Dépasser les notions pour accueillir le Seigneur

24 octobre 2022

La première fois que j’ai entendu parler de l’œuvre de Dieu Tout-Puissant des derniers jours était en 2005, à une réunion d’étude biblique. À ce moment-là, le prêtre nous a dit : « Aujourd’hui, il y a une confession qu’on appelle “l’Éclair Oriental.” Ses membres prêchent que Dieu est revenu, qu’Il fait une nouvelle œuvre et qu’il a exprimé de nouvelles paroles. Ils disent aussi que toutes les paroles de la Bible ne sont pas les paroles de Dieu, que certaines sont celles d’êtres humains, et que la Bible est dépassée. » Le prêtre nous a dit que c’était impossible, que toutes les paroles de Dieu se trouvaient dans la Bible, et que les paroles de Dieu n’existaient pas en dehors de la Bible. Il a également cité Paul (2 Timothée 3:16-17), qui dit : « Toute Écriture est inspirée de Dieu et utile pour enseigner, pour reprendre, pour redresser, pour éduquer en la justice, afin que l’homme de Dieu soit parfait, prêt pour toute œuvre bonne. » D’après lui, si l’on se base sur ce verset, toutes les paroles de la Bible sont les paroles de Dieu, ce qui signifie que la Bible représente le Seigneur, que la croyance au Seigneur doit être basée sur la Bible, et que tout ce qui s’écarte de la Bible n’est pas la croyance en Dieu. Il a dit que tout ce qui s’écartait de la Bible était une hérésie et trompait les gens, et il nous a dit que, quoi que nous fassions, nous ne devions pas y croire. Il nous a aussi demandé de prendre soin de notre Église, et de ne pas autoriser nos croyants à avoir des contacts avec ceux qui prêchaient l’Éclair Oriental. À cette époque, j’ai partagé l’avis du prêtre, en fait, parce qu’il est écrit dans la Bible que toutes les Écritures sont inspirées par Dieu. Cela ne signifie-t-il pas qu’elles sont toutes la parole de Dieu ? Les Écritures disent que le ciel et la terre peuvent disparaître, mais que toutes les paroles de Dieu seront réalisées et qu’elles ne disparaîtront jamais. Je me suis dit : « Les membres de l’Éclair Oriental ne lisent pas la Bible et ils s’en sont écartés, donc, ne trompent-ils pas les gens ? » Je pensais que je devais coopérer avec le prêtre pour protéger les fidèles et éviter à nos frères et sœurs d’être trompés. J’ai pensé : « Le prêtre comprend mieux la Bible que moi, ce qu’il dit doit être vrai, donc je devrais faire ce qu’il dit et m’en tenir à la Bible, quoi que je fasse. » C’est pourquoi, à cette époque, j’ai souvent expliqué, lors de réunions, qu’il fallait se tenir sur ses gardes face à l’Éclair Oriental. Je pensais aussi qu’il en allait de ma responsabilité en tant que prêcheuse, et je me méfiais toujours des membres de l’Éclair Oriental qui venaient dans notre Église pour prêcher. J’ai été étonnée quand, peu après, ma mère a accepté l’œuvre de Dieu Tout-Puissant dans les derniers jours.

Peu après l’avoir acceptée, elle est venue me prêcher l’Évangile. Mais quand je l’ai entendue dire qu’il s’agissait de l’Éclair Oriental, je m’y suis montrée particulièrement réfractaire. Je l’ai même contredite, en déclarant : « Maman, pourquoi crois-tu à l’Éclair Oriental ? Le prêtre a toujours dit que l’Éclair Oriental s’écartait de la Bible et que c’était une hérésie. Si tu crois à l’Éclair Oriental, tu trahis le Seigneur. Tu dois confesser tes péchés au Seigneur et te repentir. » Ce à quoi ma mère a répondu : « Sais-tu quelle est vraiment la situation, en ce qui concerne l’Éclair Oriental ? Tu n’as jamais entendu de sermons de l’Éclair Oriental, ni lu les paroles de Dieu Tout-Puissant, pourtant tu juges et condamnes aveuglément l’Éclair Oriental. C’est trop facile de résister à Dieu comme ça. Il y a une prophétie dans la Bible concernant l’Éclair Oriental : “Car, comme l’éclair part de l’orient et apparaît jusqu’à l’occident, ainsi sera l’avènement du Fils de l’homme” (Matthieu 24:27). » Elle m’a dit que l’Éclair Oriental était l’apparition et l’œuvre du Seigneur dans les derniers jours. Quand j’ai entendu ma mère dire ça, j’ai refusé d’écouter quoi que ce soit. Je l’ai même contredite de nouveau. Je lui ai répondu : « Quoi que tu dises, l’Éclair Oriental s’écarte de la Bible et n’est pas la vraie voie. Si nous croyons au Seigneur et que nous ne lisons pas la Bible, est-ce encore croire au Seigneur ? S’écarter de la Bible, c’est trahir le Seigneur. » À l’époque, en voyant mon attitude, ma mère a juste secoué la tête et n’a rien ajouté.

Mais rapidement, mon prêtre a appris que ma mère croyait en Dieu Tout-Puissant. Un jour, après la messe, le prêtre a annoncé à la congrégation que ma mère croyait en Dieu Tout-Puissant, et il a interdit aux membres de la congrégation d’avoir le moindre contact avec elle, pour qu’ils ne contribuent pas à sa méchanceté. À l’époque, je me suis dit que le prêtre faisait ça pour protéger les fidèles, donc, j’ai pris le parti du prêtre et j’ai essayé de convaincre me frères et sœurs. J’ai dit : « Le prêtre fait ça pour notre bien. Nous ne pouvons pas écouter les sermons de l’Éclair Oriental. Même si un parent nous prêche ces sermons, nous ne pouvons pas y croire. Nous devons nous accrocher à la Bible et au nom du Seigneur. Seuls ceux qui endurent jusqu’à la fin seront sauvés. » J’ai également déclaré : « Ma mère m’a prêché ces sermons, mais je n’y croirai jamais. » Quand mes frères et sœurs m’ont entendue dire ça, ils ont aussi déclaré qu’ils n’écouteraient jamais les sermons de l’Éclair Oriental.

Au bout d’un moment, ma mère et ma sœur aînée sont revenues chez moi. Dès que je les ai vues, j’ai dit : « N’essayez plus de me convaincre. Je ne lirai jamais le livre de l’Éclair Oriental. Toutes les paroles de Dieu sont dans la Bible. Comment ce livre pourrait-il être la parole de Dieu ? » Ma sœur a répondu : « Tu dis que ce n’est pas la parole de Dieu sans même y jeter un coup d’œil. C’est un peu trop dogmatique. » Elle a ajouté : « La Bible ne fait que témoigner de Dieu, ce n’est qu’un texte historique qui consigne les paroles et l’œuvre de Dieu à l’ère de la Loi et à l’ère de la Grâce. Comment les paroles et l’œuvre de Dieu dans les derniers jours pourraient-elles être écrites dans la Bible à l’avance ? Aujourd’hui, Dieu Tout-Puissant, le Sauveur, est venu, il a exprimé de nombreuses paroles, et Il fait l’œuvre du jugement en commençant par la maison de Dieu. Les paroles et l’œuvre de Dieu dans les derniers jours se trouvent dans ce livre. Aucun être humain ne peut ouvrir le petit rouleau mentionné dans l’Apocalypse. Il ne peut être ouvert que par l’Agneau. Aujourd’hui, Dieu Tout-Puissant est venu et a ouvert le rouleau, qui est ce livre : Le rouleau ouvert par l’Agneau. » Elle a dit : « Ce livre contient les paroles exprimées par la propre bouche de Dieu. » En entendant ma sœur dire ça, j’ai pensé : « Il y a bien un rouleau mentionné dans l’Apocalypse, donc ce qu’elle dit ne s’écarte pas de la Bible. » Soudain, ce livre ne m’a plus paru si repoussant, mais à la réflexion, il ne m’a toujours pas semblé légitime. Ces gens ne lisaient pas la Bible, après tout. Comment pouvaient-ils croire au Seigneur s’ils s’écartaient de la Bible ? Donc j’ai continué à refuser de le lire. Finalement, après les tentatives répétées de ma mère et de ma sœur pour me convaincre, je n’ai rien pu faire d’autre que de leur permettre, à contrecœur, de me laisser le livre. Mais j’ai quand même réfléchi à ce que ma sœur avait dit au sujet du rouleau dans l’Apocalypse et sur le fait que ce livre contenait les paroles et l’œuvre de Dieu dans les derniers jours. J’ai pensé : « L’Apocalypse porte sur des questions concernant les derniers jours et traite des visions. Très peu de gens osent en parler ou sont capables d’en parler de façon intelligible. » Je me suis dit que le contenu de ce livre devait être très profond et aborder les mystères, donc j’ai eu très envie de lire le livre. Mais je pensais également que croire en Dieu signifiait croire en la Bible. Quelle que soit sa qualité, un livre ne peut pas remplacer la Bible. Donc, à l’époque, j’ai repoussé l’idée de lire ce livre.

Peu après, ma mère est revenue pour me prêcher l’Évangile, mais la maladie mentale de mon frère cadet s’est déclarée au même moment, et j’ai donc tenu ma mère pour responsable de l’apparition de cette maladie. J’ai dit que nous avions perdu la protection du Seigneur parce qu’elle avait trahi le Seigneur. J’ai essayé de la convaincre de confesser ses péchés au Seigneur, de se repentir, et de prier avec moi pour mon frère, de Lui demander de bénir mon frère afin qu’il se rétablisse rapidement. En larmes, ma mère a répondu : « La maladie de ton frère m’attriste beaucoup, moi aussi, mais nous ne pouvons pas croire en Dieu simplement pour gagner Sa grâce et Ses bénédictions. Dieu est le Créateur, et nous devons croire en Lui qu’Il nous accorde ou non grâce et bénédictions. Nous devons être comme Job, qui obéissait à Dieu et louait Son nom qu’il reçoive bénédictions ou désastres. Voilà ce que la foi authentique signifie. » Elle a dit que croire en Dieu Tout-Puissant n’était pas trahir le Seigneur, mais que c’était suivre les pas de l’Agneau et recevoir le Seigneur. Elle a dit qu’elle n’en voulait pas à Dieu pour la maladie de mon frère, et que, quoi qu’il arrive, elle suivrait Dieu jusqu’au bout. En entendant ma mère dire ça, j’ai été très étonnée. Je me suis dit que ce dont nous discutions à l’Église ne concernait que la foi en Dieu pour gagner bénédictions et grâce, alors que ma mère avait parlé avec une compréhension vraiment profonde ce jour-là. Je me suis donc demandée si elle le devait à ce livre. Et puis je me suis demandée quelle sorte de Dieu exactement était Dieu Tout-Puissant. Quel genre de choses Il disait. Alors que quelque chose d’aussi grave était arrivé à notre famille, non seulement ma mère ne se plaignait pas, mais elle avait une foi vraiment forte en Dieu. Et donc le livre a encore plus éveillé ma curiosité. Mais, de nouveau, j’ai pensé à ce que mon prêtre avait dit : il avait dit que, quoi qu’il arrive, nous ne devions pas lire les livres de l’Éclair Oriental, et que tous ceux qui les lisaient s’y feraient prendre sans espoir de retour. Donc, j’hésitais encore, et j’ai de nouveau repoussé l’idée de lire le livre.

Après ça, ma mère est venue me prêcher l’Évangile à de nombreuses reprises. Ça a continué pendant sept ans, mais je n’osais toujours pas investiguer. C’était en septembre 2011. À ce moment-là, j’avais l’impression que mon esprit était stérile, qu’il n’y avait rien de nouveau à prêcher. J’avais lu toutes sortes de livres de sermons, mais ils ne contenaient rien qui puisse m’aider. Chaque fois que je prêchais, je me sentais constamment très angoissée. Je ne savais pas sur quoi prêcher. Je n’avais vraiment aucune idée. Mais je me suis alors soudainement souvenue du livre que ma mère m’avait donné et de la compréhension dont ma mère et ma sœur avaient fait preuve en parlant, toutes choses dont je n’avais jamais entendu parler auparavant, et je me suis sentie profondément émue. J’ai pensé : « Pourquoi n’essaierais-je pas de lire ce livre ? Pourquoi ne pas voir si je peux y trouver de nouvelles idées pour mes sermons ? » J’ai donc ressorti le livre, je l’ai ouvert, et je suis tombée sur un chapitre intitulé « Au sujet de la Bible (3). » Quant à ce que disait ce chapitre, si nous regardions ensemble une vidéo de lecture ? « Aujourd’hui, les gens croient que la Bible est Dieu et que Dieu est la Bible. Ainsi, ils croient aussi que toutes les paroles de la Bible sont les seules paroles de Dieu et qu’elles ont toutes été prononcées par Dieu. Ceux qui croient en Dieu pensent même que les soixante-six livres de l’Ancien et du Nouveau Testament, bien qu’ayant été écrits par des hommes, furent dictés sous l’inspiration de Dieu et qu’ils sont une archive des déclarations du Saint-Esprit. Cela est une compréhension erronée des hommes et n’est pas complètement en accord avec les faits. En fait, à l’exception des livres de la prophétie, la plus grande partie de l’Ancien Testament est un document historique. Certaines des épîtres du Nouveau Testament proviennent de l’expérience des gens et certaines viennent de l’éclairage du Saint-Esprit ; les épîtres pauliniennes, par exemple, sont nées du travail d’un homme, elles sont toutes le résultat de l’éclairage du Saint-Esprit, elles ont été écrites pour les Églises et elles étaient des paroles d’exhortation et d’encouragement pour les frères et sœurs des Églises. Elles ne sont pas des paroles prononcées par le Saint-Esprit. Paul ne pouvait pas parler au nom du Saint-Esprit. Il n’était pas un prophète, encore moins avait-t-il les visions qu’a eues Jean. Ses épîtres furent écrites pour les Églises d’Éphèse, de Philadelphie, de Galatie, et pour d’autres Églises. Et ainsi, les épîtres pauliniennes du Nouveau Testament sont des épîtres que Paul a écrites aux Églises. Elles ne furent pas inspirées par le Saint-Esprit. Elles ne sont pas non plus les paroles directes du Saint-Esprit. Elles ne sont que des paroles d’exhortation, de réconfort et d’encouragement qu’il a écrites pour les Églises au cours de son travail. Ainsi elles sont une archive d’une grande partie de l’œuvre de Paul. Elles ont été écrites pour tous ceux qui sont frères et sœurs dans le Seigneur, pour que les frères et sœurs des Églises de l’époque suivent ses conseils et se conforment à la voie du repentir du Seigneur Jésus. […] Tout ce qu’il a dit d’édifiant et de positif aux gens était juste, mais cela ne représentait pas les paroles du Saint-Esprit et cela ne pouvait pas représenter Dieu. C’est une compréhension totalement erronée et un blasphème grave que les gens traitent les documents fondés sur les expériences d’un homme et les épîtres d’un homme comme étant les paroles prononcées par le Saint-Esprit pour les Églises ! Cela est particulièrement vrai en ce qui concerne les épîtres que Paul a écrites aux Églises, car ses épîtres ont été écrites pour les frères et sœurs en fonction des circonstances et de la situation de chaque Église à l’époque, pour exhorter les frères et sœurs dans le Seigneur, afin qu’ils puissent recevoir la grâce du Seigneur Jésus. Ses épîtres visaient à réveiller les frères et sœurs de ce temps-là. On peut dire que cela était son propre fardeau, le fardeau que le Saint-Esprit lui avait confié ; après tout, il était un apôtre qui dirigeait les Églises de l’époque, qui écrivait des épîtres aux Églises et les exhortait. C’était sa responsabilité. Son identité était simplement celle d’un apôtre qui travaillait et il était simplement un apôtre envoyé par Dieu ; il n’était pas un prophète ni un visionnaire. Pour lui, son propre travail et la vie des frères et sœurs étaient de la plus haute importance. Ainsi, il ne pouvait pas parler au nom du Saint-Esprit. Ses paroles n’étaient pas les paroles du Saint-Esprit, encore moins pourraient-elles être considérées comme les paroles de Dieu, car Paul n’était rien de plus qu’une créature de Dieu, et n’était certainement pas l’incarnation de Dieu. Son identité n’était pas la même que celle de Jésus. Les paroles de Jésus étaient les paroles du Saint-Esprit. Elles étaient les paroles de Dieu, car Son identité était celle de Christ, le Fils de Dieu. Comment Paul pourrait-il être Son égal ? Si les gens considèrent que des épîtres ou des paroles comme celles de Paul sont les paroles du Saint-Esprit, et qu’ils les révèrent comme Dieu, alors on peut seulement dire qu’ils manquent de discernement. Pour parler sans détour : n’est-ce pas simplement un blasphème ? » (Le rouleau ouvert par l’Agneau). « Dire que les expériences de Paul et de Jean étaient mélangées avec leurs idées personnelles ne signifie pas que leurs expériences et leur connaissance venaient de Satan, mais seulement qu’elles contenaient des choses qui venaient de leurs expériences et idées personnelles. Leur connaissance était liée au contexte de leurs expériences réelles à l’époque. Qui pourrait dire avec confiance que tout venait du Saint-Esprit ? Si les quatre Évangiles sont tous venus du Saint-Esprit, alors pourquoi est-ce que Matthieu, Marc, Luc et Jean ont rapporté des choses différentes au sujet de l’œuvre de Jésus ? Si vous ne croyez pas cela, alors regardez les récits de la Bible où Pierre renie le Seigneur à trois reprises : ils sont tous différents et chacun a ses propres caractéristiques. […] Lis les quatre Évangiles attentivement. Lis ce qu’ils rapportent sur les choses que Jésus a faites et les paroles qu’Il a prononcées. Chaque récit est tout simplement différent et chacun a son propre point de vue. Si ce qui a été écrit par les auteurs de ces livres est complètement venu du Saint-Esprit, alors tout devrait être pareil et cohérent. Pourquoi alors y a-t-il des incohérences ? » (« Concernant les appellations et l’identité », dans Le rouleau ouvert par l’Agneau). Honnêtement, cela m’a fait un choc. C’était la première fois que je voyais la Bible décrite de cette façon, en disant que mis à part les livres de prophétie et les paroles du Seigneur Jésus dans les quatre Évangiles, qui sont les paroles de Dieu, le reste – comme les lettres de Paul, et les comptes rendus de la prédication du Seigneur Jésus dans les quatre Évangiles – avait entièrement été écrit par des gens, et était l’histoire de l’œuvre de Dieu et l’expérience des gens quant à leur propre œuvre. Ces mots étaient tous des mots d’êtres humains. Et c’est vrai, les humains sont des êtres créés, Dieu est le Créateur, leur statut et leur essence sont différents. On ne peut pas dire que les lettres écrites par des gens sont les paroles de Dieu, et c’est un blasphème de les appeler des paroles de Dieu. J’ai songé à la façon dont, pendant tant d’années, j’avais cru que toutes les paroles de la Bible étaient les paroles de Dieu. Cela ne voulait-il pas dire que je blasphémais Dieu ? Mais, une nouvelle fois, je me suis dit : « Même si la Bible a été écrite par des gens, elle a été inspirée par Dieu, et il y a une base biblique qui permet de le dire. » Donc j’ai réfléchi, je devais prendre position fermement, je ne pouvais pas rester indécise comme ça. Mais de nouveau, je me suis souvenue que Dieu Tout-Puissant avait dit que les quatre Évangiles et les lettres des apôtres étaient les récits individuels de ce qu’ils avaient vu et vécu. Qui pouvait oser dire que ces récits émanaient entièrement du Saint-Esprit ? Puis je me suis souvenue des paroles de Paul dans la Bible disant à Timothée de boire du vin. Timothée avait l’estomac fragile et souffrait souvent de maux de ventre, donc Paul lui a dit de boire le vin pour se protéger contre le froid et se réchauffer l’estomac. J’ai également pensé au compte rendu de la façon dont le Seigneur avait choisi Pierre. J’ai pensé : « Si toute la Bible avait été inspirée par Dieu, elle serait au-delà de ce que les êtres humains pourraient écrire, mais la suggestion faite par Paul de boire du vin pour se réchauffer l’estomac relève du bon sens. Pas besoin d’être inspiré pour ça. La façon dont Pierre a suivi le Seigneur ne nécessitait pas non plus l’inspiration de Dieu. D’autres ont simplement noté comment il avait suivi le Seigneur. » Donc je me suis dit : « Ce que dit ce livre, que la Bible n’est pas entièrement inspirée par Dieu, est-il vraiment exact ? Comment était-ce possible ? Toute la Bible est inspirée par Dieu, et sa totalité est la parole de Dieu. Ce point de vue est resté valable pendant deux mille ans. Ce n’est pas seulement ma confession qui accepte cette opinion, c’est ce que pense tout le monde religieux. Le monde religieux tout entier pourrait-il vraiment se tromper à ce sujet ? » Puis je me suis dit : « Pour ce qui est de la façon dont Pierre a été appelé, l’Évangile de Matthieu affirme qu’il a été appelé personnellement par le Seigneur, alors que l’Évangile de Jean déclare que Pierre a été présenté au Seigneur par Jean le Baptiste. Chaque évangile raconte une histoire différente. » J’ai pensé : « Si la Bible a été inspirée par Dieu, pourquoi y a-t-il des comptes rendus différents des mêmes choses ? Dieu inspirerait-Il vraiment des choses différentes à des gens différents ? » Grâce à ça, j’ai compris que les paroles de la Bible n’étaient pas toutes les paroles de Dieu.

À cet instant, j’ai immédiatement compris que l’opinion que je défendais depuis des années – que toutes les paroles de la Bible étaient les paroles de Dieu – était profondément erronée. Je m’étais accrochée à cet avis en refusant de lâcher prise, et j’avais traité les paroles des gens dans la Bible comme la parole de Dieu. N’était-ce pas là résister à Dieu et Le blasphémer ? J’avais tellement travaillé et donné tant de sermons, pourtant j’avais appris aux gens à obéir aux paroles de Paul et d’autres personnes dans la Bible comme s’il s’agissait de la parole de Dieu, en supposant pendant tout ce temps que j’avais gagné du mérite devant Dieu et que Dieu se souviendrait de tout ce que j’avais fait. J’avais été si aveugle et ignorante ! J’avais induit les frères et sœurs en erreur pendant tant d’années. N’avais-je pas détourné tout le monde du droit chemin ? Je me suis dit : « Comment vais-je rendre compte à Dieu ? » J’avais résisté à Dieu et fait preuve d’une telle méchanceté devant Lui, et je ne ressentais que crainte et terreur. À ce moment-là, je me suis agenouillée en larmes devant Dieu et j’ai prié pour confesser mes péchés. J’ai dit : « Seigneur Jésus, pendant tant d’années, j’ai constamment traité les paroles des gens dans la Bible comme s’il s’agissait des Tiennes. J’avais tort. Je Te confesse mes péchés et je me repens. S’il Te plaît, aie pitié de moi et pardonne mes péchés. Si Tu es vraiment revenu en tant que Dieu Tout-Puissant, je souhaite l’accepter. S’il Te plaît, éclaire-moi pour que je puisse déterminer d’après ces paroles s’il s’agit bien de Toi. »

Après avoir prié, je me suis sentie un peu plus calme, et j’ai décidé de chercher dans ces paroles. Par la suite, j’ai lu des passages de la parole de Dieu. Dieu Tout-Puissant dit : « L’œuvre de Dieu à chaque ère a des limites claires ; Il ne fait que l’œuvre de l’ère en cours et ne réalise jamais à l’avance l’œuvre de l’étape suivante. Ce n’est que de cette manière que Son œuvre représentative de chaque ère peut être mise en évidence. Jésus a parlé uniquement des signes des derniers jours, de la manière d’être patient et d’être sauvé, de se repentir et de se confesser, aussi de la manière de porter la croix et d’endurer la souffrance. Il n’a jamais dit comment l’homme devait acquérir l’entrée dans les derniers jours ni comment il devait chercher à satisfaire la volonté de Dieu. Donc, n’est-ce pas ridicule de chercher dans la Bible l’œuvre de Dieu des derniers jours ? Que peux-tu voir en t’accrochant seulement à la Bible ? Qu’il soit un exégète de la Bible ou un prédicateur, qui pourrait connaître l’œuvre d’aujourd’hui à l’avance ? » (« Comment l’homme qui a délimité Dieu dans ses notions peut-il recevoir les révélations de Dieu ? », dans Le rouleau ouvert par l’Agneau). « L’œuvre de Dieu est en progression constante. Elle ne peut pas simplement s’arrêter à l’époque de Paul et de Pierre ou rester éternellement à l’ère de la Grâce, dans laquelle Jésus a été crucifié. Ainsi, ces livres ne conviennent qu’à l’ère de la Grâce, non à l’ère du Règne des derniers jours. Ils ne peuvent servir qu’aux croyants de l’ère de la Grâce, non aux saints de l’ère du Règne. Quelle que soit leur valeur, ils sont dépassés » (« Au sujet de la Bible (4) », dans Le rouleau ouvert par l’Agneau). « Si tu veux voir l’œuvre de l’ère de la Loi, voir comment les Israélites ont suivi le chemin de l’Éternel, alors tu dois lire l’Ancien Testament ; si tu veux comprendre l’œuvre de l’ère de la Grâce, alors tu dois lire le Nouveau Testament. Mais comment peux-tu voir l’œuvre des derniers jours ? Tu dois accepter la direction du Dieu d’aujourd’hui et entrer dans l’œuvre d’aujourd’hui, car c’est une nouvelle œuvre et personne ne l’a écrite à l’avance dans la Bible. Aujourd’hui, Dieu est devenu chair et a choisi d’autres élus en Chine. Dieu œuvre dans ces gens, Il continue Son œuvre sur la terre, continue l’œuvre de l’ère de la Grâce. L’œuvre d’aujourd’hui est un chemin que l’homme n’a jamais foulé et une voie que personne n’a jamais vue. C’est une œuvre qui n’a jamais été faite auparavant, c’est l’œuvre de Dieu la plus récente sur la terre. Ainsi, une œuvre qui n’a jamais été faite auparavant n’est pas dans l’histoire, car le présent est le présent et n’est toujours pas devenu le passé. Les gens ne savent pas que Dieu a fait une nouvelle œuvre plus grande sur la terre, à l’extérieur d’Israël, que cette œuvre dépasse déjà Israël et les prévisions des prophètes, que c’est une œuvre nouvelle et merveilleuse en dehors des prophéties, une œuvre plus récente au-delà d’Israël, une œuvre que les gens ne peuvent ni percevoir ni imaginer. Comment la Bible pourrait-elle rapporter explicitement cette œuvre ? Qui aurait pu écrire à l’avance chaque petite partie de l’œuvre d’aujourd’hui, sans omissions ? Qui pourrait rapporter cette œuvre plus puissante et plus sage qui défie les conventions du vieux livre moisi ? L’œuvre d’aujourd’hui ne fait pas partie de l’histoire, et ainsi, si tu veux emprunter le nouveau chemin d’aujourd’hui, alors tu dois sortir de la Bible, tu dois dépasser les livres prophétiques ou historiques dans la Bible. Alors seulement pourras-tu parcourir correctement le nouveau chemin, et alors seulement pourras-tu entrer dans le nouveau royaume et la nouvelle œuvre. Tu dois comprendre pourquoi, aujourd’hui, Il t’est demandé de ne pas lire la Bible, pourquoi il existe une autre œuvre distincte de la Bible, pourquoi Dieu ne cherche pas de nouvelles pratiques plus détaillées dans la Bible et pourquoi une plus grande œuvre existe à l’extérieur de la Bible. Vous devez comprendre tout cela » (« Au sujet de la Bible (1) », dans Le rouleau ouvert par l’Agneau). Cela m’a fait comprendre qu’à chaque étape de la nouvelle œuvre de Dieu, la vieille œuvre devient dépassée. À chaque nouvelle ère, Dieu accomplit une nouvelle œuvre et a de nouvelles exigences envers les gens, et certaines des vieilles règles et certains des vieux règlements n’ont pas besoin d’êtres observés car ils sont dépassés et ne s’appliquent pas à la nouvelle ère. Cela m’a rappelé que dans l’ère de la Loi de l’Ancien Testament, Dieu S’était servi de Moïse pour promulguer la loi afin d’être obéi. Si quelqu’un violait la loi, il devait faire des sacrifices pour expier ses péchés, sinon il était puni. Les gens de cette ère obéissaient à la loi conformément aux exigences de Dieu, que personne n’osait enfreindre. À l’ère de la Grâce, du Nouveau Testament, Dieu S’est incarné et a été crucifié comme sacrifice d’expiation pour l’homme, ce qui a racheté les gens d’un état de péché. Si une personne péchait, il lui suffisait de prier au nom du Seigneur, de se confesser et de se repentir. Ses péchés étaient alors pardonnés et il n’était plus nécessaire de faire des offrandes. Cette personne n’était pas non plus condamnée par Dieu pour ne pas avoir obéi à la loi. Donc, pour les gens de l’ère du Nouveau Testament, certaines exigences de l’ère de l’Ancien Testament n’étaient-elles pas dépassées ? Si les gens de l’ère du Nouveau Testament conservaient les règles de l’Ancien Testament et refusaient les paroles et l’œuvre du Seigneur Jésus, n’étaient-ils pas éliminés ? Je pensais autrefois que croire en Dieu nécessitait de s’en tenir à la Bible, et que nous ne pouvions pas nous écarter de la Bible, quelles que soient les circonstances. Mais maintenant, Dieu fait une nouvelle œuvre et il a exprimé de nouvelles paroles, donc, en persistant à m’en tenir à La Bible, ne m’accrochais-je pas simplement au passé ? Je pensais que m’écarter de la Bible signifiait que je ne croyais pas en Dieu. Mais ce point de vue était absurde, n’est-ce pas ? Ces passages disaient aussi que l’Ancien et le Nouveau Testaments consignaient l’œuvre accomplie par Dieu, et que lorsque Dieu avait achevé Son œuvre, les disciples avaient noté l’œuvre que Dieu avait faite et les paroles qu’Il avait prononcées, et que les générations suivantes avaient compilé ces récits pour créer la Bible. Le Seigneur a promis qu’Il reviendrait dans les derniers jours, alors comment les nouvelles paroles et la nouvelle œuvre de Dieu dans les derniers jours pouvaient-elles être écrites à l’avance dans la Bible ? Plus je réfléchissais à ces paroles, plus je me rendais compte qu’elles étaient conformes aux faits. Ces paroles étaient exactes, ce qui m’a encore plus convaincue que les nouvelles paroles et la nouvelle œuvre de Dieu pouvaient exister en dehors de la Bible. Auparavant, je pensais qu’il n’y aurait plus de paroles de Dieu en dehors de la Bible. C’était faux, simplement le fruit de ma propre notion et de mon imagination.

Pendant deux mille ans, personne n’avait été capable d’analyser la Bible aussi minutieusement, sur une base aussi solide, ni été capable de révéler ces mystères. Comment un humain aurait-il pu le faire, ou aurait-il pu parler avec une telle autorité ? N’était-ce pas la voix de Dieu ? À cet instant, je me suis sentie pleine d’enthousiasme, comme si on m’avait confié un trésor. J’ai serré le livre des paroles de Dieu dans mes bras en le chérissant profondément. Ensuite, j’ai continué à lire Le rouleau ouvert par l’Agneau. Du matin au soir, je lisais en priant et en cherchant. Plus je lisais, plus je sentais que ces paroles étaient merveilleuses. C’étaient des choses que je n’avais pas entendues ou comprises en plus de vingt ans de croyance dans le Seigneur. Plus je lisais, plus je ressentais un désir ardent. C’était comme si on avait allumé un feu dans mon cœur. Quand j’ai commencé à lire, je n’ai plus voulu m’arrêter. J’avais tant gagné grâce à quelques courts passages seulement, et j’avais l’impression que ces passages étaient peut-être vraiment les paroles exprimées par le Seigneur revenu. À ce moment-là, j’ai voulu demander à certains de mes collaborateurs de chercher avec moi, mais je me suis rendu compte que mes collaborateurs écoutaient tous le prêtre et étaient opposés à l’Éclair Oriental. Ils n’auraient pas investigué en adoptant une attitude de recherche, donc j’ai abandonné l’idée de chercher avec eux. À la place, j’ai prié le Seigneur en silence et je Lui ai demandé de me guider.

Ensuite, j’ai lu un passage de la parole de Dieu Tout-Puissant. « Dans le jugement commençant par la maison de Dieu, évoqué dans des temps anciens, “jugement”, dans ces paroles, fait référence au jugement que Dieu porte aujourd’hui sur ceux qui viennent devant Son trône dans les derniers jours. Il y en a peut-être certains qui croient en ces fantaisies surnaturelles telles que lorsque les derniers jours seront arrivés, Dieu dressera une grande table dans les cieux, sur laquelle sera étendue une nappe blanche, puis, assis sur un grand trône, tous les hommes agenouillés sur le sol, Il révélera les péchés de chaque homme et ainsi déterminera s’ils doivent monter au ciel ou être jetés dans l’étang de feu et de soufre. Peu importe ce que l’homme imagine, cela ne peut pas altérer l’essence de l’œuvre de Dieu. Les fantaisies de l’homme ne sont rien d’autre que les constructions des pensées de l’homme ; elles viennent du cerveau de l’homme, résumées et reconstituées à partir de ce que l’homme a vu et entendu. Je dis donc que, si brillantes que soient les images conçues, elles ne sont que des dessins et sont incapables de remplacer le plan de l’œuvre de Dieu. L’homme, après tout, a été corrompu par Satan, alors comment pourrait-il sonder les pensées de Dieu ? […] Tout le monde s’imagine que l’œuvre de jugement de Dieu est miraculeuse. Sais-tu, cependant, qu’à l’heure où Dieu a commencé l’œuvre du jugement parmi les hommes depuis longtemps, tu restes blotti dans la léthargie ? Qu’à l’heure où tu penses que l’œuvre de jugement de Dieu aura officiellement commencé, Dieu aura déjà renouvelé le ciel et la terre ? À ce moment-là, tu viendras peut-être tout juste de comprendre le sens de la vie, mais l’œuvre impitoyable de la punition par Dieu t’amènera, encore profondément endormi, en enfer. C’est seulement alors que tu réaliseras soudainement que l’œuvre de jugement de Dieu est déjà terminée » (« Christ réalise l’œuvre du jugement avec la vérité », dans Le rouleau ouvert par l’Agneau). Quand j’ai lu ce passage pour la première fois, je ne l’ai pas compris. J’ai pensé : « L’œuvre de jugement de Dieu dans les derniers jours n’est-elle pas accomplie depuis un grand trône blanc quand Il juge tout le monde ? Ce qui a une base biblique. Comment cela pourrait-il venir de l’imagination humaine ? Et c’est ce que tout le monde religieux pense. » Mais ces paroles disaient que l’œuvre de jugement de Dieu avait déjà commencé. Il me semblait que ces paroles infirmaient l’avis de tout le monde religieux, donc je ne pouvais pas subitement l’accepter. Mais j’ai réfléchi à ce que disait la Bible : « La lettre tue, mais l’esprit vivifie » (2 Corinthiens 3:6). Cela voulait dire que je ne pouvais pas établir des règles basées sur un sens littéral. En plus, ce que prêche le monde religieux n’était pas nécessairement exact. Le monde religieux soutient que toutes les paroles de la Bible sont les paroles de Dieu, mais n’était-il pas déjà établi que ce point de vue était faux ? J’ai pensé qu’il devait y avoir un mystère dans ces paroles, et je devais donc chercher dans ces paroles comment au juste le Seigneur jugeait tout le monde dans les derniers jours, au lieu de me fier entièrement au prêtre et aux prêcheurs. Alors j’ai prié le Seigneur et je Lui ai demandé de me guider.

Un jour, j’ai vu ce passage dans le livre : Dieu Tout-Puissant dit : « Est-ce que Dieu œuvre selon les notions de l’homme, ou œuvre-t-Il à l’encontre des notions de l’homme ? Toutes les notions de l’homme ne viennent-elles pas de Satan ? L’homme entier n’a-t-il pas été corrompu par Satan ? Si Dieu faisait Son œuvre selon les notions de l’homme, Dieu ne deviendrait-Il pas alors Satan ? Ne serait-Il pas de la même espèce que Ses propres créations ? Puisque Ses créations sont désormais tellement corrompues par Satan que l’homme est devenu l’incarnation de Satan, si Dieu œuvrait selon les choses de Satan, n’aurait-Il pas alors pactisé avec Satan ? Comment l’homme peut-il comprendre l’œuvre de Dieu ? Par conséquent, Dieu n’œuvrerait jamais selon les notions de l’homme et n’œuvrerait jamais comme tu l’imagines » (« La vision de l’œuvre de Dieu (3) », dans Le rouleau ouvert par l’Agneau). En réfléchissant sans cesse à ces paroles, j’ai ressenti une douleur déchirante et une profonde culpabilité. De fait, Dieu ne fait pas les choses selon les notions et imaginations humaines. Je me suis souvenue qu’il est dit dans la Bible : « O profondeur inépuisable et de la sagesse et de la science de Dieu ! Que ses jugements sont insondables et ses voies incompréhensibles ! Car “qui a connu la pensée du Seigneur ou qui a été son conseiller ?” » (Romains 11:33-34). « Car mes pensées ne sont pas vos pensées, et vos voies ne sont pas Mes voies, ‒ oracle de l’Éternel. Autant les cieux sont élevés au-dessus de la terre, autant Mes voies sont élevées au-dessus de vos voies et Mes pensées au-dessus de vos pensées » (Esaïe 55:8-9). Dans le livre « Questions et réponses à propos du Témoignage de l’Évangile du Règne », les frères et sœurs de l’Église de Dieu Tout-Puissant disent dans leur échange que les Israélites attendaient tous avec impatience la venue du Messie, mais que, du fait de leurs propres notions et imaginations, ils pensaient que le Messie naîtrait dans le palais quand Il viendrait, qu’Il serait majestueux et extraordinaire, qu’Il les guiderait dans la bataille, comme le roi David, et qu’Il les affranchirait de la domination romaine. Mais quand le Seigneur Jésus est venu, Il est né dans une étable, pas dans un palais, et Il n’a pas guidé les gens en faisant la guerre, mais, à la place, Il a enseigné l’humilité et la patience, et demandé aux gens de confesser leurs péchés et de se repentir. C’est parce que la venue du Seigneur Jésus ne concordait pas avec les notions des hommes, et qu’elle n’avait rien à voir avec ce qu’ils avaient imaginé, qu’ils L’ont renié, calomnié, rejeté, et finalement cloué sur la croix, devenant des pécheurs éternels qui attendaient impatiemment la venue du Messie, et pourtant Lui résistaient et Le condamnaient. Quand j’ai lu ces paroles, j’ai été très émue. Effectivement, les pensées de Dieu nous sont vraiment incompréhensibles, et l’œuvre de Dieu est complètement au-delà de ce que les êtres humains peuvent imaginer ! Je devais me mettre en retrait et chercher sérieusement comment le Seigneur accomplit l’œuvre du jugement pour éviter de commettre les mêmes erreurs que les Israélites.

Plus tard, j’ai lu deux passages supplémentaires des paroles de Dieu. Dieu Tout-Puissant dit : « Christ des derniers jours utilise une variété de vérités pour enseigner à l’homme, exposer l’essence de l’homme et disséquer les mots et les actes de l’homme. Ces paroles comprennent diverses vérités, telles que le devoir de l’homme, comment l’homme doit obéir à Dieu, comment l’homme doit être fidèle à Dieu, comment l’homme doit vivre une humanité normale, ainsi que la sagesse et le tempérament de Dieu, et ainsi de suite. Ces paroles sont toutes axées sur l’essence de l’homme et son tempérament corrompu. En particulier, les paroles qui exposent comment l’homme rejette Dieu sont prononcées au sujet de la manière dont l’homme est une incarnation de Satan et une force ennemie contre Dieu. En entreprenant Son œuvre de jugement, Dieu ne fait pas que préciser ce qu’est la nature de l’homme par quelques mots ; Il l’expose, le traite et l’émonde à long terme. Toutes ces différentes méthodes d’exposition, de traitement et d’émondage ne peuvent pas être remplacées par des mots ordinaires, mais par la vérité dont l’homme est totalement dépourvu. Seules des méthodes comme celles-ci peuvent être qualifiées de jugement ; c’est seulement par un jugement de ce genre que l’homme peut être maîtrisé et entièrement convaincu au sujet de Dieu, et acquérir de surcroît une vraie connaissance de Dieu » (« Christ réalise l’œuvre du jugement avec la vérité », dans Le rouleau ouvert par l’Agneau). « Certains croient que Dieu viendra éventuellement sur la terre et apparaîtra aux hommes, après quoi Il jugera personnellement l’ensemble de l’humanité, testant les êtres humains un par un sans en omettre aucun. Ceux qui pensent ainsi ne connaissent pas l’étape de l’œuvre de l’incarnation. Dieu ne juge pas les hommes un par un et ne teste pas les hommes un par un ; cela ne serait pas l’œuvre du jugement. Toute l’humanité n’est-elle pas également corrompue ? Toute l’humanité n’a-t-elle pas la même essence ? Ce qui est jugé, c’est l’essence corrompue de l’humanité, l’essence corrompue de l’homme par Satan et tous les péchés de l’homme. Dieu ne juge pas les défauts insignifiants et négligeables de l’homme. L’œuvre du jugement est représentative et ne vise pas une certaine personne en particulier. Au contraire, c’est une œuvre par laquelle des personnes en groupe sont jugées pour représenter le jugement de toute l’humanité. En effectuant personnellement Son œuvre sur un groupe de personnes, Dieu dans la chair utilise Son œuvre pour représenter le travail de l’ensemble de l’humanité, après quoi elle est progressivement répandue. Ainsi est également faite l’œuvre du jugement. Dieu ne juge pas un certain type de personnes ou un certain groupe de personnes, mais juge plutôt l’injustice de toute l’humanité, l’opposition de l’homme à Dieu par exemple, ou l’irrévérence de l’homme à Son égard, ou la perturbation de l’œuvre de Dieu, et ainsi de suite. Ce qui est jugé, c’est l’essence d’opposition de l’humanité à Dieu et ce travail est l’œuvre de la conquête dans les derniers jours. L’œuvre et la parole de Dieu incarné dont l’homme est le témoin sont l’œuvre du jugement devant le grand trône blanc pendant les derniers jours, ce qui a été conçu par l’homme dans le passé. L’œuvre qui est faite actuellement par le Dieu incarné est exactement le jugement devant le grand trône blanc » (« L’humanité corrompue a davantage besoin du salut du Dieu incarné », dans Le rouleau ouvert par l’Agneau). Après avoir lu ces paroles, j’ai été abasourdie. C’est seulement en lisant l’échange qui explique comment Dieu accomplissait l’œuvre du jugement dans le livre Questions et réponses à propos du Témoignage de l’Évangile du Règne que j’ai finalement compris. Avant, je croyais que Dieu se tiendrait assis sur un grand trône blanc tandis que chaque personne s’agenouillerait devant Lui, et qu’Il jugerait chaque personne pour ses péchés. Mais c’était le fruit de ma propre notion et de mon imagination. Combien de temps faudrait-il à Dieu pour juger chaque personne comme ça ? Pourquoi Dieu ferait-il une œuvre aussi inutile ? Dieu ne juge pas les gens comme ça dans Son jugement des derniers jours. Il exprime la vérité pour accomplir l’œuvre du jugement. Il vise la nature pécheresse et les tempéraments sataniques en nous dans ce qu’Il juge et révèle, pour résoudre à la racine les problèmes du péché et de la résistance à Dieu. Si nous acceptons uniquement la rédemption du Seigneur Jésus sans accepter l’œuvre de jugement de Dieu dans les derniers jours, alors la racine de notre péché ne sera jamais résolue, nous serons pris au piège dans un cycle de péchés et de confessions, et nous n’échapperons jamais à l’esclavage du péché. La Bible dit : « Car le salaire du péché, c’est la mort » (Romains 6:23). « La sainteté, sans laquelle personne ne verra le Seigneur » (Hébreux 12:14). Je me suis rendu compte que si je croyais au Seigneur sans accepter Son jugement dans les derniers jours, je n’échapperais jamais à l’esclavage du péché, je serais indigne de voir le visage du Seigneur, et je ne serais pas qualifiée pour être enlevée dans Son royaume. J’ai pensé que l’œuvre de jugement de Dieu était très significative. À ce moment-là, plus j’ai lu ces paroles, plus mon cœur s’est éclairé. J’ai compris que les paroles de Dieu Tout-Puissant étaient la vérité, et qu’il n’y avait pas de gens spirituels dans le monde religieux capables d’expliquer comment Dieu ferait pour juger les gens quand Il reviendrait. Aujourd’hui, Dieu Tout-Puissant est venu, et Il accomplit l’œuvre du jugement en commençant par la maison de Dieu, et Il a exprimé tant de vérité pour révéler toutes ces vérités et tous ces mystères. Qui, à part le Seigneur revenu, prononçant Ses propres paroles, pourrait expliquer ces choses aussi clairement ? C’est là l’œuvre de Dieu Lui-même, et seul Dieu Lui-même connaît ces choses. Et donc, après que j’ai investigué pendant un certain temps, peu à peu, la parole de Dieu a dissipé ces notions religieuses que je soutenais. Depuis lors, je suis entièrement convaincue de cette nouvelle étape de l’œuvre que Dieu Tout-Puissant accomplit. Au cours de ma vie, j’ai eu la chance d’entendre la voix de Dieu et d’accueillir le retour du Seigneur. C’est particulièrement touchant pour moi, et ça me donne envie de sauter de joie !

Dieu soit loué ! Si Dieu n’avait pas exprimé tant de nouvelles paroles qui m’ont permis de comprendre la vérité et de me rendre compte que je m’accrochais à des notions fallacieuses, j’aurais pu mourir sans me repentir, continuer à écouter mon prêtre et à refuser d’investiguer la nouvelle œuvre de Dieu. À ce moment-là, je me suis dit que je devais apprendre à davantage de frères et sœurs la bonne nouvelle du retour du Seigneur, pour qu’ils puissent échapper à l’esclavage du prêtre, ne pas subir les entraves des notions religieuses, et recevoir le retour du Seigneur. Ensuite, j’ai prêché l’Évangile avec mes frères et sœurs et j’ai amené des dizaines de gens de ma confession d’origine à la maison de Dieu. Quand je repense à ces sept années, je me dis que non seulement je refusais d’investiguer l’œuvre de Dieu Tout-Puissant dans les derniers jours, mais que j’inculquais aussi à mes frères et sœurs de nombreuses notions et idées fausses, qui les induisaient en erreur et les empêchaient d’investiguer la vraie voie. En me rappelant à quel point j’ai résisté à Dieu et j’ai fait preuve d’une grande méchanceté, j’éprouve un profond regret. Je ne pourrai jamais effacer la tache de ma rébellion contre Dieu et de ma résistance envers Lui pendant tant d’années. Je me rends compte maintenant à quel point ces notions religieuses nuisent aux gens ! Si nous ne renonçons pas à ces notions religieuses pour chercher la vérité, nous ne serons jamais capables de recevoir le Seigneur revenu. Je suis reconnaissante que Dieu ait eu pitié de moi, qu’Il m’ait permis d’échapper à ces notions religieuses, et qu’Il m’ait donné la chance de revenir à Dieu Tout-Puissant. À l’avenir, je ferai tout ce que je peux pour prêcher l’Évangile afin de rendre à Dieu Son amour. Rendons grâce à Dieu !

Voulez-vous accueillir le Seigneur pour devenir la personne la plus chanceuse du monde ? Contactez-nous pour trouver le chemin.

Contenu connexe

Laisser un commentaire

Contactez-nous par WhatsApp