Paroles de Dieu quotidiennes | « Les paroles de Dieu à l’univers entier : Chapitre 20 » | Extrait 368

Paroles de Dieu quotidiennes | « Les paroles de Dieu à l’univers entier : Chapitre 20 » | Extrait 368

0 |29 août 2020

Tout au long des âges, plusieurs ont quitté ce monde dans la déception et avec réticence, et plusieurs y sont arrivés dans l'espoir et la foi. J'ai préparé la venue de plusieurs et J'en ai renvoyé plusieurs. Des personnes en grand nombre sont passées entre Mes mains. De nombreux esprits ont été jetés dans l'Hadès, plusieurs ont vécu dans la chair, et plusieurs sont morts et nés à nouveau sur la terre. Pourtant, jamais aucun d'entre eux n'a eu l'occasion de jouir des bénédictions du royaume aujourd'hui. J'ai tant donné à l'homme, mais il a peu gagné, car l'assaut des forces de Satan l'a rendu incapable de profiter de toutes Mes richesses. Il n'a eu que la chance de regarder, mais n'a jamais été en mesure de jouir pleinement. L'homme n'a jamais découvert le coffre au trésor dans son corps pour recevoir les richesses du ciel, et donc il a perdu les bénédictions que Je lui confère. L'esprit de l'homme n'est-il pas la faculté même qui le relie à Mon Esprit ? Pourquoi l'homme ne s'est-il jamais engagé envers Moi avec son esprit ? Pourquoi s'approche-t-il de Moi dans la chair, mais reste incapable de le faire en esprit ? Mon vrai visage est-il de chair ? Pourquoi l'homme ne connaît-il pas Ma substance ? N'y a-t-il vraiment jamais eu aucune trace de Moi dans l'esprit de l'homme ? Suis-Je complètement disparu de l'esprit de l'homme ? Si l'homme n'entre pas dans le domaine spirituel, comment peut-il saisir Mes desseins ? Aux yeux de l'homme, y a-t-il quelque chose qui puisse directement pénétrer dans le monde spirituel ? À plusieurs reprises, par Mon Esprit, J'ai appelé l'homme, mais il agit comme si Je l'avais poignardé, M'observant de loin dans une grande crainte que Je ne le conduise dans un autre monde. À plusieurs reprises, Je Me suis enquis de l'esprit de l'homme, mais il ne se rend compte de rien, craignant profondément que J'entre dans sa maison et saisisse l'occasion pour le dépouiller de tous ses biens. Ainsi, il Me garde en dehors, ne Me laissant devant rien de plus qu'une « porte » froide et solidement fermée. À plusieurs reprises, l'homme est tombé et Je l'ai sauvé, mais après son réveil, il Me laisse immédiatement et, insensible à Mon amour, Me lance un regard méfiant ; Je n'ai jamais réchauffé le cœur de l'homme. L'homme est un animal à sang froid sans émotion. Même s'il est réchauffé par Mon étreinte, jamais ne l'a-t-elle ému. L'homme est comme un sauvage de montagne. Jamais n'a-t-il chéri l'affection que j'ai pour l'humanité. Il ne veut pas se rapprocher de Moi, préférant habiter dans les montagnes où il endure la menace des bêtes sauvages, et malgré cela, il ne veut pas se réfugier en Moi. Je ne contrains personne : je fais simplement Mon travail. Le jour viendra où l'homme nagera à Mon côté au milieu de l'océan puissant, de sorte qu'il pourra profiter de toutes les richesses de la terre et perdre le risque d'être avalé par la mer.

Extrait de « La Parole apparaît dans la chair »

Hymne de la parole de Dieu

Dieu attend toujours que l'homme revienne vers Lui

Ⅰ Dieu a souvent appelé l'homme par Son Esprit, il fait pourtant comme si Dieu l'avait trahi. Il a tendance à L'observer de loin, de peur que Dieu ne le mène dans un autre monde. Dieu a souvent examiné l'esprit de l'homme, pourtant il reste profondément distrait, craignant que Dieu ne lui ôte tout ce qu'il a. Il Le laisse dehors, derrière une porte fermée. Dieu n'oblige l'homme à rien, Il accomplit juste Son œuvre. Un jour, l'homme nagera de par les mers jusqu'à Lui, profitant ainsi des richesses sur terre, sans même jamais risquer de se noyer dans la mer.

Dieu a souvent sauvé l'homme quand il est tombé, mais dès que l'homme se réveille, il quitte Dieu ; Son amour le laisse froid, l'homme Le regarde, méfiant. Dieu n'a donc jamais réchauffé son cœur. Dieu n'oblige l'homme à rien, Il accomplit juste Son œuvre. Un jour, l'homme nagera de par les mers jusqu'à Lui, profitant ainsi des richesses sur terre, sans même jamais risquer de se noyer dans la mer.

L'homme est une créature sans émotion, c'est un animal à sang-froid. Même si l'étreinte de Dieu le réchauffe, il n'en a jamais été très ému. L'homme vit reclus comme un animal : il n'a jamais compris Son amour pour lui. Il préfère affronter les bêtes sauvages ; il ne veut pas se réfugier en Dieu. Dieu n'oblige l'homme à rien, Il accomplit juste Son œuvre. Un jour, l'homme nagera de par les mers jusqu'à Lui, profitant ainsi des richesses sur terre, sans même jamais risquer de se noyer dans la mer.

Extrait de « Suivre l'Agneau et chanter des cantiques nouveaux »

Montrer plus
Nous sommes déjà dans les derniers jours. Savez-vous comment faire pour accueillir le Seigneur et être enlevés jusqu’au royaume des cieux? Contactez-nous dès maintenant pour en discuter.
Contactez-nous
Contactez-nous par Whatsapp

Laisser un commentaire

Partager

Annuler