L'Église de Dieu Tout-Puissant App.

Écoutez la voix de Dieu et accueillez le retour du Seigneur Jésus !

Nous invitons tous ceux qui cherchent la vérité à nous contacter.

La Parole apparaît dans la chair

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Largeur de page

0 résultats de recherche

Aucun résultat trouvé

Le mystère de l’incarnation (4)

Vous devriez connaître le fond de l’histoire de la Bible et de sa création. Cette connaissance n’appartient pas à ceux qui n’ont pas accepté la nouvelle œuvre de Dieu. Ils ne savent pas. Si tu leur parlais clairement de ces questions essentielles, ils ne seraient plus à cheval sur la Bible avec toi. Ils scrutent constamment ce qui a été prophétisé : cette assertion-ci s’est-elle concrétisée ? Cette assertion-là s’est-elle concrétisée ? Leur acceptation de l’Évangile est conforme à la Bible ; ils prêchent l’Évangile selon la Bible. Ils dépendent des paroles de la Bible pour croire en Dieu ; sans la Bible, ils ne croiront pas en Dieu. C’est de cette manière qu’ils vivent, soumettant la Bible à leur examen insignifiant. Quand ils scruteront encore une fois la Bible et te demanderont des explications, tu pourras dire : « D’abord, ne vérifions pas chaque assertion. Plutôt, regardons comment le Saint-Esprit œuvre. Comparons le chemin sur lequel nous marchons avec la vérité pour voir si ce chemin est conforme à l’œuvre du Saint-Esprit, et utilisons l’œuvre du Saint-Esprit pour vérifier si ce chemin est correct. Quant à savoir si cette assertion-ci ou cette assertion-là a été concrétisée comme prédit, nous les humains ne devrions pas interférer. Il est préférable pour nous de parler plutôt de l’œuvre du Saint-Esprit et de la dernière œuvre que Dieu est en train de faire. La Bible comprend les paroles de Dieu proclamées par les prophètes et les paroles écrites par les hommes que Dieu a utilisés à l’époque ; il n’y a que Dieu Lui-même qui peut expliquer ces paroles, il n’y a que le Saint-Esprit qui peut révéler le sens de ces paroles et il n’y a que Dieu Lui-même qui peut briser les sept sceaux et ouvrir le rouleau. Tu n’es pas Dieu, moi non plus, alors qui ose expliquer à la légère les paroles de Dieu ? Oses-tu expliquer ces paroles ? Même si les prophètes Jérémie, Jean et Élie étaient ici, ils n’oseraient pas essayer d’expliquer ces paroles, car ils ne sont pas l’Agneau. Seul l’Agneau peut briser les sept sceaux et ouvrir le rouleau, et personne d’autre ne peut expliquer Ses paroles. Je n’ose pas usurper le nom de Dieu, encore moins essayer d’expliquer les paroles de Dieu. Je ne peux qu’être quelqu’un qui obéit à Dieu. Es-tu Dieu ? Aucune des créatures de Dieu n’ose ouvrir le rouleau ou expliquer ces paroles, et donc Je n’ose les expliquer non plus. Tu ferais mieux de ne pas tenter de les expliquer. Personne ne doit tenter d’expliquer. Parlons de l’œuvre du Saint-Esprit ; cela, l’homme peut le faire. Je connais quelque peu l’œuvre de l’Éternel et de Jésus, mais comme Je n’ai pas d’expérience personnelle de cette œuvre, Je ne peux en parler que dans une faible mesure. En ce qui concerne le sens des paroles prononcées par Ésaïe ou Jésus à l’époque, je ne donnerai aucune explication. Je n’étudie pas la Bible ; plutôt, Je Me mets au courant au sujet de l’œuvre présente de Dieu. Tu considères réellement la Bible comme le petit rouleau, mais n’est-ce pas vrai qu’il ne peut être ouvert que par l’Agneau ? En dehors de l’Agneau, qui d’autre peut le faire ? Tu n’es pas l’Agneau, et encore moins oserais-Je prétendre être Dieu Lui-même, par conséquent, cessons d’analyser la Bible ou de la soumettre à un examen insignifiant. Il vaut beaucoup mieux discuter de l’œuvre accomplie par le Saint-Esprit, c’est-à-dire, la présente œuvre accomplie par Dieu Lui-même. Jetons un regard sur les principes et l’essence de l’œuvre de Dieu, puis faisons la comparaison avec ces derniers pour voir si le chemin sur lequel nous marchons en ce jour est juste et correct, et ainsi assurons-nous qu’il l’est. » Si vous souhaitez prêcher l’Évangile, en particulier à ceux dans le monde religieux, vous devez comprendre la Bible et avoir une maîtrise de son histoire de fond, sinon, tu seras incapable de prêcher l’Évangile. Une fois que tu gagneras un aperçu du portrait global, ne scruteras pas les paroles mortes de la Bible d’une manière insignifiante et ne parleras que de l’œuvre de Dieu et de la vérité de la vie, alors tu seras en mesure de gagner ceux qui cherchent avec un cœur sincère.

Vous devriez comprendre l’œuvre de l’Éternel, les lois qu’Il a décrétées, les principes par lesquels Il a guidé la vie des hommes, le contenu de l’œuvre qu’Il a faite à l’ère de la Loi, le but pour lequel Il a établi les lois, la signification de Son œuvre à l’ère de la Grâce et l’œuvre que Dieu fait dans cette étape finale. La première étape est l’œuvre de l’ère de la Loi, la deuxième, l’œuvre de l’ère de la Grâce et la troisième, l’œuvre des derniers jours. Vous devez comprendre ces étapes de l’œuvre de Dieu. Du début à la fin, il y a trois étapes au total. Quelle est l’essence de chaque étape de l’œuvre ? Combien d’étapes sont accomplies dans l’œuvre du plan de gestion de six mille ans ? Comment est accomplie chaque étape et pourquoi chacune est-elle accomplie d’une manière particulière ? Ce sont toutes des questions cruciales. L’œuvre de chaque ère est représentative. Quelle œuvre l’Éternel a-t-Il accomplie ? Pourquoi l’a-t-Il accomplie de cette manière particulière ? Pourquoi était-Il appelé l’Éternel ? Encore une fois, quelle œuvre Jésus a-t-Il accomplie dans l’ère de la Grâce et comment l’a-t-Il accomplie ? Quels aspects du tempérament de Dieu sont représentés par chaque étape de l’œuvre et chaque ère ? Quels aspects de Son tempérament ont été manifestés à l’ère de la Loi ? Et lesquels à l’ère de la Grâce ? Et enfin à l’ère finale ? Ces questions de fond sont celles que vous devez comprendre. Tout le tempérament de Dieu a été révélé au cours du plan de gestion de six mille ans. Il n’est pas révélé seulement dans l’ère de la Grâce, ni seulement dans l’ère de la Loi, ou encore moins seulement dans cette période des derniers jours. L’œuvre accomplie dans les derniers jours représente le jugement, la colère et le châtiment. L’œuvre accomplie dans les derniers jours ne peut pas remplacer l’œuvre de l’ère de la Loi ou de l’ère de la Grâce. Cependant, les trois étapes, étroitement liées entre elles, ne forment qu’une seule entité et les trois sont l’œuvre accomplie par un seul Dieu. Naturellement, l’exécution de cette œuvre est divisée en ères distinctes. L’œuvre des derniers jours mène tout à sa fin ; celle de l’ère de la Loi est le commencement et celle de l’ère de la Grâce accomplit la rédemption. En ce qui concerne les visions de l’œuvre durant tout ce plan de gestion de six mille ans, personne ne peut en avoir un aperçu ou une compréhension. Ces visions sont toujours restées des mystères. Dans les derniers jours, seule l’œuvre de la parole est faite pour inaugurer l’ère du Règne, mais elle ne représente pas toutes les ères. Les derniers jours ne sont pas plus que les derniers jours et pas plus que l’ère du Règne, ils ne représentent pas l’ère de la Grâce ou l’ère de la Loi. Les derniers jours ne sont que le temps où toute l’œuvre du plan de gestion de six mille ans vous est révélée. C’est le dévoilement du mystère. Aucun homme ne peut dévoiler ce genre de mystère. Peu importe la compréhension que les hommes ont de la Bible, elle ne reste rien de plus que des mots, car les hommes ne comprennent pas l’essence de la Bible. Quand les hommes lisent la Bible, ils peuvent comprendre quelques vérités, expliquer certains mots ou soumettre quelques passages et citations célèbres à leur examen insignifiant, mais ils ne seront jamais en mesure de dégager le sens de ces paroles, car les hommes ne voient que des paroles sans vie, et non les scènes de l’œuvre de l’Éternel et de Jésus, et les hommes sont incapables de percer le mystère de cette œuvre. Par conséquent, le mystère du plan de gestion de six mille ans est le plus grand mystère, le plus profondément caché et tout à fait incompréhensible par l’homme. Personne ne peut directement comprendre la volonté de Dieu sauf s’Il l’explique Lui-même aux hommes et leur en ouvre le sens, sinon, elle restera à jamais une énigme et un mystère scellé pour les hommes. Oublions les hommes du monde religieux. Si l’on ne vous avait pas renseigné aujourd’hui, vous ne comprendriez pas non plus. Cette œuvre de six mille ans est plus mystérieuse que toutes les prophéties des prophètes. Elle est le plus grand mystère depuis la création jusqu’à présent, et aucun des prophètes à travers les âges n’a jamais été en mesure de le comprendre, car ce mystère n’est dévoilé que dans l’ère de la fin et n’a jamais été révélé auparavant. Si vous pouvez comprendre ce mystère et pouvez le recevoir en son intégralité, toutes les personnes religieuses seront vaincues par ce mystère. Il n’y a que cela qui soit la plus grande des visions, ce que l’homme désire le plus ardemment comprendre, mais aussi ce qui est le moins clair pour lui. Quand vous étiez à l’ère de la Grâce, vous ne saviez pas en quoi consistait l’œuvre accomplie par Jésus ni celle faite par l’Éternel. Les gens ne comprenaient pas pourquoi l’Éternel avait établi les lois, pourquoi Il avait demandé à la multitude de garder les lois ou pourquoi le temple devait être construit, et les hommes comprenaient encore moins pourquoi les Israélites furent conduits hors d’Égypte dans le désert, puis en Canaan. Ce n’est qu’en ce jour que ces questions sont révélées.

Le travail des derniers jours est la dernière étape des trois. C’est l’œuvre d’une autre nouvelle ère et ne représente pas toute l’œuvre de gestion. Le plan de gestion de six mille ans est divisé en une œuvre à trois étapes. Aucune étape par elle-même ne peut représenter l’œuvre des trois ères ; elle peut seulement représenter une partie d’un tout. Le nom de l’Éternel ne peut pas représenter tout le tempérament de Dieu. Qu’Il ait réalisé Son œuvre dans l’ère de la Loi ne prouve pas que Dieu puisse être Dieu seulement sous la garde de la loi. L’Éternel a établi des lois pour les hommes et leur a transmis des commandements, demandant aux hommes de construire le temple et des autels ; l’œuvre qu’Il a faite ne représente que l’ère de la Loi. Cette œuvre qu’Il a faite ne prouve pas que Dieu soit seulement un Dieu qui demande à l’homme d’observer la loi, ou qu’Il soit le Dieu dans le temple ou qu’Il soit le Dieu devant l’autel. Dire cela serait faux. L’œuvre faite selon la loi ne peut représenter qu’une seule ère. Par conséquent, si Dieu avait seulement fait l’œuvre dans l’ère de la Loi, les hommes limiteraient Dieu à la définition suivante et diraient : « Dieu est le Dieu dans le temple, et pour servir Dieu, nous devons porter des vêtements sacerdotaux et entrer dans le temple. » Si l’œuvre de l’ère de la Grâce n’avait jamais été réalisée et que l’ère de la Loi avait continué jusqu’à présent, les hommes ne sauraient pas que Dieu est aussi miséricordieux et aimant. Si l’œuvre de l’ère de la Loi n’avait pas été faite, et seulement celle de l’ère de la Grâce avait été faite, les hommes sauraient seulement que Dieu peut racheter les hommes et pardonner les péchés des hommes. Les hommes sauraient seulement qu’Il est saint et innocent, et qu’Il peut Se sacrifier et être crucifié pour les hommes. L’homme ne saurait que cela et n’aurait aucune compréhension de tout le reste. Donc, chaque ère représente une partie du tempérament de Dieu. L’ère de la Loi représente certains aspects du tempérament de Dieu, l’ère de la Grâce certains aspects, puis l’ère actuelle d’autres aspects. Le tempérament de Dieu ne peut être pleinement révélé que par la combinaison des trois étapes. Quand les hommes en arrivent à connaître les trois étapes, alors seulement peuvent-ils le comprendre pleinement. Aucune des trois étapes ne peut être omise. Vous verrez le tempérament de Dieu dans sa totalité seulement une fois que vous connaîtrez ces trois étapes de l’œuvre. L’achèvement de l’œuvre de Dieu à l’ère de la Loi ne prouve pas qu’Il soit seulement le Dieu sous la garde de la loi, et l’achèvement de Son œuvre de rédemption ne signifie pas que Dieu rachètera toujours l’humanité. Toutes ces conclusions viennent des hommes. L’ère de la Grâce étant arrivée à sa fin, tu ne peux pas dire alors que Dieu appartient seulement à la croix et que seule la croix représente le salut de Dieu. Si tu dis cela, tu définis Dieu. Dans l’étape actuelle, Dieu fait principalement l’œuvre de la parole, mais tu ne peux pas dire alors que Dieu n’a jamais été miséricordieux envers les hommes et qu’Il n’a apporté que le châtiment et le jugement. L’œuvre des derniers jours dévoile l’œuvre de l’Éternel et de Jésus et tous les mystères que les hommes ne comprennent pas afin de révéler la destination et la fin de l’humanité et de conclure toute l’œuvre du salut parmi les hommes. Cette étape de l’œuvre dans les derniers jours mène tout à sa fin. Tous les mystères que les hommes ne comprennent pas doivent être dévoilés pour permettre aux hommes de les sonder à fond et d’avoir une compréhension totalement claire dans leur cœur. Alors seulement la race humaine peut être divisée selon le genre. Après que le plan de gestion de six mille ans aura été achevé, alors seulement les hommes comprendront le tempérament de Dieu dans sa totalité, car Sa gestion aura alors pris fin. Maintenant que vous avez connu l’œuvre de Dieu dans l’ère de la fin, quel est le tempérament de Dieu ? Oses-tu dire que Dieu est le Dieu qui ne dit que des paroles et pas plus ? Tu n’oserais pas tirer une telle conclusion. Certains diraient que Dieu est le Dieu qui ouvre les mystères, que Dieu est l’Agneau et Celui qui brise les sept sceaux. Mais personne n’ose tirer cette conclusion. D’autres diraient peut-être que Dieu est la chair incarnée, mais cela ne serait toujours pas correct. D’autres encore diraient que Dieu incarné ne dit que des paroles et n’opère aucun signe ni prodige, mais toi, tu oserais encore moins parler ainsi, car Jésus devint chair et opéra des signes et des prodiges, tu n’oserais donc pas définir Dieu si légèrement. Toute l’œuvre accomplie tout au long du plan de gestion de six mille ans a été achevée seulement maintenant. Quand toute cette œuvre aura été révélée aux hommes et réalisée parmi les hommes, alors seulement l’humanité connaîtra tout Son tempérament et ce qu’Il a et est. Lorsque l’œuvre de cette étape aura été entièrement terminée, tous les mystères que les hommes ne comprenaient pas auront été révélés, toutes les vérités qui leur échappaient précédemment auront été clairement expliquées, et le chemin futur et la destination des hommes leur auront été indiqués. C’est l’œuvre entière qui doit être faite à l’étape actuelle. Bien que le chemin sur lequel l’homme marche aujourd’hui soit aussi le chemin de la croix et de la souffrance, ce que l’homme pratique, mange, boit et dont il se délecte est très différent de ce que l’homme sous la garde de la loi et à l’ère de la Grâce a expérimenté. Ce qui est exigé de l’homme aujourd’hui est différent de ce qui était exigé dans le passé et encore plus différent de ce qui était exigé de l’homme à l’ère de la Loi. Or, qu’est-ce qui était exigé de l’homme sous la garde de la loi lorsque lorsqu’Il accomplissait Son œuvre en Israël ? On ne lui demandait rien de plus que d’observer le sabbat et les lois de l’Éternel. Personne ne devait travailler le jour du sabbat ou transgresser les lois de l’Éternel. Mais ce n’est pas ainsi maintenant. Le jour du sabbat, l’homme travaille, se rassemble et prie comme d’habitude, et aucune restriction ne lui est imposée. Durant l’ère de la Grâce, les hommes devaient être baptisés, et en plus, on leur demandait de jeûner, de rompre le pain, de boire du vin, de se couvrir la tête et de laver les pieds des autres. Maintenant, ces règles ont été supprimées, mais de plus grandes exigences sont faites à l’homme, car l’œuvre de Dieu s’approfondit continuellement et l’entrée de l’homme atteint toujours des hauteurs plus élevées. Dans le passé, Jésus imposait les mains sur les hommes et priait, mais, maintenant que tout a été dit, quelle est l’utilisation de l’imposition des mains ? Les paroles seules peuvent obtenir des résultats. Quand Il imposait les mains sur les hommes dans le passé, c’était pour bénir les hommes et les guérir de leurs maladies. Le Saint-Esprit travaillait de cette manière en ce temps-là, mais plus maintenant. Aujourd’hui, le Saint-Esprit utilise des paroles dans Son œuvre pour obtenir des résultats. Ses paroles vous ont été exprimées clairement et vous devriez les mettre en pratique tout comme on vous l’a dit. Ses paroles sont Sa volonté ; elles sont l’œuvre qu’Il veut faire. Par Ses paroles, tu comprendras Sa volonté et ce qu’Il te demande d’atteindre. Tout simplement, tu mets Ses paroles en pratique directement, sans la nécessité de l’imposition des mains. Certains peuvent dire : « Impose-moi les mains ! Impose-moi les mains afin que je puisse recevoir Ta bénédiction et que j’aie part avec Toi. » Ce sont toutes des pratiques dépassées, désuètes maintenant, car l’ère a changé. Le Saint-Esprit œuvre en fonction de l’ère, pas seulement au hasard ni conformément à des règles établies. L’ère a changé et une nouvelle ère doit apporter une nouvelle œuvre. C’est vrai pour toutes les étapes de l’œuvre et donc Son œuvre ne se répète jamais. À l’ère de la Grâce, une grande partie de l’œuvre de Jésus était de guérir les malades, de chasser les démons, d’imposer les mains sur l’homme pour prier pour lui et de bénir l’homme. Cependant, continuer à faire la même chose ne servirait à rien aujourd’hui. Le Saint-Esprit a fait Son œuvre de cette façon en ce temps-là, car c’était l’ère de la Grâce, et il y avait suffisamment de grâce pour que l’homme en bénéficie. L’homme n’avait aucun prix à payer et pouvait recevoir la grâce tant qu’il avait la foi. Tous furent traités très aimablement. Maintenant, l’ère a changé et l’œuvre de Dieu a encore progressé. C’est par le châtiment et le jugement que la rébellion de l’homme et les choses impures à l’intérieur de l’homme seront chassées. Comme c’était l’étape de la rédemption, il incombait à Dieu d’œuvrer de cette manière, accordant assez de grâce pour que les hommes en profitent, afin que les hommes soient rachetés du péché et que, par la grâce, leurs péchés soient pardonnés. La raison d’être de l’étape actuelle, c’est de révéler les iniquités au sein de l’homme par le châtiment, le jugement, la correction verbale, ainsi que par la discipline et la révélation des paroles, afin que l’humanité puisse ensuite être sauvée. Cette œuvre est plus en profondeur que la rédemption. Dans l’ère de la Grâce, l’homme a suffisamment tiré profit de la grâce ; maintenant que l’homme a déjà expérimenté cette grâce, il n’a plus besoin d’en tirer profit. Cette œuvre est maintenant dépassée et ne doit plus être faite. Maintenant, l’homme est sauvé par le jugement de la parole. Après que l’homme est jugé, châtié et épuré, son tempérament se trouve modifié. N’est-ce pas grâce aux paroles que J’ai dites ? Chaque étape de l’œuvre est faite en conformité avec le progrès de l’humanité tout entière et avec l’ère. Toute l’œuvre a une signification ; elle est faite entièrement pour le salut final, afin que l’humanité ait une bonne destination, et pour que les hommes soient divisés en fonction de leur genre à la fin.

L’œuvre des derniers jours est de prononcer des paroles. Les paroles peuvent effectuer de grands changements dans l’homme. Les changements effectués maintenant dans ces gens quand ils reçoivent ces paroles sont beaucoup plus grands que ceux des gens à l’ère de la Grâce quand ils voyaient les signes et les prodiges, car, à l’ère de la Grâce, les démons étaient chassés des hommes par l’imposition des mains et la prière, mais les tempéraments corrompus des hommes demeuraient toujours. Les hommes étaient guéris de leurs maladies et leurs péchés étaient pardonnés, mais le travail sur la manière de chasser les tempéraments sataniques corrompus en eux n’était pas encore fait. Les hommes étaient sauvés et leurs péchés étaient pardonnés seulement à cause de leur foi, mais la nature pécheresse des hommes n’était pas extirpée et demeurait toujours en lui. Les péchés des hommes étaient pardonnés par Dieu incarné, mais cela ne signifie pas que les hommes n’avaient plus de péchés en eux. Les péchés de l’homme pouvaient être pardonnés par le sacrifice d’expiation, mais quant à la manière d’en arriver à ne plus pécher et la manière d’extirper sa nature pécheresse et de la transformer, cela restait un problème insoluble. Les péchés des hommes ont été pardonnés à cause de l’œuvre de la crucifixion de Dieu, mais les hommes ont continué à vivre selon leur tempérament satanique corrompu du passé. Donc, les hommes doivent être complètement sauvés de leur tempérament satanique corrompu afin que leur nature pécheresse soit extirpée à jamais, et ne puisse plus se développer, permettant ainsi au tempérament des hommes d’être transformé. Cela exige que les hommes comprennent le chemin de la croissance dans la vie, la voie de la vie et la façon de changer leur tempérament. Cela exige aussi que les hommes agissent conformément à cette voie afin que leur tempérament puisse changer progressivement, que les hommes puissent vivre sous l’éclat de la lumière, qu’ils puissent faire toutes choses en accord avec la volonté de Dieu, qu’ils puissent rejeter leur tempérament satanique corrompu, qu’ils puissent se dégager de l’influence des ténèbres de Satan et ainsi sortir complètement du péché. Alors seulement les hommes recevront le salut en plénitude. Lorsque Jésus accomplissait Son œuvre, les hommes Le connaissaient encore de manière vague et imprécise. Les hommes ont toujours cru qu’Il était le fils de David et ont proclamé qu’Il était un grand prophète, le Seigneur bienveillant qui rachetait les péchés des hommes. Certains, grâce à leur foi, ont été guéris simplement en touchant le bord de Son vêtement ; les aveugles ont retrouvé la vue et même les morts sont revenus à la vie. Cependant, les hommes ne pouvaient pas découvrir le tempérament satanique corrompu profondément enraciné en eux ni ne savaient comment le chasser. Les hommes ont reçu de nombreuses grâces comme la paix et le bonheur de la chair, la bénédiction de toute la famille à cause de la foi d’un seul, la guérison des maladies et ainsi de suite. Le reste relevait des bonnes actions des hommes et de leur apparence pieuse ; si les hommes pouvaient vivre sur ces fondations, alors ils étaient considérés comme de bons croyants. Seuls de tels croyants pouvaient entrer au ciel après la mort, ce qui signifie qu’ils étaient sauvés. Mais, durant leur vie, ces gens ne comprenaient pas du tout la voie de la vie. Ils ne faisaient que commettre des péchés pour ensuite les confesser, répétant constamment le cycle sans faire aucun progrès vers le changement de leur tempérament ; telle était la condition des hommes à l’ère de la Grâce. Les hommes ont-ils été complètement sauvés ? Non ! Par conséquent, après que cette étape est terminée, reste le travail de jugement et de châtiment. Cette étape purifie les hommes par la parole pour donner à l’homme un chemin à suivre. Cette étape ne serait pas fructueuse ou signifiante si elle continuait l’expulsion des démons, car la nature pécheresse des hommes ne serait pas extirpée et les hommes se limiteraient au pardon des péchés. Par le sacrifice d’expiation, les péchés des hommes ont été pardonnés, car l’œuvre de la crucifixion a déjà pris fin et Dieu l’a emporté sur Satan. Mais le tempérament corrompu des hommes demeure en eux et les hommes peuvent encore pécher et résister à Dieu ; Dieu n’a pas acquis l’humanité. Voilà pourquoi à cette étape de l’œuvre Dieu utilise la parole pour dévoiler le tempérament corrompu des hommes et les faire pratiquer en conformité avec la bonne voie. Cette étape est plus signifiante que la précédente, et plus fructueuse, car c’est maintenant la parole qui approvisionne directement la vie des hommes et qui permet au tempérament des hommes d’être complètement renouvelé ; c’est une étape beaucoup plus complète de l’œuvre. Par conséquent, l’incarnation dans les derniers jours a achevé la signification de l’incarnation de Dieu et a terminé complètement le plan de gestion de Dieu pour sauver l’humanité.

Le salut des hommes par Dieu n’est pas fait directement par les moyens de l’Esprit ou par l’identité de l’Esprit, car les hommes ne peuvent pas toucher Son Esprit, Le voir, ni se rapprocher de Lui. S’Il tentait de sauver les hommes directement à la manière de l’Esprit, les hommes seraient incapables de recevoir Son salut. Si Dieu ne prenait pas la forme extérieure d’un homme créé, les hommes seraient incapables de recevoir ce salut, car ils ne peuvent pas du tout s’approcher de Lui, tout comme personne ne pouvait s’approcher de la nuée de l’Éternel. Ce n’est qu’en devenant un être humain créé, c’est-à-dire que ce n’est qu’en mettant Sa parole dans la chair qu’Il prendra, qu’Il peut imprégner de Sa parole tous ceux qui Le suivent. Alors seulement les hommes peuvent voir et entendre Sa parole par eux-mêmes, et en plus posséder Sa parole, et ainsi être complètement sauvés. Si Dieu ne devenait chair, aucun homme de chair et de sang ne pourrait recevoir un si grand salut, et aucun homme ne serait sauvé. Si l’Esprit de Dieu travaillait directement parmi les hommes, tous les hommes seraient foudroyés ou complètement capturés par Satan, parce que les hommes sont incapables de s’associer avec Dieu. La première incarnation avait pour but de racheter les hommes du péché, de les racheter par le corps charnel de Jésus, c’est-à-dire que depuis la croix, Il a sauvé les hommes, mais le tempérament satanique corrompu est resté en eux. Le but de la deuxième incarnation n’est plus de servir de sacrifice d’expiation, mais de sauver complètement ceux qui ont été rachetés du péché. C’est ainsi pour que ceux qui sont pardonnés puissent être délivrés de leurs péchés, complètement purifiés et, en obtenant un changement de tempérament, se dégager de l’influence des ténèbres de Satan et retourner devant le trône de Dieu. L’homme peut être pleinement sanctifié seulement de cette manière. À l’ère de la Grâce après que l’ère de la Loi prit fin, Dieu a commencé l’œuvre du salut qui se continue jusqu’aux derniers jours quand Il purifiera complètement l’humanité en jugeant et châtiant les hommes pour leur rébellion. Alors seulement Dieu achèvera Son œuvre du salut et entrera dans le repos. Par conséquent, dans les trois étapes de l’œuvre, Dieu S’est fait chair seulement deux fois pour réaliser Lui-même Son œuvre parmi les hommes. La raison en est qu’une seule des trois étapes est destinée à guider les hommes dans leur vie, alors que les deux autres sont l’œuvre du salut. Ce n’est qu’en devenant chair que Dieu peut vivre aux côtés des hommes, faire l’expérience de la souffrance du monde et vivre dans un corps charnel ordinaire. Seulement de cette manière peut-Il approvisionner les hommes de la parole pratique dont ils ont besoin en tant qu’êtres créés. Les hommes reçoivent le salut complet de Dieu grâce à l’incarnation de Dieu, et non directement du ciel qui répond à leurs prières, car, les hommes étant charnels, ils sont incapables de voir l’Esprit de Dieu et encore moins capables de s’approcher de Son Esprit. Les hommes ne peuvent s’associer qu’avec la chair incarnée de Dieu et c’est seulement ainsi que les hommes peuvent comprendre toutes les paroles et toutes les vérités et recevoir la plénitude du salut. La seconde incarnation suffira pour débarrasser les hommes de leurs péchés et pour pleinement les purifier. Par conséquent, la seconde incarnation mènera à sa fin toute l’œuvre de Dieu dans la chair et complètera la signification de l’incarnation de Dieu. Dès lors, l’œuvre de Dieu dans la chair aura entièrement pris fin. Après la seconde incarnation, Il ne deviendra pas chair de nouveau pour Son œuvre, car toute Sa gestion aura pris fin. L’incarnation des derniers jours aura pleinement gagné Son peuple élu et tous les hommes dans les derniers jours auront été classés selon leur genre. Il ne fera plus l’œuvre du salut et Il ne reviendra plus dans la chair pour réaliser aucune œuvre. Dans l’œuvre des derniers jours, la parole est plus puissante que la manifestation des signes et des prodiges, et l’autorité de la parole surpasse celle des signes et des prodiges. La parole révèle tous les tempéraments corrompus profondément enfouis dans le cœur de l’homme. Tu es incapable de les reconnaître par toi-même. Quand ils te seront exposés par la parole, tu les découvriras naturellement ; tu ne pourras pas les nier et tu seras tout à fait convaincu. N’est-ce pas l’autorité de la parole ? C’est le résultat de l’œuvre de la parole aujourd’hui. Par conséquent, les hommes ne peuvent pas être complètement sauvés de leurs péchés par la guérison de la maladie et l’expulsion des démons, et ne peuvent pas non plus être entièrement rendus complets par la manifestation de signes et de prodiges. L’autorité de guérir et de chasser les démons ne donne aux hommes que la grâce, mais la chair des hommes appartient toujours à Satan et le tempérament satanique corrompu reste encore dans l’homme. En d’autres termes, ce qui n’a pas été purifié appartient encore au péché et à l’infamie. Ce n’est qu’après avoir été purifié par le biais des paroles que l’homme peut être gagné par Dieu et être sanctifié. Quand les démons étaient chassés des hommes et les hommes rachetés, cela signifie seulement que les hommes étaient tirés des mains de Satan et remis à Dieu. Cependant, sans avoir été purifiés ou transformés par Dieu, ils restent des hommes corrompus. La saleté, l’opposition et la rébellion existent toujours dans les hommes ; les hommes ne sont retournés à Dieu que par Sa rédemption, mais ils n’ont pas la moindre connaissance de Dieu et s’opposent encore à Lui et se rebellent contre Lui. Avant que les hommes aient été rachetés, Satan les avait déjà remplis de ses poisons et, après des milliers d’années de corruption par Satan, les hommes ont en eux une nature établie qui s’oppose à Dieu. Par conséquent, lorsque les hommes ont été rachetés, ce ne fut rien de plus qu’un cas de rédemption payant un prix élevé pour racheter l’homme alors que sa nature empoisonnée à l’intérieur n’était pas éliminée. L’homme qui est tellement souillé doit subir une transformation avant d’être digne de servir Dieu. Grâce à cette œuvre de jugement et de châtiment, les hommes prendront pleinement conscience de l’essence souillée et corrompue en eux-mêmes et ils pourront changer complètement et être purifiés. L’homme peut être digne de retourner devant le trône de Dieu seulement de cette manière. Toute l’œuvre effectuée aujourd’hui vise la purification et la transformation des hommes ; grâce au jugement et au châtiment par la parole, ainsi que grâce à l’épurement, l’homme peut rejeter sa corruption et être purifié. Plutôt que de considérer cette étape de l’œuvre comme celle du salut, il serait plus approprié de dire que c’est l’œuvre de la purification. En vérité, cette étape est celle de la conquête, ainsi que la deuxième étape dans l’œuvre du salut. L’homme est gagné par Dieu grâce au jugement et au châtiment par la parole. Par l’utilisation de la parole pour épurer, juger et dévoiler, toutes les impuretés, les notions, les motifs, et les espoirs individuels dans le cœur de l’homme sont complètement révélés. Même si l’homme a été racheté et si ses péchés ont été pardonnés, c’est seulement considéré comme si Dieu avait oublié les transgressions de l’homme et n’avait pas traité l’homme en conformité avec ses transgressions. Toutefois, lorsque l’homme vit dans un corps charnel et qu’il n’a pas été libéré du péché, il ne peut que continuer à pécher, révélant sans cesse son tempérament satanique corrompu. C’est la vie que l’homme mène, un cycle sans fin de péché et de pardon accordé. La majorité des hommes pèchent dans la journée pour simplement se confesser dans la soirée. Ainsi, même si le sacrifice d’expiation est toujours efficace pour l’homme, il ne peut pas sauver l’homme du péché. Seulement la moitié de l’œuvre du salut a été achevée, car l’homme a encore un tempérament corrompu. Par exemple, quand les gens ont su qu’ils descendaient de Moab, ils ont proféré des paroles de plainte, n’ont plus cherché la vie et sont devenus complètement passifs. Cela ne montre-t-il pas que l’humanité est encore incapable de se soumettre entièrement à la domination de Dieu ? N’est-ce pas là précisément son tempérament satanique corrompu ? Lorsque tu n’étais pas soumis au châtiment, tes mains étaient élevées au-dessus de toutes les autres, même de celles de Jésus. Et tu as crié d’une voix forte : « Sois un fils bien-aimé de Dieu ! Sois un ami intime de Dieu ! Nous préférerions mourir plutôt que de nous prosterner devant Satan ! Révolte-toi contre l’ancien Satan ! Révolte-toi contre le grand dragon rouge ! Que le grand dragon rouge perde misérablement le pouvoir ! Que Dieu nous rende complets ! » Tes cris étaient plus forts que tous les autres. Mais vint ensuite le temps du châtiment et, encore une fois, a été révélé le tempérament corrompu des gens. Puis, leurs cris ont cessé, et ils n’avaient plus aucune résolution. C’est la corruption de l’homme ; plus profonde que le péché, elle est plantée par Satan et profondément enracinée dans l’homme. Il est difficile à l’homme de prendre conscience de ses péchés ; il est incapable de reconnaître sa propre nature profondément enracinée et doit compter sur le jugement par la parole pour obtenir ce résultat. L’homme peut dorénavant être progressivement transformé seulement de cette manière. L’homme a crié ainsi dans le passé parce qu’il ne comprenait pas son tempérament originel corrompu. Telles sont les impuretés dans l’homme. Tout au long d’une si longue période de jugement et de châtiment, l’homme a vécu dans une atmosphère de tension. Tout cela n’a-t-il pas été réalisé par le biais de la parole ? N’as-tu pas aussi crié d’une voix très forte avant l’épreuve des exécutants ? « Entre dans le royaume ! Tous ceux qui acceptent ce nom entreront dans le royaume ! Tous auront une part en Dieu ! » Lorsque vint l’épreuve des exécutants, tu cessas de crier. Au tout début, tous crièrent, « Oh Dieu ! Où que Tu me places, je me soumettrai à Ta conduite. » En lisant les paroles de Dieu : « Qui sera Mon Paul ? » l’homme dit : « Je suis disposé ! » Puis il a vu les paroles : « Et qu’en est-il de la foi de Job ? » Alors il a dit : « Je suis prêt à prendre sur moi la foi de Job. Dieu, éprouve-moi, s’il Te plaît ! » Lorsque l’épreuve des exécutants est arrivée, il a immédiatement succombé et n’était presque pas en mesure de se relever. Après cela, peu à peu, les impuretés dans le cœur de l’homme ont progressivement diminué. Cela n’a-t-il pas été réalisé par la parole ? En conséquence, ce que vous avez expérimenté aujourd’hui est le résultat acquis par la parole, même plus grand que ce qui a été acquis par Jésus faisant des signes et des prodiges. La gloire de Dieu et l’autorité de Dieu Lui-même que tu vois ne sont pas simplement vues à travers la crucifixion, la guérison de la maladie et la délivrance des démons, mais plus encore à travers Son jugement par la parole. Cela te montre que non seulement l’œuvre des signes, la guérison de la maladie et la délivrance des démons sont l’autorité et la puissance de Dieu, mais que le jugement par la parole est mieux en mesure de représenter l’autorité de Dieu et de révéler Sa toute-puissance.

La stature de l’homme d’aujourd’hui, la connaissance, l’amour, la loyauté, l’obéissance, ainsi que la vision, tout ce que l’homme a atteint aujourd’hui, sont les résultats qui viennent du jugement par la parole. Si tu es capable de loyauté et de rester debout jusqu’à ce jour, c’est grâce à la parole. Maintenant l’homme voit que l’œuvre de Dieu incarné est en effet extraordinaire. Beaucoup de choses en elle ne peuvent pas être atteintes par l’homme ; ce sont des mystères et des prodiges. Par conséquent, plusieurs se sont soumis. Certains ne se sont jamais soumis à aucun homme depuis leur naissance, mais quand ils voient les paroles de Dieu aujourd’hui, ils se soumettent pleinement sans s’en rendre compte et ils ne se hasardent pas d’examiner ou de dire quoi que ce soit de plus. L’humanité est tombée devant la parole et gît prostrée devant le jugement par la parole. Si l’Esprit de Dieu parlait directement aux hommes, ils se soumettraient tous à la voix, tombant sans parole de révélation, tout comme Paul est tombé au sol devant la lumière sur le chemin de Damas. Si Dieu continuait à faire Son œuvre de cette manière, l’homme ne serait jamais capable de reconnaître sa propre corruption via le jugement par la parole et ainsi obtenir le salut. C’est seulement en devenant chair que Dieu peut porter personnellement Ses paroles aux oreilles de tous les êtres humains, afin que tous ceux qui ont des oreilles puissent entendre Ses paroles et recevoir Son œuvre de jugement par la parole. Un tel résultat n’est atteint que par Sa parole, plutôt que par la manifestation de l’Esprit terrifiant l’homme dans la soumission. C’est seulement par cette œuvre concrète et extraordinaire que le vieux tempérament de l’homme, caché profondément en lui pendant de nombreuses années, peut être pleinement exposé, de sorte que l’homme puisse le reconnaître et le faire changer. Tout cela est l’œuvre concrète de Dieu incarné dans laquelle Il parle et exécute le jugement d’une manière pratique pour atteindre les résultats du jugement de l’homme par la parole. Telle est l’autorité de Dieu incarné et la signification de l’incarnation de Dieu. C’est fait dans le but de faire connaître l’autorité de Dieu incarné, de faire connaître les résultats obtenus par l’œuvre de la parole, et pour faire connaître que l’Esprit est venu dans la chair et démontre Son autorité en jugeant l’homme par la parole. Bien que Sa chair ait la forme extérieure d’une humanité ordinaire et normale, ce sont les résultats que Ses paroles obtiennent qui montrent à l’homme qu’Il est plein d’autorité, qu’Il est Dieu lui-même et que Ses paroles sont l’expression de Dieu Lui-même. Cela montre à tous les hommes qu’Il est Dieu Lui-même, qu’Il est Dieu Lui-même fait chair et que personne ne doit L’offenser. Personne ne peut surpasser Son jugement par la parole et aucune force de ténèbres ne peut l’emporter sur Son autorité. L’homme se soumet à Lui entièrement parce qu’Il est la Parole devenue chair, en raison de Son autorité et en raison de Son jugement par la parole. L’œuvre accomplie par Sa chair incarnée est l’autorité qu’Il possède. Il devient chair parce que la chair peut également posséder l’autorité, et Il est capable de réaliser l’œuvre parmi les hommes d’une manière pratique, de sorte qu’elle est visible et tangible pour l’homme. Cette œuvre est beaucoup plus réaliste que toute œuvre directement effectuée par l’Esprit de Dieu qui possède toute autorité, et ses résultats sont également visibles. La raison en est que Sa chair incarnée peut parler et œuvrer de façon pratique. La forme extérieure de Sa chair n’a pas d’autorité et l’homme peut s’en approcher, alors que Son essence a vraiment de l’autorité, mais personne ne voit Son autorité. Quand Il parle et quand Il œuvre, l’homme est incapable de détecter l’existence de Son autorité ; cela L’aide à faire une œuvre de nature pratique. Et toute cette œuvre pratique peut obtenir des résultats. Même si personne ne se rend compte qu’Il détient l’autorité ou ne voit pas qu’Il ne peut pas être offensé, ou ne voit pas Sa colère, Il obtient de Ses paroles les résultats qu’Il escomptait par Son autorité voilée, Sa colère camouflée et par Sa parole publique. En d’autres termes l’homme est tout à fait convaincu par Son ton de voix, la sévérité de Son discours et toute la sagesse de Ses paroles. De cette façon, l’homme se soumet à la parole de Dieu incarné qui apparemment n’a pas d’autorité, et ainsi Son but de sauver l’homme est atteint. C’est un autre aspect du sens de Son incarnation : parler de façon plus réaliste et permettre à la réalité de Ses paroles d’avoir un effet sur les hommes afin que les hommes puissent être témoins de la puissance de la parole de Dieu. Donc, cette œuvre, si elle n’était pas faite par l’incarnation, n’atteindrait aucun résultat et ne pourrait pas sauver les pécheurs pleinement. Si Dieu ne devenait pas chair, Il demeurerait l’Esprit à la fois invisible et intangible pour l’homme. L’homme étant une créature de chair, l’homme et Dieu appartiennent à deux mondes différents et ils possèdent une nature différente. L’Esprit de Dieu est incompatible avec l’homme de chair et aucune relation ne peut être établie entre eux, sans mentionner que l’homme ne peut pas devenir un esprit. Cela étant ainsi, l’Esprit de Dieu doit devenir un être créé et faire Son œuvre originale. Dieu peut aussi bien accéder à la plus haute place et S’humilier lui-même pour devenir un être humain, accomplissant Son œuvre parmi les hommes et vivant parmi eux, mais l’homme ne peut pas accéder à la plus haute place et devenir un esprit, et il peut encore moins accéder à la place la plus basse. C’est pourquoi Dieu doit devenir chair pour réaliser Son œuvre. De la même manière, durant la première incarnation, seule la chair de Dieu incarné pouvait racheter l’homme par Sa crucifixion, alors qu’il n’était pas possible que l’Esprit de Dieu soit crucifié comme un sacrifice d’expiation pour l’homme. Dieu pouvait directement devenir chair pour servir de sacrifice d’expiation pour les hommes, mais les hommes ne pouvaient pas monter directement au ciel pour recevoir le sacrifice d’expiation que Dieu avait préparé pour eux. Ainsi, tout ce qui était possible, c’était de demander à Dieu de faire quelques aller-retour entre le ciel et la terre, et non de laisser l’homme monter au ciel pour recevoir ce salut, car l’homme était tombé et de plus, l’homme ne pouvait simplement pas monter au ciel, encore moins obtenir le sacrifice d’expiation. Par conséquent, il était nécessaire que Jésus vienne chez les hommes et fasse personnellement l’œuvre qui ne pouvait tout simplement pas être accomplie par l’homme. Chaque fois que Dieu est devenu chair, c’était absolument nécessaire. Si l’une des étapes avait pu être réalisée directement par l’Esprit de Dieu, Il n’aurait pas supporté les indignités d’être incarné.

Dans cette dernière étape de l’œuvre, les résultats sont atteints par le biais de la parole. Par la parole, l’homme en vient à comprendre de nombreux mystères et l’œuvre de Dieu dans les générations passées ; par la parole, l’homme est éclairé par le Saint-Esprit ; par la parole, l’homme en vient à comprendre les mystères jamais percés par les générations passées, ainsi que le travail des prophètes et des apôtres des temps passés, et les principes qui ont fondé leur travail ; par la parole, l’homme en vient aussi à connaître le tempérament de Dieu Lui-même, ainsi que la rébellion et la résistance de l’homme, et en vient à connaître sa propre essence. Grâce à ces étapes de l’œuvre et à toutes les paroles prononcées, l’homme en vient à connaître l’œuvre de l’Esprit, l’œuvre de la chair incarnée de Dieu, et, même plus, tout Son tempérament. Par la parole, tu as aussi acquis ta connaissance de l’œuvre de gestion de Dieu de plus de six mille ans. N’est-ce pas par la parole aussi que tu as pris connaissance de tes vieilles notions et que tu as réussi à les mettre de côté ? Dans l’étape précédente, Jésus a fait des signes et des prodiges, mais il n’y a pas de signes et prodiges dans l’étape actuelle. Ta compréhension des raisons pour lesquelles Il ne révèle ni signes ni prodiges n’est-elle pas due aussi à la parole ? Par conséquent, les paroles prononcées dans l’étape actuelle dépassent le travail accompli par les apôtres et les prophètes des générations passées. Même les prophéties proclamées par les prophètes ne pourraient pas avoir obtenu de tels résultats. Les prophètes ne parlaient que de prophéties, ils parlaient d’évènements futurs, mais non de l’œuvre que Dieu voulait faire en ce temps-là. Ils n’ont pas parlé non plus pour conduire les hommes dans leur vie, pour donner des vérités aux hommes ou pour révéler des mystères aux hommes, et encore moins pour donner la vie. Dans les paroles prononcées à l’étape actuelle, il y a la prophétie et la vérité, mais surtout, ces paroles servent à donner la vie aux hommes. Les paroles à l’heure actuelle ne sont pas comme les prophéties des prophètes. L’œuvre de l’étape actuelle n’est pas pour les prophéties, mais pour la vie de l’homme, pour transformer le tempérament de vie de l’homme. La première étape a été l’œuvre de l’Éternel : Son œuvre consistait à préparer un chemin afin que l’homme adore Dieu sur la terre. C’était l’œuvre du commencement pour trouver un lieu d’origine pour l’œuvre sur la terre. En ce temps-là, l’Éternel a enseigné aux Israélites à observer le sabbat, à respecter leurs parents et à vivre en paix les uns avec les autres. Puisque les hommes de cette époque ne comprenaient pas ce qui constituait l’homme ni ne savaient comment vivre sur la terre, il était nécessaire, dans la première étape de l’œuvre, qu’Il conduise les hommes dans leur vie. Tout ce que l’Éternel leur a dit était nouveau pour les hommes, n’avait jamais été en leur possession. À cette époque, plusieurs prophètes furent appelés pour proclamer des prophéties, et ils l’ont tous fait sous la direction de l’Éternel. Cela n’était qu’une partie de l’œuvre. Dans la première étape, Dieu n’est pas devenu chair, et donc Il a parlé à toutes les tribus et toutes les nations par les prophètes. Quand Jésus a fait Son œuvre à Son époque, Il n’a pas parlé autant que dans nos jours. Cette étape de l’œuvre de la parole dans les derniers jours n’a jamais été faite dans les ères et les générations passées. Bien qu’Ésaïe, Daniel et Jean aient prononcé de nombreuses prophéties, leurs prophéties étaient tout à fait différentes des paroles prononcées aujourd’hui. Ils ont prononcé seulement des prophéties, mais les paroles aujourd’hui n’en sont pas. Si je transformais tout ce que Je dis aujourd’hui en prophéties, pourriez-vous comprendre ? Si Je parlais de choses de l’avenir, de choses après Mon départ, comment pourrais-tu comprendre ? L’œuvre de la parole n’a jamais été faite à l’époque de Jésus ou à l’ère de la Loi. Certains diront peut-être : « L’Éternel n’a-t-Il pas Lui aussi prononcé des paroles au temps de Son œuvre ? En plus de guérir les malades, de chasser les démons et de faire des signes et des prodiges, Jésus n’a-t-Il pas aussi prononcé des paroles au temps de Son œuvre ? » Il existe des différences dans la façon de prononcer les paroles. Quelle était l’essence des paroles prononcées par l’Éternel ? Il ne faisait que diriger les hommes dans leur vie sur la terre, ce qui ne comportait pas de questions spirituelles au sujet de la vie. Pourquoi dit-on que l’Éternel a parlé pour instruire les gens dans tous les lieux ? Le mot « instruire » se réfère à donner des explications claires et à commander directement. Il n’a pas approvisionné la vie de l’homme ; plutôt, il a tout simplement pris l’homme par la main et a enseigné à l’homme à Le vénérer sans avoir trop recours à des paraboles. L’œuvre de l’Éternel en Israël n’était pas de traiter ou de discipliner l’homme, ou de rendre Son jugement et Son châtiment ; c’était de le diriger. L’Éternel a ordonné à Moïse de dire à Son peuple de ramasser la manne dans le désert. Chaque matin, avant le lever du soleil, ils devaient ramasser la manne, juste assez pour les besoins de ce jour-là. La manne ne pouvait pas être conservée jusqu’au lendemain, car elle deviendrait infecte. Il n’a pas enseigné aux hommes ou exposé leur nature, et Il n’a pas exposé leurs idées et leurs pensées non plus. Il n’a pas changé les hommes, mais les a guidés en dirigeant leur vie. En ce temps-là, l’homme était comme un enfant, ne comprenant rien et ne pouvant faire que des mouvements mécaniques de base ; et donc l’Éternel n’a décrété que des lois pour diriger les multitudes. Si tu veux répandre l’Évangile de telle sorte que tous ceux qui cherchent avec un cœur sincère puissent acquérir des connaissances de l’œuvre accomplie aujourd’hui et être pleinement convaincus, tu dois comprendre le fond de l’histoire, l’essence et l’importance de l’œuvre réalisée dans chaque étape. Fais en sorte qu’en écoutant ton échange, les autres peuvent comprendre l’œuvre de l’Éternel et l’œuvre de Jésus et, même plus, toute l’œuvre effectuée aujourd’hui, ainsi que les liens et les différences entre les trois étapes de l’œuvre. Fais en sorte qu’après avoir écouté, les autres voient que les trois étapes ne se perturbent pas l’une l’autre, mais que toutes sont l’œuvre du même Esprit. Bien qu’Ils œuvrent à différentes ères, le contenu de l’œuvre qu’Ils réalisent est différent et les paroles qu’Ils prononcent sont aussi différentes, les principes qui fondent leur œuvre sont une seule et même chose. Ce sont les plus grandes visions que tous les gens devraient comprendre.

Précédent:Le mystère de l’incarnation (3)

Suivant:Les deux incarnations complètent la signification de l’incarnation

Vous aimerez peut-être également