95. Comment faire face à l’émondage

Par Rosalie, Corée du Sud

Mercredi 17 août 2022 - temps clair

J’ai commencé un nouveau devoir aujourd’hui. J’effectue un travail textuel. Bien que ce soit inattendu, je suis heureuse d’être capable de faire ce devoir. Je sais que c’est la grâce de Dieu et qu’Il me donne une chance de pratiquer. Je veux faire du bon travail. Mais je connais vraiment mal cette tâche. De plus, j’ai appris que d’autres ont été émondés pour leur obstination et leur manque de principes dans ce type de travail, je commence donc à m’inquiéter, en pensant : « Vais-je être émondée dans ce devoir, moi aussi ? Cela dit, ne serait-ce pas une bonne chose si je pouvais tirer des leçons de mon émondage ? C’est une excellente occasion d’obtenir la vérité ! »

Dimanche 4 septembre 2022 - temps nuageux

Comme le temps passe vite. En un clin d’œil, je faisais du travail textuel depuis plus de quinze jours. Grâce à l’échange du dirigeant sur les principes et ses conseils sur le travail, je me suis un peu plus familiarisée avec cette tâche et j’ai appris quelques principes. Mais quand j’ai vu des frères et sœurs être émondés pour ne pas avoir fait leur devoir avec des principes et être obstinés, cela m’a rendue assez nerveuse : j’avais peur d’être moi-même émondée. Bien que je sache que l’émondage par le dirigeant met en évidence les tempéraments corrompus et l’essence des problèmes conformément à la parole de Dieu, et que cela nous aide à nous connaître nous-même et à entrer dans les vérités-principes, je ne veux quand même pas être émondée. Frère Saul a été émondé aujourd’hui pour ne pas avoir fait son devoir conformément aux principes. Le dirigeant avait échangé avec lui et avait corrigé ce souci à plusieurs reprises, mais il continuait à commettre la même erreur. Le dirigeant a dit qu’il manquait de compréhension spirituelle et qu’il ne comprenait pas les principes. Bien que ces critiques ne m’aient pas été adressées, quand j’ai entendu les mots « manquer de compréhension spirituelle », j’ai eu l’impression que ça touchait une corde sensible. Je me suis mise en garde moi-même : « Je dois agir selon les principes, et je n’ai pas droit à l’erreur, sinon on m’émondera. J’aurai des ennuis s’il s’avère que je manque de compréhension spirituelle. Comment une telle personne peut-elle être sauvée ? Est-ce qu’elle vaut même la peine d’être cultivée ? » Ces pensées me rendaient encore plus anxieuse. Ce soir, en faisant mon devoir, j’ai été tendue tout du long. J’ai fait les choses avec la plus grande prudence, terrifiée à l’idée de déraper. Mais je ne comprends pas pourquoi l’émondage des autres personnes a un tel effet sur moi.

Vendredi 9 septembre 2022 - temps clair

Dernièrement, je suis remplie d’appréhension dans mon devoir et je regarde constamment par-dessus mon épaule. Je suis terrifiée à l’idée de me tromper. Parfois, d’autres personnes me demandent mon point de vue, mais même quand je suis certaine que mes opinions sont en accord avec les principes, j’ai peur de me tromper. Je dois me renseigner et obtenir l’approbation de plusieurs autres personnes avant d’exprimer mon point de vue. Pour être honnête, faire mon devoir de cette manière est épuisant, et j’ai l’impression de m’être éloignée de Dieu. J’ai lu un passage de la parole de Dieu qui m’a vraiment touchée aujourd’hui. Dieu dit : « Certains antéchrists qui travaillent dans la maison de Dieu décident en silence d’agir scrupuleusement, d’éviter de faire des erreurs, d’être émondés, d’irriter le Supérieur et d’être surpris par leur dirigeant en train de faire quelque chose de mal, et ils s’assurent d’avoir un public quand ils font de bonnes actions. Pourtant, aussi scrupuleux qu’ils soient, parce que leurs motivations et le chemin qu’ils prennent sont incorrects, et parce qu’ils parlent et agissent uniquement dans l’intérêt de leur réputation et de leur statut, et qu’ils ne cherchent jamais la vérité, ils violent souvent les principes, interrompent et perturbent le travail de l’Église, agissent comme des laquais de Satan et commettent même souvent des transgressions. Il est très courant que ces gens violent souvent les principes et commettent des transgressions. Alors, bien sûr, il leur est difficile d’éviter d’être émondés. Ils ont vu que certains antéchrists avaient été exposés et bannis parce qu’ils avaient été sévèrement émondés. Ils ont vu ces choses de leurs propres yeux. Pourquoi les antéchrists agissent-ils avec autant de prudence ? L’une des raisons, bien sûr, est qu’ils craignent d’être exposés et bannis. Ils se disent : “Je dois faire attention, après tout, ‘prudence est mère de sûreté’ et ‘Les bons ont une vie paisible.’ Je dois suivre ces principes et me rappeler à tout moment d’éviter de mal faire et d’avoir des ennuis, et je dois réprimer ma corruption et mes intentions, et ne laisser personne les voir. Tant que je ne fais pas le mal et que je peux persévérer jusqu’au bout, j’obtiendrai des bénédictions, j’éviterai les désastres et je réussirai dans ma croyance en Dieu !” Souvent, ils s’exhortent, se motivent et s’encouragent de cette manière. Ils croient que s’ils font le mal, ils réduiront considérablement leurs chances d’obtenir des bénédictions. Est-ce que ce ne sont pas le calcul et la croyance qui occupent le fond de leur cœur ? Mis à part le fait que ce calcul ou cette croyance des antéchrists sont bons ou mauvais, sur la base de cette croyance, à propos de quoi seront-ils le plus inquiets lorsqu’ils seront émondés ? (De leurs perspectives et de leur destin.) Ils associent le fait d’être émondés à leurs perspectives et à leur destin : cela a à voir avec leur nature perverse » (La Parole, vol. 4 : Exposer les antéchrists, Section 9 (Partie VIII)). Ce passage décrit exactement mon état. Quand je vois d’autres personnes être émondées, je ne l’accepte pas comme venant de Dieu. Je ne cherche pas non plus les raisons pour lesquelles elles sont émondées, ni comment elles ont dévié, comment je peux apprendre de leurs échecs ni comment je devrais éviter de dévier de la même manière à l’avenir, pour agir conformément aux principes. Au lieu de ça, je trace un lien invisible mais étroit entre le fait d’être émondée et mon destin. J’ai l’impression que plus on est sérieusement émondé, moins on a d’espoir d’être béni. Je suis devenue plus méfiante et prudente, pensant que tant que je ne fais pas beaucoup d’erreurs ou que je ne suis pas émondée, j’ai l’espoir d’être bénie. En raison de mes incompréhensions sur le fait d’être émondé et parce que j’accorde trop d’importance aux bénédictions, je suis très sensible aux choses qui touchent à mon destin, et trop prudente dans tout ce que je fais. J’ai peur d’être émondée et de perdre ma bonne fin si je ne suis pas prudente. Je peux voir que je suis vraiment malhonnête ! Le dirigeant échange souvent avec nous sur les principes et il nous prend par la main, mais nous ne prenons pas ses paroles au sérieux. Nous agissons obstinément et aveuglément et nous perturbons le travail. Nous émonder n’est-il pas tout à fait normal ? À la lumière de ce constat, une personne rationnelle réfléchirait sur elle-même, sur ses lacunes ou son manque de compréhension spirituelle, chercherait la vérité et corrigerait rapidement ses déviations. C’est ça, une personne avec une entrée positive et qui cherche la vérité. Si nous sommes émondés, c’est pour nous aider à entrer dans la vérité et à bien faire nos devoirs. Mais non seulement je ne cherche pas la vérité ni ne réfléchis, mais je suis aussi méfiante et je comprends mal. Je ne peux pas distinguer le bien du mal ! Grâce à la révélation de la parole de Dieu, j’ai désormais une certaine compréhension de mon état.

Lundi 12 septembre 2022 - forte pluie

Pendant une réunion aujourd’hui, le dirigeant a appris que Saul était devenu négatif après avoir été émondé et qu’il se sentait contraint et opprimé. Le dirigeant nous a demandé si nous nous sentions contraints. Je me suis souvenue de mon état récent et j’ai dit que je m’étais sentie quelque peu contrainte. Le dirigeant a fait un échange qui m’a vraiment touchée. Il a dit : « Pourquoi est-ce que certaines personnes sont émondées à plusieurs reprises mais n’obtiennent pas la vérité pour autant, et disent qu’elles se sentent contraintes, oppressées et peinées ? C’est parce qu’elles ne se concentrent pas sur la compréhension ou l’obtention de la vérité, ce qui signifie qu’elles n’obtiennent rien. Elles deviennent réfractaires et en colère lorsqu’elles sont émondées. Elles s’opposent aux autres. Est-ce que ce sont des personnes qui acceptent la vérité ? Vraiment, ces personnes sont émondées parce qu’elles ont violé les vérités-principes, mais elles refusent de réfléchir et se laissent même aller. Cela montre qu’elles n’acceptent pas la vérité, qu’elles vont à son encontre et qu’elles sont en désaccord avec elle. Être en désaccord avec la vérité, c’est, en essence, être en désaccord avec Dieu. La nature de cela est très grave. » L’échange du dirigeant m’a finalement fait réaliser à quel point la nature du refus de la vérité ou d’être émondé est grave, et à quel point cet état est dangereux. Quand je suis rentrée chez moi, je me suis sentie profondément mal à l’aise pendant un long moment et je suis restée allongée dans mon lit, incapable de dormir pendant des lustres. J’ai commencé à me demander : « Comment se manifeste le refus de la vérité, exactement ? Comment puis-je tirer une leçon et réfléchir dans cette situation ? »

Mercredi 14 septembre 2022 - temps clair

Saul a été renvoyé aujourd’hui. D’autres personnes ont également été renvoyées parce qu’elles n’acceptaient pas la vérité et ne faisaient pas de progrès dans leurs devoirs. J’ai appris par une sœur que Saul faisait souvent son devoir de façon obstinée, qu’il violait les principes, et que le dirigeant avait patiemment échangé avec lui sur les principes à chaque fois. Parfois, il l’émondait et soulignait l’essence de son problème, mais Saul ne cherchait pas la vérité et ne réfléchissait pas. En réponse à l’émondage, il se laissait aller et refusait de partager ses opinions dans les discussions de travail. Un jour, lors d’une réunion, il avait même dit : « Le dirigeant ne voit pas quand je fais du bon travail, mais je me fais émonder si ce n’est pas le cas. » Il était difficile de croire qu’il avait dit ça. Et le fait qu’il pouvait dire ça montrait qu’il n’acceptait pas du tout la vérité ! J’ai lu quelques passages de la parole de Dieu : « Quand un antéchrist est émondé, la première chose qu’il fait est de résister et de rejeter cela au plus profond de lui. Il lutte contre tout cela. Et pourquoi ? Parce que les antéchrists, de par leur nature-essence même, sont dégoûtés par la vérité et la haïssent, et qu’ils n’acceptent pas du tout la vérité. Naturellement, l’essence et le tempérament d’un antéchrist l’empêchent de reconnaître ses propres erreurs et son propre tempérament corrompu. Sur la base de ces deux faits, l’attitude d’un antéchrist vis-à-vis de l’émondage consiste à les rejeter et à s’y opposer, entièrement et totalement. Il déteste cela et y résiste du fond du cœur, et il ne montre pas la moindre trace d’acceptation ou de soumission, et encore moins de réflexion ou de repentir authentiques. Quand un antéchrist est émondé, quelle que soit la personne qui s’en charge, quelle qu’en soit la raison, quelle que soit la mesure de la responsabilité de l’antéchrist dans cette histoire, quelle que soit l’évidence de son erreur, quelle que soit l’étendue de sa malfaisance et quelles que soient les conséquences de cette malfaisance pour l’Église : l’antéchrist ne considère rien de tout cela. Il considère que celui qui l’émonde le singularise ou lui trouve délibérément des défauts pour pouvoir le punir. L’antéchrist peut même penser qu’on l’intimide, qu’on l’humilie, qu’on ne le traite pas avec humanité, qu’on le rabaisse et qu’on le méprise. Une fois qu’un antéchrist a été émondé, il ne se demande jamais ce qu’il a réellement fait de mal, quel tempérament corrompu il a révélé, s’il a recherché les principes en la matière, ni s’il a agi conformément aux vérités-principes et assumé ses responsabilités. Il ne s’examine pas et ne réfléchit à rien de tout cela, et il ne médite pas ces questions. Au lieu de cela, il aborde l’émondage selon sa propre volonté et avec impétuosité. Chaque fois qu’un antéchrist est émondé, il est plein de colère, de ressentiment et de mécontentement et disposé à n’écouter les conseils de personne. Il refuse d’accepter d’être émondé et est incapable de revenir devant Dieu pour apprendre et réfléchir sur lui-même, pour corriger ses actions qui violent les principes, lorsqu’il est superficiel ou négligent ou qu’il fait n’importe quoi dans son devoir, et il ne profite pas de cette chance pour résoudre son propre tempérament corrompu. Au lieu de cela, il trouve des excuses pour se défendre, pour se justifier, et il dira même des choses pour créer la discorde et provoquer les autres » (La Parole, vol. 4 : Exposer les antéchrists, Section 12 : Ils veulent se retirer lorsqu’il n’y a plus de statut ou d’espoir d’obtenir des bénédictions). « Indépendamment des environnements qui apparaissent – en particulier face à l’adversité et en particulier quand Dieu révèle ou expose les gens – la première chose que l’on devrait faire est de venir devant Dieu pour réfléchir et examiner ses propres paroles et actes et son tempérament corrompu, au lieu d’examiner, d’étudier et de juger si les paroles et les actions de Dieu sont correctes ou incorrectes. Si tu restes dans une position appropriée, tu devrais savoir exactement ce que tu es censé faire. Les gens ont un tempérament corrompu et ne comprennent pas la vérité. Ce n’est pas un problème insurmontable. Mais quand les gens ont un tempérament corrompu, qu’ils ne comprennent pas la vérité, et qu’en plus ils ne cherchent pas la vérité, alors ils sont face à un vrai problème. Tu as un tempérament corrompu et tu ne comprends pas la vérité, et tu peux juger Dieu de façon arbitraire, L’aborder et interagir avec Lui selon ce que ton humeur, tes préférences et tes émotions te dictent. Mais si tu ne cherches pas la vérité et que tu ne la pratiques pas, cela ne va pas être aussi simple. Non seulement tu ne seras pas capable de te soumettre à Dieu, mais tu pourrais mal Le comprendre et te plaindre de Lui, Le condamner, t’opposer à Lui et même L’insulter et Le rejeter dans ton cœur, en disant qu’Il n’est pas juste, que tout ce qu’Il fait n’est pas nécessairement légitime. N’est-il pas dangereux que tu puisses encore engendrer de telles choses ? (Si.) C’est très dangereux. Ne pas chercher la vérité peut coûter la vie à quelqu’un ! Et cela peut se produire à tout moment et en tous lieux » (La Parole, vol. 4 : Exposer les antéchrists, Section 10 (Partie III)). « C’est l’incapacité d’accepter la vérité qui provoque la passivité chez tous ceux qui sont souvent passifs. Si tu n’acceptes pas la vérité, la passivité te hantera comme un démon, te faisant vivre dans un état perpétuel de passivité et développer un sentiment de désobéissance, d’insatisfaction et de ressentiment à l’égard de Dieu. Quand tu en arriveras au point où tu commenceras à résister à Dieu, à te rebeller et à crier contre Lui, tu auras atteint la fin. Lorsque les gens commenceront à t’exposer, à te disséquer et à te stigmatiser, tu te seras rendu compte bien trop tard de la sombre réalité de la situation et tu tomberas à terre en te frappant la poitrine. Ensuite, tout ce que tu pourras faire, ce sera d’attendre la punition de Dieu ! » (La Parole, vol. 5 : Les responsabilités des dirigeants et des ouvriers, Les responsabilités des dirigeants et des ouvriers (17)). Ces paroles de Dieu m’ont finalement fait comprendre que l’indicateur qui indique le plus clairement si une personne accepte la vérité ou non est la façon dont elle gère le fait d’être émondée. Lorsqu’ils sont émondés, ceux qui recherchent et acceptent la vérité peuvent réfléchir, et quelle que soit la sévérité avec laquelle ils ont été émondés, ils peuvent toujours prier Dieu, examiner précisément en quoi ils se sont trompés, ce qui en a été la cause, et quel tempérament corrompu ils ont révélé. Puis, ils peuvent chercher la vérité et en tirer une leçon. Même s’il peut y avoir de la négativité et de la faiblesse, c’est dû au fait qu’ils voient la profondeur de leur corruption et la gravité de leurs transgressions. Ils commencent à se sentir coupables et repentants. Du coup, ils ont une haine profonde d’eux-mêmes. Mais ils ne s’enliseront pas dans la négativité. Ils chercheront la vérité et continueront à réfléchir sur eux-mêmes à partir de ces échecs, et lorsqu’ils connaîtront vraiment leur problème et verront clairement la nature de leurs actions, ils verront l’amour et la protection de Dieu dans le fait d’être émondé, et ils remercieront Dieu. À ce moment-là, l’état d’une personne est correct et positif. Mais une personne qui n’accepte pas la vérité voit le fait d’être émondé différemment. Bien que certains ne se plaignent pas ouvertement, ils ne réfléchissent jamais sur eux-mêmes ou ne se connaissent pas eux-mêmes par la parole de Dieu. Dans leur for intérieur, ils se défendent, résistent et se trouvent des excuses. Plus ils y pensent, plus ils sont mécontents et peinés, au point même de se sentir lésés. Naturellement, cela crée des émotions négatives. Ces émotions négatives contiennent leur insatisfaction face à la réalité et aux autres. Ceux qui acceptent la vérité découvrent que le fait d’être émondé leur permet de vraiment connaître leur tempérament corrompu, de se repentir et de changer, et que c’est un tournant dans leur foi. Mais ceux qui n’acceptent pas la vérité seront exposés et bannis. Tous ceux qui deviennent très négatifs n’acceptent pas la vérité, sont par nature écœurés par la vérité, et ne peuvent pas avancer, peu importe leurs années de foi. Lorsqu’il a été émondé, Saul n’a pas réfléchi ni reconnu la nature et les conséquences de son obstination au travail. Il a encore moins recherché les principes de pratique. Au lieu de cela, il était contraint, négatif et apathique. Au début, je pensais qu’il était normal de se sentir déprimé après avoir été émondé et qu’il irait bien après quelques jours de réflexion. Mais certains des autres frères et sœurs ont dit que Saul avait déjà été comme ça avant : zélé et actif en apparence. Mais dès que des problèmes surgissaient dans le travail et qu’il était émondé, il devenait négatif et apathique, et arrêtait de contribuer aux discussions sur les problèmes. Il disait que plus il faisait de suggestions au travail, plus un nombre important de problèmes étaient exposés. Alors, s’il offrait moins de suggestions et d’opinions, moins de problèmes seraient exposés. Avec son tout dernier émondage, il s’est senti contraint et opprimé dans son devoir, et aussi déprimé et peiné. Cette attitude négative de sa part consiste essentiellement à rejeter la vérité, à blâmer Dieu et à Lui résister. Il révélait un tempérament d’antéchrist. J’ai finalement réalisé que derrière cette négativité se cache un tempérament satanique qui résiste à Dieu. Le fait que Saul prenne le mauvais chemin : n’était-il pas un avertissement pour moi ? C’est devenu particulièrement évident quand j’ai lu qu’il était dit dans la parole de Dieu : « Ne pas chercher la vérité peut coûter la vie à quelqu’un ! Et cela peut se produire à tout moment et en tous lieux » (La Parole, vol. 4 : Exposer les antéchrists, Section 10 (Partie III)). Je n’avais pas beaucoup d’expérience personnelle avec ça auparavant, mais avec ce que j’ai vécu dernièrement, ces mots font résonner mon cœur d’assentiment. C’est vraiment dangereux de ne pas chercher ni accepter la vérité quand on est émondé. Les frères et sœurs récemment renvoyés étaient en fait doués, mais leur défaut fatal était d’être écœuré par la vérité et de ne pas la rechercher, ce qui les avait conduits à ne jamais obtenir de résultats dans leurs devoirs et à être finalement renvoyés. Plus j’y pense, plus je vois l’importance de rechercher la vérité.

Jeudi 15 septembre 2022 - pluie fine

L’échange du dirigeant de cette nuit-là me trotte dans la tête depuis quelques jours, et mes pensées reviennent sans cesse à ces paroles de Dieu : « Si tu as foi en Dieu, mais ne cherches pas la vérité ou la volonté de Dieu et si tu n’aimes pas non plus le chemin qui te rapproche de Dieu, alors Je dis que tu es quelqu’un qui essaie d’échapper au jugement et que tu es une marionnette et un traître qui fuient le grand trône blanc » (La Parole, vol. 1 : L’apparition et l’œuvre de Dieu, Christ réalise l’œuvre du jugement avec la vérité). Avant, quand je lisais ces paroles de Dieu : « Tu es quelqu’un qui essaie d’échapper au jugement » et « Tu es une marionnette et un traître qui fuient le grand trône blanc », c’étaient ceux du monde religieux qui s’accrochent aux notions religieuses qui me venaient immédiatement à l’esprit. Ils veulent juste être sauvés par la grâce. Ils refusent d’accepter l’œuvre de jugement de Dieu dans les derniers jours. Ce sont des marionnettes et des traîtres fuyant le grand trône blanc de Dieu. Mais je me demande : « Accepter l’œuvre de Dieu dans les derniers jours signifie-t-il aussi accepter Son jugement ? Est-ce ainsi que Dieu le voit ? Que signifie vraiment accepter réellement le jugement et le châtiment de Dieu ? » En méditant sur la parole de Dieu, je me suis rendu compte qu’accepter l’œuvre de Dieu dans les derniers jours ne signifiait pas accepter sincèrement Son jugement dans les derniers jours. Vous devez au moins être capable d’accepter l’émondage pour accepter le jugement de Dieu dans les derniers jours. Si vous ne pouvez pas accepter l’émondage, il n’y a aucune chance que vous acceptiez le jugement et le châtiment de Dieu. J’ai lu davantage de la parole de Dieu sur la façon de gérer correctement l’émondage. Dieu Tout-Puissant dit : « Lorsqu’il s’agit d’être émondé, qu’est-ce que les gens devraient savoir au minimum ? Être émondé est une expérience que l’on doit faire pour pouvoir accomplir son devoir de façon adéquate, c’est indispensable. C’est une chose à laquelle les gens doivent se confronter quotidiennement et qu’ils doivent expérimenter souvent dans leur foi en Dieu et l’obtention du salut. Personne ne peut se passer d’être émondé. Est-ce qu’émonder quelqu’un est quelque chose qui met en jeu son avenir et son destin ? (Non.) Mais alors, à quoi l’émondage sert-il ? Est-ce pour condamner les gens ? (Non, il s’agit d’aider les gens à comprendre la vérité et à accomplir leur devoir selon les principes.) C’est juste. C’est la compréhension la plus correcte. Émonder quelqu’un est une sorte de discipline, une sorte de châtiment, mais c’est aussi une façon d’aider et de sauver les gens. L’émondage te permet de modifier à temps ta poursuite incorrecte. Cela te permet de reconnaître rapidement les problèmes que tu rencontres actuellement et de reconnaître à temps les tempéraments corrompus que tu exposes. Quoi qu’il en soit, l’émondage t’aide à reconnaître tes erreurs et à accomplir tes devoirs conformément aux principes, cela t’évite de faire des erreurs et de t’égarer, avec le temps, et cela t’empêche de provoquer des catastrophes. N’est-ce pas là l’aide la plus grande, le remède le plus grand ? Ceux qui sont dotés de conscience et de raison devraient être capables de traiter correctement l’émondage » (La Parole, vol. 4 : Exposer les antéchrists, Section 9 (Partie VIII)). Cette parole de Dieu est très claire sur la bonne attitude que nous devrions adopter face à l’émondage et le chemin de pratique que nous devrions suivre. En fait, être émondé n’a aucun lien avec notre destin. Peu importe si les termes employés sont durs, éprouvants ou même condamnants, le but est uniquement de nous aider à reconnaître notre corruption et à voir les déviations dans notre travail. C’est pour nous aider à rechercher la vérité et à faire notre devoir avec des principes. Être émondé souvent ou sévèrement ne signifie pas qu’on n’a pas un bon destin. Et ne pas être émondé ne signifie pas qu’on aura un bon destin. Bien que certains puissent être émondés souvent, et que parfois cela puisse être grave, poignant ou ressembler à une exposition ou une condamnation, ces personnes sont, par la suite, capables de rechercher la vérité, de réfléchir et de gagner une certaine compréhension de leur tempérament corrompu, leurs défauts et leurs déviations. Ils sont capables de changer et de grandir dans la vie et, finalement, ils peuvent encore assumer un travail important. J’ai commencé à repenser à mon attitude face à l’émondage depuis que je suis devenue croyante. J’ai cru en Dieu pendant neuf ans et, pendant toutes ces années, j’ai rarement été émondée et je n’ai eu que peu de revers ou d’échecs majeurs. J’ai toujours eu une vision différente du fait d’être émondé. J’avais l’impression qu’être émondé était une mauvaise chose, que c’était pareil qu’être exposé ou condamné. Quand je vois les autres être émondés, je m’enferme dans ma peur, craignant que cela ne m’arrive aussi si je ne fais pas attention. J’ai confondu l’émondage avec la condamnation et l’exposition. Je l’ai rejeté, j’y ai résisté, voulant rester dans ma zone de confort dans ma foi. En quoi ma recherche est-elle différente de celle de ceux qui cherchent seulement du pain pour satisfaire leur faim ? J’ai lu énormément de paroles de Dieu et je sais clairement que Son œuvre dans les derniers jours vise à purifier et à perfectionner l’homme avec le jugement, l’épurement et l’émondage. Mais je n’ai aucune connaissance réelle et je ne suis pas disposée à accepter d’être émondée ou épurée. Donc, quel que soit le nombre d’années pendant lesquelles je crois en Dieu, je ne ferai aucun progrès. Je n’obtiendrai pas la vérité et ne parviendrai pas à changer mon tempérament de vie. Et à la fin, je serai punie. Plus j’y pense, plus je me rends compte à quel point mon état est dangereux. Je désire le confort et je poursuis la grâce, donc, même si je ne suis pas émondée, cela ne signifie pas que j’aurai une bonne fin. Si je ne recherche jamais la vérité ou ne change pas mon tempérament corrompu, je ne serai pas sauvée, au bout du compte. Ce n’est pas l’émondage qui révèle la fin d’une personne, c’est son attitude envers la vérité qui révèle qui elle est. J’avais toujours pensé qu’être émondé était une mauvaise chose, et que c’était peut-être le mécontentement ou la condamnation de Dieu. Mais maintenant, je comprends à quel point mon opinion était déformée ! En larmes, j’ai prié Dieu : « Ô Dieu, je vois enfin mon ignorance et ma stupidité. Au cours de mes années de foi, je n’ai jamais recherché la vérité et ma nature a été écœurée par la vérité. J’ai toujours évité d’être émondée. Dieu, je veux me repentir. Je suis disposée à apprendre des leçons en étant émondée. » Je me suis sentie beaucoup plus sereine après avoir prié, avec un sentiment d’envie et de désir. J’espère que je pourrai faire l’expérience de l’émondage afin de pouvoir progresser dans la vie.

Mercredi 5 octobre 2022 - temps nuageux

Il s’est passé quelque chose d’inoubliable aujourd’hui. En travaillant sur un projet, je faisais mon devoir de façon obstinée et non en recherchant des principes. Le travail a donc dû être refait, ce qui en a retardé l’avancement. Le dirigeant a souligné la nature de ce problème et il m’a émondée pour mon arrogance, mon manque de calibre. Il a dit que cela montrait mon manque de compréhension spirituelle. Ses mots ne cessaient de me trotter dans la tête. J’étais très contrariée et j’ai commencé à me délimiter en pensant : « Le dirigeant a vu clair en moi. Il pense que je ne suis pas faite pour ce devoir. Je vais être renvoyée d’un jour à l’autre. » Je suis devenue de plus en plus déprimée. Me rendant compte que mon état était mauvais, j’ai prié Dieu : « Ô Dieu, j’ai été émondée aujourd’hui. Je ne sais pas quelle leçon en tirer ni comment réfléchir sur moi-même. S’il Te plaît, éclaire-moi et guide-moi pour que je puisse me connaître et me débarrasser de ces émotions négatives. » Après avoir prié, je me suis rappelée que rechercher la vérité était primordial lorsqu’on est émondé. Que va résoudre le fait d’être négatif ? Je devrais réfléchir à ce que sont exactement mes problèmes, et en quoi j’ai manqué de compréhension spirituelle. J’y ai réfléchi calmement et j’ai compris que j’avais été principalement émondée cette fois parce que je faisais mon devoir de façon obstinée, sans réfléchir ni rechercher les principes. Le dirigeant avait échangé sur des principes qui y étaient liés, mais je m’étais contentée de respecter les règles. J’avais même l’impression qu’ayant entendu ces principes plusieurs fois, je les maîtrisais déjà et je n’avais plus besoin de les travailler. Je croyais aveuglément en moi-même, mettais les principes de côté, considérais mes avis comme justes et ne cherchais pas l’opinion des autres. J’étais trop obstinée, n’agissais pas selon les principes et suivais aveuglément les règles. N’était-ce pas n’avoir aucune compréhension spirituelle ? Si je n’avais pas été émondée de cette façon, je serais restée insensible, j’aurais pensé avoir bien fait mon devoir, je n’aurais vraiment pas su quel mal j’aurais pu commettre. Être émondé est un avertissement pour moi, et c’est aussi une protection pour moi. Maintenant que je vois ça, je ne me sens plus négative. Je peux me concentrer sur la recherche avec des principes et me rappeler de ne plus refaire ce genre d’erreur.

Samedi 8 octobre 2022 - temps clair

Nous étions en réunion avec le dirigeant, aujourd’hui. Il a patiemment échangé sur les principes concernant le fait d’accomplir un devoir avec nous et a ensuite demandé si nous avions réalisé des gains ces derniers temps. Il nous a encouragés à poursuivre la vérité et nous a expliqué que, peu importe les circonstances, le plus important est de tirer des leçons. Il nous a aussi lu un passage de la parole de Dieu : « Au cours de l’expérience de l’œuvre de Dieu, quel que soit le nombre de fois où tu as échoué, chuté, été émondé ou exposé, ce ne sont pas de mauvaises choses. Quelle que soit la façon dont tu as été émondé, que ce soit par des dirigeants, des ouvriers ou tes frères et sœurs, ces choses sont toutes de bonnes choses. Tu dois te souvenir de ceci : quelles que soient tes souffrances, elles te sont bénéfiques, en réalité. Tous ceux qui ont de l’expérience peuvent en témoigner. Quoi qu’il en soit, être émondé ou exposé est toujours une bonne chose. Ce n’est pas une condamnation. C’est le salut de Dieu et c’est ta meilleure chance de te connaître toi-même. Cela peut apporter un changement drastique à ton expérience de vie. Autrement, tu n’auras ni l’occasion, ni la condition, ni le contexte pour comprendre la vérité de ta corruption. Si tu comprends vraiment la vérité, si tu es capable de découvrir les choses corrompues enfouies dans les profondeurs de ton cœur, si tu peux clairement les distinguer, alors c’est une bonne chose, cela résout un problème majeur de l’entrée dans la vie, et c’est très bénéfique aux changements dans le tempérament. Devenir capable de vraiment te connaître toi-même est ta meilleure chance de faire peau neuve et de devenir une nouvelle personne ; c’est la meilleure occasion pour toi d’obtenir une nouvelle vie. Une fois que tu te connaîtras vraiment, tu pourras voir que c’est une chose précieuse que la vérité devienne ta vie, et tu auras soif de la vérité, tu pratiqueras la vérité et tu entreras dans la réalité. C’est si extraordinaire ! Si tu peux saisir cette occasion, réfléchir sérieusement sur toi-même et acquérir une véritable connaissance de toi-même chaque fois que tu échoues ou tombes, alors, au milieu de la négativité et de la faiblesse, tu pourras te relever. Une fois ce seuil franchi, tu pourras faire un grand pas en avant et entrer dans la vérité-réalité » (La Parole, vol. 3 : Sermons de Christ des derniers jours, Pour gagner la vérité, on doit apprendre des gens, des évènements et des choses proches de soi). Ces paroles de Dieu m’ont vraiment émue et je n’ai pas pu retenir mes larmes. Même si le fait d’être émondée était bouleversant et douloureux et que j’avais parfois l’impression que j’allais m’effondrer de négativité, cette expérience m’a vraiment permis de voir l’amour de Dieu. C’est ce genre de situation qui m’a forcée à venir devant Dieu pour réfléchir et connaître mon propre tempérament corrompu, et pour comprendre où se situaient mes problèmes. Lorsque j’acquiers une certaine compréhension de moi-même, je ressens un sentiment de paix intérieure et de sérénité. Si je n’avais pas été émondée, je ne sais pas quelles perturbations j’aurais créé dans mon devoir, ni quels problèmes ou oublis seraient survenus. C’est grâce au fait d’avoir été émondée ainsi que j’ai accordé plus d’attention à la recherche des principes dans mon devoir. J’ai personnellement constaté que l’émondage était indissociable de l’accomplissement de notre devoir.

Précédent: 94. Les dirigeants ne doivent pas freiner les talents

Suivant: 96. Le chemin pour se défaire des faux-semblants

Cliquez sur le bouton pour nous contacter, et de bonnes nouvelles de Dieu viendront à vous et à votre famille !

Contenu connexe

43. Perdu et retrouvé

Par Xieli, États-UnisJe suis venu aux États-Unis pour travailler aussi dur que possible en quête d’une vie heureuse et d’un niveau de vie...

69. Revenir sur la bonne voie

Par Chen Guang, États-UnisDieu Tout-Puissant dit : « Servir Dieu n’est pas une mince affaire. Ceux dont le tempérament corrompu demeure...

Paramètres

  • Texte
  • Thèmes

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Interligne

Largeur de page

Contenu

Chercher

  • Rechercher ce texte
  • Rechercher ce livre

Contactez-nous par WhatsApp