Nous invitons tous ceux qui cherchent la vérité à nous contacter.

Paroles classiques de Dieu Tout-Puissant, Christ des derniers jours

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Largeur de page

0 résultats de recherche

Aucun résultat trouvé

VII Paroles classiques sur la connaissance de Dieu Lui-même, l’unique

(II) Paroles sur le tempérament juste de Dieu

26. Pour comprendre le juste tempérament de Dieu, il faut d’abord comprendre les sentiments de Dieu : ce qu’Il haït, ce qu’Il déteste, ce qu’Il aime, celui qu’Il tolère, celui à qui Il accorde Sa miséricorde et quel genre de personne reçoit cette miséricorde. C’est un point important à connaitre. En outre, il faut comprendre que peu importe à quel point Dieu est aimant, peu importe la miséricorde et l’amour qu’Il a pour les gens, Dieu ne tolère pas que quiconque offense Son statut et Sa position, ni ne tolère que quiconque offense Sa dignité. Même si Dieu aime les gens, Il ne les gâte pas. Il donne aux gens Son amour, Sa miséricorde et Sa tolérance, mais Il ne les a jamais gâtés ; Il a Ses principes et Ses limites. Peu importe dans quelle mesure tu as ressenti l’amour de Dieu en toi, peu importe la profondeur de cet amour, tu ne dois jamais traiter Dieu de la même manière que tu traites une autre personne. S’il est vrai que Dieu traite les gens comme s’ils étaient Ses proches, si une personne considère Dieu comme une autre personne, comme s’Il n’était qu’un autre être de la création, comme un ami ou un objet d’adoration, Dieu lui cachera Sa face et l’abandonnera. C’est Son tempérament, et Il ne tolère pas que quiconque Le traite avec négligence à ce sujet. Ainsi, on dit souvent du tempérament de Dieu, selon Sa parole : peu importe le nombre de routes que tu as parcourues, le volume de travail que tu as accompli ou ce que tu as enduré, dès que tu offenses le tempérament de Dieu, Il te le rendra en Se basant sur ce que tu as fait. Cela signifie que Dieu considère les gens comme Ses proches, mais les gens ne doivent pas traiter Dieu comme un ami ou un parent. Ne considère pas Dieu comme ton copain. Peu importe l’amour que tu as reçu de Lui, peu importe la tolérance qu’Il t’a accordée, tu ne dois jamais traiter Dieu comme un simple ami. C’est le juste tempérament de Dieu.

Extrait de « Dieu Lui-même, l’Unique VII », dans La Parole apparaît dans la chair

27. L’intolérance de Dieu envers l’offense est Son essence exclusive ; la colère de Dieu est Son tempérament exclusif ; la majesté de Dieu est Son essence exclusive. Le principe derrière la colère de Dieu démontre l’identité et le statut que Lui seul possède. Nul besoin de mentionner que c’est aussi un symbole de l’essence du Dieu unique Lui-même. Le tempérament de Dieu est Sa propre essence inhérente. Il ne change pas du tout au fil du temps et ne change pas chaque fois que le lieu change. Son tempérament inhérent est Son essence intrinsèque. Peu importe en qui Il réalise Son œuvre, Son essence ne change pas et Son tempérament juste non plus. Quand on met Dieu en colère, ce qu’Il manifeste, c’est Son tempérament inhérent ; à ce moment-là, le principe derrière Sa colère ne change pas, ni Son identité et Son statut uniques. Il ne Se met pas en colère à cause d’un changement dans Son essence ou parce que Son tempérament a produit des éléments différents, mais parce que l’opposition de l’homme contre Lui offense Son tempérament. La provocation flagrante de Dieu par l’homme est un défi sérieux à l’identité et au statut mêmes de Dieu. Aux yeux de Dieu, quand l’homme Le défie, l’homme Le conteste et teste Sa colère. Quand l’homme s’oppose à Dieu, quand l’homme conteste Dieu, quand l’homme teste continuellement la colère de Dieu – ce qui est aussi lorsque le péché prolifère –, la colère de Dieu se révèle et se présente naturellement. Par conséquent, l’expression par Dieu de Sa colère symbolise la fin de l’existence de toutes les forces du mal ; elle symbolise la destruction de toutes les forces hostiles. C’est l’unicité du tempérament juste de Dieu et c’est l’unicité de la colère de Dieu. Lorsque la dignité et la sainteté de Dieu sont mises au défi, lorsque des forces justes sont obstruées et qu’elles sont invisibles à l’homme, Dieu manifeste Sa colère. À cause de l’essence de Dieu, toutes ces forces sur terre qui contestent Dieu, s’opposent à Lui et L’affrontent sont mauvaises, corrompues et injustes ; elles viennent de Satan et lui appartiennent. Parce que Dieu est juste, appartient à la lumière et est parfaitement saint, toutes choses mauvaises, corrompues et appartenant à Satan disparaîtront avec le déploiement de la colère de Dieu.

Extrait de « Dieu Lui-même, l’Unique II », dans La Parole apparaît dans la chair

28. L’utilisation du feu par Dieu pour détruire la ville de Sodome est Sa méthode la plus rapide pour anéantir complètement une humanité ou une chose. Brûler les gens de Sodome a détruit plus que leurs corps physiques ; il a détruit entièrement leurs esprits, leurs âmes et leurs corps, en s’assurant que les gens à l’intérieur de cette ville cessent d’exister à la fois dans le monde matériel et dans le monde invisible à l’homme. C’est un moyen par lequel Dieu révèle et exprime Sa colère. Ce style de révélation et d’expression est un aspect de l’essence de la colère de Dieu, tout comme il est naturellement aussi une révélation de l’essence du tempérament juste de Dieu. Quand Dieu manifeste Sa colère, Il cesse de révéler toute miséricorde ou bonté et Il ne fait plus montre de tolérance ou de patience ; aucune personne, chose ou raison ne peut Le persuader de continuer à être patient, à offrir Sa miséricorde de nouveau, à accorder Sa tolérance encore une fois. À la place de ces choses, sans un moment d’hésitation, Dieu manifestera Sa colère et Sa majesté, fera ce qu’Il désire, et Il fera ces choses rapidement et proprement selon Ses propres souhaits. C’est de cette manière que Dieu manifeste Sa colère et Sa majesté que l’homme ne doit pas offenser, et c’est aussi une expression d’un aspect de Son tempérament juste. Quand les gens voient que Dieu montre qu’Il Se soucie de l’homme et aime l’homme, ils sont incapables de détecter Sa colère, de voir Sa majesté ou de sentir Son intolérance à l’offense. Cela a toujours amené les gens à croire que le tempérament juste de Dieu est uniquement miséricorde, tolérance et amour. Cependant, quand on voit Dieu détruire une ville ou détester une humanité, Sa colère et Sa majesté dans la destruction de l’homme permettent aux gens d’entrevoir l’autre côté de Son tempérament juste. C’est l’intolérance à l’offense de Dieu. Le tempérament de Dieu qui ne tolère aucune offense dépasse l’imagination de tout être créé et, parmi les êtres non créés, aucun n’est capable d’interférer avec cela ou d’affecter cela ; encore plus, il ne peut être personnifié ou imité. Ainsi, cet aspect du tempérament de Dieu est celui que l’humanité devrait le mieux connaître. Seul Dieu Lui-même a ce genre de tempérament et seul Dieu Lui-même possède ce genre de tempérament. Dieu possède ce genre de tempérament juste parce qu’Il déteste la méchanceté, les ténèbres, la rébellion et les actes pervers de Satan corrompant et dévorant l’humanité, parce qu’Il déteste tous les actes de péché contre Lui et à cause de Son essence sainte et pure. C’est à cause de cela qu’Il ne souffrira qu’aucun des êtres créés ou non créés s’oppose ouvertement à Lui ou Le conteste. Même un individu auquel Il a déjà fait miséricorde ou choisi a seulement besoin de provoquer Son tempérament et de transgresser Son principe de patience et de tolérance, et Il libèrera et révélera Son tempérament juste sans la moindre pitié ou hésitation – un tempérament qui ne tolère aucune offense.

Extrait de « Dieu Lui-même, l’Unique II », dans La Parole apparaît dans la chair

29. Bien que le déversement de la colère de Dieu soit l’un des aspects de l’expression de Son tempérament juste, la colère de Dieu ne vise pas sa cible au hasard ni n’est sans principes. Au contraire, Dieu n’est pas du tout prompt à la colère ni ne révèle hâtivement Sa colère et Sa majesté. De plus, la colère de Dieu est considérablement contrôlée et mesurée ; elle n’est pas du tout comparable à la façon dont l’homme va s’enrager ou extérioriser sa colère. La Bible rapporte plusieurs conversations entre les hommes et Dieu. Les propos de certains de ces individus étaient légers, incultes et infantiles, mais Dieu ne les a pas frappés et Il ne les a pas condamnés. En particulier, pendant l’épreuve de Job, comment l’Éternel a-t-Il traité les trois amis de Job et les autres après avoir entendu les propos qu’ils ont adressés à Job ? Les a-t-Il condamnés ? S’est-Il emporté de rage contre eux ? Il n’a rien fait de la sorte ! Au lieu de cela, Il a dit à Job de plaider pour eux, de prier pour eux ; Dieu, d’autre part, n’a pas pris leurs défauts à cœur. Ces exemples représentent tous l’attitude fondamentale avec laquelle Dieu traite l’humanité corrompue et ignorante. Par conséquent, le déploiement de la colère de Dieu n’est en aucun cas une expression ou un défoulement de Son humeur. La colère de Dieu n’est pas un accès de colère sans réserve comme l’homme le comprend. Dieu ne déploie pas Sa colère parce qu’Il est incapable de contrôler Sa propre humeur ou parce que Sa colère a atteint son point d’ébullition et qu’Il doit s’en défouler. Au contraire, Sa colère est une manifestation de Son tempérament juste et une expression authentique de Son tempérament juste ; elle est une révélation symbolique de Son essence sainte. Dieu est colère, ne tolérant aucune offense ; cela ne signifie pas que la colère de Dieu ne distingue pas entre les causes ou qu’elle n’ait pas de principes. C’est l’humanité corrompue qui a un brevet exclusif sur les éclats de rage sans scrupules et aléatoires qui ne distinguent pas entre les causes. Une fois qu’un homme a un statut, il a souvent du mal à contrôler son humeur, et donc il aura le plaisir de saisir les occasions pour exprimer son mécontentement et donner libre cours à ses émotions ; il se mettra souvent en colère sans raison apparente afin de révéler sa capacité et de faire savoir aux autres que son statut et son identité sont différents de ceux des gens ordinaires. Bien sûr, les personnes corrompues sans aucun statut perdront souvent le contrôle aussi. Leur colère est souvent causée par des dommages à leurs avantages individuels. Afin de protéger leur propre statut et leur propre dignité, les hommes corrompus se défouleront souvent de leurs émotions et révéleront leur nature arrogante. L’homme éclate de colère et se défoule de ses émotions pour défendre l’existence du péché, et ces actions sont les moyens par lesquels l’homme exprime son insatisfaction. Ces actions regorgent de souillure, de machinations et d’intrigues ; elles regorgent de la corruption et de la méchanceté de l’homme ; plus que cela, elles regorgent des ambitions et des désirs effrénés de l’homme. Quand la justice conteste la méchanceté, l’homme n’éclate pas de colère pour défendre l’existence de la justice ; au contraire, lorsque les forces de la justice sont menacées, persécutées et attaquées, l’attitude de l’homme est d’ignorer, de fuir ou de se dérober. Toutefois, face aux forces du mal, l’attitude de l’homme est celle du service, de la soumission et de l’abandon. Par conséquent, le défoulement de l’homme est une évasion pour les forces du mal, une expression de la conduite perverse, effrénée et imparable de l’homme charnel. Quand Dieu manifestera Sa colère, cependant, toutes les forces du mal seront arrêtées ; tous les péchés qui causent du tort à l’homme seront arrêtés ; toutes les forces hostiles qui obstruent l’œuvre de Dieu seront dévoilées, séparées et maudites ; tous les complices de Satan qui s’opposent à Dieu seront punis, extirpés. Par contre, l’œuvre de Dieu se déroulera sans aucun obstacle ; le plan de gestion de Dieu continuera à se développer étape par étape comme prévu ; les élus de Dieu seront libres de la perturbation et de la tromperie de Satan ; ceux qui suivent Dieu jouiront de la direction et de l’approvisionnement de Dieu dans un environnement tranquille et paisible. La colère de Dieu est une sauvegarde empêchant toutes les forces du mal de se multiplier et de se déchaîner, et elle est aussi une sauvegarde qui protège l’existence et la propagation de toutes choses justes et positives et les garde éternellement de la suppression et de la subversion.

Extrait de « Dieu Lui-même, l’Unique II », dans La Parole apparaît dans la chair

30. Peu importe que l’on se fâche en présence des autres ou dans leur dos, chacun a une intention et un but différents. Ils édifient peut-être leur prestige ou ils défendent peut-être leurs propres intérêts, conservant leur image ou protégeant leur honneur. Certains font preuve de modération dans leur colère, tandis que d’autres sont plus irréfléchis et s’enflamment de rage chaque fois qu’ils le veulent sans la moindre retenue. En bref, la colère de l’homme découle de son tempérament corrompu. Peu importe son but, elle vient de la chair et de la nature ; elle n’a rien à voir avec la justice ou l’injustice, car rien dans la nature et l’essence de l’homme ne correspond à la vérité. Par conséquent, on ne devrait pas faire un amalgame entre l’humeur de l’humanité corrompue et la colère de Dieu. Sans exception, le comportement d’un homme corrompu par Satan commence par le désir de sauvegarder la corruption et il est basé sur la corruption ; ainsi, on ne devrait pas faire un amalgame entre la colère de l’homme et la colère de Dieu, aussi approprié que cela puisse paraître en théorie. Quand Dieu manifeste Sa colère, les forces du mal sont contenues, les choses mauvaises sont détruites, tandis que les choses justes et positives jouissent de l’attention et de la protection de Dieu, et elles perdurent. Dieu manifeste Sa colère parce que les choses injustes, négatives et mauvaises obstruent, perturbent ou détruisent l’activité et le développement normal de choses justes et positives. Le but de la colère de Dieu n’est pas de sauvegarder Son propre statut et Sa propre identité, mais de sauvegarder l’existence de choses justes, positives, belles et bonnes, de sauvegarder les lois et l’ordre de la survie normale de l’humanité. C’est la première cause de la colère de Dieu. La rage de Dieu est une révélation très appropriée, naturelle et vraie de Son tempérament. Il n’y a aucune intention derrière Sa rage, il n’y a pas de tromperie ou d’intrigue non plus ; ou plus encore, Sa rage ne contient rien du désir, de la ruse, de la malice, de la violence, du mal, ni rien d’autre que partage toute l’humanité corrompue. Avant que Dieu ne manifeste Sa rage, Il a déjà perçu très clairement et complètement l’essence de chaque chose, et Il a déjà formulé des définitions et des conclusions précises et claires. Ainsi, l’objectif de Dieu dans chaque chose qu’Il fait est clair, comme l’est Son attitude. Il n’est pas confus ; Il n’est pas aveugle ; Il n’est pas impulsif ; Il n’est pas négligent ; plus encore, Il n’est pas sans principes. C’est l’aspect pratique de la colère de Dieu, et c’est à cause de cet aspect pratique de la colère de Dieu que l’humanité a atteint son existence normale. Sans la colère de Dieu, l’humanité tomberait dans des conditions de vie anormales ; toutes choses justes, belles et bonnes seraient détruites et cesseraient d’exister. Sans la colère de Dieu, les lois et les règles d’existence des êtres créés seraient brisées ou même complètement renversées. Depuis la création de l’homme, Dieu a continuellement utilisé Son tempérament juste pour sauvegarder et maintenir l’existence normale de l’humanité. Parce que Son tempérament juste contient la colère et la majesté, tout ce qui est méchant, hommes, choses et objets, et toutes les choses qui perturbent et endommagent l’existence normale de l’humanité sont punis, contrôlés et détruits à cause de Sa colère. Au cours des nombreux derniers millénaires, Dieu a continuellement utilisé Son tempérament juste pour abattre et détruire toutes sortes d’esprits impurs et pervers qui s’opposent à Dieu et agissent en tant que complices et huissiers de Satan dans Son œuvre de gestion de l’humanité. Ainsi, l’œuvre du salut de l’homme par Dieu a toujours progressé selon Son plan. C’est-à-dire qu’en raison de l’existence de la colère de Dieu, la cause la plus juste parmi les hommes n’a jamais été détruite.

Extrait de « Dieu Lui-même, l’Unique II », dans La Parole apparaît dans la chair

31. Indépendamment de ce qu’avait été la colère de Dieu envers les Ninivites, dès qu’ils ont déclaré un jeûne et se sont couverts de sacs et de la cendre, Son cœur s’est peu à peu adouci et Il a commencé à changer Son cœur. Quand Il leur a annoncé qu’Il allait détruire leur ville – le moment avant leur confession et leur repentance pour leurs péchés –, Dieu était toujours en colère contre eux. Après qu’ils eurent posé une série d’actes de repentance, la colère de Dieu contre les gens de Ninive s’est graduellement transformée en miséricorde et en tolérance pour eux. Il n’y a rien de contradictoire au sujet de la révélation coïncidente de ces deux aspects du tempérament de Dieu dans le même événement. Comment devrait-on comprendre et connaître ce manque de contradiction ? Dieu a successivement exprimé et révélé ces deux essences complètement opposées alors que les gens de Ninive se sont repentis, permettant aux gens de voir la réalité de l’essence de Dieu et le fait qu’elle ne peut être offensée. Dieu a utilisé Son attitude pour dire aux gens ce qui suit : ce n’est pas que Dieu ne tolère pas les gens ou qu’Il ne veuille pas leur montrer de miséricorde ; c’est qu’il est rare qu’ils se repentent vraiment devant Dieu, et il est rare que les gens se détournent vraiment de leurs mauvaises voies et abandonnent la violence entre leurs mains. En d’autres termes, quand Dieu est en colère contre l’homme, Il espère que l’homme soit vraiment capable de se repentir et Il espère voir la vraie repentance de l’homme, auquel cas Il continuera libéralement à accorder Sa miséricorde et Sa tolérance à l’homme. C’est dire que la mauvaise conduite de l’homme entraîne la colère de Dieu, tandis que la miséricorde et la tolérance de Dieu sont accordées à ceux qui écoutent Dieu et se repentent vraiment devant Lui, à ceux qui peuvent se détourner de leurs mauvaises voies et abandonner la violence entre leurs mains. L’attitude de Dieu a été très clairement révélée dans Son traitement des Ninivites : la miséricorde et la tolérance de Dieu ne sont pas du tout difficiles à obtenir ; Il exige la vraie repentance. Tant que les gens se détourneront de leurs mauvaises voies et abandonneront la violence entre leurs mains, Dieu changera Son cœur et changera Son attitude à leur égard.

Extrait de « Dieu Lui-même, l’Unique II », dans La Parole apparaît dans la chair

32. Tandis que la ville de Ninive était remplie de gens tout aussi corrompus, méchants et violents que ceux de Sodome, leur repentance a amené Dieu à changer Son cœur et à décider de ne pas les détruire. Parce que leur réaction aux paroles et aux instructions de Dieu a démontré une attitude en contraste frappant avec celle des citoyens de Sodome, et en raison de leur soumission honnête à Dieu et de leur repentance sincère pour leurs péchés, ainsi que de leur comportement vrai et sincère à tous égards, une fois de plus Dieu a démontré Sa pitié sincère et la leur a accordée. La récompense de Dieu et Sa pitié pour l’humanité sont impossibles à dupliquer ; personne ne peut posséder la miséricorde ou la tolérance de Dieu, ni Ses sentiments sincères envers l’humanité. Y a-t-il quelqu’un que tu estimes être un grand homme ou une grande dame, ou même un surhomme, qui, d’un point culminant, parlerait comme un grand homme ou une grande dame ou d’un point absolu, ferait ce genre de déclaration à l’humanité ou à la création ? Qui parmi les hommes peut connaître les conditions de vie de l’humanité sur le bout de ses doigts ? Qui peut porter un fardeau et une responsabilité pour l’existence de l’humanité ? Qui est capable de proclamer la destruction d’une ville ? Et qui est capable de pardonner une ville ? Qui peut dire qu’il chérit sa propre création ? Seul le Créateur ! Seul le Créateur a pitié de cette humanité. Seul le Créateur montre tendresse et affection à cette humanité. Seul le Créateur a une affection véritable, infrangible pour cette humanité. De même, seul le Créateur peut accorder la miséricorde à cette humanité et chérir toute Sa création. Son cœur bondit et souffre à chacune des actions de l’homme : Il est en colère, affligé et chagriné par le mal et la corruption de l’homme ; Il est heureux, joyeux, pardonnant et jubilant pour la repentance et la croyance de l’homme ; chacune de Ses pensées et de Ses idées existe pour l’humanité et tourne autour d’elle ; ce qu’Il est et a est entièrement exprimé pour l’humanité ; l’ensemble de Ses émotions sont étroitement liées à l’existence de l’humanité. Pour le bien de l’humanité, Il voyage et Se dépêche ; Il donne silencieusement toute Sa vie ; Il dévoue chaque minute et chaque seconde de Sa vie… Il n’a jamais su comment prendre Sa vie en pitié, pourtant Il a toujours eu pitié de l’humanité qu’Il a Lui-même créée et l’a toujours chérie… Il donne tout ce qu’il a à cette humanité… Il accorde Sa miséricorde et Sa tolérance inconditionnellement et sans attente de récompense. Il le fait seulement pour que l’humanité puisse continuer à survivre devant Ses yeux, recevant Son approvisionnement de vie ; Il le fait seulement pour que l’humanité puisse un jour se soumettre à Lui et reconnaître qu’Il est Celui qui nourrit l’existence de l’homme et soutient la vie de toute la création.

Extrait de « Dieu Lui-même, l’Unique II », dans La Parole apparaît dans la chair

33. Bien que Jonas ait été chargé de proclamer les paroles de l’Éternel Dieu aux gens de Ninive, il ne comprenait pas les intentions de l’Éternel Dieu et ne comprenait pas Ses inquiétudes et Ses attentes pour les gens de la ville. Par cette réprimande, Dieu voulait lui dire que l’humanité était le produit de Ses propres mains et que Dieu avait fait un effort terrible pour chaque personne ; chaque personne portait en elle les espoirs de Dieu ; chaque personne jouissait de l’approvisionnement de la vie par Dieu ; pour chaque personne, Dieu avait payé un coût terrible. Cette réprimande a également indiqué à Jonas que Dieu chérissait l’humanité, l’œuvre de Ses propres mains, autant que Jonas lui-même chérissait le ricin. Dieu ne les abandonnerait pas du tout facilement avant le dernier moment possible ; de plus, il y avait tellement d’enfants et de bétail innocent dans la ville. En traitant avec ces produits jeunes et ignorants de la création de Dieu, qui ne pouvaient même pas distinguer leur droite de leur gauche, Dieu était d’autant plus incapable de mettre fin à leur vie et de déterminer leur fin d’une manière si précipitée. Dieu espérait les voir grandir ; Il espérait qu’ils ne marcheraient pas sur les mêmes chemins que leurs aînés, qu’ils n’auraient plus besoin d’entendre l’avertissement de l’Éternel et qu’ils témoigneraient du passé de Ninive. Plus encore, Dieu espérait voir Ninive après qu’elle se fut repentie, voir l’avenir de Ninive après son repentir et, plus important encore, voir Ninive vivre encore une fois sous la miséricorde de Dieu. Par conséquent, aux yeux de Dieu, ces objets de la création qui ne pouvaient pas distinguer leur droite de leur gauche étaient l’avenir de Ninive. Ils assumeraient le passé méprisable de Ninive, tout comme ils assumeraient le devoir important de témoigner du passé et du futur de Ninive sous la direction de l’Éternel Dieu. Dans cette déclaration de Ses vrais sentiments, l’Éternel Dieu a présenté la miséricorde du Créateur pour l’humanité dans sa totalité. Cette déclaration a montré à l’humanité que « la miséricorde du Créateur » n’est pas une phrase vide ni une fausse promesse ; elle a des principes, des méthodes et des objectifs concrets. Il est vrai et réel, et n’utilise aucun mensonge ou déguisement et, de la même manière, Sa miséricorde est perpétuellement accordée à l’humanité à chaque époque et à chaque âge. Cependant, jusqu’à ce jour, l’échange du Créateur avec Jonas est la seule déclaration verbale exclusive de Dieu sur Sa raison pour démontrer de la miséricorde à l’humanité, sur Sa manière de démontrer de la miséricorde à l’humanité, sur Sa tolérance envers l’humanité et sur Ses vrais sentiments pour l’humanité. La conversation succincte de l’Éternel Dieu exprime Ses pensées complètes sur l’humanité ; c’est une véritable expression de l’attitude de Son cœur envers l’humanité et c’est aussi une preuve concrète de Son don de miséricorde abondante à l’humanité. Sa miséricorde n’est pas seulement accordée aux anciens de l’humanité ; elle est également accordée aux membres plus jeunes de l’humanité, comme elle l’a toujours été, d’une génération à l’autre. Bien que la colère de Dieu s’abatte fréquemment sur certains coins et certaines ères de l’humanité, la miséricorde de Dieu n’a jamais cessé. Par Sa miséricorde, Il guide et dirige une génération de Sa création l’une après l’autre, fournit et nourrit une génération de la création l’une après l’autre, parce que Ses vrais sentiments envers l’humanité ne changeront jamais. Tout comme l’Éternel Dieu a dit : « Et moi, je n’aurais pas pitié de Ninive […] » Il a toujours chéri Sa propre création. C’est la miséricorde du tempérament juste du Créateur et c’est aussi l’unicité pure du Créateur !

Extrait de « Dieu Lui-même, l’Unique II », dans La Parole apparaît dans la chair

34. La miséricorde et la tolérance de Dieu existent bel et bien, mais la sainteté et la justice de Dieu, lorsqu’Il déchaîne Sa colère, montrent aussi à l’homme le côté de Dieu qui ne tolère aucune offense. Lorsque l’homme est pleinement capable d’obéir aux ordres de Dieu et agit conformément aux exigences de Dieu, Dieu est abondant dans Sa miséricorde envers l’homme ; quand l’homme a été rempli de corruption, de haine et d’inimitié pour Lui, Dieu est profondément en colère. Et à quel point est-Il profondément en colère ? Sa colère continuera jusqu’à ce que Dieu ne voie plus la résistance et les mauvaises actions de l’homme, jusqu’à ce qu’elles ne soient plus sous Ses yeux. Alors seulement, la colère de Dieu disparaîtra. En d’autres termes, peu importe qui sont les personnes, si leur cœur s’est éloigné de Dieu et s’est détourné de Dieu pour ne jamais retourner, et ensuite, quelle que soit la manière, en toute apparence ou en ce qui concerne leurs désirs subjectifs, elles veulent adorer et suivre Dieu et Lui obéir dans leur corps ou dans leur pensée, dès que leur cœur se détournera de Dieu, la colère de Dieu se déchaînera sans arrêt. Ce sera tel que lorsque Dieu déchaînera profondément Sa colère, ayant donné à l’homme d’amples opportunités, une fois qu’elle sera déchaînée, il n’y aura plus aucun moyen de la rétracter et Il ne sera plus jamais miséricordieux et tolérant envers de telles personnes. C’est un côté du tempérament de Dieu, qui ne tolère aucune offense. […] Il est tolérant et miséricordieux envers les choses qui sont aimables, belles et bonnes ; envers les choses qui sont mauvaises, pécheresses et méchantes, Il est profondément courroucé, de sorte qu’Il est incessant dans Sa colère. Voici les deux aspects principaux et les plus saillants du tempérament de Dieu et, de plus, ils ont été révélés par Dieu du commencement à la fin : abondante miséricorde et colère profonde.

Extrait de « L’œuvre de Dieu, le tempérament de Dieu et Dieu Lui-même II », dans La Parole apparaît dans la chair

35. Le changement des intentions de Dieu envers les gens de Ninive n’impliquait aucune hésitation ou ambiguïté. Au contraire, ce fut une transformation de la colère pure à la tolérance pure. C’est une vraie révélation de l’essence de Dieu. Dieu n’est jamais irrésolu ou hésitant dans Ses actions ; les principes et les buts derrière Ses actions sont tous clairs et transparents, purs et sans faille, absolument exempts de ruse ou intrigue. En d’autres termes, l’essence de Dieu ne contient aucune obscurité ou aucun mal. Dieu s’est fâché contre les Ninivites parce que leurs actes pervers étaient montés jusqu’à Lui ; à ce moment-là, Sa colère découlait de Son essence. Cependant, lorsque la colère de Dieu se dissipa et qu’Il accorda de nouveau Sa tolérance aux gens de Ninive, tout ce qu’Il révéla était toujours Sa propre essence. La totalité de ce changement était due à un changement dans l’attitude de l’homme envers Dieu. Pendant toute cette période, le tempérament de Dieu, qui ne peut être offensé, n’a pas changé ; l’essence tolérante de Dieu n’a pas changé ; l’essence aimable et miséricordieuse de Dieu n’a pas changé. Quand les gens commettent des actes pervers et offensent Dieu, Il leur fait subir Sa colère. Quand les gens se repentent vraiment, le cœur de Dieu change et Sa colère cesse. Quand les gens continuent à s’opposer obstinément à Dieu, Sa colère est incessante ; Sa colère les écrase petit à petit jusqu’à ce qu’ils soient détruits. C’est l’essence du tempérament de Dieu. Indépendamment du fait que Dieu exprime la colère ou la miséricorde et la bonté, la conduite, le comportement et l’attitude de l’homme envers Dieu au plus profond de son cœur dictent ce qui est exprimé par la révélation du tempérament de Dieu. Si Dieu soumet continuellement une personne à Sa colère, le cœur de cette personne s’oppose sans aucun doute à Dieu. Parce qu’elle ne s’est jamais vraiment repentie, ne s’est jamais prosternée devant Dieu ou n’a jamais possédé une vraie croyance en Dieu, elle n’a jamais obtenu la miséricorde et la tolérance de Dieu. Si quelqu’un reçoit souvent les soins de Dieu et obtient souvent Sa miséricorde et Sa tolérance, alors cet homme a sans aucun doute une vraie croyance en Dieu dans son cœur et son cœur n’est pas opposé à Dieu. Souvent, il se repent vraiment devant Dieu ; par conséquent, même si la discipline de Dieu s’impose souvent à cet homme, Sa colère ne s’impose pas.

Extrait de « Dieu Lui-même, l’Unique II », dans La Parole apparaît dans la chair

36. Le tempérament juste du Créateur est réel et vivant

Quand Dieu a changé Son cœur envers les gens de Ninive, Sa miséricorde et Sa tolérance étaient-elles une fausse façade ? Bien sûr que non ! Alors, qu’est-ce que la transformation entre ces deux aspects du tempérament de Dieu durant la même affaire te permet de voir ? Le tempérament de Dieu est un tout complet ; il n’est pas du tout divisé. Peu importe qu’Il exprime de la colère ou de la miséricorde et de la tolérance envers les gens, c’est l’expression de Son tempérament juste. Le tempérament de Dieu est réel et vivant. Il change Ses pensées et Ses attitudes en fonction du développement des choses. La transformation de Son attitude envers les Ninivites indique à l’humanité qu’Il a Ses propres pensées et Ses propres idées ; Il n’est pas un robot ou un personnage en argile, mais le Dieu vivant Lui-même. Il pourrait être en colère contre les gens de Ninive, tout comme Il pourrait pardonner leur passé en fonction de leurs attitudes ; Il pourrait décider d’apporter le malheur aux Ninivites et Il pourrait changer Sa décision à cause de leur repentance. Les gens préfèrent appliquer des règles mécaniquement et ils préfèrent utiliser des règles pour établir et définir Dieu, tout comme ils préfèrent utiliser des formules pour connaître le tempérament de Dieu. Par conséquent, selon le domaine de la pensée humaine, Dieu ne pense pas et n’a pas non plus d’idées substantielles. En réalité, les pensées de Dieu se transforment constamment en fonction des changements dans les choses et les environnements ; tandis que ces pensées se transforment, différents aspects de l’essence de Dieu sont révélés. Au cours de ce processus de transformation, au moment où Dieu change Son cœur, Il révèle à l’humanité la vérité de l’existence de Sa vie et Il révèle que Son tempérament juste est réel et vivant. En outre, Dieu utilise Ses propres révélations pour prouver à l’humanité la vérité de l’existence de Sa colère, de Sa miséricorde, de Sa bonté et de Sa tolérance. Son essence sera révélée à tout moment et en tout lieu selon le développement des choses. Il possède la colère d’un lion et la miséricorde et la tolérance d’une mère. Il n’est pas permis à qui que ce soit de remettre en question, de violer, de changer et de déformer Son tempérament juste. Parmi toutes les affaires et toutes les choses, le tempérament juste de Dieu, c’est-à-dire la colère de Dieu et la miséricorde de Dieu, peut être révélé à tout moment et en tout lieu. Il exprime vivement ces aspects dans tous les coins et recoins de la nature et les réalise vivement à chaque instant. Le tempérament juste de Dieu n’est pas limité par le temps ou l’espace ou, en d’autres termes, le tempérament juste de Dieu n’est pas exprimé ou révélé mécaniquement comme les limites du temps ou de l’espace le dictent. Au contraire, le tempérament juste de Dieu est librement exprimé et révélé à tout moment et en tout lieu. Quand tu vois Dieu changer Son cœur et cesser d’exprimer Sa colère et s’abstenir de détruire la ville de Ninive, peux-tu dire que Dieu n’est que miséricordieux et aimable ? Peux-tu dire que la colère de Dieu consiste en des mots vides ? Quand Dieu exprime une ardente colère et rétracte Sa miséricorde, peux-tu dire qu’Il ne sent pas un véritable amour pour l’humanité ? Dieu exprime une ardente colère en réponse aux actes pervers des gens ; Sa colère n’est pas viciée. Le cœur de Dieu est touché par la repentance des gens et c’est cette repentance qui change ainsi Son cœur. Le fait qu’Il soit touché, Son changement de cœur ainsi que Sa miséricorde et Sa tolérance envers l’homme ne sont absolument pas viciés ; ils sont propres, purs, irréprochables et inaltérés. La tolérance de Dieu est pure tolérance ; Sa miséricorde est pure miséricorde. Son tempérament révélera la colère, ainsi que la miséricorde et la tolérance, suivant la repentance de l’homme et sa conduite différente. Peu importe ce qu’Il révèle et exprime, c’est complètement pur ; c’est complètement direct ; l’essence en est distincte de tout ce qui est dans la création. Les principes des actions que Dieu exprime, Ses pensées et Ses idées ou toute décision particulière, ainsi que toute action unique, sont sans défaut ou tache. De même que Dieu décide et de même qu’Il agit, Il achève Ses exploits. Ces types de résultats sont précis et sans faille parce que leur source est sans défaut et sans tache. La colère de Dieu est sans défaut. De même, la miséricorde et la tolérance de Dieu, qu’aucune création ne possède, sont saintes et sans défaut et elles peuvent endurer l’épreuve de la délibération et de l’expérience.

Après avoir compris l’histoire de Ninive, voyez-vous l’autre côté de l’essence du tempérament juste de Dieu ? Voyez-vous l’autre côté de l’unique tempérament juste de Dieu ? Est-ce que quelqu’un dans l’humanité possède ce genre de tempérament ? Est-ce que quelqu’un possède ce genre de colère comme celle de Dieu ? Est-ce que quelqu’un possède la miséricorde et la tolérance comme celles de Dieu ? Qui dans la création peut attirer tant de colère et décider de détruire ou de faire tomber le désastre sur l’humanité ? Et qui est qualifié pour accorder la miséricorde de tolérer l’homme et de lui pardonner et ainsi de changer sa décision de détruire l’homme ? Le Créateur exprime Son tempérament juste par Ses propres méthodes et principes uniques ; Il n’est pas soumis au contrôle ou aux restrictions d’aucune personne, d’aucun événement ou d’aucune chose. Comme Son tempérament est unique, personne n’est capable de changer Ses pensées et Ses idées, et personne n’est capable de Le persuader et de changer aucune de Ses décisions. Tout Son comportement et toutes Ses pensées sur la création existent sous le jugement de Son tempérament juste. Personne ne peut contrôler Son exercice de la colère ou de la miséricorde ; seule l’essence du Créateur ou, en d’autres termes, le tempérament juste du Créateur, peut le décider. C’est la nature unique du tempérament juste du Créateur !

Une fois que nous avons analysé et compris la transformation de l’attitude de Dieu envers les gens de Ninive, pouvez-vous utiliser le mot « unique » pour décrire la miséricorde qui se trouve dans le tempérament juste de Dieu ? Nous avons déjà dit que la colère de Dieu est un aspect de l’essence de Son unique tempérament juste. Maintenant, Je définirai deux aspects, la colère de Dieu et la miséricorde de Dieu, comme Son tempérament juste. Le tempérament juste de Dieu est saint ; il ne peut être offensé ni questionné ; aucun des êtres créés ou non créés ne le possède. Il est à la fois unique et exclusif à Dieu. C’est dire que la colère de Dieu est sainte et ne peut pas être offensée ; en même temps, l’autre aspect du tempérament juste de Dieu, la miséricorde de Dieu, est saint et ne peut pas être offensé. Aucun des êtres créés ou non créés ne peut remplacer ou représenter Dieu dans Ses actions, et personne non plus ne peut Le remplacer ou Le représenter dans la destruction de Sodome ou le salut de Ninive. C’est la véritable expression de l’unique tempérament juste de Dieu.

Extrait de « Dieu Lui-même, l’Unique II », dans La Parole apparaît dans la chair

37. On ne doit pas compter sur l’expérience et l’imagination pour connaître le tempérament juste de Dieu

Quand tu te trouveras face au jugement et au châtiment de Dieu, diras-tu que la parole de Dieu est adultérée ? Diras-tu qu’il y a une histoire derrière la colère de Dieu et que Sa colère est adultérée ? Est-ce que tu calomnieras Dieu en disant que Son tempérament n’est pas nécessairement tout à fait juste ? Quand tu traites chacun des actes de Dieu, tu dois d’abord être certain que le tempérament juste de Dieu est libre de tout autre élément, qu’il est saint et sans faille ; ces actes incluent le terrassement, la punition et la destruction de l’humanité par Dieu. Sans exception, chacun des actes de Dieu est fait en stricte conformité avec Son tempérament inhérent et Son plan – cela n’inclut pas la connaissance, la tradition et la philosophie de l’humanité – et chacun des actes de Dieu est une expression de Son tempérament et de Son essence, qui n’ont rien à voir du tout avec l’humanité corrompue. Selon les conceptions de l’homme, seuls l’amour, la miséricorde et la tolérance de Dieu envers l’humanité sont irréprochables, purs et saints. Cependant, personne ne sait que la rage de Dieu et Sa colère sont pareillement pures ; de plus, personne n’a étudié des questions sur la raison pour laquelle Dieu ne tolère aucune offense ou Sa rage est si grande. Au contraire, certains confondent la colère de Dieu avec l’humeur de l’humanité corrompue ; ils comprennent que la colère de Dieu est la rage de l’humanité corrompue ; ils supposent même à tort que la rage de Dieu est exactement comme la révélation naturelle du tempérament corrompu de l’humanité. Ils croient à tort que les accès de la colère de Dieu sont juste comme la colère de l’humanité corrompue, qui découle du mécontentement ; ils croient même que les accès de la colère de Dieu sont une expression de Son humeur. Après cet échange, J’espère qu’aucun d’entre vous n’aura plus d’idées fausses, d’imaginations ou de suppositions quant au tempérament juste de Dieu et J’espère qu’après avoir entendu Mes paroles vous aurez une vraie reconnaissance de la colère du tempérament juste de Dieu dans votre cœur, que vous pourrez mettre de côté toute compréhension antérieure erronée de la colère de Dieu, que vous pourrez changer vos propres croyances et opinions erronées de l’essence de la colère de Dieu. En outre, j’espère que vous pourrez avoir une définition précise du tempérament de Dieu dans votre cœur, que vous n’aurez plus aucun doute quant au tempérament juste de Dieu, que vous n’imposerez aucun raisonnement humain ou aucune imagination humaine au véritable tempérament de Dieu. Le tempérament juste de Dieu est la vraie essence propre de Dieu. Ce n’est pas quelque chose de façonné ou d’écrit par l’homme. Son tempérament juste est Son tempérament juste et n’a aucun rapport ou connexion avec quoi que ce soit de la création. Dieu Lui-même est Dieu Lui-même. Il ne deviendra jamais une partie de la création et, même s’Il devient un membre parmi les êtres créés, Son tempérament inhérent et Son essence ne changeront pas. Par conséquent, connaître Dieu, ce n’est pas connaître un objet ; ce n’est pas disséquer quelque chose ni comprendre une personne. Si tu utilises tes concepts ou ta méthode de connaissance d’un objet ou de compréhension d’une personne pour connaître Dieu, alors tu ne pourras jamais atteindre la connaissance de Dieu. Connaître Dieu ne dépend pas de l’expérience ou de l’imagination et, par conséquent, tu ne dois jamais imposer ton expérience ou ton imagination sur Dieu. Peu importe la richesse de ton expérience et de ton imagination, elles sont encore limitées ; de plus, ton imagination ne correspond pas aux faits, et encore moins à la vérité, et elle est incompatible avec le vrai tempérament et la vraie essence de Dieu. Tu ne réussiras jamais si tu comptes sur ton imagination pour comprendre l’essence de Dieu. Le seul chemin est celui-ci : accepter tout ce qui vient de Dieu, puis l’expérimenter et le comprendre progressivement. Il y aura un jour où Dieu t’éclairera de sorte que tu Le comprendras et Le connaîtras vraiment à cause de ta coopération et à cause de ta faim et ta soif de vérité.

Extrait de « Dieu Lui-même, l’Unique II », dans La Parole apparaît dans la chair

Précédent : (I) Paroles sur l’autorité de Dieu

Suivant : (III) Paroles sur la sainteté de Dieu

Contenu connexe