Nous invitons tous ceux qui cherchent la vérité à nous contacter.

Paroles classiques de Dieu Tout-Puissant, le Christ des derniers jours

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Largeur de page

0 résultats de recherche

Aucun résultat trouvé

`

IX Paroles sur Dieu révélant le tempérament satanique de l’humanité corrompue et sa nature et son essence

1 La source de l’opposition de l’homme et de sa rébellion contre Dieu est sa corruption par Satan. Parce qu’il a été corrompu par Satan, la conscience de l’homme s’est engourdie, il est immoral, ses pensées sont dégénérées, et il a une attitude mentale arriérée. Avant qu’il ne soit corrompu par Satan, l’homme suivait naturellement Dieu et obéissait à Ses paroles. Sa raison et sa conscience étaient naturellement saines et il avait une humanité normale. Après avoir été corrompus par Satan, sa raison, sa conscience et son humanité originelles sont devenues obtuses et ont été handicapées par Satan. Ainsi, il a perdu son obéissance et son amour envers Dieu. La raison de l’homme est devenue aberrante, son tempérament est devenu comme celui d’un animal et sa rébellion envers Dieu est de plus en plus fréquente et grave. Pourtant, l’homme, toujours, ne sait ni ne reconnaît cela et tout simplement s’oppose et se rebelle aveuglément. […] La « raison normale » se réfère à l’obéissance et à la fidélité envers Dieu, à désirer ardemment Dieu, à être sans équivoque envers Dieu et à avoir une conscience envers Dieu. Il se réfère à être d’un seul cœur et d’une seule pensée envers Dieu et à ne pas s’opposer délibérément à Dieu. Ceux qui sont d’une raison aberrante ne sont pas ainsi. Depuis que l’homme a été corrompu par Satan, il a produit des conceptions sur Dieu, et il n’a eu ni loyauté ni désir ardent pour Dieu, sans parler d’une conscience envers Dieu. L’homme s’oppose délibérément et passe des jugements sur Dieu, et, en outre, Lui lance des invectives derrière Son dos. L’homme sait clairement qu’Il est Dieu, mais il continue néanmoins de passer des jugements derrière Son dos, n’a aucune intention de Lui obéir et ne fait que des revendications et des demandes aveugles à Dieu.

Extrait de « Avoir un tempérament inchangé, c’est être en inimitié envers Dieu », La Parole apparaît dans la chair

2 Comme la corruption de la pensée et de la morale humaines et le manque d’éducation appropriée ; des superstitions féodales qui ont sérieusement pris de l’emprise dans le cœur de l’homme ; des modes de vie dépravés et décadents qui ont logé de nombreux maux dans les coins les plus profonds du cœur humain ; une compréhension superficielle de l’alphabétisation culturelle, avec près de quatre-vingt-dix-huit pour cent des personnes qui manquent d’éducation en alphabétisation culturelle et, de plus, très peu reçoivent des niveaux supérieurs d’éducation culturelle, de sorte que les hommes n’ont absolument aucune idée de ce que l’on entend par Dieu ou l’Esprit, mais n’ont qu’une image vague et peu claire de Dieu acquise à partir des superstitions féodales ; des influences pernicieuses que des milliers d’années de « l’esprit noble du nationalisme » ont laissé profondément dans le cœur humain, ainsi que la pensée féodale par laquelle les hommes sont liés et enchaînés, sans un iota de liberté, sans volonté d’aspirer ou de persévérer, sans désir de progresser, restant au contraire passifs et régressifs, ancrés dans une mentalité d’esclave, ainsi de suite. Ces facteurs objectifs ont transmis une tendance indélébilement souillée et laide aux perspectives idéologiques, aux idéaux, à la morale et au tempérament de l’humanité. Les êtres humains, semblerait-il, vivent dans un monde terroriste de ténèbres qu’aucun d’entre eux ne cherche à transcender, et aucun d’entre eux ne pense à passer à un monde idéal ; ils se contentent plutôt de leur sort dans la vie[1] à passer leurs journées à donner naissance à leurs enfants et à les élever, à lutter, à transpirer, à vaquer à leurs activités, à rêver d’une famille confortable et heureuse, d’affection conjugale, de liens de filialité, de joie au crépuscule de leur vie en vivant paisiblement leur vie… Pour des dizaines, des milliers, des dizaines de milliers d’années jusqu’à maintenant, les gens ont gaspillé leur temps de cette façon sans que personne ne crée une vie parfaite, tous avec la seule intention de s’entre-tuer dans ce monde obscur, de courir après la renommée et la fortune et de comploter les uns contre les autres. Qui a déjà cherché la volonté de Dieu ? Quelqu’un a-t-il jamais tenu compte de l’œuvre de Dieu ? Toutes les parties de l’humanité occupées par l’influence des ténèbres sont depuis longtemps devenues la nature humaine, et donc il est assez difficile de réaliser l’œuvre de Dieu et les gens ont encore moins le cœur de prêter attention à ce que Dieu leur a confié aujourd’hui.

Extrait de « L’œuvre et l’entrée (3) », La Parole apparaît dans la chair

3 En vérité, l’homme est le plus bas des myriades de choses dans la création de Dieu. Bien qu’il soit le maitre de toutes choses, l’homme est le seul d’entre elles qui est soumis à la ruse de Satan, le seul qui est en proie à sa corruption d’innombrables façons. L’homme n’a jamais eu la souveraineté sur lui-même. La plupart des gens vivent dans la demeure fétide de Satan et souffrent de sa dérision ; il les embête de toutes les manières possibles jusqu’à ce qu’ils soient à moitié morts, endurant toutes les vicissitudes et toutes les difficultés du monde. Après avoir joué avec eux, Satan met fin à leur destin. Et donc les gens vivent hébétés et confus toute leur vie, ne jouissant jamais des bonnes choses que Dieu a préparées pour eux, mais au contraire sont maltraités par Satan et laissés en lambeaux. Aujourd’hui, ils sont devenus tellement affaiblis et apathiques qu’ils n’ont tout simplement pas envie de prêter attention à l’œuvre de Dieu…

… Pour Dieu, le calibre, les motivations et les points de vue de ces gens sont répugnants à l’extrême. Appauvris dans leur capacité à recevoir, dépourvus de sentiments au point d’insensibilité, avilis et dégénérés, excessivement serviles, faibles et sans volonté, ils doivent être menés comme du bétail et des chevaux. Ils ne prêtent aucune attention à leur entrée dans l’esprit ou leur entrée dans le travail de Dieu, ne possédant pas un iota de détermination à souffrir pour l’amour de la vérité. Il ne sera pas facile à ce genre de gens d’être rendus complets par Dieu.

Extrait de « L’œuvre et l’entrée (1) », La Parole apparaît dans la chair

4 Le tempérament de l’homme est devenu extrêmement vicieux, sa raison est devenue extrêmement engourdie, sa conscience a été complètement bafouée par le malin et a depuis longtemps cessé d’être la conscience originelle de l’homme. L’homme n’est pas seulement ingrat envers Dieu incarné pour avoir accordé tant de vie et de grâce à l’humanité, mais il est même devenu aigri envers Dieu pour lui avoir donné la vérité ; c’est parce que l’homme n’a pas le moindre intérêt pour la vérité qu’il est aigri envers Dieu. Non seulement l’homme est incapable de donner sa vie pour Dieu incarné, mais il essaie aussi d’en soutirer des faveurs et revendique un intérêt qui est des douzaines de fois plus grand que ce que l’homme a donné à Dieu. Les gens d’une telle conscience et d’une telle raison tiennent tout cela pour acquis et croient toujours qu’ils se sont tellement dépensés pour Dieu et que Dieu leur a donné trop peu. Il y a des gens qui M’ont donné un bol d’eau, mais M’ont tendu la main et ont exigé l’équivalent de[a] deux bols de lait, ou qui M’ont donné une chambre pour une nuit, mais ont essayé de Me facturer beaucoup plus en frais d’hébergement. Avec une telle humanité et une telle conscience, comment pourriez-vous encore vouloir gagner la vie ? Quels misérables indignes vous êtes ! […] La plupart des gens parlent même de conditions dans leur service à Dieu : ils ne se soucient pas qu’Il soit Dieu ou un homme, et ils ne parlent que de leurs propres conditions et poursuivent seulement la réalisation de leurs propres désirs. Quand vous cuisinez pour Moi, vous exigez des honoraires de chef, quand vous vous affairez pour Moi, vous demandez des honoraires d’affaires, quand vous travaillez pour Moi vous exigez des honoraires de travail, quand vous lavez Mes vêtements vous exigez des honoraires de blanchissage, quand vous faites des prestations pour l’Église vous exigez des coûts de recouvrement, quand vous donnez une conférence vous exigez des honoraires de conférencier, lorsque vous distribuez des livres vous exigez des frais de distribution, et lorsque vous écrivez vous exigez des frais d’écriture. Ceux avec qui J’ai traité M’exigent même des récompenses, tandis que ceux qui ont été renvoyés chez eux exigent des réparations pour les dommages contre leur nom ; ceux qui sont célibataires exigent une dot ou une compensation pour leur jeunesse perdue ; ceux qui tuent un poulet exigent des honoraires de boucher, ceux qui font frire la nourriture exigent des honoraires de friture et ceux qui font la soupe demandent un paiement pour cela aussi… C’est votre noble et grande humanité et ce sont les actions dictées par votre conscience enthousiaste. Où est votre raison ? Où est votre humanité ?

Extrait de « Avoir un tempérament inchangé, c’est être en inimitié envers Dieu », La Parole apparaît dans la chair

5 Après plusieurs milliers d’années de corruption, l’homme est devenu engourdi et lent d’esprit, un démon qui s’oppose à Dieu, au point où la rébellion de l’homme envers Dieu a été documentée dans les livres d’histoire, et même l’homme lui-même est incapable de fournir un état complet de son comportement rebelle, car l’homme a été profondément corrompu par Satan et égaré par Satan qu’il ne sait pas où se tourner. Même aujourd’hui, l’homme trahit quand même Dieu : quand l’homme voit Dieu, il Le trahit, et quand il ne peut pas voir Dieu, il Le trahit aussi. Il y a même ceux qui, ayant été témoins des malédictions de Dieu et de la colère de Dieu, Le trahissent quand même. Et ainsi Je dis que la raison de l’homme a perdu sa fonction originelle, et que la conscience de l’homme a aussi perdu sa fonction originelle. L’homme que Je considère est une bête en tenue humaine, il est un serpent venimeux…

Extrait de « Avoir un tempérament inchangé, c’est être en inimitié envers Dieu », La Parole apparaît dans la chair

6 Dans votre recherche, vous avez trop de notions individuelles, d’espoir et d’avenir. L’œuvre actuelle vise à s’occuper de votre désir de statut et de vos désirs extravagants. Les espoirs, le désir de[b] statut et les notions sont toutes des représentations classiques d’un tempérament satanique. La raison pour laquelle ces choses existent dans le cœur des gens est entièrement parce que le poison de Satan ronge toujours les pensées des gens, et les gens sont toujours incapables de se débarrasser de ces tentations de Satan. Ils vivent au milieu du péché, mais ils ne croient pas qu’il soit péché, et ils croient encore : « Nous croyons en Dieu, alors Il doit nous accorder des bénédictions et tout arranger pour nous de manière appropriée. Nous croyons en Dieu, donc nous devons être supérieurs aux autres, et nous devons avoir plus de statut et plus d’avenir que quiconque. Puisque nous croyons en Dieu, Il doit nous donner une infinité de bénédictions. Sinon, cela ne s’appellerait pas croire en Dieu. » Pendant de nombreuses années, les pensées sur lesquelles les gens ont compté pour leur survie ont rongé leur cœur au point qu’ils sont devenus traîtres, lâches et méprisables. Non seulement ils manquent de volonté et de détermination, mais ils sont aussi devenus cupides, arrogants et obstinés. Ils manquent absolument de détermination qui transcende le soi et, plus encore, ils n’ont pas un peu de courage pour ébranler les restrictions de ces influences sombres. Les pensées et la vie des gens sont pourries, leurs perspectives sur la foi en Dieu sont encore insupportablement laides, et même lorsque les gens parlent de leurs perspectives sur la croyance en Dieu, c’est tout simplement insupportable à entendre. Les gens sont tous lâches, incompétents, méprisables, aussi bien que fragiles. Ils ne sentent pas de dégoût pour les forces des ténèbres et ils ne sentent pas d’amour pour la lumière et la vérité ; au contraire, ils font tout leur possible pour les expulser.

Extrait de « Pourquoi ne voulez-vous pas être un faire-valoir ? », La Parole apparaît dans la chair

7 La plupart croient en Dieu pour leur destination future, ou pour le plaisir éphémère. Pour ceux qui ne sont pas passés par un aucun traitement, la croyance en Dieu vise l’entrée au ciel, afin de recevoir des récompenses. Ce n’est pas pour être perfectionné, ou pour remplir le devoir d’une créature de Dieu. Ce qui veut dire que la plupart ne croient pas en Dieu pour assumer leur responsabilité, ou achever leur devoir. Rares sont ceux qui croient en Dieu pour donner du sens à leur vie, de même que ceux qui croient que, étant donné que l’homme est vivant, il doit aimer Dieu parce que c’est la loi du ciel et le principe de la terre qui l’exigent, et que c’est la vocation naturelle de l’homme. De cette façon, bien qu’étant des personnes différentes et chacune poursuivant ses objectifs spécifiques, le but de leur quête et la motivation qui la sous-tend sont semblables, et, qui plus est, pour la plupart d’entre eux, les objets de leur adoration sont de loin les mêmes. Au cours des derniers millénaires, beaucoup de croyants sont morts, et beaucoup sont morts et sont nés de nouveau. Ce n’est pas seulement une ou deux personnes qui cherchent Dieu, ni même mille ou deux mille, pourtant la quête de la plupart de ces personnes vise leurs propres perspectives ou leurs glorieuses espérances pour l’avenir. Rares sont ceux qui sont fidèles au Christ. Beaucoup de croyants fidèles se sont toujours morts pris dans leurs propres pièges, et le nombre de personnes qui ont réussi, par ailleurs, reste vraiment insignifiant.

Extrait de « Succès ou échec, tout dépend du chemin que l’homme emprunte », La Parole apparaît dans la chair

8 La croyance des gens en Dieu cherche à faire en sorte que Dieu leur donne une destination appropriée, qu’Il leur donne toute la grâce sous le soleil, qu’Il soit leur serviteur, à faire en sorte que Dieu garde une relation pacifique et amicale avec eux et qu’il n’y ait jamais de conflit entre eux. C’est-à-dire que leur croyance en Dieu exige que Dieu promette de remplir toutes leurs exigences, de leur accorder tout ce qu’ils demandent en prière, tout comme il est dit dans la Bible : « J’écouterai toutes vos prières. » Ils exigent de Dieu qu’Il ne juge personne ou ne traite personne, car Dieu est toujours le bon Sauveur Jésus qui garde une bonne relation avec les gens en tout temps et en tous lieux. Leur manière de croire est la suivante : ils demandent toujours effrontément des choses à Dieu, et Dieu leur accorde tout aveuglément, qu’ils soient rebelles ou obéissants. Les gens exigent continuellement un « paiement » de Dieu et Dieu doit payer sans aucune résistance, et payer le double, que Dieu ait obtenu quelque chose d’eux ou non. Il ne peut être qu’à leur merci ; Il ne peut arbitrairement orchestrer les gens, et beaucoup moins peut-Il révéler Sa sagesse et Son juste tempérament qui ont été cachés pendant de nombreuses années comme Il le souhaite, sans leur permission. Ils confessent simplement leurs péchés à Dieu et Dieu les absout simplement, et Il ne peut en avoir marre et cela continue pour toujours. Ils ne font que donner des ordres à Dieu et Il obéit simplement, comme il est écrit dans la Bible : « Dieu n’est pas venu pour que l’homme Le serve, mais pour que Lui serve l’homme. Il est venu servir l’homme. » N’avez-vous pas toujours cru de cette manière ?

Extrait de « Tu devrais mettre de côté les bénédictions du statut et comprendre la volonté de Dieu pour le salut de l’homme », La Parole apparaît dans la chair

9 Combien croient en Moi seulement pour que Je les guérisse ? Combien croient en Moi seulement pour que J’utilise Mes pouvoirs pour chasser les esprits impurs de leur corps ? Et combien croient en Moi pour recevoir seulement de la paix et de la joie de Moi ? Combien croient en Moi seulement pour exiger de Moi plus de richesse matérielle, et combien croient en Moi juste pour passer cette vie en toute sécurité et être sains et saufs dans le monde à venir ? Combien croient en Moi seulement pour éviter les souffrances de l’enfer et recevoir les bénédictions du ciel ? Combien croient en Moi seulement pour avoir le confort temporaire, mais ne cherchent pas à gagner quoi que ce soit dans le monde à venir ? Lorsque J’ai fait descendre Ma fureur sur l’homme et saisi toute la joie et la paix qu’il possédait à l’origine, l’homme est devenu douteux. Quand J’ai fait voir à l’homme la souffrance de l’enfer et repris les bénédictions du ciel, la honte de l’homme s’est transformée en colère. Quand l’homme M’a demandé de le guérir, et que Je l’ai ignoré et ai ressenti de l’aversion pour lui, l’homme s’est éloigné de Moi et s’est rapproché des sorciers et de la sorcellerie. Quand J’ai enlevé à l’homme tout ce qu’il M’avait demandé, alors tout a disparu sans laisser de trace. Par conséquent, Je dis que l’homme a foi en Moi, parce que Je donne trop de grâces, et il y a beaucoup trop à gagner.

Extrait de « Que connais-tu de la foi ? », La Parole apparaît dans la chair

10 La conviction religieuse est la substance de la foi en Dieu de la plupart des gens : ils sont incapables d’aimer Dieu et ils suivent Dieu seulement comme des robots, incapables de vraiment aspirer à Dieu ou de L’adorer. Ils Le suivent simplement en silence. Beaucoup de gens croient en Dieu, mais très peu aiment Dieu ; ils vénèrent seulement Dieu parce qu’ils craignent une catastrophe, ou bien ils admirent Dieu parce qu’Il est élevé et puissant, mais dans leur vénération et leur admiration il n’y a pas d’amour ni un vrai désir. Dans leurs expériences, ils cherchent les minuties de la vérité ou bien des mystères insignifiants. La plupart des gens ne font que suivre. Ils pêchent dans des eaux troubles seulement parce qu’ils veulent recevoir des bénédictions. Ils ne cherchent pas la vérité ni n’obéissent vraiment à Dieu pour recevoir les bénédictions de Dieu. La vie de foi des gens qui croient en Dieu n’a pas de sens ; elle est sans valeur et ne comprend que leurs considérations et leurs poursuites personnelles. Ils ne croient pas en Dieu pour aimer Dieu, mais parce qu’ils veulent être bénis. Beaucoup de gens agissent à leur gré, ils font ce qu’ils veulent et ne considèrent jamais les intérêts de Dieu ni ne vérifient si leurs actions sont en accord avec la volonté de Dieu. Ces gens ne peuvent même pas acquérir la vraie foi, encore moins aimer Dieu.

Extrait de « Ceux qui aiment Dieu vivront éternellement dans Sa lumière », La Parole apparaît dans la chair

11 Tu espères que ta foi en Dieu n’entraînera aucune tribulation définie, ni la moindre détresse. Tu poursuis toujours ces choses qui sont sans valeur, et tu n’attaches aucune valeur à la vie, au lieu de mettre tes propres pensées extravagantes devant la vérité. Tu es si inutile ! Tu vis comme un cochon ; quelle différence y a-t-il entre toi et les cochons et les chiens ? Ceux qui ne poursuivent pas la vérité, et qui aiment la chair, ne sont-ils pas tous des animaux ? Est-ce que ces morts sans esprit ne sont pas tous des cadavres ambulants ? Combien de mots ont été prononcés parmi vous ? Y a-t-il eu seulement un peu de travail fait entre vous ? Combien ai-Je apporté parmi vous ? Et pourquoi ne l’as-tu pas gagné ? De quoi te plains-tu ? N’est-il pas vrai que tu n’as rien gagné parce que tu es trop amoureux de la chair ? Et n’est-ce pas parce que tes pensées sont trop extravagantes ? N’est-ce pas parce que tu es trop stupide ? Si tu es incapable de gagner ces bénédictions, peux-tu blâmer Dieu de ne pas te sauver ? Tu ne poursuis que pouvoir gagner la paix après avoir cru en Dieu – que tes enfants ne tombent pas malades, que ton mari ait un bon travail, que ton fils trouve une bonne épouse, que ta fille trouve un mari décent, et aussi que tes bœufs et tes chevaux labourent bien la terre, et que tu aies une année de bon temps pour tes récoltes. C’est ce que tu recherches. Ta poursuite n’est que pour vivre dans le confort, pour qu’aucun accident n’arrive à ta famille, que les vents t’épargnent, que ton visage ne soit pas touché par le sable, que les récoltes de ta famille ne périssent pas dans les inondations, ou que tu sois épargné par les désastres, que tu puisses vivre dans l’étreinte de Dieu, que tu vives dans un nid confortable. Un lâche comme toi, qui poursuit toujours la chair – as-tu un cœur, as-tu un esprit ? N’es-tu pas une bête ? Je te donne le vrai chemin sans rien demander en retour, mais tu ne le poursuis pas. Es-tu de ceux qui croient en Dieu ? Je te donne la vraie vie humaine, mais tu ne la poursuis pas. Es-tu différent d’un cochon ou d’un chien ? Les porcs ne poursuivent pas la vie de l’homme, ils ne cherchent pas à être purifiés, et ils ne comprennent pas ce qu’est la vie. Chaque jour, après avoir mangé leur plein, ils dorment simplement. Je t’ai donné le vrai chemin, mais tu ne l’as pas gagné : tu restes les mains vides. Es-tu prêt à continuer dans cette vie, la vie d’un cochon ? Quelle est la signification de la vie de ces personnes ? Ta vie est méprisable et ignoble, tu vis au milieu de la saleté et de la débauche, et tu ne poursuis aucun but ; Ta vie n’est-elle pas la plus ignoble de toutes ? As-tu l’effronterie de regarder Dieu ? Si tu continues à vivre de cette façon, obtiendras-tu quoi que ce soit ? La vraie voie t’a été donnée, mais que tu aies pu la gagner finalement ou non dépend de ta propre poursuite personnelle.

Extrait de « Les expériences de Pierre : sa connaissance du châtiment et du jugement », La Parole apparaît dans la chair

12 En ce qui concerne les incidents familiaux inévitables (enfants malades, maris hospitalisés, mauvaises récoltes, persécution des membres de la famille, etc.), tu ne peux même pas te dégager de ces choses qui se produisent souvent dans la vie quotidienne. Lorsque de telles choses se produisent, tu tombes dans la panique, tu ne sais que faire et la plupart du temps, tu te plains de Dieu. Tu te plains que les paroles de Dieu t’ont prises par ruse, que l’œuvre de Dieu t’a bouleversé. N’avez-vous pas de telles pensées ? Penses-tu que ces choses se produisent parmi vous seulement rarement ? Vous passez tous les jours à vivre au milieu de ces événements. Vous ne pensez pas du tout au succès de votre foi en Dieu et à la manière de satisfaire la volonté de Dieu. Votre vraie stature est trop petite, même plus petite que celle d’un petit poussin. Lorsque les affaires de votre mari font des pertes en argent, vous vous plaignez de Dieu, lorsque vous vous trouvez dans un environnement sans la protection de Dieu, vous vous plaignez toujours de Dieu, vous vous plaignez même quand une de vos poules meurt ou qu’une vieille vache dans l’enclos tombe malade, vous vous plaignez quand c’est le temps pour votre fils de commencer une famille, mais votre famille n’a pas assez d’argent, et lorsque les ouvriers de l’Église mangent quelques repas chez toi, mais que l’Église ne te rembourse pas ou que personne ne t’envoie de légumes, tu te plains également. Ton ventre est rempli de plaintes, et parfois tu ne vas pas à des assemblées ou ne manges ni ne bois les paroles de Dieu à cause de cela ; tu es susceptible de devenir négatif pendant une bonne période de temps. Rien de ce qui t’arrive aujourd’hui n’a de rapport avec tes perspectives ou ton destin ; ces choses se produiraient aussi si tu ne croyais pas en Dieu, mais aujourd’hui tu en attribues la responsabilité à Dieu et insistes pour dire que Dieu t’a éliminé. Qu’en est-il de ta foi en Dieu, as-tu vraiment offert entièrement ta vie ? Si vous aviez souffert les mêmes épreuves que Job, aucun parmi vous qui suit Dieu aujourd’hui pourrait tenir ferme, vous tomberiez tous. Et il y a, tout simplement, un monde de différence entre vous et Pierre. Aujourd’hui, si la moitié de vos biens étaient saisis, vous auriez l’audace de nier l’existence de Dieu ; si votre fils ou votre fille vous étaient enlevés, vous courriez les rues criant à l’injustice. Si ta vie atteignait une impasse, tu essaierais de t’en prendre à Dieu, demandant pourquoi J’ai dit tant de paroles au début pour t’effrayer. Il n’y a rien que vous n’oseriez pas faire en de tels moments.

Extrait de « Pratique (3) », La Parole apparaît dans la chair

13 Beaucoup de ceux qui suivent Dieu ne s’intéressent qu’à obtenir des bénédictions ou à éviter un désastre. À la mention de l’œuvre et de la gestion de Dieu, ils se taisent et perdent tout intérêt. Ils croient que connaître de telles questions fastidieuses ne va pas développer leur vie ou est sans avantage, de telle sorte que, bien qu’ils aient entendu des messages sur la gestion de Dieu, ils les traitent avec désinvolture. Et ils ne les voient pas comme quelque chose de précieux à accepter, et encore moins les reçoivent-ils comme faisant partie de leur vie. Ces personnes ont un but très simple en suivant Dieu : obtenir des bénédictions, et ils sont très réticents à participer à tout ce qui ne se rapporte pas à cet objectif. Pour eux, croire en Dieu pour obtenir des bénédictions est le plus légitime des objectifs et la valeur même de leur foi. Ils ne sont pas affectés par quelque chose qui ne peut pas atteindre cet objectif. C’est le cas de la plupart de ceux qui croient en Dieu aujourd’hui. Leur but et leur motivation semblent légitimes, car en même temps qu’ils croient en Dieu, ils dépensent aussi pour Dieu, se consacrent à Dieu et accomplissent leur devoir. Ils abandonnent leur jeunesse, abandonnent la famille et la carrière, et passent même des années à travailler loin de la maison. Par souci de leur but ultime, ils changent leurs intérêts, modifient leur vision de la vie, et même changent de la direction de leur poursuite, mais ils ne peuvent pas changer le but de leur croyance en Dieu. Ils courent pour la gestion de leurs propres idéaux ; quelle que soit la longueur de, et quelles que soient les difficultés et les obstacles qui se dressent sur le chemin, ils s’en tiennent à leurs armes et ne craignent pas la mort. Quel pouvoir les pousse à continuer à se consacrer de cette façon ? Est-ce leur conscience ? Est-ce leur grand et noble caractère ? Est-ce leur détermination à combattre les forces du mal jusqu’à la fin ? Est-ce leur foi qui leur permet de faire des témoignages pour Dieu sans chercher de récompense ? Est-ce leur fidélité pour laquelle ils sont prêts à tout abandonner pour accomplir la volonté de Dieu ? Ou est-ce leur esprit de dévotion par lequel ils ont toujours renoncé à des demandes personnelles extravagantes ? Pour que les gens qui n’ont jamais connu l’œuvre de la gestion de Dieu puissent donner autant, c’est tout simplement un merveilleux miracle ! Pour l’instant, ne parlons pas de ce que ces gens ont donné. Leur comportement, cependant, est très digne de notre analyse. Outre les avantages qui leur sont si étroitement liés, pourrait-il y avoir une autre raison pour ces gens qui n’ont jamais compris Dieu de donner autant pour Lui ? En cela, nous découvrons un problème qui n’a jamais été identifié : la relation de l’homme avec Dieu n’est qu’une affaire d’intérêt personnel. C’est la relation entre le bénéficiaire et le donateur de bénédictions. Pour être plus précis, c’est comme la relation entre l’employé et l’employeur. L’employé travaille seulement pour recevoir les récompenses accordées par l’employeur. Dans une relation comme celle-ci, il n’y a pas d’affection, seulement un accord ; il n’est pas question d’aimer, ni d’être aimé, seulement de charité et de miséricorde ; il n’y a pas de compréhension, il n’y a que résignation et tromperie ; il n’y a pas d’intimité, seulement un fossé qui ne peut être comblé.

Extrait de « L’homme ne peut être sauvé que dans le cadre de la gestion de Dieu », La Parole apparaît dans la chair

14 La chose la plus triste dans la croyance de l’humanité en Dieu est que l’homme conduit sa propre gestion au milieu de l’œuvre de Dieu et ne tient pas compte de la gestion de Dieu. Le plus grand échec de l’homme réside dans la façon dont, tout en cherchant à se soumettre à Dieu et à L’adorer, l’homme construit sa propre destination idéale et calcule comment recevoir la plus grande bénédiction et la meilleure destination. Même si les gens comprennent à quel point ils sont pitoyables, odieux et pathétiques, combien sont ceux qui pourraient abandonner leurs idéaux et leurs espérances ? Et qui est capable d’arrêter ses propres pas et d’arrêter de penser seulement à lui-même ? Dieu a besoin de ceux qui coopéreront étroitement avec Lui et accompliront Sa gestion. Il a besoin de ceux qui consacreront leur esprit et leur corps à l’œuvre de Sa gestion pour se soumettre à Lui ; Il n’a pas besoin de gens qui vont tendre leurs mains et Le supplier tous les jours, et Il a encore moins besoin de ceux qui donnent un peu, puis attendent d’être récompensés par des faveurs. Dieu méprise ceux qui font une petite contribution et ensuite dorment sur leurs lauriers. Il déteste ces personnes au sang froid qui sont répugnants de l’œuvre de Sa gestion et ne veulent parler que d’aller au ciel et de recevoir des bénédictions. Il a un dégoût encore plus grand pour ceux qui profitent de l’occasion à eux offerte dans le cadre de la réalisation de Son œuvre à sauver l’humanité. C’est parce que ces gens ne se sont jamais souciés de ce que Dieu veut atteindre et acquérir à travers l’œuvre de Sa gestion. Ils ne se préoccupent que de la manière dont ils peuvent utiliser l’occasion offerte par l’œuvre de Dieu pour obtenir des bénédictions. Ils ne se soucient pas du cœur de Dieu, étant entièrement préoccupés par leur propre avenir et leur destin.

Extrait de « L’homme ne peut être sauvé que dans le cadre de la gestion de Dieu », La Parole apparaît dans la chair

15 Dans les expériences de vie des gens, ils pensent souvent à eux-mêmes, j’ai abandonné ma famille et ma carrière pour Dieu, et qu’est-ce qu’il m’a donné ? Je dois compter, et confirmer – ai-je reçu des bénédictions récemment ? J’ai donné beaucoup pendant ce temps, j’ai couru et couru, et j’ai beaucoup souffert – Dieu m’a-t-il donné des promesses en retour ? Se souvient-il de mes bonnes actions ? Quelle sera ma fin ? Puis-je recevoir les bénédictions de Dieu ?... Nous faisons tous constamment, et souvent, de tels calculs dans nos cœurs et nous faisons des demandes à Dieu qui sont motivées, en rapport avec nos ambitions et nos affaires. C’est-à-dire que, dans son cœur, l’homme met constamment Dieu à l’épreuve, en faisant constamment des projets quant à Dieu, et en discutant sans cesse pour sa fin avec Dieu, en essayant d’arracher une déclaration à Dieu, en voyant si Dieu peut lui donner ce qu’il veut. En même temps que la poursuite de Dieu, l’homme ne traite pas Dieu comme Dieu. Il a toujours essayé de marchander avec Dieu, Lui posant sans cesse des questions, et même Le pressant à chaque pas, en essayant d’obtenir toujours plus. En même temps qu’essayer de faire des affaires avec Dieu, l’homme aussi discute avec Lui, et il y a même des gens qui, quand les épreuves leur arrivent ou se trouvent en péril, deviennent souvent faibles, passifs et lâches dans leur travail et se plaignent beaucoup en ce qui concerne Dieu. Dès qu’il a commencé à croire en Dieu, l’homme a considéré Dieu comme une corne d’abondance, un couteau suisse, et il s’est considéré comme le plus grand créancier de Dieu, comme si essayer d’obtenir des bénédictions et des promesses de Dieu étaient ses droit inhérents et ses obligations, tandis que la responsabilité de Dieu était de protéger et de prendre soin de l’homme et de subvenir à ses besoins. Telle est la compréhension de base de la « croyance en Dieu » de tous ceux qui croient en Dieu, et leur compréhension la plus profonde du concept de croyance en Dieu. De la substance de la nature de l’homme à sa recherche subjective, il n’y a rien qui se rapporte à la crainte de Dieu. L’objectif de l’homme de croire en Dieu ne pourrait rien avoir à faire avec le culte de Dieu. C’est-à-dire que l’homme n’a jamais considéré ni compris que la croyance en Dieu exige de craindre Dieu, et d’adorer Dieu. À la lumière de ces circonstances, la substance de l’homme est évidente. Et quelle est cette substance ? C’est que le cœur de l’homme est malveillant, il renferme la trahison et la ruse, il n’aime pas l’équité et la justice, ni ce qui est positif, et il est méprisable et avide. Le cœur de l’homme ne pouvait être plus fermé à Dieu ; Il ne l’a pas donné à Dieu. Dieu n’a jamais vu le vrai cœur de l’homme, et n’a jamais été adoré par l’homme.

Extrait de « L’œuvre de Dieu, le tempérament de Dieu et Dieu Lui-même II », La Parole apparaît dans la chair

18 Dans ce vaste monde, qui a été personnellement examiné par Moi ? Qui a personnellement entendu les paroles de Mon Esprit ? Tant de gens tâtonnent dans les ténèbres, tant de gens prient au milieu de l’adversité, tant de gens regardent dans l’espérance alors qu’ils ont faim et froid, tant de gens sont liés par Satan, cependant beaucoup ne savent pas où se tourner, tant de gens Me trahissent au milieu du bonheur, il y a tant d’ingrats, et tant de gens sont fidèles aux desseins trompeurs de Satan. Qui parmi vous est Job ? Qui est Pierre ? Pourquoi ai-Je fait plusieurs fois mention de Job ? Et pourquoi ai-Je souvent parlé de Pierre ? Avez-vous déjà perçu Mes espérances pour vous ? Vous devriez passer plus de temps à méditer de telles choses.

Extrait de « Les déclarations de Dieu à l’univers entier La huitième déclaration », La Parole apparaît dans la chair

19 L’homme Me cherche quand il est en douleurs et il regarde vers Moi dans les temps d’épreuves. En temps de paix, il aime Ma présence ; lorsqu’il est en danger, il Me nie ; quand il est occupé, il M’oublie ; et quand il est inactif, il Me sert seulement selon la forme. Personne ne M’a jamais aimé tout au long de sa vie. Je désire que l’homme soit sérieux devant Moi : Je ne demande pas qu’il Me donne quoi que ce soit, mais seulement que tous les gens Me prennent au sérieux ; Je demande qu’au lieu de Me tromper, ils Me laissent ramener à l’homme sa sincérité. Mon éclairage, Mon illumination et le coût de Mes efforts pénètrent tous les gens, mais le fait réel de toute action de l’homme pénètre également tous les gens, pénétrant leur tromperie à Mon égard. Il semble que les ingrédients de la tromperie de l’homme l’habitent depuis le sein, comme s’il possédait ces compétences particulières pour la ruse depuis la naissance. De plus, il n’a jamais révélé son jeu ; personne n’a jamais pénétré jusqu’à la source de ces compétences trompeuses. En conséquence, l’homme vit dans la tromperie sans s’en rendre compte, comme s’il se pardonnait, comme si c’était l’arrangement de Dieu plutôt que sa tromperie délibérée à Mon égard. N’est-ce pas la source même de la tromperie de l’homme à Mon égard ? N’est-ce pas son complot rusé ? Je n’ai jamais été confus par les flatteries et les chicaneries de l’homme, car J’ai compris son essence il y a longtemps. Qui sait combien d’impureté coule dans son sang et combien du venin de Satan contamine sa moelle ? L’homme s’y habitue de plus en plus chaque jour, de sorte qu’il est insensible à l’affliction de Satan, et n’a donc aucun intérêt à découvrir « l’art d’une existence saine ».

Extrait de « Les déclarations de Dieu à l’univers entier La vingt-et-unième déclaration », La Parole apparaît dans la chair

20 Dans le royaume, Je suis le Roi — mais au lieu de Me traiter comme son Roi, l’homme Me traite comme le Sauveur qui est descendu du ciel. Par conséquent, il désire que Je lui fasse l’aumône, et ne cherche pas à Me connaître. Beaucoup viennent pleurer devant Moi comme des mendiants ; tant de gens M’ont ouvert leurs « sacs » et M’ont imploré de leur donner de la nourriture pour survivre ; tant de gens ont fixé des yeux avides sur Moi, comme des loups affamés, désirant M’avaler et remplir leur ventre ; tant de gens ont baissé la tête en silence à cause de leurs transgressions et se sont sentis honteux, priant pour Ma clémence ou acceptant volontiers Mon châtiment. Quand Je parle, les diverses folies de l’homme semblent absurdes, et sa vraie nature est exposée au milieu de la lumière, et dans la lumière brillante, l’homme est incapable de « se pardonner » lui-même. Ainsi, il se précipite devant Moi pour se prosterner et confesser ses péchés. À cause de l’honnêteté de l’homme, Je l’attire de nouveau sur le char du salut, et c’est pourquoi l’homme M’est reconnaissant et Me jette un regard aimant. Pourtant il ne veut toujours pas vraiment trouver refuge auprès de Moi, et ne M’a pas entièrement donné son cœur. Il se vante de Moi, mais il ne M’aime pas vraiment, car il ne s’est pas tourné vers Moi ; son corps est devant Moi, mais son cœur est derrière Moi.

Extrait de « Les déclarations de Dieu à l’univers entier La vingt-deuxième déclaration », La Parole apparaît dans la chair

21 L’humanité pense que Je suis omniscient et le Dieu Lui-même qui accorde tous les recours. La plupart viennent donc devant Moi seulement pour chercher l’aide de Dieu, et non pas pour le désir de Me connaître. Quand ils sont en proie à la maladie, les hommes plaident urgemment pour Mon aide. Dans l’adversité, ils Me confient leurs difficultés de toutes leurs forces pour mieux oublier leur souffrance. Pourtant, pas un seul être humain n’a été capable de M’aimer tout aussi lorsqu’il est à l’aise. Pas une seule personne ne s’engage dans ses instants de paix et de bonheur à ce que Je puisse partager sa joie. Lorsque leurs familles proches sont heureuses et en bonne santé, les hommes Me jettent déjà de côté ou Me ferment la porte au nez, M’interdisant d’entrer, et par là même de prendre part au bonheur familial. L’esprit humain est trop petit, trop petit même pour contenir un Dieu aimant, miséricordieux, et sensible comme Moi. Combien de fois ai-Je été rejeté par les hommes pendant leurs moments agréables ; combien de fois ai-Je été pris comme une béquille par les hommes quand ils trébuchaient ; combien de fois ai-Je été forcé de jouer le rôle de médecin par les hommes souffrant de maladie. Que l’humanité est si cruelle ! Totalement déraisonnable et immorale. Même les sentiments dont les humains sont censés être dotés ne sont pas perceptibles en eux. Ils sont presque dépourvus de toute sensibilité humaine.

Extrait de « Les déclarations de Dieu à l’univers entier La quatorzième déclaration », La Parole apparaît dans la chair

22 Ceux qui sont sans humanité sont incapables de vraiment aimer Dieu. Lorsque l’environnement est sûr et sans dangers, ou lorsqu’ils peuvent obtenir des profits, ils sont totalement obéissants à Dieu, mais une fois que ce qu’ils désirent est compromis ou définitivement réfuté, ils se révoltent immédiatement. Même dans l’espace d’une seule nuit, ils peuvent passer d’une personne souriante qui a un « bon cœur » à un tueur laid et féroce, soudainement traitant leur bienfaiteur d’hier comme leur ennemi mortel, sans rime ni raison. Si ces démons ne sont pas chassés, des démons qui tueraient en un clin d’œil, ne deviendront-ils pas la source de nouvelles souffrances ?

Extrait de « L’œuvre de Dieu et la pratique de l’homme », La Parole apparaît dans la chair

23 Aujourd’hui, les gens sont incapables d’abandonner les choses de la chair ; ils ne peuvent pas renoncer à la jouissance de la chair, au monde, à l’argent ou à leur tempérament corrompu. La plupart des gens continuent leurs activités d’une manière superficielle. En fait, ces gens ne font aucune place à Dieu dans leur cœur ; en plus, ils ne craignent pas Dieu. Ils ne font pas de place à Dieu dans leur cœur, et donc ils ne peuvent pas percevoir tout ce que Dieu fait et sont encore plus incapables de croire aux paroles qui sortent de Sa bouche. Ces gens sont trop charnels ; ils sont trop profondément corrompus et manquent de quelque vérité que ce soit ; qui plus est, ils ne croient pas que Dieu peut devenir chair. Toute personne qui ne croit pas en Dieu incarné – c’est-à-dire toute personne qui ne croit pas au travail et à la parole du Dieu visible et ne croit pas au Dieu visible, mais adore le Dieu invisible dans le ciel – n’a pas Dieu dans son cœur. Ces gens sont ceux qui désobéissent et résistent à Dieu. Ces gens manquent d’humanité et de raison, pour ne rien dire de la vérité. Ces gens ne peuvent pas croire au Dieu visible et tangible, et pourtant le Dieu invisible et intangible est le plus crédible et le plus réjouissant pour leurs cœurs. Ils ne cherchent pas la vérité de la réalité, ni la véritable essence de la vie, encore moins les desseins de Dieu ; au contraire, ils poursuivent l’excitation. Ce qui leur permet davantage de satisfaire leurs désirs, sans aucun doute, ce sont leurs croyances et leurs quêtes. Ils croient en Dieu seulement pour satisfaire leurs propres désirs et non pour chercher la vérité. Ces gens ne sont-ils pas des malfaiteurs ? Ils ont extrêmement confiance en eux-mêmes et ils ne croient pas que Dieu dans le ciel les détruira, ces « bonnes gens ». Au lieu de cela, ils croient que Dieu leur permettra de rester et en plus les récompensera généreusement, car ils ont fait beaucoup de choses pour Dieu et ont fait preuve de grande « loyauté » envers Lui. S’ils devaient suivre le Dieu visible, ils contre-attaqueraient Dieu immédiatement ou se mettraient en colère une fois leurs désirs insatisfaits. Ces gens sont ignobles et cherchent à satisfaire leurs propres désirs ; ils ne sont pas intègres dans la poursuite de la vérité. Les gens de cette sorte sont les soi-disant méchants qui suivent Christ.

Extrait de « Dieu et l’homme entreront dans le repos ensemble », La Parole apparaît dans la chair

24 Les gens se tournent toujours vers le monde, nourrissent trop d’espoirs, ont de trop grandes attentes pour l’avenir et ont des exigences beaucoup trop extravagantes. Ils ont toujours la chair en pensée et planifient tout autour de la chair. La recherche de la voie de la foi en Dieu ne les intéresse pas. Leurs cœurs ont été capturés par Satan, ils ont perdu leur vénération de Dieu et ils consacrent leur cœur à Satan. Mais l’homme a été créé par Dieu. Ainsi, l’homme a perdu le témoignage, ce qui signifie qu’il a perdu la gloire de Dieu. Le but de conquérir l’humanité est de récupérer la gloire de la vénération de l’homme pour Dieu.

Extrait de « La vérité intérieure de l’œuvre de la conquête (1) », La Parole apparaît dans la chair

25 Parce que dans sa souillure l’homme est inapte à regarder Ma gloire, durant des milliers d’années, Je ne Me suis jamais manifesté mais Me suis caché ; pour cette raison Ma gloire n’a jamais été manifestée à l’humanité, et l’homme a toujours été pris dans l’abîme du péché. J’ai pardonné l’iniquité de l’humanité, mais les êtres humains ne savent pas comment se préserver du péché et au contraire s’exposent toujours au péché, le laissant les blesser. Cela ne relève-t-il pas du manque de respect et d’amour de soi chez l’homme ? Au milieu de l’humanité, en est-il un qui puisse vraiment aimer ? Combien de grammes le dévouement de l’homme peut-il peser ? N’y a-t-il pas des biens frelatés mélangés à son apparente authenticité ? Sa dévotion n’est-elle pas uniquement un méli-mélo ? Ce que J’exige, c’est l’amour sans partage de l’homme. L’homme ne Me connaît pas, et, bien qu’il puisse chercher à Me connaître, il ne Me donnera pas son cœur vrai et sincère.

Extrait de « Les déclarations de Dieu à l’univers entier La dix-neuvième déclaration », La Parole apparaît dans la chair

26 Les hommes M’« aiment », non parce que leur amour pour Moi est inné, mais parce qu’ils craignent le châtiment. Qui parmi les hommes est né en M’aimant ? Qui Me traite comme si J’étais son propre cœur ? Et donc Je résume cela avec une maxime pour le monde des hommes : parmi les hommes, il n’y a personne qui M’aime.

Extrait de « Les déclarations de Dieu à l’univers entier La trente-huitième déclaration », La Parole apparaît dans la chair

27 Je n’exagère pas et Je dénigre encore moins l’homme. Je peux aimer l’homme éternellement et Je peux aussi le haïr éternellement, et cela ne changera jamais, car J’ai de la persévérance. Pourtant, l’homme n’a pas cette persévérance, il est toujours indécis à Mon égard, il ne Me prête que peu d’attention quand J’ouvre la bouche, et quand Je ferme la bouche et ne dis rien, il se perd rapidement dans les vagues du vaste monde. Ainsi, Je condense cela dans un autre aphorisme : les hommes manquent de persévérance et ils sont donc incapables de satisfaire Mon cœur.

Extrait de « Les déclarations de Dieu à l’univers entier La quarantième déclaration », La Parole apparaît dans la chair

28 Aujourd’hui, Je ne sais toujours pas pourquoi l’homme ne respecte pas son devoir, pourquoi il ne connaît pas la grandeur de sa stature. Les hommes ne savent même pas si c’est plusieurs grammes ou plusieurs liang[c]. Et ainsi, ils Me trompent encore. C’est comme si toute Mon œuvre avait été vaine, comme si Mes paroles n’étaient qu’un écho dans les grandes montagnes, et que personne n’avait jamais perçu les racines de Mes paroles et de Mes déclarations. Et donc J’utilise cela comme fondation pour résumer le troisième aphorisme : les hommes ne Me connaissent pas, car ils ne Me voient pas.

Extrait de « Les déclarations de Dieu à l’univers entier La quarante-deuxième déclaration », La Parole apparaît dans la chair

29 En de pareils moments, Je constate que la haine pour Moi a de nouveau augmenté dans le cœur des hommes parce qu’ils ont recommencé à se plaindre. Ils accusent toujours la terre et maudissent le ciel. Pourtant, dans leurs propos, Je ne trouve rien qui les maudit eux-mêmes parce que leur amour d’eux-mêmes est si grand. Ainsi, Je résume le sens de la vie humaine : parce que les hommes s’aiment trop, leur vie entière est angoissée et vide et ils subissent complètement la destruction auto-infligée à cause de leur haine envers Moi.

Extrait de « Les déclarations de Dieu à l’univers entier La quarante-sixième déclaration », La Parole apparaît dans la chair

30 Les hommes s’écrient à cause de Mes paroles et leurs supplications contiennent toujours des griefs à propos de Mon insensibilité. C’est comme s’ils cherchaient tous Mon vrai « amour » pour l’homme, mais comment pourraient-ils trouver Mon amour dans Mes paroles sévères ? En conséquence, ils perdent toujours espoir à cause de Mes paroles. C’est comme s’ils voyaient la « sinistre faucheuse » dès qu’ils lisent Mes paroles, et ainsi tremblaient de peur. Cela Me rend malheureux. Pourquoi les hommes de chair, qui vivent avec la mort, ont-ils toujours peur de la mort ? L’homme et la mort sont-ils des ennemis acharnés ? Pourquoi la peur de la mort cause-t-elle toujours de la détresse chez les hommes ? Au cours des expériences « exceptionnelles » de leur vie, n’expérimentent-ils qu’un peu de la mort ? Pourquoi, dans ce qu’ils disent, les hommes se plaignent-ils toujours de Moi ? Ainsi, Je résume le quatrième aphorisme de la vie humaine : les hommes ne sont que très peu obéissants envers Moi, et ainsi ils Me haïssent toujours.

Extrait de « Les déclarations de Dieu à l’univers entier La quarante-cinquième déclaration », La Parole apparaît dans la chair

31 Ce n’est pas simplement que l’homme ne Me connaît pas dans Ma chair ; pire encore, il n’a pas pu se comprendre lui-même, lui qui habite dans un corps charnel. Combien d’années ceci a-t-il déjà duré, et pendant tout ce temps les êtres humains M’ont trompé, Me traitant comme un étranger ? Combien de fois M’ont-ils fermé au nez la porte de leur maison ? Combien de fois ont-ils, bien que debout devant Moi, prêté aucune attention à Ma présence ? Combien de fois M’ont-ils renié publiquement ? Combien de fois M’ont-ils renié devant le diable ? Et combien de fois M’ont-ils attaqué avec leurs chicanes ? Pourtant, Je ne tiens pas compte des faiblesses de l’homme, et en plus sur la base de sa désobéissance Je n’applique pas la loi de talion. Tout ce que J’ai fait c’était de trouver les remèdes à ses maux, afin de le guérir de ses maladies incurables, lui permettant ainsi de recouvrer sa santé, pour qu’enfin il puisse arriver à Me connaître.

Extrait de « Les déclarations de Dieu à l’univers entier La douzième déclaration », La Parole apparaît dans la chair

32 Dans les temps d’aujourd’hui, les hommes ne M’ont jamais chéri. Je n’ai pas de place dans leur cœur. Pourraient-ils montrer un véritable amour pour Moi aux jours de la souffrance à venir ? La droiture de l’homme reste quelque chose sans forme, quelque chose qui ne peut être vu ni touché. Ce que Je veux, c’est le cœur de l’homme, car dans le corps humain, le cœur est ce qui est le plus précieux. Mes actions ne sont-elles pas dignes d’être compensées avec le cœur de l’homme ? Pourquoi les hommes ne Me donnent-ils pas leur cœur ? Pourquoi les serrent-ils toujours sur leur propre poitrine, peu disposés à les relâcher ? Le cœur de l’homme peut-il assurer la paix et le bonheur dans la vie des hommes ? Quand Je demande des choses aux gens, pourquoi prennent-ils toujours une poignée de poussière du sol et Me la lancent-ils ? Est-ce le complot rusé de l’homme ?

Extrait de « Les déclarations de Dieu à l’univers entier La trente-sixième déclaration », La Parole apparaît dans la chair

33 À plusieurs reprises, par Mon Esprit, J’ai appelé l’homme, mais il agit comme si Je l’avais poignardé, M’observant de loin dans une grande crainte que Je ne le conduise dans un autre monde. À plusieurs reprises, Je me suis enquis de l’esprit de l’homme, mais il ne se rend compte de rien, craignant profondément que J’entre dans sa maison est et saisisse l’occasion pour le dépouiller de tous ses biens. Ainsi, il Me garde en dehors, ne Me laissant devant rien de plus qu’une « porte » froide et solidement fermée. À plusieurs reprises, l’homme est tombé et Je l’ai sauvé, mais après son réveil, il Me laisse immédiatement et, insensible à Mon amour, Me lance un regard méfiant ; Je n’ai jamais réchauffé le cœur de l’homme. L’homme est un animal à sang froid sans émotion. Même s’il est réchauffé par Mon étreinte, jamais ne l’a-t-elle ému. L’homme est comme un sauvage de montagne. Jamais n’a-t-il chéri l’affection que j’ai pour l’humanité. Il ne veut pas se rapprocher de Moi, préférant habiter dans les montagnes où il endure la menace des bêtes sauvages, et malgré cela, il ne veut pas se réfugier en Moi.

Extrait de « Les déclarations de Dieu à l’univers entier La vingtième déclaration », La Parole apparaît dans la chair

34 Je comprends profondément la fausseté qui existe dans votre cœur ; la plupart d’entre vous Me suivent par curiosité et sont venus à Ma recherche par futilité. Lorsque votre troisième souhait est effrité — pour une vie paisible et heureuse —, votre curiosité se dissipe également. La fausseté qui existe dans chacun de vos cœurs est exposée par vos paroles et vos actes. Pour parler franchement, vous êtes simplement curieux à Mon sujet, sans crainte ; vous ne faites pas attention à ce que vous dites et contrôlez votre comportement encore moins. Alors, comment est votre foi, vraiment ? Est-elle authentique ? Vous utilisez simplement Mes paroles pour dissiper vos inquiétudes et atténuer votre ennui, pour remplir le reste des espaces vides dans ta vie. Qui parmi vous les a mises en pratique ? Qui a une foi authentique ? Vous ne cessez de crier que Dieu est un Dieu qui sonde les cœurs des gens, mais comment le Dieu duquel vous criez dans votre cœur est-il compatible avec Moi ? Puisque vous criez comme cela, pourquoi agissez-vous de cette façon ? Est-il possible que ce soit l’amour que vous vouliez Me rendre ? Il n’y a pas une petite quantité de dévouement sur vos lèvres, mais où sont vos sacrifices et vos bonnes actions ? Si ce n’était de vos paroles qui atteignent Mes oreilles, comment pourrais-Je vous détester tellement ?

Extrait de « Paroles aux jeunes et vieux », La Parole apparaît dans la chair

35 Votre foi est très belle ; vous dites que vous êtes prêts à consacrer votre vie à Mon œuvre, à faire tout et n’importe quoi pour elle, mais votre tempérament n’a pas beaucoup changé. Il n’y a eu que des paroles arrogantes et vos actions réelles sont très pitoyables. Il semble que la langue et les lèvres de l’homme soient au ciel, mais les jambes de l’hommes sont loin sur la terre, ainsi ses paroles, ses actes et sa réputation sont toujours dans un état terrible. Votre réputation a été détruite, votre maintien se dégrade, votre façon de parler est abjecte, votre vie est méprisable et même toute votre humanité est abjecte. Vous êtes étroits d’esprit envers les gens et vous marchandez sur toutes les petites choses. Vous vous disputez sur votre propre réputation et votre statut, même au point d’être prêts à descendre en enfer, dans l’étang de feu. Vos paroles et vos actes actuels suffisent pour que Je puisse déterminer que vous êtes pécheurs. Votre attitude envers Mon œuvre Me suffit pour déterminer que vous êtes injustes et votre tempérament entier suffit pour dire que vous êtes des âmes souillées qui sont pleines d’abominations. Vos manifestations et ce que vous révélez sont appropriés pour dire que vous êtes des gens qui ont bu suffisamment de sang des esprits impurs.

Extrait de « Votre caractère est si abject !», La Parole apparaît dans la chair

36 J’ai été parmi vous, vous ai fréquentés durant plusieurs printemps et automnes, J’ai vécu parmi vous pendant longtemps, ai vécu avec vous. Combien de votre comportement méprisable s’est vite évanoui de Ma présence ? Vos paroles sincères résonnent constamment dans Mes oreilles ; des millions et des millions de vos aspirations ont été posées sur Mon autel, elles ne peuvent même pas être comptées. Pourtant, quant à votre dévouement et à ce que vous dépensez, il n’y en a même pas un peu. Il n’y a même pas un bout de votre sincérité sur Mon autel. Où sont les fruits de votre croyance en Moi ? Vous avez reçu de Moi une grâce sans fin et vous avez vu des mystères éternels du ciel, et Je vous ai même montré les flammes des cieux, mais Je n’ai pas eu le cœur de vous brûler, et combien M’avez-vous donné en retour ? Combien êtes-vous prêts à Me donner ? Tenant la nourriture que Je t’ai donnée, tu te retournes et Me l’offres, disant même que c’est quelque chose que tu as obtenu en échange de la sueur de ton propre dur travail, que tu te donnes entièrement à Moi. Comment peux-tu ne pas savoir que tes « contributions » que tu Me fais sont toutes des choses qui ont été volées de Mon autel ? Et maintenant, tu M’offres cela. Ne Me triches-tu pas ? Comment peux-tu ne pas savoir que ce dont Je jouis aujourd’hui sont toutes les offrandes sur Mon autel, et non ce que tu as gagné en échange de ton dur travail et ensuite M’as offert ? Vous osez vraiment Me tromper de cette façon, alors comment puis-Je vous pardonner ? Comment puis-Je supporter cela plus longtemps ?

Extrait de « Votre caractère est si abject ! », La Parole apparaît dans la chair

37 Je surveille l’univers jour après jour, observant, et Je Me cache humblement dans Ma demeure pour vivre la vie de l’homme, étudiant de près tous les actes de l’homme. Personne ne s’est jamais véritablement offert à Moi. Personne n’a jamais cherché la vérité. Personne n’a jamais été consciencieux envers Moi. Personne n’a jamais pris des résolutions devant Moi et a tenu à remplir son devoir. Personne n’a jamais permis que J’habite en lui. Personne n’a jamais tenu à Moi comme il le ferait de sa propre vie. Personne n’a jamais vu, concrètement dans la réalité, tout l’être de Ma divinité. Personne n’a jamais été disposé à être en contact avec le Dieu concret Lui-même.

Extrait de « Les déclarations de Dieu à l’univers entier La quatorzième déclaration », La Parole apparaît dans la chair

38 J’ai dit d’innombrables paroles, et J’ai d’ailleurs beaucoup travaillé. Chaque jour, Je regarde pendant que chaque homme réalise naturellement tout ce qu’il doit faire en accord avec sa nature inhérente et comment il se développe. Sans le savoir, beaucoup se sont déjà mis sur la « bonne voie », que J’ai fixée pour la révélation de tout genre d’homme. J’ai déjà placé chaque genre d’homme dans des environnements différents, et à leur place chacun a exprimé ses attributs inhérents. Il n’y a personne pour les lier, personne pour les séduire. Ils sont libres dans leur intégralité et ce qu’ils expriment vient naturellement. Il n’y a qu’une chose qui les guide, et ce sont Mes paroles. Par conséquent, un certain nombre d’hommes ont lu à contrecœur Mes paroles seulement pour que leur fin ne soit pas la mort, mais ils n’ont jamais mis Mes paroles en pratique. D’autre part, certains hommes ont du mal à supporter les jours sans Mes paroles pour les guider et les enrichir, donc ils suivent naturellement Mes paroles en tout temps. Au fil du temps, ils découvrent alors le secret de la vie humaine, la destination de l’humanité et la valeur de l’être humain. L’humanité n’est pas plus que cela en présence de Ma parole, et Je laisse simplement les choses suivre leur cours. Je ne fais rien qui oblige l’homme à suivre Mes paroles, et à les considérer comme le fondement de son existence.

Extrait de « Vous devriez considérer vos actions », La Parole apparaît dans la chair

39 L’humanité ne Me connaît pas, et à cause de cela, au lieu de M’offrir sa propre vie en échange, l’homme ne fait que défiler devant Moi avec des marchandises vétustes dans ses mains, essayant ainsi de Me satisfaire. Mais, loin d’être satisfait des choses comme elles sont, Je conserve Mes exigences à l’égard de l’humanité. J’aime l’hommage de l’homme mais Je déteste ses extorsions. Tous les hommes ont le cœur rempli de cupidité, comme si le cœur humain était sous l’emprise du diable et l’homme incapable de se libérer et de M’offrir son cœur. Quand Je parle, l’homme écoute Ma voix avec une attention soutenue, mais quand Je cesse de parler, il retourne à sa propre « entreprise » et cesse entièrement d’écouter Mes paroles, comme si Mes paroles étaient un complément à son « entreprise ». Je n’ai jamais fait preuve de laxisme envers l’humanité, mais J’ai aussi été patient et magnanime avec l’humanité. Et donc, à cause de Mon indulgence, les êtres humains sont tous devenus présomptueux, incapables de connaissance de soi et de réflexion sur soi, et ils profitent de Ma patience pour Me tromper. Pas un seul d’entre eux ne se soucie sincèrement de Moi, et pas un seul ne M’aime vraiment comme un objet cher à son cœur ; ce n’est que dans leur temps libre qu’ils M’accordent leur attention superficielle.

Extrait de « Les déclarations de Dieu à l’univers entier La dix-neuvième déclaration », La Parole apparaît dans la chair

40 Aux yeux des hommes, les paroles de Dieu sont comme un ustensile quotidien ; ils ne les traitent pas comme importantes du tout. Ainsi, les hommes ne peuvent pas mettre les paroles de Dieu en pratique. Ils sont devenus des misérables malheureux qui ont pris connaissance de la vérité, mais ne la mettent pas en pratique. Cette seule faute des hommes est donc suffisante pour provoquer un dégoût en Dieu pendant un certain temps et donc, Il dit à plusieurs reprises que les hommes ne tiennent pas compte de Ses paroles. Pourtant, dans leurs conceptions, les hommes pensent ce qui suit : « Chaque jour, nous étudions et analysons les paroles de Dieu, comment pourrait-on dire que nous ne leur prêtons pas attention ? N’est-ce pas une injustice envers nous ? » Mais laissez-Moi disséquer un peu pour vous : les hommes rougiront. Quand ils lisent les paroles de Dieu, ils hochent la tête, ils font des courbettes comme un carlin salivant aux paroles de son maître. Ainsi, à ce moment-là, les hommes se sentent inaptes, les larmes coulent sur leur visage, c’est comme s’ils voulaient se repentir et recommencer, mais une fois que ce moment est passé, leur air contrit disparaît aussitôt, pour devenir vorace. Ils mettent de côté les paroles de Dieu et croient toujours que leurs propres affaires ont la priorité, que les choses de Dieu viennent en dernier et, à cause de ces actions de leur part, ils ne peuvent jamais mettre les paroles de Dieu en action. Lorsque les faits arrivent, ils écartèlent les coudes vers l’extérieur[d] — c’est une trahison de leur propre peuple, pas étonnant que Dieu dise : « ils “fuient dans l’autre direction” tout en comptant sur Moi pour leur subsistance. » À partir de cela seulement, on peut voir qu’il n’y a pas la moindre fausseté dans les paroles de Dieu ; elles sont entièrement vraies et ne contiennent pas la moindre exagération, mais elles semblent avoir été quelque peu sous-estimées, car la stature de l’homme est trop petite, il est incapable d’acceptation.

Extrait de « Interprétation de la trente-sixième déclaration », La Parole apparaît dans la chair

41 Certaines personnes ne s’arment que de quelques vérités pour des urgences ou renoncent à elles-mêmes pour aider les autres, mais ne résolvent pas leurs propres difficultés ; nous les appelons des « altruistes ». Elles voient les autres comme des marionnettes de la vérité et elles-mêmes comme des maîtres de la vérité, enseignant les autres à tenir fermement à la vérité et à ne pas être passifs, alors qu’elles-mêmes sont des spectateurs sur la touche. Quelle sorte de personnes sont-elles ? Armées de quelques paroles de vérité seulement pour faire la leçon aux autres, tout en ne faisant rien pour éviter de rencontrer leur propre destruction. Que c’est pathétique ! Si leurs paroles peuvent aider les autres, pourquoi ne peuvent-elles pas s’aider eux-mêmes ? Nous devrions les appeler des hypocrites sans réalité. Elles fournissent des paroles de vérité aux autres, leur incitant à les pratiquer, mais ne font aucun effort pour les pratiquer elles-mêmes. Ne sont-elles pas méprisables ? Il est clair qu’elles ne peuvent le faire elles-mêmes, et pourtant elles forcent d’autres à mettre les paroles de vérité en pratique. Que cette méthode est cruelle ! Elles ne se servent pas la réalité pour aider les autres ; elles ne donnent pas aux autres avec un cœur rempli d’amour maternel ; elles ne font que tromper les gens et corrompre des gens.

Extrait de « Ceux qui aiment la vérité ont un chemin à suivre », Récits des entretiens du Christ

42 Beaucoup de gens retiennent les paroles de Dieu à force de les lire de jour en jour, jusqu’au point même de mémoriser tous les passages classiques qui sont comme leur bien le plus précieux, et de plus vont prêcher la parole de Dieu partout, en distribuant et en aidant les autres par le biais de Ses paroles. Ils pensent qu’en faisant cela, ils rendent témoignage à Dieu, qu’ils se rendent témoins de Ses paroles, que faire cela est suivre la voie de Dieu ; ils pensent qu’en faisant cela ils vivent par les paroles de Dieu, qu’ils amènent Ses paroles dans leur vie réelle, et que cela leur permettra de recevoir les éloges de Dieu, et d’être sauvés et perfectionnés. Mais, tout en prêchant la parole de Dieu, ils ne sont jamais conformes aux paroles de Dieu en pratique, ou ne tentent pas de se mettre en conformité avec ce qui est révélé dans les paroles de Dieu. Ils utilisent plutôt les paroles de Dieu pour gagner l’adoration et la confiance d’autrui par la ruse, pour se recommander eux-mêmes, et pour détourner et voler la gloire de Dieu. Ils espèrent, en vain, utiliser l’occasion offerte par la diffusion des paroles de Dieu pour s’approprier l’œuvre de Dieu et Son éloge. […] Ancrés dans la connaissance superficielle de la parole de Dieu, il semblerait que leur foi ait grandi, leur détermination à endurer la souffrance s’est renforcée, et leur connaissance de Dieu s’est approfondie. Ils ne savent pas que, jusqu’à ce qu’ils ressentent réellement les paroles de Dieu, toute leur connaissance de Dieu et leurs idées sur Lui viennent de leur propre imagination illusoire et de conjectures. Leur foi ne tiendrait pas sous aucune épreuve venant de Dieu, leur soi-disant spiritualité et leur stature ne sauraient tout simplement pas tenir en place dans le cadre d’une épreuve ou d’une inspection de Dieu, leur résolution n’est rien d’autre qu’un château construit sur le sable, et leur soi-disant connaissance de Dieu n’est rien de plus qu’un produit de leur imagination.

Extrait de « Connaître Dieu est le chemin vers la crainte de Dieu et l’éloignement du mal », La Parole apparaît dans la chair

43 En fait, ces personnes, qui ont, pour ainsi dire, mis beaucoup d’efforts dans les paroles de Dieu, n’ont jamais réalisé ce qu’est la vraie foi, ce qu’est une soumission réelle, ce qu’est une compassion réelle, ou ce qu’est la vraie connaissance de Dieu. Ils prennent la théorie, l’imagination, la connaissance, le don, la tradition, la superstition, et même les valeurs morales de l’humanité, et les transforment en « capital d’investissement » et en « armes militaires » pour croire en Dieu et Le suivre, même les transformant comme fondements de leur croyance et leur quête de Dieu. En même temps, ils prennent également ce capital et cet armement et en font un talisman magique pour connaître Dieu, pour arriver et soutenir Son inspection, Son épreuve, Son châtiment, et le jugement de Dieu. En fin de compte, ce qu’ils engrangent encore ne consiste en rien de plus que des conclusions au sujet de Dieu qui sont imprégnées de connotations religieuses, dans la superstition féodale, et dans tout ce qui est romantique, grotesque, et énigmatique, et leur façon de connaître et de définir Dieu est estampillée dans le même moule que celui des gens qui croient seulement au Paradis céleste, ou au Vieillard qui trône au ciel, tandis que la réalité de Dieu, Son essence, Son tempérament, Ses possessions et Son être, et ainsi de suite, tout ce qui a à voir avec le vrai Dieu Lui-même, sont des choses que leur savoir n’a pas saisi, qui sont totalement sans rapport avec Dieu, et même aux antipodes de Dieu. De cette façon, bien qu’ils vivent dans l’approvisionnement et la nourriture par la parole de Dieu, ils sont néanmoins incapables de vraiment suivre la voie de la crainte de Dieu et de l’éloignement du mal. La vraie raison pour cela est qu’ils n’ont jamais fait la connaissance de Dieu, et n’ont jamais eu un contact authentique ou une communion avec Lui, et il est donc impossible pour eux d’arriver à une compréhension mutuelle avec Dieu, ou d’éveiller en eux-mêmes la croyance véritable en Dieu, la poursuite de Dieu, ou le culte de Dieu. Qu’ils doivent donc considérer les paroles de Dieu, qu’ils doivent donc considérer Dieu – cette perspective et attitude les a condamnés à retourner les mains vides de leurs efforts – les a condamnés à ne jamais pouvoir marcher sur le chemin de la crainte de Dieu et de l’éloignement du mal, pour toute l’éternité. Le but visé, et la direction dans laquelle ils vont, signifient qu’ils sont les ennemis de Dieu de toute éternité, et que dans l’éternité, ils ne seront jamais en mesure de recevoir le salut.

Extrait de « Connaître Dieu est le chemin vers la crainte de Dieu et l’éloignement du mal », La Parole apparaît dans la chair

44 Et donc, ceux qui n’ont jamais une conscience ou une valeur dans leur existence observent tranquillement comment vont les choses, puis ils rejettent audacieusement Mes paroles et font comme bon leur semble. Ils commencent à se lasser de la vérité et de tout ce qui vient de Moi. De plus, ils se lassent de rester dans Ma maison. Ces hommes logent temporairement dans Ma maison pour le bien de leur destination et échappent à la punition, même s’ils font le service. Mais leurs intentions ne changent jamais, ni leurs actions. Cela encourage encore leur désir de bénédictions, pour un seul passage dans le royaume où ils peuvent ensuite rester pour l’éternité, et même pour le passage dans le ciel éternel. Plus ils aspirent à ce que Mon jour vienne un jour plus tôt, plus ils estiment que la vérité est devenue un obstacle, une pierre d’achoppement dans leur chemin. Ils ne peuvent guère attendre d’entrer dans le royaume pour jouir à jamais des bénédictions du royaume des cieux, sans avoir besoin de poursuivre la vérité ou d’accepter le jugement et le châtiment, et surtout, sans avoir besoin de s’abandonner à Ma maison et de faire ce que J’ordonne. Ces gens entrent dans Ma maison ni pour remplir un cœur qui cherche la vérité ni pour travailler ensemble sous Ma gestion. Ils visent simplement à être parmi ceux qui ne seront pas détruits dans le prochain âge. Par conséquent, leurs cœurs n’ont jamais su ce qu’est la vérité ou comment accepter la vérité. C’est la raison pour laquelle ces hommes n’ont jamais pratiqué la vérité ou n’ont pas réalisé la profondeur extrême de leur corruption, et pourtant ils se sont logés chez Moi comme des « serviteurs » jusqu’à la fin. Ils attendent « patiemment » la venue de Mon jour, et ils sont infatigables quand ils sont ballottés par la manière de Mon travail. Peu importe la grandeur leur effort et le prix qu’ils ont payé, aucun d’entre eux ne verra qu’il a souffert pour la vérité ou qu’il a été sacrifié pour Moi. Dans leur cœur, ils ne peuvent pas attendre pour voir le jour où J’ai mis fin à la vieillesse, et, en outre, ils désirent anxieusement savoir combien Mon pouvoir et Mon autorité sont grands. Ce qu’ils n’ont jamais hâté de faire, c’est de se changer et de poursuivre la vérité. Ils aiment ce dont Je suis lassé et ils sont lassés de ce que J’aime. Ils aiment ce que Je déteste, mais en même temps ils ont peur de perdre ce que Je déteste. Ils vivent dans ce monde méchant mais ne le haïssent jamais, et ont profondément peur que Je le détruise. Les intentions qu’ils tiennent sont contradictoires : Ils se réjouissent de ce monde que Je déteste, mais en même temps, ils ont hâte que Je le détruise bientôt. De cette façon, ils seront épargnés par la souffrance de la destruction et seront transformés en seigneurs du prochain âge avant qu’ils ne se soient éloignés du vrai chemin. C’est parce qu’ils n’aiment pas la vérité et sont fatigués de tout ce qui vient de Moi. Peut-être deviendront-ils des « gens obéissants » pendant un court laps de temps pour ne pas perdre les bénédictions, mais leur mentalité anxieuse de bénédiction et leur peur de périr et d’entrer dans le lac de feu brûlant ne pourront jamais être obscurcies. À mesure que Mon jour s’approche, leur désir ne cesse de se renforcer. Et plus grand est le désastre, plus il les rend impuissants, ne sachant par où commencer, afin de Me faire réjouir et d’éviter de perdre les bénédictions auxquelles ils ont longtemps aspiré. Une fois que Ma main commence son travail, ces hommes sont impatients de prendre des mesures pour servir d’avant-garde. Ils ne pensent qu’à remonter à la ligne de front des troupes, profondément effrayés que Je ne les voie pas. Ils font et disent ce qu’ils croient être juste, ne sachant jamais que leurs actes et actions n’ont jamais été pertinents à la vérité, et simplement dérangent et interfèrent avec Mes plans. Quoiqu’ils aient fait un grand effort et puissent être sincères dans leur volonté et leur intention de supporter toutes les épreuves, tout ce qu’ils font n’a rien à voir avec Moi, car Je n’ai jamais vu que leurs actes proviennent de bonnes intentions, Je les ai encore moins vus placer quelque chose sur Mon autel. Telles sont leurs actions devant Moi durant ces nombreuses années.

Extrait de « Vous devriez considérer vos actions », La Parole apparaît dans la chair

45 Vos nombreuses années d’actions devant Moi M’ont donné la réponse que Je n’ai jamais reçue auparavant. Et la question à cette réponse est : « Quelle est l’attitude de l’homme envers la vérité et le vrai Dieu ? ». L’effort que J’ai versé en l’homme prouve Ma substance d’aimer l’homme, et les faits et les actions de l’homme devant Ma présence ont aussi prouvé la substance de l’homme d’abhorrer la vérité et de s’opposer à Moi. En tout temps, Je M’inquiète pour tous ceux qui M’ont suivi, mais en aucun temps ceux qui Me suivent ne peuvent recevoir Ma parole ; Ils sont complètement incapables de n’accepter aucune suggestion qui vient de Moi. C’est ce qui M’attriste surtout. Personne ne peut jamais Me comprendre et, d’ailleurs, personne ne peut M’accepter, même si Mon attitude est sincère et Mes paroles douces. Tous accomplissent le travail que Je leur ai confié conformément à leurs intentions originales ; Ils ne cherchent pas Mes pensées, beaucoup moins demandent ce que Je désire. Ils prétendent toujours Me servir loyalement, tout en se rebellant contre Moi. Beaucoup croient que les vérités qui leur sont inacceptables ou qu’ils ne peuvent pas pratiquer ne sont pas des vérités. Pour de tels hommes, Mes vérités deviennent quelque chose à nier et à rejeter. En même temps, Je deviens alors un être reconnu par l’homme comme étant Dieu en parole seulement, mais aussi considéré comme un étranger qui n’est pas la vérité, le chemin ou la vie.

Extrait de « Vous devriez considérer vos actions », La Parole apparaît dans la chair

46 Votre fidélité n’est qu’en parole, votre connaissance est simplement intellectuelle et conceptuelle, vos labeurs visent seulement à recevoir des bénédictions du ciel et donc, à quoi votre foi doit-elle ressembler ? Même aujourd’hui, vous faites toujours la sourde oreille à chaque mot qui dit la vérité. Vous ne savez pas ce qu’est Dieu, vous ne savez pas ce qu’est Christ, vous ne savez pas comment craindre l’Éternel, vous ne savez pas comment entrer dans l’œuvre du Saint-Esprit, et vous ne savez pas comment distinguer l’œuvre de Dieu Lui-même et les supercheries de l’homme. Tu ne sais que condamner toute parole de vérité que Dieu exprime, qui ne se conforme pas à ta pensée. Où est ton humilité ? Où est ton obéissance ? Où est ta fidélité ? Où est ton désir de chercher la vérité ? Où est ta révérence pour Dieu ? Je vous le dis, ceux qui croient en Dieu à cause des signes sont sûrement la catégorie qui souffrira de la destruction. Ceux qui sont incapables d’accepter les paroles de Jésus qui est revenu dans la chair sont sûrement la lignée de l’enfer, les descendants de l’archange, la catégorie qui sera soumise à la destruction éternelle. […] Ceux qui acceptent la vérité et ne cherchent pas des signes, et donc ont été purifiés, iront devant le trône de Dieu et entreront dans les bras du Créateur. Seuls ceux qui persistent à croire que « le Jésus qui ne monte pas sur une nuée blanche est un faux Christ » seront soumis à un châtiment éternel, car ils ne croient qu’au Jésus qui manifeste des signes, mais ne reconnaissent pas le Jésus qui proclame le jugement sévère et libère la vraie voie de la vie. Et donc, Il est certain que Jésus s’occupera d’eux quand Il reviendra ouvertement sur une nuée blanche. Ils sont trop têtus, trop confiants en eux-mêmes, trop arrogants. Comment ces dégénérés pourraient-ils être récompensés par Jésus ?

Extrait de « Tu verras le corps spirituel de Jésus lorsque Dieu aura renouvelé le ciel et la terre », La Parole apparaît dans la chair

47 Il y a des personnes dont la croyance n’a jamais été reconnue dans le cœur de Dieu. En d’autres termes, Dieu ne reconnaît pas que ces gens sont Ses disciples, parce que Dieu ne loue pas leur croyance. Pour ces personnes, peu importe combien d’années elles ont suivi Dieu, leurs idées et leurs points de vue n’ont jamais changé. Elles sont comme les non-croyants en adhérant aux principes et à la manière de faire les choses des non-croyants, en adhérant à leurs lois de survie et de croyance. Elles n’ont jamais accepté la parole de Dieu comme leur vie, jamais cru que la parole de Dieu est la vérité, jamais eu l’intention d’accepter le salut de Dieu, et jamais reconnu Dieu comme leur Dieu. Elles considèrent que croire en Dieu est une sorte de passe-temps pour amateur, traitant Dieu simplement comme une nourriture spirituelle, de sorte qu’elles pensent qu’il ne vaut pas la peine d’essayer de comprendre le tempérament de Dieu, ou l’essence de Dieu. On pourrait dire que tout ce qui correspond au vrai Dieu n’a rien à voir avec ces gens. Ils ne sont pas intéressés et ne se soucient guère de répondre. Au fond de leur cœur, il y a une voix forte qui leur répète constamment : Dieu est invisible et intangible et Dieu n’existe pas. Ils croient qu’essayer de comprendre ce genre de Dieu ne vaut pas l’effort ; ils se tromperaient. Ils reconnaissent Dieu en paroles, et ne prennent pas de position réelle. Ils ne font pratiquement rien, pensant qu’ils sont très intelligents. Comment Dieu regarde-t-Il ces gens ? Il les voit comme des non-croyants.

Extrait de « Comment connaître le tempérament de Dieu et le fruit de Son œuvre », La Parole apparaît dans la chair

48 La raison pour laquelle l’homme s’oppose à Dieu est, d’une part, due à la disposition corrompue de l’homme, et d’autre part, à son ignorance de Dieu et à son manque de compréhension des principes de l’œuvre de Dieu et de Sa volonté pour l’homme. Ces deux aspects se fusionnent dans une histoire de la résistance de l’homme à Dieu.

Extrait de « Tous ceux qui ne connaissent pas Dieu s’opposent à Dieu », La Parole apparaît dans la chair

49 L’œuvre de Dieu est toujours nouvelle, n’est jamais ancienne, et elle ne forme jamais de doctrine ; au contraire, Son œuvre change et se renouvelle continuellement, parfois plus, parfois moins. Cette œuvre est l’expression du tempérament inhérent de Dieu Lui-même. Elle est également le principe inhérent de l’œuvre de Dieu et l’un des moyens par lesquels Dieu accomplit Sa gestion. Si Dieu ne travaillait pas de cette façon, l’homme ne changerait pas ou ne pourrait pas connaitre Dieu, et Satan ne serait pas vaincu. Ainsi, dans Son œuvre, se produisent toujours des changements qui apparaissent inconstants, mais qui sont en fait cycliques. Par contre, le style de la foi de l’homme en Dieu est très différent. Il s’attache aux doctrines et aux systèmes anciens et familiers et, plus ils sont anciens, plus ils lui sont acceptables. Comment l’esprit stupide de l’homme, un esprit aussi dur que la pierre, pourrait-il accepter tant de nouvelles œuvres et paroles insondables de Dieu ? L’homme abhorre le Dieu qui est toujours nouveau et jamais vieux ; il n’aime que le vieux Dieu archaïque et immobile, aux cheveux blancs. Ainsi, parce que Dieu et l’homme ont chacun leurs préférences, l’homme est devenu l’ennemi de Dieu. Beaucoup de ces contradictions existent encore même aujourd’hui en un temps où Dieu fait une nouvelle œuvre depuis près de six mille ans. Elles sont donc irrémédiables. C’est peut-être à cause de l’entêtement de l’homme ou parce qu’il est impossible à l’homme de violer les décrets administratifs de Dieu, mais ces membres du clergé et ces femmes s’accrochent encore à de vieux livres et à des papiers moisis, tandis que Dieu poursuit Son œuvre de gestion inachevée comme s’Il n’avait personne à Son côté. Bien que par ces contradictions Dieu et l’homme deviennent des ennemis et qu’elles soient même irréconciliables, Dieu ne leur prête aucune attention, comme si elles étaient à la fois présentes et absentes. L’homme, cependant, en reste à ses croyances et conceptions et ne les abandonne jamais. Pourtant, une chose est évidente : même si l’homme ne dévie pas de sa position, les pieds de Dieu sont toujours en mouvement et Il est toujours en train de changer Sa position en fonction de l’environnement et, à la fin, l’homme sera vaincu sans coup férir. Dieu, entre-temps, est le plus grand ennemi de tous Ses adversaires vaincus et Il est également le champion de ceux qui ont été vaincus dans l’humanité et de ceux qui doivent encore être vaincus.

Extrait de « Seuls ceux qui connaissent l’œuvre de Dieu aujourd’hui peuvent servir Dieu », La Parole apparaît dans la chair

50 Il est facile pour l’humanité de commettre l’erreur de limiter Dieu ; les hommes sont enclins à s’en tenir au passé et à délimiter Dieu. Ils ne connaissent évidemment pas Dieu et limitent l’œuvre de Dieu arbitrairement. Leur nature est si arrogante ! Les hommes veulent toujours s’accrocher aux vieilles conceptions du passé, ils gardent les choses d’autrefois entreposées dans leur cœur et les utilisent comme leur capital ; ils sont arrogants et pompeux, pensent qu’ils comprennent tout et ont l’audace de limiter l’œuvre de Dieu. Ainsi, ne jugent-ils pas Dieu ? En outre, les hommes ne prennent pas en considération la nouvelle œuvre de Dieu, ce qui montre qu’il leur est difficile d’accepter de nouvelles choses, et pourtant ils limitent toujours Dieu aveuglément. Les hommes sont si vains qu’ils sont dépourvus de raison, ils n’écoutent personne et n’acceptent même pas les paroles de Dieu. Telle est la nature de l’homme : totalement arrogant et suffisant, et sans la moindre obéissance.

Extrait de « Ne limite pas ce que Dieu a et est », Récits des entretiens du Christ

51 Une fois que les personnes savent que Dieu aime l’humanité, elles définissent Dieu comme un symbole de l’amour : peu importe ce que font les personnes, peu importe comment elles se comportent, peu importe comment elles traitent Dieu, et peu importe leur désobéissance, rien de tout cela importe parce que Dieu a de l’amour, et l’amour de Dieu est illimité et incommensurable. Dieu a de l’amour, donc il peut être tolérant avec les personnes ; Dieu a de l’amour, alors il peut être miséricordieux envers les personnes, miséricordieux devant leur immaturité, miséricordieux devant leur ignorance, et miséricordieux devant leur désobéissance. Est-ce vraiment comme cela ? Certaines personnes, après avoir expérimenté la patience de Dieu, une ou plusieurs fois, vont traiter Dieu comme du capital pour leur propre compréhension de Dieu, croyant que Dieu sera patient envers elles pour toujours, sera miséricordieux envers elles, et au cours de leur vie, elles feront de la patience de Dieu la norme de la façon dont Dieu les traite. Il y a aussi les personnes qui, une fois qu’elles ont expérimenté la tolérance de Dieu, pour toujours définiront Dieu comme tolérant, et cette tolérance, selon elles, est infinie, inconditionnelle, et même totalement sans principes. […] Où mène cette attitude que vous avez envers Dieu ? Elle vous mène à toujours tirer des conclusions au sujet de Dieu. Une fois que vous avez acquis un peu de connaissances, vous vous sentez très satisfaits, vous sentez que vous contenez Dieu dans Son intégralité. Par la suite, vous concluez que c’est ainsi que Dieu est et vous ne Le laissez pas changer librement. Et chaque fois que Dieu fait quelque chose de nouveau, vous refusez d’admettre qu’Il est Dieu. Un jour, quand Dieu dira : « Je n’aime plus l’homme. Je n’accorde plus Ma miséricorde à l’homme. Je n’ai plus de tolérance ou de patience envers l’homme. Je suis rempli d’un dégoût extrême et d’antipathie pour l’homme. » Les gens vont contester ce genre de déclaration du fond de leur cœur. Certains vont même dire : « Tu n’es plus mon Dieu. Tu n’es plus le Dieu que je veux suivre. Si Tu parles ainsi, alors Tu n’es plus qualifié pour être mon Dieu, et je n’ai pas besoin de continuer à Te suivre. Si Tu ne m’accordes pas Ta miséricorde, ne me donnes pas Ton amour, ne me manifestes pas Ta tolérance, alors je ne Te suivrai plus. Seulement si Tu es indéfiniment tolérant à mon égard, toujours patient, et me fais voir que Tu es amour, que Tu es patience, que Tu es tolérance, seulement alors pourrai-je Te suivre, et seulement alors pourrai-je avoir la confiance nécessaire pour Te suivre jusqu’au bout. Puisque Tu es patient et miséricordieux, ma désobéissance et mes offenses peuvent être pardonnées indéfiniment, être acquittées indéfiniment, et je peux pécher à tout moment et en tout lieu, me confesser et être pardonné à tout moment et en tout lieu, et Te fâcher à tout moment et en tout lieu. Tu ne devrais pas avoir Tes propres idées ou conclusions à mon sujet. » Bien que tu ne penses probablement pas à ce genre de question d’une telle manière subjective et consciente, chaque fois que tu considères que Dieu est un outil qui pardonne vos péchés et un objet qui t’assure une belle destination, tu as déjà imperceptiblement placé le Dieu vivant en opposition à toi, comme ton ennemi.

Extrait de « Comment connaître le tempérament de Dieu et le fruit de Son œuvre », La Parole apparaît dans la chair

52 L’objectif de l’apparition de Dieu, libre des contraintes de toute forme ou d’un pays, est de pouvoir accomplir l’œuvre de Son plan. Par exemple, lorsque Dieu est devenu chair en Judée, Son but était d’achever le travail de crucifixion pour racheter toute l’humanité. Pourtant, les Juifs croyaient qu’il était impossible pour Dieu de le faire, et ils pensaient qu’il était impossible que Dieu puisse devenir chair et prendre la forme du Seigneur Jésus. Leur « impossible » est devenu la base sur laquelle ils ont condamné et se sont opposés à Dieu, ce qui finalement a conduit à la destruction d’Israël. Aujourd’hui, beaucoup de gens ont commis une erreur similaire. Ils proclament sans ambages l’apparition imminente de Dieu, mais aussi condamnent Son apparition ; leur « impossible » limite de nouveau l’apparition de Dieu dans les limites de leur imagination. C’est ainsi que J’ai vu beaucoup de gens rire après avoir entendu les paroles de Dieu. Ce rire est-il différent de la condamnation et du blasphème des Juifs ? Vous n’êtes pas assez pieux en face de la vérité, et vous avez encore moins soif de la vérité. Vous étudiez simplement aveuglément et attendez nonchalamment. Que pouvez-vous gagner en étudiant et en attendant de la sorte ? Pouvez-vous recevoir la conduite personnelle de Dieu ? Si tu ne peux pas discerner les déclarations de Dieu, comment peux-tu mériter d’être témoin de l’apparition de Dieu ?

Extrait de « L’apparition de Dieu a apporté une nouvelle ère », La Parole apparaît dans la chair

53 Sachez que vous vous opposez à l’œuvre de Dieu ou utilisez vos propres conceptions pour évaluer le travail d’aujourd’hui, parce que vous ne connaissez pas les principes de l’œuvre de Dieu et parce que vous ne prenez pas le travail du Saint-Esprit suffisamment au sérieux. Votre opposition à Dieu et votre obstruction à l’œuvre du Saint-Esprit sont causées par vos conceptions et votre arrogance inhérente. Ce n’est pas que l’œuvre de Dieu soit erronée, mais que vous êtes naturellement trop désobéissants. Après avoir découvert leur foi en Dieu, certaines gens ne peuvent même pas dire avec certitude d’où vient l’homme, et pourtant ils osent faire des discours publics évaluant les droits et les torts du travail du Saint-Esprit. Et ils sermonnent même les apôtres qui font le nouveau travail du Saint-Esprit, les critiquant et les interrompant ; leur humanité est trop vile et ils n’ont aucun sens. Le jour ne viendra-t-il pas où de telles gens seront rejetés par l’œuvre du Saint-Esprit et brûleront dans les feux de l’enfer ? Ils ne connaissent pas le travail de Dieu, mais critiquent Son travail et essaient aussi d’enseigner à Dieu comment travailler. Comment de telles gens déraisonnables peuvent-ils connaître Dieu ?

Extrait de « La connaissance des trois étapes de l’œuvre de Dieu est la voie de la connaissance de Dieu », La Parole apparaît dans la chair

54 Pendant de nombreuses années, J’ai vu plusieurs personnes qui croient en Dieu. Quelle forme cette croyance assume-t-elle ? Certaines personnes croient en Dieu comme s’il était de l’air vide. Ces personnes n’ont pas de réponses aux questions sur l’existence de Dieu parce qu’elles ne peuvent pas sentir ou être conscientes de la présence ou de l’absence de Dieu, encore moins le voir ou le comprendre clairement. Inconsciemment, ces personnes pensent que Dieu n’existe pas. D’autres croient en Dieu comme s’Il était un homme. Ces personnes croient que Dieu est incapable de faire tout ce qu’elles ne peuvent pas faire elles-mêmes et que Dieu devrait penser comme elles pensent, quelle qu’en soit la manière. La définition de Dieu pour ces personnes est « une personne invisible et intangible. » Il y a aussi un groupe de personnes qui croient en Dieu comme s’Il était une marionnette. Ces personnes croient que Dieu n’a pas d’émotions, que Dieu est une statue. Lorsque confronté à un problème, Dieu n’a pas d’attitude, aucun point de vue, aucune idée ; Il est à la merci de l’homme. Les personnes croient seulement comme elles veulent croire. Si elles imaginent que Dieu est grand, Il est grand ; si elles l’imaginent petit, Il est petit. Quand les personnes pèchent et ont besoin de la miséricorde de Dieu, de la tolérance de Dieu, de l’amour de Dieu, alors Dieu devrait accorder Sa miséricorde. Ces personnes inventent un Dieu dans leur esprit et obligent ce Dieu à répondre à leurs exigences et à satisfaire tous leurs désirs. Peu importe quand et où, et peu importe ce que ces personnes font, elles adopteront cette fantaisie dans leur traitement de Dieu, et leur croyance en Dieu. […] En fait, peu importe la façon dont les personnes croient en Dieu, tant qu’elles ne cherchent pas la vérité, alors l’attitude de Dieu envers elles est négative. Alors que tu es croyant en Dieu, peut-être chéris-tu ce livre de la parole de Dieu, l’étudies-tu tous les jours, le lis-tu tous les jours, mais tu mets de côté le vrai Dieu, tu Le considères comme de l’air vide, Le considère comme une personne, et certains d’entre vous Le considèrent simplement comme une marionnette. Pourquoi est-ce que Je l’exprime de cette manière ? Parce que, de la façon dont Je vois les choses, peu importe si vous êtes confrontés à une question ou faites face à une circonstance, ces choses qui existent dans votre subconscient, ces choses qui sont développées en votre intérieur, aucune d’entre elles n’a un lien avec la parole de Dieu ou la recherche de la vérité. Tu sais seulement ce que tu penses toi-même, ce que sont tes propres points de vue, et ensuite tu imposes sur Dieu tes propres idées, tes propres points de vue. Ils deviennent les points de vue de Dieu qui sont utilisés comme normes à respecter incontestablement. Au fil du temps, cette manière de procéder t’éloigne de plus en plus de Dieu.

Extrait de « Comment connaître le tempérament de Dieu et le fruit de Son œuvre », La Parole apparaît dans la chair

55 Bien que l’homme croie en Dieu, le cœur de l’homme est sans Dieu, et il ignore comment aimer Dieu, et ne veut pas aimer Dieu, car le cœur de l’homme ne s’approche jamais de Dieu et il évite toujours Dieu. En conséquence, le cœur de l’homme est éloigné de Dieu. Où donc est son cœur ? En fait, le cœur de l’homme n’est allé nulle part : au lieu de le donner à Dieu ou de le révéler à Dieu pour le voir, il l’a gardé pour lui-même. C’est en dépit du fait que certains prient souvent Dieu et disent : « Ô Dieu, regarde mon cœur – Tu sais tout ce que je pense », et certains jurent même de laisser Dieu les regarder, afin qu’ils soient punis s’ils enfreignent leur serment. Bien que l’homme autorise Dieu à inspecter son cœur, cela ne signifie pas qu’il soit capable d’obéir aux ordonnances et aux arrangements de Dieu, ni qu’il ait abandonné son sort et ses projets d’avenir entre les mains de Dieu. Ainsi, indépendamment des serments que tu fais à Dieu ou de ton attitude envers Lui, aux yeux de Dieu ton cœur est encore fermé à Lui, car tu permets à Dieu de regarder ton cœur mais tu ne Lui permets pas d’en prendre le commandement. En d’autres termes, tu n’as pas donné ton cœur à Dieu du tout, et tu ne fais que dire de belles paroles que pour que Dieu les entende. Tes diverses intentions astucieuses, tu les caches de Dieu, avec tes intrigues, tes complots, tes plans, et tu serres tes projets d’avenir et ton destin dans tes mains, profondément effrayé qu’ils te soient enlevés par Dieu. Ainsi, Dieu ne voit jamais la sincérité de l’homme envers Lui. Bien que Dieu observe les profondeurs du cœur de l’homme, et puisse voir ce que l’homme pense et veut faire dans son cœur, et peut voir ce qui est conservé dans son cœur, le cœur de l’homme n’appartient pas à Dieu, il ne l’a pas abandonné à la volonté de Dieu. C’est-à-dire que Dieu a le droit d’observer, mais pas le droit de diriger. Dans la conscience subjective de l’homme, l’homme n’a ni la volonté ni l’intention de s’abandonner à la merci de Dieu. Non seulement l’homme s’est fermé lui-même à Dieu, mais il y a même des gens qui pensent à des façons de maquiller leur cœur, en utilisant la parole douce et la flatterie pour créer une fausse impression et gagner la confiance de Dieu, et en cachant leur vrai visage hors de la vue de Dieu. Leur but en ne donnant pas à Dieu un droit de regard est de ne pas permettre à Dieu de percevoir comment ils sont réellement. Ils ne veulent pas donner leur cœur à Dieu, mais le garder pour eux-mêmes. Il est sous-entendu ici que ce que l’homme fait et ce qu’il veut est entièrement prévu, calculé et décidé par l’homme lui-même. Il n’a pas besoin de la participation ou de l’intervention de Dieu, et encore moins des orchestrations et des arrangements de Dieu. Ainsi, que ce soit à l’égard des commandements de Dieu, de Sa commission ou des exigences que Dieu a envers l’homme, les décisions de l’homme sont fondées sur ses propres intentions et intérêts, sur son propre état et sur ses circonstances à l’époque. L’homme utilise toujours les connaissances et les expériences qu’il connaît et son propre intellect pour juger et choisir le chemin qu’il doit suivre et ne permet pas l’ingérence ou le contrôle de Dieu. C’est le cœur de l’homme que Dieu voit.

Extrait de « L’œuvre de Dieu, le tempérament de Dieu et Dieu Lui-même II », La Parole apparaît dans la chair

56 (Matt 12:6-8) « Or, je vous le dis, il y a ici quelque chose de plus grand que le temple. Si vous saviez ce que signifie: Je prends plaisir à la miséricorde, et non aux sacrifices, vous n’auriez pas condamné des innocents. Car le Fils de l’homme est maître du sabbat. » […] Le Seigneur Jésus disait cela, car, à l’époque de l’ère de la Loi, le peuple en était venu à considérer le temple comme plus grand que Dieu Lui-même. C’est-à-dire que les gens vénéraient le temple au lieu de vénérer Dieu, aussi le Seigneur Jésus les avertit de ne pas adorer les idoles, mais plutôt de vénérer Dieu, car Il est suprême. […] Bien que les gens aujourd’hui aient fait l’expérience d’une œuvre de Dieu différente de celle des gens de l’ère de la Loi, l’essence de leur nature reste la même. Dans le contexte de l’œuvre d’aujourd’hui, les gens feront toujours le même genre de choses que « le temple est plus grand que Dieu ». Par exemple, les gens voient l’accomplissement de leur devoir comme leur travail ; ils voient le témoignage de Dieu et le combat contre le grand dragon rouge comme des mouvements politiques pour la défense des droits humains, pour la démocratie et la liberté ; Ils transforment leur devoir d’utiliser leurs talents en une carrière, mais ils traitent craindre Dieu et s’éloigner du mal comme un simple fragment de doctrine religieuse à respecter et ainsi de suite. Ces expressions des humains ne sont-elles pas essentiellement la même chose que « le temple est plus grand que Dieu » ? Sauf qu’il y a deux mille ans de distance, les gens menaient leurs affaires personnelles dans le temple physique, mais aujourd’hui ils les mènent dans des temples virtuels. Ces gens qui chérissent les règles les voient plus grandes que Dieu, ces gens qui aiment le statut le voient plus grand que Dieu, ceux qui aiment leur carrière la voient plus grande que Dieu et ainsi de suite : toutes leurs expressions me conduisent à dire : « En paroles, les gens vénèrent Dieu comme le plus grand, mais à leurs yeux tout est plus grand que Dieu. » C’est parce que dès que les gens au cours de leur cheminement vers Dieu trouvent une opportunité d’exprimer leurs talents ou de mener à bien leurs affaires ou leur carrière, ils se distancent de Dieu et se jettent dans la carrière qu’ils aiment. Quant à ce que Dieu leur a confié et Sa volonté, ces aspects ont été écartés depuis longtemps. Dans ce scénario, quelle est la différence entre ces personnes et celles qui menaient leurs affaires dans le temple il y a deux mille ans ?

Extrait de « L’œuvre de Dieu, le tempérament de Dieu et Dieu Lui-même III », La Parole apparaît dans la chair

57 Dans la Bible, le jugement que les pharisiens ont porté contre Jésus Lui-même et les choses qu’Il a faites était : « car ils disaient: Il est hors de sens. […] Il est possédé de Béelzébul ; c’est par le prince des démons qu’il chasse les démons » (Marc 3:21-22). Le jugement du Seigneur Jésus par les scribes et les pharisiens n’étaient pas une répétition ou une imagination de choses inventées, c’était leur conclusion sur le Seigneur Jésus qui résultait de ce qu’ils avaient vu et entendu de Ses actions. Bien que leur conclusion fût proférée ostensiblement au nom de la justice et apparût aux yeux des gens comme bien fondée, il leur était difficile, même à eux, de contenir l’arrogance avec laquelle ils jugèrent le Seigneur Jésus. L’énergie frénétique de leur haine pour le Seigneur Jésus révélait leurs propres ambitions déchainées et leurs expressions méchantes et sataniques, aussi bien que leur nature maléfique qui résistait à Dieu. Les propos qu’ils tinrent lors du jugement du Seigneur Jésus étaient motivés par leurs ambitions déchainées, leur jalousie, la nature ignoble et malveillante de leur hostilité envers Dieu et la vérité. Ils ne firent pas d’enquête sur l’origine des actions du Seigneur Jésus ni sur le fond même de ce qu’Il avait dit ou fait, mais ils attaquèrent et discréditèrent aveuglément, impatiemment, de manière folle et avec une méchanceté délibérée ce qu’Il avait fait. C’était au point qu’ils discréditèrent sans discernement Son Esprit, c’est-à-dire le Saint-Esprit, l’Esprit de Dieu. C’est ce qu’ils entendaient quand ils dirent : « Il est hors de sens », « Béelzébul et le prince des démons ». Donc ils affirmèrent que l’Esprit de Dieu était Béelzébul et le prince des démons. Ils accusèrent l’œuvre de la chair revêtue par l’Esprit de Dieu d’être de la folie. Non seulement ils blasphémèrent contre l’Esprit de Dieu en le disant être Béelzébul et le prince des démons, mais ils condamnèrent l’œuvre de Dieu. Ils condamnèrent le Seigneur Jésus Christ et blasphémèrent contre Lui. L’essence de leur résistance et de leur blasphème contre Dieu était tout à fait la même que l’essence de Satan et que la résistance et le blasphème du diable contre Dieu. Ils ne représentaient pas seulement les hommes corrompus, mais plus que cela, ils étaient l’incarnation de Satan. Ils étaient un canal pour Satan parmi les hommes et ils étaient les complices et les messagers de Satan. L’essence de leur blasphème et de leur dénigrement du Seigneur Jésus Christ provenait de leur lutte contre Dieu pour le statut, de leur compétition avec Dieu, de leur mise à l’épreuve éternelle de Dieu. L’essence de leur résistance à Dieu et de leur attitude d’hostilité envers Lui, ainsi que leurs paroles et leurs pensées blasphémaient l’Esprit de Dieu et Le mettaient en colère. Donc Dieu porta un jugement sensé sur ce qu’ils avaient dit et fait et décréta que leurs actes constituaient le péché de blasphème contre le Saint-Esprit. Ce péché est impardonnable à la fois dans ce monde et dans celui qui suit, tout comme il est dit dans le passage suivant des Écritures : « le blasphème contre l’Esprit ne sera point pardonné » et « quiconque parlera contre le Saint Esprit, il ne lui sera pardonné ni dans ce siècle ni dans le siècle à venir. »

Extrait de « L’œuvre de Dieu, le tempérament de Dieu et Dieu Lui-même III », La Parole apparaît dans la chair

58 Voulez-vous savoir ce qui a poussé les Pharisiens à s’opposer à Jésus ? Voulez-vous connaître l’essence des Pharisiens ? Ils étaient remplis de fantasmes sur le Messie. De plus, ils croyaient seulement que le Messie viendrait, mais ne cherchaient pas la vérité de la vie. Et ainsi, encore aujourd’hui, ils attendent encore le Messie, car ils n’ont aucune connaissance de la voie de la vie, et ne savent pas ce qui est le chemin de la vérité. Comment, dites-Moi, ces gens insensés, têtus et ignorants pourraient-ils obtenir la bénédiction de Dieu ? Comment pourraient-ils voir le Messie ? Ils se sont opposés à Jésus parce qu’ils ne connaissaient pas la direction de l’œuvre du Saint-Esprit, parce qu’ils ne connaissaient pas le chemin de la vérité dont Jésus a parlé et, en outre, parce qu’ils ne comprenaient pas le Messie. Et puisqu’ils n’avaient jamais vu le Messie et n’avaient jamais été en compagnie du Messie, ils ont commis l’erreur de rendre un hommage vide au nom du Messie tout en s’opposant à l’essence du Messie par tous les moyens. Ces Pharisiens en essence étaient têtus, arrogants et n’obéissaient pas à la vérité. Le principe de leur croyance en Dieu est : quelle que soit la profondeur de Ta prédication, quelle que soit la hauteur de Ton autorité, Tu n’es Christ que si Tu es appelé le Messie. Ces opinions ne sont-elles pas absurdes et ridicules ?

Extrait de « Tu verras le corps spirituel de Jésus lorsque Dieu aura renouvelé le ciel et la terre », La Parole apparaît dans la chair

59 Beaucoup de gens ne s’opposent-ils pas à Dieu et n’entravent-ils pas le travail du Saint-Esprit parce qu’ils ne connaissent pas le travail varié et diversifié de Dieu, et, en outre, parce qu’ils possèdent seulement un peu de connaissance et de doctrine pour évaluer le travail du Saint-Esprit ? Bien que leurs expériences soient superficielles, de telles gens sont arrogants et indulgents de nature, et ils considèrent le travail du Saint-Esprit avec mépris, ils ignorent les disciplines du Saint-Esprit et, de plus, utilisent leurs vieux arguments triviaux pour « confirmer » l’œuvre du Saint-Esprit. Ils se donnent des airs et sont tout à fait convaincus d’être des gens instruits et érudits, et qu’ils peuvent voyager à travers le monde. Ces gens ne sont-ils pas méprisés et rejetés par le Saint-Esprit et ne seront-ils pas éliminés par la nouvelle ère ? Ceux qui se présentent devant Dieu et s’opposent ouvertement à Lui ne sont-ils pas de petites gens myopes qui essaient simplement de faire preuve d’intelligence ? Avec une maigre connaissance de la Bible, ils essaient de grimper les murs du « haut savoir », d’enseigner aux gens avec leur doctrine superficielle, d’inverser le travail du Saint-Esprit, de le limiter à leur propre processus de pensée, et, myopes comme ils sont, ils essaient de saisir d’un seul coup d’œil six mille ans de l’œuvre de Dieu. Ces gens ont-ils quelque raison que ce soit ? En fait, mieux les gens connaissent Dieu, plus lents ils sont à juger Son œuvre. En outre, ils ne parlent qu’un peu de leur connaissance du travail de Dieu aujourd’hui et ils ne sont pas téméraires dans leurs jugements. Moins les gens connaissent Dieu et plus ils sont arrogants et présomptueux, plus ils proclament l’être de Dieu sans réfléchir, mais ils parlent seulement en théorie et n’offrent aucune preuve réelle. Ces personnes ne sont d’aucune valeur.

Extrait de « La connaissance des trois étapes de l’œuvre de Dieu est la voie de la connaissance de Dieu », La Parole apparaît dans la chair

60 Ceux qui croient que le travail du Saint-Esprit est un jeu sont frivoles. Ceux qui ne sont pas prudents quand ils découvrent la nouvelle œuvre du Saint-Esprit, qui parlent sans réfléchir, sont prompts à juger, donnent libre cours à leur instinct naturel de nier la légitimité de l’œuvre du Saint-Esprit, et aussi l’insultent et le blasphèment, de telles gens irrespectueux ne sont-ils pas ignorants de l’œuvre du Saint-Esprit ? Ne sont-ils pas, en outre, remplis d’arrogance, intrinsèquement fiers et ingouvernables ? Même si un jour de telles gens acceptent le nouveau travail du Saint-Esprit, Dieu ne les tolérera pas. Non seulement ils méprisent ceux qui travaillent pour Dieu, mais ils blasphèment aussi Dieu Lui-même. Ces gens téméraires ne seront pas pardonnés, ni dans cette ère ni dans l’ère à venir, et ils périront à jamais en enfer ! Ces gens irrespectueux et indulgents prétendent croire en Dieu, et plus ils agissent ainsi, plus ils sont susceptibles d’offenser les décrets administratifs de Dieu. Tous ces arrogants qui sont naturellement déchaînés et n’ont jamais obéi à quiconque n’empruntent-ils pas tous ce chemin ?

Extrait de « La connaissance des trois étapes de l’œuvre de Dieu est la voie de la connaissance de Dieu », La Parole apparaît dans la chair

61 Si tu as cru en Dieu pendant de nombreuses années, mais tu ne Lui as jamais obéi ou tu n’as jamais accepté toute Sa parole, au contraire tu as demandé à Dieu de faire selon ta volonté et de suivre tes idées, alors tu es le plus rebelle de tous, et tu es un incrédule. Comment est-on ainsi capable d’obéir à l’œuvre et à la parole de Dieu qui ne soient pas conformes aux idées de l’homme ? La personne la plus désobéissante est celle qui, intentionnellement, défie Dieu et Lui résiste. C’est un ennemi de Dieu et un antéchrist. Une telle personne s’oppose toujours au nouveau travail de Dieu, ne montre aucune intention à se soumettre, et n’a jamais obéi avec docilité ou ne s’est jamais rabaissée. Il s’exalte devant les autres et ne se soumet jamais à quelqu’un d’autre. Devant Dieu, il se considère comme le plus compétent dans la prédication de la « Parole » et le plus habile à transformer les autres. Il ne se débarrasse jamais des trésors déjà en sa possession, mais les considère comme des biens de famille qui doivent être adorés, prêchés aux autres, et utilisés pour enseigner à ces imbéciles qui l’adorent. Il existe en effet certaines de ces personnes dans l’Église. On peut dire que ce sont des « héros indomptables », qui séjournent génération après génération dans la maison de Dieu. Ils pensent que prêcher la « Parole » (Doctrine) est leur plus grand devoir. D’année en année et de génération en génération, ils s’acquittent de leur saint et sacré devoir. Personne n’ose les bousculer et personne n’ose les reprocher ouvertement. Ils sont devenus des « rois » dans la maison de Dieu, agissant tyranniquement au fil du temps. Ces démons cherchent à conjuguer les efforts et ensemble à détruire Mon travail ; comment puis-Je permettre à ces démons vivants d’exister devant Moi ?

Extrait de « Les véritables obéissants seront sûrement acquis par Dieu », La Parole apparaît dans la chair

62 On ne saurait parler d’égalité entre Dieu et l’homme. Son essence et Son œuvre sont au plus haut point insondables et incompréhensibles pour l’homme. Si Dieu ne réalise pas personnellement Son œuvre et ne communique pas Ses paroles dans le monde de l’homme, alors l’homme ne serait jamais capable de comprendre la volonté de Dieu, et ainsi, même ceux qui ont consacré toute leur vie à Dieu seraient incapables d’obtenir Son approbation. Sans l’œuvre de Dieu, quel que soit le bien que l’homme fasse, ça ne vaudra rien, car les pensées de Dieu seront toujours plus élevées que les pensées de l’homme et la sagesse de Dieu ne peut être sondée par l’homme. Et donc Je dis que ceux qui ont « perçu » Dieu et Son œuvre sont inefficaces, ils sont tous arrogants et ignorants. L’homme ne devrait pas définir l’œuvre de Dieu ; d’ailleurs, l’homme ne peut pas définir l’œuvre de Dieu. Aux yeux de Dieu, l’homme est plus petit qu’une fourmi, alors comment l’homme peut-il pénétrer l’œuvre de Dieu ? Ceux qui passent leur temps à dire : « Dieu ne fonctionne pas de cette façon » ou « Dieu est comme ceci ou comme cela » ne sont-ils pas tous des arrogants ? Nous devons tous savoir que les gens, qui sont de chair, ont tous été corrompus par Satan. C’est leur nature de s’opposer à Dieu et ils ne sont pas au même rang que Dieu, ils peuvent encore moins émettre des avis sur l’œuvre de Dieu. La façon dont Dieu guide l’homme ne relève que de Dieu Lui-même. L’homme devrait se soumettre et ne devrait pas émettre tel ou tel point de vue, car l’homme n’est rien que poussière. Puisque nous essayons de chercher Dieu, nous ne devons pas superposer nos conceptions sur l’œuvre de Dieu pour qu’elles soient examinées par Dieu, encore moins devrions-nous utiliser notre tempérament corrompu pour essayer délibérément de nous opposer à l’œuvre de Dieu. Cela ne ferait-il pas de nous des antéchrists ? Comment de tels hommes peuvent-ils dire qu’ils croient en Dieu ? Puisque nous croyons qu’il existe un Dieu, et puisque nous voulons Le satisfaire et Le voir, nous devrions chercher le chemin de la vérité et chercher un moyen pour être compatibles avec Dieu. Nous ne devrions pas rester dans une opposition farouche à Dieu ; quel bien pourrait provenir de telles actions ?

Extrait de « Préface », La Parole apparaît dans la chair

63 Des hommes stupides et ignorants considèrent souvent l’humanité normale du Christ comme une imperfection. Quelle que soit la façon dont Il exprime et expose l’être de Sa divinité, l’homme est incapable de reconnaître qu’Il est le Christ. Et plus ce Christ démontre Son obéissance et Son humilité, les idiots Le considèrent avec plus de légèreté. Il y en a même qui adoptent envers Lui une attitude d’exclusion et de mépris, mais placent ces « grands hommes » aux images sublimes sur le trône pour être adorés. La résistance et la désobéissance de l’homme envers Dieu proviennent du fait que l’essence de Dieu incarné se soumet à la volonté de Dieu, ainsi qu’à l’humanité normale du Christ ; en cela se trouve la source de la résistance et de la désobéissance de l’homme envers Dieu. Si le Christ n’avait ni l’apparence de Son humanité, ni cherché la volonté de Dieu le Père dans la perspective d’un être créé, mais était plutôt doté d’une super humanité, alors l’homme n’aurait probablement pas désobéi à Dieu. La raison pour laquelle l’homme est toujours prêt à croire en un Dieu invisible dans le ciel tient au fait que le Dieu dans le ciel n’a aucune humanité et Il ne possède aucun attribut d’un être créé. Ainsi, l’homme Le considère toujours avec la plus grande estime, pendant qu’il affiche une attitude de mépris envers le Christ.

Extrait de « L’essence du Christ est l’obéissance à la volonté du Père céleste », La Parole apparaît dans la chair

64 Le plus gros problème qu’il y a avec l’homme c’est qu’il n’aime que des choses qu’il ne peut pas voir ni toucher, des choses qui sont extrêmement mystérieuses et merveilleuses, et qui échappent à l’imagination de l’homme et sont inaccessibles par le commun des mortels. Plus ces choses seront irréalistes, plus elles seront analysées par l’homme, qui les cherche même sans se soucier de tout le reste, et se trompe lui-même qu’il peut les acquérir. Plus elles seront irréalistes, plus l’homme les scrute et les analyse minutieusement, allant même jusqu’à en faire, de manière exhaustive, ses propres idées. En revanche, plus ces choses sont réalistes, plus l’homme en est dédaigneux ; il les regarde simplement du haut, et avec même un air méprisant. N’est-ce pas précisément votre attitude par rapport à l’œuvre réaliste que J’accomplis aujourd’hui ? Plus de telles choses sont réalistes, plus vous aurez des préjugés contre elles. Vous ne consacrez aucun temps à les examiner, mais vous les ignorez simplement ; vous regardez du haut ces exigences réalistes et simples, et même êtes-vous débordant de conceptions au sujet de ce Dieu qui est le plus réel, et êtes tout simplement incapables d’accepter Sa réalité et Sa normalité. De cette façon, ne croyez-vous pas à une nébuleuse ? Vous avez une croyance inébranlable envers le Dieu nébuleux des temps passés, et aucun intérêt dans le vrai Dieu d’aujourd’hui. N’est-ce pas parce que le Dieu d’hier et le Dieu d’aujourd’hui sont de deux ères différentes ? N’est-ce pas aussi parce que le Dieu d’hier est le Dieu exalté du ciel, alors que le Dieu d’aujourd’hui est un petit homme sur la terre ? N’est-ce pas, par ailleurs, parce que le Dieu adoré par l’homme est celui qui est le fruit de son imagination, alors que le Dieu d’aujourd’hui est une vraie chair produite sur la terre ? Quand tout est dit et fait, n’est-ce pas parce que le Dieu d’aujourd’hui est trop réel que l’homme ne Le cherche pas ? Car ce que le Dieu d’aujourd’hui demande à l’homme c’est précisément ce que l’homme est le plus réticent à faire, et qui le couvre de honte. N’est-ce pas compliquer les choses à l’homme ? Ceci ne contribue-t-il pas à dévoiler ses cicatrices ? De cette façon, bon nombre de ceux qui ne cherchent pas la réalité deviennent des ennemis de Dieu incarné, deviennent des antéchrists. N’est-ce pas une évidence ?

Extrait de « Seuls ceux qui connaissent Dieu et Son œuvre peuvent Lui donner satisfaction », La Parole apparaît dans la chair

65 Ne pense pas que tu es un génie naturel, tu n’es qu’un tout petit peu loin des cieux et dominant la terre. Tu n’es pas plus intelligent que les autres et on peut même dire que tu es mignonnement plus idiot que n’importe quelle autre personne sensible sur la terre, parce que tu te vois trop fièrement ; tu n’as jamais eu aucun sens d’infériorité. Il semble que tu vois tout ce que Je fais aussi clairement que le cristal. La vérité est que tu n’es pas le moins du monde une personne sensée. C’est parce que tu n’as aucune idée de ce que Je vais faire et tu sais encore moins ce que Je fais actuellement. C’est pourquoi Je dis que tu ne peux pas comparer à un fermier chevronné quelqu’un qui n’a pas connaissance de la vie humaine, et pourtant se fie aux bénédictions du ciel pour cultiver. Tu es tellement indifférent en ce qui a trait à ta propre vie et tu ne connais même pas la réputation, tu te connais encore moins. Tu es trop « hautain et puissant » !

Extrait de « Ceux qui n’apprennent ni ne connaissent ne sont-ils pas que des bêtes ? », La Parole apparaît dans la chair

67 Une fois qu’un homme a un statut, il a souvent du mal à contrôler son humeur, et donc il aura le plaisir de saisir les occasions pour exprimer son mécontentement et donner libre cours à ses émotions ; il se mettra souvent en colère sans raison apparente afin de révéler sa capacité et de faire savoir aux autres que son statut et son identité sont différents de ceux des gens ordinaires. Bien sûr, les personnes corrompues sans aucun statut perdront souvent le contrôle aussi. Leur colère est souvent causée par des dommages à leurs avantages individuels. Afin de protéger leur propre statut et leur propre dignité, les hommes corrompus de défouleront souvent de leurs émotions et révéleront leur nature arrogante. L’homme éclate de colère et se défoule de ses émotions pour défendre l’existence du péché, et ces actions sont les moyens par lesquels l’homme exprime son insatisfaction. Ces actions regorgent de souillure, de machinations et d’intrigues ; elles regorgent de la corruption et de la méchanceté de l’homme ; plus que cela, elles regorgent des ambitions et des désirs effrénés de l’homme. Quand la justice conteste la méchanceté, l’homme n’éclate pas de colère pour défendre l’existence de la justice ; au contraire, lorsque les forces de la justice sont menacées, persécutées et attaquées, l’attitude de l’homme est d’ignorer, de fuir ou de se dérober. Toutefois, face aux forces du mal, l’attitude de l’homme est celle du service, de la soumission et d’abandon. Par conséquent, le défoulement de l’homme est une évasion pour les forces du mal, une expression de la conduite perverse, effrénée et imparable de l’homme charnel.

Extrait de « Dieu Lui-même, l’Unique II », La Parole apparaît dans la chair

68 Chacun d’entre vous est monté aux plus hauts sommets des multitudes ; vous êtes montés pour être les ancêtres des multitudes. Vous êtes extrêmement arbitraires et hors de contrôle parmi tous les vermisseaux qui cherchent un endroit paisible pour dévorer les vermisseaux qui sont plus petits que vous. Vous êtes méchants et sinistres dans votre cœur, dépassant les fantômes qui ont coulé au fond de la mer. Vous vivez au fond du fumier, dérangeant les vermisseaux du sommet jusqu’au fond de sorte qu’ils n’ont pas de paix, se battent les uns contre les autres pendant un certain temps, puis se calment. Vous ne connaissez pas votre propre statut, mais vous vous battez toujours les uns contre les autres dans le fumier. Que pouvez-vous gagner de cette lutte ? Si vous aviez vraiment un cœur révérencieux envers Moi, comment pourriez-vous vous battre les uns contre les autres derrière Mon dos ? Peu importe la hauteur du niveau de ton statut, n’es-tu pas encore un vermisseau puant dans le fumier ? Pourras-tu pousser des ailes et devenir une colombe dans le ciel ?

Extrait de « Quand les feuilles mortes retourneront à leurs racines, tu regretteras tout le mal que tu as fait », La Parole apparaît dans la chair

70 Lorsque tu es uni à Christ, peut-être peux-tu Lui servir trois repas par jour, Lui servir le thé, assister aux besoins de Sa vie, apparemment traitant Christ comme Dieu. Chaque fois que quelque chose survient, les points de vue des gens sont toujours contraires à Dieu. Ils ne parviennent jamais à comprendre le point de vue de Dieu, ne parviennent pas à l’accepter. Bien que les gens puissent bien s’entendre avec Dieu en surface, cela ne signifie pas qu’ils sont compatibles avec Lui. Dès que quelque chose survient, la vérité de la désobéissance de l’homme émerge, ce qui confirme l’hostilité qui existe entre l’homme et Dieu. Cette hostilité ne vient pas de Dieu qui s’opposerait à l’homme ; Dieu ne veut pas être hostile à l’homme, et Il ne place pas l’homme en opposition à Lui, ne traite pas l’homme comme Son opposé. Au contraire, c’est un cas de l’essence d’opposition à Dieu cachée dans la volonté subjective de l’homme et dans le subconscient de l’homme. Puisque l’homme considère tout ce qui vient de Dieu comme l’objet de son étude, sa réponse à ce qui vient de Dieu et ce qui implique Dieu est avant tout de deviner et de douter, puis rapidement d’adopter une attitude qui entre en conflit avec Dieu, qui s’oppose à Dieu. Après cela, l’homme prendra ces humeurs passives et disputera avec Dieu ou contestera Dieu, jusqu’à douter qu’il vaille la peine de suivre ce genre de Dieu. Bien que la raison de l’homme lui dise qu’il ne devrait pas procéder ainsi, il choisira quand même cette manière en dépit de lui-même, de telle sorte qu’il continuera ainsi sans hésitation jusqu’à la toute fin. […] Qu’est-ce que cela suggère ? Cela suggère que l’homme et Dieu sont opposés ! Ce n’est pas que Dieu considère l’homme comme un ennemi, mais que l’essence même de l’homme lui-même est hostile à Dieu.

Extrait de « Comment connaître le tempérament de Dieu et le fruit de Son œuvre », La Parole apparaît dans la chair

71 Vous considérez le Christ comme un immortel, un sage, mais personne ne considère le Christ comme un mortel avec la substance divine. Par conséquent, beaucoup de ceux qui brûlent d’envie, nuit et jour, de voir Dieu sont en fait des ennemis de Dieu et sont incompatibles avec Dieu. N’est-ce pas une erreur de la part de l’homme ? Même maintenant, vous pensez toujours que votre croyance et fidélité sont telles que vous méritez de voir le visage du Christ, mais Je vous exhorte à vous munir des moyens plus tangibles ! Car, dans le passé, le présent et l’avenir, beaucoup de ceux qui viennent au contact du Christ ont échoué ; ils jouent tous le rôle des Pharisiens. Qu’est-ce qui est à l’origine de votre échec ? C’est précisément parce que dans vos idées il existe un Dieu sublime, admirable. Mais la vérité n’est pas comme le souhaite l’homme. Le Christ n’est pas seulement sublime, mais Il est particulièrement petit ; Il n’est pas seulement un homme, mais Il est un homme ordinaire ; Il ne peut pas seulement ne pas monter au ciel, Il ne peut non plus Se déplacer librement sur la terre. Et c’est ainsi que les gens Le traitent comme un homme ordinaire ; ils font comme bon leur semble quand ils sont avec Lui, et Lui avancent des paroles désagréables, pendant tout ce temps ils continuent d’attendre la venue du « vrai Christ ». Vous considérez le Christ qui est déjà venu comme un homme ordinaire et Sa parole comme celle d’un homme ordinaire. Par conséquent, vous n’avez rien reçu du Christ et vous avez, au contraire, complètement exposé votre laideur à la lumière.

Extrait de « Ceux qui sont incompatibles avec Christ sont sûrement les adversaires de Dieu », La Parole apparaît dans la chair

72 Avant d’entrer en contact avec le Christ, tu peux croire que ta disposition a été entièrement transformée, tu peux croire que tu es un fidèle du Christ, et tu peux croire que tu es le plus digne de recevoir les bénédictions du Christ. Parce que tu as beaucoup voyagé, fait beaucoup de travail et produit beaucoup de fruits, alors tu dois être une personne qui reçoit la couronne en fin de compte. Pourtant, il y a une vérité que tu ne connais pas : le tempérament corrompu, et la rébellion et la résistance de l’homme sont exposées quand il voit le Christ, et la rébellion et la résistance exposées à cette occasion sont plus absolues et complètes qu’elles ne le sont à toute autre occasion. C’est parce que le Christ est le Fils de l’homme et possède une humanité normale que l’homme ne L’honore pas, et ne Le respecte pas non plus. C’est parce que Dieu vit dans la chair que la rébellion de l’homme est complètement et clairement mise en lumière. Je dis donc que la venue du Christ a déterré toute la rébellion de l’humanité et que la nature de l’humanité a vivement été mise en relief. Ceci s’appelle « attirer le tigre en bas de la montagne » et « attirer le loup hors de la grotte ».

Extrait de « Ceux qui sont incompatibles avec Christ sont sûrement les adversaires de Dieu », La Parole apparaît dans la chair

73 Quand tu vis vraiment avec le Christ, ton culte de la personnalité et ton autosuffisance seront lentement exposées par tes paroles et tes actions, et ainsi seront spontanément révélés tes désirs excessifs, ta désobéissance et ton mécontentement. Enfin, ton arrogance prendra de plus en plus de l’ampleur, et quand il y aura incompatibilité entre toi et le Christ comme c’est le cas de l’eau avec le feu, alors ta nature sera entièrement exposée. Alors, tes idées ne pourront plus être voilées. Tes plaintes aussi, seront spontanément exprimées et ton humanité ignoble sera entièrement exposée. Cependant, tu continues de désavouer ta propre rébellion. Et tu crois qu’un Christ comme celui-ci n’est pas facile à accepter et est trop sévère avec l’homme, et que tu te soumettrais entièrement s’il était un autre Christ et plus gentil. Vous croyez que votre rébellion est justifiée, que vous vous rebellez seulement contre Lui quand le Christ vous a repoussé jusqu’à un certain niveau. Vous ne vous êtes jamais rendus compte du fait que vous ne considériez pas le Christ comme Dieu, vous n’avez pas, encore moins, eu l’intention de Lui obéir. Au contraire, tu insistes obstinément sur le fait que le Christ devrait faire le travail selon ta volonté, et chaque fois qu’un travail n’aurait pas été accompli comme tu le souhaites, tu crois qu’Il n’est pas Dieu, mais un homme. N’êtes-vous nombreux parmi vous qui L’avez combattu dans cette voie ? Quel est celui en qui vous croyez ? Et comment le cherchez-vous ?

Extrait de « Ceux qui sont incompatibles avec Christ sont sûrement les adversaires de Dieu », La Parole apparaît dans la chair

74 Es-tu vraiment capable de Le considérer comme Dieu à chaque instant de ta vie ? Veux-tu véritablement prouver ton obéissance envers Dieu ? Vous adorez le Dieu sublime dans vos cœurs comme l’Éternel mais considérez le Christ visible comme un homme. Votre raison est trop petite et votre humanité très humble ! Vous êtes incapables de considérer le Christ à jamais comme Dieu, vous Le mettez simplement de côté et L’adorez comme Dieu quand il vous réprimande pour vos caprices. C’est pourquoi Je dis que vous n’êtes pas des croyants, mais des complices de ceux qui luttent contre le Christ. Mêmes les hommes qui témoignent de leur bonté envers les autres reçoivent de la récompense, mais le Christ, qui accomplit un tel travail parmi vous, n’est pas aimé ni récompensé par l’homme, et l’homme ne Lui est pas obéissant non plus. N’est-ce pas la plus attristante des réalités ?

Extrait de « Ceux qui sont incompatibles avec Christ sont sûrement les adversaires de Dieu », La Parole apparaît dans la chair

75 Quand il s’agit de la foi, beaucoup pourraient penser qu’ils suivent Dieu parce qu’ils ont la foi, sinon ils ne supporteraient pas une telle souffrance. Et puis Je te pose la question suivante : Pourquoi est-ce que tu ne vénères pas Dieu si tu crois en Son existence ? Pourquoi alors, n’as-tu aucune crainte de Dieu dans ton cœur si tu crois en Son existence ? Tu acceptes que le Christ est l’incarnation de Dieu, alors pourquoi affiches-tu un tel mépris et agis de manière irrévérencieuse envers Lui ? Pourquoi Le juges-tu ouvertement ? Pourquoi épies-tu toujours Ses mouvements ? Pourquoi ne te soumets-tu pas à Ses décisions ? Pourquoi n’agis-tu pas selon Sa parole ? Pourquoi Lui extorques et voles-tu Ses offrandes ? Pourquoi parles-tu à la place du Christ ? Pourquoi juges-tu si oui ou non Son travail et Sa parole sont dans le bon ordre ? Pourquoi blasphèmes-tu contre Lui derrière Son dos ? Ces choses et bien d’autres sont-elles ce qui fait votre foi ?

Extrait de « Es-tu quelqu’un qui croit véritablement en Dieu ? », La Parole apparaît dans la chair

76 Toute partie de votre discours et comportement révèle les germes d’incrédulité envers le Christ que vous avez en vous. Vos motivations et objectifs pour ce que vous faites sont imprégnés d’incrédulité ; même le regard dans vos yeux et le souffle que vous expirez sont entachées de tels éléments. En d’autres termes, chacun de vous, à chaque minute de la journée, porte des germes d’incrédulité. Cela signifie que, à chaque instant, vous risquez de trahir le Christ, car le sang qui coule dans vos veines est infecté par l’incrédulité envers le Dieu incarné. Par conséquent, Je dis que les empreintes que vous laissez sur le chemin de la foi envers Dieu n’ont pas de substance. Votre parcours sur le chemin de la foi envers Dieu n’est pas bien fondé, et vous êtes tout simplement procéder sans convictions. Vous êtes toujours sceptiques envers la parole du Christ et vous ne pouvez pas la mettre en pratique immédiatement. C’est la raison pour laquelle vous n’avez pas la foi en Christ et, avoir toujours des notions sur Lui est une autre raison de ce que vous ne croyez pas en Christ. Toujours afficher un scepticisme par rapport au travail du Christ, laisser que la parole du Christ tombe dans les oreilles des sourds, avoir une appréhension sur tout le travail qui est réalisé par le Christ et ne pas être en mesure de le comprendre correctement, avoir des difficultés à laisser tomber les idées figées malgré les explications que vous recevez, etc ; ce sont là des germes de l’incrédulité qui bouillonne dans vos cœurs.

Extrait de « Es-tu quelqu’un qui croit véritablement en Dieu ? », La Parole apparaît dans la chair

77 Extérieurement, vous semblez tous obéir à ce Christ sur la terre, mais en substance, vous ne croyez pas en Lui ni ne L’aimez. Ce que Je veux dire c’est que celui en qui vous croyez vraiment est ce vague Dieu de vos sentiments, et celui que vous aimez vraiment est le Dieu auquel vous aspirez nuit et jour, mais n’avez jamais vu en personne. Quant à ce Christ, votre foi est simplement une fraction et votre amour pour Lui n’est rien.

Extrait de « Comment connaître le Dieu sur terre », La Parole apparaît dans la chair

78 Actuellement, votre foi représente seulement trente pour cent dans vos cœurs, alors que les soixante-dix autres restent dans le doute. Tout acte posé et toute phrase prononcée par le Christ peuvent vous amener à avoir des conceptions et des appréhensions envers Lui. Ces conceptions et appréhensions sont le reflet de votre total manque de foi envers Lui. Votre admiration et votre crainte n’existent que pour le Dieu invisible dans le ciel, par contre, vous n’avez aucune considération pour le Christ vivant sur la terre. N’est-ce donc pas aussi le signe de votre incrédulité ? Vous avez très envie de voir seulement le Dieu qui a fait le travail par le passé, mais vous n’acceptez pas le Christ d’aujourd’hui. C’est toujours ce même mot de « foi » qui se confond dans vos cœurs et qui ne croit pas au Christ d’aujourd’hui. Je ne vous sous-estime pas, car vous faites montre d’une trop grande incrédulité en vous, une bonne partie de vous qui est impure doit être découpée. Ces impuretés sont un signe que vous ne croyez pas du tout ; c’est une marque de votre renoncement au Christ et qui vous catalogue comme traître du Christ. Elles constituent un voile masquant votre connaissance du Christ, une barrière pour que vous ne soyez pas acquis par le Christ, un obstacle vous empêchant d’être compatibles avec le Christ, et une preuve que le Christ ne l’approuve pas de vous.

Extrait de « Es-tu quelqu’un qui croit véritablement en Dieu ? », La Parole apparaît dans la chair

79 Il se pourrait que, durant toutes ces années passées dans la foi en Dieu, tu n’aies jamais maudit personne, ni posé un mauvais acte, mais dans le cadre de ton association avec le Christ, tu ne peux pas dire la vérité, agir honnêtement, ou obéir à la parole du Christ ; alors Je dis que tu es l’être le plus retors et sinistre dans le monde. Si tu es particulièrement cordial et fidèle envers tes intimes, amis, femme (ou mari), fils et filles, et parents, et tu ne profites jamais des autres, mais tu ne peux jamais t’entendre et être en paix avec le Christ, alors même si tu offres tout ce que tu possèdes pour venir en aide à tes voisins ou que tu aies pris bien soin de ton père, de ta mère et de ton ménage, Je continue de dire que tu es méchant, et tout aussi rusé. Ne penses pas que tu t’entends avec le Christ si tu t’entends avec l’homme ou réalises quelques bonnes actions. Crois-tu que ta bonté peut arracher la bénédiction du Ciel ? Penses-tu que les bonnes actions peuvent se substituer à ton obéissance ? Personne d’entre vous ne peut accepter la négociation ou l’émondage, et tous n’accepterez pas aisément l’humanité normale du Christ. Pourtant, vous prétendez toujours être obéissants envers Dieu. Une foi comme la vôtre vous mènera à un châtiment approprié.

Extrait de « Ceux qui sont incompatibles avec Christ sont sûrement les adversaires de Dieu », La Parole apparaît dans la chair

80 Votre cœur est débordant du mal, de la trahison et de la tromperie. Alors à quel degré votre amour se trouve être impur ? Vous croyez que vous avez déjà assez sacrifié pour Moi ; vous croyez que votre amour pour Moi est déjà suffisant, mais pourquoi vos paroles et vos actions sont toujours accompagnées de rébellion et de tromperie ? Vous Me suivez, mais ne reconnaissez pas Ma parole. Est-ce de l’amour ? Vous Me suivez, mais vous Me mettez de côté. Est-ce de l’amour ? Vous Me suivez, mais vous vous méfiez de Moi. Est-ce de l’amour ? Vous Me suivez, mais ne pouvez pas accepter Mon existence. Est-ce de l’amour ? Vous Me suivez, mais ne Me traitez pas comme Je le mérite et rendez les choses difficiles pour Moi à chaque occasion. Est-ce de l’amour ? Vous Me suivez, mais Me traitez comme un fou et Me trompez en toutes choses. Est-ce de l’amour ? Vous Me servez, mais ne Me craignez pas. Est-ce de l’amour ? Vous vous opposez à Moi à tous égards et en toutes choses. Est-ce tout cela de l’amour ? Vous avez fait beaucoup de sacrifices, c’est vrai, mais vous n’avez jamais pratiqué ce que Je vous demande. Cela peut-il être considéré comme de l’amour ? Un examen approfondi montre qu’il n’y a pas le moindre soupçon d’amour pour Moi en vous. Après ces nombreuses années d’œuvre et tant de paroles que J’ai données, qu’avez-vous effectivement reçu ? Cela ne mérite-t-il pas un regard rétrospectif ?

Extrait de « Il y a beaucoup d’appelés, mais peu d’élus », La Parole apparaît dans la chair

81 Vos bouches sont remplies des mots de tromperie et de saleté, de trahison et d’orgueil. Vous n’avez jamais prononcé des mots de sincérité et de sainteté à Mon endroit, ni des mots pour mettre en pratique Ma parole et pour M’obéir. Quel genre de foi est-ce ? Vos cœurs sont remplis de désirs et de richesses ; vos esprits sont remplis de choses matérielles. Chaque jour, vous calculez comment recevoir Mes récompenses, évaluant la quantité de richesse et le nombre de choses matérielles que vous avez reçues de Moi. Chaque jour, vous attendez toujours de recevoir plus de bénédictions afin que vous puissiez profiter encore plus des choses agréables.

Extrait de « Il y a beaucoup d’appelés, mais peu d’élus », La Parole apparaît dans la chair

82 Votre tromperie, votre arrogance, votre cupidité, vos désirs extravagants, votre trahison, votre désobéissance, lequel de ces motifs pourrait échapper à Ma sentence ? Vous marchandez avec Moi, vous Me trompez, vous M’insultez, vous Me décevez, vous M’extorquez, pour des sacrifices — comment une telle malfaisance pourrait-elle échapper à Mon châtiment ? Votre malfaisance est la preuve de votre inimitié envers Moi, et la preuve de votre incompatibilité avec Moi. Chacun d’entre vous croit être tellement compatible avec Moi, mais si tel est le cas, alors à qui s’applique cette preuve irréfutable ? Vous croyez vous-mêmes être d’une plus grande sincérité et loyauté envers Moi. Vous pensez que vous avez si bon cœur, que vous êtes si compatissants, et que vous M’avez tant consacré. Vous pensez que vous avez assez fait pour Moi. Par contre, avez-vous déjà comparé ces croyances à votre propre comportement ? Je dis que vous êtes très arrogants, très gourmands, très superficiels ; les tours que vous Me jouez sont pleins d’esprit, et vous avez beaucoup d’intentions et de méthodes méprisables. Votre fidélité est trop petite, votre ardeur est insignifiante, et votre conscience présente encore des lacunes. Vos cœurs sont pleins de méchanceté, et personne n’en est épargné, même pas Moi.

Extrait de « Tu dois chercher le chemin de la compatibilité avec le Christ », La Parole apparaît dans la chair

83 Vous vous félicitez de votre petite fidélité et vous voulez être récompensés pour votre petit sacrifice ; vous regardez les autres avec condescendance lorsque vous faites preuve d’une petite obéissance, et vous éprouvez du mépris pour Dieu pendant que vous accomplissez de petites tâches. Vous attendez des richesses, cadeaux et compliments pour avoir reçu Dieu. Votre cœur est en peine quand vous offrez une pièce de monnaie ou deux ; quand vous en donnez dix vous attendez recevoir des bénédictions et être distingués des autres. C’est véritablement choquant de parler ou d’entendre parler d’une humanité comme la vôtre. Qu’est-ce qu’il y a de louable dans vos paroles et actions ? Ceux qui accomplissent leur devoir et ceux qui ne le font pas ; ceux qui dirigent et ceux qui suivent ; ceux qui reçoivent Dieu et ceux qui ne le font pas ; ceux qui donnent et ceux qui ne donnent pas ; ceux qui prêchent et ceux qui reçoivent la Parole, et ainsi de suite ; tous ces hommes se louent eux-mêmes. Ne le trouvez-vous pas risible ? Vous savez certainement que vous croyez en Dieu, pourtant vous ne pouvez pas vous entendre avec Dieu. Vous savez, certes, que vous en êtes indignes, mais vous restez vantards. N’avez-vous pas le sentiment que votre raison est devenue telle que vous n’avez plus la maîtrise de soi ? Comment pouvez-vous avec une telle raison être prêts à une association avec Dieu, et maintenant n’avez-vous pas peur de vous-mêmes ? Votre disposition est déjà telle que vous ne pouvez pas vous entendre avec Dieu. Votre foi n’est-elle pas ridicule ? Votre foi n’est-elle pas absurde ?

Extrait de « Ceux qui sont incompatibles avec Christ sont sûrement les adversaires de Dieu », La Parole apparaît dans la chair

84 Au cours de Mes nombreuses années de travail, l’homme a reçu et renoncé à beaucoup, mais Je continue de croire que l’homme ne croit pas vraiment en Moi. Car l’homme reconnaît simplement en surface que Je suis Dieu et ne croit pas en la vérité que Je proclame, beaucoup pratiquent peu la vérité que Je demande. Autrement dit, l’homme ne reconnaît que l’existence de Dieu, mais pas celle de la vérité ; l’homme ne reconnaît que l’existence de Dieu, mais pas celle de la vie ; l’homme ne reconnaît que le nom de Dieu, mais pas Sa substance. À cause de son zèle, l’homme est odieux envers Moi. Car l’homme utilise juste des mots agréables à l’oreille pour Me tromper, et aucun M’adorer avec un cœur sincère. Vos mots portent la tentation du serpent. Et vos paroles sont orgueilleuses à l’extrême, simplement comme si elles étaient de l’archange. En outre, vos actes sont inappropriés ; vos désirs immodérés et vos intentions avides sont offensants à entendre. Vous êtes tous devenus des mites dans Ma maison et des objets de Mon exécration et de Mon rejet. Car aucun d’entre vous n’aime la vérité, pourtant vous êtes ceux qui préfèrent les bénédictions, qui souhaitent monter au ciel, et qui aiment voir la magnificence du Christ brandissant Sa puissance sur la terre.

Extrait de « Il y a beaucoup d’appelés, mais peu d’élus », La Parole apparaît dans la chair

85 Ce que tu admires ce n’est pas tant l’humilité du Christ, mais ces faux bergers de grande réputation. Tu n’aimes pas la beauté ou la sagesse du Christ, mais plutôt ces dévergondées qui s’associent avec le monde exécrable. Tu ries de la douleur du Christ qui n’a pas de place pour poser Sa tête, mais tu admires ces cadavres qui se saisissent des offrandes et vivent dans la débauche. Tu n’es pas prêt à souffrir à côté du Christ, mais tu vas volontiers dans les bras de ces imprudents antéchrists, bien qu’ils te comblent seulement de chair, de lettres et de contrôle. Même maintenant, ton cœur est toujours tourné vers eux, vers leur réputation, leur position dans le cœur de tous les diables, leur influence et leur autorité, et pourtant tu continues d’avoir une attitude visant à résister et à refuser d’accepter l’œuvre du Christ. Voilà pourquoi Je dis que tu n’as pas la foi pour reconnaître le Christ.

Extrait de « Es-tu quelqu’un qui croit véritablement en Dieu ? », La Parole apparaît dans la chair

86 Certains ne se réjouissent pas dans la vérité, beaucoup moins dans le jugement. Au contraire, ils se réjouissent de pouvoir et de richesses ; ceux-là sont réputés être des snobs. Ils sont exclusivement à la recherche de ces sectes qui envahissent le monde avec de l’influence et ces pasteurs et prédicateurs sortis des séminaires. Bien qu’ayant accepté la voie de la vérité, ils restent sceptiques et sont incapables de se consacrer totalement. Ils parlent de faire des sacrifices pour Dieu, mais leurs yeux sont rivés sur les grands pasteurs et docteurs, alors que le Christ est mis de côté. Ils ne rêvent que de célébrité, de fortune et de gloire. Ils ne croient pas du tout que ce maigre homme est capable de conquérir plusieurs autres, que celui qui a l’air très banal est capable de perfectionner les hommes. Ils ne croient pas du tout que ces nullités entre la poussière et les fumiers sont le peuple élu de Dieu. Ils croient que si ces personnes étaient les objets du salut de Dieu, alors le ciel et la terre seraient renversés et tous les hommes en seraient à rire aux éclats. Ils croient que si Dieu a choisi ces nullités pour Se perfectionner, alors ces grands hommes deviendraient Dieu Lui-même. Leurs perspectives sont entachées d’incrédulité ; en effet, loin de l’incrédulité, ce sont de ridicules bêtes. Car, ils ne valorisent que la situation sociale, le prestige et le pouvoir ; ce à quoi ils tiennent avec beaucoup d’estime ces sont de grands groupes et des sectes. Ils n’ont aucun respect pour ceux que le Christ conduit ; ils sont simplement des traîtres qui ont tourné le dos au Christ, à la vérité et à la vie.

Extrait de « Es-tu quelqu’un qui croit véritablement en Dieu ? », La Parole apparaît dans la chair

87 Regarde les dirigeants de chaque confession religieuse et secte. Ils sont tous arrogants et suffisants, et ils interprètent la Bible hors de son contexte et selon leur propre imagination. Ils comptent tous sur les dons et l’érudition pour accomplir leur travail. S’ils étaient incapables de prêcher quelque chose, ces gens les suivraient-ils ? Ils possèdent tout de même un peu de connaissances, ils peuvent parler un peu de doctrine, savent comment convaincre les autres et utilisent des artifices par lesquels ils ont attiré le peuple devant eux et les ont trompés. Théoriquement, ces gens croient en Dieu — mais en réalité ils suivent leurs dirigeants. S’ils rencontrent ceux qui prêchent le vrai chemin, certains d’entre eux diraient : « Nous devons le consulter au sujet de notre croyance en Dieu. » Voyez comment ils cherchent le consentement de quelqu’un pour croire en Dieu ; n’est-ce pas un problème ? Que deviennent donc ces dirigeants ? Ne sont-ils pas devenus des Pharisiens, des faux pasteurs ; des antéchrists, et des pierres d’achoppement qui empêchent le peuple d’accepter la véritable voie ? Ce genre de gens appartient à la même espèce que Paul.

Extrait de « La vraie foi en Dieu ne se confirme que par la recherche de la vérité », Récits des entretiens du Christ

88 Si tu es très rusé, alors ton cœur sera sur ses gardes et tu auras des doutes sur toute question et tout homme. Pour cette raison, ta foi en Moi est fondée sur la méfiance. Je ne reconnaîtrai jamais une telle foi. Sans une vraie foi, ton amour est loin d’être vrai. Et si tu doutes même de Dieu et tu spécules sur Lui à volonté, alors tu es certainement le plus rusé des hommes. Tu spécules sur la possibilité de Dieu d’être comme l’homme : pécheur impardonnable, de petit caractère, sans équité et sans rationalité, en manque d’un sens de justice, employant des mesures de malveillance et de trahison, rusé, jouissant du mal et de l’obscurité et ainsi de suite. La raison de telles pensées chez l’homme n’est-elle pas que l’homme n’a pas la moindre connaissance de Dieu ? Une telle manière de croire n’est rien de moins qu’un péché ! De plus, certains croient qu’il Me plaise qu’on cherche à s’attirer Mes bonnes grâces et qu’on Me flatte, et que ceux qui n’ont pas ce comportement ne seront pas populaires et ne pourront pas conserver leur place dans la maison de Dieu. Est-ce une telle connaissance que vous avez reçue au cours de ces nombreuses années ? C’est cela que vous avez acquis ? Et votre connaissance à Mon sujet ne comporte pas seulement de tels malentendus, mais, plus sérieusement, elle inclut aussi votre blasphème contre l’Esprit de Dieu et votre diffamation du Ciel. Voilà pourquoi Je dis que votre manière de croire vous éloignera davantage de Moi et vous opposera plus fortement à Moi.

Extrait de « Comment connaître le Dieu sur terre », La Parole apparaît dans la chair

89 Seule l’iniquité existe dans vos cœurs, et donc vous croyez que tous les hommes, n’importe qui, sont rusés et malhonnêtes. Vous croyez même que Dieu incarné serait comme un homme normal, sans un cœur de bonté ou un amour bienveillant. De plus, vous croyez qu’un caractère noble et miséricordieux et une nature bienveillante existent seulement en Dieu au ciel. Et vous croyez qu’un tel saint n’existe pas et que seuls l’obscurité et le mal règnent sur la terre, tandis que Dieu est simplement un objectif glorieux en qui les hommes espèrent et une figure légendaire inventée par l’homme. Dans vos cœurs, le Dieu dans le ciel est très honnête, juste, grand, digne d’adoration et de vénération, mais ce Dieu sur la terre est simplement un substitut et un instrument du Dieu du ciel. Vous pensez que ce Dieu ne peut pas être égal au Dieu dans le ciel et encore moins que les deux puissent être mentionnés de la même manière. Quand il s’agit de la grandeur et de l’honneur de Dieu, elles appartiennent à la gloire de Dieu dans le ciel, mais, quand il s’agit de la nature et de la corruption de l’homme, elles sont attribuées à Dieu sur la terre. Le Dieu dans le ciel est toujours noble, tandis que le Dieu sur la terre est toujours insignifiant, faible et incompétent. Le Dieu dans le ciel n’est pas habitué à l’émotion, seulement à la justice, tandis que le Dieu sur la terre n’a que des motifs égoïstes, aucune équité ni raison. Le Dieu dans le ciel n’est pas le moindrement malhonnête et est toujours fidèle, tandis que le Dieu sur la terre a toujours un côté malhonnête. Le Dieu dans le ciel aime l’homme tendrement, tandis que le Dieu sur la terre ne prend pas bien soin de l’homme, le néglige complètement même. Cette connaissance erronée a longtemps résidé dans vos cœurs et peut également être perpétuée dans l’avenir.

Extrait de « Comment connaître le Dieu sur terre », La Parole apparaît dans la chair

90 Vous considérez tous les actes du Christ du point de vue de l’iniquité et vous jugez toute Son œuvre, Son identité et Son essence du point de vue des méchants. Vous avez commis une grave erreur et avez fait ce qui n’a jamais été fait avant vous. Autrement dit, vous servez seulement le Dieu noble dans le ciel qui a une couronne sur Sa tête et vous négligez le Dieu que vous considérez comme insignifiant au point d’être invisible. Cela n’est-il pas votre péché ? N’est-ce pas l’exemple typique de votre offense contre le tempérament de Dieu ? Vous adorez le Dieu du ciel. Vous adorez les personnages nobles et avez de l’estime pour ceux qui ont une grande éloquence. Tu acceptes volontiers les commandements du Dieu qui te donne d’abondantes richesses et tu languis après le Dieu qui peut satisfaire tous tes désirs. Le seul que tu n’adores pas est ce Dieu qui n’est pas hautain ; ton seul objet de haine est l’association avec ce Dieu pour lequel aucun homme ne peut avoir un grand respect. La seule chose que tu n’es pas disposé à faire est de servir ce Dieu qui ne t’a jamais donné un seul centime, et le seul après lequel tu ne languis pas est ce Dieu sans charme. Ce genre de Dieu ne peut pas te permettre d’élargir tes horizons, de te faire sentir que tu as découvert un trésor, encore moins satisfaire tes désirs. Pourquoi, alors, Le suis-tu ? As-tu réfléchi à cette question ?

Extrait de « Comment connaître le Dieu sur terre », La Parole apparaît dans la chair

91 Ce que tu fais n’offense pas seulement ce Christ, mais, plus important encore, offense le Dieu du ciel. Je pense que tel n’est pas le but de votre foi en Dieu ! Vous avez un grand désir que Dieu trouve Sa joie en vous, mais vous êtes très loin de Dieu. Que se passe-t-il ? Vous acceptez seulement Ses paroles, et non Son traitement et Son émondage, encore moins tous Ses arrangements. De plus, vous êtes incapables de croire en Lui totalement. Que se passe-t-il, alors ? Fondamentalement, votre foi est une coque vide qui ne peut jamais faire éclore un poussin, car votre foi ne vous a pas conduit à la vérité ou donné la vie, mais au contraire, elle vous a donné un sentiment illusoire d’espoir et de soutien. La raison de votre foi en Dieu est de conserver cet espoir et ce soutien plutôt que de chercher la vérité et recevoir la vie. Par conséquent, Je dis que le parcours de votre foi en Dieu n’est rien d’autre qu’une tentative de vous attirer les faveurs de Dieu par la servilité et l’impudeur, et que votre foi ne peut en aucun cas être considérée comme une vraie foi. Comment un poussin peut-il naître d’une telle foi ? En d’autres termes, quel fruit une telle foi peut-elle produire ? Le but de votre foi en Dieu est de conserver vos motivations en utilisant Dieu. N’est-ce pas un autre fait qui démontre votre offense contre le tempérament de Dieu ? Vous croyez en l’existence de Dieu dans le ciel, mais niez que Dieu existe sur la terre. Cependant, Je n’approuve pas votre point de vue. Je n’approuve que les hommes qui gardent leurs pieds sur terre et servent Dieu qui est sur la terre, jamais ceux qui ne reconnaissent pas Christ sur la terre. Peu importe la loyauté de ces hommes au Dieu dans le ciel, à la fin, ils n’échapperont pas à Ma main qui punit les méchants. De tels hommes sont méchants ; ils résistent à Dieu et n’ont jamais obéi volontiers à Christ. Bien sûr, leur nombre inclut tous ceux qui ne connaissent pas Christ et en plus ne Le reconnaissent pas.

Extrait de « Comment connaître le Dieu sur terre », La Parole apparaît dans la chair

92 Beaucoup seraient plutôt condamnés à l’enfer que de parler et d’agir honnêtement. Peu étonnant que J’aie d’autres traitements en place pour ceux qui sont malhonnêtes. Bien sûr, Je comprends la grande difficulté que vous rencontrez en étant un homme honnête. Vous êtes tous très intelligents et habiles à juger les autres de votre propre point de vue […] Certains se comportent de manière décente et particulièrement « bienveillante » en présence de Dieu, mais deviennent défiants et sans retenue en présence de l’Esprit. Voulez-vous nommer un tel homme parmi les rangs des honnêtes gens ? Si tu es un hypocrite et un adepte de la « socialisation », alors Je dis que tu es certainement quelqu’un qui badine avec Dieu. Si tes paroles sont criblées d’excuses et de justifications sans valeur, alors Je dis que tu es quelqu’un qui est très peu disposé à pratiquer la vérité. Si tu as de nombreuses confidences indicibles et que tu ne veux pas mettre à nu tes secrets – tes difficultés – à d’autres afin de chercher le chemin de la lumière, alors Je dis que tu es quelqu’un pour qui le salut ne sera pas facilement reçu et qui n’émergera pas facilement de l’obscurité.

Extrait de « Trois admonitions », La Parole apparaît dans la chair

93 Tes lèvres sont plus gentilles que les pigeons, mais ton cœur est plus sinistre que le serpent ancien, même tes lèvres sont aussi belles qu’une femme libanaise, mais ton cœur n’est pas aussi gentil que celui des femmes libanaises et il ne peut certainement pas être comparé à la beauté des Cananéennes. Ton cœur est trop trompeur.

Extrait de « Votre caractère est si abject ! », La Parole apparaît dans la chair

94 Certains agitent toujours le drapeau de l’Église, peu importe ce qu’ils font ; la vérité, c’est que cela est à leur avantage. Ce genre d’homme n’a pas le bon genre de motif. Il est malhonnête et trompeur et la plupart des choses qu’il fait ont le but de chercher son propre avantage personnel. Ce genre d’homme ne cherche pas l’amour de Dieu ; son cœur appartient toujours à Satan et ne peut pas se tourner vers Dieu. Dieu n’a aucun moyen de gagner ce genre d’homme.

Extrait de « Votre caractère est si abject ! », La Parole apparaît dans la chair

96 Beaucoup de gens derrière Moi convoitent la bénédiction du statut, ils se gavent de nourriture, ils aiment dormir et prêter toute leur attention à la chair, toujours craintifs qu’il n’y ait pas moyen de se libérer de la chair. Ils ne remplissent pas leur fonction normale dans l’Église et ils mangent gratuitement, ou bien ils admonestent leurs frères et sœurs avec Mes paroles, ils sont hautains et dominent sur les autres. Ces gens continuent de dire qu’ils accomplissent la volonté de Dieu, ils disent toujours qu’ils sont les intimes de Dieu. N’est-ce pas absurde ? Si tes motivations sont bonnes, mais tu es incapable de servir la volonté de Dieu, alors tu es stupide ; mais si tes motivations ne sont pas bonnes et tu dis quand même que tu sers Dieu, alors tu es quelqu’un qui s’oppose à Dieu et tu dois être puni par Dieu ! Je n’ai aucune sympathie pour de telles gens ! Dans la maison de Dieu, ils mangent gratuitement, convoitent toujours le confort de la chair et ne considèrent pas les intérêts de Dieu ; ils cherchent toujours ce qui est bon pour eux et ils ne prêtent aucune attention à la volonté de Dieu. Tout ce qu’ils font n’est pas considéré par l’Esprit de Dieu. Ils manipulent toujours et complotent contre leurs frères et sœurs, et ils sont des êtres à deux visages comme un renard dans une vigne, qui vole toujours les raisins et piétine le vignoble. De telles gens pourraient-ils être les intimes de Dieu ? Es-tu apte à recevoir les bénédictions de Dieu ? Tu n’assumes aucune responsabilité de ta vie et de l’Église. Es-tu apte à recevoir la commission de Dieu ? Qui oserait faire confiance à quelqu’un comme toi ? Quand tu sers comme cela, Dieu pourrait-Il oser te confier une plus grande tâche ? Ne retardes-tu pas les choses ?

Extrait de « Comment servir en harmonie avec la volonté de Dieu », La Parole apparaît dans la chair

97 Si l’homme ne peut pas exprimer ce qu’il est en droit de faire pendant le service ou réaliser ce qui lui est intrinsèquement possible, et si par contre, il perd son temps et passe par les motions, alors il a perdu la fonction qu’un être créé devrait avoir. Ce genre d’homme est considéré comme une médiocre nullité et quelqu’un qui occupe inutilement de l’espace ; comment un homme de cette espèce peut-il être gratifié du titre d’un être créé ? Ne sont-ils pas des entités de corruption bien que brillant de l’extérieur qui soient pourries de l’intérieur ? […] Si l’homme ne parvient pas à s’acquitter de son devoir, il doit se sentir coupable et redevable ; il doit avoir honte de sa faiblesse et de son manque d’utilité, de son esprit rebelle et corrompu, et plus encore, il doit sacrifier de sa vie et de son sang pour Dieu. C’est alors qu’il devient un être créé qui aime vraiment Dieu, et seul ce genre d’homme est digne de jouir des bénédictions et des promesses de Dieu, et d’être perfectionné par Dieu. Qu’en est-il de la majorité d’entre vous ? Comment traitez-vous le Dieu qui vit parmi vous ? Comment avez-vous rempli votre devoir devant Lui ? Avez-vous fait tout ce que vous étiez supposés faire, même aux dépends de vos propres vies ? Qu’avez-vous sacrifié ? N’avez-vous pas assez reçu de Moi ? Pouvez-vous faire la distinction ? À quel degré êtes-vous fidèles envers Moi ? Comment M’avez-vous servi ? Qu’en est-il de tout ce que Je vous ai confié et de tout ce que J’ai fait pour vous ? Avez-vous pris la mesure de tout cela ? Avez-vous tous jugé et comparé cela avec votre petite conscience que vous avez en vous ? À qui pourriez-vous rendre justice par vos paroles et vos actions ? Serait-ce que ce minuscule sacrifice de votre part est à la hauteur de tout ce que Je vous ai confié ? Je n’ai pas d’autre choix et Je Me suis consacré sans réserve à vous, pourtant, vous vous posez de méchantes questions à Mon sujet et vous êtes peu enthousiastes. Telle est l’étendue de votre devoir, votre seule fonction. N’est-ce pas le cas ? Ne savez-vous pas que vous n’avez pas du tout rempli le devoir d’un être créé ? Comment pouvez-vous être considérés des êtres créés ? Vous ne savez pas clairement ce que vous exprimez et vivez ? Vous avez manqué à votre devoir, mais vous cherchez à recevoir la miséricorde et l’abondante grâce de Dieu. Cette grâce n’a pas été préparée pour des gens sans valeur et ignoble comme vous, mais pour ceux qui ne demandent rien et font des sacrifices avec joie. Des hommes comme vous, de médiocres nullités, ne sont pas du tout dignes de jouir de la grâce du ciel. Seules la misère et la punition sans fin seront votre lot quotidien !

Extrait de « La différence entre le ministère du Dieu incarné et le devoir de l’homme », La Parole apparaît dans la chair

98 Dieu ne demande pas beaucoup de l’homme. Tout ce que Dieu demande de l’homme peut être réalisé facilement et de gaieté de cœur ; c’est juste que l’homme ne veut pas souffrir de difficultés. Comme des enfants, ils pourraient vivre frugalement afin d’avoir quelques centimes pour honorer leurs parents et afin d’accomplir le devoir qu’ils doivent accomplir. Pourtant, ils craignent de ne pas assez bien manger et d’avoir des vêtements trop ordinaires, donc, pour une raison ou une autre, ils prennent l’amour et l’attention de leurs parents et les projettent dans les nuages, comme s’ils allaient commencer à faire cela après avoir gagné beaucoup d’argent. Mais Je vois à la suite de cela que les hommes n’ont pas la piété filiale d’aimer leurs parents ; ce sont des fils sans liens filiaux.

Extrait de « Interprétation de la trente-huitième déclaration », La Parole apparaît dans la chair

101 Vous M’avez exclu pour le bien de vos enfants, ou de votre mari, ou pour votre propre auto-préservation. Au lieu de vous souciez de Moi, vous vous souciez de votre famille, de vos enfants, de votre statut, de votre avenir, et de votre propre satisfaction. Quand avez-vous déjà pensé à Moi dans vos paroles ou dans vos agissements ? Lorsque le temps est froid, vos pensées se tournent vers vos enfants, votre mari, votre femme ou vos parents. Lorsque le temps est chaud, Je ne suis pas non plus dans vos pensées. Lorsque tu fais ton devoir, tu penses à tes intérêts propres, à ta propre sécurité, aux membres de ta famille. Qu’as-tu déjà fait qui M’était destiné ? Quand as-tu déjà pensé à Moi ? Quand t’es-tu jamais consacré, par devers et contre tout, à Moi et à Mon travail ? Où est la preuve de ta compatibilité avec Moi ? Qu’est-ce qui prouve ta fidélité envers Moi ? Qu’est-ce qui prouve ton obéissance envers Moi ? Quand est-ce que tes intentions n’ont-elles pas été dans le but de recevoir Mes bénédictions ?

Extrait de « Tu dois chercher le chemin de la compatibilité avec le Christ », La Parole apparaît dans la chair

103 Vous M’avez suivi durant ces nombreuses années, mais ne M’avez jamais donné un iota de loyauté. Au contraire, vous avez tourné autour des personnes que vous aimez et des choses qui vous plaisent, à tel point qu’elles sont gardées près de vos cœurs et jamais abandonnées, n’importe quand, n’importe où. Lorsque vous êtes impatients ou passionnés par une chose que vous aimez, c’est toujours pendant le temps que vous Me suivez, ou même lorsque vous écoutez Mes paroles. Donc, Je le dis, vous utilisez la loyauté que Je vous demande, pour être plutôt fidèles et chérir les objets de vos affections. Bien que vous puissiez sacrifier une chose ou deux pour Moi, cela ne représente pas votre tout, et ne montre pas que c’est à Moi que va vraiment votre loyauté. Vous vous engagez dans les entreprises dont vous êtes passionnés : certains sont loyaux envers les fils et les filles, les autres envers les maris, les épouses, les richesses, le travail, les supérieurs, le statut ou les femmes. Envers ce à quoi vous êtes fidèles, vous n’avez jamais été fatigués ou agacés ; plutôt, vous avez de plus en plus envie de posséder des quantités et une qualité plus grandes des choses auxquelles vous êtes loyaux, et vous n’avez jamais désespéré. Moi-même et Mes paroles nous sommes toujours poussés à la dernière position en termes de sujets qui vous passionnent. Et vous n’avez pas d’autre choix que de les classer en dernier ; certains gardent même une dernière place pour quelque chose auquel ils veulent être fidèles, mais qu’ils n’ont pas encore découvert. Ils n’ont jamais gardé une quantité de Moi dans leurs cœurs.

Extrait de « Envers qui es-tu loyal ? », La Parole apparaît dans la chair

104 Peut-être pensez-vous que Je vous demande trop ou que Je vous accuse injustement, mais n’avez-vous jamais pensé au fait que, lorsque vous passez du bon temps avec votre famille, vous n’avez jamais été loyaux envers Moi ? En de pareils moments, cela ne vous fait-il pas mal ? Quand vos cœurs sont remplis de joie d’avoir reçu une rémunération pour votre travail, ne vous sentez-vous pas découragés de ne pas vous être munis de suffisamment de vérité ? Quand avez-vous pleuré de n’avoir pas reçu Mon approbation ? Vous vous cassez la tête et vous vous donnez beaucoup de mal pour vos fils et vos filles, mais vous n’êtes toujours pas satisfaits, vous croyez toujours que vous n’avez pas été diligents envers eux, que vous ne leur avez pas consacré tous vos efforts. Mais pour Moi, vous avez toujours été négligents et sans soucis, Me reléguant dans vos souvenirs et ne Me laissant pas subsister dans vos cœurs. Mon dévouement et Mes efforts vous restent toujours inconnus, et vous n’avez jamais essayé de comprendre. Vous faites simplement une brève réflexion et vous croyez que cela suffira. Cette manière de « loyauté » n’est pas ce que J’ai longtemps désiré, mais ce qui a longtemps été une abomination pour Moi.

Extrait de « Envers qui es-tu loyal ? », La Parole apparaît dans la chair

105 Si Je devais maintenant placer des richesses devant vous et vous demander de choisir librement, sachant que[e] Je ne vous condamnerais pas, alors la plupart choisiraient les richesses et abandonneraient la vérité. Le meilleur d’entre vous renoncerait à la richesse et choisirait à contrecœur la vérité, tandis que les gens intermédiaires saisiraient les richesses d’une main et la vérité de l’autre. De cette façon, vos vraies couleurs ne seraient-elles pas évidentes ? En choisissant entre la vérité et tout ce à quoi vous êtes loyaux, vous prendrez tous cette décision, et votre attitude restera la même. N’est-ce pas ? N’y en a-t-il pas beaucoup parmi vous qui ont fluctué entre le bien et le mal ? Dans les concours entre le positif et le négatif, le noir et le blanc, vous êtes certainement conscients des choix que vous avez faits entre la famille et Dieu, les enfants et Dieu, la paix et la désorganisation, les richesses et la pauvreté, le statut et la banalité, être supporté et être rejeté, et ainsi de suite. Entre une famille paisible et une famille brisée, vous avez choisi la première, et sans aucune hésitation ; entre la richesse et le devoir, vous avez encore fait le premier choix, même sans volonté de retourner au rivage[f] ; entre le luxe et la pauvreté, vous avez choisi le premier ; entre fils, filles, épouses, maris, et Moi, vous avez choisi le premier ; et entre la notion et la vérité, vous avez encore une fois choisi le premier. Face à toutes les mauvaises actions, Je n’ai rien de moins que perdu foi en toi. Je suis absolument étonné que vos cœurs soient si résistants à être adoucis. Beaucoup d’années de dévouement et d’effort ne M’ont apparemment apporté que de la résignation et votre désespoir de Moi. Pourtant, Mes espérances pour vous grandissent à chaque jour qui passe, car Mon jour a déjà été complètement étalé devant chacun de vous. Cependant, vous continuez à chercher ce qui appartient à l’obscurité et au mal, et vous refusez de desserrer votre prise. En tant que tels, quel sera votre résultat ?

Extrait de « Envers qui es-tu loyal ? », La Parole apparaît dans la chair

106 Pendant le temps de Mon œuvre, vous agissez toujours contre Moi, vous ne vous conformez jamais à Mes paroles. J’accomplis Mon œuvre, et tu fais ton propre travail, tu formes ton propre petit royaume. Vous, bande de renards et de chiens, tout ce que vous faites est contre Moi ! Vous essayez toujours d’amener ceux qui n’aiment que vous dans votre étreinte. Où est votre révérence ? Tout ce que vous faites est si trompeur ! Vous n’avez aucune obéissance ou révérence, tout ce que vous faites est trompeur et blasphématoire ! De tels hommes peuvent-ils être sauvés ? Sexuellement immoraux, des hommes lascifs veulent toujours attirer ces prostituées coquettes vers eux pour leur propre jouissance. Je ne sauverai pas de tels démons sexuellement immoraux, Je vous déteste, démons souillés, votre lasciveté et coquetterie vous ont plongés dans l’enfer. Qu’avez-vous à dire pour votre défense ? Vous, démons souillés et esprits méchants, êtes si odieux ! Vous être dégoûtants ! Comment de tels déchets pourraient-ils être sauvés ? Ceux qui sont pris au piège du péché pourraient-ils encore être sauvés ? Ces vérités, ce chemin et cette vie ne vous attirent pas ; vous êtes attirés par le péché, l’argent, le standing, la renommée et le gain, les jouissances de la chair, la beauté des hommes et la coquetterie des femmes. Qu’est-ce qui vous qualifie pour entrer dans Mon royaume ? Votre image est même plus importante que Dieu, votre statut est plus élevé que Dieu, sans parler de votre prestige parmi les hommes. Vous êtes devenus une idole que les gens adorent. N’es-tu pas devenu l’archange ?

Extrait de « Pratique (7) », La Parole apparaît dans la chair

108 Vous avez été séparés de la boue et, en tout cas, vous avez été tirés de la lie, souillés et détestés par Dieu. Vous apparteniez à Satan[h] et avez déjà été foulés aux pieds et altérés par lui. C’est pourquoi il est dit que vous avez été séparés de la boue et que vous n’êtes pas saints, mais plutôt des objets non humains qui Satan avait longtemps rendu abrutis. C’est la description la plus appropriée pour vous. Vous devez vous rendre compte que vous êtes des impuretés dans l’eau stagnante et la boue, par opposition aux captures souhaitables comme le poisson et la crevette, car on ne peut tirer de vous aucune jouissance. Pour le dire crûment, vous êtes membres de la classe sociale la plus basse, des animaux pires que les cochons et les chiens. Pour parler franchement, s’adresser à vous en ces termes n’est pas trop dire ou exagérer, mais c’est un moyen de simplifier le problème. S’adresser à vous en ces termes est en fait un moyen de vous respecter. Votre intuition, votre discours, votre comportement comme « hommes » et toutes les choses dans votre vie, y compris votre statut dans la boue, suffisent à prouver que votre identité est « extraordinaire ».

Extrait de « Quelle est l’identité inhérente de l’homme et sa valeur », La Parole apparaît dans la chair

109 N’est-ce pas pour vous tout ce que Je fais ? Vous M’avez toujours traité ainsi, Moi, l’Éternel : volant Mes sacrifices, prenant les offrandes de Mon autel pour nourrir les petits et les vieux dans le repaire du loup ; les « gens » se battent les uns contre les autres, se regardant les uns les autres avec des regards furieux, des épées et des lances, jetant Mes paroles à Moi, le Tout-Puissant, dans les latrines pour devenir aussi sales que des excréments. Où est votre intégrité ? Votre humanité est devenue bestiale ! Vos cœurs ont depuis longtemps tourné à la pierre. Ne savez-vous pas que, quand Mon jour de colère arrivera, Je jugerai le mal que vous commettez contre Moi, le Tout-Puissant, aujourd’hui ? Pensez-vous qu’en Me trompant ainsi, en jetant Mes paroles dans la boue, et en ne les écoutant pas, pensez-vous qu’en agissant ainsi derrière Mon dos, vous pouvez échapper à Mon regard coléreux ? Ne savez-vous pas que vous avez déjà été aperçus par Mes yeux, les yeux de l’Éternel, quand vous avez volé Mes sacrifices et convoité Mes biens ? Ne savez-vous pas que lorsque vous avez agi ainsi, c’était devant l’autel auquel on offrait des sacrifices ? Comment pourriez-vous vous croire assez intelligent pour Me tromper ainsi ?

Extrait de « Aucun étant de la chair ne peut échapper au jour de la colère », La Parole apparaît dans la chair

110 Vous, vermisseaux puants qui volent les offrandes de Mon autel, l’autel de l’Éternel, pouvez-vous sauver votre nom ruiné et décadent pour devenir le peuple choisi d’Israël ? Vous êtes des misérables sans vergogne ! Ces sacrifices sur l’autel M’ont été offerts par les gens exprimant des « sentiments bienveillants » de ceux qui Me craignent. Ils sont pour Mon contrôle et pour Mon utilisation, alors comment peux-tu oser Me voler les petites colombes offertes par les gens ? N’as-tu pas peur d’être un Judas ? Ne crains-tu pas que ta terre devienne un « champ de sang » ? Tu es sans vergogne ! Tu penses que les colombes offertes par les gens doivent toutes nourrir ton ventre de vermisseau ? Ce que Je t’ai donné, c’est ce que J’ai été heureux et prêt à te donner ; ce que Je ne t’ai pas donné est sous Ma domination et tu ne peux pas simplement voler Mes offrandes. Celui qui travaille, c’est Moi, l’Éternel, le Seigneur de la création et, si les gens offrent des sacrifices, c’est à cause de Moi. Penses-tu que c’est une récompense parce que tu cours partout ? Tu es vraiment sans vergogne ! Pour qui cours-tu partout ? N’est-ce pas pour toi-même ? Pourquoi voles-tu Mes sacrifices ? Pourquoi voles-tu de l’argent de Ma bourse ? N’es-tu pas le « fils de Judas Iscariot » ? Les sacrificateurs doivent jouir de Mes sacrifices, ceux de l’Éternel. Es-tu un sacrificateur ? Tu oses consommer Mes sacrifices complaisamment et tu les déposes sur la table ; tu ne vaux rien ! Misérable sans valeur ! Mon feu, celui de l’Éternel, t’incinérera !

Extrait de « Quand les feuilles mortes retourneront à leurs racines, tu regretteras tout le mal que tu as fait », La Parole apparaît dans la chair

111 Vous croyez en Dieu, mais vous ne connaissez pas Sa volonté ; vous mangez et buvez les paroles de Dieu, mais vous êtes incapables de répondre aux exigences de Dieu. Vous croyez en Dieu, mais ne Le connaissez pas, et vous vivez comme si vous n’aviez aucune raison de vivre. Vous n’avez aucune valeur et aucun but. Vous vivez comme des hommes, mais vous n’avez pas de conscience, d’intégrité ou la moindre crédibilité. Comment pouvez-vous être considérés comme des hommes ? Vous croyez en Dieu, mais vous Le trompez. De plus, vous prenez l’argent de Dieu et vous mangez Ses offrandes, mais, à la fin, vous ne démontrez aucune considération pour les sentiments de Dieu ou aucune conscience envers Dieu. Vous ne pouvez pas répondre à la moindre exigence de Dieu. Alors, comment pouvez-vous être considérés comme des hommes ? La nourriture que vous mangez et l’air que vous respirez viennent de Dieu ; vous jouissez de Sa grâce, mais à la fin, vous n’avez pas la moindre connaissance de Dieu. Au contraire, vous êtes devenus des bons à rien qui s’opposent à Dieu. N’êtes-vous donc pas des bêtes, pires que des chiens ? Parmi les animaux, en sont-ils de plus méchants que vous ?

Extrait de « Tous ceux qui ne connaissent pas Dieu s’opposent à Dieu », La Parole apparaît dans la chair

112 Sa vie toute entière est pleine d’angoisses, et il court dans tous les sens, et il ajoute futilité à la vanité, et dans toute sa vie il n’y a pas de nouvelle invention ni de création. Personne ne peut se sortir de cette vie creuse, personne n’a jamais découvert une vie pleine de sens, et personne n’a jamais connu une véritable vie.

Extrait de « Les déclarations de Dieu à l’univers entier La vingt-cinquième déclaration », La Parole apparaît dans la chair

113 J’ai créé toutes choses, J’ai créé l’humanité, et aujourd’hui, Je suis descendu parmi les hommes. L’homme, cependant, Me frappe en retour, et prend sa revanche sur Moi. Le travail que J’accomplis sur l’homme est-il sans intérêt pour lui ? Suis-Je réellement incapable de satisfaire l’homme ? Pourquoi l’homme Me rejette-il ? Pourquoi l’homme est-il si froid et indifférent envers Moi ? Pourquoi la terre est-elle couverte de cadavres ? Est-ce réellement l’état du monde que J’ai créé pour l’homme ? Pourquoi est-il que, après que J’aie donné à l’homme des richesses incomparables, il ne M’offre en retour que deux mains vides ? Pourquoi l’homme ne M’aime-t-il pas véritablement ? Pourquoi n’entre-t-il pas dans Ma présence ? Mes paroles ont-elles été réellement sans objet ? Mes paroles se sont-elles évaporées comme de la chaleur dans l’eau ? Pourquoi n’est-il pas disposé à coopérer avec Moi ? Le jour de Ma venue est-il réellement l’instant de la mort de l’homme ? Pourrais-Je réellement détruire l’homme au moment où Mon règne sera formé ? Pourquoi personne n’a pu saisir Mes intentions, durant tout Mon planning ? Pourquoi, au lieu de chérir les déclarations de Ma bouche, l’homme les déteste et les rejette ? Je ne condamne personne, mais J’exhorte simplement les gens à se calmer et à poursuivre le travail d’autoréflexion.

Extrait de « Les déclarations de Dieu à l’univers entier La vingt-cinquième déclaration », La Parole apparaît dans la chair

114 Le pays dans lequel nous sommes nés est le repaire de nombreux esprits impurs, et donc ils sévissent partout et cherchent la domination sur ce territoire. Cela a mené à la souillure de ceux qui sont nés ici. Les habitudes, les coutumes, les idées et les concepts des hommes sont arriérés et démodés, de sorte qu’ils ont formé toutes sortes de notions sur Dieu et ils n’ont pas réussi à s’en débarrasser jusqu’à présent. En particulier, ils agissent d’une manière en face de Dieu et agissent d’une autre manière derrière Son dos, commettant l’erreur d’introniser Satan dans le service divin. C’est une démonstration qu’ils sont très arriérés.

Extrait de « Le chemin… (2) », La Parole apparaît dans la chair

115 Des hommes qui ont été liés par Satan pendant plusieurs milliers d’années ont continué à vivre sous son influence et ne l’ont pas rejeté. Ils ont continué à essayer et à lutter péniblement. Dans le passé, ils brûlaient de l’encens, s’inclinaient devant Satan et le sanctifiaient, et ils étaient étroitement liés aux enchevêtrements familiaux et laïques ainsi qu’aux interactions sociales. Ils ne pouvaient pas les rejeter. Dans ce genre de société où les loups se mangent entre eux, où quelqu’un peut-il trouver une vie pleine de sens ?

Extrait de « Le chemin… (2) », La Parole apparaît dans la chair

117 L’homme ne veut pas rechercher Dieu, ne veut pas dépenser ses biens pour Dieu, et ne veut pas consacrer à Dieu l’effort d’une vie, et dit plutôt que Dieu est allé trop loin, que trop de ce qui concerne Dieu est en contradiction avec les conceptions de l’homme. Avec une humanité comme celle-là, même si vous déployiez des efforts soutenus, vous seriez toujours incapables de gagner l’approbation de Dieu, sans parler du fait que vous ne cherchez pas Dieu. Ne savez-vous pas que vous êtes les produits défectueux de l’humanité ? Ne savez-vous pas qu’aucune humanité n’est plus basse que la vôtre ? Ne savez-vous pas quel est votre « titre honorifique » ? Ceux qui aiment vraiment Dieu vous appellent le père du loup, la mère du loup, le fils du loup et le petit-fils du loup ; vous êtes les descendants du loup, le peuple du loup, et vous devriez connaître votre propre identité et ne jamais l’oublier. Ne pensez pas que vous êtes un personnage supérieur quelconque : vous êtes le groupe le plus vicieux des non-humains parmi l’humanité. Ne savez-vous rien de tout cela ?

Extrait de « Avoir un tempérament inchangé, c’est être en inimitié envers Dieu », La Parole apparaît dans la chair

118 Ce que vous voyez aujourd’hui c’est simplement l’épée de Ma bouche. Vous n’avez pas vu la verge que Je tiens dans Ma main ou la flamme avec laquelle Je brûle l’homme, et c’est pourquoi vous êtes toujours hautains et intempérants en Ma présence. Voilà pourquoi vous vous battez toujours avec Moi dans Ma maison, contestant tout ce que Je vous ai dit. L’homme ne Me craint pas. Être en inimitié avec Moi jusqu’à aujourd’hui, il n’a toujours pas peur du tout. Dans vos bouches vous avez des langues et des dents des injustes. Vos paroles et vos actions sont comme celles du serpent qui séduit Eve pour le péché. Vous demandez l’un de l’autre œil pour œil et dent pour dent, et vous vous battez pour votre position, gloire et profit en Ma présence, mais vous ne savez pas que J’observe secrètement vos paroles et vos actes. Avant que vous ne veniez même en Ma présence, Je connaissais votre esprit de fond en comble. L’homme souhaite toujours s’échapper de Ma main et éviter que Mes yeux ne l’observent, mais Je n’ai jamais évité ses paroles ou ses actes. Au contraire, Je leur permets volontairement d’arriver à Mes yeux pour que Je puisse châtier son injustice et juger sa rébellion. Ainsi, les paroles et les actes cachés de l’homme sont toujours présentés devant Mon tribunal, et ils n’ont jamais quitté l’homme, parce que sa rébellion est assez.

Extrait de « L’œuvre d’évangélisation est aussi une œuvre pour sauver l'homme », La Parole apparaît dans la chair

119 Avez-vous déjà réalisé ce que vous faites aujourd’hui, c’est-à-dire saccager le monde ; comploter les uns contre les autres ; vous tromper les uns les autres ; vous comporter en traître, secrètement et sans vergogne ; ne pas connaître la vérité ; être malhonnête et trompeur ; pratiquer la flatterie ; vous considérer comme toujours juste et mieux que les autres, arrogants et agissant sauvagement comme des animaux sauvages dans les montagnes et durement comme le roi des bêtes. Est-ce la ressemblance d’un être humain ? Vous êtes grossiers et déraisonnables. Vous n’avez jamais considéré Ma parole comme un trésor, mais plutôt vous avez adopté une attitude méprisante. De cette façon, d’où viendraient la réussite, une vraie vie humaine et de beaux espoirs ? Ton imagination extravagante te sauvera-t-elle vraiment de la gueule du tigre ? Te sauvera-t-elle vraiment du feu brûlant ? Serais-tu tombé à ce point si tu avais vraiment considéré Mon œuvre comme un trésor sans prix ? Est-il possible que ton destin ne puisse vraiment pas être changé ? Es-tu prêt à mourir avec un tel regret ?

Extrait de « L’essence et l’identité de l’homme », La Parole apparaît dans la chair

120 Humanité cruelle, brutale ! Machinations et intrigues, bousculades entre eux, ruée vers la réputation et la fortune, massacre mutuel — quand sera-ce la fin ? Dieu a prononcé des centaines de milliers de paroles, mais personne n’est revenu à la raison. Ils agissent dans l’intérêt de leurs familles, fils et filles, pour leur carrière, avenir, statut, vanité, et argent, pour les vêtements, la nourriture et la chair — quels sont ceux-là qui posent des actions véritablement pour Dieu ? Même parmi ceux dont les actions sont posées pour Dieu, il y en a que quelques-uns qui connaissent Dieu. Combien sont-ils ceux-là qui ne posent pas des actions pour leurs propres intérêts ? Combien n’oppriment pas et ne font pas de la discrimination contre les autres pour maintenir leur propre statut ? Ainsi, Dieu a été énergiquement condamné à mort d’innombrables fois, de nombreux juges barbares ont condamné Dieu et une fois de plus L’ont cloué à la croix. Combien peuvent être qualifiés de justes parce qu’ils agissent véritablement pour Dieu ?

Extrait de « Les méchants doivent être punis », La Parole apparaît dans la chair

121 Le cœur passionné de Dieu et Ses attentes ardentes ont été remboursés avec des cœurs froids et calleux, avec des yeux indifférents, avec les réprimandes et les insultes répétées de l’homme, avec des remarques acerbes, avec le sarcasme et le rabaissement. Ils ont été remboursés avec le ridicule de l’homme, son piétinement et son rejet, avec son incompréhension, son gémissement, son éloignement et son évitement, avec la tromperie, les attaques, et l’amertume. Rencontré avec un front sévère et la froide défiance de milles doigts accusateurs, la tête inclinée, servant les hommes comme un bœuf obéissant. [2] Pendant un si grand nombre de soleils et de lunes, tellement de fois Il a contemplé les étoiles, tellement de fois Il est parti à l’aube et est revenu au crépuscule, Il s’est tourné et retourné, endurant une agonie un millier de fois plus grande que la douleur du départ de Son Père, endurant les attaques et la « rupture » de l’homme, le « traitement » et l’« émondage » de l’homme. L’humilité et la vie cachée de Dieu ont été remboursées avec le préjugé[3] de l’homme, avec les perspectives et le traitement injustes de l’homme, et Son anonymat, Sa patience et Sa tolérance ont été remboursés avec le regard cupide de l’homme qui tente d’écraser Dieu à mort, sans componction, qui tente de piétiner Dieu au sol. L’attitude de l’homme dans son traitement de Dieu est celle d’une « intelligence rare », et Dieu, qui est victime d’intimidation et est dédaigné par l’homme, est écrasé à plat sous les pieds de dizaines de milliers de personnes alors que l’homme lui-même se lève hautement, comme s’il était le « roi du château », comme s’il voulait s’accaparer le pouvoir absolu [4], « recevoir la cour derrière un écran » pour nommer Dieu le consciencieux et respectueux « directeur dans les coulisses », qui n’est pas autorisé à résister ou à causer des ennuis. Dieu doit jouer le rôle du « Dernier Empereur », Il doit être une « marionnette[5] », privé de toute liberté. Les actes de l’homme sont inexprimables, alors comment est-il qualifié pour exiger ceci ou cela de Dieu ? Comment est-il qualifié pour offrir des suggestions à Dieu ? Comment est-il qualifié pour exiger que Dieu sympathise avec ses faiblesses ? Comment est-il digne de recevoir la miséricorde de Dieu ? Comment est-il digne de recevoir la magnanimité de Dieu, encore et encore ? Comment est-il digne de recevoir le pardon de Dieu, encore et encore ? Où est sa conscience ? Il a brisé le cœur de Dieu il y a longtemps, il a depuis longtemps laissé le cœur de Dieu en morceaux.

Extrait de « L’œuvre et l’entrée (9) », La Parole apparaît dans la chair

122 L’homme ne peut distinguer le jour de la nuit[6], il confond toujours le noir et le blanc, il supprime la justice et la vérité, et il honore l’injustice et l’iniquité. Il chasse la lumière et s’ébat dans les ténèbres. Ceux qui cherchent la vérité et la justice chassent la lumière, ceux qui cherchent Dieu L’écrasent sous leurs pieds et se hissent au plus haut du ciel. L’homme n’est pas différent d’un bandit[7]. Où est sa raison ? Qui peut distinguer entre le bien et le mal ? Qui peut faire respecter la justice ? Qui est prêt à souffrir pour la vérité ? Les gens sont vicieux et diaboliques ! Après avoir cloué Dieu sur la croix, ils applaudissent et célèbrent, leurs cris sauvages n’ont de cesse. Ils sont comme des poulets et des chiens. En connivence et complicité, ils ont établi leur propre royaume. Leur ingérence a tout désordonné. Ils ferment les yeux et hurlent follement sans arrêt, tous enfermés ensemble, alors qu’un air d’arrogance se répand, un air animé et vivant, et ceux qui s’attachent aveuglément à d’autres se multiplient, tous affichant les noms « illustres » de leurs ancêtres. Ces chiens et ces poulets ont oublié Dieu il y a longtemps et n’ont jamais prêté attention à l’état du cœur de Dieu. Peu étonnant que Dieu dise que l’homme est comme un chien ou un poulet, un chien qui aboie et qui provoque le hurlement d’une centaine d’autres. De cette manière, avec un grand tapage, il a apporté l’œuvre de Dieu dans nos jours, inattentif à ce qu’est l’œuvre de Dieu, à ce qu’il y ait justice ou non, à ce que Dieu ait une place où poser ses pieds ou non, à l’avenir, à sa bassesse et à sa propre souillure. L’homme n’a jamais beaucoup réfléchi, ne s’est jamais inquiété du lendemain, et a rassemblé tout ce qui est bénéfique et précieux dans sa propre étreinte, ne laissant rien à Dieu, sauf les restes et les miettes[8]. L’humanité est si cruelle !

Extrait de « L’œuvre et l’entrée (9) », La Parole apparaît dans la chair

123 Il profite Dieu, mais s’oppose à Dieu et L’écrase sous ses pieds, tandis que par sa bouche, il rend grâce à Dieu et Le loue ; il prie à Dieu, et dépend de Dieu, tout en trompant Dieu ; il « exalte » le nom de Dieu et lève les yeux vers le visage de Dieu, mais il siège aussi effrontément et sans vergogne sur le trône de Dieu et « juge » l’« iniquité » de Dieu ; de sa bouche sortent les mots qu’il est « redevable à Dieu », et il considère les paroles de Dieu, mais dans son cœur, il lance des invectives à Dieu ; il est « tolérant » envers Dieu, et pourtant il opprime Dieu et sa bouche dit que c’est « pour le bien de Dieu » ; dans ses mains, il tient les choses de Dieu, et dans sa bouche il mâche la nourriture que Dieu lui a donnée, mais ses yeux fixent un regard froid et impassible sur Dieu, comme s’il voulait L’engloutir complètement ; il regarde la vérité, mais maintient que c’est la ruse de Satan ; il considère la justice, mais l’oblige à devenir une auto-négation ; il regarde les actes de l’homme, mais insiste sur le fait qu’ils sont l’être de Dieu ; il regarde les dons naturels de l’homme, mais maintient qu’ils sont la vérité ; il regarde les œuvres de Dieu, mais maintient qu’elles sont arrogance et vanité, paroles en l’air et suffisance ; quand l’homme regarde Dieu, il insiste à L’étiqueter comme un être humain et s’efforce de Le mettre sur le siège d’un être-créé qui est de mèche avec Satan ; il sait très bien qu’elles sont les paroles de Dieu, mais ne leur déclare rien d’autre que les écrits d’un homme ; il sait très bien que l’Esprit est incarné dans la chair, Dieu fait chair, mais il dit que cette chair est de la descendance[9] de Satan ; il sait très bien que Dieu est humble et caché, mais dit que Satan a été humilié et que Dieu a gagné. Quels bons à rien ! Les hommes ne sont même pas dignes de servir de chiens de garde ! Ils ne font pas de distinction entre le noir et le blanc et même transforment délibérément le noir en blanc.

Extrait de « L’œuvre et l’entrée (9) », La Parole apparaît dans la chair

124 La trahison est une forme de comportement par lequel quelqu’un brise une promesse, viole des principes moraux ou va à l’encontre de l’éthique humaine, et qui démontre une perte d’humanité. En tant qu’être humain, peu importe si tu te souviens que tu as jadis fait quelque chose pour trahir quelqu’un d’autre ou si tu as déjà trahi les autres à plusieurs reprises, en général, si vous êtes nés dans ce monde, vous avez fait quelque chose pour trahir la vérité. Si tu es capable de trahir tes parents ou tes amis, alors tu es capable de trahir les autres, et de plus, tu es capable de Me trahir et de faire des choses que Je méprise. En d’autres mots, la trahison n’est pas seulement une forme de comportement immoral en surface, mais c’est quelque chose qui est en conflit avec la vérité. Ce genre de chose est précisément la source de la résistance et de la désobéissance de l’humanité envers Moi. C’est pourquoi Je l’ai résumé dans la déclaration suivante : la trahison est la nature de l’homme. Cette nature est l’ennemi naturel de chaque personne qui est compatible avec Moi.

Extrait de « Un problème très sérieux : la trahison (1) », La Parole apparaît dans la chair

125 N’importe qui peut utiliser ses propres paroles et actions pour représenter son vrai visage. Ce vrai visage est évidemment sa nature. Si tu es quelqu’un qui parle de façon très détournée, alors tu as une nature malhonnête. Si ta nature est très rusée, alors la façon dont tu fais les choses est très enjôleuse et sournoise, et tu fais qu’il est très facile aux hommes d’être trompés par toi. Si ta nature est très sinistre, tes paroles peuvent être agréables à écouter, mais tes actions ne peuvent pas dissimuler tes moyens sinistres. Si ta nature est très paresseuse, alors tout ce que tu dis vise totalement à éviter la culpabilité et la responsabilité de ton laxisme et de ta paresse, et tes actions seront très lentes et laxistes et très habiles à dissimuler la vérité. Si ta nature est très empathique, alors tes paroles seront raisonnables et tes actions seront également très conformes à la vérité. Si ta nature est très loyale, alors tes paroles doivent être sincères et la façon dont tu fais les choses doit être terre à terre sans que ton maître ait quelque raison de se méfier de toi. Si ta nature est très lubrique ou avare, ton cœur sera souvent rempli de ces choses et tu feras involontairement des choses déviantes et immorales qui feront qu’il sera difficile pour les hommes de les oublier et en plus les dégoûteront. Comme Je l’ai dit, si tu as une nature de trahison, tu ne peux pas t’en détacher. Ne pensez pas que ce soit dû à la chance si vous n’avez pas une nature de trahison simplement parce que vous n’avez pas trompé qui que ce soit. Si c’est ce que tu penses, alors tu es trop dégoûtant. Les paroles que J’ai dites chaque fois visent toutes les personnes, pas seulement une personne ou un type de personne. Juste parce que tu ne M’as pas trahi par rapport à une chose ne prouve pas que tu ne puisses pas Me trahir par rapport à tout. Certains perdent leur confiance dans la recherche de la vérité lors des revers dans leur mariage. Certains perdent leur obligation d’être fidèles à Moi lors d’une rupture familiale. Certains M’abandonnent ‘pour un moment de joie et d’excitation. Certains préféreraient tomber dans un ravin obscur plutôt que de vivre dans la lumière et gagner le bonheur de l’œuvre du Saint-Esprit. Certains ignorent les conseils d’amis pour satisfaire leur désir de richesse et, même maintenant ne peuvent pas reconnaître leurs erreurs et revenir sur leurs pas. Certains ne vivent que temporairement sous Mon nom afin de recevoir Ma protection, tandis que d’autres ne consacrent que peu parce qu’ils s’accrochent à la vie et craignent la mort. Ces actions et d’autres actions immorales et en plus indignes ne sont-elles pas juste des comportements par lesquels les hommes M’ont trahi depuis longtemps au fond de leur cœur ? Bien sûr, Je sais que la trahison des hommes n’était pas planifiée à l’avance, mais c’est une révélation naturelle de leur nature. Personne ne veut Me trahir et, de plus, personne n’est content parce qu’ils ont fait quelque chose pour Me trahir. Au contraire, ils tremblent de peur, n’est-ce pas ? Alors, pensez-vous à la manière par laquelle vous pouvez racheter ces trahisons et par laquelle vous pouvez modifier la situation actuelle ?

Extrait de « Un problème très sérieux : la trahison (1) », La Parole apparaît dans la chair

126 La nature de l’homme est complètement différente de Mon essence ; c’est parce que la nature corrompue de l’homme provient entièrement de Satan et la nature de l’homme a été transformée et corrompue par Satan. C’est-à-dire que l’homme survit sous l’influence de sa méchanceté et de sa laideur. L’homme ne grandit pas dans un monde de vérité ou un environnement saint et, en plus, il ne vit pas dans la lumière. Par conséquent, il n’est pas possible que la vérité soit possédée intrinsèquement dans la nature de chaque personne et, en plus, ils ne peuvent pas naître avec une essence qui craint Dieu et qui obéit à Dieu. Au contraire, ils possèdent une nature qui résiste à Dieu, désobéit à Dieu et n’a pas d’amour pour la vérité. Cette nature est le problème dont Je veux parler — la trahison.

Extrait de « Un problème très sérieux : la trahison (2) », La Parole apparaît dans la chair

127 Les âmes des hommes sont toutes à la portée de Satan. Ainsi, il va sans dire que la chair de l’homme a également été occupée par Satan. Comment une chair comme celle-là et des humains comme ceux-là ne résisteraient-ils pas à Dieu et seraient-ils intrinsèquement compatibles avec Lui ? La raison pour laquelle Satan a été précipité dans l’air par Moi est qu’il M’a trahi, alors, comment les humains pourraient-ils s’en départir ? C’est la raison pour laquelle la nature humaine est la trahison.

Extrait de « Un problème très sérieux : la trahison (2) », La Parole apparaît dans la chair

128 Peu importe depuis combien de temps tu Le suis, ta nature est toujours de trahir Dieu. Autrement dit, c’est la nature des hommes de trahir Dieu parce que les hommes n’ont pas une maturité absolue dans leur vie, ils ne sont capables que de changements relatifs dans leur tempérament. […] quelle que soit la maturité de ta vie, la profondeur de ton expérience, la fermeté de ta confiance, et peu importe où tu es né et où tu vas, ta nature de trahir Dieu peut se manifester à tout moment et n’importe où. Ce que Dieu veut dire à tout un chacun, c’est ceci : la nature humaine, c’est de trahir Dieu.

Extrait de L’introduction à la deuxième partie de la Parole apparaît dans la chair

129 Un comportement qui ne peut absolument pas M’obéir est une trahison. Un comportement qui ne peut pas M’être fidèle est une trahison. Tricher et utiliser des mensonges pour Me tromper sont une trahison. Être plein de notions et les répandre partout sont une trahison. Ne pas protéger Mes témoignages et Mes intérêts est une trahison. Afficher un faux sourire quand on M’a abandonné en son cœur est une trahison. Ces comportements sont tous des choses dont vous êtes toujours capables, et elles sont également monnaie courante parmi vous. Aucun de vous ne peut penser que c’est un problème, mais ce n’est pas ce que Je pense. Je ne peux traiter le fait qu’on Me trahisse comme une affaire insignifiante et, de plus, Je ne peux pas l’ignorer. Je travaille parmi vous maintenant, mais vous êtes tout de même ainsi. Si, un jour, il n’y a personne pour prendre soin de vous et vous surveiller, ne deviendrez-vous pas tous des rois de la colline ?[i] À ce moment-là, qui va réparer les dégâts après vous lorsque vous provoquerez une énorme catastrophe ?

Extrait de « Un problème très sérieux : la trahison (1) », La Parole apparaît dans la chair

130 Toutes les âmes corrompues par Satan sont sous le contrôle du domaine de Satan. Seuls ceux qui croient en Christ ont été séparés, sauvés du camp de Satan et amenés dans le royaume d’aujourd’hui. Ces hommes ne vivent plus sous l’influence de Satan. Même alors, la nature de l’homme est toujours enracinée dans la chair de l’homme. C’est-à-dire, même si vos âmes ont été sauvées, votre nature a encore son ancienne apparence et la chance que vous me trahissiez reste à cent pour cent. C’est pourquoi Mon œuvre dure si longtemps, car votre nature est trop intraitable. Maintenant, vous souffrez tous autant que vous le pouvez dans l’accomplissement de vos devoirs, mais un fait indéniable est le suivant : chacun de vous est capable de Me trahir et de retourner au domaine de Satan, à son camp et à reprendre sa vieille vie. À ce moment-là, il ne vous sera pas possible d’avoir un brin d’humanité ou l’apparence d’un être humain comme vous l’avez maintenant. Dans les cas graves, vous serez détruits et, en outre, condamnés éternellement, pour ne jamais être incarnés à nouveau, mais sévèrement punis. C’est le problème qui est posé devant vous.

Extrait de « Un problème très sérieux : la trahison (2) », La Parole apparaît dans la chair

132 Le ciel au-dessus de toute l’humanité est ténébreux et obscur, manquant même d’une lueur de clarté. Le monde humain est dans le noir, et quand il y vit, il ne peut pas voir sa propre main quand il l’étire devant lui ni apercevoir le soleil quand il lève la tête. Le chemin sous ses pieds est boueux et rempli de puits ; et il est sinueux et tortueux ; toute la terre est couverte de cadavres. Les coins sombres sont remplis de dépouilles de morts. Les coins froids et sombres sont remplis de hordes de démons qui y établissent leur résidence. Partout dans l’humanité des hordes de démons vont et viennent également. La progéniture de myriades de bêtes couvertes de saletés se bat corps à corps, dans une lutte brutale, dont le bruit frappe la terreur dans le cœur. En ces temps, dans un tel monde, et dans un tel « paradis terrestre », où va-t-on chercher les félicités de la vie ? Où irait-on pour trouver la destination de sa vie ? L’humanité, piétinée sous les pieds de Satan depuis longtemps, a agi à l’image de celui-ci – et est même devenue son incarnation. Ils sont la preuve d’être le « témoin de Satan, haut et fort ». Une telle humanité, une telle écume, ou une telle progéniture de cette famille humaine corrompue, comment pourraient-elles témoigner de Dieu ?

Extrait de « Ce que signifie un homme véritable », La Parole apparaît dans la chair

133 En fait l’humanité n’est qu’accessoire à Ma gestion, plus précisément l’humanité n’est autre que Mon ennemi. L’humanité est le malin qui Me résiste et Me désobéit. L’humanité n’est autre que la progéniture du malin maudit par Moi. L’humanité n’est autre que le descendant de l’archange qui M’a trahi. L’humanité n’est autre que l’héritage du diable que J’ai déjà détesté et rejeté et s’est mis en désaccord avec Moi.

Extrait de « Ce que signifie un homme véritable », La Parole apparaît dans la chair

134 « Au ciel, Satan est Mon ennemi, sur terre, l’homme est Mon adversaire. En raison de l’union entre le ciel et la terre, neuf générations d’humains devraient être considérées comme coupables par association. » Satan est un ennemi de Dieu ; Je le dis parce que cela ne restitue pas à Dieu Sa grande faveur et Sa bonté, mais plutôt « rame à contre-courant » et, ce faisant, ne satisfait pas sa « piété filiale » envers Dieu. Les hommes aussi sont comme cela, n’est-ce pas ? Ils ne montrent aucun respect filial à leurs « parents » et ne restituent jamais les soins et le soutien de leurs « parents ». Cela est suffisant pour montrer que les hommes de la terre sont les proches de Satan dans le ciel. L’homme et Satan sont d’un cœur et d’un esprit contre Dieu…

Extrait de « Interprétation de la trente-huitième déclaration », La Parole apparaît dans la chair

135 Il existe un énorme secret dans ton cœur. Tu ne l’as jamais su car tu vis dans un monde sans aucune lumière qui brille. Ton cœur et ton esprit ont été emportés par le malin. Tes yeux sont couverts par les ténèbres ; tu n’arrives pas à voir le soleil dans le ciel, ni l’étoile qui scintille dans la nuit. Tes oreilles sont obstruées par des paroles trompeuses et tu n’entends pas la voix tonitruante de l’Éternel, ni le bruit des eaux tumultueuses du trône. Tu as perdu tout ce qui aurait dû t’appartenir, et tout ce que le Tout-Puissant t’avait accordé. Tu as pénétré dans la mer infinie de l’amertume, sans la force d’un sauvetage, aucun espoir de survie, sans ne rien pouvoir faire d’autre que se débattre et lutter… Dès lors, tu es voué aux afflictions du malin, éloigné des bénédictions du Tout-Puissant, coupé de l’économie du Tout-Puissant, et tu t’embarques sur un chemin de non-retour. Un million d’appels ne peuvent guère réveiller ton cœur et ton esprit. Tu dors profondément entre les mains du malin, qui t’a attiré dans le domaine sans limites, sans aucune direction, et sans aucune indication de route. Désormais, tu as perdu ta pureté originelle, ton innocence, et tu as commencé à te cacher de l’attention du Tout-Puissant. Le malin dirige ton cœur dans tous les aspects et devient ta vie. Tu ne le crains plus, tu ne l’évites plus, tu ne doutes plus de lui. Au contraire, tu le traites comme Dieu dans ton cœur. Tu commences à le sanctifier, l’adorer, tu ne t’en sépares plus, comme s’il était ton ombre, et tu t’engages mutuellement avec Lui, dans la vie et dans la mort. Tu n’as aucune idée de l’endroit d’où tu viens, pourquoi tu existes, ou pourquoi tu mourras. Tu perçois le Tout-Puissant comme un étranger ; tu ne connais pas Son origine, et encore moins tout ce qu’Il a fait pour toi. Tout ce qui vient de Lui t’est devenu odieux. Tu ne chéris rien de ce qu’Il t’a donné, ni n’en connais la valeur. Tu marches avec le malin, dès le jour même où tu as commencé à recevoir des soutiens du Tout-Puissant. Toi et le malin marchez ensemble à travers des milliers d’années de tempêtes et d’ouragans. Avec lui, tu contres Dieu, qui était la source de ta vie. Tu ne te repentis pas, et tu ne sais même pas que tu en es arrivé au point de la perdition. Tu oublies que le malin t’a tenté, t’a affligé ; tu oublies ton origine. C’est ainsi que le malin t’a été préjudiciable, étape par étape, même maintenant. Ton cœur et ton esprit sont désensibilisés et décomposés. Tu ne te plaints plus de la détresse du monde, tu ne crois plus que le monde est injuste. Tu ne te soucies même pas de l’existence du Tout-Puissant. C’est parce que tu as considéré le malin comme étant ton véritable père, et tu ne peux plus en être séparé. Tel est le secret de ton cœur.

Extrait de « Le soupir du Tout-Puissant », La Parole apparaît dans la chair

136 L’homme a traversé les âges avec Dieu, mais l’homme ne sait pas que Dieu régit le sort de toutes les choses et des êtres vivants ou comment Dieu orchestre et dirige toutes choses. C’est quelque chose qui a échappé à l’homme depuis des temps immémoriaux jusqu’à nos jours. Quant à la raison, ce n’est pas parce que les voies de Dieu sont trop évasives, ou parce que le plan de Dieu doit encore être réalisé, mais parce que le cœur et l’esprit de l’homme sont trop éloignés de Dieu. Par conséquent, alors même que l’homme suit Dieu, il reste inconsciemment au service de Satan. Aucun ne cherche activement les traces ni l’apparence de Dieu, et nul ne souhaite exister dans le soin et la garde de Dieu. Au contraire, ils sont prêts à compter sur la corrosivité de Satan et du mal afin de s’adapter à ce monde et aux règles de vie que suit l’humanité méchante. À ce stade, le cœur et l’esprit de l’homme sont sacrifiés à Satan et deviennent sa subsistance. En outre, le cœur humain et l’esprit deviennent un lieu dans lequel Satan peut résider et un terrain de jeu approprié pour lui. De cette façon, l’homme perd sans le savoir sa compréhension des principes d’être humain, et la valeur et le but de l’existence humaine. Les lois de Dieu et l’alliance entre Dieu et l’homme disparaissent peu à peu dans le cœur de l’homme jusqu’à ce que l’homme ne cherche plus ou ne prenne plus garde à Dieu. Avec le temps, l’homme ne comprend plus pourquoi Dieu a créé l’homme, ni ne comprend les paroles qui sortent de la bouche de Dieu ou réalise tout ce qui vient de Dieu. L’homme commence à résister aux lois et aux décrets de Dieu ; Le cœur et l’esprit de l’homme s’amortissent… Dieu perd l’homme qu’Il a originellement créé, et l’homme perd la racine de son commencement. C’est la douleur de cette humanité.

Extrait de « Dieu est la source de la vie de l’homme », La Parole apparaît dans la chair

Notes de bas de page :

[1] « satisfait de leur sort dans la vie » indique que les hommes adhèrent aux règles et ne font rien qui viole les lois.

[2] « Rencontré avec un front sévère et la froide défiance de milles doigts accusateurs, la tête inclinée, servant les hommes comme un bœuf obéissant », est une seule phrase dans le texte original, mais est ici divisée en deux pour rendre les choses plus claires. La première phrase se réfère aux actions de l’homme, tandis que la seconde indique la souffrance subie par Dieu et que Dieu est humble et caché.

[3] « préjugé » se réfère au comportement désobéissant des gens.

[4] « s’accaparer le pouvoir absolu » se réfère au comportement désobéissant des gens. Ils s’exaltent, enchaînent les autres, les obligeant à les suivre et à souffrir pour eux. Ils représentent les forces qui sont hostiles à Dieu.

[5] « marionnette » est utilisé pour ridiculiser ceux qui ne connaissent pas Dieu.

[6] « ne peut distinguer le jour de la nuit » se réfère aux gens qui changent la volonté de Dieu en quelque chose de satanique, se référant généralement au comportement par lequel les gens rejettent Dieu.

[7] « bandit » se réfère aux gens qui sont insensés et manquent de perspicacité.

[8] « les restes et les miettes » se réfère au comportement par lequel les gens oppriment Dieu.

[9] « descendance » est utilisé de façon moqueuse.

[a] Le texte original se lit « les pièces d’or pour ».

[b] Le texte original omet : « le désir de ».

[c] Le « liang » est une mesure de poids chinoise ; un liang équivaut à 50 grammes.

[d] « écartèlent les coudes vers l’extérieur » est une expression chinoise qui signifie qu’une personne aide les autres au détriment des personnes proches d’elle-même, par exemple, les parents, les enfants, la famille élargie ou les frères et sœurs.

[e] Le texte original omet « savoir cela ».

[f] Retour au rivage : un idiome chinois, signifiant « se détourner de ses mauvaises voies. »

[h] Le texte original lit : « cela ».

[i] Un dicton chinois dont le sens littéral est : « des bandits qui vivent dans les montagnes et se déclarent des rois ».

Précédent:VIII Paroles sur Dieu révélant la façon de Satan de corrompre l’humanité et l’essence du mal de Satan

Suivant:(I) Paroles classiques sur la façon de croire en Dieu

Vous aimerez peut-être également