Dans les coulisses de la persécution d’une famille

2 avril 2024

Par Chen Li, Chine

En octobre 2009, ma mère et ma sœur m’ont prêché l’Évangile de Dieu Tout-Puissant des derniers jours. Après l’avoir accepté, j’ai lu les paroles de Dieu tous les jours, j’ai assisté à des réunions et j’ai échangé avec des frères et sœurs. J’ai progressivement compris certaines vérités des paroles de Dieu. J’ai appris quelle était la racine des ténèbres et du mal dans le monde, ce que nous devions poursuivre dans notre vie et comment vivre une vie qui a du sens. Trouver le bon chemin dans la vie m’a rendu vraiment heureuse, détendue et insouciante. Mon mari et ma fille, ayant remarqué qu’après être devenue croyante, j’étais généralement de meilleure humeur, ne se sont pas opposés à ma foi. Par la suite, mon mari ayant dû quitter la région pour son travail, je me suis occupée de nos enfants tout en prêchant l’Évangile.

Un soir du printemps 2013, mon mari m’a appelée à l’improviste et m’a dit sur un ton vraiment autoritaire : « À partir de maintenant, fais juste ce que tu dois faire et reste à la maison, ne crois plus en Dieu. On raconte sur Internet et aux informations télévisées que les disciples de Dieu Tout-Puissant abandonnent leurs familles. Ne va pas jusqu’à tourner le dos à notre famille. De plus, avoir la foi est illégal en Chine et, si les autorités le découvrent, tu seras arrêtée. Comment des gens ordinaires comme nous peuvent-ils se dresser contre le Parti communiste ? Si le gouvernement dit que tu ne peux pas être croyante, ne le sois pas. Ne crée pas des ennuis à partir de rien ! » Craignant que mon téléphone portable soit surveillé par la police, je ne l’ai pas laissé continuer à parler. En raccrochant, j’étais vraiment bouleversée. Comment pouvait-il juste écouter aveuglément les mensonges du Parti communiste ? Il savait que croire en Dieu était une bonne chose et il soutenait ma foi, alors pourquoi essayait-il de se mettre en travers de mon chemin au moment où il entendait leurs mensonges ? Il est évident que suivre Dieu est le bon chemin dans la vie : pourquoi le Parti communiste ne laisse-t-il pas les gens avoir la foi ? Nous ne faisons rien d’illégal en tant que croyants, alors pourquoi s’acharnent-ils à nous arrêter et nous persécuter ? Après cela, j’ai parlé de ma confusion à une sœur lors d’une réunion, et elle a partagé un passage des paroles de Dieu avec moi. Dieu a dit : « Le grand dragon rouge persécute Dieu et est l’ennemi de Dieu ; et ainsi, dans ce pays, ceux qui croient en Dieu sont donc soumis à l’humiliation et à l’oppression […]. Parce qu’elle est entreprise sur une terre qui s’oppose à Dieu, toute l’œuvre de Dieu se heurte à de terribles obstacles, et l’accomplissement de nombre de Ses paroles demande du temps ; ainsi, les hommes sont épurés grâce aux paroles de Dieu, ce qui constitue également un élément de souffrance. Il est extrêmement difficile pour Dieu d’accomplir Son œuvre dans le pays du grand dragon rouge. Cependant, c’est grâce à cette difficulté que Dieu accomplit une étape de Son œuvre : rendre manifestes Sa sagesse et Ses prodigieuses réalisations, et saisir cette occasion pour rendre complet ce groupe de personnes. C’est par la souffrance des hommes, par leur calibre et par tous les tempéraments sataniques des habitants de cette terre immonde que Dieu accomplit Son œuvre de purification et de conquête, afin de gagner la gloire, par ce biais, et de gagner ceux qui témoignent de Ses actes. Telle est toute la signification de tous les sacrifices que Dieu a consentis pour ce groupe de personnes » (La Parole, vol. 1 : L’apparition et l’œuvre de Dieu, L’œuvre de Dieu est-elle aussi simple que l’homme l’imagine ?). Après avoir lu cela, elle a échangé avec moi, en disant : « Le Parti communiste est athée ; c’est un démon opposé à Dieu et il ne peut absolument pas tolérer que quiconque ait la foi, adore Dieu. Il arrête et persécute les chrétiens depuis son arrivée au pouvoir. Maintenant que Dieu Tout-Puissant est apparu et œuvre dans les derniers jours, exprimant des vérités pour sauver l’humanité, le Parti communiste a peur que les gens lisent les paroles de Dieu Tout-Puissant, comprennent la vérité et gagnent en discernement. Alors ils verront vraiment son visage diabolique et ne seront plus dupes : les gens ne le suivront plus. C’est pourquoi il a énormément intensifié son opposition à Dieu, sa condamnation de Dieu et sa persécution des croyants. Il a également répandu toutes sortes de rumeurs et de mensonges pour tromper nos amis et nos proches qui sont incroyants et les inciter à nous perturber et à nous empêcher de suivre Dieu. Le Parti communiste veut amener tout le monde à nier et trahir Dieu afin que nous perdions le salut de Dieu et que nous finissions par être punis en enfer avec lui. Si nous sommes freinés par nos familles et n’osons pas suivre Dieu ni accomplir un devoir, cela signifie que nous sommes tombés dans les pièges de Satan et que nous avons perdu notre chance de salut. Dieu nous permet de subir la répression et les arrestations par le Parti communiste, qu’Il utilise comme un exécutant afin que nous puissions voir clairement son essence démoniaque, gagner en discernement et le rejeter. En même temps, à travers cela, Dieu peut perfectionner notre foi et faire de nous des vainqueurs. La volonté bienveillante de Dieu est là-dedans ! » En écoutant l’échange de cette sœur, il m’est apparu clairement que Dieu permet l’oppression par le Parti communiste et les troubles que vit ma famille afin que je puisse pleinement voir que le Parti est Satan, le diable, un ennemi de Dieu. C’est la sagesse dans l’œuvre de Dieu. Le Parti communiste répand des mensonges pour égarer les gens afin qu’ils s’associent à lui pour s’opposer à Dieu, persécuter les croyants, et perturber et saboter l’œuvre de Dieu. C’est la mauvaise intention du Parti communiste et je savais que je ne devais pas tomber dans les pièges de Satan.

Après cela, la sœur m’a lu un autre passage des paroles de Dieu : « Chacun d’entre vous, en tant que croyant en Dieu, doit apprécier la façon dont il a véritablement obtenu la plus grande exaltation et le plus grand salut en recevant l’œuvre de Dieu dans les derniers jours et l’œuvre de Son plan, que Dieu accomplit en lui aujourd’hui. Dieu a fait de ce groupe de personnes le centre unique de Son œuvre dans tout l’univers. Pour vous, Il a sacrifié tout le sang de Son cœur ; Il a récupéré et vous a donné toute l’œuvre de l’Esprit à travers l’univers. C’est pourquoi vous êtes les privilégiés. En outre, Il a détourné Sa gloire d’Israël, Son peuple élu, pour la reporter sur vous, et Il rendra le but de Son plan pleinement manifeste par le biais de ce groupe. Par conséquent, vous êtes ceux qui recevront l’héritage de Dieu, et mieux encore, vous êtes les héritiers de la gloire de Dieu » (La Parole, vol. 1 : L’apparition et l’œuvre de Dieu, L’œuvre de Dieu est-elle aussi simple que l’homme l’imagine ?). Cette lecture m’a fait me sentir incroyablement honorée. Afin de nous sauver, nous qui avons été si profondément corrompus par Satan, Dieu S’est fait chair et est venu sur terre pour œuvrer une seconde fois, subissant l’opposition, la condamnation et même le blasphème du Parti communiste et du monde religieux. Il a enduré d’énormes indignités, exprimant la vérité et accomplissant Son œuvre pour sauver l’humanité, donnant tout Son sang, Sa sueur et Ses larmes. C’est l’amour extraordinaire de Dieu ! L’œuvre de Dieu est sur le point de se terminer. Cette chance de salut est une opportunité unique que je ne peux pas manquer : le Parti communiste aurait beau être oppressif et mon mari aurait beau se mettre en travers de mon chemin, je savais que je devais avoir la foi et suivre Dieu. Après cela, mon mari n’a cessé de me téléphoner pour essayer de m’empêcher de croire en Dieu, et m’a même crié dessus. C’était un peu douloureux, mais je savais qu’avoir la foi était juste et convenable, donc il n’a jamais pu m’en dissuader et j’ai continué à accomplir mon devoir.

Et puis, en mai 2014, quand mon mari a vu que je n’avais toujours pas abandonné ma foi, il a quitté l’endroit où il travaillait pour revenir dans notre ville. Il m’a dit très férocement : « Je t’ai dit et répété que tu dois abandonner ta foi, mais tu n’écoutes tout simplement pas. Tout le monde, sur Internet et à la télévision, dit que les gens abandonnent leur famille quand ils deviennent croyants, mais toi, tu es toujours là-dedans ? » Je me suis dit que le Parti communiste, en accusant les croyants d’abandonner leurs familles, ne faisait que blâmer les victimes. Il ne permet pas aux gens d’avoir la foi et d’emprunter le bon chemin, alors il arrête et persécute frénétiquement les chrétiens, forçant de nombreux frères et sœurs à fuir leurs maisons et à errer d’un endroit à l’autre. De toute évidence, les frères et sœurs ne peuvent pas rentrer chez eux à cause de l’oppression du Parti communiste, mais celui-ci dit que nous abandonnons nos familles quand nous devenons croyants. N’est-ce pas déformer la vérité ? Alors j’ai dit à mon mari : « Tout ce que les gens disent sur Internet est faux. Ce ne sont que des mensonges du Parti communiste condamnant et salissant l’Église de Dieu Tout-Puissant… » Mais il ne m’écoutait pas du tout. Il m’a juste répondu : « Quoi qu’il en soit, c’est ce qu’ils disent sur Internet, donc si tu continues à croire en Dieu et que le gouvernement le découvre, tu seras arrêtée et envoyée en prison. Le Parti communiste est capable de tout. S’il dit que tu ne dois pas croire, arrête de croire. Comment un œuf peut-il briser une pierre ? Je vais rester à la maison et garder un œil sur toi. Si tu continues à croire, nous allons divorcer ! » Je me suis dit : « Que se passera-t-il si nous divorçons et que nos deux enfants n’ont personne pour s’occuper d’eux ? Se retrouveront-ils sur le mauvais chemin ? Perdre l’amour de leur mère à un si jeune âge leur ferait un mal considérable ! » Penser combien ce serait blessant et injuste pour nos enfants était extrêmement déchirant. Je me suis rapidement présentée devant Dieu en prière : « Ô Dieu ! Mon mari veut divorcer et je m’inquiète tellement pour mes enfants. S’il Te plaît, protège-moi et permets-moi de rester forte. » Après ma prière, j’ai pensé à quelque chose que Dieu a dit : « Le destin de l’homme est entre les mains de Dieu. Tu es incapable de te contrôler : quoiqu’il soit toujours en train de courir et de s’occuper pour lui-même, l’homme reste incapable de se contrôler. Si tu pouvais connaître tes propres perspectives, si tu pouvais contrôler ton propre destin, serais-tu toujours un être créé ? » (La Parole, vol. 1 : L’apparition et l’œuvre de Dieu, Restaurer la vie normale de l’homme et l’emmener vers une merveilleuse destination). Ces paroles de Dieu ont vraiment illuminé mon cœur et m’ont montré que le destin des gens était entièrement entre les mains de Dieu. Le mieux que je pouvais faire était de prendre un peu mieux soin de mes enfants dans leur vie. Je ne pouvais pas décider quel sort ils auraient, ni combien ils pourraient souffrir. Je devais les laisser entre les mains de Dieu et me soumettre à Ses orchestrations et à Ses arrangements. Cette pensée m’a permis de pousser un soupir de soulagement : je n’étais plus tellement à l’agonie. Je me suis aussi aperçue que si mon mari, induit en erreur par les mensonges du Parti communiste, essayait de m’empêcher de suivre Dieu et me menaçait de divorcer, ce n’était qu’une ruse de Satan. Je ne devais pas tomber dans le panneau. Alors je lui ai dit : « Je n’abandonnerai jamais ma foi. Croire en Dieu et lire les paroles de Dieu, c’est être une bonne personne et prendre le bon chemin. Pourquoi es-tu toujours d’accord avec le Parti et t’opposes-tu à moi ? » Il m’a alors soudainement poussée sur le lit et m’a crié, furieux : « Notre gouvernement est antireligieux. Si le Parti communiste ne veut pas que tu sois croyante, ne sois pas croyante ! Qui donc peut les vaincre ? » Notre fille a été témoin de toute cette scène et a eu tellement peur qu’elle est accourue et s’est exclamée : « Papa, qu’est-ce que tu fais ? Maman est tellement plus heureuse depuis qu’elle a commencé à croire en Dieu. La foi est une bonne chose ! Ne te mêle pas de ça ! » Sans l’écouter le moins du monde, mon mari l’a frappée au visage. J’ai été vraiment en colère ! Il frappait notre fille juste parce qu’elle avait dit quelque chose pour me défendre. J’ai vu que mon mari suivait le Parti communiste et essayait comme un fou de m’éloigner de ma foi : il avait déjà perdu toute raison. Je n’ai rien voulu lui dire de plus et j’ai ramené notre fille dans sa chambre. Dès le lendemain, nous sommes allés au Bureau des affaires civiles. Avant que nous n’ayons commencé notre procédure de divorce, l’oncle de mon mari s’est présenté et, sur ses conseils, mon mari a décidé de ne pas aller jusqu’au divorce.

Après cela, mon mari a continué à être oppressant et à faire obstacle à ma foi. Il était constamment sarcastique et faisait la tête chaque fois qu’il me voyait revenir d’une réunion. Son attitude a également empiré de plus en plus. Une nuit vers 22 heures, mon mari est rentré à la maison, passablement ivre, et m’a tirée dans le lit comme un dément en me disant avec force : « Maintenant que tu crois en Dieu, de quoi j’ai l’air en société ? Tout le monde parle de ta religion. Que pensent nos amis de moi, maintenant ? Si tu continues avec ce truc de Dieu, tu seras arrêtée et le gouvernement s’en prendra à toi. À la fin, aucun membre de notre famille ne pourra garder la tête haute. Il faut que tu arrêtes de croire ! » Comme j’ai tendance à être une personne timide, j’ai eu peur quand j’ai vu à quel point il avait l’air féroce. Il était dans une crise de rage, et il avait tellement bu que je ne savais pas ce qu’il pourrait faire. J’ai demandé sans relâche à Dieu de me protéger et j’ai réussi à me calmer peu à peu. Voyant que je n’allais toujours pas abandonner ma foi, mon mari s’est mis encore plus en colère. Il m’a soulevée du lit et m’a jetée par terre, puis il m’a donné plusieurs coups de poing au visage, si bien que j’ai eu les yeux au beurre noir. Je lui ai dit : « Il n’y a rien de mal à ce que j’aie la foi. Pourquoi me frappes-tu ? Pourquoi est-ce que tu es toujours du côté du Parti communiste et que tu m’opprimes ? » Ignorant complètement ce que je lui disais, il m’a soulevée et m’a portée vers la fenêtre, agissant comme un parfait dément. J’ai prié Dieu dans mon cœur, encore et encore. Il m’a portée jusqu’au rebord de la fenêtre, m’a attrapée par les chevilles m’a pendue la tête en bas à l’extérieur de la fenêtre. Puis il a crié : « Dis-le ! Dis que tu vas abandonner ta foi ! Sinon, je te jette d’ici tout de suite ! » Nous habitions au cinquième étage, donc s’il me jetait dans le vide, c’en serait fini de moi. J’ai eu très peur et je n’ai pas cessé de prier Dieu : « Ô Dieu ! Protège-moi et donne-moi la foi. Même si je meurs aujourd’hui, je ne céderai tout de même pas à Satan ! » À ce moment-là, j’ai soudainement pensé à l’expérience de Job. Tout au long de ses épreuves, Dieu gardait un œil sur lui, et Satan le regardait aussi. En fin de compte, Job est resté ferme dans son témoignage pour Dieu, et Satan a été humilié et s’est retiré. Alors, dans mon cœur, j’ai appelé Satan : « Satan, peu m’importent les tactiques perverses que tu utilises contre moi, je ne trahirai jamais Dieu. Je continuerai à croire en Dieu et à Le suivre, même si cela entraîne ma mort ! » Une fois que j’ai pris cette résolution, il m’a semblé que mon corps devenait vraiment léger, et même si j’étais à l’envers, je n’avais pas l’impression que le sang me montait à la tête. C’était comme si une force retenait mon corps. Je savais que mon mari n’était clairement pas assez fort pour me retenir. C’était la protection de Dieu, et j’ai remercié Dieu encore et encore dans mon cœur. C’est alors que nos enfants, depuis notre autre balcon, ont vu la scène : ils sont accourus et ont frappé à la porte. Ils pleuraient et criaient, mais ne pouvaient pas entrer car mon mari avait verrouillé la porte de l’intérieur. Notre fille est sortie sur l’autre balcon et a crié : « Papa, tu te rends compte de ce que tu es en train de faire ? » Elle pleurait très fort et continuait à lui crier de ne pas me faire tomber. Puis il a semblé qu’il revenait soudainement à lui, et il m’a remontée. J’ai été vraiment remplie de gratitude envers Dieu. S’il n’y avait pas eu la protection de Dieu, j’aurais à coup sûr perdu la vie.

Ce soir-là, je n’ai pas pu dormir du tout. Je pensais aux jours où mon mari et moi travaillions dur ensemble : nous nous étions toujours très bien entendus, et quand j’avais gagné ma foi, il ne m’avait pas du tout fait obstacle. Mais maintenant, il croyait aux mensonges du Parti communiste et m’opprimait sans arrêt. Quelle que soit la manière dont je lui expliquais les choses, il ne voulait pas écouter et me menaçait même de divorcer pour me faire abandonner ma foi. Il a même levé la main sur moi, et il avait failli me jeter par une fenêtre du cinquième étage. Il semblait être une personne complètement différente. C’était vraiment déchirant, vraiment bouleversant. Je ne comprenais pas comment mon mari pouvait changer de cette façon. Juste à ce moment-là, j’ai pensé à ces paroles de Dieu : « Les croyants et les incroyants ne sont pas compatibles, mais plutôt opposés les uns aux autres » et « Les gens qui ne croient pas au Dieu incarné sont démoniaques et, de plus, seront détruits. […] Qui est Satan, qui sont des démons et qui sont les ennemis de Dieu, sinon des résistants qui ne croient pas en Dieu ? » (La Parole, vol. 1 : L’apparition et l’œuvre de Dieu, Dieu et l’homme entreront dans le repos ensemble). Je me suis rendu compte que ce n’était pas mon mari qui avait changé en tant que personne, mais que son essence avait été révélée. Il savait bien que la foi en Dieu était une bonne chose, mais il se tenait toujours du côté du Parti communiste, s’opposant à moi. Essentiellement, il haïssait Dieu et s’opposait à Lui. C’était pour cela qu’il pouvait être si méchant avec moi. Il avait failli me tuer, et il avait perdu toute raison : c’était la manifestation d’un démon ! Je vivais avec un démon qui était totalement opposé à Dieu. Nous étions sur des chemins différents : alors comment aurions-nous pu être heureux ensemble ? Il avait été gentil avec moi au début, mais c’était simplement parce que je portais ses enfants et m’occupais de tout le ménage. Mais maintenant que ma foi empiétait sur ses propres intérêts, il montrait son vrai visage. Cette prise de conscience m’a permis de mieux discerner l’essence réelle de mon mari et j’ai pu renoncer à lui quelque peu dans mon cœur. Plus tard, j’ai lu ceci dans les paroles de Dieu : « Quand Dieu accomplit Son œuvre, quand Dieu prend soin d’une personne et protège une personne, et quand Il favorise et approuve cette personne, Satan n’est pas loin derrière, et il essaie de duper cette personne et de lui nuire. Si Dieu veut gagner cette personne, Satan fera tout ce qui est en son pouvoir pour faire obstacle à Dieu, utilisant divers mauvais subterfuges pour tenter, perturber et altérer l’œuvre de Dieu, afin d’atteindre son objectif caché. Quel est cet objectif ? Il ne veut pas que Dieu gagne qui que ce soit ; il veut prendre possession de ceux que Dieu souhaite gagner, il veut les contrôler, les prendre en charge afin qu’ils l’adorent, afin qu’ils se joignent à lui pour commettre le mal et résister à Dieu. N’est-ce pas là le motif sinistre de Satan ? » (La Parole, vol. 2 : Sur la connaissance de Dieu, Dieu Lui-même, l’Unique IV). J’ai médité ces paroles de Dieu et je me suis aperçue que Satan utilisait toutes sortes de tactiques perverses pour saboter la foi des gens, ne reculant devant rien pour rivaliser avec Dieu afin d’avoir le contrôle des hommes. De cette façon, tout le monde adorerait Satan, trahirait Dieu et perdrait sa chance de salut. Rester fort dans sa foi en Dieu, continuer à Lui obéir et à rester ferme dans son témoignage pour Lui est le seul moyen de lutter contre les ruses de Satan et de lui faire vraiment honte. J’ai pensé à l’expérience de Job : Job craignait Dieu et s’éloignait du mal, donc Satan a méprisé Job, l’a attaqué et l’a testé. Satan a fait perdre à Job tous ses biens et ses enfants, or non seulement Job n’a pas blâmé Dieu, mais il a même loué le nom de Dieu. Ensuite, Satan a fait apparaître des ulcères sur tout le corps de Job et a fait en sorte que sa femme l’attaque, essayant de lui faire abandonner Dieu. Non seulement Job ne l’a pas accepté, mais il a réprimandé sa femme comme une femme insensée. En fin de compte, Job a rendu un témoignage retentissant pour Dieu, et Satan a été complètement humilié. J’ai repensé à ce que j’avais vécu, aux mensonges fabriqués par le Parti communiste et à la manière dont il utilisait mon mari encore et toujours pour s’opposer à ma foi, essayant de me faire trahir Dieu et finalement, descendre en enfer et être punie avec lui. Je savais que je devais suivre l’exemple de Job : quelles que soient les tactiques perverses que Satan utiliserait contre moi, je ne devais pas y céder. Je devais avoir foi en Dieu, m’appuyer sur Lui et rester ferme dans mon témoignage. À cette pensée, j’ai été beaucoup plus détendue et je me suis sentie libre d’une manière que je n’avais jamais ressentie auparavant. Après cela, mon mari, voyant que j’étais toujours déterminée à continuer à croire en Dieu et à prêcher l’Évangile, ne s’est plus trop préoccupé de ma foi.

Ma fille a ensuite été admise à l’université, mais pas mon fils. Mon mari a voulu tout faire pour qu’il soit enrôlé dans l’armée. Un jour, en rentrant, mon mari m’a dit avec colère : « Toi et ta mère, vous m’avez vraiment achevé ! J’ai essayé de faire enrôler notre fils dans l’armée, mais comme ils ont découvert que ta mère était croyante, j’ai dû essayer par tous les moyens de les persuader, et aussi dépenser de l’argent et leur offrir des cadeaux pour arriver à un accord. Ne crois pas que tout va bien, maintenant ! Si tu gardes la foi et que le gouvernement le découvre, notre fils n’entrera pas dans l’armée et notre fille n’ira pas à l’université. Ils n’auront plus d’avenir. Est-ce que tu ne peux pas penser à notre maison, à nos enfants ? Si tu persistes à garder ta foi, on ne pourra certainement pas rester ensemble. On devra divorcer. Réfléchis bien à ça ! » J’ai vraiment été en colère en entendant ça. Le Parti communiste est vraiment le mal au plus haut degré : il menaçait l’avenir de mes enfants pour me faire trahir Dieu. Je l’ai détesté du plus profond de mon cœur ! Cependant, à l’idée que ma foi allait affecter l’avenir de mes enfants et qu’ils me blâmeraient et me détesteraient certainement, j’ai été passablement troublée et j’ai eu le sentiment d’avoir une dette envers eux. J’ai alors pensé à ces paroles de Dieu : « Le métier que l’on poursuit, ce que l’on fait pour vivre et la quantité de richesse que l’on amasse dans la vie, cela ne procède pas de la décision des parents, de ses talents, de ses efforts ou de ses ambitions, mais c’est prédéterminé par le Créateur » (La Parole, vol. 2 : Sur la connaissance de Dieu, Dieu Lui-même, l’Unique III). C’est vrai. Le sort des gens est entre les mains de Dieu, et le sort de mes enfants est aussi entre les mains de Dieu. Le type de carrière qu’ils feront et l’avenir qu’ils auront ont été déterminé par Dieu depuis longtemps. Ce n’est pas quelque chose que je peux manipuler, et ce n’est pas une chose sur laquelle le Parti communiste a le dernier mot. De plus, même si le Parti communiste veillait à ce que ma fille ne puisse pas entrer à l’université ni trouver un emploi décent, cela signifierait que sa politique est trop malfaisante : ce ne serait pas ma faute. À cette pensée, mes inquiétudes se sont peu à peu dissipées et j’ai dit à mon mari : « J’ai réfléchi. Il n’y a rien de mal dans ma foi, mais si tu as peur d’être impliqué et que tu veux vraiment divorcer, allons-nous occuper des formalités. » Il m’a répondu : « Si on divorce, tu n’obtiendras aucune part du patrimoine de notre famille ! » cela m’a vraiment mise en colère. Nous étions mariés depuis vingt ans, mais il voulait divorcer simplement, parce que je croyais en Dieu, et n’allait pas me donner un seul centime sur les plus d’un million de yuans d’actifs de notre famille. Il voulait me laisser sans rien. C’était tellement cruel ! J’ai vu au-delà du soi-disant « bonheur conjugal » et j’ai divorcé d’avec mon mari sans aucune hésitation.

Quand nous sommes ressortis du Bureau des affaires civiles, je me suis sentie vraiment en paix et vraiment libre. C’était Dieu qui m’avait guidée pas à pas, et c’était l’éclairage de Ses paroles qui m’avait permis de surmonter les tests et les attaques de Satan. J’ai été vraiment reconnaissante à Dieu pour Sa miséricorde et Sa protection ! En Chine, avoir la foi implique de subir beaucoup d’oppression et de difficultés, mais quoi que je sois amenée à vivre à l’avenir, je suis absolument certaine que je suivrai Dieu jusqu’à la toute fin !

Cliquez sur le bouton pour nous contacter, et de bonnes nouvelles de Dieu viendront à vous et à votre famille !

Contenu connexe

Comment résoudre son égoïsme

Par Zhang Jing, République Tchèque Dieu Tout-Puissant dit : « Quelle est la norme suivant laquelle les actions d’une personne sont jugées...

Une honte dans mon passé

Par Li Yi, ChineEn août 2015, ma famille et moi avons déménagé dans le Xinjiang. J’avais entendu dire que le Parti communiste y avait mis...

Laisser un commentaire

Contactez-nous par WhatsApp