8. Dieu Tout-Puissant m’a conduit sur le chemin menant à la purification

Par Gangqiang, États-Unis

En 2017, je suis venu seul à Singapour afin d’essayer de gagner ma vie. Il y fait vraiment chaud toute l’année, aussi, chaque jour, je transpirais à grosses gouttes au travail. C’était profondément pitoyable, et en plus de cela, j’étais dans un endroit qui m’était complètement étranger, sans famille ni amis ; la vie me semblait monotone et pénible. Un jour d’août, alors que je revenais du travail, on m’a donné un prospectus sur l’Évangile qui disait : « Le Dieu de toute grâce, qui vous a appelés en Jésus Christ à sa gloire éternelle, après que vous aurez souffert un peu de temps, vous perfectionnera lui-même, vous affermira, vous fortifiera, vous rendra inébranlables » (1 Pierre 5:10). En lisant ces paroles, j’ai ressenti de la chaleur dans mon cœur. Par la suite, je suis allé avec un frère à l’église, où l’accueil enthousiaste des frères et sœurs – qui se sont souciés de mon bien-être – m’a fait ressentir la chaleur d’une famille que je n’avais pas éprouvée depuis longtemps. Soudain, les larmes me sont montées aux yeux, car c’était comme si j’étais de retour chez moi. À partir de ce moment-là, aller à l’église tous les dimanches m’était devenu indispensable.

J’ai été baptisé en décembre de cette même année, empruntant officiellement le chemin de la foi. Lors d’un service de l’église, j’ai entendu le prédicateur lire les versets 21-22 du chapitre 18 selon Saint Mathieu : « Alors Pierre s’approcha de lui, et dit: Seigneur, combien de fois pardonnerai-je à mon frère, lorsqu’il péchera contre moi ? Sera-ce jusqu’à sept fois ? Jésus lui dit : Je ne te dis pas jusqu’à sept fois, mais jusqu’à septante fois sept fois. » En entendant cela, j’ai pensé : « Comment le pardon et la patience du Seigneur Jésus peuvent-ils être si grands ? Ils pardonnent aux gens soixante-dix fois sept fois. Si les hommes pouvaient vraiment faire cela, alors la guerre n’existerait pas, mais il y aurait seulement l’amour et la gentillesse ! » Les paroles du Seigneur m’ont fortement ému, et j’ai donc pris la résolution d’agir conformément à Ses enseignements.

Deux ou trois ans plus tard, mon employeur m’a confié la gestion d’un chantier. J’ai donc mis toute mon énergie dans le travail et j’ai cessé d’aller régulièrement aux réunions. Plus tard, un ami m’a présenté à M. Li, un homme d’affaires dans la finance, et ensemble, nous avons monté une entreprise de construction. J’en étais très heureux et j’étais déterminé à m’y dévouer totalement. Ensuite, je me suis laissé complètement emporter par la spirale de l’argent et j’ai cessé d’aller aux réunions de l’église. Je voulais mener à bien mes projets pour être félicité par les autres pour mes compétences. J’ai donc exigé de plus en plus des ouvriers. Je les réprimandais à chaque fois que je remarquais qu’ils avaient fait quelque chose qui n’était pas bien ou pas à la hauteur de mes exigences. Le chef d’équipe était souvent en larmes à cause de ma maltraitance. Les ouvriers avaient peur dès qu’ils me voyaient et me fuyaient. Même mes bons amis sont devenus froids envers moi et n’ont plus voulu me faire confiance. J’ai été très bouleversé en voyant cela. Le Seigneur Jésus nous enseigne qu’il faut pardonner aux autres soixante-dix fois sept fois, et aimer notre prochain comme nous-mêmes. Cependant, je n’avais absolument pas mis cela en pratique, pas même une fois. En quoi cela était-il être chrétien ? Je savais que je péchais et je priais souvent le Seigneur, me confessant et me repentant. J’ai alors pris la résolution de changer. Or, à chaque fois qu’il se produisait quelque chose, malgré moi, je continuais de pécher. Cela me contrariait vraiment.

En août 2015, nous avons interrompu notre activité commerciale, car l’entreprise était en difficulté. Je suis donc rentré chez moi. Déprimé et malheureux, je ne faisais que boire et jouer toute la journée. Quand ma femme m’a dit que je ferais mieux d’arrêter de boire, je me contentais de lui crier dessus : « C’est mon argent, je l’ai gagné, et je vais le dépenser comme bon me semble… » Comme elle ne pouvait rien y faire, elle restait simplement là, à pleurer. À chaque fois que je laissais libre cours à ma colère, j’en éprouvais du remords et je me détestais, mais je ne parvenais tout simplement pas à me contenir. À cette époque-là, j’avais perdu tout ce qui caractérisait un chrétien : mon attitude et mon comportement étaient entièrement ceux d’un non-croyant.

En pleine souffrance et détresse, je suis retourné à l’église pour participer à nouveau aux réunions. Durant cette période, je priais constamment le Seigneur Jésus : « Oh, Seigneur ! J’ai fait tant de choses que je ne voulais pas faire, j’ai dit tant de choses qui ont blessé les autres. J’ai vécu dans le péché et je me suis rebellé contre Toi. À chaque fois que je pèche, je suis empli de remords et je me déteste vraiment, mais je n’arrive jamais à me contrôler ! Je confesse mes péchés pendant la nuit, mais ensuite, quand vient le jour, je retombe dans mes vieilles habitudes et pèche à nouveau. Oh, Seigneur ! Je T’implore de me sauver. Que puis-je faire pour me libérer du péché ? »

Le 1er janvier 2016, je suis arrivé sur le sol américain ; j’étais venu à New York pour gagner de l’argent. Je continuais à aller à l’église pendant mon temps libre. J’ai aussi rejoint un groupe de prière, et je lisais la Bible et priais avec d’autres frères et sœurs. Là-bas, j’ai fait la connaissance d’une sœur appelée Qinglian. Un jour, Sœur Qinglian m’a appelé pour me dire qu’elle voulait partager avec moi une bonne nouvelle. Je lui ai demandé : « Quelle est cette bonne nouvelle ? » Elle m’a répondu : « Une missionnaire va nous rendre visite. Veux-tu aller l’écouter ? J’ai dit : « Formidable ! Où cela aura-t-il lieu ? » Elle a alors convenu d’une date pour que j’aille chez elle.

Ce jour-là, je me suis rendu chez Sœur Qinglian. Plusieurs autres frères et sœurs s’y trouvaient. Après avoir avoir fait connaissance et nous être salués, nous avons tous commencé à parler de la Bible. L’échange de Sœur Zhao était très éclairant et était réellement édifiant pour moi. Ensuite, recherchant son aide, je lui ai parlé de mon cycle incessant de péchés et de confessions, et de ma douleur provenant de mon incapacité à me débarrasser du péché. Dans son échange, elle a dit que même après avoir commencé à croire au Seigneur, nous continuons de péché en permanence, et que le fait de mener une vie suivant un cycle sans fin consistant à pécher le jour et à se confesser la nuit, sans parvenir à s’en défaire, était un problème qui ne m’affectait pas seulement moi. Au contraire, tous les croyants partageaient ce même problème. Sœur Zhao nous a ensuite fait regarder une vidéo sur des récitations de paroles de Dieu qui disaient : « Le tempérament de l’homme devrait changer à partir de la connaissance de son essence et à travers des changements dans sa pensée, sa nature et son attitude mentale – à travers des changements fondamentaux. Ce n’est que de cette manière que se réaliseront de vrais changements dans le tempérament de l’homme. Le tempérament corrompu de l’homme résulte de son empoisonnement et de son piétinement par Satan, du préjudice monstrueux que Satan a infligé à sa pensée, à sa moralité, à sa perspicacité et à sa raison. C’est précisément parce que ces choses fondamentales de l’homme ont été corrompues par Satan et sont complètement différentes de la façon dont Dieu les a créés à l’origine que l’homme s’oppose à Dieu et ne comprend pas la vérité. Ainsi, les changements dans le tempérament de l’homme devraient commencer par des changements dans sa pensée, sa perspicacité et sa raison qui changeront sa connaissance de Dieu et sa connaissance de la vérité » (« Avoir un tempérament inchangé, c’est être en inimitié envers Dieu », dans La Parole apparaît dans la chair).

J’ai vraiment été ému et j’ai pensé : « Ne parlent-elles pas de moi ? Je méprise les autres en permance, les réprimandant pour telle raison ou leur criant dessus pour telle autre raison. Je suis dépourvu de moralité et de raison, et j’ai perdu toute apparence de sainteté. » Toutes ces paroles m’ont transpercé jusqu’au plus profond de mon être. Je n’avais jamais rien lu de tel auparavant, ni n’avais entendu aucun prédicateur délivrer ce genre de sermon. Pécher en permanence m’avait affligé, mais pourtant, je n’avais pas été capable de me libérer des contraintes du péché. Ces paroles m’ont indiqué le chemin me permettant d’abandonner le péché, et je me suis émerveillé : c’est si bien dit. Qui a bien pu les écrire ?

Sœur Zhao m’a répondu que c’était la parole de Dieu, que le Seigneur Jésus était déjà revenu dans la chair, et qu’Il réalisait actuellement l’œuvre de jugement et de purification de l’homme par Sa parole dans les derniers jours. Je ne parvenais tout simplement pas à en croire mes oreilles. Quel croyant ne désire pas ardemment Son retour ? En apprenant soudain cette nouvelle du retour du Seigneur, j’étais tellement excité que j’étais quelque peu perdu : le Seigneur était-Il vraiment revenu ? J’ai lui demandé avec empressement qu’elle continue son échange. Sœur Zhao a poursuivi : « Le Seigneur Jésus est vraiment revenu et Il est Dieu Tout-Puissant, Christ incarné dans les derniers jours. Il a exprimé toutes les vérités pour purifier et sauver l’humanité, et Il a commencé l’œuvre de jugement qui démarre à la maison de Dieu. Il nous sauvera profondément du domaine de Satan, nous qui avons été liés par notre nature satanique et avons vécu dans le péché duquel nous n’arrivons pas à nous défaire. À la fin, nous atteindrons le plein salut et serons gagnés par Dieu. À l’ère de la Grâce, le Seigneur Jésus n’a fait qu’accomplir l’œuvre de rédemption : Il nous a rachetés du péché et a absout nos péchés afin que nous ne puissions plus être condamnés en vertu de la loi. Bien que le Seigneur ait absout nos péchés, Il ne nous a pas pardonné notre nature satanique ou nos tempéraments sataniques. Arrogance, fourberie, égoïsme, cupidité, malveillance et autres tempéraments corrompus sont toujours présents chez l’homme. Ce sont des éléments qui sont plus profonds et plus tenaces que le péché. C’est précisément parce que ces tempéraments sataniques et cette nature satanique n’ont pas été corrigés que nous continuons à pécher malgré nous, et que nous commettons même des péchés qui sont plus graves que la violation de la loi. Quant aux pharisiens, à cette époque-là, n’ont-ils pas résisté au Seigneur et ne L’ont-ils pas condamné, au point même de Le crucifier, à cause de la nature pécheresse de l’homme qui n’avait pas été corrigée ? En fait, nous avons tous une profonde appréciation de cela parce que, nous-mêmes, nous sommes contrôlés par ces tempéraments corrompus. Par conséquent, souvent, nous disons des mensonges, nous agissons de façon malhonnête, nous sommes arrogants et vaniteux, et nous réprimandons les autres avec condescendance. Nous savons très bien que le Seigneur nous demande de pardonner aux autres et d’aimer notre prochain comme nous-mêmes, pourtant, nous ne le mettons pas en pratique. Les gens complotent les uns contre les autres, luttent pour la gloire et le gain, mais sont incapables de vivre en harmonie. Quand nous sommes malades, ou sommes confrontés à des désastres – naturels ou causés par l’homme – nous continuons de blâmer Dieu, et nous Le renions et Le trahissons même. Ces faits montrent que si nous ne corrigeons pas notre nature satanique et nos tempéraments sataniques, nous ne serons alors jamais capables d’échapper au cercle vicieux du péché et de la confession, puis de la confession et du péché. Par conséquent, afin de sauver l’homme du péché en profondeur, il est nécessaire pour Dieu d’accomplir une étape de Son œuvre de jugement et de purification pour corriger notre nature pécheresse. C’est seulement ainsi que nous pourrons être purifiés et pleinement sauvés par Dieu, et être gagnés par Lui. Lisons d’autres extraits des paroles de Dieu Tout-Puissant, et vous comprendrez. »

Sœur Zhao a ouvert le livre de la parole de Dieu et en a commencé la lecture : « Même si l’homme a été racheté et si ses péchés ont été pardonnés, c’est seulement considéré comme si Dieu avait oublié les transgressions de l’homme et n’avait pas traité l’homme en conformité avec ses transgressions. Toutefois, lorsque l’homme vit dans un corps charnel et qu’il n’a pas été libéré du péché, il ne peut que continuer à pécher, révélant sans cesse son tempérament satanique corrompu. C’est la vie que l’homme mène, un cycle sans fin de péché et de pardon accordé. La majorité de l’humanité pèche dans la journée pour simplement se confesser dans la soirée. Ainsi, même si le sacrifice d’expiation est toujours efficace pour l’homme, il ne peut pas sauver l’homme du péché. Seulement la moitié de l’œuvre du salut a été achevée, car l’homme a encore un tempérament corrompu » (« Le mystère de l’incarnation (4) », dans La Parole apparaît dans la chair). « Bien que Jésus ait abattu une œuvre immense parmi les hommes, Il n’a fait que parachever la rédemption de toute l’humanité et est devenu le sacrifice d’expiation de l’homme, et Il n’a pas débarrassé l’homme de tout son tempérament corrompu. Pour sauver entièrement l’homme de l’influence de Satan, il n’a pas suffi que Jésus se livre en sacrifice d’expiation pour les péchés des hommes, mais il a fallu également que Dieu s’emploie davantage à débarrasser l’homme totalement de son tempérament, qui avait été corrompu par Satan » (La préface de La Parole apparaît dans la chair). « Les péchés des hommes ont été pardonnés à cause de l’œuvre de la crucifixion de Dieu, mais les hommes ont continué à vivre selon leur tempérament satanique corrompu du passé. Donc, les hommes doivent être complètement sauvés de leur tempérament satanique corrompu afin que leur nature pécheresse soit extirpée à jamais, et ne puisse plus se développer, permettant ainsi au tempérament des hommes d’être transformé. Cela exige que les hommes comprennent le chemin de la croissance dans la vie, la voie de la vie et la façon de changer leur tempérament. Cela exige aussi que les hommes agissent conformément à cette voie afin que leur tempérament puisse changer progressivement, que les hommes puissent vivre sous l’éclat de la lumière, qu’ils puissent faire toutes choses en accord avec la volonté de Dieu, qu’ils puissent rejeter leur tempérament satanique corrompu, qu’ils puissent se dégager de l’influence des ténèbres de Satan et ainsi sortir complètement du péché. Alors seulement les hommes recevront le salut en plénitude » (« Le mystère de l’incarnation (4) », dans La Parole apparaît dans la chair). Sœur Zhao a poursuivi son échange : « Maintenant que nous avons lu ces paroles de Dieu, nous comprenons pourquoi nous sommes, en permanence, liés par notre nature satanique et incapables de nous débarrasser du péché. N’est-ce pas ? Au cours de l’ère de la Grâce, Dieu a seulement accompli l’œuvre de rédemption, et non pas l’œuvre de la fin des temps visant à juger, purifier et sauver profondément les hommes. Aussi, peu importe si nous confessons nos péchés et nous repentons, si nous essayons de nous conquérir nous-mêmes, si nous jeûnons et prions, nous ne parviendrons pas à atteindre la liberté à partir du péché. Cela signifie que si nous voulons nous libérer des liens et du contrôle de notre nature pécheresse simplement en subissant l’œuvre de rédemption du Seigneur Jésus, cela n’est toujours pas suffisant. Nous devons accepter l’œuvre de jugement réalisée par le Seigneur Jésus de retour. En effet, en réalisant Son œuvre de jugement des derniers jours, Dieu exprime de nombreux aspects de la vérité, afin de juger et d’exposer la nature satanique de l’homme qui résiste et trahit Dieu. Dieu révèle à l’humanité Son tempérament juste, saint et qui ne peut être offensé, pour lui permettre de voir clairement la vérité de la profondeur de sa propre corruption par Satan, à travers le jugement et le châtiment de Ses paroles, afin que l’humanité puisse vraiment connaître le tempérament juste de Dieu qui ne tolère pas l’offense humaine, et qu’elle puisse développer de la crainte envers Dieu. Ainsi, Dieu transforme et purifie le tempérament satanique de l’homme, et Il sauve l’homme de l’influence de Satan. Dans le jugement et le châtiment majestueux et courroucés de Dieu, nous voyons Dieu face à face. Comme une épée à double tranchant, la parole de Dieu transperce notre cœur. Elle révèle notre nature satanique qui résiste à Dieu et Le trahit, de même que nos tempéraments corrompus au plus profond de notre cœur que nous n’avons, nous-mêmes, aucun moyen de découvrir. Elle nous fait voir que l’essence de notre nature est emplie de tant de tempéraments corrompus – tels que l’arrogance et la vanité, l’égoïsme, la mesquinerie, l’évitement et la fourberie – que nous sommes, tout simplement, dépourvus de toute ressemblance humaine et que nous sommes purement l’incarnation de Satan. Ce n’est qu’à ce moment-là que nous nous prosternons devant Dieu, et commençons à nous détester et à nous maudire nous-mêmes. En même temps, nous ressentons aussi, profondément, que la parole de Dieu tout entière est la vérité, qu’elle révèle tout le tempérament de Dieu ainsi que toute la vie de Dieu. Nous voyons que le tempérament juste de Dieu ne tolère pas l’offense et que l’essence sainte de Dieu ne peut être entachée. Il en résulte le développement d’un cœur révérencieux envers Dieu ; nous commençons à chercher la vérité de toutes nos forces et à nous comporter conformément à la parole de Dieu. Tandis que nous parviendrons progressivement à comprendre la vérité, nous aurons une compréhension de plus en plus importante de notre propre nature et de notre propre tempérament sataniques, et notre discernement grandira. Notre connaissance de Dieu augmentera également. Nos tempéraments corrompus seront aussi peu à peu purifiés et nous serons libérés des liens du péché. Nous serons vraiment libérés et vivrons librement devant Dieu. Tel est précisément le résultat obtenu en l’humanité par l’œuvre de jugement de Dieu des derniers jours. On peut donc voir que l’œuvre de “rédemption” à l’ère de la Grâce et l’œuvre consistant à “débarrasser l’homme du péché” dans les derniers jours sont deux étapes différentes de l’œuvre. La “rédemption” est seulement le Seigneur Jésus qui a pris sur Lui les péchés de l’homme, permettant ainsi à l’homme d’échapper à la punition qu’il aurait dû subir pour ses péchés. Toutefois, cela ne signifie pas que les gens étaient dépourvus de péchés, et encore moins, qu’ils ne pécheraient plus à nouveau ou qu’ils étaient totalement purifiés. Au contraire, “débarrasser l’homme du péché” expose complètement la nature pécheresse de l’humanité, afin que nous puissions vivre en ne nous appuyant plus sur notre nature corrompue, afin que nous puissions obtenir un changement dans notre tempérament de vie et que nous soyons totalement purifiés. Par conséquent, ce n’est qu’en acceptant l’œuvre de jugement de Dieu dans les derniers jours que nos tempéraments corrompus peuvent être corrigés en profondeur, que nous pouvons nous débarrasser de l’influence de Satan et être sauvés, être conduits au royaume de Dieu et obtenir les promesses et les bénédictions de Dieu. »

En écoutant la parole de Dieu et l’échange de la sœur, j’avais l’impression que cela était complètement en phase avec la réalité et que c’était très concret. J’ai repensé à mes nombreuses années d’homme de foi : non seulement je mentais et trichais souvent, mais j’étais aussi arrogant et incontrôlable, impoli et déraisonnable, obstiné. Les gens qui travaillaient pour moi me craignaient et gardaient leurs distances vis-à-vis de moi, et même dans ma propre maison, ma femme et ma fille avaient aussi un peu peur de moi. Personne ne voulait s’ouvrir à moi et je n’arrivais même pas à trouver un ami proche à qui me confier. J’en éprouvais de la douleur et me sentais impuissant. Même si, souvent, je lisais la Bible et priais, confessais mes péchés au Seigneur, et me détestais même, je continuais à faire les mêmes choses terribles. Je ne parvenais absolument pas à me changer. Quelqu’un qui, comme moi, pèche et résiste au Seigneur en permanence, a grand besoin de l’œuvre de jugement de Dieu dans les derniers jours ! Le Seigneur Jésus est à présent revenu : Il est Dieu Tout-Puissant incarné. Aujourd’hui, je suis vraiment extrêmement chanceux d’avoir l’opportunité d’entendre la voix de Dieu et d’apprendre que le Seigneur Jésus est revenu pour délivrer la vérité et entreprendre l’œuvre de jugement, de purification et de salut de l’homme ! Cette sœur a vu que j’étais empli de désir et m’a donc donné un recueil de la parole de Dieu : Les brebis de Dieu entendent la voix de Dieu. Je l’ai accepté avec joie, et j’ai pris la résolution de pratiquer véritablement ma foi en Dieu Tout-Puissant !

J’ai lu de nombreuses paroles de Dieu après avoir accepté l’œuvre de Dieu Tout-Puissant dans les derniers jours. J’ai lu des paroles portant sur les trois étapes de l’œuvre de Dieu, le mystère de l’incarnation, la signification du nom de Dieu et la véritable histoire de la Sainte Bible, ainsi que des paroles portant sur la façon dont les vainqueurs sont formés, la façon dont le royaume du Christ se réalise, la façon dont l’issue et la destinée finales de chaque personne sont déterminées, ainsi que sur d’autres aspects de la vérité. Cela m’a permis d’en acquérir progressivement une certaine compréhension. Ma foi en Dieu a également grandi.

Au départ, quand je lisais les paroles de Dieu qui jugeaient et exposaient l’homme si durement, cela me déprimait et me mettait mal à l’aise, et je me faisais des idées à leur sujet ; je trouvais que les paroles de Dieu étaient trop sévères. Ne pouvait-Il pas être plus doux ? Si Dieu juge l’homme de cette manière, l’homme n’est-il pas alors condamné ? Comment celui-ci peut-il alors être véritablement sauvé ? Plus tard, j’ai lu dans la parole de Dieu : « Dans les derniers jours, le Christ utilise une variété de vérités pour enseigner à l’homme, exposer l’essence de l’homme et disséquer ses mots et ses actes. Ces paroles comprennent diverses vérités, telles que le devoir de l’homme, comment l’homme doit obéir à Dieu, comment l’homme doit être fidèle à Dieu, comment l’homme doit vivre l’humanité normale, ainsi que la sagesse et le tempérament de Dieu, et ainsi de suite. Ces paroles sont toutes axées sur l’essence de l’homme et son tempérament corrompu. En particulier, ces paroles qui exposent comment l’homme rejette Dieu sont prononcées au sujet de la manière dont l’homme est une incarnation de Satan et une force ennemie contre Dieu. En entreprenant Son œuvre de jugement, Dieu ne fait pas que préciser ce qu’est la nature de l’homme par quelques mots seulement ; Il l’expose, le traite et l’émonde à long terme. Ces méthodes d’exposer, de traiter et d’émonder ne peuvent pas être substituées par des mots ordinaires, mais par la vérité que l’homme ne possède pas du tout. Seules les méthodes de ce genre sont considérées comme un jugement ; c’est seulement par un jugement de ce genre que l’homme peut être maîtrisé et forcé à se soumettre totalement à Dieu, et acquérir de surcroît une vraie connaissance de Dieu » (« Le Christ réalise l’œuvre du jugement avec la vérité », dans La Parole apparaît dans la chair). « À travers quoi le perfectionnement de l’homme par Dieu est-il réalisé ? À travers Son tempérament juste. Le tempérament de Dieu consiste principalement en la justice, la colère, la majesté, le jugement et la malédiction, et Son perfectionnement de l’homme s’opère principalement par le jugement. Certaines personnes ne comprennent pas, et demandent pourquoi Dieu est seulement capable de perfectionner l’homme par le jugement et la malédiction. Ils disent : “Si Dieu devait maudire l’homme, l’homme ne devrait-il pas mourir ? Si Dieu devait juger l’homme, l’homme ne serait-il pas condamné ? Alors comment peut-il encore être perfectionné ?” Telles sont les paroles des gens qui ne connaissent pas l’œuvre de Dieu. Ce que Dieu maudit, c’est la désobéissance de l’homme, et ce qu’Il juge ce sont les péchés de l’homme. Bien qu’Il parle durement et sans la moindre sensibilité, Il expose tout ce qui est dans l’homme, et par ces paroles sévères Il expose ce qui est essentiel dans l’homme, mais par un tel jugement, Il donne à l’homme une profonde connaissance de l’essence de la chair, et ainsi l’homme se soumet à l’obéissance envers Dieu. La chair de l’homme relève du péché et de Satan, elle est désobéissante et objet du châtiment de Dieu et ainsi, pour permettre à l’homme de se connaître, les paroles du jugement de Dieu doivent s’abattre sur lui et il faut y utiliser toutes sortes de raffinements ; c’est seulement alors que l’œuvre de Dieu peut être efficace » (« C’est seulement en passant par des épreuves douloureuses que tu peux réaliser que Dieu est agréable », dans La Parole apparaît dans la chair). Les paroles de Dieu m’ont permis de réaliser que Dieu accomplit Son œuvre de jugement dans les derniers jours en exprimant la vérité, et qu’Il juge, expose et condamne sévèrement les tempéraments corrompus, la nature satanique et les actes mauvais de l’homme qui s’opposent à Dieu. Il agit ainsi afin que nous puissions voir clairement la vérité de notre propre corruption, comprendre profondément l’essence de nos tempéraments corrompus, et connaître notre propre nature satanique et l’origine de notre corruption. C’est seulement ainsi que nous pouvons avoir le mépris de nous-mêmes et renoncer à la chair. De plus, c’est seulement parce que Dieu montre Son tempérament juste, majestueux et courroucé par Son jugement et Son châtiment que nous sommes capables de voir Sa justice et Sa sainteté, et de voir aussi clairement notre propre souillure, laideur et méchanceté. Dieu agit aussi de la sorte pour que nous prenions conscience de notre propre nature satanique et de la vérité de notre corruption. Si Dieu ne jugeait pas l’homme si sévèrement, Si Dieu n’exposait pas la corruption de l’homme en frappant en plein cœur du problème, et s’Il ne révélait pas Son tempérament juste et majestueux, alors nous, les humains, qui avons été si profondément corrompus par Satan, serions incapables de réfléchir sur nous-mêmes et de nous connaître nous-mêmes. Nous serions incapables de connaître la vérité de notre propre corruption ou de notre nature satanique. Si nous en étions capables, alors comment nous débarrasserions-nous de notre nature pécheresse et serions-nous purifiés ? En regardant les résultats obtenus à travers la sévérité des paroles de Dieu, nous pouvons voir que s’y cachent le véritable amour de Dieu pour l’homme et les efforts inlassables qu’Il fait pour sauver l’homme. Plus je lis les paroles de Dieu, plus je ressens à quel point l’œuvre de jugement de Dieu est merveilleuse. L’œuvre de Dieu est si concrète ! Seul le jugement sévère de Dieu peut purifier, transformer et sauver l’homme. L’œuvre de jugement de Dieu dans les derniers jours est vraiment ce dont nous avons besoin !

En raison de ma nature arrogante et extrêmement moralisatrice, lorsque je parlais aux autres, je les sermonnais souvent avec condescendance, et lorsque j’agissais, c’était suivant ma propre loi. J’adorais faire en sorte que les autres m’écoutent et j’avais tendance à me vanter. À plusieurs reprises, lors de réunions, j’ai échangé sur la manière dont j’avais réglé des problèmes dans mon unité de travail, réprimandé des employés qui n’avaient pas suivi les instructions et les avais maîtrisés, et comment ma femme et ma fille faisaient ce que je leur demandais. Quand j’échangeais sur les paroles de Dieu, en particulier, je disais des choses comme : « Je pense que ce passage des paroles de Dieu signifie cela » et « c’est ce que je crois ». Un frère a remarqué que j’affichais en permanence, sans en avoir moi-même conscience, un tempérament arrogant et suffisant. Il me l’a fait remarquer lors d’une réunion, en disant que parler et agir de cette manière manifestait de l’arrogance, de la suffisance et de la déraison. Si quelqu’un m’avait exposé de cette façon par le passé, et de surcroît, devant autant de personnes, je me serais certainement défendu et j’aurais immédiatement réfuté ses dires. Cependant, j’ai choisi de garder le silence, n’essayant pas de me défendre ni de me justifier, car j’ai pensé à ces paroles d’un sermon qui disaient : « Si vous dites toujours “je pense” quand il s’agit de n’importe quel sujet que vous rencontrez, eh bien, il est préférable que vous renonciez à vos opinions. Je vous exhorte à laisser tomber vos opinions et à rechercher la vérité. Étudiez la parole de Dieu. Votre opinion n’est pas la vérité ! […] Vous êtes trop arrogant et suffisant ! Face à la vérité, vous ne pouvez même pas lâcher prise et renoncer à vos propres conceptions et illusions. Vous ne voulez pas le moins du monde obéir à Dieu ! Parmi ceux qui cherchent vraiment la vérité et qui ont véritablement un cœur qui vénère Dieu, qui dit encore “je pense” ? Cette expression a déjà été éliminée. Ceci est la révélation du tempérament satanique » (« Sermons et échange relatifs à la parole de Dieu “Il est très important d’établir une bonne relation avec Dieu” (III) », dans Sermons et échange sur l’entrée dans la vie XIV). Cet échange m’a rappelé que, à chaque fois que j’étais face à un problème, j’utilisais généralement des expressions telles que « Je pense », « Je confirme » et « Je crois », qui commençaient toujours par le mot « Je », et c’était toujours moi qui avais le dernier mot sur tout. Je croyais que je pouvais, seul, gérer les choses et m’occuper des problèmes. Je faisais toujours en sorte que les autres agissent suivant mes désirs et m’obéissent. En ayant constamment une haute opinion de moi-même, ne révélais-je pas ainsi un tempérament arrogant ? Tout ce que le frère m’a dit, quand il a mis en exergue mon tempérament, était vrai, et je devais l’accepter. Les choses auxquelles je croyais provenaient de mes notions et de mon imagination, elles venaient de Satan, et elles n’étaient certainement pas la vérité. J’ai repensé à la manière dont je me comportais toujours comme si j’étais le numéro un, que ce soit à la maison, au travail, ou avec mes collègues. Quand quelqu’un ne m’écoutait pas ou faisait quelque chose qui n’était pas en phase avec mes opinions, je me mettais en colère et lui faisais des reproches. Le fait que j’étais capable de révéler ces choses signifiait qu’il n’y avait pas de place pour Dieu dans mon cœur, que je ne considérais par Dieu comme étant grand, mais que je me considérais plutôt moi-même comme étant grand. C’était ainsi, qu’en général, je parlais et me comportais, démontrant l’incroyable arrogance de mon tempérament !

Par la suite, j’ai lu ces paroles de Dieu qui disaient : « Si tu possèdes réellement la vérité, le chemin que tu emprunteras sera naturellement le bon chemin. Sans la vérité, il est facile de faire le mal, et tu le commettras involontairement. Par exemple, si tu avais de l’arrogance et de la vanité, tu trouverais cela impossible de t’empêcher de défier Dieu ; tu te sentirais obligé de Le défier. Tu ne le ferais pas par exprès ; tu le ferais sous la domination de ta nature arrogante et vaniteuse. Ton arrogance et ta vanité te feraient mépriser Dieu et te Le feraient voir comme n’ayant pas d’importance ; elles feraient que tu t’exaltes, que tu t’affiches constamment, et, pour finir, que tu t’assoies à la place de Dieu et te rendes témoignage à toi-même. En fin de compte, tu transformerais tes propres idées, ta propre pensée et tes propres notions en vérités à adorer. Vois combien de mal est perpétré par les hommes sous la domination de leur nature arrogante et vaniteuse ! Pour résoudre leur méchanceté, ils doivent d’abord résoudre le problème de leur nature. Sans un changement dans leur tempérament, il serait impossible d’apporter une résolution fondamentale à ce problème » (« Seulement en cherchant la vérité peux-tu obtenir des changements dans ton tempérament », dans Récits des entretiens de Christ). Chaque parole prononcée par Dieu est la vérité : j’en étais profondément convaincu. J’ai repensé à la manière dont je sermonnais les autres avec condescendance sur les chantiers, quand j’étais avec mes collègues et à la maison. Tout cela provenait du fait que j’étais dominé par ma nature satanique, arrogante, et n’était pas dû à de la colère, à un mauvais caractère ou à un manque de maîtrise de moi-même. J’estimais que j’avais un calibre, du talent et un bon revenu, ce qui nourrissait mon arrogance et est devenu ma devise dans la vie. Je me considérais donc comme meilleur que les autres. Je méprisais les autres, je me considérais meilleur que les autres et régnais en permanence sur les autres. J’avais trouvé l’origine de mon péché et perçu les conséquences dangereuses de l’absence de résolution de mon tempérament satanique et corrompu. J’ai donc fait l’effort de chercher et lire un grand nombre de paroles de Dieu jugeant et exposant la nature arrogante de l’homme, et j’ai réfléchi sur moi-même en comparaison. Grâce aux paroles de jugement et de révélation de Dieu, ainsi qu’à l’échange des frères et sœurs lors des réunions, j’ai commencé à acquérir une compréhension superficielle de ma propre nature arrogante. J’ai vu que je n’étais, en fait, pas meilleur que les autres, et que mes capacités et ma fortune m’avaient entièrement été accordées par Dieu, je n’avais donc pas de quoi me vanter. Si Dieu ne m’avait pas accordé la sagesse et l’intelligence, si Dieu ne m’avait pas béni, qu’aurais-je pu faire en ne comptant que sur moi-même ? Il existe tant de personnes talentueuses dans le monde ; pourquoi travaillent-elles si dur et s’agitent-elles toute leur vie pour, finalement, se retrouver les mains vides ? J’ai aussi trouvé, au sein des paroles de Dieu, le chemin pour corriger ma nature arrogante. Il consistait à accepter davantage d’être émondé et traité par les frères et sœurs, à accepter plus de jugements, de châtiments, d’épreuves et d’épurements de la part de Dieu, à réfléchir sur moi-même à la lumière des paroles de Dieu, à atteindre une véritable connaissance et haine de moi-même, et à ne plus agir selon mon tempérament satanique, mais à agir conformément aux paroles de Dieu. Plus tard, j’ai vécu plusieurs situations de jugement, de châtiment, d’émondage et de traitement, et j’ai fait l’expérience de nombreux revers et échecs. J’ai progressivement acquis une plus grande connaissance de ma nature satanique et de mon essence corrompue, et j’ai aussi développé une connaissance superficielle de la grandeur, de la justice et de la sainteté de Dieu. Plus je découvrais la justice et la sainteté de Dieu, plus je voyais ma propre souillure, petitesse, insignifiance et médiocrité. Les choses que je considérais comme importantes auparavant, ou desquelles je me vantais, me semblaient alors sans importance. Avant que j’aie eu le temps de m’en rendre compte, mon tempérament arrogant a commencé à changer. Quiconque disait quelque chose de correct – les frères et sœurs, mes collègues, ou ma famille –, je l’acceptais. Je ne parlais plus aux autres avec condescendance, mais j’agissais avec humilité et n’imposais plus ma loi. Dès qu’un problème surgissait, j’en discutais avec les autres et j’agissais en fonction de la suggestion qui me semblait correcte. Progressivement, mes relations avec les personnes de mon entourage ont commencé à se stabiliser. J’éprouvais paix et joie dans mon cœur, et j’avais le sentiment que je vivais enfin un peu de ressemblance humaine.

En lisant constamment la parole de Dieu et en vivant la vie de l’Église, je ressentais, de plus en plus, à quel point il était vraiment extraordinaire que je puisse accepter l’œuvre de jugement de Dieu dans les derniers jours. J’ai véritablement fait l’expérience de l’impossibilité de corriger moi-même mon tempérament corrompu. Ce n’est que par le jugement et le châtiment des paroles de Dieu que j’ai progressivement été transformé et purifié. Au sein de l’Église de Dieu Tout-Puissant, je vois beaucoup de frères et sœurs qui travaillent dur pour chercher la vérité, et qui acceptent le jugement et le châtiment des paroles de Dieu Tout-Puissant. À chaque fois que quelqu’un manifeste de la corruption, les autres la soulignent et tous s’entraident. Tous, nous réfléchissons sur nous-mêmes et nous connaissons nous-mêmes à la lumière des paroles de Dieu, et nous cherchons la vérité pour corriger notre corruption. Chacun s’essaie à l’honnêteté, à la pureté et à l’ouverture. Nous acceptons tout échange et nous y soumettons dès lors qu’il est conforme à la vérité, et nos tempéraments corrompus changent progressivement. En effet, les paroles de Dieu Tout-Puissant peuvent purifier et changer les gens. Dieu incarné est venu parmi nous, Il exprime personnellement Ses paroles pour nous juger et nous purifier, et Il nous conduit à rejeter le péché et à être totalement sauvés. Quelle chance avons-nous ! En pensant à tous ces vrais croyants qui attendent impatiemment Son retour, qui désirent ardemment rejeter les liens du péché et être purifiés, j’ai dit une prière à Dieu et j’ai pris cette résolution : « Je souhaite précher l’Évangile de Ton royaume à d’autres personnes, afin que, comme moi, elles puissent suivre Tes pas et s’engager sur le chemin menant à la purification et au plein salut ! »

Précédent: 7. Comment je suis presque devenue une vierge folle

Suivant: 9. Une espèce différente d’amour

Nous sommes déjà dans les derniers jours. Savez-vous comment faire pour accueillir le Seigneur et être enlevés jusqu’au royaume des cieux? Contactez-nous dès maintenant pour en discuter.
Contactez-nous
Contactez-nous par Whatsapp

Contenu connexe

42. Retour à la maison

Par Muyi, Corée du Sud« L’amour abondant de Dieu est accordé gratuitement à l’homme et l’entoure l’homme. L’homme est naïf et...

Paramètres

  • Texte
  • Thèmes

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Interligne

Largeur de page

Contenu

Chercher

  • Rechercher ce texte
  • Rechercher ce livre