9. Avoir la foi signifie s’en remettre à Dieu

Par Cheng Cheng, Italie

Dieu Tout-Puissant dit : « Ce n’est que par ta foi que tu pourras voir Dieu et, quand tu auras la foi, Dieu te rendra parfait. Sans la foi, Il ne peut pas faire cela. Dieu t’accordera tout ce que tu espères gagner. Si tu n’as pas la foi, alors tu ne peux pas être rendu parfait et tu seras incapable de voir les actions de Dieu, et encore moins de voir Son omnipotence. Lorsque tu seras convaincu que tu verras Ses actions dans ton expérience concrète, alors Dieu t’apparaîtra, et Il t’éclairera et te guidera de l’intérieur. Sans cette foi, Dieu sera dans l’incapacité de faire cela. Si tu as perdu l’espérance en Dieu, comment pourras-tu faire l’expérience de Son œuvre ? Par conséquent, ce n’est que lorsque tu as la foi et que tu ne nourris pas de doutes envers Dieu, ce n’est que lorsque tu auras la vraie foi en Lui, peu importe ce qu’Il fait, cela t’éclairera et t’illuminera dans tes expériences, et alors seulement pourras-tu voir Ses actions. Toutes ces choses sont acquises par la foi. La foi ne peut venir que par l’épurement, et en l’absence d’épurement, la foi ne peut pas émerger. À quoi fait référence le mot “foi” ? La foi est la croyance authentique et le cœur sincère que les humains devraient avoir quand ils ne peuvent pas voir ou toucher quelque chose, quand l’œuvre de Dieu n’est pas conforme aux notions humaines, quand elle est hors de la portée des hommes. Telle est la foi dont Je parle » (« Ceux qui doivent être rendus parfaits doivent subir l’épurement », dans La Parole apparaît dans la chair). Les paroles de Dieu nous disent qu’il est crucial d’avoir vraiment foi en Dieu. Quelles que soient les épreuves que nous rencontrons et l’ampleur de nos difficultés, Dieu veut que tout le monde croie en Ses paroles, ait foi en Lui, s’en remette à Lui et coopère avec Lui. C’est la seule manière de témoigner par l’expérience du règne tout-puissant de Dieu et de Ses actes. Grâce à la direction de Dieu, je l’ai un peu éprouvé personnellement.

Le 18 novembre 2016 au matin, j’ai reçu un message par Internet d’un frère plus âgé d’Italie. Il disait qu’il se sentait assoiffé spirituellement et voulait en savoir plus sur l’Église de Dieu Tout-Puissant. Quand j’ai lu le message, j’ai senti l’urgence de son désir et de son attente du retour du Seigneur. J’ai commencé à communiquer avec lui par l’intermédiaire d’un logiciel de traduction. Il était déçu par la corruption et la dépravation de l’Église catholique et il cherchait désespérément une véritable Église depuis 1991. Il avait aussi lu les livres de Watchman Nee et de Witness Lee, mais il n’en avait pas tiré de vraie nourriture spirituelle. Il disait que vivre sans le Seigneur était douloureux, vide de sens et sans espoir. Il avait regardé des vidéos et des images de l’Église de Dieu Tout-Puissant sur Internet qui l’avaient immédiatement interpellé. Il disait qu’elle lui semblait vraiment être une Église authentique et il voulait en savoir plus à son sujet. L’empressement que j’ai perçu dans ce qu’il disait m’a donné un grand sentiment d’urgence. Je débordais de choses que je voulais lui dire, mais je ne pouvais pas les exprimer en italien. Je voulais lui lire les paroles de Dieu Tout-Puissant, mais la traduction italienne n’avait pas encore été publiée. Je voulais qu’il regarde des films d’évangélisation, mais les versions italiennes n’étaient pas encore disponibles non plus. Il ne parlait pas d’autre langue. Je n’ai pu que lui envoyer une vidéo musicale parce que la musique et la danse sont des langages universels. Mais il a été encore plus impatient après l’avoir regardée et il m’a dit d’une manière suppliante : « Préviens-moi dès que l’Église a un site en italien. » Ça m’a rappelé une chose que Dieu Tout-Puissant a dite : « Comment transmettras-tu ce que tu as vu et expérimenté à ces pitoyables croyants religieux, malheureux et fervents qui ont faim et soif de justice et espèrent que tu les paisses ? Quels types de gens espèrent que tu les paisses ? Peux-tu l’imaginer ? Es-tu conscient du fardeau sur tes épaules, de ta commission et de ta responsabilité ? Où est ton sens de la mission historique ? Comment serviras-tu adéquatement en maître à la prochaine ère ? As-tu un sens élevé de maîtrise ? Comment expliquerais-tu le maître de toutes choses ? Est-ce réellement le maître de toutes les créatures vivantes et de toutes les choses physiques dans le monde ? Quels plans as-tu pour la progression de la prochaine étape de l’œuvre ? Combien de personnes attendent que tu sois leur berger ? Ta tâche est-elle lourde ? Ils sont malheureux, pitoyables, aveugles, et éperdus, gémissant dans les ténèbres. Où est le chemin ? Combien ils aspirent à ce que la lumière, comme une étoile filante, descende soudainement et dissipe les forces des ténèbres qui ont accablé les hommes depuis tant d’années. Qui peut savoir exactement dans quelle mesure ils espèrent anxieusement et comment ils languissent jour et nuit après cela ? Ces hommes qui souffrent profondément restent emprisonnés dans un donjon obscur, sans espoir d’être libérés, même un jour où la lumière illumine. Quand cesseront-ils de pleurer ? Le malheur de ces esprits fragiles, à qui l’on n’a jamais accordé le repos, est terrible, et ils ont longtemps été gardés attachés dans cet état par d’impitoyables liens et par l’histoire figée. Qui a entendu les cris de leurs gémissements ? Qui a observé leur état misérable ? As-tu jamais imaginé à quel point le cœur de Dieu est chagriné et anxieux ? Comment peut-Il supporter de voir l’humanité innocente, créée de Ses propres mains, endurer un tel tourment ? » (« Comment devrais-tu entreprendre ta future mission ? », dans La Parole apparaît dans la chair). Après avoir lu ça, j’ai vu que Dieu nous avait confié la tâche de répandre l’Évangile et de témoigner, mais mes mains étaient liées malgré Ses exigences pressantes. Je n’étais pas capable de témoigner de l’œuvre des derniers jours de Dieu. Je ne pouvais pas aider ce frère, qui était perdu dans les ténèbres et cherchait un espoir depuis des années, à gagner l’approvisionnement des paroles de Dieu. Je me suis sentie très mal. J’avais presque envie de pleurer quand je lisais ses messages et j’avais l’impression d’être entre le marteau et l’enclume. Si je reculais, Je le retarderais dans son étude du vrai chemin, qu’il désirait ardemment. Si j’allais de l’avant, je m’en remettrais à des outils de traduction qui n’étaient pas fiables parce que je ne parlais pas italien. Il arrivait qu’ils ne soient pas précis même pour des choses simples, alors les termes spirituels… Comment pouvions-nous donc communiquer ? J’avais l’impression d’être muette. J’avais les yeux grand ouverts, mais je ne pouvais rien faire. J’ai aussi pensé à chercher un frère ou une sœur qui parlait italien, mais je n’ai trouvé personne. J’étais complètement désemparée, à ce stade, et j’ai pensé : « Tout ce que je sais dire en italien, c’est “bonjour” et “au revoir”. Quel que soit le mal que je me donne, je n’arriverai jamais à témoigner de l’œuvre des derniers jours de Dieu. » J’étais très déprimée.

Le lendemain matin, il m’a envoyé un message pour me dire que la première chose à laquelle il avait pensé en se réveillant était son désir de m’interroger sur l’Église de Dieu Tout-Puissant. Le fait qu’il continue à m’envoyer des messages me rendait très nerveuse. J’ai prié avec empressement : « Cher Dieu, je n’ai pas étudié l’italien et je ne sais vraiment pas comment partager l’Évangile avec ce frère. S’il Te plaît, mon Dieu, guide-moi. » Après ma prière, ce passage des paroles de Dieu m’est subitement venu à l’esprit : « Tu dois être convaincu que tout est entre les mains de Dieu et que les humains ne font que coopérer avec Lui. Si ton cœur est sincère, Dieu le verra et Il t’ouvrira tous les chemins, aplanissant toutes les difficultés. Telle est la conviction que tu dois avoir. » « Vous n’avez à vous inquiéter de rien pendant que vous accomplissez votre devoir, tant que tu utilises toutes tes forces et que tu y mets tout ton cœur. Dieu ne te rendra pas les choses difficiles et ne te forcera pas à faire ce dont tu n’es pas capable » (« L’entrée dans la vie est très importante pour croire en Dieu », dans Récits des entretiens de Christ des derniers jours). Lire cela a stimulé ma foi et mon courage. Il est vrai que tout est entre les mains de Dieu et que tout est possible avec Lui. Ce que Dieu attend de nous plus que tout, quand nous rencontrons des difficultés, est notre sincérité et notre coopération. Il veut qu’on ait pleinement confiance en Lui, qu’on s’en remette à Lui et qu’on fasse de notre mieux pour travailler avec Lui. Alors Dieu nous aidera à résoudre nos problèmes. Mais, confrontée à ce genre de problème, je me suis rendu compte que Dieu n’avait pas de place dans mon cœur. Je m’en remettais à mes notions et aux fruits de mon imagination. Je pensais que, puisque je ne parlais pas italien et ne pouvais pas communiquer normalement avec ce frère, il m’était impossible de témoigner de l’œuvre de Dieu. Je me suis embourbée dans ce problème, qui m’a rendue négative et réticente. Comment aurais-je pu obtenir la direction de Dieu et témoigner de Ses actes dans cet état ? Je devais m’en remettre vraiment à Dieu, faire tout ce qui était en mon pouvoir pour coopérer avec Lui et croire qu’Il m’ouvrirait un chemin. Dans cet état d’esprit, j’ai subitement pensé à des versets de la Bible en italien que j’avais relevés l’avant-veille et qui prophétisaient l’œuvre de Dieu dans les derniers jours. J’ai songé que je pouvais les utiliser pour communiquer avec le frère. Alors, un matin, je les lui ai envoyés pour faciliter notre communication. L’après-midi même, j’ai eu la bonne surprise de découvrir que la bande annonce de la version italienne d’un film, Le mystère de la piété, était sortie. Je la lui ai envoyée immédiatement. Plus tard, il m’a dit qu’il avait compris que le film parlait des prophéties bibliques sur le retour du Seigneur. Il m’a demandé avec enthousiasme : « Le Seigneur est-Il revenu ? Est-Il en Chine ? Comment s’appelle-t-Il, maintenant ? » À cet instant, j’ai eu l’impression d’être une brebis égarée qui venait d’entendre l’appel de son berger et cherchait partout d’où il venait. J’ai répondu en retenant mes larmes : « Il s’appelle Dieu Tout-Puissant et c’est Lui qui a été prophétisé dans l’Apocalypse : “Celui qui est, qui était, et qui vient, le Tout Puissant” (Apocalypse 1:8). » À ce moment-là, j’ai vu comment chaque étape du règne de Dieu s’insère parfaitement dans la suivante. Je ne connaissais que quelques mots simples d’italien, mais cette expérience m’avait rendue vivement consciente que j’avais communiqué facilement avec ce frère grâce à la direction de Dieu, et même obtenu quelques résultats. J’ai vu que tout était entre les mains de Dieu, qu’on devait sincèrement se fier à Lui, s’en remettre à Lui et travailler avec Lui de tout notre cœur.

Après ça, j’ai subi une autre épreuve. Ce frère me demandait en permanence quand je lui livrerais un témoignage de l’œuvre des derniers jours de Dieu. Je ne demandais pas mieux, mais nous étions encore confrontés à la barrière de la langue et je n’avais toujours pas trouvé un frère ou une sœur qui aurait pu m’aider. Si je demandais à un incroyant de traduire, il ne comprendrait pas les termes spirituels et risquait de mal le faire. Ces problèmes me désespéraient. Je ne savais pas quoi faire. J’étais sur des charbons ardents. J’ai appelé Dieu à l’aide sans relâche : « Ô Dieu, j’ai les mains liées. Je ne sais pas quoi faire et je ne sais pas ce que cette expérience est censée m’apprendre. S’il Te plaît, guide-moi et ouvre-moi un chemin. » Après avoir prié, j’ai pensé au moment où Moïse a traversé la mer Rouge. Moïse a rencontré toutes sortes de difficultés quand il a conduit les Israélites hors d’Égypte, mais il n’a jamais perdu foi en Dieu. Il a prié, coopéré avec Dieu et été témoin de nombreux prodiges. Sans la mer Rouge, l’armée qui les poursuivait et les quarante ans passés dans le désert, comment Moïse aurait-il pu avoir autant de foi et un tel témoignage ? Sans les difficultés que j’ai rencontrées dans mon devoir, comment aurais-je pu gagner une véritable foi en Dieu ? Et puis mes difficultés n’avaient rien à voir avec la traversée de la mer Rouge. Et depuis que j’avais rencontré ce frère sur Internet, Dieu m’avait toujours ouvert un chemin et j’avais été témoin d’un grand nombre de Ses actes merveilleux. Je savais que je devais avoir plus de foi en Dieu et m’en remettre davantage à Lui. Alors j’ai brusquement compris que Dieu voulait perfectionner ma foi et ma confiance en Lui par ces difficultés pour me donner une compréhension plus concrète de Son règne tout-puissant à travers mes expériences réelles. Dès que j’ai compris la volonté de Dieu, je n’ai plus douté qu’Il m’ouvrirait un chemin. Nous avons pris rendez-vous sur Internet et des frères et sœurs ont fait en sorte qu’une sœur de quinze ans qui avait étudié l’italien nous serve d’interprète. J’ai appris qu’une sœur de quinze ans nous aiderait en traduisant. J’ai pensé à cette jeune sœur et à moi. J’étais très jeune, je ne croyais pas en Dieu depuis longtemps et je n’avais jamais prêché l’Évangile. Cela marcherait-il en ayant une sœur aussi jeune pour m’aider à prêcher l’Évangile ? Je n’en étais pas sûre. Mais quand j’ai entendu cette jeune sœur lire les paroles de Dieu en italien avec aisance et me dire qu’elle avait immédiatement mémorisé de nouveaux mots, j’ai été surprise et honteuse. Dieu avait assemblé toutes les bonnes personnes pour le travail d’évangélisation. Ça m’a rappelé un passage des paroles de Dieu : « Quand un engagement ou une promesse sont prononcés par la bouche de Dieu, toutes choses servent à leur accomplissement et sont manipulées pour leur accomplissement ; toutes les créatures sont orchestrées et arrangées sous la domination du Créateur, jouant leur rôle respectif et remplissant leur fonction respective. C’est la manifestation de l’autorité du Créateur » (« Dieu Lui-même, l’Unique I », dans La Parole apparaît dans la chair). Grâce à cette expérience, j’ai compris que Dieu me guiderait tant que je m’appuierais sincèrement sur Lui et que je verrais Ses actes merveilleux.

Quand j’ai trouvé cette jeune sœur pour traduire, j’ai enfin pu communiquer normalement avec ce frère. Un grand poids a été retiré de mes épaules. Sans m’en apercevoir, j’ai un peu perdu de mon désir sincère de m’en remettre à Dieu. Cette sœur a eu quelque chose d’important à faire et n’a plus été en mesure de m’aider à traduire. J’ai été effondrée en l’apprenant. Il y avait encore tant de choses que je voulais dire à ce frère pour lui permettre de poser une fondation sur le vrai chemin, mais je ne pouvais rien faire sans mon interprète. Alors j’ai entendu parler de quelqu’un qui cherchait le vrai chemin et qui n’avait plus osé l’étudier parce qu’il avait été trompé par des rumeurs du PCC et de la communauté religieuse. J’ai eu peur que ce frère italien soit freiné, lui aussi, s’il n’était pas abreuvé à temps. Je me sentais impuissante et ne savais vraiment pas quoi faire. Puis, un jour, j’ai vu que ce frère avait publié ceci sur sa page : « Amis, frères et sœurs, Jésus Christ est revenu ! Réjouissez-vous ! » Cette publication m’a donné des sueurs froides parce qu’il avait plus de trois mille amis religieux. S’il y avait ne serait-ce que quelques antéchrists parmi eux, qui pouvaient le tromper et le perturber, comment s’en sortirait-il ? Comme j’étais pleine d’appréhension, je me suis présentée devant Dieu pour prier : « Ô Dieu, ce frère ne peut pas être abreuvé tout de suite sans un interprète. J’ai peur qu’il soit trompé par les arguments des autres et qu’il se rétracte. Comment dois-je expérimenter Tes paroles et tirer une leçon de cette situation ? Guide-moi, s’il Te plaît. » Après ma prière, j’ai lu ceci dans les paroles de Dieu : « Les hommes passent la plupart de leur temps à vivre dans un état d’inconscience. Ils ne savent pas s’ils doivent compter sur Dieu ou sur eux-mêmes. Ils ont alors tendance à choisir de s’appuyer sur eux-mêmes et de se fier aux conditions et environnements bénéfiques qui les entourent, ainsi qu’aux personnes, aux événements et aux choses qui sont à leur avantage. C’est ce que les hommes font de mieux. Ce qu’ils font le moins bien, c’est de compter sur Dieu et de se tourner vers Lui, parce qu’ils ont l’impression que se tourner vers Dieu est trop dérangeant – ils ne peuvent pas voir, ils ne peuvent pas toucher – et ils ont le sentiment qu’il est vague et irréaliste de le faire. Ainsi, dans cet aspect de leurs leçons, les hommes font le pire, et leur entrée là-dedans est la plus superficielle. Si tu n’apprends pas à te tourner vers Dieu et à compter sur Lui, tu ne verras jamais Dieu œuvrer en toi, te guider ni t’éclairer. Si tu ne peux pas voir ces choses, alors des questions comme savoir si Dieu existe et s’Il guide tout dans la vie de l’humanité se termineront, au plus profond de ton cœur, par un point d’interrogation plutôt que par un point final ou un point d’exclamation. “ Dieu guide-t-Il tout dans la vie de l’humanité ? ” “ Dieu observe-t-Il les profondeurs du cœur de l’homme ? ” Pour quelle raison en fais-tu des questions ? Si tu ne comptes pas vraiment sur Dieu ne Le respectes pas, tu ne seras pas en mesure de générer une foi véritable en Lui. Si tu ne peux pas générer une foi véritable en Lui, alors, pour toi, ces points d’interrogation seront toujours là, accompagnant tout ce que Dieu fait, et il n’y aura pas de point final » (« Les croyants doivent commencer à percer à jour les tendances mauvaises du monde », dans Récits des entretiens de Christ des derniers jours). Les paroles de Dieu m’ont réveillée et je me suis finalement rendu compte que je L’avais encore oublié. Quand Dieu me plaçait dans une situation où je me sentais désemparée, où je ne pouvais pas communiquer et ne savais pas quoi faire, je Le voyais comme ma planche de salut. Mais quand les bonnes conditions et les bonnes personnes étaient réunies, je comptais tout de suite sur les autres parce que ça me semblait plus pratique. Quand cette jeune sœur est venue m’aider alors que j’en avais besoin, j’ai su que c’était un acte de Dieu. Mais, après ça, je pensais toujours que le fait que ce frère accepte l’œuvre des derniers jours de Dieu dépendait entièrement de cette interprète. Ma foi en Dieu n’était toujours pas authentique. J’ai pensé à une chose que le Seigneur Jésus a dite : « Mon Père, qui me les a données, est plus grand que tous ; et personne ne peut les ravir de la main de mon Père » (Jean 10:29). La brebis de Dieu entend Sa voix. Aucun rumeur, aucun mensonge ni aucune épreuve ne peut arracher les gens de Dieu de Ses mains. C’est une manifestation de l’autorité de Dieu. Je devais croire les paroles de Dieu, faire mon devoir et explorer tous les moyens d’échanger avec ce frère. Le fait qu’il soit trompé par des rumeurs et des mensonges ou non ne dépendait pas de moi.

J’ai ensuite lu ceci dans les paroles de Dieu Tout-Puissant : « Satan corrompt l’humanité depuis des milliers d’années. Il a causé un mal incalculable, trompé génération après génération et commis des crimes odieux dans le monde. Il a abusé l’homme, trompé l’homme, séduit l’homme pour s’opposer à Dieu et a commis de mauvais actes qui ont confondu et perturbé le plan de gestion de Dieu à maintes reprises. Pourtant, sous l’autorité de Dieu, toutes choses et toutes créatures vivantes continuent de se conformer aux règles et aux lois établies par Dieu. Comparés à l’autorité de Dieu, la nature perverse et le déchaînement de Satan sont si laids, si dégoûtants et méprisables et si petits et vulnérables. Même si Satan marche parmi toutes choses créées par Dieu, il n’est pas capable de réaliser le moindre changement chez les personnes, les choses et les objets commandés par Dieu » (« Dieu Lui-même, l’Unique I », dans La Parole apparaît dans la chair). Les paroles de Dieu m’ont aidée à lâcher prise. Il est vrai que Dieu règne sur toutes choses et que personne ne peut entraver ce qu’Il veut faire. Personne ne peut voler la brebis de Dieu. Si quelqu’un qui n’est pas la brebis de Dieu entre dans Sa maison, il sera un jour exposé et éliminé. Ce sont l’autorité et le pouvoir de Dieu. J’ai vu que je ne comprenais vraiment pas Dieu. J’en étais un exemple vivant. Avant d’accepter l’œuvre des derniers jours de Dieu Tout-Puissant, j’avais écouté les mensonges du monde religieux et du PCC pendant cinq ans. Même s’il y avait beaucoup d’obstacles sur mon chemin, les paroles de Dieu m’avaient incitée à accepter Son œuvre des derniers jours. À présent, toutes les hérésies et tous les mensonges qu’ils répandent ne peuvent pas m’empêcher de suivre Dieu Tout-Puissant. Ils m’aident juste à voir plus clairement le visage hideux de Satan et renforcent ma détermination à suivre Dieu. Ce sont les paroles de Dieu qui ont accompli cela en moi. J’ai repensé au fait que j’avais communiqué avec ce frère pendant presque un mois. Nous ne parlions pas la même langue et ne pouvions pas communiquer normalement, mais nous avons persévéré jusqu’à ce qu’il accepte l’œuvre des derniers jours de Dieu. Il a même parlé de répandre l’Évangile et de fonder une Église en Italie. Cela aurait-il pu se produire sans la direction de Dieu, si Ses paroles ne conquéraient pas les gens ? J’ai vu que je ne comprenais vraiment pas Dieu. Quand je répandais l’Évangile, je disais que l’autorité de Dieu était sans pareille et qu’aucune force ne pouvait entraver Son œuvre, mais j’analysais toujours les choses de manière logique. Quand j’ai été confrontée au problème de la barrière de la langue, j’ai eu peur que ce frère ne soit égaré par des rumeurs et les mensonges des antéchrists. Je vivais dans la peur. Mais, en réalité, le fait qu’il accepte le vrai chemin ou non était entre les mains de Dieu, ordonné par Lui. Au lieu d’avoir des inquiétudes infondées, je devais juste bien faire mon devoir et être responsable. Quand je l’ai compris, j’ai prié Dieu, bien décidée à me soumettre à Son règne et à Ses arrangements. À ma grande surprise, peu après, cette jeune sœur m’a envoyé un message pour me faire savoir qu’elle était libre et pouvait recommencer à m’aider en interprétant. Je pouvais enfin communiquer aisément avec ce frère italien.

Même s’il m’arrivait d’être complètement découragée ou incroyablement anxieuse en partageant l’Évangile avec ce frère, quand je m’en remettais réellement à Dieu, j’étais témoin, fois après fois, de Sa direction et de Ses actes. J’ai vu que toute l’œuvre de Dieu est accomplie par Dieu Lui-même et ma foi en Lui a grandi. Tout cela a été le fruit de la grâce et de la miséricorde de Dieu. Autrefois, je pensais que partager l’Évangile consistait à sauver d’autres gens, mais j’ai fini par comprendre qu’il s’agit aussi d’éprouver l’œuvre et les paroles de Dieu. Grâce à cette expérience, « l’incrédule Thomas » que j’étais a vraiment éprouvé l’autorité et la loyauté de Dieu. Comme les paroles de Dieu disent : « Lorsque quelqu’un rencontre une difficulté particulièrement épineuse, quand il n’a personne vers qui se tourner, et quand il se sent particulièrement démuni, il place son seul espoir en Dieu. Comment sont ses prières ? Quel est son état d’esprit ? Est-il sincère ? Y a-t-il une quelconque adultération à ce moment-là ? Ce n’est que lorsque tu fais confiance à Dieu comme s’Il était la dernière paille sur laquelle tu embarques pour sauver ta vie, quand tu espères que Dieu t’aidera, que ton cœur est sincère. Bien que tu n’aies peut-être pas dit grand-chose, ton cœur s’est déjà ému. C’est-à-dire, tu offres ton vrai cœur, ton cœur sincère à Dieu, et Dieu écoute. Quand Dieu écoute, Il voit tes difficultés, et Il te guide, t’éclaire et t’aide » (« Les croyants doivent commencer à percer à jour les tendances mauvaises du monde », dans Récits des entretiens de Christ des derniers jours). Connaître Dieu exige de vraiment pratiquer et éprouver Ses paroles à travers les gens, les événements et les choses que nous rencontrons chaque jour et en faisant notre devoir. C’est le seul moyen de vraiment connaître et craindre Dieu. Mon expérience m’a appris à l’apprécier. Dieu Tout-Puissant soit loué !

Précédent: 8. Connaître l’autorité et la souveraineté de Dieu dans la vie

Suivant: 10. La délivrance du cœur

Nous sommes déjà dans les derniers jours. Savez-vous comment faire pour accueillir le Seigneur et être enlevés jusqu’au royaume des cieux? Contactez-nous dès maintenant pour en discuter.

Contenu connexe

69. Revenir sur la bonne voie

Par Chen Guang, États-UnisDieu Tout-Puissant dit : « Servir Dieu n’est pas une mince affaire. Ceux dont le tempérament corrompu demeure...

23. Offrir mon cœur à Dieu

Par Xinche, Corée du SudEn juin 2018, j’ai participé aux répétitions du spectacle musical l’Hymne du royaume. L’idée de monter sur scène...

26. Comment concevoir son devoir

Par Zhongcheng, ChineDieu Tout-Puissant dit : « La principale condition de la croyance de l’homme en Dieu, c’est qu’il ait un cœur honnête,...

Paramètres

  • Texte
  • Thèmes

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Interligne

Largeur de page

Contenu

Chercher

  • Rechercher ce texte
  • Rechercher ce livre