S’en remettre à Dieu est la plus grande des sagesses

24 novembre 2022

Par Ma Hong, Chine

À l’automne 2011, j’ai rencontré Fang Min, une habitante du village. Elle avait une bonne humanité et était très gentille, elle croyait au Seigneur depuis plus de 20 ans, et elle avait toujours assisté aux réunions et lu la Bible. C’était une véritable croyante, alors j’ai voulu lui prêcher l’Évangile de Dieu Tout-Puissant des derniers jours. À l’époque, je commençais à peine à croire en Dieu, et je comprenais très peu la vérité, j’ai donc demandé à Sœur Li de témoigner de l’œuvre de Dieu des derniers jours à Fang Min. Fang Min a alors décidé de se renseigner sur l’œuvre de Dieu Tout-Puissant des derniers jours. Sur le moment, cela m’a ravie. Mais quelques jours plus tard, quand j’ai rendu visite à Fang Min, elle m’a dit qu’elle ne souhaitait pas continuer ses recherches. Elle a déclaré : « J’ai lu la parole de Dieu Tout-Puissant et j’ai pensé qu’elle était juste, j’ai donc appelé ma mère pour lui annoncer la nouvelle du retour du Seigneur. Elle m’a dit que votre croyance était celle de l’Éclair Oriental, et que je ne devais pas y adhérer. Nos prédicateurs disent souvent que les paroles et l’œuvre de Dieu se trouvent dans la Bible, et qu’il n’existe aucune parole ou œuvre de Dieu en dehors de celle-ci. Les prêches de l’Éclair Oriental divergent de la Bible, et il est impossible que ce soit le retour du Seigneur. » Voyant que Fang Min avait été trompée par sa mère, je lui ai dit avec inquiétude : « Si nous croyons que la parole et l’œuvre de Dieu sont dans la Bible, et qu’elles n’existent pas en dehors de la Bible, n’est-ce pas limiter Dieu uniquement à ce qui se trouve dans les Écritures ? Dieu ne peut-Il faire une nouvelle œuvre ou prononcer de nouvelles paroles en dehors de la Bible ? Dieu est le Créateur, la source de la vie. Il est tout-puissant, sage et multiple. La Bible peut-elle, à elle seule, représenter Dieu dans sa totalité ? Comment les paroles et l’œuvre de Dieu peuvent-elles être uniquement celles rapportées dans la Bible ? L’œuvre de Dieu est toujours nouvelle et jamais ancienne. Chaque étape de Son œuvre s’appuie sur la précédente, et Il fait une œuvre de plus en plus importante à chaque étape. À l’ère de la Loi, Dieu a établi des lois pour guider les gens dans leur vie sur terre. À l’ère de la Grâce, Dieu n’a pas répété l’œuvre de l’ère de la Loi. En fait, en se basant sur cette dernière, il a accompli l’œuvre de la rédemption. Cette nouvelle œuvre est-elle consignée dans l’Ancien Testament ? Non. Ceux qui s’en tenaient à l’Ancien Testament n’ont pas accepté la nouvelle œuvre du Seigneur Jésus, et ils ont tous été abandonnés et chassés par Dieu. Il en va de même pour cette étape de l’œuvre dans les derniers jours. En se basant sur Son plan pour l’œuvre du salut, Dieu accomplit l’œuvre du jugement selon les besoins des gens, pour résoudre pleinement le problème de leurs péchés, afin qu’ils puissent être purifiés. Ce n’est qu’en suivant les pas de l’Agneau et en acceptant la nouvelle œuvre de Dieu que nous pouvons gagner Son salut et entrer dans Son royaume. Ta mère n’a pas lu les nouvelles paroles de Dieu, alors elle t’a tenu ces propos. Tu devrais d’abord faire des recherches. Ne décide pas sans réfléchir. Si tu rates le retour du Seigneur, tu ne pourras plus espérer être sauvée par Dieu. » Mais j’ai eu beau lui parler, elle n’a rien voulu écouter. J’ai voulu demander à une autre sœur d’échanger avec Fang Min, mais celle-ci a refusé de voir quelqu’un d’autre que moi. Elle a dit également qu’elle allait bientôt rentrer dans sa ville natale, et qu’elle avait même déjà acheté son billet de train. Elle était troublée et bouleversée. Si elle rentrait chez elle, son pasteur et ses prédicateurs n’allaient-ils pas la perturber encore davantage ? Ça m’inquiétait, moi aussi, mais Fang Min avait déjà pris sa décision, je n’y pouvais rien. Sachant qu’elle n’écouterait pas ce que j’avais à dire, je suis partie.

Après être rentrée chez moi, me disant qu’il y avait peu d’espoir que je puisse prêcher Fang Min quand elle serait de retour dans sa ville natale, ma foi a faibli et j’ai pensé que prêcher l’Évangile était vraiment difficile. Plus j’y ai pensé, plus je me suis sentie mal. Alors que je commençais à être négative, je me suis souvenue de cette parole de Dieu : « À l’ère de la Grâce, Jésus était compatissant et miséricordieux vis-à-vis des humains. Si une brebis parmi cent était perdue, Il laissait les quatre-vingt-dix-neuf pour retrouver celle-là. Cette phrase ne fait pas référence à une action mécanique ni à une règle. Elle reflète plutôt l’empressement de Dieu à sauver l’humanité, ainsi que Son profond amour pour elle. Ce n’est pas une façon de faire les choses : c’est plutôt un tempérament, une mentalité » (La Parole, vol. 3, « Sermons de Christ des derniers jours », Troisième partie). Ces paroles de Dieu m’ont beaucoup touchée. Si une brebis sur cent vient à se perdre, Dieu renonce aux quatre-vingt-dix-neuf autres pour retrouver la brebis égarée. J’ai vu que le désir de Dieu de sauver les gens était sincère et véritable. Dieu ne veut perdre personne qui croit vraiment en Lui, Son amour pour les gens est si grand. En contemplant ces paroles de Dieu, j’ai eu honte. Pour sauver l’humanité corrompue, Dieu S’est incarné sur terre et a payé un prix élevé, tout cela dans l’espoir que les croyants sincères se présenteront devant Lui et accepteront Son salut. Pourtant, dès que j’avais eu du mal à prêcher, je m’étais retirée et j’étais devenue passive. J’avais été trop peu soucieuse de la volonté de Dieu. Fang Min avait été trompée et perturbée, et elle avait des notions religieuses, mais elle croyait vraiment en Dieu. Je devais faire de mon mieux pour l’aider à comprendre la vérité, à éliminer ses notions et à revenir à Dieu. C’était mon devoir. Je me suis souvenue de cet autre passage des paroles de Dieu : « Le cœur et l’esprit de l’homme sont tenus dans la main de Dieu, et toute sa vie est contemplée par les yeux de Dieu. Peu importe que tu y croies ou non, toutes les choses, qu’elles soient vivantes ou mortes, évolueront, changeront, se renouvelleront et disparaîtront conformément aux pensées de Dieu. C’est de cette manière que Dieu préside sur toutes les choses » (« Dieu est la source de la vie de l’homme », dans La Parole, vol. 1, « L’apparition et l’œuvre de Dieu »). Cette parole de Dieu m’a donné confiance et force. Tout est entre les mains de Dieu, y compris les pensées et les idées des gens. Aux yeux des hommes, Fang Min était perturbée et devait retourner dans sa ville natale, et l’espoir de lui prêcher l’Évangile était mince, mais Dieu est souverain sur toutes choses. Si elle était la brebis de Dieu, elle entendrait Sa voix. Je ne pouvais que faire de mon mieux pour coopérer, et jusqu’à ce que ce soit terminé, je ne pouvais pas abandonner. Une fois que j’ai compris cela, j’ai prié Dieu : « Ô Dieu ! Fang Min a été perturbée, elle n’ose plus chercher le vrai chemin. Je la remets entre Tes mains. Si elle est Ta brebis, je veux faire de mon mieux pour lui prêcher l’Évangile. » Après ça, j’ai appris que Fang Min avait cru que son train était à 21h10, alors qu’il était en fait à 9h10, et elle n’avait donc pas pu partir. J’ai vu que le cœur et l’esprit des gens étaient entre les mains de Dieu, et que c’était Lui qui orchestrait et arrangeait toutes choses. J’ai remercié Dieu encore et encore dans mon cœur, et je me suis sentie plus confiante pour prêcher l’Évangile à Fang Min.

Après ça, je suis allée voir Fang Min, et voyant qu’elle s’accrochait à ses notions, je lui ai lu ce passage des paroles de Dieu Tout-Puissant. « Parce que nous cherchons à suivre les pas de Dieu, il nous appartient de chercher la volonté de Dieu, Ses paroles et Ses déclarations, car partout où des paroles nouvelles sont prononcées par Dieu, Sa voix se fait entendre, et là où se trouvent les pas de Dieu, il y a Ses actes. Là où il y a expression de Dieu, il y a apparition de Dieu, et là où Dieu apparaît, la vérité, le chemin et la vie existent. En cherchant les pas de Dieu, vous avez ignoré les paroles : “Dieu est la vérité, le chemin et la vie”. C’est ainsi que nombreux sont ceux qui, même quand ils reçoivent la vérité, ne croient pas qu’ils ont trouvé les pas de Dieu et reconnaissent encore moins Son apparition. Quelle grave erreur ! L’apparition de Dieu ne peut correspondre aux notions de l’homme, et encore moins peut-elle advenir à sa demande. Dieu fait Ses propres choix et établit Ses propres plans quand Il accomplit Son œuvre ; de plus, Il a Ses propres objectifs et Ses propres méthodes. Quelle que soit l’œuvre à accomplir, point n’est besoin pour Lui de discuter de Son œuvre avec l’homme ou de lui demander son avis, encore moins d’informer tout le monde de Son œuvre. Tel est le tempérament de Dieu, qui, en outre, devrait être reconnu de tous. Si vous désirez être le témoin de l’apparition de Dieu et suivre Ses pas, vous devez d’abord vous éloigner de vos propres notions. Vous ne devez pas exiger de Dieu qu’Il fasse ceci ou cela, et encore moins dois-tu Le confiner dans tes propres limites et notions. Au lieu de cela, vous devez vous demander comment vous devriez chercher les pas de Dieu, comment vous devriez accepter Son apparition et comment vous devriez vous soumettre à l’œuvre nouvelle de Dieu : voilà ce que l’homme devrait faire » (« L’apparition de Dieu a apporté une nouvelle ère », dans La Parole, vol. 1, « L’apparition et l’œuvre de Dieu »). Après avoir lu ces paroles de Dieu, j’ai échangé avec elle : « Pour accueillir le retour du Seigneur, il faut apprendre à renoncer à ses notions. Les pensées de Dieu dépassent la pensée humaine, Dieu n’œuvre pas selon les notions et l’imagination humaines. Tu penses que toutes les paroles et l’œuvre de Dieu sont dans la Bible, et que rien n’existe en dehors de la Bible, mais cela repose-t-il sur la parole de Dieu ? Non. Ne serait-ce pas plutôt basé sur des notions et sur l’imagination humaines ? Quand le Seigneur Jésus S’est mis à œuvrer, les Pharisiens n’ont pas regardé les vérités que le Seigneur Jésus exprimait. Au lieu de cela, ils se sont accrochés à l’Ancien Testament, pensant que les paroles et l’œuvre du Seigneur Jésus étaient en marge de la Bible, et ils ont pris ça comme prétexte pour Le condamner, pour finalement commettre l’odieux péché de clouer le Seigneur sur la croix. Nous devons tirer une leçon de l’échec des Pharisiens ! Les paroles et l’œuvre de Dieu ne sont limitées par rien ni personne, et encore moins par la Bible. Sans cesse, Dieu prononce de nouvelles paroles et accomplit une nouvelle œuvre, conformément à Son plan de gestion et aux besoins du salut de l’humanité. Nous ne pouvons pas nous demander si Ses paroles et Son œuvre vont au-delà de la Bible. Nous ne pouvons pas chercher à savoir si Ses paroles et Son œuvre vont au-delà de la Bible. Nous devons vérifier si les paroles de Dieu Tout-Puissant sont la vérité, et s’Il peut faire l’œuvre de sauver l’humanité, car seul Dieu est la vérité, le chemin et la vie, et seul Dieu peut sauver l’humanité.  Tu as lu les paroles de Dieu Tout-Puissant, et tu reconnais l’autorité et la puissance de Sa parole. Elle révèle en outre Son plan de gestion de six mille ans, les mystères de la Bible, qui peut entrer dans le royaume des cieux, et la destination future de l’humanité. Personne ne connaît ces mystères de la vérité, et seul Dieu peut les révéler… » Avant que je puisse terminer mon échange, Fang Min m’a interrompue et ne m’a pas laissée en dire plus. J’ai pensé : « Est-ce parce que je comprends trop peu la vérité et que mon échange n’est pas claire ? » Après ça, j’ai voulu que Sœur Li échange avec Fang Min, mais celle-ci a refusé. Ça m’a beaucoup inquiétée. Je ne croyais en Dieu que depuis peu et je ne comprenais pas grand-chose à la vérité, alors que Fang Min croyait depuis plus de 20 ans, et je ne pouvais pas résoudre ses problèmes. Face à ces difficultés, j’ai voulu me retirer. J’ai pensé : « Si je ne peux pas lui prêcher l’Évangile, je vais m’arrêter, c’est trop dur. » Plus j’y ai pensé, plus ça m’a rendue négative, et sur le chemin du retour, j’ai perdu toute motivation.

Plus tard, lors d’une réunion, les frères et sœurs ont découvert mon état, et ils m’ont lu ce passage de la parole de Dieu. « À quoi fait référence le mot “foi” ? La foi est la croyance authentique et le cœur sincère que les humains devraient avoir quand ils ne peuvent pas voir ou toucher quelque chose, quand l’œuvre de Dieu n’est pas conforme aux notions humaines, quand elle est hors de la portée des hommes. Telle est la foi dont Je parle. Les gens ont besoin de la foi en temps de souffrances et d’épurement, et l’épurement vient avec la foi. La foi et l’épurement ne peuvent être dissociés. Peu importe comment Dieu œuvre, et peu importe ton environnement, tu es capable de poursuivre la vie et de chercher la vérité et la connaissance de l’œuvre de Dieu, tu as une compréhension de Ses actions et tu es capable d’agir selon la vérité. Agir ainsi, c’est cela avoir une foi authentique, et agir ainsi montre que tu n’as pas perdu ta foi en Dieu. Tu ne peux avoir la vraie foi que si tu es capable de toujours poursuivre la vérité à travers l’épurement, que tu es capable de vraiment aimer Dieu et que tu n’acquiers aucun doute à Son sujet, si, quoi qu’Il fasse, tu pratiques quand même la vérité pour Le satisfaire et que tu es capable de chercher Sa volonté dans les profondeurs et d’être préoccupé par Sa volonté » (« Ceux qui doivent être rendus parfaits doivent subir l’épurement », dans La Parole, vol. 1, « L’apparition et l’œuvre de Dieu »). Après avoir lu ces paroles de Dieu, une sœur a échangé : « Si nous sommes passifs et renonçons quand nous avons du mal à prêcher l’Évangile, c’est principalement parce que nous ne comprenons pas la volonté de Dieu. Dieu permet que nous rencontrions ces difficultés pour que notre foi puisse être perfectionnée et que nous apprenions à nous fier à Lui, et par la même occasion, à travers ces difficultés, nous pouvons nous équiper de la vérité et apprendre à témoigner de l’œuvre de Dieu. » Grâce à son échange sur la parole de Dieu, j’ai compris les bonnes intentions de Dieu derrière les difficultés que je rencontrais en prêchant l’Évangile. Dieu voulait s’en servir pour parfaire ma foi et m’aider à mieux comprendre la vérité. Mais quand j’avais rencontré des difficultés, au lieu de m’en remettre à Dieu pour chercher la vérité, afin de résoudre les notions de Fang Min et de l’amener devant Dieu, J’avais continué à m’embourber dans les difficultés, à vouloir me retirer et abandonner. Je n’avais pas voulu faire plus d’efforts ni payer plus cher, et je n’avais pas du tout tenu compte de la volonté de Dieu. Quand les faits m’ont révélé, j’ai finalement vu que je n’avais aucune foi en Dieu, et que ma stature était ridiculement faible. Je me suis alors souvenue de cette parole de Dieu : « Et plus les gens coopèrent, et plus ils cherchent à se rapprocher des normes qui sous-tendent les exigences de Dieu, plus l’œuvre du Saint-Esprit est grande » (« Comment connaître la réalité », dans La Parole, vol. 1, « L’apparition et l’œuvre de Dieu »). C’est vrai, plus les gens coopèrent, plus ils ont l’œuvre du Saint-Esprit. Même si Fang Min croyait au Seigneur depuis plus de 20 ans et connaissait la Bible, j’avais la parole de Dieu Tout-Puissant. La parole de Dieu est la vérité et peut résoudre tous les problèmes. Tant que je me fiais sincèrement à Dieu et que je payais un prix, Dieu allait éclairer Fang Min.

Après ça, J’ai cherché avec ceux qui comprenaient la vérité, pour comprendre les notions de Fang Min, et mes frères et sœurs m’ont aidée à trouver des passages pertinents de la parole de Dieu. Puis, je suis retournée chez Fang Min, et je lui ai lu ces deux passages de la parole de Dieu Tout-Puissant : « La doctrine doit-elle s’appliquer à l’œuvre de Dieu ? Et doit-elle être fidèle aux prévisions des prophètes ? Après tout, qui est le plus grand ? Dieu ou la Bible ? Pourquoi l’œuvre de Dieu doit-elle être conforme à la Bible ? Serait-il possible que Dieu n’ait pas le droit de dépasser la Bible ? Dieu ne peut-Il pas déroger à la Bible et accomplir une autre œuvre ? Pourquoi Jésus et Ses disciples n’ont-ils pas observé le sabbat ? S’Il devait pratiquer à la lumière du sabbat et selon les commandements de l’Ancien Testament, pourquoi Jésus n’a-t-Il pas observé le sabbat quand Il est venu, mais à la place, a lavé des pieds, a couvert des têtes, a rompu le pain et bu le vin ? Tout cela n’est-il pas absent des commandements de l’Ancien Testament ? Si Jésus honorait l’Ancien Testament, pourquoi a-t-Il défié ces doctrines ? Tu dois savoir qui est venu en premier, Dieu ou la Bible ! Étant le Seigneur du Sabbat, ne pourrait-Il pas être aussi le Seigneur de la Bible ? » (« Au sujet de la Bible (1) », dans La Parole, vol. 1, « L’apparition et l’œuvre de Dieu »). « Si tu veux voir l’œuvre de l’ère de la Loi, voir comment les Israélites ont suivi le chemin de l’Éternel, alors tu dois lire l’Ancien Testament ; si tu veux comprendre l’œuvre de l’ère de la Grâce, alors tu dois lire le Nouveau Testament. Mais comment peux-tu voir l’œuvre des derniers jours ? Tu dois accepter la direction du Dieu d’aujourd’hui et entrer dans l’œuvre d’aujourd’hui, car c’est une nouvelle œuvre et personne ne l’a écrite à l’avance dans la Bible. Aujourd’hui, Dieu est devenu chair et a choisi d’autres élus en Chine. Dieu œuvre dans ces gens, Il continue Son œuvre sur la terre, continue l’œuvre de l’ère de la Grâce. L’œuvre d’aujourd’hui est un chemin que l’homme n’a jamais foulé et une voie que personne n’a jamais vue. C’est une œuvre qui n’a jamais été faite auparavant, c’est l’œuvre de Dieu la plus récente sur la terre. Ainsi, une œuvre qui n’a jamais été faite auparavant n’est pas dans l’histoire, car le présent est le présent et n’est toujours pas devenu le passé. Les gens ne savent pas que Dieu a fait une nouvelle œuvre plus grande sur la terre, à l’extérieur d’Israël, que cette œuvre dépasse déjà Israël et les prévisions des prophètes, que c’est une œuvre nouvelle et merveilleuse en dehors des prophéties, une œuvre plus récente au-delà d’Israël, une œuvre que les gens ne peuvent ni percevoir ni imaginer. Comment la Bible pourrait-elle rapporter explicitement cette œuvre ? Qui aurait pu écrire à l’avance chaque petite partie de l’œuvre d’aujourd’hui, sans omissions ? Qui pourrait rapporter cette œuvre plus puissante et plus sage qui défie les conventions du vieux livre moisi ? L’œuvre d’aujourd’hui ne fait pas partie de l’histoire, et ainsi, si tu veux emprunter le nouveau chemin d’aujourd’hui, alors tu dois sortir de la Bible, tu dois dépasser les livres prophétiques ou historiques dans la Bible. Alors seulement pourras-tu parcourir correctement le nouveau chemin, et alors seulement pourras-tu entrer dans le nouveau royaume et la nouvelle œuvre » (« Au sujet de la Bible (1) », dans La Parole, vol. 1, « L’apparition et l’œuvre de Dieu »). Après avoir lu ces paroles de Dieu, j’ai échangé avec elle : « Les paroles et l’œuvre de Dieu Tout-Puissant n’étant pas dans la Bible, pour toi Il n’est pas le Seigneur revenu. C’est restreindre Dieu à ce qui se trouve dans la Bible, ce qui revient à délimiter Dieu. Qui, de Dieu ou de la Bible, est venu en premier ? La Bible existait-elle lorsque Dieu a créé les cieux, la terre et toutes choses ? Abraham n’avait pas la Bible. Selon elle, il ne croyait pas en Dieu. Peut-on dire qu’Abraham ne croyait pas en Dieu ? Il faut comprendre que la Bible n’est que le récit historique de l’œuvre de Dieu. Elle a été créée après que Dieu a achevé Son œuvre, et après compilation et révision par des auteurs ultérieurs. Quand le Seigneur Jésus a commencé à œuvrer, il n’y avait pas de Nouveau Testament. Les gens n’avaient lu que l’Ancien Testament. L’Ancien et le Nouveau Testament n’ont vu le jour que des siècles après l’œuvre du Seigneur Jésus. Cela prouve que Sa parole et Son œuvre sont venues en premier, et qu’ensuite la Bible a été écrite. C’est un fait. Dieu apparaît et œuvre dans les derniers jours, alors comment Ses paroles et Son œuvre auraient-elles pu être consignées à l’avance dans la Bible ? Si nous voulons accueillir le Seigneur, nous devons aller au-delà de la Bible, rechercher et étudier les paroles et l’œuvre actuelles de Dieu. C’est la seule façon de suivre les pas de Dieu ! » Après cet échange avec Fang Min, celle-ci a semblé comprendre en partie, mais elle était encore désorientée, et elle a dit : « Ce que Dieu Tout-Puissant dit est juste. Il est vrai que Son œuvre est venue en premier, et la Bible après, et je comprends que Dieu est plus grand que la Bible. Mais je lis la Bible depuis des dizaines d’années et je ne peux simplement pas y renoncer. J’ai encore besoin de lire la Bible. » Fang Min m’a ensuite posé plusieurs nouvelles questions. Ce qui m’a un peu déroutée, au début. Je ne savais pas sur quels aspects de la vérité échanger pour répondre à ses questions. De retour chez moi, j’ai prié Dieu, Lui demandant de m’éclairer et de me guider. Puis j’ai de nouveau voulu échanger avec Fang Min. Un jour, je suis allée chez elle, j’ai vu une Bible mais aussi un livre des paroles de Dieu Tout-Puissant. J’ai compris que même si Fang Min avait dit qu’elle ne l’acceptait pas, dans son cœur, elle voulait découvrir l’œuvre de Dieu Tout-Puissant, et j’ai vu de l’espoir pour elle.

Plus tard, Fang Min est tombée malade et a été hospitalisée. J’ai pris des congés pour m’occuper d’elle et lui lire la parole de Dieu. Le patron, voyant que je prenais souvent des congés, a pris ce prétexte pour me réprimander. Au début, j’ai pu le supporter. Je me disais que je souffrais un peu, mais que tout irait bien si Fang Min acceptait le vrai chemin. Néanmoins, malgré plusieurs lectures des paroles de Dieu, elle n’a toujours pas accepté d’investiguer. À ce stade, je me suis sentie un peu découragée. J’avais l’impression d’avoir payé un tel prix, mais elle continuait à me rejeter. Combien de temps allais-je devoir prêcher avant qu’elle ne l’accepte ? Plus j’y ai pensé, plus je me suis sentie découragée, et moins j’ai eu envie de coopérer. Après ça, j’ai lu ceci dans la parole de Dieu : « Es-tu conscient du fardeau sur tes épaules, de ta commission et de ta responsabilité ? Où est ton sens de la mission historique ? Comment serviras-tu adéquatement en maître à la prochaine ère ? As-tu un sens élevé de maîtrise ? Comment expliquerais-tu le maître de toutes choses ? Est-ce réellement le maître de toutes les créatures vivantes et de toutes les choses physiques dans le monde ? Quels plans as-tu pour la progression de la prochaine étape de l’œuvre ? Combien de gens attendent que tu sois leur berger ? Ta tâche est-elle lourde ? Ils sont malheureux, pitoyables, aveugles, et désorientés, gémissant dans les ténèbres. Où est le chemin ? Combien ils aspirent à ce que la lumière, comme une étoile filante, descende soudainement et dissipe les forces des ténèbres qui ont accablé les hommes depuis tant d’années. Qui peut savoir exactement dans quelle mesure ils espèrent anxieusement et comment ils languissent jour et nuit après cela ? Ces hommes qui souffrent profondément restent emprisonnés dans un cachot obscur, sans espoir d’être libérés, même un jour où la lumière illumine. Quand cesseront-ils de pleurer ? Le malheur de ces esprits fragiles, à qui l’on n’a jamais accordé le repos, est terrible, et ils ont longtemps été gardés attachés dans cet état par d’impitoyables liens et par l’histoire figée. Qui a entendu les cris de leurs gémissements ? Qui a observé leur état misérable ? As-tu jamais imaginé à quel point le cœur de Dieu est chagriné et anxieux ? Comment peut-Il supporter de voir l’humanité innocente, créée de Ses propres mains, endurer un tel tourment ? Après tout, les êtres humains sont les victimes qui ont été empoisonnées. Bien que l’homme ait survécu jusqu’à ce jour, qui aurait su que l’humanité a depuis longtemps été empoisonnée par le malin ? As-tu oublié que tu es l’une des victimes ? Dans ton amour pour Dieu, n’es-tu pas prêt à t’efforcer de sauver ces survivants ? N’es-tu pas prêt à consacrer toute ton énergie à rendre la pareille à Dieu qui aime l’humanité comme Sa propre chair et Son propre sang ? » (« Comment devrais-tu entreprendre ta future mission ? », dans La Parole, vol. 1, « L’apparition et l’œuvre de Dieu »). Nous pouvons ressentir le désir urgent de Dieu dans Ses paroles. Pour ceux qui vivent sous le joug de Satan et qui ne se sont pas présentés devant Dieu, Dieu est inquiet et anxieux, et Il espère que les gens pourront obtenir le salut dans les derniers jours. En tant que personne ayant accepté l’œuvre de Dieu des derniers jours, je me devais d’amener ceux qui n’étaient pas venus devant Dieu dans Sa maison, pour qu’ils acceptent Son salut. C’était ma mission. À l’ère de la Grâce, de nombreux martyrs sont tombés pour répandre l’Évangile, et en fin de compte, l’Évangile s’est diffusé aux quatre coins du monde et est devenu connu de tous. J’ai aussi pensé à Noé, qui a construit l’arche pour accomplir la mission de Dieu. Durant 120 années, malgré les difficultés, les moqueries et les calomnies auxquelles il a dû faire face, il n’a pas abandonné. Au final, il a accompli la mission de Dieu et a obtenu Son approbation. Noé avait une si grande foi en Dieu. J’avais eu du mal à prêcher l’Évangile, et enduré quelques souffrances, mais c’était loin du prix payé par les saints à travers les âges. J’ai repensé à l’époque où mes frères et sœurs m’avaient prêché l’Évangile. Je les avais également repoussés à plusieurs reprises, et ils avaient dû prêcher plusieurs fois avant que je ne l’accepte. Aujourd’hui, pourquoi ne pouvais-je pas traiter Fang Min avec autant d’amour qu’eux ? Elle ne comprenait pas encore la vérité, et était esclave de notions religieuses, n’était-il donc pas normal qu’elle soit résistante ? Je ne pouvais pas l’abandonner simplement parce que c’était un peu difficile. Après avoir compris ça, j’ai éprouvé de profonds regrets, puis j’ai prêté serment à Dieu : quelles que soient les difficultés que je rencontrerais en prêchant l’Évangile, j’allais faire de mon mieux pour coopérer et le faire connaître. C’était ma responsabilité et mon devoir.

J’ai ensuite continué à prendre soin de Fang Min et à lui lire les paroles de Dieu. Un jour, elle m’a dit : « Grâce aux paroles de Dieu que tu m’as lues, je comprends que les gens ne doivent pas limiter Dieu à ce qui se trouve dans la Bible. L’œuvre de Dieu est toujours nouvelle et jamais ancienne, la Bible contient Son œuvre passée. Si Dieu revenait et faisait ce qui est relaté dans la Bible, alors l’œuvre de Dieu se répéterait. Elle perdrait alors tout son sens. Ce n’est que lorsque Dieu fait une nouvelle œuvre au-delà de la Bible, permettant aux gens d’être jugés et purifiés sur la base de leur acceptation de l’œuvre de rédemption du Seigneur Jésus, que ces gens pourront vraiment être sauvés. Si je m’accroche encore à l’œuvre précédente de Dieu, même si je lis la Bible toute ma vie, je n’obtiendrai jamais la vérité et la vie. Je dois suivre les pas de Dieu et accepter le salut de Dieu dans les derniers jours. » Quand j’ai vu que Fang Min avait finalement changé d’avis, j’en ai été très heureuse. J’ai aussi pu constater que les brebis de Dieu écoutaient Sa voix. Satan a beau les perturber, et quelles que soient leurs notions, à la fin, elles acceptent la vérité et se présentent devant Dieu. Après cela, Fang Min s’est plongée dans les paroles de Dieu, elle a assisté aux réunions, et sa santé s’est progressivement améliorée. Sœur Li a beaucoup échangé sur la parole de Dieu afin de répondre aux difficultés et aux idées de Fang Min. Cette dernière a rapidement acquis la certitude de l’œuvre de Dieu Tout-Puissant dans les derniers jours. Elle m’a également dit : « Lorsque tu m’as lu la parole de Dieu, même si, en apparence, je t’ignorais, j’en ai écouté une partie, et j’ai senti que les paroles de Dieu Tout-Puissant contenaient la vérité, mais j’avais peur de me tromper, alors je n’ai pas osé l’accepter. Maintenant, je comprends et je suis prête à accepter. » En voyant Fang Min certaine de l’œuvre de Dieu, j’ai été ravie, et profondément émue. Dieu détermine le moment où chaque personne revient dans Sa maison, et tant que nous nous appuyons sincèrement sur Dieu, nous pouvons voir Ses actes. Par la suite, Fang Min a proposé de diffuser l’Évangile auprès de ses amis et connaissances. Après une période de coopération, quatorze personnes ont accepté l’œuvre de Dieu Tout-Puissant dans les derniers jours.

Grâce à cette expérience de prédication de l’Évangile, j’ai pu observer les actes de Dieu. Même si j’ai rencontré de nombreuses difficultés, même si j’ai parfois été faible, même si je me suis retirée, j’ai fait l’expérience que Dieu utilisait tout cela pour perfectionner ma foi et mon amour, et pour m’aider à m’équiper de plus de vérité. J’ai aussi appris que s’en remettre à Dieu et se tourner vers Lui était la plus grande sagesse. Je suis encore plus déterminée à prêcher l’Évangile et à témoigner de Dieu.

Voulez-vous accueillir le Seigneur pour devenir la personne la plus chanceuse du monde ? Contactez-nous pour trouver le chemin.

Contenu connexe

Laisser un commentaire

Contactez-nous par WhatsApp