7. Vous dites que le Seigneur Jésus est revenu dans la chair sous la forme d’une personne de la Chine. Nous ne pouvons pas l’accepter. D’après ce qui est écrit dans la Bible, le Seigneur Jésus est reparti sous la forme d’un Juif, donc nous croyons que le Seigneur, dans les derniers jours, devrait aussi revenir sous la forme d’un Juif. Comment pourrait-Il venir sous la forme d’une personne de la Chine ?

Paroles de Dieu concernées :

Dieu étant le plus grand à travers tout l’univers et dans l’univers céleste, pourrait-Il S’exprimer pleinement Lui-même dans l’image d’une chair ? Dieu Se revêt de cette chair pour réaliser une étape de Son œuvre. Il n’y a pas de signification particulière à cette image de la chair, elle n’a aucun rapport avec le passage des ères et n’a rien à voir non plus avec le tempérament de Dieu. Pourquoi Jésus n’a-t-Il pas permis que Son image reste ? Pourquoi n’a-t-Il pas laissé l’homme peindre Son image afin qu’elle puisse être transmise aux générations futures ? Pourquoi n’a-t-Il pas permis aux gens de reconnaître que Son image était l’image de Dieu ? Bien que l’image de l’homme ait été créée à l’image de Dieu, comment l’apparence de l’homme aurait-elle pu représenter l’image exaltée de Dieu ? Quand Dieu Se fait chair, Il descend simplement du ciel dans une chair particulière. C’est Son Esprit qui descend dans une chair par laquelle Il accomplit l’œuvre de l’Esprit. C’est l’Esprit qui s’exprime dans la chair et c’est l’Esprit qui accomplit Son œuvre dans la chair. L’œuvre accomplie dans la chair représente pleinement l’Esprit et la chair est en vue de l’œuvre, mais cela ne fait pas de l’image de la chair un substitut de la véritable image de Dieu Lui-même ; ce n’est pas le but ni la signification de Dieu fait chair. Il devient chair seulement pour que l’Esprit puisse trouver un endroit qui convienne à Son œuvre, pour qu’Il puisse au mieux réaliser Son œuvre dans la chair, pour que les gens puissent voir Ses actes, comprendre Son tempérament, entendre Ses paroles et découvrir la splendeur de Son œuvre. Son nom représente Son tempérament, Son œuvre représente Son identité, mais Il n’a jamais dit que Son apparition dans la chair représentait Son image ; c’est seulement une notion de l’homme. Et donc, le nom de Dieu, Son œuvre, Son tempérament et Son sexe sont les éléments clés de l’incarnation de Dieu. Il utilise ces éléments pour représenter Sa gestion dans cette ère. Son apparition dans la chair n’a aucune incidence sur Sa gestion et n’est qu’en vue de Son œuvre à ce moment-là. Cependant, il est impossible à Dieu incarné de ne pas avoir une apparence particulière, et donc Il choisit la famille appropriée pour déterminer Son apparence. Si l’apparence de Dieu a une signification représentative, alors tous ceux qui ont des traits faciaux semblables aux Siens représenteraient aussi Dieu. Cela ne serait-il pas une erreur flagrante ? Le portrait de Jésus a été peint par l’homme afin que l’homme puisse L’adorer. À l’époque, le Saint-Esprit n’a donné aucune instruction spéciale, et donc, ce portrait imaginé, l’homme l’a transmis jusqu’à aujourd’hui. En fait, selon l’intention originale de Dieu, l’homme n’aurait pas dû faire cela. C’est seulement à cause du zèle de l’homme que le portrait de Jésus a duré jusqu’à ce jour. Dieu est Esprit et l’homme ne sera jamais capable de représenter Son image exactement. Son image peut seulement être représentée par Son tempérament. Quant à l’apparence de Son nez, Sa bouche, Ses yeux et Ses cheveux, tu es incapable de la cerner. Quand Jean a reçu l’Apocalypse, il a vu l’image du Fils de l’homme : de Sa bouche sortait une épée à double tranchant, Ses yeux étaient comme des flammes de feu, Sa tête et Ses cheveux étaient blancs comme de la laine, Ses pieds étaient comme du bronze poli et une ceinture d’or entourait Sa poitrine. Bien que ses paroles aient été extrêmement vives, l’image de Dieu qu’il a décrite n’était pas l’image d’un être créé. Ce qu’il a vu était simplement une vision, et non l’image d’une personne du monde matériel. Jean a eu une vision, mais il n’a pas été témoin de la véritable apparition de Dieu. L’image de la chair incarnée de Dieu, étant l’image d’un être créé, est incapable de représenter le tempérament de Dieu dans sa totalité. Lorsque l’Éternel a créé l’humanité, Il a dit qu’Il la créait à Son image et qu’Il la créait homme et femme. À ce moment-là, Il a dit qu’Il faisait l’homme et la femme à l’image de Dieu. Même si l’image de l’homme ressemble à l’image de Dieu, cela ne signifie pas que l’apparence de l’homme est l’image de Dieu. Tu ne peux pas non plus utiliser le langage de l’homme pour illustrer parfaitement l’image de Dieu, car Dieu est tellement exalté, tellement grand, tellement merveilleux et insondable !

Extrait de « La vision de l’œuvre de Dieu (3) », dans La Parole apparaît dans la chair

Il est impératif que la chair incarnée de Dieu quitte la terre à la fin de l’œuvre qu’Il doit faire, car Il ne vient que pour faire l’œuvre qu’Il doit faire, et non pour montrer Son image aux gens. Bien que la signification de l’incarnation ait déjà été accomplie par Dieu devenant chair deux fois, Il ne Se manifestera pourtant pas aux nations qui ne L’ont jamais vu auparavant. Jésus ne Se présentera jamais plus aux Juifs en tant que le Soleil de justice ni ne gravira le Mont des Oliviers pour apparaître à tous les peuples ; tout ce que les Juifs ont vu est Son portrait pendant Son temps en Judée. C’est parce que l’œuvre de Jésus dans Son incarnation a pris fin il y a deux mille ans ; Il ne retournera pas en Judée dans l’image d’un Juif, encore moins Se montrera-t-Il dans l’image d’un Juif à aucune de toutes les nations païennes, car l’image de Jésus fait chair est simplement l’image d’un Juif, et non l’image du Fils de l’homme que Jean a vue. Bien que Jésus ait promis à Ses fidèles qu’Il reviendrait, Il ne Se montrera pas simplement dans l’image d’un Juif à tous ceux des nations païennes. Vous devriez savoir que l’œuvre de Dieu fait chair est d’inaugurer une ère. Cette œuvre est limitée à quelques années, et Il ne peut pas accomplir toute l’œuvre de l’Esprit de Dieu. De la même manière, l’image de Jésus comme Juif peut représenter seulement l’image de Dieu pendant qu’Il œuvrait en Judée et Il ne pouvait faire que l’œuvre de la crucifixion. Pendant que Jésus était dans la chair, Il ne pouvait pas faire l’œuvre de mener une ère à sa fin ou de détruire l’humanité. Par conséquent, après qu’Il a été crucifié et a conclu Son œuvre, Il est monté dans les hauteurs et S’est caché à l’homme pour toujours. Après cela, les croyants fidèles dans les nations païennes ne pouvaient voir que Son portrait affiché sur les murs, et non pas la manifestation du Seigneur Jésus. Ce portrait est seulement fait par l’homme, et non pas l’image que Dieu Lui-même a montrée à l’homme. Dieu ne Se montrera pas ouvertement Lui-même à la multitude dans l’image qu’Il avait quand Il a pris chair deux fois. L’œuvre qu’Il fait parmi les hommes est de leur permettre de comprendre Son tempérament. Tout cela est montré à l’homme par le moyen de l’œuvre des différentes ères ; c’est accompli par le tempérament qu’Il a fait connaître et par l’œuvre qu’Il a faite, plutôt que par la manifestation de Jésus. Autrement dit, l’image de Dieu n’est pas révélée à l’homme par l’image incarnée, mais plutôt par l’œuvre réalisée par le Dieu incarné qui est à la fois image et forme ; et par Son œuvre, Son image est manifestée et Son tempérament est révélé. Telle est la signification de l’œuvre qu’Il veut faire dans la chair.

Extrait de « Le mystère de l’incarnation (2) », dans La Parole apparaît dans la chair

Jésus et Moi venons d’un seul Esprit. Même si Nous ne sommes pas liés dans Notre chair, Notre Esprit est un ; même si le contenu de ce que Nous faisons et l’œuvre que Nous assumons ne sont pas identiques, Nous sommes semblables en essence ; Notre chair revêt des apparences différentes, mais cela est dû au changement d’ère et aux exigences différentes de Notre œuvre ; Notre ministère n’est pas similaire, donc l’œuvre que Nous façonnons et le tempérament que Nous révélons à l’homme sont également différents. C’est la raison pour laquelle ce que l’homme voit et comprend en ce jour est différent de ce qu’il en était dans le passé ; il en est ainsi en raison du changement d’ère. Malgré toutes les différences de genre et d’apparence de Leur chair, et bien qu’Ils ne proviennent pas de la même famille, encore moins de la même période, Leur Esprit est quand même un. Bien que Leur chair ne partage ni lien de sang ni lien de parenté de quelque genre que ce soit, on ne peut nier qu’Ils sont la chair incarnée de Dieu à deux époques différentes. Qu’Ils soient la chair incarnée de Dieu est une vérité irréfutable, même s’Ils ne sont pas de la même lignée et ne partagent pas un langage humain commun (l’un était un homme qui parlait la langue des Juifs et l’autre une femme qui parle exclusivement le chinois). C’est pour ces raisons qu’Ils ont vécu dans des pays différents pour réaliser l’œuvre qu’il incombe à chacun de réaliser, et aussi à des époques différentes. Bien qu’Ils soient le même Esprit, possèdent la même essence, il n’y a absolument pas de ressemblance parfaite dans l’enveloppe extérieure de Leur chair. Tout ce qu’Ils partagent est la même humanité, mais en ce qui concerne l’apparence de Leur chair et les circonstances de Leur naissance, Ils sont différents. Ces éléments n’ont pas d’impact sur Leur œuvre respective ou sur la connaissance de l’homme à Leur sujet, car en fin de compte, Ils sont le même Esprit et personne ne peut Les séparer. Même s’Ils ne sont pas liés par le sang, Leur être entier est pris en charge par Leur Esprit qui leur assigne une œuvre différente à des périodes différentes et assigne Leur chair à des lignées différentes. L’Esprit de l’Éternel n’est pas le père de l’Esprit de Jésus et l’Esprit de Jésus n’est pas le fils de l’Esprit de l’Éternel. Ils sont un seul et même Esprit. De la même façon, le Dieu incarné d’aujourd’hui et Jésus ne sont pas lés par le sang, mais Ils sont un ; c’est parce que Leur Esprit est un.

Extrait de « Les deux incarnations sont l’accomplissement de la signification de l’incarnation », dans La Parole apparaît dans la chair

Ce n’est pas difficile d’étudier une telle chose, mais cela exige que chacun d’entre nous connaisse cette vérité : Celui qui est l’incarnation de Dieu doit posséder l’essence de Dieu, et Celui qui est l’incarnation de Dieu doit posséder l’expression de Dieu. Puisque Dieu Se fait chair, Il doit apporter l’œuvre qu’Il projette de faire et, puisque Dieu Se fait chair, Il doit exprimer ce qu’Il est et doit être capable d’apporter la vérité à l’homme, de lui donner la vie et de lui montrer le chemin. La chair qui n’a pas l’essence de Dieu n’est résolument pas le Dieu incarné ; il n’y a pas de doute à ce sujet. Si l’homme projette de se renseigner pour déterminer s’il s’agit de la chair de Dieu incarné, alors il doit le confirmer par le tempérament qu’Il exprime, ainsi que par Ses paroles. Autrement dit, pour confirmer ou non qu’il s’agit de la chair de Dieu incarné et que c’est le vrai chemin, l’on doit réfléchir en se basant sur Son essence. Et ainsi, pour déterminer s’il s’agit ou non de la chair de Dieu incarné, le point essentiel est Son essence (Son œuvre, Ses déclarations, Son tempérament et bien d’autres aspects), plutôt que Son apparence. Si l’on ne scrute que Son apparence et qu’en conséquence, on oublie Son essence, alors cela montre que l’on est aveugle et ignorant. L’apparence ne peut pas déterminer l’essence ; de plus, l’œuvre de Dieu ne peut jamais se conformer aux notions de l’homme. L’apparence de Jésus n’était-elle pas en contradiction avec les notions de l’homme ? Son visage et Son accoutrement offraient-ils le moindre indice quant à Sa véritable identité ? Les pharisiens d’autrefois se sont-ils opposés à Jésus justement parce qu’ils se contentaient de regarder Son apparence et ne prenaient pas Ses paroles à cœur ? Mon souhait, c’est que chaque frère et chaque sœur qui cherchent l’apparition de Dieu ne répètent pas la tragédie de l’histoire. Gardez-vous de devenir les pharisiens des temps modernes et de clouer Dieu sur la croix une fois encore. Vous devriez réfléchir minutieusement à comment accueillir le retour de Dieu et avoir une idée précise de ce que signifie être quelqu’un qui se soumet à la vérité. C’est la responsabilité de tous ceux qui attendent que Jésus revienne sur les nuées.

Extrait de la préface de La Parole apparaît dans la chair

Précédent: 6. Au cours de l’ère de la Grâce, Dieu S’est fait chair et a servi de sacrifice expiatoire à l’humanité, la rachetant ainsi du péché. Dieu S’est fait chair une fois encore dans les derniers jours. Il exprime la vérité et accomplit l’œuvre du jugement, purifiant entièrement l’humanité et la sauvant entièrement de l’influence de Satan. Pourquoi doit-Il se faire chair à deux reprises pour accomplir l’œuvre du salut de l’humanité ? Quelle est la véritable signification de ces deux incarnations ?

Suivant: 8. Vous témoignez que Dieu des derniers jours S’est incarné en tant que une femme. Nous ne pouvons pas l’accepter. Il est écrit dans la Bible que Jésus appelait le Dieu dans les cieux le Père et que le Dieu dans les cieux appelait Jésus le Fils bien-aimé. Le père et le fils ne sont-ils pas de sexe masculin ? La Bible dit aussi : « que l’homme est le chef de la femme » (1 Corinthiens 11:3). Les femmes n’ont donc pas d’autorité, alors pourquoi dites-vous que Dieu des derniers jours S’est incarné en tant que une femme ?

Nous sommes déjà dans les derniers jours. Savez-vous comment faire pour accueillir le Seigneur et être enlevés jusqu’au royaume des cieux? Contactez-nous dès maintenant pour en discuter.

Contenu connexe

1. Les différences entre l’œuvre de rédemption du Seigneur Jésus et l’œuvre de jugement de Dieu Tout-Puissant dans les derniers jours

« Repentez-vous, car le royaume des cieux est proche » (Matthieu 4:17). « Alors il leur ouvrit l’esprit, afin qu’ils comprissent les Écritures. Et il leur dit : Ainsi il est écrit que le Christ souffrirait, et qu’il ressusciterait des morts le troisième jour, et que la repentance et le pardon des péchés seraient prêchés en son nom à toutes les nations, à commencer par Jérusalem » (Luc 24:45-47).

3. Pourquoi chaque nouvelle étape de l’œuvre de Dieu rencontre le défi et la condamnation téméraires du monde religieux et ce qu’en est la cause principale

« Jésus se mit ensuite à leur parler en paraboles. Un homme planta une vigne. Il l’entoura d’une haie, creusa un pressoir, et bâtit une tour ; puis il l’afferma à des vignerons, et quitta le pays. Au temps de la récolte, il envoya un serviteur vers les vignerons, pour recevoir d’eux une part du produit de la vigne. S’étant saisis de lui, ils le battirent, et le renvoyèrent à vide. Il envoya de nouveau vers eux un autre serviteur ; ils le frappèrent à la tête, et l’outragèrent. Il en envoya un troisième, qu’ils tuèrent ; puis plusieurs autres, qu’ils battirent ou tuèrent. Il avait encore un fils bien-aimé ; il l’envoya vers eux le dernier, en disant : Ils auront du respect pour mon fils. Mais ces vignerons dirent entre eux : Voici l’héritier ; venez, tuons-le, et l’héritage sera à nous. Et ils se saisirent de lui, le tuèrent, et le jetèrent hors de la vigne. Maintenant, que fera le maître de la vigne ? Il viendra, fera périr les vignerons, et il donnera la vigne à d’autres » (Marc 12:1-9).

Paramètres

  • Texte
  • Thèmes

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Interligne

Largeur de page

Contenu

Chercher

  • Rechercher ce texte
  • Rechercher ce livre