Les paroles de Dieu m’ont montré une direction dans la vie

23 mars 2024

Par Xinyi, Thaïlande

Depuis mon enfance, j’ai toujours eu de bonnes notes et je participais à des concours littéraires et artistiques. On pourrait dire que mon parcours scolaire s’est déroulé en douceur. Tout le monde dans ma famille espérait me voir me démarquer et faire honneur à notre famille. Ils disaient souvent : « Ceux qui ont la connaissance sont respectés, tenus en haute estime, et ils sont les seuls à pouvoir s’élever dans la société. Ceux qui n’ont ni connaissance ni éducation sont méprisés et ne pourront jamais garder la tête haute. » J’étais complètement d’accord avec les opinions de mes parents, et c’est ainsi que, « surpasser les autres et faire honneur aux ancêtres » est devenu mon but à suivre. Afin de concrétiser ce but, j’étudiais du matin au soir et je persistais malgré la fatigue. Pendant mon temps libre, j’allais sur Internet pour étudier encore davantage. Je ne ratais jamais un cours, je n’arrivais jamais en retard et j’écoutais avec attention les leçons des professeurs. Après l’école, les autres sortaient jouer, mais je restais à l’intérieur pour faire mes devoirs. J’étais toujours une des dernières à rendre mes examens, car je prenais soin de bien me relire. À cause de ma soif d’apprendre, je ne mangeais pas à des heures normales, je ne faisais pas de sport et je manquais souvent de sommeil. Grâce à d’incessants efforts, j’ai fini par réussir l’examen d’entrée dans l’école de mes rêves : l’Université Chiang Mai. Quand mes parents, mes amis et mes professeurs l’ont appris, ils m’ont tous regardée avec admiration et envie. J’étais si incroyablement heureuse. Je pensais m’embarquer au début d’une vie merveilleuse et remarquable, où tout un tas d’entreprises ferait la queue pour m’embaucher une fois mon diplôme en poche et où je me ferais certainement un nom et surpasserais tous les autres. Soudain, ma mère a développé un cancer qui a été diagnostiqué à un stade avancé. Les médecins ont annoncé qu’il lui restait très peu de temps. Cette nouvelle, totalement inattendue, m’a complètement brisée. J’avais l’impression que tout ce que j’avais planifié tombait en miettes. J’avais travaillé si dur à l’école afin de devenir quelqu’un d’exceptionnel, et d’avoir, à l’avenir, les moyens d’aider financièrement ma mère pour qu’elle soit fière de moi. Mais ma mère avait développé un cancer avant même que je ne finisse mes études. J’étais tellement déprimée. Je voulais rentrer à la maison pour prendre soin d’elle, mais j’ai pensé à tout le travail que j’avais effectué pour réussir mon examen d’entrée et je me suis dit que je devais récolter le fruit de tous les efforts que j’avais fait pendant des années. Si j’abandonnais les études pour m’occuper de ma mère, tous ces efforts n’auraient-ils pas été en vain ? Je me sentais tiraillée des deux côtés et ne savais que faire. Un jour, ma mère m’a appelée et m’a dit : « Je ne crois pas que je serai encore là pour ta remise de diplômes, mais dans l’intérêt de ton avenir, tu dois finir tes études et persévérer pour mener une bonne vie, comme ça, je pourrais partir sans regret. » Ma mère m’a convaincue. Je ne suis pas rentrée à la maison pour prendre soin d’elle et j’ai continué mes études. Peu de temps après, elle est décédée. Les souvenirs de ma mère me dévastaient, et la tâche qu’elle m’avait confiée m’obsédait. Je décidais d’étudier intensément et de me faire un nom afin de me montrer à la hauteur de ses espoirs.

Au début, j’ai réussi à m’adapter à la vie universitaire, mais finalement je me suis rendu compte que cette vie était plutôt morne et barbante, ça ne ressemblait pas du tout à ce que j’avais imaginé. Au contraire, la vie universitaire regorgeait de concurrence. Les étudiants se rassemblaient en cliques selon leur milieu familial, et les moqueries et le ridicule pullulaient. Certains professeurs se joignaient même aux bons élèves ou à ceux qui venaient de bonnes familles pour se moquer des étudiants qui n’avaient pas le niveau ou venaient de familles modestes. Les étudiants qui se sentaient déjà inférieurs le devenaient encore davantage, et certains étudiants changeaient même d’université ou abandonnaient. Je détestais foncièrement cette atmosphère, mais afin de m’illustrer, je persévérais obstinément dans mes études pour avoir de bonnes notes. Par mon travail persistant, j’obtenais de bonnes notes et de bons résultats, que ce soit à l’université ou dans ma carrière professionnelle. Les étudiants les plus jeunes m’admiraient tous et me considéraient comme un modèle à imiter dans leurs études. J’obtenais la renommée et le gain que j’avais désirés, mais à l’intérieur, je me sentais vide et peu à peu, ce style de vie m’a ennuyée et fatiguée. Je ne comprenais pas pourquoi les gens voulaient vivre comme ça. Je pensais qu’en amassant de la connaissance, je pourrais me distinguer, atteindre le bonheur et mener la vie que je voulais. Alors pourquoi est-ce que, plus je cherchais cette vie, plus je me sentais vide et torturée ? Parfois, je me disais : le but de la vie est-il juste de travailler pour faire l’expérience de la sensation de réussite avant de mourir au bout du compte ? Et étant donné que nous n’emportons rien dans la tombe et que nos efforts sont sans résultats, quel est donc le but de tout cela ? N’y a-t-il donc pas de mode de vie plus opportun ?

Un jour, j’ai vu une publication sur Facebook au sujet du véritable sens de la vie. J’ai liké la publication et laissé un commentaire, puis quelqu’un m’a demandée en amie et a commencé à parler de la foi religieuse avec moi, et c’est à ce moment-là que j’ai compris qu’il devait être chrétien. Il m’a partagé l’Évangile de l’œuvre du salut des derniers jours de Dieu Tout-Puissant. J’ai lu beaucoup de paroles de Dieu Tout-Puissant et j’en suis venue à connaître de nombreuses vérités que je n’avais jamais entendues avant, dont la source de la vie de l’homme, la racine de la souffrance de l’homme et les méthodes qu’utilise Satan pour corrompre l’humanité, etc. Les paroles de Dieu ont étanché ma soif des vérités de la vie. Je n’avais jamais appris aucune de ces vérités à l’école. Après cela, je suis tombée sur ce passage sur Facebook : « Depuis que l’humanité a inventé les sciences sociales, l’esprit de l’homme s’est mis à être occupé par la science et la connaissance. Celles-ci sont ensuite devenues des outils destinés à administrer l’humanité, et il n’y a plus assez de place pour que l’homme adore Dieu ni de conditions favorables pour vénérer Dieu. Sa place a diminué de plus en plus dans le cœur de l’homme. Sans Dieu dans son cœur, le monde intérieur de l’homme est sombre, désespéré et vide. Ensuite, de nombreux spécialistes des sciences sociales, des historiens et des politiciens sont apparus pour développer des théories des sciences sociales, la théorie de l’évolution humaine et d’autres théories contredisant la vérité de la création de l’homme par Dieu, pour remplir le cœur et l’esprit de l’homme. Et de cette façon, ceux qui croient que Dieu a tout créé se sont faits de plus en plus rares et ceux qui croient en la théorie de l’évolution se sont faits de plus en plus nombreux. De plus en plus de gens considèrent les récits de l’œuvre de Dieu et Ses paroles pendant l’ère de l’Ancien Testament comme des mythes et des légendes. Dans leur cœur, les gens deviennent indifférents à la dignité et à la grandeur de Dieu, à la doctrine selon laquelle Il existe et domine sur toutes choses. La survie de l’humanité et le destin des pays et des nations ne sont plus importants pour eux et l’homme vit dans un monde vide qui ne se préoccupe que de manger, boire et rechercher du plaisir… » (La Parole, vol. 1 : L’apparition et l’œuvre de Dieu, Addendum 2 : Dieu préside au destin de toute l’humanité). Après avoir lu ce passage des paroles de Dieu, j’ai compris que, comme le cœur des hommes est ravagé par la science et la connaissance, ne laissant aucune place pour Dieu, ils deviennent de plus en plus vides. Alors ils cherchent à savoir quel est le but de la vie, quelle est la valeur de la vie, et quel est le sens de la vie, mais plus on essaye d’utiliser la science et la connaissance pour étudier ces questions, moins on obtient de vraies réponses. Cette connaissance ne procure qu’une sensation de consolation temporaire, car la science et la connaissance ne sont pas la vérité et ne peuvent fournir de réel apport de vie. Avant, je croyais que plus quelqu’un était savant, plus il était perspicace dans la vie et plus il réalisait de choses, et comme ceux qui recherchent la connaissance sont bien considérés, ils mènent une vie estimable et peuvent accéder à plus de bonheur. Mais après avoir étudié autant de connaissances, je ne savais toujours pas quel était le but de la vie, d’où l’homme venait et quelle était sa destination, et je n’avais pas accédé au bonheur que je recherchais. Même quand j’avais des bonnes notes, que j’arrivais première de la classe et que j’étais admirée par tous, je me sentais toujours vide et torturée à l’intérieur, et les difficultés auxquelles je me confrontais ne s’étaient pas résolues. À l’université, je voyais les autres étudiants tenter de remplir le vide en allant faire du shopping, chanter au karaoké, en sortant dans les bars et en assistant aux concerts de chanteurs célèbres. Au début, moi aussi je me suis amusée à poursuivre ces tendances avec eux, mais après je me sentais encore plus vide. Ce n’est qu’après avoir lu les paroles de Dieu que j’ai compris que le vide spirituel de l’homme est causé par sa quête de science et de connaissance. La science et la connaissance conduisent les gens à nier que Dieu a créé l’homme. Non seulement ils ne savent pas ou ne reconnaissent pas qu’ils viennent de Dieu, mais ils en concluent aussi que les paroles et l’œuvre de Dieu ne sont que des légendes ou de la mythologie. Ainsi, Dieu perd Sa place dans le cœur des gens et ceux-ci s’éloignent de plus en plus de Lui. Comment pourraient-ils se sentir autrement que vides, puisqu’ils ne connaissent pas Dieu et n’ont ni Lui ni Ses paroles dans le cœur ? Ma vie vient de Dieu. Tout ce qui est arrivé dans ma vie est le résultat des arrangements de Dieu. En tant qu’être créé, je dois suivre et vénérer Dieu afin d’avoir un sort meilleur. Après ça, j’ai accepté l’œuvre de Dieu des derniers jours et j’ai enfin eu l’impression d’arriver à la maison.

Plus tard, après avoir assisté à des réunions pendant quelque temps, je me suis sentie de plus en plus rassasiée spirituellement, je me plaisais beaucoup plus et je me sentais apaisée et pleine de joie. Une fois, après une réunion, j’avais encore envie de lire d’autres paroles de Dieu Tout-Puissant, alors je suis allée sur le site de L’ÉVANGILE DE LA DESCENTE DU RÈGNE à la recherche de livres sur les paroles de Dieu. Sur le site, j’ai trouvé un passage qui décrivait comment Satan corrompt l’humanité : « Une fois que quelqu’un est plongé dans la gloire et le gain, il ne cherche plus ce qui est lumineux, ce qui est juste ou ce qui est beau et bon. C’est parce que la gloire et le gain ont un trop grand pouvoir de séduction sur les hommes et deviennent des choses que les gens poursuivent sans fin toute leur vie et même pour l’éternité. N’est-ce pas vrai ? Certaines personnes diront que l’acquisition des connaissances n’est rien de plus que la lecture de livres ou l’apprentissage de certaines choses qu’elles ne connaissaient pas afin de ne pas être en retard ou vivre en marge du monde. Elles n’acquièrent des connaissances que pour pouvoir mettre du pain sur la table, pour leur propre avenir ou pour subvenir à leurs besoins de base. Qui donc va souffrir pendant dix ans d’études difficiles juste pour subvenir à ses besoins de base, juste pour s’alimenter ? Personne. Alors pourquoi quelqu’un passe-t-il par ces épreuves et ces souffrances pendant toutes ces années ? C’est pour la gloire et le gain, qui l’attendent au loin et l’appellent. Il croit pouvoir suivre ce chemin afin d’atteindre la gloire et le gain, uniquement par son assiduité, son labeur et ses combats. Il doit subir ces épreuves pour sa voie future, pour sa jouissance future et pour connaître une vie meilleure » (La Parole, vol. 2 : Sur la connaissance de Dieu, Dieu Lui-même, l’Unique VI). « Satan contrôle les pensées des hommes par la gloire et le gain, jusqu’à ce qu’ils ne pensent plus qu’à cela. Ils luttent pour la gloire et le gain, endurent des difficultés pour la gloire et le gain, supportent l’humiliation pour la gloire et le gain, sacrifient tout ce qu’ils ont pour la gloire et le gain, porteront des jugements et prendront des décisions pour la gloire et le gain. De cette façon, Satan attache les hommes avec des chaînes invisibles, dont ils n’ont ni la force ni le courage de se libérer. Alors, sans le savoir, ils portent ces chaînes et avancent avec beaucoup de difficulté. À cause de la gloire et du gain, l’humanité s’éloigne de Dieu, Le trahit et devient de plus en plus méchante. Ainsi, les générations sont détruites les unes après les autres par la gloire et le gain avec lesquels Satan les a tentées. Si l’on regarde maintenant les actions de Satan, ses sombres motivations ne sont-elles pas abominables ? Peut-être qu’aujourd’hui vous ne pouvez toujours pas les percer à jour parce que vous pensez qu’il n’y a pas de vie sans gloire ni gain. Vous pensez que si les gens y renoncent, alors ils ne verront plus la voie à suivre, perdront de vue leurs objectifs et leur avenir deviendra sombre, obscur et lugubre » (La Parole, vol. 2 : Sur la connaissance de Dieu, Dieu Lui-même, l’Unique VI). En lisant ces paroles de Dieu, j’ai vu que les gens sont entravés par leur quête de renommée et de gain. Ils croient que la quête de la renommée et du gain est ce qui motive l’homme ainsi que le but de la vie. Ils ne savent pas que c’est un chemin erroné et ils n’ont ni le courage ni la capacité de s’en libérer. J’ai réfléchi à mon propre but dans la vie, celui de me démarquer et de faire honneur à mes ancêtres, et à ma certitude que ceux qui atteignent ce genre de but sont les vainqueurs dans la vie. On m’avait inculqué ces idées quand j’étais encore à l’école. Pour atteindre mes objectifs, je m’étais plongée dans les études pendant des années, j’avais étudié la connaissance et convoité un haut diplôme, afin de pouvoir, au bout du compte, avoir un bon travail, mener une belle vie et profiter d’une meilleure qualité de vie. J’étais tout spécialement influencée par une des rengaines habituelles de ma mère : « Il faut endurer de grandes souffrances pour arriver au sommet. » Je croyais que pour pouvoir me démarquer et arriver au sommet, je devais lutter et endurer bien des souffrances et que toutes ces souffrances en vaudraient la peine. Dans ma quête de renommée et de gain, je ne m’intéressais pas du tout au monde extérieur, j’étais complètement obsédée par mes études, et même quand ma mère a contracté une maladie mortelle, je n’ai pas quitté l’université pour m’occuper d’elle par peur que cela n’ait des répercussions sur mes études. Cela faisait dix ans que je poursuivais la renommée et le gain, et je ne m’étais jamais demandé si cela en valait vraiment la peine. Malgré le respect et l’admiration de mes pairs, je ne me sentais pas vraiment heureuse. Bien au contraire, je devenais de plus en plus égoïste, arrogante et méprisante. Je dédaignais surtout les gens ordinaires qui ne se préoccupaient que de gagner leur vie. À l’extérieur, je n’en montrais rien, mais à l’intérieur je les dénigrais. J’ai compris que j’avais emprunté le mauvais chemin et gâché beaucoup de temps. En fin de compte, je n’avais pas réussi à atteindre la vie de bonheur et de valeur que j’avais imaginée. Grâce à la révélation de Dieu, j’ai compris cela : Satan utilise la renommée et le gain pour tenter et corrompre les gens. La recherche de la renommée et du gain m’ont conduite à une vie de souffrance et m’ont laissée démunie. M’étais-je fait avoir par le plan perfide de Satan ? Je savais que je suivais le mauvais chemin et que je ne devais pas poursuivre la renommée, le gain et le statut, mais que je devais plutôt suivre Dieu et emprunter le chemin de la poursuite de la vérité. Mais j’ai aussi pensé que j’avais travaillé si dur toutes ces années et que je n’étais qu’à deux doigts d’obtenir mon diplôme universitaire qui m’apporterait le respect dans la société. Plus tard, lorsque j’irais travailler, je pourrais dire que je suis diplômée de telle ou telle université et je pourrais me tenir la tête haute. Je n’avais pas assez confiance en moi pour abandonner mes études et je voulais finir un master et un doctorat.

Un jour, alors que j’accomplissais mon devoir, une sœur m’a demandé quels étaient mes projets pour l’avenir. J’ai dit : « Je veux faire un master et un doctorat, mais j’ai des doutes. Si je poursuis de hautes études, je passerai encore plus de temps à étudier et j’aurai moins de temps pour faire mon devoir. J’essaye de savoir si poursuivre ces études est la bonne chose à faire. » Ma sœur m’a lu deux passages des paroles de Dieu : « Pierre naquit dans une famille d’agriculteurs, une famille juive ordinaire. Ses parents nourrissaient toute la famille par l’agriculture et il était le fils aîné avec quatre frères et sœurs. Bien sûr, ce n’est pas la partie principale de l’histoire ; Pierre est notre personnage central. Quand il eut cinq ans, ses parents commencèrent à lui apprendre à lire. À cette époque, le peuple juif était très érudit et il était particulièrement avancé dans des domaines tels que l’agriculture, l’industrie et le commerce. Sous l’influence de leur environnement social, les parents de Pierre avaient tous les deux bénéficié d’un enseignement supérieur. Même s’ils étaient de la campagne, ils étaient bien instruits et comparables aux étudiants universitaires moyens aujourd’hui. Il est clair que Pierre avait de la chance d’être né dans des conditions sociales aussi favorables. Vif et intelligent, il assimilait rapidement de nouvelles idées. Après avoir commencé l’école, il devinait les choses très facilement pendant les cours. Ses parents étaient fiers d’avoir un tel fils aussi brillant et faisaient tous les efforts possibles pour lui permettre d’aller à l’école dans l’espoir qu’il pourrait se distinguer un genre de travail officiel dans la société. Sans le savoir, Pierre avait développé un intérêt pour Dieu de sorte que lorsqu’il eut quatorze ans et était au lycée, il en eut marre du programme de culture grecque antique qu’il étudiait, particulièrement des personnages de fictions et des événements inventés de l’histoire grecque antique. À partir de ce moment, Pierre, qui entrait tout juste dans le début de sa jeunesse, se mit à essayer d’en apprendre davantage sur la vie humaine et le monde au sens large. Sa conscience ne le forçait pas à rendre à ses parents les peines qu’ils avaient consenties parce qu’il voyait bien que les hommes vivaient tous dans un état où ils s’illusionnaient, qu’ils menaient tous des vies dénuées de sens, anéantissant leur propre vie dans leur combat pour la richesse et la reconnaissance. La raison pour laquelle il voyait cela était en grande partie liée à l’environnement social où il vivait. Plus les gens ont des connaissances, plus leurs relations interpersonnelles et leurs mondes internes se compliquent, et donc plus il se crée un vide dans leur environnement. Dans ces circonstances, Pierre passait son temps libre à rendre de nombreuses visites, la plupart auprès de personnalités religieuses. Dans son cœur, il semblait y avoir le vague sentiment que la religion pourrait être capable d’expliquer toutes les choses insondables du monde humain, et il allait donc souvent dans une synagogue voisine pour assister aux services religieux. Ses parents ne le savaient pas, et en peu de temps, Pierre, qui avait toujours eu une bonne conduite et des résultats scolaires excellents, commença à détester aller à l’école. Sous la supervision de ses parents, il finit tout juste le lycée. Quittant l’océan de la connaissance, il prit une profonde inspiration ; à partir de là, personne ne l’instruisit ou ne le restreignit plus » (La Parole, vol. 1 : L’apparition et l’œuvre de Dieu, Interprétations des mystères des « paroles de Dieu à l’univers entier », Sur la vie de Pierre). « Toute sa vie, Pierre vécut de la pêche, mais, plus encore, il vécut pour la prédication. Dans ses dernières années, il écrivit la première et la deuxième épîtres de Pierre, ainsi que plusieurs lettres à l’Église de Philadelphie de cette époque. Les gens de l’époque étaient profondément touchés par lui. Au lieu de sermonner les gens sur la base de ses propres qualifications, il leur fournissait des moyens de subsistance convenables. Il n’oublia jamais les enseignements de Jésus avant Son départ et s’en inspira tout au long de sa vie. Quand il suivait Jésus, il avait résolu de rendre au Seigneur Son amour par sa mort et de suivre Son exemple en toutes choses. Jésus avait donné Son accord pour cela, donc quand Pierre eut cinquante-trois ans (plus de vingt ans après le départ de Jésus), Jésus lui apparut pour l’aider à réaliser son aspiration. Au cours des sept années suivantes, Pierre passa sa vie à apprendre à se connaître. Un jour, au terme de ces sept années, il fut crucifié la tête en bas, mettant fin à sa vie extraordinaire » (La Parole, vol. 1 : L’apparition et l’œuvre de Dieu, Interprétations des mystères des « paroles de Dieu à l’univers entier », Sur la vie de Pierre). Après avoir entendu ces deux passages, j’ai vu que ma propre situation ressemblait beaucoup à celle de Pierre qui s’est lassé de la connaissance vide qu’il avait apprise à l’école. Il savait qu’il n’y avait pas de vie dans la connaissance et que l’école et la société étaient pleines de conflits. Alors il a abandonné ses études et a commencé une vie de poursuite de la vérité et de la vie. J’ai vu que Pierre avait pris la résolution de s’éloigner de ses études et de la société, et que la façon dont les autres le jugeaient lui importait peu et qu’il n’était pas empêtré dans ses inclinations, mais qu’il avait juste une ferme résolution et des croyances personnelles et ne se laissait pas influencer par les tendances en cours. Il a été assez courageux pour s’écarter de la vie traditionnelle que tant de gens menaient afin de chercher des choses positives. C’est incroyable que Pierre ait été capable de prendre ce genre de décision à cette époque, cela a demandé une incroyable dose de foi. Les paroles de Dieu ont eu un grand impact sur moi. Vu de l’extérieur, on aurait pu croire que Pierre n’avait obtenu ni réputation ni profit, mais il avait gagné les louanges de Dieu. J’ai compris que poursuivre la vérité et accomplir son devoir en tant qu’être créé comme Pierre, pratiquer selon les paroles de Dieu, vivre la vérité-réalité, et connaître et se soumettre à Dieu étaient les éléments d’une vie vraiment pleine de valeur et de sens. J’ai pensé à mes efforts assidus dans mes études : après avoir fini le lycée, je suis entrée à l’université et je pensais maintenant à passer un master. Est-ce que je ne m’imposais pas des objectifs toujours plus haut pour me démarquer et me distinguer ? Cette quête avait-elle du sens ? J’ai pensé à ma mère qui avait étudié si dur dès son plus jeune âge pour se démarquer et se hisser au sommet, qui avait travaillé assidument dans sa vocation, pour finalement arriver au sommet à trente ans, s’élevant au-dessus des difficultés, profitant de meilleures conditions matérielles et obtenant la renommée, le gain et le respect des autres. De l’extérieur, elle avait l’air très honorable, mais en fin de compte, elle a développé un cancer et en est morte. Sa renommée et son gain n’avaient pas pu la sauver de la maladie. J’ai compris que rechercher la renommée et le gain n’avait aucune valeur et aucun sens. Plus tard, j’ai lu deux autres passages des paroles de Dieu, qui m’ont permis de me rendre encore mieux compte du chemin que je devais choisir. Dieu Tout-Puissant dit : « Tu es un être créé : tu dois bien sûr adorer Dieu et chercher à vivre une vie qui a du sens. Si tu n’adores pas Dieu, mais vis dans ta chair souillée, alors n’es-tu pas seulement une bête habillée comme un homme ? Puisque tu es un être humain, tu dois te dépenser pour Dieu et endurer toute souffrance ! Tu dois accepter volontiers et avec assurance les petites souffrances auxquelles tu es soumis aujourd’hui et vivre une vie qui est pleine de sens, comme Job et Pierre. […] Vous êtes des gens qui suivent le bon chemin, ceux qui cherchent à s’améliorer. Vous êtes des gens qui se lèvent dans la nation du grand dragon rouge, ceux que Dieu appelle justes. N’est-ce pas la vie qui a le plus de sens ? » (La Parole, vol. 1 : L’apparition et l’œuvre de Dieu, Pratique (2)). « Les jeunes ne devraient pas être sans idéaux, aspirations ou sans le désir avide de s’améliorer ; ils ne devraient pas être découragés au sujet de leurs perspectives ni ne devraient perdre espoir en la vie ou confiance en l’avenir ; ils devraient avoir la persévérance de continuer sur le chemin de la vérité qu’ils ont maintenant choisi, afin de réaliser leur désir de dépenser leur vie entière pour Moi. Ils ne devraient pas être dépourvus de la vérité ni ne devraient dissimuler hypocrisie et injustice, mais ils devraient rester fermes dans la bonne position. Ils ne devraient pas seulement se laisser aller, mais ils devraient avoir à l’esprit l’audace de faire des sacrifices et de lutter pour la justice et la vérité. Les jeunes devraient avoir la bravoure de ne pas succomber à l’oppression des forces obscures et de transformer la signification de leur existence. Les jeunes ne doivent pas se résigner à l’adversité, mais devraient être ouverts et francs avec un esprit de pardon pour leurs frères et sœurs. Bien sûr, ce sont Mes exigences pour tout le monde, ainsi que Mes conseils pour tout le monde. Encore plus, ce sont Mes paroles réconfortantes pour tous les jeunes. Vous devriez pratiquer selon Mes paroles. En particulier, les jeunes ne devraient pas manquer de détermination pour pratiquer leur discernement dans les problèmes et pour chercher la justice et la vérité. Ce que vous devriez poursuivre, c’est toutes les choses belles et bonnes, et vous devriez obtenir la réalité de toutes les choses positives, ainsi qu’être responsables de votre vie ; vous ne devez pas la prendre à la légère. Les gens viennent sur la terre et il est rare de Me rencontrer, et il est également rare d’avoir l’occasion de chercher et de gagner la vérité. Pourquoi n’accorderiez-vous pas de valeur à ce beau moment comme étant la bonne voie de recherche dans cette vie ? » (La Parole, vol. 1 : L’apparition et l’œuvre de Dieu, Paroles pour les jeunes et les vieux). Ces paroles de Dieu m’ont donné une nouvelle compréhension de la vie. L’homme ne devrait pas vivre pour rechercher la renommée et le gain, mais il devrait adorer Dieu, poursuivre la vérité et se dépenser pour Dieu. C’est cela qui constitue une vie de valeur et pleine de sens. En tant qu’êtres créés, même si nous obtenons la renommée, le gain et le respect des autres, si nous n’adorons pas Dieu et ne remplissons pas nos devoirs en tant qu’êtres créés, nous aurons vécu en vain. Bien que j’aie d’abord affirmé que je voulais suivre Dieu, faire des renoncements et me dépenser, en fait, je n’ai rien mis de tout cela en pratique. Je recherchais encore le réconfort de la chair, de bons projets d’avenir et le respect des autres. Je n’avais toujours pas compris le véritable sens et la valeur de la vie humaine. Je me suis dit que c’était une bénédiction et par la grâce de Dieu que je sois née dans les derniers jours et que j’aie accepté l’œuvre de Dieu à un si jeune âge. Dieu avait arrangé que je grandisse dans cet environnement avantageux où j’ai appris à parler plusieurs langues, dont le chinois, ce qui m’a permis de lire les paroles de Dieu, et d’utiliser mes compétences dans mon devoir. Mon âge, mon cursus et mes dons pour les langues étaient tous bien adaptés à la poursuite de la vérité et à l’accomplissement de mes devoirs. Si j’avais résolument recherché la renommée, le gain et le statut, et que j’avais obtenu la renommée et le gain, mais que j’avais perdu l’occasion de suivre Dieu et de poursuivre la vérité, quel sens aurait donc cet accomplissement ? Rien dans ce monde ne vaut l’obtention de la vérité, et il n’y a aucune comparaison entre une vie que les gens considèrent comme bonne et une vie louée par le Créateur. Seule une vie louée par Dieu est pleine de sens et de valeur. Une fois que j’ai compris cela, j’ai décidé de poursuivre la vérité, de me soumettre et de satisfaire Dieu. J’étais aussi prête à sacrifier l’université pour me dépenser pour Dieu. J’ai prié Dieu et dit : Je dois me libérer de ce style de vie morne et ennuyeux, pour pouvoir poursuivre la vérité, suivre Dieu et marcher dans le vrai chemin.

Plus tard, j’ai appelé mon conseiller, je lui ai dit que j’avais l’intention d’abandonner mes études, et je lui ai demandé de signer mon formulaire d’abandon. Cependant, non seulement il n’a pas voulu le signer, mais il m’a également dit : « Il ne te reste plus qu’une seule année avant d’avoir ton diplôme, ce serait dommage d’abandonner maintenant, non ? Tu sais bien que les diplômés gagnent un bien meilleur salaire que les non-diplômés. Sans diplôme, tu auras peut-être même du mal à trouver du travail ; les gens ne te regarderont pas de la même façon. Si tu as un problème, tu peux prendre une année sabbatique et revenir une fois que les choses sont résolues. Ne serait-ce pas une meilleure option ? » Après avoir entendu ce conseil, je me suis sentie un peu tiraillée. Je me suis dit que je devrais peut-être prendre une année sabbatique comme il me l’avait proposé et que je pouvais revenir plus tard. Ainsi je pourrais finir la fac, obtenir mon diplôme et je pourrais trouver un bon travail et être respectée par la suite. Mais je me suis dit également que cela pourrait être le plan perfide de Satan. Satan ne voulait pas que je suive Dieu et que j’accomplisse mon devoir, alors il utilisait la renommée et le gain pour me tenter. Et j’ai pensé aux paroles de Dieu qui disaient : « Quand Dieu accomplit Son œuvre, quand Dieu prend soin d’une personne et protège une personne, et quand Il favorise et approuve cette personne, Satan n’est pas loin derrière, et il essaie de duper cette personne et de lui nuire. Si Dieu veut gagner cette personne, Satan fera tout ce qui est en son pouvoir pour faire obstacle à Dieu, utilisant divers mauvais subterfuges pour tenter, perturber et altérer l’œuvre de Dieu, afin d’atteindre son objectif caché. Quel est cet objectif ? Il ne veut pas que Dieu gagne qui que ce soit ; il veut prendre possession de ceux que Dieu souhaite gagner, il veut les contrôler, les prendre en charge afin qu’ils l’adorent, afin qu’ils se joignent à lui pour commettre le mal et résister à Dieu » (La Parole, vol. 2 : Sur la connaissance de Dieu, Dieu Lui-même, l’Unique IV). Si j’abandonnais mes études pour suivre Dieu, j’aurais plus de temps pour poursuivre la vérité et faire mon devoir, mais mon conseiller avait dit certaines choses pour essayer de me tenter. De l’extérieur, on aurait pu croire qu’il veillait sur moi, mais le plan perfide de Satan était à l’œuvre en arrière-plan. Satan voulait me tenter pour que je continue à rechercher la renommée, le gain et le statut et que je m’enlise dans ma poursuite de renommée et de gain. Je ne pouvais pas tomber dans le piège de Satan. En comprenant cela, j’ai répondu à mon conseiller en lui disant : « Je comprends ce que vous voulez dire, mais je comprends encore plus maintenant l’intention urgente de Dieu. J’ai longuement réfléchi avant de choisir ce chemin de foi et j’ai déjà pris ma décision. Je vais consacrer ma vie à la foi, à suivre Dieu et à me dépenser pour Lui, et je ne reviendrai jamais poursuivre mes études. J’ai décidé d’abandonner, et j’espère que vous pouvez me comprendre. » En voyant que ma décision était prise, mon conseiller a cessé d’essayer de me convaincre, et il a signé les papiers pour mon abandon. Je suis partie sur-le-champ.

J’ai alors eu beaucoup plus de temps et d’énergie pour faire mon devoir, et je suis devenue bien plus concentrée et calme devant Dieu. J’ai aussi eu plus de temps pour réfléchir aux paroles de Dieu, échanger la vérité avec mes frères et sœurs et faire mon devoir. J’avais l’impression de me rapprocher de plus en plus de Dieu. Cela fait maintenant presque un an et demi. En accomplissant mon devoir, je révélais mon tempérament corrompu, mais à travers cela, j’apprenais à travailler en harmonie avec les autres, et quand je tombais sur des problèmes, je ne m’y enlisais pas, mais je recherchais la vérité afin de les résoudre. J’ai gagné tellement de choses durant cette année. Si j’avais attendu une autre année pour commencer à faire mon devoir, j’aurais manqué bien des occasions d’atteindre la vérité, ce qui aurait été une grande perte pour moi. J’ai également vu que les catastrophes mondiales s’aggravent de plus en plus. L’Ukraine et la Russie sont en guerre, d’importants conflits ont surgi partout dans le monde, la pandémie s’est intensifiée, et les tremblements de terre et les inondations deviennent de plus en plus fréquents. Je me suis dit que lorsque les calamités surgissent, même si j’avais eu mon diplôme et avais atteint la renommée, le gain et le respect, tout cela n’aurait eu aucun sens, si je n’avais pas la vie. Comme l’a dit Seigneur Jésus : « Et que servirait-il à un homme de gagner tout le monde, s’il se détruisait ou se perdait lui-même ? » (Luc 9:25). Je dois croire en Dieu et Le suivre de tout mon cœur, ainsi je peux atteindre la vérité et la vie. C’est ce qui a le plus de valeur au monde et c’est la plus grande bénédiction ! Ma décision d’abandonner mes études pour suivre Dieu et accomplir mon devoir en tant qu’être créé est la meilleure décision que j’aie jamais prise. Je rends grâce à Dieu de m’avoir guidée !

Cliquez sur le bouton pour nous contacter, et de bonnes nouvelles de Dieu viendront à vous et à votre famille !

Contenu connexe

L’arrogance précède la chute

Par Xinjie, Chine Dieu Tout-Puissant dit : « L’arrogance est la source du tempérament corrompu de l’homme. Plus les gens sont arrogants,...

Mon choix

Par Baiyun, Chine En mars 2012, ma mère a partagé l’Évangile des derniers jours de Dieu Tout-Puissant avec moi. Je me suis mise à lire les...

Contactez-nous par WhatsApp