L’opinion « on doit être félicité pour son dur travail, si ce n’est pour son mérite » est-elle conforme à la vérité ?

17 mai 2024

Par En Yu, Chine

Au début du mois d’août 2022, à la fin de l’une de nos réunions, Sœur Wang Jing a dit : « Zhang Min s’est isolée pour réfléchir chez elle. » Lorsque j’ai entendu cela, j’ai demandé : « Que se passe-t-il ? » Wang Jing a dit : « Lorsque les frères et sœurs évoquaient l’apparition de problèmes dans son devoir, Zhang Min refusait systématiquement de l’accepter et argumentait même pour se défendre. Elle provoquait un scandale, pleurait et causait de l’esclandre, et elle reportait même sa frustration sur son devoir. En conséquence, le travail ne pouvait plus avancer normalement et cela engendrait des perturbations dans la vie d’Église. Si elle ne réfléchit pas pour essayer de mieux se connaître et essaie toujours de se défendre, elle devra sans doute être exclue. » Mais lorsque j’ai entendu cela, j’ai été très surprise. Je pensais que Zhang Min avait toujours renoncé et s’était toujours dépensée pendant toutes ses années de croyance en Dieu, et que lorsqu’elle abreuvait les nouveaux arrivants, elle était aimante et agréable. Même s’il était tard, lorsqu’un nouvel arrivant avait un problème, elle faisait tout ce qu’elle pouvait pour échanger avec lui pour le résoudre, et elle n’abandonnait pas son devoir, même lorsqu’elle avait un problème familial. Même si elle n’acceptait pas la vérité maintenant, peut-être ne reconnaissait-elle pas encore cela. Si elle essayait de réfléchir et finissait par le reconnaître, ne serait-ce pas une bonne chose ? Elle ne méritait pas d’être exclue. Si quelqu’un comme elle était exclue, alors, étant donné que je ne renonçais pas et ne me dépensais pas autant qu’elle le faisait, ne serais-je pas finalement éliminée, moi aussi ? Pendant ce temps, à chaque fois que je pensais à cela, mon état devenait très négatif, et je manquais d’énergie lorsque j’accomplissais mon devoir.

Plus tard, lors d’une réunion, notre dirigeante d’Église, Wang Yu, est venue vérifier les éléments en vue de l’exclusion de Zhang Min et je lui ai parlé de mes notions et de ma confusion en disant : « Zhang Min a renoncé à sa famille et à sa carrière pour accomplir son devoir pendant des années : elle doit être félicitée pour son dur travail, si ce n’est pour son mérite. Pourquoi se fait-elle exclure ? Si elle ne peut atteindre le salut en faisant son devoir ainsi, alors, étant donné que je n’endure pas autant de souffrances et ne paie pas un prix aussi élevé qu’elle, ne devrais-je pas moi aussi être éliminée ? » Voyant que j’avais développé des notions, Wang Yu a patiemment échangé avec moi en disant : « Ce que tu vois est la façon dont Zhang Min semble faire les choses en surface ; tu n’as pas vu son véritable comportement envers la vérité depuis le début. Selon l’évaluation des frères et sœurs, lorsque Zhang Min était confrontée à des problèmes, elle n’acceptait rien de Dieu et lisait toujours trop dans les gens et les choses. Les frères et sœurs ont échangé avec elle et l’ont aidée à de nombreuses reprises. Mais elle n’acceptait pas du tout la vérité : elle se justifiait et se défendait, reportant même sa frustration sur son devoir. » Et la dirigeante a cité cet exemple : « Un jour, lorsque son superviseur a mis en avant l’un des problèmes de Zhang Min concernant l’abreuvement de nouveaux arrivants, Zhang Min ne l’a pas accepté et a pensé que le superviseur la prenait délibérément pour cible. Elle a perdu patience et elle a dit : "Je ne peux plus faire ce devoir, trouvez quelqu’un d’autre !" Puis elle est partie en pleurant. » La dirigeante a dit que telles étaient les manifestations de Zhang Min depuis le début et qu’à chaque fois que quelque chose impliquait sa fierté et son statut, elle provoquait un scandale sans que personne ne puisse la retenir. Même son superviseur se voyait contraint par elle. Ses comportements dérangeaient profondément la vie d’Église et affectaient le travail d’abreuvement. Même si Zhang Min avait fait son devoir pendant ces années de croyance en Dieu, elle ne poursuivait pas du tout la vérité. Et lorsqu’elle était confrontée à des problèmes, elle ne les acceptait jamais de Dieu. Elle ne réfléchissait ni n’apprenait de nouvelles leçons non plus. Elle était non-croyante. Ensuite, Wang Yu a lu un passage des paroles de Dieu : « La norme par laquelle les humains jugent les autres humains est basée sur leur comportement ; ceux dont le comportement est bon sont justes, tandis que ceux dont la conduite est abominable sont mauvais. La norme par laquelle Dieu juge les humains est basée sur leur essence, à savoir s’ils se soumettent à Dieu ou non. Celui qui se soumet à Dieu est une personne juste, tandis que celui qui ne se soumet pas à Dieu est un ennemi et une personne mauvaise, indépendamment de son comportement qui est bon ou mauvais, et indépendamment de son discours qui est correct ou incorrect » (La Parole, vol. 1 : L’apparition et l’œuvre de Dieu, Dieu et l’homme entreront dans le repos ensemble). Puis, elle a échangé et a dit : « Les gens jugent les autres en se basant sur leur apparence. Si le comportement de quelqu’un semble être bon, alors il est une bonne personne, et s’il semble être mauvais, alors il est une personne malfaisante. Dieu regarde les gens en se basant sur leur nature-essence et sur leur attitude envers la vérité. Dieu regarde si les gens peuvent se soumettre à Lui et à la vérité, Il ne regarde pas combien en apparence ils semblent pouvoir renoncer, endurer et travailler. » À travers cet échange, j’ai réfléchi à la raison pour laquelle j’étais désolée pour Zhang Min lorsqu’elle a été exclue : je ne voyais que son apparence. J’ai vu qu’elle était capable de renoncer à sa famille et à sa carrière, d’endurer des souffrances et de payer un prix, et que lorsque les nouveaux arrivants rencontraient des problèmes, elle n’hésitait pas à prendre du temps pour échanger avec eux. Je croyais donc qu’elle était quelqu’un qui poursuivait la vérité. Cependant, je n’ai pas cherché à savoir si elle était capable d’accepter la vérité ou de s’y soumettre lorsqu’elle était confrontée à des problèmes, ou quels étaient les résultats de ses devoirs. Je pensais que les exigences de la maison de Dieu à son encontre étaient trop strictes et qu’elle n’aurait pas dû être exclue. Il s’avérait que je ne parvenais pas à percevoir les gens ou les choses, que j’étais trop ignorante.

Plus tard, lorsque je me suis réunie avec un petit groupe, j’ai appris que concernant l’exclusion de Zhang Min, certains frères et sœurs étaient également d’avis que « l’on doit être félicité pour son dur travail, si ce n’est pour son mérite. » Pour cibler ce problème, j’ai trouvé à lire plusieurs passages des paroles de Dieu. Dieu Tout-Puissant dit : « Paul ne poursuivait pas la vérité. Il croyait seulement en Dieu parce qu’il courait après un avenir et une destination pour sa chair. Il ne cherchait qu’à gagner des récompenses et une couronne. Dieu lui a dit tant de paroles, Il l’a tant corrigé, éclairé et illuminé, et pourtant, Paul ne s’est pas soumis à Dieu ni n’a accepté la vérité. Il s’est toujours rebellé contre Dieu et Lui a résisté, et finalement, il est devenu un antéchrist et a été condamné et puni. Paul est l’exemple de ce qu’il ne faut pas faire. […] Conformément aux notions et à l’imagination de l’homme, les gens se disent : “Dieu n’aurait pas dû traiter Paul de cette façon. Paul avait tant fait et tant souffert. De plus, il se montrait loyal et dévoué à l’égard de Dieu. Pourquoi Dieu l’a-t-Il traité ainsi ?” Les gens ont-ils raison de dire ça ? Est-ce conforme à la vérité ? En quoi Paul était-il si loyal ou si dévoué à Dieu ? Les gens ne déforment-ils pas les faits ? Paul était loyal et dévoué au fait d’obtenir des bénédictions pour lui-même. Est-ce là de la loyauté et de la dévotion envers Dieu ? Quand les gens ne comprennent pas la vérité, quand ils ne peuvent pas voir clairement l’essence d’un problème et quand ils parlent sans chercher à comprendre, en se basant sur leurs sentiments, ne se rebellent-ils pas contre Dieu et ne Lui résistent-ils pas ? Pas étonnant que tout le monde adore Paul ! Ceux qui sont de Satan adorent toujours Satan, et ils vont jusqu’à parler pour Satan, en se basant sur leurs sentiments. Cela signifie que même quand les gens semblent s’être séparés de Satan, ils restent connectés à lui. En fait, quand les gens parlent pour Satan, ils parlent également pour eux-mêmes. Les gens compatissent avec Paul parce qu’ils sont comme lui et qu’ils sont sur le même chemin que lui. Selon le bon sens de l’homme, Dieu n’aurait pas dû traiter Paul ainsi, mais ce que Dieu a fait était à l’exact opposé du bon sens de l’homme. Voilà le tempérament juste de Dieu, et c’est la vérité. Si une personne parle conformément au bon sens de l’homme, elle dira peut-être : “Même si Paul n’a pas accompli grand-chose, il a fait beaucoup de travail et d’efforts. Il aurait dû être épargné, simplement en raison du nombre d’années pendant lesquelles il a souffert. Même s’il n’a été qu’un exécutant, c’est acceptable. Il n’aurait pas dû être puni ou envoyé en enfer.” Voilà ce que sont le bon sens et les sentiments de l’homme, il ne s’agit pas de la vérité. Quel est l’aspect le plus aimable de Dieu ? Qu’Il n’a pas le bon sens de l’homme. Tout ce qu’Il fait est conforme à la vérité et à Son essence. Il révèle un tempérament juste. Dieu n’a aucune considération pour tes souhaits subjectifs et pour les faits objectifs de ce que tu as accompli. Dieu détermine et défini le genre de personne que tu es en Se basant sur ce que tu fais, ce que tu révèles et sur le chemin que tu suis, puis Il adopte l’attitude la plus appropriée pour toi. Voilà comment est advenu le résultat concernant Paul. Quand on examine le cas de Paul, on a l’impression que Dieu S’est montré dépourvu d’amour. Pierre et Paul étaient tous deux des êtres créés, mais alors que Dieu approuvait et bénissait Pierre, Il a exposé, disséqué, jugé et condamné Paul. On ne peut pas voir l’amour de Dieu dans la façon dont Il a décidé de la fin de Paul. Alors, en te basant sur ce qui est arrivé à Paul, pourrais-tu dire que Dieu n’a pas d’amour ? Non, tu ne le pourrais pas, parce que Dieu a discipliné Paul de nombreuses fois, l’illuminant, lui laissant de nombreuses chances de se repentir, mais Paul a refusé obstinément et il a emprunté le chemin de la résistance à Dieu. Et donc, finalement, Dieu l’a condamné et puni » (La Parole, vol. 3 : Sermons de Christ des derniers jours, Ce n’est qu’en comprenant la vérité que l’on peut connaître les actes de Dieu). « Certaines personnes finiront par dire : “J’ai tellement travaillé pour Toi et, bien que je n’aie peut-être pas accompli de grands exploits, je me suis appliqué dans mes efforts. Ne peux-Tu pas simplement m’ouvrir la porte du ciel pour manger le fruit de la vie ?” Tu dois savoir quel genre de personnes Je désire ; ceux qui sont impurs ne sont pas autorisés à entrer dans le royaume, ceux qui sont impurs ne sont pas autorisés à souiller la terre sainte. Bien que tu aies peut-être beaucoup travaillé, et ce pendant de nombreuses années, à la fin, si tu es toujours déplorablement dégoûtant, alors il sera intolérable pour la loi du ciel que tu veuilles entrer dans Mon royaume ! Depuis la fondation du monde jusqu’à ce jour, Je n’ai jamais offert un accès facile à Mon royaume à ceux qui cherchent à s’attirer Mes faveurs. C’est une loi céleste, et personne ne peut la transgresser ! Tu dois chercher la vie. Aujourd’hui, ceux qui seront rendus parfaits sont comme Pierre : ce sont ceux qui cherchent les changements dans leur propre tempérament et sont désireux de rendre témoignage à Dieu et de bien accomplir leur devoir en tant qu’être créé. Seuls ceux-là seront rendus parfaits. Si tu ne penses qu’aux récompenses et ne cherches pas à changer ton propre tempérament de vie, alors tous tes efforts seront vains : c’est une vérité immuable ! » (La Parole, vol. 1 : L’apparition et l’œuvre de Dieu, Le succès ou l’échec dépendent du chemin que l’homme emprunte). « Je décide de la destination de chaque homme, non en fonction de l’âge, de l’ancienneté, du degré de souffrance et encore moins du degré auquel il inspire la pitié, mais plutôt selon qu’il possède ou non la vérité. Il n’y a pas d’autre option que celle-ci. Vous devez vous rendre compte que tous ceux qui ne respectent pas la volonté de Dieu seront punis. C’est un fait immuable » (La Parole, vol. 1 : L’apparition et l’œuvre de Dieu, Prépare suffisamment de bonnes actions pour ta destination). À travers ces paroles de Dieu, j’ai compris que Son tempérament est juste et saint. L’issue d’une personne et le fait qu’elle soit sauvée ou non ne dépendent pas de la quantité de travail qu’elle semble faire, de ce à quoi elle semble renoncer ni d’à quel point elle se dépense. Ce qui est important est si cette personne poursuit ou non la vérité, et si elle change ou non son tempérament de vie. Si elle ne se concentre que sur le fait de travailler dur et ne cherche pas à changer son tempérament de vie, elle sera, au final, incapable de tenir ferme et devra être éliminée tôt ou tard. Exactement comme Paul durant l’ère de la Grâce. Il a travaillé bien des années, a beaucoup souffert, a gagné nombre de personnes en répandant l’Évangile et a bâti beaucoup d’églises. Mais il ne s’est dépensé que pour obtenir des récompenses et une couronne, et son intention n’était que de marchander avec Dieu. De plus, Paul était de nature extrêmement arrogante et prétentieuse, et il n’avait de considération pour personne, allant jusqu’à déclarer qu’il vivait comme Christ Lui-même. Paul suivait le chemin de la résistance à Dieu de l’antéchrist, et il a fini par offenser le tempérament de Dieu et a été puni par Lui. J’ai commis la même erreur concernant l’exclusion de Zhang Min. Je croyais que Zhang Min travaillait dur et avait renoncé à sa famille et à sa carrière pour accomplir son devoir, et qu’on devait la féliciter pour son dur travail, si ce n’est pour son mérite, ou au moins pour son épuisement, et qu’au minimum, on devrait lui accorder une chance de repentance. Désormais, en observant ses manifestations constantes, j’ai vu qu’elle n’acceptait pas du tout la vérité et qu’elle en éprouvait même de l’aversion, et qu’à chaque fois que quelque chose lui arrivait, elle provoquait un scandale dès lors que cela concernait sa fierté et son statut. Non seulement elle n’acceptait pas l’aide et les conseils des frères et sœurs, mais elle était difficile au-delà du raisonnable, jurait, disait des bêtises et reportait sa frustration sur son devoir. Elle ne ressemblait en rien à une personne qui croyait en Dieu. Lorsque les frères et sœurs ont exposé et souligné ses problèmes, elle a pensé qu’ils la mettaient volontairement dans l’embarras, et parfois elle se sentait lésée et ignorait alors le dirigeant, empêchant alors celui-ci de mettre en œuvre le travail. Sa présence au sein de l’Église perturbait les frères et sœurs ainsi que le travail, et l’on pourrait dire que les inconvénients l’emportaient sur les avantages. Son exclusion par l’Église a pleinement révélé la justice de Dieu. Cependant, je n’avais pas jugé ce problème d’après les vérités-principes. Lorsque j’ai appris qu’elle avait été exclue, j’ai mal compris Dieu et pris la défense de Zhang Min. J’ai vu que je n’avais pas la vérité et ne savais pas comment discerner les gens, et que je pouvais résister à Dieu à tout moment.

Plus tard, j’ai lu un autre passage des paroles de Dieu. Dieu Tout-Puissant dit : « Les personnes qui sont des fauteurs de troubles déraisonnables ne commettent généralement pas d’actes fourbes ou malfaisants graves. Mais dès que leurs intérêts, leur réputation ou leur dignité sont impliqués, elles explosent immédiatement de colère, piquent des crises, agissent de manière barbare et menacent même de se mutiler. Dites-Moi, si une personne aussi absurde et barbare naissait dans une famille, toute la famille n’en souffrirait-elle pas ? Le foyer serait alors plongé dans une atmosphère malsaine et lugubre, remplie de cris et de hurlements, le rendant insupportable à vivre. Certaines églises ont de telles personnes ; bien que cela puisse ne pas être apparent quand tout est normal, vous ne savez jamais quand elles pourraient avoir une crise et se révéler. Les principales manifestations de ces personnes comprennent des crises de colère, des arguments absurdes et des jurons en public, entre autres. Même si ces comportements ne se produisent qu’une fois par mois ou tous les six mois, ils causent une grande détresse et des difficultés, apportant divers degrés de perturbation à la vie d’église de la plupart des gens. S’il est effectivement confirmé que quelqu’un entre dans cette catégorie, il doit être traité rapidement et exclu de l’Église. Certains pourraient dire, “Ces gens ne font aucun mal en soi. Ils ne peuvent pas être considérés comme des gens malfaisants ; ils devraient être tolérés et endurés.” Dites-Moi, serait-il acceptable de ne pas gérer de telles personnes ? (Non, ça ne serait pas acceptable.) Pourquoi pas ? (Parce que leurs actions causent beaucoup de problèmes et de contrariétés à la plupart des gens, et causent également des perturbations à la vie d’église.) Selon cette conclusion, il est clair que ceux qui perturbent la vie d’église, même si ce ne sont pas des personnes malfaisantes ou des antéchrists, ne devraient pas rester au sein de l’Église. Du fait que de telles personnes n’aiment pas la vérité mais ont de l’aversion pour la vérité, peu importe combien d’années elles croient en Dieu ou combien de sermons elles entendent, elles n’accepteront pas la vérité. Une fois qu’elles font quelque chose de mal et qu’elles sont émondées, elles piquent des crises de colère et racontent n’importe quoi. Même lorsque quelqu’un échange sur la vérité avec elles, elles ne l’acceptent pas. Personne ne peut les raisonner. Même lorsque Je leur communique la vérité, elles peuvent rester silencieuses extérieurement mais ne pas l’accepter intérieurement. Lorsqu’elles sont confrontées à une situation réelle, elles agissent toujours comme elles l’ont toujours fait. Elles n’écoutent pas Mes paroles, donc vos conseils seraient encore moins acceptés par elles. Bien que ces personnes ne puissent pas commettre de méfaits majeurs, elles n’acceptent pas du tout la vérité. En regardant leur nature-essence, non seulement elles manquent de conscience et de raison, mais elles peuvent aussi causer des ennuis inutiles et être déraisonnables. De telles personnes peuvent-elles atteindre le salut de Dieu ? Absolument pas ! Celles qui n’acceptent pas du tout la vérité sont les non-croyants, ce sont des laquais de Satan. Quand les choses ne se passent pas comme elles le souhaitent, elles piquent des crises de colère, lancent constamment des arguments absurdes et n’écoutent pas la vérité, peu importe comment les échanges se font. De telles personnes sont des fauteurs de troubles déraisonnables, purement des démons et des mauvais esprits ; elles sont pires que des bêtes ! Ce sont des cas mentaux avec des esprits malsains, et ne sont jamais capables d’un vrai repentir. Plus elles restent longtemps dans l’Église, plus elles ont de notions sur Dieu, plus elles imposent des exigences déraisonnables à la maison de Dieu, et plus elles perturbent et nuisent à la vie d’église. Cela affecte l’entrée dans la vie du peuple élu de Dieu et le progrès normal du travail de l’Église. Leur préjudice pour le travail de l’Église n’est pas moindre que celui des personnes malfaisantes ; elles devraient être exclues de l’Église plus tôt. Certaines personnes disent, “Ne sont-elles pas juste un peu brutes ? Elles ne sont pas malfaisantes pour autant, alors ne serait-il pas préférable de les traiter avec amour ? Si nous les gardons, peut-être qu’elles peuvent changer et être sauvées.” Je te le dis, c’est impossible ! Il n’y a pas de “peut-être” à ce sujet – ces personnes ne peuvent absolument pas être sauvées. C’est parce qu’elles ne peuvent pas comprendre la vérité, encore moins l’accepter ; elles manquent de conscience et de raison, leurs processus de pensée sont anormaux, et elles manquent même du bon sens le plus élémentaire requis pour être humain. Ce sont des gens avec des esprits malsains. Dieu ne sauve absolument pas de telles personnes » (La Parole, vol. 5 : Les responsabilités des dirigeants et des ouvriers, Les responsabilités des dirigeants et des ouvriers (26)). À travers les paroles de Dieu, j’ai vu que même si les gens qui sont difficiles au-delà du raisonnable ne font rien de très mauvais, dès que quelque chose implique leurs propres intérêts, ils provoquent un scandale et se livrent à de faux raisonnements. Peu importe si l’on échange avec cette personne sur la vérité, elle ne l’accepte pas et perturbe fortement la vie d’Église. De plus, ces personnes difficiles au-delà du raisonnable ne possèdent pas la conscience et la raison de l’humanité normale, et peu importe depuis combien d’années elles croient en Dieu, elles ne comprennent pas un brin de vérité. Dieu ne sauve pas de telles personnes. Zhang Min est ce genre de personne. Dès que ses intérêts étaient en cause, elle semait le trouble et provoquait un scandale, transformant une réunion parfaitement agréable en un chaos incontrôlable. Il était impossible pour les autres de se calmer et d’échanger sur les paroles de Dieu. Ce genre de personnes doit être traité en temps opportun pour protéger la vie d’Église. En fait, toutes les personnes dotées d’un peu de conscience et de raison savent que se faire exclure n’est pas un accident et elles apaiseront leur cœur pour réfléchir sur elles-mêmes et en tirer correctement des leçons. Même si elles ne le comprennent pas tout de suite, au moins elles ne répandront pas leurs notions et ne donneront pas libre cours à leurs émotions; ces gens-là ont un peu un cœur qui craint Dieu et ont toujours une chance de se repentir. Mais lorsque Zhang Min a été confrontée à ce problème, elle n’a pas cherché la vérité ni réfléchi sur elle-même. Au contraire, elle a été pleine de notions et d’incompréhensions envers Dieu : elle L’a jugé comme étant injuste, demandant même pourquoi Il donnait une chance aux autres mais pas à elle. Après avoir été exclue, elle n’a toujours pas réfléchi sur elle-même. Elle a continué à argumenter et à crier contre Dieu, donnant libre cours à son mécontentement et son indignation, répandant ses notions et induisant les gens en erreur. Étant donné qu’elle n’avait pas la moindre attitude de repentance, son exclusion a été totalement du fait de la justice de Dieu !

Grâce à cette expérience, j’en suis venue à comprendre à quel point il est important de discerner l’essence des gens selon les paroles de Dieu. L’affirmation « On doit être félicité pour son dur travail, si ce n’est pour son mérite » était fallacieuse et n’était pas alignée avec la vérité. Ceux qui ne savent pas discerner les autres en se basant sur les paroles de Dieu seront induits en erreur, et ils verront même les incroyants et les personnes malfaisantes comme étant leurs frères et sœurs et prendront leur défense. Seule la considération des gens et des choses à la lumière des paroles de Dieu est juste. Je ne me sentais plus désolée pour l’exclusion de Zhang Min et j’étais également plus attentive envers moi-même, m’assurant que lorsque j’étais émondée, jugée ou châtiée, j’étais capable de chercher la vérité, de réfléchir sur moi-même et de croire que tout ce que fait Dieu est juste. C’est grâce aux paroles de Dieu que je suis en mesure de récolter du fruit.

Cliquez sur le bouton pour nous contacter, et de bonnes nouvelles de Dieu viendront à vous et à votre famille !

Contenu connexe

Libérée du joug du statut

Par Vladhia, France L’an dernier, notre dirigeante d’Église, Sœur Laura, a été remplacée parce qu’elle ne faisait pas de travail concret....

Laisser un commentaire

Contactez-nous par WhatsApp