Nous invitons tous ceux qui cherchent la vérité à nous contacter.

S’engager sur le chemin de la croyance en Dieu

38

Rongguang La ville de Harbin dans la province de Heilongjiang

En 1991, par la grâce de Dieu, j’ai commencé à suivre Dieu Tout-Puissant à cause d’une maladie. À cette époque, je ne savais rien de la croyance en Dieu, mais ce qui est intéressant, c’est qu’en mangeant et buvant les paroles exprimées par Dieu Tout-Puissant, cela m’a plu. J’ai senti que Ses paroles étaient si bonnes, et quand je chantais ou priais, j’étais fréquemment touché par le Saint-Esprit, au point d’en pleurer. Cette douceur dans mon cœur, cette joie, c’était comme s’il venait de m’arriver un événement joyeux. Particulièrement pendant les rencontres ayant lieu au cours de la grande œuvre du Saint-Esprit, j’avais l’impression de transcender la chair et de vivre au troisième ciel, que tout ce qui appartenait au monde avait été jeté aux orties. Je ne peux pas dire à quel point j’étais joyeux, heureux dans mon cœur. J’avais l’impression d’être la personne la plus heureuse du monde. Alors à ce moment-là, je croyais que croire en Dieu c’était juste jouir de Sa grâce.

Comme de plus en plus de paroles de Dieu étaient publiées (au moment où elles étaient continuellement envoyées à l’église, passage après passage), j’en savais aussi de plus en plus. Alors, je n’étais plus simplement satisfait par la simple jouissance de la grâce de Dieu. Quand j’ai vu les « fils premiers-nés » mentionnés dans Ses paroles et appris que Dieu accorde de grandes bénédictions à Ses fils premiers-nés, j’ai cherché à en devenir un, espérant qu’à l’avenir je pourrai régner avec Dieu. Plus tard, quand j’ai vu dans Ses paroles que Son temps arrivait bientôt, je me suis senti encore plus impatient, et j’ai pensé : J’ai commencé à croire en Dieu si tard ; serai-je incapable de gagner cette bénédiction ? Je dois faire plus d’efforts. Ainsi, lorsque la maison de Dieu me donna la possibilité de copier des documents, je fus très proactif. Je n’avais pas peur des difficultés. J’ai décidé que je ne chercherais pas à trouver un partenaire ou un emploi dans le but d’obtenir la bénédiction d’être un fils premier-né. Si je pouvais devenir un fils premier né, j’étais prêt à me débarrasser de tout, à payer n’importe quel prix. En vérité, Dieu n’avait jamais vraiment dit dans ses paroles que nous pouvions être des fils premiers-nés. C’était juste parce que nous étions ambitieux et avions des désirs extravagants ; nous croyions que parce que Dieu nous avait appelés Ses « fils » et qu’Il nous élevait maintenant, nous deviendrions sans doute le premier-né. C’est ainsi que je croyais que j’étais, naturellement, devenu un fils premier-né. Plus tard, j’ai lu des paroles de Dieu qui venaient tout juste d’être publiées et qui mentionnaient fréquemment les « exécutants », et il y avait de plus en plus de mentions du jugement des exécutants. Je me suis dit : Heureusement que je suis la voie de Dieu Tout-Puissant, sinon je deviendrais un exécutant. Quand j’ai lu quelque chose à propos des bénédictions et des promesses de Dieu pour les fils premiers-nés, j’ai cru qu’une partie me serait destinée. Quand j’ai lu Ses paroles de réconfort et d’exhortation pour Son premier-né, j’ai aussi senti qu’elles m’étaient adressées. Je me sentais d’autant plus heureux, particulièrement lorsque j’ai lu ce qui suit : « Les grands désastres n’arriveront certainement pas à Mes fils, Mes bien-aimés. Je prendrai soin de Mes fils à chaque instant et à chaque seconde. Vous ne supporterez certainement pas cette douleur et cette souffrance ; c’est plutôt pour la perfection de Mes fils et l’accomplissement de Ma parole en eux, afin que vous puissiez reconnaître Ma toute-puissance, grandir davantage en vie, porter les fardeaux pour moi plus tôt et consacrer votre être tout entier à l’accomplissement de Mon plan de gestion. Vous devriez être contents et heureux, et vous réjouir de cela. Je vous remettrai tout, en vous permettant de prendre le contrôle. Je le placerai entre vos mains. Si un fils hérite de toute la succession de son père, à combien plus forte raison avec vous, Mes fils premiers-nés ? Vous êtes vraiment bénis. Au lieu de souffrir des grands désastres, vous jouirez de bénédictions éternelles. Quelle gloire ! Quelle gloire ! » (« La soixante-huitième déclaration », La Parole apparaît dans la chair). Je me suis dit : suis-je en train de rêver ? Une si incroyable manne du ciel est descendue sur moi ? Je n’osais pas tout à fait y croire, mais j’avais peur que mes frères et sœurs disent que ma foi était trop faible, alors je n’osais pas ne pas y croire.

Un jour, je me suis rendu avec enthousiasme à une réunion et j’ai vu que deux ouvriers étaient venus à l’église. Alors que j’échangeais avec eux, ils disaient qu’ils étaient des exécutants. Après avoir entendu cela, j’ai été choqué, et leur ai demandé : « Si vous êtes des exécutants, ne sommes-nous pas tous des exécutants ? » Ils ont dit la vérité sans retenue : « Presque nous tous, les Chinois, sommes des exécutants ». En les entendant dire ça, mon cœur se serra. C’est impossible ! Est-ce la vérité ? Mais quand j’ai vu leurs expressions graves, douloureuses, et que les visages des autres étaient aussi très sombres, je n’arrivais pas à y croire. Mais ensuite, j’ai changé d’avis et je me suis dit : en tant qu’ouvriers, ils avaient abandonné leurs familles et leurs carrières, avaient tellement souffert et payé un si grand prix pour l’œuvre de Dieu. Je ne leur arrivais pas à la cheville ; s’ils sont des exécutants, que pourrais-je dire d’autre ? Un exécutant est un exécutant, alors, à l’époque, je ne me suis pas senti trop mal.

Après être rentré chez moi, j’ai repris la parole de Dieu et j’ai regardé ce que Dieu avait à dire au sujet des exécutants, et j’ai vu ceci : « Vous qui accomplissez le service pour Moi, écoutez ! Vous pouvez recevoir une partie de Ma grâce en réalisant le service pour Moi. C’est-à-dire que pendant un certain temps vous aurez connaissance de Mon travail ultérieur et de ce qui se produira à l’avenir, mais vous n’en profiterez absolument pas. C’est Ma grâce. Lorsque votre service sera terminé, partez immédiatement et ne vous attardez pas. Ceux qui sont Mes fils premiers-nés ne devraient pas être arrogants, mais vous pouvez être fiers, car Je vous ai accordé des bénédictions infinies. Ceux qui sont la cible des destructions ne devraient pas vous attirer des ennuis ou éprouver de la peine quant à votre destinée ; qui a fait de toi un descendant de Satan ? Après avoir fait ton service pour Moi, tu pourras de nouveau retourner dans le puits sans fond parce que tu ne Me seras plus utile et Je commencerai à vous faire subir Mon châtiment. Une fois que j’aurai commencé Mon œuvre, je n’arrêterai jamais ; ce que Je fais sera accompli et ce que J’accomplis durera éternellement. Ceci s’applique à Mes fils premiers-nés, Mes fils, Mon peuple, et cela vaut aussi pour vous – Mes châtiments envers vous sont éternels » (« La quatre-vingt-sixième déclaration », La Parole apparaît dans la chair). Dès que j’ai lu ces mots, j’ai été assailli par une douleur que je n’avais jamais ressentie auparavant. J’ai fermé à la hâte le livre des paroles de Dieu et n’ai pas osé le regarder à nouveau. En un instant, des sentiments tristesse, de confusion, de mécontentement ont, tous à la fois, inondé mon cœur. J’ai pensé : Hier, j’étais bercé de bonheur, mais aujourd’hui j’ai été chassé de la maison de Dieu. Hier, j’étais le fils de Dieu, mais aujourd’hui je suis devenu l’ennemi de Dieu, le descendant de Satan. Hier, les bénédictions infinies de Dieu m’attendaient, mais aujourd’hui le puits sans fond est ma destination, et je serai puni pour l’éternité. S’Il ne m’accorde pas de bénédictions, alors peu importe, mais pourquoi doit-Il encore me châtier ? Qu’ai-je donc bien pu faire de mal ? À quoi tout cela peut-il bien servir ? Je ne voulais pas faire face à cette réalité ; j’étais incapable de faire face à ce genre de réalité. J’ai fermé les yeux et ne voulais plus y penser. J’espérais tellement que ce ne fût qu’un rêve.

À partir de ce moment-là, dès que je me suis considéré comme un exécutant, j’ai ressenti une douleur indicible dans mon cœur, et n’osais plus lire les paroles de Dieu. Mais Dieu est très sage, et Ses paroles qui réprimandent et révèlent les gens ne sont pas seulement imprégnées de mystère, mais il existe aussi des prophéties de la future catastrophe ainsi que les perspectives offertes par le royaume et des choses similaires. Je voulais connaître toutes ces choses, je ne pouvais donc toujours pas tourner le dos à Ses paroles. En lisant les paroles de Dieu, Ses mots tranchants m’ont transpercé le cœur à plusieurs reprises et je ne pouvais m’empêcher d’accepter Son jugement et Son châtiment. J’ai senti que la colère majestueuse du jugement de Dieu était toujours sur moi. Mis à part la douleur, je connaissais la vérité réelle de ma corruption par Satan. Il s’avérait que j’étais l’enfant du grand dragon rouge, le descendant de Satan, et la cible de la destruction. Désespéré, je n’osais plus espérer avec avidité la moindre des bénédictions et j’étais prêt à accepter la prédestination de Dieu selon laquelle j’étais un exécutant. Quand j’ai senti que je pouvais orienter mon cœur pour devenir un exécutant, Dieu a une fois de plus fait ressortir certaines choses qui avaient été cachées en moi. Un jour, en lisant les paroles de Dieu, j’ai vu ceci : « Après mon retour à Sion, ceux qui sont sur la terre continueront à Me louer comme dans le passé. Ces fidèles exécutants attendent toujours de Me rendre service, mais leur fonction prendra fin. Le mieux qu’ils puissent faire est de contempler les circonstances de Ma présence sur la terre. À ce moment-là, Je commencerai à faire tomber le désastre sur ceux qui souffriront la calamité, mais de même que[a] tous croient que Je suis un Dieu juste, Je ne punirai certainement pas ces fidèles exécutants et ils ne feront que recevoir Ma grâce » (« La cent-vingtième déclaration », La Parole apparaît dans la chair). Voyant cela, j’ai pensé secrètement en moi-même : je ne penserai plus au droit de naissance du premier-né et je ne veux plus de grandes bénédictions. Maintenant, je continuerai seulement à être un fervent exécutant. C’est maintenant ma seule ambition. À l’avenir, peu importe ce que la maison de Dieu me réserve, je le ferai aussi pieusement que possible. Je ne peux absolument pas me permettre de perdre l’occasion de redevenir un fervent exécutant. Si je ne suis même pas capable d’être un fervent exécutant, mais que je ne suis qu’un simple exécutant, après avoir accompli mon service, je dois retourner à la fosse sans fond ou au lac de feu et de soufre. Dans ce cas, à quoi sert tout ceci ? Alors mieux vaut ne pas croire ! Je n’osais exprimer cette pensée à personne, mais je ne pouvais pas échapper aux yeux scrutateurs de Dieu. Dieu a utilisé des mots tranchants comme des épées pour transpercer mon cœur et ouvrir mon âme. Voici Ses mots : « Nul ne peut sonder la nature de l’homme si ce n’est Moi, et ils pensent tous qu’ils Me sont loyaux, ne sachant pas que leur loyauté est impure. Ces impuretés ruineront les gens car ils font partie du complot du grand dragon rouge. Elle a été mise à nu par Moi il y a longtemps ; Je suis le Dieu tout-puissant, et ne comprendrais-Je pas quelque chose d’aussi simple ? Je suis capable de pénétrer ton sang et ta chair pour voir tes intentions. Il ne M’est pas difficile de sonder la nature de l’homme, mais les gens essaient d’être plus malins que les autres, pensant que personne d’autre qu’eux-mêmes ne connaît leurs intentions. Ne savent-ils pas que Dieu tout-puissant existe dans les cieux, la terre et toute chose ? » « La plupart des gens ont maintenant peu d’espoir, mais lorsque cet espoir vire à la déception, ils ne veulent plus aller plus loin et demandent à revenir. J’ai déjà dit auparavant que Je ne retiens personne ici contre sa volonté, mais tu prends soin de penser quelles seront les conséquences pour toi, et ceci est un fait, ce n’est pas Moi qui te menace » (« La cent-dix-huitième déclaration », La Parole apparaît dans la chair). Après avoir lu ceci, mon cœur battait la chamade. J’ai senti que le regard de Dieu voit vraiment au travers de chaque facette de l’être humain. Nous pensons à quelque chose et Dieu le sait déjà ; nous gardons secrètement un petit espoir dans nos cœurs et Dieu est dégoûté ; Il ne le permet pas. Ce n’est qu’à cette époque que j’avais un peu de respect pour Dieu. J’ai décidé que je ne ferai plus de transactions avec Dieu, mais que j’agirai honnêtement comme exécutant et obéirai à ses desseins.

Ce n’est que plus tard que j’ai su que mon expérience de ces trois mois était la mise à l’épreuve des exécutants. Ce fut la première œuvre que Dieu accomplit chez les gens, une mise à l’épreuve par Ses paroles. Après avoir subi l’épreuve des exécutants, j’ai compris que Dieu n’est pas seulement un Dieu miséricordieux et aimant, mais qu’Il est un Dieu juste et majestueux qui ne tolère pas les offenses de l’humanité. Ses paroles contiennent l’autorité et la puissance, qui ne peuvent que produire la crainte dans le cœur d’un homme. Je savais aussi que l’humanité est la création de Dieu, que nous devons croire en Dieu et L’adorer. C’est cela qui est juste et approprié. Il n’y a pas besoin de raisons ni de conditions et il ne doit pas y avoir d’ambitions ou de désirs extravagants. Si les gens croient en Dieu pour obtenir quelque chose de Lui, alors ce type de croyance L’exploite et Le trompe. C’est l’expression d’un manque de conscience et de raison. Même si les gens croient en Dieu, mais ne gagnent rien et reçoivent plus tard Son châtiment, ils devraient croire en Lui. L’humanité devrait croire en Dieu et Lui obéir parce qu’Il est Dieu. J’ai aussi reconnu que je suis moi-même fils du grand dragon rouge, descendant de Satan, et l’un de ceux qui périront. Dieu est le Seigneur de toute la création, et peu importe comment Il me traite, je le mérite. Tout cela est juste, et je dois obéir à Ses desseins et à Ses dispositions, sans conditions. Je ne devrais pas essayer de raisonner avec Lui, et bien plus, je ne devrais pas Lui résister. En repensant à ma propre idiotie révélée à travers cette épreuve, je vis que j’étais vraiment honteux et que j’étais l’un des descendants authentiques de Satan, arrogant et déraisonnable. Je voulais seulement gagner un statut élevé, de grandes bénédictions, ou même m’asseoir à côté de Dieu et régner avec Lui, mais je ne savais même pas ce que j’étais ou si j’étais qualifié ; je me battais tout simplement pour ça, sans vergogne, avec avidité. Quand j’ai vu que je ne gagnerais pas les bénédictions que j’avais espérées, mais que je souffrirais de la catastrophe, j’ai songé à ne plus croire en Dieu et Le trahir. Ces manifestations entièrement transparentes m’ont fait voir clairement qu’en croyant en Dieu je voulais surtout être béni. J’essayais clairement de faire des transactions avec Dieu ; j’étais vraiment arrogant à l’extrême et j’avais complètement perdu la raison qu’une personne devrait avoir. Sans cette sagesse dans l’œuvre de Dieu – en utilisant l’épreuve des exécutants pour me conquérir, pour briser mon ambition d’obtenir des bénédictions – ma conscience et ma raison ne se seraient probablement pas encore rétablies. Je n’aurais pas pu accepter honnêtement la vérité, le chemin et la vie de Dieu. Dans ce cas, je n’aurais jamais pu être sauvé ou perfectionné.

Après avoir subi l’épreuve des exécutants, je pensais que je n’oserais plus croire en Dieu et accomplir mon devoir afin d’obtenir des bénédictions, et je pensais que je n’oserais plus faire les choses avec l’intention de négocier avec Dieu. J’ai senti qu’exploiter Dieu et tricher avec Lui de cette façon était trop méprisable. Mais en même temps, j’avais une compréhension superficielle du fait que si Dieu utilise cette épreuve, Son aimable intention est de sauver l’humanité, et je savais qu’aucune partie de Lui ne hait l’homme. Son amour pour l’humanité n’a pas changé depuis qu’Il a créé le monde, donc, dans mon cœur, j’étais prêt à reprendre le chemin pour satisfaire Dieu et Lui rendre Son amour par ma foi future en Lui et en accomplissant mon devoir. Cependant, parce que l’intention d’obtenir des bénédictions et de négocier avec Dieu est trop enracinée dans le cœur des gens, il est impossible de le résoudre entièrement en ne subissant qu’une seule épreuve. Au bout d’un certain temps, ces choses resurgiront. Ainsi, afin de nous conquérir et nous sauver plus profondément et entièrement, Il nous fait subir plusieurs épreuves successives – les épreuves du temps du châtiment, l’épreuve de la mort et l’épreuve des sept ans. Parmi ces épreuves, celle dont j’ai le plus souffert et le plus tiré profit a été l’épreuve des sept ans de 1999.

En 1999, il a été prévu que je parte pour un nouveau district afin d’être guide d’église. Il se trouve que c’était l’année où l’Évangile du royaume s’est considérablement développé et la maison de Dieu exigeait de nous d’essayer de sauver tous ceux qui avaient la possibilité d’être sauvés. Quand j’ai vu cette disposition de la maison de Dieu, j’ai pensé que l’œuvre de Dieu serait réalisée en 2000. Afin de gagner plus d’âmes et d’obtenir une destination favorable pour moi-même quand le temps serait venu, je me suis occupé du matin au soir de l’œuvre de l’évangile. Quant à la vie de l’église, j’y faisais juste une apparition et y participais pour la forme. Même si je me rendais compte que mes intentions étaient mauvaises, je ne parvenais tout simplement pas à contrôler mon désir d’obtenir des bénédictions. À l’époque, j’étais très occupé et je pensais que faire autre chose que l’œuvre de l’évangile ne faisait que me retarder, même manger et boire la parole de Dieu. C’est ainsi que je me suis lancé dans le travail avec ferveur, et avant de m’en rendre compte, l’année était terminée. La maison de Dieu avait choisi une personne locale pour m’aider dans mon travail, alors je suis retourné dans la région de ma ville natale.

J’imaginais qu’une fois l’œuvre de Dieu accomplie, la grande catastrophe se produirait certainement, alors, une fois rentré chez moi, j’attendais simplement chez moi, le désastre, chaque jour, attendant la fin de l’œuvre de Dieu. Quand j’ai vu que le Festival du Printemps arrivait, mes propres problèmes sont apparus. Avant, pour éviter que famille et mes amis ne me posent des questions sur le mariage, je disais toujours que je me marierais en l’an 2000. À cette époque, je pensais que l’œuvre de Dieu se terminerait certainement en l’an 2000 et, pour ce qui était du mariage, je ne pourrais tenir que jusqu’en l’an 2000. Je n’avais pas imaginé que l’an 2000 serait arrivé si rapidement – ils viendraient tous pour le Festival de Printemps, et comment allais-je leur répondre à ce moment-là ? J’en étais là de mes inquiétudes à ce sujet quand eut lieu un échange dans la maison de Dieu qui disait qu’il faut subir sept années d’épreuves. Après avoir entendu ce message, je me suis senti bouleversé et mon cœur fut troublé. Je n’ai pas pu m’empêcher de commencer à raisonner avec Dieu : en ce moment, je n’ai même pas d’endroit où vivre avec ma famille. Elle ne me permettra pas de rester à la maison pendant longtemps – même un seul jour à la maison dans ces conditions est difficile. Il me reste encore sept autres années. Comment cela est-il possible ? Oh ! Mon Dieu, je te supplie de m’anéantir. Je ne veux plus être perfectionné par Toi, je ne peux vraiment plus endurer cette souffrance ! Le lendemain, je ne pouvais toujours pas échapper à ma dépression. Je me suis dit : « De toute façon, cela fait sept ans. Demain est un autre jour – je vais sortir et oublier ça. Dès que je suis monté dans le bus, j’ai senti que le Saint-Esprit me reprochait au fond de moi : Au temps où tu cherchais de bonne grâce, tu avais payé le prix et dit que tu aimerais Dieu jusqu’à la fin, que tu ne Le quitterais jamais, que tu supporterais les épreuves et partagerais toutes les joies. Tu étais un hypocrite qui t’es trompé toi-même ! Face au reproche du Saint-Esprit, je ne pus m’empêcher de baisser la tête. C’était vrai. Avant, quand j’avais profité de la grâce de Dieu, je Lui avais fait des promesses, mais maintenant qu’il y a des difficultés et que je dois souffrir, je veux revenir sur ma parole. Mes promesses ne sont-elles pas alors que des mensonges ? Dieu m’a donné tant d’amour, et maintenant, quand je rencontre un environnement qui n’est pas complètement comme je le souhaite, j’ai tellement de ressentiment que je veux tourner le dos à Dieu. Je suis vraiment une bête ingrate, je ne vaux pas mieux qu’un animal ! Quand je pensais à cela, je n’étais plus d’humeur à sortir et rentrais donc chez moi, le cœur lourd. Même si j’avais été forcé d’être « obéissant », chaque fois que je faisais face à l’insatisfaction de ma famille et aux regards étranges de ceux qui m’entouraient, je sentais que croire en Dieu était trop douloureux, trop difficile. Quand je pensais au fait qu’il restait encore sept ans dans l’œuvre de Dieu, je laissais aller mon cœur et, dans tout ce que je faisais, je n’étais ni pressé ni inquiet. Je passais tous les jours à accomplir mon devoir comme si chaque jour était simplement une journée comme les autres. Ce type de condition négative et conflictuelle m’a fait perdre peu à peu l’emprise de l’œuvre du Saint-Esprit et j’avais beau vouloir transformer ma propre condition, je n’y arrivais pas.

Un jour, pendant que je mangeais et buvais la parole de Dieu, j’ai lu Ses paroles qui disaient : « Quand certaines personnes ont commencé, elles étaient pleines d’énergie, comme si elles n’allaient jamais être à bout lorsqu’elles ont commencé à accomplir leur devoir. Mais comment se fait-il qu’elles semblent perdre cette énergie au fil du temps ? Entre la personne qu’ils étaient à l’époque et la personne qu’ils sont maintenant, c’est comme deux personnes différentes. Pourquoi ont-ils changé ? Quelle était la raison ? C’est parce que leur foi en Dieu est allée dans le mauvais sens avant de se mettre sur la bonne voie. Ils ont choisi le mauvais chemin. Il y avait quelque chose de caché dans leur quête initiale, et à un moment clé cette chose a émergé. Qu’est-ce qui était caché ? C’est une anticipation qui est dans les cœurs de ceux qui ont la foi en Dieu, l’anticipation que le jour de Dieu arrive bientôt pour que leur misère soit terminée ; l’anticipation que Dieu sera transfiguré et que toutes leurs souffrances seront terminées » (« Ceux qui ont perdu l’œuvre du Saint-Esprit courent le plus de risques », Récits des entretiens du Christ). Les paroles de Dieu m’ont amené à chercher le fond du problème. Il s’est avéré que j’avais caché mon espérance au fond de ma quête, espérant que le jour de Dieu viendrait bientôt, que je ne souffrirais plus et que je m’engagerais sur la bonne voie. Depuis le début, ma quête était dominée par cette espérance, et lorsque mon espérance n’aboutissait à rien, je souffrais et m’effondrais au point de trahir Dieu, pensant même trouver refuge dans la mort. Ce n’est qu’à ce moment-là que je vis que j’avais suivi Dieu pendant tant d’années mais, au fond, je ne suivais pas le chemin de la vérité ; j’avais toujours eu l’œil sur le jour de Dieu et j’avais mené des négociations avec Lui afin d’obtenir Ses bénédictions. Même si, alors, je ne pouvais m’empêcher de rester dans la maison de Dieu et ne pouvais pas Le quitter, tôt ou tard je résisterais et trahirais Dieu, si je ne trouvais pas la solution à cette contamination en moi. Après avoir vu ce danger caché en moi, dans mon cœur, j’ai demandé à Dieu : Que puis-je faire pour me débarrasser de la contamination d’espérer pour ici-bas ? Puis, je lus encore une fois les paroles de Dieu qui disait : « Est-on conscient que dans ce pays, pendant que vous subissez ces souffrances et jouissez de l’œuvre de Dieu, les étrangers réellement vous envient tous ? Les souhaits des étrangers sont : nous voulons également expérimenter l’œuvre de Dieu, nous souffrirons n’importe quoi pour cela. Nous voulons également obtenir la vérité ! Nous voulons également gagner un certain entendement, gagner une certaine stature, mais malheureusement nous n’avons pas cette chance. […] Rendre complet ce groupe de gens dans le pays du grand dragon rouge, les faire endurer cette souffrance, peut être considéré comme la plus grande exaltation. Il a été dit une fois : « J’ai déplacé la gloire d’Israël vers l’Est. » Comprenez-vous tous le sens de cette déclaration maintenant ? Comment devrais-tu marcher sur le chemin qui est devant toi ? Comment devrais-tu chercher la vérité ? Si tu ne cherches pas la vérité, comment alors peux-tu obtenir l’œuvre du Saint-Esprit ? Une fois que tu perds l’œuvre du Saint-Esprit, tu seras dans le plus grand danger. La souffrance d’à présent est insignifiante. Savez-vous ce qu’elle fera pour vous ? » (« Ceux qui ont perdu l’œuvre du Saint-Esprit courent le plus de risques », Récits des entretiens du Christ). Dans ces paroles de Dieu, je voyais qu’il est très signifiant que les gens puissent souffrir aujourd’hui, mais je ne pouvais mettre le doigt sur le sens réel de cette souffrance. Je savais simplement que tant que je ne verrais pas le sens de la souffrance, je ne transformerais jamais vraiment ma condition d’espérance du jour de Dieu. C’était une voie vers la résolution. Même si je ne comprenais pas le sens de la souffrance à ce moment-là, la seule chose que je pouvais faire était de vraiment poursuivre la vérité, de chercher davantage la vérité, car ce n’est qu’en obtenant la vérité que je comprendrais vraiment le sens de la souffrance, et alors seulement je pourrais me débarrasser de cette contamination en moi.

Comme si le temps s’était accéléré, j’ai cligné des yeux et c’était déjà 2009. Ces sept années étaient passées depuis longtemps, sans que je ne m’en sois rendu compte. J’en étais arrivé là quand j’ai finalement senti que ces sept années n’avaient pas duré aussi longtemps que je l’avais imaginé. Ces quelques années, dans le jugement révélé par la parole de Dieu, dans les révélations à travers les épreuves et le raffinage par Dieu, j’avais vu mon vrai visage. J’avais vu que j’étais un fils du grand dragon rouge, parce que j’étais empli par ses poisons, tel que le poison suivant : « Ne te lève pas tôt si cela ne t’apporte rien, c’est le bénéfice qui est le plus important en toute chose ». C’est une représentation classique de la forme du grand dragon rouge. Sous l’emprise de ce poison, ma foi en Dieu ne pourrait qu’être bénie. Ce que j’ai dépensé pour Dieu avait une limite temporelle et je désirais ne souffrir qu’un peu mais obtenir de grandes bénédictions. Afin de me débarrasser de cette puissante intention d’être béni et de cette volonté de négocier avec Lui, Dieu m’a fait passer par de multiples épreuves et raffinages. Ce n’est qu’alors que la contamination de ma foi en Dieu a été purifiée. Et j’ai vu dans les révélations de Dieu que j’étais empli du tempérament corrompu de Satan. J’étais arrogant, malhonnête, égoïste et méprisable, imprudent et sans enthousiasme. Elles m’ont fait voir de plus en plus clairement mes propres vraies couleurs, que j’avais été trop profondément corrompu par Satan, que j’étais le fils de l’enfer. Si j’ai pu croire en Dieu et suivre Dieu à ce moment-là, ce fut vraiment grâce à Son élévation et à Sa grâce, et si j’ai pu accepter Son jugement et Son châtiment, ce fut une bénédiction encore plus grande. Ma gratitude envers Dieu grandit, mes exigences s’affaiblirent, mon obéissance envers Lui grandit et mon amour de moi-même diminua. J’ai seulement demandé d’être capable de me débarrasser de mon tempérament satanique corrompu, d’être une personne qui obéit véritablement à Dieu et L’adore. Ce petit fruit a été obtenu après on ne sait combien d’efforts de la part de Dieu, dont trop de Ses efforts laborieux. Jusqu’à ce jour, en expérimentant l’œuvre de Dieu, j’ai finalement compris que le salut de Dieu envers l’humanité n’est pas facile. Son œuvre est trop pratique – Son œuvre de changement et de salut de l’humanité n’est pas aussi simple que les gens pourraient l’imaginer. Ainsi, maintenant, je ne ressemble plus à un enfant naïf, espérant seulement que le jour de Dieu viendra rapidement, mais je sens toujours que ma propre corruption est trop profonde, que j’ai trop besoin du salut de Dieu et que j’ai trop besoin d’expérimenter Son jugement et Son châtiment, Ses épreuves et Son raffinage. Je dois maintenant posséder un peu de la conscience et de la raison qu’on devrait trouver dans l’humanité normale, et faire correctement l’expérience de l’œuvre de Dieu pour le salut de l’humanité. À la fin, quand je pourrai vivre le modèle d’une vraie personne et recevoir la joie de Dieu, mon cœur sera épanoui. Maintenant, quand je regarde en arrière et pense à ce que j’ai révélé de moi-même lorsque ces sept années d’épreuves m’ont été imposées, je sens que je suis trop redevable envers Dieu, que j’ai trop blessé Son cœur. Si l’œuvre de Dieu avait pris fin en 2000, j’aurais certainement été une cible de destruction. Ces sept années d’épreuves exprimèrent vraiment la tolérance et la compassion de Dieu envers moi.

Une fois sorti de ces sept années, j’ai réfléchi à cette parole de Dieu que je n’avais pas encore comprise auparavant : « Est-on conscient que dans ce pays, pendant que vous subissez ces souffrances et jouissez de l’œuvre de Dieu, les étrangers réellement vous envient tous ? Les souhaits des étrangers sont : nous voulons également expérimenter l’œuvre de Dieu, nous souffrirons n’importe quoi pour cela. Nous voulons également obtenir la vérité ! Nous voulons également gagner un certain entendement, gagner une certaine stature, mais malheureusement nous n’avons pas cette chance. […] Rendre complet ce groupe de gens dans le pays du grand dragon rouge, les faire endurer cette souffrance, peut être considéré comme la plus grande exaltation. Il a été dit une fois : “J’ai déplacé la gloire d’Israël vers l’Est.” Comprenez-vous tous le sens de cette déclaration maintenant ? » (« Ceux qui ont perdu l’œuvre du Saint-Esprit courent le plus de risques », Récits des entretiens du Christ). Je pouvais comprendre un peu le sens de ces paroles ; je sentais enfin que la souffrance est vraiment signifiante. Même si j’ai souffert en passant par ces épreuves, ce n’est qu’après avoir souffert que je me suis rendu compte de la valeur de ce que j’avais gagné. En subissant ces épreuves, j’ai vu le tempérament juste du Tout-Puissant et la toute-puissance et sagesse de Dieu. J’ai compris la bienveillance de Dieu, et j’ai goûté à l’amour profond et paternel de Dieu pour Ses enfants. J’ai aussi expérimenté l’autorité et la puissance de Ses paroles, et vu la réalité de ma propre corruption par Satan. J’ai vu les épreuves de Dieu dans Son œuvre de salut, qu’Il est saint et honoré, et que les humains sont laids et méprisables. J’ai également expérimenté comment Dieu conquiert et sauve l’humanité pour l’amener sur le droit chemin de la foi en Lui. Quand j’y pense maintenant, si Dieu n’avait pas accompli ce travail ardu sur moi, épreuve après épreuve, je n’aurais probablement pas obtenu cette compréhension. Les difficultés et le raffinage sont si bénéfiques pour faire grandir les gens dans leur vie. Grâce à cela, les gens peuvent obtenir la chose la plus pratique et la plus précieuse dans leur cheminement de foi en Dieu – la vérité. Après avoir compris la valeur et le sens de la souffrance, je ne rêve plus d’entrer dans le royaume au volant d’une limousine, mais je suis prêt à m’enraciner fermement dans le sol et expérimenter l’œuvre de Dieu, à vraiment poursuivre la vérité pour me changer.

Ce n’est qu’en expérimentant l’œuvre de Dieu pendant plusieurs années que j’ai maintenant une petite compréhension pratique de ces paroles de Dieu : « La vraie foi en Dieu signifie faire l’expérience de la parole et de l’œuvre de Dieu sur la base d’une croyance que Dieu est souverain sur toutes choses. Ainsi tu seras libéré de ton tempérament corrompu, satisferas le désir de Dieu et connaîtras Dieu. Ce n’est qu’au long d’un tel parcours que l’on peut dire que tu crois en Dieu. » Avant d’avoir expérimenté ces épreuves de la part de Dieu, j’étais rempli d’une ferme intention d’être béni et de marchander avec Lui. Même si je savais en principe ce que c’était que de croire en Dieu et quel était le but de la croyance en Dieu, j’étais essentiellement focalisé sur le fait d’être béni. Je ne prêtais pas attention à la vérité, je ne me débarrassais pas de ma nature corrompue pour satisfaire la volonté de Dieu, ou ne reconnaissais pas Dieu comme but de ma quête. C’est seulement à ce moment-là que j’ai compris que lorsque Dieu s’est fait chair, Son œuvre première fut d’apporter la solution au désir de l’humanité d’être bénie et à son esprit de marchandage. C’était parce que ces choses sont vraiment les pierres d’achoppement qui séparent l’homme, l’empêchent de suivre le droit chemin de la croyance en Dieu. Quand ces choses sont enracinées dans l’humanité, celle-ci ne poursuivra pas la vérité. Elle ne poursuivra pas un but correct pendant sa quête ; elle suivra un mauvais chemin. C’est un chemin qui n’est pas reconnu par Dieu. Maintenant, l’œuvre de Dieu de conquête et de salut a détruit la forteresse de Satan en moi. Je ne suis finalement plus inquiet, je ne suis plus préoccupé par la pensée d’obtenir des bénédictions ou d’endurer une catastrophe. Je ne poursuis plus amèrement des désirs extravagants et je ne discute plus des conditions ou des exigences exigées pour échapper à la catastrophe. Sans cette contamination, je me sens plus léger, plus libre. Je peux poursuivre calmement et correctement la vérité. C’est le fruit des épreuves et du raffinage de Dieu Tout-Puissant. C’est l’œuvre des épreuves et du raffinage de Dieu Tout-Puissant qui m’a conduit sur le vrai chemin de la foi en Dieu. Désormais, peu importe que Dieu me soumette à encore plus d’épreuves, peu importe la douleur du raffinage que je subirai, j’obéirai et j’accepterai, et je les expérimenterai vraiment. Grâce à elles, je chercherai la vérité et parviendrai à un tempérament exempt de corruption pour satisfaire la volonté de Dieu, afin de lui rendre ses nombreuses années d’efforts laborieux.

Note de bas de page : 

[a] Le texte original omet « même que ».

Postes connexes

Témoignage chrétien « Le retour d’un cœur en errance »...
« Un cœur libéré » L’humanité est-elle vraiment au contrôle ...