Le chemin du retour d’un prêtre

29 mai 2022

Ma famille est catholique depuis plusieurs générations. À vingt ans, j’ai décidé de me dévouer au Seigneur et de passer ma vie à Le servir. Ensuite, après sept ans de formation théologique systématique au séminaire, j’ai été ordonné prêtre à vingt-sept ans, puis je suis devenu abbé d’un monastère à trente ans. À cette époque, j’étais assez arrogant. D’une part, j’étais devenu abbé d’un monastère très jeune, d’autre part, les prêtres et les moines qui avaient entendu mes sermons disaient qu’ils étaient très bénéfiques, ce qui m’incitait à penser que je comprenais la Bible, que je connaissais le Seigneur, et que Dieu m’approuverait et que j’entrerais dans le royaume des cieux quand le Seigneur reviendrait.

C’était en juin 2001. Un soir, le diacre Wang est accouru pour me dire que deux protestants étaient venus et qu’ils parlaient de la foi avec beaucoup de profondeur. Parce qu’ils étaient protestants, je ne les ai pas du tout pris au sérieux. Je me suis dit que l’Église catholique était la véritable Église et possédait l’entière vérité du salut de Jésus. J’avais suivi de nombreuses années de formation théologique et étudié chaque chapitre de la Bible en détail. Puisqu’ils étaient là, j’ai pensé que je pouvais en profiter pour débattre de la question de la foi avec eux et essayer de les convertir à la foi catholique. Alors le diacre Wang nous a présentés. L’un de nos visiteurs s’appelait Frère Cheng, l’autre Frère Gao. Après les avoir rencontrés, quand j’ai appris qu’ils ne croyaient en Dieu que depuis six ou sept ans, je les ai encore moins pris au sérieux. Néanmoins, voulant les attirer dans l’Église catholique, je leur ai parlé patiemment de l’histoire du catholicisme. Je leur ai aussi dit : « Si vous voulez être sûrs d’entrer au royaume des cieux, vous devriez entrer dans la véritable Église, l’Église catholique. » Sauf qu’après m’avoir écouté, non seulement les deux frères n’ont pas voulu se convertir, mais ils ont échangé avec moi sur l’état de l’Église. Frère Gao a dit : « Les Églises de toutes les confessions chrétiennes sont maintenant dans un état de désolation. Les prêtres lisent les Écritures et prêchent sans lumière, leurs sermons ne contiennent rien de nouveau ni de profond, et certains se sont mis à rechercher des choses matérielles et ont abandonné la voie du service. Quant aux croyants, ils se sentent négatifs et faibles, et leur foi s’est amoindrie. Pendant les réunions, ils parlent de leur vie quotidiennes et de manières de gagner de l’argent, ils se proposent des emplois et se présentent des amis. Beaucoup de croyants sont en quête de choses matérielles et certains sont même retournés dans le monde. En quoi l’état actuel de l’Église diffère-t-il de l’état du temple dans les derniers jours de l’ère de la Loi ? À la fin de l’ère de la Loi, le temple était clairement désolé. Les gens y échangeaient ouvertement de l’argent, ils achetaient et vendaient des bœufs, des moutons et des pigeons, et le temple était devenu un repaire de voleurs. Que le Saint-Esprit n’œuvrait plus dans le temple. Où le Saint-Esprit œuvrait-Il ? À l’époque, le Seigneur Jésus avait commencé une nouvelle œuvre à l’extérieur du temple et l’œuvre du Saint-Esprit s’était déplacée vers l’œuvre du Seigneur Jésus. C’est comme avoir un poêle dans une pièce en hiver. Il fait bon dans cette pièce, mais elle deviendra froide si on retire le poêle. Il en va de même pour l’Église. Quand le Saint-Esprit œuvre dans l’Église, les frères et sœurs ont la foi et recherchent avec ferveur, mais quand l’œuvre du Saint-Esprit est perdue, l’Église devient désolée. Partout, les Églises sont dans le même état que le temple dans les derniers jours de l’ère de la Loi. Elles sont toutes désolées. As-tu envisagé que l’œuvre du Saint-Esprit puisse s’être déplacée ? Où le Saint-Esprit œuvre-t-Il aujourd’hui ? » Ce que le frère a dit m’a beaucoup surpris. Je ne m’attendais pas à ce qu’il fasse un lien entre la désolation du temple et l’œuvre du Seigneur Jésus. Cette compréhension était nouvelle pour moi. Nous ne comprenions pas les choses de cette manière dans notre Église. Et j’étais d’accord avec cette estimation de l’état de l’Église. Beaucoup de membres de l’Église ne lisaient même plus les Écritures et ne respectaient plus le jour du Seigneur. Ils étaient comme les incroyants, ils recherchaient l’argent et les plaisirs matériels, et il y avait de moins en moins de monde dans l’Église. C’était un fait. L’Église était bel et bien désolée. Voyant que l’échange de ces gens s’accordait avec la Bible et avec les faits, et que leur compréhension avait une certaine profondeur, j’ai pensé : « J’ai étudié la Bible de nombreuses années sans comprendre ça et eux l’ont fait après seulement quelques années de foi. On dirait que je les ai sous-estimés. » Quand j’ai vu que je ne pouvais ni les convaincre ni répondre à leurs questions, pour éviter de me mettre dans l’embarras, j’ai juste ajouté quelques mots, je me suis excusé et je suis rentré chez moi.

J’ai réfléchi au problème du déplacement de l’œuvre du Saint-Esprit. Mais je me disais que le Saint-Esprit était l’âme de l’Église, alors s’Il n’œuvrait plus dans l’Église, où pouvait-Il œuvrer ? Comme je ne le comprenais pas, à ce moment-là, je ne m’en suis pas trop soucié. Ensuite, ces deux frères sont revenus me voir quelques fois. Reprenant où notre dernier échange s’était arrêté, ils ont dit : « Le Seigneur est revenu incarné pour exprimer de nouvelles paroles, accomplir l’œuvre de juger et purifier les gens, nous délivrer des chaînes du péché et nous emmener dans le royaume des cieux. » J’ai été très partagé en entendant ça. J’ai pensé : « Comprenez-vous bien la Bible ? Le Seigneur Jésus a achevé l’œuvre de la rédemption et Il reviendra dans un corps spirituel, sur une nuée, pour déterminer la fin des gens. Comment Lui serait-il possible de revenir incarné pour accomplir une nouvelle œuvre ? » À ce moment-là, je me suis subitement rappelé que quelqu’un, peu de temps auparavant, m’avait parlé de gens qui prêchaient l’Éclair Oriental. Ils affirmaient que le Seigneur était revenu incarné pour accomplir une nouvelle œuvre et leurs sermons étaient assez profonds. J’ai supposé que ces frères croyaient en l’Éclair Oriental. Je considérais que l’Église catholique était l’Église orthodoxe et que, comme personne n’avait entendu parler de l’Éclair Oriental jusqu’ici, il ne pouvait pas s’agir d’une Église orthodoxe. Puisque ce n’était pas une Église orthodoxe, leurs sermons étaient forcément erronés. Je les ai donc interrompus pour demander : « Croyez-vous en l’Éclair Oriental ? Vous dites que le Seigneur est revenu incarné et accomplit une nouvelle œuvre. C’est impossible. Je n’y crois pas. Si vous voulez me prêcher cet Évangile, économisez votre salive ! » Les deux frères ont quand même continué à échanger avec moi patiemment mais, parce que mes notions étaient trop puissantes, je ne les ai pas du tout écoutés. Je leur ai dit avec colère : « Ce que vous prêchez entre en conflit avec les croyances traditionnelles et je ne veux plus l’entendre ! » Voyant mon attitude, les deux frères ont arrêté d’échanger. Ils sont encore venus me voir deux fois mais, du fait de ma résistance, quoi qu’ils aient échangé, cela rentrait par une oreille et ressortait par l’autre. Finalement, ils m’ont donné un exemplaire de « La Parole apparaît dans la chair » et m’ont demandé de l’étudier. Parce que leur attitude était sincère, j’aurais été gêné de refuser et je les ai autorisés à laisser le livre.

J’ai été un peu curieux, quand j’ai reçu le livre, et j’ai voulu savoir ce qu’il contenait au juste. J’ai donc ouvert le livre, j’ai parcouru la table des matières, je l’ai feuilleté et je suis tombé sur des écrits interrogeant l’existence de la Trinité, par exemple, ou parlant de la fin et de la destination de l’humanité. Comme c’était différent de nos enseignements traditionnels, j’ai fermé le livre et je l’ai mis de côté. J’ai estimé qu’il était de mon devoir, en tant qu’abbé du monastère, de protéger le troupeau, et que je devais en parler aux prêtres et aux moines pour qu’ils ne soient pas trompés. Alors, pendant une retraite de novices, j’ai dit : « Nous sommes dans les derniers jours et de nombreux faux Christs apparaissent. Il y a quelques jours, j’ai rencontré des membres de l’Éclair Oriental. Ils disaient que le Seigneur était revenu incarné et accomplissait une nouvelle œuvre. Comment serait-ce possible ? J’ai feuilleté leur livre et ce qu’il enseigne est différent de nos croyances traditionnelles. Je suis certain que l’Éclair Oriental ne vient pas de Dieu ! » Je leur ai aussi ordonné de prendre des précautions, de ne pas entrer en contact avec ces gens, de ne pas les écouter ni lire leurs livres, et de tout faire pour que les membres de l’Église ne soient pas trompés par eux. Après m’avoir écouté, les prêtres et les moines ont dit qu’il s’agissait de sauver des âmes, ce qui était d’une extrême importance, et que les membres de l’Église devaient être protégés. Sur le coup, j’ai vu que tout le monde était très obéissant après m’avoir écouté et j’ai pensé que j’avais fait ce qui était juste, ou que j’avais au moins assumé la responsabilité d’un abbé, qui devait protéger le troupeau, alors je ne me suis pas du tout rendu compte que je résistais à Dieu.

Quelques jours après cet incident, Frère Gao est venu me voir et m’a demandé si j’avais lu les paroles de Dieu Tout-Puissant. Je lui ai répondu sans détour. J’ai dit : « Les paroles de Dieu Tout-Puissant diffèrent de nos enseignements traditionnels, alors je ne les étudierai pas et je ne laisserai personne d’autre les étudier, parce que c’est une question de foi. Nous ne trahirons jamais le Seigneur en écoutant ce que vous prêchez. » Entendant ça, Frère Gao a patiemment échangé avec moi. Il a dit : « Tu n’as pas lu les paroles de Dieu Tout-Puissant. Tu as juste trouvé quelques points qui diffèrent de l’enseignement traditionnel de ton Église, alors tu as conclu que ce n’étaient pas la parole et l’œuvre du Seigneur et tu as refusé de les étudier. Ne trouves-tu pas ça imprudent ? Dieu Tout-Puissant dit : “Je vous conseille de suivre le chemin de la croyance en Dieu avec soin. Ne tirez pas de conclusions hâtives ; de plus, ne soyez pas désinvoltes et irréfléchis dans votre croyance en Dieu. Vous devriez savoir, tout au moins, que ceux qui croient en Dieu devraient être humbles et révérencieux. Ceux qui ont entendu la vérité et qui, pourtant, la dédaignent, sont stupides et ignorants. Ceux qui ont entendu la vérité et qui, pourtant, tirent négligemment des conclusions ou la condamnent, sont assaillis par l’arrogance. Aucune personne qui croit en Jésus n’est apte à maudire ou à condamner les autres. Vous devriez tous être des personnes dotées de bon sens et qui acceptent la vérité” (« Quand tu verras le corps spirituel de Jésus, Dieu aura renouvelé le ciel et la terre », dans La Parole apparaît dans la chair). Nous voyons que pour croire au Seigneur, nous devons avoir un cœur qui craint Dieu. Nous ne pouvons pas condamner aveuglément dès que l’œuvre et les paroles de Dieu ne sont pas conformes à nos notions et aux fruits de notre imagination. Si nous n’avons pas une attitude d’humilité et de recherche devant Dieu et si nous évaluons Ses nouvelles paroles et Sa nouvelle œuvre d’après les critères de notre imagination, il n’est que trop facile de commettre le grand péché de résister à Dieu et de Le condamner. C’est comme quand le Seigneur Jésus est venu œuvrer et que les pharisiens ont vu que Ses paroles et Son œuvre allaient au-delà de la loi. Ils ont délibérément trouvé quelque chose contre le Seigneur Jésus, ils L’ont condamné et ils ont finalement trompé la foule pour qu’elle Le cloue sur la croix. Ҫa a gravement offensé le tempérament de Dieu et ils ont fini par être damnés et punis. C’était une leçon apprise dans le sang. Aujourd’hui, en ce qui concerne le retour du Seigneur, nous devons être prudents, parce que si nous condamnons à tort, nous risquons de blasphémer contre le Saint-Esprit. Le Seigneur Jésus a dit il y a longtemps : “Tout péché, tout blasphème sera remis aux hommes, mais le blasphème contre l’Esprit ne sera pas remis” (Matthieu 12:31). Il serait terrible de commettre ce péché ! Depuis que Dieu Tout-Puissant est apparu pour œuvrer, beaucoup de dirigeants de diverses confessions ont condamné aveuglément Son œuvre. Certains ont même calomnié Dieu Tout-Puissant et blasphémé contre Lui. Beaucoup de ceux qui ont gravement résisté ont été punis. Si on manque de prudence, on peut facilement perdre notre destination. »

À ce moment-là, je me suis dit : « Je me soucie des membres de mon Église et je les empêche de se faire duper. Comment cela pourrait-il offenser le Seigneur ? » Mais, en y réfléchissant davantage, j’ai pensé que ce que ce frère disait était raisonnable. Alors que je ne savais pas grand-chose sur l’Éclair Oriental, je me suis empressé de le condamner et j’ai incité les prêtres et les moines à en faire autant. Comme Frère Gao l’avait dit, si je l’avais condamné à tort, j’avais offensé Dieu, ce qui avait des conséquences inimaginables. J’ai donc répondu à Frère Gao : « Je n’y avais jamais songé, mais je serai prudent à l’avenir. » Mais il s’est ensuite passé quelque chose dans notre Église qui m’a fait réfléchir. Un jour, j’ai vu notre évêque, qui m’a dit tristement que beaucoup de prêtres de notre diocèse trouvaient des excuses pour ne pas remettre les offrandes, et que certains s’abandonnaient à la convoitise et refusaient de se repentir. Un vieux prêtre avait avoué en privé qu’il avait secrètement détourné les offrandes pour les donner à quelqu’un qui implantait une usine. Quand j’ai entendu ça, j’ai pensé : « Pour un prêtre, dilapider et détourner les offrandes, et s’abandonner à la convoitise sont de graves péchés contre le Seigneur. Le Seigneur a dit : “Si vous ne vous repentez pas, vous périrez tous de même” (Luc 13:3). Si les prêtres vivent dans le péché et ne se repentent jamais, comment entreront-ils au royaume des cieux ? Autrefois, seuls quelques prêtres faisaient ce genre de choses, mais aujourd’hui, ils sont nombreux à être tombés dans la dépravation. » Je n’ai pas pu m’empêcher de penser à la désolation de l’Église dont Frère Gao m’avait parlé. J’ai pensé : « Autrefois, lorsque le Saint-Esprit œuvrait dans l’Église, Il nous disciplinait quand on péchait. Maintenant que de nombreux prêtres pèchent contre Dieu, pourquoi n’y a-t-il aucune discipline du Saint-Esprit ? Est-il vrai que le Saint-Esprit n’œuvre plus dans l’Église ? » Je ne le comprenais pas.

Un peu plus tard, Frère Gao est revenu me voir avec d’autres. J’avais encore de la résistance envers eux à ce moment-là. J’ai pensé : « Vous dites toujours que le Seigneur est revenu incarné pour accomplir une nouvelle œuvre, mais cela a-t-il un fondement biblique ? Je vous poserai des questions directes, aujourd’hui. Si vous ne pouvez pas y répondre, c’en sera fini de nos discussions. » Je leur ai donc demandé : « D’après la Bible, dans les derniers jours, le Seigneur reviendra dans un corps spirituel sur une nuée, mais vous témoignez qu’Il est revenu incarné pour accomplir une nouvelle œuvre. Sur quoi vous appuyez-vous pour dire ça ? » Frère Gao a répondu : « La venue de Dieu incarné dans les derniers jours a été arrangée par Dieu il y a longtemps et on en trouve la preuve dans les propres prophéties du Seigneur Jésus. Par exemple, l’Évangile selon Luc 17:24-25 dit : “Car, comme l’éclair qui jaillit d’un point du ciel brille jusqu’à un autre point du ciel, ainsi en sera-t-il du Fils de l’homme, en son jour. Mais il faut d’abord qu’il souffre beaucoup et qu’il soit rejeté par cette génération.” “Tenez-vous donc prêts, vous aussi, car c’est à l’heure que vous ne pensez pas que le Fils de l’homme viendra” (Matthieu 24:44). “Tels furent les jours de Noé, tel sera l’avènement du Fils de l’homme” (Matthieu 24:37). Comme tu peux le voir, ces versets mentionnent tous “le Fils de l’homme”. Que désigne “le Fils de l’homme” ici ? Nous savons tous que le Seigneur Jésus est le Fils de l’homme et Dieu incarné. Ҫa ne fait aucun doute. Le Fils de l’homme désigne l’Esprit de Dieu vêtu de chair pour devenir un homme ordinaire, c’est-à-dire l’incarnation de Dieu. Ainsi, le Seigneur prophétisant “l’avènement du Fils de l’homme” indique que lorsqu’Il reviendra, ce sera en tant que chair incarnée. De plus, les Écritures disent aussi : “Mais il faut d’abord qu’il souffre beaucoup et qu’il soit rejeté par cette génération.” Qu’est-ce que ça signifie ? Ҫa veut dire que lorsque le Seigneur reviendra, les gens ne Le reconnaîtront pas et la génération tout entière Le condamnera et Le rejettera. Ҫa prouve que ce n’est qu’en devenant le Fils de l’homme que le Seigneur peut subir ces choses et être rejeté par cette génération. S’Il revenait dans un corps spirituel à l’image d’un juif, majestueux et apparaissant à tous dans une grande gloire, qui ne s’inclinerait pas et ne Le vénérerait pas en Le voyant ? Comment pourrait-Il alors endurer une grande souffrance ? Comment pourrait-Il être rejeté par cette génération ? Ainsi, il est certain que le Seigneur reviendra en tant que Fils de l’homme incarné dans les derniers jours. »

Cet échange m’a abasourdi. Il était tout à fait raisonnable et logique ! Aucun des théologiens et des personnages spirituels du monde religieux ne pouvait expliquer clairement cette prophétie du Seigneur Jésus. Ils disaient tous que c’était le mystère du Seigneur, qu’aucun humain ne pouvait pleinement comprendre. J’avais étudié la Bible de nombreuses années mais, à chaque fois que je lisais ce verset, je ne le comprenais pas. Je ne savais pas pourquoi le Seigneur devait souffrir, dès lors qu’Il venait sous forme spirituelle. Ҫa m’a stupéfait que les membres de l’Éclair Oriental soient capables d’expliquer le mystère de cette prophétie. Qu’ils voient les choses si clairement a complètement changé l’image que j’avais d’eux ! Je me suis demandé : « Le Seigneur peut-Il vraiment revenir incarné ? » Mais j’ai songé aux nombreuses prophéties de la Bible qui disent que le Seigneur reviendra sur une nuée. Je ne comprenais toujours pas. Alors j’ai demandé : « Beaucoup de prophéties de la Bible disent que, dans les derniers jours, le Seigneur descendra sous forme spirituelle pour juger tout le monde publiquement. Par exemple, le Seigneur dit : “Alors apparaîtra dans le ciel le signe du Fils de l’homme, et alors toutes les tribus de la terre se lamenteront, et elles verront le Fils de l’homme venant sur les nuées du ciel avec grande puissance et gloire” (Matthieu 24:30). “Le voici qui vient sur les nuées. Tout œil le verra, et ceux même qui l’ont percé ; et toutes les tribus de la terre se frapperont la poitrine en le voyant” (Apocalypse 1:7). Si le Seigneur revient vraiment en tant que chair incarnée, comment ces prophéties peuvent-elle s’accomplir ? »

Frère Gao a échangé : « Le Seigneur Jésus prophétise effectivement que lorsqu’Il reviendra dans les derniers jours, Il descendra sur une nuée, sous forme spirituelle, et jugera publiquement toutes les nations et tous les peuples. Ces prophéties s’accompliront nécessairement. Mais Dieu vient d’abord incarné, en secret, avant d’apparaître publiquement à tous sur une nuée. En d’autres termes, le Seigneur revient de deux manières. D’abord, Il vient dans la chair pour exprimer la vérité, ainsi que pour juger et purifier les gens afin de former un groupe de vainqueurs. Puis, le grand désastre s’abat et l’œuvre de Dieu incarné accomplie en secret est achevée. Après le désastre, Dieu apparaît publiquement à tous, dans la gloire, et récompense les bons et punit les méchants. Par conséquent, durant l’œuvre secrète de l’incarnation de Dieu, ceux qui Lui résistent et Le condamnent, puis refusent de se repentir, perdent complètement leur chance de salut et finissent par pleurer et grincer des dents dans le désastre. Ҫa accomplit la prophétie du Livre de l’Apocalypse : “Le voici qui vient sur les nuées. Tout œil le verra, et ceux même qui l’ont percé ; et toutes les tribus de la terre se frapperont la poitrine en le voyant” (Apocalypse 1:7). »

Après avoir entendu cet échange, j’ai eu l’impression que mon cœur était illuminé. Pour Sa seconde venue, le Seigneur ne descend pas simplement sur une nuée, à la vue de tous. Avant de venir publiquement, Il vient d’abord incarné en secret. Ce sont les deux manières dont le Seigneur apparaît. Auparavant, je ne connaissais qu’une manière d’apparition du Seigneur. Je me suis rendu compte que ma compréhension était unilatérale. C’est à ce moment-là, quand j’ai vu que l’Éclair Oriental révélait le mystère de la prophétie de la Bible et que son explication était raisonnable et logique, que j’ai senti que ça venait probablement de Dieu et que ça méritait d’être étudié. Après ça, j’ai été prêt à échanger avec eux et à lire les paroles de Dieu Tout-Puissant sans résistance. Après avoir lu les paroles de Dieu Tout-Puissant pendant un certain temps, j’ai été convaincu, du fond du cœur, que le Seigneur reviendrait en tant que chair incarnée, mais j’étais toujours perplexe. Je n’avais plus de doute concernant l’incarnation, mais comment pouvais-je être sûr que Dieu Tout-Puissant était le Seigneur Jésus revenu ? Je me suis souvenu que l’Église catholique était la véritable Église et qu’elle possédait l’entière vérité du salut de Jésus. Je savais que seul le catholicisme permettait d’entrer dans le royaume de Dieu. Si j’acceptais Dieu Tout-Puissant et m’égarais dans ma foi, je trahirais le Seigneur. Alors comment entrerais-je dans le royaume de Dieu ? Comme ce point m’échappait, j’étais encore un peu mal à l’aise. J’avais appris que le prêtre Yuan avait accepté l’œuvre de Dieu Tout-Puissant dans les derniers jours, alors j’ai voulu aller le voir. Comme il avait été catholique et que nos enseignements et points de vue avaient été les mêmes, je voulais savoir comment il comprenait cette question. Quelques jours plus tard, j’ai rencontré le prêtre Yuan et je lui ai fait part de mes inquiétudes.

Après m’avoir écouté, Frère Yuan a échangé avec moi en disant : « J’avais les mêmes inquiétudes que toi autrefois. Je craignais que croire en Dieu Tout-Puissant ne revienne à trahir le Seigneur Jésus. Mais en ce qui concerne cette question, le plus important est de savoir si Dieu Tout-Puissant et le Seigneur Jésus sont le même Esprit, s’Ils sont le même Dieu à l’œuvre. À l’ère de la Loi, Yahvé était à l’œuvre, et à l’ère de la Grâce, c’était le Seigneur Jésus. Même si le nom de Dieu a changé et qu’Il a accompli des œuvres différentes, peux-tu dire que Jésus et Yahvé ne sont pas un seul Dieu ? Peux-tu dire que croire au Seigneur Jésus, c’est trahir Yahvé ? Certainement pas. Donc il ne faut pas se baser sur les noms de Dieu pour déterminer s’Ils sont le même Dieu. Le plus important, c’est de voir si Dieu Tout-Puissant peut exprimer la vérité et accomplir l’œuvre de sauver l’humanité. S’Il peut exprimer la vérité et la voix de Dieu, et accomplir l’œuvre de sauver les gens, alors Il est Dieu Lui-même. Nous savons tous qu’à l’ère de la Loi, Yahvé a promulgué des lois et des commandements pour guider la vie des gens sur terre, afin qu’ils sachent ce qu’était le péché, comment faire des sacrifices pour expier leurs péchés et comment vénérer Dieu. Mais, à la fin de l’ère de la Loi, les gens ont commis de plus en plus de péchés et aucune quantité d’offrandes ne permettait plus de les expier. Tout le monde risquait d’être condamné et exécuté en vertu de la loi, alors Yahvé a prophétisé par l’intermédiaire des prophètes : “Voici que la Vierge sera enceinte et enfantera un fils ; et on lui donnera pour nom Emmanuel” (Matthieu 1:23). “Car un enfant nous est né, un fils nous a été donné ; l’empire a été posé sur ses épaules” (Esaïe 9:6). Par cette prophétie, Yahvé a dit aux Israélites que le Messie viendrait pour être le sacrifice d’expiation qui rachèterait l’humanité. Après ça, Dieu est venu incarné en tant que le Seigneur Jésus, comme Il l’avait promis, et Il a accompli l’œuvre de racheter l’humanité sur la base de l’œuvre de la loi. Le Seigneur Jésus a exprimé de nombreuses vérités et donné le chemin du repentir aux gens, puis Il a été crucifié pour l’humanité, en tant que sacrifice d’expiation éternel, ce qui a achevé l’œuvre du rachat de l’humanité. Ensuite, les gens avaient juste besoin d’accepter Jésus-Christ comme leur Sauveur. Quand ils péchaient, il leur suffisait de se repentir au Seigneur Jésus pour que le Seigneur pardonne leurs péchés. Ils n’étaient pas mis à mort pour avoir violé la loi et il leur était possible de se présenter devant Dieu pour prier, afin de chercher Sa grâce et Ses bénédictions. Ainsi, l’œuvre du Seigneur Jésus a accompli les prophéties des prophètes de l’Ancien Testament. Elle a délivré les gens de la servitude de la loi, mis fin à l’ère de la Loi et fait entrer l’humanité dans l’ère de la Grâce. Ҫa prouve que le Seigneur Jésus était le Sauveur, que le Messie est venu, et que Jésus et Yahvé étaient un seul Esprit et un seul Dieu. Comme le Seigneur Jésus a dit : “Je suis dans le Père, et que le Père est en moi” (Jean 14:11). “Mon père et moi nous sommes un” (Jean 10:30). Après l’achèvement de l’œuvre de la rédemption du Seigneur Jésus, ceux qui croient au Seigneur ont leurs péchés pardonnés, mais la nature pécheresse des gens n’a pas été résolue. Ils peuvent toujours pécher et résister à Dieu constamment, et ils ne sont pas pleinement délivrés des chaînes du péché. Tu vois qu’on peut toujours mentir et tromper pour notre gain personnel. On peut toujours être jaloux, haïr les autres et rivaliser pour le pouvoir. Quand la maladie ou d’autres calamités surviennent, on peut toujours blâmer Dieu, Le renier et Le trahir. Il est dit dans la Bible : “Quiconque se livre au péché est esclave du péché. Or, l’esclave ne demeure pas toujours dans la maison ; mais le fils y demeure toujours” (Jean 8:34-35). “Vous serez saints, car je suis saint” (1 Pierre 1:16). Dieu est saint et ce qu’Il veut, ce sont des gens qui peuvent écouter Ses paroles et atteindre la sainteté, mais nous sommes encore souvent pécheurs, souillés et corrompus, nous ne sommes pas délivrés des chaînes du péché ni dignes d’entrer au royaume des cieux. Voilà pourquoi le Seigneur Jésus a prophétisé de nombreuses fois qu’Il reviendrait pour exprimer la vérité et accomplir l’œuvre du jugement dans les derniers jours, nous sauver du péché et de l’influence de Satan, et nous emmener dans le royaume de Dieu. Comme le Seigneur Jésus a dit : “J’ai encore beaucoup de choses à vous dire ; mais vous ne pouvez les porter à présent. Quand le Consolateur, l’Esprit de vérité, sera venu, il vous guidera dans toute la vérité” (Jean 16:12-13). “Si quelqu’un entend ma parole, et ne la garde pas, moi, je ne le juge point ; car je suis venu, non pour juger le monde, mais pour sauver le monde. Celui qui me méprise et ne reçoit pas ma parole, il a son juge : c’est la parole même que j’ai annoncée. Elle le jugera au dernier jour” (Jean 12:47-48). Et dans 1 Pierre 4:17, il est dit : “Car voici le temps où le jugement va commencer par la maison de Dieu.” Dans les derniers jours, le Seigneur Jésus revient dans la chair, comme promis, en tant que Dieu Tout-Puissant, pour exprimer toutes les vérités requises pour purifier et sauver l’humanité, et Il accomplit l’œuvre du jugement en commençant par la maison de Dieu sur la base de l’œuvre du Seigneur Jésus, afin de résoudre la nature pécheresse des gens et de guider l’humanité dans toutes les vérités. Ҫa accomplit entièrement la prophétie du Seigneur Jésus. »

Ensuite, Frère Yuan m’a lu un passage des paroles de Dieu Tout-Puissant. Dieu Tout-Puissant dit : « Bien que Jésus ait beaucoup œuvré parmi les hommes, Il n’a fait que parachever la rédemption de toute l’humanité et est devenu le sacrifice d’expiation de l’homme ; Il n’a pas débarrassé l’homme de tout son tempérament corrompu. Sauver entièrement l’homme de l’influence de Satan n’exigeait pas seulement de Jésus qu’Il devienne le sacrifice d’expiation et qu’Il porte les péchés de l’homme, mais aussi que Dieu œuvre de façon plus grande encore pour entièrement débarrasser l’homme de son tempérament corrompu par Satan. Et donc, à présent que l’homme a été pardonné pour ses péchés, Dieu est redevenu chair pour conduire l’homme dans la nouvelle ère et a commencé l’œuvre du châtiment et du jugement. Cette œuvre a mené l’homme dans un domaine plus élevé. Tous ceux qui se soumettent à Sa domination jouiront d’une vérité supérieure et recevront de bien meilleures bénédictions. Ils vivront véritablement dans la lumière et gagneront la vérité, le chemin et la vie » (La préface de La Parole apparaît dans la chair). Après avoir lu cette parole, Frère Yuan a échangé : « À l’ère de la Grâce, le Seigneur Jésus a accompli l’œuvre de la rédemption et pardonné les péchés des gens, mais ce n’était qu’une moitié de l’œuvre du salut. L’œuvre de jugement de Dieu Tout-Puissant est l’œuvre qui sauve complètement l’humanité. Ce n’est qu’en acceptant le jugement de Dieu dans les derniers jours, en étant purifiés de notre corruption, délivrés du péché, en n’étant plus contrôlés par les diables qu’on peut être vraiment sauvés et dignes d’être emmenés dans le royaume des cieux par Dieu. Ainsi, l’œuvre de jugement de Dieu Tout-Puissant prolonge l’œuvre de la rédemption du Seigneur Jésus, et c’est aussi l’œuvre qui conclut l’ère. Dieu Tout-Puissant est le retour du Seigneur Jésus, et Dieu Tout-Puissant et Jésus sont un seul Esprit et un seul Dieu. »

Son échange sur les trois étapes d’œuvre s’accordait avec la Bible et avec les faits, et j’ai senti mon cœur très éclairé. Je savais désormais que le Seigneur revenait pour accomplir l’œuvre du jugement, résoudre notre nature pécheresse et nous sauver de la servitude du péché. J’ai pris conscience qu’on vivait effectivement dans le péché et qu’on était incapables de s’en extraire. On pèche, on se confesse et on pèche encore après notre confession. On passe notre vie piégés dans ce cycle sans fin. Mettons de côté les croyants ordinaires, même les prêtres n’échappent pas à la servitude du péché. C’est un fait indéniable. Auparavant, je ne saisissais pas la raison de cette situation, mais j’avais compris, désormais. On a vraiment besoin que la dernière étape d’œuvre du Seigneur purifie pleinement les gens dans les derniers jours. Il me semblait tout à fait plausible que l’œuvre de jugement de Dieu Tout-Puissant vienne de Dieu. Ensuite, Frère Yuan m’a lu un autre passage des paroles de Dieu Tout-Puissant. Dieu Tout-Puissant dit : « L’œuvre d’aujourd’hui a fait évoluer l’œuvre de l’ère de la Grâce ; c’est-à-dire que l’œuvre sous la totalité du plan de gestion de six mille ans a avancé. Bien que l’ère de la Grâce soit terminée, l’œuvre de Dieu a progressé. Pourquoi est-ce que Je ne cesse de répéter que cette étape de l’œuvre est bâtie sur l’ère de la Grâce et l’ère de la Loi ? Parce que l’œuvre de ce jour est une suite de l’œuvre réalisée à l’ère de la Grâce et une avancée par rapport à celle réalisée à l’ère de la Loi. Les trois étapes sont intimement interconnectées et chaque maillon de la chaîne est fermement rattaché au suivant. Pourquoi est-ce que Je dis également que cette étape de l’œuvre est bâtie sur celle réalisée par Jésus ? En supposant que cette étape ne soit pas bâtie sur l’œuvre réalisée par Jésus, une autre crucifixion devrait avoir lieu à cette étape et l’œuvre rédemptrice de l’étape précédente devrait être entièrement réalisée à nouveau. Cela n’aurait aucun sens. Et ainsi, cela ne signifie pas que l’œuvre est complètement terminée, mais que l’ère a avancé et que le niveau de l’œuvre a été élevé à un niveau encore plus haut qu’avant. On peut dire que cette étape de l’œuvre est bâtie sur la fondation de l’ère de la Loi et sur le rocher de l’œuvre de Jésus. L’œuvre de Dieu est bâtie étape par étape et cette étape n’est pas un nouveau départ. Seule la combinaison des trois étapes de l’œuvre peut être considérée comme étant le plan de gestion de six mille ans. L’œuvre de cette étape est réalisée sur la fondation de l’œuvre de l’ère de la Grâce. Si ces deux étapes de l’œuvre n’étaient pas liées, alors pourquoi la crucifixion n’est-elle pas répétée à cette étape ? Pourquoi est-ce que Je ne porte pas les péchés de l’homme, mais, au lieu de cela, Je viens juger et châtier l’homme directement ? Si Mon œuvre du jugement et du châtiment de l’homme n’avait pas suivi la crucifixion et que Ma venue maintenant n’avait pas été conçue par le Saint-Esprit, alors Je n’aurais pas été apte à juger et à châtier l’homme. C’est précisément parce que Je ne forme qu’un avec Jésus que Je viens directement pour châtier et juger l’homme. L’œuvre à cette étape est entièrement bâtie sur l’œuvre de l’étape précédente. C’est pourquoi seule une œuvre de ce genre peut amener l’homme, pas à pas, au salut. Jésus et Moi venons d’un seul Esprit. Même si Nous ne sommes pas liés dans Notre chair, Notre Esprit est un ; même si le contenu de ce que Nous faisons et l’œuvre que Nous assumons ne sont pas identiques, Nous sommes semblables en essence ; Notre chair revêt des apparences différentes, mais cela est dû au changement d’ère et aux exigences différentes de Notre œuvre ; Notre ministère n’est pas similaire, donc l’œuvre que Nous façonnons et le tempérament que Nous révélons à l’homme sont également différents. C’est la raison pour laquelle ce que l’homme voit et comprend en ce jour est différent de ce qu’il en était dans le passé ; il en est ainsi en raison du changement d’ère. Malgré toutes les différences de genre et d’apparence de Leur chair, et bien qu’Ils ne proviennent pas de la même famille, encore moins de la même période, Leur Esprit est quand même un. […] L’Esprit de l’Éternel n’est pas le père de l’Esprit de Jésus et l’Esprit de Jésus n’est pas le fils de l’Esprit de l’Éternel. Ils sont un seul et même Esprit. De la même façon, le Dieu incarné d’aujourd’hui et Jésus ne sont pas lés par le sang, mais Ils sont un ; c’est parce que Leur Esprit est un. Dieu peut réaliser l’œuvre de miséricorde et de bonté, ainsi que celle du jugement juste et du châtiment de l’homme, et celle appelant la malédiction sur l’homme ; et finalement, Il peut réaliser l’œuvre de la destruction du monde et de la punition des méchants. Ne fait-Il pas tout cela Lui-même ? Cela n’est-il pas la toute-puissance de Dieu ? » (« Les deux incarnations sont l’accomplissement de la signification de l’incarnation », dans La Parole apparaît dans la chair). Frère Yuan a poursuivi en disant : « Même si le contenu de chacune des trois étapes d’œuvre accomplies par Dieu est différent et si le nom de Dieu est différent à chaque ère, les trois étapes d’œuvres sont accomplies par un seul Esprit et un seul Dieu. Les trois étapes d’œuvre sont étroitement liées et chaque étape s’édifie sur l’œuvre de l’étape précédente, en étant plus profonde et plus élevée qu’elle, jusqu’à ce que les gens soient enfin sauvés de l’emprise de Satan et emmenés dans le royaume de Dieu. Par conséquent, on ne trahit pas le Seigneur en acceptant Sa nouvelle œuvre. Ce qu’on fait, c’est suivre le rythme de Son œuvre. »

J’ai senti mon cœur encore plus éclairé après cet échange. Les trois étapes d’œuvre sont étroitement liées, chacune progresse par rapport à la précédente et aucune étape d’œuvre n’est indépendante des autres. Ne s’agit-il pas précisément des trois étapes d’œuvre accomplies par le même Dieu ? Yahvé, le Seigneur Jésus et Dieu Tout-Puissant semblaient être vraiment le même Dieu. J’avais toujours pensé que l’Église catholique était la véritable Église, que seul le catholicisme pouvait sauver des âmes et les emmener dans le royaume des cieux, et qu’abandonner le catholicisme revenait à trahir le Seigneur et à perdre notre chance de salut. Je comprenais désormais que je ne considérais que l’œuvre de la rédemption accomplie par le Seigneur Jésus. Si j’acceptais l’œuvre de jugement de Dieu Tout-Puissant, je suivrais les pas de l’Agneau et je ne trahirais pas le Seigneur. En revanche, si je restais dans le catholicisme et m’agrippais au salut du Seigneur Jésus, je ne recevrais pas le salut de Dieu dans les derniers jours et je n’entrerais pas dans le royaume des cieux. À ce stade, au plus profond de mon cœur, j’ai été certain que l’œuvre de jugement de Dieu Tout-Puissant était la nouvelle œuvre de Dieu dans les derniers jours. Ensuite, Frère Yuan a échangé avec moi sur la vérité des noms de Dieu, les histoires cachées de la Bible, la manière dont Dieu détermine la fin et la destination de l’humanité et plus encore. Après avoir écouté son échange, j’ai été très ému. Je n’avais jamais entendu un si bon prêche alors que j’avais cru au Seigneur pendant de nombreuses années. J’ai senti que ce que je gagnais ce jour-là était immense. J’avais compris davantage ce jour-là qu’en des années de foi dans le Seigneur !

Ce jour-là, Frère Yuan m’a lu beaucoup de paroles de Dieu Tout-Puissant. J’ai vu que Dieu Tout-Puissant avait révélé bien des vérités et des mystères, et j’ai profondément senti que les paroles de Dieu Tout-Puissant étaient la voix de Dieu. Quand je suis rentré chez moi, ce jour-là, j’ai lu un passage des paroles de Dieu Tout-Puissant. « Ce n’est pas difficile d’étudier une telle chose, mais cela exige que chacun d’entre nous connaisse cette vérité : Celui qui est l’incarnation de Dieu doit posséder l’essence de Dieu, et Celui qui est l’incarnation de Dieu doit posséder l’expression de Dieu. Puisque Dieu Se fait chair, Il doit apporter l’œuvre qu’Il projette de faire et, puisque Dieu Se fait chair, Il doit exprimer ce qu’Il est et doit être capable d’apporter la vérité à l’homme, de lui donner la vie et de lui montrer le chemin. La chair qui n’a pas l’essence de Dieu n’est résolument pas le Dieu incarné ; il n’y a pas de doute à ce sujet. Si l’homme projette de se renseigner pour déterminer s’il s’agit de la chair de Dieu incarné, alors il doit le confirmer par le tempérament qu’Il exprime, ainsi que par Ses paroles. Autrement dit, pour confirmer ou non qu’il s’agit de la chair de Dieu incarné et que c’est le vrai chemin, l’on doit réfléchir en se basant sur Son essence. Et ainsi, pour déterminer s’il s’agit ou non de la chair de Dieu incarné, le point essentiel est Son essence (Son œuvre, Ses déclarations, Son tempérament et bien d’autres aspects), plutôt que Son apparence. Si l’on ne scrute que Son apparence et qu’en conséquence, on oublie Son essence, alors cela montre que l’on est aveugle et ignorant » (La préface de La Parole apparaît dans la chair). Grâce à ce passage, j’ai compris que pour déterminer si Dieu Tout-Puissant était l’apparition du Seigneur, je devais d’abord examiner les paroles qu’Il exprimait et l’œuvre qu’Il accomplissait. S’Il pouvait exprimer la vérité et accomplir l’œuvre de sauver et purifier les gens, Il devait être l’apparition du Seigneur. Le Seigneur Jésus a dit un jour : « Je suis le chemin, la vérité et la vie ; nul ne vient au Père que par moi » (Jean 14:6). Par conséquent, personne à part Dieu ne peut exprimer la vérité pour sauver les gens. Après ça, j’ai pris le temps de lire les paroles de Dieu Tout-Puissant chaque jour. Deux mois plus tard, j’avais compris beaucoup de choses, comme les mystères de l’incarnation et du nom de Dieu, la différence entre l’œuvre de Dieu et le travail des humains, comment distinguer le vrai Christ des faux, et plus encore. J’avais vu que les paroles de Dieu Tout-Puissant étaient riches et variées, ce qui m’avait ouvert les yeux. À cette époque, je me disais : « À part le Seigneur revenu, qui pourrait exprimer tant de vérités et révéler tant de mystères ? Le Seigneur est bel et bien revenu, et Il accomplit la nouvelle œuvre de juger et de purifier les gens. » J’étais désormais tout à fait certain que l’œuvre de jugement de Dieu Tout-Puissant était la nouvelle œuvre du Seigneur et que Dieu Tout-Puissant était le Seigneur revenu !

J’étais fou de joie. Le Seigneur Jésus, dont j’avais espéré le retour pendant tant d’années, était vraiment revenu, et je me sentais très chanceux de pouvoir accepter l’œuvre de Dieu dans les derniers jours, d’autant plus que ces frères et sœurs m’avaient prêché l’Évangile pendant presque un an. Pendant cette période, j’avais résisté et rejeté. Sans la miséricorde et le salut de Dieu, et sans les frères et sœurs qui m’avaient prêché l’Évangile encore et encore, je ne serais jamais venu devant Dieu, alors j’en suis très reconnaissant envers Dieu. Mais alors je me suis souvenu que je n’avais pas étudié l’œuvre de Dieu des derniers jours. Je l’avais jugée et condamnée aveuglément, et je l’avais même interdite dans l’Église pour empêcher ses membres de l’étudier. Quand j’y songeais, j’étais vraiment navré, je me haïssais pour avoir été trop aveugle pour connaître Dieu, n’avoir eu aucune crainte de Lui et Lui avoir résisté. N’avais-je pas été comme les pharisiens qui avaient résisté au Seigneur Jésus ? Au départ, je pensais que parce que j’avais étudié la théologie pendant de nombreuses années et servi le Seigneur, je savais certaines choses sur Lui. Mais je ne m’attendais vraiment pas à « accueillir » le Seigneur de cette manière. Je me sentais très mal à l’aise à cette époque. J’avais résisté au Seigneur et commis un très grand péché, alors comment le Seigneur me traiterait-Il ? Je suis tombé à genoux devant Dieu et j’ai prié pour confesser mes péchés. « Ô Dieu Tout-Puissant, j’ai été trop arrogant. Parce que je ne Te connais pas, j’ai résisté à Ton œuvre et je l’ai jugée, et j’ai bouclé l’Église et empêché ses membres de chercher et d’étudier. J’ai fait la même chose que les pharisiens et je mérite Ta punition. Je ne suis vraiment pas digne de Ton salut ! » À cette époque, j’étais dans un état de regret et d’anxiété permanent. À chaque fois que je lisais les paroles de Dieu Tout-Puissant qui exposent la résistance des gens à Dieu, j’étais affligé. Je pensais que j’avais été condamné et que Dieu ne me sauverait pas. Plus tard, je me suis ouvert à mes frères et sœurs à propos de mon état et ils m’ont lu un passage de la parole de Dieu qui m’a beaucoup réconforté. Dieu dit : « Chaque personne qui s’est soumise au fait d’être conquise par les paroles de Dieu aura largement la possibilité du salut ; le salut de chacun de ces hommes par Dieu montrera Sa plus grande indulgence. Autrement dit, ils bénéficieront d’une extrême tolérance. Tant que les hommes se détournent du mauvais chemin et tant qu’ils peuvent se repentir, Dieu leur donnera des occasions d’obtenir Son salut. Au début, quand les humains se rebellent contre Dieu, Il n’a aucun désir de les faire mourir ; au contraire, Il fait tout ce qu’Il peut pour les sauver. Si quelqu’un n’a vraiment pas de place pour le salut, Dieu le rejettera. Si Dieu est lent à punir certaines personnes, c’est parce qu’Il souhaite sauver tous ceux qui peuvent l’être. Il juge, éclaire et guide les hommes seulement avec des paroles, et n’utilise pas une verge pour les faire mourir. Employer des paroles pour apporter le salut aux humains, voilà le but et la signification de l’étape finale de l’œuvre » (« Tu devrais mettre de côté les bénédictions du statut et comprendre la volonté de Dieu d’apporter le salut à l’homme », dans La Parole apparaît dans la chair). Après cette lecture des paroles de Dieu, un frère a dit : « Nous avons tous été corrompus par Satan, nous avons tous des tempéraments corrompus et nous ne craignons pas Dieu. Quand nous voyons que les paroles et l’œuvre de Dieu ne se conforment pas à nos notions, nous nous rebellons, résistons, et nous sommes prompts à renier et condamner. Mais quand nous comprenons la vérité, que nous sommes disposés à quitter le mauvais chemin et à nous repentir sincèrement à Dieu, Il nous donne encore une chance d’être sauvés. Par contre, ceux qui sont têtus, qui ne se repentent pas et résistent résolument à Dieu sont condamnés par Dieu et ils finissent tous par être punis. » Entendre ça m’a profondément ému. J’ai pensé : « J’ai résisté à Dieu et commis un très grand méfait, mais Dieu a pitié de moi et me sauve. L’amour de Dieu est vraiment immense ! À l’avenir, je dois prêcher l’Évangile, rendre Son amour à Dieu et annoncer la bonne nouvelle du retour du Seigneur aux fidèles, pour qu’ils puissent eux aussi entendre la voix de Dieu et accueillir le Seigneur. » Après ça, j’ai donc commencé à prêcher l’Évangile. Un jour, j’ai témoigné de la nouvelle œuvre de Dieu Tout-Puissant à un membre de l’Église. J’ai été surpris que l’évêque l’apprenne. Il m’a appelé pour me demander d’aller le voir.

Je me souviens que lorsque je suis arrivé à l’église, j’ai croisé l’abbé, un octogénaire, à la porte. Il m’a dit discrètement que l’évêque était très opposé à ma croyance en l’Éclair Oriental et il a essayé de me convaincre de reconnaître mes erreurs devant l’évêque, de me repentir et d’implorer sa clémence. Ҫa m’a beaucoup perturbé et je me suis empressé de prier Dieu. « Ô Dieu Tout-Puissant ! Aujourd’hui, je suis confronté à cet environnement et je ne sais pas comment y faire face. S’il Te plaît, protège-moi et donne-moi de la foi et de la détermination. Quoi qu’il arrive, guide-moi pour que je reste ferme sur le vrai chemin. » Après avoir prié, j’ai réussi à me calmer un peu. Quand j’ai vu l’évêque, il a commencé par me demander si je croyais en l’Éclair Oriental et j’ai dit oui. Il s’est mis en colère et a dit : « Ҫa fait longtemps que je sais que tu es en contact avec les gens de l’Éclair Oriental, mais je ne m’étais pas inquiété. Je me disais que puisque tu es un prêtre et un expert en théologie, tu n’accepterais jamais l’Éclair Oriental. Je n’en reviens pas que tu l’aies accepté ! » Je lui ai expliqué les chose patiemment en disant : « Je n’ai pas accepté l’Éclair Oriental aveuglément. Je l’ai étudié plus de six mois et j’ai lu beaucoup de paroles de Dieu Tout-Puissant. Ces paroles sont la vérité, des choses qu’aucun humain ne pourrait dire, et Dieu Tout-Puissant est le Seigneur revenu… » L’évêque a perdu patience avant que je n’aie fini ma phrase. Il a dit : « C’est au pape de décider si l’Éclair Oriental est le Seigneur revenu. Le pape ne peut pas se tromper dans les questions de foi. Si le pape le reconnaît, on en fera autant. S’il ne reconnaît pas l’Éclair Oriental et dit que c’est une hérésie, nous ne devons pas y croire ! » En entendant ça, j’ai pensé : « Le pape est un être humain corrompu, lui aussi. S’il ne cherche pas, il ne sera pas éclairé ni illuminé par le Saint-Esprit et il ne comprendra pas la nouvelle œuvre du Seigneur. Tu crois au Seigneur, mais tu écoutes aveuglément le pape, un homme, plutôt que les paroles du Seigneur. En quoi est-ce croire au Seigneur ? N’est-ce pas juste croire en un homme ? » Cette idée à l’esprit, j’ai continué à témoigner de l’œuvre de Dieu Tout-Puissant dans les derniers jours, mais il n’a rien écouté. Il a dit : « Le pape ne dit pas que l’Éclair Oriental est l’œuvre du Seigneur dans les derniers jours, alors on ne doit pas y croire. C’est au pape de décider s’il s’agit du vrai chemin ! »

C’est vrai. À l’origine, je vénérais aussi le pape et je pensais qu’on devait l’écouter en toutes choses parce qu’il représentait le Seigneur. Mais j’ai ensuite lu des paroles de Dieu Tout-Puissant qui ont changé mon point de vue sur cette question. Je me souviens d’un passage qui disait la chose suivante. Dieu Tout-Puissant dit : « Il y a plusieurs grandes religions dans le monde et chacune a son propre chef ou dirigeant, et les adeptes sont répandus dans différents pays et différentes régions du monde entier ; pratiquement tous les pays, qu’ils soient grands ou petits, ont différentes religions sur leur territoire. Cependant, indépendamment du nombre de religions qu’il y a à travers le monde, tous les gens au sein de l’univers existent en fin de compte sous la direction d’un seul Dieu et leur existence n’est pas guidée par les chefs ou les dirigeants religieux. Cela signifie que l’humanité n’est pas guidée par le chef ou le dirigeant d’une religion particulière ; toute l’humanité est plutôt dirigée par le Créateur qui a créé les cieux, la terre et toutes choses, et a également créé l’humanité. C’est un fait. Bien qu’il y ait plusieurs grandes religions dans le monde, peu importe leur grandeur, elles existent toutes sous la domination du Créateur et aucune de ces religions ne peut dépasser le cadre de cette domination. Le développement de l’humanité, l’évolution de la société et le développement des sciences naturelles sont inséparables des arrangements du Créateur, et cette œuvre ne peut pas être faite par n’importe quel chef religieux. Un chef religieux n’est que le dirigeant d’une religion particulière et ne peut pas représenter Dieu ni Celui qui a créé les cieux, la terre et toutes choses. Un chef religieux peut diriger tous les adeptes d’une religion entière, mais il ne peut pas commander à toutes les créatures sous le ciel. C’est un fait universellement reconnu. Un chef religieux n’est qu’un simple meneur et ne peut pas être mis sur un pied d’égalité avec Dieu (le Créateur). Toutes les choses sont entre les mains du Créateur, et à la fin, elles retourneront toutes entre les mains du Créateur. L’humanité a été créée par Dieu à l’origine, et quelle que soit la religion, chaque personne retournera sous la domination de Dieu ; c’est inévitable. Seul Dieu est le Très Haut parmi toutes les choses, et le plus grand dirigeant parmi tous les êtres créés doit aussi retourner sous Sa domination. Peu importe le prestige du statut d’un homme, cet homme n’est pas capable d’amener l’humanité vers une destination appropriée, et personne n’est capable de classifier toutes choses selon leur espèce » (« La connaissance des trois étapes de l’œuvre de Dieu est la voie de la connaissance de Dieu », dans La Parole apparaît dans la chair). Grâce à ce passage, j’ai compris que le pape n’était qu’un dirigeant, un être créé, et non un représentant de Dieu. Dieu est le Créateur. Il a créé toutes les choses dans le monde, ainsi que les êtres humains, et Il a conduit l’humanité jusqu’à ce jour. Seul Dieu règne souverainement sur la destinée de l’humanité, et seul Dieu peut exprimer la vérité pour sauver les gens et nous mener vers une belle destination. Cette œuvre ne peut être accomplie par aucun être créé, ni par aucun pape ou dirigeant. Les papes ont beau avoir un statut élevé, ils sont aussi des êtres humains corrompus. Ils ne peuvent pas exprimer la vérité, encore moins accomplir l’œuvre de sauver l’humanité, alors, quelle que soit l’importance de leur statut, ils ne peuvent pas représenter Dieu. Si Dieu vient pour accomplir une nouvelle œuvre et qu’ils ne cherchent pas, ils ne seront pas éclairés ni illuminés par le Saint-Esprit et, finalement, ils seront abandonnés et éliminés par Dieu. Les grands prêtres et les pharisiens, dans les temps anciens, avaient aussi un statut élevé, mais quand le Seigneur Jésus est venu œuvrer, ils n’ont pas essayé de chercher, ils ont résisté au Seigneur Jésus et L’ont condamné et, au bout du compte, ils ont été damnés et punis par Dieu.

L’évêque m’a ensuite ordonné de ne plus avoir aucun contact avec les membres de l’Éclair Oriental. Comme j’ai refusé, il s’est mis en colère et a dit : « Dans ce cas, tes devoirs d’abbé sont suspendus. Remets-moi les comptes du monastère et va au sous-sol pour réfléchir sur ce que tu as fait. » J’ai été très surpris d’entendre ça. Je ne m’attendais pas à ce qu’il me renvoie si vite. Je me suis senti un peu perdu. Pendant toutes les années où j’avais été abbé, où que j’aille, j’étais entouré de prêtres et de moines qui écoutaient mes paroles et faisaient ce que je disais, et je savais que rien ne serait plus pareil après mon renvoi par l’évêque. J’ai aussi pensé à tout le travail que j’avais fourni pour devenir un prêtre et un abbé. Dès lors que je m’étais mis à suivre Dieu Tout-Puissant et que j’avais fait mon choix, je ne pouvais plus être un prêtre et un abbé. Même si je n’avais déjà plus aucun doute concernant l’œuvre de Dieu Tout-Puissant dans les derniers jours, je n’avais pas encore le courage de me couper complètement du catholicisme. J’ai pensé : « C’est un choix très important. Je dois bien réfléchir avant de prendre une décision. » Ensuite, je suis allé au sous-sol comme l’évêque me l’avait ordonné. J’y ai rencontré le prêtre Zhao, qui y avait été envoyé pour réfléchir sur sa fornication. Je lui ai dit que j’avais été envoyé là parce que j’avais accepté l’œuvre de Dieu Tout-Puissant dans les derniers jours. Ҫa l’a beaucoup surpris. Il m’a dit qu’il avait commis le péché de fornication dans un moment de faiblesse, mais qu’il pouvait encore être sauvé s’il confessait son péché au Seigneur. Il estimait mon problème plus grave que le sien. Il a dit que c’était une question de foi, que si nous ne placions pas notre foi au bon endroit, nous ne pouvions pas entrer dans le royaume des cieux. Ses paroles ne m’ont pas influencé.

Deux ou trois jours plus tard, le prêtre Wang a amené le comptable au sous-sol pour qu’il vérifie les comptes avec moi. J’ai lu du mépris dans le regard du prêtre Wang et il m’a interrogé sur les comptes comme s’il interrogeait un prisonnier. Ҫa a été très inconfortable. Après leur départ, je me suis senti particulièrement humilié et malheureux. Couché sur mon lit, j’ai songé au fait que tout le monde était très respectueux envers moi quand je dirigeais le monastère. Dans toutes les familles auxquelles je rendais visite, les prêtres et les moines sortaient m’accueillir sans poser de question et les hôtes préparaient des fruits avec enthousiasme pour me recevoir. Les prêtres et les moines étaient toujours impatients de m’entendre prêcher et, quand on discutait du travail, ils attendaient généralement que je prenne une décision. J’arrangeais aussi souvent leur travail et ils m’écoutaient et m’obéissaient tous. Mais à présent, alors que je venais juste d’être renvoyé, ils me regardaient de haut, ne me respectaient plus et je n’avais personne à qui parler au sous-sol. Comment ma situation avait-elle pu changer à ce point ? Puis j’ai songé que si je choisissais de suivre Dieu Tout-Puissant, je ne pourrais plus jamais profiter de la vie d’un abbé et je perdrais le statut et tous les plaisirs que j’en tirais. J’ai été un peu déçu en y pensant. Mais alors je me suis dit : « Dieu Tout-Puissant est bien le Seigneur Jésus revenu. Si je ne suis pas Dieu Tout-Puissant par souci de mon statut et de mes plaisirs, serai-je encore un croyant en Dieu ? Pourrai-je encore être sauvé par Dieu ? » Je ne savais vraiment pas quel chemin choisir et mon cœur était très tourmenté. Je me suis agenouillé, j’ai prié Dieu et je Lui ai demandé de me guider pour que je ne sois plus gouverné par la réputation et le statut, et pour que je sois capable de suivre les pas de Dieu. Après avoir prié, je me suis souvenu d’un passage de la parole de Dieu que mes frères et sœurs m’avaient lu. « Dieu S’est humilié au point de faire Son œuvre chez ces gens souillés et corrompus et de perfectionner ce groupe de personnes. Dieu ne S’est pas seulement fait chair pour vivre et manger avec les gens, pour paître les gens, pour pourvoir les gens de ce dont ils ont besoin. Plus important encore, c’est qu’Il fait Son immense œuvre de salut et de conquête pour ces gens insupportablement corrompus. Il est venu au cœur du grand dragon rouge pour sauver ces personnes les plus corrompues afin que toutes personnes puissent être changées et renouvelées. La souffrance immense que Dieu endure n’est pas seulement la souffrance qu’endure le Dieu incarné, mais c’est surtout que l’Esprit de Dieu subit une humiliation extrême : Il S’humilie et Se dissimule tellement qu’Il devient une personne ordinaire. Dieu S’est incarné et a pris la forme de la chair afin que les gens voient qu’Il a une vie humaine normale et qu’Il a des besoins humains normaux. C’est suffisant pour prouver que Dieu S’est considérablement humilié. L’Esprit de Dieu Se réalise dans la chair. Son Esprit est si sublime et grand, mais Il prend la forme d’un être humain ordinaire, d’un être humain négligeable pour accomplir l’œuvre de Son Esprit. Le calibre, la perspicacité, le sens, l’humanité et la vie de chacun d’entre vous montrent que vous êtes vraiment indignes d’accepter ce genre d’œuvre de Dieu. Vous êtes vraiment indignes de laisser Dieu endurer une telle calamité pour votre bien. Dieu est si grand. Il est tellement suprême et les gens sont si minables, mais Il œuvre quand même en eux. Non seulement Il S’est fait chair pour pourvoir aux besoins des gens, pour parler aux gens, mais Il cohabite même avec des gens. Dieu est si humble, si aimable » (« Seuls ceux qui se concentrent sur la pratique peuvent être perfectionnés », dans La Parole apparaît dans la chair). Il est vrai qu’aucun pays ne résiste plus gravement à Dieu que la Chine. Dieu est venu incarné dans le pays du grand dragon rouge pour parler et œuvrer, mais il a été persécuté et calomnié par le Parti communiste, et condamné et rejeté par les cercles religieux. Alors qu’Il est suprême et noble, Dieu a enduré la grande humiliation et Il est venu sur terre, et tout ce qu’Il fait vise notre salut. J’ai vu que Dieu était vraiment humble et aimable ! Alors j’ai pensé que je voulais juste profiter des bénéfices du statut, que j’aimais être admiré et respecté et que, même en sachant que j’avais trouvé l’œuvre de Dieu, je répugnais toujours à renoncer à mon statut pour Le suivre. N’était-ce pas connaître le vrai chemin et y résister délibérément ? N’était-ce pas déraisonnable ? Quand j’en ai pris conscience, je me suis senti très coupable et honteux. En même temps, je me suis préparé à renoncer à ma position.

Quelques jours plus tard, mon cousin est venu au sous-sol pour me demander de réfléchir et essayer de me convaincre. Il a dit que l’évêque m’expulserait de l’Église si je ne me repentais pas. Ҫa m’a abasourdi. Je n’avais jamais entendu parler d’une excommunication dans cette Église. Sur le coup, j’ai pensé : « Si je suis expulsé, les membres de l’Église que je connais et le diocèse tout entier me rejetteront. » Après le départ de mon cousin, j’ai été en proie à un conflit intérieur. Depuis que je croyais au Seigneur, il ne m’était jamais venu à l’esprit que je pouvais être excommunié. J’y ai pensé encore et encore pendant les jours suivants. À chaque fois que je lisais les prophéties sur l’œuvre de Dieu dans les derniers jours dans la Bible, je pensais aux frères et sœurs qui m’avaient témoigné de l’œuvre de Dieu Tout-Puissant et aux passages de la parole de Dieu que j’avais lus. Ces scènes se succédaient dans mon esprit comme des extraits de films. Dieu Tout-Puissant est le Seigneur revenu et je ne pouvais pas renoncer à Le suivre ! Mais quand je pensais au fait de quitter l’Église ou d’être expulsé, je n’arrivais pas à me décider.

Plus tard, l’évêque est venu au sous-sol et m’a demandé comment se passait ma réflexion. Quand il a vu que je continuais à croire en Dieu Tout-Puissant, il a été très mécontent et il a dit : « Ta croyance en l’Éclair Oriental n’est pas un problème insignifiant. Tu dois bien réfléchir sur toi-même. Si tu es capable de réfléchir sincèrement sur toi-même, de te repentir et de rejeter l’Éclair Oriental, nous oublierons ton erreur et tu pourras garder ta position d’abbé. » Après le départ de l’évêque, le prêtre Zhao, qui était là, est aussi venu essayer de me convaincre. Il a dit : « Tu dois mettre les conclusions de ta réflexion par écrit. Si tu les écris bien, tu pourras rester un abbé. Si tu n’écris rien, l’évêque ne te laissera pas tranquille ! » En entendant ça, j’ai compris que l’évêque m’avait donné un ultimatum. Si je ne rédigeais pas les résultats de ma réflexion, je perdrais ma position d’abbé et je risquerais d’être expulsé de l’Église. Ҫa m’a rendu un peu triste. Même si je savais que je devais choisir de suivre Dieu Tout-Puissant, j’étais encore réticent à renoncer à ma position. C’était un moment pénible, alors j’ai sincèrement appelé Dieu en disant : « Ô Dieu Tout-Puissant, je dois prendre une décision aujourd’hui. S’il Te plaît, guide-moi et aide-moi à faire le bon choix. » Après avoir prié, j’ai pensé à un passage des paroles de Dieu que mes frères et sœurs m’avaient lu. Dieu dit : « Dieu ne recommencera jamais ailleurs. Dieu accomplira ceci : Il fera en sorte que toutes les personnes à travers l’univers viennent devant Lui et adorent le Dieu sur terre. Son œuvre dans d’autres lieux cessera et les gens seront obligés de chercher la véritable voie. Ce sera comme avec Joseph : tous sont venus à lui pour de la nourriture et se sont prosternés devant lui, car il avait des choses à manger. Afin d’éviter la famine, les gens seront contraints de chercher la véritable voie. Toute la communauté religieuse souffrira d’une famine sévère, et seul le Dieu d’aujourd’hui est la source d’eau vive, possède la source qui coule à jamais pour que l’homme s’y abreuve, et les gens viendront et dépendront de Lui » (« Le Règne Millénaire est arrivé », dans La Parole apparaît dans la chair). C’était vrai. Aujourd’hui, toutes les Églises sont désolées et privées de l’œuvre du Saint-Esprit. Les évêques et les prêtres prêchent sans lumière. Ils peuvent seulement parler de théories théologiques et de doctrines religieuses, ou demander aux gens d’observer des rituels et des règles religieux créés par des gens. Mais s’agripper à ces choses n’apporte pas la moindre nourriture ni édification dans la vie des gens, et tous vivent dans un cycle de péchés, de confessions et de nouveaux péchés. Quels que soient nos efforts, on ne peut pas résoudre le problème du péché. Même les membres du clergé ne peuvent pas s’empêcher de commettre des péchés manifestes tels que le vol des offrandes et la fornication, comme le prêtre Zhao, qui était au sous-sol avec moi et qui n’avait pas honte d’avoir commis un si grand péché. Une telle dégénérescence était vraiment lamentable. Le catholicisme d’aujourd’hui n’était plus qu’un étang saumâtre ! L’Église de Dieu Tout-Puissant était différente. Nous lisions les paroles de Dieu Tout-Puissant à chaque réunion, ce qui nous aidait à comprendre la vérité, nous nourrissait et était bénéfique pour notre vie. Si je ne suivais pas l’œuvre de Dieu Tout-Puissant et ne gagnais pas la vérité exprimée par Dieu dans les derniers jours, je n’échapperais jamais au péché. Je serais tous les jours piégé dans le péché de manière inextricable. Alors à quoi bon être soutenu par tout le monde dans la religion ?

Alors j’ai pensé à des paroles de Dieu. Dieu Tout-Puissant dit : « Christ est la porte d’entrée de l’homme dans le royaume au cours des derniers jours, et il n’y a personne qui puisse Le contourner. Nul ne peut être rendu parfait par Dieu si ce n’est par Christ. Tu crois en Dieu, et tu dois donc accepter Ses paroles et obéir à Son chemin. Tu ne peux pas simplement penser à obtenir des bénédictions tout en étant incapable de recevoir la vérité et incapable d’accepter l’approvisionnement de la vie. Christ vient au cours des derniers jours pour que tous ceux qui croient vraiment en Lui puissent être approvisionnés de la vie. Son œuvre sert à terminer l’ancienne ère et à entrer dans la nouvelle, et Son œuvre est le chemin qui doit être pris par tous ceux qui entreraient dans la nouvelle ère. Si tu n’es pas capable de Le reconnaître, mais Le condamnes plutôt, blasphèmes contre Lui ou même Le persécutes, alors tu es condamné à brûler pour l’éternité et à ne jamais entrer dans le royaume de Dieu. Car ce Christ est Lui-même l’expression du Saint-Esprit, l’expression de Dieu, Celui qui a été chargé par Dieu de réaliser Son œuvre sur la terre. Et donc, Je dis que si tu ne peux pas accepter tout ce qui est fait par Christ des derniers jours, alors tu blasphèmes contre le Saint-Esprit. La rétribution qui doit être subie par ceux qui blasphèment contre le Saint-Esprit est évidente pour tous. Je te dis aussi que si tu résistes à Christ des derniers jours, si tu rejettes Christ des derniers jours, il n’y aura personne d’autre pour en supporter les conséquences à ta place. En outre, à partir de ce jour, tu n’auras pas d’autre chance de gagner l’approbation de Dieu ; même si tu essayes de te racheter, tu ne verras plus jamais le visage de Dieu. Car Celui contre qui tu résistes n’est pas un homme, Celui que tu rejettes n’est pas un être chétif, mais Christ. Sais-tu quelles en seront les conséquences ? Tu n’auras pas commis une petite erreur, mais un crime odieux. Et donc, Je conseille à chacun de ne pas montrer les crocs devant la vérité ou de faire des critiques imprudentes, car seule la vérité peut t’apporter la vie, et rien que la vérité peut te permettre de renaître et de revoir le visage de Dieu » (« Seul Christ des derniers jours peut montrer à l’homme le chemin de la vie éternelle », dans La Parole apparaît dans la chair). Dieu Tout-Puissant nous donne la vérité, le chemin et la vie. Ces vérités sont notre seul moyen d’être purifiés et sauvés. Que je puisse aujourd’hui accepter la vérité exprimée par Dieu Tout-Puissant et avoir un moyen de changer mes tempéraments corrompus étaient vraiment l’exaltation et la grâce de Dieu. Si je choisissais de rester dans le catholicisme, convoitais les plaisirs du statut et rejetais le salut de Dieu dans les derniers jours, je serais condamné par Dieu pour toujours et perdrais complètement ma chance de salut ! Je serais comme les anciens grands prêtres et les pharisiens. Ils avaient un statut élevé parmi les juifs, ils étaient estimés et soutenus par tout le monde, mais quand le Seigneur Jésus est venu, alors qu’ils savaient clairement que les paroles du Seigneur Jésus avait de l’autorité et du pouvoir, ils n’ont pas accepté Son salut pour protéger leur statut et leur revenu, ils L’ont même cloué à la croix, et ils ont fini par être damnés et punis par Dieu pour toujours. À ce stade, j’ai su que je ne devais pas suivre les pas des pharisiens ! J’avais accepté la nouvelle œuvre de Dieu Tout-Puissant, joui de l’abreuvement et de la nourriture de la parole de Dieu. Je pouvais réfléchir sur moi-même dans la parole de Dieu et trouver la racine de mon péché, et je comprenais comment être purifié de la corruption. Je ne pouvais atteindre le salut et gagner l’approbation de Dieu qu’en suivant ce chemin. Cela n’avait-il pas plus de valeur et de sens qu’un statut élevé ? Quand j’ai pensé ça, mon cœur s’est illuminé. J’ai clairement vu que rien, dans la religion, ne méritait que je m’y accroche, et que je n’avais plus besoin de rester là. J’ai donc renoncé à mes positions de prêtre et d’abbé et décidé résolument de partir.

Même si j’ai souffert pendant ces quelques jours au sous-sol, la direction et l’orientation de la parole de Dieu m’ont permis de comprendre que je ne devais pas rechercher le statut, que Dieu ne l’approuvait pas, et de savoir clairement quelle route je devais prendre. Autrefois, je croyais qu’avoir des connaissances bibliques et théologiques, c’était connaître Dieu. Je ne m’étais pas rendu compte que les théories théologiques que je comprenais étaient toutes des notions sur Dieu. Elles ne s’accordent pas du tout avec la vérité. Elles étaient une barrière infranchissable qui me poussait à délimiter Dieu et à résister à Son œuvre, et qui me rendait encore plus arrogant et suffisant, sans aucune humilité pour chercher ni crainte de Dieu. Sans l’amour et la miséricorde immenses de Dieu Tout-Puissant, il m’aurait été impossible de recevoir Son salut ! Aussi, quand j’aspirais au statut et au plaisir et ne savais pas quoi choisir, Dieu S’est servi de Ses paroles pour m’éclairer et me guider de nombreuses fois, pour m’aider à renoncer à ma position et à suivre Son œuvre. Sans le soin et le soutien de Dieu, je n’aurais jamais pu retourner à Dieu. Voilà pourquoi je sens que l’amour de Dieu est concret et réel.

Voulez-vous accueillir le Seigneur pour devenir la personne la plus chanceuse du monde ? Contactez-nous pour trouver le chemin.

Contenu connexe

Le mystère du retour du Seigneur

Par Li Chunmei, Corée du Sud J’ai gagné la foi dans le Seigneur en 2012. Dans les réunions, les pasteurs répétaient souvent : « La Bible...

Laisser un commentaire

Contactez-nous par WhatsApp