48. Je suis rentré à la maison

Par Chu Keen Pong, Malaisie

J’ai cru au Seigneur depuis plus de dix ans et j’ai servi à l’église pendant deux ans, puis j’ai abandonné mon Église pour aller travailler à l’étranger. Je me suis rendu en différents endroits, entre autres à Singapour, et j’ai gagné une honnête somme d’argent, mais en menant cette existence dans la société d’aujourd’hui où la force fait le droit, où chacun intrigue contre l’autre et où il y a de la traîtrise partout. Confronté à toutes sortes de rapports interpersonnels complexes, j’étais sans arrêt sur mes gardes. Les autres aussi se tenaient sur leurs gardes vis-à-vis de moi, si bien qu’au fond de moi j’avais le profond sentiment de ne pas pouvoir trouver un terrain stable sur lequel me tenir. Ce genre de vie m’a épuisé, physiquement et spirituellement. La seule chose qui m’apportait un peu de consolation était mon journal intime que je gardais sur moi, et dans lequel j’avais recopié des passages de l’Écriture. Parfois, je les lisais, et ils comblaient un vide dans mon âme. Je n’étais pas allé à une réunion ecclésiale depuis un certain nombre d’années, mais au cours de l’année écoulée je n’avais eu qu’une chose en tête : trouver une Église dans laquelle je pourrais servir le Seigneur avec ferveur. Par la suite, j’ai profité de mon temps libre pour aller dans un certain nombre d’Églises en Malaisie, des grandes comme des petites, mais à chaque fois, je m’y rendais joyeusement et j’en ressortais découragé. J’avais toujours le sentiment qu’il manquait quelque chose, mais sans jamais pouvoir dire exactement de quoi il s’agissait. Confronté à ce conflit, je suis passé à l’autre extrême, je me suis mis à jouer à des jeux vidéo et à regarder des films sur Internet, en continuant parfois à jouer jusqu’aux aurores ou en enchaînant les films l’un après l’autre. Mon horaire de sommeil était complètement désordonné. Quand j’ai commencé, je faisais un peu attention, je me disais que cela ne plairait pas au Seigneur, mais peu à peu, je suis devenu indifférent. C’est durant cette période que j’ai perdu mon téléphone portable. À ce moment-là, je me suis vraiment senti désemparé : j’avais perdu mon téléphone portable, et avec lui beaucoup de données, et je n’avais plus aucun moyen de me connecter sur Facebook. En apparence, c’était un malheur, mais je n’aurais jamais pensé que ce serait un tournant dans ma vie. Comme le dit un vieil adage, « une bénédiction déguisée ».

Au début de l’année 2017, je me suis acheté un nouveau téléphone portable. Un jour, vers la fin du mois de février, je me suis connecté sur Facebook, puis j’ai cliqué par inadvertance sur le journal d’un profil anglophone et j’ai vu qu’il y avait dans les publications des extraits des Écritures. J’ai aussi remarqué des citations qui n’étaient pas de la Bible, mais que j’ai trouvées vraiment inspirantes et qui m’ont vraiment parlé sur le plan émotionnel. Au cours des jours qui ont suivi, j’ai continué à m’intéresser à ce compte Facebook, et j’ai même consacré du temps à chercher certaines paroles. Finalement, j’ai fini de lire la publication qui m’intéressait. Ce n’est qu’alors que j’ai découvert que le contenu de cette publication était essentiellement une interprétation du passage de l’Écriture dans lequel le Seigneur Jésus dit : « Ceux qui me disent : Seigneur, Seigneur ! n’entreront pas tous dans le royaume des cieux » (Matthieu 7:21). J’ai trouvé que c’était une interprétation très particulière, très inspirée et lumineuse. J’avais envie de voir d’autres publications sur ce compte, mais je ne pouvais pas le faire car je n’avais pas ajouté cette personne à ma liste d’amis. Cependant, ce que j’ai pu voir sur cette page, c’est que cette utilisatrice de Facebook était en Corée du Sud et qu’il s’agissait d’une sœur nommée Susan. Je lui ai envoyé une demande d’amitié, mais elle n’était sans doute pas en ligne et elle n’a donc pas accepté tout de suite ma demande. Deux jours plus tard, j’ai ajouté une autre personne parlant chinois sur Facebook, Qi Fei, également une chrétienne sud-coréenne. Elle m’a parlé de ses expériences dans sa foi, et ce qu’elle m’a dit m’a vraiment plu. À ma grande surprise, Sœur Qi Fei était aussi amie avec Sœur Susan, si bien que cette fois-ci, nous avons échangé des demandes d’amitié. En lisant leurs publications sur Facebook et grâce à des discussions occasionnelles sur Internet, j’ai constaté qu’elles en savaient beaucoup sur la foi en Dieu.

Nous avons passé un certain temps à discuter de la Bible et de certaines choses de nos vies respectives, et j’ai vraiment trouvé que leur façon de m’aider à surmonter certaines de mes contrariétés était réellement unique et qu’il y avait beaucoup de logique et de perspicacité dans ce qu’elles disaient. J’ai pu constater par moi-même qu’elles étaient différentes des autres. Quand j’étais en contact avec elles, je me sentais plus stable et plus en paix au fond de moi, et même si je ne les connaissais pas très bien, avant même de m’en rendre compte, je m’étais mis à les considérer comme des amies proches en raison de leur simplicité et de leur sincérité. J’avais envie de leur ouvrir mon cœur. Peu à peu, j’ai commencé à changer certains aspects de ma façon de vivre.

Environ une semaine plus tard, le soir du 11 mars, je suis allé sur Facebook et j’ai vu que Susan était en ligne. J’ai d’abord discuté avec elle de choses du travail, puis je lui ai fait part de ce que désirait mon cœur, trouver une Église dans laquelle servir, et je lui ai dit que je souhaitais connaître ses suggestions. Sœur Susan m’a répondu que tout était arrangé et dirigé par Dieu, et que je devais prier Dieu davantage et me lancer dans des recherches sur cette question. Elle m’a dit que Dieu prévoyait un temps pour tout et que nous devions tous apprendre à attendre et à nous soumettre. Ensuite, elle m’a décrit la situation actuelle dans un bon nombre d’Églises : les prédicateurs n’ont plus rien à prêcher, dans certaines Églises plus personne n’assiste aux réunions et dans d’autres, même s’il y a des fidèles, ils ne parlent que de gagner de l’argent, ils tissent des relations d’affaires et s’adonnent à d’autres choses qui n’ont rien à voir avec la foi. Elle m’a dit que tout cela montre que ces Églises n’ont plus l’œuvre du Saint-Esprit et sont en décrépitude. Je me reconnaissais vraiment dans ce qu’elle avait dit. Quand je servais dans l’Église, les collaborateurs se bousculaient pour se faire un nom et gagner de l’argent pour eux-mêmes, intriguaient les uns contre les autres, se calomniaient mutuellement et s’efforçaient de régner sur leurs petits territoires. Il y avait même des conduites licencieuses. Voir ces choses se produire l’une après l’autre m’avait à la fois déprimé et indigné. À l’époque, je demandais au pasteur et à certains de mes collègues comment je devais considérer tout cela, mais ils étaient incapables de me proposer une explication claire. À ma grande surprise, c’est Sœur Susan qui a mis fin à cette confusion qui m’avait contrarié pendant si longtemps. J’ai senti dans mon cœur une joie inexprimable.

Nous avons aussi étudié la question des diverses catastrophes et guerres qui se produisaient alors, et à en juger par les signes de catastrophes tout autour de nous et de guerres imminentes, les prophéties bibliques de la seconde venue du Seigneur étaient fondamentalement toutes accomplies, et le Seigneur n’allait pas tarder à revenir. Cela m’a fait penser à un croyant que j’avais rencontré en ligne vers midi, qui disait que le Seigneur était revenu en 1991, mais j’avais vraiment des doutes à ce propos. Il fallait simplement que je pose la question à Susan. Quand elle m’a demandé ce que j’en pensais, je lui ai répondu : « C’est impossible. Quand le Seigneur reviendra, Il descendra forcément sur une nuée et tout le monde Le verra. Or, nous ne L’avons pas vu descendre sur une nuée, donc comment pourrait-on dire que le Seigneur est déjà revenu ? »

Susan m’a répondu : « Mon frère, tu ne connais pas bien la Bible. Si tu examines de près les paroles de la Bible, je suis sûre que tu trouveras la réponse à ta question. En fait, il y a beaucoup de prophéties différentes concernant la seconde venue du Seigneur. Nous pouvons tous constater que les prophéties bibliques se divisent essentiellement en deux catégories. L’une est comme tu viens de le dire, ce sont des prophéties qui annoncent que le Seigneur descendra sur une nuée au vu de tous, et que tout le monde Le verra. L’autre sorte de prophétie annonce que le Seigneur viendra en secret et que seul un certain groupe de personnes le sauront. Comme l’a dit le Seigneur Jésus : “Voici, je viens comme un voleur” (Apocalypse 16:15). “Au milieu de la nuit, on cria : Voici l’époux, allez à sa rencontre !” (Matthieu 25:6). “Comme un voleur” et “Au milieu de la nuit, on cria” signifient que ce sera en silence et sans que rien ne bouge, sans que personne ne le sache. Les cieux ne résonneront pas et la terre ne tremblera pas : ce ne sera pas quelque chose que tout le monde peut voir. Seul un petit groupe de personnes sont capables d’entendre la voix du Seigneur et de L’accueillir. Ce sont les prophéties du Seigneur venant en secret. Si nous nous en tenons seulement aux prophéties selon lesquelles le Seigneur descendra sur une nuée, tout en négligeant les prophéties du Seigneur venant en secret, est-ce correct ? Dans ce cas, est-ce que nous n’allons pas rater la possibilité d’entendre la voix du Seigneur, de L’accueillir et d’être emmenés dans le royaume des cieux ? »

Cette question de Susan m’a désarçonné. J’ai lu ces deux passages encore et encore, et je me suis dit : « Se pourrait-il qu’il y ait des contradictions dans la Bible ? Non, non, non ! Comment serait-ce possible ? Or, en réalité, il y a deux catégories différentes de prophéties bibliques concernant la manière dont le Seigneur va revenir ! Comment expliquer cela ? » Confus, je lui ai demandé de continuer son échange. Elle m’a dit : « Les prophéties de la Bible nous montrent que la seconde venue du Seigneur se produira de deux manières différentes. L’une est l’arrivée cachée, et l’autre est la manifestation au vu de tous. Dans les derniers jours, Dieu se fera chair dans le monde en tant que Fils de l’homme, et extérieurement Christ Se manifestera comme une personne ordinaire, tout comme le Seigneur Jésus incarné. Il possédera une humanité et il mangera, s’habillera, vivra et agira tout comme une personne ordinaire. Il vivra parmi les hommes, ce qui est donc considéré comme caché de notre point de vue, parce que personne ne verra qu’Il est Dieu et personne ne connaîtra Sa véritable identité. Quand le Fils de l’homme commencera à œuvrer et à parler, ceux qui sont capables d’entendre la voix de Dieu percevront l’expression du tempérament de Dieu à travers les paroles et l’œuvre du Fils de l’homme. Ils verront l’autorité et le pouvoir de Dieu, et reconnaîtront que le Seigneur est venu. Ce sera l’accomplissement de cette prophétie du Seigneur Jésus : “Mes brebis entendent ma voix ; je les connais, et elles me suivent” (Jean 10:27). Ceux qui sont incapables de discerner la voix de Dieu traiteront à coup sûr le Dieu incarné comme une personne ordinaire, d’après Son apparence extérieure. Ils nieront et rejetteront Christ des derniers jours, et même, ils Lui résisteront, Le condamneront et blasphémeront contre Lui. C’est la même chose que lorsque le Seigneur Jésus est venu accomplir Son œuvre : extérieurement, Il semblait être un Fils de l’homme ordinaire, banal, si bien que la majorité des gens L’ont rejeté, Lui ont résisté et L’ont condamné. Seul un petit groupe de personnes ont reconnu, d’après Ses paroles et Son œuvre, que le Seigneur Jésus était Christ incarné, qu’Il était la manifestation de Dieu, et L’ont donc suivi et ont obtenu Sa rédemption. » J’ai trouvé que cet échange de la sœur avait beaucoup de sens, car ce n’étaient que des faits – c’est réellement ce qui s’est produit quand le Seigneur Jésus est venu accomplir Son œuvre. Cependant, j’y ai à nouveau réfléchi : il est écrit dans l’Apocalypse que lorsque le Seigneur reviendra, Il descendra sur une nuée au vu de tous, et c’est aussi ce que disent tous les pasteurs et les anciens. Avec cette pensée en tête et dans la certitude, j’ai immédiatement demandé à Susan : « Le Seigneur Jésus a dit Lui-même que Sa seconde venue serait sur une nuée. Comment pourrait-il s’agir d’une incarnation ? Comment peux-tu rejeter ces paroles de la Bible ? » Elle m’a répondu : « Il te suffit d’examiner la Bible très soigneusement, et tu découvriras qu’un certain nombre de passages annoncent clairement que le Seigneur reviendra incarné. » À la lumière de ce que Sœur Susan m’a dit, j’ai trouvé quelques passages de l’Écriture, que j’ai commencé à lire : « Vous aussi, tenez-vous prêts, car le Fils de l’homme viendra à l’heure où vous n’y penserez pas » (Luc 12:40). « Car, comme l’éclair resplendit et brille d’une extrémité du ciel à l’autre, ainsi sera le Fils de l’homme en son jour. Mais il faut auparavant qu’il souffre beaucoup, et qu’il soit rejeté par cette génération » (Luc 17:24-25).

Quand j’ai fini de lire ces passages de l’Écriture, Sœur Susan m’a dit : « Ces prophéties disent “le Fils de l’homme vient” et “ainsi sera le Fils de l’homme”. Le “Fils de l’homme” est né d’un être humain et possède une humanité normale. S’Il Se manifestait dans un corps spirituel, alors on ne pourrait pas L’appeler le Fils de l’homme, tout comme l’Éternel est l’Esprit et ne peut pas être appelé le Fils de l’homme. Les gens ont vu aussi des anges, qui sont des êtres spirituels et ne peuvent donc pas non plus être appelés le Fils de l’homme. Ceux qui ont une forme humaine mais qui sont des êtres spirituels ne peuvent pas être appelés le Fils de l’homme. Le Seigneur Jésus incarné est appelé le Fils de l’homme et Christ car Il était l’incarnation charnelle de l’Esprit de Dieu et la réalisation de l’Esprit dans la chair. Il est devenu un homme ordinaire, banal, et a vécu parmi les hommes. Le Seigneur Jésus était le Fils de l’homme, l’incarnation de Dieu, et donc, lorsqu’Il a dit qu’Il reviendrait en tant que Fils de l’homme, Il voulait dire qu’Il reviendrait dans un corps physique en tant que Fils de l’homme, et non pas sous une forme spirituelle. Par conséquent, quand le Seigneur Jésus a dit qu’Il reviendrait, Il voulait dire qu’Il reviendra sous forme d’une incarnation. En outre, l’Écriture dit : “Mais il faut auparavant qu’il souffre beaucoup, et qu’il soit rejeté par cette génération.” Ce qui prouve encore que lorsque le Seigneur reviendra, ce sera par une incarnation. Réfléchis : si le Seigneur, à Son retour, Se manifestait à nous dans un corps spirituel plutôt que charnel, Il ne souffrirait pas autant, et Il serait encore moins rejeté par cette génération. Qui oserait rejeter l’Esprit de Dieu ? Qui serait capable de faire souffrir l’Esprit de Dieu ? Par conséquent, concernant la question de savoir si le Seigneur reviendra incarné ou s’Il viendra dans un corps spirituel, est-ce que cela ne va pas sans dire ? »

J’ai été étonné de lire les mots « Fils de l’homme ». J’avais réfléchi dans le passé à la question du « Fils de l’homme », mais cela n’avait jamais été clair pour moi. L’explication de Sœur Susan a totalement levé tous mes doutes, et j’ai été submergé par l’émotion en l’entendant. Comme il se faisait tard, nous nous sommes dit au revoir et nous nous sommes déconnectés. Cette nuit-là, j’étais si agité que je n’ai réussi à m’endormir que très tard. J’ai pensé que je croyais au Seigneur depuis très longtemps mais sans avoir jamais entendu un échange aussi magnifique. J’étais stupéfait, et il y avait dans mon cœur une sorte de clarté bienheureuse que je n’aurais pas pu décrire.

Le lendemain, 12 mars, j’ai éprouvé un vague sentiment d’espoir et d’excitation ineffable. C’était dû au fait que Susan et moi avions discuté principalement du Fils de l’homme et de l’incarnation la veille. Même si je pouvais établir un lien entre le Fils de l’homme et l’incarnation, et que je savais en théorie que le Seigneur Jésus n’est autre que Christ incarné, je voulais tout de même connaître les réponses à des questions comme ce qu’est vraiment l’incarnation, ce qu’est Christ, sur quelles bases peut-on affirmer avec certitude que Dieu S’est incarné, etc. Cependant, comme Susan et moi-même avions du travail dans la journée et n’étions libres que le soir, j’espérais que le temps passerait un peu plus vite.

Enfin, le soir est arrivé et nous nous sommes retrouvés tous les deux en ligne. Après m’être connecté, la première question que j’ai posée à Sœur Susan a concerné l’incarnation. Elle m’a envoyé des passages des paroles de Dieu Tout-Puissant et m’a demandé de les lire. J’ai donc commencé à lire : « Le sens de l’incarnation est que Dieu apparaît dans la chair et qu’Il vient œuvrer parmi les hommes de Sa création revêtu de chair. Ainsi, pour que Dieu soit incarné, Il doit d’abord être fait de chair, une chair avec une humanité normale ; c’est le prérequis le plus fondamental. En fait, l’implication de l’incarnation de Dieu est que Dieu vit et œuvre dans la chair, Dieu, dans Son essence même, devient chair, devient un homme » (« L’essence de la chair habitée par Dieu », dans La Parole apparaît dans la chair). « Le Dieu incarné s’appelle le Christ, et le Christ est la chair que revêt l’Esprit de Dieu. Cette chair ne ressemble à aucun homme qui est de chair. Cette différence tient au fait que le Christ n’est pas de chair et de sang, mais est l’incarnation de l’Esprit. Il possède à la fois une humanité normale et une divinité complète. Sa divinité n’est possédée par aucun homme. Son humanité normale sustente toutes Ses activités normales dans la chair, tandis que Sa divinité réalise l’œuvre de Dieu Lui-même » (« L’essence du Christ est l’obéissance à la volonté du Père céleste », dans La Parole apparaît dans la chair). « Celui qui est l’incarnation de Dieu doit avoir l’essence de Dieu, et Celui qui est l’incarnation de Dieu doit avoir l’expression de Dieu. Puisque Dieu se fait chair, Il doit apporter l’œuvre qu’Il doit faire et, puisque Dieu se fait chair, Il doit exprimer ce qu’Il est et doit être capable d’apporter la vérité à l’homme, de donner la vie à l’homme et de montrer le chemin à l’homme. La chair qui ne contient pas l’essence de Dieu n’est sûrement pas le Dieu incarné ; il n’y a pas de doute à ce sujet. Pour savoir si c’est la chair du Dieu incarné, l’homme doit le déterminer à partir du tempérament qu’Il exprime ainsi que par Ses paroles. Autrement dit, l’on devrait s’appuyer sur Son essence pour savoir si oui ou non c’est la chair de Dieu incarné et si oui ou non c’est le vrai chemin. Et ainsi, en déterminant[a] si oui ou non c’est la chair de Dieu incarné, l’important est de prêter attention à Son essence (Son œuvre, Ses paroles, Son tempérament et beaucoup plus), plutôt que sur l’apparence extérieure » (La préface de La Parole apparaît dans la chair). Quand j’ai eu fini de lire, j’ai trouvé que ces paroles expliquaient très clairement le mystère de l’incarnation, surtout concernant la définition de Christ : « Le Dieu incarné s’appelle le Christ. » C’était très clair, simple et éloquent ! Je croyais au Seigneur depuis plus d’une décennie et je savais que Jésus était Christ, mais je n’avais jamais compris certains mystères de la vérité comme la raison pour laquelle on dit que le Seigneur Jésus est Christ. Ce jour-là, grâce à ces passages des paroles de Dieu que Susan m’avait envoyés, j’ai appris que le Dieu incarné est en réalité ce que nous appelons Christ, et que Christ est Celui en qui Dieu S’incarne. J’ai réfléchi très attentivement à ces paroles, et plus j’y réfléchissais, plus mon cœur s’illuminait.

Sœur Susan m’a alors dit que c’étaient les paroles de Dieu Tout-Puissant. Elle m’a dit aussi que la parole de Dieu est la vérité et que seul Dieu Lui-même est capable de l’exprimer. Quand elle a prononcé les mots « Dieu Tout-Puissant », je suis resté un moment sans voix, bien que ce ne soit pas une surprise totale puisque j’avais déjà deviné qu’elle devait appartenir à l’Église de Dieu Tout-Puissant. J’avais aussi lu certaines rumeurs en ligne à propos de cette Église. C’était simplement que je me considérais comme chrétien et que je devais avoir un cœur de révérence pour Dieu, par conséquent je ne voulais pas sauter aux conclusions à la légère avant d’avoir compris la vérité de la chose. Je devais éviter de pécher par mes paroles et d’offenser Dieu. Par ailleurs, depuis quelques jours, je réfléchissais : Sœur Susan et moi, nous avions discuté à plusieurs reprises, et même si je ne pouvais pas voir à qui je parlais, la vérité qu’elle échangeait avec moi pouvait tout de même mettre fin à ma confusion. Grâce à nos discussions et à la lecture de ses publications sur sa page Facebook, j’avais le sentiment qu’elle et Qi Fei étaient des personnes sincères, chaleureuses et recommandables. Le contenu de leur échange était vraiment édifiant et profitable pour moi. Il est écrit dans la Bible qu’on connaît l’arbre par le fruit : les bons arbres produisent de bons fruits, tandis que les mauvais arbres produisent de mauvais fruits. Par conséquent, grâce à mes contacts avec Sœur Susan et Sœur Qi Fei, j’ai peu à peu mis fin à mes doutes et à mes appréhensions, et j’ai demandé à Susan de continuer son échange.

Sœur Susan a poursuivi : « Sachant qu’Il est Dieu incarné, Il a les expressions de Dieu : à savoir qu’Il prononce des paroles. Dieu incarné des derniers jours est venu principalement pour exprimer la vérité afin de juger, purifier et sauver les gens. Tous ceux qui entendent la voix du Seigneur revenu et qui peuvent la chercher et l’accepter sont les vierges sages qui participent au banquet avec le Seigneur, et c’est là l’accomplissement de la prophétie exprimée par le Seigneur Jésus : “Au milieu de la nuit, on cria : Voici l’époux, allez à sa rencontre !” (Matthieu 25:6). Les vierges sages entendent la voix de Dieu et vont à Sa rencontre. Sans le vouloir, elles sont élevées devant le trône de Dieu pour se retrouver face à face avec le Seigneur ; elles acceptent le jugement et la purification dans les derniers jours. Grâce au jugement des paroles de Dieu, leurs tempéraments corrompus sont transformés et purifiés, et Dieu fait d’elles des vainqueurs avant les catastrophes. Il s’agit de la phase actuelle durant laquelle Dieu Tout-Puissant œuvre en secret pour sauver et perfectionner l’homme. Une fois qu’un groupe de vainqueurs aura été constitué, l’œuvre cachée de Dieu dans Sa chair incarnée arrivera à sa fin, et les catastrophes pleuvront sur le monde. Dieu commencera à récompenser les bons et à punir les méchants, puis Il Se fera connaître par tous les pays et tous les peuples du monde. À ce moment-là, la prophétie du Seigneur descendant sur une nuée dans l’Apocalypse 1:7 sera accomplie : “Voici, il vient avec les nuées. Et tout œil le verra, même ceux qui l’ont percé ; et toutes les tribus de la terre se lamenteront à cause de lui.” On pourrait raisonnablement affirmer que lorsque les gens verront le Seigneur descendre sur une nuée et Se manifester à tout le monde, ils seront tous fous de joie. Cependant, l’Écriture dit que toutes les tribus de la terre se lamenteront. Pourquoi cela ? C’est parce que lorsque Dieu Se manifestera publiquement, Son œuvre cachée de salut dans Sa chair incarnée aura déjà pris fin et Il commencera l’œuvre de récompense des bons et de punition des méchants. À ce moment-là, tous ceux qui auront rejeté l’œuvre cachée de Dieu perdront totalement leur chance d’obtenir le salut, et ceux qui Le percent – ceux qui résistent à Dieu Tout-Puissant, Christ des derniers jours et Le condamnent – verront que Dieu Tout-Puissant, à qui ils ont résisté et qu’ils ont condamné, n’est autre que le Seigneur Jésus revenu. Réfléchis une minute, comment ne pourraient-ils pas se frapper la poitrine, pleurer et grincer des dents ? C’est ce qui explique les paroles “toutes les tribus de la terre se lamenteront à cause de lui.” »

Quand j’ai entendu cet échange de Sœur Susan, ce sentiment de satisfaction et d’enthousiasme que j’avais éprouvé est revenu. Je n’avais jamais vraiment compris ces passages quand j’étais membre de mon ancienne Église, mais j’en avais seulement compris la signification littérale et je croyais que le retour du Seigneur se ferait sur une nuée et serait connu de tous. C’est alors seulement que j’ai enfin compris que Dieu vient d’abord en secret pour accomplir une étape de l’œuvre du jugement et du salut des hommes. Une fois qu’un groupe de vainqueurs est constitué, alors seulement, Il Se manifeste ouvertement à toutes les nations et à tous les peuples du monde. Si nous nous en tenons aveuglément à l’idée que le Seigneur descendra sur une nuée à Son retour, si nous refusons d’accepter Son œuvre cachée dans Sa chair incarnée et que nous attendons qu’Il descende au vu de tous sur une nuée, ce sera le moment où nous irons droit en enfer, car l’œuvre de Dieu de salut de l’humanité aura déjà pris fin. Grâces soient rendues au Seigneur pour Son orientation. J’avais compris beaucoup de choses durant le bref moment où Sœur Susan échangeait avec moi.

Sœur Susan m’a ensuite demandé si je voulais accepter Dieu Tout-Puissant comme mon Sauveur. La première fois qu’elle me l’a demandé, je n’ai pas répondu, et quand elle me l’a redemandé, un sentiment d’enthousiasme indescriptible a jailli en moi et j’ai fondu en larmes. Avec ferveur, je lui ai répondu : « Je… le… veux ! » Ayant prononcé ces mots, j’ai eu l’impression d’être un fils prodigue qui aurait erré longtemps dans la nature et qui serait enfin revenu dans un foyer accueillant. Dans mon cœur, je me suis senti rempli de joie et bien-être.

Après avoir accepté l’œuvre des derniers jours de Dieu Tout-Puissant, j’ai republié certaines publications de Sœur Susan. Peu de temps après, cinq ou six amis de Facebook m’ont envoyé des messages me disant de me « réveiller », avec des liens vers des sites qui étaient remplis d’attaques, d’accusations et de diffamation à l’égard de l’Église de Dieu Tout-Puissant. Je savais que c’était la perturbation de Satan, et je ne m’y suis pas laissé prendre. Le lendemain, un pasteur m’a trouvé sur Internet, et après quelques échanges anodins, il m’a demandé : « Croyez-vous réellement en Dieu Tout-Puissant ? Comment se fait-il que vous vouliez croire en Dieu Tout-Puissant ? » Cela m’a vraiment troublé, et je lui ai donc demandé en retour : « Les brebis de Dieu écoutent Sa voix. D’après les paroles de Dieu Tout-Puissant, j’ai constaté que tout ce qu’Il exprime est la vérité, que c’est la voix de Dieu, alors pourquoi ne devrais-je pas croire en Dieu Tout-Puissant ? Pourquoi ? » Il n’avait sans doute pas prévu que je lui poserais une telle question, et pendant un moment il ne m’a pas répondu. Je lui ai donc posé la question à nouveau : « Pasteur, avez-vous examiné l’œuvre de Dieu Tout-Puissant dans les derniers jours ? Avez-vous lu les paroles de Dieu Tout-Puissant ? En tant que pasteur, comment pouvez-vous refuser de chercher et d’examiner, et prononcer seulement des jugements et des accusations à l’emporte-pièce ? » À ma grande surprise, il a bafouillé sans me donner de réponse véritable, puis il s’est soudain déconnecté. Constatant combien il en était perturbé, j’ai ressenti un sentiment de bonheur indescriptible et j’en ai tiré la même satisfaction que si j’avais triomphé d’une des épreuves de Satan. En réalité, je n’avais fait que reprendre certaines des questions que Sœur Susan et Sœur Qi Fei avaient souvent abordées dans nos discussions : j’avais simplement dit quelque chose d’après ce que j’avais compris des paroles de Dieu Tout-Puissant. Je n’aurais jamais pensé que je collerais un pasteur aussi formidable avec mes questions. Cette toute petite expérience m’a beaucoup donné confiance en moi. Grâces soient rendues à Dieu !

En un rien de temps, plus de cinq mois s’étaient écoulés. En assistant à des réunions et en lisant les paroles de Dieu, j’avais pu comprendre ce qu’est l’incarnation, quelle sorte de personnes peuvent entrer au royaume des cieux, et d’autres aspects de la vérité. Au cours de cette période, j’ai été confronté à des perturbations causées par toutes sortes de rumeurs propagées par les pasteurs et les anciens. J’étais parfois négatif et abattu car je ne pouvais pas percer à jour la supercherie de Satan, mais Dieu ne S’est jamais détourné de moi. Grâce aux paroles de Dieu que les sœurs me lisaient et à leur échange patient sur la vérité, j’ai été capable d’accéder à un certain discernement concernant la nature satanique des pasteurs et des anciens, leur essence d’hostilité à la vérité et leur résistance à Dieu. J’ai aussi pu discerner leur conduite ignoble, consistant à tout faire pour empêcher les croyants de chercher et d’examiner le vrai chemin. Jamais plus je ne me laisserai égarer ni contrôler par eux. Pouvoir surmonter la sombre influence de Satan et être élevé devant le trône de Dieu, ce sont la miséricorde et la bénédiction que Dieu m’a accordées. Grâces soient rendues à Dieu Tout-Puissant ! Le fait que j’aie pu me tourner vers Dieu, c’est ce que Dieu a prédestiné et arrangé depuis longtemps. Je me fierai à Dieu et j’irai de l’avant sans aucune appréhension ! Quand je suis venu dans la maison de Dieu, le premier hymne que j’ai appris a été « Marcher sur le droit chemin de la vie humaine » : « Les paroles de Dieu sont la vérité. Plus je les lis, plus mon cœur se réjouit. Les paroles de Dieu révèlent le mystère de la vie. Soudain, elles me font voir la lumière. Je vois que tout ce que j’ai vient de Dieu. Tout relève de la grâce de Dieu. Le jugement et l’exposition des paroles de Dieu me permettent de voir la corruption profonde de l’humanité » (Suivre l’Agneau et chanter des cantiques nouveaux). Et aujourd’hui, je prêche l’Évangile et je porte témoignage pour Dieu avec mes frères et sœurs dans l’Église. Je veux me lancer dans mon devoir et rendre à Dieu Son amour !

Note de bas de page :

a. Dans le texte original : « quant à ».

Précédent: 47. Perdu et retrouvé

Suivant: 49. Revenu du gouffre

Nous sommes déjà dans les derniers jours. Savez-vous comment faire pour accueillir le Seigneur et être enlevés jusqu’au royaume des cieux? Contactez-nous dès maintenant pour en discuter.
Contactez-nous
Contactez-nous par Whatsapp

Contenu connexe

36. Un éveil spirituel chrétien

Par Lingwu, JaponJe suis un enfant des années quatre-vingt, né dans une famille paysanne ordinaire. Mon frère aîné, depuis son plus jeune...

Paramètres

  • Texte
  • Thèmes

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Interligne

Largeur de page

Contenu

Chercher

  • Rechercher ce texte
  • Rechercher ce livre