60. Dieu est si juste

Par Zhang Lin, Japon

En septembre 2012, J’étais chargé du travail de l’Église quand j’ai rencontré ma dirigeante, Yan Zhuo. J’ai découvert qu’elle demandait aux frères et sœurs de prêcher l’Évangile au porte-à-porte. C’était une grave violation des principes. Alors mon collègue et moi lui avons dit : « On doit respecter les principes de la maison de Dieu quand on répand l’Évangile. Ce que tu fais n’est pas en accord avec eux. Si des non-croyants et des scélérats entrent dans l’Église, ils perturberont le travail de la maison de Dieu. En tout cas, il est dangereux de prêcher l’Évangile de cette manière. Si quelqu’un appelle la police, tu auras jeté nos frères et sœurs dans la gueule du loup. » Non seulement elle s’en est moquée, mais elle nous a accusés de nous tenir trop strictement aux règles. Dans les réunions, après ça, elle nous a souvent réprimandés, mon collègue et moi, en disant qu’on faisait obstruction au travail d’évangélisation de la maison de Dieu. On se sentait tous les deux très étouffés par elle. Au mois de décembre de cette année-là, nos membres régionaux ont prêché l’Évangile comme Yan Zhuo le leur avait demandé et plus de cent d’entre eux ont été arrêtés. Ça a été un coup dur pour le travail de la maison de Dieu, mais Yan Zhuo n’a éprouvé aucun remords. Je ne l’ai pas vue une seule fois disséquer son arrogance et son imprudence ni y réfléchir sérieusement. En novembre 2013, j’étais chargé de produire des vidéos pour l’Église. Je voyais bien qu’elle faisait toujours ce qu’elle voulait, avec autant d’arrogance. Elle réprimandait et condamnait tous ceux qui exprimaient une opinion différente de la sienne. Elle négligeait souvent des vidéos qui devaient être revues, empêchant les frères et sœurs d’obtenir des indications et l’aide de la maison de Dieu à temps. Je lui ai fait remarquer certains défauts dans sa manière d’accomplir son devoir et je lui ai fait des suggestions, mais elle a juste continué comme avant. Elle n’a rien écouté et elle m’a accusé d’être arrogant. En mai 2014, elle m’a démis de mes fonctions et renvoyé chez moi. Après être rentré, j’ai lu par hasard certains principes concernant la manière de discerner les antéchrists et les faux dirigeants. En examinant le comportement de Yan Zhuo à leur lumière, j’ai enfin compris à quel point elle était arrogante et malveillante. Elle était toujours capricieuse et tyrannique dans son devoir. Elle n’acceptait pas la vérité ni les suggestions des frères et sœurs, qu’elle réprimait et condamnait. Son comportement ne prouvait-il pas qu’elle était un antéchrist qui haïssait la vérité ? Quand j’ai pris conscience de la nature de son comportement, j’ai été choqué. Au cours des deux ans durant lesquels nous avions travaillé ensemble, j’avais vu son comportement et sa manière de faire, mais je les avais pris pour des expressions de corruption. Je ne m’étais jamais servi des paroles de Dieu pour disséquer sa nature, son essence ni le chemin qu’elle suivait. En sa présence, j’estimais devoir rester tolérant et patient, ce qui a eu pour effet de retarder et de perturber le travail de la maison de Dieu. J’ai pensé : « Si Yan Zhuo reste dirigeante d’Église, elle perturbera encore plus le travail de la maison de Dieu. » J’ai décidé de faire part de ses problèmes à la maison de Dieu. J’ai prié Dieu et écrit une lettre pour la dénoncer. À la fin de la lettre, j’ai ajouté une dernière chose. J’ai parlé d’une vidéo qui présentait des problèmes et que j’avais demandé à la maison de Dieu d’examiner.

Une fois la lettre finie, alors que j’allais l’envoyer, je me suis mis à hésiter. J’ai pensé : « Je lui ai déjà fait des suggestions et je lui ai fait remarquer des problèmes dans son devoir, mais ça ne s’est pas bien passé et elle m’a renvoyé. Maintenant, je ne peux même plus faire mon devoir. Si j’envoie cette lettre qui dénonce ses problèmes et qu’elle tombe dessus, elle m’accusera d’attaquer les dirigeants et les collaborateurs. Alors que m’arrivera-t-il ? Je ferais mieux de laisser tomber. Puisqu’on m’a déjà renvoyé, à quoi bon créer de l’agitation ? » Mais alors j’ai pensé : « C’est Dieu qui m’a guidé aujourd’hui et permis de voir que Yan Zhuo suivait le chemin des antéchrists. Si je ne dénonce pas ses actions, le travail de la maison de Dieu et les frères et sœurs en souffriront. Alors ne serai-je pas moi-même un serviteur de Satan et un scélérat ? » J’étais très partagé entre les intérêts de la maison de Dieu et des frères et sœurs, d’un côté, et mes propres perspectives d’avenir de l’autre. Je ne savais pas quoi faire. Pendant quelques jours, je me suis souvent présenté devant Dieu pour prier et Lui demander de me guider sur le bon chemin. Plus tard, j’ai lu un passage des paroles de Dieu. « Tu dois avoir des aspirations et le courage d’être rendu parfait, et tu ne devrais pas toujours te croire incapable. La vérité a-t-elle des favoris ? La vérité peut-elle délibérément s’opposer aux gens ? Si tu cherches la vérité, peut-elle t’accabler ? Si tu tiens bon pour la justice, est-ce qu’elle va t’abattre ? Si ton aspiration est vraiment de poursuivre la vie, la vie peut-elle t’échapper ? Si tu n’as pas la vérité, ce n’est pas parce que la vérité t’ignore, mais parce que tu t’es éloigné d’elle ; si tu ne peux pas rester inébranlable pour la justice, ce n’est pas parce qu’il y a quelque chose qui ne va pas dans la justice, mais parce que tu crois qu’elle ne cadre pas avec les faits ; si tu n’as pas acquis la vie après l’avoir poursuivie pendant de nombreuses années, ce n’est pas parce qu’elle n’a pas de conscience pour toi, mais parce que tu n’as pas de conscience pour la vie, et tu l’as chassée ; si tu vis dans la lumière et que tu as été incapable de gagner la lumière, ce n’est pas parce que la lumière est incapable de t’illuminer, mais parce que tu n’as pas prêté attention à l’existence de la lumière, et donc la lumière t’a quitté sans bruit. Si tu ne cherches pas, la seule chose que l’on pourra dire de toi, c’est que tu n’es qu’un déchet sans valeur, que tu n’as aucun courage dans ta vie et que tu ne possèdes pas l’esprit pour résister aux forces des ténèbres. Tu es trop faible ! Tu es incapable d’échapper aux forces de Satan qui t’assiègent et tu n’es prêt qu’à mener ce genre de vie sûre et sécurisante et mourir dans l’ignorance. Ce que tu devrais atteindre, c’est ta recherche à être conquis ; c’est ton devoir impérieux. Si tu te contentes d’être conquis, alors tu chasses l’existence de la lumière. Tu dois souffrir des difficultés pour la vérité, te donner à la vérité, tu dois endurer l’humiliation pour la vérité et, pour gagner plus de vérité, tu dois subir plus de souffrance. C’est ce que tu devrais faire » (« Les expériences de Pierre : sa connaissance du châtiment et du jugement », dans La Parole apparaît dans la chair). Lire ce passage m’a donné de la foi et de la force. J’ai pensé : « Non, je ne peux pas me laisser vaincre par cette force obscure. » Avant, je manquais de discernement concernant Yan Zhuo. Mais Dieu avait arrangé les choses pour que je voie sa nature, son essence et le chemin qu’elle suivait. Alors que j’aurais dû réagir et lancer l’alerte, j’avais obéi à une philosophie satanique, « Laissez les choses dériver si elles n’affectent personne directement, » dans l’intérêt de mon propre avenir. J’ai vu à quel point j’étais égoïste et dépourvu de conscience et de raison. J’ai pensé à toutes mes années de foi, pendant lesquelles j’avais bénéficié de l’abreuvement et de l’approvisionnement des paroles de Dieu. Dans ce moment critique, j’ignorais ma conscience pour protéger mes intérêts au mépris de ceux de la maison de Dieu. Que j’étais ingrat, méchant et méprisable ! Quand j’en ai pris conscience, j’ai pensé : « Je dois agir avec conscience et un sens de la justice, pratiquer la vérité et protéger le travail de la maison de Dieu. » Alors j’ai encore prié Dieu de nombreuses fois et j’ai fini par prendre cette résolution : « Quelles que soient les conséquences de cette lettre, je ne peux pas devenir un serviteur de Satan pour protéger mes intérêts. Puisque j’ai vu les problèmes de Yan Zhuo, je dois intervenir, exposer ses mauvaises actions et protéger le travail de la maison de Dieu. » Ensuite, j’ai envoyé le rapport à la maison de Dieu. Ça m’a profondément soulagé et j’ai éprouvé une grande paix intérieure. Après ça, j’ai attendu impatiemment, jour après jour, que la maison de Dieu envoie quelqu’un évaluer la situation et que les frères et sœurs s’aperçoivent que Yan Zhuo était un antéchrist et la rejettent. Malheureusement, ma situation a empiré à cause de cette lettre.

En août 2014, l’Église m’a autorisé à recommencer à faire mon devoir. Mais un jour, mi-octobre, une dirigeante nommée Li est venue dans la maison où je résidais. Elle m’a demandé avec un air sévère : « As-tu écrit une lettre de dénonciation ? » Je l’ai reconnu. Elle a eu l’air contrariée et m’a dit : « Yan Zhuo est chargée du travail de l’Église et je suis souvent en contact avec elle. Je n’ai jamais remarqué ni entendu dire qu’elle se comportait comme une fausse dirigeante ou un antéchrist. La lettre que tu as écrite ne fait qu’attaquer injustement des dirigeants et des collaborateurs. » Je n’en suis pas revenu. Après quatre mois d’attente, je n’imaginais pas que ma lettre aurait un tel effet. Je suis resté calme malgré ce qu’elle venait de dire. Je savais que j’avais écrit cette lettre sur Yan Zhuo en me basant sur les faits et les principes. Ce n’était pas une fausse accusation. La dirigeante Li a ensuite dit : « Comme ta lettre mentionnait une vidéo, la maison de Dieu a consacré deux mois à des enquêtes et des révisions. Ça a profondément perturbé le travail de la maison de Dieu et offensé le tempérament de Dieu. » Elle a précisé que c’était ce que les dirigeants les plus anciens avaient dit. Ces propos m’ont ébranlé et choqué. Je n’aurais jamais imaginé que ma lettre puisse causer une telle perturbation du travail de la maison de Dieu et offenser le tempérament de Dieu. Si ce qu’elle avait dit était vrai, j’avais commis une faute très grave. J’ai brusquement senti toute mon énergie m’abandonner et je n’ai pas pu m’empêcher de pleurer. Alors la dirigeante Li a dit : « Fais ta valise, rentre chez toi et réfléchis sur ce que tu as fait. Quand tu auras assez réfléchi, tu pourras reprendre ton devoir. » J’ai pris le car pour rentrer chez moi, les idées embrouillées et le cœur gros. Alors que je croyais en Dieu depuis de nombreuses années, j’étais devenu un scélérat qui avait gravement perturbé le travail de la maison de Dieu. J’étais consumé par la culpabilité et le remords et je n’avais aucune idée de ce que l’avenir me réservait. J’ai fait appel à Dieu et je Lui ai demandé de protéger mon cœur. J’étais décidé à obéir à Ses arrangements, quelle que soit la manière dont Il me traitait, et à ne jamais Lui faire de reproches. Après avoir prié, je me suis calmé peu à peu. Trois jours après mon retour, j’ai pensé à ce que Li avait dit et j’ai commencé à me poser des questions. Le Christ et la vérité règnent dans la maison de Dieu et tout ce qui s’y passe obéit à des principes, y compris la manière dont les gens sont traités. Elle n’obéirait pas au comportement temporaire de quelqu’un. Alors quels principes Li et les autres suivaient-ils pour me traiter de cette manière ? Ce que la dirigeante Li avait dit était-il vrai ? Je ne pouvais pas en avoir le cœur net, mais je savais que, quelle que soit la vérité, Dieu permettait que cela se produise. Je devais donc me soumettre à Ses arrangements. Une dirigeante d’Église m’a vite fait intégrer un groupe pour les réunions. Plus d’un mois plus tard, ma mère et moi avons dû nous réunir chez nous et n’avons plus été autorisés à faire nos devoirs. J’ai compris qu’on était ostracisés. Alors que je croyais en Dieu depuis longtemps, non seulement j’étais isolé chez moi, mais je ne pouvais plus faire mon devoir. J’ai été complètement désemparé. Pendant cette période, je rêvais presque toutes les nuits que je me réunissais et que je faisais mon devoir avec mes frères et sœurs. Je me réveillais et je n’arrivais pas à me rendormir. Chaque nuit était interminable et insupportable. Ma mère souffrait aussi. Quand je l’entendais pleurer en priant Dieu, je me sentais coupable et désemparé. Je me disais que j’avais causé ses souffrances. C’était la période la plus douloureuse et la plus dure que j’avais traversée depuis que j’avais la foi. Prier Dieu en permanence était le seul moyen que j’avais de soulager ma douleur. Plus tard, j’ai demandé à ma dirigeante d’Église si je pouvais reprendre mon devoir. Elle a répondu : « Tu veux encore faire ton devoir ? Si tu ne réfléchis pas sur toi-même comme tu dois le faire, tu seras exclu ! » J’ai été submergé par le désespoir en entendant ça. J’ai compris que retrouver mon devoir n’était plus qu’une chimère. Les dirigeants venaient se réunir chez nous toutes les semaines, mais ils venaient juste se renseigner sur moi pour voir si je répandais de la négativité ou si je formais des cliques. Du coup, j’étais incroyablement déprimé à chaque fois qu’ils prenaient de mes nouvelles. Parfois, j’avais envie de leur demander : « Pourquoi me traitez-vous de cette manière ? J’ai dénoncé Yan Zhuo en me basant sur les principes, mais vous me forcez à rester chez moi au lieu d’enquêter sur elle. Est-il mal de pratiquer la vérité ? » J’étais vraiment contrarié. Parfois, je pensais : « Pourquoi le fait de pratiquer la vérité a-t-il eu ce résultat ? Je crois que Dieu est juste, mais je ne vois pas Sa justice dans ce qui est en train de se produire. » J’étais complètement perdu. Je m’en tenais au strict minimum en ne commettant pas de péché par la parole et en ne blâmant pas Dieu. Je me présentais souvent devant Dieu pour prier. Je Lui demandais de me guider, de m’aider à comprendre Sa volonté et à ne pas mal Le comprendre.

C’est au cours de cette période, la plus douloureuse que j’aie jamais traversée, que j’ai lu certaines paroles de Dieu. « Comment, exactement, les gens doivent-ils faire pour connaître et concevoir le tempérament juste de Dieu ? Quand les vertueux reçoivent Ses bénédictions et quand Il maudit les méchants, ce sont des exemples de Sa justice. Est-ce correct ? On dit que Dieu récompense le bon et punit le méchant, et qu’Il récompense chaque homme selon ses actes. C’est correct, n’est-ce pas ? Cependant, de nos jours, ceux qui vénèrent Dieu sont tués ou maudits, ou ils n’ont jamais été bénis ni reconnus par Lui : ils ont beau Le vénérer, Il les ignore. Dieu ne bénit jamais les méchants ni ne les punit, mais ils sont riches et ont beaucoup de descendants, et tout se passe bien pour eux : ils réussissent dans tout. Est-ce là la justice de Dieu ? En conséquence, certains disent : “Dieu n’est pas juste. Nous Le vénérons, mais Il ne nous a jamais bénis tandis que dans tous les domaines, les méchants qui Lui résistent et ne Le vénèrent pas s’en sortent mieux que nous et ont des positions plus élevées. Dieu n’est pas juste !” Qu’est-ce que cela te montre ? Je viens de te donner deux exemples. Lequel témoigne de la justice de Dieu ? Certains disent : “Ce sont deux manifestations de la justice de Dieu !” Pourquoi disent-ils cela ? La connaissance que les gens ont du tempérament de Dieu est erronée : il existe dans leurs propres pensées et leurs propres points de vue, dans le cadre d’une perspective transactionnelle ou dans une perspective du bien et du mal, dans une perspective du vrai et du faux ou dans une perspective logique. Ce sont là les perspectives qu’ils présentent de leur connaissance de Dieu. De telles personnes sont incompatibles avec Dieu et sont vouées à Lui résister et à se plaindre de Lui » (« Comment comprendre le juste tempérament de Dieu », dans Récits des entretiens de Christ des derniers jours).

« Dieu fait ce qu’Il veut, Son tempérament est juste. La justice n’est en aucun cas impartiale ni raisonnable. Il ne s’agit pas d’égalitarisme, ni de t’accorder ce que tu mérites selon le volume de travail que tu as accompli, ni de te payer pour le type de travail que tu as réalisé, ni de te donner ton dû d’après les efforts que tu as déployés. Cela n’est pas la justice. Supposez que Dieu ait éliminé Job après que Job Lui a rendu témoignage. Dieu aurait également été juste dans cette situation. Pourquoi appelle-t-on cela la justice ? D’un point de vue humain, si quelque chose est conforme aux notions des gens, il leur est très facile de dire que Dieu est juste. En revanche, s’ils ne considèrent pas que cela soit conforme à leurs notions, si c’est quelque chose qu’ils sont incapables de concevoir, alors il leur serait difficile de dire que Dieu est juste. […] L’essence de Dieu est justice. Bien qu’il ne soit pas facile de concevoir ce qu’Il fait, tout ce qu’Il fait est juste ; c’est simplement que les gens ne le comprennent pas. Quand Dieu a donné Pierre à Satan, comment Pierre a-t-il répondu ? “L’humanité est incapable de concevoir ce que Tu fais, mais tout ce que Tu fais contient Ta bonne volonté ; la justice l’habite entièrement. Comment pourrais-je ne pas Te louer pour Tes actes pleins de sagesse ?” Aujourd’hui, tu dois voir que si Dieu ne détruit pas Satan, c’est afin de montrer aux humains comment Satan les a corrompus et comment Dieu les sauve. En fin de compte, sachant à quel point Satan a corrompu les hommes, ils contempleront le péché monstrueux de leur corruption par Satan, et quand Dieu détruira Satan, ils contempleront la justice de Dieu et verront qu’elle contient Son tempérament. Tout ce que Dieu fait est juste. Même si cela est inconcevable pour toi, tu ne dois pas porter de jugements à volonté. S’Il fait quelque chose qui te semble déraisonnable, ou si tu as une opinion à ce sujet et que cela t’amène à dire qu’Il n’est pas juste, alors tu ne te montres pas du tout raisonnable. Tu vois que Pierre a trouvé certaines choses incompréhensibles, mais il était sûr que la sagesse et la volonté de Dieu étaient présentes dans ces choses-là. Les humains ne peuvent pas tout concevoir ; il y a tant de choses qu’ils ne peuvent saisir. Ainsi donc, connaître le tempérament de Dieu n’est pas une chose facile » (« Comment comprendre le juste tempérament de Dieu », dans Récits des entretiens de Christ des derniers jours). Les paroles de Dieu ont brillé comme une lanterne dans les ténèbres et j’ai compris, tout à coup. Je ne voyais pas la justice de Dieu parce que j’essayais de la comprendre en me servant de mes notions et de mon imagination. Quand j’avais vu ces antéchrists et ces faux dirigeants perturber le travail de la maison de Dieu, j’avais cru que le fait de les dénoncer sincèrement était une action bonne et juste qui me vaudrait la faveur et la protection de Dieu. Je pensais que le problème serait géré tout de suite et que c’était la seule manière dont Dieu pouvait être juste. Mais, quand j’avais dénoncé ces problèmes, les faux dirigeants avaient conservé leurs positions et continué à agir au gré de leurs caprices, tandis que j’avais été réprimé et ostracisé. À ce stade, j’avais commencé à douter de la justice de Dieu. Après avoir lu les paroles de Dieu, j’ai finalement compris que Son essence était juste. Que Ses actions soient en accord avec nos notions ou non, elles expriment toujours Sa justice. C’est comme les épreuves de Job. C’était un homme parfait aux yeux de Dieu, mais Il l’a livré à Satan et lui a pris sa fortune et ses enfants. C’était la justice de Dieu. Job craignait Dieu, évitait le mal et il s’est appuyé sur sa foi pour offrir un témoignage ardent et retentissant à Dieu. Dieu l’a ensuite béni en lui offrant une longue vie, une plus grande fortune et de meilleurs enfants. C’était aussi Sa justice. Si, après le témoignage de Job, Dieu l’avait détruit au lieu de le bénir, ç’aurait aussi été Sa justice. Puisque l’essence et le tempérament de Dieu sont intrinsèquement justes, tout ce qu’Il fait est juste. J’ai ensuite pensé à Pierre, qui a subi plusieurs centaines d’épreuves et d’épurements, mais qui a continué à louer la justice de Dieu. Il ne comprenait pas ce qu’il se passait, mais il était certain que c’était l’effet de la justice et de la sagesse de Dieu. Et il y avait moi… Je ne comprenais pas vraiment la justice de Dieu. Je l’évaluais en me basant sur les apparences et le fait que le résultat s’accorde avec mes notions ou non. Quand ce que Dieu faisait s’accordait avec mes notions et me profitait, je croyais en Sa justice. Mais quand Il arrangeait des situations qui ne m’étaient pas profitables, je me mettais à douter de Sa justice et à penser que ce qu’Il avait arrangé était injuste. Même si je n’ai jamais blâmé Dieu ouvertement, je me disputais avec Lui dans mon cœur en permanence. Je me suis rendu compte que j’avais été insensé. Dieu n’était pas injuste. C’était moi qui ne Le comprenais pas. J’étais trop égoïste et malhonnête. Je ne cherchais pas la vérité et je ne tirais aucune leçon de la situation qu’Il avait arrangée pour moi. À la place, j’étais obsédé par mon avenir et mes intérêts. Comment aurais-je pu ne pas être malheureux et ne pas tomber dans les ténèbres et la douleur ? J’ai fini par comprendre la volonté de Dieu. Dieu employait cette situation pour corriger ma perspective erronée, pour que j’arrête d’essayer de comprendre Sa justice en me basant sur mes notions. J’ai eu l’impression d’enfin comprendre ce qu’il se passait. Je me suis présenté devant Dieu pour prier, disposé à me soumettre à Ses arrangements et à Le comprendre dans cette situation.

J’ai ensuite lu ces paroles de Dieu : « La plupart des gens ne comprennent pas l’œuvre de Dieu. Ce n’est effectivement pas une chose facile à comprendre. Il faut d’abord savoir que toute l’œuvre de Dieu repose sur un plan et que tout est accompli selon le temps de Dieu. L’homme est éternellement incapable de concevoir sur quoi et quand Dieu œuvre. Dieu accomplit une certaine œuvre à un certain moment, et Il ne prend pas de retard ; personne ne peut détruire Son œuvre. Œuvrer selon Son plan et selon Son intention, c’est là le principe en vertu duquel Il accomplit Son œuvre, et personne ne peut changer cela. À cet égard, il faut que tu voies le tempérament de Dieu » (« Tu peux avoir une vraie croyance seulement en connaissant la toute-puissance de Dieu », dans Récits des entretiens de Christ des derniers jours). « Tout ce que Dieu fait est nécessaire et possède une importance extraordinaire, car tout ce qu’Il fait en l’homme concerne Sa gestion et le salut de l’humanité. Naturellement, il en est de même pour l’œuvre que Dieu a réalisée en Job, même si celui-ci était intègre et droit à Ses yeux. En d’autres termes, le but de Ses actions ne change pas, indépendamment de ce que Dieu fait, des moyens qu’Il emploie, du coût ou de Son objectif. Son but est de faire pénétrer dans l’homme Ses paroles, Ses exigences et Sa volonté pour lui. En d’autres termes, c’est de faire pénétrer dans l’homme tout ce qu’Il croit être positif en fonction de Ses étapes, lui permettant ainsi de comprendre Son cœur, de saisir Son essence, d’obéir à Sa souveraineté et à Ses arrangements et, par conséquent, d’acquérir la crainte de Lui et l’éloignement du mal. Tout cela est un aspect de Son dessein en tout ce qu’Il fait. L’autre aspect est que, l’homme est souvent livré à Satan, car celui-ci est le faire-valoir et l’objet de service de l’œuvre de Dieu. Il est le moyen par lequel Dieu permet aux gens de voir sa méchanceté, sa laideur et son mépris parmi ses tentations et ses attaques. Ainsi, les gens sont en mesure de haïr Satan et de connaître et discerner ce qui est négatif. Ce processus leur permet de se libérer graduellement de l’emprise de Satan, de ses accusations, de son interférence et de ses attaques, jusqu’à ce qu’ils triomphent de ses attaques et de ses accusations, grâce aux paroles de Dieu, grâce à leur connaissance de Lui, à leur obéissance à Lui, à leur foi en Lui et à leur crainte de Lui. Alors seulement, ils auront été complètement délivrés du domaine de Satan » (« L’œuvre de Dieu, le tempérament de Dieu et Dieu Lui-même II », dans La Parole apparaît dans la chair). Les paroles de Dieu m’ont montré qu’Il agit toujours avec principe et au moment qu’Il estime bon, et que tout est le fruit de Sa justice et de Sa sagesse. Je croyais que la justice de Dieu impliquait une rétribution immédiate et que les scélérats devaient être punis sur-le-champ. Mais, si les choses se passaient comme je l’imaginais, comment Dieu pourrait-Il exposer toutes sortes de gens et permettre à Ses élus de gagner en discernement ? Dieu autorise les antéchrists et les faux dirigeants à apparaître dans l’Église parce qu’Il se sert d’eux pour nous aider à croître dans la vie, pour nous inciter à chercher la vérité et à gagner en discernement. Le moment où nous reconnaissons ces gens en nous servant des principes de la vérité est celui où nous comprenons la vérité et y entrons. Quand ça se produit, les antéchrists et les faux dirigeants ont rempli leur rôle. Même si des antéchrists et de faux dirigeants occupaient des positions importantes dans l’Église à cette époque et semblaient capables de contrôler et de tromper certaines personnes, le Christ et la vérité régnaient toujours dans l’Église et ils devaient être exposés et rejetés tôt ou tard.

J’ai aussi compris à quel point la nature des antéchrists est trompeuse, malveillante et totalement dépourvue d’humanité. Ils ne se soucient que du prestige et du statut, pas du tout des élus de Dieu. Quiconque compromet leurs intérêts devient un caillou dans leur chaussure. Ils attaquent cette personne et se vengent jusqu’à épuisement. Ils se comportent exactement comme le diable Satan. Tant que les antéchrists ne sont pas expulsés, les élus de Dieu n’ont pas un moment de répit pour vivre la vie de l’Église ou faire leur devoir. Dieu a permis ce qu’il m’est arrivé pour que je voie vraiment, en observant ces gens, à quel point ils trompent les autres et leur font du mal, que je reconnaisse leur nature et leur essence, que je discerne leurs sophismes hérétiques et que j’échappe à leur contrôle et à leurs manipulations. Dieu voulait aussi que j’apprenne de leurs erreurs pour que je n’emprunte pas le mauvais chemin. Tout ça m’a montré que Dieu avait vraiment arrangé cette situation pour me sauver et me perfectionner. Comme les paroles de Dieu disent : « En se servant de divers éléments contraires et négatifs et en utilisant toutes sortes de manifestations de Satan – ses actions, ses accusations, ses perturbations et ses tromperies – Dieu te montre clairement le visage hideux de Satan, et ainsi, perfectionne ta capacité de distinguer Satan, pour que tu puisses le haïr et le renier » (« Ceux qui doivent être rendus parfaits doivent subir l’épurement », dans La Parole apparaît dans la chair). Je remercie Dieu de m’avoir aidé à comprendre Ses énormes efforts et de m’avoir guidé hors des ténèbres.

En janvier 2015, j’ai écrit une autre lettre pour dénoncer Yan Zhuo. De nouveau, j’ai attendu impatiemment tous les jours que la maison de Dieu envoie quelqu’un enquêter sur elle. Mais, deux mois plus tard, j’attendais toujours que quelqu’un vienne se pencher sur le problème. Notre dirigeante d’Église est venue m’interroger plusieurs fois. Elle m’a demandé : « As-tu un problème avec Dieu ou avec Sa maison ? » J’ai commencé à m’inquiéter en entendant ça. J’ai pensé : « Je me demande ce qu’il va m’arriver, maintenant que j’ai écrit cette lettre. Je suis déjà isolé. Si les choses empirent, je serai exclu de l’Église. » Je me suis brusquement rendu compte que je recommençais à douter de la justice de Dieu. Je me suis empressé de me présenter devant Dieu pour prier : « Cher Dieu, je reconnais verbalement Ta justice et je crois que le Christ et la vérité règnent dans Ta maison. Mais quand je suis mis à l’épreuve par les faits et l’attente, je me rends compte que j’ai peu de foi et que je ne comprends toujours pas vraiment Ta justice. À présent, je veux renoncer à mes intérêts et me soumettre à Tes arrangements. S’il Te plaît, aide-moi à comprendre Ta volonté. » J’ai ensuite lu un passage des paroles de Dieu : « Pour quiconque aspire à aimer Dieu, il n’y a pas de vérités impossibles à atteindre ni de justice pour laquelle il ne puisse tenir ferme. Comment devrais-tu vivre ta vie ? Comment devrais-tu aimer Dieu et utiliser cet amour pour satisfaire Son désir ? Il n’y a rien de plus important dans ta vie. Surtout, tu dois avoir de telles aspirations et de la persévérance et tu ne devrais pas être comme ces faibles qui n’ont aucun cran. Tu dois apprendre à expérimenter une vie qui a du sens, expérimenter des vérités significatives et tu ne devrais pas te traiter à la légère comme tu le fais. Sans que tu t’en rendes compte, ta vie glissera entre tes doigts ; et après cela, auras-tu une nouvelle occasion d’aimer Dieu ? L’homme peut-il aimer Dieu après sa mort ? Tu dois avoir les mêmes aspirations et la même conscience que Pierre ; ta vie doit avoir du sens et tu ne dois pas essayer de jouer au plus fin avec toi-même » (« Les expériences de Pierre : sa connaissance du châtiment et du jugement », dans La Parole apparaît dans la chair). Les paroles de Dieu m’ont montré que ce qu’Il perfectionne est notre désir de vérité et de justice et notre détermination à L’aimer. Quels que soient nos difficultés, nos revers et les attaques que nous subissons, nous ne pouvons pas battre en retraite. Nous devons vivre pour Dieu et la vérité. Nous ne pouvons nous incliner devant aucune force de Satan. C’est la seule manière de gagner la vérité et d’être perfectionnés. Je n’avais pas assez de volonté et de détermination. Même si je priais Dieu et si j’avais décidé de protéger le travail de Sa maison et de pratiquer la vérité, dès que j’avais vu surgir des forces maléfiques, j’avais eu peur d’être réprimé et je m’étais dégonflé. Je me suis aperçu que je ne comprenais toujours pas vraiment la justice de Dieu et que je ne pensais qu’à moi quand il se passait quelque chose. Alors une chose que Dieu a dite m’est venue à l’esprit : « Les méchants seront forcément punis. » Les paroles de Dieu seront accomplies et ce qu’Il accomplit est éternel. Tous les scélérats subiront la punition de la justice de Dieu. Quels que soient le temps que ça prend et la manière dont ça se produit, les choses finiront toujours par tourner comme les paroles de Dieu le disent. Alors j’ai pensé : « Je dois abandonner mes notions, renoncer à mon tempérament satanique malhonnête, me fier aux paroles de Dieu et croire qu’Il est juste. Je ne m’inclinerai devant aucune force de Satan ! » Quand j’ai compris ça, je me suis calmé peu à peu et j’ai arrêté de m’inquiéter.

Dès avril 2015, j’ai reçu des lettres de la dirigeante Li et d’autres dirigeants et collaborateurs me disant que Yan Zhuo les avait bernés et qu’ils m’avaient causé beaucoup de tort. Ils me présentaient tous leurs excuses. Dans sa lettre, la dirigeante Li a avoué : « Ce n’étaient pas les dirigeants les plus anciens qui t’avaient accusé d’avoir gravement perturbé le travail de l’Église, c’était Yan Zhuo. » J’ai compris à ce moment-là que Yan Zhuo avait lu les deux lettres dans lesquelles je la dénonçais. Pour sauver sa peau, elle avait rassemblé de fausses preuves contre moi pour me faire exclure, mais certains dirigeants et collaborateurs avaient vu ses problèmes et avaient envoyé une lettre collective à la maison de Dieu pour la dénoncer. J’ai lu toutes ces lettres en soupirant de soulagement. Après ça, je me suis agenouillé devant Dieu et j’ai pleuré. Je me sentais très endetté envers Lui à cet instant. J’avais cru en Dieu pendant de nombreuses années, mais j’avais toujours vu Sa justice à travers le prisme de mon imagination. Quand les problèmes se sont amoncelés, j’ai essayé de les faire entrer dans le cadre de ce que j’imaginais. Comme ça n’a pas marché, j’ai mal compris Dieu et je L’ai blâmé. Mais Il n’a pas tenu compte de ma faiblesse et de ma corruption et Il m’a guidé pendant cette période horriblement douloureuse. Cette expérience m’a montré que Dieu s’était servi de la bataille spirituelle que l’on menait quand on démasquait et dénonçait de faux dirigeants pour corriger mes notions erronées et m’offrir une vraie compréhension de Sa justice. Je me suis aussi rendu compte que j’observais tout ce que Dieu faisait à travers le prisme de mon imagination. En réalité, je blasphémais, je limitais Dieu et j’offensais Son tempérament. Cette expérience m’a montré que l’essence de Dieu est juste. Tout ce que Dieu fait et dit, que cela s’accorde avec les notions des gens ou non, révèle Son tempérament juste. Dieu Tout-Puissant dit : « Le tempérament juste de Dieu est la vraie essence propre de Dieu. Ce n’est pas quelque chose d’écrit ou de façonné par l’homme. Son tempérament juste est Son tempérament juste et n’a aucune relation ou connexion avec quoi que ce soit de la création. Dieu Lui-même est Dieu Lui-même. Il ne deviendra jamais une partie de la création et, même s’Il devient un membre des êtres créés, Son tempérament inhérent et Son essence ne changeront pas. Par conséquent, connaître Dieu n’est pas la même chose que connaître un objet ; connaître Dieu n’est pas disséquer quelque chose, et ce n’est pas non plus la même chose que comprendre une personne. Si l’homme utilise ce concept ou cette méthode de connaissance d’un objet ou de compréhension d’une personne pour connaître Dieu, alors tu ne pourras jamais atteindre la connaissance de Dieu. Connaître Dieu ne dépend pas de l’expérience ou de l’imagination et, par conséquent, tu ne dois jamais imposer ton expérience ou ton imagination sur Dieu ; peu importe la richesse de ton expérience et de ton imagination, elles sont encore limitées. De plus, ton imagination ne correspond pas aux faits, et encore moins à la vérité, et elle est incompatible avec le vrai tempérament et la vraie essence de Dieu. Tu ne réussiras jamais si tu comptes sur ton imagination pour comprendre l’essence de Dieu. Le seul chemin est celui-ci : accepter tout ce qui vient de Dieu, puis l’expérimenter et le comprendre progressivement. Il y aura un jour où Dieu t’éclairera de sorte que tu Le comprendras et Le connaîtras vraiment à cause de ta coopération et à cause de ta faim et de ta soif de vérité » (« Dieu Lui-même, l’Unique II », dans La Parole apparaît dans la chair).

En mai 2015, l’antéchrist Yan Zhuo a été expulsée de l’Église parce qu’elle avait fait beaucoup de mal. Ses amis et ses complices ont aussi été traités. Quand j’ai lu cette notice d’expulsion, j’ai senti du fond du cœur à quel point Dieu était juste. La vérité et le Christ règnent dans la maison de Dieu ! Dieu soit loué !

Précédent: 59. Le fruit d’un rapport honnête

Suivant: 61. La vérité m’a montré la voie

Nous sommes déjà dans les derniers jours. Savez-vous comment faire pour accueillir le Seigneur et être enlevés jusqu’au royaume des cieux? Contactez-nous dès maintenant pour en discuter.

Contenu connexe

23. Offrir mon cœur à Dieu

Par Xinche, Corée du SudEn juin 2018, j’ai participé aux répétitions du spectacle musical l’Hymne du royaume. L’idée de monter sur scène...

69. Revenir sur la bonne voie

Par Chen Guang, États-UnisDieu Tout-Puissant dit : « Servir Dieu n’est pas une mince affaire. Ceux dont le tempérament corrompu demeure...

26. Comment concevoir son devoir

Par Zhongcheng, ChineDieu Tout-Puissant dit : « La principale condition de la croyance de l’homme en Dieu, c’est qu’il ait un cœur honnête,...

Paramètres

  • Texte
  • Thèmes

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Interligne

Largeur de page

Contenu

Chercher

  • Rechercher ce texte
  • Rechercher ce livre