L’histoire d’un prêche à un pasteur

18 janvier 2023

Par Li Zhi, Chine

Un soir d’avril de cette année, un dirigeant m’a dit, tout à coup, qu’un pasteur âgé, dans la foi depuis plus de cinquante ans, voulait enquêter sur l’œuvre de Dieu des derniers jours : c’était le pasteur Cao, du village de Caojia. Je devais aller le voir pour témoigner. Le dirigeant m’a dit que le pasteur Cao avait prêché dans de nombreux pays, qu’il n’avait pas renié Dieu même quand le PCC l’avait mis en prison pour sa foi et qu’il croyait sincèrement au Seigneur. Quand j’ai entendu tout cela, je me suis souvenue de nombreux pasteurs et anciens que j’avais rencontrés en répandant l’Évangile. La majorité d’entre eux s’en tenaient aux paroles de la Bible et à des notions religieuses. Il leur était difficile de reconnaître la voix de Dieu et d’accepter la vérité. Et ils appréciaient tellement leur statut et leurs revenus. Certains ont entendu les paroles de Dieu Tout-Puissant et ont reconnu qu’elles étaient la vérité, mais n’ont pas accepté Dieu Tout-Puissant. Ce vieux pasteur serait-il vraiment capable d’accepter la vérité ? Ou s’accrocherait-il obstinément à ses notions religieuses comme les autres ? J’étais aussi assez stressée : Je me consacrais à un autre devoir depuis quelques années, et je n’avais pas prêché l’Évangile depuis un certain temps. Voilà que je devais soudainement faire face à ce vieux pasteur plein de connaissances bibliques et de notions religieuses. Si je n’échangeais pas clairement sur la vérité et si je n’arrivais pas à résoudre ses notions religieuses, n’aurais-je pas failli à mon devoir ? J’ai alors pensé à ces paroles de Dieu : « La foi des hommes est requise quand quelque chose ne peut pas être vu à l’œil nu, et ta foi est requise quand tu ne peux pas renoncer à tes propres notions. Lorsque l’œuvre de Dieu n’est pas claire pour toi, ce qui est requis, c’est que tu aies la foi et que tu adoptes une position ferme et que tu portes témoignage » (« Ceux qui doivent être rendus parfaits doivent subir l’épurement », dans La Parole, vol. 1, « L’apparition et l’œuvre de Dieu »). « Le Saint-Esprit œuvre selon ce principe : grâce à la coopération des gens, à travers leurs prières intenses, en cherchant et en se rapprochant de Dieu, des résultats peuvent être atteints et ils peuvent être éclairés et illuminés par le Saint-Esprit. Le Saint-Esprit n’agit pas unilatéralement, et l’homme n’agit pas unilatéralement. Les deux sont indispensables, et plus les gens coopèrent, et plus ils cherchent à se rapprocher des normes qui sous-tendent les exigences de Dieu, plus l’œuvre du Saint-Esprit est grande » (« Comment connaître la réalité », dans La Parole, vol. 1, « L’apparition et l’œuvre de Dieu »). C’est vrai. Rencontrer ce destinataire potentiel de l’Évangile était l’arrangement de Dieu. Même si j’avais auparavant échoué à prêcher l’Évangile à des pasteurs et des anciens, je ne pouvais pas simplement les étiqueter comme incapables d’accepter l’œuvre de Dieu des derniers jours. Je devais avoir foi en Dieu et vraiment payer un prix en coopérant. Les brebis de Dieu entendent Sa voix : tant qu’il aspirait à la vérité et était disposé à rechercher le vrai chemin, il était de mon devoir de lui rendre témoignage de l’œuvre de Dieu des derniers jours. S’il y avait ne serait-ce qu’une lueur d’espoir, je ne pouvais pas renoncer. Ma responsabilité était de me fier à Dieu et d’échanger avec amour et patience : ainsi je n’aurais ni dettes ni regrets. Ces pensées m’ont finalement donné la foi.

Quand j’ai rencontré le pasteur Cao, je lui ai demandé ce qu’il pensait du retour du Seigneur. Il m’a répondu solennellement : « Il y a plus de vingt ans, des gens m’ont prêché l’Évangile à plusieurs reprises. Ils ont attesté que Dieu Tout-Puissant était le Seigneur Jésus revenu, exprimant la vérité et accomplissant l’œuvre du jugement dans les derniers jours. Ils ont dit que la Bible contenait les paroles et l’œuvre précédentes de Dieu, que le Seigneur Jésus était maintenant revenu, qu’Il avait exprimé de nouvelles paroles et que ce ne serait qu’en lisant les nouvelles paroles de Dieu Tout-Puissant et en les acceptant sincèrement que je pourrais comprendre la vérité et être sauvé par Dieu. En entendant ça, je n’ai pas pu l’accepter. Paul a dit très clairement : “Toute Écriture est inspirée de Dieu” (2 Timothée 3:16). Cela voulait dire que la Bible est la parole de Dieu, le canon chrétien qu’on ne saurait renier. Le ciel et la terre passeront ; Les paroles de Dieu resteront. Les croyants doivent donc à tout moment lire la Bible et s’y conformer. J’étais convaincu qu’ils avaient tort et je n’ai plus voulu de leur échange. » Je lui ai dit : « Pasteur Cao, je peux comprendre pourquoi vous pensez cela. La plupart des gens du monde religieux décident que toutes les paroles de la Bible sont les paroles de Dieu d’après ce qu’a dit Paul. Mais cette déclaration correspond-elle vraiment aux faits ? » Le pasteur Cao m’a répondu : « Bien sûr. » Je lui ai dit : « Pour ce qui est de savoir si la Bible est entièrement la parole de Dieu, la réponse précise a été donnée depuis longtemps par les paroles de Dieu Tout-Puissant. Peut-être pourrions-nous lire ces paroles maintenant ? » L’air solennel, il a hésité avant de hocher la tête : « Puisque nous sommes ici, autant le faire. » Nous avons donc partagé avec lui les paroles de Dieu Tout-Puissant.

Dieu Tout-Puissant dit : « Aujourd’hui, les gens croient que la Bible est Dieu et que Dieu est la Bible. Ainsi, ils croient aussi que toutes les paroles de la Bible sont les seules paroles de Dieu et qu’elles ont toutes été prononcées par Dieu. Ceux qui croient en Dieu pensent même que les soixante-six livres de l’Ancien et du Nouveau Testament, bien qu’ayant été écrits par des hommes, furent dictés sous l’inspiration de Dieu et qu’ils sont une archive des déclarations du Saint-Esprit. Cela est une compréhension erronée des hommes et n’est pas complètement en accord avec les faits. En fait, à l’exception des livres de la prophétie, la plus grande partie de l’Ancien Testament est un document historique. Certaines des épîtres du Nouveau Testament proviennent de l’expérience des gens et certaines viennent de l’éclairage du Saint-Esprit ; les épîtres pauliniennes, par exemple, sont nées du travail d’un homme, elles sont toutes le résultat de l’éclairage du Saint-Esprit, elles ont été écrites pour les Églises et elles étaient des paroles d’exhortation et d’encouragement pour les frères et sœurs des Églises. Elles ne sont pas des paroles prononcées par le Saint-Esprit. Paul ne pouvait pas parler au nom du Saint-Esprit. Il n’était pas un prophète, encore moins avait-t-il les visions qu’a eues Jean. Ses épîtres furent écrites pour les Églises d’Éphèse, de Philadelphie, de Galatie, et pour d’autres Églises. Et ainsi, les épîtres pauliniennes du Nouveau Testament sont des épîtres que Paul a écrites aux Églises. Elles ne furent pas inspirées par le Saint-Esprit. Elles ne sont pas non plus les paroles directes du Saint-Esprit. Elles ne sont que des paroles d’exhortation, de réconfort et d’encouragement qu’il a écrites pour les Églises au cours de son travail. Ainsi elles sont une archive d’une grande partie de l’œuvre de Paul. Elles ont été écrites pour tous ceux qui sont frères et sœurs dans le Seigneur, pour que les frères et sœurs des Églises de l’époque suivent ses conseils et se conforment à la voie du repentir du Seigneur Jésus » (« Au sujet de la Bible (3) », dans La Parole, vol. 1, « L’apparition et l’œuvre de Dieu »). « La Bible n’est pas uniquement un rapport des paroles personnellement prononcées par Dieu. La Bible documente simplement les deux étapes précédentes de l’œuvre de Dieu, dont une partie est un récit des prévisions des prophètes et une partie comprend les expériences et les connaissances des gens utilisés par Dieu au cours des ères. Les expériences humaines sont entachées d’opinions et de connaissances humaines, et c’est quelque chose qui est inévitable. Nombre des livres de la Bible incluent des notions humaines, des préjugés humains et des compréhensions absurdes des humains. Bien sûr, la plupart des paroles viennent de l’éclairage et de l’illumination du Saint-Esprit et elles présentent une compréhension juste, mais on ne peut pas dire qu’elles sont une expression tout à fait exacte de la vérité. Leurs points de vue sur certaines choses ne sont rien de plus que la connaissance provenant de l’expérience personnelle ou de l’éclairage du Saint-Esprit. Les prédictions des prophètes ont été personnellement révélées par Dieu : les prophéties de personnages comme Ésaïe, Daniel, Esdras, Jérémie et Ézéchiel sont venues de l’instruction directe du Saint-Esprit. Ces gens étaient des voyants. Ils avaient reçu l’Esprit de la prophétie, et tous étaient des prophètes de l’Ancien Testament. Durant l’ère de la Loi, ces gens que l’Éternel inspirait, ont proclamé de nombreuses prophéties directement révélées par l’Éternel » (« Au sujet de la Bible (3) », dans La Parole, vol. 1, « L’apparition et l’œuvre de Dieu »).

Pendant que nous lisions les paroles de Dieu, le pasteur Cao écoutait attentivement, hochant la tête de temps à autre. Après cela, j’ai échangé : « Les paroles de Dieu Tout-Puissant sont très claires : la Bible rend simplement compte des deux étapes précédentes de l’œuvre de Dieu. Outre les paroles de l’Éternel Dieu et du Seigneur Jésus, et les paroles de Dieu communiquées par les prophètes, le reste est un récit historique et une expérience humaine. La Bible contient non seulement les paroles de Dieu, mais aussi celles des hommes et de Satan. Il faut les distinguer et ne pas les confondre. C’est comme l’Ancien Testament qui raconte les prophéties de prophètes comme Esaïe, Élie et Ézéchiel. Leurs paroles sont toujours précédées de quelque chose comme “Ainsi parle l’Éternel” ou “l’Éternel a parlé à”, ce qui prouve qu’ils transmettaient directement les paroles de Dieu. Les épîtres, cependant, sont une expérience humaine, un récit humain. Les lettres aux Églises, celles de Paul notamment, étaient sa propre expérience et sa propre compréhension. Quand les frères et sœurs à l’époque recevaient les lettres de Paul, ils disaient : “Une lettre de Paul est arrivée.” Ils n’auraient jamais dit : “Des paroles de Dieu sont arrivées”, n’est-ce pas ? On ne peut donc pas dire que les épîtres soient les paroles de Dieu. Prendre les paroles des hommes et de Satan dans la Bible et affirmer que ce sont les paroles de Dieu, n’est-ce pas un blasphème ? Cela signifie que cette croyance, que “la Bible est entièrement inspirée par Dieu et ne contient que les paroles de Dieu”, est fondamentalement incorrecte. »

Quand j’ai terminé, il était stupéfait. Il m’a dit avec enthousiasme : « Je me rappelle que mon professeur de théologie me disait que tout, dans la Bible, est entièrement inspiré par Dieu et que c’est la parole de Dieu. C’est ce que nous disons depuis toutes ces années. Paul aurait-il pu se tromper à ce sujet ? » Quand j’ai entendu ça, mon cœur n’a fait qu’un bond. Je venais de le voir hocher la tête et je pensais qu’il avait compris, mais il n’avait pas compris du tout. Le pasteur Cao était-il comme ces autres chefs religieux, incapable de comprendre les paroles de Dieu ? Mais ensuite j’ai pensé : « Ce vieux pasteur s’est accroché à des notions religieuses pendant des décennies… peut-il les mettre de côté si facilement ? Il faut que j’échange patiemment. » Ensuite, je lui ai dit : « Pour le moment, ne nous inquiétons pas de savoir si Paul avait raison ou tort. Passons aux faits. Pasteur Cao, vous devez savoir comment la Bible a été constituée. Combien d’années après le Seigneur Paul a-t-il écrit 2 Timothée ? » Sans hésitation, il m’a répondu que c’était plus de soixante ans plus tard. « Et combien d’années après le Seigneur le Nouveau Testament a-t-il été constitué ? » Il m’a répondu que c’était plus de trois cents ans plus tard. Je lui ai donc dit : « Maintenant, réfléchissons. Quand Paul a écrit 2 Timothée, le Nouveau Testament existait-il ? » Surpris, il m’a répondu : « Non. » J’ai continué : « Dans ce cas, les paroles de Paul “Toute Écriture est inspirée de Dieu” incluent-elles le Nouveau Testament ? » Il a écarquillé les yeux et m’a dit : « Je comprends. Les paroles de Paul n’auraient pas pu inclure le Nouveau Testament. Grâces soient rendues au Seigneur ! Comment n’y ai-je pas pensé plus tôt ? Durant toutes ces années de foi, nous avons toujours cru que “toute Écriture est inspirée de Dieu” et que “ce sont Ses paroles”, et nous avons prêché cela partout. Nous n’avons jamais remis en question la vérité de cette affirmation. Grâce à cet échange, je comprends maintenant : la Bible n’est pas entièrement la parole de Dieu et ma notion vieille de plusieurs décennies doit être rectifiée. Dieu soit loué ! » Voyant la notion du pasteur Cao résolue, je me suis sentie plus confiante pour lui prêcher l’Évangile.

J’ai donc échangé avec lui : « Dieu S’est fait chair pour accomplir Son œuvre du jugement dans les derniers jours, exprimant des millions de paroles de vérité, révélant non seulement les mystères de la Bible, mais aussi tous les mystères de Son plan de gestion de 6 000 ans, comme les mystères des trois étapes de Son œuvre, de Ses noms et de Son incarnation. Dieu Tout-Puissant a également révélé la vérité de la corruption de l’homme par Satan, la nature satanique de résistance à Dieu de l’homme et ses divers tempéraments sataniques, et Il nous a montré la voie pour échapper au péché et être sauvés par Lui. Ces vérités exprimées par Dieu Tout-Puissant sont les paroles du Saint-Esprit aux Églises, le chemin de la vie éternelle donné à l’humanité par Dieu dans les derniers jours, et le seul moyen d’être sauvé et d’entrer dans le royaume de Dieu. » Il l’a accepté, mais il avait encore des notions sur Dieu devenant chair dans les derniers jours en tant que femme. Il m’a dit : « Ma sœur, je peux maintenant accepter l’œuvre de jugement et de purification de Dieu Tout-Puissant, mais comment peux-tu témoigner que le Seigneur Jésus S’est fait chair en tant que femme ? La dernière fois qu’Il est venu, c’était un homme et la Bible parle souvent de Lui en tant que “Fils”, donc Il devrait être un homme à Son retour. Comment pourrait-Il être une femme ? Pour moi, c’est inconcevable. Pourrais-tu échanger avec moi à ce sujet ? » Je lui ai dit : « Pendant des millénaires, tous les croyants ont pensé que puisque le Seigneur Jésus était venu en tant qu’homme, Il reviendrait sûrement en tant qu’homme, certainement pas en tant que femme. Et pourtant, Dieu Tout-Puissant S’est fait chair en tant que femme dans les derniers jours : beaucoup ont du mal à accepter cela. Mais nous devons comprendre que plus les gens ont de notions sur quelque chose, plus il y a de vérité à trouver. Dans la Bible, quand le retour du Seigneur Jésus est prophétisé, il est toujours mentionné “le Fils de l’homme”, “l’avènement du Fils de l’homme”, “le Fils de l’homme est venu”, et “le Fils de l’homme en Son jour”. Ce “Fils de l’homme”, qu’est-ce que cela signifie ? Quand c’est mentionné, cela signifie une personne née d’un humain et ayant une humanité normale, que ce soit un homme ou une femme. Alors pourquoi le Seigneur Jésus a-t-Il insisté à plusieurs reprises sur cette expression : “Fils de l’homme” ? Il nous disait que dans les derniers jours, Dieu reviendrait incarné, en tant que Fils de l’homme, pour Se manifester et œuvrer. Mais le Seigneur n’a jamais dit si le Fils de l’homme dans les derniers jours serait un homme ou une femme. Alors, comment les gens peuvent-ils prendre cette décision ? Nous connaissons tous le verset 27 du chapitre 1 de la Genèse : “Dieu créa l’homme à son image, il le créa à l’image de Dieu, il créa l’homme et la femme.” Ici, nous pouvons voir qu’au commencement, Dieu a créé l’homme et la femme à Son image. Si nous déterminons Dieu comme mâle, alors comment expliquer que Dieu crée aussi la femme à Son image ? Nous ne pouvons donc pas délimiter Dieu sur la base de nos propres notions ou imaginations. » Ensuite, j’ai lu au pasteur Cao quelques passages des paroles de Dieu Tout-Puissant.

Dieu Tout-Puissant dit : « Chaque étape de l’œuvre faite par Dieu a sa propre signification pratique. En ce temps-là, quand Jésus est venu, Il est venu sous une forme masculine, et lorsque Dieu vient cette fois, Sa forme est féminine. À partir de cela, tu peux voir que la création par Dieu des hommes et des femmes peut être utile dans Son œuvre et qu’avec Lui, il n’y a pas de distinction de genre. Lorsque Son Esprit vient, Il peut prendre toute chair qui Lui plaît et cette chair peut Le représenter. Qu’elle soit homme ou femme, cette chair peut représenter Dieu tant qu’elle est Sa chair incarnée. Si Jésus était apparu en tant que femme quand Il est venu, en d’autres termes, si une petite fille, et non un garçon, avait été conçue du Saint-Esprit, cette étape de l’œuvre aurait tout de même été accomplie. Si tel avait été le cas, alors l’étape actuelle de l’œuvre devrait plutôt être accomplie par un homme, mais l’œuvre serait tout de même accomplie. L’œuvre réalisée à chaque étape a sa signification : aucune étape de l’œuvre n’est répétée ni n’entre en conflit avec l’autre » (« Les deux incarnations sont l’accomplissement de la signification de l’incarnation », dans La Parole, vol. 1, « L’apparition et l’œuvre de Dieu »). « Selon le genre, l’un est un homme et l’autre une femme, achevant ainsi le sens de l’incarnation de Dieu et dissipant les notions de l’homme sur Dieu : Dieu peut devenir homme et femme, et le Dieu incarné est essentiellement sans genre. Il a fait et l’homme et la femme, et Il ne fait pas la différence entre les genres » (« L’essence de la chair habitée par Dieu », dans La Parole, vol. 1, « L’apparition et l’œuvre de Dieu »). « Si Dieu était seulement incarné comme un homme, les gens Le définiraient comme un homme, comme le Dieu des hommes, et ne croiraient jamais qu’Il est le Dieu des femmes. Alors, les hommes croiraient que Dieu est du même sexe que les hommes, que Dieu est la tête des hommes. Et les femmes, alors ? Cela est injuste. N’est-ce pas un traitement préférentiel ? Si tel était le cas, alors tous ceux que Dieu a sauvés seraient des hommes comme Lui et il n’y aurait pas de salut pour les femmes. Quand Dieu a créé l’humanité, Il a créé Adam et Il a créé Ève. Il n’a pas créé seulement Adam, mais Il a créé l’homme et la femme, tous les deux, à Son image. Dieu n’est pas seulement le Dieu des hommes : Il est aussi le Dieu des femmes » (« La vision de l’œuvre de Dieu (3) », dans La Parole, vol. 1, « L’apparition et l’œuvre de Dieu »).

J’ai continué à échanger : « Nous savons tous qu’au commencement, Dieu a créé l’homme et la femme à Son image. Donc, naturellement, Dieu peut Se faire chair en tant qu’homme, mais aussi en tant que femme. Si Dieu S’est incarné deux fois en tant qu’homme, alors les humains peuvent Le délimiter et croire qu’Il ne peut devenir chair qu’en tant qu’homme, pas en tant que femme, qu’Il n’est que le Dieu des hommes, pas le Dieu des femmes : n’est-ce pas un terrible malentendu Le concernant ? Cela impliquerait une discrimination éternelle contre les femmes. Ce serait vraiment injuste pour les femmes. Dieu est juste. Alors, Il S’est d’abord incarné en tant que mâle, et dans les derniers jours, en tant que femelle. C’est très important. Cela montre parfaitement le tempérament juste de Dieu, et le fait qu’Il traite les hommes et les femmes de manière égale. Ceci a parachevé le sens de Sa création de l’homme et de la femme. En fait, peu importe que Dieu S’incarne en tant qu’homme ou femme. Tant que cette personne peut exprimer la vérité et accomplir l’œuvre de salut de l’humanité, elle peut représenter Dieu et elle est le Dieu incarné Lui-même. Dans les derniers jours, Dieu Tout-Puissant est venu. Il exprime toutes les vérités qui purifient et sauvent l’homme, accomplissant Son œuvre du jugement dans les derniers jours, inaugurant l’ère du Règne et mettant fin à l’ère de la Grâce. Cela prouve de manière concluante que Dieu Tout-Puissant est le Dieu incarné, et qu’Il est le Seigneur Jésus revenu. »

À ce moment-là, le pasteur Cao m’a dit très gravement : « Ma sœur, tout ce que tu as dit est raisonnable et je ne peux pas le réfuter. Mais il y a tout de même quelque chose que je ne m’explique pas. Dans Genèse 3:16, Dieu dit : “Et tes désirs se porteront vers ton mari, mais il dominera sur toi.” Et 1 Corinthiens 11:3 dit : “L’homme est le chef de la femme.” Ces textes nous permettent de voir que la femme est la source de la corruption et est soumise à la domination de l’homme. Alors comment le Seigneur pourrait-Il revenir en tant que femme ? » En entendant les paroles du pasteur Cao, j’ai pensé : « Je vous ai lu vraiment beaucoup de paroles de Dieu et j’ai énormément échangé avec vous, et pourtant vous délimitez encore Dieu comme mâle et vous ne pouvez pas accepter le fait que Son incarnation soit femelle. On dirait que vous ne pouvez pas mettre de côté vos notions si facilement. » Mais ensuite, j’ai pensé : « Ses notions sont dues à des déviations dans sa compréhension des Écritures. S’il comprend la vérité, ces notions seront éliminées. » Je lui ai dit : « Pasteur Cao, Dieu Tout-Puissant S’est exprimé très clairement à ce sujet. Voyons ce qu’Il dit. »

Dieu Tout-Puissant dit : « Dans le passé, quand on disait que l’homme était le chef de la femme, cela se rapportait à Adam et Ève qui avaient été séduits par le serpent, et non à l’homme et à la femme tels qu’ils avaient été créés par l’Éternel au commencement. Bien sûr, une femme doit obéir à son mari et l’aimer et un mari doit apprendre à nourrir et soutenir sa famille. Tels sont les lois et les décrets édictés par l’Éternel que l’humanité doit respecter au cours de sa vie sur terre. L’Éternel a dit à la femme : “Tes désirs se porteront vers ton mari, mais il dominera sur toi.” Il a parlé ainsi seulement pour que l’humanité (c’est-à-dire l’homme ainsi que la femme) puisse vivre une vie normale sous la domination de l’Éternel, et pour que la vie de l’humanité puisse avoir une structure et ne sombre pas dans le désordre. Par conséquent, l’Éternel a élaboré des règles appropriées aux agissements de l’homme et de la femme, mais cela ne concernait que l’ensemble des êtres créés vivant sur terre et n’avait aucun rapport avec la chair incarnée de Dieu. Comment Dieu pourrait-Il être identique aux êtres qu’Il avait créés ? Ses paroles ne s’adressaient qu’à l’humanité appartenant à Sa création ; Il a établi des règles pour l’homme et la femme afin que l’humanité puisse vivre une vie normale. Au commencement, quand l’Éternel a créé l’humanité, Il a fait deux genres d’êtres humains, l’homme et la femme, et donc Sa chair incarnée a aussi été différenciée en homme et en femme. Il n’a pas décidé de Son œuvre en se basant sur les paroles qu’Il a adressées à Adam et Ève. Les deux fois où Il a pris chair ont été entièrement déterminées suivant Sa pensée à l’époque où Il a d’abord créé l’humanité, c’est-à-dire qu’Il a accompli l’œuvre de Ses deux incarnations en se basant sur l’homme et la femme avant qu’ils ne soient corrompus. […] Lorsque l’Éternel S’est fait chair à deux reprises, le genre de Sa chair était lié à l’homme et à la femme qui n’avaient pas été séduits par le serpent ; Il S’est fait chair à deux reprises d’après l’homme et la femme qui n’avaient pas été séduits par le serpent. Ne croyez pas que la masculinité de Jésus était la même que celle d’Adam qui a été séduit par le serpent. Il n’y a aucun rapport entre les deux ; ce sont des hommes de nature différente. Il est certain que la masculinité de Jésus ne prouve pas qu’Il soit le chef de toutes les femmes sans être aussi celui de tous les hommes. N’est-Il pas le Roi de tous les Juifs (aussi bien les hommes que les femmes) ? Il est Dieu Lui-même, pas seulement le chef de la femme, mais aussi le chef de l’homme. Il est le Seigneur de toutes les créatures et le chef de toutes les créatures. Comment pourrais-tu déterminer la masculinité de Jésus comme étant le symbole du chef de la femme ? Cela ne serait-il pas un blasphème ? Jésus est un homme qui n’a pas été corrompu. Il est Dieu ; Il est Christ ; Il est le Seigneur. Comment pourrait-Il être un homme comme Adam qui a été corrompu ? Jésus est la chair portée par l’Esprit très saint de Dieu. Comment pourrais-tu dire qu’Il est un Dieu qui possède la masculinité d’Adam ? Dans ce cas, toute l’œuvre de Dieu n’aurait-elle pas été erronée ? L’Éternel aurait-Il incorporé dans Jésus la masculinité d’Adam qui a été séduit par le serpent ? L’incarnation du temps présent n’est-elle pas un autre exemple de l’œuvre de Dieu incarné qui est différent de Jésus par Son genre, mais semblable à Lui par Sa nature ? Oses-tu toujours dire que Dieu incarné ne peut pas être une femme parce que la femme a été la première à être séduite par le serpent ? Oses-tu toujours dire que, puisque la femme est très impure et qu’elle est la source de la corruption de l’humanité, Dieu ne peut absolument pas prendre chair en femme ? Oses-tu encore maintenir que “la femme doit obéir à l’homme et ne doit jamais manifester ou représenter directement Dieu” ? » (« Les deux incarnations sont l’accomplissement de la signification de l’incarnation », dans La Parole, vol. 1, « L’apparition et l’œuvre de Dieu »).

J’ai continué : « Les paroles de Dieu Tout-Puissant nous montrent que lorsque Dieu a dit à la femme : “Et tes désirs se porteront vers ton mari, mais il dominera sur toi”, c’était Son exigence et Sa contrainte pour l’humanité corrompue, afin que l’humanité corrompue puisse vivre sous la domination de l’Éternel Dieu d’une manière ordonnée. Cette exigence n’a absolument rien à voir avec Dieu incarné. C’est exactement comme dans l’Ancien Testament, lorsque l’Éternel Dieu a ordonné aux hommes d’observer le sabbat. C’était ce que Dieu demandait à l’homme : l’homme ne pouvait pas demander cela au Seigneur Jésus. Tout comme l’a dit le Seigneur Jésus : “Le sabbat a été fait pour l’homme, et non l’homme pour le sabbat, de sorte que le Fils de l’homme est maître même du sabbat” (Marc 2:27-28). Donc, bien que la Bible dise : “Et tes désirs se porteront vers ton mari, mais il dominera sur toi” (Genèse 3:16), “L’homme est le chef de la femme” (1 Corinthiens 11:3), Ces choses n’ont rien à voir du tout avec Dieu incarné. Que Dieu incarné soit homme ou femme, c’est toujours la chair portée par Son Esprit, et c’est toujours Dieu Lui-même. Si l’homme utilise ces paroles pour délimiter Dieu comme mâle, incapable de devenir femelle, et renie Dieu incarné dans les derniers jours, n’est-ce pas assimiler Dieu incarné à l’homme corrompu ? N’est-ce pas un blasphème contre Dieu ? » Après m’avoir écoutée, le pasteur était abasourdi. Il m’a dit assez gravement : « Ma sœur, puisque le Seigneur est venu dans la chair, Il devrait être né humain et avoir un genre. Je ne peux tout simplement pas accepter immédiatement l’idée qu’Il Se serait incarné en tant que femme cette fois. Il faut que je prie et que je demande au Seigneur de m’éclairer. » Lorsque le pasteur a dit cela, j’ai été un peu anxieuse et perplexe. J’avais tellement échangé : pourquoi ne pouvait-il toujours pas mettre ses notions de côté ? Que diable se passait-il ? Ne pouvait-il pas comprendre la parole de Dieu ? N’est-il pas une brebis de Dieu ? Devais-je continuer à parler avec lui ? Quelles leçons devais-je en tirer ? Dans mon cœur, j’ai prié Dieu.

Après cela, je me suis rappelé ces paroles de Dieu : « En prêchant l’Évangile, vous devez assumer votre responsabilité et agir sérieusement avec tous ceux à qui vous le prêchez. Dieu sauve les gens dans la mesure du possible, et vous devez être conscients de la volonté de Dieu, vous ne devez pas négliger quiconque cherche et étudie le vrai chemin. […] Certaines personnes qui étudient le vrai chemin sont capables de comprendre et sont d’un grand calibre, mais elles sont arrogantes et suffisantes, adhérant étroitement à des notions religieuses, de sorte que la vérité doit leur être communiquée pour résoudre ce problème. Vous ne devez abandonner que si elles n’acceptent pas la vérité, quelle que soit la manière dont vous échangez avec elles, car vous aurez fait tout ce que vous pouviez et deviez faire » (« Évangéliser est le devoir auquel sont tenus par honneur tous les croyants », dans La Parole, vol. 3, « Sermons de Christ des derniers jours »). Ces paroles de Dieu ont apaisé mon cœur anxieux. Dieu exige que nous soyons aimants et patients avec les destinataires potentiels de l’Évangile. Qu’ils finissent ou non par accepter l’Évangile, nous aurons fait tout notre possible. Je me suis rendu compte que je n’avais pas encore fait tout ce que je devais faire en partageant l’Évangile avec le pasteur Cao. Je n’avais pas satisfait aux exigences de Dieu. En le voyant accroché à la Bible, toujours incapable de changer d’avis, j’avais pensé qu’il ne recevrait jamais la vérité. Il avait eu des notions sur l’incarnation féminine de Dieu et n’avait pas immédiatement compris mon échange, alors j’avais de nouveau perdu patience. J’avais des préjugés envers le pasteur Cao, pensant que les pasteurs ne pouvaient pas facilement reconnaître la voix de Dieu. À partir du moment où il avait une notion qui ne pouvait être surmontée, je l’avais délimité, voulant même l’abandonner. J’ai pensé aux efforts laborieux de Dieu pour sauver l’humanité corrompue et à toutes ces paroles qu’Il avait exprimées pour nous nourrir. Afin de nous permettre de comprendre la vérité, Il échange avec nous, expliquant chaque vérité en long et en large. Il S’exprime sous forme d’histoires et de métaphores et sous tous les angles, pour fournir suffisamment de détails et de clarté. J’ai vu que l’amour de Dieu pour l’humanité et ce qu’Il a dépensé pour nous est si grand qu’il n’est pas possible de l’exprimer par des mots. Mais dans mon devoir pour répandre l’Évangile, j’avais évité les difficultés et j’avais voulu abandonner le pasteur Cao. Où était mon cœur aimant ? Comment pourrais-je remplir mon devoir ainsi ? Même si le pasteur Cao n’avait pas changé d’avis tout de suite, je ne pouvais pas être impatiente. Je devais le traiter avec amour, et s’il ne comprenait pas, je devais consacrer plus de temps à l’échange, prier Dieu et me fier à Lui, et Lui demander d’éclairer le pasteur.

En pensant à cela, j’ai continué à échanger avec le pasteur Cao. « Quand nous croyons en Dieu Tout-Puissant, nous croyons en la vérité qu’Il a exprimée. Que l’incarnation de Dieu soit homme ou femme, tant qu’Il exprime la vérité et peut purifier et sauver l’humanité, Il est Dieu Lui-même, et nous devons croire en Lui et L’accepter. Dieu Tout-Puissant œuvre depuis plus de trente ans, exprimant des millions de paroles. Il a exprimé toutes les vérités qui débarrasseront l’humanité du péché et nous conduiront au salut de Dieu. Beaucoup de ceux qui aspiraient à ce que Dieu apparaisse, de toutes les religions et dénominations, ont reconnu la voix de Dieu dans les paroles de Dieu Tout-Puissant et se sont tournés vers Lui. Tous ces gens sont les vierges sages. Ils ont connu le jugement et le châtiment des paroles de Dieu, ont vu la vérité de leur propre corruption, ont ressenti du regret et se sont méprisés. Se rendant compte que le tempérament juste de Dieu ne tolère pas l’offense, ils en sont venus à craindre Dieu, se sont vraiment repentis, et leurs tempéraments corrompus ont progressivement changé. Dieu Tout-Puissant a constitué un groupe de vainqueurs avant les désastres : ils sont les premiers fruits annoncés dans l’Apocalypse. Les paroles de Dieu Tout-Puissant et les témoignages des élus de Dieu triomphant de Satan ont été publiés en ligne il y a longtemps, témoignant à toute l’humanité que le Sauveur est revenu. De plus en plus de gens de toutes les nations étudient maintenant le vrai chemin. L’œuvre de Dieu Tout-Puissant des derniers jours met fin au plan de gestion de six mille ans de Dieu pour sauver l’humanité, nous sauvant entièrement du domaine de Satan. Tout ce qui est accompli par l’œuvre de Dieu Tout-Puissant prouve de manière concluante que Dieu Tout-Puissant est le Dieu incarné, c’est-à-dire le Seigneur Jésus revenu. Cela signifie que déterminer si Dieu Tout-Puissant est le Seigneur Jésus revenu ne peut pas se faire en se basant uniquement sur le genre. Peut-Il exprimer la vérité et accomplir l’œuvre de salut de l’humanité ? Voilà l’essentiel. » À ce stade, le pasteur Cao a déclaré solennellement : « Ma sœur, je peux comprendre ton échange. Si quelqu’un peut exprimer la vérité et réaliser l’œuvre du salut, alors, qu’il soit homme ou femme, il est Dieu incarné. Maintenant, mon cœur est illuminé ! »

Après cela, le pasteur Cao a lu beaucoup plus de paroles de Dieu Tout-Puissant, ses notions ont été résolues, et il a accepté l’œuvre de Dieu des derniers jours.

Grâce à cette expérience de partage de l’Évangile, j’ai vu que l’œuvre de Dieu était entièrement accomplie par Dieu lui-même. Qu’il s’agisse d’un pasteur ou d’un ancien, quelles que soient ses connaissances bibliques, ses connaissances théologiques et ses notions religieuses, il ne peut qu’être impuissant devant la vérité. Tant qu’il peut comprendre les paroles de Dieu, qu’il est quelque peu réceptif et désireux de rechercher la vérité, il peut toujours trouver des réponses dans les paroles de Dieu et sera conquis par elles à la fin. Quand j’ai prêché l’Évangile au pasteur Cao, j’ai pensé qu’il serait difficile à des pasteurs et à des anciens d’accepter la vérité, et j’avais donc des préjugés à l’encontre du pasteur Cao. En lui prêchant l’Évangile, voyant qu’il s’accrochait à des notions, j’avais déterminé qu’il ne pourrait pas comprendre la voix de Dieu, et j’avais failli l’abandonner. Heureusement, les paroles de Dieu m’ont guidée et j’ai pu me comprendre moi-même et terminer mon devoir.

Plus tard, j’ai lu un passage des paroles de Dieu qui clarifiait la manière de traiter les destinataires potentiels de l’Évangile qui ont des notions. « Si une personne qui envisage le vrai chemin pose constamment la même question, comment dois-tu répondre ? Tu ne dois pas faire de difficultés et tu dois prendre la peine et le temps de lui répondre, et tu dois trouver le moyen d’échanger clairement sur sa question jusqu’à ce qu’elle comprenne et ne la pose plus. Tu auras alors assumé ta responsabilité, et la culpabilité ne t’assaillira plus. Plus important, tu seras libre de toute culpabilité vis-à-vis de Dieu dans ce domaine, parce que ce devoir, cette responsabilité, t’a été confié par Dieu. Quand tu feras tout devant Dieu, face à Dieu, quand tout sera fait selon la parole de Dieu, selon le principe de la vérité, alors ta pratique sera entièrement en accord avec la vérité et avec les exigences de Dieu. De cette façon, tout ce que tu feras et diras sera bénéfique pour les gens, et ils approuveront et accepteront facilement cela » (« Évangéliser est le devoir auquel sont tenus par honneur tous les croyants », dans La Parole, vol. 3, « Sermons de Christ des derniers jours »). Grâce à ces paroles de Dieu, j’ai compris que quels que soient leurs problèmes ou leurs notions religieuses, si ceux qui cherchent le vrai chemin ont une bonne humanité, aspirent à la vérité et peuvent comprendre les paroles de Dieu, alors nous ne devons pas avoir de préjugés ni les délimiter arbitrairement, et encore moins les abandonner. Au lieu de cela, nous devons pratiquer ces paroles de Dieu : « Tu ne dois pas faire de difficultés et tu dois prendre la peine et le temps de lui répondre, et tu dois trouver le moyen d’échanger clairement sur sa question », en échangeant avec eux sur la vérité que nous comprenons, du mieux que nous pouvons, jusqu’à ce que notre conscience soit claire. C’est aussi ma responsabilité en tant qu’être créé. À l’avenir, quels que soient les destinataires potentiels de l’Évangile que je rencontrerai, s’ils ont une bonne humanité et comprennent les paroles de Dieu, je suis prête à faire de mon mieux pour échanger sur la vérité et témoigner pour Dieu, afin que ceux qui aspirent sincèrement à l’apparition de Dieu puissent revenir à Lui le plus tôt possible, et accueillir le retour du Seigneur. Dieu soit loué !

Cliquez sur le bouton pour nous contacter, et de bonnes nouvelles de Dieu viendront à vous et à votre famille !

Contenu connexe

Réaliser que j’ai suivi la voie des pharisiens

Un matin alors que je pratiquais mes recueillements spirituels, j’ai vu les paroles suivants de Dieu : « Le travail de Pierre était l’accomplissement du devoir d’une créature de Dieu. Il n’a pas travaillé dans le rôle d’un apôtre, mais dans la course de sa quête pour un amour de Dieu. La course du travail de Paul renfermait également sa quête personnelle […]

Laisser un commentaire

Contactez-nous par WhatsApp