Le fruit du prêche de l’Évangile

28 janvier 2022

Par Chuxin, Corée du Sud

Il y a quelque temps, j’ai rencontré une chrétienne des Philippines, nommée Teresa, sur Internet. En apprenant à la connaître, j’ai vu qu’elle avait une vraie foi dans le Seigneur. Elle disait que les offices de l’Église ne lui apportaient rien et qu’elle voyait de plus en plus d’autres croyants suivre des tendances laïques. Son Église lui semblait désolée et elle voulait en trouver une qui bénéficiait de l’œuvre du Saint-Esprit. Elle disait aussi qu’elle voulait lire davantage de paroles de Dieu, Le connaître et vivre une nouvelle vie. Voyant son aspiration spirituelle, j’ai vraiment eu envie de lui prêcher l’Évangile pour qu’elle entende la voix de Dieu et rejoigne Sa maison. Un jour, je lui ai demandé ce qu’elle attendait de sa foi. Elle a répondu : « Je veux aller dans le royaume de Dieu et être avec Lui pour toujours, mais je suis une pécheresse et je ne suis pas digne de Son royaume. » Je lui ai dit que nous devions comprendre les standards du royaume de Dieu pour y entrer et je lui ai demandé si elle voulait en savoir plus. Elle a répondu avec enthousiasme : « Absolument ! » Comme c’était une vraie croyante qui voulait étudier, j’étais impatiente de partager le témoignage de l’œuvre de Dieu des derniers jours. Mais c’était l’heure où elle devait aller travailler et nous avons dû terminer notre discussion de ce jour-là.

Son travail l’occupait beaucoup. Elle commençait tôt le matin et finissait tard le soir. Après le travail, elle était épuisée et avait besoin de se reposer. Comme elle employait le peu de temps libre qu’elle avait chaque semaine à aller à l’église, nous n’avions pas vraiment d’occasion de discuter. Elle était au travail presque à chaque fois que je l’ai contactée. Nous n’avions vraiment pas le temps de nous parler. Au bout d’un moment, j’ai commencé à me sentir découragée. Je me disais qu’on était obligées de communiquer par Internet, puisqu’on n’était pas dans le même pays, alors comment pouvais-je partager l’œuvre de Dieu des derniers jours avec elle si elle n’avait pas le temps de se connecter ? J’ai commencé à me dire que j’avais les mains liées et que je ferais bien de renoncer. Quelqu’un d’autre lui prêcherait peut-être l’Évangile. Alors que j’étais sur le point d’abandonner, je me suis souvenue de paroles de Dieu. « Es-tu conscient du fardeau sur tes épaules, de ta commission et de ta responsabilité ? Où est ton sens de la mission historique ? Comment serviras-tu adéquatement en maître à la prochaine ère ? As-tu un sens élevé de maîtrise ? Comment expliquerais-tu le maître de toutes choses ? Est-ce réellement le maître de toutes les créatures vivantes et de toutes les choses physiques dans le monde ? Quels plans as-tu pour la progression de la prochaine étape de l’œuvre ? Combien de gens attendent que tu sois leur berger ? Ta tâche est-elle lourde ? Ils sont malheureux, pitoyables, aveugles, et éperdus, gémissant dans les ténèbres. Où est le chemin ? Combien ils aspirent à ce que la lumière, comme une étoile filante, descende soudainement et dissipe les forces des ténèbres qui ont accablé les hommes depuis tant d’années. Qui peut savoir exactement dans quelle mesure ils espèrent anxieusement et comment ils languissent jour et nuit après cela ? Ces hommes qui souffrent profondément restent emprisonnés dans un donjon obscur, sans espoir d’être libérés, même un jour où la lumière illumine. Quand cesseront-ils de pleurer ? Le malheur de ces esprits fragiles, à qui l’on n’a jamais accordé le repos, est terrible, et ils ont longtemps été gardés attachés dans cet état par d’impitoyables liens et par l’histoire figée. Qui a entendu les cris de leurs gémissements ? Qui a observé leur état misérable ? As-tu jamais imaginé à quel point le cœur de Dieu est chagriné et anxieux ? Comment peut-Il supporter de voir l’humanité innocente, créée de Ses propres mains, endurer un tel tourment ? Après tout, les êtres humains sont les victimes qui ont été empoisonnées. Bien que l’homme ait survécu jusqu’à ce jour, qui aurait su que l’humanité a depuis longtemps été empoisonnée par le malin ? As-tu oublié que tu es l’une des victimes ? Dans ton amour pour Dieu, n’es-tu pas prêt à t’efforcer de sauver ces survivants ? N’es-tu pas prêt à consacrer toute ton énergie à rembourser Dieu qui aime l’humanité comme Sa propre chair et Son propre sang ? » (« Comment devrais-tu entreprendre ta future mission ? », dans La Parole apparaît dans la chair). En méditant les paroles de Dieu, je me suis sentie coupable. Je n’avais pas fait tout mon possible pour lui prêcher l’Évangile et je ne lui avais même pas dit que le Seigneur Jésus était déjà revenu. Elle avait une foi sincère dans le Seigneur et elle n’aspirait qu’à comprendre Sa volonté, mais elle était dans des ténèbres spirituelles, sans nourriture. Juste au moment où elle avait vraiment besoin d’aide, je la laissais tomber. Quand entendrait-elle donc la voix de Dieu ? Alors que les désastres s’amplifiaient, si je ne témoignais pas tout de suite de l’œuvre de Dieu, elle risquait de manquer le salut. Je me suis sentie encore plus coupable en y songeant et j’ai prié Dieu : « Ô Dieu, je sais que tout est possible avec Toi. Si elle est l’une de Tes brebis, je veux faire tout ce qui est en mon pouvoir pour prêcher l’Évangile. Guide-moi, s’il Te plaît. » Après ma prière, il m’est subitement venu à l’esprit qu’elle manquait de temps, mais qu’on pouvait se donner rendez-vous pour prier ensemble. Je le lui ai proposé et elle a tout de suite accepté. Nous avons pris rendez-vous pour un peu après 5 heures du matin. J’étais très prise par mon devoir, à cette époque, et je travaillais jusqu’à 2 ou 3 heures du matin toutes les nuits. J’ai pensé que je ne dormirais presque pas si je devais me lever si tôt. Mais je me suis dit que je retarderais l’arrivée de Teresa devant Dieu si je me souciais de mon confort physique. Je savais que c’était mal. Je me suis souvenue que Dieu disait : « La chair appartient à Satan. Elle est remplie de désirs extravagants, elle ne pense qu’à elle-même, elle veut profiter du confort et se délecter de loisirs, se complaire dans la paresse et l’oisiveté, et l’ayant satisfaite jusqu’à un certain point, tu finiras par être dévoré par elle » (« Ce n’est qu’en aimant Dieu que l’on croit vraiment en Dieu », dans La Parole apparaît dans la chair). Je savais que satisfaire la chair revenait à satisfaire Satan. Alors j’échouerais à témoigner et à faire mon devoir et je perdrais ma chance de témoigner de l’œuvre de Dieu des derniers jours. J’ai prié, prête à tourner le dos à la chair et à payer un plus grand prix pour lui prêcher l’Évangile et l’amener dans la maison de Dieu. Nous avons commencé à nous retrouver pour une prière matinale et quand j’ai prié très sincèrement pour elle, espérant qu’elle aurait plus de temps pour qu’on échange sur les paroles de Dieu, elle m’a dit très sérieusement : « Je sens à quel point tu es sincère. Merci pour ta prière. Je suis très émue. » Ҫa m’a fait chaud au cœur et j’ai vu que les gens le sentent vraiment quand on est sincères. J’ai juré à Dieu en silence d’amener Teresa dans Sa maison. Alors j’ai proposé à Teresa qu’on trouve un peu de temps pour échanger sur la Bible ensemble. Elle a accepté, réussi à glisser trente minutes d’échange quotidien dans son emploi du temps et répété qu’elle voulait savoir comment entrer au royaume de Dieu.

Nous en avons parlé pendant notre échange du lendemain. J’ai dit : « Tous les croyants veulent entrer dans le royaume, alors que devons-nous faire ? Nous devons écouter le Seigneur. Le Seigneur Jésus a dit : “Ceux qui me disent : Seigneur, Seigneur ! n’entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais celui-là seul qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux” (Matthieu 7:21). Le Seigneur a été très clair. Ce qui est crucial pour entrer dans le royaume des cieux, c’est d’accomplir la volonté de Dieu. Qu’est-ce que ça signifie ? Pour le dire simplement, accomplir la volonté de Dieu, c’est mettre les paroles du Seigneur en pratique et suivre Ses commandements. Ҫa signifie se débarrasser du péché, mettre les paroles de Dieu en pratique, et aimer Dieu et se soumettre à Lui du fond du cœur. Les gens qui n’arrêtent pas de mentir, pécher, s’opposer à Dieu et aller à l’encontre de Ses exigences n’accomplissent pas Sa volonté, alors sont-ils dignes d’entrer au royaume des cieux ? » Elle a répondu : « Non. Nous passons notre temps à mentir, à pécher par nos paroles, et la plupart des gens suivent des tendances mondaines et courent après l’argent. Nous ne vénérons pas sincèrement Dieu. Même les pasteurs ne font pas exception. Comment pourrions-nous entrer dans le royaume de cette manière ? » J’ai répondu : « Oui. Nous avons été rachetés par le Seigneur Jésus et nos péchés sont pardonnés, mais nous continuons à mentir et à pécher. On pèche le jour et se confesse la nuit. La Bible dit : “la sanctification, sans laquelle personne ne verra le Seigneur” (Hébreux 12:14). Nous ne sommes pas dignes du royaume en agissant ainsi. Mais nous savons tous que Dieu aime l’homme et qu’Il veut qu’on soit tous sauvés, qu’on entre dans Son royaume et qu’on vive dans Sa lumière. Alors comment Dieu rend-Il cela possible ? La Bible dit : “De même Christ, qui s’est offert une seul fois pour porter les péchés de plusieurs, apparaîtra sans péché une seconde fois à ceux qui l’attendent pour leur salut” (Hébreux 9:28). Le Seigneur revient dans les derniers jours pour nous sauver, nous libérer pleinement des chaînes du péché et pour faire de nous des gens qui se soumettent à Dieu et accomplissent Sa volonté, afin qu’on soit pleinement sauvés et qu’on puisse entrer au royaume. » Ҫa l’a enthousiasmée et elle a dit : « J’adorerais arrêter de pécher. Alors comment Dieu nous sauve-t-Il du péché ? » Je lui ai envoyé quelques versets des Écritures. Le premier était : « Sanctifie-les par ta vérité : ta parole est la vérité » (Jean 17:17). Les suivants étaient : « Je vis dans la main droite de celui qui était assis sur le trône un livre écrit en dedans et en dehors, scellé de sept sceaux. Et je vis un ange puissant, qui criait d’une voix forte: Qui est digne d’ouvrir le livre, et d’en rompre les sceaux? […] Voici, le lion de la tribu de Juda, le rejeton de David, a vaincu pour ouvrir le livre et ses sept sceaux » (Apocalypse 5:1-5). J’ai dit : « Le Seigneur a dit qu’Il Se servirait de la vérité pour sanctifier l’humanité, et l’Apocalypse et le Livre de Daniel disent tous les deux qu’un livre scellé serait ouvert dans les derniers jours. Ce livre désigne les nouvelles paroles prononcées par Dieu dans les derniers jours, qui sont la vérité qui sanctifiera l’humanité. Seul Dieu Lui-même peut ouvrir le livre et exprimer la vérité pour sauver l’humanité. Le Seigneur prononce de nombreuses vérités pour nous purifier et nous changer quand Il vient dans les derniers jours, afin de nous sauver du péché. L’Apocalypse dit aussi plusieurs fois : “Que celui qui a des oreilles entende ce que l’Esprit dit aux Églises” (Apocalypse chapitre 2, 3). Dieu parlera aux Églises dans les derniers jours. Nous devons juste écouter Sa voix. Nous ne pouvons pas accueillir le Seigneur sans avoir entendu Sa voix et c’est notre seule chance d’être purifiés et sauvés, de devenir dignes du royaume. »

À ce stade de notre échange, Teresa m’a demandé : « Pourquoi le Seigneur aurait-Il besoin de prononcer de nouvelles paroles dans les derniers jours ? J’ai lu la Bible toute ma vie. Elle m’a donné la foi et enseigné beaucoup de choses, comme la tolérance, la patience et le pardon. J’ai l’impression que la Bible suffit et notre pasteur dit toujours que toutes les paroles de Dieu sont dans la Bible et que rien en dehors de la Bible n’est la parole de Dieu. » J’ai vu que Teresa avait quelques notions sur le fait que le Seigneur parle dans les derniers jours et qu’elle ne l’acceptait pas, alors je n’ai pas réfuté immédiatement ce qu’elle disait. Je lui ai parlé de ma propre expérience. J’ai dit : « Je pensais la même chose, autrefois. Je pensais que tout ce que le Seigneur avait dit se trouvait dans la Bible et qu’il n’existait pas de nouvelles paroles de Dieu ailleurs. Mais, plus tard, j’ai entendu un frère mentionner des paroles du Seigneur qui m’ont fait voir les choses différemment. Le Seigneur Jésus a dit : “J’ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais vous ne pouvez pas les porter maintenant. Quand le consolateur sera venu, l’Esprit de vérité, il vous conduira dans toute la vérité” (Jean 16:12-13). Le Seigneur a dit ça à Ses disciples, à l’époque. Il a dit qu’Il avait encore beaucoup de choses à partager, mais que les gens manquaient de stature et ne pouvaient pas encore le supporter. Il avait besoin de parler davantage dans les derniers jours pour aider les gens à comprendre toutes les vérités et à y entrer, afin qu’on soit délivrés des chaînes du péché et pleinement sauvés. » Alors je me suis souvenue d’un bon exemple à lui fournir. « Pense à un petit enfant. Quand il est jeune et que sa mère lui apprend à parler et à marcher, lui dit-elle qu’il devra gagner sa vie pour prendre soin de maman et de papa ? Bien sûr que non. Il est trop jeune pour comprendre ça, donc, à cet âge, ses parents ne lui disent que des choses qu’il peut comprendre. Ensuite, quand il grandit et apprend plus de choses, ils lui parlent davantage de la vie, comme du fait de travailler et d’avoir une famille. Le Seigneur Jésus a fait pareil quand Il a accompli l’œuvre de la rédemption à l’ère de la Grâce sur la base des besoins des gens, exprimé le chemin du repentir, enseigné aux gens à être humbles et tolérants, à porter une croix et à pardonner aux autres soixante-dix fois sept fois. Mais il y avait d’autres choses que le Seigneur n’a pas dites aux gens : toutes les vérités qui purifient et sauvent l’humanité. Il les a gardées en réserve pour le moment où le Seigneur viendrait dans les derniers jours et c’est le livre scellé prophétisé dans l’Apocalypse. Personne n’a lu ce livre pendant ces 2 000 ans parce qu’il n’a pas été ouvert avant que le Seigneur ne revienne dans les derniers jours. Comment serait-il possible que ce qui est écrit dans ce livre se trouve dans la Bible ? » Elle a répondu sérieusement : « Ҫa ne peut pas se trouver dans la Bible. » J’ai échangé avec elle sur ce sujet quelques fois de plus, jusqu’à ce qu’elle dise qu’elle avait compris.

Mais, le lendemain, quand j’ai de nouveau abordé le sujet du Seigneur parlant dans les derniers jours, elle a dit que toutes les paroles du Seigneur pour les derniers jours devaient se trouver dans la Bible. Au début, j’ai cru avoir mal entendu, alors je lui ai demandé de répéter. C’était bien ce qu’elle avait dit. J’ai été très déçue et j’ai pensé qu’elle n’avait finalement pas compris. J’étais vraiment découragée. Alors que j’avais eu beaucoup de mal à organiser nos échanges, elle n’avait toujours pas compris ce que je lui avais expliqué plusieurs fois. Serait-elle capable de le comprendre un jour ? Je n’ai rien dit, mais j’ai commencé à songer à battre en retraite. Mais alors je me suis aperçue que ce n’était pas comme si elle n’avait rien retenu de notre échange. Ranger quelqu’un dans une boîte si rapidement n’était pas en accord avec la volonté de Dieu. Alors je me suis subitement souvenue de ces paroles de Dieu : « Dieu t’a confié le devoir d’évangélisation. Tu dois traiter chaque cible d’évangélisation que tu rencontres avec amour et patience, au mieux de tes capacités, endurer les épreuves nécessaires, diffuser l’Évangile de façon responsable, communiquer la vérité clairement et être capable de rendre compte à Dieu de tous tes actes. Telle est l’attitude avec laquelle tu dois accomplir tes devoirs » (« Évangéliser est le devoir auquel sont tenus par honneur tous les croyants », dans Récits des entretiens de Christ des derniers jours). « Si une cible d’évangélisation pose constamment la même question, comment dois-tu répondre ? Tu ne dois pas faire de difficultés et tu dois prendre la peine et le temps de lui répondre, penser à tous les moyens possibles de résoudre sa question jusqu’à ce qu’elle comprenne et ne la pose plus. Tu auras alors assumé ta responsabilité, et la culpabilité ne t’assaillira plus. Est-ce que cela veut dire être libre de toute culpabilité devant elle ? Non. Tu seras exempt de culpabilité devant Dieu, parce que ce devoir, cette responsabilité, t’a été confié par Dieu » (« Évangéliser est le devoir auquel sont tenus par honneur tous les croyants », dans Récits des entretiens de Christ des derniers jours). J’ai eu honte de moi quand j’ai pensé aux exigences de Dieu. Je n’avais échangé que quelques fois, mais je ne voulais pas persévérer parce qu’elle n’avait pas encore renoncé à ses notions. Je n’étais pas aimante. Moi aussi, j’avais beaucoup de notions quand je suis devenue croyante, mais des frères et sœurs ont échangé avec moi encore et encore et ont prié pour moi avant que je ne renonce à ces notions et que je ne me présente devant Dieu pour accepter Son salut. C’était grâce à l’amour et à la tolérance de Dieu. Alors pourquoi n’étais-je pas capable d’échanger patiemment avec elle en prêchant l’Évangile ? Vraiment honteuse, j’ai prié Dieu : « Ô Dieu, si elle est l’une de Tes brebis, guide-moi, s’il Te plaît. Je ferai tout ce que je peux pour coopérer avec Toi. » Après ma prière, j’ai songé que la Bible avait été la base de la foi de Teresa pendant toutes ces années. Il était compréhensible qu’elle n’accepte pas immédiatement l’idée que les nouvelles paroles de Dieu pour les derniers jours ne soient pas dans la Bible. Je me suis dit que je pouvais lui en parler sous un autre angle. Après ça, j’ai partagé quelques passages des paroles de Dieu avec elle. « Dieu Lui-même est la vie et la vérité, et Sa vie et la vérité coexistent. Ceux qui sont incapables d’obtenir la vérité ne gagneront jamais la vie. Sans la direction, le soutien et l’approvisionnement de la vérité, tu n’auras que la lettre, les doctrines et, surtout, la mort. La vie de Dieu est toujours présente et Sa vérité et Sa vie coexistent. Si tu ne peux pas trouver la source de la vérité, alors tu n’acquerras pas la nourriture de la vie ; si tu ne peux pas obtenir l’approvisionnement de la vie, alors tu n’auras sûrement pas la vérité, et donc en dehors des imaginations et des notions, tout ton corps ne sera rien d’autre que ta chair, ta chair rongée de puanteur. Sache que les écrits des livres ne comptent pas comme étant la vie, les archives de l’histoire ne peuvent pas être vénérées comme la vérité et les règlements du passé ne peuvent pas servir de récits des paroles actuellement prononcées par Dieu. Seul ce qui est exprimé par Dieu quand Il vient sur terre et vit parmi les hommes est la vérité, la vie, la volonté de Dieu et Sa manière actuelle d’œuvrer » (« Seul Christ des derniers jours peut montrer à l’homme le chemin de la vie éternelle », dans La Parole apparaît dans la chair). « Le fait que Je souhaite expliquer ici est le suivant : ce que Dieu est et a est à jamais intarissable et infini. Dieu est la source de vie et de toutes choses ; Il ne peut être saisi par aucun être créé. Pour finir, Je dois continuer à rappeler à tout le monde : ne délimitez plus jamais Dieu dans des livres, des paroles, ou dans Ses déclarations passées. Il n’y a qu’un seul vocable pour décrire la caractéristique de l’œuvre de Dieu : nouveau. Il n’aime pas prendre les sentiers battus ni répéter Son œuvre ; de plus, Il ne veut pas que les gens L’adorent en Le délimitant dans une certaine sphère. Tel est le tempérament de Dieu » (La postface de La Parole apparaît dans la chair). Après ça, j’ai échangé avec elle : « Dieu est la source de toute vérité et Sa sagesse est infinie. Dieu peut toujours exprimer d’autres vérités en fonction des besoins de l’humanité. Comment pourrait-Il être limité à ce qui est dit dans la Bible ? N’est-ce pas restreindre Dieu au contenu de la Bible ? » Alors je lui ai raconté cette fable chinoise sur une grenouille au fond d’un puits. J’ai dit : « Il y avait une grenouille qui vivait au fond d’un puits. Comme elle ne pouvait voir le ciel que par l’ouverture du puits, elle croyait que le ciel était de la taille de cette ouverture. Puis, un jour d’orage, il a tellement plu qu’elle a pu sauter hors du puits. Elle a découvert l’étendue sans limite du ciel, qui était bien plus grand que l’ouverture du puits. Elle s’est rendu compte que c’était juste parce qu’elle était au fond du puits qu’elle ne voyait pas le ciel tout entier. » J’ai dit que j’avais ressenti la même chose et que ma compréhension de Dieu avait été très superficielle. Dieu est si grand et nous sommes si petits… Dieu est sans limite et abondant, et nous ne pouvons pas connaître ce qu’Il a et est par nos raisonnements. Comment pourrions-nous délimiter Dieu ? Le Seigneur Jésus a dit : « Je suis le chemin, la vérité, et la vie » (Jean 14:6). Dieu est la source de la vérité. Je lui ai demandé si Dieu pouvait exprimer plus de vérités que ce qu’il y avait dans la Bible, des choses encore plus élevées, tout ce dont les gens avaient besoin dans les derniers jours. Elle a répondu : « bien sûr qu’Il le peut. » J’ai vu que ses notions commençaient à céder et son cœur à s’ouvrir. Je lui ai envoyé ce verset : « Que celui qui a des oreilles entende ce que l’Esprit dit aux Églises » (Apocalypse 2:7). Je lui ai expliqué que ce que le Saint-Esprit disait aux Églises était précisément ce que le Seigneur disait quand Il revenait dans les derniers jours. Et que la Bible rapportait ce dont Dieu avait parlé et ce qu’Il avait fait à l’ère de la Loi et à l’ère de la Grâce. Quand je lui ai demandé si les nouvelles paroles exprimées par le Seigneur à Son retour pouvaient se trouver par avance dans la Bible, elle a souri et répondu : « Maintenant, je comprends. Les paroles du Seigneur à Son retour ne sont pas dans la Bible et Dieu peut prononcer des paroles en dehors de la Bible. » Elle était très émue et elle a dit que les gens ne comprenaient pas suffisament Dieu. Elle a voulu lire d’autres paroles de Dieu et mieux Le comprendre.

J’étais aussi ravie de voir que Teresa était prête à accepter l’idée que le Seigneur revienne et parle encore. Alors je lui ai demandé : « Puisque le Seigneur reviendra et parlera encore, quel moyen choisira-t-Il pour faire Ses déclarations, à ton avis ? » Elle a répondu : « Par l’Esprit. » Je lui ai dit que je le pensais aussi, autrefois, mais que j’avais étudié les Écritures avec des frères et sœurs et vu qu’elles disaient : « Car, comme l’éclair resplendit et brille d’une extrémité du ciel à l’autre, ainsi sera le Fils de l’homme en son jour. Mais il faut auparavant qu’il souffre beaucoup, et qu’il soit rejeté par cette génération » (Luc 17:24-25). Il y a aussi : « Ce qui arriva du temps de Noé arrivera de même aux jours du Fils de l’homme » (Luc 17:26), et : « Vous aussi, tenez-vous prêts, car le Fils de l’homme viendra à l’heure où vous n’y penserez pas » (Matthieu 24:44). J’ai dit : « Tous ces versets précisent que le Seigneur reviendra en tant que “Fils de l’homme”. Fils de l’homme signifie qu’Il est né d’un homme et qu’Il a une humanité normale. Il ne serait pas appelé comme ça s’Il était sous une forme spirituelle. Puisque l’Éternel Dieu était sous une forme spirituelle, Il n’a pas été appelé comme ça. Ҫa signifie que le Seigneur revient dans la chair dans les derniers jours. S’Il revenait dans un corps spirituel ressuscité, sur une nuée, et apparaissait ouvertement à tous, Tout le monde se prosternerait en tremblant de peur et personne n’oserait Le rejeter. Alors comment les paroles du Seigneur “il faut auparavant qu’il souffre beaucoup, et qu’il soit rejeté par cette génération” s’accompliraient-elles ? » Teresa a eu l’air de réfléchir à quelque chose, alors je lui ai demandé : « Pourquoi le Seigneur déciderait-Il de venir dans la chair dans les derniers jours plutôt que sous la forme d’un esprit ? » Elle a secoué la tête. J’ai dit : « Les gens ne peuvent ni voir ni toucher Dieu sous forme spirituelle. » « Si un corps spirituel apparaissait et parlait subitement, que ressentiraient les gens ? » Les gens auraient peur et seraient perturbés. Dieu veut-Il que tout le monde soit terrifié quand Il nous parle ? Bien sûr que non. Et l’humanité corrompue est trop impure ; nous ne sommes pas dignes de voir l’Esprit de Dieu. Voir l’Esprit de Dieu nous tuerait. Après avoir expliqué tout ça, je lui ai lu d’autres paroles de Dieu. « Le salut des hommes par Dieu n’est pas fait directement par les moyens de l’Esprit ou par l’identité de l’Esprit, car les hommes ne peuvent pas toucher Son Esprit, Le voir, ni se rapprocher de Lui. S’Il tentait de sauver les hommes directement à la manière de l’Esprit, les hommes seraient incapables de recevoir Son salut. Si Dieu ne prenait pas la forme extérieure d’un homme créé, les hommes seraient incapables de recevoir ce salut, car ils ne peuvent pas du tout s’approcher de Lui, tout comme personne ne pouvait s’approcher de la nuée de l’Éternel. Ce n’est qu’en devenant un être humain créé, c’est-à-dire que ce n’est qu’en mettant Sa parole dans la chair qu’Il prendra, qu’Il peut imprégner de Sa parole tous ceux qui Le suivent. Alors seulement les hommes peuvent voir et entendre Sa parole par eux-mêmes, et en plus posséder Sa parole, et ainsi être complètement sauvés. Si Dieu ne devenait chair, personne de chair et de sang ne pourrait recevoir un si grand salut, et personne ne serait sauvé. Si l’Esprit de Dieu travaillait directement parmi les hommes, tous les hommes seraient foudroyés ou complètement capturés par Satan, parce que les hommes sont incapables de s’associer avec Dieu » (« Le mystère de l’incarnation (4) », dans La Parole apparaît dans la chair). « C’était l’avantage de Dieu devenant chair : Il pouvait profiter de la connaissance du genre humain et utiliser le langage humain pour parler aux gens, pour exprimer Sa volonté. Il expliqua ou “traduisit” à l’homme Son langage profond et divin que les gens avaient du mal à comprendre dans la langue humaine, de façon humaine. Ceci aida le peuple à comprendre Sa volonté et à savoir ce qu’Il voulait faire. Il pouvait aussi tenir des conversations avec les gens depuis une perspective humaine, employant le langage humain, et communiquer avec les gens d’une manière qu’ils comprenaient. Il pouvait même parler et travailler en utilisant la langue et la connaissance humaines de sorte que les gens pouvaient sentir Sa bienveillance et Sa proximité, de sorte qu’ils pouvaient voir Son cœur » (« L’œuvre de Dieu, le tempérament de Dieu et Dieu Lui-même III », dans La Parole apparaît dans la chair). Ensuite, j’ai continué mon échange : « Dieu a décidé de venir dans la chair et de vivre une vie réelle parmi nous afin d’être proche de nous et de nous fournir la vérité pour nous sauver. C’est comme des parents avec leur enfant. Des parents voudraient-ils que leur enfant ait peur à chaque fois qu’il les voit ? » Bien sûr que non. Alors je lui ai dit : « Si des parents ne voudraient pas que leur enfant ait peur et se cache à chaque fois qu’il les voit, qu’en est-il de Dieu ? Si Dieu nous parlait depuis les cieux, on aurait peur et on s’éloignerait de Lui. Parce que Dieu ne veut pas qu’on s’éloigne de Lui et qu’on trouve difficile d’être près de Lui, le retour du Seigneur est semblable à la venue du Seigneur Jésus. Il est venu dans la chair, en tant que Fils de l’homme, ordinaire, normal, mangeant et parlant avec Ses disciples, et les aidant toujours à résoudre leurs problèmes et leurs troubles. Voir le Dieu vivant, partageant vraiment notre vie, nous aide à nous sentir bien plus proches de Dieu. Aussi, Dieu peut Se servir de notre propre langage pour exprimer la vérité, pour nous alimenter et nous nourrir. Il peut utiliser des exemples et des analogies pour qu’on comprenne mieux Sa volonté et pour qu’il nous soit plus facile de comprendre la vérité et d’y entrer. L’amour de Dieu pour nous est si concret, si précieux ! En devenant chair, Dieu a supporté une humiliation et une souffrance énormes pour parler et œuvrer afin qu’on comprenne la vérité, qu’on soit délivrés du péché et pleinement sauvés. C’est Son plus grand salut pour l’humanité corrompue. » À ce stade, Teresa était émue jusqu’aux larmes. Elle a dit : « Je comprends, maintenant. Le Seigneur revient sous une forme incarnée. Je veux que Dieu revienne parmi nous dans la chair. Il nous aime tant ! On ne le mérite pas… » J’ai été très touchée de voir à quel point Teresa était émue et je me suis souvenue de paroles de Dieu : « Es-tu capable de communiquer le tempérament exprimé par Dieu à chaque ère de manière concrète, dans un langage qui transmet correctement la signification de cette ère ? Toi qui fais l’expérience de l’œuvre de Dieu des derniers jours, es-tu capable de décrire en détail le juste tempérament de Dieu ? Peux-tu témoigner du tempérament de Dieu avec clarté et précision ? Comment transmettras-tu ce que tu as vu et expérimenté à ces pitoyables croyants religieux, malheureux et fervents qui ont faim et soif de justice et espèrent que tu les paisses ? » (« Comment devrais-tu entreprendre ta future mission ? », dans La Parole apparaît dans la chair). « Pour témoigner de l’œuvre de Dieu, tu dois t’appuyer sur ton expérience, sur ta connaissance et sur le prix que tu as payé. Ainsi seulement, tu peux satisfaire Sa volonté » (« Ceux qui doivent être rendus parfaits doivent subir l’épurement », dans La Parole apparaît dans la chair). J’ai repensé au temps que j’avais passé à prêcher l’Évangile. En général, je m’étais contentée de partager des théories avec les gens et je ne m’étais jamais demandé si j’avais une compréhension authentique de Dieu, si je pouvais témoigner à partir de mes expériences réelles et personnelles. Cette expérience m’a montré que prêcher l’Évangile n’est pas seulement parler aux gens, c’est une occasion pour moi de mieux connaître Dieu. Je pouvais aussi sentir l’amour de Dieu à travers mon échange avec Teresa. S’Il n’était pas venu pour œuvrer et parler dans la chair, nous ne pourrions pas comprendre la vérité ni être purifiés de nos tempéraments corrompus. Nous aurions juste été anéantis dans les désastres. Plus j’y ai pensé, plus j’ai senti que l’amour de Dieu pour nous était immense. Puis Teresa a dit : « L’échange d’aujourd’hui est entièrement nouveau pour moi. Il m’a vraiment beaucoup apporté. »

J’ai été ravie d’entendre ça et je lui ai dit : « Le Seigneur Jésus est déjà revenu en tant que Dieu Tout-Puissant incarné. Dieu Tout-Puissant a exprimé de nouvelles paroles et Il accomplit l’œuvre du jugement des derniers jours pour purifier pleinement et sauver l’humanité. Ҫa accomplit les prophéties bibliques, comme : “Car c’est le moment où le jugement va commencer par la maison de Dieu” (1 Pierre 4:17), et “Le Père ne juge personne, mais il a remis tout jugement au Fils” (Jean 5:22). » Teresa a été folle de joie d’entendre que le Seigneur était déjà revenu, mais elle était troublée, aussi. Elle m’a demandé : « Le Seigneur Jésus a déjà pardonné nos péchés quand Il a été crucifié. Pourquoi le Seigneur aurait-Il besoin de revenir et d’accomplir l’œuvre du jugement pour sauver l’homme dans les derniers jours ? » Je lui ai lu quelques paroles de Dieu. Dieu Tout-Puissant dit: « Bien que Jésus ait beaucoup œuvré parmi les hommes, Il n’a fait que parachever la rédemption de toute l’humanité et est devenu le sacrifice d’expiation de l’homme ; Il n’a pas débarrassé l’homme de tout son tempérament corrompu. Sauver entièrement l’homme de l’influence de Satan n’exigeait pas seulement de Jésus qu’Il devienne le sacrifice d’expiation et qu’Il porte les péchés de l’homme, mais aussi que Dieu œuvre de façon plus grande encore pour entièrement débarrasser l’homme de son tempérament corrompu par Satan. Et donc, à présent que l’homme a été pardonné pour ses péchés, Dieu est redevenu chair pour conduire l’homme dans la nouvelle ère et a commencé l’œuvre du châtiment et du jugement. Cette œuvre a mené l’homme dans un domaine plus élevé. Tous ceux qui se soumettent à Sa domination jouiront d’une vérité supérieure et recevront de bien meilleures bénédictions. Ils vivront véritablement dans la lumière et gagneront la vérité, le chemin et la vie » (La préface de La Parole apparaît dans la chair). « Tu sais seulement que Jésus descendra dans les derniers jours, mais comment exactement descendra-t-Il ? Un pécheur comme toi, toi qui viens d’être racheté, qui n’as pas été transformé ou perfectionné par Dieu, peux-tu être selon le cœur de Dieu ? Quant à toi, toi qui es encore ton vieil homme, il est vrai que tu as été sauvé par Jésus et que tu n’es pas compté comme un pécheur grâce au salut de Dieu, mais cela ne prouve pas que tu n’es pas un pécheur et n’es pas impur. Comment peux-tu être saint si tu n’as pas été transformé ? À l’intérieur, tu es assailli par l’impureté, tu es égoïste et méchant, mais tu souhaites toujours descendre avec Jésus. Te croirais-tu si chanceux ? Tu as raté une étape dans ta foi en Dieu : tu as simplement été racheté, mais n’as pas été transformé. Pour que tu sois selon le cœur de Dieu, Dieu doit personnellement te transformer et te purifier ; si tu es seulement racheté, tu seras incapable d’atteindre la sainteté. De cette façon, tu ne seras pas qualifié pour partager les bénédictions de Dieu, car tu as raté une étape de l’œuvre de la gestion de l’homme par Dieu, qui est l’étape clé de la transformation et du perfectionnement. Toi, un pécheur qui vient d’être racheté, tu es donc incapable de recevoir directement l’héritage de Dieu » (« Concernant les appellations et l’identité », dans La Parole apparaît dans la chair). Après avoir lu les paroles de Dieu, j’ai dit : « Le Seigneur Jésus nous a bien rachetés. Quel a été le résultat de cette rédemption ? Parce que nos péchés ont été rachetés, nous ne sommes plus punis quand nous violons la loi. Voilà ce que l’œuvre de la rédemption du Seigneur Jésus a accompli. Nos péchés sont pardonnés à travers notre foi dans le Seigneur, mais nous ne pouvons toujours pas nous empêcher de mentir et de pécher en permanence. Nous vivons dans un cercle vicieux où nous péchons le jour et nous confessons la nuit, sans pouvoir échapper aux chaînes du péché. Quelle en est la raison ? C’est parce que nous ne nous sommes pas débarrassés de notre nature pécheresse. Cette nature pécheresse est comme une tumeur maligne profondément ancrée en nous. Si elle n’est pas retirée, nous pouvons être pardonnés mille fois, dix mille fois, mais nous ne serons pas libérés du péché ni dignes du royaume. Voilà pourquoi le Seigneur a besoin de revenir et d’accomplir l’œuvre du jugement. Cette œuvre du jugement permet de résoudre nos natures pécheresses pour qu’on soit entièrement libérés des chaînes du péché, purifiés et complètement sauvés. »

Très heureuse de l’entendre, Teresa a dit : « Peux-tu m’en dire plus sur l’œuvre du jugement ? Comment Dieu effectue-t-Il ce jugement pour nous sauver du péché ? » Je lui ai lu un passage des paroles de Dieu. « Christ des derniers jours utilise une variété de vérités pour enseigner à l’homme, exposer l’essence de l’homme et disséquer les mots et les actes de l’homme. Ces paroles comprennent diverses vérités, telles que le devoir de l’homme, comment l’homme doit obéir à Dieu, comment l’homme doit être fidèle à Dieu, comment l’homme doit vivre une humanité normale, ainsi que la sagesse et le tempérament de Dieu, et ainsi de suite. Ces paroles sont toutes axées sur l’essence de l’homme et son tempérament corrompu. En particulier, les paroles qui exposent comment l’homme rejette Dieu sont prononcées au sujet de la manière dont l’homme est une incarnation de Satan et une force ennemie contre Dieu. En entreprenant Son œuvre de jugement, Dieu ne fait pas que préciser ce qu’est la nature de l’homme par quelques mots ; Il l’expose, le traite et l’émonde à long terme. Toutes ces différentes méthodes d’exposition, de traitement et d’émondage ne peuvent pas être remplacées par des mots ordinaires, mais par la vérité dont l’homme est totalement dépourvu. Seules des méthodes comme celles-ci peuvent être qualifiées de jugement ; c’est seulement par un jugement de ce genre que l’homme peut être maîtrisé et entièrement convaincu au sujet de Dieu, et acquérir de surcroît une vraie connaissance de Dieu. Ce que l’œuvre du jugement apporte, c’est la compréhension par l’homme du vrai visage de Dieu et la vérité sur sa propre rébellion. L’œuvre du jugement permet à l’homme de mieux comprendre la volonté de Dieu, le but de l’œuvre de Dieu et les mystères qui lui sont incompréhensibles. Cela permet également à l’homme de reconnaître et de connaître son essence corrompue et les racines de sa corruption, ainsi que de découvrir la laideur de l’homme. Ces effets sont tous causés par l’œuvre du jugement, car l’essence de cette œuvre est en fait l’œuvre d’ouverture de la vérité, du chemin et de la vie de Dieu à tous ceux qui ont foi en Lui. Ce travail est l’œuvre du jugement faite par Dieu » (« Christ réalise l’œuvre du jugement avec la vérité », dans La Parole apparaît dans la chair). Après avoir lu ça, j’ai dit : « Dans les derniers jours, Dieu accomplit Son jugement par des paroles pour exposer la nature satanique de l’humanité qui résiste à Dieu. Son jugement révèle toutes les expressions de notre tempérament satanique et de notre résistance à Dieu, afin qu’on apprenne la vérité sur notre corruption par Satan tout en voyant le tempérament saint et juste de Dieu. En étant jugés, châtiés, émondés et traités par les paroles de Dieu, nous voyons tous les tempéraments sataniques que nous révélons comme l’arrogance, la tromperie, l’égoïsme et l’avarice. Même si on est capables de faire des sacrifices à Dieu, quand il nous arrive quelque chose qui nous déplaît, comme une maladie ou un désastre, nous comprenons mal Dieu et nous Le blâmons. Seul ce jugement nous permet de voir que même si nous faisons des sacrifices à Dieu, ce n’est que pour obtenir des bénédictions et des récompenses, et pour entrer dans le royaume. Nous passons un marché avec Dieu. Nous n’avons pas de vraie soumission envers Dieu, et encore moins de véritable amour. Grâce au jugement et au châtiment des paroles de Dieu, et à ce que révèlent les choses qui nous arrivent, nous voyons la vérité de notre corruption et en venons à la haïr. Nous faisons aussi l’expérience du tempérament saint et juste de Dieu, qui ne tolère aucune offense, et nous développons du respect et de la soumission envers Lui. C’est notre seul moyen de voir à quel point Satan nous a corrompus. Sans le jugement et le châtiment de Dieu dans les derniers jours, nous ne serions pas capables de voir la vérité de notre corruption ni de nous en délivrer. Surtout, nous n’aimerions pas Dieu et ne Lui obéirions pas. C’est comme quelqu’un qui est malade. S’il ne sait pas qu’il est malade, il n’ira pas se faire soigner et ne saura pas de quel traitement il a besoin, alors il ne guérira pas. Mais, s’il va voir le médecin, celui-ci lui dira ce qu’il a, quelle en est la cause et comment le traiter, et le malade guérira s’il suit les conseils du médecin. De la même manière, Dieu juge l’humanité par Ses paroles dans les derniers jours pour résoudre notre nature pécheresse et nos tempéraments corrompus et sataniques. Nous devons accepter ce jugement et ce châtiment pour nous délivrer du péché, nous débarrasser de nos tempéraments sataniques et corrompus, être sauvés par Dieu et entrer au royaume des cieux. » À ce moment-là, Teresa a dit : « Je comprends, maintenant. Par l’œuvre du jugement, Dieu nous purifie et nous sauve. Comme je veux échapper à cette vie de péchés et de confessions, je dois accepter le jugement et la purification de Dieu. » Après ça, nous avons regardé quelques films d’évangélisation ensemble, puis lu de nombreuses paroles de Dieu Tout-Puissant. Teresa m’a dit : « Ces paroles ont tant d’autorité et de pouvoir… C’est stupéfiant. C’est la voix de Dieu ! Dieu Tout-Puissant est vraiment le Seigneur Jésus revenu. Il est le Seigneur revenu pour nous purifier et nous sauver ! » Alors elle m’a demandé avec empressement : « Comment puis-je obtenir un exemplaire des paroles de Dieu Tout-Puissant ? Où puis-je échanger en personne avec d’autres croyants ? » Je lui ai dit que je pouvais lui présenter des membres locaux de l’Église et je lui ai envoyé la version en ligne de « La Parole apparaît dans la chair ». Elle était enthousiasmée. Elle a écarquillé les yeux et dit qu’elle voulait obtenir le livre et lire les paroles de Dieu Tout-Puissant le plus vite possible.

Quand je l’ai vue aussi heureuse d’accueillir le Seigneur, j’ai été très reconnaissante envers Dieu pour Son éclairage et Son orientation, qui avaient permis à Teresa d’entendre la voix de Dieu et d’entrer dans Sa maison. Deux ou trois jours plus tard, elle m’a dit qu’elle avait annoncé à sa meilleure amie que le Seigneur était déjà revenu et que celle-ci lui avait dit de ne pas le croire. Son pasteur l’avait aussi appelée et menacée, en disant que cela la ferait renvoyer de l’Église. Elle a dit : « Je suis certaine que Dieu Tout-Puissant est Christ des derniers jours, parce que Ses paroles sont la vérité et que seul Christ peut exprimer la vérité. Il est Jésus revenu. Je ne me laisserai pas influencer par mon amie et le pasteur ne peut pas me dissuader. » Elle a aussi dit : « Je cherche une vraie Église depuis des années, mais j’ai toujours été déçue. Aucune n’est nourrissante et de plus en plus de membres suivent des tendances mondaines. J’étais désemparée. Je suis très reconnaissante envers Dieu. Je n’avais jamais rêvé que j’entendrais la voix de Dieu et que j’accueillerais le Seigneur. J’ai enfin trouvé l’Église de Dieu. » Elle était très émue et pleine d’espoir. Elle avait les larmes aux yeux. J’étais très émue moi-même. J’ai vu que quand une brebis de Dieu entendait Sa voix, elle Le suivait et elle gardait la foi malgré les interférences de Satan. Mais quand j’ai pensé que je m’étais découragée et que j’avais voulu abandonner quand j’avais rencontré un obstacle, que j’avais été prête à la laisser tomber, que j’avais failli renoncer à témoigner de l’œuvre de Dieu des derniers jours auprès d’elle, j’ai été remplie de regret et de culpabilité. J’ai aussi vu que Dieu nous aime vraiment et Se soucie vraiment de nous, parce que quand j’allais abandonner, les paroles de Dieu m’ont éclairée et guidée juste à temps pour que je voie ma rébellion et que je comprenne l’urgence de la volonté de Dieu de sauver l’homme. Alors j’ai pu travailler avec Dieu peu à peu pour témoigner de l’œuvre de Dieu des derniers jours auprès de Teresa.

J’ai aussi éprouvé intimement qu’on contribue à sauver les gens en prêchant l’Évangile. Il s’agit de me servir de mes sentiments et expériences personnels pour témoigner de l’œuvre de Dieu, pour amener au sein de la maison de Dieu quelqu’un qui attend la venue du Seigneur et vit dans un monde de ténèbres. Rien n’est plus chargé de sens. J’ai aussi vu la joie et l’émotion de quelqu’un qui aspire vraiment au retour du Seigneur quand il entend Sa voix et L’accueille. Et j’ai pu sentir à quel point Dieu espérait que davantage de croyants se présentent devant Lui et reçoivent Son salut. Il y a tant d’autres gens dans le monde qui vivent dans les ténèbres et qui espèrent la venue de Dieu. Ҫa emplit Dieu de tristesse et Il S’inquiète pour eux. Alors j’ai encore mieux senti que prêcher l’Évangile était ma responsabilité et ma vocation. J’ai aussi juré à Dieu que, quels que soient les obstacles que je rencontrerais, je m’en remettrais à Lui et ferais mon devoir en prêchant l’Évangile. Je témoignerai en me basant sur ma vraie compréhension de Dieu et j’amènerai Ses brebis devant Lui pour qu’elles reçoivent la grâce de Son salut dans les derniers jours très bientôt.

Voulez-vous accueillir le Seigneur pour devenir la personne la plus chanceuse du monde ? Contactez-nous pour trouver le chemin.

Contenu connexe

Bien respirer sans jalousie

Par Anjing, China En janvier 2017, l’Église m’a confié le devoir d’abreuvement. J’étais très reconnaissante envers Dieu de m’offrir la...

Laisser un commentaire

Contactez-nous par WhatsApp