Comment j’ai remédié à ma tendance à mentir

28 janvier 2022

Par Marinette, France

Dans le passé, je mentais et je recherchais la faveur des gens sans même hésiter, parce que j’avais peur de les décevoir ou de les offenser en disant la vérité. J’ai accepté l’œuvre de Dieu Tout-Puissant des derniers jours en novembre 2018 et Ses paroles m’ont appris qu’Il haïssait les personnes malhonnêtes et trompeuses et qu’Il aimait les personnes pures et honnêtes. J’ai décidé de mettre les paroles de Dieu en pratique et d’être une personne honnête et, grâce à cette pratique, j’ai été capable de parler honnêtement la plupart du temps. Par exemple, quand j’étais censée payer plus de 50 euros pour mes médicaments et que le pharmacien ne m’en a demandé que la moitié par erreur, je lui ai fait remarquer qu’il se trompait sans réfléchir. Mais j’avais plus de mal à être honnête quand quelque chose avait un impact sur ma réputation ou mes intérêts personnels.

Un après-midi, alors que je m’apprêtais à me reposer, ma partenaire, Sœur Susan, m’a soudainement envoyé un message me disant qu’elle voulait discuter de notre travail. Je n’ai pas été ravie de recevoir son message parce que j’étais très fatiguée, je n’avais pas assez dormi parce que j’étais occupée et je ne voulais discuter de rien. À ce moment-là, je ne pouvais penser à rien d’autre qu’à mon envie de me reposer, mais je n’osais pas le dire franchement à Susan car j’avais peur qu’elle pense que j’étais paresseuse, et que je me souciais trop de mon confort physique, et je craignais qu’elle ait une mauvaise impression de moi. Alors, pour préserver mon image, je lui ai juste dit : « Désolée, j’ai un rendez-vous important. Je dois aller chez le médecin. » Ce mensonge m’a échappé sans que j’y réfléchisse. Après avoir menti à Susan, je m’en suis tellement voulu que je n’ai pas pu me reposer et je me suis sentie mal à l’aise tout le temps. Dieu aime les gens honnêtes. Comment pouvais-je mentir si facilement ? Et en quoi étais-je digne de confiance ? Je savais qu’il n’était pas bien de mentir pour mon confort physique, que Dieu n’aimerait pas ça, et que je devais donner la priorité au travail de l’Église. J’ai tout de suite contacté Susan. Elle m’a demandé si j’étais déjà revenue de mon rendez-vous. Je ne voulais pas lui donner une mauvaise image de moi ni qu’elle me voie comme une personne malhonnête, donc je ne lui ai pas dit la vérité, j’ai continué à mentir. Je lui ai dit : « Mon médecin a finalement annulé parce qu’elle devait aller au centre de vaccination. » Ensuite, nous avons parlé du travail, mais je me suis sentie coupable. Je lui avais menti une fois, puis je ne l’avais pas admis et j’avais continué à mentir. J’ai vu à quel point mon tempérament satanique était grave et j’ai eu honte de moi. J’avais du mal à soutenir son regard. Alors je me suis vite présentée devant Dieu pour réfléchir sur moi-même et je me suis rendu compte que j’étais souvent évasive et sournoise dans ma vie. Une fois, une dirigeante m’a demandé si j’avais informé Sœur Joey de la réunion de ce soir-là. Je me suis alors aperçue que je ne l’avais pas fait, mais je n’ai pas dit la vérité à la dirigeante pour ne pas perdre la face. J’ai menti en disant que je venais juste de le faire. Puis j’ai tout de suite envoyé un message à Joey pour l’informer de la réunion. Aussi, j’allais généralement faire mes courses le vendredi matin, si bien que parfois je ne pouvais pas participer à des réunions de dernière minute. Mais je ne disais pas la vérité, je disais à ma dirigeante que j’avais une autre réunion ou un rendez-vous et que c’était pour ça que je ne pouvais pas venir. Je déformais les choses, j’étais perfide et trompeuse, juste pour protéger la bonne image qu’elle avait de moi et faire croire à la dirigeante que mon devoir m’occupait en permanence. Je voyais bien que j’étais très loin des exigences de Dieu concernant l’honnêteté. Alors j’ai prié : « Ô Dieu Tout-Puissant, je regrette vraiment de mentir et de tromper. Je ne peux pas m’empêcher de mentir pour préserver la bonne image que les autres ont de moi. Je ne suis pas du tout une personne honnête. Ô Dieu, s’il Te plaît, guide-moi et aide-moi à comprendre la vérité pour que je me libère de cette corruption. »

Un jour, j’ai lu ce passage des paroles de Dieu : « Dans leur vie de tous les jours, les gens racontent souvent des bêtises, des mensonges et des choses qui relèvent de l’ignorance, de la stupidité ou de la justification. La plupart de ces choses sont dites par vanité et par orgueil, pour satisfaire le propre ego de ces gens-là. Exprimer de telles faussetés révèle leurs tempéraments corrompus. Si tu résolvais ces éléments corrompus, ton cœur serait purifié et tu deviendrais progressivement plus pur et plus honnête. En réalité, les gens savent tous pourquoi ils mentent. Au nom d’un gain personnel et de l’orgueil, ou bien par vanité et pour le statut, ils essaient de rivaliser avec les autres et de se faire passer pour ce qu’ils ne sont pas. Au bout du compte, leurs mensonges sont toutefois révélés et exposés par les autres, et ils finissent par perdre la face, ainsi que leur dignité et leur personnalité. Tout cela est dû à une quantité excessive de mensonges. Tes mensonges sont devenus trop nombreux. Chaque parole que tu dis est frelatée et affectée, et pas une seule ne peut être considérée comme vraie ou honnête. Même si tu n’as pas l’impression de perdre la face quand tu mens, au fond, tu éprouves du déshonneur. Tu as mauvaise conscience et une piètre opinion de toi-même, et tu te dis : “Pourquoi est-ce que je mène une vie aussi pitoyable ? Est-ce si difficile de dire la vérité ? Dois-je recourir au mensonge au nom de mon orgueil ? Pourquoi ma vie est-elle aussi épuisante ?” Tu n’es pas obligé de mener une vie épuisante. Si tu peux pratiquer l’honnêteté, tu seras à même de mener une vie sereine, libre et affranchie. Cependant, tu as choisi d’entretenir ton orgueil et ta vanité en racontant des mensonges. Par voie de conséquence, tu mènes une existence ennuyeuse et misérable, que tu t’infliges à toi-même. Une personne peut gagner un sentiment d’orgueil en disant des mensonges, mais quel est donc ce sentiment d’orgueil ? Ce n’est qu’une chose vide, qui n’a aucune valeur. Dire des mensonges signifie brader sa personnalité et sa dignité. C’est se dépouiller de sa dignité et de sa personnalité : cela déplaît à Dieu, cela Le dégoûte. Cela en vaut-il la peine ? Non. Est-ce le bon chemin ? Non. Ceux qui mentent fréquemment vivent selon leurs tempéraments sataniques. Ils vivent sous le pouvoir de Satan. Ils ne vivent ni dans la lumière ni dans la présence de Dieu. Tu passes ton temps à réfléchir à la manière de mentir et, après avoir menti, tu dois réfléchir à la manière de dissimuler ce mensonge. Et quand tu ne dissimules pas assez bien ton mensonge et qu’il est exposé, tu dois te creuser la tête pour essayer de résoudre les contradictions et rendre tout cela plausible. N’est-ce pas fatigant de vivre ainsi ? C’est éreintant. Cela en vaut-il la peine ? Non, cela n’en vaut pas la peine. Se creuser la tête pour dire des mensonges et pour les dissimuler ensuite, tout cela au nom de l’orgueil, de la vanité et du statut, quel sens cela a-t-il ? Finalement, tu réfléchis et tu te dis : “À quoi bon ? C’est trop épuisant de dire des mensonges et de devoir les dissimuler. Me conduire de cette manière ne fonctionnera pas. Ce serait plus facile si je devenais tout simplement quelqu’un d’honnête.” Tu désires devenir quelqu’un d’honnête, mais tu n’arrives pas à abandonner ton orgueil, ta vanité et tes intérêts personnels. Tu ne peux donc que recourir au mensonge pour maintenir ces choses en place. […] Si tu t’imagines que les mensonges peuvent entretenir la réputation, le statut, la vanité et l’orgueil que tu désires, tu te fourvoies complètement. En réalité, en mentant, non seulement tu ne parviens pas à préserver ta vanité, ton orgueil, ta dignité et ta personnalité, mais plus grave encore, tu passes à côté de l’occasion de pratiquer la vérité et d’être quelqu’un d’honnête. Même si, sur le coup, tu réussis à ménager ta réputation, ton statut, ta vanité et ton orgueil, tu auras sacrifié la vérité et trahi Dieu. Cela veut dire que ta chance d’être sauvé et perfectionné par Lui sera complètement perdue, ce qui est la plus grande perte qui soit et que tu regretteras toute ta vie » (La Parole, vol. 3 : Sermons de Christ des derniers jours, Seul quelqu’un d’honnête peut vivre une véritable ressemblance humaine). Les paroles de Dieu décrivaient parfaitement mon état. J’ai vu que j’étais sournoise et malhonnête. Quand j’avais juste envie de me reposer, je n’étais pas capable de dire la vérité sur quelque chose d’aussi simple. Au lieu de dire directement à Susan que j’avais besoin de repos et que je parlerais avec elle un peu plus tard, je choisissais de mentir. Je le faisais pour protéger mon image et mon statut, pour protéger l’image que les autres avaient de moi. Mais Dieu hait ce genre de comportement et je me sentais coupable. Comme les paroles de Dieu disent : « Même si tu n’as pas l’impression de perdre la face quand tu mens, au fond, tu éprouves du déshonneur. Tu as mauvaise conscience et une piètre opinion de toi-même, et tu te dis : “Pourquoi est-ce que je mène une vie aussi pitoyable ? Est-ce si difficile de dire la vérité ? Dois-je recourir au mensonge au nom de mon orgueil ? Pourquoi ma vie est-elle aussi épuisante ?” » Je me suis vraiment reconnue dans ces paroles de Dieu. Mentir pour protéger ma réputation était une manière de vivre épuisante. Je devais continuer à mentir pour couvrir mes premiers mensonges. J’ai eu vraiment mauvaise conscience d’avoir menti, je l’ai regretté et j’ai pleuré. J’ai eu honte de mes mensonges. Mais, ensuite, je n’ai pas pu m’empêcher de mentir encore. J’étais si corrompue, sans aucune honte ! Mentir était devenu ma nature. Je me suis souvenue de quelque chose que le Seigneur Jésus a dit : « Que votre parole soit oui, oui, non, non ; ce qu’on y ajoute vient du malin » (Matthieu 5:37). « Vous avez pour père le diable, et vous voulez accomplir les désirs de votre père. Il a été meurtrier dès le commencement, et il ne se tient pas dans la vérité, parce qu’il n’y a pas de vérité en lui. Lorsqu’il profère le mensonge, il parle de son propre fonds ; car il est menteur et le père du mensonge » (Jean 8:44). C’était vrai. Que je mente en permanence prouvait que j’appartenais au diable, et je ne le faisais que pour protéger mon image et ma réputation. Ҫa me dépouillait de tout mon caractère et de toute ma dignité. Que c’était stupide de ma part ! Dieu espérait que je pratiquerais la vérité et que je serais une personne honnête, que je témoignerais pour Lui et humilierais Satan, mais je tombais dans les pièges de Satan, mentant par vanité et pour ma réputation, trompant les frères et sœurs et devenant la risée de Satan. Ma conduite décevait beaucoup Dieu et blessait Son cœur. Je n’étais pas une personne honnête : j’étais malhonnête par nature.

Plus tard, j’ai lu ceci dans un passage des paroles de Dieu : « Vous devez savoir que Dieu aime ceux qui sont honnêtes. En substance, Dieu est fidèle, et ainsi Ses paroles sont toujours fiables ; Ses actions, en plus, sont irréprochables et incontestables, ce qui explique pourquoi Dieu aime ceux qui sont absolument honnêtes avec Lui. L’honnêteté signifie donner son cœur à Dieu, être sincère avec Dieu en toutes choses, être ouvert avec Lui en toutes choses, ne jamais cacher les faits, ne pas essayer de tromper les supérieurs ni les inférieurs à soi et ne pas faire des choses simplement pour s’attirer la faveur de Dieu. Bref, être honnête, c’est être pur dans ses actions et ses paroles et ne tromper ni Dieu ni l’homme » (La Parole, vol. 1 : L’apparition et l’œuvre de Dieu, Trois admonitions). J’ai vu qu’être honnête signifiait ne pas avoir de malhonnêteté dans le cœur, de mensonges sur les lèvres, et ne jamais tromper Dieu ou l’homme sur rien. J’avais souvent été perfide et trompeuse pour protéger ma propre image et mes intérêts. Comme j’étais fatiguée et que je voulais me reposer, je ne voulais pas discuter du travail de l’Église avec Susan à ce moment-là mais, pour préserver l’image qu’elle avait de moi, j’ai menti afin d’échapper à la réunion. Même après avoir pris conscience de mon erreur, je ne l’ai pas admis tout de suite, j’ai plutôt continué à mentir. Il y avait clairement du travail que je n’avais pas fait, mais quand ma dirigeante m’a interrogée, j’ai menti en disant que je venais juste de le faire. Je disais beaucoup de mensonges par vanité et pour protéger ma réputation et j’ai vu que j’avais vraiment une nature sournoise et malhonnête. Je ne pouvais pas dire la vérité, même sur les choses les plus basiques. J’étais très profondément corrompue par Satan. Je n’étais absolument pas une personne honnête.

Plus tard, j’ai lu un autre passage des paroles de Dieu : « Ce n’est qu’en cherchant à être honnêtes que les gens peuvent savoir à quel point ils sont profondément corrompus, s’ils ont vraiment ou non la moindre ressemblance humaine, et s’ils peuvent prendre clairement la mesure de leurs lacunes et les percevoir. Ce n’est qu’en pratiquant l’honnêteté qu’ils peuvent prendre conscience du nombre de mensonges qu’ils racontent et à quel point leur supercherie et leur malhonnêteté sont profondément dissimulées. Ce n’est qu’en faisant l’expérience de la pratique de l’honnêteté que les gens peuvent découvrir petit à petit la vérité au sujet de leur propre corruption et connaître leur propre nature-essence, et ce n’est qu’alors que leurs tempéraments corrompus seront constamment purifiés. Ce n’est qu’au cours de la purification constante de leurs tempéraments corrompus que les gens seront capables de gagner la vérité. Prenez votre temps pour faire l’expérience de ces paroles. Dieu ne perfectionne pas ceux qui sont fourbes. Si ton cœur n’est pas honnête – si tu n’es pas une personne honnête – alors tu ne seras pas gagné par Dieu. De même, tu ne gagneras pas la vérité, et tu seras également incapable de gagner Dieu. Qu’est-ce que cela signifie si tu n’obtiens pas Dieu ? Si tu ne gagnes pas Dieu et que tu n’as pas compris la vérité, alors tu ne connaîtras pas Dieu, et il n’y aura donc aucun moyen pour toi d’être compatible avec Dieu, auquel cas tu es l’ennemi de Dieu. Si tu es incompatible avec Dieu, Dieu n’est pas ton Dieu ; et si Dieu n’est pas ton Dieu, tu ne peux pas être sauvé. Si tu ne cherches pas à obtenir le salut, pourquoi crois-tu en Dieu ? Si tu ne peux pas obtenir le salut, tu seras à jamais un ennemi acharné de Dieu, et ta fin sera fixée. Ainsi, si les gens souhaitent être sauvés, alors ils doivent commencer par être honnêtes. Au bout du compte, ceux qui sont gagnés par Dieu sont marqués d’un signe. Savez-vous ce que c’est ? Il est écrit dans l’Apocalypse, dans la Bible : “Et dans leur bouche il ne s’est point trouvé de mensonge, car ils sont irrépréhensibles(Apocalypse 14:5). Qui représente ce “ils” ? Ce sont ceux qui sont sauvés, perfectionnés et gagnés par Dieu. Comment Dieu décrit-Il ces gens-là ? Quelles sont les caractéristiques et les expressions de leur conduite ? Ils sont irrépréhensibles Ils ne racontent pas de mensonges. Vous pouvez probablement tous comprendre et saisir ce que ne pas raconter de mensonge signifie : cela signifie être honnête. À quoi fait référence “irrépréhensible” ? Cela signifie ne pas faire de mal. Et sur quel fondement ne fait-on pas de mal ? Sans aucun doute, sur le fondement de la crainte de Dieu. Être sans tache signifie donc craindre Dieu et s’éloigner du mal. Comment Dieu définit-Il quelqu’un qui est irrépréhensible ? Aux yeux de Dieu, seuls ceux qui craignent Dieu et s’éloignent du mal sont parfaits ; ainsi, les gens qui sont sans tache sont ceux qui craignent Dieu et s’éloignent du mal, et seuls ceux qui sont parfaits sont sans tache. C’est tout à fait exact » (La Parole, vol. 3 : Sermons de Christ des derniers jours, Six indicateurs de croissance de vie). Y réfléchir m’a vraiment terrifiée. Dieu dit : « Si tu n’es pas une personne honnête – alors tu ne seras pas gagné par Dieu. De même, tu ne gagneras pas la vérité, et tu seras également incapable de gagner Dieu » et « Si tu ne peux pas obtenir le salut, tu seras à jamais un ennemi acharné de Dieu, et ta fin sera fixée ». Il est vrai que Dieu ne sauve pas les gens malhonnêtes. Je savais que si je ne me repentais pas, je finirais par être bannie par Dieu. Grâce à l’exposition par les paroles de Dieu, j’ai enfin obtenu une vraie compréhension de moi-même et j’ai su que les mensonges venaient du diable. Dans le monde contrôlé par Satan, l’éducation familiale et l’influence de la société rendent les gens de plus en plus malhonnêtes et mauvais. Dès mon plus jeune âge, ma mère m’avait toujours dit que même si quelqu’un était horriblement mal coiffé ou habillé, je devais lui dire des choses gentilles pour ne pas le blesser. Sinon, on me rejetterait quand j’aurais besoin d’aide. Avec l’influence d’une éducation de ce genre, je n’avais pas le courage d’être honnête. Je prononçais toujours des paroles fausses qui sonnaient bien, pour que les gens me croient bonne et compatissante. Mais, en réalité, j’étais une personne fausse et malhonnête. Ҫa m’a rappelé le verset 1:7 du livre de Job dans la Bible : « L’Éternel dit à Satan : D’où viens-tu ? Et Satan répondit à l’Éternel : De parcourir la terre et de m’y promener. » Les paroles de Satan étaient sournoises et indirectes. En mentant constamment, n’étais-je pas sournoise comme Satan ? J’ai vu que j’avais la même nature que Satan, que je vivais sous la domination de Satan et je n’étais pas du tout libérée des liens de mon tempérament satanique. Comment pouvais-je être compatible avec Christ ou gagner l’approbation de Dieu de cette manière ? Je me suis présentée devant Dieu pour me repentir et Lui demander de me pardonner. Je me haïssais vraiment, je haïssais Satan et je me sentais très coupable. Le tempérament de Dieu est juste et je savais que je ne pouvais pas continuer à mentir et à L’offenser.

J’ai continué à réfléchir et j’ai lu un passage de la parole de Dieu : « Au bout du compte, ceux qui sont gagnés par Dieu sont marqués d’un signe. Savez-vous ce que c’est ? Il est écrit dans l’Apocalypse, dans la Bible : “Et dans leur bouche il ne s’est point trouvé de mensonge, car ils sont irrépréhensibles(Apocalypse 14:5). Qui représente ce “ils” ? Ce sont ceux qui sont sauvés, perfectionnés et gagnés par Dieu » (La Parole, vol. 3 : Sermons de Christ des derniers jours, Six indicateurs de croissance de vie). J’ai réfléchi aux paroles de Dieu et j’ai compris que Dieu estime ceux qui sont honnêtes et que les gens malhonnêtes n’auront aucune chance d’entrer dans Son royaume. Je voulais vraiment devenir une personne honnête et arrêter de mentir et d’être sournoise, mais je ne pouvais pas le faire seule. Je devais chercher l’aide de Dieu pour qu’Il m’empêche de tomber à nouveau dans le piège de Satan. Même s’il est parfois embarrassant de dire la vérité, je voulais arrêter de mentir. Alors j’ai relu « 122. Principes pour être une personne honnête », dans 170 principes de la pratique de la vérité : « (1) Pour apprendre à être une personne honnête, il est nécessaire de se fier à Dieu. Donnez-Lui votre cœur et acceptez Son contrôle. Ainsi seulement peut-on, avec le temps, rejeter ses mensonges et ses tromperies. (2) Il est nécessaire d’accepter la vérité et de réfléchir sur chacune de ses paroles et sur chacun de ses actes. Décortiquez l’origine et l’essence de la corruption qui se révèle en vous, et tâchez de vraiment vous connaître vous-mêmes. (3) Il est nécessaire de chercher à déterminer dans quels domaines on a tendance à faire preuve de malhonnêteté. Ayez le courage de vous mettre à nu, présentez des excuses aux autres et amendez-vous. » J’ai décidé que je devais m’ouvrir à Susan concernant ma corruption et mes intentions. Je ne pouvais plus cacher la réalité et tricher avec elle. Je devais dire la vérité et être une personne honnête, quoi qu’il arrive. Je savais que Dieu m’observait et attendait de moi que je me repente. Après avoir prié encore quelques fois, j’ai rassemblé le courage de me mettre à nu devant Susan. Je lui ai raconté en détail comment je l’avais trompée et je lui ai dit que je m’étais repentie sincèrement devant Dieu. J’ai eu l’impression d’être délivrée d’un grand poids et je me suis sentie bien plus détendue.

Je savais que mes mensonges étaient un problème qui ne pouvait pas être résolu d’un seul coup, donc après ça, je me suis présentée devant Dieu très souvent pour Lui demander d’examiner mon cœur minutieusement. Quand je révélais une intention sournoise ou que j’avais envie de mentir, ou d’être malhonnête, je priais Dieu : « Ô Dieu, j’ai un problème et j’ai l’impression que je ne peux pas m’en sortir sans mentir. S’il Te plaît, éclaire-moi pour que je comprenne la vérité et donne-moi la force de renoncer à la chair. Ô Dieu, je veux pratiquer la vérité et être une personne honnête. S’il Te plaît, aide-moi. »

Une fois, après une réunion, un dirigeant m’a demandé ce que j’en avais pensé. J’avais remarqué qu’il s’était montré autoritaire dans son échange et qu’il y avait plusieurs autres problèmes. Mais si je disais la vérité, j’avais peur de blesser son orgueil et qu’il ait une mauvaise image de moi. Pour préserver mon image, j’ai menti, j’ai dit : « C’était formidable. » Je me suis tout de suite sentie coupable. Je me suis rendu compte que j’avais menti, alors j’ai prié Dieu et je Lui ai demandé de me guider pour que je sois une personne honnête et que je dise la vérité. Ensuite, je suis allée parler des problèmes de la réunion au dirigeant et je me suis sentie bien plus apaisée. Les réunions suivantes ont été bien meilleures qu’auparavant. Au bout d’un moment, j’ai remarqué que je changeais progressivement. J’avais toujours menti pour protéger mon image et mon statut. Mais quand j’ai confié mon cœur à Dieu en Lui demandant de veiller sur mon cœur, de veiller sur moi et de me surveiller, j’ai vu mon propre état plus clairement. J’ai été capable de me fier consciemment à Dieu pour renoncer à ma chair, pratiquer la vérité et être une personne honnête. Même si je peux parfois être dans l’embarras ou offenser quelqu’un, être une personne honnête devant Dieu est plus important à mes yeux.

Maintenant, je m’efforce de parler honnêtement et d’être une personne honnête dans ma vie de tous les jours. Je suis très reconnaissante envers Dieu. Ses paroles m’ont aidée à voir ma corruption et ma laideur et à faire quelques changements. Je sais que résoudre le problème du mensonge suppose que Dieu arrange de nouvelles situations pour que je les expérimente. Je dois rester vigilante et réfléchir davantage sur moi-même devant Dieu, pour ne pas dire un mensonge qui Le dégoûte. Le plus important, pour être libéré d’une tendance à mentir, est d’accepter le jugement et le châtiment des paroles de Dieu, de prier et de s’en remettre à Lui. Que Dieu me guide pour que je sois une personne honnête.

Cliquez sur le bouton pour nous contacter, et de bonnes nouvelles de Dieu viendront à vous et à votre famille !

Contenu connexe

L’épreuve de la maladie

Par Zhongxin, Chine Dieu Tout-Puissant dit : « Mes actes sont plus nombreux que les grains de sable sur les plages et Ma sagesse supérieure...

Le fruit d’un rapport honnête

Par Zhao Ming, Chine En avril 2011, je devais remplacer une dirigeante nommée Yao Lan, dont l’Église se trouvait dans une autre partie du...

Laisser un commentaire

Contactez-nous par WhatsApp