L'Église de Dieu Tout-Puissant App.

Écoutez la voix de Dieu et accueillez le retour du Seigneur Jésus !

Nous invitons tous ceux qui cherchent la vérité à nous contacter.

Une jeunesse passée sans regret

26

Xiaowen     La ville de Chongqing

« “L’amour” se réfère à une émotion pure sans tache quand vous utilisez votre cœur pour aimer, sentir et être attentionné. Dans l’amour, il n’y a pas de conditions, pas de barrières et aucune distance. Dans l’amour, il n’y a aucun soupçon, aucune tromperie, aucune transaction et aucune ruse. Dans l’amour, il n’y a aucun choix et rien d’impur » (« Pur amour sans tache », Suivre l’Agneau et chanter de nouvelles chansons). Cet hymne de la parole de Dieu m’a aidé une fois à surmonter la douleur d’une longue et interminable vie en prison qui a duré sept ans et quatre mois. Même si le gouvernement du PCC m’a privée des plus belles années de ma jeunesse, j’ai obtenu la vérité la plus précieuse et la plus réelle de Dieu Tout-Puissant et je n’ai donc pas de plaintes ni de regrets.

En 1996, j’ai reçu l’exaltation de Dieu et j’ai accepté le salut de Dieu Tout-Puissant dans les derniers jours. En lisant les paroles de Dieu et en assistant aux échanges, j’ai déterminé que tout ce que Dieu a dit est vérité et contraste complètement avec toutes les connaissances et les théories de ce monde méchant. La parole de Dieu Tout-Puissant est la plus haute maxime pour la vie. Ce qui m’a plus excitée, c’est que je pouvais être simple et ouverte et parler librement de tout avec les frères et sœurs. Je n’avais pas le moindre besoin de me protéger contre les critiques ou les ruses des gens dans mes interactions avec eux. J’ai ressenti un réconfort et un bonheur que je n’avais jamais éprouvés auparavant ; j’aimais beaucoup cette famille. Cependant, il n’a pas fallu longtemps avant que j’apprenne que le pays ne permettait pas aux gens de croire en Dieu Tout-Puissant. Cette affaire m’a fait me sentir complètement déconcertée, parce que Sa parole permet aux hommes d’adorer Dieu et de marcher sur le bon chemin de la vie ; elle permet aux hommes d’être honnêtes. Si tout le monde croyait en Dieu Tout-Puissant, alors le monde entier serait en paix. Je ne comprenais vraiment pas : croire en Dieu était l’entreprise la plus juste ; pourquoi le gouvernement du PCC voulait-il persécuter et s’opposer à la croyance en Dieu Tout-Puissant au point de vouloir arrêter Ses croyants ? J’ai pensé : « Peu importe comment le gouvernement du PCC nous persécute ou peu importe l’influence de l’opinion publique sociale, j’ai déterminé que c’est le bon chemin de la vie et je le suivrai certainement jusqu’au bout ! »

Après cela, j’ai commencé à accomplir mon devoir au sein de l’Église : la distribution des livres de la parole de Dieu. Je savais que l’accomplissement de ce devoir dans ce pays qui résistait à Dieu était très dangereux et que je pouvais être arrêtée à tout moment. Mais je savais aussi qu’en tant que partie de toute la création, c’était ma mission dans la vie de tout dépenser pour Dieu et d’accomplir mon devoir ; c’était une responsabilité à laquelle je ne pouvais pas me dérober. Juste au moment où je commençais à coopérer avec Dieu avec assurance, un jour de septembre 2003, j’étais en route pour donner des livres de la parole de Dieu à quelques frères et sœurs et j’ai été arrêtée par des agents du Bureau de la sécurité nationale de la ville.

Au Bureau de la sécurité nationale, j’ai été interrogée à maintes reprises et je ne savais pas comment répondre ; j’ai crié à Dieu avec insistance : « Ô Dieu Tout-Puissant, je Te demande de me donner Ta sagesse et de m’accorder les paroles que je dois dire pour ne pas Te trahir et pour témoigner pour Toi. » Pendant cette période, je criais à Dieu chaque jour ; je n’osais pas quitter Dieu, je demandais seulement à Dieu de m’accorder l’intelligence et la sagesse pour que je puisse traiter avec les méchants policiers. Loué soit Dieu, car Il a veillé sur moi et m’a protégée ; chaque fois que j’étais interrogée, je crachais ou j’avais des hoquets incessants et je ne pouvais pas parler. En voyant l’œuvre merveilleuse de Dieu, je devins fermement résolue : ne retiens rien ! Ils peuvent prendre ma tête, ils peuvent prendre ma vie, mais ils ne me feront absolument pas trahir Dieu aujourd’hui ! Quand j’ai décidé que je préférerais risquer ma vie plutôt que de trahir Dieu comme Judas, Dieu m’a donné le « feu vert » à tous égards : chaque fois que j’étais interrogée, Dieu me protégeait et me permettait de traverser paisiblement l’épreuve. Même si je n’ai rien dit, le gouvernement du PCC m’a accusée d’« utiliser un culte diabolique pour détruire l’application de la loi » et m’a condamnée à neuf ans de prison ! Quand j’ai entendu la décision de la cour, je n’étais pas triste, grâce à la protection de Dieu, et je n’avais pas peur d’eux non plus ; au contraire, je les méprisais. Quand ces gens prononçaient la sentence, j’ai dit à voix basse : « Voilà la preuve que le gouvernement du PCC s’oppose à Dieu ! » Plus tard, les agents de la sécurité publique sont venus juste pour épier mon attitude et je leur ai dit calmement : « Que représentent neuf ans ? Quand le moment sera venu pour moi de sortir, je serai toujours membre de l’Église de Dieu Tout-Puissant ; si vous ne me croyez pas, attendez et vous verrez ! Mais souvenez-vous, cette affaire était une fois entre vos mains ! » Mon attitude les a vraiment surpris ; ils ont levé le pouce et ont affirmé à maintes reprises : « Nous devons te le concéder ! Nous t’admirons ! Tu es plus coriace que sœur Jiang[a] ! Nous te retrouverons à ta sortie et nous t’offrirons un dîner ! » À ce moment-là, j’ai senti que Dieu avait gagné la gloire et mon cœur était gratifié. L’année où j’ai été condamnée, je n’avais que 31 ans.

Les prisons chinoises sont l’enfer sur terre, et la vie carcérale à long terme m’a fait voir en profondeur la véritable inhumanité de Satan et de son essence diabolique qui est devenue un ennemi de Dieu. La police chinoise ne respecte pas la loi, mais plutôt la règle du mal. En prison, la police ne s’occupe pas directement des gens, mais incite plutôt les prisonniers à la violence pour gérer les autres prisonniers. Les méchants policiers utilisent aussi toutes sortes de méthodes pour confiner les pensées des gens ; par exemple, tous ceux qui entrent doivent porter les mêmes uniformes de prisonniers avec un numéro de série spécial, ils doivent se couper les cheveux selon les exigences de la prison, ils doivent porter des chaussures approuvées par la prison, ils doivent emprunter les chemins que la prison leur permet d’emprunter et ils doivent marcher au rythme que la prison leur permet de suivre. Que ce soit le printemps, l’été, l’automne ou l’hiver, qu’il pleuve ou qu’il fasse beau ou qu’il fasse amèrement froid, tous les prisonniers doivent faire ce qu’on leur ordonne sans le moindre choix. Chaque jour, nous devions nous rassembler au moins quinze fois pour que l’on nous dénombre et au moins cinq fois pour louer le gouvernement du PCC ; nous avions aussi des tâches politiques, c’est-à-dire qu’ils nous faisaient étudier les lois pénitentiaires et la constitution et nous faisaient passer un examen tous les six mois. Le but de cela était de nous laver le cerveau. Ils évaluaient aussi au hasard nos connaissances des disciplines et des règles de la prison. Les gardiens de la prison nous ont non seulement persécutés mentalement, mais nous ont aussi ravagés physiquement avec des pratiques totalement inhumaines : j’étais assignée aux travaux forcés pendant plus de dix heures par jour, entassée avec plusieurs centaines d’autres personnes dans une usine exiguë pour faire du travail manuel. Avec la présence d’un si grand nombre de personnes dans un espace aussi restreint ainsi qu’avec le bruit vociférateur et omniprésent des machines, peu importe si une personne était en bonne santé, son corps souffrait de graves déficiences si elle restait là pendant un certain temps. Derrière moi, il y avait une poinçonneuse d’œillets et chaque jour, elle poinçonnait des œillets sans arrêt. Le grondement qu’elle transmettait était insupportable et après quelques années, j’ai souffert d’une grave perte auditive. Et même à ce jour, je ne m’en suis pas rétablie. Ce qui était encore plus nuisible aux détenus était la poussière et la pollution dans l’usine. Après examen, on a constaté que de nombreuses personnes avaient contracté la tuberculose et la pharyngite. En outre, en raison des longues périodes de travail manuel en position assise, il était impossible de se déplacer et de nombreuses personnes ont contracté des hémorroïdes graves. Le gouvernement du PCC traitait les prisonniers comme des machines utilisées pour faire de l’argent ; il n’avait pas le moindre souci de savoir si quelqu’un vivait ou mourait. Il faisait travailler les détenus depuis tôt le matin jusqu’à tard dans la nuit. J’étais souvent si épuisée que je ne pouvais plus continuer physiquement. Il n’y avait pas que cela ; j’avais aussi à faire face à toutes sortes d’examens aléatoires en plus de mes tâches politiques, du travail manuel, des tâches publiques hebdomadaires, etc. Par conséquent, chaque jour, j’étais dans un état d’anxiété de haut niveau ; mon état mental était constamment tendu, et j’étais extrêmement nerveuse de ne pas pouvoir rattraper mon retard si j’étais même un tout petit peu distraite, et je serais donc punie par les gardiens de prison. Dans un tel environnement, il n’était pas facile de passer une seule journée saine et sauve.

Lorsque je venais de commencer à purger ma peine, je n’étais pas en mesure de supporter ce genre de ravages cruels de la part des gardiens de prison. Toutes sortes de travail manuel intense et de pressions idéologiques rendaient la respiration difficile, sans parler du fait que je devais avoir toutes sortes de contacts avec les prisonniers. J’ai aussi dû endurer les mauvais traitements et les insultes des gardiens de prison diaboliques et des prisonniers… J’étais fréquemment persécutée et mise dans des situations difficiles. Plusieurs fois, j’ai sombré dans le désespoir, surtout lorsque je pensais à la durée de ma peine de neuf ans, je ressentais une explosion d’impuissance désolante et je ne savais pas combien de fois j’avais pleuré au point de penser au suicide pour me libérer de la douleur dans laquelle j’étais. Chaque fois que je sombrais dans une tristesse extrême et que je ne pouvais plus tenir seule, je priais et criais avec insistance à Dieu et Dieu m’éclairait et me guidait : « Tu ne peux toujours pas mourir. Tu dois te serrer les poings et continuer résolument à vivre ; tu dois vivre une vie pour Dieu. Lorsque les hommes ont la vérité en eux, alors ils ont cette résolution et ne veulent plus jamais mourir ; quand la mort te menace, tu diras : “Ô Dieu, je ne veux pas mourir ; je ne Te connais pas encore ! Je n’ai pas encore remboursé Ton amour ! […] Je dois porter un bon témoignage en faveur de Dieu. Je dois rembourser l’amour de Dieu. Après cela, peu importe la façon dont je meurs. Alors, j’aurai vécu une vie satisfaisante. Peu importe qui meurt, je ne mourrai pas maintenant ; je dois continuer à vivre avec ténacité.” » (« Comment connaître la nature de l’homme », Récits des entretiens du Christ). Les paroles de Dieu étaient comme la douce et tendre vue de ma mère apaisant mon cœur solitaire. Elles étaient aussi comme mon père qui se servait des deux mains pour essuyer doucement et chaleureusement les larmes de mon visage. Tout de suite, une puissance et un courant chaleureux traversaient mon cœur. Même si je souffrais physiquement dans cette sombre prison, tenter de me suicider n’était pas la volonté de Dieu. Je ne pourrais pas témoigner de Dieu et serais aussi devenue la risée de Satan. Ce serait un témoignage si je sortais vivante de cette prison démoniaque après neuf ans. Les paroles de Dieu m’ont donné le courage de continuer ma vie et j’ai pris une résolution dans mon cœur : quelles que soient les difficultés qui m’attendent, je continuerai à vivre avec diligence ; je vivrai avec courage et force et témoignerai certainement selon la satisfaction de Dieu.

Année après année, la surcharge de travail a progressivement affaibli mon corps. Après avoir été assise pendant de longues périodes dans l’usine, je commençais à transpirer abondamment et mes hémorroïdes saignaient lorsqu’elles devenaient assez sévères. En raison de mon anémie grave, je me sentais fréquemment étourdie. Mais en prison, voir le médecin n’est pas une chose facile ; si les gardiens de prison étaient contents, ils me donnaient des médicaments bon marché. S’ils n’étaient pas contents, ils disaient que je faisais semblant d’être malade pour ne pas travailler. Je devais endurer le tourment de cette maladie et avaler mes larmes. Après une journée de travail, j’étais complètement épuisée. Je traînais mon corps épuisé jusqu’à ma cellule de prison et je voulais me reposer un peu, mais je ne pouvais même pas dormir normalement pendant une minute : soit les gardiens de prison m’appelaient au milieu de la nuit pour me confier une tâche, soit j’étais réveillée par un grondement créé par les gardiens de prison. … Ils m’abusaient souvent et j’ai souffert de façon indescriptible. De plus, j’ai dû subir des traitements inhumains de la part des gardiens de prison. J’étais comme une réfugiée qui dormait par terre ou dans les couloirs, ou même à côté des toilettes. Entassée avec les autres prisonniers, je ne pouvais pas suspendre les vêtements que je lavais pour les faire sécher, mais devais les porter encore humides et les laisser sécher sur moi. Faire la lessive en hiver était particulièrement frustrant, et de nombreuses personnes commencèrent à souffrir d’arthrite en raison du port de vêtements humides pendant de longues périodes. En prison, il ne fallait pas longtemps pour que les détenus en bonne santé deviennent bornés et lourdauds, faibles physiquement ou maladifs. Nous mangions souvent de vieilles feuilles de légumes déshydratées qui étaient hors-saison. Si on voulait manger mieux, il fallait acheter de la nourriture coûteuse à la prison. Même si les prisonniers étaient tenus d’étudier le droit en prison, il n’y avait pas de loi ; les gardiens de prison étaient la loi et si vous les preniez à rebrousse-poil, ils pouvaient trouver là une raison de vous punir — au point même d’être capable de vous punir sans aucune raison. Ce qui était encore plus ignoble était le fait qu’ils considéraient les croyants de Dieu Tout-Puissant comme des criminels politiques, affirmant que nos crimes étaient plus graves que le meurtre ou l’incendie criminel. C’est pourquoi ils me haïssaient particulièrement, me contrôlaient strictement et me persécutaient avec la plus grande férocité. Ce genre de comportement cruel est la preuve irréfutable du comportement pervers des dictateurs, de leur opposition au ciel et de leur inimitié avec Dieu ! Ayant enduré les tourments cruels de la prison, mon cœur était souvent rempli d’indignation juste : quelle loi la croyance en Dieu et l’adoration de Dieu violent-elles ? Quel crime est-ce de suivre Dieu et de marcher sur le bon chemin de la vie ? Les êtres humains ont été créés par les mains de Dieu et la foi en Dieu et l’adoration de Dieu constituent la loi du ciel et de la terre ; quelle raison le gouvernement du PCC a-t-il pour violemment entraver et persécuter tout cela ? Il est clair que c’est son comportement pervers et son opposition au ciel ; il s’oppose à Dieu dans tous les aspects, il colle une étiquette de réactionnaire aux croyants de Dieu Tout-Puissant et il nous persécute et nous ravage sévèrement. Il essaie d’éliminer tous les croyants de Dieu Tout-Puissant d’un seul coup. Ne s’agit-il pas là de changer le noir pour le blanc et d’être profondément réactionnaire ? Il résiste frénétiquement au ciel et est hostile à Dieu ; en fin de compte, ce gouvernement devra subir la juste punition de Dieu ! Partout où il y a corruption, il doit y avoir jugement ; partout où il y a péché, il doit y avoir punition. C’est la loi du ciel prédestinée par Dieu, personne ne peut y échapper. Les crimes cruels du gouvernement du PCC sont montés au ciel et ils subiront la destruction de Dieu. Comme Dieu l’a dit : « Depuis longtemps Dieu déteste jusqu’à la moelle cette société de ténèbres. Il grince des dents, pris d’un grand désir d’écraser de Ses pieds ce vieux serpent méchant et odieux, de sorte qu’il ne puisse jamais se relever et abuser de l’homme ; Il n’excusera pas ses actions du passé, Il ne tolérera pas sa supercherie envers l’homme, Il réglera la note pour chacun de ses péchés à travers les âges. Dieu ne sera pas le moindrement clément envers ce chef de file de tous les maux, Il l’anéantira » (« L’œuvre et l’entrée (8) », La Parole apparaît dans la chair).

Dans cette prison démoniaque, j’étais moins qu’un chien errant aux yeux de ces méchants policiers ; non seulement ils me battaient et me grondaient, mais ces méchants policiers arrivaient souvent à l’improviste et défaisaient mon lit et éparpillaient mes effets personnels. De plus, chaque fois qu’il y avait des émeutes dans le monde extérieur, les personnes de la prison chargées des affaires politiques me trouvaient et me faisaient passer un contre-interrogatoire de mes points de vue sur ces événements, et ils s’en prenaient constamment à moi pour avoir choisi de marcher sur le chemin de la foi en Dieu. Chaque fois que je devais subir ce genre d’interrogatoire, mon cœur me sautait dans la gorge, parce que je ne savais pas quel mauvais plan ils avaient en tête pour moi. Mon cœur était toujours en train de prier Dieu avec insistance et de supplier pour de l’aide et une orientation pour traverser cette crise. Jour après jour, année après année, l’abus, l’exploitation et la répression me tourmentaient avec des souffrances indicibles : chaque jour, j’étais surchargée de travail manuel et de responsabilités politiques ennuyeuses et fastidieuses ; j’étais aussi tourmentée par ma maladie et, en plus de tout cela, j’étais mentalement déprimée. Cela m’a poussée au bord de l’effondrement. Surtout quand j’ai vu une prisonnière d’âge mûr se pendre à la fenêtre au milieu de la nuit parce qu’elle n’était pas capable de supporter les tourments inhumains des méchants policiers, et une autre prisonnière plus âgée morte des suites d’un traitement retardé pour sa maladie, j’ai sombré dans la même situation désespérée et suffocante et j’ai recommencé à envisager le suicide. Je pensais que la mort était le meilleur soulagement. Mais je savais que me suicider serait trahir Dieu et je ne pouvais pas le faire. Je n’avais pas d’autre choix que de supporter toute la douleur et de me soumettre aux arrangements de Dieu. Mais aussitôt que je pensais à ma longue sentence et que je pensais à la longue distance qui me séparait de la liberté, je sentais qu’aucun mot ne pouvait décrire ma douleur et mon désespoir ; je sentais que je ne pouvais pas continuer à endurer cela et que je ne savais pas combien de temps encore je pourrais tenir bon. Combien de fois ne pouvais-je rien faire d’autre que de me couvrir avec ma couette en pleine nuit et pleurer, prier et implorer Dieu Tout-Puissant et Lui parler de toute la douleur que j’avais à l’esprit ? Pendant ma plus grande douleur et ma plus profonde impuissance, je me suis dit : « Je souffre aujourd’hui afin de me séparer de la corruption et de recevoir le salut de Dieu. Ces épreuves sont ce que je devrais subir et ce que je dois subir. » Aussitôt que j’y ai pensé, je ne me sentais plus amère ; au contraire, je sentais qu’être contrainte d’aller en prison à cause de ma croyance en Dieu, et subir des épreuves pour chercher le salut était de la plus grande valeur et de la plus grande signification ; cette souffrance était trop précieuse ! Sans le savoir, la détresse de mon cœur s’est transformée en joie, je n’arrivais pas à contenir mes émotions ; j’ai commencé à fredonner un hymne d’expérience que je connaissais bien dans mon cœur et qui était intitulé « Notre vie n’est pas vaine » : « Notre vie n’est pas vaine, notre souffrance a un sens. Notre vie n’est pas vaine, nous ne reculerons pas, même si la vie devient difficile. Notre vie n’est pas vaine, nous gagnons une bonne occasion de connaître Dieu. Notre vie n’est pas vaine, nous pouvons dépenser pour le Dieu suprême. Qui est plus béni que nous ? Qui est plus chanceux que nous ? Oh, ce que Dieu nous donne dépasse toutes les générations passées ; nous devons vivre pour Dieu et nous devons rembourser Dieu pour Son grand amour. » J’ai répété l’hymne dans mon cœur et plus je chantais dans mon cœur, plus j’étais encouragée ; plus je chantais, plus je me sentais puissante et joyeuse. Je n’ai pu m’empêcher de prêter serment en présence de Dieu : « Ô Dieu Tout-Puissant, je Te remercie pour Ton réconfort et Ton encouragement qui m’ont permis d’avoir à nouveau la foi et le courage de continuer à vivre. Tu m’as permis de sentir que Tu es bien le Seigneur de ma vie et Tu es la puissance de ma vie. Même si je suis emprisonnée dans ce trou d’enfer, je ne suis pas seule, parce que Tu as toujours été avec moi pendant ces jours sombres ; Tu m’as donné la foi à maintes reprises et Tu m’as donné la motivation de continuer. Ô mon Dieu, si je peux sortir d’ici un jour et vivre librement, alors j’accomplirai mes devoirs et je ne blesserai plus Ton cœur ni ne ferai de plans pour moi-même. Ô, mon Dieu, peu importe combien les jours à venir seront pénibles ou difficiles, je suis prête à compter sur Toi pour continuer à vivre avec force ! »

En prison, je me rappelais souvent les jours avec mes frères et sœurs ; c’était un temps si beau ! Tout le monde se réjouissait et riait et nous avions aussi des disputes, mais tout cela est devenu de bons souvenirs. Mais chaque fois que je réfléchissais aux moments où j’avais superficiellement accompli mes devoirs passés, je me sentais extrêmement coupable et endettée. Je pensais aux disputes que j’avais avec les frères et sœurs à cause de mon tempérament arrogant ; je me sentais particulièrement mal à l’aise et pleine de remords. Chaque fois que cela arrivait, j’éclatais en larmes et je chantais silencieusement un hymne familier dans mon cœur : « Je suis tellement rempli de remords, je suis tellement rempli de remords, j’ai perdu tellement de temps précieux. Le temps avance sans cesse et il ne reste que des regrets. … Pour toutes mes dettes passées et je recommencerai à zéro avec la tête haute. Dieu m’accorde une autre chance, et avec Sa tolérance je ferai mon nouveau choix. Je chérirai réellement ce jour, je pratiquerai la vérité, j’accomplirai mes devoirs de mon mieux, et je satisferai ainsi Dieu. Le cœur de Dieu est anxieux, plein d’attentes. Alors je ne briserai plus Son cœur » (« Je suis tellement rempli de remords », Suivre l’Agneau et chanter de nouvelles chansons). Dans ma douleur et ma culpabilité, je priais souvent Dieu dans mon cœur : Ô Dieu ! Je T’ai vraiment trop déçu ; si Tu le permets, je suis prête à chercher à T’aimer. Une fois que je sortirai de prison, je serai toujours disposée à accomplir mes devoirs et disposée à recommencer ! Je comblerai mes lacunes passées ! Pendant mon séjour en prison, ces frères et sœurs avec qui j’étais en contact matin et soir m’ont particulièrement manqué ; je voulais vraiment les voir, mais dans cette prison démoniaque où j’étais enfermée, ce désir était vœu pieux. Cependant, je voyais souvent ces frères et sœurs dans mes rêves ; je rêvais que nous lisions la Parole de Dieu ensemble et communiquions la vérité ensemble. Nous étions heureux et joyeux.

Lors du grand tremblement de terre de Wenchuan en 2008, la prison dans laquelle nous étions enfermés a tremblé et j’ai été la dernière personne à évacuer les lieux à ce moment-là. Pendant ces jours-là, il y a eu des répliques continues. Les prisonniers et les gardiens de prison étaient tous si alarmés et anxieux qu’ils ne pouvaient plus continuer. Mais mon cœur était particulièrement imperturbable et inébranlable, parce que je savais que c’était la parole de Dieu qui se réalisait ; c’était l’arrivée de la colère féroce de Dieu. Pendant ce tremblement de terre qui se produit une fois tous les cent ans, la parole de Dieu a sans cesse protégé mon cœur ; je crois que la vie et la mort de l’homme sont entièrement entre les mains de Dieu. Peu importe la façon dont Dieu le fait, je suis prête à me soumettre aux arrangements de Dieu. Cependant, la seule chose qui me rendait triste, c’est que si je mourais, je n’aurais plus la possibilité d’accomplir mon devoir envers le Seigneur des créations, je n’aurais plus la possibilité de rembourser l’amour de Dieu et je ne pourrais plus voir mes frères et sœurs. Pourtant, mon angoisse était superflue ; Dieu a toujours été avec moi et m’a accordé la meilleure protection, ce qui m’a permis de vivre en paix pendant le tremblement de terre et d’y survivre !

En janvier 2011, j’ai été libérée plus tôt que prévu, ce qui a finalement terminé ma vie d’esclave en prison. Lorsque j’ai obtenu ma liberté, mon cœur était exceptionnellement excité : je peux retourner à l’Église ! Je peux être avec mes frères et sœurs ! Les mots ne pouvaient pas décrire mon état d’esprit émotionnel. Ce à quoi je ne m’attendais pas, c’est qu’après mon retour à la maison, ma fille ne me connaissait pas, et ma famille et mes amis me regardaient d’un œil curieux ; ils ont tous pris leurs distances de moi et ne voulaient pas interagir avec moi. Les personnes qui m’entouraient ne m’ont pas comprise et ne m’ont pas accueillie. À ce moment-là, même si je n’étais pas en prison à être maltraitée et tourmentée, les regards froids, les ricanements et l’abandon étaient difficiles à supporter. Je suis devenue faible et négative. Je ne pouvais m’empêcher de penser aux jours passés : lorsque l’incident s’est produit, je n’avais que trente et un ans ; quand je suis sorti de prison, huit hivers et sept étés s’étaient écoulés. Combien de fois dans ma solitude et mon impuissance Dieu avait-Il arrangé des hommes, des matières et des choses pour m’aider ; combien de fois dans ma douleur et mon désespoir les paroles de Dieu m’avaient-elles réconfortée ; combien de fois quand je voulais mourir, Dieu m’avait-Il donné la puissance d’avoir le courage de continuer à vivre ? … Durant ces longues et douloureuses années, c’est Dieu qui m’a conduite pas à pas hors de la vallée de l’ombre de la mort pour continuer à vivre avec ténacité. En affrontant cette épreuve à ce moment-là, je suis devenue négative et faible et j’ai chagriné Dieu. J’étais vraiment une personne lâche et incompétente qui avait mordu la main qui me nourrissait ! En y réfléchissant, mon cœur était fortement condamné ; je ne pouvais pas m’empêcher de penser au serment que j’avais fait à Dieu pendant que j’étais en prison : « Si je parviens un jour à sortir d’ici et à vivre librement, alors je continuerai d’accomplir mes devoirs. Je ne veux plus blesser le cœur de Dieu et je ne ferai plus de plans pour moi ! » J’ai médité ce serment et réfléchi aux circonstances dans lesquelles je me trouvais lorsque j’ai fait le serment à Dieu. Les larmes ont brouillé ma vue et j’ai lentement chanté un hymne de la parole de Dieu :

De ma propre volonté, je marche à la suite de Dieu. Je me fiche de savoir s’Il me veut ou non. Je cherche à L’aimer, à Le suivre résolument. Je Le gagnerai, je Lui offrirai ma vie.

I. Que la volonté de Dieu s’accomplisse. Que mon cœur soit entièrement offert à Dieu. Peu importe ce que Dieu fait ou ce qu’Il projette pour moi, je continuerai à Le suivre, à essayer de Le gagner. De ma propre volonté, je marche à la suite de Dieu. Je me fiche de savoir s’Il me veut ou non. Je cherche à L’aimer, à Le suivre résolument. Je Le gagnerai, je Lui offrirai ma vie.

II. Si tu veux te tenir debout et accomplir la volonté de Dieu, si tu veux Le suivre jusqu’à la fin, pose une fondation solide, pratique la vérité en toutes choses. Cela plaît à Dieu et Il fortifiera ton amour. De ma propre volonté, je marche à la suite de Dieu. Je me fiche de savoir s’Il me veut ou non. Je cherche à L’aimer, à Le suivre résolument. Je Le gagnerai, je Lui offrirai ma vie.

III. Lorsque tu traverses des épreuves, tu es affligé et souffrant. Pourtant, pour aimer Dieu, tu endurerais toutes les épreuves, tu renoncerais à ta vie et à tout. De ma propre volonté, je marche à la suite de Dieu. Je me fiche de savoir s’Il me veut ou non. Je cherche à L’aimer, à Le suivre résolument. Je Le gagnerai, je Lui offrirai ma vie. (« Je ne me reposerai pas tant que je n’aurai pas gagné Dieu », Suivre l’Agneau et chanter de nouvelles chansons)

Après un certain temps de dévotions spirituelles et d’ajustement, je suis rapidement sortie de ma négativité grâce à l’éclairage de Dieu et je me suis consacrée de nouveau à l’accomplissement de mes devoirs.

Même si j’ai passé les meilleures années de ma jeunesse en prison, pendant ces sept ans et quatre mois, j’ai subi des épreuves à cause de ma croyance en Dieu, je n’ai pas de plaintes ni de regrets, parce que je comprends une certaine vérité et j’ai fait l’expérience de l’amour de Dieu. Je sens que ma souffrance a un sens et une valeur ; c’est une exception d’exaltation et de grâce que Dieu a faite pour moi ; c’est ma partialité ! Même si ma famille et mes amis ne me comprennent pas et même si ma fille ne me connaît pas, aucune personne, aucune matière ou chose ne peut me séparer de ma relation à Dieu ; même si je meurs, je ne peux pas abandonner Dieu.

Pur amour sans tache est l’hymne que j’aimais le plus chanter en prison ; maintenant, je veux utiliser mes actions réelles pour offrir à Dieu l’amour le plus pur !

Note de bas de page :

[a] Sœur Jiang (Jiang Zhuyun) était une jeune femme membre du Parti communiste dans la Chine des années 1940, qui refusa de révéler des informations aux forces nationalistes malgré la torture.

Postes connexes

Le dernier film chrétien « Dix-sept ans ? et alors ! » Comme...