La vérité ne peut être gagnée dans la religion

21 août 2022

Par Meixiang, Taiwan

Dès l’enfance, j’ai suivi mes parents dans la croyance au Seigneur et j’ai poursuivi ma croyance avec zèle. J’ai participé activement à toutes les activités de l’Église, quelles qu’elles soient. Je donnais la dîme – un dixième de mes revenus, et je participais toujours au ministère de l’Église. Du fait de mon zèle, je suis devenue une diaconesse de l’Église, puis, à 30 ans, une ancienne de l’Église. Mais même après de nombreuses années de croyance, quelque chose me perturbait encore. J’avais lu ces paroles du Seigneur Jésus : « Ceux qui me disent : Seigneur, Seigneur ! n’entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais celui-là seul qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux. Plusieurs me diront en ce jour-là: Seigneur, Seigneur, n’avons-nous pas prophétisé par ton nom ? n’avons-nous pas chassé des démons par ton nom ? et n’avons-nous pas fait beaucoup de miracles par ton nom ? Alors je leur dirai ouvertement : Je ne vous ai jamais connus, retirez-vous de moi, vous qui commettez l’iniquité » (Matthieu 7 : 21-23). Ces paroles m’avaient troublée. N’étions-nous pas les gens qui prêchaient et travaillaient au nom du Seigneur et qui appelaient « Seigneur, Seigneur » ? Pourquoi le Seigneur disait-Il qu’Il ne connaissait pas ces gens et qu’ils étaient des malfaiteurs ? Qu’on travaille pour Lui de cette manière n’était-il pas ce qu’Il voulait ? Alors quelle était la volonté du Seigneur ? Je n’avais jamais trouvé de réponse.

En mars 2020, un jour, une sœur m’a invitée à écouter un sermon sur Internet. J’ai pensé : « Puisqu’on ne peut pas aller à l’église pendant la pandémie, c’est une bonne idée. » J’ai accepté avec joie. Pendant cette réunion en ligne, Sœur Weiwei a échangé sur la signification des vierges sages et des vierges folles, ce qu’était Christ, la question de savoir si le royaume des cieux était au ciel ou sur la terre, et plus encore. J’ai trouvé qu’elle parlait très bien de ces choses. C’étaient des problèmes sur lesquels je n’arrivais pas à échanger clairement dans mes sermons, alors son échange m’a beaucoup intéressée. Elle a aussi dit : « Nous autres croyants au Seigneur espérons tous entrer dans le royaume des cieux, mais quel genre de personne peut entrer dans le royaume des cieux ? » Puis elle a lu ces versets de la Bible : « Ceux qui me disent : Seigneur, Seigneur ! n’entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais celui-là seul qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux. Plusieurs me diront en ce jour-là: Seigneur, Seigneur, n’avons-nous pas prophétisé par ton nom ? n’avons-nous pas chassé des démons par ton nom ? et n’avons-nous pas fait beaucoup de miracles par ton nom ? Alors je leur dirai ouvertement: Je ne vous ai jamais connus, retirez-vous de moi, vous qui commettez l’iniquité » (Matthieu 7 : 21-23). Elle a ajouté : « Le Seigneur dit que les croyants ne peuvent pas tous entrer dans le royaume des cieux. Seuls ceux qui accomplissent la volonté de Dieu peuvent y entrer. Alors que signifie accomplir la volonté de Dieu ? Beaucoup de gens pensent que tant qu’ils accomplissent leur ministère, lisent la Bible, prient et font beaucoup de bonnes actions, ils accomplissent la volonté de Dieu et que, lorsque le Seigneur reviendra, ils entreront dans le royaume. Ce point de vue est-il correct ? S’accorde-t-il avec la volonté de Dieu ? Les pharisiens du judaïsme avaient beaucoup de bons comportements, mais quand le Seigneur Jésus est venu et a exprimé de nombreuses vérités, ils n’ont pas reconnu le Seigneur, ils Lui ont résisté frénétiquement et L’ont condamné, ils ont même cloué le Seigneur Jésus sur la croix et ils ont fini par devenir des malfaiteurs. Nous pouvons en déduire qu’accomplir la volonté du Père n’est pas seulement, comme nous l’imaginons, prêcher l’Évangile, lire la Bible, prier et faire de bonnes actions. Ce n’est qu’un aspect de ce qu’un chrétien doit faire. Alors que signifie accomplir la volonté du Père, au juste ? La Bible dit : “Vous soyez saints ; car je suis saint” (Lévitique 11 : 45). “Sans la sanctification, personne ne verra le Seigneur” (Hébreux 12 : 14). Cela nous montre que ce que Dieu exige des gens, c’est qu’ils atteignent la sainteté et se libèrent du péché, c’est-à-dire qu’ils soient capables d’obéir à Dieu, d’écouter Ses paroles, de ne plus pécher ni résister à Dieu, de ne plus trahir Dieu, et d’accepter l’œuvre de Dieu et d’y obéir, même quand elle ne s’accorde pas avec les notions humaines. Seules de telles personnes accomplissent la volonté de Dieu, et resteront dans le royaume de Dieu. Même si nous croyons au Seigneur, renonçons à des choses et nous dépensons pour Lui, il nous arrive souvent de mentir et de pécher, il y a souvent de la jalousie et des querelles entre collaborateurs et, quand nous sommes confrontés à des désastres et des maladies, nous pouvons encore nous plaindre de Dieu, Le juger et même Le trahir. Est-ce vraiment accomplir la volonté de Dieu ? » Après son échange, j’ai eu une prise de conscience soudaine : accomplir la volonté de Dieu ne dépend pas de ce que nous faisons en apparence, mais de notre capacité à écouter les paroles de Dieu, à obéir à Dieu, et à arrêter de pécher et de Lui résister. Mais on pèche encore souvent, on vit dans un cycle de péchés et de confessions, on n’a pas échappé au péché, on ne pratique pas la parole de Dieu et, quand il se passe quelque chose qui ne nous satisfait pas, on en veut au Seigneur et on se plaint de Lui. Comment peut-on dire qu’on accomplit la volonté de Dieu ?

Ensuite, à chaque réunion, Sœur Weiwei a échangé quelques mots avec moi. Je trouvais que ce qu’elle disait était bon, nouveau et très brillant. Peu à peu, j’ai commencé à adorer ces réunions et à attendre la suivante avec impatience. C’est à ce moment-là que j’ai découvert que les sermons que je prêchais, ainsi que ceux de nombreux pasteurs, n’étaient que des paroles de doctrine dont on se servait pour encourager les gens. Pour être honnête, on n’avait aucune compréhension de Dieu ni de la vérité. Mais quand je rencontrais des frères et sœurs sur Internet et écoutais leur échange, je sentais très profondément que j’étais nourrie et je me sentais libérée. Je pouvais poser des questions si je ne comprenais pas les Écritures ou si j’ignorais certaines choses, et on me donnait toujours des réponses. Je n’avais jamais gagné autant dans les réunions de mon église.

Au cours d’une réunion, Sœur Weiwei m’a envoyé un passage à lire. « J’étais autrefois connu comme l’Éternel. J’ai aussi été appelé le Messie, et les gens M’ont déjà appelé Jésus le Sauveur, avec amour et estime. Aujourd’hui, cependant, Je ne suis plus l’Éternel ou Jésus que les gens ont connu dans le passé ; Je suis le Dieu qui est revenu dans les derniers jours, le Dieu qui mettra fin à l’ère. Je suis le Dieu Lui-même qui Se lève des extrémités de la terre, rempli de tout Mon tempérament et plein d’autorité, d’honneur et de gloire. Les gens ne sont jamais entrés en relation avec Moi, ne M’ont jamais connu et ont toujours ignoré Mon tempérament. Depuis la création du monde jusqu’à aujourd’hui, personne ne M’a vu. C’est le Dieu qui apparaît à l’homme dans les derniers jours, mais qui est caché parmi les hommes. Il vit parmi les hommes, vrai et réel, comme le soleil brûlant et la flamme vive, rempli de pouvoir et débordant d’autorité. Il n’y a pas une seule personne ou chose qui ne sera pas jugée par Mes paroles, et pas une seule personne ou chose qui ne sera pas purifiée par le feu ardent. Finalement, toutes les nations seront bénies grâce à Mes paroles et aussi brisées en pièces à cause de Mes paroles. De cette façon, tous les peuples au cours des derniers jours verront que Je suis le Sauveur revenu et que Je suis le Dieu Tout-Puissant qui conquiert toute l’humanité. Et tous verront que J’ai déjà été le sacrifice d’expiation pour l’homme, mais que dans les derniers jours Je deviens aussi les flammes du soleil qui incinère toutes choses, ainsi que le Soleil de justice qui révèle toutes choses. Telle est Mon œuvre dans les derniers jours. J’ai pris ce nom et J’ai ce tempérament afin que tous les gens puissent voir que Je suis un Dieu juste, le Soleil brûlant et la flamme vive, et afin que tous M’adorent, l’unique vrai Dieu, et afin qu’ils voient Ma vraie face : Je ne suis pas seulement le Dieu des Israélites, et Je ne suis pas seulement le Rédempteur ; Je suis le Dieu de toutes les créatures dans les cieux, sur la terre et dans les mers » (« Le Sauveur est déjà revenu sur une “nuée blanche” », dans La Parole apparaît dans la chair). Après m’avoir fait lire ce passage, Sœur Weiwei m’a demandé : « Qui a dit ça, à ton avis ? » Je me suis empressée de relire le passage. Je sentais que ces paroles avaient de l’autorité et du pouvoir, et dans les mots « Je suis le Dieu Tout-Puissant qui conquiert toute l’humanité », je percevais la majesté de Dieu. J’étais sûre que Dieu avait prononcé ces paroles, parce qu’aucun humain ne pourrait dire ces choses. Aucune célébrité, aucun grand homme ni aucun dirigeant religieux ne pourrait prononcer ces mots. J’ai répondu à Sœur Weiwei : « Clairement, c’est Dieu qui a dit ça, parce que seul Dieu Lui-même sait ce que Dieu fera et qu’aucune personne n’oserait dire : “J’étais autrefois connu comme l’Éternel. J’ai aussi été appelé le Messie, et les gens M'ont déjà appelé Jésus le Sauveur, avec amour et estime.” » Alors elle s’est écriée avec enthousiasme : « Amen ! C’est la voix de Dieu ! Dieu bénit ceux qui peuvent reconnaître Sa voix. » Comme je n’avais jamais lu ces paroles dans la Bible, je me suis demandé d’où elles venaient. C’est à ce moment-là qu’elle m’a dit que le Seigneur Jésus était revenu en tant que Dieu Tout-Puissant, le Sauveur. Dieu Tout-Puissant avait déjà ouvert le rouleau et rompu les sept sceaux, ces paroles venaient du rouleau et elles étaient la vérité exprimée par Dieu dans les derniers jours. Cette nouvelle m’a emplie de joie et j’ai pensé : « Le rouleau a été ouvert ? Alors je dois me dépêcher de lire la parole de Dieu ! » Elle a poursuivi son échange en disant : « Le Seigneur Jésus revient dans les derniers jours. Il apparaît et œuvre sous le nom de “Dieu Tout-Puissant”. Il a exprimé de nombreuses vérités et Il accomplit l’œuvre du jugement en commençant par la maison de Dieu, qui consiste à purifier et sauver complètement les gens. Ce n’est qu’en acceptant le jugement dans la parole de Dieu qu’on peut se débarrasser du péché et de la corruption, être purifiés, être sauvés et entrer dans le royaume des cieux. Le nouveau nom de Dieu dans les derniers jours, Dieu Tout-Puissant, accomplit la prophétie de l’Apocalypse : “Je suis l’alpha et l’oméga, […] celui qui est, qui était, et qui vient, le Tout Puissant” (Apocalypse 1 : 8). “Alléluia ! Car le Seigneur notre Dieu tout puissant est entré dans son règne” (Apocalypse 19 : 6). L’Éternel, Jésus et Dieu Tout-Puissant sont les noms de Dieu. Même si Dieu porte un nom différent à chaque ère, Il est un seul Dieu et un seul Esprit. » Je ne me suis rendu compte qu’après avoir entendu cet échange que le nouveau nom de Dieu dans les derniers jours avait été prophétisé dans l’Apocalypse il y a longtemps, ce que je n’avais pas remarqué. Je savais juste que Dieu était intrinsèquement tout-puissant. Il ne m’était jamais venu à l’esprit que « Dieu Tout-Puissant » serait le nom dont Dieu Se servirait quand Il reviendrait dans les derniers jours. J’étais ravie et enthousiaste. Dieu était revenu et Il était Dieu Tout-Puissant ! Elle m’a aussi dit : « Dieu Tout-Puissant est apparu et a commencé à œuvrer en 1991, il y a trente ans. Dieu Tout-Puissant a exprimé beaucoup de vérités et des millions de paroles, qui sont toutes postées publiquement sur Internet. Aujourd’hui, Ses paroles se sont répandues d’Est en Ouest, dans de nombreux pays à travers le monde. De plus en plus de gens entendent la voix de Dieu et acceptent l’œuvre de Dieu Tout-Puissant dans les derniers jours. Cela accomplit pleinement la prophétie du Seigneur Jésus : “Car, comme l’éclair part de l’orient et se montre jusqu’en occident, ainsi sera l’avènement du Fils de l’homme” (Matthieu 24 : 27). » J’ai été très surprise d’entendre ça. Il se trouvait que l’Éclair Oriental était l’apparition et l’œuvre de Dieu. Quelques années plus tôt, j’avais lu dans le journal que l’Éclair Oriental témoignait du retour du Seigneur. À l’époque, j’avais vu que la plupart des pasteurs et des anciens le condamnaient et ne laissaient pas les croyants écouter ces prêches, j’avais alors pensé que ce n’était pas le vrai chemin, je n’avais ni cherché ni étudié, et je n’avais évidemment pas lu la parole de Dieu Tout-Puissant. Je n’aurais jamais imaginé que Dieu Tout-Puissant était le Seigneur Jésus revenu, qu’Il était apparu trente ans plus tôt et œuvrait depuis lors. Ça m’a rendue nerveuse et je me suis sentie très en retard, et j’ai donc eu envie de lire davantage la parole de Dieu. Après quelque temps, grâce aux réunions et aux échanges sur la parole de Dieu avec ma sœur, j’ai mieux compris pourquoi Dieu devait venir incarné pour œuvrer dans les derniers jours, comment Il Se servait de Ses paroles pour accomplir l’œuvre du jugement, comment on devait faire l’expérience du jugement pour être purifiés et entrer dans le royaume des cieux, et plus encore. Dieu Tout-Puissant a révélé tous ces mystères et exprimé beaucoup de vérités, ce qui accomplit la prophétie du Seigneur Jésus : « Quand le consolateur sera venu, l’Esprit de vérité, il vous conduira dans toute la vérité » (Jean 16:13). J’ai été encore plus certaine que Dieu Tout-Puissant était la seconde venue du Seigneur Jésus. Après ça, cette sœur m’a envoyé un livre des paroles de Dieu. J’ai lu la parole de Dieu chaque jour et j’y ai trouvé une nourriture spirituelle.

Ensuite, j’ai participé au plus de réunions possible. Mais j’assistais encore aux offices dans mon église Je me suis demandé : « Devrais-je quitter mon église ? » Je me suis demandé : « Devrais-je quitter mon Église ? » Sauf que j’étais une ancienne depuis dix-huit ans. C’étaient des mandats de quatre ans et mon mandat actuel devait encore durer plus d’un an. Que penseraient de moi mes frères et sœurs si je quittais l’église au milieu de mon mandat ? Penseraient-ils que je m’en allais avec désinvolture et que je n’avais aucune loyauté envers le Seigneur ? Mais alors je me suis demandé si je devais rester dans la religion dès lors que le Seigneur était revenu. Je savais très bien que ce que les pasteurs disaient en chaire ne pouvait plus nourrir les croyants. Ils parlaient encore et encore des signes et des miracles du Seigneur Jésus, et ils parlaient souvent d’imiter le Seigneur, d’aimer son prochain, de faire preuve de patience, et ainsi de suite. Les pasteurs prêchaient depuis des décennies ces vieilles paroles de doctrine usées. Ils étaient périmés et desséchés, et je ne pouvais pas non plus nourrir mes frères et sœurs. Je savais très bien que le monde religieux était déjà dévasté. À ce moment-là, j’ai beaucoup hésité, alors j’ai prié Dieu : « Ô Dieu, je veux quitter l’église, mais j’ai encore des doutes et je m’inquiète de ce que mes frères et sœurs diront de moi. Ô Dieu, que dois-je faire ? Guide-moi, s’il Te plaît. » Après avoir prié, j’ai pensé à ce que dit la Bible : « Voici, les jours viennent, […] Où j’enverrai la famine dans le pays, Non pas la disette du pain et la soif de l’eau, Mais la faim et la soif d’entendre les paroles de l’Éternel » (Amos 8:11). « Et moi, je vous ai refusé la pluie, Lorsqu’il y avait encore trois mois jusqu’à la moisson ; J’ai fait pleuvoir sur une ville, Et je n’ai pas fait pleuvoir sur une autre ville ; Un champ a reçu la pluie, Et un autre qui ne l’a pas reçue s’est desséché » (Amos 4:7). J’ai pensé aux sept ans de famine d’Israël, quand il n’y avait rien à manger et que les frères de Joseph étaient tous allés en Égypte pour lui demander de la nourriture. À présent, le monde religieux tout entier souffrait de la famine, était privé de l’œuvre du Saint-Esprit, mais ce que je mangeais et buvais dans l’Église de Dieu Tout-Puissant était les paroles actuelles de Dieu, ce que je gagnais était une vraie lumière et j’avais manifestement la direction du Saint-Esprit. Si je ne pouvais pas suivre, je serais chassée par l’œuvre du Saint-Esprit. J’avais trouvé l’Église qui avait l’œuvre du Saint-Esprit, j’avais entendu la voix de Dieu et j’avais accueilli le Seigneur, alors je ne devais pas rester dans la désolation de la religion. Après ça, sauf quand l’église arrangeait du travail pour moi, je n’y suis plus allée mais, comme j’étais une ancienne, j’allais y faire mes dévotions de temps à autre.

Un jour, six mois plus tard, j’ai regardé une pièce de théâtre sur Internet, Un choix judicieux. L’histoire m’a profondément émue. Le personnage principal, Li Mingzhi, était un cadre municipal du gouvernement. Après avoir accepté l’œuvre de Dieu Tout-Puissant dans les derniers jours, il avait compris certaines vérités. Il avait réfléchi à ses années passées au service du PCC, et à la manière dont il avait fait le mal en le suivant. Il s’était rendu compte qu’il suivait une voie menant à la ruine, et avait clairement vu qu’il ne pouvait gagner la vérité et la vie qu’en suivant Christ et en se dépensant pour Dieu. Il avait alors prié Dieu, en disant qu’il était bien décidé à démissionner de son poste et à se dévouer à Lui. Quand sa femme l’avait découvert, elle s’y était fermement opposée, puis sa famille avait essayé de le forcer à arrêter de croire en Dieu. Acculé par sa famille, il n’avait cédé en rien, il avait débattu avec ses proches et, finalement, il avait résolument démissionné de son poste et choisi de suivre Dieu. Alors j’ai pensé à ma situation. Si je restais dans la religion au lieu de suivre Dieu de tout mon cœur, je ne gagnerais jamais la vérité et je serais chassée par Dieu. En outre, en échangeant sur la vérité, je voyais de plus en plus clairement le fait certain que le monde religieux résistait à Dieu. Je sentais que Dieu me guidait et qu’il était temps que je quitte la religion.

Après avoir accepté l’œuvre de Dieu Tout-Puissant des derniers jours, je me suis souvenue que quelques années plus tôt, l’œuvre de Dieu des derniers jours s’était diffusée à Taïwan. À cette époque, les paroles de Dieu Tout-Puissant avaient été publiées dans les journaux, mais les cercles religieux de Taïwan avaient déclaré conjointement qu’ils boycottaient l’Éclair Oriental, et beaucoup de pasteurs avaient aussi signé cette déclaration. Ces pasteurs savaient depuis longtemps que le Seigneur était revenu, mais ils n’avaient pas cherché ni étudié, et ils n’avaient pas annoncé la nouvelle du retour du Seigneur à leurs croyants. Ils s’étaient aussi alliés pour résister à Dieu et empêcher la diffusion de l’Évangile du Règne de Dieu à Taïwan. Ҫa m’a rappelé les grands prêtres, les scribes et les pharisiens d’il y a deux mille ans. Ils avaient clairement vu que les paroles et l’œuvre du Seigneur Jésus avaient de l’autorité et du pouvoir, mais ils n’avaient pas admis que le Seigneur Jésus était le Messie, parce qu’ils avaient eu peur que tous les croyants suivent le Seigneur Jésus, ce qui leur aurait fait perdre leur statut et leurs revenus. Par conséquent, ils avaient inventé de faux jugements et condamné le Seigneur Jésus. Il se passe la même chose dans le monde religieux d’aujourd’hui. Les pasteurs craignent que tout le monde croie en Dieu Tout-Puissant et arrête d’aller à l’église, que plus personne ne donne d’offrandes et qu’ils n’aient plus de salaire. Alors, pour conserver leur statut et leurs revenus, ils condamnent l’œuvre de Dieu Tout-Puissant dans les derniers jours, tous ensemble, et y résistent. Ҫa m’a rappelé ce que le Seigneur Jésus a dit quand il a maudit les pharisiens : « Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites ! parce que vous fermez aux hommes le royaume des cieux ; vous n’y entrez pas vous-mêmes, et vous n’y laissez pas entrer ceux qui veulent entrer. Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites ! […] Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites ! parce que vous courez la mer et la terre pour faire un prosélyte ; et, quand il l’est devenu, vous en faites un fils de la géhenne deux fois plus que vous » (Matthieu 23:13-15). Ces pasteurs dans la religion savent clairement que le Seigneur est revenu et qu’Il a exprimé de nombreuses vérités, mais ils ne s’y intéressent pas, et ils trompent les autres, leur interdisent d’étudier la nouvelle œuvre de Dieu et empêchent les croyants d’accueillir le Seigneur. Ces dirigeants religieux sont si haïssables ! Ce ne sont pas des gens qui suivent sincèrement le Seigneur, ce sont des pharisiens modernes.

Au cours d’une réunion, j’ai lu ces paroles de Dieu Tout-Puissant : « Certaines gens lisent la Bible dans des églises imposantes et la récitent toute la journée, mais pas un seul d’entre eux ne comprend le but de l’œuvre de Dieu. Aucun d’entre eux n’est capable de connaître Dieu et encore moins capable d’être en accord avec la volonté de Dieu. Ils sont tous des gens vils et inutiles, ils se placent en hauteur pour sermonner Dieu. Ils s’opposent à Dieu volontairement même en portant Son étendard. Affirmant qu’ils croient en Dieu, ils mangent tout de même la chair de l’homme et boivent son sang. Tous ces gens sont des diables qui dévorent l’âme de l’homme, des démons dirigeants qui font intentionnellement obstacle à ceux qui tentent d’emprunter la bonne voie, et des pierres d’achoppement qui entravent le chemin de ceux qui cherchent Dieu. Ils peuvent paraître de “bonne constitution”, mais comment leurs disciples sauront-ils qu’ils ne sont nul autre que des antéchrists qui mènent l’homme à s’opposer à Dieu ? Comment leurs disciples sauront-ils qu’ils sont des démons vivants qui se dévouent à dévorer des âmes humaines ? » (« Tous les gens qui ne connaissent pas Dieu s’opposent à Dieu », dans La Parole apparaît dans la chair). En méditant cette parole de Dieu, j’ai pris conscience que les pasteurs du monde religieux étaient payés grâce aux offrandes que les frères et sœurs font à Dieu, mais qu’ils empêchaient les gens de se tourner vers Dieu et, du coup, gâchaient leur chance d’accueillir le Seigneur et d’entrer dans le royaume des cieux. Ne sont-ils pas juste des diables qui dévorent les âmes des gens ? J’ai aussi pensé qu’à cause de la pandémie, les églises avaient suspendu tous les offices. Pendant une réunion, les pasteurs avaient suggéré de mettre les produits agricoles des frères et sœurs devant le bureau de notre comité pour les vendre, de manière à augmenter les revenus des croyants. Comme ça, les frères et sœurs pourraient continuer à payer leur dîme. Cette idée m’avait mise hors de moi et j’avais objecté fermement. J’avais dit : « En tant que pasteurs, vous devriez vous soucier de la vie des gens. Comment pouvez-vous ne vous intéresser qu’à l’argent ? » Le secrétaire général m’avait répondu : « Quand l’église suspend les réunions, les offrandes des frères et sœurs diminuent, ce qui réduit nettement le revenu de l’église. » J’ai vu que les pasteurs ne se souciaient que de leur salaire et de leur revenu, pas d’abreuver les frères et sœurs ni de renforcer leur foi. Ils étaient les pharisiens hypocrites dont le Seigneur Jésus a parlé. Ils convoitaient les sacrifices que les frères et sœurs offraient à Dieu. Ils ne se souciaient pas de la vie de leurs croyants, ils empêchaient les gens d’accueillir le Seigneur et ils essayaient de conserver une emprise sur leurs croyants. J’ai vu plus clairement le vrai visage des pasteurs. Ces pasteurs religieux n’étaient que des antéchrists qui reniaient Dieu et Lui résistaient. Après de nombreuses années de croyance au Seigneur, je les avais enfin discernés. Je m’étais enfin réveillée. J’ai remercié Dieu pour Sa miséricorde et pour m’avoir offert la chance d’entendre Sa voix et d’accepter Son œuvre dans les derniers jours. Sans ça, j’aurais fait le mal et résisté à Dieu avec les pasteurs, et j’aurais perdu ma chance de salut.

Plus tard, j’ai vu une vidéo de lecture de la parole de Dieu Tout-Puissant. « À l’heure actuelle, comprenez-vous vraiment ce que sont la foi en la religion et la foi en Dieu ? Y a-t-il une différence entre la foi en la religion et la foi en Dieu ? Vous êtes-vous posé la question ? Saisissez-vous ces questions ? À quoi ressemblent habituellement les croyants en la religion ? Qu’est-ce qui est important pour eux ? Comment la foi en la religion peut-elle être définie ? Quand les gens croient en la religion, ils reconnaissent l’existence d’un Dieu, et ils apportent quelques changements à leur comportement : ils ne frappent pas et n’insultent pas, ils ne font pas de mauvaises choses qui pourraient nuire aux gens, et ils ne commettent pas de crimes, quels qu’ils soient, et n’enfreignent pas la loi. Le dimanche, ils assistent aux offices. Voilà comment se comportent les gens qui croient en la religion. Bien se conduire et assister souvent aux offices est alors la preuve que l’on croit en la religion. Quand quelqu’un croit en la religion, il reconnaît qu’il y a un Dieu, et il pense que croire en Dieu, c’est être une bonne personne. Tant qu’il ne pèche pas et n’agit pas mal, il ira au ciel après sa mort, il aura une bonne fin. Sa foi constitue pour lui une nourriture spirituelle. En tant que telle, la foi en la religion peut aussi être définie ainsi : avoir la foi en la religion, c’est reconnaître, dans ton cœur, qu’il existe un Dieu, c’est croire que tu iras au ciel après la mort, cela signifie avoir un soutien affectif dans ton cœur, ainsi que changer un peu ton comportement : être bon, et rien de plus. Quant à savoir si le Dieu auquel cette personne croit existe ou non, ce que ce Dieu est en train de faire maintenant, ce que ce Dieu exige, cette personne n’en a aucune idée, elle suppose et imagine tout cela en se basant sur les doctrines de la Bible. C’est cela, la foi en la religion. La foi en la religion est principalement la recherche des changements comportementaux et de la nourriture spirituelle. Mais le chemin que ces gens suivent – le chemin de la poursuite des bénédictions – n’a pas changé. Il n’y a pas eu de modifications dans leurs points de vue, leurs notions et leur imagination erronés au sujet de la foi en Dieu. Le fondement de leur existence, les buts et la direction qu’ils poursuivent dans leur vie, sont basés sur les idées et les opinions de la culture traditionnelle, et ils n’ont absolument pas changé. C’est ainsi que sont tous ceux qui croient en la religion. Mais alors, qu’est-ce que la foi en Dieu ? Comment Dieu définit-Il la foi en Dieu ? (La confiance en la souveraineté de Dieu). C’est la confiance en l’existence de Dieu, et la confiance en la souveraineté de Dieu. C’est cela qui est primordial. Croire en Dieu, c’est écouter les paroles de Dieu, c’est exister, vivre, accomplir son devoir, et se livrer à toutes les activités d’une humanité normale, comme les paroles de Dieu l’exigent. Cela implique que croire en Dieu, c’est suivre Dieu, faire ce que Dieu demande, vivre selon les exigences de Dieu. Croire en Dieu, c’est suivre la voie de Dieu. Les buts et la direction que poursuivent dans leur vie les gens qui croient en Dieu ne sont-ils pas complètement différents des buts et de la direction de ceux qui croient en la religion ? […] la foi en Dieu doit être conforme aux paroles et aux exigences de Dieu. Les gens doivent pratiquer conformément aux exigences de Dieu. C’est ceci, la vraie foi en Dieu : aller au fond de la question. Pratiquer la vérité, suivre les paroles de Dieu, et vivre selon les paroles de Dieu : c’est cela, le vrai chemin de la vie humaine. La foi en Dieu se rapporte au chemin de la vie humaine. La foi en Dieu se rapporte à tant de vérités, et les fidèles de Dieu doivent comprendre ces vérités ; comment peuvent-ils suivre Dieu s’ils ne les comprennent pas ni ne les acceptent ? Les gens qui ont foi en la religion reconnaissent seulement l’existence de Dieu, et ils croient en l’existence d’un Dieu, mais ils ne comprennent pas ces vérités, ni ne les acceptent, et donc, les gens qui croient en la religion ne sont pas des fidèles de Dieu » (« La croyance en la religion ne conduira jamais au salut », dans Sermons de Christ des derniers jours). Ces paroles de Dieu sont si vraies ! J’ai pensé à moi, dans la religion, sans l’œuvre du Saint-Esprit ni la provision des paroles actuelles de Dieu. Je n’avais pu que me conformer à des règles et des rites religieux, et faire quelques bonnes actions superficielles. Quand je voyais qu’un frère ou une sœur étaient négatifs, je les soutenais. J’apposais souvent les mains sur eux, je priais et participais activement au ministère, et j’avais cru que c’était conforme à la volonté de Dieu. Je n’ai compris qu’après avoir lu les paroles de Dieu que c’était croire en la religion, et non croire en Dieu. Ce n’étaient que de bonnes actions apparentes, ce n’était pas pratiquer la parole de Dieu ni obéir à Dieu, et ça ne changerait pas mon tempérament. Notre labeur n’est qu’une douce illusion. Il ne s’accorde pas avec la volonté de Dieu. Je me suis aussi souvenue que j’avais souvent dit à mes frères et sœurs de poursuivre et de travailler dur pour le Seigneur. Quand ils iraient au ciel, ils géreraient cinq ou dix villes. Après avoir lu la parole de Dieu, j’ai compris que mes prêches étaient absurdes et irréalistes. Aucun de nous n’avait éprouvé le jugement de Dieu dans les derniers jours, nous n’avions pas été purifiés de nos tempéraments corrompus et nous n’étions pas du tout qualifiés pour entrer dans le royaume de Dieu. Les bonnes actions apparentes ne suffisent pas dans la croyance en Dieu. La clé, c’est de faire l’expérience de l’œuvre et des paroles de Dieu, de changer notre tempérament, d’obéir à Dieu et de Le vénérer. Voilà ce qui s’accorde avec la volonté de Dieu. J’ai compris que ma croyance au Seigneur, au sein de la religion, n’avait été qu’une croyance confuse, pas quelque chose que Dieu louerait. Si je continuais à croire en Dieu et à participer à des réunions dans la religion, je ne gagnerais jamais la vérité. Mais alors j’ai pensé que j’avais toujours un travail en tant qu’ancienne, que je devais donc toujours aller à l’église. Si je quittais l’église, je serais sûrement rejetée et méprisée, les autres me manqueraient de respect et penseraient que j’étais infidèle au Seigneur. Cette pensée m’a fait hésiter. J’ai aussi songé à leur dire que j’avais accueilli le Seigneur et accepté Dieu Tout-Puissant, mais je savais que dès que je le dirais, je serais persécutée et entravée par le pasteur et les autres collaborateurs. Mon cœur a beaucoup balancé. Je savais que je quitterais la religion tôt ou tard, mais je ne savais pas comment présenter ma démission. J’ai souvent prié et cherché avec Dieu à ce sujet.

Plus tard, j’ai lu un passage des paroles de Dieu Tout-Puissant : « Dieu cherche ceux qui attendent qu’Il apparaisse. Il cherche ceux qui sont capables d’entendre Ses paroles, ceux qui n’ont pas oublié Son mandat et Lui offrent leur cœur et leur corps. Il cherche ceux qui sont aussi obéissants que des enfants devant Lui et ne Lui résistent pas. Si tu te consacres à Dieu sans en être empêché par aucune puissance ni aucune force, alors Dieu te regardera avec faveur et t’accordera Ses bénédictions. Si tu as une haute position, une réputation honorable, possédant de grandes connaissances, détenteur d’actifs abondants et soutenu par beaucoup de gens, ces choses ne t’empêchent pas pour autant de venir devant Dieu pour accepter Son appel et Son mandat, ni de faire ce qu’Il te demande, alors tout ce que tu feras relèvera de la cause la plus significative sur terre et de l’entreprise la plus juste de toute l’humanité. Si tu rejettes l’appel de Dieu pour ton statut et tes propres objectifs, tout ce que tu fais sera maudit et même méprisé par Lui » (« Dieu préside au destin de toute l’humanité », dans La Parole apparaît dans la chair). Grâce à cette parole de Dieu, j’ai compris que j’avais hésité plusieurs fois à quitter l’église parce que je n’arrivais pas à renoncer à ma position d’ancienne. Grâce à mon statut, mes frères et sœurs m’admiraient et me respectaient. Ils me traitaient différemment et ils pensaient toujours à moi quand il y avait des bénéfices. L’idée de perdre tout ça en quittant l’église m’inquiétait. Je désirais le statut et convoitais ses bénéfices. Ce n’était pas le bon chemin et ça déplaisait à Dieu. J’ai clairement compris que je devais me délivrer des chaînes du statut. Si je ne changeais pas les choses, j’emprunterais le chemin de la résistance à Dieu. Ce n’était pas le résultat que je voulais. Je ne devais plus me soucier de l’estime de mes frères et sœurs. Que les autres aient une haute opinion de moi ne comptait pas. Ce qui comptait, c’était que je puisse gagner l’approbation de Dieu. Je devais être loyale envers Dieu, pas envers le statut. Cette prise de conscience a renforcé ma détermination à quitter l’église.

Un dimanche, je suis allée à l’église comme d’habitude et, après l’office, j’ai dit à tout le monde que je quittais mon poste d’ancienne. Tous ont été surpris et ont essayé de me convaincre de rester. Après ça, certains pasteurs m’ont appelée, et dit qu’être une ancienne était un engagement auprès de Dieu qui ne pouvait être rompu. J’ai pensé : « Le Seigneur est revenu, Il a exprimé de nombreuses vérités et accompli une nouvelle œuvre. Dois-je quand même respecter cet engagement et ne pas accueillir le Seigneur ? » Je me suis souvenue que les grands prêtres, les scribes et les pharisiens servaient Dieu au temple toute l’année, mais quand le Seigneur Jésus était venu œuvrer, ils L’avaient condamné, Lui avaient résisté et L’avaient cloué sur la croix. Était-ce là de la loyauté envers Dieu ? Ces gens n’étaient pas du tout loyaux envers Dieu. Ils Lui résistaient. Aujourd’hui, le Seigneur Jésus est revenu et a exprimé de nouvelles paroles. Si je respectais ce soi-disant « engagement » et restais dans l’église, si je ne suivais pas l’œuvre et les paroles actuelles de Dieu, alors je ne serais pas loyale envers Dieu ! J’ai pensé à cette parole du Seigneur Jésus : « Mes brebis entendent ma voix ; je les connais, et elles me suivent » (Jean 10:27). Les brebis de Dieu doivent écouter Ses paroles et Le suivre sans hésiter. Alors, les pasteurs ont eu beau essayer de me convaincre, je n’ai pas vacillé. Je suis très reconnaissante à Dieu de m’avoir guidée hors de la religion, de m’avoir laissée manger et boire Ses paroles concrètes et de m’avoir accordé l’œuvre du Saint-Esprit, ce qui m’a permis d’éprouver un bien-être et un soulagement sans précédent. Délivrée de mon statut d’ancienne, j’ai cessé de prononcer des paroles de doctrine creuses depuis la chaire. À la place, je me suis concentrée sur le fait de m’équiper de la parole de Dieu Tout-Puissant, et j’ai trouvé chaque journée épanouissante et joyeuse.

La nouvelle que j’avais quitté l’église s’est vite répandue. Deux mois plus tard, j’ai appris qu’une sœur avait posté une vidéo de l’Église de Dieu Tout-Puissant dans un groupe en ligne, alors les pasteurs avaient commencé à boucler l’église et diffusé un message disant que parce que quelqu’un avait quitté l’église, cette dernière devait prendre des précautions contre l’Éclair Oriental. J’ai été triste de l’apprendre et triste pour les pasteurs, mais j’ai été plus certaine que jamais que la plupart des pasteurs, dans la religion, n’aimaient pas la vérité. Par nature, ils sont dégoûtés par la vérité et la haïssent. Ils croient connaître la Bible et Dieu mais, en réalité, ils sont les aveugles qui conduisent les aveugles dans le fossé. Il y a encore beaucoup de brebis de Dieu qui errent et n’accueillent pas le retour du Seigneur. Je devais leur prêcher l’Évangile du Règne, remplir mes responsabilités et rendre à Dieu Son amour. Alors j’ai commencé à prêcher l’Évangile de Dieu des derniers jours et j’ai vu que ceux qui croyaient vraiment en Dieu retournaient vers Lui l’un après l’autre, ce qui m’a rendue très heureuse et enthousiaste. Je sens aussi que chaque journée est riche et pleine de sens. Je remercie Dieu de m’avoir guidée hors de la religion, de m’avoir laissée suivre Ses pas et faire l’expérience de Son œuvre dans les derniers jours. Pour ça, je me sens vraiment bénie.

Voulez-vous accueillir le Seigneur pour devenir la personne la plus chanceuse du monde ? Contactez-nous pour trouver le chemin.

Contenu connexe

Je ne me mets plus en avant

Par Mo Wen, Espagne Je me souviens qu’en 2018, j’étais chargé d’évangéliser pour l’Église, et j’ai ensuite été nommé responsable de ce...

La moisson d’une maladie

Par Zhang Li, Chine L’année 2007 a été un grand tournant dans ma vie. Cette année-là, mon mari a eu un accident de voiture et s’est...

Laisser un commentaire

Contactez-nous par WhatsApp