieu est le seul vrai Dieu, alors il n’y a qu’un seul Dieu, qui ne peut être divisé à volonté par qui que ce soit ! Dieu n’est qu’un seul Esprit et qu’une seule entité : voilà l’Esprit de Dieu. Si, comme tu l’affirmes, le Père, le Fils et le Saint-Esprit sont des entités distinctes, alors ne seraient-Ils pas trois Dieux ? Le Saint-Esprit, le Fils et le Père seraient trois questions différentes. Si leur personne et leur essence sont dissemblables, alors comment pourraient-Ils tous faire partie d’un seul Dieu ? Le Saint-Esprit est un Esprit, c’est facile à comprendre pour l’homme. Dans ce cas, le Père est alors d’autant plus un Esprit : Il n’est jamais descendu sur terre ni devenu chair. Il est l’Éternel Dieu dans le cœur de l’homme et certainement aussi un Esprit. Alors, quel est le lien entre Lui et le Saint-Esprit ? Est-ce une relation entre le Père et le Fils ? Ou est-ce la relation entre le Saint-Esprit et l’Esprit du Père ? L’essence de chaque Esprit est-elle la même ? Ou le Saint-Esprit est-Il un instrument du Père ? Comment peut-on expliquer cela ? Et quelle est alors la relation entre le Fils et le Saint-Esprit ? Est-ce une relation entre deux Esprits ou entre un homme et un Esprit ? Toutes ces questions n’ont aucune explication ! S’Ils sont tous un seul Esprit, alors on ne peut parler de trois entités, car Ils n’ont qu’un seul Esprit. S’Ils étaient des personnes distinctes, alors Leurs Esprits varieraient par la force et Ils ne pourraient tout simplement pas être un seul Esprit. Ce concept du Père, du Fils et du Saint-Esprit est des plus absurde ! Il segmente Dieu et Le divise en trois entités, dont chacune a un statut et un Esprit. Comment donc peut-Il encore être un seul Esprit et un seul Dieu ? Dites-Moi, le ciel, la terre et toutes les choses qui s’y trouvent ont-ils été créés par le Père, le Fils ou le Saint-Esprit ? Certains disent qu’Ils les ont créés tous ensemble. Alors, qui a racheté l’humanité ? Est-ce le Saint-Esprit, le Fils ou le Père ? Certains disent que le Fils a racheté l’humanité. Dans ce cas, qui est le Fils en essence ? N’est-Il pas l’incarnation de l’Esprit de Dieu ? L’incarnation appelle Dieu au ciel par le nom de Père, du point de vue d’un homme créé. N’es-tu pas conscient du fait que Jésus est né de la conception du Saint-Esprit ? Le Saint-Esprit est en Lui. Quoi que tu en dises, Jésus ne fait qu’un avec Dieu au ciel, car Il est l’incarnation de Son Esprit. Cette idée du Fils est simplement fausse. C’est un seul Esprit qui réalise toute l’œuvre : ce n’est que Dieu Lui-même, c’est-à-dire l’Esprit de Dieu, qui accomplit Son œuvre. Qui est l’Esprit de Dieu ? N’est-ce pas le Saint-Esprit ? N’est-ce pas Lui qui œuvre en Jésus ? Si l’œuvre n’avait pas été réalisée par le Saint-Esprit (c’est-à-dire l’Esprit de Dieu), alors Son œuvre pourrait-elle représenter Dieu Lui-même ? Quand Jésus appelait le Dieu du ciel par le nom de Père alors qu’Il priait, Il ne le faisait que du point de vue d’un homme créé, seulement parce que l’Esprit de Dieu avait revêtu une chair ordinaire et normale et possédait l’enveloppe extérieure d’un être créé. Même s’il y avait en Lui l’Esprit de Dieu, Son apparence restait celle d’un homme normal. En d’autres termes, Il était devenu le « Fils de l’homme », dont tous les hommes, y compris Jésus Lui-même, parlaient. Étant appelé le Fils de l’homme, Il est une personne (homme ou femme, du moins quelqu’un ayant l’enveloppe extérieure d’un être humain) née dans une famille normale de gens ordinaires. Par conséquent, quand Jésus appelle le Dieu du ciel par le nom de Père, c’est la même chose que lorsque vous L’appeliez « Père » au départ : Il l’a fait du point de vue d’un homme créé. Vous souvenez-vous toujours de la prière du Seigneur que Jésus vous a apprise ? « Notre Père qui es aux cieux… » Il a demandé à tout homme d’appeler Dieu qui est au ciel par le nom de Père. Et puisque Lui aussi L’appelait Père, Il S’est mis sur un pied d’égalité avec vous tous. Vous appeliez le Dieu du ciel par le nom de Père, ce qui montre que Jésus Se considérait sur un pied d’égalité avec vous et comme un homme sur terre choisi par Dieu (c’est-à-dire comme le Fils de Dieu). Si vous appelez Dieu « Père », n’est-ce pas parce que vous êtes un être créé ? Quelle que soit l’autorité de Jésus sur terre, avant la crucifixion, Il était simplement un Fils de l’homme, dirigé par le Saint-Esprit (c’est-à-dire par Dieu), et l’un des êtres créés de la terre, car Il devait encore achever Son œuvre. Par conséquent, Il n’a appelé Dieu dans le ciel « Père » que du fait de Son humilité et de Son obéissance. Le fait qu’Il S’adresse à Dieu (c’est-à-dire à l’Esprit dans le ciel) de cette façon, toutefois, ne prouve pas qu’Il soit le Fils de l’Esprit du Dieu dans le ciel. Sa perspective était simplement différente, mais Il n’était pas une personne différente. Croire en l’existence d’entités distinctes est une erreur ! Avant Sa crucifixion, Jésus était un Fils de l’homme restreint par les limites de la chair, qui n’était pas en pleine possession de l’autorité de l’Esprit. C’est pourquoi Il ne pouvait chercher la volonté de Dieu le Père que du point de vue d’un être créé. Comme Il a prié trois fois à Gethsémani : « Non pas ce que Je veux, mais ce que Tu veux. » Avant qu’Il ne soit étendu sur la croix, Il n’était que le roi des Juifs ; Il était le Christ, le Fils de l’homme, et non un corps de gloire. De ce fait, du point de vue d’un être créé, Il appelait Dieu « Père ». Par conséquent, tu ne peux pas dire que tous ceux qui appellent Dieu « Père » sont le Fils. Si tel était le cas, alors ne seriez-vous pas tous devenus le Fils une fois que Jésus vous aurait enseigné la prière du Seigneur ? Si vous n’êtes toujours pas convaincus, alors dites-Moi, qui est celui que vous appelez « Père » ? Si vous parlez de Jésus, alors qui est Son Père pour vous ? Après le départ de Jésus, cette idée de Père et de Fils n’existait plus : elle ne convenait qu’aux années où Jésus était devenu chair. Dans les autres circonstances, lorsque vous appelez Dieu « Père », votre relation est celle du Seigneur de la création et d’un être créé. À aucun moment, cette idée de la Trinité du Père, du Fils et du Saint-Esprit ne peut tenir : elle relève d’une erreur rarement vue à travers les siècles et elle n’existe pas !

Extrait de « La Trinité existe-t-elle ? », dans La Parole apparaît dans la chair

150. Dans l’Ancien Testament de la Bible, aucune mention n’est faite du Père, du Fils ni du Saint-Esprit, seulement du seul vrai Dieu, l’Éternel, accomplissant Son œuvre en Israël. Il est appelé de différentes façons, suivant les changements d’ères, mais cela ne saurait prouver que chaque nom se rapporte à une entité différente. Si tel était le cas, alors n’y aurait-il pas de nombreuses entités en Dieu ? Ce qui est écrit dans l’Ancien Testament est l’œuvre de l’Éternel, une étape de l’œuvre de Dieu Lui-même au commencement de l’ère de la Loi. C’était l’œuvre de Dieu. Quand Il parlait, la chose était. Quand Il commandait, l’ordre était accompli. À aucun moment l’Éternel n’a dit qu’Il était le Père venu pour accomplir une œuvre ni prophétisé au sujet du Fils venant racheter l’humanité. Quand ce fut le temps de Jésus, on disait seulement que Dieu S’était fait chair pour racheter toute l’humanité, non pas que le Fils était venu. Dieu Lui-même Se doit d’accomplir Son œuvre dans différents domaines parce que les ères ne se ressemblent pas et que l’œuvre qu’Il réalise diffère aussi. Ainsi, l’identité qu’Il représente est également différente. L’homme croit que l’Éternel est le Père de Jésus, mais cela n’a pas été reconnu par Jésus, qui a dit : « Nous n’avons jamais été distingués comme Père et Fils. Le Père qui est aux cieux et Moi sommes un. Le Père est en Moi et Je suis dans le Père. Quand l’homme voit le Fils, il voit le Père céleste. » Cela étant, le Père, comme le Fils, ne fait qu’un seul Esprit, n’est pas divisé en personnes séparées. Une fois que l’homme tente d’expliquer, les choses se compliquent avec l’idée de personnes distinctes, ainsi qu’avec la relation entre le Père, le Fils et l’Esprit. Quand l’homme parle de personnes séparées, cela ne matérialise-t-il pas Dieu ? L’homme établit même une hiérarchie entre les entités, l’une étant première, l’autre deuxième et la dernière troisième. Ce ne sont que des idées de l’homme, qui ne méritent pas d’être relevées et sont totalement irréalistes ! Si tu lui demandais combien il y a de Dieux, il répondrait que Dieu est la Trinité du Père, du Fils et du Saint-Esprit : le seul vrai Dieu. Si tu demandais aussi qui est le Père, il dirait : « Le Père est l’Esprit de Dieu dans le ciel. Il est responsable de tout et le Maître du ciel. » « Alors, l’Éternel est-Il l’Esprit ? » Il affirmerait : « Oui ! » Si tu lui demandais ensuite qui est le Fils, il dirait que c’est Jésus, bien sûr. « Alors, quelle est l’histoire de Jésus ? D’où est-Il venu ? » Il répliquerait : « Jésus est né de Marie et a été conçu par le Saint-Esprit. » « Dans ce cas, Son essence n’est-elle pas aussi l’Esprit ? Son œuvre n’est-elle pas aussi représentative du Saint-Esprit ? L’Éternel est l’Esprit, comme l’essence de Jésus. Maintenant, dans les derniers jours, inutile de dire que c’est toujours l’Esprit qui est à l’œuvre. Comment pourrait-il s’agir d’entités différentes ? N’est-ce pas simplement l’Esprit de Dieu qui accomplit l’œuvre de l’Esprit sous différentes perspectives ? » Ainsi, il n’y a pas de distinction entre les entités. Jésus a été conçu par le Saint-Esprit et, indubitablement, Son œuvre était précisément celle du Saint-Esprit. Dans la première étape de l’œuvre accomplie par l’Éternel, Il ne S’est pas fait chair ni n’est apparu à l’homme. Ainsi, l’homme n’a jamais vu Sa manifestation. Qu’importe Sa grandeur et Sa taille, Il demeurait l’Esprit, Dieu Lui-même qui a d’abord créé l’homme. Autrement dit, Il était l’Esprit de Dieu. Quand Il a parlé à l’homme depuis les nuées, Il était tout simplement un Esprit. Personne n’a vu Son apparition. Ce n’est qu’à l’ère de la Grâce, quand l’Esprit de Dieu S’est incarné en Judée que l’homme a vu pour la première fois l’image de Son incarnation en Juif. Aucune perception de l’Éternel ne pouvait être ressentie. Cela dit, Jésus a été conçu par le Saint-Esprit, c’est-à-dire par l’Esprit de l’Éternel Lui-même, mais Il est quand même né comme incarnation de l’Esprit de Dieu. L’homme a d’abord vu le Saint-Esprit descendant comme une colombe sur Jésus. Il ne s’agissait pas d’un Esprit propre à Jésus, mais plutôt du Saint-Esprit. Alors, l’Esprit de Jésus peut-Il être séparé du Saint-Esprit ? Si Jésus est Jésus, le Fils, et le Saint-Esprit est le Saint-Esprit, alors comment pourraient-Ils être un ? L’œuvre n’aurait pas pu être réalisée dans ces conditions. L’Esprit en Jésus, l’Esprit qui est au ciel et l’Esprit de l’Éternel ne font qu’un. Il est possible de L’appeler le Saint-Esprit, l’Esprit de Dieu, l’Esprit sept fois intensifié et l’Esprit qui inclut tout. L’Esprit de Dieu peut accomplir une œuvre immense. Il est capable de créer le monde, mais aussi de le détruire en causant un déluge sur terre. Il peut racheter toute l’humanité et, surtout, la conquérir et la détruire tout entière. Dieu Lui-même a entièrement réalisé cette œuvre, qui ne peut pas avoir été accomplie par une autre de Ses entités. Son Esprit peut être appelé par le nom de l’Éternel, de Jésus et de Tout-Puissant. Il est le Seigneur et le Christ. Il est également capable de devenir le Fils de l’homme. Il est dans les cieux et aussi sur terre. Il est au-dessus des univers et parmi la multitude. Il est le seul Maître des cieux et de la terre ! Depuis le temps de la création, cette œuvre a été réalisée par l’Esprit de Dieu Lui-même. L’œuvre dans les cieux, comme dans la chair, est accomplie par Son propre Esprit. Toutes les créatures, que ce soit dans le ciel ou sur terre, se trouvent dans la paume de Sa main toute-puissante. Tout cela est l’œuvre de Dieu Lui-même et ne saurait être accompli par personne d’autre. Dans les cieux, Il est l’Esprit, mais aussi Dieu Lui-même. Parmi les hommes, Il est chair, mais reste Dieu Lui-même. Bien qu’Il puisse être appelé par des centaines de milliers de noms, Il est toujours Lui-même et toute l’œuvre est l’expression directe de Son Esprit. La rédemption de toute l’humanité par Sa crucifixion était l’œuvre directe de Son Esprit, de même que la proclamation à toutes les nations et à tous les pays durant les derniers jours. En tout temps, Dieu ne peut qu’être appelé l’unique Dieu tout-puissant et vrai, le Dieu qui Lui-même inclut tout. Les entités distinctes n’existent pas, et encore moins cette idée du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Il n’y a qu’un seul Dieu au ciel et sur terre !

Extrait de « La Trinité existe-t-elle ? », dans La Parole apparaît dans la chair

151. Certains diront encore : « Le Père est le Père, le Fils est le Fils, le Saint-Esprit est le Saint-Esprit et, à la fin, Ils ne formeront qu’un. » Alors, comment devrais-tu faire pour qu’Ils ne forment qu’un ? Comment le Père et le Saint-Esprit peuvent-Ils devenir un ? S’Ils étaient deux par nature, alors qu’importe la façon dont Ils sont unis, ne resteraient-Ils pas deux parties ? Quand tu dis faire d’Eux un, n’est-ce pas simplement unir deux parties séparées pour en constituer une entière ? Mais n’étaient-elles pas deux parties avant d’en devenir une entière ? Chaque Esprit a une essence distincte et deux Esprits ne peuvent pas en devenir un seul. L’Esprit n’est pas un objet matériel et ne ressemble à rien d’autre dans le monde matériel. Pour les hommes, le Père est un Esprit, le Fils un autre et le Saint-Esprit encore un autre, qui fusionnent comme trois verres d’eau dans un seul. N’est-ce pas ainsi que les trois ne forment qu’un ? C’est une explication purement erronée ! N’est-ce pas là diviser Dieu ? Comment le Père, le Fils et le Saint-Esprit peuvent-Ils tous devenir un ? Ne sont-Ils pas trois parties dont chacune est de nature différente ? Il y en a encore qui disent : « Dieu n’a-t-Il pas expressément dit que Jésus était Son Fils bien-aimé ? » Jésus est le Fils bien-aimé de Dieu, en qui Il a mis toute Son affection : c’était bel et bien une déclaration de Dieu Lui-même. Dieu témoignait ainsi de Lui-même, mais simplement d’une perspective différente, celle de l’Esprit dans les cieux témoignant de Sa propre incarnation. Jésus est Son incarnation, pas Son Fils dans le ciel. Comprends-tu ? Les paroles de Jésus selon lesquelles « Je suis dans le Père, et le Père est en Moi » n’indiquent-elles pas qu’Ils sont un seul Esprit ? Et n’est-ce pas en raison de l’incarnation qu’Ils furent séparés entre le ciel et la terre ? En réalité, Ils sont encore un : quoi qu’il arrive, c’est simplement Dieu qui Se rend témoignage à Lui-même. En raison des changements d’ères, des exigences de l’œuvre et des différentes étapes de Son plan de gestion, le nom par lequel l’homme L’appelle est également différent. Quand Il est venu accomplir la première étape de l’œuvre, Il ne pouvait être appelé que l’Éternel, le berger des Israélites. Dans la deuxième étape, le Dieu incarné ne pouvait être appelé que Seigneur et Christ. Mais à cette époque, l’Esprit dans le ciel a seulement déclaré qu’Il était le Fils bien-aimé de Dieu et n’a nullement mentionné qu’Il était l’unique Fils de Dieu. Cela n’a simplement pas eu lieu. Comment Dieu pourrait-Il avoir un enfant unique ? Dieu ne serait-Il pas alors devenu un homme ? Il était appelé le Fils bien-aimé de Dieu parce qu’Il était l’incarnation et de là est née la relation entre le Père et le Fils. C’était simplement à cause de la séparation entre le ciel et la terre. Jésus priait sous l’angle de la chair. Puisqu’Il S’était vêtu d’une chair d’une telle humanité normale, c’était du point de vue de la chair qu’Il a dit : « Mon enveloppe extérieure est celle d’un être créé. Depuis que Je Me suis vêtu d’une chair pour venir sur cette terre, Je suis très, très éloigné du ciel. » De ce fait, Il ne pouvait que prier Dieu le Père sous l’angle de la chair. C’était Son devoir et ce dont l’Esprit de Dieu incarné devrait être doté. Il est impossible de dire qu’Il n’est pas Dieu simplement parce qu’Il a prié le Père sous l’angle de la chair. Bien qu’Il soit appelé le Fils bien-aimé de Dieu, Il reste Dieu Lui-même, car Il n’est que l’incarnation de l’Esprit, qui demeure Son essence.

Extrait de « La Trinité existe-t-elle ? », dans La Parole apparaît dans la chair

Précédent: B. Paroles sur la révélation du tempérament satanique de l’humanité corrompue, sa nature et son essence

Suivant: D. Paroles sur la révélation de ce qu’est la vérité

Voulez-vous accueillir le Seigneur pour devenir la personne la plus chanceuse du monde ? Contactez-nous pour trouver le chemin.

Contenu connexe

Chapitres 24 et 25

Sans une lecture attentive, il est impossible de déceler quoi que ce soit dans les déclarations de ces deux jours ; en fait, elles auraient...

Chapitre 12

Lorsque l’éclair part de l’Orient – ce qui correspond aussi exactement au moment où Je commence à prononcer Mes paroles –, au moment où...

Chapitre 18

Dans un éclair, chaque animal se révèle dans sa forme véritable. De même, illuminé par Ma lumière, l’homme a retrouvé la sainteté qu’il...

Paramètres

  • Texte
  • Thèmes

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Interligne

Largeur de page

Contenu

Chercher

  • Rechercher ce texte
  • Rechercher ce livre

Contactez-nous par WhatsApp