L’épreuve d’un environnement difficile

24 octobre 2022

Par Junior, Afrique

Depuis mon enfance, j’ai toujours été influencé par la société. Dans tout ce que je faisais, j’aimais suivre les autres. Les gens autour de moi étaient chrétiens, alors je l’étais aussi. Mais quand j’ai voulu étudier Dieu et chercher des informations sur Lui, j’ai commencé à me poser ces questions : pourquoi croyons-nous en Dieu ? Comment pouvons-nous connaître Dieu ? Dans ce monde sombre et malfaisant, où est la vérité, en fait ? Pourquoi les gens subissent-ils des épreuves dans la vie ? Ces questions formaient un mystère après l’autre et je n’obtenais jamais aucune réponse. Heureusement, après avoir accepté l’Évangile de Dieu Tout-Puissant dans les derniers jours, j’ai trouvé des réponses à toutes ces questions déroutantes dans les paroles de Dieu Tout-Puissant. J’ai appris que, dans la foi, les gens pouvaient parvenir à la connaissance de Dieu, à la soumission à Dieu et à l’amour pour Dieu, en faisant l’expérience des paroles et de l’œuvre de Dieu. J’ai aussi appris que, dans les derniers jours, Dieu se servait du jugement, du châtiment, des épreuves et de l’épurement pour perfectionner les gens et purifier leur corruption. Alors j’ai prié pour que des épreuves s’abattent sur moi. J’aurais même aimé être né en Chine, pour pouvoir subir l’oppression et les persécutions du régime satanique, comme mes frères et sœurs chinois, afin de porter un témoignage retentissant, et pour que Dieu fasse de moi un vainqueur grâce aux épreuves. Quand j’ai connu cet éveil, il m’est vite arrivé quelque chose.

Du fait de la pandémie, l’entreprise pour laquelle je travaillais a fait faillite, et j’ai perdu mon emploi. J’ai cherché du travail dans des tas d’autres sociétés, mais on ne m’a jamais appelé pour passer le moindre entretien. Le temps passant, ma situation a empiré. Je n’avais ni revenu ni argent pour acheter de quoi manger. Je ne savais pas quoi faire. Avant ça, j’avais pris part à des réunions en ligne, lu les paroles de Dieu Tout-Puissant, regardé des films chrétiens et fait mon devoir avec les autres, tout cela après le travail. C’était ce qui comptait le plus pour moi, et je me disais que c’était une façon formidable de pratiquer sa foi. Mais maintenant que je traversais cette épreuve, je me disais que, puisque je croyais au seul vrai Dieu, Il allait certainement prendre soin de moi et m’aider. Je priais également Dieu, en Lui demandant de me donner du travail. Je pensais que, puisque j’étais croyant, Dieu allait m’octroyer tout ce que je demandais, mais ce n’est pas ce que Dieu a fait. Je me suis senti faible et confus. Chaque jour, je lisais les paroles de Dieu et je priais, alors pourquoi Dieu ne m’aidait-Il pas quand je souffrais ? Quand ces pensées me venaient, je songeais à Job. Quand Job avait perdu tous ses biens, il était néanmoins resté ferme dans son témoignage. Job croyait que toutes choses, bonnes et mauvaises, étaient arrangées par Dieu, et il ne s’était jamais plaint. Il avait remercié Dieu de lui avoir accordé des bénédictions matérielles, et quand Dieu avait retiré ces bénédictions, Job avait continué à louer le nom de l’Éternel Dieu. En réfléchissant soigneusement à la foi et aux prières de Job, j’ai compris à quel point ma foi était dérisoire et ne pouvait être comparée à celle de Job. Je savais que je devais suivre l’exemple de Job et, comme lui, me soumettre à la loi et aux arrangements de Dieu. Mais à l’idée de ne pas avoir suffisamment à manger, je ne savais pas quoi faire. Surtout, je n’avais accepté Dieu Tout-Puissant que trois mois plus tôt, et je ne comprenais pas une grande partie de la parole de Dieu. Ayant déjà utilisé mon quota de données mobiles, je ne pouvais plus assister aux réunions en ligne. Je ne pouvais plus qu’implorer Dieu : « Dieu, que je meurs de faim ou non est entre Tes mains. Même si je meurs, je me soumettrai à Ta loi et à Tes arrangements. » Prier ainsi m’a apporté un sentiment de paix. Ce même jour, après ma prière, il m’est arrivé quelque chose d’inattendu : mon oncle m’a appelé et il m’a demandé si je voulais travailler pour son entreprise de construction. Travailler dans le bâtiment est fatiguant, mais au bout d’une semaine, j’avais gagné suffisamment pour subvenir à mes besoins pendant un moment. J’ai sincèrement remercié Dieu ! Vu la situation, j’ai commencé à me demander pourquoi Dieu n’était pas intervenu quand je Lui avais demandé de m’aider à trouver du travail, et pourquoi Il ne m’avait pas aidé quand j’avais prié en disant que j’étais prêt à me soumettre.

Et puis, un jour, j’ai lu ces paroles de Dieu, qui m’ont apporté une certaine compréhension de la situation. Dieu Tout-Puissant dit : « Si nombreux sont ceux qui croient en Moi seulement pour que Je les guérisse. Si nombreux sont ceux qui croient en Moi seulement pour que J’utilise Mes pouvoirs afin de chasser les esprits impurs de leur corps. Si nombreux sont ceux qui ne croient en Moi que pour que Je leur confère la paix et la joie. Si nombreux sont ceux qui ne croient en Moi que pour Me demander une plus grande richesse matérielle. Si nombreux sont ceux qui ne croient en Moi que pour passer cette vie en paix et être sains et saufs dans le monde à venir. Si nombreux sont ceux qui ne croient en Moi que pour éviter les souffrances de l’enfer et recevoir les bénédictions du ciel. Si nombreux sont ceux qui ne croient en Moi que pour avoir du confort temporaire et qui, pourtant, ne cherchent pas à gagner quoi que ce soit dans le monde à venir. Lorsque J’ai fait descendre Ma fureur sur l’homme et Me suis emparé de toute la joie et de toute la paix qu’il possédait à l’origine, l’homme s’est mis à douter. Quand J’ai fait voir à l’homme la souffrance de l’enfer et repris les bénédictions du ciel, la honte de l’homme s’est transformée en colère. Quand l’homme M’a demandé de le guérir, que Je ne lui ai pas prêté attention et que J’ai ressenti de l’aversion envers lui, il s’est éloigné de Moi pour chercher plutôt la voie de la médecine mauvaise et de la sorcellerie. Quand Je lui ai enlevé tout ce qu’il M’avait demandé, l’homme a disparu sans laisser de traces. Par conséquent, Je dis que l’homme a foi en Moi parce que J’accorde trop de grâce et qu’il y a beaucoup trop à gagner » (« Que connais-tu de la foi ? », dans La Parole, vol. 1, « L’apparition et l’œuvre de Dieu »). « La relation de l’homme avec Dieu n’est qu’une affaire d’intérêt personnel. C’est une relation entre un bénéficiaire et un donateur de bénédictions. Pour le dire simplement, c’est semblable à la relation entre employé et employeur. L’employé travaille seulement pour recevoir les récompenses accordées par l’employeur. Dans une telle relation, il n’y a pas d’affection, seulement une transaction ; il n’y est pas question d’aimer ni d’être aimé, seulement de charité et de miséricorde. Il n’y a pas de compréhension, il n’y a que de l’indignation et de la tromperie refoulées. Il n’y a pas d’intimité, seulement un gouffre infranchissable. Maintenant que les choses en sont arrivées là, qui peut inverser un tel cours ? Et combien de personnes sont capables de comprendre véritablement à quel point cette relation est devenue désespérée ? Je crois que lorsque les gens se plongent dans la joie d’être bénis, personne ne peut imaginer à quel point une telle relation avec Dieu est embarrassante et disgracieuse » (« L’homme ne peut être sauvé que dans le cadre de la gestion de Dieu », dans La Parole, vol. 1, « L’apparition et l’œuvre de Dieu »). Ces paroles de Dieu révèlent notre désir d’obtenir des bénédictions, et nos états corrompus. En fait, beaucoup de gens ne cherchent qu’à être réconfortés par Dieu dans leur foi. Ils ne veulent subir aucun malheur et ils espèrent que Dieu leur donnera tout ce qu’ils veulent, mais il ne se demandent jamais s’ils satisfont Dieu. Pour eux, se soumettre à Dieu et répondre à ses exigences n’est pas important, l’essentiel est que Dieu leur accorde ce qu’ils veulent. Dans ma foi en le Seigneur, les pasteurs et les anciens prêchaient souvent que nous devions prier pour obtenir les bénédictions de Dieu, mais ce genre de poursuite sali notre relation à Dieu. Exactement comme les paroles de Dieu le révèlent : « La relation de l’homme avec Dieu n’est qu’une affaire d’intérêt personnel. C’est une relation entre un bénéficiaire et un donateur de bénédictions. Pour le dire simplement, c’est semblable à la relation entre employé et employeur. L’employé travaille seulement pour recevoir les récompenses accordées par l’employeur. Dans une telle relation, il n’y a pas d’affection, seulement une transaction. » Les paroles de Dieu sont la vérité, alors j’ai réfléchi sur moi-même. J’ai vu que ma foi, elle aussi, ne visait qu’à gagner les bénédictions de Dieu. Cette intention était profondément enfouie dans les recoins de mon cœur. Je pensais que, puisque Dieu était revenu sur terre, Il allait assurément bénir tous ceux qui L’acceptaient. Je croyais qu’ayant accepté l’œuvre de Dieu des derniers jours, les bénédictions ne sauraient tarder, et que ma vie était sur le point de s’améliorer. Mais ça ne s’était pas passé comme ça. J’avais rencontré des problèmes et ma vie était devenue plus difficile, alors j’étais devenu faible et négatif. Je n’avais pas de revenu, je n’avais rien à manger, je ne pouvais pas utiliser Internet pour prendre part à des réunions. Comment aurais-je pu continuer à pratiquer ma foi ? J’étais mécontent, j’avais l’impression que Dieu ne Se souciait pas de moi. J’avais cherché du travail partout, et prié pour que Dieu m’apporte son aide, mais Il n’avait jamais répondu, Il ne m’avait pas donné ce que j’avais prié pour avoir. J’avais alors commencé à douter de Dieu : Est-Il le vrai Dieu ? Ça s’était passé exactement comme Dieu le disait : « Lorsque J’ai fait descendre Ma fureur sur l’homme et Me suis emparé de toute la joie et de toute la paix qu’il possédait à l’origine, l’homme s’est mis à douter. » Du fait de la révélation de ces paroles de Dieu, j’ai eu honte de ce que j’avais montré. Ces paroles de Dieu m’ont également montré qu’avoir la foi pour obtenir des bénédictions était une mauvaise perspective, parce que je considérais Dieu comme un dispensateur de bénédictions et que je me voyais moi-même comme le destinataire de ces bénédictions. Quand Dieu ne m’avait pas donné un bon poste, comme je l’aurais voulu, je L’avais accusé, j’avais pensé qu’Il ne se souciait pas du tout de moi. J’ai vu dans quelle mesure mon point de vue sur la foi était absurde, ignorant et stupide. J’ai pensé que, depuis mon enfance, j’allais à des réunions, et que tout ce que j’entendais, c’était : « Dieu t’accordera de grandes bénédictions ! Dieu te bénira, si tu es croyant. Prie et demande des choses à Dieu, et Il répondra certainement. » Ces choses, que j’avais entendu dire dans le monde religieux, et par mes parents et mon entourage, avaient eu un fort impact sur moi, elles m’avaient fait penser qu’il me suffisait de croire pour obtenir les bénédictions de Dieu et échapper aux souffrances terrestres. Avant, je ne m’étais jamais dit qu’avoir un désir de bénédictions dans la foi était mal, et je n’avais vraiment pas vu que c’était là avoir un tempérament satanique. Je n’en avais eu aucune compréhension avant de lire les paroles de Dieu qui exposaient la corruption des gens. Je me suis demandé si la foi servait vraiment seulement à recevoir des bénédictions matérielles, et si ceux qui avaient assez d’argent et de biens matériels étaient ceux que Dieu approuvait. Si c’était le cas, pourquoi le Seigneur Jésus avait-il dit, dans Jean 6:27 : « Travaillez, non pour la nourriture qui périt, mais pour celle qui subsiste pour la vie éternelle, et que le Fils de l’homme vous donnera ; car c’est lui que le Père, que Dieu a marqué de son sceau » ? Il avait également dit : « Ne vous amassez pas des trésors sur la terre, où la teigne et la rouille détruisent, et où les voleurs percent et dérobent ; mais amassez-vous des trésors dans le ciel, où la teigne et la rouille ne détruisent point, et où les voleurs ne percent ni ne dérobent. Car là où est ton trésor, là aussi sera ton coeur » (Matthieu 6:19-21). Puis j’ai compris que demander sans cesse des bénédictions matérielles à Dieu, c’était le désir extravagant de l’humanité, c’était de la corruption, et Dieu détestait cela. C’était entièrement parce que Satan égarait l’homme et l’empêchait de connaître l’identité de Dieu, et surtout de savoir que Dieu régnait sur son destin, et l’homme était donc incapable de se soumettre à son Créateur. Quand tout va bien, nous remercions Dieu et nous Le louons, mais, face à des épreuves dans la vie, quand Dieu ne satisfait pas nos exigences, nous comprenons mal Dieu et nous L’accusons. Cela m’a fait penser à Abraham. Il était prêt à se soumettre à tout ce qui venait de Dieu, et, que ce soit bon ou mauvais, il ne suivait pas ses choix personnels. Quand Dieu avait dit à Abraham de sacrifier son fils, Abraham avait été prêt à le faire, comme Dieu le demandait. Cela avait été une vraie souffrance pour Abraham, mais il n’avait pas demandé à Dieu : « Pourquoi me demandes-Tu ça ? Comment peux-Tu me traiter ainsi ? » Abraham croyait que, quoi que Dieu lui demande, il devait obéir. Il savait que Dieu était le Créateur, et que lui-même était un être créé, et qu’il devait donc se soumettre sans conditions et accepter tous les commandements, toutes les exigences de Dieu. La foi d’Abraham avait gagné l’approbation de Dieu. Mais, à présent, les gens sont complètement différents d’Abraham. Nous sommes sans cesse préoccupés par des pensées sur les bénédictions matérielles et nous ignorons la volonté de Dieu. Le Seigneur Jésus nous a pourtant exhorté : « Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu ; et toutes ces choses vous seront données par-dessus » (Matthieu 6:33). Nous ne devons pas rechercher les bénédictions matérielles, nous devons chercher à accomplir la volonté de Dieu, à poursuivre la vérité et à bien faire nos devoirs. C’est tout ce qui compte. Dieu est le Créateur. C’est Lui qui connaît le mieux nos pensées et ce dont nous avons besoin. Mais à cause de la corruption de Satan, les pensées de l’humanité ont toutes été envahies par la cupidité et le désir de bénédictions matérielles, et nous ne croyons donc pas en Dieu pour Lui obéir et Le satisfaire, mais seulement pour gagner des bénédictions et satisfaire nos propres désirs. Exactement comme le révèlent ces paroles de Dieu Tout-Puissant : « Tous les humains corrompus vivent pour eux-mêmes. Chacun pour soi, Dieu pour tous : tel est, en résumé, la nature humaine. Les gens croient en Dieu pour eux-mêmes ; quand ils renoncent à des choses et se dépensent pour Dieu, c’est afin d’être bénis, et quand ils Lui sont fidèles, c’est afin d’être récompensés. En somme, ils font tout cela dans le but d’être bénis, récompensés, et d’entrer dans le royaume des cieux. Au sein de la société, les gens travaillent pour leur profit personnel, et dans la maison de Dieu, ils accomplissent un devoir afin d’être bénis. C’est pour gagner des bénédictions que les gens renoncent à tout et qu’ils peuvent supporter beaucoup de souffrances : il n’y a pas de meilleure preuve de la nature satanique de l’homme » (La Parole, vol. 3, « Sermons de Christ des derniers jours », Troisième partie). Ces paroles de Dieu exposaient l’exacte vérité à mon sujet. J’ai vu mon ignorance et mon égoïsme, et appris que, lorsque je rencontrais quelque chose que je n’aimais pas, je devais prier et me soumettre à Dieu, que je ne pouvais pas me contenter de poursuivre la grâce et les bénédictions. Mais j’ai vite rencontré le même problème de nouveau. Comme je n’avais travaillé pour mon oncle qu’une seule semaine, avant de démissionner, et qu’ensuite j’étais resté chez moi pour me concentrer sur mon devoir, j’ai vite été à court d’argent. Je ne savais pas où j’allais trouver mon prochain repas, comment j’allais obtenir du travail, parce que je n’avais ni diplôme ni qualifications pour être embauché. Je n’avais rien, pas même d’argent pour acheter des données mobiles supplémentaires. J’avais vraiment besoin d’un accès à Internet pour prendre part à des réunions en ligne et faire un devoir. Réfléchir à ça m’a rendu faible, de nouveau, et j’ai pensé qu’il n’y avait aucun espoir pour moi. C’est alors que ma mère m’a dit qu’en raison de la pandémie, la famille n’avait plus rien pour vivre, et qu’elle espérait que j’allais pouvoir les aider. Savoir que ma mère était autant aux abois que moi m’a affaibli et fait souffrir encore plus. Je ne savais pas quoi faire. J’avais l’impression de souffrir tellement plus que les autres, que ma vie était vraiment dure. Je n’arrivais pas à comprendre clairement la volonté de Dieu. Je me disais que, puisque j’étais accaparé par mon devoir chaque jour, Dieu devait prendre soin de moi, alors pourquoi ma situation continuait-elle d’empirer ?

Durant cette période, j’ai beaucoup lu les paroles de Dieu et écouté pas mal d’hymnes de louange. Ces deux passages des paroles de Dieu m’ont aidé à comprendre sa volonté. Dieu Tout-Puissant dit : « Dans leur croyance en Dieu, ce que les gens cherchent, c’est obtenir des bénédictions pour l’avenir ; c’est le but de leur foi. Tous les gens ont cette intention et cet espoir, mais la corruption dans leur nature doit être résolue à travers des épreuves. Quels que soient les aspects pour lesquels tu n’es pas purifié et révèles de la corruption, ce sont des aspects dans lesquels tu dois être épuré – c’est l’arrangement de Dieu. Dieu crée pour toi un environnement, te forçant à y être épuré de sorte que tu puisses connaître ta propre corruption. À terme, tu atteins un stade auquel tu préfèrerais mourir et abandonner toutes tes manigances et tous tes désirs et te soumettre à la souveraineté et à l’arrangement de Dieu. Ainsi, si les gens n’ont pas quelques années d’épurement et s’ils n’endurent pas une certaine quantité de souffrance, ils ne seront pas capables de se débarrasser de la servitude de la corruption de la chair dans leurs pensées et dans leur cœur. Quels que soient les aspects où les gens sont encore soumis à l’esclavage de Satan et quels que soient les aspects où ils ont encore leurs propres désirs et leurs propres exigences, ce sont ces aspects-là dans lesquels ils devraient souffrir. Ce n’est que par la souffrance que des leçons peuvent être apprises, ce qui signifie être capable d’acquérir la vérité et de comprendre la volonté de Dieu. En fait, de nombreuses vérités sont comprises en faisant l’expérience d’épreuves pénibles. Personne ne peut comprendre la volonté de Dieu, reconnaître la toute-puissance et la sagesse de Dieu ou apprécier le juste tempérament de Dieu quand il est dans un environnement confortable et facile, ou quand les circonstances sont favorables. Ce serait impossible ! » (La Parole, vol. 3, « Sermons de Christ des derniers jours », Troisième partie). « Les gens ont toujours des exigences déraisonnables vis-à-vis de Dieu. Ils sont toujours en train de penser : “Nous avons quitté nos familles et nous accomplissons nos devoirs, Dieu devrait donc nous bénir ; nous agissons selon les exigences de Dieu, Il devrait donc nous récompenser.” Voilà ce que pensent beaucoup de gens qui croient en Dieu. […] Les gens sont tellement insensibles ! Ils ne pratiquent pas la vérité, et pourtant ils blâment Dieu. Ils ne font pas ce qu’ils devraient. Les gens devraient choisir le chemin de la poursuite de la vérité, et pourtant ils éprouvent du dégoût pour la vérité et sont avides de plaisirs charnels. Ils recherchent en permanence les bénédictions et la jouissance de la grâce, et n’arrêtent pas de se plaindre que Dieu exige beaucoup trop de l’homme. Ils n’ont de cesse d’essayer de faire en sorte que Dieu les traite avec bienveillance, leur accorde davantage de grâce et leur permette les plaisirs de leur corps charnel. Ceux-là croient-ils vraiment en Dieu ? […] En disant ça, les gens n’ont absolument pas de bon sens ni la foi. Tout cela provient du mécontentement de l’homme vis-à-vis de Dieu dû à la non-satisfaction de leurs exigences ; tout cela jaillit du cœur de l’homme et est représentatif de la nature humaine. Ce sont des choses qui sont présentes en l’homme, et s’il ne les chasse pas, elles risquent de lui faire blâmer Dieu et mal Le comprendre, à tout moment et en tout lieu. Il est aussi probable que l’homme blasphème contre Dieu, et il risque de dévier du vrai chemin, en tout lieu et à tout moment. C’est un phénomène naturel » (La Parole, vol. 3, « Sermons de Christ des derniers jours », Troisième partie). Grâce à ces paroles de Dieu, j’ai appris quelque chose. Je m’étais focalisé chaque jour sur mon devoir, au point de ne pas prêter attention à ma famille, et je m’étais dit qu’en me dépensant ainsi, Dieu allait me récompenser, m’accorder des bénédictions. Je n’avais pas cherché à recevoir des récompenses fastueuses de Dieu, juste un travail qui m’aurait permis de m’en sortir, et avec ce travail, j’aurais pu mieux faire mon devoir. Je m’étais dit que c’était une requête raisonnable, pas du tout excessive. Mais en réfléchissant aux paroles de Dieu, j’ai vu qu’avoir ces souhaits et ces désirs extravagants montrait que je ne m’étais pas soumis à Dieu. J’exigeais que Dieu fasse ceci et cela pour moi. Ces paroles de Dieu m’ont également montré que lorsque l’on a sans cesse des exigences déraisonnables vis-à-vis de Dieu, il est difficile de pratiquer la vérité, et on est susceptible de trahir Dieu et de renoncer à Lui quand ces exigences ne sont pas satisfaites. Puis j’ai compris que les difficultés que je rencontrais faisaient croire que je souffrais beaucoup, que ma situation était vraiment pitoyable, mais en fait, je connaissais un endurcissement par la souffrance. Je me disais que je ne pourrais pas le supporter, mais Dieu ne m’abandonnait pas. C’était pour que je voie les motivations et adultérations incorrectes dans ma foi, et que je les oriente dans la bonne direction, que Dieu espère voir les gens prendre. Je n’ai pu m’empêcher de me demander si je voulais ou non un bon poste, qui me permettrait de gagner plus d’argent. Ne voulais-je pas davantage de données mobiles et pouvoir répondre à mes besoins de base ? Ne voulais-je pas faire mon devoir sans entraves, sans difficultés ? Si, c’était bien ce que je voulais. Donc, puisque j’espérais y parvenir, pourquoi Dieu n’arrangeait-Il pas pour moi que j’obtienne ces choses ? Étais-je simplement malchanceux, infortuné à ce point ? Absolument pas, j’étais incroyablement chanceux. C’était l’amour de Dieu qui venait sur moi. Dieu avait arrangé cette situation pour moi, afin que je cherche la vérité, que j’en tire des leçons, que je purifie les adultérations dans ma foi. Si j’avais pratiqué ma foi dans un environnement entièrement positif et confortable, sans faire l’expérience de la moindre situation contraire, défavorable, ma foi et mon amour pour Dieu auraient eu des motivations, des désirs et des adultérations, ce que Dieu aurait désapprouvé. Dieu espère que les gens se montreront authentiques vis-à-vis de Lui, dans toutes les circonstances, qu’ils seront obéissants et dévoués vis-à-vis de Lui. C’est la même chose avec un enfant. Si un enfant n’aime son père que lorsque celui-ci lui procure une vie matérielle confortable, et qu’il le déteste le reste du temps, en disant : « Si tu ne me donnes pas tout ce que je veux, je ne te respecterai pas ou je ne te reconnaîtrai pas comme mon père », quel genre d’enfant est-ce là ? Un enfant dépourvu de sentiments filiaux, de conscience et de raison. Dieu soit loué ! Voilà la situation que j’affrontais, moi aussi. Traverser ces épreuves était exactement ce qu’il me fallait pour purifier les adultérations dans ma foi.

J’ai lu autre chose dans les paroles de Dieu. Dieu Tout-Puissant dit : « Aujourd’hui, que signifie croire réellement en Dieu ? Cela signifie accepter la parole de Dieu comme la réalité de ta vie et connaître Dieu à partir de Sa parole afin d’avoir un amour véritable pour Lui. Pour être clair : la foi en Dieu a pour but de t’amener à obéir à Dieu, à aimer Dieu et à accomplir le devoir qui doit être accompli par une créature de Dieu. Tel est le but de la foi en Dieu. Tu dois acquérir une connaissance de la beauté de Dieu, savoir que Dieu est digne de révérence, que Dieu accomplit Son œuvre de salut dans Ses créatures et les perfectionne ; c’est le minimum que ta foi en Dieu doit posséder. La foi en Dieu, c’est principalement le passage d’une vie de la chair à une vie d’amour de Dieu, d’une vie au sein de la corruption à une vie dans les paroles de Dieu ; c’est de quitter le domaine de Satan et de vivre sous la garde et la protection de Dieu ; c’est d’être capable d’obéir à Dieu et non à la chair ; c’est de permettre à Dieu de gagner ton cœur entier, de permettre à Dieu de te perfectionner et de te libérer du tempérament satanique corrompu. La foi en Dieu a principalement pour but de manifester la puissance et la gloire de Dieu en toi afin que tu fasses la volonté de Dieu, accomplisses le plan de Dieu et sois capable de rendre témoignage à Dieu devant Satan. La foi en Dieu ne devrait pas être centrée sur le désir de voir des signes et des prodiges ni ne devrait être pour le bien de ta chair personnelle. Elle devrait avoir pour but de chercher à connaître Dieu, à obéir à Dieu et, comme Pierre, à Lui obéir jusqu’à la mort. Tels sont les buts principaux de la foi en Dieu. On mange et boit la parole de Dieu afin de connaître Dieu et de Le satisfaire. Manger et boire la parole de Dieu te donnent une plus grande connaissance de Dieu, et ensuite seulement tu peux Lui obéir. Tu ne peux aimer Dieu que si tu Le connais, et c’est le but que l’homme doit avoir dans sa foi en Dieu » (« Tout est accompli par la parole de Dieu », dans La Parole, vol. 1, « L’apparition et l’œuvre de Dieu »). J’avais lu ce passage des paroles de Dieu juste après avoir gagné la foi en Dieu Tout-Puissant, mais à ce moment-là, je ne l’avais pas vraiment compris. C’est seulement après avoir traversé tous ces moments difficiles que j’ai acquis un peu de compréhension de la volonté de Dieu. La véritable foi ne voulait pas du tout dire, comme je l’avais imaginé, que tant que je me dépensais pour Dieu, Il devait veiller sur moi, me protéger et répondre à mes besoins. Ce genre de vision de la foi n’est pas correcte. Dans notre foi, nous devons faire l’expérience des paroles de Dieu et Le satisfaire en toutes choses. Que Dieu donne ou retire, nous devons nous soumettre à Lui et donner de nous-mêmes authentiquement. Si, dans leur foi, les gens ne poursuivent que la connaissance de Dieu grâce à Ses paroles, et s’ils se soumettent à Sa loi et à Ses arrangements, Dieu approuve ce genre de foi. Tous ceux qui peuvent aimer Dieu à l’extrême et Lui obéir jusqu’à la mort, comme Pierre, sont des gens que Dieu perfectionne. Heureusement, Dieu m’a éclairé pour que j’aie un point de vue approprié sur la foi grâce à cette situation, ce qui m’apporté une paix et un calme profonds. J’ai alors dit une prière de soumission à Dieu, en Lui demandant simplement de me donner la force de supporter cette épreuve.

À ma grande surprise, le lendemain, mon oncle m’a envoyé un peu d’argent, ce qui m’a permis d’acheter à manger et des données mobiles. J’ai alors remercié Dieu sincèrement de m’avoir donné le moyen d’aller de l’avant.

Qui plus est, j’ai réussi à trouver un emploi à mi-temps. Ce n’était pas un travail facile, mais je gagnais suffisamment pour assurer mes besoins essentiels. Je savais que Dieu avait arrangé cela pour moi. J’ai vraiment fait l’expérience qu’accepter les orchestrations et arrangements de Dieu, et s’y soumettre, était une leçon fondamentale que nous devons tirer de la vraie vie, qui peut nous aider à connaître la loi toute-puissante et les voies mystérieuses de Dieu, grâce à nos expériences. Voilà l’attitude que nous devons adopter envers toutes sortes de problèmes dans la vie. Cela m’a fait penser à un passage des paroles de Dieu. « Lorsque tu es confronté à des problèmes de la vie réelle, comment devrais-tu connaître et comprendre l’autorité de Dieu et Sa souveraineté ? Lorsque tu te trouves devant ces problèmes et que tu ne sais pas comment les comprendre, les gérer et en faire l’expérience, quelle attitude devrais-tu adopter pour manifester ton intention de te soumettre, ton désir de te soumettre et la réalité de ta soumission à la souveraineté et aux arrangements de Dieu ? D’abord, tu dois apprendre à attendre ; ensuite, tu dois apprendre à chercher ; puis tu dois apprendre à te soumettre. “Attendre” signifie attendre le temps de Dieu, attendre les personnes, les événements et les choses qu’Il a arrangés pour toi, attendre que Sa volonté te soit peu à peu révélée. “Chercher” signifie observer et comprendre les intentions prévenantes de Dieu pour toi à travers les gens, les événements et les choses qu’Il a établis, comprendre la vérité à travers tout cela, comprendre ce que les humains doivent accomplir et les voies auxquelles ils doivent adhérer, comprendre quels résultats Dieu cherche à accomplir parmi les humains et quelles réalisations Il cherche à atteindre en eux. “Se soumettre”, bien sûr, fait référence au fait d’accepter les gens, les événements et les choses que Dieu a orchestrés, d’accepter Sa souveraineté et, à travers elle, parvenir à savoir comment le Créateur dicte le destin de l’homme, comment Il alimente l’homme de Sa vie, comment Il façonne la vérité à l’intérieur de l’homme. Toutes les choses sous les arrangements et la souveraineté de Dieu obéissent à des lois naturelles et, si tu te décides à laisser Dieu arranger et dicter tout pour toi, tu devrais apprendre à attendre, tu devrais apprendre à chercher et tu devrais apprendre à te soumettre. C’est cette attitude que chaque personne qui veut se soumettre à l’autorité de Dieu doit adopter, la qualité principale que chaque personne qui veut accepter la souveraineté et les arrangements de Dieu doit posséder. Pour maintenir une telle attitude, posséder une telle qualité, vous devrez travailler plus dur. C’est là le seul moyen pour vous d’entrer dans la vraie réalité » (« Dieu Lui-même, l’Unique III », dans La Parole, vol. 2, « Sur la connaissance de Dieu »). J’avais déjà lu ce passage des paroles de Dieu auparavant, mais il m’a paru différent quand je l’ai relu après avoir traversé des moments difficiles. Grâce à ces paroles de Dieu, j’ai pu voir que chercher la volonté de Dieu, attendre et se soumettre, était la première approche à employer face à un problème. Mais il ne s’agit pas d’une forme d’attente passive. Il s’agit aussi de prier, de lire les paroles de Dieu, de chercher la volonté de Dieu, et de réfléchir sur soi-même. On peut ainsi étudier son véritable état et comprendre dans quoi on doit entrer. Grâce à ce genre de recherche et d’expérience, on peut voir la loi toute-puissante de Dieu et Ses actes réels.

Au début, je n’ai voulu faire ce travail à mi-temps difficile que pendant un mois, juste pour pouvoir gagner de quoi me débrouiller, et consacrer le reste de mon temps à mon devoir. Mais mon téléphone portable est tombé en panne. Je me suis dit que si je travaillais un mois de plus, je pourrais acheter un autre téléphone et un ordinateur portable. Mais j’étais dirigeant d’Église, je devais donc m’occuper de nombreuses tâches. Faire mon devoir était ce qui comptait le plus pour moi, c’était ma priorité, alors j’ai décidé de démissionner. Quand la dirigeante supérieure a su dans quelle situation je me trouvais, elle m’a dit que pour m’aider à bien faire mon devoir, l’Église pouvait m’aider à acheter un ordinateur et un droit d’accès à Internet. Entendre ça m’a enthousiasmé, plus que je ne suis en mesure de l’exprimer. Je savais que c’était là entièrement la grâce de Dieu, que Dieu m’ouvrait un chemin pour que je puisse bien faire mon devoir. J’ai vu également que Dieu ne me compliquait pas du tout la vie. Dieu voulait juste que je sois authentique et obéissant. J’ai personnellement fait l’expérience de l’amour de Dieu grâce à ces moments difficiles. Auparavant, ce que j’avais imaginé de l’amour de Dieu pour l’homme était vague et ne s’accordait pas avec la réalité. Ce n’est qu’après avoir tiré des leçons de ces situations de la vie réelle que j’ai vraiment compris. Grâce à ces situations, j’ai vu mon ignorance et mon égoïsme. Cela m’a amené à changer peu à peu mes points de vue erronés sur la foi et à suivre le bon chemin. C’était vraiment l’amour de Dieu pour moi. J’en suis aussi venu à comprendre la bonne attitude à adopter dans les moments difficiles, et comment aborder Dieu. Avant, j’avais toujours pensé que, tant que j’avais la foi, Dieu m’apporterait tout. À présent, je sais que dans la foi, nous ne devons pas sans cesse exiger des choses de Dieu, mais que nous devons nous soumettre à Dieu et satisfaire Sa volonté en toutes choses.

Bientôt, j’ai dû faire face à une autre véritable épreuve. Au bout d’un mois à mon nouveau poste, le jour où j’ai été payé, on m’a subitement dévalisé dans la rue. Les voleurs se sont enfuis avec la moitié de mon salaire. Mais grâce à la protection de Dieu, je n’ai pas été blessé, alors qu’ils avaient des couteaux. J’ai tout de suite pensé que Dieu avait permis que cela arrive du fait de Ses bonnes intentions. J’ai songé à Job, qui avait été si riche. Quand on lui avait pris tous ses biens et que ses enfants étaient tous morts, il s’était soumis sans conditions, il ne s’était pas plaint et il avait continué à louer le nom de Dieu. Je n’étais pas riche, j’étais juste une personne ordinaire. On m’avait volé un peu d’argent, et même si j’en avais besoin, et que j’avais eu des tas de projets pour l’utiliser, j’étais prêt à suivre l’exemple de Job dans la foi et l’obéissance. Alors j’ai prié : « Dieu, Tu es insondable. Je ne comprends pas entièrement ce qui s’est passé, mais je crois que Ta volonté s’y cache. Je suis prêt à me soumettre à Tes arrangements. S’il Te plaît, touche mon cœur et guide-moi pour que je ne sombre pas dans un état négatif. » Je me suis senti vraiment calme après ma prière, comme s’il ne s’était rien passé du tout. J’ai continué à faire mon devoir calmement, comme d’habitude, sans ressentir la moindre inquiétude ou angoisse. Par rapport à mon attitude avant d’avoir compris la loi de Dieu, j’avais complètement changé. C’était parce que j’avais appris que Dieu arrangeait les choses ainsi pour me purifier et me sauver. Cela m’a également permis d’approfondir ma compréhension de l’amour de Dieu. Dieu n’exprime pas Son amour uniquement pour nous donner des bénédictions matérielles, car cela ne pourrait satisfaire que nos désirs charnels. Le véritable amour de Dieu consiste à nous faire apprendre la vérité grâce à l’expérience du jugement de Ses paroles, des épreuves et de l’épurement, à nous faire comprendre pourquoi nous avons la foi, comment révérer Dieu et fuir le mal, comment aimer et satisfaire Dieu, et à nous amener finalement à nous soumettre à tous les arrangements de Dieu. Cela me rappelle ces paroles de Dieu : « L’amour de l’homme envers Dieu est bâti sur la base de l’épurement et du jugement de Dieu. Si tu ne jouis que de la grâce de Dieu, d’une vie familiale paisible ou de bénédictions matérielles, alors tu n’as pas gagné Dieu, et ta croyance en Dieu ne peut pas être considérée comme réussie. Dieu a déjà accompli une étape de l’œuvre de grâce dans la chair et a déjà accordé des bénédictions matérielles à l’homme, mais l’homme ne peut pas être perfectionné par l’action seule de la grâce, de l’amour et de la miséricorde. L’homme, au cours de ses expériences, est confronté à une partie de l’amour de Dieu et voit l’amour et la miséricorde de Dieu. Cependant, après avoir vécu cela pendant un certain temps, il voit que la grâce de Dieu, Son amour et Sa miséricorde ne peuvent pas rendre l’homme parfait, ne peuvent pas exposer ce qu’il y a de corrompu en l’homme et ne peuvent pas débarrasser l’homme de son tempérament corrompu ni perfectionner son amour et sa foi. L’œuvre de grâce de Dieu a été l’œuvre d’une période, et l’homme ne peut pas compter sur la jouissance de la grâce de Dieu pour connaître Dieu » (« Ce n’est qu’en vivant des épreuves douloureuses que tu peux connaître la beauté de Dieu », dans La Parole, vol. 1, « L’apparition et l’œuvre de Dieu »). « Par quel moyen le perfectionnement de l’homme par Dieu est-il réalisé ? Il est réalisé par le biais de Son tempérament juste. Le tempérament de Dieu est principalement composé de justice, de colère, de majesté, de jugement et de malédiction, et Il perfectionne l’homme principalement par le biais de Son jugement » (« Ce n’est qu’en vivant des épreuves douloureuses que tu peux connaître la beauté de Dieu », dans La Parole, vol. 1, « L’apparition et l’œuvre de Dieu »). En lisant ces paroles de Dieu, je ressens profondément que l’œuvre de jugement de Dieu dans les derniers jours est réellement destinée à purifier et changer l’humanité. Les impuretés dans notre foi et dans nos tempéraments corrompus ne peuvent être purifiées que grâce au jugement des paroles de Dieu, aux épreuves et à l’épurement. On ne peut y parvenir en se fiant simplement à la grâce de Dieu. Je n’aurais jamais compris tout cela sans les paroles de Dieu, sans ces expériences difficiles. Rendons grâce à Dieu Tout-Puissant !

Voulez-vous accueillir le Seigneur pour devenir la personne la plus chanceuse du monde ? Contactez-nous pour trouver le chemin.

Contenu connexe

Dieu est si juste

Par Zhang Lin, Japon En septembre 2012, J’étais chargé du travail de l’Église quand j’ai rencontré ma dirigeante, Yan Zhuo. J’ai découvert...

Comprendre un peu le salut

Depuis ces nombreuses années au cours desquels je marche à la suite de Dieu, j’ai renoncé aux plaisirs de ma famille et à ceux de la chair et je passe toute la journée à accomplir mon devoir dans l’Église. Voici ce que je croyais : tant que je n’abandonne pas le travail que l’Église m’a confié, que je ne trahis pas Dieu, ne quitte pas l’Église et suis Dieu jusqu’ à la fin, je serai survécue et sauvée par Lui. Je croyais également que je suivais le chemin du salut par Dieu et que je n’avais rien d’autre à faire que Le suivre jusqu’ à la fin.

Laisser un commentaire

Contactez-nous par WhatsApp