32. Le choix d’un prêtre catholique

Par Wei Mo, Chine

Mes parents m’ont élevé dans la foi catholique et, une fois adulte, je suis devenu prêtre. Ensuite, l’église s’est avérée de plus en plus morne. Les évêques et les prêtres se livraient sans cesse à des querelles internes et des luttes de pouvoir, et les moines et les nonnes se jalousaient et se disputaient. L’un de nos évêques suffragants s’est vexé parce qu’il n’avait pas été consacré par l’évêque diocésain, alors, il a réuni les autres prêtres, et leur a dit que, puisque l’évêque diocésain gaspillait l’argent de l’Église en voitures et en investissements immobiliers, et qu’il avait rejoint l’Église des Trois Autonomies, il devait être révoqué. Ils ont même eu une altercation physique avec les paroissiens qui soutenaient l’évêque diocésain. Par la suite, les cas de jalousie et de haine sont devenus de plus en plus alarmants, et l’Église a commencé à se scinder en factions. Les voir se battre ainsi pour le statut me dégoûtait vraiment. Cela n’avait rien d’une Église, c’était tout aussi ténébreux que le monde séculier. L’évêque diocésain a commencé à m’exclure, parce que je refusais de rejoindre les Trois Autonomies. Il a chargé un prêtre de devenir mon assistant, et de rivaliser avec moi pour récupérer mon poste. Quand ce prêtre est arrivé parmi nous, il a incité les paroissiens à m’ostraciser et, bientôt, mon église s’est retrouvée divisée en deux factions, ouvrant la voie à toute sorte de querelles et affrontements. Je ne voulais vraiment pas participer à ça, alors j’ai donné ma démission à l’évêque. J’ai quitté cette église pleine de haine et de conflits, et j’en ai rejoint une autre, dans les montagnes reculées, avec plusieurs moines et nonnes.

J’ai d’abord cru que ses membres seraient simples et humbles, qu’il n’y aurait pas ici autant de luttes pour le pouvoir, et que les choses s’y passeraient peut-être mieux. Mais, à ma grande surprise, les choses y étaient tout aussi lugubres. Les paroissiens manquaient d’enthousiasme dans leur foi, ils ne suivaient même pas les commandements et péchaient sans vergogne. Ils mentaient, trichaient et se chamaillaient sans fin. Des incroyants venaient constamment me voir pour se plaindre d’eux. J’étais désemparé face à ces problèmes. En dépit de mes prières régulièrement adressées à Dieu, je ne sentais pas la présence du Saint-Esprit, et ne parvenais à trouver aucun éclairage dans les paroles de la Bible. Pour mes sermons, je ne trouvais rien de nouveau à dire. J’étais comme paralysé sur le plan spirituel, comme si le Saint-Esprit m’avait abandonné.

Alors que je me sentais perdu et impuissant, submergé par la tristesse, le prêtre Liu et le diacre Zhang sont venus témoigner pour moi de l’œuvre de Dieu Tout-Puissant des derniers jours, en disant que le Seigneur Jésus était revenu. Leurs paroles m’ont profondément marqué et remué. Je mourais d’envie d’en savoir plus au sujet du retour du Seigneur Jésus, et j’ai demandé à ces deux frères de m’en dire davantage. Ils ont partagé de nombreux échanges avec moi et lu des paroles de Dieu Tout-Puissant, dont ce passage, qui m’a fait forte impression. Dieu Tout-Puissant dit : « Après l’œuvre de l’Éternel, Jésus est devenu chair pour réaliser Son œuvre parmi les hommes. Son œuvre n’a pas été réalisée de manière isolée, mais elle a été fondée sur l’œuvre de l’Éternel. C’était l’œuvre d’une nouvelle ère que Dieu réalisa après avoir achevé l’ère de la Loi. De même, après que Jésus eut achevé Son œuvre, Dieu la continua pour l’ère suivante, car toute la gestion de Dieu est en perpétuelle progression. Lorsque l’ancienne ère prend fin, elle est remplacée par une nouvelle ère, et une fois que l’ancienne œuvre a été achevée, arrivera une nouvelle œuvre pour que continue la gestion de Dieu. Cette incarnation est la deuxième incarnation de Dieu, qui suit l’œuvre de Jésus. Bien sûr, cette incarnation ne se réalise pas de façon indépendante ; elle constitue la troisième étape de l’œuvre après l’ère de la Loi et l’ère de la Grâce. Chaque fois que Dieu amorce une nouvelle étape de l’œuvre, il doit toujours y avoir un nouveau départ, lequel doit toujours amener une nouvelle ère. Aussi y a-t-il également des changements correspondants dans le tempérament de Dieu, dans Sa façon de travailler, dans la localisation de Son œuvre et dans Son nom. Il n’est donc pas étonnant qu’il soit difficile pour l’homme d’accepter l’œuvre de Dieu dans la nouvelle ère. Mais quelle que soit la façon dont l’homme s’oppose à Lui, Dieu accomplit toujours Son œuvre et Il conduit toujours toute l’humanité vers l’avant. Quand Jésus vint parmi les hommes, Il inaugura l’ère de la Grâce et acheva l’ère de la Loi. Pendant les derniers jours, Dieu devint chair à nouveau et, avec cette incarnation, Il acheva l’ère de la Grâce pour inaugurer l’ère du Règne. Tous ceux qui sont capables d’accepter la seconde incarnation de Dieu seront conduits dans l’ère du Règne et pourront, de plus, accepter personnellement les conseils de Dieu. Bien que Jésus ait beaucoup œuvré parmi les hommes, Il n’a fait que parachever la rédemption de toute l’humanité et est devenu le sacrifice d’expiation de l’homme ; Il n’a pas débarrassé l’homme de tout son tempérament corrompu. Sauver entièrement l’homme de l’influence de Satan n’exigeait pas seulement de Jésus qu’Il devienne le sacrifice d’expiation et qu’Il porte les péchés de l’homme, mais aussi que Dieu œuvre de façon plus grande encore pour entièrement débarrasser l’homme de son tempérament corrompu par Satan. Et donc, à présent que l’homme a été pardonné pour ses péchés, Dieu est redevenu chair pour conduire l’homme dans la nouvelle ère et a commencé l’œuvre du châtiment et du jugement. Cette œuvre a mené l’homme dans un domaine plus élevé. Tous ceux qui se soumettent à Sa domination jouiront d’une vérité supérieure et recevront de bien meilleures bénédictions. Ils vivront véritablement dans la lumière et gagneront la vérité, le chemin et la vie » (La Parole, vol. 1 : L’apparition et l’œuvre de Dieu, Préface). Après avoir lu ces paroles de Dieu, ils ont partagé de nombreux autres échanges avec moi. J’ai appris que l’œuvre de Dieu progressait constamment, que le Seigneur Jésus avait fait l’œuvre de la rédemption, que seule la foi en Lui permettait d’obtenir le pardon pour nos péchés. Mais aussi que cela ne suffisait pas à résoudre notre nature pécheresse et que nous vivions dans un cycle qui consiste à pécher le jour et à nous confesser la nuit, tout en restant liés par le péché. Pour sauver pleinement les gens du péché et du domaine de Satan, Dieu doit accomplir une autre étape de l’œuvre en exprimant des vérités pour nous juger et nous purifier. C’est ainsi que notre tempérament corrompu et notre nature pécheresse seront véritablement résolus, et que nous pourrons échapper au péché, être purifiés et entrer dans le royaume de Dieu. Le monde religieux a perdu l’œuvre du Saint-Esprit il y a longtemps déjà. Pour gagner la direction du Saint-Esprit et la provision de la vérité, nous devons accepter l’œuvre de Dieu des derniers jours et suivre Ses pas. C’est la seule façon de grandir dans la vie. Ensuite, j’ai beaucoup lu « La Parole apparaît dans la chair » ; mon cœur était attiré par les paroles de Dieu. Je n’en avais jamais assez, je veillais jusqu’à deux heures du matin chaque nuit pour les lire. Au bout d’un moment, je suis devenu convaincu que Dieu Tout-Puissant était le Seigneur Jésus revenu, et j’ai accepté avec joie l’œuvre de Dieu des derniers jours. Alors, j’ai fait venir les frères et sœurs qui prêchaient l’Évangile de Dieu Tout-Puissant dans mon église, pour témoigner de l’œuvre de Dieu des derniers jours devant les paroissiens qui étaient de vrais croyants et qui, finalement, ont tous accepté. Nous nous sommes réunis et avons lu ensemble les paroles de Dieu Tout-Puissant dans l’église, et y avons trouvé une nouvelle illumination et un nouvel éclairage chaque jour. C’était si nourrissant et agréable. Nous assistions au festin des noces de l’Agneau !

Peu de temps après, les évêques et les prêtres ont commencé à vouloir me gêner et me faire obstacle. À commencer par l’évêque Zhao, qui a dit : « J’ai appris que tu avais rejoint l’Éclair Oriental. Tu n’as pas discuté avec moi de quelque chose d’aussi important, et tu as emmené de nombreux paroissiens avec toi. C’est trahir le Seigneur ! Quand Il reviendra, il est certain qu’Il nous le révèlera à nous, évêques, en premier. Comment pourrais-je l’ignorer s’Il était vraiment revenu ? Renonce et reviens ! Je sais que tu es dans une région reculée où la vie est dure. Si tu reviens, tu pourras compter sur moi pour tous tes besoins. » Il s’est également livré à toute sorte de blasphèmes et de condamnations de Dieu Tout-Puissant. Ce qu’il venait de dire me semblait inconcevable. Il m’avait dit bien des fois que le Seigneur allait bientôt revenir, de sorte que nous devions amener les paroissiens à prier et être vigilants afin d’accueillir le Seigneur, mais maintenant que le Seigneur était revenu, il n’avait aucune intention de chercher, et il se permettait même de blasphémer et de condamner. Ce n’était en aucune manière un vrai croyant. Nullement affecté, j’ai continué à prêcher l’Évangile.

Puis l’évêque Wang est venu, accompagné de quelqu’un d’autre. Tout sourire, il m’a dit : « L’évêque Zhao m’a demandé de te convaincre d’aller le voir à l’Évêché. Il s’inquiète beaucoup de ton bien-être, et craint que tu ne prennes le mauvais chemin ! » L’entendre dire ça m’a vraiment agacé. Ils ne se souciaient pas des paroissiens qui se sentaient négatifs et affaiblis, mais désormais, ils allaient s’atteler à me harceler pour ma foi en Dieu Tout-Puissant. Ils essayaient de m’empêcher d’accepter l’œuvre de Dieu des derniers jours. Je lui ai répondu : « Vous êtes tous vraiment déterminés à m’écarter de ma foi. Depuis des années, les églises sont désertes, et dépourvues de l’œuvre du Saint-Esprit. Les frères et sœurs s’éloignent de la foi, ils sont piégés dans un cycle de péchés et de confessions. Ils se confessent, mais n’en sont pas moins incapables de briser les chaînes du péché. J’ai beaucoup souffert. J’ai appris des paroles de Dieu Tout-Puissant que notre foi dans le Seigneur apportait seulement le pardon des péchés, mais pas la purification. Si nos natures pécheresses ne sont pas résolues, nous n’échapperons jamais aux liens du péché. Le Seigneur est revenu dans les derniers jours, exprimant des vérités et faisant l’œuvre du jugement, pour résoudre la racine de la condition pécheresse de l’humanité, afin que nous puissions être libérés du péché. Les paroles de Dieu Tout-Puissant m’ont indiqué le chemin à suivre pour être purifié et pleinement sauvé. Après avoir examiné les choses, je n’ai aucun doute que Dieu Tout-Puissant est le Seigneur revenu. Quoi que vous disiez, je ne renoncerai pas à ma foi en Dieu Tout-Puissant. » L’évêque Wang a dit : « Il est vrai que l’église manque de l’œuvre du Saint-Esprit et de la présence du Seigneur, mais c’est temporaire. C’est le Seigneur qui nous met à l’épreuve. Si nous restons forts jusqu’au bout, nous assisterons à une grande renaissance de l’église. Si tu entraînes tout le monde vers l’Éclair Oriental, l’église sera vide, et alors comment pourrons-nous connaître une renaissance ? Le Seigneur va bientôt revenir, mais Il ne l’a pas encore fait. Penses-tu vraiment qu’Il n’annoncerait pas Son retour au pape ? Comme ni le pape ni les évêques n’ont appris le retour du Seigneur, il s’agit sans aucun doute d’une fausse nouvelle. Si tu crois en Dieu Tout-Puissant, sans l’approbation du pape ou des évêques, n’est-ce pas là de l’apostasie ? » En fait, en étudiant l’œuvre de Dieu Tout-Puissant, je m’étais posé moi aussi la même question, mais à force de recherche et d’échanges, j’avais compris. L’idée défendue par évêque Wang selon laquelle le Seigneur révèlerait d’abord Son retour au pape et aux évêques était sans fondements. Le Seigneur Jésus n’a jamais dit ça, et on ne trouve cela nulle part dans la Bible. Pour accueillir Son retour, nous devons nous fier aux propres paroles du Seigneur. Le Seigneur a dit : « Voici que je me tiens à la porte et je frappe : si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez toi, je souperai avec lui et lui avec moi » (Apocalypse 3:20). « J’ai encore beaucoup de choses à vous dire ; mais vous ne pouvez les porter à présent. Quand le Consolateur, l’Esprit de vérité, sera venu, il vous guidera dans toute la vérité » (Jean 16:12-13). Ces paroles du Seigneur sont parfaitement claires. Il parlera davantage et nous dira la vérité quand Il viendra, et c’est seulement si nous entendons Sa voix et acceptons les vérités qu’Il exprimera que nous pourrons accueillir le Seigneur. Le Seigneur Jésus a dit : « Mes brebis entendent ma voix. Je les connais et elles me suivent » (Jean 10:27). Les apôtres qui suivaient le Seigneur, comme Pierre et Matthieu, s’étaient d’abord attachés à écouter ce qu’Il prêchait, et ce n’est qu’ensuite qu’ils avaient compris qu’Il était le Messie qu’ils attendaient. Le Seigneur décide si nous faisons partie de Ses brebis en regardant si nous percevons Sa voix. C’est pourquoi la clef pour investiguer le vrai chemin, c’est d’écouter la voix du Seigneur et de se servir de ça pour Le reconnaître et L’accepter. C’est la façon de procéder la plus fiable. Dans l’Apocalypse, il est dit bien des fois : « Que celui qui a des oreilles entende ce que l’Esprit dit aux Églises ! » (Apocalypse chapitres 2, 3). Quand le Seigneur reviendra dans les derniers jours, Il ne le révèlera pas en premier aux dirigeants religieux et aux évêques. Il S’adressera directement aux Églises, en faisant entendre Sa voix. Dieu Tout-Puissant a exprimé tant de vérités, en dévoilant tant de mystères de la Bible, en nous expliquant Son plan de gestion pour notre salut, en nous indiquant le chemin à suivre pour être sauvés et pour entrer dans le royaume. Cela accomplit quelque chose que le Seigneur Jésus a dit : « Quand le Consolateur, l’Esprit de vérité, sera venu, il vous guidera dans toute la vérité. Car il ne parlera pas de lui-même, mais il dira tout ce qu’il aura entendu, et il vous annoncera les choses à venir » (Jean 16:13). Ceux qui reconnaissent la voix de Dieu dans Ses paroles et qui Le suivent sont Ses brebis, et ce sont les seuls à pouvoir accueillir le Seigneur. Alors j’ai réfuté ce que disait l’évêque Wang : « Vous affirmez que le pape et les évêques devraient être les premiers à apprendre le retour du Seigneur, mais vous basez-vous sur la parole du Seigneur ? Le Seigneur Jésus n’a jamais rien dit de tel, et Dieu le Père ou le Saint-Esprit non plus. Rien de tel ne figure dans la Bible. Ce que vous dites n’est-il donc pas simplement une notion et le fruit de l’imagination humaine ? Pour accueillir le Seigneur, nous devons suivre les paroles mêmes du Seigneur, et non nos notions ou notre imagination. Dans l’Ancien Testament, il est consigné que le jeune Samuel a servi Yahvé en présence d’Éli. Selon l’imagination humaine, la révélation de Yahvé aurait dû être accordée à Éli en premier, mais ce n’est pas ce que Yahvé a fait. Il a appelé le jeune Samuel quatre fois pour lui dire Sa volonté. Et quand le Seigneur Jésus est venu, au lieu de révéler Sa venue aux grands prêtres et aux scribes juifs, un ange est apparu aux bergers et Il leur a appris la naissance du Seigneur Jésus. De toute évidence, le Seigneur n’œuvre pas conformément aux notions de l’homme. Quels que soient le nombre d’années de foi de quelqu’un et son statut, tant que cette personne est prête à renoncer à ses notions, à chercher humblement et à s’appliquer à écouter la voix de Dieu, elle peut être témoin de l’apparition de Dieu. Le Seigneur est venu dans les derniers jours, exprimant des vérités et faisant l’œuvre du jugement. Il n’a pas à demander l’opinion de quiconque ou à Se révéler à quelqu’un en particulier. C’est là l’œuvre même de Dieu, avec laquelle aucun homme ne peut interférer. Quiconque désobéit ou se rebelle ne fera qu’offenser le tempérament de Dieu, exactement comme les scribes et les pharisiens, qui se sont accrochés à des notions et ont condamné le Seigneur Jésus, et L’ont fait clouer sur la croix. Ils ont commis un péché odieux et ont été damnés et punis par Dieu. Cette dure leçon ne mérite-t-elle pas que nous y réfléchissions ? » Très en colère, il a rétorqué : « Quelle audace, oser s’opposer au pape ! Tu sais, le prêtre Liu a été renvoyé de l’Église après avoir rejoint l’Éclair Oriental. Les membres de l’Église l’ont rejeté, et même sa famille s’est opposée à sa démarche. Il a renoncé à la prêtrise et a refusé une voiture et de l’argent. Ne trouves-tu pas ça anormal ? » À ce moment précis, je me suis dit que l’Église catholique n’avait vraiment pas l’œuvre du Saint-Esprit, et que tout ce dont les évêques étaient capables de parler, c’était d’argent, de statut et de plaisir, tout comme des incroyants. En quoi était-ce servir Dieu ? Ils auraient beau s’évertuer à me faire obstacle, j’étais bien décidé à suivre Dieu Tout-Puissant. J’ai déclaré : « La Bible dit : “Il faut obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes” (Actes 5:29). Je n’obéis qu’aux paroles de Dieu, pas à celles des hommes. Vous pouvez oublier ça, et cesser de me donner des conseils. » Voyant que je refusais de l’écouter, il est parti vexé.

Après ça, l’évêque Zhao et l’évêque Wang ont continué à essayer de me déranger et de se mettre en travers de mon chemin. Ils disaient : « Prêtre Wei, sois raisonnable ! Autrefois, pour t’aider à devenir prêtre, nous et d’autres prêtres avons risqué la prison pour te protéger, nous avons payé cher pour t’aider durant tes dix années de séminaire, quand tu apprenais à faire tes sermons. Nous t’avons donné à boire et à manger. Tes parents ont travaillé très dur pour que tu puisses obtenir ta prêtrise plus vite, et maintenant tu te retournes contre eux avec ta croyance en l’Éclair Oriental. Peux-tu encore nous regarder en face ? Peux-tu encore regarder en face tes parents ? Renonce à cette foi et reviens chez nous. Nous t’attendons. » Ça m’a bouleversé quand je les ai entendus dire ces choses. J’ai pensé à toutes ces années pendant lesquelles les évêques s’étaient occupés de moi, ils en avaient effectivement fait beaucoup. J’étais recherché par la police à cette époque, et les évêques s’étaient donné beaucoup de mal pour assurer ma sécurité. Ma famille était pauvre et les évêques s’étaient occupés de moi. Je craignais de me montrer déraisonnable en ne les écoutant pas. Mais je savais que Dieu Tout-Puissant était le Seigneur Jésus revenu, et que je ne pouvais pas Lui tourner le dos. Alors j’ai dit une prière : « Ô Dieu, je me sens faible. S’il Te plait, donne-moi foi et force pour échapper aux influences extérieures. » Alors j’ai ouvert « La Parole apparaît dans la chair », et j’ai vu ce passage : « Dès lors que tu viens au monde en poussant ton premier cri, tu commences à accomplir ton devoir. Pour le plan de Dieu et pour Son ordination, tu assumes ton rôle et tu commences ton voyage dans la vie. Quels que soient tes antécédents et quel que soit le voyage qui t’attend, personne ne peut échapper aux orchestrations et aux arrangements du Ciel, et personne n’a le contrôle de sa propre destinée, car seul Celui qui domine toutes les choses est capable d’une telle œuvre. Depuis le jour où l’homme est entré dans l’existence, Dieu a toujours réalisé Son œuvre de cette façon, en gérant cet univers et en contrôlant les règles de changement de toutes les choses ainsi que les chemins qu’elles empruntent. Comme toutes les autres choses, l’homme est nourri, discrètement et inconsciemment, par la douceur, la pluie et la rosée de Dieu. Comme toutes les autres choses, l’homme vit inconsciemment sous l’orchestration de la main de Dieu » (La Parole, vol. 1 : L’apparition et l’œuvre de Dieu, Dieu est la source de la vie de l’homme). Je me suis également souvenu que le Seigneur Jésus avait dit : « Regardez les oiseaux du ciel, qui ne sèment ni ne moissonnent et n’amassent rien dans des greniers, et votre Père céleste les nourrit. Ne valez-vous pas beaucoup plus qu’eux ? » (Matthieu 6:26). Dieu prend soin des oiseaux dans le ciel, alors imaginez ce qu’il en est des humains ! J’ai été fait par Dieu, et Il m’a donné la vie. Ma nourriture, mes vêtements, tout m’a été donné par Dieu. C’est grâce aux arrangements de Dieu que les évêques s’étaient occupés de moi, et l’occasion que j’avais eue de servir Dieu en tant que prêtre avait aussi été arrangée et déterminée par Lui. C’était Son amour. C’était Dieu que je devais remercier. Si je trahissais Dieu pour remercier quelqu’un de sa soi-disant bonté, voilà qui serait vraiment déraisonnable ! J’ai repensé alors à tous ces évêques et ces prêtres jaloux et assoiffés de pouvoir, avides des avantages que procure le statut. Le Seigneur était revenu, et non seulement ils refusaient de chercher et de s’y intéresser, mais ils empêchaient les autres d’accueillir le Seigneur, allant jusqu’à répandre des mensonges et des blasphèmes. Ne commettaient-ils pas le mal dans tout ce qu’ils faisaient ? Même s’ils semblaient gentils, ils n’essayaient pas d’amener les gens devant le Seigneur, pour les aider à Le connaître et à gagner la vérité et la vie grâce à Lui. Ils amenaient les gens devant eux-mêmes, pour qu’ils les idolâtrent et les suivent, ce qui éloignait de plus en plus les gens du Seigneur. Cela m’a rappelé le Seigneur exposant les pharisiens : « Malheur à vous, scribes et Pharisiens hypocrites, parce que vous fermez au nez des hommes le royaume des cieux ! Vous-mêmes en effet n’entrez pas, et vous ne laissez pas (entrer) ceux qui sont pour entrer. Malheur à vous, scribes et Pharisiens hypocrites, parce que vous dévorez les maisons des veuves, cela sous le semblant de longues prières. C’est pourquoi vous subirez une plus forte condamnation » (Matthieu 23:13-14). Les évêques et les prêtres contrôlaient fermement tout le monde et empêchaient les gens d’accueillir le retour du Seigneur. Quelle différence y avait-il avec les scribes et les pharisiens ? N’étaient-ils pas les mauvais serviteurs que l’œuvre de Dieu des derniers jours expose ? Vouloir faire preuve de conscience à leur égard serait une véritable trahison du Seigneur.

Plus tard, d’autres membres du clergé des autres provinces ont appris que j’avais accepté l’œuvre de Dieu Tout-Puissant dans les derniers jours. Les évêques et les prêtres de plusieurs paroisses ont commencé à m’assaillir. Ils étaient pleins de reproches, d’attaques et de condamnation, et disaient que ma croyance en l’Éclair Oriental était une trahison du Seigneur, que j’étais un traître et que je devais être damné. Pire, ils ont inventé des choses et déformé les faits, pour pouvoir calomnier et salir l’Église de Dieu Tout-Puissant et blasphémer contre Dieu Tout-Puissant. Pratiquement personne n’était prêt à simplement m’écouter avec calme. J’étais furieux. Comment ces gens, qui travaillaient pour Dieu, pouvaient-ils se comporter ainsi ? Ils ne proféraient que condamnations et blasphèmes, ils se montraient si haineux envers Dieu ! Pendant un moment, j’ai ressenti un grand serrement au cœur. Je n’arrivais pas à trouver la paix. Je savais que s’ils me condamnaient et me rejetaient de la sorte, leurs paroissiens ne manqueraient pas d’en faire autant. Où que j’aille, ils me couvriraient probablement de calomnies et de rumeurs. C’était vraiment douloureux et décevant pour moi. Puis, je me suis souvenu de ce que le Seigneur avait dit : « Heureux serez-vous, lorsqu’on vous insultera, qu’on vous persécutera, et qu’on dira faussement toute sorte de mal contre vous, à cause de moi » (Matthieu 5:11). Dieu S’est fait chair et est venu sur terre pour sauver l’humanité, subissant la condamnation et le renoncement du monde religieux, mais il a quand même exprimé des vérités pour nous sauver. Qu’était donc ma souffrance, en comparaison ? Cela vaut la peine de souffrir un peu pour suivre Dieu et recevoir la vérité et la vie. En pensant à ça, je n’étais plus inquiet du jugement ou de la condamnation des autres. Ils pouvaient bien me renier et me condamner, j’avais accueilli le Seigneur, lu Ses paroles et reçu Son abreuvement et Sa provision. C’était la plus grande des bénédictions. Cela m’a vraiment réconforté et apporté un sentiment de paix. Dans mon ancienne église, je n’étais pas nourri spirituellement, je vivais dans les ténèbres, alors qu’en suivant Dieu Tout-Puissant, je recevais la provision de la vérité et j’apercevais le salut à l’horizon. C’était comme revenir à la vie. J’avais trouvé la voie de la vie éternelle, et le clergé catholique aurait beau me condamner et se mettre en travers de mon chemin, j’allais suivre Dieu Tout-Puissant. Ensuite, j’ai lu ce passage des paroles de Dieu : « Dans chaque étape du travail que Dieu fait à l’intérieur des gens, à l’extérieur, tout apparaît comme des interactions entre les personnes, comme nées des arrangements humains ou d’une perturbation humaine. Mais, dans les coulisses, chaque étape de travail, tout ce qui arrive, est un pari que Satan a fait avec Dieu et requiert que les gens restent fermes dans leur témoignage en faveur de Dieu. Considérez quand Job a été éprouvé, par exemple : dans les coulisses, Satan faisait un pari avec Dieu, et ce qui est arrivé à Job est venu des actions des hommes et des perturbations des hommes. Derrière chaque étape du travail que Dieu fait en vous, il y a le pari de Satan avec Dieu. Derrière tout cela, il y a une bataille » (La Parole, vol. 1 : L’apparition et l’œuvre de Dieu, Ce n’est qu’en aimant Dieu que l’on croit vraiment en Dieu). À partir des paroles de Dieu, j’ai compris qu’en apparence, j’étais attaqué et réprimé par les évêques et les prêtres. Mais derrière tout cela, c’était en réalité Satan qui venait me bousculer et me mettre à la tentation. Par l’intermédiaire des évêques et des prêtres, Satan utilisait l’argent, le pouvoir et le prestige pour me tenter de trahir Dieu. Lorsqu’ils n’obtenaient pas ce qu’ils voulaient, ils s’en prenaient à moi. Leur but était de me forcer à abandonner ma foi en Dieu Tout-Puissant pour me faire perdre Son salut. Je ne pouvais pas tomber dans les pièges de Satan. Plus le clergé me jugeait et m’attaquait, plus je voyais la vérité sur la manière dont ils résistaient à Dieu et haïssaient la vérité. Pas un seul d’entre eux ne cherchait ou ne désirait l’apparition de Dieu. Ils étaient arrogants et incapables d’accepter la vérité. Tous n’étaient que des pharisiens des temps modernes travaillant contre Dieu.

Un matin, à l’aube, vingt jours plus tard, et alors que j’étais en prière à l’église avec des moines, des nonnes et des paroissiens qui venaient tout juste d’accepter Dieu Tout-Puissant, les prêtres Wang et Li sont arrivés avec les diacres et des paroissiens d’ordinaire peu fervents. Ils étaient environ 70, et ils ont tous fait irruption dans la cour de l’église. Leurs visages étaient menaçants, et je me suis dit qu’ils avaient recours à la violence pour empêcher les frères et sœurs de rechercher le vrai chemin. J’avais très peur et j’ai vite prié Dieu : « Dieu ! Ma stature est petite, s’il Te plait, donne-moi foi et force, pour que je ne m’incline pas devant ces forces religieuses de l’antéchrist. » Cette prière m’a apaisé, et j’avais moins peur. Je me suis approché d’eux calmement et j’ai dit : « Prêtre Wang, prêtre Li, pourquoi avez-vous amené tous ces gens ici ? » Wang m’a pointé du doigt et a dit : « Tu as accepté l’Éclair Oriental et, pire, tu as entraîné des paroissiens avec toi. Accueillir le retour du Seigneur est une affaire sérieuse, mais tu es passé à l’Éclair Oriental en secret, sans nous en parler. Tu te rebelles ! As-tu oublié les propres paroles du Seigneur ? La Bible dit : “Alors, si quelqu’un vous dit : ‘voici le Christ ici !’ Ou ‘là !’ ne le croyez point. Car il s’élèvera de faux Christs et de faux prophètes, et ils feront de grands miracles et des prodiges jusqu’à induire en erreur, s’il se pouvait, les élus mêmes(Matthieu 24:23-24). Toute annonce de la seconde incarnation du Seigneur est donc fausse. Tu as été trompé et tu as trahi le Seigneur. Nous t’offrons une dernière chance. Renonce à l’Éclair Oriental et fais rentrer les autres dans le rang, et tu pourras rester prêtre. » J’ai répondu très fermement : « Prêtre Wang, tu peux me faire ce que tu veux, mais nous empêcher d’investiguer le vrai chemin, d’entendre la voix de Dieu et d’accueillir le retour du Seigneur, c’est absolument inacceptable. Il est vrai qu’il y a de faux Christs et de faux prophètes qui trompent les gens dans les derniers jours, mais le Seigneur a assuré qu’Il reviendrait. Nous ne pouvons pas refuser d’accueillir le retour du Seigneur par crainte d’être trompés par de faux Christs. Ne serait-ce pas là comme renoncer à manger par peur de s’étouffer ? Le Seigneur Jésus nous a dit d’être sur nos gardes par rapport aux faux Christs : ils ne peuvent pas exprimer la vérité, mais ils tromperont les gens avec des signes et des miracles. Seul Christ dans la chair peut exprimer la vérité, accorder la vie à l’humanité, et nous indiquer le chemin du salut, jusqu’au royaume de Dieu. Christ est l’Esprit de Dieu sous forme charnelle et Il possède une essence divine, Lui seul peut donc exprimer la vérité pour nourrir et guider les humains, Lui seul peut exprimer le tempérament de Dieu et achever l’œuvre pour racheter et sauver l’homme. Aucun humain ne peut le faire ni ne peut l’imiter. Dieu Tout-Puissant est apparu et œuvre dans les derniers jours, dévoilant les mystères du plan de gestion de 6 000 ans de Dieu et des incarnations, exprimant toutes les vérités nécessaires à la purification et au salut de l’humanité. Seul Dieu Lui-même pourrait accomplir toute cette œuvre. Qui, à part Dieu, pourrait exprimer la vérité ? Qui d’autre pourrait accomplir l’œuvre du jugement dans les derniers jours ? Qui d’autre pourrait purifier et sauver pleinement l’humanité ? Personne. Le fait que Dieu Tout-Puissant exprime tant de vérités prouve pleinement qu’Il est le Seigneur Jésus revenu, qu’Il est Christ des derniers jours. » Le prêtre Wang, les yeux exorbités, m’a montré du doigt et a dit : « Nous nous moquons de savoir si tu as raison ! Puisque tu ne veux pas rebrousser chemin, et que tu tiens absolument à l’Éclair Oriental, les évêques nous ont demandé de t’avertir : tu dois cesser immédiatement de répandre l’Éclair Oriental, et nous remettre leurs livres. » Puis le prêtre Li a dit : « Rends-nous les clefs de l’église et livre-nous également ce prédicateur de l’Éclair Oriental ! » Alors, le prêtre Wang a ordonné aux paroissiens : « Fouillez les lieux, et trouvez tous les livres de l’Éclair Oriental ! Ils ne peuvent pas pratiquer leur foi sans ces livres ! » Puis il a ordonné à quelques personnes de me maîtriser. L’un des diacres s’est mis à genoux devant moi en criant : « Tu ne peux pas croire en Dieu Tout-Puissant ! Qu’allons-nous faire si tu n’es plus notre prêtre ? Tu dois nous guider jusqu’au ciel… » Je n’ai pas pu m’échapper. Impuissant, j’étais condamné à les regarder se ruer dans la cour de l’église, armés de pelles et de houes. Puis je les ai entendus casser des fenêtres et des portes. J’étais vraiment furieux et inquiet, car Frère Chen Guang, qui partageait l’Évangile, se trouvait à l’intérieur. S’ils mettaient la main sur lui, il allait y avoir des problèmes. Les paroissiens qui se trouvaient à l’intérieur connaissaient encore mal l’Évangile de Dieu Tout-Puissant des derniers jours et n’avaient pas de bonnes bases. Je craignais qu’ils n’aient pas la force de résister à ce genre de troubles. Bientôt, ils avaient mis sens dessus dessous la quasi-totalité des pièces de l’église, et même le tabernacle avait été renversé. Comme ils n’avaient pas trouvé les livres des paroles de Dieu, et qu’ils étaient décidés à continuer à chercher, ils sont allés intimider et menacer les membres de l’Église chez eux, tout en répandant des rumeurs, et ont récupéré la plupart de leurs exemplaires des paroles de Dieu. Ils ont battu si violemment Chen Guang qu’il était incapable de se relever, et les prêtres ont même dit qu’ils allaient le livrer à la police. J’étais furieux, et je leur ai lancé : « Chen Guang est un vrai croyant. Le battre aussi férocement et aller jusqu’à menacer de le livrer à la police… Avez-vous la moindre conscience ? Croyez-vous en Dieu ? Dieu est juste et ceux qui font le mal et Lui résistent recevront assurément des représailles. » M’ayant entendu dire ça, les prêtres et les diacres n’ont finalement pas livré Chen Guang à la police. Puis le prêtre Wang m’a dit : « Les évêques et les prêtres sont animés de bonnes intentions, j’espère que tu le comprends. Reviens à l’Évêché avec nous. » Je lui ai répondu : « Je n’irai pas avec vous. J’ai entendu la voix de Dieu et je suis les pas de l’Agneau. Je suis résolu à suivre ce chemin ! » Alors, exaspérés, ils sont partis.

Cette nuit-là, je n’ai pas pu trouver le sommeil. Les évènements de la journée défilaient dans ma tête comme un film. J’étais bouleversé. Je me demandais comment des évêques et des prêtres, serviteurs de longue date du Seigneur, pouvaient autant détester nous voir rechercher le vrai chemin. Une église est un lieu de culte, pourtant ils avaient eu l’audace de tout démolir, de battre un frère qui partageait l’Évangile, et de s’emparer des livres des paroles de Dieu. Ils étaient capables de n’importe quel acte malfaisant ! Ces prêtres ayant des relations au sein du gouvernement, ils pouvaient me dénoncer à la police à tout moment. J’avais toujours refusé de rejoindre l’Église officielle, et le Chef de la section de la sécurité politique m’avait toujours considéré comme un agitateur. Il m’avait déjà menacé, en disant que mon refus de rejoindre l’Église des Trois Autonomies lui avait valu d’être critiqué par le Département provincial et le Bureau municipal de la sécurité publique, et qu’il allait me montrer de quoi il retournait dès qu’il en aurait l’occasion. Dès lors, parce que j’étais un croyant en Dieu Tout-Puissant, je risquais d’être torturé à mort si la police mettait la main sur moi. Me voir ainsi renié et condamné par le monde religieux et être poursuivi par le Parti me faisaient beaucoup souffrir. Je ne faisais que suivre les pas du Seigneur, suivre Christ des derniers jours. Pourquoi était-ce aussi difficile ? Ce soir-là, je n’ai pas fermé l’œil de la nuit. J’ai prié Dieu : « Dieu, s’il Te plait, aide-moi et donne-moi foi et force, pour que je puisse surmonter ma faiblesse charnelle, et rester ferme jusqu’au bout. » Puis j’ai pensé à un hymne des paroles de Dieu que j’avais appris un jour :

1 Dieu Tout-Puissant, le Chef de toutes choses, exerce Son pouvoir royal depuis Son trône. Il règne sur l’univers et sur toutes choses, et Il est dans l’action de nous guider sur la terre entière. Nous serons près de Lui à tout moment et nous nous présenterons devant Lui en toute tranquillité, sans manquer un seul moment, et avec des leçons que nous pouvons apprendre en permanence. Tout, depuis l’environnement qui nous entoure jusqu’aux personnes, aux évènements et aux objets, tout cela existe avec la permission de Son trône. Ne laisse en aucun cas des griefs survenir dans ton cœur, ou Dieu ne t’accordera pas Sa grâce.

[…]

4 La foi est comme un pont à tronc d’arbre unique : ceux qui se cramponnent totalement à la vie auront du mal à la traverser, mais ceux qui sont prêts à se sacrifier pourront traverser d’un pas assuré et sans inquiétude. Si les hommes nourrissent des pensées timides et craintives, c’est parce que Satan les a dupés, craignant que nous traversions le pont de la foi pour entrer en Dieu. […]

– La Parole, vol. 1 : L’apparition et l’œuvre de Dieu, Déclarations de Christ au commencement, Chapitre 6

Chantonner cet hymne encore et encore m’a donné de la force, intérieurement. C’est vrai. Tout dans l’univers est entre les mains de Dieu, y compris ma destinée, alors que je sois arrêté ou non dépendait aussi de Dieu. Satan connaissait mes faiblesses, et il m’avait donc attaqué à l’aide de la renommée, du statut et de la menace d’arrestation pour m’amener à trahir Dieu Tout-Puissant. Dieu Se servait de cette situation pour parfaire ma foi, et voir si j’étais décidé à tout abandonner afin de continuer à Le suivre. Je souffrais de leur coercition, mais je ressentais la direction de Dieu, et ma foi en Lui ne faisait que croître. Je me suis souvenu que le Seigneur avait dit : « Car celui qui voudra sauver sa vie, la perdra ; et celui qui perdra sa vie à cause de moi, la trouvera » (Matthieu 16:25). Afin de racheter l’humanité, le Seigneur Jésus a été crucifié par le monde religieux et le gouvernement. Les disciples qui Le suivaient ont tous été persécutés. Ils ont été lapidés à mort, écartelés par des chevaux, ou pendus. Ils ont subi le martyre pour diffuser l’Évangile, portant ainsi un magnifique témoignage, et gagnant l’approbation de Dieu. Suivre Dieu, c’est prendre le chemin de la croix. Le Seigneur Jésus nous a déjà servi de modèle. Nous devons boire au même calice amer que le Seigneur et suivre le chemin qu’Il a suivi. Maintenant que je suivais Dieu Tout-Puissant, même si cela me valait d’être arrêté et torturé par le Parti communiste, ce serait là souffrir la persécution au nom de la justice. Ce serait gagner l’approbation de Dieu en même temps qu’un acte glorieux. Quelles que soient les épreuves auxquelles je serais confronté, j’étais prêt à donner ma vie pour ça, à suivre Dieu jusqu’à la fin.

Plus tard, j’ai réfléchi à la raison pour laquelle les évêques et les prêtres n’avaient aucune envie de rechercher ou d’étudier l’Évangile de Dieu des derniers jours, et pourquoi ils y résistaient ? J’ai lu ceci dans les paroles de Dieu Tout-Puissant : « Voulez-vous savoir ce qui a poussé les pharisiens à s’opposer à Jésus ? Voulez-vous connaître l’essence des pharisiens ? Ils étaient emplis de fantasmes sur le Messie. De plus, ils croyaient seulement que le Messie viendrait, mais ne poursuivaient pas la vie-vérité. Et ainsi, encore aujourd’hui, ils attendent toujours le Messie, car ils n’ont aucune connaissance du chemin de la vie, et ne savent pas ce qui est le chemin de la vérité. Comment, dites-Moi, ces gens insensés, têtus et ignorants pourraient-ils obtenir la bénédiction de Dieu ? Comment pourraient-ils voir le Messie ? Ils se sont opposés à Jésus parce qu’ils ne connaissaient pas la direction de l’œuvre du Saint-Esprit, parce qu’ils ne connaissaient pas le chemin de la vérité dont Jésus a parlé et, en outre, parce qu’ils ne comprenaient pas le Messie. Et puisqu’ils n’avaient jamais vu le Messie et n’avaient jamais été en compagnie du Messie, ils ont commis l’erreur de s’en tenir au seul nom du Messie tout en s’opposant à l’essence du Messie par tous les moyens possibles. Ces pharisiens étaient, par essence, têtus, arrogants et n’obéissaient pas à la vérité. Le principe de leur croyance en Dieu était : quelle que soit la profondeur de Ta prédication, quelle que soit la hauteur de Ton autorité, Tu n’es Christ que si Tu es appelé le Messie. Cette croyance n’est-elle pas absurde et ridicule ? » (La Parole, vol. 1 : L’apparition et l’œuvre de Dieu, Quand tu verras le corps spirituel de Jésus, Dieu aura renouvelé le ciel et la terre). En lisant ces paroles de Dieu, j’ai appris que les pharisiens s’étaient opposés au Seigneur Jésus parce qu’ils étaient têtus, arrogants et qu’ils haïssaient la vérité. Ils avaient entendu les paroles du Seigneur Jésus, mais refusaient de reconnaître qu’Il disait la vérité. Ils savaient que le Seigneur Jésus avait permis aux aveugles de voir, qu’Il avait guéri les lépreux, ramené les morts à la vie, et montré tant de signes et de miracles, mais ils avaient refusé d’admettre qu’Il était le Messie prophétisé, Dieu Lui-même. Ils étaient convaincus que le Seigneur Jésus n’était qu’un homme, et ils L’avaient même blasphémé, en disant qu’Il chassait les démons par le prince des démons. Ils ne reconnaissaient pas l’œuvre du Saint-Esprit, n’acceptaient pas la vérité, et n’obéissaient pas aux paroles de Dieu. Ils s’accrochaient au nom de « Messie » et s’en tenaient à leurs notions et à leur imagination, et ils ont finalement fait clouer le Seigneur Jésus sur la croix. Aujourd’hui, le Seigneur est revenu en tant que Dieu Tout-Puissant qui exprime des vérités pour juger et purifier l’humanité, et qui montre ouvertement le tempérament de Dieu : juste, majestueux et qui ne tolère aucune offense. Les paroles de Dieu Tout-Puissant sont puissantes et pleines d’autorité, elles ont ébranlé le cœur des vrais croyants de toutes confessions, qui reconnaissent tous que les paroles de Dieu Tout-Puissant sont la vérité, et qu’elles sont les paroles du Saint-Esprit adressées aux Églises. Mais les évêques et les prêtres s’accrochent au sens littéral des Écritures, ainsi qu’à leurs notions et à leur imagination, attendant avec arrogance que le Seigneur revienne et leur fasse une révélation à eux en premier. Ils ne cherchent pas la vérité et n’essaient absolument pas d’écouter la voix de Dieu. Ils se contentent follement d’empêcher les gens d’accepter l’œuvre de Dieu des derniers jours. Toutes ces choses qu’ils font révèlent leur vrai visage, celui de la haine de la vérité et de la haine de Dieu. Ce sont des pharisiens des temps modernes jusqu’au bout des ongles.

Quand ils sont repartis, après avoir vandalisé l’église, je me suis retrouvé avec des moines et des nonnes qui voulaient partager l’Évangile. Quelques jours plus tard, un frère m’a fait parvenir un message pour me dire de ne surtout pas revenir. En effet, au lendemain de mon départ, la police était venue à l’église pour m’arrêter. Ne m’ayant pas trouvé, les policiers s’étaient installés sur place pour m’attendre. Ils avaient arrêté plusieurs personnes qui venaient d’accepter l’Évangile et exigé qu’on leur dise où je me trouvais. Ce frère ajoutait que le capitaine de la Brigade de sécurité nationale avait un rapport conjoint sur moi, rédigé par les diacres de plusieurs paroisses. Ce rapport disait que j’avais refusé de rejoindre l’Église des Trois Autonomies et appelé les diacres et les prêtres à en faire autant, et que je m’opposais donc directement au gouvernement. Ce capitaine disait que prêcher l’Éclair Oriental était passible de la peine de mort, et qu’ils avaient le droit de tirer pour tuer. La police avait menacé les frères et sœurs, en disant qu’ils risquaient d’être condamnés s’ils ne disaient pas où je me cachais. Ces nouvelles m’ont rendu vraiment furieux. Le Parti m’avait harcelé sans répit pendant des années pour me forcer à rejoindre les Trois Autonomies. Désormais que je suivais Dieu Tout-Puissant et partageais l’Évangile des derniers jours, j’allais devenir une véritable gêne pour eux. Ils souhaitaient m’arrêter et me voir mort sur-le-champ. Ces démons du Parti communiste sont ignobles ! Mais je savais dans mon cœur que, sans la permission des évêques et des prêtres, les diacres ne m’auraient jamais dénoncé de leur propre chef. Cela montrait encore plus clairement leur nature sinistre et perverse. J’ai songé aux pharisiens qui, pour empêcher les croyants juifs d’accepter le salut du Seigneur Jésus, avaient collaboré avec le pouvoir romain pour que le Seigneur soit sauvagement cloué sur la croix, et que Ses disciples soient poursuivis et persécutés. Désormais, le clergé collaborait avec le régime satanique du Parti communiste pour me pourchasser et m’obliger à me détourner de Dieu Tout-Puissant. Ils n’étaient pas différents des pharisiens de ce temps-là.

Quelque temps après le rapport des diacres, la maison de mes hôtes était surveillée par la police, et mes frères et sœurs m’ont tout de suite évacué. Malheureusement, le lendemain, j’ai appris que mes hôtes avaient été arrêtés. Les policiers leur avaient montré une photo de moi et avaient exigé de mes hôtes qu’ils leur disent où je me trouvais. Après quoi, j’ai dû constamment me déplacer pour éviter d’être arrêté. Je me cachais sans cesse pour essayer d’échapper au Parti communiste, me demandant quand tout cela allait enfin s’arrêter. Durant la Révolution culturelle, mon oncle avait été battu à mort parce qu’il était catholique, et son corps portait encore les marques des chaînes et les cicatrices de la stigmatisation. Tout cela est resté gravé dans ma mémoire. J’avais peur. Si je venais à tomber entre les mains du Parti, comment allait-on me torturer ?

Puis, j’ai entendu un hymne des paroles de Dieu :

Tu dois tout abandonner pour la vérité

1 Tu dois endurer des épreuves pour la vérité, te donner à la vérité, tu dois endurer l’humiliation pour la vérité et, pour gagner plus de vérité, tu dois subir plus de souffrance. C’est ce que tu devrais faire. Tu ne dois pas rejeter la vérité pour obtenir une vie de famille paisible et tu ne dois pas perdre la dignité et l’intégrité de ta vie pour un plaisir momentané.

2 Tu devrais poursuivre tout ce qui est beau et bon et tu devrais poursuivre un chemin plus significatif dans la vie. […]

– La Parole, vol. 1 : L’apparition et l’œuvre de Dieu, Les expériences de Pierre : sa connaissance du châtiment et du jugement

Tout en chantant cet hymne, j’ai songé à sa signification. Et ce faisant, j’ai un peu mieux compris la volonté de Dieu et ma foi s’est renforcée. En Chine, cette nation qui résiste à Dieu, suivre Dieu et gagner la vérité requiert une part de souffrance. Ce n’est qu’à travers les difficultés et les épreuves que notre foi peut être perfectionnée et que nous gagnons en discernement sur toute sorte de choses. J’avais été rejeté et trahi par le monde religieux parce que je suivais Christ des derniers jours, Dieu Tout-Puissant, et désormais, voilà que j’étais pourchassé par le grand dragon rouge et sans cesse en fuite. J’étais sur la corde raide tous les jours et je souffrais beaucoup. Mais ces expériences m’ont aidé à voir plus clairement une réalité, à savoir que le clergé haïssait la vérité et haïssait Dieu. J’ai aussi véritablement fait l’expérience de la direction de Dieu. Chaque fois que je me sentais malheureux et faible, Dieu me guidait vers la compréhension de Sa volonté, Il me donnait force et foi, de sorte que je n’étais plus ni faible ni effrayé. J’ai ressenti Dieu qui me guidait et veillait sur moi. Même s’il y avait une bonne part de malheur, tout cela avait du sens et de la valeur. Même si je finissais par me faire arrêter, je savais que ce serait avec la permission de Dieu, et j’étais prêt à me soumettre à Ses orchestrations et à Ses arrangements. J’étais prêt à suivre Dieu quelles que soient les difficultés !

Alors même que j’avais quitté l’église, le clergé s’obstinait à m’empêcher de répandre l’Évangile. Un jour, je suis allé chercher quelqu’un à la gare routière, mais juste au moment où j’allais en ressortir, plusieurs personnes m’ont soudainement entouré et se sont emparées de moi. J’ai été vraiment surpris. Je ne comprenais pas ce qui se passait. Puis des membres de ma famille et des proches sont sortis d’une voiture avant de me pousser à l’intérieur, sans aucune explication. J’ai découvert par la suite que les évêques avaient demandé au diacre d’appeler ma famille et un certain nombre de paroissiens pour leur dire que j’avais rejoint l’Éclair Oriental, que j’avais perdu la tête après m’être injecté et avoir consommé des drogues psychotropes, que je ne voulais plus être prêtre et que je me moquais même de l’argent. Ils ont dit que j’étais sous emprise, que j’allais à l’encontre de mes vœux envers le Seigneur, que j’avais épousé une veuve, et que mes enfants avaient tel et tel âge. Ils ont demandé à ma famille et à mes proches de collaborer avec les évêques pour me faire revenir, et pour m’empêcher de suivre Dieu Tout-Puissant et de partager l’Évangile. Ma famille adorait littéralement le clergé, et ils ont donc cru tout ce qu’on leur avait dit. Si bien qu’ils ont écouté les évêques et sont venus me chercher. En entendant toutes ces rumeurs, j’étais furieux, et j’ai vu encore plus clairement que les membres du clergé étaient des démons dans la chair. Il est dit dans la Bible : « Le père dont vous êtes issus, c’est le diable, et vous voulez accomplir les desseins de votre père. Il a été homicide dès le commencement, et n’est point demeuré dans la vérité, parce qu’il n’y a point de vérité en lui. Lorsqu’il profère le mensonge, il parle de son propre fonds, car il est menteur et père du mensonge » (Jean 8:44). Seuls des démons mentiraient et répandraient des rumeurs aussi gratuitement, en portant de faux témoignages pour tromper les gens.

Ensuite, ma famille m’a emmené de force à l’Évêché. Tout sourire, l’évêque Zhao m’a donné une fausse accolade : « Te voilà de retour, la brebis égarée rentre au bercail. » Puis il a demandé à tout le monde de partir pour pouvoir me parler seul à seul. Il a dit : « Autrefois, quand tu as voulu poursuivre des études à l’université, nous avons refusé. Mais cette fois, nous sommes prêts à satisfaire toutes tes exigences, tu peux aller à l’université de ton choix. Des tas d’écoles de théologie manquent de professeurs et de nombreuses paroisses manquent de prêtres. Si tu ne veux pas aller à l’université, tu pourrais devenir professeur dans une école de théologie ou choisir la paroisse dans laquelle tu aimerais servir comme curé. Tu n’es plus tout jeune, et tu as vécu des choses difficiles ces dernières années. Nous avons de l’argent, une voiture et une maison qui n’attendent que toi. Tu n’auras même pas à t’inquiéter de ta pension. Renonce juste à l’Éclair Oriental, deviens prêtre, et tu n’auras plus aucun souci à te faire. » L’entendre dire ça m’a vraiment révulsé. Ces évêques ne pensaient qu’au statut, à l’argent et à la renommée. Ils croyaient au Seigneur, mais ne suivaient pas Ses paroles. Ils ne cherchaient pas du tout à se renseigner ni ne s’intéressaient à la nouvelle que le Seigneur était revenu. Dans le but de protéger leur statut et leur renommée, ils essayaient contre toute raison d’empêcher les autres d’accepter l’Évangile de Dieu des derniers jours. Leur statut et leur renommée pouvaient-ils vraiment les sauver du péché ? Alors j’ai dit à l’évêque Zhao : « Évêque Zhao, je ne veux rien de tout cela. Quand Satan a tenté le Seigneur Jésus, il s’est servi de l’argent et de la gloire pour essayer d’amener le Seigneur à s’incliner devant lui. Alors, de qui tenez-vous réellement ce que vous dites ? Quand vous m’avez ordonné prêtre, nous avons juré au Seigneur de prendre une croix et de Le suivre pour la vie. Aujourd’hui, le Seigneur est revenu, et je suis résolu à Le suivre. Quand bien même le pape retournerait tout le monde contre moi, et convaincrait tout un chacun de me rejeter, rien ne pourrait m’arrêter ! » Quand l’Évêque Zhao a vu qu’il ne parviendrait pas à me tenter, il s’est montré menaçant : « Tu ferais mieux de cesser de parler de l’Éclair Oriental aux membres de l’Église ! » Je n’ai rien répondu. Puis il m’a emmené manger à l’extérieur. Des membres de ma famille étaient là également. L’un d’eux m’a dit : « Tu es le seul prêtre de la famille depuis des générations, et tu fais notre fierté. Nous n’aurions jamais imaginé que tu rejoindrais l’Éclair Oriental. Ton père est octogénaire maintenant, et toi tu prêches l’Éclair Oriental au lieu de prendre soin de tes parents. Tu as même renoncé à la prêtrise. C’est trahir le Seigneur, et tu iras en enfer pour ça ! » Puis mon frère est intervenu : « J’ai beaucoup souffert pour que tu puisses devenir prêtre ! Quand tu étais à l’école de théologie, nous avions à peine de quoi manger, et je me suis donné du mal pour que tu aies nourriture et argent. Ça n’a pas été facile de te faire obtenir ta prêtrise. Et maintenant, tu es avec l’Éclair Oriental, tu as trahi le Seigneur. Tu n’es pas prêtre et tu te moques de l’argent. As-tu perdu la raison ? » J’ai répondu : « Il est vrai que j’avais besoin de votre soutien pour devenir prêtre, mais pourquoi dire que je refuse de rentrer à la maison pour m’occuper de nos parents ? Quand je suis devenu prêtre, j’ai juré au Seigneur de renoncer à mon foyer, à ma famille et au mariage pour Le servir toute ma vie. Il est dit dans la Bible : “Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi n’est pas digne de moi ; et celui qui aime son fils ou sa fille plus que moi n’est pas digne de moi. Celui qui ne prend pas sa croix et ne me suit pas, n’est pas digne de moi(Matthieu 10:37-38). Tu dis que je devrais renoncer à partager l’Évangile, et rentrer à la maison par devoir filial, mais est-ce conforme aux paroles du Seigneur ? Notre foi signifie prendre une croix et partager l’Évangile, à le faire parvenir à chaque famille et chaque foyer. Aujourd’hui, le Seigneur est revenu et Il accomplit l’œuvre du jugement en commençant par la maison de Dieu, partager cet Évangile est donc une cause très juste. Je ne trahis pas le Seigneur, je marche dans Ses pas… » Avant que je puisse finir, mon frère a tendu la main comme s’il allait me frapper. Il a dit que j’avais fait honte à des générations de notre famille et qu’il me casserait les jambes si je continuais à prêcher l’Évangile. Puis il s’est mis à blasphémer. Ensuite, l’évêque Zhao m’a retenu. Il refusait de me laisser partir, disant que j’avais besoin de soins médicaux. Si je partais, je serais suivi. J’avais l’impression de n’être qu’un criminel, privé de toute liberté. Heureusement, le quatrième jour, je m’en suis remis à Dieu et j’ai profité d’un moment d’inattention parmi eux pour m’échapper, et aller retrouver mes frères et sœurs et continuer à partager l’Évangile.

J’ai vu que les membres du clergé empêchaient les gens d’entendre la voix de Dieu et d’accueillir le Seigneur, mais aussi qu’ils avaient recours à toute sorte de tactiques pour tromper les croyants et les emmener sur un chemin d’opposition à Dieu, en faisant d’eux leurs objets sacrificiels. Et ma famille travaillait contre Dieu et Le blasphémait, c’était uniquement la conséquence des mensonges, des condamnations et des attaques lancés par l’évêque contre Dieu. Je me suis souvenu que lorsque le Seigneur a maudit les pharisiens, Il a dit : « Malheur à vous, scribes et Pharisiens hypocrites, parce que vous fermez au nez des hommes le royaume des cieux ! Vous-mêmes en effet n’entrez pas, et vous ne laissez pas (entrer) ceux qui sont pour entrer. […] Malheur à vous, scribes et Pharisiens hypocrites, parce que vous courez la mer et la terre pour faire un prosélyte, et, quand il l’est devenu, vous faites de lui un fils de la géhenne, deux fois plus que vous ! » (Matthieu 23:13-15). Les évêques et les prêtres, eux aussi, avaient amené les gens à rejoindre la religion, puis ils avaient forcé tout le monde à les écouter, à s’opposer à Dieu, et ils avaient fait de ces gens des enfants de l’enfer. C’étaient des démons qui dévoraient l’âme des gens ! Dieu Tout-Puissant dit : « Certaines gens lisent la Bible dans des églises imposantes et la récitent toute la journée, mais pas un seul d’entre eux ne comprend le but de l’œuvre de Dieu. Aucun d’entre eux n’est capable de connaître Dieu et encore moins capable d’être en accord avec la volonté de Dieu. Ils sont tous des gens vils et inutiles, ils se placent en hauteur pour sermonner Dieu. Ils s’opposent à Dieu volontairement même en portant Son étendard. Affirmant qu’ils croient en Dieu, ils mangent tout de même la chair de l’homme et boivent son sang. Tous ces gens sont des diables qui dévorent l’âme de l’homme, des démons dirigeants qui perturbent intentionnellement ceux qui tentent d’emprunter la bonne voie, et des pierres d’achoppement qui entravent le chemin de ceux qui cherchent Dieu. Ils peuvent paraître de “bonne constitution”, mais comment leurs disciples sauront-ils qu’ils ne sont nul autre que des antéchrists qui mènent l’homme à s’opposer à Dieu ? Comment leurs disciples sauront-ils qu’ils sont des démons vivants qui se dévouent à dévorer des âmes humaines ? » (La Parole, vol. 1 : L’apparition et l’œuvre de Dieu, Tous les gens qui ne connaissent pas Dieu s’opposent à Dieu). Ces paroles de Dieu m’ont montré quel genre de gens étaient vraiment ces dirigeants religieux. Ils se vantent sans cesse d’avoir l’autorité nécessaire pour pardonner les péchés. Lorsque les croyants pèchent, ils doivent s’agenouiller devant le clergé et se confesser pour recevoir l’absolution. Le clergé prend la place de Dieu et s’efforce de tromper les gens, de les amener à l’adorer, à le suivre et à le traiter comme Dieu Lui-même. Une fois trompés de façon si grossière, les gens deviennent réticents à entendre la voix de Dieu et à Le suivre. Aux yeux des paroissiens, le clergé est devenu comme Dieu. Maintenant que le Seigneur est revenu et qu’Il exprime des vérités pour sauver l’humanité, ils refusent de chercher ou d’investiguer, ni de permettre aux croyants d’accepter ce retour. Ils préfèrent se répandre en mensonges, juger, condamner et dénigrer l’Église de Dieu Tout-Puissant. Ils n’aiment ni Dieu ni la vérité, mais seulement le statut et l’argent, et ils sont avides des avantages que procure le statut. Pour mieux préserver leur situation et leur revenu, ils gardent les croyants fermement sous leur emprise, ils dévorent l’âme des gens, tout en affirmant servir Dieu. Ce sont d’authentiques démons, des antéchrists qui se cachent au sein de l’Église, haïssent la vérité et sont les ennemis de Dieu. Ayant été l’objet maintes et maintes fois des tentations et des déstabilisations des dirigeants religieux, j’ai clairement vu qu’ils avaient une essence d’antéchrists opposée à Dieu. Ce sont les paroles de Dieu Tout-Puissant qui ont amélioré mon discernement et qui m’ont donné la foi et la force de surmonter leurs tentations et leurs attaques, mais aussi de voir l’essence de ces antéchrists dans le monde religieux, de me soustraire à leur emprise et de suivre Dieu. J’ai personnellement fait l’expérience que les paroles de Dieu Tout-Puissant sont la vérité et la vie. Je suis si reconnaissant pour le salut de Dieu !

Précédent: 31. L’effronterie qu’il y a à se mettre en valeur

Suivant: 33. Histoire de la dénonciation d’une fausse dirigeante

Cliquez sur le bouton pour nous contacter, et de bonnes nouvelles de Dieu viendront à vous et à votre famille !

Contenu connexe

34. Un éveil spirituel chrétien

Par Lingwu, JaponJe suis un enfant des années quatre-vingt, né dans une famille paysanne ordinaire. Mon frère aîné, depuis son plus jeune...

11. J’ai retrouvé le Seigneur

Par Li Lan, Corée du SudDieu Tout-Puissant dit : « Christ des derniers jours apporte la vie et apporte le chemin durable et éternel de la...

Paramètres

  • Texte
  • Thèmes

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Interligne

Largeur de page

Contenu

Chercher

  • Rechercher ce texte
  • Rechercher ce livre

Contactez-nous par WhatsApp