Comment faire face aux difficultés pour prêcher l’Évangile

24 novembre 2022

Par Kelvin, Pérou

Toute ma famille était catholique, comme l’étaient la plupart des autres villageois. Mais comme l’Église catholique de notre village n’était présidée par aucun prêtre, cela faisait longtemps que personne n’y allait étudier la Bible. Et puis, le 22 mai 2020, j’ai lu en ligne les paroles de Dieu Tout-Puissant. En lisant ces paroles de Dieu, j’ai acquis la certitude que le Seigneur Jésus était revenu, qu’Il était le Christ des derniers jours, Dieu Tout-Puissant, et j’ai joyeusement accepté l’œuvre de Dieu Tout-Puissant des derniers jours. Plus tard, j’ai lu ceci dans les paroles de Dieu Tout-Puissant : « Puisque l’homme croit en Dieu, il doit suivre de près les pas de Dieu, étape par étape ; il devrait “suivre l’Agneau partout où Il va”. Seuls ces gens cherchent le vrai chemin, seuls ces gens connaissent l’œuvre du Saint-Esprit » (« L’œuvre de Dieu et la pratique de l’homme », dans La Parole, vol. 1, « L’apparition et l’œuvre de Dieu »). Je savais qu’en tant que croyants, nous devions connaître l’œuvre de Dieu et suivre Ses pas. Il y avait beaucoup de croyants dans le village, et aucun n’avait entendu la voix de Dieu ni accueilli le Seigneur Jésus de retour, donc j’ai vraiment voulu partager avec eux la formidable nouvelle du retour du Seigneur. Mais j’avais un peu peur. Je trouvais que j’étais jeune et que je ne savais pas prêcher l’Évangile, et donc ils ne m’écouteraient certainement pas. Et puis, ils étaient croyants depuis des années, alors écouteraient-ils mon témoignage du retour du Seigneur Jésus ? Comment pouvais-je échanger pour résoudre les notions ou les confusions qu’ils pourraient avoir ? Que ferais-je s’ils s’opposaient à ce que je croie en Dieu Tout-Puissant et prêche l’Évangile ? Comment me traiteraient-ils ? Je craignais qu’ils me regardent de haut et me disent : « Tu es si jeune, pourquoi aller prêcher au lieu d’aller au lycée ou de trouver un travail ? » J’y ai beaucoup réfléchi, mais je savais que répandre l’Évangile était la volonté de Dieu. Je devais prêcher l’Évangile et témoigner de Dieu.

Alors j’ai prié Dieu et renforcé ma confiance en lisant les paroles de Dieu Tout-Puissant. J’ai lu ceci dans Ses paroles : « Es-tu conscient du fardeau sur tes épaules, de ta commission et de ta responsabilité ? Où est ton sens de la mission historique ? Comment serviras-tu adéquatement en maître à la prochaine ère ? As-tu un sens élevé de maîtrise ? Comment expliquerais-tu le maître de toutes choses ? Est-ce réellement le maître de toutes les créatures vivantes et de toutes les choses physiques dans le monde ? Quels plans as-tu pour la progression de la prochaine étape de l’œuvre ? Combien de gens attendent que tu sois leur berger ? Ta tâche est-elle lourde ? Ils sont malheureux, pitoyables, aveugles, et désorientés, gémissant dans les ténèbres. Où est le chemin ? Combien ils aspirent à ce que la lumière, comme une étoile filante, descende soudainement et dissipe les forces des ténèbres qui ont accablé les hommes depuis tant d’années. Qui peut savoir exactement dans quelle mesure ils espèrent anxieusement et comment ils languissent jour et nuit après cela ? Ces hommes qui souffrent profondément restent emprisonnés dans un cachot obscur, sans espoir d’être libérés, même un jour où la lumière illumine. Quand cesseront-ils de pleurer ? Le malheur de ces esprits fragiles, à qui l’on n’a jamais accordé le repos, est terrible, et ils ont longtemps été gardés attachés dans cet état par d’impitoyables liens et par l’histoire figée. Qui a entendu les cris de leurs gémissements ? Qui a observé leur état misérable ? As-tu jamais imaginé à quel point le cœur de Dieu est chagriné et anxieux ? Comment peut-Il supporter de voir l’humanité innocente, créée de Ses propres mains, endurer un tel tourment ? Après tout, les êtres humains sont les victimes qui ont été empoisonnées. Bien que l’homme ait survécu jusqu’à ce jour, qui aurait su que l’humanité a depuis longtemps été empoisonnée par le malin ? As-tu oublié que tu es l’une des victimes ? Dans ton amour pour Dieu, n’es-tu pas prêt à t’efforcer de sauver ces survivants ? N’es-tu pas prêt à consacrer toute ton énergie à rendre la pareille à Dieu qui aime l’humanité comme Sa propre chair et Son propre sang ? Tout compte fait, comment interprètes-tu ton utilisation par Dieu pour vivre ta vie extraordinaire ? As-tu réellement la détermination et la confiance pour vivre la vie riche de sens d’une personne pieuse qui sert Dieu ? » (« Comment devrais-tu entreprendre ta future mission ? », dans La Parole, vol. 1, « L’apparition et l’œuvre de Dieu »). J’ai appris que prêcher l’Évangile était notre devoir. Beaucoup de gens n’ont pas encore entendu la voix de Dieu et ne se doutent pas que le Seigneur est revenu et est en train d’accomplir l’œuvre du jugement pout purifier les gens. Ils vivent encore dans le malheur de la corruption par Satan. Dieu espère que nous pourrons tous être attentifs à Sa volonté, nous lever et coopérer avec Lui. Quelles que soient les questions et les difficultés auxquelles nous sommes confrontés, nous devons prier et nous appuyer sur Dieu davantage, et faire tout notre possible pour répandre l’Évangile du Règne. Mais je ne comprenais pas la volonté de Dieu : je me trouvais trop jeune pour pouvoir prêcher l’Évangile. J’avais peur que les villageois ne m’écoutent pas et me regardent de haut, j’étais donc coincé dans les difficultés de mes propres imaginations, accablé d’inquiétudes. Je ne pensais qu’à mes difficultés, sans considérer la volonté de Dieu, et je ne pensais pas à prier et m’appuyer sur Dieu à travers ces difficultés, pour accomplir mon devoir et assumer mes responsabilités. En songeant qu’une foule de gens espéraient le retour du Seigneur pour être sauvés des ténèbres, j’avais le sentiment d’être dans l’urgence. J’ai décidé de faire tout mon possible pour diffuser l’Évangile de Dieu dans les derniers jours et en témoigner, de consacrer tout mon temps et toute mon énergie au travail d’évangélisation.

Après cela, j’ai commencé à faire des plans pour leur prêcher l’Évangile. D’abord, je suis allé au magasin de photocopies imprimer des invitations afin que dix familles entendent un sermon dans ma maison. Les gens ont été assez surpris et ont dit des choses agréables sur ce que je faisais. J’étais vraiment content. Après ça, j’ai pensé que si beaucoup de gens venaient ce soir-là, avec juste mon petit téléphone mobile, il serait difficile pour tout le monde de lire les paroles de Dieu tout en écoutant le sermon. Je suis donc allé demander à un ami de me prêter son ordinateur portable. Ce soir-là, 13 personnes sont venues écouter le sermon et tout le monde a aimé lire les paroles de Dieu au cours de la réunion. Ceux qui voulaient lire se levaient et se portaient volontaires, et ils ont adoré ça. À la fin de la réunion, ils étaient tous vraiment contents. Ils ont dit que les paroles de Dieu étaient merveilleuses et qu’elles les nourrissaient, et que c’était chouette de se réunir pour les lire. Ils ont aussi voulu amener leurs proches le lendemain. Voir à quel point tout le monde aspirait aux paroles de Dieu m’a rendu vraiment heureux. Mais toujours emprunter l’ordinateur portable de mon ami n’était pas viable, alors j’ai voulu en acheter un moi-même. Or, quand j’ai réuni tout mon argent, ce n’était toujours pas suffisant pour acheter un ordinateur portable. J’avais le sentiment d’être dans un dilemme. En me renseignant, j’ai appris qu’un vidéoprojecteur coûtait moins cher qu’un ordinateur et j’ai donc décidé d’emprunter pour acheter un vidéoprojecteur afin que les autres villageois puissent lire les paroles de Dieu de cette façon. Je suis allé contracter un emprunt au siège du comté, et j’ai acheté un vidéoprojecteur. J’ai tout préparé avant que commence la réunion suivante. Les villageois n’ont pas tardé à se montrer. Dix-neuf personnes étaient présentes, remplissant toute la salle. À ce moment-là, j’ai vu que Dieu avait tout arrangé et j’ai été très enthousiasmé. Je me suis hâté de trouver un haut-parleur pour que tout le monde puisse écouter les paroles de Dieu. J’ai échangé sur la vérité et sur la façon dont les prophéties du retour du Seigneur se sont accomplies, la manière de L’accueillir, la façon d’être sûr que le Seigneur Jésus est revenu et le fait que Dieu soit venu exposer chaque type de personne. Les gens présents ont tous participé avec enthousiasme à la lecture des paroles de Dieu, et certains enfants aussi étaient ravis de lire les paroles de Dieu. En voyant combien ils avaient soif des paroles de Dieu, j’ai su que tout cela était l’œuvre de Dieu. Certaines personnes se sont attardées après la fin de la réunion et ont dit qu’elles avaient vraiment apprécié. Le chef du village et les autres étaient tous très émus, et le chef du village voulait que tous les habitants viennent écouter les paroles de Dieu. C’était une surprise vraiment agréable. Ce résultat a totalement descendu en flammes mes notions et imaginations : j’ai eu honte. J’ai vraiment été témoin de l’œuvre et des conseils de Dieu, et j’ai acquis plus de foi pour partager l’Évangile. Après cela, j’ai invité chaque jour les villageois à écouter des sermons, et de plus en plus de gens sont venus. Ils étaient tous ravis et disaient : « Je n’avais encore jamais lu ce genre de chose. Dieu S’est fait chair et est revenu, et nous pouvons nous retrouver face à face avec Lui. Nous avons vraiment de la chance de pouvoir accueillir le Seigneur. » Ils ont aussi planifié un événement pour inviter à une réunion plus de gens des villes des environs. Ils m’ont dit : « Tu es si jeune, mais tu fais ça pour les villageois, tu nous permets d’entendre les paroles de Dieu et tu es si consciencieux pour ça. Personne n’avait encore fait ce genre de chose pour nous. Nous n’aurions jamais pensé qu’une jeune personne comme toi le ferait : c’est merveilleux. » Je savais que c’étaient entièrement les actes de Dieu, ce qui m’a enthousiasmé et a renforcé ma foi.

Mais en abreuvant ces nouveaux croyants, j’ai rencontré toutes sortes de difficultés. Parfois, ma connexion Internet n’était pas bonne et je devais faire du porte-à-porte pour organiser les réunions. Le pire était qu’il pleuvait beaucoup et quand il pleuvait, toutes les routes devenaient boueuses et il était difficile de les parcourir. Quand j’allais les abreuver, je courais d’une maison à l’autre. Parfois je me précipitais vers la maison d’un nouveau croyant avant qu’il ne commence à pleuvoir et je devais attendre car il n’était pas encore rentré. Ensuite, quand j’avais fini d’échanger avec lui, le chemin du retour était en mauvais état. Je m’épuisais et me sentais négatif et faible, alors je priais et lisais les paroles de Dieu. Et puis, j’ai lu ceci dans les paroles de Dieu Tout-Puissant : « Ne te décourage pas, ne sois pas faible, et Je rendrai les choses claires pour toi. La route vers le royaume n’est pas si lisse ; rien n’est si simple ! Tu veux que les bénédictions viennent à toi facilement, n’est-ce pas ? Aujourd’hui, tout le monde aura des épreuves amères à affronter. Sans de telles épreuves, le cœur aimant que vous avez pour Moi ne deviendra pas plus fort et vous n’aurez pas un amour vrai pour Moi. Même si ces épreuves sont constituées simplement de circonstances mineures, tout le monde doit passer à travers ; c’est juste que la difficulté des épreuves variera d’une personne à une autre. Les épreuves sont une bénédiction de Ma part, et combien d’entre vous viennent souvent devant Moi quémander à genoux Mes bénédictions ? Enfants stupides ! Vous pensez toujours que quelques paroles propices comptent comme Ma bénédiction, mais vous ne reconnaissez pas que l’amertume est l’une de Mes bénédictions » (« Déclarations de Christ au commencement », chap. 41, dans La Parole, vol. 1, « L’apparition et l’œuvre de Dieu »). « Lorsque tu fais face à des souffrances, tu dois pouvoir oublier la chair et ne pas te plaindre de Dieu. […] Quelle que soit ta stature réelle, tu dois d’abord posséder la volonté d’endurer les souffrances aussi bien que la vraie foi, et tu dois aussi avoir la volonté de renoncer à la chair. Tu dois être prêt à endurer des souffrances personnelles et à supporter la perte de tes intérêts personnels, afin de satisfaire la volonté de Dieu. Tu dois également être capable de ressentir dans ton cœur du regret vis-à-vis de toi-même. Dans le passé, tu étais incapable de satisfaire Dieu, et maintenant, tu le regrettes. Tu ne dois manquer d’aucune de ces choses, car c’est à travers ces choses que Dieu te rendra parfait. Si tu ne parviens pas à remplir ces conditions, tu ne peux pas être perfectionné » (« Ceux qui doivent être rendus parfaits doivent subir l’épurement », dans La Parole, vol. 1, « L’apparition et l’œuvre de Dieu »). Ces paroles de Dieu m’ont réconforté et encouragé à ne pas baisser les bras, sachant que Dieu me guidait et m’aidait. J’avais éprouvé un certain inconfort physique et j’avais payé un peu le prix pour prêcher l’Évangile, mais c’était important et précieux, c’était la chose la plus juste à faire, et ce qui gagnerait le plus l’approbation et les bénédictions de Dieu. J’ai pensé à Pierre, à Matthieu et aux autres apôtres du Seigneur Jésus qui avaient beaucoup souffert pour répandre l’Évangile, et certains étaient même morts dans leurs efforts pour prêcher l’Évangile. Mais ils restaient fermes quand ils prêchaient l’Évangile, et ne reculaient jamais. Comparé à eux, le peu que j’avais souffert ne méritait même pas qu’on en parle. Avoir la chance de pouvoir accepter l’œuvre de Dieu dans les derniers jours et pouvoir accomplir mon devoir de répandre l’Évangile du Règne, c’était l’élévation et la grâce de Dieu. Je ne pouvais pas m’empêcher de me soucier de ma chair, ayant peur d’une petite épreuve. Il fallait que je sois prêt à souffrir. Je ne pouvais pas me décourager, quelles que soient les difficultés. Même si je souffrais d’inconfort physique, je devais quand même prêcher l’Évangile et témoigner de l’œuvre de Dieu, faire mon devoir pour satisfaire Dieu.

Par la suite, je suis tombé malade, j’ai été enrhumé plusieurs jours durant. Le soir j’avais de la fièvre, mal à la tête et mal à l’estomac. Je ne pouvais même plus parler. Une sœur a vu que je n’étais pas en forme et m’a dit : « Tu ne devrais pas aller à la réunion de ce soir. » Sur le coup, j’ai acquiescé. Mais après, l’idée de laisser les nouveaux croyants se réunir par eux-mêmes m’a mis mal à l’aise. Je me disais que mon mal-être était un test et que je devais tout de même bien faire mon devoir. Je me suis rappelé qu’un jour j’avais été malade et blessé à la jambe, mais j’étais quand même allé jouer au foot. Alors maintenant, pourquoi ne pourrais-je pas faire mon devoir ? À cette pensée, j’ai pris ma moto et je suis allé à la réunion. À ma surprise, en arrivant je ne me suis pas senti si mal. J’étais vraiment content. Au bout de deux ou trois jours seulement, j’allais mieux.

Plus tard, au bout de plus d’un mois de travail acharné, la plupart des villageois, à part ceux qui travaillaient en dehors de la ville, avaient accepté l’Évangile de Dieu Tout-Puissant des derniers jours. Plus tard, j’ai pensé que même si j’avais prêché l’Évangile à tous les villageois, ça ne suffisait pas à satisfaire la volonté de Dieu. J’ai voulu que plus de gens entendent la voix de Dieu, parce qu’il y a encore beaucoup de gens qui ignorent que le Seigneur Jésus est revenu, qu’Il exprime beaucoup de vérités et accomplit l’œuvre de purification et de salut de l’humanité. J’ai donc décidé de prêcher l’Évangile dans d’autres villages. J’ai prié dans mon cœur : « Ô Dieu Tout-Puissant, guide-moi pour que je ne perde pas la foi et que je puisse aller de l’avant. Je suis convaincu que Tu m’aideras à résoudre toutes les difficultés auxquelles je suis confronté. » Après ça, je suis allé prêcher l’Évangile dans un village voisin. J’ai descendu une route boueuse pendant 30 minutes pour leur prêcher l’Évangile, mais les trois premiers ménages m’ont dit qu’ils n’avaient pas le temps et m’ont poliment renvoyé. J’ai été vraiment déçu et un peu découragé. Ce soir-là, je suis rentré chez mois très tard. Sœur Annie m’a appelé pour savoir comment s’était passé mon partage de l’Évangile, et elle a échangé avec moi sur les paroles de Dieu, ce qui m’a encouragé et aidé. J’ai lu ceci dans les paroles de Dieu Tout-Puissant : « Ce que Je désire, c’est ta fidélité, ton obéissance, ton amour et ton témoignage maintenant. Même si tu ne sais pas, à l’heure actuelle, ce que sont le témoignage et l’amour, tu dois Me donner tout ton être et Me remettre les seuls trésors que tu possèdes : ta fidélité et ton obéissance. Tu dois savoir que le témoignage de Ma victoire sur Satan se trouve dans la loyauté et l’obéissance de l’homme, tout comme le témoignage de Ma conquête complète de l’homme. Le devoir de ta foi en Moi est de témoigner pour Moi, de M’être fidèle, à Moi et à personne d’autre, et d’être obéissant jusqu’à la fin. Avant que J’entame la prochaine étape de Mon œuvre, comment Me rendras-tu témoignage ? Comment Me seras-tu fidèle et obéissant ? Vas-tu consacrer toute ta fidélité à ta fonction ou simplement abandonner ? Souhaiterais-tu plutôt te soumettre à tous Mes arrangements (même la mort ou la destruction) ou fuir à mi-chemin pour éviter Mon châtiment ? Je te châtie afin que tu Me rendes témoignage et que tu Me sois fidèle et obéissant. En outre, le châtiment à l’heure actuelle sert à inaugurer la prochaine étape de Mon œuvre et à permettre à l’œuvre de progresser sans entrave. Par conséquent, Je t’exhorte à être sage et à ne pas traiter ta vie ni la signification de ton existence comme un terrain sablonneux sans valeur. Peux-tu savoir exactement ce que sera Ma prochaine œuvre ? Sais-tu comment Je travaillerai dans les jours à venir et comment se déroulera Mon œuvre ? Tu dois connaître la signification de l’expérience que tu as de Mon œuvre et, en outre, la signification de ta foi en Moi. J’ai tant réalisé. Comment pourrais-Je abandonner à mi-chemin comme tu te l’imagines ? J’ai accompli une œuvre si vaste. Comment pourrais-Je la détruire ? En effet, Je suis venu mettre fin à cette ère. Cela est vrai, mais tu dois aussi savoir que Je vais commencer une nouvelle ère, une nouvelle œuvre et, surtout, diffuser l’Évangile du Règne. Ainsi, tu dois savoir que l’œuvre actuelle consiste seulement à commencer une nouvelle ère, à jeter les bases pour la diffusion de l’Évangile à long terme et pour la conclusion future de cette ère. Mon œuvre n’est pas aussi simple que tu le penses, elle n’est pas non plus sans valeur ni sans importance comme tu peux le croire. Par conséquent, Je dois encore te dire : tu dois donner ta vie pour Mon œuvre et, plus encore, tu dois te consacrer à Ma gloire. J’ai tant attendu que tu Me rendes témoignage et J’ai attendu encore plus longtemps que tu répandes Mon Évangile. Tu dois comprendre ce qu’il y a dans Mon cœur » (« Que connais-tu de la foi ? », dans La Parole, vol. 1, « L’apparition et l’œuvre de Dieu »). Lire cela dans les paroles de Dieu m’a donné de la force. J’ai senti que Dieu me disait que je devais avoir foi en Lui et que quelles que soient les difficultés que je rencontrais, je ne pouvais pas être faible ni négatif, ni découragé ni abattu, car Dieu nous guide. Tant que je serais attentif à Sa volonté et que j’irais répandre Son Évangile du Règne, Il m’ouvrirait un chemin. Grâce aux paroles de Dieu, j’ai vu que le chemin du partage de l’Évangile n’était pas facile mais exigeait qu’on souffre et qu’on paye un prix. Noé avait prêché l’Évangile pendant 120 ans et il avait été moqué, dénigré et calomnié par les gens. Il avait beaucoup souffert, et bien qu’il n’ait converti personne, il n’avait pas renoncé et n’était pas devenu faible : il avait continué à prêcher l’Évangile. Noé était resté ferme dans sa dévotion et sa soumission à Dieu. Il avait fait son devoir d’être créé et gagné l’approbation et les bénédictions de Dieu. Quand Dieu a envoyé le déluge pour détruire le monde, les huit membres de la famille de Noé ont été sauvés par Lui. Ils ont survécu. Et puis, quant à moi, j’avais juste prêché l’Évangile à trois familles et m’étais découragé quand elles ne l’avaient pas accepté. Je n’avais pas une vraie foi en Dieu. En fait, Dieu avait permis que je connaisse cette situation, cette difficulté pour perfectionner ma foi et ma dévotion. Et donc, qu’ils acceptent ou non l’Évangile, je devais le prêcher. C’était mon devoir.

Les paroles de Dieu m’ont donné la force. Le lendemain, je suis allé prêcher l’Évangile dans un autre village. J’ai aussi dit une prière, demandant à Dieu Tout-Puissant d’éclairer les destinataires potentiels de l’Évangile pour qu’ils comprennent Ses paroles. Ce soir-là, j’ai trouvé quelqu’un d’intéressé à entendre l’Évangile et qui plus est, j’ai ensuite continué à rencontrer d’autres personnes à qui prêcher l’Évangile et cette nuit-là, j’ai converti six personnes. J’ai été très surpris, car certains destinataires de l’Évangile étaient catholiques et avaient beaucoup de notions, mais quand j’ai échangé avec eux sur les paroles de Dieu, ils ont compris et ils ont accepté l’Évangile de Dieu Tout-Puissant des derniers jours. Ensuite, je suis allé ailleurs et chaque fois que j’allais prêcher l’Évangile, je priais, demandant à Dieu de m’éclairer et de me guider, pour que je sache prêcher et témoigner des paroles de Dieu. À mesure que de plus en plus de gens acceptaient l’Évangile de Dieu, ma foi grandissait. Même si parfois, quand j’allais dans d’autres villages prêcher à des étrangers, j’étais un peu timide et effrayé, la direction des paroles de Dieu m’a donné confiance et le courage d’y faire face. Je savais que je devais absolument échanger avec eux, que c’était mon devoir, et si je ne partageais pas l’Évangile avec eux, je n’aurais pas d’autre possibilité de pratiquer, et je n’apprendrais pas ni n’obtiendrais plus de vérités. Après ça, en pratiquant constamment le partage de l’Évangile, j’ai cessé d’être aussi nerveux et apeuré et j’ai compris de plus en plus clairement la vérité des visions. Je me suis senti vraiment détendu et libre.

J’ai vraiment beaucoup gagné en prêchant l’Évangile. Si je n’avais pas vécu tout ça, en aucun cas je n’aurais pu comprendre la règle toute puissante de Dieu et je n’aurais pas pu apprendre l’importance de mon devoir ni comment chercher Dieu à travers les épreuves.

Voulez-vous accueillir le Seigneur pour devenir la personne la plus chanceuse du monde ? Contactez-nous pour trouver le chemin.

Contenu connexe

Le mal qu’on fait en frimant

Par Ruoyu, Espagne Il y a quelques années, je faisais le devoir d’abreuvement avec des frères et sœurs d’une même tranche d’âge. Ils...

Après les mensonges

Par Chen Shi, Chine Dieu Tout-Puissant dit : « Vous devez savoir que Dieu aime ceux qui sont honnêtes. En substance, Dieu est fidèle, et...

Contactez-nous par WhatsApp